Version classiqueVersion mobile

Les corps meurtris

 | 
Fabrice Brandli
, 
Michel Porret

Deuxième partie. Recueil de jurisprudence médico-légale (1716-1792)

Anthologie de rapports

Texte intégral

1. Infanticide, 28-29 décembre 1716 (PC 6500)

1 Le matin du 28 décembre 1716, Jeanne-Marie Chaillot s’apprête à réveiller Alexandre Luiset, son neveu, fils naturel de Jaquemine Luiset, née Chaillot, lorsqu’elle le découvre mort dans son lit. Selon son témoignage et celui de son mari, Jean Chaillot, Alexandre n’aurait jamais subi d’autres violences que des coups de verges que lui administrait parfois son père, Jean Luiset. À défaut de nouvelles preuves, l’affaire est classée sans suite.

  • 1 Lazare Mézières, dit La Baume : chirurgien à Bourdigny dès 1704 et encore en 1727, in Léon Gautier (...)

2a) Lettre du chirurgien Lazare Mézières, dit La Baume1, au châtelain du mandement de Peney, Bourdigny, 28 décembre 1716 [f° 1-2] :

3Monsieur,

4Je me donne l’honneur de vous faire la presante pour vous donner advis quayant esté apellé pour aller à Peney pour voir et viziter dans la maison de Jean Chaillot où estant j’ay trouvé un enfent apartenent à la femme dun nommé Jacques Luiset lequel les voizins dizent quil avoit maltreté ce enfent hier cepandant lenfent sest trouvé mort ce matin aupres de lui layant veu et consideré jay jugé avoir esté estranglé et sufoqué. Le voulant enterrer je leur ay defendu de le faire sans vos ordres apreendant que vostre justice nen veulent prandre cognoissance et faire ouir les voizins ce qui ma obligé à vous en donner conoissance afin de le faire enterrer atandant de vous faire mon raport et de me croire avec respect

5Monsieur

6Vostre tres humble

7tres obeisant serviteur

8La Baume chirurg[ien]

9À Bourdigny ce

1028me. Xbre. 1716

11b) Rapport du chirurgien Lazare Mézières, dit La Baume, Bourdigny, 29 décembre 1716 [f° 3] :

12Je soubsigné Lazare Mézières La Baume chirurgien demurant à Bourdigny mandement de Peney declare avec serment que le jourdhier vingte huit du mois de xbre. 1716 venant de Choully et entrant autemple de Bourdigny Le Sr Marc Soubeyran mre d’ecole me demanda sy javois esté à Peney, surquoy luy ayant dit que non il me dit il y a bien arrivé des afaires car mre Vagny et metre Borel masson qui viennent travailler à La cure mondit que passant à Peney on leur avoit dit q’un nomme Jacques Luiset avoit tant batu un enfant quil estoit mort sur quoy il me priat de ne laser pas viziter sans luy, une heure apres Jeanne Marie Moré femme de Jean Chaillot de Peney me vint apeler pour voir et viziter led. enfent où estant acompagné dud. Soubeyran des voizins et de la servante de monsr le ministre [Ézéchiel] Gallatin ay vizité led. enfent lequel estoit tout noir depuis les pieds jusques aux anches le vizage tout tumifié plombé le cou et tranchée artere de meme ce qui fait voir quil est mort dune mort tres violante ainsy est mon raport veritable et lay signé de 29 du susd. mois et an.

13L. Mézières La Baume

  • 2 Jean-Isaac Cramer : citoyen, fils de Gabriel Cramer, également médecin, né le 29 juillet 1674, DM (...)

14c) Rapport de Jean-Isaac Cramer (médecin), Gédéon et François Pétineau (chirurgiens)2, 29 décembre 1716 [f° 8-9] :

  • 3 C’est Jean-Louis Buisson qui est alors châtelain de Peney.

15Nous soubsignés Docteur medecin et Maitres chirurgiens certifions que ce jourd’huy 29e Decembre 1716 nous nous sommes transportés dés Genève au village de Peney, ensuitte de l’ordre qui nous en a eté donné par Monsr Saladin3 Chatelain pour nos Magnifiques et Tres Honorés Seigneurs pour visiter le cadavre d’Alexandre fils de Jaquemine Chaillot femme de Jacques Luiset dud. village de Peney, agé d’environ deux ou trois ans, et trouvé mort dans son lit le lundy matin 28 du courant : où étant arrivés après avoir preté serment entre les mains dud. Sr Chatelain, nous avons examiné exterieurement toutes les parties dud. enfant : le crane étoit dans un état naturel, sans aucune fracture, ni tumeur [ajouté en suscription : à la tête], le tour des yeux, une partie de la joüe, et les environs de l’oreille du côté gauche étoyent un peu livides, sans toutefois aucune tumefaction, les yeux étoyent un peu enfoncés, les levres et le reste du visage étoyent dans un état naturel ; le col, la poitrine, et le bas ventre étoyent dans un bon état, à la reserve que la region epigastrique étoit un peu livide. Après avoir examiné exterieurement les parties, et les avoir trouvées dans un bon état, en particulier le col, où [ajouté en suscription : nous] n’avons remarqué aucune trace ni vestige, qui nous pût faire soupsonner que cet enfant eût eté étranglé, nous avons ouvert le bas ventre, et d’abord nous avons remarqué que la lividité qui paroissait dans la region epigastrique exterieurement, ne penetrait pas au delà de la peau, et ayant examiné les visceres du bas ventre en particulier le foye, l’estomac, et les intestins, nous les avons trouvé dans un état très naturel : ensuite nous avons ouvert la poitrine, et nous avons trouvé le cœur, et les poulmons en bon état, sans que nous ayons remarqué dans les poulmons aucun gonflement, ni lividité, ni extravasation de sang : ayant encore decouvert la trachée arter dans son trajet par le col, pour examiner si nous ne decouvririons rien, qui pût nous porter à croire que cet enfant avoit été étranglé, nous avons trouvé lad. trachée artere dans son état naturel : nous avons aussi examiné la bouche et la langue, autour de la bouche ni dans la bouche, il n’y avoit aucune trace d’ecume ; la langue autant que nous l’avons pu voir (n’ayans pu ouvrir la bouche de l’enfant) nous a paru tres naturelle, tant par rapport à sa grosseur, que par rapport à sa situation.

16Ensuite dequoy nous étant reflechis sur tout que nous avions observé du corps de cet enfant, nous sommes unanimement convenus qu’il n’y avoit aucun lieu de croire par aucun signe exterieur que cet enfant fût mort d’une mort violente, et nous croyons au contraire qu’il peut etre mort de quelque affection apoplectique, occasionnée par la misere, le froid, et la mauvaise nourriture, ou quelque autre cause antecedente que nous n’avons pû decouvrir. Ainsi est nôtre rapport, fait à Genève ce 29e. Xbre. 1716.

17Cramer fils DM

18Pétineau pere mtre ch Jurés

19Pétineau fils, mtre chirurgien

2. Mort par arme à feu, 11-19 octobre 1717 (PC 6579)

20 Le matin du samedi 9 octobre 1717, Pierre-Louis Ritter, citoyen domicilié à Chancy, navigue sur le Rhône en compagnie de deux autres bateliers avec la permission du syndic de la Garde. Arrivés à la hauteur du bois de Bay, ils rencontrent une compagnie française de cinq gardes du sel qui leur enjoignent d’accoster pour que l’embarcation soit contrôlée. Les bateliers manœuvrent alors de telle façon que les gardes sont persuadés qu’ils cherchent à s’enfuir ; des coups de feu sont tirés contre l’embarcation, Ritter est touché. Gravement blessé, il est conduit à Peney chez le batelier Jean Chaillot où il décède.

  • 4 René Garnier : né vers 1653, originaire d’Aiguières en Provence, gendre du chirurgien Jacques Cres (...)

21a) Rapport du chirurgien René Garnier4, 11 octobre 1717 [f° 1-2] :

22Je soubsigné Maittre Chirurgien À Genève certifie et atteste Avoir Esté apellé par le Sr Auril Me orologeur [ajouté en suscription : de] Cette Ville pour me Transporter au Vilage de Peney le Dimanche disiesme du courant pour voir panser et médiquamanter sieur Pierre Louis Ritter son beau frere au subjet de quelque blessure quil Avoit ressu maiant prié de luy aporter Tous mes soings, Estant arrivé dans led. lieu, sur les dix heures du matin, Je trouva led. Sr Auril sa famme et celle dud. Ritter et quelques autres de leurs parans et amis dans La maison De Jean Chaillot, battelier aud. Peney quy me dirent a linstant que le blessé venoit de dexçeder, que Les Sieurs La Baume et Victor, chirurgiens de Bourdigny et de Chancy lieu de leur voisinage y avions porté Tous Leur soings, mais inutillemant, mettant ensuitte informé de ces Mess.rs Les chirurgiens me dirent que led. feu Sr Ritter avoit perdu beaucoup de sang et quil avoit ressanty de viollantes doulleurs au vantre depuis le moment quil fut blessé, Ensuitte me prierent avec led. Sr Auril et autres parants du déffun de voulloir examiner Les Blessures que le déffun avoit Et ce quy luy avoit causé la mort Et prosedant à La visitte de son corps Luy avons Trouvé En premier Lieu une grande quantitté de petites Grenaillies de fer parseméés dans Toute Lettandue de la Joüe droitte, et quelques autres au manton Et au col du mesme cotté jugent par Là quil avoit ressu En cette partie un coup de quelque arme à feu chargé desd. Grenaillies Luy ajant Tiré de fort prett, Ensuitte ajant Tourné Le cadavre sur son vantre Luy Avons Trouvé une playe ronde et large à y pouvoir introduire Le bout du doigt, Causéé par une autre arme à feu chargéé à bale [mot biffé] [ajouté en suscription : Laquele] penetroit dans la capassitté de La poitrine et du vantre Inferieur, son entrée estoit en la partie Lateralle et posterieure du cotté droit, Entre La quatrieme et La cinquieme des fauces cottes contant du bas en hault ce qui nous a donné Lieu pour descouvrir Les parties offançéés de fere Louverture de vantre Inferieur, Et avons Trouvé que La bale qui a causé lad. playe avoit persé le diaphrasme Tout proche de sa [rature] jonction avec Les cottes, Ensuitte luy a persé Le foye deschiré et rompu des vaisseaux considerables dont Le sang settoit Estravazé dans Led. bas vantre, en son chemin a frayé une partye des intestins et a percé Lyleon aussj de part en part et avons Trouvé Lad. balle proche Los des Ille du cotté oposé à son Entrée ce dernier coup [ajouté en suscription : Jugon avoir] a Esté Tiré du hault en bas de coste quaiant ainsi interessé Les visceres si dessus nomes, ont ne pouvoit que sattandre à la mort Tel Est mon raport fait à Genève ce unsiesme octobre mil sept cent Dix sept, Ensuitte du seremant que jay pretté pardevant monsieur Le Chatelain Buisson En foy de ce me suis signé.

23Garnier pere me. Chirurgien

24b) Rapport du chirurgien Lazare Mézières, dit La Baume, 13 octobre 1717 [f° 17-18] :

25Je Lazare Mézières La Baume chirurgien demurant à Bourdigny certifie metre transporté de mon domicile au vilage de Peney le samedy 9me 8bre 1717 dans la maison de Jean Chaillot, où J’ay trouvé [biffé : ou j’ay] le Sr Pierre Louis Ritter citoyen de Genève dans le lict qui ma requis le viziter pancer et medicamenter premieremt luy trouvé une petite playe ronde ametre le bout dudoit sur la quatrieme et cinquieme cotte fausse avec grande esfusion de sang où j’ay conjecturé ladtte playe penetrant dans la capacité de la poitrine, plus luy ay trouvé toute la joue criblée de pettite grenaille, ausy bien quau cou et à lepaule les ditte playes ayant Esté faites par arme à feu et le tout du cotté droit e[t] luy ay posé mon premier apareil et me suis retiré à mon domile Jusques au landemain pour lever mon apareil layant trouvé expiré sy estant rancontré le Sr Garnier mre chirurgien de Genève ; Et le Sr Victor chirurgien à Chancy avec plus.rs parans du defunt pour voir qui a cauzé la mort à la riquisition des parans avons ouvert led. cadavre et avons trouvé que la balle ayant passé entre la quatrieme et cinquieme cotte fausse travercé le diafragme percé un de laubes du foye dans la partie enterieure et posterieure traversé lintestin illion, Et avons trouvé la balle vers los des illes ce ce qui a cauze la mort tel est mon raport par le serment que j’an ay presté pardevent Monsieur Buisson chatelain du mandement de Peney à Genève le trezieme octobre mille sept cents dix sept et me suis signé.

26L. Mézières La Baume m. chirurg.

3. Noyade, 19 mai 1718 (PC 6639)

27 Disparu depuis le 2 mai, Jean Giraud ou Girod, soldat d’origine dauphinoise engagé dans la compagnie du capitaine Dumont, est retrouvé noyé, son corps retenu à un pieu de la digue du moulin de La Corbière, derrière la rue du Temple. Connu, selon les termes du verbal de l’auditeur, pour « avoir l’esprit fort faible et mélancolique, d’ailleurs très honnête homme », Jean Giraud est enterré sans cortège.

28a) Rapport du chirurgien René Garnier, 19 mai 1718 [f° 2-3] :

29Je soubs Maistre Chirurgien Certiffie Et atteste avoir Esté apellé par Monsieur Lauditeur [Pierre] Fabri pour me Transporter Avec Luy au fond de La Grande alléé quy aboutit au bor du Rhône y Estant arivés nous aurions Trouvé un Corps Mort depuis quelque tamps Lequel ma aparu avoir Esté noyé Et resté Long Tamps dans Leau, Luy aiant Trouvé La Teste dune Grosseur prodigieuse son visage tout déffiguré Et à moitié poury Et Corompu de mesme que Tout son corps Le vantre Et La poitrine fort Gonfléé par Les Eaux quy y sont Entrées soit par La bouche le nez Et par Les oreillies quy lon suffoqué dautant plus que le cadavre a resté plusieurs jours dans le Rhône naiant Trouvé aucune playe ny blessures à son corps ny aucune marque de cordes au col ny aillieurs. Aiant apris par Margotto [biffé : Girod] Girod agéé denviron 22 ans ce disant Estre La fillie dud cadavre que son pere navoit par lesprit fort solide Et quil y prenoit souvent des vertiges qui luy octoit souvant la cognoissance.

30Tel Est mon raport que jay faict Ensuitte du seremant que Jay pretté pardevant led Mons. Lauditeur Fabri [rature] En foy de ce me suis signé à Genève Ce 19e May 1718.

31Garnier pere me. Chirurgien

4. Chute mortelle, 22 avril 1719 (PC 6718)

32 Le 22 avril 1719, en fin de soirée, trois habitants de la maison de la veuve Gautier découvrent le corps de leur voisin Jean-Pierre Ravier au bas de l’escalier et en informent l’auditeur Michel Trembley.

  • 5 Jean-Antoine Mauris : citoyen, fils du chirurgien Jacques Mauris, baptisé au temple de la Madelein (...)

33a) Rapport du chirurgien Jean-Antoine Mauris5, 22 avril 1719 [f° 3-4] :

34Du sammedi 22e Avril 1719 à 10 heures du soir

35Je soubsigné Maistre Chirurgien et Visiteur Establi et assermenté de par Messieurs les Nobles directeurs de L’hospital, declare mestre transporté par ordre de Monsr L’auditeur [Michel] Trembley dan[s] la maison de la Veuve du sergent Gautier où demeure Étienne Vilaret chés qui estoit Logé Jean Pierre Ravier de Thônex terre de Chapitre ouvrier aux pierrieres de Cologny agé de 27 ans, lequel a esté trouvé Estendu sur son ventre mort dans le bas de la montée. Monsr L’auditeur mayant ensuite assermenté pour visiter exactement ce qui pourroit luy avoir causé la mort jay reconnu qu’il sestoit fractúré les os pétrens ou de loreille droitte avec une Emorragie considerable arrivée par un dechirement de lartere temporale comme une grande contusion su[r] le muscle Temporal ou crotaphite et quelques egratignures sur le nés, Ledit Ravier estant si rempli de vin qu’il estoit presque impossible de le pouvoir souffrir, comme layant veu encor ce matin dont il en a rendu une si grande quantité que je juge par là que c’est son ivrongnerie quil luy a causé cette chutte et qu’ensuitte nayant esté apperceu de longtemps il a esté suffoqué dans le vin n’ayant rien reconnu d’autres quoy que je laye examiné à diverses autres parties de son corps present les Sr Brazier, Roget Mes Orfevres et le dit Étienne Vilaret comme aussi un ouvrier masson qui estoient dans la maison.

36Jean Antoine Mauris

37Me Chirurgien et Visiteur

5. Noyade, 16 septembre 1719 (PC 6750)

38 Le corps de Ferdinand Cippon, un ouvrier aux fortifications originaire du bailliage de Morges, est découvert dans le lac, à la hauteur du reposoir des Eaux-Vives, vêtu d’une casaque de toile noire. Selon la déposition de sa logeuse, Ferdinand Cippon, marié et père de deux garçons, était tombé malade la semaine précédente d’une « fièvre chaude avec des transports au cerveau ».

39a) Rapport du chirurgien Jean-Antoine Mauris [f° 2] :

40Du sammedi 16e septembre 1719 à 3 heures apres midi.

41Je soubsigné Maistre Chirurgien et Visiteur Etably et assermenté par Messrs Les Nobles Directeurs de L’hospital Certifie avoir esté appelé par ordre de Mr Lauditeur [Pierre] Fabri, lequel s’est transporté luy mesme avec Monsr Le secretaire [de la Justice Philippe] Des Arts aux Eaux-Vives au dessous de la maison de Monsr Marc Lullin pour Visiter un cadavre où estant despouillié de ses habits je luy ay trouvé les deux mains crochues les dessus escorchés la poictrine extremement enflée et pleine d’eau, le Col Livide et serré comme un Estranglement fait par sa Cravatte, son Visage bouffide couleur livide ; Le nez luy jettant du sang pourry, et quelques marques noires sur le dos entre autre une de la largeur de la paume de la main sur lespaule gauche ce que je juge luy estre arrivé par le rencontre de quélques pierres ou graviers par où il á esté poussé par les Vagues, et la lividité du Visage par le serrement que luy á fait le serrement de sa cravatte et par la grande quantité d’eau qu’il a beu dont sa poitrine estoit estoit [sic] remplie et dont il á esté suffoqué Le Corps ayant esté transporté à L’hospital par ordre de Mr Lauditeur et reconnu par son hostesse qui demeure à la rue de Beauregard qui á declaré comme je lay appris qui se nommoit Ferdinand Cippon de Sulatz [Sullens ?] dans le baillifage de Morges, lequel jestime pouvoir avoir resté 2 à 3 jours dans l’eau.

42Jean Antoine Mauris

43Me Chirurgien et Visiteur assermenté

6. Accident de chasse mortel, 23-26 novembre 1719 (PC 6763)

44 Le maître d’école de Peney, Jean-Pierre Miville, se tue accidentellement avec son fusil dans le bois de Bay où son corps est découvert par le forestier Joseph Ducors qui alerte aussitôt le pasteur de Satigny, André Joly.

45a) Rapport du chirurgien Lazare Mézières, dit La Baume, 23 novembre 1719 [f° 1-2] :

46Je Lazare Mézières La Baume chirurgien Demurant à Bourdigny au mandement de Peney par ordre de monsr Le premier sindic du 23me 9bre 1719 acompagné de Gabriel Revillard oficier dud. Lieu me suis transporté auteritoire de Peney sur une piesse de terre et bois apellée Surcouta Armondon [ ?] apartenante au freres Dugerdil où Jay trouvé Joseph Ducors, et Christe Aldy gardant un cadavre et mondit Estre Jean Pierre Miville Leur mre decolle et à leur presance Lay trouvé aupied d’un chené dabouchons sur son vizage deux pieds ou environ dud. chene son fuzil apuyé sur une brousaille contre ledit chene Layant tourné et desabillé à leur presance luy aytrouvé une playe sur le teton dextre. Layant sondé et penetrant toute La capacité du torax Lay ouvert et trouvé tout le diafragne le poulmon et le cœur tout offancé La ditte playe ayant Esté faite par arme à feu ayant conjecturé que led. Miville auroit monté sur led chene pour semettre à la feu soit du Lievre ou autre bette se panchant pour prandre son fuzil par le bout ce coup peut Estre party et avoir fait led. coup Lesdits Ducors et Aldy nous ayand declaré à Gabriel Revillard et moy avoir fouillé led. cadavre en presance de temoins quils nommeront quand ils en seront requis tel est mon raport ce 23me 9bre 1719 et ay signé.

47L. Mézières La Baume chirurgien

7. Suicide, 24-26 mars 1723 (PC 7055)

48 Le matin du 24 mars 1723, le maître d’école de Saint-Gervais Jean-Louis Boursier, dit Lamotte, malade depuis plusieurs jours, se jette dans le Rhône depuis les latrines publiques du Cheval-Blanc et se noie. Le corps est retrouvé deux jours plus tard à la hauteur de la rue du Temple. Le Conseil autorise l’enterrement de Jean-Louis Boursier, mais « sans bruit ».

  • 6 Jean-Ami Le Fort : citoyen, né le 3 novembre 1683, DM à Valence le 27 septembre 1705, agrégé le 10 (...)

49a) Rapport du médecin Jean-Ami Le Fort6, 24 mars 1723 [f° 1-2] :

50Je sousigné Docteur en Medecine, après avoir preté serment entre les mains de Monsieur l’Auditeur [Jacob] Favre, certifie que je fus appellé le 16e de ce mois, à dix heures du matin, pour visiter le nommé Lamotte, Maitre d’école, demeurant à Saint-Gervais, à coté du Cabaret où pend pour enseigne le Cheval Blanc ; et que je trouvai le dit Lamotte dans le lit, atteint d’une grosse fievre, acompagnée de mal de tête, de douleur au coté, et de difficulté de respirer, crachant par intervalle quelque peu de sang ; ce qui me fit juger que son Mal etoit une Pleuresie bien caracterisée. C’est pourquoy je lui ordonnai sur le champ, et que je lui ai ordonné dans la suite tous les remedes les plus propres pour arreter les progrez de ce mal, et en particulier la saignée, laquelle aurait été reiterée jusqu’à la sixieme fois, au 4e jour de la maladie, si les assistans n’y avoyent eu quelque repugnance, alleguant que le malade était d’une complexion delicate et qu’il se trouvoit actuellement fort faible. La fievre neantmoins étoit toujours assés considerable mais elle diminua beaucoup les 5 et 6e jour : Et il parut alors [biffé : quelque] [ajouté en suscription : une] disposition à la sueur, que je me proposai d’entretenir par l’usage de quelques legers diaphoretiques, lesquels sembloient dejà produire un bon effet. Et le mardy 23e du courant à huit heures du matin je visitai le dit Lamotte, à qui je demandai comment il se trouvoit ; il me repondit d’une voix fort cassé qu’il se trouvoit mieux, qu’il n’avait point d’alteration, et que le mal de tete et le point au coté etoyent entierement dissipés. Il est vrai que je lui trouvai encore assés de fievre, et que je n’eus pas le temps de le revoir le soir, comme j’avois fait tous les jours precedens, sans manquer une fois. Fait à Genève le 24e mars 1723. Le Fort.

  • 7 Jean-Pierre Ducros : citoyen ( ?), né vers 1665, agrégé, père du médecin Isaac ; mort le 4 septemb (...)

51b) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Ducros7, 26 mars 1723 [f° 5] :

52Je soubsigné Ancien Maitre Chirurgien Juré Declare à qui il appartiendra, que le vingt et sixième Mars mille sept cent vingt et trois, qu’environ les dix heures du matin, jay Receu Ordre de Monsieur L’Auditeur [François-Jean] Turrettini de Visiter le Cadavre de [Jean] Louis Boursier de Lamotte [La Mothe ?], proche du Vigan en Cévennes, habitant de Cette Ville, et apres le serment preté entre les mains dudit Monsieur L’Auditeur Turrettini, et apres l’avoir bien examiné pour Decouvrir la Cause de sa Mort, je n’ay rien trouvé en Luy ni playe, ni contusion, ni excoriation, ni aucun Lien qui l’ait serré, Mais ce que je juge en etre la Cause, est le derangement de son Cerveau, Causé par une fievre tres ardente qu’il avoit depuis le 14 du Court et qui la porté à se précipiter dans L’eau, doù on l’avoit tiré quand je lay visité, et que je Juge etre la Cause de sa Mort en foy de quoy me suis [signé] le jour sy dessus 26e Mars 1723. J.P. Ducros me chirurgien.

8. Mort accidentelle, 19 octobre 1723 (PC 7101)

53 Bénédict Brand, valet bernois au service du capitaine Ami Dunant à Champel, est trouvé sans connaissance et baigné de son sang au bas de l’échelle qu’il utilisait pour accéder à sa chambre. Voulant sortir lorsqu’il faisait encore nuit, il rate le premier échelon et chute la tête la première sur le pavé de la cour. Il meurt de ses blessures aux environs de neuf heures du matin.

  • 8 Daniel Michel : né le 16 octobre 1681, reçu bourgeois avec son père le 27 août 1687, agrégé, chiru (...)

54a) Rapport du chirurgien Daniel Michel8, 21 octobre 1723 [f° 3-4] :

55Je soussigné atteste par sermen que mardi dernier dixneuf octobre 1723, j’ay esté mandé exprés par Monsr Le docteur Medecin Tollot, sur Champel pour pancér un blessé ; pour cét effet i’ai esté le dit iour environ neuf heures du matin au dt Champel dans la maison de Monsr le Capitaine Dunant, ou i’ay trouvé le nommé Benedict Brand valet au dit sieur Dunant agé d’environ quarente cinq ans couché dans un lit mort depuis peu de momens, j’ay examiné ce qui pouvoit avoir causé sa mort, i’ay trouvé une fort grosse contusion avec playe à la partie superieure de Los nommé parietal du costé droit, Laquelle un de mes serviteurs qui m’avoit précedé avoit commencé à dilater, pour m’assurer de ce qui pouvoit avoir donné occasion à une mort si promte, i’ay étendu les incizions, j’ay trouvé que le dt os parietal estoit fendu depuis sa partie moyenne jusques à la suture de los nommé pétreus et le dt os pétreus aussi fendu iusques auprés de son articulation ave[c] la machoire, j’ay levé une partie de cet os et veu beaucoup de sang répendu et coagulé sur la dure mére ses découvertes sont plus que suffisentes pour prouver la cause de la mort du dt Benedict Brand, qui ne peut etre occasionnée que par un coup violent comme une chute sur un cors solide, ou autre semblable j’ay fait le present rapport par l’ordre de Monsieur Favre Auditeur, En foy dequoy ie me suis signé à Genève ce 21e 8bre 1723.

56Michel chirurgien ancien juré

  • 9 Aimé Tollot : citoyen, DM à Valence le 16 avril 1698, agrégé en mai 1698, du CC en 1709, doyen en (...)

57b) Rapport du médecin Aimé Tollot9, 22 octobre 1723 [f° 5-6] :

58Je soûsigné Medecin requis pas Monsieur L’Auditeur [Jacob] Favre de donner un rapport par serment au sujet de la mort violente de Benedict Brand de Bardon [ ?] au Canton de Berne, valet de Monsieur Ami Dunant capne au service de Hollande ; Certifie que sur l’âvis que me fut donné le mardi 19e du courant mois à 7 heures du matin du funeste accident arrivé aud. Brand, je partis incessamment pour me rendre à Champel dans la maison dud. sr capne Dunant où le susdt Brand residoit ; [biffé : ou étant] accompagné dun des serviteurs du sr Michel mre Chirurgien de cette ville ; où étant arrivé environ à 8 heures ; j’ai trouvé ledt Brand au lit assisté des vignerons, de la femme d’un desdts vignerons et de sa servante, qui lui donnoient tous les secours, qui pouvoient dépendre d’eux : lequel étoit sans aucune connoissance ; ayant les yeux fermez ; le pouls petit, foible et concentré ; la respiration lente et difficile ; et comme il m’avoit été rapporté qu’on l’avoit trouvé étendu froid, et comme mort sur le pavé au bas et au côté droit d’une Echelle, par où il avoit accoutumé de monter dès la cour, à la chambre où il couchoit, et d’en décendre, ayant répandu beaucoup de sang d’une playe qu’on avoit découvert à sa tête ; dont en effet j’avois vû une assez grande quantité au susdt lieu ; j’en fis faire l’examen fort exactemt sous mes yeux par le susdt serviteur chirurg. apres avoir fait couper et raser les cheveux ; et je découvris au côté droit de la tête sur l’os nommée parietal une contusion fort remarquable avec une grande playe remplie de sang coagulé, lequel ayant été enlevé laissât le crane entierement decouvert, lequel on pouvoit facilement toucher avec le doit.

59Sur cela j’envoyai sur le champ prier Monsr Michel de se rendre sans delai aupres de moi n’ayant rien negligé en l’attendant de tout ce qui pouvoit être mis en usage pour le soulagemt de cet infortuné Patient et pour le ranimer, mais j’eus la douleur de le voir expirer bientôt apres. Le sr Michel étant arrivé entre 9 et 10 heures, nous jugeames qu’il étoit necessaire de faire un examen plus étendu de cette playe, pour cet effet nous poussâmes les incisions plus loin de part et d’autre pour agrandir l’ouverture, et nous [biffé : de] remarquames au bas de l’os parietal une fissure tres considérable, que nous poursuivimes jusques bien avant dans l’os petreux, et presques jusques à son articulation avec l’os de la machoire inferieure, ayant ensuite levé quelques écailles à la jointure desdts os petreux et parietal, il sortit d’abord par l’ouverture qui fut faite quelque quantité d’un sang noir et peu figé répandue sur la partie du cerveau située au dessous ; dont [biffé : p] nous procurames mêmes une plus grande évacuation en y introduisant le doit ; en voila assez, et même beaucoup plus qu’il n’en faut pour causer la mort d’un homme ; Il est évident de plus qu’une telle contusion accompagnée d’une playe et d’une fissure aussi considérables ne peut [biffé : qu’être l’eff] qu’avoir été l’effet d’un coup violent occasionné par la rencontre d’un corps dur et solide, nous n’avons au reste découvert en aucune autre partie de son corps aucune marque de violence ni de contusion ou meurtrissure. Fait à Genève le 22 8bre 1723.

