Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Plantagenêts et leur empire

 | 
Fanny Madeline

Deuxième partie. Contrôler les lieux et marquer l’espace : topographie de l’affirmation de la puissance publique

Chapitre V. L’Église comme espace d’affirmation de la potestas regis

Texte intégral

  • 1 Foreville R., L’Église et la royauté en Angleterre sous Henri II Plantagenêt : 1154-1189, Paris, B (...)
  • 2 Voir entre autres : Rosenwein B. H., Negotiating Space. Power, Restraint and Privileges of Immunit (...)
  • 3 Dalarun J., Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012.
  • 4 Wood S. M., The Proprietary Church in the Medieval West, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. (...)

1Depuis les travaux fondateurs de Raymonde Foreville, en 1943, puis de Susan M. Wood, John W. Gray et de Christopher R. Cheney dans les années 1950, les rapports entre l’Église et les pouvoirs laïcs à la fin du XIIe siècle n’ont pas été un thème très en vogue dans l’historiographie anglaise, malgré des études comme celles d’Emma Cownie dans les années 19901. Depuis cependant, de profonds renouvellements historiographiques ont permis une nouvelle compréhension de l’Église médiévale à partir des processus de spatialisation du sacré en Occident entre le Ve et le XIIIe siècle. Depuis les travaux de Barbara Rosenwein sur la construction sociale de l’espace autour du « ban sacré » de Cluny, de nombreux travaux ont été menés pour comprendre comment l’Église fut un acteur majeur de la fixation des hommes dans un territoire par la mise en place de formes d’encadrements autour du pôle sacré que formaient l’église paroissiale et son cimetière, puis au sein du diocèse et même de la Chrétienté. Cet inecclésiamento de la société médiévale s’est également accompagné d’une production intellectuelle visant à définir l’Église comme structure englobante de la société2. Ainsi, des travaux récents ont contribué à repenser le moment grégorien comme la mise en place d’une nouvelle forme d’organisation sociale et politique et l’émergence de nouvelles formes de gouvernement mises en œuvre par l’Église3. Or l’affirmation d’un gouvernement de l’Église au nom de la libertas ecclesiae eut des conséquences importantes, notamment parce qu’il s’effectua aux dépens des pouvoirs territoriaux des laïcs. La réforme grégorienne consista en effet à dissoudre les liens institutionnels et socio-politiques entre les titulaires d’honneurs ecclésiastiques et le roi. Au moment où les Plantagenêts étaient eux-mêmes dans une phase d’extension de leurs prérogatives, la revendication selon laquelle désormais ni évêques ni abbés ne devraient plus dépendre du roi ne pouvait que déboucher sur une crise profonde. Elle opposa violemment Henri II à Thomas Becket entre 1166 et 1170 et eut des conséquences néfastes pour la royauté Plantagenêt à moyen terme. D’autre part, pour lutter contre les « empiètements » des laïcs sur les monastères, la notion de patronage fit l’objet d’une redéfinition juridique dans le droit canon visant à réduire les pouvoirs des laïcs au profit des prêtres et de leur office divin4. Une telle redéfinition fragilisait également l’appui que représentaient les monastères pour un pouvoir à la conquête de son territoire.

Les droits du roi face à l’affirmation de la liberté de l’Église

  • 5 Pontal O., « Les évêques dans le monde Plantagenêt », Bautier R.-H. (dir.), Y a-t-il une civilisat (...)

2Si les prérogatives du duc sur les élections épiscopales étaient depuis longtemps reconnues en Normandie, où la désignation des évêques et abbés à la discrétion ducale était pratiquement entrée dans la coutume, ce droit n’était pas reconnu en Aquitaine, où la liberté des élections était un privilège contre lequel Henri II eut du mal à s’imposer5. En Angleterre, après le règne d’Étienne de Blois, l’étroite dépendance de l’Église anglaise vis-à-vis de la royauté s’était quelque peu relâchée et l’épiscopat avait renoué des liens avec la papauté. La reprise en main de cet épiscopat et la restauration des prérogatives royales sur les clercs furent donc l’un des objectifs d’Henri II lors de son accession au trône. Outre le fait de pouvoir récompenser des curiales et de renforcer leur loyauté, le contrôle des élections épiscopales présentait un intérêt territorial pour les Plantagenêts. Les gouvernements ecclésiastiques fonctionnaient en effet souvent comme soutien et relais du pouvoir royal en favorisant la stabilisation des espaces aux aristocraties turbulentes. De nombreux évêques furent en effet les principaux représentants du roi en Bretagne par exemple, ou en Irlande. Et si l’association de l’office de chancelier à l’archevêché de Canterbury fut un échec avec Thomas Becket, ce ne fut pas le cas d’Hubert Walter, et de manière générale, en Angleterre, les prélats furent souvent étroitement associés à l’administration monarchique. En revanche, la perte du contrôle des élites ecclésiastiques face à l’essor du principe de la libertas ecclesiae, notamment sur le continent, a été considérée comme l’un des principaux facteurs de l’effondrement de l’empire des Plantagenêts au début du XIIIe siècle. Enfin, le contrôle des élections épiscopales et abbatiales en Angleterre et en Normandie donnait au roi une emprise directe sur le diocèse, notamment lors des périodes de vacances pendant lesquelles la Couronne percevait et gérait les revenus épiscopaux.

Les élections épiscopales, le contrôle du territoire et des élites locales

  • 6 Turner R. V., « Richard Lionheart and English Episcopal Elections », Albion, no 29/1, 1997, p. 1-1 (...)

3En 1164, les constitutiones de Clarendon établissent contre les revendications de la libertas ecclesiae portées par l’introduction du droit canon en Angleterre, les prérogatives juridiques du roi sur les élections épiscopales et sur la justice des clercs. Malgré et au-delà de l’affaire Becket, Henri et Richard sont globalement parvenus à faire reconnaître leurs droits sur les élections épiscopales. Ainsi sur les 18 élections épiscopales du règne de Richard, 15 voient l’accession de familiares royaux ou des membres de familles proche du roi6. Jean parvient même là où son père avait échoué en réunissant en la personne d’Hubert Walter, la principale autorité du gouvernement ecclésiastique (le primat) et du gouvernement royal (le chancelier), croyant s’assurer ainsi un contrôle sur l’ensemble du baronnage anglo-normand. Cette nomination provoqua d’ailleurs des craintes exprimées par Hugues Bardulf, l’un des principaux magnats du règne de Jean :

  • 7 Hoveden, II, p. 90-91.

« Seigneur, si je peux parler sous votre bienveillance, considérez bien la puissance de vos nominations et la dignité des honneurs, afin de tenir sous votre joug vos serviteurs : parce que nulle part nous avons entendu ou vu qu’un archevêque ait pu être fait chancelier mais nous avons vu un chancelier devenir archevêque7. »

4Les inquiétudes d’Hugues Bardulf n’étaient en effet pas infondées tant la difficulté à contrôler les élections épiscopales devenait un problème épineux avec le développement de la libertas ecclesiae y compris en Angleterre, où se constituait progressivement un esprit de corps de l’épiscopat. Celui-ci renforça sa cohésion et son indépendance vis-à-vis de la papauté au cours de l’affaire de Guillaume de Longchamp, mais aussi vis-à-vis du roi d’Angleterre, qu’ils contribuèrent à faire capituler en 1215 en se joignant à la révolte des barons.

  • 8 Peltzer J., « Les évêques de l’empire Plantagenêt et les rois angevins : un tour d’horizon », Aure (...)
  • 9 Peltzer J., art. cit., 2006, p. 461-484.
  • 10 Everard J. A., Brittany and the Angevins. Province and Empire, 1158-1203, Cambridge, Cambridge Uni (...)
  • 11 Turner R. V., « Richard Lionheart and the Episcopate in his French Domains », French Historial Stu (...)
  • 12 Murphy M., « Balancing the Concerns of Church and State : The Archbishops of Dublin 1181-1228 », B (...)
  • 13 Peltzer J., art. cit., 2006, p. 461-484.

5Hormis le cas exceptionnel de Thomas Becket, la concession à des curiales d’offices épiscopaux ou abbatiaux permettait au roi de disposer de sérieux appuis pour organiser son gouvernement et affirmer l’autorité royale, tant les évêques pouvaient être de puissants vecteurs de la formulation et de la publicisation de la politique royale8. Pour Jorg Peltzer, il est même possible de parler de « corrélation entre le degré de contrôle royal sur le territoire et le degré de l’intensité des relations entre évêques et rois9 ». En Bretagne, par exemple, Judith Everard a montré que le rôle des évêques bretons et notamment ceux de Rennes comme agents de stabilisation de cette province de l’empire a été central10. L’accession de Dol au statut d’évêché métropolitain de Bretagne favorisée dans les années 1160 par Henri II lui permit de renforcer son pouvoir sur l’Église bretonne, en la libérant de la primatie de Tours sur laquelle il n’exerçait pratiquement aucune influence11. En Irlande, John Cumin, archevêque de Dublin de 1181 à 1212, choisi par Henri II pour ses qualités d’administrateur, fut l’un des principaux représentants de la Couronne d’Angleterre sur l’île, contrôlant les nominations épiscopales, les biens temporels des églises ainsi que les fondations séculières12. Quant aux évêques gallois, peu de documents nous renseignent sur leurs activités politiques, mais les tentatives de Giraud de Barri pour obtenir le siège de St Davids témoignent de l’évolution des relations entre les évêques gallois et la cour des Plantagenêts : tandis qu’Henri II est capable d’imposer Pierre de Leia en 1176 au siège de St Davids contre Giraud, ce dernier parvient finalement à l’obtenir en 1199, alors que Jean et Hubert Walter s’y étaient opposés à cause de son origine galloise13.

  • 14 Peltzer J., Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. (...)
  • 15 Peltzer J., « Henry II and the Norman Bishops », EHR, no 191/484, 2004, p. 1202-1229 ; Spear D., « (...)
  • 16 Peltzer J., op. cit., 2008, p. 125 cite Rot. Lit. Pat., p. 7b et 14b à propros des confiscations; (...)
  • 17 Power D. J., « The End of Angevin Normandy: The Revolt at Alençon (1203) » Historical Research, no(...)
  • 18 Power D. J., art. cit., 2001, p. 444-464.
  • 19 Gazeau V., Normannia monastica (Xe-XIIe siècles). I, Princes normands et abbés bénédictins, Caen, (...)
  • 20 Ibid., I, p. 326.

