Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

 | 
Philippe Haudrère

Quatrième partie. Marine et colonisation

Chapitre XXII. La révolte des esclaves à bord des bâtiments négriers français au XVIIIe siècle : essai de mesure1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le célèbre Répertoire des Expéditions négrières françaises au XVIIIe siècle2, de Jean Mettas et Serge Daget, recense 3 134 voyages de traite, dont 138 – soit 4,4 % – sont perturbés par une révolte des esclaves. Partant de ce travail, notre propos est, ici, de rechercher les causes communes à tous ces soulèvements, puis d’en préciser le déroulement, et enfin les circonstances de la répression.

Les conditions de la révolte

Le taux de 4,4 % n’est pas uniforme : entre 1715 et 1765, le taux est supérieur à 5 % ; à partir de 1765, il diminue régulièrement jusqu’à atteindre 2 % en 1790.

Est-il possible d’expliquer cette évolution ? Il y a tout d’abord une différence entre les bâtiments armés à Nantes, principal port français pour la traite négrière, et ceux qui viennent des autres ports ; sur les 1 424 négriers nantais (soit 45,4 % des armements recensés dans le Répertoire) il y a 74 soulèvements, soit une moyenne de 5,1 %, supérieure de 0,7 point à la moyenne génér...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540