60Tollot D. Med.

9. Empoisonnement, 19 juin-8 septembre 1724 (PC 7183)

61 Samuel Hanchen, valet bernois d’une vingtaine d’années au service du capitaine Sigismond de Diesbach, séjourne avec son maître chez Jean-Louis De Normandie, juge de Saint-Victor et Chapitre, dans la maison de Jacques Butini, à la rue Saint-Antoine. Souffrant d’une blessure à la main causée par une grenade, il reçoit du médecin Jacques Chenaud une ordonnance pour une tisane préparée par les apothicaires Pierre Roy et Louis Colladon. Le matin du lundi 19 juin 1724, l’une des servantes de De Normandie, sur ordre du capitaine de Diesbach, prend chez les apothicaires une bouteille sans étiquette censée contenir la tisane curative. Après en avoir bu un verre, Samuel Hanchen décède, empoisonné. Le garçon de boutique des pharmaciens, le Lausannois Pierre Curtat, a délivré par mégarde une « lotion de nitre d’antimoine diaphorétique » – mélange de salpêtre, d’antimoine et de vitriol – au lieu de la tisane qui n’était pas encore prête. De Diesbach porte plainte au lieutenant tandis que Pierre Curtat s’enfuit de la ville, déclaré contumace. Le fugitif rédige en date du 24 juin une déclaration justificative que le bailli de Lausanne transmet au capitaine de Diesbach, trois jours plus tard.

  • 10 Jean-Jacques Garnier : citoyen né vers 1688, fils de René Garnier, agrégé le 30 décembre 1710, mor (...)

62a) Rapport de Jean-Isaac Cramer, Jean-Ami Le Fort (médecins), Jean-Jacques Garnier et Antoine Sabourin (chirurgiens)10, 19 juin 1724 [f° 11-12] :

63Nous soussignés Docteurs en Medecine et maitres Chirurgiens, declarons, que par ordre de Monsieur l’Auditeur [Guillaume] Desconfins, et apres avoir preté serment entre ses mains, nous nous sommes transportés aujourdhuy, 19e Juin 1724 à une heure apres midi ; dans la maison de Monsieur Jacques Butini, tout au haut de la rue des Chaudronniers au second etage : où habite Monsieur De Normandie, Juge des terres de Saint-Victor et Chapitre, pour visiter et faire l’ouverture du cadavre du valet de Mr le Capitaine Diesbach, nommé, Samuel Hanchen ; Lequel nous aurions apris etre mort ce matin, dans l’espace de demi heure de tems, ayant perdu d’abord la connoissance, et ayant été saisis de convultions generales, qui ont durés jusqu’à la mort ; apres avoir pris un verre de liqueur ; que la servante dudit Noble De Normandie etoit allé querir ches les sieurs Roy et Colladon, apoticaires associés ; Ensuite de quoy le sr Sabourin, l’un des deux mtres Chirurgiens soussignés, avoit procedé en notre presence, à l’ouverture dudit cadavre, à l’exterieur duquel, pour le dire en passant, nous n’avons rien trouvé que de naturel : L’ouverture du bas ventre etant faite, et le sternum levé, nous avons dabord examiné l’estomach, dont la surface exterieure ne paroissoit point alterée, Mais l’ayant tiré tout entier du corp, et ouvert dés son orifice superieur jusqu’à son orifice inferieur, qu’on apelle Pilore, le long de son fond, nous aurions trouvé dedans environs quatres verres d’une liqueur roussatre, melée avec un espece de limon, et la surface interne dudit estomach, dans sa partie superieure, d’un orifice à l’autre ; entierement enflamée et corrodée, de maniere que la membrane velouté, etoit toute emportée et dissoute, ce qui probablement formoit le limon cy dessus : Et continuant plus loin nos recherches, nous avons veu le boyau qui suit l’estomach, (et qui est apellé duodenum,) livide exterieurement et fort enflamé et rouge interieurement ; Descendant encore plus bas, nous avons remarqué les boyaux grelés, jusqu’au boyau (apellé Caecum) livides et enflamées, mais toujours moins à proportion de leur eloignement de l’estomach. Au reste tous les autres visceres renfermés dans le bas ventre et dans la poitrine, nous ont parus etre à peu près dans leur etat naturel.

64Les soussignés, apres avoir meurement examinés tout ce qui est raporté cy dessus, estiment que la perte de connoissance ; [rature] [ajouté en suscription : les] violentes convultions et la mort prompte qui s’en est ensuivi, sont evidemment l’effet du verre de la liqueur acre et corrosive que le defunt avoit pris, demi heures avant sa mort. En foy de quoy nous avons fait et signé le present raport. À Genève le 19e Juin 1724.

65Cramer DM.

66Le Fort D.M. Juré

67J.J. Garnier fils mtre Chirurg : Sabourin mtre Chir.

  • 11 Étienne Prevost : citoyen, fils de l’apothicaire Jacques Prevost (1639-1704), né le 20 septembre 1 (...)

68b) Rapport de Jean-Isaac Cramer, Jean-Ami Le Fort (médecins), Étienne Prevost, Pierre Reynet et Nicolas Le Royer (pharmaciens)11, 19 juin 1724 [f° 13-14] :

69Nous soussignés Docteurs en Medecine, et maitres Pharmaciens declarons qu’ayant preté serment entre les mains de Monsr L’Auditeur [Guillaume] Desconfins d’Examiner avec soin et faire l’analyse d’une liqueur contenue dans une bouteille d’environ un pot, où il manquoit un bon verre de la dite liqueur, et qu’il nous auroit remise cachetée, nous nous [ajouté en suscription : sommes] transporté dans la boutique du Sr Prevost maitre apothiquaire Juré soussigné, Le Lundi 19e Juin 1724 à environ 3 heures apres midy, et qu’ayant decacheté et ouvert ladite bouteille nous en aurions goutté sur le bout de la langue et l’aurions trouvé fort acre et corrosive, laissant une impression d’acrete qui duroit quelques tems, ensuite nous avons pris un verre de ladite liqueur qui contenoit [rature] à peu pres la meme quantité que la servante de Monsr De Normandie Juge des terres de Saint-Victor et Chapitre nous dit avoir fais boire ce matin au nommé Samuel Hanchen valet de Monsr Le Capitaine de Diesbach qui est mort demi heure apres l’avoir prise, laquelle quantité de liqueur pesoit quatre onces et demis et l’ayant fait evaporer sur le feu, il est resté une once et trois quarts de sel, que nous avons reconnu etre le nitre de la lotion de l’antimoine diaphoretique lequel nitre aquiert par la calcination avec l’antimoine une grande acreté et dont on ne se sert par la bouche qu’en petite dose : Ayant aussi pris environ trois onces de la liqueur dont nous avons trouvé environ quatre grands verres dans l’estomac du susdit feu Hanchen Et l’ayant fait evaporer sur le feu, il est resté une dragme et demi de sel semblable à celui trouvé dans la liqueur de la bouteille cy dessus, à la reserve que la couleur du dit sel est roussatre aulieu que l’autre est blanchatre. En foy de quoy nous avons signé le present rapport les ans et jours cy dessus.

70Cramer DM.

71Prevost mtre asse et juré. N.

72Reynet me pharmacien

73Le Fort D.M. Juré

74Le Royer mtre pharmacien

75c) Rapport du chirurgien Jean-Jacques Garnier, 19 juin 1724 [f° 15] :

76Je soubsigné mtre Chirurgien Commis à la visite des morts, Certifie qu’en suite du serment par moy preté entre les mains de monsieur L’auditeur [Guillaume] Desconfins, je me suis transporté chés monsr Diesbach Capitaine d’Artillerie, Logé dans la maison de monsr Butini à la rue de Saint-Antoine, où ètant j’ay visité le Corps mort du nommé Samuel Hanchen de Rüeggisberg Canton de Berne, aagé d’environ vingt ans, lequel estoit malade depuis quelque tems d’une blessure receüe à la main droite par l’eclat d’une grenade qui luy avoit causé plusieurs accident et m’estant de plus prés informé j’ay apris de mr Sabourin mtre Chirurgien que j’ay rencontré à lissue de la maison que le dit deffunt ayant avalé ce matin un verre d’une liqueur contenue dans une bouteille d’environ deux livres, sortie de la boutique des [ajouté en suscription : srs] Roy et Colladon, pour une ptisanne qui avoit eté ordonné hier par monsr Chenaud docteur medecin, que peu de tems aprés il estoit tombé dans de grandes convultions qui avoyent duré jusques à sa mort, n’ayant rien remarqué d’extraordinaire dans l’exterieur que le visage plombé et les levres livides, en foy de quoy j’ay signé, à Genève ce 18e [sic] Juin 1724.

77J.J. Garnier fils

78d) Déposition du chirurgien Antoine Sabourin, 19 juin 1724 [f° 19-20] :

79Je soussigné mtre Chirurgien, declare, que ce jourd’huy 19e du courant à 7. heures du matin j’ay eté apellé pour aller en hâte voir le valet de monsieur de Diesbach, capitaine d’artillerie, et que m’y étant transporté je l’ay trouvé dans des convulsions avec perte de connoissance : M’etant informé de ce qui pouvoit avoir donné lieu à ces simptomes, la servante m’a repondu que c’etoit [biffé : en] ensuite d’un verre de tisanne quelle avoit été chercher chés mrs Roy et Colladon mtres apotiquaires, et quelle lui avoit donné ; que sur le champ les convulsions, la perte de connoissance et de la parole lui etoient survenus : Je me suis fait donner de cette [ajouté en suscription : pretendue] Ptisanne dans un verre pour tacher de decouvrir ce que ce pouvoit etre, je n’en ay pas plutôt eu ma pleine bouche que jay été obligé de la rejetter, par lacreté et la salure violente quelle m’a causé dans la bouche : J’ay resté à secourir ledit valet, qui a vecu dans cet etat encore une demi heure, et enfin il est mort : Cette liqueur a produit d’autant mieux ses funestes effets, que ce valet avoit une blessure à la main droitte causée par un eclat de grenade dès le 9e du courant, à laquelle avoit succedé un rhumatisme de tout son corps, dés quatres jours apres ; avec une fievre continue : lesquels accidents avoit causé une supression de supuration, à laquelle avoit succedé la gangrene à un de ses doigt, ce qui avoit obligé le soussigné de lui faire l’amputation d’une partie dudit doigt le jeudi 15e du courant. Telle est la declaration que je fais ensuite du serment preté entre les mains de Noble Guillaume Desconfins Seigneur Auditeur et que je declare contenir verité, en foy de quoy je me suis signé à Genève le 19e juin 1724.

80Sabourin

81Et au surplus jay été assermenté par Monsieur l’Auditeur Desconfins pour declarer si la bouteille et la liqueur qui y est contenue est la meme bouteille la meme liqueur tant pour la qualité que quantité, ce que jay affirmé à Genève ledit jour.

82Sabourin

10. Mort des suites de l’exercie illégal de la médecine, 15-19 mai 1724 (PC 7169)

83 Au début du mois de mai 1724, Michel Clément et François Tardieu, deux « opérateurs » provençaux de 25 et 24 ans, s’installent à Grange-Canal. Quoiqu’ils n’aient pas obtenu l’autorisation de pratiquer, ils opèrent l’hernie d’André Sauvant qui succombe peu après l’intervention, le testicule gauche amputé. Le 20 mai, le Conseil condamne Michel Clément et François Tardieu à faire réparation de leur faute et désobéissance dont ils sont grièvement censurés, avec l’interdiction d’opérer dans la ville et sur le territoire de la République qu’ils doivent quitter sans délai après avoir payé leurs dépens.

84a) Rapport du chirurgien Jean-Jacques Garnier, 15 mai 1724 [f° 1-2] :

85Je soubsigné Jean-Jacques Garnier mtre Chirurgien et Commis à la visite des morts de la ville et banlieu de Genève, Certifie que m’estant transporté en la maison de Monsieur [Pierre] Jaquet Conseiller pour faire la visite du Cadavre du nommé André Sauvant du Plein de Bay [ ?] en Dauphiné habitant de cette ville, aagé denviron quarante ans mort ce jourd’huy, Jaurois interrogé la veuve du dit Sauvant sur ce qui avoit precedé la mort d’iceluy et qu’elle maladie elle avoit sçeu à son mary de son vivant, m’auroit respondu que depuis quatres ans qu’elle avoit Espousé ledit Sauvant elle ne luy avoit remarqué aucun mal sinon un mal de tête dont il se plaignoit de tems en tems et que depuis environ quinze jours ayant apris par quelques affiches posées en cette ville qu’il y avoit à Grange-Canal des Operateurs Il s’estoit adressé à eux que ces derniers ayant profité de sa facilité l’avoient saigné au front à la veine dite preparata et du depuis sestoient advisés de luy faire loperation de l’hernie dite vulgairement la Descente, operation qui luy a causé la mort. En effet jay remarqué que le Testicule gauche avoit eté amputé à cet homme et je ne doute pas que ce [ajouté en suscription : ne] soit la cause de sa mort Dautant plus encor que j’y ay reconnu la disposition à la gangreine provenue de lignorance des operateurs à quoy il est important de remedier auquel Effet j’ay dressé ce present verbal que jatteste etre veritable et me suis soubsigné. À Genève ce 15e may 1724.

86J.J. Garnier.

  • 12 Isaac Fine : originaire de la vallée du Queyras, reçu bourgeois le 7 septembre 1694, gendre du chi (...)

87b) Rapport des chirurgiens Gédéon Pétineau et Isaac Fine12, 17 mai 1724 [f° 7-8] :

88Nous soussignés maitres Chirurgiens de la ville de Genève certifions que par ordre de messieurs de la Justice et aprés avoir prété serment entre les mains de monsieur L’auditeur [Jean-Louis] Du Pan, nous nous sommes Transportés dans la maison de monsieur Le Conseiller Jaquet pour visiter le nommé André Sauvant du Plein de Bay [ ?] en Dauphiné habitant agé de quarante ans, que nous avons Trouvé mort dans son lict et auquel on avoit fait une opération sept jours au par avant comme cela nous a paru par la raport fait par le Sr Garnier Chirurgien Commis sur la visite des morts et qui nous a eté communiqué pas monsieur L’auditeur. Nous dirons dabord qu’il auroit eté à souhaiter que nous eussions vu ce malade avant L’opération qui Lui a eté faite pour reconnoitre la necessité et pour convenir de la maniere dont elle devoit etre faite et qui trés vrai semblablement ne devoit pas l’etre, car Il ne nous a point paru que Les raisons qui obligent Les chirurgiens à la faire se rencontrent Ici, nous ignorons même celles qu’il a eu d’emporter Le Testicule, que Lon Tache toujours de conserver, amoins quil ne soit alteré dans toutes sa substance, nous avons trouvé de plus une ligature fort haute dans l’aine, qui renfermoit non seulement les vaisseaux, mais encore la production du peritoine ou membrane qui revet toutes les parties du Bas ventre et L’escrotum ou les Bourses du même côté entierement sphaielés, c’est à dire entierement mortifiés, accompagné d’une puanteur, et d’une foetur tout à fait cadavereuse, que nous soupçonnons y etre depuis quelques [temps] par Les progrés surprenans qu’elle a fait en un mot nous croions que si cette opération navoit pas eté faite Il est à presumer que cet homme seroit encore en vie, quoi qu’il put si etre rencontré quelque complication de maladie qui ne nous est pas connüe comme des violens maux de Tete aus quels on nous a dit qu’il étoit sujet et pour Lesquels Il a été saigné à la preparata ou vene du front ce que nous ne croions pourtant pas avoir pu contribuer à la mort de cet homme, Il seroit bon encore que si ce prétendu operateur étoit arrêté nous pussions le questionner sur certains chefs dont nous ne pouvons pas bien etre Informés par notre visite pour en savoir la verité ; en foy de tout et que dessus nous avons signé notre present raport à Genève ce dix septième may dix sept cent vingt quatre.

89G. Pétineau mtre Ch.

90I. Fine me Chirurgi.

91c) Rapport de Jean-Ami Le Fort (médecin), Gédéon Pétineau, Isaac Fine et Jean-Jacques Garnier (chirurgiens), 17 mai 1724 [f° 9-10] :

92Nous soussignés Docteur Medecin et mes Chirurgiens soussignés, declarons aprés avoir preté serment entre les mains de monsieur L’auditeur [Jean-Louis] Du Pan, que nous avons Interrogé Les nommés François Tardieu de Forcalquier en Provence, et Michel Clément de Saint-Étienne en Provence, se disant opérateurs occulistes, litotomistes, et hermaires ; sur L’operation qu’ils ont faite dans cette ville, au nommé André Sauvant habitant. Ils ont tous deux répondu que Ledit Sauvant avoit une hernie complette, de la grosseur du poing, qu’elle ne causoit des douleurs au malade que dans les changemens de Tems, que cependant le Boyau rentroit aisement dans sa place, que Ledit Boyau n’etoit point adherent au Testicule, Lequel Ils ont dit etre un peu verdatre ou noiratre ; et qu’ils ont trouvé de l’eau dans La poche de l’hernie ; que Là dessus Ils se sont portés à faire L’operation de la castration et une Ligature aux vaisseaux spermatiques et ce à ce quils ont dit pour empêcher de nouveau La chute de L’Intestin dans Le scrotum ; quils ont dabord pancé la plaie avec un astringeant, puis avec un digestif ou supuratif, Jusques à la mort du malade, mais qu’ils n’ont jamais fait aucune embrocation, soit Liniment sur le ventre, pour en prevenir L’Inflammation et La tension ; que cependant dans le cours du traitement Ils ont fait prendre au malade deux lavemens.

93Les soussignés aiant mûrement examiné tout ce qui est raporté ci dessus, Ils estiment que La susdite [rature] opération a eté temerairement entreprise et sans connoissance de cause, puis qu’il ni avoit point d’etrangelement et que Le Boyau n’etoit point adherent au Testicule. Et comme dans un cas de cette nature, tous les plus habiles chirurgiens deconseilleroient l’operation et s’en tiendroit uniquement au Bandage et au regime de vivre et que dailleurs on a vû des malades porter des descentes de cette nature pendant plusieurs années sans Très peu d’Incommodité et de dommage Les soussignés ne font pas difficulté de dire que L’opération en question est La cause La plus evidente de la mort du susdit André Sauvant, en foy de quoi nous avons signé notre present raport, à Genève ce dixséptième may dixsept cent vingt quatre.

94Le Fort Medecin Juré

95I. Fine Me Ch. Juré

96G. Pétineau père Me Ch.

97J.J. Garnier fils

98Mtre Chirurgien et Commis à la visite des morts

11. Exposition d’enfant, examen de la suspecte, 12-17 septembre 1724 (PC 7196)

99 Le 12 septembre 1724, une fille âgée de huit à quinze jours est découverte dans la charbonnière située sous l’escalier de l’hôtel des Balances, dans le quartier de Bel-Air. Lorsque l’auditeur Guillaume Desconfins arrive sur les lieux, la femme d’Étienne Girard allaite le nourrisson exposé tandis que plusieurs personnes dénoncent la Savoyarde Claudine Duvillard qu’elles ont vu rôder dans les cours des Balances, le dos de sa veste noircie de charbon. Interrogée, cette dernière nie être la mère de la fillette ; elle était aux Balances uniquement pour y demander l’aumône. Sans charge probante contre elle, Claudine Duvillard est libérée des prisons sur décision du Conseil en date du 16 septembre. L’enfant est baptisée Élisabeth Balance et placée en nourrice à la campagne.

  • 13 Élisabeth Bideleux (1662 ?-1740), femme du citoyen horloger Abraham Gardelle, portée au rôle des s (...)

100a) Rapport de la sage-femme Élisabeth Bideleux13, 12 septembre 1724 [f° 9] :

101Du 12e septembre 1724

102Élisabeth fille de feu sr Pierre Bideleux femme du sr Abraham Gardelle citoyenne agée d’environ cinquante et cinq ans sage femme assermentée a dit et deposé qu’ayant procedé à la visite des seins de Claudine Duvillard suivant nôtre ordre elle n’a pu rien faire sortir du sein droit Lequel est dans un état ordinaire qu’à l’egard du teton gauche qui paroit aussi dans un état ordinaire Lors quelle en a pressé Le mamelon il en est sorti une goute d’eau roussatre grosse comme un Lentille et qu’ayant repressé encore une seconde fois le dit mamelon il en est sorti une semblable quantité d’eau de la méme couleur. Qu’elle ne sauroit pas assurer que cette fille aye fait un enfant ni quelle n’en n’aye point fait que cependant elle n’a jamais vu sortir de L’eau d’un teton qu’il n’y ait eu du laict ou que L’eau ne soiye causée par quelque tumeur dont elle sorte. Que la de Claudine Duvillard Luy a dit que cette eau sortoit de son teton parce quelle y avoit eu du mal il y a quelques jours. La déposante ajoute que cependant elle n’a vu au d. teton aucun vestige de tumeur ny de cicatrisse [biffé : que lad Claudine Lui a fait]. Qui est tout ce quelle dit avoir remarqué dans lad. Visite repeté lecture faite a persisté et a signé à Genève ce 12e 7bre 1724.

103E. Bideleux

104G [uillaume] Desconfins Auditeur

12. Exposition d’enfant, 21-28 décembre 1725 (PC 7317)

105 Le « cadavre d’un enfant nouvellement né à terme », entouré d’un « mauvais linge sans marque », est trouvé dans un pré de Grange-Canal. À défaut d’information certaine au sujet de l’identité du corps, l’auditeur Jean-François Revilliod ordonne « à divers dizeniers d’informer dans leurs dizaines des personnes qui pourraient être suspectées ».

  • 14 Pierre Colladon : citoyen, fils de l’apothicaire Louis Colladon (1648-1729), né le 25 avril 1682, (...)

106a) Rapport de Jean-Isaac Cramer, Pierre Colladon (médecins), Jean-Jacques Garnier et Jacques Coudougnan (chirurgiens)14, 21 décembre 1725 [f° 2-3] :

107Nous soubsignés Docteurs Medecins, e3t Maitres Chirurgiens Ensuite du serment preté entre les mains de Monsieur L’auditeur [Jean-François] Revilliod, et par son ordre, Certifions et attestons, que Jeudy matin 20e du courant, à neuf heures, nous nous sommes transportés à L’hospital, où l’on nous a presenté le cadavre d’un enfant nouvellement né, à terme, lequel etoit une fille : Apres l’avoir attentivement examiné, nous avons remarqué 1° quil n’y avoit point de ligature au cordon de lombilic et quil y avoit une ouverture à un demy travers de doigt du nombril par laquelle il sortoit encore du sang 2° quil avoit la face rouge, et la langue une peu tirée hors de la bouche 3° une lividité avec enfoncure sur la temple gauche 4° une autre lividité circulaire à la partie anterieure et inferieure du col 5° des excoriations comme des coups d’ongles à la joüe gauche pres du coin de la bouche, une autre excoriation sur le mamelon gauche, d’autres sur la partie anterieure et inferieure de la cuisse gauche, d’autres audedans de la main droite, toutes ces differentes excoriations etoient encore sanglante, le meconium sortoit encore par le fondement, 6° Nous avons ouvert la poitrine, il en est sorti de l’air en l’ouvrant, nous avons sorti les poûmons, et avons remarqué que les vezicules en avoient eté dilatées par l’entrée de lair, nous les avons plongé tout entier dans l’eau, sans qu’ils soyent allé au fond, au contraire ils surnageaient audessus, nous y en avons jetté ensuite seulement une partie la meme chose est arrivé : Cette experience jointe encore aux autres circonstances cy dessus raportées, comme la lividité des meurtrissures ; les excoriations encore sanglante etc. sont des preuves incontestables que ledit enfant est venu vivant au monde, et nous jugeons que l’on a fait bien des effort pour le tirer du ventre de la mere en accouchant, et meme pour le faire mourir. [biffé : tel] Tel est notre Raport en foy de quoy nous nous sommes signés. À Genève le 21e Decembre 1725.

108Cramer DM

109Colladon

110Garnier fils mtre Chirurg.

111Coudougnan mtre Chirurg.

13. Exposition d’enfant, 3 mai 1726 (PC 7353)

112 Le 3 mai 1726, à deux heures de l’après-midi, le manouvrier Pierre Vedel travaille dans une galerie des fortifications, à l’angle de la contregarde du Pin. Il y trouve le cadavre très corrompu d’une fille née probablement à terme.

113a) Rapport du chirurgien Jean-Jacques Garnier, 3 mai 1726 [f° 2] :

114Je soussigné Mtre Chirurgie[n] et Commis à la Visite des Corps morts de la Ville et Banlieux de Genève Declare par serment avoir eté apellé à l’hopital Le 2e de ce mois sur les sept heures du soir par odre de Monsieur L’auditeur [Jean-François] Revilliod pour visiter le Cadavre d’un Enfant trouvé aux fortifications le même jour Lequel estoit d’une fille qui ma parûst estre à Terme sans Ligature au nombril Envelopée d’un Linge Cousu et si Corrompue qu’on peut Juger qu’il avoit bien six sepmaines qu’elle estoit morte.

115À Genève ce 3e may 1726

116J.J. Garnier

14. Excès, 4-26 novembre 1726 (PC 7398)

117 Le dimanche 3 novembre 1726, vers 17 heures, deux valets reviennent de Carouge. Ils rencontrent près du Pont-d’Arve le gagne-denier Jean-Jacques Pictet qu’ils terrassent de coups de poing et de coups de pierre avant de le jeter dans la rivière, avec le concours d’un troisième homme qui réside à la capite des gardes. Lorsque le jardinier Pierre Soulage arrive sur les lieux, croyant à tort que son frère est la victime de l’agression, les trois compères s’enfuient en emportant le chapeau du gagne-denier. Le 27 novembre, les valets sont consignés à la porte de la ville pour les conduire au syndic de la Garde s’ils se présentaient. La consigne est levée le 6 décembre suivant.

  • 15 André Arlaud : citoyen, né le 19 janvier 1692, agrégé le 24 août 1716, visiteur des morts, mort le (...)

118a) Rapport du chirurgien André Arlaud15, 4 novembre 1726 [f° 1-2] :

119Je soussigne certifie et Rapporte par moy Maistre Chirurgien que le Lundy 4e 9bre 1726 J’ay èté mandé vers les quatre heure du soir dans la maison nommée la Tour, située au lieu du Pont-d’Arve, pour panser le nommé Jean-Jacques Pictet, agé d’environ 26 ans, d’une playe à la teste située sur la partie superieure et laterale de los coronal au côté droit ayant environ douze lignes en sa longueur ouvrant le cuïr chevelu, et penetrante dans los, plus de la moitié de son épaisseur avec hemorragie ; laquelle playe ledit Pictet ma dit avoir receuë le jour auparavant d’un coup de pierre : ce qui me paroit d’autant plus vray semblable que la division s’est trouvée très irregulière ensorte quapres avoir rasé de ses cheveux ce que j’ay trouvé à propos j’ay appliqué sur sa blessure lapareil convenable.

120Item j’ay trouvé audit blessé plusieurs contusions avec meurtrissures, sur la partie enterieure et moyenne de la poitrine, sur los appellé sternum que ledit blessé madit avoir reçeuë de coup de pied, voulant sorti de la Riviere d’Arve où il avoit été jetté. Après avoir appliqué sur les dittes contusions des compresses imbuë dune liqueur spiritueuse propre [à] en procurer la resolution, je luy ay conseiller de garder le repos et un regime pour éviter les accidens qui peuvent survenir au playe penetrante de la teste, et au contusions de la poitrine et cela pour plus grande sureté au moyen dequoy jespere que la playe, et les contusions seront consolidée environ dans le terme de 25 jours. Pourvû que ledit blessé veuïlle garder le repos et observer le regime que je luy ay prescrit ce que je certifie par serment. Fait à Genève le mercredy 6e 9bre 1726. Signé André Arlaud : maistre Chirurgien

15. Infanticide, 23 novembre 1726-18 janvier 1727 (PC 7401)

121 Le soir du 22 novembre 1726, des nettoyeurs découvrent dans la cave de la maison d’André de La Corbière, aux Rues-Basses, un enfant mort dans un sac de latrine. En travaux depuis près d’une année, la maison n’était alors occupée que par le propriétaire, sa sœur, son fils et deux servantes : Élisabeth Bovet et Jeanne Chevaud. Les témoignages favorables des maîtres de la maison déchargent les servantes de tout soupçon, bien que Jeanne de La Corbière refuse de prêter serment. Le lendemain, à midi, l’auditeur Pierre Rilliet reçoit un billet anonyme qui dénonce Jeanne Chevaud. « Quoique cet avis […] fut donné contre les règles », l’auditeur se rend aussitôt chez André de La Corbière. Jeanne Chevaud a disparu depuis une heure. Déclarée fugitive et contumace, la servante est jugée coupable d’infanticide, condamnée à être pendue. La sentence est exécutée en effigie le 18 janvier 1727.

  • 16 Étienne-Bénédict Puthod : originaire de Nyon, reçu bourgeois le 15 mars 1726, agrégé le 19 novembr (...)

