Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

 | 
Philippe Haudrère

Première partie. Les compagnies des Indes

Chapitre IV. La direction générale de la Compagnie des Indes et son administration au milieu du XVIIIe siècle1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’originalité de la Compagnie des Indes est d’être à la fois une entreprise d’État et une société privée. Entreprise d’État puisque la Compagnie a le monopole des relations commerciales entre la France et l’Asie, et que l’État s’est engagé, par une charte de concession, à faire respecter ce monopole, au besoin par la force. Entreprise d’État encore puisque la Compagnie dispose en Asie de privilèges régaliens, comme celui d’entretenir sa propre armée et sa propre marine de guerre, de battre monnaie, de déclarer la guerre ou de négocier la paix avec les puissances locales. Société privée, puisqu’elle groupe des négociants, armateurs, financiers, et autres actionnaires, qui avancent des fonds, surveillent la gestion et reçoivent des dividendes. Ce double caractère de la Compagnie des Indes explique l’originalité de son organisation administrative. Par ailleurs, au milieu du XVIIIe siècle, dans les années 1740 à 1760, cette organisation, progressivement élaborée depuis un siècle, trouve...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540