Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

 | 
Philippe Haudrère

Troisième partie. Les Européens aux Indes orientales

Chapitre XVIII. La monnaie de Pondichéry au XVIIIe siècle1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pondichéry est d’abord un comptoir de commerce et les questions monétaires y prennent donc très tôt une grande importance. Un atelier monétaire y fonctionne dès la fin du XVIIe siècle, et l’activité de celui-ci augmente constamment au cours du XVIIIe siècle, en relation avec le développement du trafic des Français.

Les frappes monétaires

Les premières monnaies connues portent la date Pondichéry 1700, cependant les Hollandais, lorsqu’ils furent les maîtres du comptoir entre 1693 et 1698, y firent frapper des caches de cuivre d’un modèle analogue à celles qu’ils faisaient fabriquer à Negapatam, portant la figure de Kâli à l’avers et la mention Pûdûtchery au revers2. Après le retour des Français, ceux-ci frappent soit des monnaies au type français, utilisées essentiellement sur la côte Coromandel, soit des monnaies au type moghol. Parmi les premières la plus répandue est le fanon d’argent ; on trouve aussi les caches ou doudou de cuivre, monnaie divisionnaire. Il faut r...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540