6En Normandie, malgré les prérogatives du duc et l’importance accrue donnée au clergé normand par Henri II dans le gouvernement du duché, le contrôle des évêchés pouvait poser problème dans les marges, comme à Sées, où la reconnaissance des candidats ducaux contre ceux du comte de Blois constitua tout au long de la période un enjeu pour le contrôle sur cette région dominée par la puissante seigneurie du Perche. En 1157, Henri II contesta l’élection car elle s’était faite sans son consentement et parvint à imposer au chapitre une nouvelle élection au profit de Froger, son aumônier14. Globalement, la grande majorité des évêques normands resta loyale à Henri II pendant les deux principales crises de son règne : l’affaire Thomas Becket et la révolte de 1173-117415. Un soutien qui peut s’expliquer par le fait qu’ils appartenaient généralement aux cercles des conseillers royaux ou avaient été au service de l’administration ducale avant leur élection. À partir du règne de Jean, la crispation sur le contrôle des élections provoque plusieurs crises comme celle qui oppose Jean au chapitre de Sées en 1201. Le candidat ducal ayant été refusé, Jean envoya ses agents confisquer le trésor de la cathédrale et persécuter les chanoines en les privant de leurs possessions et de toute nourriture tant qu’ils n’auraient pas satisfait la voluntas regis16. La querelle se prolongea malgré l’intervention d’Innocent III appelant Jean à la modération. Mais tenir cette marche était crucial depuis que Jean d’Alençon avait livré sa ville à Philippe Auguste en janvier 120317. Les violences subies par le clergé normand qui alimentèrent l’opposition croissante des évêques ne peuvent être minorées dans la perte de la Normandie18. Quant aux abbayes, Henri II avait également les moyens de faire pression sur le choix des moines. Mécontent de l’élection de Richard de Subligny au Mont-Saint-Michel en 1152, Henri II envoya ses officiers à l’abbaye pour s’emparer des objets précieux, provoquant la fuite de l’abbé et refusa d’obéir au pape qui l’enjoignait de reconnaître l’élection19. Robert de Torigni, élu abbé du Mont en 1154, joua ensuite un rôle dans l’affirmation territoriale du pouvoir royal : en tant que seigneur temporaire de Pontorson en 1167 et 1168, il assura notamment la sécurité de la marche normano-bretonne au moment de la révolte des barons bretons20.

  • 21 Turner R. V., art. cit., 1998, p. 517-542.
  • 22 Soria-Audebert M., La crosse brisée. Des évêques agréssés dans une Église en conflit (royaume de F (...)
  • 23 Ibid., p. 209-212, p. 261, cite Chronique latine de l’abbaye de la Couronne, Castaigne J. F. E. (é (...)
  • 24 Peltzer J., art. cit., 2006, p. 461-484; Gillingham J., « Problems of Integration within the Lands (...)
  • 25 Peltzer J., art. cit., 2006, p. 461-484 cite Epistolarum regis Ludovici VII et variorum ad eum vol (...)
  • 26 Boutoulle F., « Hélie de Malemort, archevêque de Bordeaux : un prélat politique au service de Jean (...)

7En Anjou, à défaut d’exercer un droit sur les élections, les Plantagenêts avaient au moins une influence sur la sélection des candidats, notamment à Angers. Si les évêques n’étaient pas issus des familiares royaux, nombre d’entre eux ont néanmoins soutenu les Plantagenêts, à l’instar de Guillaume Passavant, évêque du Mans (1145-1187) avec lequel Henri II entretenait de bonnes relations. En Aquitaine, les relations avec l’épiscopat ont été beaucoup moins fluides. Depuis 1137, en effet, Louis VII avait accordé la liberté d’élection aux ecclésiastiques aquitains, si bien que les établissements religieux avaient pris l’habitude de se tourner vers Rome et non vers la cour ducale pour régler des conflits de protection ou de possession21. Dès le début de son règne, Henri II se heurta à l’opposition de Jean de Bellemains, l’évêque de Poitiers, et aux électeurs de Bordeaux qui refusèrent en 1158 de procéder au scrutin en présence du roi et de choisir son candidat. Les tentatives des Plantagenêts pour imposer leurs candidats se sont généralement accompagnées de violences anti-épiscopales, dont témoigne l’interdiction faite à Sébrand Chabot, l’évêque de Limoges, de pénétrer dans la cité en 117822. La volonté des chanoines d’échapper à la volonté des Plantagenêts se répète en 1197, lorsqu’Adémar de Peyrat est élu à Poitiers contre le candidat de Richard, avec pour conséquence, l’empoisonnement immédiat de l’évêque à peine arrivé sur son siège23. Le manque de contrôle sur les élections et l’incapacité à établir des liens personnels avec le clergé aquitain, encore issu des grandes familles aristocratiques, constitue sans doute l’un des principaux facteurs de l’échec des Plantagenêts au sud de la Loire. La défaite du roi Jean en 1203 devant les mercenaires de l’évêque de Limoges – qu’il avait fait expulser de son siège et dont il avait séquestré les biens – constitue l’une de ses premières humiliations dans sa guerre contre Philippe Auguste24. En Gascogne cependant, la situation est différente : même si Henri II n’arrive pas à contrôler les élections de Bordeaux, l’archevêque n’en agit pas moins pour le compte du duc, ce qui faire dire aux Toulousains, en 1164, qu’il se battait beaucoup plus pour le roi d’Angleterre que pour le Christ25. De même Jean pouvait compter sur le soutien d’Hélie de Malemort, évêque de Bordeaux au début du XIIIe siècle26. Paradoxalement, la loyauté des évêques de Gascogne aux Plantagenêts après 1206 n’est sans doute pas étrangère à l’absence d’une politique vigoureuse d’affirmation non seulement de la potestas royale mais également de sa voluntas sur les élections épiscopales.

L’affirmation de la voluntas regis et du ius patronatus face à l’essor de la libertas ecclesiae

  • 27 Peltzer J., op. cit., 2008, p. 73-74 ; Gazeau V., op. cit., 2007, I, p. 111 et II, p. 136-137 relè (...)
  • 28 Peltzer J., op. cit., 2008, p. 78-82, retrace l’évolution sémantique de cette notion de voluntas r (...)
  • 29 Jollife J. A., Angevin kingship, Londres, Black, 1963, p. 59-109 ; Holt J. C., Magna Carta, 1961, (...)
  • 30 Mollat G., « Le droit de patronage en Normandie du XIe au XVe siècle », Revue d’histoire ecclésias (...)
  • 31 Jolliffe J.-A., op. cit., 1963, p. 59-109; Buc P., op. cit., 1994, p. 199-200.
  • 32 Holt J. C., The Northerners, 1961, p. 187-93 ; Holt J. C., Magna Carta, 1961, p. 75-79, 112; Billo (...)
  • 33 Baldwin J. W., op. cit., 1994, p. 97-107.

8À partir de 1200, les positions de l’Église anglo-normande tendent à se durcir et le discours de la voluntas regis qui avait été considéré pratiquement comme un droit au milieu du XIIe siècle tend à disparaître27. Selon Jorg Peltzer, alors qu’au milieu du XIIe siècle, l’affirmation de la voluntas relevait du ius commune, au début du XIIIe siècle, il ne véhiculait plus l’idée d’un droit électoral du prince28. Déjà John Jolliffe et Sir James Holt avaient montré que la notion de voluntas royale concernant la nomination des candidats aux élections épiscopales et abbatiales avait changé significativement entre 1180 et 121029. Alors qu’il relevait d’une fonction légale du prince, le terme de voluntas en vint à représenter la royauté agissant au-delà de la coutume établie et sans le consentement de la cour ou du conseil, ce qui provoqua le durcissement des résistances30. J. Jolliffe a montré comment l’ira regis fut alors utilisée comme un instrument de gouvernement pour imposer cette volonté. Les Plantagenêts voulaient par des démontrations de colère suggérer la violence qu’ils pouvaient exercer en tant que domini31. L’affirmation d’un gouvernement per voluntatem ou per preceptum tend à s’accentuer au cours de la période. Les pipe rolls du règne de Jean enregistrent en effet une inflation de ces expressions utilisées lors de confiscations ou en l’absence d’une procédure judiciaire normale32. Hors de la Normandie et de l’Angleterre, le principe de la voluntas comme mode de gouvernement n’était pas rattaché à un droit du prince, à l’instar du principe de reddibilité des châteaux inféodés. D’une certaine manière, le contrôle des évêchés et des châteaux constituaient les deux facettes complémentaires du même processus de reconcentration des pouvoirs aux mains du roi. Cette politique diffère de celle adoptée par les Capétiens : tandis que Philippe Auguste parvint à trouver un compromis avec l’épiscopat de son royaume, par l’ordonnance de 1190 qui autorisait le roi à conférer des regalia ou des biens temporels, Jean accumula les crispations en confisquant des biens épiscopaux pour sanctionner des chapitres insoumis, comme à Sées en 1201, à Limoges en 1203 ou à York en 120733. Les confiscations permettaient notamment au roi d’avoir une prise directe sur l’administration de l’évêché.

  • 34 Mollat G., art. cit., 1937-1938, p. 463-484 et 725-788.
  • 35 Wood S. M., op. cit., 1955, p. 2-3 cite PL, C, p. 61 (col. 1095); Gray J. W., « The Ius Praesentan (...)
  • 36 Thomas P. L. J., Le droit de propriété des laïques sur les églises et le patronage laïque au Moyen (...)
  • 37 Ibid., p. 105-159 C’est Alexandre III qui imposa ce devoir comme règle générale.
  • 38 Holt J. C., art. cit., 1972, p. 3-52 ; Howell M., « Abbatial vacancies and the divided mensa in me (...)
  • 39 Boutoulle F, « L’abbaye de Saint-Sever dans la politique des premiers Plantagenêts (1154-1216) », (...)
  • 40 Une pratique largement répandue depuis la fin du XIe siècle : Jared L. H., « English ecclesiastica (...)
  • 41 PR 13 H. II, p. 77.
  • 42 PR 17 H. II, p. 135 ; 19 H. II, p. 30, 56.
  • 43 Pendant la vacance de l’abbaye de Glastonbury, Henri II finance entre autres les travaux au châtea (...)
  • 44 PR 28 H. II, p. 115 ; 32 H. II, p. 117 ; 33 H. II, p. 187 ; 34 H. II, p. 185.
  • 45 Vincent N., « Patronage, politics and piety in the charters of Eleanor of Aquitaine », Aurell M. e (...)
  • 46 Giraud de Barri, VIII, p. 170 ; Appleby J., « The ecclesiastical foundations of Henry II », Cathol (...)