122a) Rapport du chirurgien Étienne-Bénédict Puthod16, 23 novembre 1726 [f° 9-10] :

123Je soubsigné Maitre chirurgien de la ville et Republique de Genève, Certifie que ce jourdhuy 23 novembre 1726 jay été appellé par ordre de Monsieur L’Auditeur [Pierre] Rilliet pour aller dans la maison de Monsieur de La Corbière afin dexaminer et donner raport sur un enfant mort qu’on ma dit avoir eté trouvé dans un sac de latrine.

124J’ay trouvé le dit enfant [biffé : male] [ajouté en suscription : femelle] avec une ouverture consider[a] ble au crane, cinq ou six playes le long du dos et le cordon des vaisseaux umbilicaux coupé de la longueur ordinaire mais sans aucune ligature ni nœud.

125Cet enfant me paroit etre venu au monde à terme par les raisons tirées de sa grosseur : de la bonne conformation couleur et consistence naturelle de toutes ses parties par le degré de pouriture où le cadavre etoit et faisant attention sur le lieu du quel il a eté laissé je juge quil ny avoit pas plus d’un mois ou six semaines quil etoit venu au monde et jetté ensuite ou peu de tems apres dans le lieu où il a été trouvé donnant ensuite jugement par serment et suivant mes lumieres, je crois que L’ouverture trouvée au crane aussi bien que les playes du dos ont etées faites par les peles [mot illisible] ou crochets qu’employent ces sortes d’ouvriers dans leur travail et que la veritable cause de la mort de cet enfant vient de la negligence quon a eu de luy lier le cordon des vaisseaux umbilicaux qui servent à la Communication et nouriture de L’enfant dans le ventre de sa mere et qui doivent estre liés au moment de La naissance, ce defaut de ligature a ete cause que L’enfant a perdu la vie avec son sang, fait à Genève le jour et an que dessus.

126Puthod mtre Chirurgien

16. Mort accidentelle, 10 décembre 1726 (PC 7407)

127 Gaspard Bosenet, du bailliage de Gex, travaille comme valet de Pierre Lagrange, le granger du professeur Jean-Alphonse Turrettini. Le 9 décembre 1726, il succombe sous le poids d’un chariot de fumier qui s’est renversé.

128a) Rapport du chirurgien Lazare Mézières, dit La Baume, s. d. [f° 5-6] :

129Je soubsigné Lazare Mézières dit La Baume chirurgien et viziteur demurant à Bourdigny certifie qua Linstance de monsr Le ministre [Louis] Tronchin pasteur de Leglize de Satigny au mandemt de Peney mesuis trans porté avec Luy Le Lundy 9me Xbre 1726 environ les 2 heures apres midy et ce au vilage de Satigny sous la maison de madame Fatio dans le grand chemin tandant dud. Satigny à Peissy, où Estant et en presance dud. sr pasteur et plusrs autres personnes, ay trouvé un cadavre Esloigné danviron quinze pas d’un chariot ranvercé dans led. chemin chargé de fumier, et par ordre dud. sr pasteur on a porté Ledit cadavre dans La grange de noble et spectable Jean Alphonse Turrettini proffesseur dans Lacademie de Genève et en pñce de plussrs et diverces personnes, L’ayant fait deshabiller Lay veu et vizité, prem. ay trouvé le vizage fort tumifié et noir, La bouche plaine de sang, La Langue fort noire, La nuque fractureé et le crane enfoncé, Item La cuisse dextre fort noire et tumifiée avec contuzion, sans neamoins avoir aucunne playe sur son corps, de quoy ie conjecture que led. cadavre Appelé Gaspard Bosenet du vilage de Baisenaz au baliage de Gex se santant robuste et fort voulant enpecher de ranverser led. chariot dans un androit sy mauvais et Les pieds Luy ayant glissé il se trouva dessous led. chariot ce qui Luy a cauzé La mort tel est mon raport et me suis signé.

130L. Mézières La Baume

17. Débauche, examen vénérien, 16 juin 1727 (PC 7449)

131 Soupçonnée d’avoir communiqué une maladie vénérienne à un gentihomme étranger, Jeanne Michel, aide-malade originaire du bailliage de Rolle, est arrêtée et enfermée à la maison de correction. Interrogée, elle avoue avoir été « violemment sollicitée et poursuivie par de jeunes gentilshommes étrangers [qui] lui avaient arraché des faveurs forcées ». Le 17 juin 1727, le Conseil ordonne de traiter Jeanne Michel, puis de la fustiger dans la maison de correction avant de la bannir de la ville.

132a) Rapport du chirurgien Étienne-Bénédict Puthod, 16 juin 1727 [f° 3] :

133Je soubsigné Maitre chirurgien de la ville de Genève ai eté mandé le jourdhuy 16e Juin par Monsieur L’auditeur [Benjamin] Micheli à la maison de Correction pour voir et visiter la nommée Jeanne Michel ce quayant fait exactement et avec attention j’ay trouvé la susnommée ne se plaignant d’aucune douleur ni maladie, Cependant par ma visite j’ay decouvert un ecoulement virulent qui n’est pourtant compliqué d’aucune malignité et qui sera de facile curation il ne ma rien paru de plus dans aucune de ses parties qui puisse meriter le nom de maladie C’est le temoignage que j’en rend par serment à Genève le meme jour que ci dessus [ajouté en suscription : an] 1727.

134Puthod mtre Chirurgien

18. Infanticide, 20 juillet-28 août 1727 (PC 7457)

135 Jean et Susanne Bufle forment un couple de jardiniers au service de Philippe Lect à Plainpalais. Au mois de juin, ils reçoivent la visite d’une femme enceinte qui se présente sous le prénom de Marion, prétendument boutonnière domiciliée à la Tour-de-Boël. Elle est accompagnée d’un garçon de trois ans, visiblement en mauvaise santé, qu’elle souhaite placer en nourrice auprès du couple. Elle nie en être la mère, mais elle reconnaît à demi-mot qu’il s’agit d’un bâtard. Le matin du 19 juillet, elle rend visite à l’enfant, l’habille et le nourrit d’un « chaudelet », soit un petit gâteau, avant de l’installer sur la chaise percée et de quitter la maison. L’enfant tombe gravement malade et décède en début d’aprèsmidi, victime d’un empoisonnement. Marion s’appelle en réalité Jeanne-Perrine Roch, originaire d’Allaman. Aux environs du 15 juin, elle avait déjà tenté d’exposer son enfant sur le chemin entre Nyon et Versoix. Rattrapée au Creuxde-Genthod, elle avait été contrainte de reprendre son garçon avec elle. De 1720 à 1723, Jeanne-Perrine Roch avait été au service du graveur Jean Combe qui s’en était séparé parce qu’elle menait une vie de libertinage. Elle s’était ensuite engagée chez l’avocat Barthélemy Raby qu’elle avait servi une année, le « bruit public » assurant qu’elle en était sortie enceinte. Proclamée fugitive et contumace, Jeanne-Perrine Roch est condamnée au bûcher et exécutée par effigie le samedi 13 septembre 1727.

  • 17 Esaïe Du Commun : citoyen, fils du médecin Joseph Du Commun (1601-1671), né le 30 avril 1652, du C (...)

136a) Rapport d’Esaïe Du Commun, Samuel de La Maisonneuve, Jacques-André Bonet17 (médecins), Jean-Jacques Garnier et Antoine Sabourin (chirurgiens), 21 juillet 1727 [f° 13-14] :

137Nous Soussignés Samuel de La Maisonneuve Docteur Medeçin et Antoine Sabourin Maistre Chirurgien ordre ayans de Monsieur [Benjamin] Micheli Auditeur de la Justice de cette ville de s’informer [biffé : la cause de la mort] de la maladie d’un petit Garçon aagé d’environ trois ans demeurant chez les nommés Bufle Mariés Jardiniers chez Mr Philippe Lect proche la Tour-d’Arve et de dire verité sur icelle. Attestons que nous estans rendu au dit lieu le 19 Juillet 1727 vers une heure apres midy, nous avons trouvé ledit Enfant à l’agonie, les yeux convulsifs, et rendant (en expirant peu apres) quelques humeurs par la bouche et par le nez. Ce qui nous ayant obligé à demander ausdits Bufle à quoy ils pouvoyent attribuer la cause d’une mort si prompte. Ont repondu qu’une femme qui avoit mis ledit Enfant depuis quatre sepmaines chez eux en pension l’étoit venu voir la matin, et lui avoit donné à leur insçeu un chaudelet à manger apres quoy elle s’étoit retirée. Que le femme Bufle etant de retour [ajouté en suscription : une heure apres] de la ville où elle etoit allée, avoit trouvé l’Enfant sur la chaize perçée qui s’étoit vuidé par le haut et par le bas, comme il constoit par ce qui paroissoit du sale sur sa robbe et à sa chemise, ayant la bouche pleine déscume, le visage en convulsion, et se plaignant avec des agitations qui marquoyent de la souffrance : Qu’ayant donné en suite au dit Enfant un peu de bouillon ou soupe aux oignons, il avoit vomi peu apres des matieres verdastres et iaunastres meslées de quelque petit filet de sang. Qu’ayant ensuite demandé à l’Enfant s’il avoit soif et lui ayant dit qu’ouy elle lui avoit donné à boire de l’eau qui l’avoit fait vomir. Et que sétant apperçeue que quatre de ses poulets qui etoyent entrés dans la chambre où l’Enfant avoit mangé le chaudelet etoyent crevés, et soupçonnant que l’Enfant avoit mangé quelque chose de venimeux, cela l’avoit obligé à lui donner du theriaque, et ensuite du lait, ce qui lui donnat encore occasion à vomir. De plus Attestons qu’ayant eté joints par Monsieur le Docteur Du Commun et le Sr Garnier fils Maistre Chirurgien et visiteur selon la demande que leur en avoit fait Monsieur Micheli Auditeur pour visiter et faire l’ouverture du cadavre de l’Enfant porté à l’Hopital (auquel lieu s’est joint aussi Monsieur le Docteur Bonet) Avons tous ensemble trouvé pour ce qui regarde l’exterieur le ventre un peu enflé, les membres plus flexibles quils ne sont ordinairement dans une mort naturelle, les ongles des doigts de mesme que le dos un peu livides. Par rapport à l’interieur ayans ouverts tous les conduits par où passent les alimens sçavoir depuis la partie superieure de l’œsophage jusqu’au dernier boyau, nous avons trouvé l’orifice superieur de l’estomach legerement enflammé, mais l’inferieur l’étant beaucoup plus ; un engagement considerable de l’intestin Ileum dans la fin du Jejunum avec inflammation et quelques vers dont il fût trouvé une plus grande quantité dans le cœcum ; la vessie du fiel pleine de bile. Les autres visceres tant de la poitrine que du bas ventre nous ont paru à peu pres dans leur etat naturel. De tout ce que dessus [mot biffé] rapporté, veu et examiné avec exactitude et attention, comme encore reflechissant sur ce que lesdits Bufles nous ont dit hier matin 20 du courant qu’il leur etoit encore crevés sept poulets et une poule, Nous croyons qu’il y a tout lieu de soupçonner que la mort de ce petit Enfant a été occasionnée par quelque espece de poison qu’il a avalé. Fait à Genève ce 21 juillet 1727

138E. Du Commun DM

139Garnier fils

140De La Maisonneuve D.M.

141Bonet DM

142A. Sabourin M.C.

  • 18 Jacques Colladon : citoyen, fils du pharmacien Louis Colladon et frère du médecin Pierre Colladon, (...)

143b) Rapport du pharmacien Jacques Colladon18, 21 juillet 1727 [f° 15] :

144Je Soubsigné Maitre appotice ensuite de l’ordre de Monsieur L’auditeur [Benjamin] Micheli, je me suis transporté Samedi 19e du Court à une heure apres midy à Plainpalais avec Spectable De La Maisonneuve D.M. et sieur Sabourin Mtre Chirurgien, pour secourir un petit Enfant logé chez le nommé Bufle Jardinier de Mônsieûr Philippe Lect, Jai trouvé ledit Enfant dans l’etat specifiés au raport cy joint, le Sieur Sabourin Separa les ventricules de quatre Poulets, m’en remis le contenus pour les examiner.

145Ayant l’avé ces dits ventricules, et fait secher le marc, jusquà ce quil ait été maniable, on a remarqué quelque partie blanchâtre et quelque une reluisante qui donnoit quelque sensibilité à la langue d’acreté.

146Ce 20e Dimanche avant midy, une partie dudit Marc a été redduis en pate, et donné à un Poulet pris à l’hopital, qui en est crevé chez moy vers les six heures du soir dud. jour.

147Je soubçonne ensuite de lexamen cy dessus que ces parties blanchâtres et reluisantes peuvent etre quelque matiere arsenicale en foy de quoy je me suis signé ce 21e Juillet 1727. Jacques Colladon

19. Noyade, 8-10 septembre 1727 (PC 7472)

148 Le dimanche matin 8 septembre 1727, à l’heure du prêche, le laboureur Gabriel Caille se promène le long du Rhône, dans le bois de Bay. Il y découvre le cadavre dénudé d’un inconnu. L’état de corruption du corps est tel que le châtelain Philippe Des Arts, après l’expertise du chirurgien, autorise l’enterrement sur les lieux mêmes.

149a) Rapport du chirurgien Lazare Mézières, dit La Baume, 8 septembre 1727 [f° 3-4] :

150Je Lazare Mézières La Baume chirurgien demurant à Bourdigny au mandement de Peney Ensuite du sermt par moy preté entre les mains de monsieur le chatelain dud : mandement à sa requette ie me suis transporté dud. Bourdigny mon domisille au lieu de Peney sous le bois de Bay le Long du Rhône et ce pour voir et viziter un cadavre où Estant et En presance dud. sr chatelain ay trouvé Le cadavre d’un homme tout nu, setant noyé Les yeux arachés le nes mangé Loreille dextre un peu mangée La verge mangée ausy, Lescroton et Les testicules non mangees La jambe dextre jusques au pied presque mangée ausy bien qu’une partie du pied senestre conjecturant avoir le tout Este mangé par Les animaux carnasiers nayant aucunne blessure sur tout son corps tel est mon raport ce huïtieme septembre mille sept cents vingte sept et me suis signé

151L. Mézières La Baume.

20. Crise d’apoplexie, 29 septembre 1727 (PC 7483)

152 Le 28 septembre 1727, à l’heure du dernier sermon, Léonard Patron, malade depuis plusieurs jours, est trouvé mort dans sa chambre, baignant dans son sang.

153a) Rapport du chirurgien Jean-Jacques Garnier, 28 septembre 1727 [f° 3] :

154Je soussigné mtre Chirurgien declare par serment que ce jourd’huy 28e 7bre 1727 vers les trois heures aprês midy Par ordre de Messieurs les Auditeurs [Benjamin] Micheli et [Georges-Louis] d’Aubigné Je me suis transporté en la Maison de Mr Jaÿen [ ?] derriere le Rhône ou Jay vû et visité exactement en leurs presence Le Cadavre du sr Léonard Patron Citoyen aagé d’environ quarante cinq ans Lequel J’ay trouvé en Chemise, La face Livide Contre le Plancher avec une Trace de sang Depuis son Lict jusqu’à la fenêtre, Les Bras, Les Cuisses, Jambes, ployées et fort roides, La Langue serrée entre les dents, Le Nez et la Bouche pleine de sang. Sur quoy et Plusieurs autres Circonstances Je Jugè quil est mort D’apoplexie sanguine.

155Fait à Genève le jour et an que Dessus.

156Garnier fils

21. Excès, 12-16 avril 1728 (PC 7508)

157 Le dimanche 11 avril 1728, Henri Cerf, valet bernois, s’en revient à cheval de Chambésy avec sa femme lorsqu’il rencontre sur le chemin de Sécheron le valet Jean-Isaac Grobet, dit Saint-Jean, visiblement ivre. Ce dernier, également à cheval, insulte Henri Cerf et lui porte plusieurs coups de sabre. Le 24 avril, Saint-Jean est condamné à demander pardon genoux à terre, huis ouverts, à payer les dépens de son incarcération, les dommages et intérêts dus à Henri Cerf, et à se retirer de la ville.

158a) Rapport du chirurgien Jacques Coudougnan, 14 avril 1728 [f° 9] :

159Je soubsigné mtre Chirurgien Certifie et raporte, d’ordre de Monsieur L’auditeur [Jean-Louis] De la Rive que Dimanche 11e du Courant, entre six et sept heures du soir, est venu chés moy le nomme Henri Cerf, de Lenzbourg, Canton de Berne, pour se faire panser, il avoit la main couverte de sang ; apres l’avoir examiné, jay reconnu quil avoit le doigt index [ajouté en suscription : de la main droite] coupé, et encore pendant par une portion d’un des tendon flechisseur, et une petite partie des teguments ou peau, laquelle playe etoit oblique située sur larticulation, de la premiere avec la seconde phalange dudt doigt, desorte quil ne luy reste qu’une des phalange attachée à la main, ayant eté obligé d’achevér de couper, cette petite portion où il pendoit, plus une autre playe transverse superficielle, sur la partie moyenne et externe de la meme main droite.

160Lesquelles playes je juge avoir eté faite par un instrument trenchant, comme sabre, grand Couteau ou autres semblable. Lequel pour guerir avec sureté, a besoin de garder le repos, et dobserver le regime convenable, et d’etre pansé et medicamenté soigneusement, tel est mon raport à Genève le 14e avril 1728.

161Coudougnan

22. Noyade, 7-8 décembre 1728 (PC 7597)

  • 19 La chambre anatomique se situe au second étage du Petit Hôpital du Bourg-de-Four, face au bâtiment (...)

162 Le 7 décembre 1728, près de la Fusterie, le cadavre de la nourrice Jeanne-Marie Coudre, orpheline originaire de Coppet, est sorti du Rhône. Le lendemain, le Conseil arrête qu’à défaut de preuves suffisantes que « la dite Coudre se soit noyée de dessein prémédité, il n’y avait pas lieu de faire le procès à son cadavre ». Selon la procédure, le corps de Jeanne-Marie Coudre est rendu à sa seule parente connue, sa demi-sœur Jeanne, pour être enterré honorablement. Il est toutefois très probable que le cadavre ait servi aux démonstrations qui se déroulent du 10 au 17 décembre à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle chambre anatomique de l’hôpital 19 .

163a) Rapport du chirurgien François Pétineau, 7 décembre 1728 [s. f.] :

164Je soussigné, maitre Chirurgien, certifie que par ordre et en presence de Monsieur L’auditeur [Michel] Lullin de Châteauvieux ; ay visité ce jourd’huy 7e Decembre 1728 sur le bord du Rhône à la Fusterie, le cadavre d’une nourice agée d’environ 25 à 30 ans, auquel j’ay remarqué, la face livide, l’extremité des doigts noiratre et le ventre extremement tendu : Il ne m’a paru aucune playe ni contusion sur tout ledit Cadavre, Ce qui me fait juger, qu’il est tombé vivant dans l’eau, où il s’est noyé. Ce que ie certifie veritable, en foy de quoy j’ay signé le present raport, pour servir ce que de raison à Genève ce jour et an que dessus. Pétineau fils mtre Chirurgien

23. Enfant mort avant terme, 18-19 mars 1729 (PC 7629)

165 Jeanne Joyon, de Morges, a été servante chez un traiteur de Saint-Gervais pendant plus de deux ans. Aux environs du 10 mars 1729, elle décide de quitter son emploi pour regagner la maison paternelle à Morges. Trop tard. À cinq mois de grossesse, elle accouche le 18 mars d’un enfant mort-né, fruit de son union avec un certain Jacob Léonard, de Saint-Saphorin. Jeanne Joyon est condamnée au bannissement pour paillardise.

166a) Rapport des chirurgiens Jean-Jacques Garnier et Étienne Bénédict Puthod, 18 mars 1729 [f° 1] : Nous soubsignés Maitres chirurgiens declarons par serment d’ordre de Monsieur Lauditeur [Louis] Marcombes que nous avons visité un enfant male venu au monde ce jourdhuy à midi dont la mere s’est nommée Jeanne Joyon de la ville de Morges. Layant exactemt examiné nous jugeons que le dit enfant n’etoit pas a terme et quil etoit mort dans le ventre de la mere depuis environ trois ou quatre semaines fait à Genève ce 18 mars 1729

167J.J. Garnier

168E.B. Puthod

24. Mort d’un enfant prématuré, 15 avril 1729 (PC 7638)

169 Françoise Durosier, femme de Nicolas Conte, est une faiseuse de bas lyonnaise de 18 ou 19 ans. Début avril, elle quitte Lyon travestie en homme pour préserver sa sécurité au cours du voyage. Elle veut gagner Lausanne où son mari, qui a « mal fait ses affaires », doit la rejoindre. Elle est enceinte de sept mois. Arrivée à Genève, elle est prise du « mal d’enfant ». Le 14 avril 1729, Françoise Durosier est conduite à la Bourse française où elle accouche d’un garçon qui meurt peu après.

170a) Rapport du chirurgien Jean-Jacques Garnier, 15 avril 1729 [f° 5] :

171Je soussigné maitre Chirurgien, declare par serment, que ce jourd’huy 15e du courant, à neuf heures du matin, j’ay visité à L’hopital françois, le cadavre d’un Enfant malle, de Nicolas Conte, de Lyon faiseur de bas, et de Françoise Durosier, aagée d’environ dix neuf ans, qui ma dit àvoir accouché hier au soir vers les sept heures, à sept mois de terme du dit enfant, qui mourult peu de tems aprés etre né, auquel je n’y ay reconnu aucune alteration, n’y marque suspecte, ne jugeant pas d’allieurs qu’il pusse vivre, n’estant qu’à cinq ou six mois de terme tout au plus, à Genève ce 15e avril 1729.

172J.J. Garnier

25. Assassinat, 30 août-10 octobre 1729 (PC 7671)

173 Le soir du 29 août 1729, le maître horloger Barthélemy Gentil, âgé d’environ 25 ans, se rend au bal en l’honneur du nouveau roi du canon. Lorsqu’il en sort, il surprend trois hommes qui agressent Susanne Videau près de la rue du Boule. Il les met en fuite, raccompagne la malheureuse et se retire. Il est ensuite pris à partie par les trois agresseurs dont l’un le tue à coups d’épée. Selon les témoins de la scène, l’obscurité de la nuit empêche de reconnaître avec certitude les criminels, mais on retrouve près du lieu du drame un chapeau et un fourreau d’épée dont le propriétaire est bientôt identifié. Il s’agit de Jean-Vincent Minutoli, fils du capitaine François-Helen Minutoli. Il a agi de concert avec Daniel Duport de Pontcharra et Jean-Jacques Lagisse. Minutoli, contumace, est condamné à avoir la tête tranchée en effigie. Lagisse, également contumace, est condamné au bannissement pour dix ans. Daniel Duport de Pontcharra est emprisonné, il doit demander pardon genoux à terre, huis clos, payer ses dépens et quitter la ville pendant une année.

174a) Rapport du chirurgien Étienne-Bénédict Puthod, 30 août 1729 [f° 12-13] :

175Je soubsigné Maitre chirurgien, Certifie que suivant L’ordre que j’en ay reçeu de Monsieur L’Auditeur [Louis] Marcombes je me suis transporté le lundi 29e oust 1729 environ L’heure de minuit au quartier de la Fusterie dans la maison du Sr Jean Humbert Gentil Citoyen, pour examiner le Corps mort de Barthélemy Gentil son fils maitre horloger agé de 25 ans, lequel jay trouvé blessé d’une playe transversale faite par instrument tranchant ayant environ demi pouce en sa largeur située au coté gauche environ quatres doigts au dessous de l’aisselle penetrante obliquement de haut en bas de derriere en devant dans la Cavité de la poitrine, sur ce que jay vu demi heure auparavant le blessé expirant, je presume quil est mort d’une hemorragie survenue dans la capacité de la poitrine par l’ouverture de quelque vaisseau considérable que j’aurois specifié ici s’il m’eut été permis de dilater la blessure et examiner Lintérieur du corps mort, il avoit outre cela une legere echimose à la partie superieure et laterale de la jouë gauche, n’ayant trouvé aucune autre blessure dans son corps je conjecture celle de la poitrine etre la Cause immediate de sa mort fait à Genève ce 30 oust an ci dessus. Puthod mtre chi.

26. Adultère et infanticide, 22 juillet-26 août 1730 (PC 7771)

176 Le 22 juillet 1730, à 5h30 du matin, Pauline et Abraham Beljean sont réveillés par du sang qui coule du plafond sur les draps de leur lit. Aussitôt Pauline Beljean alerte le voisinage, crie depuis la fenêtre d’aller chercher un auditeur et un serrurier. Elle requiert elle-même la présence de la veuve Bacle, accoucheuse. Françoise Prodon, qui habite au-dessus du couple Beljean, est soupçonnée d’avoir tué l’enfant dont elle vient d’accoucher. Françoise Prodon a mauvaise réputation. Selon la déposition de son mari, le tonnelier Pierre-Michel Paulet, elle a déjà eu un enfant illégitime cinq ans plus tôt. Il n’est pas davantage le père de l’enfant mort ce 22 juillet puisqu’ils vivaient depuis longtemps séparés. Françoise Prodon est condamnée à faire réparation, au fouet sur la place du Molard, puis au bannissement pour adultère et conduite suspecte à l’égard de son enfant décédé.

177a) Rapport du chirurgien Jean-Jacques Garnier, 22 juillet 1730 [f° 1-2] :

178Je soussigné mtre Chirurgien declare par serment que ce jourd’huy 22e du Courant, Ayant visité le Cadavre d’un enfant masle, dont la nommée Françoise Prodon, femme de Pierre Michel Paulet auroit accouché vers les Cinq heures du matin du dit jour dans la maison de la Veuve Genoud au milieu de la Ruë du Boule ; J’aurois trouvé le Cordon umbilical tout unis attaché au Placenta sans ligature, une impression circulaire à la peau du Col avec quelques legeres entamûres, en sa partie anterieure, les extremités molles, sans aucune alteration, non plus que les autres parties de son Corps qui m’ont parust par leur volume, après avoir tout examiné exactement, qu’il estoit né mort à terme, et pour ne rien omettre j’en ay fait l’ouverture pour en examiner les Poulmons, dont la substance estoit unie, serrée d’une couleur brunne ce qui prouve manifestement quil n’a point eu vie aprés la naissance, Jugeant que l’impression du Col s’est faite par le Cordon umbilical, qui sest trouvé autour dans l’accouchement, ce qui a été la Cause la plus evidente de sa mort.

179À Genève le 22e Juillet 1730

180J.J. Garnier

27. Mort accidentelle, 7 août 1730 (PC 7774)

181 Michel Soulier, environ 50 ans, est originaire de la vallée de la Pérouse. Il est arrivé à Genève depuis l’Allemagne au début du mois de juillet et gagne sa vie grâce à sa meule à aiguiser. On ne lui connaît aucun parent. Il est logé chez la veuve de Pierre Boissier dans une maison de la Madeleine où son corps sans vie est découvert au pied des escaliers, le soir du 6 août 1730.

182a) Rapport du chirurgien Isaac Fine, 7 août 1730 [f° 3-4] :

183Je soussigné me chirurgien et chirurgien de l’hôtel Dieu raporte par ordre de monsieur l’auditeur [Louis] Marcombes, je me suis Transporté au vieux hôpital pour visiter le nommé Michel Soulier, de la vallée de la Pérouse âgé d’environ cinquante ans, que jai trouvé mort et aprés toutes perquisitions faites, je lui ai trouvé une plaie située à la partie supérieure des parietaux et de l’ocçipital, de figure ronde à introduire le pouce dedans et penetrante jusques à l’os, où jai trouvé une fracture avec enfonçure qui a comprimé le sinus sagital et donné occasion à la rupture de quelque vaisseau sanguin ce qui a donné occasion au sang de s’extravaser et d’etre sorti par le nes en quantité, comme cela ma paru par celui que j’ai vu aterre, et que je juge etre la veritable cause d’une mort si promte joint ala grande commotion causée par la chute, en foy de tout ce que dessus j’ai signé et expedié mon presant raport à monsieur l’auditeur selon lordre quil m’en a donné à Genève ce lundi septiéme jour du mois d’août dïxsept cent trente Fine me Chirurgien

28. Duel, 28 juin-1er septembre 1731 (PC 7847)

184 « J’ai agi comme un honnête homme doit faire en pareille accusation » : voilà comment le citoyen de 28 ans Jacques Durade, marchand de profession, conclut la lettre destinée à son père dans laquelle il justifie le duel qui l’a opposé en tant que dragon des compagnies bourgeoises à son maréchal des logis, le marchand joaillier Paul Rey, âgé de 60 ans, lequel a traité Durade de « jeune homme et de bavard ».

185 Le 20 août, le Conseil condamne Jacques Durade à être censuré, à demander pardon à Dieu et à la Seigneurie genoux à terre, huis clos, à un mois de prison, à payer ses dépens et à se soumettre aux censures ecclésiastiques du Vénérable Consistoire. Le lendemain, Paul Rey est censuré de sa faute, condamné aux prisons subies et à payer ses dépens.

186a) Rapport du chirurgien Jacques Coudougnan, 2 juillet 1731 [f° 8] :

187Je soubsigné Maitre Chirurgien Certifie et rapporte par serment d’ordre de Monsieur L’auditeur Marc Pictet que jeudy 28e Juin à neuf heures edemy du soir jay eté requis de me transporter dans la maison de Mr Du Roveray pour secourir Mr Rey qui y lôge lequel venoit d’etre blessé, je lay trouvé assis dans un fauteuil, son habit, sa chemise, ses culotes fort ensanglanté.

