Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

 | 
Philippe Haudrère

Première partie. Les compagnies des Indes

Chapitre VII. La contrebande des toiles indiennes à Paris au XVIIIe siècle1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De 1686 à 1759, pendant trois quarts de siècle, le commerce et l’usage, tant pour l’ameublement que pour le vêtement, des cotonnades de couleur, « peintes » en Inde, dites « indiennes », sont interdits en France. Or, selon un fabricant lyonnais, évidemment favorable à l’interdiction, Paris est, à la fin du XVIIe siècle, le principal centre pour le commerce des indiennes :

« Un petit nombre de marchands, distributeurs des étoffes des Indes, [y] sont eux seuls l’unique cause du goût dépravé que les femmes de la Cour et de la Ville ont pour ces sortes d’étoffes, fort inférieures à celles qu’on fabrique dans le royaume, et par là ils favorisent le grand commerce que les Anglais et les Hollandais font de ces sortes d’étoffes2. »

Comment donc les Parisiens supportent-ils l’interdiction ? Mal, bien sûr.

Une réglementation contraignante

Tout commence avec l’arrêt du 26 octobre 1686 :

« La grande quantité de toiles de coton peintes aux Indes, ou contrefaites dans le Royaume, ont donné lieu, assur...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540