9En Angleterre et en Normandie, cette emprise était possible grâce au droit dont disposaient les patrons laïcs de prendre en charge la gestion des évêchés et des abbatiats pendant les périodes de vacance de plus de trois mois en nommant des clercs idoines comme recteurs34. Or la redéfinition de ces droits de patronage constituait l’un des principaux chantiers de la réforme grégorienne visant à séparer les prérogatives des clercs et des laïcs, et empêcher l’exercice d’un dominium laïque sur les monastères. Il s’agissait de faire entendre aux fondateurs d’églises qu’ils ne pouvaient revendiquer ni potestas ni dispositio sur les possessions de l’Église, celle-ci étant la prérogative des évêques35. La définition du ius patronatus fut l’aboutissement d’un glissement de la conception du droit de propriété non plus comme un droit sur le sol mais comme un droit personnel procédant de la fondation : le jus fundi et la proprietas font place aux ratio piae fundationes et au jus fundationis vel patroni36. L’Église parvint ainsi à détacher le droit de patronage de sa base primitive qui était le droit de propriété pour en faire une simple concession de la part des autorités ecclésiastiques. Ainsi, à la fin du Moyen Âge, les termes patronus et patronatus après avoir été longtemps polysémiques, désignaient couramment une faveur accordée par l’Église et non plus un droit de propriété détenu par les fondateurs et leurs héritiers sur un établissement monastique. Si les principaux devoirs du patron se limitèrent progressivement à réparer et entretenir l’église37, ils ressemblaient initialement aux services féodaux, permettant notamment aux fondateurs de disposer des revenus du monastère pendant les vacances abbatiales, ainsi que de droits formels dans les élections abbatiales. Les communautés monastiques, quant à elles, devaient à leur seigneur le service de chevalerie, l’hospitalité, une sépulture ainsi que des messes et des prières pour les âmes de sa famille38. En cela, le statut de patron diffère de celui de l’avoué qui a pour seule fonction de protéger le monastère sans avoir aucun droit d’ordre spirituel. Si ces droits étaient largement appliqués en Angleterre, ils ont été beaucoup plus rares sur le continent, sans doute parce qu’inclus dans les clauses d’immunités faites aux établissements monastiques. Ainsi, Saint-Sever apparaît comme la seule abbaye, en Gascogne, qui rendait toujours le service militaire aux Plantagenêts à la fin du XIIe siècle39. En Angleterre et en Normandie, où les Plantagenêts pouvaient contrôler des élections, ces droits de patronage leur permettaient par exemple de retarder, parfois sur plusieurs années, les élections et ainsi de disposer, pendant le temps de vacance, des revenus ecclésiastiques40. Même si la plupart des dépenses de construction prélevées sur les revenus des évêchés en vacance étaient généralement attribuées aux chantiers épiscopaux – les agents du roi ne faisant alors que se substituer à la gestion de l’évêque – plusieurs cas montrent que les Plantagenêts s’en sont également servis pour leurs propres chantiers. Ainsi, pendant la vacance de l’évêché d’Hereford entre 1167 et 1172, Henri II piocha dans les revenus de l’évêché pour fortifier ses châteaux de Ruddlan, Monhalt et Prestatyn qui subissaient d’importantes pressions galloises41. De même en 1171, il fit réparer le château d’Arundel sur les revenus de l’évêché de Chichester et, en 1173, il finance partiellement le chantier du château de Winchester sur les revenus de l’évêché et de Hyde abbey42. On pourrait multiplier les exemples43, mais ce qui est plus frappant c’est que la plupart des dépenses de constructions (près de 315 £) du prieuré de chartreux installé à Witham et une partie des sommes consacrées à l’abbaye d’Amesbury (447 £), considérés comme des fondations expiatoires d’Henri II, après la pénitence d’Avranches en 1172, proviennent des revenus de l’évêché de Salisbury, d’Exeter, ainsi que de l’abbaye d’Abindgon et de Glastonbury alors en vacance pendant les années 118044. Nicholas Vincent a également montré que nombre des ressources pour ces fondations venaient du douaire d’Aliénor, qu’Henri II avait confisqué pendant sa disgrâce45. On comprend mieux ainsi pourquoi Henri II fut particulièrement critiqué concernant la mise en place de ces fondations46.

  • 47 Pontal O., art. cit., 1986, p. 129-137.
  • 48 C’est d’ailleurs pour contourner les éventuelles prédations royales, que se mit en place progressi (...)

10Si à son avènement Richard met fin à ces longues vacances, il ne renonce pas pour autant à ses prérogatives et pourvoit lui-même les sièges vacants. Toutes ces élections furent faites selon l’article 12 des constitutions de Clarendon et par le concordat de Londres, désignant une commission chargée d’entériner la volonté royale47. Sous le règne de Jean, c’est surtout pendant la période de l’Interdit, de novembre 1207 à mai 1213, que les revenus épiscopaux furent mis au service de la Couronne. Jean fait ainsi réparer et construire les demeures royales d’Odiham, Clipstone et Woolmer et fait fortifier les châteaux de Norham, Tweedmouth, Bamburgh et Newcastle aux frontières de l’Écosse (au total 1060 £). Le contrôle des revenus épiscopaux et abbatiaux constituait donc un expédient extraordinaire mais non négligeable – ni négligé d’ailleurs – pour financer les constructions que ce soit des fortifications ou des fondations royales48.

Les refondations comme pratique politique

  • 49 Hallam E. M., « Henry II as a Founder of Monasteries », JEH, no 28/2, 1977, p. 113-132.
  • 50 Ibid. ; Stafford P., « “Chercher la femme”. Queens, Queens’ Lands and Nunneries : Missing Links in (...)
  • 51 Foreville R., « Tradition et renouvellement du monachisme dans l’espace Plantagenêt au XIIe siècle (...)
  • 52 Cownie E., « Religious patronage and lordship: the debat on the nature of the honor », Keats-Rohan(...)
  • 53 Holt J. C., art. cit., 1972, p. 3-52.

11Les avantages que procurait la reconnaissance du statut de patron d’abbaye expliquent l’enjeu qu’il y avait à se faire reconnaître les droits de patronage y compris en refondant des abbayes aux origines contestées. De fait, les refondations de monastères devinrent une pratique courante au cours du XIIe siècle, considérée comme une méthode adaptée à la nouvelle réalité monastique, marquée par la saturation du réseau et la rareté des terres qui rendaient toute fondation ex fundamentis de plus en plus difficile49. Henri Ier et Étienne de Blois, par exemple, avaient réutilisé des sites existants pour y installer de nouvelles communautés. Ainsi l’abbaye cistercienne de Mortemer, dans la forêt de Lyons, n’était autre chose que la réforme du prieuré bénédictin de Beaumont-le-Perreux, de même que l’abbaye de Reading (Berkshire), qui conserve la sépulture d’Henri Ier, fut avant tout le rassemblement des maisons de Cholsey et Leominster, alors en déclin, sur les terres des anciennes reines d’Angleterre50. À cette date, le concept de fundator ne distinguait pas les différents acteurs d’une fondation et désignait aussi bien celui qui finançait la construction d’un nouveau couvent que celui qui permettait l’installation d’une nouvelle communauté ou encore celui qui ne faisait que bénéficier des droits héréditaires que lui conférait le patronage de ses ancêtres, c’est-à-dire principalement de choisir les candidats à l’élection abbatiale et de jouir de ses revenus pendant la période de vacance. Les refondations permettaient ainsi d’accéder à un certain nombre de droits sur la communauté monastique à moindres frais. Toutefois, les refondations étaient réglementées par le droit canon et la simple confirmation et l’extension des dotations ne permettaient pas de s’attribuer le titre de fondateur51. Seule la reconstruction de fond en comble autorisait le changement de vocable et de patronage. En plaçant le fundator au cœur d’un réseau de relations personnelles et locales, le patronage d’une maison monastique constituait un instrument d’influence sur la communauté « honoriale » et sur son territoire52. La communauté spirituelle était en effet liée au réseau des donateurs, généralement constitué par les liens de fidélités et d’amitiés qu’entretenait la famille du fondateur avec la société locale. Les refondations, au même titre que les confiscations, constituaient donc des instruments permettant d’affaiblir au profit du roi l’influence baronniale sur les territoires de son honneur. Il n’est donc pas surprenant de voir que sa restriction fit partie des revendications des barons en 121553. Toutefois, si cette pratique était courante en Angleterre, l’organisation de la féodalité sur le continent ne donnait pas au roi-duc les mêmes droits et les tentatives d’appropriations se heurtèrent à de fortes résistances.

Les refondations de Mathilde et Henri II

  • 54 Chibnall M., « The Empress Mathilda and Church Reform », TRHS, no 38, 1988, p. 107-130.
  • 55 Ibid., cite Regesta no 838-840.
  • 56 Regesta no 460-462.
  • 57 Chibnall M., art. cit., p. 107-130.
  • 58 Recueil des actes d’Henri II, I, p. 65, no LVII, p. 221-2, no CXVII, p. 383-384, no CCXXXVI.
  • 59 Vincent N., art. cit., 2005, p. 70-119 ; Recueil des actes d’Henri II, I, no CXVII, Acta Plantagen (...)
  • 60 Recueil des actes d’Henri II, I, no CLXXXV, Acta Plantagenets (2244H) : « regni mei stabilitate »  (...)
  • 61 Acta Plantagenets (1006H) : « pro incolumitate puerorum meorum et stabilitate regni mei ».
  • 62 Acta Plantagenets (1328H) : « pro stabilitate et pace regni Angl (ie) » ; PR 6 H. II, p. 28.
  • 63 Acta Plantagenets (3334H) : « et stabilitate regni mei » ; VCH, Lincoln, II, p. 161-163.
  • 64 Acta Plantagenets (272H) : « pro stabilitate et pace regni mei ». Parmi les autres établissements (...)
  • 65 Foreville R., art. cit., 1986, p. 61-73 cite Thesaurus novus anecdotorum V SS. Patrum, aliorumque (...)