188Après lavoir exactement visité, jay trouvé p° une plaie longitudinale à la partie moyene et laterale de la poitrine du coté gauche, (non penetrante dans la capacité) sur la sixieme côte de la longeur d’un travers de doigt, profonde environ de trois, du devant en arrière 2° une autre playe située à la partie moyene et interne de la cuisse droite profonde d’un poulce 3° une autre playe à la partie anterieure et externe de la meme cuisse plus basse, profonde d’environ quatre à cinq travers de doigt, 4° une autre playe à la partie anterieure et superieure de la cuisse droite profonde environ d’un poulce ; plus une autre playe transversale au petit doigt de la main gauche sur la partie interne de la 3e phalange, penetrante jusque au tendon fléchisseur ; plus une autre playe longitudinale ; superficielle de la longeur de deux poulces située à la partie externe et inferieure de l’avant bras audessus du poulce de la meme main ; toutes lesquelles dittes playes je juge avoir eté faite par un instrument poignant et tranchant tel que une épee ou autres semblable.

189Je luy ay fait exactement garder le lict, observer la diete convenable à son état, pansé soigneusement, et pratiqué les autres remede nécessaire ; ce que jestime devoir etre encore continué, moyenant quoy jespere quil guerira heureusement de toutes ses blessures, tel est mon raport à Genève le 2e juillet 1731

190Coudougnan mre Chir. Juré

29. Mort suspecte par arme à feu, 13-16 juillet 1731 (PC 7853)

191 Louis Vincent, âgé de 12 ou 13 ans, est le laquais de l’avocat Antoine Saladin dans sa maison de Malagny. Il est trouvé mort sur son lit, dans une « chambre qui forme un carré long, qui n’est pas bien grande », un « gros fusil de calibre » à ses côtés.

  • 20 Il s’agit du grand-père maternel de François Coindet, l’un des correspondants genevois de Jean-Jac (...)

192a) Rapport du chirurgien Jean-François Chérubin20, 13 juillet 1731 [f° 4-5] :

193Je Soussigné Maitre Chirurgien, etabli à Genthod Certifie qu’ayant receu ordre de Monsieur L’Auditeur [Isaac] Pictet la nuit du mercredi au jeudy onzieme du present mois à minuit et demi, de me transporter à Malagny pour visiter le cadavre de Louis Vincent domestique de Monsr L’Avocat Saladin, j’y suis allé sur le champ avec ledit sieur Auditeur, Monsieur le ministre [Ami] Lullin et ledit Sieur Saladin où etant j’ay trouvé le dit cadavre sur un Lit, habillé, et procedant à la visite de son corps, j’ay trouvé son visage extrèmement noir, et un coup du coté gauche du front qui ne peut proceder que d’une arme à feu, et sondant la playe la sonde est entrée de la profondeur d’un demi pied, [ajouté en suscription : dans] la quelle en la retirant il s’est trouvé des cervelles, ce qu’ayant raporté au dit sieur auditeur, il m’ordonna d’en faire une visite plus exacte, par l’ouverture du crane, afin de pouvoir decouvrir de quoy etoit chargée l’arme qui à fait le coup, ce qui ma engagé de faire le lendemain à cinq heures du matin l’ouverture du dit crane où j’ay trouvé dix huit morceaux de plomb que je conjecture avoir eté coupé d’une bale lesquels j’ay remis audit sieur auditeur, et ayant examiné ledit cadavre dans toute les parties de son corps je n’y ay trouvé aucune autre blessure, conjecturant qui pouvoit etre agé d’onze à douze ans, en foy de quoy et ensuite de l’ordre à moy donné par ledit sieur Auditeur d’en dresser mon raport, en consequence du serment preté entre ses mains, je l’ay fait comme cy dessus, à Genthod ce treizieme Juillet mil sept cent trente un.

  • 21 Il faut signaler ici la grande différence de graphie entre la signature, tremblante, peu habile, e (...)

194Chérubin Chirurgien21

30. Excès, 22 octobre-12 novembre 1731 (PC 7874)

195 Le 22 octobre 1731, entre 19 et 20 heures, Isaac Bonfils et Horace Boutié rencontrent devant le temple de la Madeleine Gaspard Rollieux, 14 ans, et Étienne-André Escotay, 13 ans. Les deux adolescents jouent avec de la suie en feu répandue sur le sol. Horace Boutié les blâme. Il essuie d’abord des injures, puis Gaspard Rollieux lui assène plusieurs coups de couteau. Rollieux est condamné à demander pardon de sa faute, genoux à terre, huis ouverts, aux prisons subies, aux dépens, à deux mois de maison de correction et au versement de dommages et intérêts.

  • 22 Antoine Laurens : originaire de Revel en Languedoc, reçu bourgeois le 2 mai 1724, agrégé le 12 mar (...)

196a) Premier rapport du chirurgien Antoine Laurens22, 25 octobre 1731 [f° 9-10] :

197Jé sousigné mtre Chirurgien de la République de Genève Certifie et ateste avoir été mandé le 22e 8bre 1731 à huit heures du soir pour pansér Le nommé Horace Boutié Natif ; Lequel apres L’avoir Examiné jé luy aurois trouvé une playe de la Largeur un travers de doigt à la partie Laterale de la Region umbilicale penetrante dans la capacité du bas ventre, avec issue d’une partie de L’Epiploon Longue denviron deux pouces ; une autre petite playe à la partie superieure de la même Region penetrant les tegumens jugeant les dittes playes avoir été faites avec un instrument pointeu et tranchant comme couteau et autre semblable ; L’aiant pensé Et fait ce que Lart Commande en semblable cas Esperant des aujourd’huy que le tout se terminera en bien moyenant qu’il observe le Regime que je luy ay prescrit et parce que ce dessus contient verité ay dressé le present Raport selon Dieu Et Conscience ; à Genève le 25e 8bre 1731 Antoine Laurens mtre Chirurgien.

198b) Second rapport du chirurgien Antoine Laurens, 2 novembre 1731 [f° 11] : Je sousigné mtre Chirurgien de la Republique de Genève Certifie et atéste que le nommé Horace Boutié Natif, qui avoit été Blessé avec un instrument pointu et tranchant le 22e 8bre 1731 à la partie laterale de la Region umbilicale penetrante dans la capacité du bas ventre avec issue d’une partie de L’Epiploon, est guery sans quil ay soit survenu aucun accident, et le croy en etat dans peu de jours de continué sa profession sans aucun danger, la dite playe etant bien reunie Et comme sy dessus contient verité ay dressé le present Raport selon Dieu et Conscience Ce 2e 9bre 1731 Antoine Laurens mtre Chirurgien

31. Suicide « par imprudence », 16-18 janvier 1732 (PC 7891)

199 Pierre Girod, âgé d’environ 24 ans, est charron de profession à Bourdigny. Le 15 janvier 1732, déjà ivre, il invite plusieurs personnes à jouer un pot de vin aux cartes dans la « chambre où se tient la Justice ». Lors de la partie, Girod propose de démontrer comment « charmer un pistolet », c’est-à-dire empêcher que le feu n’allume la poudre. Girod place le canon du pistolet dans sa bouche, se saisit d’une chandelle, met le feu au pistolet. Sans surprise, la démonstration échoue : le coup part, le jeune homme tombe mort « sans avoir proféré aucune parole ».

  • 23 François Ledroit, chirurgien à Bourdigny depuis quelques années en 1727 (G, p. 503).

200a) Rapport du chirurgien François Ledroit23, 15 janvier 1732 [f° 9-10] :

201Rapporté par moÿ François Ledroit maitre Chirurgien juré et Commis aux rapports dans le mandement de Peney que Ce jourdhuÿ 15e janvier 1732 jaÿ esté requis de me transporter Che la veufe Pilloud à Bourdigny Chambre daudianse pour voire et visiter le nommé Pierre Girod de Bourdigny donte je laÿ trouvé mors la machoire danho et danba toute fraquassée la langue persé et toute dechiqueté et lé palaÿ toute rampli de poudre et grande quantité de sangue repandú par la chambre et le malleure ne peute ettre arrivé que par une arme à feu et aiant tenu le bou du quanons par le dans et la bouche biens fermé se se [sic] quÿ a quaussé le grans fraqua plus le 16e dudt monsieur le Chattellains setant transporté sur le lieu Ma fet pretter sermans derechefe de fair une seconde vissite exaquete et je laÿ fet et je ni aÿ trouvé que se quÿ et si dessu en foÿ de quoÿ nous avons signé le presant rapport pour servire et valloire en que de raison fait à Bourdigny le jour et an que dessus Ledroit

32. Excès, 21 avril-13 mai 1732 (PC 7926)

202 Le soir du samedi 19 avril 1732, le Savoyard Bastien Cousin ramasse les « boues » à Longemalle, face à la maison du boucher Pierre Chevalier. Jean-Antoine Gevray, l’un des valets dudit boucher, mais aussi son neveu, insulte publiquement l’éboueur, lui déclarant qu’il était un « cure », à quoi Cousin répond aussitôt qu’« il n’avait jamais curé que les vilenies » de son interlocuteur. Gevray prend alors une poignée de chaux vive qu’il jette au visage de Bastien Cousin, puis il quitte la ville. Le 9 mai 1732, lorsque l’auditeur François Fatio dresse le procès-verbal définitif de l’affaire, Gevray ne s’est toujours pas présenté aux réquisitions de la justice.

203a) Rapport du chirurgien Étienne-Bénédict Puthod, 25 avril 1732 [f° 5-6] :

204Je soubsigné Maitre chirurgien certifie par serment preté entre les mains de Monsieur L’auditeur [François] Fatio qu’ayant été appellé à L’hopital general le dimanche 20 avril à trois heures apres midi pour voir et traiter le nommé Bastien Cousin de Charly en Savoye agé d’environ 35 ans, lequel m’a raporté que le soir auparavant on luy avoit jetté une poignée de chaux dans les yeux ensuite dequoy il n’avoit eu d’autre secours que les offices charitables de quelques femmes qui avoient essayé de le soulager en les humectant, il me raporta encore que dès ce moment il n’avoit plus aperçeu de lumiere, j’ouvri d’abord ses paupieres qui me decouvrirent dans chaçun de ses yeux une matiere à peu pres de la couleur et consistence du mortier dont se servent les maçons j’en tiray de chacun environ plein une coquille de noix, Ces corps etrangers extraits, à peine pui je apercevoir quelques traces des globes des yeux, ils étoient dessechés, fletris et defigures, quoique ce pitoyable état nous otat toutes esperances, nous avons employé tous les secours de l’art, sollicité ceux de la nature ; l’un et l’autre n’ont operé jusques à present et vraisemblablement ne feront autre chose que de nous confirmer l’etat aveugle du malade plusieurs d’entre Mrs le d. Medecins et Mtres chirurgiens qui l’ont vu en ont porté le même jugement fait à Genève le 25 avril 1732

205Puthod mtre chirurgien

33. Excès mortel, 7-9 juin 1732 (PC 7937)

206 Le jeudi 5 juin 1732, Pierre Moré, demeurant à Bourdigny, coupe quelques verges de sa vigne près de la rivière de l’Allondon. Il est violemment frappé par un inconnu qu’il décrit à son oncle comme « un gros homme épais » avant de succomber à ses blessures.

207a) Rapport du chirurgien François Ledroit, 7 juin 1732 [f° 1-2] :

208Je sousigné sirurgien en suite du serman que jaÿ pretté entre le mens de Monssieur Le Chattellen du mandement de Peney ; Certifie et declar quaiant etté requise de me transporté au village de Bourdigny-dessus pour voire et vissitter le blessur du nommé Pierre Moré jaÿ trouvé le sudit Moré Couché dans son lÿ et laiant vissité jaÿ remarqué quil avet une Contusion. Considerable troÿ doi au dessu de lestomaqu et un Coup sur la bouche une autre sur le crane quÿ en etteit enfonssé Ce que jestime avoire etté fette aveque une instrumens Contondant ou froissant mettante ensuite enquise de luÿ quÿ lavet mÿ dans set ettat il me dit que on lavet battu et quil ne connesset pa la persone aiant pene de se fer entendre de nous aquose de sudit blessur apre quoÿ nou lavon seigné et mediquamanté Convenablement jusque au landement à six eur quil est dessedé se que nous estimon ettre arrivé par le Coup quil a ressu en foÿ de quoÿ nous avons signé le present rapport à Bourdigny le 7 join 1732 Ledroit

34. Noyade, 3-4 août 1732 (PC 7956)

209 Le 3 août 1732, Paul Battier, valet du jardinier Pierre Crozet, s’élance dans le Rhône avec trois autres de ses camarades. Il ne sait pas nager et se noie.

210a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 3 août 1732 [f° 1] :

211Je soussigné Mtre Chirurgien, ensuite de l’ordre de Monsieur L’Auditeur [Gabriel] Rigot je me suis transporté, ce jourdhuy 3e aoust 1732 à quatre heure apres midi à la Coulouvrenière derriere les Cibes pour visiter le cadavre du nommé Paul Battier de Dauphiné, Declare, ensuite du serment preté entre les mains dudit Monsieur Rigot que j’ay trouvé le cadavre dudit Battier dans ledit lieu, au bord du Rhône, etendu sur son dos et nud, auquel j’ay trouvé le visage livide un peu enflé, [appel de note : x] les doigts à crochets, toutes les autres parties de son corps saines et naturelles, ce qui me fait juger qu’il est mort noyé et ayant peu souffert en foy de quoy jay donné le present raport lan et jour susdit Sabourin [Note : x] leau sortant de sa bouche

35. Soupçon d’infanticide, 15-20 novembre 1732 (PC 7991)

212 L’été 1732, Virginie Resseguere se présente chez la veuve Gabrielle Bacle, accoucheuse, qui lui certifie qu’elle est enceinte. En réalité, Virginie Resseguere avait déjà affirmé au mois de janvier précédent être grosse des œuvres de Monier, garçon de boutique du chirurgien Coudougnan. Interrogée dans les prisons, le 15 novembre, elle est persuadée d’être encore enceinte, mais d’un enfant mort qu’elle dit ne plus sentir bouger depuis plus d’un mois. La prévenue est enfin libérée des prisons sans dépens.

213a) Premier rapport du médecin Jean-Isaac Cramer, du chirurgien Antoine Sabourin et de la sage-femme Susanne Gervais, 26 novembre 1732 [f° 3-4] :

214Nous, Docteur en Medecine, Maitres Chirurgien et maitresse accoucheuse ; Par ordre de Monsieur L’Auditeur [Gabriel] Rigot nous sommes transporté dans les prisons de cette ville, ce jourdhuy à quatres heures après midi, pour examiner l’Etat et la grossesse de la nommée Virginie Resseguere, natire [sic] de Die en Dauphiné, agée de 27 ans ; Et ensuite du serment preté nous l’avons visitée tres exactement, et lui avons trouvé premieremt les mammelles naturelles et vuides de laict, secondemt le ventre mol et uni point enflé et la region hypogastrique sous la quelle est contenue la matric[e], dans un etat naturel ; et enfin introduisant le doigt dans le vagin qui etoit dans un etat ordinaire, nous avons trouvé lorifice interne de la matrice mol et dillaté. De lexamen cy dessus, et de letat où nous avons trouvé toutes lesdittes parties, nous jugeons avec certitude que laditte Virginie Resseguere nest pas enceinte, en foy de quoy nous avons signé le present raport à Genève le 16e 9bre 1732

215Cramer DM.

216Sabourin mtre Chirurgien juré b) Second rapport du médecin Jean-Isaac Cramer, du chirurgien Antoine Sabourin et de la sage-femme Susanne Gervais, 19 novembre 1732 [f° 7-8] : Nous soussignés, Docteur Medecin et mtre Chirurgien, Jointe à nous la Dlle Gervais maitresse accoucheuse, Ensuite de lordre qui nous en a été donné, par Monsr l’Auditeur [Gabriel] Rigot, et du serment preté entre ses mains, Nous sommes transporté dans les prisons de cette Ville, scavoir, moi Docteur Medecin et la Dlle Gervais le 18e du court sur les trois heures apres midi, et le sr Sabourin le 19e à dix heures du matin, pour proceder à une seconde visite de la nommée Virginie Resseguere, et examiner si nous pourrions decouvrir par quelques signes, quelle eut eté precedemment enceinte, et si ensuite elle auroit fait un enfant.

217Declarons, que dans la visite que nous aurions faites des parties dont nous aurions pu tirer quelques lumieres pour decouvrir la verité du fait, nous aurions trouvés, 1° Les mamelles petites et fermes, les mammellons ramassés et fermes et le cercle nommé areole dun brun pas trop foncé. 2° Le ventre point ridé et l’épiderme nayant aucune cicatrice, nous avons seulement trouvé un peu de tention à la partie moyenne de la region Epigastrique, sous laquelle est placé une partie de l’Estomach, et elle s’est plainte au toucher dune douleur dans l’hypocondre gauche, sans tention ny dureté, ce qui est une maladie particuliere : Et enfin passant à l’examen des parties exterieures de la generation, nous les avons trouvées telles quelles sont aux filles qui ne sont pas vierges, mais non pas telles quelle sont à celles qui ont fait un ou plusieurs enfans.

218Dans un cas comme celui cy nous observerons, en general, fondés sur lexperience ; que si on peut avoir des preuves qu’une femme auroit fait un ou plusieurs enfans, aussi se trouveroit il des cas où ces preuves manquent, et où on risqueroit de se tromper en affirmant trop positivement.

219De l’examen cy dessus, il resulte dans le cas present que nous ne pensons pas que laditte Resseguere ait jamais fait d’enfant, et suposé que nous fussions dans lerreur à cet egard, nous pouvons affirmer avec certitude, quau moins, depuis plus d’une année elle nen a pas fait à terme, n’y meme dés les cinq ou six mois de conception.

220En foy de quoy nous avons signés le present raport. À Genève le 19e 9bre 1732.

221Cramer D.M.

222Sabourin mtreChir. Juré

36. Aliénation et suicide, 7-19 mai 1733 (PC 8043)

223 Pierre Mourgues se donne la mort le soir du 6 mai 1733. C’est sa servante, Anne Lamunière, née Müller, qui découvre le corps du malheureux dans son cabinet de travail. Si de nombreux témoignages attestent l’état de mélancolie et d’aliénation épisodique de Pierre Mourgues, le procureur général Jean-Jacques Trembley prononce toutefois la condamnation à tous les dépens et à une amende pécuniaire prélevée sur les biens du défunt provisoirement saisis.

224a) Rapport du chirurgien René Garnier, 7 mai 1733 [f° 1-2] :

225Je soubs Me Chirurgien Certifie Et ateste que Ce jourdhuy Environ Les unse heures jai Esté averti par un ofiçier de Monsieur Le Lieutenant pour me Transporter dans La maison où demure Le sieur Pierre Mourgues : y Estant Je Lai Trouvé mort ; son corps comme à genousl, seur Le planche Environ une heure apres Jai Esté requis par Monsieur L’auditeur [François] Fatio, Ensuitte du sermant que Jai presté pardt Lui de voir Et visitter Le corps dudt Mourgues proçedant à La visitte Je Lui ai Trouve La face soit Le visage Livide dune couleur rougattre Tirant seur Le brun, Ensuitte une Impression causée par une petite corde soit fiselle qui Lui oçupoit presque Tout le col ce qui Lui a coupé Les Tegumans de La profondeur de Lespessur dun Escú transversalement, La conpression de Ladte ficelle a pressé Et serré Losophage soit la Trachée aretere, Et Les vesseaux voisins La Estranglé ce qui Lui a causé La mort. Tel Est mon raport fait à Genève ce septiesme mai 1733 En foi de ce me suis signé Garnier me chirurg. doyen Ensuitte aiant Esté sommé par monsieur Lauditeur Fatio de declarer ce que je pouvois savoir seur lettat de sa maladie pandant quil vivoit Je declare quil y a Environ huict Jours que Ledt feu sr Pierre Mourgues Estant assis à devant de ma boutique me demandat, Ce quil pouvoit faire pour remedier à ces Inquietudes Et insomnies qui Le privoit du boire Et du manger, quil avoit pris des remedes du nommé Fontaine demurant à Grange-Canal qui jusque Là ne Lui avoient de rien servi, que cepandant il ce proposoit di retourner Je declare Encore que dans Lantretien que Jeus avec Lui Et qui dura Environ demi heure, Je remarquai dans sa personne un Esprit frapé Et plongé dans une grande melançolie Ce qui me portat à Loui conselier de ce faire appliquer des sangsues au fondemant, de voir ces amis Et de ce divertir que cella pouvoit dissiper sa melancollie. Il me remersyä de mes conseils fort obligemmant Et ce retira Et ne Lai pouin ut du depuis, Jusques à ce jour ce que jafirme par seremant veritable à Genève Les an Et Jour que dessus Garnier me chirurg. doÿen b) Rapport du chirurgien André Arlaud, 7 mai 1733 [f° 3-4] : Je soussigné certifie et Raporte par moy, André Arlaud mtre Chirurgien et commis pour la visite des morts, que ce jourdhuy Jeudi 7 May 1733 à 11 h avant midi jay été mandé au second Estage dune maison, située à la ruë du Temple, pour visiter le nommé Pierre Mourgues, Bourgeois, orloger, suivant lordonnance de Monsieur l’Auditeur [François] Fatio et à sa requisition, je declare par serment que je l’ay trouvé étendu mort sur le plancher, pour avoir été changer de situation, à celle où il etoit lors quil a perdu la vie. Ayant examiné son visage et particulierement le col, auquel jay trouve desus le larinx, une forte impression dune corde de l’epaisseur dun demi poulce occupant toutes la partie antiere du col, son visage dun grand livide ou presque noir ; l’examen de ses parties m’ont fait connoître que la seule cause de la mort de cét homme a été celle du licol tout à fait volontaire par la situation où il a été trouvé puisque il s’est étrangler, et non pas pendu, et s’est preparer de luy méme selon toutes les apparences. En foy de quoy je me signé. Fait à Genève ce 7 May 1733

226André Arlaud mtre Chirurgien et visiteur.

37. Suicide, 1er janvier 1734 (PC 8113)

227 Le 1 er janvier 1734, à cinq heures du matin, l’auditeur Pierre Tronchin est informé que le corps de Catherine Brochet, femme de Jérémie Deray d’Uzès, a été trouvé gisant à moitié nu sur le pavé de la Tour-de-Boël. Il s’agit d’un suicide par défenestration. Catherine Brochet est réputée aliénée depuis quelque temps. Son mari passe pour honnête homme, travailleur, élevant une fille « indisposée », vivant sans aucune « mésintelligence » ni « murmure » avec sa femme.

228a) Rapport du chirurgien Isaac Fine, 1er janvier 1734 [f° 3-4] :

229Je soussigné me chirurgien de la ville et republique de Genève raporte que par ordre de monsieur lauditeur [Pierre] Tronchin, avec le serment ordinaire, je me suis Transporté à la rüe de la Tour-de-Boël, pour visiter le cadavre de la nommée Catherine Brochet de Luc[-en-Diois ?] en Dauphiné, femme de Jérémie Deray d’Uzès en Languedoc tondeur de proféssion agée d’environ soixante ans que j’ai trouvé morte etendüe sur le pavé et quantité de sang répandu à terre, et aprés une exacte perquisition que j’ai faite de toutes les parties qui doivent tomber sous les sens, j’ai trouvé ce qui suit. Premierement ses coëfures toutes ensanglantées et du sang dans les oreilles et sur le visage. Item une plaie sur l’os occipital ou derriere de la Tëte avec grande dilaceration des chairs et fracture de l’os, tous les quels accidens je juge avoir eté occasionnés par quelque grande chüte ou instrumens contondans ou meurtrissans comme pierre, Baton, fer et semblables, et semblables [sic] et comme le sang extravasé que j’ai trouvé dans les oreilles indique une grande comotion dans le cerveau et du sang repandu sur la dure mere ou membrane qui envelope le cerveau, par quelque vaisseau sanguin qui a eté rompu, joint à la fracture de l’os occipital dont la force du coup a porté sur le cervelet et suprimé par concequent le cours des esprits animaux et quelques esquillers de l’os fracturé qui peuvent l’avoir piqué, j’estime etre la veritable cause de la mort qui a suivi de près l’accident, en foy de tout ce que dessus j’ai signé et expedié mon raport à monsieur l’auditeur selon lordre qu’il men a donné comme contenant verité à Genève ce vendredi premier janvier dixsept cent trente quatre.

230Fine me chirurgien

38. Mort accidentelle d’un nourrisson, 6 février 1734 (PC 8126)

231 Le 27 juillet 1733, le Conseil condamne Antoinette Gar, de Meyrin, et Jean-Pierre Foulquier, de Bourdigny, pour paillardise. Foulquier est par ailleurs tenu de se charger de l’enfant que porte sa compagne. En octobre, la petite Jeanne-Marie est placée en nourrice chez Perrine Dupanloup, en Savoie. Début février 1734, la nourrice sollicite l’auditeur Philippe De Carro pour savoir ce qu’elle doit faire du corps de Jeanne-Marie, décédée accidentellement, alors que ses parents sont introuvables à Genève. Le corps est déposé à l’Hôpital général pour y être visité par le chirurgien. Le 4 février, Thévenet, l’archiprêtre de Cruseilles, écrit au Petit Conseil pour obtenir le paiement des frais encore dus à Perrine Dupanloup.

232a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 6 février 1734 [f° 1-2] :

233Je soussigné certifie, et Raporte par moy André Arlaud mtre Chirurgien et visiteur Public, que le vendredi 5 fevrier 1734, à 6 heures et demy du soir j’ay été mandé à l’Hotel Dieu, à la Chambre des Passans ; Par lordre de Monsieur l’Auditeur [Philippe] De Carro, et par serment. Jay visiter Jeanne Marie fille de Jean Pierre Foulquier… Jardinier et de [sic] agée de 4 mois et demy, qui etoit en nourice aux villages d’Esville [ ?] aux Bornes Duché de Savoie chez Perrine Dupanloud, femme de Joseph Duvillard, laquelle jay trouvée la face de couleur naturelle, et toutes les parties de son corps semblable, excepté la partie laterale droite du bas ventre, d’une couleur violette. Pour raison de quoi, il y a toutes les aparences que cette partie a été comprimee par quelques personnes endormie, ou par quelques animaux, comme chien ou chat qui peuvent avoir été couchés sur l’Enfant étant dans son berçeau, ou enfin par quel quautres manieres ; qui ne me sont pas connuës je juge la cause de mort dudit Enfand par quelques compressions de son ventre : ce que je certifie par serment. Fait à Genève le samedi 6e du courant. En foy de quoy je me suis signé André Arlaud mtre Chirurgien comis visiteur Public.

39. Noyade, 5 août 1734 (PC 8170)

234 Gédéon Ardin, de Nyon, s’est marié au mois de juillet 1734. Il arrive début août à Genève, prêt à se rendre en Angleterre comme grenadier du roi, chargé de plusieurs lettres que des particuliers lui ont remises pour Londres. Le matin du 5 août, son corps est retrouvé dans le Rhône, vis-à-vis du quai de la rue du Temple à Saint-Gervais.

235a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 5 août 1734 [f° 1-2] :

236Je soussigné mtre Chirurgien juré, ensuite de l’ordre que j’en ay receu, de Monsieur l’Auditeur [André] Gallatin, je me suis transporté, ce jourdhuy, 5e du mois d’aoust à huit heures du soir, chés le nommé Adam [biffé : Vange] [ajouté en suscription : Volle], logé À l’Île pour y visiter le Cadavre d’un homme quon m’a dit avoir été retiré mort de la riviere. Declare, sous serment, qu’etant entré dans l’arriere boutique dudit [biffé : Vange] [ajouté en suscription : Volle] J’aurois veu ledit cadavre etendu sur une planche ; quil m’a paru premieremt, etre celui dun homme agé d’environ quarante cinq à cinquante ans, 2° Le visage ma paru livide et quelques goutes de sang etoient sorties des vaisseaux de la conjonctive de l’œil droit, 3° Les vaisseaux sanguins capillaires de la peau du col de la poitrine, du bas ventre et des cuisses etoient engorgés de sang, 4° Les doigts des mains flechis et à crochets et leurs extremités livides, 5° au dos et aux fesses les vaisseaux [ajouté en suscription : de la peau] etoient aussi tres engorgés de sang. Voila l’etat où j’ay trouvé ledit cadavre qui est celui où se trouvent tous ceux qui meurent de mort viollente et auquel la respiration est interceptée subitement, dans ces cas au moment de cette interception le sang arteriel est chassé dans l’extremité la plus reculée des petits vaisseaux et meme jusque dans les vaisseaux limphatiques et il ne sen fait pas de retour ; Les doigts à crochets sont un accident propre à ceux qui meurent noyés, ils cherchent à s’accrocher de leurs mains et meurent dans cet Etat.

237Il est d’autant moins equivoque quil est certainemt mort etouffé [biffé : dans] [ajouté en suscription : par] l’eau, cest que je ne lui ai trouvé aucune impression au col et dans le lieu du canal de l’air, qui marque que cette partie ait été comprimée ; Je ne lui ai aussi trouvé nulle playe sur toute la surface de son corps. Ainsi je persiste à dire qu’il est mort etouffé [biffé : dans] [ajouté en suscription : par] l’eau. Tel est mon rapport.

