Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Français dans l’océan Indien, XVIIe-XIXe siècle

 | 
Philippe Haudrère

Première partie. Les compagnies des Indes

Chapitre III. Un aspect de l’échec du système de Law : les « réalisations » du personnel de la Compagnie des Indes entre 1719 et 17201

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Système de Law se caractérise entre autres par une multiplication des signes monétaires et par une évolution de l’opinion qui, après avoir eu une confiance excessive dans ces mêmes signes, les rejette2. Les causes de ce revirement sont nombreuses, mais l’une des principales est certainement les « réalisations », c’est-à-dire les acquisitions à bas prix de maisons, de domaines ruraux, de droits seigneuriaux et de charges, au moyen de billets de la Banque royale ou d’actions de la Compagnie des Indes à un moment où de nombreux Français désiraient échanger des immeubles aux revenus jugés médiocres contre des valeurs de rendement apparemment beaucoup plus élevé.

Les « réalisateurs » appartiennent souvent à l’entourage de Law, et ce sont toujours des spécialistes rompus aux mécanismes financiers, bien placés pour connaître les premiers les décisions importantes susceptibles d’influencer le marché3. Toutefois il n’y a pas d’uniformité dans les réalisations : elles se différencient par l...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540