12Selon Marjorie Chibnall, les pratiques d’affirmation des droits d’un seigneur sur la fondation de son vassal ne sont pas surprenantes dans le contexte d’instabilité politique des années 1135-115454. Elle signale notamment plusieurs chartes de Mathilde l’Empresse pour des maisons religieuses anglaises, confirmées par Henri II, qui avaient pour but de neutraliser les dons d’Étienne effectués sur les revenus de la Couronne en refusant de reconnaître leur légitimité. À plus d’une occasion, des fondations favorisées par Étienne furent ainsi refondées sur un nouveau site, comme c’est le cas par exemple des ermites installés à Radmore, qui constituèrent le noyau de l’abbaye cistercienne de Stoneleigh dans la forêt de Cannock (Staffordshire)55, ou encore des chanoines arrouaisiens de Donnington Wood qui furent transférés à Lilleshall56. Le cas de refondation le plus célèbre est celui de l’abbaye cistercienne de Bordesley dans le Worcestershire. Au début de son règne, Étienne de Blois avait récompensé le comte Waléran de Meulan pour son soutien en lui concédant de nombreuses terres que ce dernier utilisa pour fonder l’abbaye cistercienne de Bordesley57. Après la victoire de Mathilde à Lincoln, plutôt que de faire détruire la florissante maison cistercienne de son rival, qui risquait de lui aliéner le soutien de l’Église, Mathilde opta pour sa refondation. Elle ne pouvait en effet reconnaître cette fondation sans reconnaître la légitimité du don royal qui en était à l’origine. Waléran dut témoigner de la nouvelle charte de fondation et l’abbé, qui était un ami de Waléran, resta en place, mais à partir de ce moment, Bordesley devint une abbaye royale58. Dans une charte qu’Henri II émit à Rouen entre 1156 et 1159, il confirme la fondation de Bordesley comme une œuvre commune de Mathilde et de lui-même pour le salut de ses ancêtres et successeurs et pour « la stabilité et la paix du royaume d’Angleterre » ou encore pour « l’état et la préservation du royaume59 ». Cette mention revient dans de nombreuses chartes du début du règne d’Henri II, c’est le cas notamment des confirmations qu’il concède à l’abbaye cistercienne de Coggeshall qui avait été fondée par Étienne et sa femme Maud, entre 1137 et 114260 ; du prieuré de Saint-Martin de Douvres, lieu de la mort d’Étienne de Blois61 ; de l’abbaye de Flaxley, une fondation de Roger Earl of Hereford, dont Henri II hérita des droits de patronage, comme l’enregistrent les pipes rolls à partir de 116062 ; de l’abbaye de Grimsby qui avait été fondée par Henri Ier et dont Henri II affirma en être le patron sans doute pour faire face aux prétentions de Ranulf de Chester et Geoffroy de Trussebut qui en étaient les principaux donateurs63 et bien d’autres encore64. Cette expression « pro stabilitate regni nostri » apparaît également dans les fondations continentales, comme le montre la charte établie à Northampton en janvier 1176, confirmant les délimitations territoriales des grandmontains de Bois-Rahier. Dans le contexte de la remise en ordre post-1173, une telle expression est-elle un indice du rôle dévolu à ces nouvelles fondations dans le cadre de la réaffirmation du pouvoir territorial du roi ou s’agit-il seulement d’une simple reprise des termes de la charte originale65 ?

  • 66 Chronicon valassense, Somménil F. et Du Monstier A. (éd.), Rouen, Lebrument, 1868.
  • 67 Crouch D., The Beaumont Twins. The Roots and Branches of Power in the Twelfth Century, Cambridge, (...)
  • 68 Chronicon valassense, p. 12. La charte de refondation de l’abbaye est ainsi justifiée par la néces (...)
  • 69 Chibnall M., art. cit., 1988, p. 107-130.

13Grâce à la chronique de l’abbaye du Valasse, en Normandie, rédigée par un moine de l’abbaye à la fin du XIIe siècle, les péripéties de la refondation de cette abbaye sont bien connues66. Dans les années 1150, Waléran de Meulan subit une perte d’influence après son retour de croisade et l’accession d’Henri au duché67. C’est aussi le moment où il décide de fonder une nouvelle abbaye cistercienne sur un site alors convoité par les abbayes de Bernay et Mortemer. Pour résoudre le litige, Waléran doit accepter de transférer la tutelle de la nouvelle communauté, qu’il avait initialement confiée à l’abbé de Bordesley, à l’abbaye royale de Mortemer. Ce transfert signifiait que Waléran acceptait de fonder une abbaye profitant indirectement aux intérêts du duc, avec lequel il entretenait des relations plutôt conflictuelles. L’ambiguïté de la situation est alors redoublée par l’importance des terres que Mathilde donna pour permettre à la communauté de s’installer, arguant pour cela un vœu qu’elle avait fait lorsqu’elle était en danger lors du siège d’Oxford68. Selon David Crouch, cette stratégie visait à rallier le comte de Meulan au parti Plantagenêt, mais Waléran comprit surtout que Mathilde tentait de s’approprier sa fondation. Par l’intermédiaire de l’archevêque de Rouen, le comte de Meulan fut invité à renoncer à ces droits sur la fondation au profit de l’Empresse et ne fut pas même tenu au courant de l’arrivée des moines de Mortemer le 12 juin 1151, ni même invité à la dédicace et à l’intronisation du premier abbé. De dépit, le comte ordonna donc que la grange et les vignes qu’il avait concédées à l’abbaye dans le comté de Meulan soient reprises, avant de revenir sur cette décision un an plus tard, sur les prières des moines. Si Marjorie Chibnall préfère nuancer la présentation manipulatrice de Mathilde proposée par David Crouch, arguant la sincérité probable du vœu de Mathilde, elle reconnaît que cette fondation s’inscrit clairement dans le contexte de méfiance des Plantagenêts vis-à-vis du comte de Meulan et de son intérêt marqué pour la cour capétienne69. La soumission du comte à l’autorité ducale devait ainsi prouver sa loyauté et sa fidélité.

  • 70 Cownie E., art. cit. 1997, p. 133-146.
  • 71 Chibnall M., art. cit., 1988, p. 107-130; Knowles D. et Hadcock R. N., Medieval Religious Houses : (...)
  • 72 Ibid.
  • 73 Vincent N., art. cit., 2006, p. 17-60.
  • 74 Hallam E. M., art. cit., 1977, p. 113-132.

14Les refondations, en tant qu’installations de nouvelles communautés, ont également été utilisées comme un instrument de conquête. Depuis la fin du XIe siècle, l’intégration des monastères au processus de « colonisation » s’était en effet répandue en Angleterre70. Ainsi, peu après avoir fondé en commun avec sa mère l’abbaye cistercienne de Loxwell (Wiltshire), Henri II fit transférer en 1154 la communauté à Stanley, à la frontière du puissant honneur de Gloucester, dans les marches galloises71. L’introduction d’un couvent de Fontevristes par Mathilde dans ces mêmes années (1147-1155) à Nuneaton devait également instaurer de nouveaux liens entre le monachisme anglais et angevin72. En Aquitaine, Henri II prolonge cette action, avec l’aide de sa femme Aliénor, en installant de nombreuses communautés notamment de grandmontains, un ordre limousin, dans les espaces les moins bien contrôlés du Poitou73. C’est d’ailleurs autour de la fondation de l’une de ces communautés grandmontines qu’Henri II rencontre la résistance de l’un des plus puissants seigneurs d’Anjou, Étienne de Marçay, qui occupait alors la fonction de sénéchal74. Ce conflit illustre alors de manière éclairante l’évolution des rapports entre le roi et ses officiers et la redéfinition progressive des prérogatives régaliennes sur ses fondations.

Henri II, les fondations de ses officiers et la reconnaissance du droit du roi

  • 75 Boussard J., Le comté d’Anjou d’Henri Plantegenêt à la conquête de Philippe Auguste, Paris, Presse (...)
  • 76 Kingsford C. L. R. et Turner R. V., « Étienne de Tours », DNB, 2001, cite PR 4 H. II, p. 125, 137, (...)
  • 77 Bournazel É., « Société féodale et fonction publique (fin Xe-milieu XIIIe siècle) », Pinet M. (dir (...)

15En vertu des responsabilités que lui conférait sa fonction de sénéchal, Étienne de Marçay fut mêlé à presque toutes les constructions comtales entreprises en Anjou au cours du règne d’Henri II. À l’instar de la Normandie, l’Anjou possédait un office de sénéchal depuis le XIe siècle, les premières mentions apparaissant autour de 1060 et 108075. Mais l’évolution de cet office en une véritable fonction de « vice-comte » se situerait sous le règne d’Henri II, entre 1165 et 1180, c’est-à-dire au moment où Étienne de Marçay, qu’Henri II avait choisi au sein de la petite aristocratie de Touraine, devint sénéchal après avoir été chambellan du roi (il apparaît dans les pipe rolls en 1158 sous ce titre) et gardien du trésor royal de Chinon76. Alors que le sénéchal ne possédait qu’une délégation de pouvoirs lui permettant de n’agir que de manière ponctuelle et sur ordres du roi, ses pouvoirs de représentation devinrent permanents à partir des années 1170 et s’étendirent notamment à la charge de gardien de tous les châteaux comtaux77. En tant que garant du maintien de l’ordre et de la surveillance de la bonne gestion des domaines royaux, il était responsable des prévôts qui vers la fin du XIIe ont définitivement éclipsé les anciens voyers. Ils étaient localement chargés d’administrer les biens du comte, de percevoir les droits et de rendre la justice. Ces transformations marquant la seigneurialisation de la charge sont vraisemblablement à l’origine du conflit qui oppose Henri II et son sénéchal à propos du patronage de plusieurs fondations : la chartreuse du Liget, l’hôpital Saint-Jean et la celle grandmontine de la Haye-aux-Bonshommes à Angers. Henri II refusa en effet de reconnaître qu’Étienne avait fondé ces établissements à titre personnel et exigea qu’ils soient restitués au patronage royal.