238À Genève le 5e aoust 1734 Sabourin

239b) Rapport du chirurgien René Garnier, 5 et 7 août 1734 [f° 3] :

240Je soubsigne Me Chirurgien certiffie Et atteste come ce matin Environ les unse heures Jai Esté apellé pour me Transporter dans La boutique du Sieur Volle, marchand, Pour voir Et visitter un corps mort, quon ma dit avoir Esté noyé ajant Esté trouvé au bord du Rhône, seur Lequel Ensuitte procedant à La visitte je ni pouin truvé de plajes ny de contussions soit à La Teste ny à son corps ny auçun vestige à son col, Remarqué sulement son visage un peut Livide d’une colleur bluattre Tirant seur Le brun, Les dans serrées Les Unes contre Les autres la Langue Entre Icelles, son vantre poin Livide ny Tandut, ces parties naturelles fletrÿes naturellement, poin serées ni comprimées, ces mains Et ces doigt Ettandus, et nom à crochets, ny Les ongles Inparfettes, ce qui me donne Lieu de Juger qu’il a Esté Jetté dan Leau, Estant mort, ne majant aparut aucune marque quil aie Esté noyé. Tel Est mon raport que jai fet à La requisition de Monsieur Lauditeur [André] Gallatin Estant prest den prester Le seremant Lors que requis en serai fait à Genève ce cinquieme aoust 1734 En foy de Tout ce que dessus me suis signé si contre Ce 7e dudit Jaj pretté Le seremant pardt Led. saigneur auditeur Garnier me Chirurg. doyen [signé à deux reprises]

40. Soupçon d’empoisonnement, 15-21 octobre 1734 (PC 8184)

241 Louise Pecoux, du bailliage de Nyon, âgée d’une trentaine d’années, est la servante de Jean-Pierre Jaquet, cabaretier de la Galère à la Madeleine. Lorsque ce dernier décède, aux premières heures du 14 octobre 1734, elle est soupçonnée de l’avoir empoisonné malgré sa réputation de probité et de dévouement. À défaut de preuves suffisantes, Louise Pecoux est libérée sous condition de se représenter à la première réquisition.

242a) Rapport du chirurgien Antoine Laurens, 15 octobre 1734 [f° 3] :

243Je sousigné Mtre Chirurgien certifie et ateste avoir été ce jourd’huy 15e du courant à 9 hoeures du matin, dans la maison du sr [Jean] Jaquet citoyen, au Logis de la Galere pour asisté à Louverture du corps de son Pere decedé le 14e à trois heures du matin En ajant été prié par le dit Jaquet son fils premierement je n’ay rien remarqué de particulier à Lexterieur du corps 2me apres avoir leüé les Envelopes contenentes propres jay veü L’epiploon dans son etat naturel de même que lexterieur des intestins 3me apres avoir ouvert Lestomac jé l’ay veü plain en partie d’aliments ou remedes, que l’on a absorbes avec une Eponge à diverces fois, apres l’avoir nétojé j’ay veü linterieur de lestomac fort Enflamé denué de sa membrane veloutée avec des impresions sur la membrane nerveuse, Lesquelles impresions juge avoir été occasionnées par des corosif ; nous n’avons pas Examiné les autres viceres parcé que Lestomac etant comme je l’ay dit enflamé et peut seul avoir occasionné la mort du dit sr Jaquet Et comme sy dessus contient la verité ay dressé le present Raport selon Dieu et consience À Genève ce 15e 8bre 1734.

244Ant. Laurens mtre chirurgien

245b) Rapport du chirurgien André Arlaud, 15 octobre 1734 [f° 4-5] :

246Je soussigne et cerfie par serment, selon lordre de Monsieur l’Auditeur [François] Fatio, Jay eté mandé hier Jeudy 14 8bre 1734, à 8 heures du matin pour visiter le sr Jean Pierre Jaquet, citoien, Traiteur, agé de 50 ans : demeurant à la Madeleine où pend pour enseigne une Galere, lequel j’ay trouvé mort, depuis les 4 heures du matin, il ne ma n’en parû, ni à la vûë, ni au toucher, des causes de sa mort. Dailleurs sa maladie n’ayant duré que six heures.

247Ce qui ma obligé de minformer exactement des cause de maladie ; jay appris des mauvais prejugés et en consequence, jen ay dabord informé Monsieur le sindic [Théodore] De Saussure qui ma ordonné dans faire louverture J’ay communiquer mais ordres aux Parens du deffunt, qui m’ont parû le desiré, je me suis informé d’eux quil étoit ceux qui lavoit secouru dans son mal, ils m’ont nommés les Srs Bardin Docteur Medecin, Prevost Apoticaire et Laurens Chirurgien, que jay prier de se trouver à louverture du corps : convenu avec les Parens pour aujourdhuy à 8 heures du matin.

248Nous ètans trouvés à lheure, les Srs Bardin Laurens et moy, ayant opiné il a été delibérer, de joindre avec nous, un des Messieurs Docteur Medecin Jurés, on a prié Monsieur Le Docteur Le Fort de si trouvé. Ensuite on a opiné de nouveau on a trouvé à propos de demander au Sr Jaquet fils si c’étoit son intention qu’on fit l’ouverture de son Pere ; il nous a témoigner le requerir avec empressement.

249Nous avons procedé à louverture, exterieurement il nous a rien paru, [appel de note, ajout en marge de gauche : excepté une lividité au bout des doigt et à une jambe et aux dos] ; n’y dans le cuïr, ni à la graisse il y en avoit bien trois doigts, ni dans le corps musculeux, le peritoine, et l’epiploom dans leurs états naturel, mais les petits intestins un peu boursouflé Apres avoir fait la ligature des deux orifices de lEstomach layant ouverte dans toutes sa longueur, nous y avons trouver peu de matiere, apres lavoir nétoïer nous avons trouver tous les velouté de lEstomach entierement fusé, et toutes les parois interieure de lEstomach generalement une grand inflamation auquel il reste tous les prejugés dun caustiques violens, qui ont causè la mort : ce que je certifie par serment Fait à Genève ce vendredi 15 8bre 1734 En foi de quoi je me suis signé André Arlaud mtre Chirurgien, visiteur.

250c) Rapport d’Aimé Tollot, Jean-Isaac Cramer (médecins), Isaac Fine et Antoine Sabourin (chirurgiens), 15 octobre 1734 [f° 6-7] :

251Nous soussignés, Docteur en Medecine et Maitres Chirurgiens ; Ensuite de lordre de Mr L’Auditeur [François] Fatio, nous nous sommes transportés, ce jourdhuy 15e 8bre 1734 apres midi chés le sr Jaquet à la Madeleine, à une maison où pend pour enseigne la Galere : pour visiter le Cadavre de feu sr Jaquet [biffé : aubergiste] [ajouté en suscription : Cabaretier], et declarer ce que nous pensons avoir été la cause de la mort. Declarons, sous serment, que nous avons trouvé, premieremt que ledit Cadavre etoit extremement livide à toute la surface de son corps et que ses ongles des mains etoient noires : 2° comme ledit Cadavre avoit été visité dans la matinée, nous avons defait les points de couture qui joignoient les tegumens du bas ventre, et les intestins nous ont parus à leur surface dune couleur naturelle ; 3° lestomach, qui avoit été ouvert dans lexamen precedent, nous a paru [ajouté en suscription : fort] enflamé prés de son orifice infer[ajouté en suscription : r] ieur, et un peu, mais moins, du costé de son fond 4° comme on avoit quelque soubcon de poison nous avons examiné lœsophage que nous avons trouvé dans un etat à peu pres naturel. 5° Nous nous sommes aperceu que tant dans lestomach, que dans lœsophage et l’intestin duodenum, il y avoit de petits grains ou poudre grisatre ou blanc sale, ce qui nous a engagé à laver lestomach pour en separer cette poudre, à vuider la liqueur chilleuse, qui s’est trouvée dans les boyaux jejunum et Duodenum, afin d’en faire une sorte de lav[ajouté en suscription : e] ur et separer par ce moyen ce qu’il y auroit de plus pesant, et il sest trouvé que cetoit cette poudre blanchatre que nous avons ramassée soigneusem[en] t et remise à Monsr l’Auditeur Fatio pour en faire faire les epreuves quil jugeroit à propos. Il resulte de notre examen que le sr Jaquet a eu une maladie violente qui a occasionné sa mort, que l’Estomach a souffert dans cette maladie, linflammation quil y a eu le prouve, et sil [biffé : man] nous manque quelques indices pour decider l’empoisonnement ou le non empoisonnemt, lexamen de ceux qui ont veu le Cadavre en son entier, et l’analise de la poudre que nous avons remise, y supléeront.

252À Genève lan et jour cy dessus.

253Tollot D. Med. Juré

254Fine me Chirurgien

255Antoine Sabourin mtre Chirurgien

256Cramer DM fils

257d) Rapport du médecin Jean-Ami Le Fort, 15 octobre 1734 [f° 8-9] :

258Je soussigné Medecin Juré, après avoir preté serment entre les mains de Monsr L’Auditeur [François] Fatio, certifie [ajouté en suscription : et raporte] que ce matin 15e du Courant, à huit heures et un quart, étant dans la ruë de la Pélisserie avec le sr Gardelle, Peintre ; un Garcon Chirurgien m’a abordé pour me dire que l’on me prioit de me transporter incessamment au logis de la Galere, pour assister à l’ouverture du cadavre du sr Jaquet, hôte du dit Logis : et que y etant allé sans perte de temps, j’aurois trouvé dans la chambre au 1r étage, où étoit le corps mort, étendu sur une table ; beaucoup de monde ; et entr’autres Monsr le Docteur Bardin et les srs Arlaud et Laurent, mtres Chirurgiens ; Que ces trois Messieurs, m’auroient parlé en particulier, du dessein où l’on etoit de faire l’ouverture du dit cadavre ; Que j’aurois dit là dessus, par ordre de qui et pourquoy cela se faisoit, et s’ils etoient assermentés. Les dits srs Medecin et Chirurgiens m’ont repondu que non, et que c’etoit le sr Jaquet fils et quelques parens qui souhaitoient que l’ont fit cette ouverture. Je leur ai repliqué que, eu égard aux circonstances, cela me faisoit de la peine ; et qu’il convenoit encore de savoir [biffé : de savoir] du sr Jaquet fils, s’il persistoit à requerir cette ouverture. Le sr Arlaud étant descendu à la cuisine p[ou]r parler au sr Jaquet, celui-ci lui a reiteré qu’il souhaitoit p [ou] r sa satisfaction et de la famille, que l’on fit cette ouverture. C’est pourquoy le dit sr Arlaud y a procedé incessamment et avec methode, dans la vuë seulement de decouvrir l’Etat de l’estomac et des Boyaux. L’Incision Cruciale des tegumens du bas ventre étant faite, et tous les visceres qui [ajouté en suscription : y] sont contenus, étant à decouvert, je n’ay reconnu sur iceux aucune marque de violence ni rien d’extraordinaire. Et quant à l’estomac, après avoir été ouvert dans toute son étendue, sç[avoir] d’un orifice à l’autre, j’y ai decouvert dans la cavité quelque peu de matiere liquide, en aparence bilieuse ; que Mr le Docteur Bardin a dit d’abord ressembler à ce que le sr Jaquet avoit vomi plusieurs fois avant sa mort. Ce qui a été cause que l’on [ajouté en suscription : a] pompé la dite matiere avec une éponge ; après quoy l’estomac ayant été renversé, j’ay remarqué toute la superficie interne extremement rouge et enflammée, mais plus au fonds de l’estomac que dans le reste ; n’ayant vû aucune trace de la tunique veloutée. Cela fait, nous n’avons pas jugé à propos d’examiner plus outre, et le sr Arlaud a promptement fait la suture du bas ventre : après quoy nous nous sommes retirés sans rien dire à aucun des assistans, ayant neantmoins conclu que le sr Arlaud auroit l’honneur de voir sans perte de temps Monsr le Sindic De Saussure, pour l’informer du fait.

259En foy de quoy jay fait et signé le present raport à Genève le 15e 8bre 1734

260Le Fort D.M. Juré

  • 24 Jacques Bardin : citoyen, né le 14 mars 1696, DM à Reims le 21 octobre 1721, agrégé le 19 décembre (...)

261e) Rapport du médecin Jacques Bardin24, 15 octobre 1734 [f° 10-11] :

262Je soussigné Doctr Medecin certifie, qu’ayant eté appellé mercredy 13e court pour visiter le sieur Jaquet Hôte de la Galere, au bas du Perron, je le trouvay, à 10 heures de la nuit, assis, dans sa chambre sur un fauteuil ; il repondoit distinctement, mais à voix basse, aux questions que je luy fis dans cette situation ; sçavoir, s’il ne se sentoit aucune pesanteur de tête ou aucun vertige il dit que non, mais qu’il en resentoit beaucoup à la region de l’estomach, sur quoy ayant demandé s’il n’avoit rien pris qui y eut donné occasion, il me dit, ou quelqu’un auprès de luy, qu’il avoit soupé assez tranquillement et à son ordinaire, mais que depuis peeu il luy étoit survenu un vomissement et qu’il avoit fait ussi quelques selles, sans de trop violens efforts ; effectivement, dans ce même moment, il luy pris encore une nausée, d’une matiere bilieuse et un peu ecumeuse, après quoy luy ayant touché à diverses fois le pouls, que je trouvay fort concentré et presque insensible au tact, je conseillay qu’on le misse au lict, sur quoy on me dit qu’on n’avoit pas osé l’y mettre plutôt, parce qu’on craignoit qu’il ne luy survint un retour d’attaque d’Apoplexie, dont il avoit eté atteint en d’autres tems ; dès qu’il fut couché, je m’approchay pour l’examiner encore, et je le trouvay qui continuoit à se plaindre beaucoup de son estomach, et d’un peu de douleur au ventre, son pouls me parut allors un peu plus sensible, mais ne le trouvant pas en etat ni dans la necessité d’etre saigné, puisqu’il avoit vomi devant moy, et avant que j’arrivasse, je jugeay qu’il convenoit mieux d’ordonner des dilayans pour aider ses evacuations, je recommanday qu’on luy fisse prendre incessemment du thé avec de la Con[illisible] ion, et que l’on continuasse autant qu’il en pourroit prendre, d’ailleurs j’ordonnay à l’Apoticaire une potion cordiale dont je recommanday de luy faire prendre pendant la nuit pour fortifier et adoucir les parties douloureuses, à quoy j’ajoutay dans la même idée, qu’on devoit incessemment luy appliquer des linges chauds, tant sur la region de l’estomach que sur le bas-ventre ; le jeudy 14e au matin j’appris avec beaucoup de surprise qu’il etoit decedé à trois heures et demi, contre mon esperance, n’ayant pu soubçonner, dans toutes les questions que j’avois faites, soit au malade soit aux assistans, aucune autre cause de sa maladie, que quelque surcharge d’humeurs, assez ordinaire aux personnes d’un temperament et d’une corpulence telle que me parut la sienne, la nuit precedente.

263Le chirurgien Visiteur m’ayant fait savoir le même jeudy au soir qu’on etoit dans le dessein de faire l’ouverture du corps du defunt le lendemain vendredy à huit heures du matin et que j’etois prié d’y assister ; je m’y suis donc transporté à l’heure marquée et y ayant trouvé Mrs Arlaud et Laurens Maîtres Chirurgiens, disposés à faire l’ouverture en question, j’ay cru qu’il etoit à propos de demander aussi l’assistance d’un Docteur Medecin Juré, sur quoy Monsieur le Docteur Le Fort s’etant rendu à l’invitation que nous luy en avons fait faire par un garçon Chirurgien ; nous avons d’abord reflechi tous ensemble sur ce qui se prestentoit à faire ; après ce qui s’etoit repandu des causes soubçonnées de la mort du defunt, nous nous determinions à suspendre l’ouverture du cadavre, n’ayant receu aucun ordre superieur pour la faire, mais le fils du defunt nous en ayant expressement requis, nous y avons procedé à sa priere, et nous avons trouvé, après avoir levé les tegumens et muscles du bas ventre, tous les visceres qu’il contient, exterieurement, dans un etat tres naturel, malgré le nombres d’heures qui s’etoient ecoulées depuis la mort du sujet, mais ayant souhaité de voir l’interieur de l’estomach, et en ayant fait l’ouverture, dans toute sa capacité, nous avons trouvé que toute la tunique interne de ce viscère [biffé : étoit] nous faisoit parôitre des marques certaines d’une grande inflammation, il étoit d’ailleurs presque à demi plein d’une liqueur blanchâtre et ecumeuse que nous avons cru y etre restée depuis le laict et l’huile qu’on nous a dit luy avoir fait avaler une heure avant sa mort, que nous ne pouvons nous empêcher d’attribuer à l’inflammation totale du tissu interieur des fibres de l’estomach du susdit defunt.

264En foy de quoy j’ay dressé le present certificat, à la requisition de Monsieur l’Auditeur [François] Fatio, à Genève ce 15e 8bre 1734. Bardin D.M.

265f) Déposition du médecin Aimé Tollot, 17 octobre 1734 [f° 28-29] :

266Aimé Tollot D. en Medecine, Citoyen âgé de 59 ans, ayant été requis par Monsieur L’Auditeur [François] Fatio de donner le resultat d’une conversation qu’il a eu avec la belle fille de defunt sr Jaquet Hôte du Logis de la Galere ; Declare en suite du serment qu’il [biffé : j’ai] [ajouté en suscription : a] prété entre ses mains ; qu’apres l’examen fait du cadavre du dt defunt Jaquet ; au sujet d[u]quel il a été fait un rapport le vendredi 15 du present mois. Il auroit été prié conjointement avec Mr le Dteur Cramer le jeune de se rendre à la chambre de la susdte belle Fille du Defunt, qu’on leur avoit dit être malade ; laquelle ayant trouvée au lit, et apres avoir commencé par la resseurer au sujet de son mal ; ils se seroient ensuite informé des circonstances, qui avoient precedé et accompagné la maladie et la mort du Defunt, et sur les soubsçons élevez touchant la cause qui l’avoit procurée sur quoi elle leur auroit recité que son dit Beau Pere n’ayant pas voulu manger de la soupe qu’on lui avoit préparé pour son dîné ; parce qu’il n’avoit pas faim ayant dejeuné avec quelques Amis ; il lui avoit dit de la garder pour le soupé, et qu’en effet s’etant rendu au Logis à l’heure du soupé, la dte soupe avoit été servie ; ce qui auroit donné lieu au soussigné de lui demander, si c’étoit la servante qui l’avoit servie, à quoi elle auroit répondu que non, que c’étoit elle même, qui l’avoit posée sur la table, que même ayant remarqué quelque chose sur la dte soupe qui ne lui paroissoit pas propre à l’endroit du plat situé vis à vis de son Beaupere, elle l’avoit enlevé, et avoit tourné le plat afin que cet endroit ne fut pas de son côté ; Lui ayant fait remarquer que cette circonstance paroissoit lever tous les soubscons, qu’on pouvoit avoir contre la servante, puis que ce n’etoit pas elle qui avoit placé le plat sur la table ; n’etant pas possible de se persuader que supposé que son dessein fut d’empoisonner son Maître ; elle voulut exposer tous ceux qui se trouvoient à table avec lui au même risque, elle parût tout à fait entrer dans cette pensée ; ajoutant encore qu’il ne pouvoit pas lui entrer dans l’Esprit que cette fille qui avoit toujours servi son dit Pere avec beaucoup d’affection pût se porter à un pareil excès contre lui ; qu’elle avoit beaucoup plus de sujet de se regarder comme l’objet de son ressentiment, l’ayant surprise en des fautes, qui l’avoient porté à lui donner son congé ; le soussigné ayant encore fait remarquer, que supposé que cette fille eût conçû le detestable dessein dont elle est soubçonnée, elle avoit eu des occasions beaucoup plus commodes et aisées, que celle dont il étoit question pour le mettre en excécution ; la Demoiselle Jaquet répondit qu’en effet j’avois raison ; puis que la dte servante lui préparoit son caffé tous les matins, dont il faisoit un usage ordinaire, parce qu’il étoit fort replet. Voilà le precis de cette conversation ; à quoi je doit ajoûter qu’il me parût que la dlle Jaquet avoit beaucoup plus de panchant à innocenter la servante qu’à la criminaliser ; donné à Genève le 17e 8bre 1734 Aimé Tollot D. Med.

267F. Fatio Auditeur

  • 25 Pierre Peschier : originaire de Bagnols-sur-Cèze en Languedoc, reçu bourgeois le 10 septembre 1718 (...)
  • 26 Barthélemy-Théodore Colladon : citoyen, fils du pharmacien Louis Colladon, né le 28 août 1699, agr (...)

268g) Rapport des pharmaciens Pierre Peschier25 et Barthélemy-Théodore Colladon26, 17 octobre 1734 [f° 30-31] :

269Nous soussignés Mtres Pharmaciens declarons qu’ensuite du serment preté entre les mains de Monsieur l’auditeur [François] Fatio, nous avons examiné, en premier lieu un petit morceau de papier dans lequel il paroissoit y avoir eu une poudre blanche ; Nous en avons mis sur la Langue le peu que nous avons pu recueillir, et nous n’y avons trouvé aucun gout sensible, ensuite nous l’avons brulé, et n’avons apercû aucune odeur particuliere.

270De plus nous avons examiné un petit reste de soupe aux Taillerins [morceaux, grumeaux] qui etoit sur une assiette, en faisant plusieurs Lotions avec de l’Eau chaude : il est toujours resté au fond une poudre blanche indissoluble, de laquelle en ayant mis plusieurs fois une partie sur un charbon ardent, elle a répandu une odeur assés semblable à celle que produit l’arsenic l’ors qu’on le brule ; Nous avons encore examiné une matiere blanchatre que le Sieur Sabourin Mtre Chirurgien nous a donné de la part de Monsieur l’auditeur Fatio, laquelle après plusieurs Lotions, et Triturations avec de l’Eau chaude, nous a paru une matiere onctueuse ; ensuite ayant exposé plusieurs fois ladite matiere au feu, nous avons senti une odeur de graisse.

271Monsieur l’auditeur Fatio, nous a de plus donné quelques petites parcelles (de la grosseur de la tête d’une tres petite épingle) d’une matiere blanche, dont la si petite quantité ne nous a pas permis de faire aucun examen solide. En foy de quoy nous nous sommes signés

272À Genève ce 17e 8bre 1734

273Théodore Colladon

274Mtre Pharmacien Juré

275P. Peschier

41. Chute mortelle, 21 janvier 1735 (PC 8215)

276 Dans le fossé proche du bastion Saint-Antoine, on découvre le cadavre de l’horloger chênois Jacques Gautier, les poches pleines des divers outils de son métier, avec à ses côtés un petit chien écrasé et une cage en plusieurs morceaux avec un oiseau mort. Après la visite du chirurgien, le corps est restitué au gendre du défunt pour être enterré.

277a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 21 janvier 1735 [f° 3-4] :

278Je soussigné Maitre Chirurgien, par ordre de Monsieur l’Auditeur [François] Caille, je me suis transporté ce jourdhuy 21e Janvier 1735 à deux heures aprés midi, dans le fossé entre la contregarde du bastion Saint-Antoine et le chemin couvert, pour visiter le Cadavre d’un homme trouvé dans ce lieu là : Declare sous serment que j’ay trouvé ledit cadavre au pied de la muraille dudt chemin couvert, le visage tourné contre terre, l’ayant fait retourner sur le dos je lui ai trouvé la face meurtrie et livide dans toute son etendue, le nes ecrasé et les os du nez cassés, une playe à la partie supe gauche du coronal, s’etendant obliquement de haut en bas, y ayant introduit le doigt jay trouvé les tegumens separés jusquaux sourcils, l’os coronal cassé et decouvert ; Le reste de son corps, d’ailleurs, m’a paru sain et entier, ce qui me fait juger que la cause de la mort de cet homme est la chute que je presume quil aura faite, du haut de la muraille dudit chemin couvert dans le fossé, dans laquelle il est tombé sur son visage ce qui y aura causé tout le desordre mentionné ; et par la violente commotion du cerveau et lextravasation du sang sur la dure mere la mort s’en est ensuivie ; le sang repandu dans le lieu où son visage posoit, prouve que cest celui où il est tombé, en foy dequoy jay donné le present raport.

279Sabourin

42. Infanticide, 16 février-14 mars 1735 (PC 8227)

280 Le 16 février 1735, sur ordre du lieutenant, l’auditeur Jacques Martine fait arrêter le jardinier cévenol Jean Grosset et la servante savoyarde Claudine Berthoud, prévenus de paillardise, d’accouchement clandestin et d’avoir enterré secrètement leur enfant dans le jardin de leurs maîtresses, les demoiselles Nicolas, à Plainpalais. Le 1 er mars 1735, les conclusions criminelles du procureur général Jean Du Pan contestent la docimasie, examen insuffisant selon le magistrat pour déterminer avec certitude la qualification d’infanticide. Claudine Berthoud échappe ainsi à la peine capitale. Elle est condamnée au fouet public dans tous les carrefours de la ville et bannie à perpétuité. Jean Grosset est également banni.

281a) Rapport du chirurgien Antoine Laurens, 16 février 1735 [f° 3-4] :

282Je sousigné mtre Chirurgien certifie et ateste apres avoir preté serment devant Messieurs [Jacques] Martine, Et [Daniel] Naville Auditeurs, à la maison de ville avoir été ce jourd’huy 16e du courant à deux heures apres midy à Plainpalais dans le jardin des demoiselles Nicolas pour visiter un Enfant qu’on avoit Entéré, avec mesrs Les Auditeurs sus nommes et Monsieur [François] Rilliet Le Secretaire.

  1. Apres avoir Examiné Lexterieur du corps je luy aurois Reconnu ce qui suit
  2. Les ongles des mains et des pieds bien formes
  3. Lextremité du cordon qui est uni avec le placenta dechiré
  4. La vaine jugulaire Gauche gonflée remplie de sang
  5. Loreille du même coté tinte dun peu de sang
  6. La tete fort alongée les sutures Ecartées denviron trois Lignes ;

283T.S.V.P.

284Apres j’aurois ouvert le crane où jay trouvé un peu de sang Entre [mot biffé] la dure mere et Le cerveau qui en etoit un peu coloré, jay passé à Louverture de la poitrine suivant L’usage jay coupé un petit morceau du Lobe gauche du poumon et l’ay jeté dans un verre plain d’eau le dit mourceau a surnagé quelle pression que jaye faite pour le faire aller au fond de Leau [ajout en suscription : ce qui prouve que lenfant est venu au monde vivant] ; le tout en presence des dits Mrs sus nommes.

285Et comme sy dessus contient verité ay dresse le present raport selon Dieu et consience

286à Genève ce 16e fevrié 1735.

287Ant. Laurens Mtre Chirurgien

  • 27 Daniel Guyot : originaire de la vallée de Pragelas, né en 1704, reçu bourgeois le 6 septembre 1730 (...)

288b) Rapport de Jean-Ami Le Fort (médecin), Antoine Laurens et Daniel Guyot27 (chirurgiens), 16 février 1735 [f° 13-14] :

289Nous soussignés Docteur Medecin Juré, et Maitres Chirurgiens, certifions que ce jour 16e Fevr 1735 à six heures et demi du soir, Nous nous sommes transportés par ordre de Messieurs de la Justice aux prisons de cette ville pour proceder à l’examen et ouverture du cadavre d’une [biffé : petite] fille, nouvellemt née ; et avant de proceder au dit examen, Que nous avons preté serment sur les Saintes Ecritures, entre les mains de monsr l’Auditeur Martine, d’examiner et raporter fidellement.

290Les soussignes Medecin et Chirurgiens declarent donc, qu’ils ont vû le cadavre d’un enfant nouvellement né, envelopé de linges, étendu sur une table ; Qu’ils ont trouvé la poitrine et la tête du dit enfant, dejà ouvertes par le sr Laurens soussigné ; Que le dit enfant en aparence n’etoit pas tout à fait à terme ; Que le cordon ombilical restoit presque en entier, mais dechiré, du Placenta soit arrierefaix. Quant à l’extérieur du corps, nous avons remarqué deux places ou marques rouges, à droite et à gauche du col, lesquelles marques sont toujours restées, quoy qu’on ait lavé la partie avec de l’eau chaude plusieurs fois ; Nous avons aussi vû une marque de la meme nature, mais plus petite, proche du teton gauche, n’ayant remarqué autre chose sur toute l’habitude du corps, excepté que nous avons trouvé la jouë droite et la machoire d’embas du meme coté, aplatie plus qu’à l’ordinaire, comme aussi, l’autre coté paroissoit plus elevé et plus gros qu’il ne doit etre naturellement ce qui causoit à la face une difformité sensible. Apercevant dans ces parties quelque dureté et quelque rougeur contre nature ; La couleur du reste du visage nous a paru assés naturelle ; et les Levres étoient fort vermeilles. Passant ensuite à l’examen du cerveau qui etoit dejà decouvert nous avons vu la membrane, dite Pie-mere, rouge et [ajout en suscription : un peu] enflamée. Enfin nous avons examiné le Poumon, dont le lobe gauche avoit été emporté, le Droit restant dans son entier, dont nous avons coupé trois differens morceaux, lesquels nous avons jetté successivement dans l’eau, et nous avons remarqué que les dits trois morceaux de poumon ne [ajout en suscription : se] sont point precipités dans le fonds de l’eau ; mais qu’ils ont au contraire tres facilement surnagé : ce qui est une preuve certaine qu’il y avoit de l’air dans les vesicules du poumon. En foy de quoy nous avons fait et signé le present raport.

291À Genève l’an et jour que cy-dessus.

292Le Fort D.M. Juré.

293Guyot mtre Chirurgien Juré

294Ant. Laurens mtre chirurgien

295c) Extrait des conclusions criminelles du procureur général Jean Du Pan contre Claudine Berthoud, 1er mars 1735 [f° 43-54] :

296[…] le raport du medecin et des chirurgiens assermentés ne donnent aucune certitude là dessus, ce quils disent de L’Etat où ils ont trouvé le cadavre et l’experience quils ont fait ne prouve pas, ny que l’enfant soit absolument né mort ou vivant, ny qui lait eté detruit par la mere, ce quils disent se reduit à deux observations, lûne concernant l’experience quils ont fait des poumons, et l’autre les deux taches quils ont remarqués sur les cotés du cou, pour en revenir à la premiere et par laquelle on pretend de montrer que le fœtus est venu au monde vivant ou mort selon ce que les poumons surnagent ou tombent au fond de l’eau, l’on avoue que cette experience est de quelque poid pour decider la question savoir si l’enfant respire dans la matrice, mais que l’on ne doit pas regarder comme infaillible, lors quil s’agit de decider sil est mort dans la matrice ou dehors, ou sil a eté tué dans les cas où il s’agit de deffendre ou de convaincre, celles ou ceux que l’on soupconne d’infanticide, Les difficultés suivantes, sont une preuve tres forte, combien les Juges doivent etre sur leurs gardes, sur des temoignages, qui bien loin d’etre clairs comme le iour ainsy quils devroyent l’etre, pour la condannation de linfanticide, portent avec eux de lincertitude et une obscurité impenetrable.

