Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

 | 
Philippe Haudrère

Deuxième partie. La route des Indes

Chapitre IX. Pirates européens dans l’océan Indien (1690-1730)1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’océan Indien, la piraterie est exercée soit par des navigateurs locaux, soit par des Européens2. à l’époque moderne, parmi les premiers, et sans que l’on puisse distinguer clairement entre pirates et corsaires, les plus actifs sont d’une part les Angrias, installés sur la côte occidentale de l’Inde, hostiles à l’extension de l’autorité du Mogol et des Européens, contre lesquels les Britanniques organisent, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, une petite escadre de guerre, établie à Bombay, d’autre part la tribu arabe des Joasminas, sur la côte occidentale du golfe Persique, autrement nommée « Côte des pirates », qui dénoncent les fortunes excessives tirées du commerce maritime, les estiment contraires à la pureté de l’Islam, et entreprennent de les détruire. Pour en venir à bout et disposer d’interlocuteurs reconnus dans la région, les Anglais créent, au début du XIXe siècle, la Confédération des émirats arabes unis.

Il y a aussi des Européens, en particulier des Français....

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540