  • 78 Acta Plantagenets (5116H) cite archives départementales d’Indre-et-Loire H 167 (Cartulaire du Lige (...)
  • 79 Acta Plantagenets (5116H) : « Par charité et par les prières du seigneur Henri roi d’Angleterre, d (...)
  • 80 Annales ordinis Cartusiensis, II, p. 454 ; Recueil des actes d’Henri II, II, p. 373-74, no DCCXLII
  • 81 Cartulaire de l’hôpital Saint-Jean d’Angers, précédé d’une notice historique sur cet Hôtel-Dieu, P (...)
  • 82 Recueil des actes d’Henri II, II, p. 207-208, no DCV.
  • 83 Port C. (éd.), op. cit., 1870, p. 106, no v ; Recueil des actes d’Henri II, II, p. 242-43, no DCXX (...)
  • 84 Port C. (éd.), op. cit., 1870, p. 108, noix.
  • 85 Ibid., p. 110, noxv.
  • 86 Port C. (éd.), op. cit., 1870, p. 91, noxii ; p ; 105, noiii (bulle papale de 1181) ; p. 106-107, (...)

16La fondation du prieuré du Liget est connue par une charte, sans doute émise vers 1176-83, dans laquelle l’abbé de Villeloin reçoit du roi cent livres angevines d’une rente tenue par deux hommes à Crepdone (Chédigny ?) afin d’installer les chartreux sur le site connu sous le nom du Liget78. À cette date, il n’est pas impossible qu’Henri II ait cherché à s’associer à son sénéchal pour créer une nouvelle fondation. Henri et Étienne apparaissent en effet comme les deux instigateurs de la chartreuse79. Cependant, dans la liste des témoins de la charte, Étienne de Marçay n’est plus que « légat du roi » (legatis ipsius regis Stephano senescalco). Est-ce à ce titre qu’il est mentionné comme le fondateur aux côtés d’Henri II, où à titre personnel ? Le simple titre de sénéchal, était-il trop ambigu pour justifier l’autorité royale sur la fondation de son officier ? Dans la charte de confirmation émise par Henri II, au Mans, dans les années 1180, Étienne apparaît parmi les testateurs d’un acte qui ne mentionne pas spécifiquement qu’il s’agit d’une fondation royale80. La formulation est alors celle d’une simple charte de confirmation contrairement aux chartes qu’Henri II émet pour la fondation de l’hôpital Saint-Jean d’Angers. Dans les deux chartes de confirmation de l’hôpital qu’il émet à Valognes entre 1180 et 1183, et au Mans, dans les mêmes années, Henri II parle en effet explicitement de « sa fondation81 ». Cette charte de fondation signée à Valognes est très proche de celle qui fonde en même temps l’hôpital du Mans, reconnu comme une fondation royale82. Toutes deux portent la même liste de témoins, exception faite d’Étienne qui atteste la charte pour l’hôpital du Mans mais pas celle pour l’hôpital d’Angers, témoignant peut-être ainsi son refus de reconnaître l’origine royale de cette fondation, qu’il considérait comme la sienne. Dans la seconde charte de confirmation de l’hôpital Saint-Jean émise au Mans, Henri déclare non seulement qu’il a fondé l’hôpital de sa propre aumône mais qu’il en est également le constructeur83. Ce qui devait apparaître comme la version officielle de l’histoire transparaît dans certaines chartes de donation pour l’hôpital comme celle du chevalier Foulques de Mastaz, dans laquelle il est dit que l’hôpital fut « fondé par le roi des Anglais sur les conseils d’Étienne son sénéchal d’Anjou84 », mais cette version continue d’être contestée, notamment au sein de la famille du sénéchal. Une charte de Philippe de Ramefort, le fils d’Étienne, en faveur de l’hôpital qualifie en effet son père de fundator et compositor. Ces deux mentions montrent que l’enjeu ne se situait pas seulement sur la reconnaissance du patronage de la fondation mais également sur sa construction85. Outre les finances nécessaires à sa réalisation, l’architecture mise en œuvre à Saint-Jean d’Angers, qui en faisait l’un des édifices les plus admirés de la vallée de la Loire, explique sans doute pourquoi les rivalités portaient également sur la reconnaissance du fondateur comme maître d’ouvrage. Les voûtes de la grande salle présentent un profil que les historiens d’art ont souvent qualifié de « style Plantagenêt » parce qu’il se retrouve dans de nombreux édifices d’Anjou et du Poitou construits dans la seconde moitié du XIIe siècle et sont souvent liés au patronage des Plantagenêts, comme, entre autres l’Hôtel-Dieu de Coëffort au Mans et la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. Qu’Henri II ait voulu être associé à la belle fondation de son sénéchal, notamment dans le contexte d’expiation du meurtre de Thomas Becket, apparaît donc évident, mais il est impossible de mesurer son implication réelle dans cette fondation. Le terrain de l’hôpital avait été cédé par l’abbesse du Ronceray à Étienne de Marçay et cette donation confirmée par une bulle du pape Alexandre III en 1181, adressée aux « frères de l’aumônerie construite par le sénéchal Étienne », une expression qui témoigne donc plutôt en faveur d’Étienne de Marçay86.

  • 87 Becquet J., « Le bullaire de l’ordre de Grandmont », Revue Mabillon, no 46-47, 1956-1957, p. 1-75/ (...)
  • 88 Becquet J., art. cit., 1956-1957, p. 1-75/76-93, p. 91 no 14.
  • 89 Annales ordinis Grandimontis, p. 138.
  • 90 Hallam E. M., « Henry II, Richard I and the order of Grandmont », JMH, no 1/2, 1975, p. 165-186; G (...)
  • 91 Hallam E. M., art. cit., 1975, p. 165-186.

17Pour le prieuré grandmontain de la Haye-aux-Bonshommes situé à Avrillé près d’Angers, plusieurs documents témoignent également en faveur d’Étienne et de son frère Reginald de Vou, qui obtiennent deux bulles pontificales reconnaissant leur fonction de fondateurs87. En 1186, Urbain III envoie une lettre à ses dilectis filiis leprosiis domus de Haya dans laquelle il leur accorde « la protection de saint Pierre ainsi qu’au chevalier Reginald de Vou et à son frère qui vous ont apporté cette maison par piété et à vous qui la possédez sans conteste88 ». Dans les annales de l’ordre, cependant, un passage s’appuyant sur l’obituaire de La Haye rappelle un don qu’Henri II fit au prieuré « dont il avait été le fondateur89 ». Il ne faut pas oublier cependant que l’ordre de Grandmont fut particulièrement actif, y compris dans la réécriture des chartes de fondation, pour attribuer des origines royales à leurs fondations90. Par ailleurs, Richard, sans doute animé par la haine qu’il portait à l’officier de son père, ne manqua pas d’inclure le prieuré de La Haye dans la charte de confirmation des fondations de son père, qu’il émit en 119691 ; une charte qui contribua largement à imposer le nom d’Henri II comme fondateur de La Haye.

  • 92 Everard J. A., « Les îles normandes en 1204 : le rôle décisif de l’aristocratie normande », Flamba (...)
  • 93 Torigni, II, p. 376-377.
  • 94 Gallia Christiana, Sainte-Marthe D. (éd.), Paris, 1739-1877, XI, instrumentum 254.
  • 95 Torigni, II, p. 134-135.

18La chartreuse du Liget et l’hôpital d’Angers partagent une caractéristique commune avec La Haye : leur vocation charitable. En effet, le prieuré grandmontain, à l’instar de la chartreuse, était attaché à une léproserie. Y a-t-il alors un lien entre la revendication royale sur ces fondations et leur vocation hospitalière ? Peut-on supposer que la vocation d’assistance des établissements fondés par le sénéchal d’Anjou constitue un motif suffisant pour qu’Henri II ait cherché à revendiquer une origine royale pour ces fondations ? Si Henri II est en effet connu pour avoir particulièrement favorisé ce type d’institution, c’est à l’instar de nombreux de ses contemporains, qu’il s’agisse d’autorités ecclésiastiques ou laïques. Si la protection des pauvres et des infirmes était certes une prérogative régalienne, elle n’était pas pour autant un monopole. Le statut d’Étienne, en tant que représentant de l’autorité publique du comte, a-t-il donc constitué plus largement le motif de cette dispute ? La réponse semble claire lorsqu’on compare le cas d’Étienne de Marçay avec celui d’autres officiers d’Henri II, dans des situations similaires. En 1185, c’est-à-dire dans les mêmes années, Henri II reçut l’autorisation de l’archevêque de Rouen pour refonder l’abbaye de Saint-Hélier sur l’île de Jersey en la rattachant à l’abbaye de Notre-Dame du Vœux de Cherbourg, une fondation de sa mère Mathilde, qui y avait installé une communauté suivant la règle de saint Augustin92. Selon Robert de Torigni, l’abbaye avait été fondée par Guillaume FitzHamon, « sur le conseil et avec l’aide du roi93 ». Sur la charte de refondation, qui confirma l’union des deux établissements, Guillaume FitzHamon est désigné comme dapifer, ce qui correspond à la charge que tenait Étienne de Marçay en Anjou94. Peu après, Osbert de la Hose, connétable de Normandie et « gardien du château de Cherbourg, selon le droit du roi […] édifia une très belle maison dans l’abbaye du Vœu, comme si c’était une patria qui appartenait au roi, se contentant de logements adaptés à ses besoins et qui furent rendus à l’administration du roi lorsqu’il mourut95 ». Robert de Torigni raconte cette histoire en soulignant bien le modèle que représente Osbert de la Hose, qui ne confond pas ses biens propres avec ceux du roi, car ils relèvent de la patria (voir ci-dessous) ; et qui, à la veille de sa mort, vient encore demander la permission du roi pour se faire chanoine et faire des dons innombrables à l’abbaye royale du Vœu.