  • 28 Si l’identité de Müller demeure incertaine, Johannes Bohn (1640-1718) est mieux connu. Né et mort (...)
  • 29 Originaire des Pays-Bas, Arnold von Reyger (1559-1615 ?) obtient son doctorat en droit à l’univers (...)

297L’on fera cette premiere remarque que les poumons d’un enfant mort dans la matrice qui naturellement devroyent etre rouges, d’une substance compacte et pesante, peuvent etre rendus semblables à ceux d’un enfant vivant hors de la matrice, c’est à dire d’une couleur moins foncée, d’une substance rare et surnagant pour peu qu’on introduise d’air par la bouche dans sa poitrine, il peut se faire qu’une mere ayant fait son enfant quelle voit sans mouvement, le prenne entre ses bras, luy soufle dans la bouche, et par ce moyen introduisant l’air rendra ces poumons surnageans semblables à ceux d’un enfant qui seroit sorti vivant quoy quil fut mort dans la matrice Et Müller et Bonhius28 celebres Professeurs à Leipzig ont fait tres souvent, l’experience suivante, ils ont introduits de l’air dans des petits chiens et dans les fœtus morts avant que de naitre, les poumons ont surnagé, Le celebre Reygerus29 raporte de semblables Experiences dans les memoires curieux des savans d’Allemagne Bonhius [r] aporte un cas qui demontre que l’on doit etre fort sobre dans le Jugement que l’on porte sur les poumons surnagans, ayant eté apellé par le Magistrat pour visiter un enfant qu’une fille soupconnée dinfanticide avoit fait, il interroga les assistans et la sage femme qui deposerent que l’enfant etoit né mort, ayant fait voir le cordon umbilical, et l’arriere faix presque à demy pouri, et protestant que l’enfant avant l’accouchement n’avoit donné aucun signe de vie dans la matrice, etant ramassé comme un peloton en forme de boule du coté gauche de la matrice, avant que de souscrire à des temoignages qui luy paroissoyent certains pour assurer que l’enfant etoit mort dans le ventre de sa mere, il fit l’experience ordinaire des poumons qui surnagerent, il aprit par la sage femme, quelle luy avoit souflé de l’air dans la poitrine, ce qui prouve que les poumons d’un enfant mort dans la matrice peuvent surnager quand on y introduit de l’air, Dans un accouchement difficile en 2[e] lieu, les membranes qui envelopent le fœtus etants rompues, et les eaux repandues, le fœtus arreté dans le passage, peut par le vagin recevoir de l’air, ce qui enflera les poumons qui surnageront quoy que l’enfant soit mort avant que d’etre entierement dehors.

  • 30 Comme pour Müller, l’identité de Kampius demeure incertaine. Sur la notion d’économie animale forg (...)

298Le savant Ouer Kampius30 raporte dans son œconomie animale, chap. 12 avoir vu quatre accouchemens dans la meme femme, qui avoit fait des enfans morts, lesquels avoyent respirés dans le passage.

299De plus et en 3[e] lieu, il arrive quelque fois, qu’un enfant vient au monde sans mouvement et sans sentiment quoi quil ne soit pas mort, ce que l’on connoit par le batement des arteres umbilicales, et celles des tempes, point de respiration cependant, si une mere alors luy ote ce peu de vie par quelque cause que ce soit, L’experience des poumons qui tomberont au fond de l’eau, que deviendra-elle, combien n’en a on pas vu revenir à une vie sensible par la chaleur, par les frictions, par les liqueurs spiritueuses et par lintermission de l’air, ce qui prouve dans l’enfant que le principe de vie quil recevoit de la mere dans la matrice peut subsister hors de la matrice, avant la premiere respiration.

  • 31 Jean Godefroy Zeller (1656-1734) est né dans le duché de Wirtemberg. Il étudie la médecine à Tubin (...)

300Il arrive quelque fois, que le cordon umbilical se trouve embarassé autour du cou de l’enfant, et que dans l’accouchement il en soit etranglé apres avoir respiré sans que la mere ny la sage femme soyent en aucune maniere blamables, les poumons alors sur nageront et ne prouveront rien pour linfanticide, Cette Experience en 4e lieu des poumons mis dans l’eau peut ietter dans l’erreur, si l’on fait attention à deux observationis raportées par Mr Zeller31 professeur à Tubingen dans des theses publiques, dont la premiere regarde un veau qui vecut une heure apres etre né, respirant d’une maniere frequente et comme essouflée, dont les poumons iettés dans l’eau, allerent au fond comme une pierre, la seconde observatioin parle d’un enfant qui ayant pleuré pendant quelques tems fut enterré vif et respirant, on le deterra aussy tot, les poumons iettés dans l’eau, allerent promtement au fond, On peut ioindre finalement à ces deux observations, le cas d’un infanticide proposé à l’academie de Leipzig, la mere nia dabord de l’avoir tué, l’experience des poumons qui se precipiterent au fond de l’eau, etoit en sa faveur, et paroissoit demontrer que l’enfant etoit mort avant que de naitre, cependant la mere etant pressée par les Interrogats avoua l’avoir fait en vie, et l’avoir ensuite tué, ce quelle soutint, sans iamais se dementir jusqu au dernier suplice.

301De tout ce quil vient d’etre dit, l’on peut voir que cette Experience est tres douteuse pour absoudre ou pour condanner une personne soupconnée dinfanticide,

  • 32 « Dans les cas douteux, il faut choisir une sentence plus clémente ; d’habitude, chaque obstacle n (...)

302 In dubiis mitior sententia eligenda est omne ambiguum impedimentum decisioni solet afferre 32 disent les Jurisconsultes Quant aux taches rouges remarquées sur les cotés du cou du cadavre, l’on ne peut y asseoir aucun Jugement certain touchant l’infanticide, en effet l’enfant a put etre pressé au passage par la resistance de l’os pubis, le sang s’est arreté et a formé des taches, outre que la mere denuée de secours, s’est servi à elle meme de sage femme, et en prenant sur les cotés la tete de son enfant pour en faciliter la sortie la pressé peut etre un peu trop rudement dans les endroits où l’on voit ces taches, Le peu de certitude que l’on peut donc tirer de ces raports au suiet de l’Etat de l’enfant, reste à examiner les reponces personnelles de la prevenue […].

43. Excès, 14-21 mars 1735 (PC 8237)

303 Le 13 mars 1735, Jean-Louis Periard, valet de vigne du conseiller Jacques Rilliet, est sur la place du Molard pour recruter des journaliers. Il y rencontre le citoyen François Picot, cherchant lui aussi des ouvriers pour sa campagne. Picot s’en prend bientôt au valet du conseiller Rilliet, lui reprochant de s’emparer d’outils qui lui appartiennent. Il le frappe de plusieurs coups d’épée. Arrêté, François Picot est condamné à faire réparation, à « grièves » censures, aux prisons subies, aux dommages et intérêts, avec interdiction de porter désormais l’épée.

304a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 14 mars 1735 [f° 9-10] :

305Je soussigne certifie, et Raporte, par moy André Arlaud mtre Chirurgien, qu’en vertu de lOrdonnance de Monsieur [Gédéon] De la Rue Auditeur, ce jourdhuy, Lundy 14 Mars 1735, environ les 8 heures du matin, je me suis transporté au Bourg-de-Four, ruë Saint-Christophe, pour voir, et visité le nommé Jean Louis Periard de Challex Balliage de Gex, agé denviron 36 ans, valet de Noble Jacques Rilliet Seigneur Conseiller d’État lequel j’ai trouvé au lit, depuis le jour dhier Dimanche 13 du courant. pour avoir recû une blessure à la tête, qui avoit été pansée en premier appareil par le Sr Jean Baumgartner Chirurgien, qui ma fait voir une playe, située à la partie posterieure et superieure de la téte, sur l’os occiput, longitudinalle de haut en bas ; denviron 3 travers de doigts, penetrante jusques à l’os accompagnée dhemorragie, par une arteriole qui a été coupée, blessure que le malade et les assistans mon dit avoir été faite par un coup despée, que je juge être vray par la situation des parties divisées, semblable à celle qui se font avec des instrumens tranchent Comme le dit sr Baumgartner l’avoit pensé selon l’Art, par astringent pour arrêter l’hemorragie, et travaillé à la reünion des parties, ce qui est déja bien commencé j’ay laissé ledit blessé à ses soins. Vû aussi la bonne constitution du malade, et continuant d’être bien pansé, observant le repos, et un regime pour prevenir la fievre et autres accidens, le dit Periard pourra parfaitement être gueris, dans le terme d’environ 12 jours ; ce que je certifie par serment Fait à Genève le 14e Mars 1735 En foy de quoi je me suis signé André Arlaud mtre Chirurgien

44. Excès, 20 novembre-1er décembre 1735 (PC 8434)

306 Le matin du 20 novembre 1735, le citoyen Charles Argand, 73 ou 74 ans, est devant les halles du Molard lorsque le citoyen Étienne Gaudy, 47 ans, le dévisage en passant sa main sous son col « voulant lui insinuer qu’il avoit du mal ». En début d’après-midi, les deux hommes se croisent à nouveau au même endroit. Gaudy répète le geste qu’il avait accompli le matin, la dispute commence, les insultes fusent, les coups de canne pleuvent sur Charles Argand. Gaudy et Argand sont arrêtés, conduits en prison pour être interrogés et finalement condamnés pour excès.

307a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 20 novembre 1736 [f° 1-2] :

308Je soussigné, certifie, et Raporte, par serment, En vertu de l’ordonnance, de Monsieur LAuditeur [Daniel] Naville, Que ce jourdhuy Mardy 20 9bre 1736, environ les 5 heures du soir, jay été mandé au 3e Estage dune maison située à la ruë Neuve-du-Molard, pour visiter, le sr Charles Argand, citoyen, Marchand, agé denviron 74 ans, que jay trouvé au Lict, se plaignant d’avoir été renverser sur le pavé, et d’avoir reçu plusieurs coup de canne, ayant déja été pansé [biffé : et] medicamenté et saigner au bras par le nommé Ripper [Ripert, Rippert, Riper ?] garçon chirurgien demeurant chez le sr Lamon ; jay trouvé son poulx plïen et élevé, je luy ay trouvé à la partie superieure et moyenne de locciput une contusion de la circonferance denviron un demy Ecu avec une simple escoriation de lépiderme, aux espaulles, au dos aux mains au bras gauche je n’ay rien trouvé de marquer cepandent il se plaignoit de douleur. Je juge la ditte contusion avoir été faite avec instrument contondant et meurtrisant comme pierre ou baton, le prognostic de sa chute et des coups e[s]t plus facheuse par raport à son age qu’il ne seroit au dessous de lage de 50 ans ; Cependant moyennant, qui soit conduit avec soin une Diette convenable à son agé. il pourra [biffé : se] parfaitement se guerir [ajout en marge de gauche avec appel dans le corps du texte : denviron 20 jours] reserver encore qui ne se manifeste rien de plus que ce qui ma parû, ce que je certifie par serment, fait à Genève ce mardy 20e 9bre 1736 En foy de quoy je me suis signé

309André Arlaud mtre chirurgien juré

45. Homicide « par imprudence », 10-12 décembre 1736 (PC 8445)

310 Aimé Gaudy et Théodore Defernex sont de bons amis. Le dimanche 9 décembre 1736, ils se rendent après le sermon à la Coulouvrenière où l’on tire à l’arquebuse. Ils y jouent une partie de boule pour le goûter, puis Defernex invite Gaudy à tirer, malgré les réticences que son camarade exprime parce qu’il a la vue mauvaise. Entre la seconde et la troisième cible, Defernex est touché, il s’effondre en demandant « pardon à Dieu et à tous ceux qu’il pouvait avoir offensé ». C’est Aimé Gaudy qui a tiré accidentellement le coup fatal. Le Conseil se contente de le censurer.

  • 33 Jean-Jacques-René Macaire : petit-fils du chirurgien René Garnier, né le 19 novembre 1707, reçu bo (...)

311a) Rapport des chirurgiens Jacques Coudougnan, Antoine Sabourin et Jean-Jacques-René Macaire33, 13 décembre 1736 [f° 9-10] :

312Nous soussignés, Maitres Chirurgiens, ensuite de lordre que nous en avons receu de Monsieur l’Auditeur [François] Humbert, de declarer la nature des blessures arrivées à feu sr Defernex, et quelle nous pensons avoir été la cause de sa mort. Declarons sous serment, sçavoir le sr Sabourin quayant été apellé dimanche dernier 9e du court à cinq heures du soir, pour secourir ledt Defernex, je me suis transporté au Logis de la Coulouvrenière où jay trouvé ledit Defernex sur un Lict, se plaignant dune blessure qui lui avoit été faite par une arme à feu, ayant decouvert laditte blessure jay trouvé une playe ronde de la grandeur dune pièce de trois sols à la partie posterieure superieure gauche de la poitrine, et une autre à la partie superieure anterieure droitte aussi de la poitrine, de la meme figure que la precedente, je trouvay le poulx du malade foible avec une sueur froide, il me fut raporté quil avoit rendu un peu de sang dans ses crachats, sans en avoir vomi, mais quil en avoit perdu par ses blessures ; et layant ensuite fait transporté dans la ville, Les srs Coudougnan et Macaire ayant été apellé avec le susdit Sabourin, et ayant visité les susdites blessures ils ont dabord sondé la posterieure où la sonde entra de la longueur denviron quatre travers de doigt de profondeur, et à lanterieure la voulant sonder, il [biffé : arriva] [ajouté en suscription : survint] dans ce moment au malade des nausées qui sans etre accompagnées de vomissemt causerent une hemoragie par la playe, et les soussignés ayant examiné lEtat de son poulx le trouverent si foible quils ne jugerent pas devoir pousser plus curieusement leurs recherches, de crainte que le malade ne perit dans lexamen ; ce qui les engagea à le pancer simplement. sinformant ensuite de ce qui avoit causé ces blessures ; ils aprirent que cettoit celle dune balle chassée par une harquebuse qui etoit entrée par derriere et [biffé : eto] après etre sortie par le devant avoit traversé une Cibe, ce qui joint à sa foiblesse, et au trajet que la bale a parcourut, leur fit juger que quelques gros rameaux darteres avoient étés ouverts, comme l’axillaire ou la souclaviere ou la mammaire internes, ou seules ou toutes trois, ce qui leur fit juger que lEtat dudit Defernex etoit tres perilleux, aussi sa mort arrivée vers les huit heures du soir verifia telle leur prognostic. Ainsi nous jugeons que sa mort est une suite immediatte de sa Blessure, à Genève le 13e Xbre 1736

313Coudougnan mre chir.

314J. R Macaire

315Sabourin

46. Noyade, 28 janvier 1737 (PC 8453)

316 Le soir du 27 janvier 1737, François Francfort s’enivre au logis de la Coulouvrenière. Depuis quatre mois, il est au service de son frère Étienne, meunier établi sur les bords du Rhône. Comme il rentre tard, il décide de « passer dessous le rouage pour entrer dans sa chambre » plutôt que de frapper à la porte principale du moulin. Le lendemain, son corps vêtu d’un « habit gris de ratine doublé de rouge » est découvert sans vie dans le Rhône.

317a) Rapport du chirurgien Isaac Fine, 28 Janvier 1733 [f° 3-4] :

318Je soussigné mr chirurgien, de la ville et republique de Genève, certifie et atteste que par ordre demonsieur l’auditeur [François] Caille, Je me suis transporté à la Coulouvrenière, pour visiter le corps de François Francfort, de Prangins au dessus de Nyon, âgé denviron trente cinq ans, que j’ai trouvé mort etendu sur une echelle, qui a ete noyé et aprés une recherche exacte que jai faite de toutes les parties de son corps qui tombent sous les sens, je n’ai trouvé ni plaie ni contusion ni aucune murtrissure, qui puisse faire soupçonner quil fût mort avant que tomber dans l’eau, m’informant du frere du mort, qui est maitre munier au moulin de la Coulouvrenière Il m’a dit qu’il avoit du vin, et que ne voulant pas hurter à la porte du moulin pour entrer, Il passa par dessous le roüage du moulin et glissa par dessus la planche et tomba ainsi dans l’eau, en foy de tout ce que dessus j’ai signé et expedié mon present raport à monsieur l’auditeur selon lordre qu’il m’en a donné, à Genève ce lundi vingt huitieme janvier dix sept cent trente sept.

319Fine me chirurgien.

47. Aliénation, suicide, 22-27 avril 1737 (PC 8479)

320 Le 22 avril 1737, le châtelain et deux consuls de Pont-de-Beauvoisin écrivent à la famille d’Étienne Taxil une lettre alarmante. Le marchand genevois est renvoyé dans sa patrie en chaise et sous bonne escorte, « car il a voulu se perdre, et maltraiter tout ce qu’il rencontre, il lui prend des furies affreuses ». Arrivé à Genève dans un état d’aliénation manifeste, Étienne Taxil se défenestre le 27 avril au petit matin.

321a) Rapport du médecin Aimé Tollot et du pharmacien Pierre Reynet, 27 avril 1737 [f° 3] :

322Nous soussignés Docteur Medecin et me Pharmacien ayans eté appellés, pour visiter le Sr Étienne Taxil, revenant de voyage, declarons, l’avoir vû et trouvé dans une totale alienation de son esprit ; n’ayant jamais pû tirer de luy aucun raisonnement, ni le persuader de faire aucun remede, en foy de quoy nous avons signé à Genève ce 27e avril 1737

323Tollot D. Med.

324Reynet

325b) Rapport du chirurgien André Arlaud, 27 avril 1737 [f° 8-9] :

326Raporté par moy Maître chirurgien juré ; et commis assermanté pour les causes de mort. Je soussigne et certifie par serment, qu’en vertu de l’ordonnance de Monsieur l’Auditeur [François] Caille, en datte de ce jour samedi 27 Avril 1737 environ les 6 heures du matin, j’ai été mandé pour visité, le corps de feu sr Étienne Taxil, Bourgeois, Marchand, agé de 41 ans : je l’ai trouvé dans la basse cour de la demeure ; maison située en rüe de la Poissonnerie, qui forme le coin à la place du Molard, étendu sur une planche, envellopé dun Drap ; ayant sa tête sans bonnet, et sur son corps sa chemise et une camisole, son corps situé sur son dos ; Le visage livide, le col, la Poitrine, l’Abdomen ; n’ayant rien d’aparent, de meme que les bras, mains, cuisses, jambes et pour le pied droit ét[ajouté en suscription : en] bandé pour avoir été saigné. L’ayant fait tourné jai d’abord trouvé à la partie posterieure de la téte, une fracture sur la partie laterale gauche de locciput, penetrante jusque au cerveau, avec hemorragie, et playe, qui a permis le passage de mais doigts jusques sur la dure mere, au reste tout le dos fort meurtrit, sans aucune playe ny fracture aparente ce qui sans doute a causé la mort dudit sr Étienne Taxil, accident arrivé pour être tombé [ajouté en suscription : sur son dos] depuis les fenestre du 4e Etage à la cour. Ce que je certifie par serment fait à Genève ce samedi 27e Avril 1737 En foy de quoy je me suis signé.

327André Arlaud mtr C.

48. Exposition d’enfant (mort), 2 novembre 1737 (PC 8503)

328 Le matin du 2 novembre 1737, le soldat Jacob Kuster découvre dans l’une des cours de l’allée de la Poissonnerie, aux Rues-Basses, un enfant mort, enveloppé dans un linge et déposé sur les marches d’une maison inhabitée.

  • 34 Jean-Pierre Bonijol : originaire d’Aigues-Mortes, reçu bourgeois le 9 février 1734, agrégé le 28 m (...)

329a) Rapport des chirurgiens Isaac Fine, André Arlaud et Jean-Pierre Bonijol34, 2 novembre 1737 [f° 3-4] :

330Nous les Maîtres Chirurgiens juré soussignés certifions par serment, que ce jourdhuy samedi deuxieme Novembre mille sept cent [rature] [ajout en suscription : trente] sept, en vertu de lordonnance de Monsieur l’Auditeur [Jean] Galiffe. Nous nous sommes transportés, à la chambre Anatomique, pour visiter le corps dun petit Enfant trouvé mort, exposé et levé au bas des Escaliers dune maison, située entre le Rhône et la rüe de la Poissonnerie.

331Auquel nous avons trouvé le visage naturel, le col, la Poitrine, le bas ventre, et les extremités superieure, et inferieure de meme : ses dernieres teinte de sang, ayant rendu de son meconiom par l’Anus, ne nous paroissant aucune marque visible quon aye fait la ligature de Lumbelic.

332Apres l’ouverture que nous en avons faite, les poumons nous ont parût avoir respiré quoi que cette experience soit contestée par quelques Autheurs ; pour raison de quoy et de la bonne disposition[biffé : s] de toutes les autres parties de son corps. Nous conjecturons que les causes de sa mort, sont de n’avoir pas fait ce qui convient faire à un Enfant naissant, ou de l’avoir exposé presque nud à la rigueur de l’air. Ce que nous les soussignés certifions par serment fait à Genève ce 2e 9bre 1737 En foy de quoy nous nous sommes signé

333Fine ancien Juré

334J.-P. Bonijol mtre Chirurgien

335André Arlaud visiteur et mtre Chirurgien

49. Apoplexie, chute mortelle, 18 mai 1738 (PC 8551)

336 Le 17 mai 1738, vers neuf heures du soir, Marie Dumontet, veuve de Pierre Mercier, est trouvée morte chez elle. Sa garde-robe et ses affaires sont placées sous scellé, à l’exception de dix écus blancs destinés aux frais d’enterrement.

337a) Rapport des chirurgiens André Arlaud et Isaac Fine, 18 mai 1738 [f° 2-3] :

338Nous les Maîtres Chirurgiens jurés soussignèz certifions par serment, qu’en vertu de l’ordonnance de Monsieur L’Auditeur [François] Rilliet, ce jourdhuy Dimanche 18 May 1738, environ midy, nous nous sommes transportéz au 4e Etage d’une maison située rüe du Temple, pour visiter Dlle Veuve Mercier, Dobusson [d’Aubusson ?] Île-de-France [sic], agée d’environ 60 ans ; que nous avons trouvée morte depuis quelques heures ; dans l’examen que nous avons fait nous avons trouvé une meurtrissure, sur le temporal droit, et rien ailleurs ; par information prise, nous jugeons la ditte blesseure avoir été causée par une chûte dune attaque d’Apoplexie ; qui est la cause de sa mort ; ce que nous certifions par serment ; Fait à Genève ce Dimanche 18 May 1738

339André Arlaud mtre Chirg

340Fine me Chirurgien.

50. Mort et ensevelissement d’un enfant de paillards, 21-29 septembre 1738 (PC 8584)

341 Le 2 mai 1738, la tireuse d’or Madeleine Louis, native d’environ 27 ans, accouche en Savoie d’un garçon prénommé Jean-François, fils naturel de Jean Escoffier, faiseur de bas originaire de Valence. Le nouveau-né, de constitution fragile, est baptisé par le curé de Collonges. Le 6 juillet, Claude Duronsier et sa fille, qui gardaient le garçon en nourrice à Bons-en-Chablais, gagnent Jussy où ils demandent au pasteur Joël-Henri de Waldkirch la permission d’enterrer le corps de Jean-François. Le 21 septembre, le pasteur Jean Sarasin le Jeune informe l’auditeur Jean Galiffe que Madeleine Louis avait donné naissance quelques mois plus tôt. Elle est arrêtée et conduite dans les prisons pour paillardise. Jean Escoffier, après avoir promis d’épouser Madeleine Louis, a quitté la ville en octobre sans donner plus aucune nouvelle de lui.

  • 35 Il s’agit probablement de Jean-Pierre Jourdan, né à Chêne, chirurgien à Chêne en 1739, encore en 1 (...)

342a) Déclaration du chirurgien Jean-Pierre Jourdan35, 29 septembre 1738 [f° 14-15] :

343Du 29e Septembre 1738.

344Jean Pierre fils d’Antoine Jourdan du Pont-de-Montvert agé denviron vingt six ans Chirurgien de Jussy, assermenté declare

345Que le Dimanche sixieme de Juillet de cette annee Claude Duronsier de Bons vint avec sa fille soit belle fille à Jussy vers le declarant, ladite portant un enfant mort dans son tablier duquel elle se disoit nourrice et quelle requeroit etre visité, sur quoy le declarant visita ledit enfant qui luy parut être agé de deux mois et mort un jour ou un jour et demi auparavant, ne pouvant connoitre de quoy il etoit mort, la nourrice ayant dit qu’il etoit mort des convulsions, et que ledit enfant apartenoit à Jean Chatel fils de Jean Chatel de Genève, apres quoy elle le porta chez Étienne Duboule Cabaretier à Jussy lequel fournit tout ce qui etoit necessaire pour enterrer ledit enfant, qui tout ce quil a dit scavoir et sur les generaux a repondu [p]ertinemment, repeté lecture faite a persisté et a signé

346Jourdan

51. Apoplexie, 17 juillet 1738 (PC 8561)

347 L’information sur la mort de Marguerite Emetaz, femme Dodet, est particulièrement laconique. Le 17 juillet 1738, le Premier syndic ordonne à l’auditeur François Rilliet de faire visiter le corps de la défunte après quoi le rapport d’expertise conclut à une attaque d’apoplexie mortelle.

348a) Rapport de Jacques Bardin (médecin), André Arlaud et Jean-Pierre Bonijol (chirurgiens), 17 juillet 1738 [f° 1] :

349Nous soussignés Docteur Medecin et Mtres Chirurgiens Jurés, Certifions par serment que pour satisfaire à lordre de Monsieur L’auditeur [François] Rilliet nous nous sommes transportés Le jeudy 17e juillet 1738, sur les neuf hures du soir, au premier etage d’une maison scituée à la Cour de Saint-Pierre, pour y visiter le Cadavre de Demoiselle Margueritte Emetaz femme de Firmin Dodet natif vitrier, agée de cinquante ans, qui nous ayant êté presenté couchée dans son lit et envelopée d’un drap mortuaire, après un meur examen nous n’avons rien trouvé d’extraordinaire sur toute la superficie de son corps, que Les marques des scarifications de diverses ventouses et D’emplatres vesicatoires entre les deux epaules de meme qu’à l’un et à l’autre pied ; nous nous sommes Ensuitte reflechis sur ce qui pouvoit avoir occasionné la courte maladie de la Defunte, et après avoir pris information des remedes qui luy ont êté administrés, tant interieurement qu’exterieurement, nous avons jugé, que la susdite defunte doit avoir succombé à une attaque d’apoplexie d’autant plus violente que les meilleurs medicamens n’ont pu luy porter aucun secours. En foy de quoy nous nous sommes signés à Genève le 17e Juillet 1738.

350Bardin D.M. Juré André Arlaud mtre Chirurgien juré

351J.P. Bonijol me C. juré

52. Exposition d’enfant (mort), 5-7 janvier 1739 (PC 8615)

352 Le lundi 5 janvier 1739, Jean-Rodolphe Mayer, habitant de 43 ans, découvre un petit enfant nu et gelé dans la cour de la maison de la Croix-Verte où il demeure. Le verbal de l’auditeur Jean-Jacques De Tournes désigne Marguerite Charton, prisonnière pour paillardise et suspecte d’être la mère de l’enfant.

353a) Rapport du chirurgien Antoine Laurens, 5 janvier 1739 [f° 3-4] :

354Jé sousigné mtre Chirurgien Certifié déclare et ateste avoir été Requis par Monsieur L’auditeur [Jean-Jacques] De Tournes [en souscription : mr] de me transporter dans la maison de ville à la Croix-Verte au rez de chausée à trois heures apres midy, chez le sr Dutry qui loge des Etranges.

355Sa femme ma presenté à la cour un avorton mâle Gellé sans le Cou, ajant l’epaule droite rompue où pendoit le bras, il avoit le cordon sans ariere fais ; je juge que la tête peut avoir été mangée par quelque animal ; je crois ausy que le dit avorton pouvoit avoir quatre mois et comme cecy contient verité ay donné le present Raport à Genève Ce 5e Janvier 1739

356Ant : Laurens, Mtre Chirurgien

53. Noyade, 13 février 1739 (PC 8629)

357 L’après-midi du 13 février 1739, on tire hors de l’Arve, dans le pré de De la Rive à Plainpalais, le corps d’un homme d’une trentaine d’années, vêtu d’une « chemise sans marque, d’une camisole de ratine blanche, d’une veste […], n’ayant qu’une poche pleine de sable, par le col une mauvaise cravate […], et à ses pieds des souliers dont les boucles jaunes étaient attachées, tous les vêtements ci-dessus étant grossiers et d’un paysan ». Selon le principal commis à la douane de Savoie, présent lors de la levée de corps, il s’agit d’un certain Pernou, paysan borgne de La Caille, signalé absent de son domicile depuis douze ou treize jours.

