Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

 | 
Philippe Haudrère

Deuxième partie. La route des Indes

Chapitre X. Bois et construction navale à Lorient, port de la Compagnie des Indes au XVIIIe siècle1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorient a été aménagé à partir de 1666 comme port principal des armements et des désarmements de la Compagnie des Indes, et assez rapidement une cale sèche fut construite afin de permettre des radoubs ou éventuellement des constructions. Cependant, cette activité est réduite. On construit soit des embarcations pour le service du port, soit des unités de faible capacité (moins de cent tonneaux) pour le cabotage, soit quelques gros vaisseaux, comme le Soleil d’Orient. La plupart des vaisseaux utilisés pour le commerce d’Asie sont achetés dans des ports français spécialisés, comme Nantes ou Saint-Malo, ou bien sur des chantiers britanniques, hollandais ou hambourgeois, qui maîtrisent depuis longtemps les techniques de la construction pour le long cours. Cette solution s’avère peu satisfaisante et la Compagnie éprouve des mécomptes. Ainsi, en 1723, le capitaine de la Sirène, bâtiment récemment acheté, constate que celui-ci est « de construction grossière, tels qu’on les fait pour les ét...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540