  • 96 Richard of Devizes, The Chronicle of Richard of Devizes of the Time of Richard the First, Appleby (...)

19La résistance d’Étienne peut-elle alors s’expliquer par les transformations que subissait alors la fonction de sénéchal en Anjou ? Sur le modèle normand, l’office de sénéchal en Anjou devint progressivement une fonction permanente de la maison du roi. Face à ces évolutions, Henri II eut sans doute besoin d’éprouver la fidélité et la soumission de son sénéchal, dont la puissance et l’autonomie s’étaient progressivement renforcées. Jouant sur l’ambiguïté de l’action du sénéchal, à la fois motivé par ses intérêts personnels et représentant de l’autorité publique, Henri II exigea que les fondations faites par Étienne, soient considérées comme relevant de la patria, c’est-à-dire effectuées dans un cadre représentatif de sa fonction. Selon cette hypothèse, les refondations royales s’inscrivent pleinement dans l’affirmation de la potestas regis, et de manière comparable à la reddibilité des châteaux visant à rappeler l’origine publique des fondations établies en vertu d’une fonction rattachée à la maison du roi. In fine la soumission d’Étienne à la potestas d’Henri II explique la confiance que le roi lui accorda jusqu’à la fin de son règne, si bien qu’à l’avènement de Richard, Étienne est l’une des premières victimes du nouveau roi : arrêté, il n’est relaché qu’à la suite d’une importante rançon et remplacé par Pagan de Rochefort96.

  • 97 Giraud de Barri, VIII, p. 170; Appleby J., « The ecclesiastical foundations of Henry II », Catholi (...)
  • 98 Diceto, p. I, 420; Hoveden II, p. 118-119; Peterborgouh, p. I, p. 173-174.

20Toutefois, toutes les refondations effectuées par Henri II au cours de son règne n’ont pas la même signification et ne se font pas nécessairement à l’encontre d’un vassal insoumis. C’est le cas des fondations de Waltham, Witham et Amesbury, fondations de pénitence qu’Henri II dut accomplir en échange du vœu de partir en croisade qu’il avait dû prononcer lors de la cérémonie publique d’Avranches en 1172, pour son implication dans le meurtre de Thomas Becket. Le fait qu’il s’agisse de refondations a été l’objet de critiques acerbes de la part de ses contemporains, accusant l’avarice du roi et son manque de générosité97. L’investissement parfois certes plus symbolique que financier d’Henri II dans ces fondations se traduisit notamment par sa participation aux cérémonies de refondation d’Amesbury et Waltham et probablement aux rituels de consécration98. S’il ne reste aucune description précise de ces cérémonies, celles-ci n’en étaient pas moins fortement codifiées et ritualisées. Or ces rituels pouvaient être eux aussi l’objet d’enjeux de pouvoir.

Le rôle des laïcs dans les rituels de la pose de la première pierre

  • 99 Iogna-Prat D., op. cit., 2006, p. 556-557.
  • 100 Anonyme de Fécamp, PL, CLI, p. 699-724 ; Arnoux M., « La fortune du libellus de revelatione, edifi (...)
  • 101 Arnoux M., « Before the Gesta Normannorum and beyond Dudo : some evidence on early Norman historio (...)
  • 102 Iogna-Prat D., op. cit., 2006, p. 566.

21La participation des laïcs aux rituels de fondations, qui s’est matérialisée par la cérémonie de la pose de la première pierre, ne semble avoir été codifiée que tardivement par l’Église99. L’une des premières attestations de cette pratique serait donnée par un manuscrit de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, le Libellus de revelatione, aedificatione et auctoritate Fiscannesis Monasterii, qui relate la fondation de l’abbaye par le duc Richard Ier (942-996)100. Ce texte s’inspire de la chronique du manuscrit 528 de Rouen, rédigé entre 1015 et 1094, qui comprend un long passage consacré à la construction de l’abbaye et au rôle du duc Richard lors de la pose de la première pierre de la fondation, celle dite du « Pas de l’Ange101 ». Si le rituel de la pose de la première pierre peut être interprété, dans une perspective ecclésiologique, comme la célébration des « fondements de la communauté chrétienne à une époque où l’encadrement ecclésial tend à se confondre avec une structure monumentale102 », la participation des laïcs implique également de considérer les enjeux de pouvoir noués autour de ces rituels.

  • 103 Geoffroy de Vigeois, op. cit., 1864, p. 116 : Bernard Itier, Chronique, Lemaître J.-L. (éd.), Pari (...)
  • 104 Devailly G., Le Berry du Xe siècle au milieu du XIIIe siècle, Paris - La Haye, Mouton, « Civilisat (...)
  • 105 Recueil des actes d’Henri II, I, no CXXIV, p. 230-231.
  • 106 Giraud De Barri, VIII, p. 51-52.
  • 107 Page W., « Houses of Augustinian canons : The abbey of St Augustine, Bristol », VCH, Gloucester, I (...)
  • 108 Iogna-Prat D., op. cit., 2006, p. 573-574.

22Dans la seconde moitié du XIIe siècle, la pose de la première pierre était pratiquée par les Plantagenêts comme le rapportent Bernard Itier et Geoffroy de Vigeois qui relatent la présence d’Aliénor d’Aquitaine et de son fils, Richard, lors d’une dédicace en 1171 du monastère Saint-Augustin de Limoges103. Elle témoigne ici de la volonté des moines de s’assurer la protection d’un puissant patron, qui n’apparaît pourtant pas explicitement comme le fondateur du monastère. Pour Aliénor et Richard, la pose de la première pierre constituait un moyen d’ancrer dans le territoire limousin la reconnaissance de leur autorité et de s’assurer le soutien du monastère face aux turbulents vicomtes de Limoges. De manière plus générale, l’association des seigneurs laïcs aux cérémonies de dédicace contribuait à rappeler la vocation de conservation de la mémoire familiale de leur fondation. Le rituel de la pose de la première pierre permettait alors de matérialiser l’ancrage monumental et territorial de la mémoire familiale du fondateur. C’est vraisemblablement dans cette perspective qu’Ebbes II de Déols fit poser aux fondements de l’abbaye cistercienne qu’il venait d’établir à Varenne en Berry une dalle où il avait fait inscrire les titres qu’il revendiquait. Cependant, son vassal Garnier de Cluis contesta à Ebbes II l’initiative de la fondation et en appela à l’arbitrage d’Henri II en 1159. Ce dernier décida de trancher le conflit en s’appropriant tout bonnement la fondation. Il obtint ainsi d’Ebbes de Déols qu’il lui cède le titre de fondateur et enlève la dalle témoin de ses prétentions104. Henri II écrivit ensuite à Garnier de Cluis pour exiger qu’il renonce également à ses droits sur l’abbaye105. Selon Lindy Grant, Ebbes II de Déols, à l’instar de Waléran de Meulan (on pourrait aussi ajouter Étienne de Marçay) avaient « dépassé la mesure », mais quelle « mesure » ? S’agissait-il d’atteintes à la gloire du roi ? Selon Giraud de Barri, la gloire du prince se manifestait dans l’art de bâtir, à l’image de celle de l’empereur Auguste qui « laissa en marbre la ville qu’il avait trouvé en brique106 ». Pourtant, rien n’indique que les dimensions architecturales ou le faste de ces cérémonies de fondation aient été particulièrement démesurés par rapport aux autres fondations aristocratiques de la même époque. Le réinvestissement dans les cérémonials liturgiques de refondation montre que les espaces sacrés et la sacralisation des espaces constituaient des lieux d’expression des rapports de pouvoir et notamment du pouvoir sur l’espace. Les refondations qui nécessitèrent l’intervention d’Henri II posaient problème parce qu’elles menaçaient l’intégrité ou la continuité territoriale de son pouvoir, soit parce qu’elles résultaient d’un don illégitime ou contestable, soit qu’elles se trouvaient dans un espace en marche, particulièrement soumis au basculement des alliances. C’est sans doute pour cette raison qu’Henri II insista pour que son nom soit inscrit sur la pierre de fondation du couvent des victorins, Saint-Augustin de Bristol, fondé par un vassal qui avait combattu à ses côtés pendant la guerre civile107. Le cas de l’abbaye de Varenne pousse jusqu’à l’extrême la pratique des refondations royales en permettant l’appropriation d’une fondation aristocratique par un simple jeu sur les rituels. La « politisation » de ces rituels de fondation, en ce sens qu’ils constituent un espace d’affrontement de pouvoirs concurrents dont l’enjeu est le contrôle d’un pôle structurant du territoire, ne met pas aux prises que des laïcs. La revendication du monopole épiscopal tend en effet à s’affirmer de plus en plus nettement, mais la participation des seigneurs laïcs est encore une pratique courante dans les cérémonies de dédicace à la fin du Moyen Âge, créant un véritable obstacle à l’accaparement de cette cérémonie au profit des seuls évêques qui ne parvinrent jamais à exclure totalement les droits des laïcs sur les espaces sacrés et les lieux de culte108. L’affirmation de la puissance publique ne s’est cependant pas effectuée uniquement par le contrôle des lieux polarisant de l’espace féodal (loca dominica et loca sancta), elle a également réinvesti l’espace des communautés qui sont alors en pleine émancipation. Là, c’est en réinvestissant ce qui avait été autrefois du ressort du domaine public que les Plantagenêts sont parvenus à s’imposer et à étendre territorialement leur pouvoir.

Notes

1 Foreville R., L’Église et la royauté en Angleterre sous Henri II Plantagenêt : 1154-1189, Paris, Bloud & Gay, 1943; Wood S. M., English Monasteries and their Patrons in the Thirteenth Century, Oxford, Oxford University Press 1955; Cheney C. R., Becket to Langton : English church government 1170-1213, Manchester, The University Press, 1956; Brooke C. N. L., Medieval Church and Society. Collected Essays, New York, NY University Press, 1971; Cownie E., Religious patronage in Anglo-Norman England, 1066-1135, Woodbridge, Boydell Press, 1999.