358a) Rapport du médecin Jacques Bardin et du chirurgien Jean-Pierre Bonijol, 13 février 1739 [f° 3-4] :

359Nous soussignés Docteur Medecin et maître Chirurgien Certifions et rapportons, par serment, que ce jourdhuy treizieme fevrier 1739 Entre midy et une hure, Monsieur Lauditeur [Léonard] Buisson ayant requis, que nous nous transportions, avec luy, à Plainpalais au bord de la Riviere d’Arve, dans le pré appartenant à Monsieur De la Rive, nous y etants Rendus on a, en notre presence, tiré hors de leau, le Corps mort dun homme, denviron 30 à 35 ans, Lajant visité, nous luy avons trouvé une Chemise de toille et une veste de Ratine sur le corps, une mechante Cravatte au tour du Cou, et des soulliers avec Boucles jaunes aux pieds, sans Culotte et sans bas ; ayant dabord examiné la têté, nous avons observé que la face en etoit Œdemateuse, que l’œil gauche etoit atrophié, Cest à dire, desseché dans son orbite, d’où nous avons conneu qu’etant en vie il devoit etre Borgne, passant Ensuitte aux autres parties de la tete, nous avons observé à la partie superieure de l’os coronal, à l’endroit où il se joint aux os parieteaux, une place Large denviron deux Ecus, sans cheveux, sur Laquelle se sont manifestées trois petittes playes, de la premiere desquelles nous avons tiré une tres petitte pierre, et les ajant sondées toutes trois, Elles nous ont paru ne sétendre que jusques au pericrane ; pour nous en convaincre davantage, nous avons fait une incision, avec un Bistoury, ce qui nous a Confirmé qu’il n’y avoit aucune fracture au Crane, apres quoi ajant examiné attentivement touttes les autres parties exterieures de ce Cadavre, nous les avons trouvées boursouflées et œdemateuses, à lexception des mains et des pieds quy etoient desseichés et les doigts de mains fléchis et retirés ; sur tout quoy, nous Croyons quil y a lieu de panser, que Cet homme est tombé dans L’eau ; En foy de quoy nous avons Livré le present Raport à Genève le jour et an que Dessus.

360Bardin D.M. Bonijol me C.

54. Exposition d’enfant (mort), 24 juillet 1739 (PC 8653)

361 Le 24 juillet 1739, à cinq heures du matin, Jeanne Baud et Marianne Rozier, deux servantes demeurant au Grand-Mézel, avertissent l’auditeur François Rilliet qu’elles ont trouvé en sortant de chez elles un enfant mort enveloppé dans des linges blancs, l’un grossier et l’autre plus fin, teintés d’un peu de sang, le linge le plus délicat portant les initiales S.A. Le corps était exposé sur la fenêtre de l’escalier du premier étage de leur maison.

362a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 24 juillet 1739 [f° 1-2] :

363Je soussigné mtre Chirurgien, ensuite de l’ordre de Monsieur l’Auditeur [François] Rilliet, et du serment preté entre ses mains, de declarer verité sur lEtat du cadavre dun petit enfant, sçavoir, sil est venu mort au monde ou vivant, et dans ce dernier cas sil est mort naturellement, ou si sa mort a été occasionnée par quelque violence faite sur son corps : Declare que ce jourdhuy 24e Juillet 1739, à neuf heure du matin je me suis transporté à lhopital General, et ayant depouillé ledit enfant des linges qui l’envelopoient, lai trouvé du sexe masculin, le corps charnu et bien figuré ; les tegumens de la poitrine, de labdomen et des extremités livides, ceux de la face, de la tete et du col etoient naturels, lombilic netoit point gonflé et etoit lié dun fil simple : cet enfant ma paru etre mort depuis peu, au plus douze heures.

364Passant à l’examen des parties interieures ; apres avoir ouvert l’abdomen jy ay trouvé l’ourraque moins gros qu’à un enfant qui n’a pas respiré, sans etre pourtant vuide de sang : Les gros boyaux farcis de mœconium, l’Estomach vuide d’alimens, dailleurs, les autres visceres dans leur Etat naturel.

365Dans la poitrine jay trouvé le cœur et les poumons dans un bon Etat, ayant coupé un morceau des derniers et jetté dans l’eau il a surnagé, aussi tous les lobes de ce viscere me paroissoient ils tres spongieux, passant à l’ouverture des ventricules du cœur que jay trouvé tres naturels, jay trouvé dans la cloison qui separe les deux oreillettes, le trou Botal fermé.

366De la figure et constitution de cet Enfant, de la ligature de lombilic, de lEtat de louraque, du Poumon et du trou Botal, je juge que lenfant etoit à terme, quil est venu vivant au monde, et quil a respiré au moins vingt et quatre heures.

367Il est certain quon n’a exercé sur cet enfant, aucune violence exterieure, l’Etat naturel de son visage, de sa bouche, dont les levres etoient dessechées et comme colées lune à lautre, celui de son col et de ses autres parties exterieures me le persuadent ; sur tout, si j’y joints lEtat des poumons qui etoient mols et fletris.

368La lividité quil y avoit à ses tegumens arrive sans violence ; dans les derniers momens de la vie, le sang cesse de circuler dans les petits vaisseaux quelques instants auparavant que de cesser dans les grands, de sorte que les arteres capillaires sont les derniers à aporter du sang à la peau ; que les veines capillaires nont plus la force de chasser, et cest ce qui fait la lividité.

369Quelle aura donc pû etre la cause de la mort de cet enfant toutes les parties exterieures et interieures etant en bon Etat ? Cest ce qui est difficile à decider, cependant j’hazarderay de dire que le manque de nourriture peut lavoir fait perir ; lEtat de lEstomach, vuide d’alimens, forme dans mon Esprit ce préjugé. Tel est mon raport à Genève lan et jour susdit.

370Sabourin

55. Noyade, 26-27 juillet 1739 (PC 8655)

371 Louis du Maret, environ 12 ans, est berger à la Queue-d’Arve. À midi, il suprend une femme inconnue assise au bord de l’Arve qui sanglote et se lamente à voix haute. Vers 15 heures, le corps sans vie de la malheureuse est sorti de la rivière.

372a) Rapport du chirurgien Antoine Laurens, 26 juillet 1739 [f° 3-4] :

373Jé sousigné mtre Chirurgien asermenté certifie déclare et ateste avoir été requis par Monsieur L’auditeur [Jean-Pierre] De Livron le 26e juillet 1739 à trois heures et demy du soir, de me rendre à la Queue-d’Arve avec Luy pour léver une femme que j’aurois trouvée au bord de Larivière d’Arve morte à demy asise la bouche et les yeux ouverts les doigts assez etendus L’ajant faitte porté au logis, je l’aurois faitte deshabillé pour visiter toutes les parties de son corps, lesquelles dittes parties j’aurois trouvées dans leur etat naturel le ventre n’étoit point tendu ; jugant la ditte mort avoir été occasionnée par la peur, ou d’avoir été sufoquée subitement par Leau. Et comme sy dessus contient verité ay dressé le present Raport à Genève ce 27e juillet 1739

374Ant : Laurens Mtre Chirurgien

56. Mort d’un contrebandier par arme à feu, 13 septembre 1739 (PC 8669)

375 Toute la soirée du 12 septembre 1739, les dragons pourchassent les contrebandiers de la région. Aux premières heures du lendemain matin, on trouve le corps d’un paysan inconnu près d’un ruisseau à Chougny. Dans les poches du cadavre, le châtelain de Saint-Victor et Chapitre découvre un morceau de pain blanc, une petite tabatière ronde en bois et un billet de santé destiné à Jean Bardonnex et Perone Durand de la paroisse de Machilly en Chablais.

  • 36 Hector Godemar : né vers 1670, chirurgien à Vandœuvres en 1730, encore en 1741, mort en 1742. Guil (...)

376a) Rapport du chirurgien Guillaume Godemar36, 13 septembre 1739 [f° 1-2] :

377Je soubsigné Guillaume Godemar Chirurgien asermenté Certifie qu’ansuite des ordres de Monsieur Le Juge des Terres de Saint-Victor et Chapitre je me suis Espres Tremsporté de Vandœuvres ma demeure à Chougny dans La maison de Monsieur Possel pour visité un Cadavre, apres une Exate Recherche que jay faite de toutes Les parties de son corp, je Luis y trouver une playe Considerable en dedens du bras gauche de la longeur de six pouces, et trois de Largeur, que je juge avoir eté fait avec un arme à feux Chargé à Cartouche quil luis a Coupes tous les arteres et les vaines dudt bras ce qui luis a ocasionné la mort et le dit Cadavre peut avoir environ soisente ans, un Cheveu Brum un visage bazanez d’une taille d’anviron sinq pied et deux pouce, de plus il a de remacable à la main droite deux doits quil luis manque apelles Anularis et auricularis de plus il a une veste musque de drap grossier, et de Culotte et des bas de toille blanche.

378À Chougny ce traizieme septembre mille sept cent trante neuf

379G. Godemar

57. Exposition d’enfant (mort), 20 février 1740 (PC 8688)

380 Le 15 février 1740, vers 19 heures, des enfants informent Catherine Choudan qu’ils ont trouvé un petit cadavre sur le banc qui jouxte sa boutique de tailleur, à la rue du Boule. Persuadée qu’il s’agit d’une charogne, Catherine Choudan le pousse sur le pavé, au milieu de la rue. Là, les enfants aperçoivent le corps d’un garçon nouveau-né. Le bruit public désigne aussitôt Catherine Madiot qui a disparu et passait pour être enceinte.

381a) Rapport des chirurgiens André Arlaud et Jean-Pierre Bonnijol, 15 février 1740 [f° 3-4] :

382Nous soubsignés maitres Chirurgiens Certifions et raportons que ce jourdhuy quinzieme fevrier mille sept cent quarante, nous nous sommes transportés Environ les huit hures et demi du soir à L’hôpital, ajant prêté serment Entre les mains de Monsieur Lauditeur [Jean-Pierre] De Livron, Et En sa presence nous avons visité un petit Cadavre quon nous a apporté sur une planche, premierement lajant examiné à la tete, nous avons trouvé dans la partie chevellue que lon appelle le crane, los temporal du costé gauche tout Emporté, de meme qua la face la machoire inferieure, Et les autres parties de la face toutes [d]echirées, Ensuitte nous avons passé à la poitrine et au bas-ventre, où nous avons trouvé le cordon rongé et une petitte portion attachée à lombilic, de là nous avons poursuivit notre examen aux Extremités superieures appellées les bras, où nous navons rien trouvé excepté la main droite qui est toute excoriee, Et En fin Etant parvenu à lexamen des extremitez inferieures, nous avons observé que la jambe droite etoit denuée de chairs, Et le pied droit Entierement Emporté, ce petit Cadavre etoi un enfant malle sans etre à terme, y ajant quelque temps quil est mort, ce qui nous a parut par le manque des parties raportées cy dessus, En foy de quoy, nous avons Livré le present Raport à Monsieur Lauditeur De Livron, à Genève le jour et an que Dessus,

383André Arlaud mtr ch Bonijol me C.

58. Noyade, 11-12 janvier 1741 (PC 8757)

384 Le 11 janvier 1741, une jeune fille savoyarde de 20 ans, vendeuse de « sceaux à porter de l’eau », est trouvée sans vie au bord de l’Arve, sur le domaine de l’ancien auditeur Jean-François Revilliod, au-dessous de Champel. Elle est habillée d’une mauvaise veste gris-blanc, d’un corps à baleine violet, d’un tablier de toile, d’une camisole bleue, de bas bleus à coin rouge, un collier de soie autour du cou.

385a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 11 janvier 1741 [f° 1-2] :

386Je soussigné Mtre Chirurgien me suis transporté ce jourdhuy 11e Janvier 1741, par ordre de Monsieur l’Auditeur [René-Vincent] Vial, [biffé : par] à Champel ; pour visiter le cadavre d’une fille trouvée au bord de l’Arve : et pour declarer, quelle a pû etre la cause de sa mort ; Declare sous serment, que jay trouvé ledt cadavre à quelques pas de ladte riviere, couché sur le dos, ayant la face decouverte, et les cuisses et jambes comme lextremité des mains engagées sous un tas de bro[u]ssailles, les unes du lieu meme et tenant à la terre et les autres transportées ; Je lui ai trouvé dabord, la tete nuë, la face qui etoit en embompoint, assés vermeille, quelques contusions par ci par là, au grand chantus de l’œil gauche, il y avoit un peu de serosité sanglante, les tegumens de la tete etoient boursouflés à sa partie supe, le col me paroissoit un peu gonflé ; ayant fait retiré le cadavre de dessous cette masse de bro[u] ssailles, jay decouvert que ses mains etoient tres blanches, la peau en etoit racornie, à la difference de toutes les autres parties de son corps qui etoient dune couleur naturelle et plus vermeilles que ne sont celles dun cadavre ordinaire ; Jay visité les jambes, les cuisses, les fesses, le bas ventre, la poitrine et le dos qui mont paru etre dans leur entier, le bas ventre ma paru un peu boursouflé mais mol ; De tout ce que dessus je juge quelle est morte etouffée dans leau, ses mains si differentes du reste de son corps et de celles des cadavres morts hors de leau, m’en persuadent, les effort quon fait pour saccrocher lors qu’on se noye, procurant un retour plus prompt du sang des veines des doigts et de la main et la fraicheur de leau ralentissant considerablement celui des arteres, de sorte que les mains dune personne noyée et qui a souffert doivent etre dessechées et la peau en doit etre tres ridée et racornie, quant à toutes les contusions de la tete et de la face elles sont une suitte de l’heurt que la tete aura souffert tout contre les cailloux que contre dautres corps solides contre lesquels le courant de la riviere l’aura jettée ; Cette fille me paroit agée de vint ans tout au plus.

387Tel est mon raport à Genève l’an et jour susdit

388Sabourin

59. Excès, 10-30 mars 1741 (PC 8776)

389 Le soir du 9 mars 1734, Rose Thomeguex est insultée dans la rue. Alerté, son frère Pierre se confronte à Daniel Joly, garçon horloger de 19 ans. Comme ce dernier est armé d’un long couteau, Pierre retourne chez lui pour se munir d’un bâton. De retour dans la rue, il trouve son frère cadet Jacques blessé d’un coup de couteau et qui se plaint d’avoir été traité de « cornard » par Joly. Le garçon horloger est condamné à faire réparation, à grièves censures, puis à payer des dommages et intérêts à Thomeguex.

390a) Premier rapport du chirurgien Jean-Jacques-René Macaire, 10 mars 1741 [f° 1-2] :

391Lan mille sept sent quarante et un et le 10e Mars ensuite du serment preté entre les mains de Monsieur Lauditeur [Jean-Pierre] De Livron Je sousigné declare et raporte avoir eté apellé le jours de hier anviron les 9 heures du soir pour voir et pensé Monsr Jacques Thomeguex lequelles je trouvay nus dans sa maison et ansanglanté depuis le bas de la poitrine jusque sur les cuisse seplegnent davoir reseus un coup de couteau je lui trouvay le visage fort palle des defalliance et une playe à la parties inferieures de la poitrine du cauté Gauche penetrante anviron un travers de doigt antre la 2e et 3e des fausse Caute inferieure et aprochant un pousse de largeur ; Laquelle pleye je juge avoir etté fette par un instrument pointu et tranchant ;

392Quand au prono[s]tiq Je conte la pleye gerisable dans peux de temps ni survenant pas dacsidents et pour les prevenir Je lui ait prescrit le regimme convenable. Tel est mon raport pour servir acquis de droit sera anfois de quois Lay signée à Genève lan et jours que desseus

393JJRené Macaire mtre Chirurgien juré

394b) Second rapport du chirurgien Jean-Jacques-René Macaire, 30 mars 1741 [f° 18-19] :

395Lan mille sept Cant quarante et un et le trantieme Mars Je soubsigné Mtre Chirurgien ansuite de Lordre du Seigneur Sendique de la garde de déclarer et raporter letat present de monsieur Jacques Thomeguex au sujet de sa blessure du 9e mars ; layant pansé depuis ledit tamps Jusque au 22 ou 23 que sa pleye a Eté parfitement sicatrisée ; il set plaint depuis le moment du coup dun point ou doulleur poignente au desseus de la sicatrisse lors quil veut avoir sa respirations ou faire quelques mouvement viollent et sen plint actuellement etant neanmoins sans fièvre ;

396Tel est mon raport pour servir aquis de droit ; ofrant de lafiermer par serment lors que jen seray requis an fois de quois lay signée à Genève Lant et Jours que desseus

397JJRené Macaire Mtre Chirurgien juré

60. Noyade, 26 août 1741 (PC 8815)

398 Le 26 août 1741, le corps de Jacob Chevalier, âgé de 14 ou 15 ans, fils de Judith Clément, veuve Chevalier, gît sur le rivage près du port du Molard. Le garçon est habillé d’une casaque de toile, d’une culotte et d’une chemise. Il a été vu peu avant sur son bateau pêchant une ligne qu’un soldat avait jetée à l’eau, puis est probablement tombé par inadvertance.

399a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 26 août 1741 [f° 5-6] :

400Par moi maître chirurgien, visiteur juré public soussigné certifie et raporte que ce jourdhuy 26e Aoust 1741 à midi, En vertu de lordonnance de Monsieur l’Auditeur [Jacques] Bordier, vû et visité en la chambre des passans de l’Hopital General, le corps mort dun jeune homme, agé denviron 15 ans qui a été retiré du Rhône, auquel cadavre j’ai trouvé le ventre un peu remplis d’eau, le bout de la plupart des doigts recourbé, les ongles racourcie, la face livide, la bouche écumante, et le nez rendant une morve sanglante et spumeuse, ce qui me fait juger que ledit corps, est tombé dans leau encore vivant, où il s’est ensuité noyé : ce que je certifie par serment, fait à Genève ce 26e Aoust 1741, En foy de quoi je me suis signé André Arlaud.

61. Mort d’un contrebandier par arme blanche, 6 septembre 1741 (PC 8819)

401 Le 5 septembre 1741, Pierre De Harsu, juge subrogé des terres de Saint-Victor et Chapitre, est informé qu’un cadavre est assis sur une chaise de bois couverte de paille dans le pré du pasteur Jean Rocca à Vandœuvres. Le contrebandier décédé est vêtu d’une veste bleue avec des boutons en laiton, de culottes bleues, de mauvaises guêtres, d’un bonnet, sans chapeau ni souliers. Dans ses poches, le juge trouve une pipe de bois, un couteau, une tabatière ronde en fer blanc et un livre d’heures imprimé dans lequel il est écrit : « Ce livre appartient à moi qui m’appelle Joseph Perret, de la paroisse d’Ognon [Onnion] en Savoie. » Selon un témoin, Perret se faisait également appeler la Règle et Saint-Joseph.

402a) Rapport du chirurgien H. Godemar, 5 septembre 1741 [f° 2-3] : Je soupsigné Chïrurgien Jurez Certifie que Le Cinquieme septembre mille sept cent quarante un, que Par L’ordonnance de Monsieur [Pierre] De Harsu Juge subrogé, je me suis Espres tremsporté de Vandœuvres mon domicille Jusque dans le Grand prés de Monsieur Le Pasteur [Jean] Rocca, pour visitér un Cadavre, où apres une Exatte recherche que jay faite de toutes les partïes de son Corps Je Luy Auroit trouvé la malladïe suivante, scavoir une playe situëe sur la partie inferieure de la poitrine du cotte geauche de la largeur des deux pointe des doits, la quelle playe je Juge Avoit Eté faite par Instrument Comme Epay Sabre Bayonnette et chose semblable ; que je Juge Aussy luis avoir Prod’huit la Mort, et a eté inhumé dans le Chimetiere de Vandœuvres, en foy de quoy Jay donné le present pour servir et valoir à ce que de raison

403H. Godemar visiteur

404Jay Ressu de Monsieur De Harsu pour le present verbal demy Ecus Ce 6e 7bre 1741 G. Godemar

62. Blessures accidentelles par arme à feu, 11 septembre-24 novembre 1741 (PC 8820)

405 Le dimanche 10 septembre 1741, le citoyen Antoine Bertrand, 18 ans, tire au fusil avec son frère sur une cible disposée en bordure du domaine familial de Sécheron. Vers 17 heures, Jean Dubanel, fabriquant de velours de 27 ans originaire du Dauphiné, se promène avec sa femme Jacqueline sur le chemin qui longe la propriété des Bertrand. Il est frappé à l’œil gauche d’une balle perdue. Antoine Bertrand est arrêté et conduit dans les prisons de la République. Au terme de la procédure, il est condamné à 25 écus d’amende, à huit jours de prison, aux dépens, à verser des dommages et intérêts. Le port d’armes lui est interdit pendant deux ans.

406a) Premier rapport du chirurgien Jacques Coudougnan, 12 septembre 1741 [f° 7-8] :

407Je soubsigné Mre Chirurgien Certifie et raporte par serment d’ordre de Monsieur Lauditeur [René-Vincent] Vial que Dimanche 10e du Court à six heures du soir jay eté requis de me transporter dans la maison de Mr Oltramare en l’Île pour secourir et panser le Sr Jean Dubanel ouvrier en Velours agé denviron 27 ans, Natif de Sainte-Croix diocese de Die en Dauphiné, habitant de cette Ville lequel loge dans lade maison, on me dit qu’on venoit dely aporter du lieu où il avoit eté blessé, Lequel jay trouvé étendu dans son lit, fort foible, le visage pale et ensanglanté, Apres lavoir lavé et visité jay trouvé une playe d’arme à feu faite par une bale dune moyene grosseur dont lentrée est au petit angle de l’œil gauche sur le bord de lorbite qui en est fracturé, son trajet passe un peu obliquement de bas en haut derriere les paupieres dudit œil, sa sortie prés du grand angle, précisement à la racine du nez entre les deux sourcils, comme les paupïeres sont fort gonflées je nay peu examiner le globe dudt œil pour juger avec precision du domage quil y a, mais je présume quil est considerablement offensé et quil nen recouvrera pas la vuë Après avoir fait les dilatations necessaire aux des deux playes soit pour empecher que les matieres ne croupissent et faciliter la sortie des esquilles d’os je lay pansé, Je juge que lesdes deux playes ont eté faite par un coup de fuzil ou autres semblables armes à feu, dune seule et même bale, dont lentrée est celle du petit angle et la sortie celle à la racine du nez, quant au prognostic dautant que nonobstant quil a eté saigné le même soir il a continué de vomir jusque au lendemain matin ce que jatribue étre occasioné par la comotion ou ébranlement du cerveau, le déchirement du perioste et autres parties nerveuse je suspend ma decision jusqu’à ce quil se soit écoulé quelques jours que les accidents soyent apaisés, sans quil en surviennent des nouveaux jestime que lon doit continuer de le panser et médicamenter soigneusement, observer éxactement un grand repos dans le lit et le regime de vie convenable Tel est mon raport en foy de quoy je me suis signé à Genève le 12e 7bre 1741.

408Coudougnan mre Chir.

409b) Second rapport du chirurgien Jacques Coudougnan, 23 novembre 1741 [f° 13-14] :

410Je soubsigné Mre Chirurgien Certifie et raporte par serment dordre de Monsieur Lauditeur [René-Vincent] Vial, qu’ensuite de la blessure qui fût faite a l’œil gauche par une arme à feu à Sr Jean Dubanel le 10e 7bre dernier dont jen fis mon raport, que je remis audt Monsieur Lauditeur le 12e, J’ay continué à le panser soigneursement et luy administrer les autres remedes necessaire pendant lespace de six semaines consecutives, au bout duquel tems il s’est trouvé parfaitement guery, les playes étoient toutes consolidées et cicatrisées, mais il est totalement privé de la vüe dudt œil, la cornée transparente ayant eté dechirée et emportée la plus grosse partie par la balle au moment quelle fit la blessure, Ce que je reconnu sensiblement lorsque le gonflement des paupieres a eté dissipé, et quil a pû les ouvrir, d’ailleurs il ny a point de difformité ; à l’exeption que le globe dudt œil est plus petit et quil le tien presque fermé, Il y a environ trois semaines quil vint ches moy, Cest la derniere fois que je lay veu, il etoit parfaitement guery et jouissoit dune bonne santé, tel est mon raport en foy de quoy je me suis signé à Genève le 23e 9bre 1741

411Coudougnan mre Chir.

63. Noyade, 30 avril 1742 (PC 8907)

412 L’après-midi du 29 avril 1742, David Dufer, faiseur d’outils âgé de 17 ans, observe depuis le quai de Saint-Gervais un habit flotter dans le Rhône. Lorsqu’il se rend compte qu’il s’agit en réalité d’un homme, il plonge pour secourir le malheureux. En vain. Le corps sans vie du natif Gaspard De Sale, faiseur de ressorts, est tiré de l’eau à la hauteur des moulins de l’Hôpital général à Saint-Jean. De petite taille, le noyé porte une veste brune et des bas blancs. On trouve sur lui une montre, une tasse, deux paires de boutons de manche et une tabatière d’argent. Selon le témoignage du natif Ami Grenier, Gaspard De Sale s’était approché de la rivière pour s’y laver les mains et la tête, puis avait chuté accidentellement.

413a) Rapport du chirurgien Antoine Laurens, 30 avril 1742 [f° 3-4] :

414Je sousigné mre Chirurgien Juré de la Republique de Genève certifie et ateste par serment, Que le 29e avril 1742 à quatre heures du soir je me serois transporté par ordre de Monsieur L’auditeur [René-Vincent] Vial au bord du Rhône au dessus du moulin de Saint-Jean pour visiter un cadavre paresant âgé denviron 32 ans, L’ajant [biffé : fait] transporté dans la maison de mr Bellamy je lay fait metre tout neud pour visiter exactement toutes les parties de son Corps je n’aurois trouvé aucune marque de violence, jugant avoir été sufoqué dans leau promtement par la bondance du sang qui sest portée a la tête ajant la face toute Livide, et comme sy dessus contient verité ay dresse le present Raport

415à Genève ce 30e avril 1742

416Antoine Laurens Mre Chirurgien

64. Infanticide, 3 septembre-1er décembre 1742 (PC 8908)

417 À la fin du mois de juillet 1742, la Dauphinoise Suzanne Roussin entre au service du professeur Jacques Le Clerc et de son épouse, née Françoise Fatio, qui ne la connaissent que par son nom d’usage : Suson. Aux alentours du 26 août, Suzanne Roussin se plaint de fièvre, de maux de ventre et de frissons. La servante est saignée et purgée par le chirurgien de Plainpalais. L’après-midi du 2 septembre, le professeur Le Clerc entend dans la chambre de Suson un « bruit semblable à celui de quelque créature comme d’un enfant ou un chat ». Le lendemain matin, son épouse fait lever la jeune femme de son lit et s’aperçoit que ses linges sont ensanglantés. Alors que la maîtresse de maison envoie chercher une sage-femme, Suzanne Roussin s’enfuit. Peu après, la jardinière Anne Faure découvre sous la fenêtre de la fugitive un tablier teinté de sang qui contient le corps d’un garçon mort. Suzanne Roussin est condamnée à faire amende honorable corde au cou et à être pendue. Contumace, elle est exécutée en effigie.

  • 37 Jean-Louis Fine : citoyen, fils d’Isaac, né le 5 juin 1709, agrégé le 27 mars 1742, mort le 8 avri (...)

418a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Fine37, 3 septembre 1742 [f° 9-10] :

419Rapportè par moy Jean Louis Fine maître Chyrurgien à Genève que ce Jourd’huy 3e Septembre 1742 par ordre de monsieur Lauditeur [Gabriel] Mallet je me suis transporté au de là de Plainpalais, chez monsieur Le professeur Le Clerc pour visiter un enfant que Jay Jugé à terme, lequel a eté jetté par sa servante dans un Jardin directement au dessous de la fenestre où elle couschoit ; Jay trouvé, le dit enfant mort, et envelopé dans un Linge assez mal accomodé, layant examiné, Je lay trouvé avec son cordon auquel etoit Joint Larrie[re]faix, sans quil eut eté fait aucune Ligature du dit cordon, Jay trouvé le placenta fort engorgé et fort epais, ce qui seul peut luy avoir causé la mort, nayant point opposé la distribution du sang au placenta par le moyen de la ligature, de sorte que la circulation du sang en aura eté interdite ; Je lay examiné generalement par tout le corps, Jay trouvé toutes ces parties bien disposées, exceptè une contusion à la teste, située au parietal Gauche, qui s’etend depuis langle posterieur et superieur, Jusques à langle posterieur et inferieur, contusion qui auroit put etre faite dans le temps que lenfant est venu au monde, par la pression des os pubis, causée par letroitesse du passage, il paroit quelle a eté faite l’enfant etant vivant, d’autant plus que cytost que nous sommes morts, nos parties etant affaissées nont ny ressort ny elasticité, ny circulant plus aucune liqueurs, par consequent il ne se forme aucune elevation, Il se pourroit aussi ce que Je ne puis pas asseurer quelle luy eut donné quelques coups. Je luy ay trouvé la face un peu livide, mais Jay regardé cela comme un Principe de corruption.

420Cest un gros Garçon que Je crois etre venu au monde vivant et à terme, et qui est mort ou pour navoir pas fait la ligature du cordon umbilical et lavoir abandonné ; ou quil nayé reçu quelque coup où la contusion dont jay parlé etoit formée ce quy y auroit put y contribué. Je ne crois pas quil aye eté etouffé nen ayant point trouvé les signes qui font ordinairement la face violete, le nez et la bouche remplie d’ecume, ayant pretè serment devant monsieur Lauditeur [ajouté en suscription : Mallet] Je certifie avoir dit la verité et Jay signé le present rapport pour [biffé : appar] servir à qui il appartiendra fait à Genève ce 3e septembre 1742

421Fine

  • 38 Jacques Velai : originaire de Montvert en Gévaudan, reçu chirurgien à Plainpalais en 1742 (G, p. 5 (...)

