Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

 | 
Philippe Haudrère

Deuxième partie. La route des Indes

Chapitre XIII. Naufrages sur la route maritime vers les Indes Orientales au XVIIIe siècle (1765-1769)1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La route maritime entre l’Europe et l’Asie par le Cap de Bonne-Espérance est la plus longue de celles parcourues par les navigateurs au XVIIIe siècle. Les passages difficiles, et donc les accidents, y sont assez nombreux. Cette route est fréquentée par les vaisseaux des Compagnies des Indes, grandes entreprises marchandes ayant le monopole du commerce des produits d’Asie en Europe, avec des directions générales disposant d’archives bien tenues, dont la consultation permet d’avoir une idée du mouvement maritime ainsi que du nombre et de la localisation des naufrages.

Nombre de naufrages

La comparaison du nombre des naufrages des vaisseaux de la Compagnie française des Indes avec celui de la Compagnie hollandaise des Indes orientales, la célèbre V.O.C., est intéressante. Elle peut être poursuivie durant la période de l’activité conjointe des deux sociétés, c’est-à-dire entre 1665 et 17692.

Pour les Hollandais, sur 3 022 bâtiments envoyés en un siècle on compte ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540