2 Voir entre autres : Rosenwein B. H., Negotiating Space. Power, Restraint and Privileges of Immunity in Early Medieval Europe, Manchester, Manchester University Press, 1999, p. 6-7; Lauwers M., Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2005 ; Iogna-Prat D., La maison Dieu, une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), Paris, Le Seuil, 2006 ; Lauwers M. et Ripart L., art. cit., 2007, p. 115-171 ; Mazel F. (dir.), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve-XIIIe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

3 Dalarun J., Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012.

4 Wood S. M., The Proprietary Church in the Medieval West, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 883-904.

5 Pontal O., « Les évêques dans le monde Plantagenêt », Bautier R.-H. (dir.), Y a-t-il une civilisation du monde Plantagenêt ?, Poitiers, CESCM, 1986, p. 129-137 synthétise les travaux de Raymonde Foreville : Foreville R., op. cit., 1943.

6 Turner R. V., « Richard Lionheart and English Episcopal Elections », Albion, no 29/1, 1997, p. 1-13.

7 Hoveden, II, p. 90-91.

8 Peltzer J., « Les évêques de l’empire Plantagenêt et les rois angevins : un tour d’horizon », Aurell M. et Tonnerre N.-Y. (dir.), op. cit., 2006, p. 461-484 ; Walker D., « Crown and episcopacy under the Normans and Angevins », ANS, vol. IV, 1982, p. 220-233.

9 Peltzer J., art. cit., 2006, p. 461-484.

10 Everard J. A., Brittany and the Angevins. Province and Empire, 1158-1203, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 67.

11 Turner R. V., « Richard Lionheart and the Episcopate in his French Domains », French Historial Studies, no 21/4, 1998, p. 517-542.

12 Murphy M., « Balancing the Concerns of Church and State : The Archbishops of Dublin 1181-1228 », Barry T. B. (dir.), Colony and frontier in medieval Ireland : essays presented to J. F. Lydon, Londres, Hambledon Press, 1995, p. 41-56.

13 Peltzer J., art. cit., 2006, p. 461-484.

14 Peltzer J., Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 1140-c. 1230, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 121.

15 Peltzer J., « Henry II and the Norman Bishops », EHR, no 191/484, 2004, p. 1202-1229 ; Spear D., « Power, patronage and Personality in the Norman Cathedral Chapter, 911-1204 », ANS, vol. XX, 1998, p. 205-222; Power D. J., « Norman Church and the Angevin and Capetian Kings », JEH, no 56/2, 2005, p. 205-234.

16 Peltzer J., op. cit., 2008, p. 125 cite Rot. Lit. Pat., p. 7b et 14b à propros des confiscations; voir aussi Packard S. R., « King John and the Norman Church », The Harvard Theological Review, no 15/1, 1922, p. 15-40.

17 Power D. J., « The End of Angevin Normandy: The Revolt at Alençon (1203) » Historical Research, no 74, 2001, p. 444-464; Cheney C. R., Pope Innocent III and England, Stuttgart « Päpste und Papsttum 9 » 1976.

18 Power D. J., art. cit., 2001, p. 444-464.

19 Gazeau V., Normannia monastica (Xe-XIIe siècles). I, Princes normands et abbés bénédictins, Caen, Publications du CRAHAM, 2007, p. 49-50.

20 Ibid., I, p. 326.

21 Turner R. V., art. cit., 1998, p. 517-542.

22 Soria-Audebert M., La crosse brisée. Des évêques agréssés dans une Église en conflit (royaume de France, fin Xe-début XIIIe siècle), Turnhout, Brépols, « Culture et société médiévales, 6 », 2005, p. 206-208.

23 Ibid., p. 209-212, p. 261, cite Chronique latine de l’abbaye de la Couronne, Castaigne J. F. E. (éd.), Paris, 1864, p. 56-57.

24 Peltzer J., art. cit., 2006, p. 461-484; Gillingham J., « Problems of Integration within the Lands Ruled by the Norman and English Kings of England », Maleczek W. (dir.), Fragen der politischen Integration im mittelalterlichen Europa, Ostfildern, Thorbecke, 2005, p. 85-136. Il en va de même en Bretagne, où la concurrence d’Arthur fut fatale à Jean qui ne put obtenir le soutien des évêques breton.

25 Peltzer J., art. cit., 2006, p. 461-484 cite Epistolarum regis Ludovici VII et variorum ad eum volumen dans RHGF, XVI, p. 109, no 337.

26 Boutoulle F., « Hélie de Malemort, archevêque de Bordeaux : un prélat politique au service de Jean sans Terre (1199-1207) », Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 3e ser., no 4, 2004, p. 7-23.

27 Peltzer J., op. cit., 2008, p. 73-74 ; Gazeau V., op. cit., 2007, I, p. 111 et II, p. 136-137 relève que cette voluntas s’exerça également pour mettre en place des abbés en Normandie et en particulier le cas des abbés de Grestain, Guillaume Huboud et de son successeur Raoul vraisemblablement installés par Henri II en 1185 et Richard en 1197, de volente rege.

28 Peltzer J., op. cit., 2008, p. 78-82, retrace l’évolution sémantique de cette notion de voluntas royale associée à celles de consensus et assensus dans le cadre des élections épiscopales ; cite Diceto, II, p. 21.

29 Jollife J. A., Angevin kingship, Londres, Black, 1963, p. 59-109 ; Holt J. C., Magna Carta, 1961, p. 75-122.

30 Mollat G., « Le droit de patronage en Normandie du XIe au XVe siècle », Revue d’histoire ecclésiastique, no 33-34, 1937-1938, p. 463-484, p. 725-788.

31 Jolliffe J.-A., op. cit., 1963, p. 59-109; Buc P., op. cit., 1994, p. 199-200.

32 Holt J. C., The Northerners, 1961, p. 187-93 ; Holt J. C., Magna Carta, 1961, p. 75-79, 112; Billoré M., op. cit., 2005, dactyl. p. 606-608.

33 Baldwin J. W., op. cit., 1994, p. 97-107.

34 Mollat G., art. cit., 1937-1938, p. 463-484 et 725-788.

35 Wood S. M., op. cit., 1955, p. 2-3 cite PL, C, p. 61 (col. 1095); Gray J. W., « The Ius Praesentandi in England from the Constitutions of Clarendon to Bracton », EHR, no 67/265, 1952, p. 481-509; Landau P., Jus patronatus. Studien zur Entwicklung der Patronats im Dekretalenrecht und der Kanonistik der 12. und 13. Jahre, Cologne, Böhlau, 1975 ; Baldwin J. W., « Review of Ius Patronatus: Studien zur Entwicklung des Patronats im Dekretalenrecht und der Kanonistik des 12. und 13. Jahrhunderts », Speculum, no 53/1, 1978, p. 151-153; Wood S. M., op. cit. 2006, p. 892-904.

36 Thomas P. L. J., Le droit de propriété des laïques sur les églises et le patronage laïque au Moyen Âge, Paris, E. Leroux, 1906, p. 112, p. 161-163.

37 Ibid., p. 105-159 C’est Alexandre III qui imposa ce devoir comme règle générale.

38 Holt J. C., art. cit., 1972, p. 3-52 ; Howell M., « Abbatial vacancies and the divided mensa in medieval England », JEH, no 33/2, 1982, p. 173-192 ; Gazeau V., « Les abbayes bénédictines de la Normandie ducale : lieux de pouvoir ou relais du pouvoir ? », Flambard-Héricher (dir.), op. cit., 2006, p. 91-100.

39 Boutoulle F, « L’abbaye de Saint-Sever dans la politique des premiers Plantagenêts (1154-1216) », Cursente B. (dir.), Abbaye de Saint-Sever. Nouvelles approches documentaires (988-1359), Dax, Société de Borda, sciences, lettres et arts des Landes, 2009, p. 179-195.

40 Une pratique largement répandue depuis la fin du XIe siècle : Jared L. H., « English ecclesiastical vacancies during the reigns of William II and Henry I », JEH, no 42/3 1991, p. 362-389 ; Garnett G., op. cit., 2007, p. 52-63.

41 PR 13 H. II, p. 77.

42 PR 17 H. II, p. 135 ; 19 H. II, p. 30, 56.

43 Pendant la vacance de l’abbaye de Glastonbury, Henri II finance entre autres les travaux au château de Carmarthen en Pays de Galles et du palais royal de Woodstock ; PR 27 H. II, p. 15 ; PR 16 H. II, p. 153 ; 18 H. II, p. 96 ; Howell M., art. cit., 1982, p. 173-192.

44 PR 28 H. II, p. 115 ; 32 H. II, p. 117 ; 33 H. II, p. 187 ; 34 H. II, p. 185.

45 Vincent N., « Patronage, politics and piety in the charters of Eleanor of Aquitaine », Aurell M. et Tonnerre Y.-N. (dir.), op. cit., 2006, p. 17-60.

46 Giraud de Barri, VIII, p. 170 ; Appleby J., « The ecclesiastical foundations of Henry II », Catholic Historical Review, no 48, 1962-1963, p. 205-215.

47 Pontal O., art. cit., 1986, p. 129-137.

48 C’est d’ailleurs pour contourner les éventuelles prédations royales, que se mit en place progressivement au cours du XIIIe siècle, la séparation des menses ecclésiastiques. Howell M., art. cit., 1982, p. 173-192.

49 Hallam E. M., « Henry II as a Founder of Monasteries », JEH, no 28/2, 1977, p. 113-132.

50 Ibid. ; Stafford P., « “Chercher la femme”. Queens, Queens’ Lands and Nunneries : Missing Links in the Foundation of Reading Abbey », History, no 85, 2000, p. 4-27.

51 Foreville R., « Tradition et renouvellement du monachisme dans l’espace Plantagenêt au XIIe siècle », Bautier R.-H. (dir.), op. cit., 1986, p. 61-73.

52 Cownie E., « Religious patronage and lordship: the debat on the nature of the honor », Keats-Rohan K. S. B. (dir.), Family Trees and the Roots of Politics. The Prosopography of Britain and France from the Tenth to the Tweltfh Century, Woodbridge, Boydell Press, 1997, p. 133-146 ; Gazeau V., art. cit., 2006, p. 91-100.

