Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

 | 
Philippe Haudrère

Deuxième partie. La route des Indes

Chapitre XIV. Jean-Baptiste d’Après de Mannevilette et les progrès de la connaissance de l’océan Indien au XVIIIe siècle, d’après les routiers et les cartes françaises1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début du XVIIIe siècle la cartographie des Hollandais fait autorité pour la connaissance de l’océan Indien. Succédant aux Portugais, les Hollandais avaient accompli au cours du XVIIe siècle une tâche considérable d’exploration et de transcription2. Toutefois les cartes publiées par eux comportaient encore de très nombreuses lacunes et beaucoup d’erreurs. Les navigateurs français, lorsqu’ils voulaient se rendre en Asie, utilisaient généralement la carte établie par Pieter Goos vers 1690, révisée par Jan Vankeulen en 17103. Or, celle-ci comportait de nombreuses fautes et de graves lacunes. Les positions des littoraux en longitude, indiquées par comparaison avec une carte contemporaine, sont erronées d’une trentaine de kilomètres (Inde) à plus d’une centaine et parfois bien davantage (Java, Australie, Bornéo) ; l’archipel situé au nord-est de Madagascar, ainsi que celui des Maldives, sont particulièrement mal cartographiés, et ce sont des lacunes graves sur une route maritime très f...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540