53 Holt J. C., art. cit., 1972, p. 3-52.

54 Chibnall M., « The Empress Mathilda and Church Reform », TRHS, no 38, 1988, p. 107-130.

55 Ibid., cite Regesta no 838-840.

56 Regesta no 460-462.

57 Chibnall M., art. cit., p. 107-130.

58 Recueil des actes d’Henri II, I, p. 65, no LVII, p. 221-2, no CXVII, p. 383-384, no CCXXXVI.

59 Vincent N., art. cit., 2005, p. 70-119 ; Recueil des actes d’Henri II, I, no CXVII, Acta Plantagenets (69H).

60 Recueil des actes d’Henri II, I, no CLXXXV, Acta Plantagenets (2244H) : « regni mei stabilitate » ; VCH, Essex, II, p. 125-129.

61 Acta Plantagenets (1006H) : « pro incolumitate puerorum meorum et stabilitate regni mei ».

62 Acta Plantagenets (1328H) : « pro stabilitate et pace regni Angl (ie) » ; PR 6 H. II, p. 28.

63 Acta Plantagenets (3334H) : « et stabilitate regni mei » ; VCH, Lincoln, II, p. 161-163.

64 Acta Plantagenets (272H) : « pro stabilitate et pace regni mei ». Parmi les autres établissements on peut compter l’abbaye de Margam en Pays de Galles, le prieuré Saint-Barthelémy de Londres, l’abbaye de Mortemer, l’abbaye d’Osney, Christ Church d’Oxford.

65 Foreville R., art. cit., 1986, p. 61-73 cite Thesaurus novus anecdotorum V SS. Patrum, aliorumque auctorum ecclesiasticorum omnium fere saecalorum, à quarto cad decimum quartum opuscula, Martène E. et Durand U., Farnborough, Gregg, 1968, I, col. 57. Les fondations des premières celles grandmontines sont datées des années 1156 et 1158, mais la plupart de ces fondations ne sont connues que par les confirmations qu’Henri II promulgua après 1173, dans le cadre de sa pénitence pour le meurtre de Thomas Becket.

66 Chronicon valassense, Somménil F. et Du Monstier A. (éd.), Rouen, Lebrument, 1868.

67 Crouch D., The Beaumont Twins. The Roots and Branches of Power in the Twelfth Century, Cambridge, Cambridge University press, 1986, p. 69-71.

68 Chronicon valassense, p. 12. La charte de refondation de l’abbaye est ainsi justifiée par la nécessité de garantir « la stabilité et de la paix d’Angleterre et de la Normandie » ; Acta Plantagenets (579H).

69 Chibnall M., art. cit., 1988, p. 107-130.

70 Cownie E., art. cit. 1997, p. 133-146.

71 Chibnall M., art. cit., 1988, p. 107-130; Knowles D. et Hadcock R. N., Medieval Religious Houses : England and Wales, Londres, Longman & Co, 1971, p. 123-124, 165.

72 Ibid.

73 Vincent N., art. cit., 2006, p. 17-60.

74 Hallam E. M., art. cit., 1977, p. 113-132.

75 Boussard J., Le comté d’Anjou d’Henri Plantegenêt à la conquête de Philippe Auguste, Paris, Presses Universitaires de France, 1932 ; Halphen L., Le comté d’Anjou au XIe siècle, Paris, Picard, 1906.

76 Kingsford C. L. R. et Turner R. V., « Étienne de Tours », DNB, 2001, cite PR 4 H. II, p. 125, 137, 168 ; Recueil des actes d’Henri II, I., Introduction, p. 459-460.

77 Bournazel É., « Société féodale et fonction publique (fin Xe-milieu XIIIe siècle) », Pinet M. (dir.), Histoire de la fonction publique en France, Paris, Labat, 1993, p. 115-309 ; voir également la réévaluation de Barton R. E., « Between the King and the dominus : the seneschals of Plantagenet, Maine and Anjou », Aurell M. et Boutoulle F. (dir.), op. cit., 2009, p. 139-162.

78 Acta Plantagenets (5116H) cite archives départementales d’Indre-et-Loire H 167 (Cartulaire du Liget) f° 124 r°-v° ; Martene E. et Durand U. (éd.), op. cit., 1968 [1717], I, col. 570 ; Munteanu V., The cycle of frescoes of the Chapel of Le Liget, New York, Garland, 1978, p. 19.

79 Acta Plantagenets (5116H) : « Par charité et par les prières du seigneur Henri roi d’Angleterre, duc de Normandie et comte d’Anjou et les prières du seigneur Étienne sénéchal. »

80 Annales ordinis Cartusiensis, II, p. 454 ; Recueil des actes d’Henri II, II, p. 373-74, no DCCXLII.

81 Cartulaire de l’hôpital Saint-Jean d’Angers, précédé d’une notice historique sur cet Hôtel-Dieu, Port C. (éd.), Paris, J.-B. Dumoulin, 1870, p. iv-v, no 4 ; Recueil des actes d’Henri II, II, p. 206-207, no DCIV : « Sachez que je donne et confirme […] cette présente charte confirmant à Dieu et aux pauvres du Christ du lieu dans lequel est fondée la maison dieu à Angers à côté de la fontaine Saint-Laurent c’est-à-dire la maison que j’ai fondée de ma propre aumône pour l’honneur de Dieu et pour accueillir les infirmes. »

82 Recueil des actes d’Henri II, II, p. 207-208, no DCV.

83 Port C. (éd.), op. cit., 1870, p. 106, no v ; Recueil des actes d’Henri II, II, p. 242-43, no DCXXXII : « fundasse et construxisse ».

84 Port C. (éd.), op. cit., 1870, p. 108, noix.

85 Ibid., p. 110, noxv.

86 Port C. (éd.), op. cit., 1870, p. 91, noxii ; p ; 105, noiii (bulle papale de 1181) ; p. 106-107, novii et p. 109, noxii.

87 Becquet J., « Le bullaire de l’ordre de Grandmont », Revue Mabillon, no 46-47, 1956-1957, p. 1-75/76-93 ; Grant L., « Le patronage architectural d’Henri II et de son entourage », CCM, no 37, 1994, p. 73-84 (p. 81 note 52).

88 Becquet J., art. cit., 1956-1957, p. 1-75/76-93, p. 91 no 14.

89 Annales ordinis Grandimontis, p. 138.

90 Hallam E. M., « Henry II, Richard I and the order of Grandmont », JMH, no 1/2, 1975, p. 165-186; Gaborit J.-R., « L’architecture de l’ordre de Grammont », thèse de l’Ecole des chartes, Paris, dactyl., 1963.

91 Hallam E. M., art. cit., 1975, p. 165-186.

92 Everard J. A., « Les îles normandes en 1204 : le rôle décisif de l’aristocratie normande », Flambart-Héricher A.-M. et Gazeau V. (dir.), op. cit., 2007, p. 215-225 ; Le Patourel J. H., « Guillaume Fils Hamon, premier sénéchal de Bretagne (1171-1172) », Annales de Normandie, no 29/4, 1979, p. 376-377.

93 Torigni, II, p. 376-377.

94 Gallia Christiana, Sainte-Marthe D. (éd.), Paris, 1739-1877, XI, instrumentum 254.

95 Torigni, II, p. 134-135.

96 Richard of Devizes, The Chronicle of Richard of Devizes of the Time of Richard the First, Appleby J. T. (éd. et trans.), Londres, Thomas Nelson and Sons, 1963, p. 4-6, 85 ; Barton R. E., art. cit., 2009, p. 139-162.

97 Giraud de Barri, VIII, p. 170; Appleby J., « The ecclesiastical foundations of Henry II », Catholic Historical Review, no 48, 1962-1963, p. 205-215 ; Warren W. L., Henry II, Yales, Yales University Press, « Yales English Monarchs », [1973], 2000, p. 538 cite Hoveden, I, p. 134-135; Poole A. L., From the Domesday Book to Magna Carta, Oxford, Clarendon Press, 1951, p. 229, note 2.

98 Diceto, p. I, 420; Hoveden II, p. 118-119; Peterborgouh, p. I, p. 173-174.

99 Iogna-Prat D., op. cit., 2006, p. 556-557.

100 Anonyme de Fécamp, PL, CLI, p. 699-724 ; Arnoux M., « La fortune du libellus de revelatione, edificatione et auctoritate fiscannensis monasterii. Note sur la production historiographique d’une abbaye bénédictine normande », Revue d’histoire des textes, no 21, 1991, p. 135-158 ; Renoux A., Fécamp : du palatium ducis au paladium Dei. Histoire et archéologie d’une résidence fortifiée ducale normande, de ses antécédents et de ses prolongements, Paris, dactyl. 1987 ; Lemarignier J. F., Étude sur les privilèges d’exemption et de juridiction ecclésiastique des abbayes normandes depuis les origines jusqu’en 1140, Paris, Picard, 1937, p. 259-62. Ce texte, dédié à l’abbé Guillaume de Ros (1079-1108), a été daté par J.-F. Lemarignier de la dernière décennie du XIe siècle, ce qui peut faire douter de la réalité de la description à plus d’un siècle d’écart.

101 Arnoux M., « Before the Gesta Normannorum and beyond Dudo : some evidence on early Norman historiography », ANS, vol. XXII, 2000, p. 29-48, publie le passage du manuscrit Rouen 528 comprenant la description de la pose de la première pierre.

102 Iogna-Prat D., op. cit., 2006, p. 566.

103 Geoffroy de Vigeois, op. cit., 1864, p. 116 : Bernard Itier, Chronique, Lemaître J.-L. (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 1998, p. 96.

104 Devailly G., Le Berry du Xe siècle au milieu du XIIIe siècle, Paris - La Haye, Mouton, « Civilisations et sociétés », 1973, p. 406.

105 Recueil des actes d’Henri II, I, no CXXIV, p. 230-231.

106 Giraud De Barri, VIII, p. 51-52.

107 Page W., « Houses of Augustinian canons : The abbey of St Augustine, Bristol », VCH, Gloucester, II, 1907, p. 75-79, cite Red Book of St. Augustine’s, Berkeley Castle mss. fols. 17, 18 ; voir également Vincent N., « The pilgrimage of the Angevin kings of England 1154-1272 », Morris C. et Roberts P. (dir.), Pilgrimage. The English experience from Becket to Bunyan, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 12-45.

108 Iogna-Prat D., op. cit., 2006, p. 573-574.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site