422b) Rapport du chirurgien Jacques Velai38, 4 septembre 1742 [f° 11-12] :

423Je sousigné Jacques Velai chirurgien Establis à Plainplalais Raporte avoir Esté apeles par Mr Lauditeur [Gabriel] Mallet pour visiter un anfant que la servente de Mr Le Professeur Le Clerc avec jestes aux desous de fenestres de La chambre oux Elles Couchét nous avons trouvé avec Mr Fine Maitre chirurgiens Le dits anfant dans un tablié Mal ployé Layant Eszaminé nous lavons trouvé avec sons Cordons auquel Estay Joint larrieres fait sans aucune Lesgastures du dits Cordon ayant trouve Le plasinta for Esgorge se qui pourrait luit avoir Causé La mort par raport à la sirculasions du sans Estant interromput faute de Lesgature nous lavons Esguejaminé par tout le Corps nous avons trouvé ses [ajout en suscription : parties] Bien dispossé à la Rejerve de Une Contusion qui Contiens tout Le parriatal gauche qui peut Estre faite par quelque Coup ou lors quelles la jesté en Bas, il nous a parut que lanfans Estay vivans par raport que lors que nous sommes mort il sy forme aucune Eslevastion nous avons trouvé la fasses fors Livide nous avions juges que la Corruption avec [sic] provoqué sela ayant juges Lanfant à terme Le tout que jastestes par sermant que Jay preté devans Mr Lauditteur Mallet fait ce 4e sestembre 1742

424Velai

65. Homicide involontaire, 14 septembre-26 novembre 1742 (PC 8909)

425 Le samedi après-midi 8 septembre 1742, Jaquemine George, Susanne Thiébaut, Charlotte Audibert et Paul Bonnet sont devant une maison de Chantepoulet occupés à faire des dentelles lorsque survient Étienne Fontaine, apprenti faiseur de ressorts âgé d’environ 18 ans, pour récupérer le linge de sa maîtresse. Le jeune homme voit le fusil du fils de Jaquemine George, s’en saisit pour en mesurer la facture et le poids. L’arme est chargée, le coup part et touche Charlotte Audibert en pleine tête. D’abord fugitif, Étienne Fontaine se rend à la justice. Il est censuré, condamné à faire réparation, aux dommages et dépens, aux prisons subies, à huit jours de prison au pain et à l’eau, puis à six mois de prison domestique.

426a) Rapport du chirurgien Jean-Jacques-René Macaire, 22 septembre 1742 [f° 9-10] :

427Lan mille sept sent quarente et deux et Le 22e 7bre Je sousigné declare et raporte que le samedy 8e du courent environt les trois hures apres mydi Je feut apellé pour voir et penssé de Moiselle Charlotte Audibert demeurent ché Mlle Brix à La rües de Chantepoulet Laquelle Audibert je trouvay Gisente [mot biffé] [ajout en suscription : sur] son lit sans parrolle ni connoissence et La fasse Couverte de sang ayant procedé à la visite je lui trouvay trois pleyes tres Considerable à la parties moyene du Temporal Gauche penetrente dans la susptence du cerveuaux penetrente environt trois pousse plus divers autre Coup de Grenailles de fert dans Loeul du même Caute dem[ê]me que dans la joüe et levre Les ditte pleyes ayent etté fette par un coup darmes à feux Lesquelles pleyes lui ont Causé La mort Le dimenche au soir ; Tel est mon raport pour servir aquis de droit sera ensuite du serment par mois preté entre mains de Monsieur Leauditeur [Gabriel] Mallet an fois de quois Lay signé à Genève Lan et jours que desseus.

428JJ René Macaire Mtre Chirurgien Juré

66. Homicide involontaire, 7 octobre 1742 (PC 8914)

429 Le dimanche 7 octobre 1742, pendant le prêche du matin, Élisabeth Colondre, femme du maître écrivain Pierre Colondre, range la classe où étudient les écoliers de son mari, dans la maison de François de La Corbière aux Rues-Basses. Elle entend soudain un coup de fusil tiré dans la chambre voisine. Elle s’y précipite et découvre « sa petite fille nommée Louise Delie, âgée de 27 mois, étendue et baignée dans son sang, et un de ses garçons nommé Louis, âgé de 8 à 9 ans, qui est venu au-devant d’elle lui disant : mon Dieu, ma chère mère, ma sœur Lisette est tuée ». Louis a joué avec l’un des deux fusils entreposés dans la chambre.

430a) Rapport du chirurgien Antoine Laurens, 7 octobre 1742 [f° 5-6] :

431Je sousigné Mtre Chirurgien de la Republique de Genève certifie declare et ateste etant sous le serment de Monsieur L’auditeur [Jacques] Gallatin que le 7e 8bre 1742 à dix heures et demy du matin j’aurois été mandé dans la maison de Monsieur François de la Corbière au 2e Etage pour pensé la fille de Mr Colondre, Laquelle j’ay trouvée sur un lit morte toute habillée ; L’ajant examinée je luy aurois trouvé une playe darme à feu un peu sanglante [biffé : située] faite par une balle d’un gros calibre située ala partie inferieure de l’os de la pomette gauche, ajant dechiré l’os de la machoire superieure du même costé penetrante dans la substance du servelet et sortie à la partie inferieure et laterale de l’os occipital du même coté ; Laquelle ditte playe je juge avoir été la cause [ajout en suscription : de la mort] de la ditte petite fille et Comme sy dessus contient verité ay dressé le present Raport le même jour et an que dessus Ant : Laurens Mt Chirurgien

67. Crise mortelle d’épilepsie ou d’apoplexie, 28-29 octobre 1742 (PC 8918)

432 Le 28 octobre 1742, dans la maison du procureur Vignier, l’auditeur Vial fait procéder à la levée de corps d’Anne Baveux, « femme paraissant d’un âge fort avancé ». Comme aucun parent ne se présente, les effets de la défunte sont placés sous scellé.

433a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 28 octobre 1742 [f° 1] :

434Du Dimanche 28e 8bre 1742 à midi J’ay été mandé au troisième Etage dune maison, située au Perron, où j’ai trouvé le cadavre dune femme, dans ses habits, étenduë sur le plancher, entre le mur de la face et une tâble et un siege, le visage en bas, comme personnes n’a été témoins, sur cet evenement, jai demandé au seigneur Auditeur apres son ordre avoir été mise sur son lict et des-habillée Je soussigne certifie et Raporte par moi mtre Chirurgien visiteur Public juré, En vertu de l’ordonnance de Monsieur l’Auditeur [René-Vincent] Vial j’ai visité Anne Baveux citoyene agée de 75 ans, à laquelle jai trouvé la face Livide le nez enfoncé, et rien [tache d’encre] de remarqéable aux autres parties de son corps, ce qui me fait jugé être morte depuis environ quatorze à quinze heures, dun acces subit promt dEpilepsie, ou dApoplexie. Ce que je certifie par serment, Fait à Genève, ce Dimanche 28e 8bre 1742, En foi de quoi je me suis signé, André Arlaud mtre Chirurgien et P. juré

68. Homicide, 12-17 février 1743 (PC 8937)

435 François Patru, natif de Jussy et âgé de 33 ans, sert le citoyen Claude Perrinet des Franches comme vigneron au Petit-Saconnex. La nuit du 11 au 12 février 1743, sa femme le réveille parce qu’elle a entendu du bruit dans le poulailler. Patru prend son fusil et sort sur la galerie de la maison depuis laquelle il surprend dans la cour un homme qui tente de sauter par-dessus la palissade. Après lui avoir ordonné à deux reprises de ne plus bouger, le vigneron fait feu. Le lendemain, l’auditeur Abraham Gallatin dirige la levée de corps du voleur inconnu, âgé d’environ 25 à 30 ans, les mains pleines de plumes, vêtu d’un chapeau, d’un surtout de toile brune à boutons, d’une veste bleue boutonnée de blanc, d’une camisole rouge, d’une ceinture de toile rayée, de culottes de peau jaunes, de guêtres et de souliers cloués. François Patru est censuré, condamné aux prisons subies et à faire réparation.

  • 39 Pierre Vial : originaire de Coppet, dans le pays de Vaud, reçu chirurgien au Petit-Saconnex, banli (...)

436a) Rapport du chirurgien Pierre Vial39, 12 février 1743 [f° 3-4] :

437Par ordonnance de Monsieur L’oditeur [Abraham] Gallatin que apres luy avoir preté le sermant ma ordonné de faire le presant Rapor au Suget dun Cadavre que jey vesité dens le verger de monsieur Des Franches le quel ma paru avoir Eté tué par arme à feu lentre des bales distantes dune ligne dune ouverture à lotre au desus de deux bonts doits de langle superieure de lomoplate droite et traversan un pouce au desus de la clavicule droite paresant avoir coupé la vene souclaviere droite don il san et Ensuivy la mort Ce que jateste pour cervir à ce que de besoin au Petit-Saconnex le 12e février 1743

438Vial

69. Noyade, 21-23 février 1743 (PC 8939)

439 Depuis l’automne 1741, le puits entre Crest et l’église de Jussy est entouré de barrières malheureusement fort basses. Cet aménagement est fatal à Pierre Vouchard. Le mercredi 19 février 1743, revenant de Crest vers 19 heures, dans la nuit noire, il trébuche contre les barrières et tombe la tête la première dans le puits. Son corps est découvert le lendemain matin, immergé de la tête jusqu’aux genoux. Dans ses poches, le châtelain Jean-Jacques Mallet fait retirer un bonnet, un mouchoir, un peu de tabac à fumer, un briquet, des pommes et quatre pièces de 21 sols de Genève.

  • 40 Pierre Lambert : chirurgien à Jussy, encore en 1749 (G, p. 503).

440a) Rapport du chirurgien Pierre Lambert40, 21 février 1743 [f° 1-2] :

441Je Soussigné Et declare comme mtre chirurgien de Jussy sermanté par devant monsieur [Jean-Jacques] Mallet ancien chatelain de Jussy, avoir visité Pierre Vouchard du dit lieû dit La Pipe, trouvé noyé dans le puits de mr Terroux à Jussy, Et lavoir vü moy mesme la tete au fonds du puits les pieds en lair, le quel ma paru ne pouvoir eviter la suffocation, nayant pas du large, Et on la transporté par lordre de monsieur le chatelain de Jussy ches Antoine Gastur à la maison de mr Terroux, dont Je lay visité devant son honorable presence Et de mr Vignier curial ce qui se pouvoit presenter à la vüe, au quel Jay remarqué exactément quil ny avoit aucune contusion à la tete, ni au visage, hormis dune lividité causee par lextra[ajouté en suscription : va] sion du sang, de plus Jay aperçu du sang par laureille gauche, [biffé : par] causé par la compression et suffocation des Jugullaires premiere remarque, Ensuite, il a esté transporté ches luy où Je lay visité plus amplement, en presence de plusieurs personnes qui estoient temoins au quel Je nay trouvé aucun coup sur son corps, si non le ventre et la poitrine, Jusques au col un peu tendu Jay remarqué seulement la 2me falange du petit doit droit ecorché qui peut lavoir fait au bord du puits, et vü ensuite une autre ecorchure à la partie inferieure du genouil partie superieure de los du tibia du costé droit, causee par la bariere à ce quil me paroit, et une autre à la Jambe gauche à lextremité du tibia entre les deux malleoles navoir pu decouvrir autre chose, de quoy Je puis certifier véritable

442Fait à Jussy ce

44321me fevrier 1743

444Lambert

70. Aliénation, suicide, 27 mars 1743 (PC 8952)

445 La Parisienne Marthe Vignier, veuve Dufour, est assistée par la Bourse française. Elle est logée dans une chambre de la maison d’Élie Gardelle, au Pré-l’Évêque. Disparue depuis quelques jours, elle est retrouvée sans vie, le 26 mars 1743, dans le puits du jardin de Gardelle, habillée d’un jaquillon et d’un casaquin d’indienne, les jambes nues. Les témoignages s’accordent sur l’« esprit un peu frappé » de la veuve Dufour, priée depuis quelque temps de se retirer dans la « maison de la Bourse française puisqu’elle était dénuée de tout et qu’elle n’avait personne pour la servir ».

446a) Rapport des chirurgiens André Arlaud et Jean-Pierre Bonijol, 27 mars 1743 [f° 5-6] :

447Nous les sousignés maîtres Chirurgiens, En vertu de l’ordonnance de Monsieur l’Auditeur [Gabriel] Mallet, et par serment, Nous certifions que ce jour Mercredi 27e Mars 1743, environ les 11 heures du matin, Nous avons été mandé à une chambre basse dune Maison Située au Pré-l’Évêque, pour visité la nommée Veuve Dufour assistée à la Bourse Françoise, agée d’environ 55 ans, que nous avons trouvée étenduë morte au milieu de la dite chambre, étant encore dans tous ses habits et remplie d’eau, les assistans nous on dit que par ordre on l’avoit sortie d’un puy, contenant environ 6 pieds d’eau, ayant été trouvée les pieds en bas, et la tête panchée apres l’avoir fait deshabillée nous n’avons point trouvé aucune blessure sur son corps, nous jugeons quelle est morte pour avoir été surprise par la froideur de l’eau, et par suffocation, les assistans nous encor dit quelle avoit resté environ 30 heures dans ledit Puy, ce que nous certifions par serment, fait à Genève, ce Mercredi 27e Mars 1743, En foi de quoi nous nous sommes signés

448André Arlaud, maitre chirurgien visiteur public

449Jean Pierre Bonijol mtre Chirurgien

71. Noyade, 22 juillet 1743 (PC 8979)

450 Le 22 juillet 1743, vers midi, les deux bateliers nyonnais Nicolas Piguet et David Maillet reçoivent l’aide de leur compatriote, le soldat Jacques Joly, âgé de 18 ans, pour décharcher le bois de leur barque au bassin de Longemalle.

451 Lorsque la pluie commence à tomber, Joly se réfugie sur le devant de l’embarcation, mais il perd l’équilibre et tombe à l’eau.

452a) Rapport du chirurgien major Baylle, 22 juillet 1743 [f° 5-6] :

453Je sousigné Chirurgien Major du Regiment Suisse D’Aubonne fuzilliers en Garnison à Genève ; En Execution du Serment preté, present Monsieur L’Auditeur [Jacques] Gallatin [le Jeune] ; Certifie à tous ceux à qui il apartiendra, avoir ce jourdhuy vingt deuxieme Juillet mille sept cents quarente trois, Examiné Et visité avec toute l’Exactitude usitée le Cadavre d’un nommé Jacques Joly, soldat dans La Compagnie Duret, Le Lieutenant Ronzel ÿ assistant, lequel pouvoit être aagé d’environ dix huit à vingt années, et qui étoit tombé de dessus une barque en dechargeant du bois dans le bassin de Longemalle rempli d’Eau ; Ne luy avoir remarqué sur son corps aucune playe, contusion, ny meurtrissure, Ce qui m’a fait conjecturer que la cause de sa mort promte, peut être arrivé par la quantité et mauvaise qualité de l’Eau qui est entrée dans son corps et qui dans Le moment par La privation de La respiration La suffoqué, Ayant pour foy de ce expedié et signé le present raport pour servir à qui de garnison Les an et Jour susdits 22e Juillet 1743.

454Baylle

455Chirurgien Major

72. Noyade, 22 août 1743 (PC 8986)

456 Le soir du 21 août 1743, le batelier et marchand de bois savoyard Pierre Duchêne soupe avec ses deux ouvriers, Jean-Pierre Duchêne et Jean-Claude Colomb. Le repas terminé, Pierre Duchêne et Jean-Claude Colomb rejoignent leur bateau amarré dans le bassin de Longemalle pour y passer la nuit. La bise s’étant levée, ils sont réveillés peu avant minuit par d’autres bateliers pour les aider à conduire leur barque dans le bassin afin de se mettre à couvert. La manœuvre accomplie, les deux hommes retournent sur leur bateau, mais Colomb veut s’assurer auparavant que la proue ne frappe pas le mur du ponton. Au cours de cette inspection, il tombe à l’eau et se noie.

457a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Bonijol, 22 août 1743 [f° 1-2] :

458Jay soubsigne Maitre Chirurgien Certifie et raporté par serment presté entre les mains de Monsieur LauDiteur [Jean] Trembley ; que Ce jourdhuy vingte deuxieme aoust mille sept cent quarante trois, environt les sept hures du matin, je me suis transporté par ordre de Monsieur Lauditeur au port du bois derriere La tuerie, où en sa presence, lon ma fait [ajouté en suscription : voir] Le Cadavre dun homme agé denviront quarante ans tout habillé et etendu sur le pavet que lon venoit de tirer de leau, Lajant fait dessabiller jai examiné par toutes les parties de son corps ét nait rien observé de particulier, exepté le ventre et la poitine qui etoient un peu [biffé : plus] tendu et gonflé plus que de coutume et contenoit de leau, ce qui est une marque evidente quil sera tombé dans l’eau et se sera noyé sans que personne en soy Cause, En foy de quoy jai livré le present Raport à Genève le jour et an que Dessus

459Bonijol me Chirurgien

73. Excès, 28 septembre-6 octobre 1743 (PC 8995)

460 Le 28 septembre 1743, à 14 heures, le maquignon auvergnat Bastian Vialon se rend chez le capitaine Jacques De Normandie pour obtenir le paiement des soins qu’il a prodigués à un cheval. Vialon et De Normandie sont en désaccord sur le prix de la prestation. Selon le maquignon, le capitaine le traite aussitôt de « bougre de scélérat », puis l’attrape par les cheveux, lui assène quelques coups d’épée avec et sans le fourreau, et le frappe enfin d’un coup de pied sur la jambe. Bastian réplique en arrachant la perruque du capitaine et en la piétinant, dans la main une pierre dont il ne fera aucun usage puisque les deux hommes sont séparés. Il est arrêté d’en informer plus amplement.

  • 41 Pierre Andrieu : originaire de Cajare en Quercy, reçu bourgeois le 8 février 1732, n’est pas inscr (...)

461a) Rapport du chirurgien Pierre Andrieu41, 28 septembre 1743 [f° 16-17] :

462Je soubsigné Chirurgien privilegié Raporte que le Sr Bastian maquinion de cette ville et venü ches moy ce samedi 28e 7bre 1743, entre une et deux heures apres midi pour ce faire penser de diverses playees qu’il ma dit avoir receüees, Je lay envoyé ches luy pour le panser, et pour examiner murement les playees qu’il ma dit avoir Receües

4631 Jay trouvé à la partie superieure et laterale de los du parietal gauche une playe Longitudinale denviron deux pouces, et dans sa partie superieure profonde jusqu’au pericrane Estiment que ladite playe a été faite par un Instrument pointu et Tranchant

4642 Jay trouvé une playe d’environ un pouce et demy de long fort Legere à la partie Externe, moyene et Inferieure de l’avanbras gauche qui na fait quouvrir la peau de la longeur d’un demy pouce et de la Largeur d’un quart de pouce

465Estiment que ladite playe a eté faite par un instrument pointu et tranchant,

4663 Jay trouvé une petite playe à la Jambe gauche quazy sur la crétte du Tibia partie moyene de la grandeur d’une piece de six cars peu Profonde, et un demy pouce plus bas partie interne de la jambe, une autre playe de la longeur de deux pouces et quelque Lignes, et large dans sa partie moyene d’un demy pouce peu profonde, Estiment que les deux dites playees de la Jambe ont été faites à coups de pieds.

467Et ayant eté Mandé le 5e 8bre 1743 de la part de Monsieur Lauditeur [Gabriel] Mallet pour luy venir parler vers les six heures et demy du soir ches luy, il ma fait prétér serment de dire la verité et de faire [ajouté en suscription : un] Raport juste et Equitable du pansement que jay fait et faix [sic] au sr Bastian.

468La playe de la téte et parfaitement guerie, celle de l’avant bras à peu pres, la petite de la jambe gauche de meme, et la grande play sil plait au Seigneur dans une huitaine de Jours.

469Fait à Genève ce 6e 8bre 1743 P. Andrieu

74. Excès, 6-13 octobre 1743 (PC 8997)

470 Le 5 octobre 1743 à 23 heures, le natif Théodore Rivier, marchand toilier d’une trentaine d’années, rejoint son domicile depuis la porte de Cornavin en compagnie de deux de ses sœurs et de trois amis. Lorsqu’ils arrivent dans les Rues-Basses, près de la Cité, le maître horloger Alexandre Vignier surgit en robe de chambre, un bonnet blanc sur la tête et un bâton à la main. Il saisit Théodore Rivier au col, le traite de coquin et lui donne un violent coup de bâton sur le visage. Les conclusions de l’information de l’auditeur Jean Trembley sont renvoyées à plus ample informé.

471a) Rapport du chirurgien Daniel Guyot, 6 octobre 1743 [f° 3-4] :

472Je soussigné Maitre Chirurgien de cette Ville, Raporte et certifie par serment et Ensuite de L’ordre qu’en ai Reçu de Monsieur L’auditeur [Jean] Trembley, que hier Cinquième du mois Courant on m’est venu apeller à onze heures du soir pour aller voir le sieur Théodore Rivier et que m’étant Transporté dans sa maison Je l’ai trouvé debout dans sa Chambre aiant du linge autour du Cou et du visage et aprés avoir ôté ledt linge de dessus son visage J’ai trouvé qu’il etoit blessé d’une violente Contusion sur l’angle de la machoire Inferieure du Côté gauche, et que Cette Contusion étoit accompagnée d’une tumeur de la grosseur d’une œuf de poule et d’une trace ou vestige de couleur rouge pourprée qui s’étendoit obliquement de bas En haut et de devant En arriére sur le Centre de la tumeur et sur toute la partie Inferieure de l’oreille du même côté, et J’ai Jugé ladte Contusion avoir été faite par un Coup violent de quelque Instrument obtus comme bâton etc…

473J’ai trouvé de plus le poulx dudt blessé fort agité, En consequence dequoi Je l’ai saigné Et Pansé avec les Remedes Convenables.

474Fait à Genève le 6e 8bre 1743

475D. Guyot Chirurn

75. Excès, 31 octobre-1er novembre 1743 (PC 9002)

476 L’après-midi du 30 octobre 1743, Jacques Serre, jardinier âgé de 31 ans, est sur la place du Molard en compagnie d’un paysan nommé Lambossy. Vers 13 heures, le soldat de la Garnison Christian Bergman, originaire de Deux-Ponts, aborde les deux hommes. Il souhaite vendre sa tabatière à Lambossy pour laquelle il demande trois sequins. Le paysan estime le prix excessif et préfère que la transaction se déroule en florins. Le soldat, « sans rime ni raison », insulte alors son interlocuteur, le traitant de « f [outu] gueux » et de « vacher ». Jacques Serre s’interpose, rétorque au soldat qu’il est lui-même un gueux. Christian Bergman frappe le jardinier à coups de poing et avec les pistolets qu’il porte à la main. Les habits ensanglantés, une plaie ouverte à la tête, Jacques Serre porte plainte auprès de l’auditeur René-Vincent Vial. Le soldat est condamné à être censuré à la tête de la garde.

477a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Bonijol, 30 octobre 1743 [f° 3] :

478Jay soubsigné Maitre Chirurgien, Certifie et raporte par serment, prêté Entre les mains de Monsieur Lauditeur [René-Vincent] Vial, que ce jourdhuy trentieme octobre mille sept cent quarante trois environ les deux heures apres midy, est venu dans ma boutique, Jacques Serre habitant, Lequel a desiré que je le visita des coups quil a receu, Lajant examiné jay trouvé à la teste dans la partie Chevelue que lon appelle le Crane, une plaje oblique sanglante avec Contusion de la longueur du petit doigt, large de deux lignes, penetrante jusques au pericrane, scituée sur la partie mojenne de los parietal gauche, donc le sang qui en sortoit avoit coulé le long de ces Cheveux et sur son habit, laditte playe ajant êté faîte avec un jnstrument contondant comme pierre, Baton, crosse de pistollét, ou autre de meme nature, Lajant pancé avec les remedes convenables jay livré le present raport pour servir et valoir comme de Raison à Genève le jour et an que Dessus

479Bonijol

76. Excès, 1er-7 janvier 1744 (PC 9018)

480 Le 31 décembre 1743, vers 23h15, le maître orfèvre Paul Lenoir fait sa prière avant de se coucher lorsqu’il entend une voix appeler au secours dans la rue. Il y trouve le lanternier Jacques Blanc, le visage blessé de plusieurs coups d’épée. Deux hommes sont appréhendés : le Dauphinois Jean Bole, contrebandier connu sous le nom de Martin, et le savoyard Marc Genot, secrétaire sur le vaisseau marchand « La Polaire », à Genève pour une affaire d’horlogerie. Bole et Genot sont arrivés en ville quelques jours plus tôt avec un certain Cote, ciseleur parisien, demeuré introuvable. Selon Marc Genot, Cote se serait saisi de son épée au sortir d’un café des Rues-Basses, laissant ainsi entendre qu’il est responsable de l’agression du lanternier. Jean Bole est libéré des prisons à condition de payer ses dépens et de sortir de la ville. Marc Genot est grièvement censuré, condamné à faire réparation, aux dépens et au versement de dommages et intérêts.

  • 42 Jean Baumgartner : né à Liestal en 1702, reçu bourgeois le 16 mai 1735, agrégé le 18 juin 1737, ch (...)

481a) Rapport des chirurgiens Jean-Pierre Bonijol et Jean Baumgartner42, 5 janvier 1744 [f° 15] :

482Nous soubsignés Maitres Chirurgiens, Certifions et raportons par serment presté entre les mains de Monsieur LauDiteur [Gédéon] Flournoy, que le premier janvier mille sept cent quarante quatre, environ une hure apres minuit, nous sommes transportés à la Rue des Orfèvres, dans La Maison de Monsieur Martin au deuxieme etage, où nous avons trouvé Jacques Blanc [ajouté en suscription : natif] Lanternié, Lequel a desiré destre pancé, Layant examiné, nous Lui avons trouvé une plaje transversale [ajouté en suscription : sanglante] dont le lambeau pendoit et faisoit une ouverture amettre deux doigts Entravers dedans, scituée au costé droit du col à la partie tout à fait superieure, Laquelle setendoit depuis Langle de la machoire jusques à la partie inferieure du manton, penetrant les tegumens la graisse et le muscle peaucier, ajant relevé le lambeau et apliqué trois points de sutures nous avons continué à mettre les remedes convenables pour prevenir linflamation, Laditte playé a eté faite avec un instrument tranchant, comme epée, sabre, ou autre de même nature, En foy de quoy nous avons livré Le presant raport, pour servir et valoir comme de Raison à Genève le 5e janvier 1744

483Bonijol Baumgartner

77. Soupçon d’infanticide, 5-11 février 1744 (PC 9031)

484 Le 5 février 1744, aux environs de sept heures du matin, la servante Marie Pittet accouche d’un enfant mort-né, fruit de la « violence » qu’elle a subie de deux Suisses huit mois plus tôt. Enfermée dans les prisons de la République, Marie Pittet est condamnée comme paillarde et chassée de la ville.

485a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 5 février 1744 [f° 1-2] :

486Je soussigne certifie, et raporte avec serment, par moi maître Chirurgien Visiteur public à sermenté, que hier, Mardi 4e fevrier 1744, environ les onzes heures avant midi, j’ai eté mandé à une Maison à la Madeleine, où pend pour Enseigne le Laurier, pour visiter un Enfand, venu mort au monde, de Marie Pittet, de Pampigny Bailliage de Morges, servante, elle ignore de qui elle avoit été Enceinte du fils qu’elle a Accouché des mains de Dlle Gervais.

487Ledit Enfand est venu mort au monde, environ les 8 mois de grossesse ce que je juge parce que toutes les parties n’étant pas parfaitement formée.

488Item Ledit Enfand a été porté dans sa Matrice et a vu jour mort, ce que je juge et qui eût encore prouvé en différente partie de son corps, que la Surpeau étoit enlevée par corruption ; ce que je certifie par serment fait à Genève ce Mercredi 5e fevrier 1774 En foi de quoi je me suis signé André Arlaud mtre Chirurgien visiteur public

489b) Déposition de la sage-femme Susanne Gervais, 5 février 1744 [f° 3-4] :

490Deposition.

491Dle Susanne fille de feu Louis Gervais Citoyen et sage femme agée de 45 ans assermentée dit et depose que ce jourd’huy environ les 3 heures et demi du matin une femme veuve dont elle [en suscription : ne] se rappelle pas actuellement le nom, mais qu’elle connoit de vue et de reputation pour une brave femme seroit venue chés la deposante pour la prier de venir accoucher une fille qui demeure chés elle à la Madeleine dans la Maison Pelet au troisième étage à l’enseigne du Lauriér. Que la deposante y est allée incontint accompagnée de cette femme, qu’elle a trouvé une fille qui doit se nommer Marie Pittet dans les douleurs de l’enfantement et q [ue] quelq[ues] moments apres l’arrivée de la deposante elle a accouché[biffé : e] d’un enfant male qui est venu mort au monde, qu’elle juge que cet enfant pouvoit avoir sept mois, et qu’il est mort pour ne prendre plus de nourriture, et qu’il ne lui a paru par aucun indice que cette fille ait contribué à la mort de cet enfant, qu’elle n’a jamais vu cette fille auparavant, et qu’elle lui a donné elle même demi écu pour l’avoir accouchée qui est tout ce qu’elle a à deposer. Sur les generaux, pertinement Lecture faite a persisté et n’a signé pr ne sçavoir de ce enquise.

492[Jacques] Gallatin Aud.

78. Noyade, 16 mars 1744 (PC 9038)

493 Durant la nuit du 15 au 16 mars 1744, Théodore Barthélemy et Jean-Pierre Chapuis concluent en présence de témoins la vente d’une maison et d’un jardin, chez la veuve L’Huillier, sur la juridiction de Chapitre, autour de pintes de vin.

494 L’accord passé, le gendre de Chapuis, Gabriel Buffe regagne son domicile, pris de boisson. Le matin du 16 mars, la jeune Jeanne Marchand découvre le corps de Buffe gisant au bord de la rivière de la Seymaz.

  • 43 Et non pas de Jean-Jacques-René Macaire comme indiqué de manière fautive en titre du rapport.

495a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Bonijol43, 16 mars 1744 [f° 1] :

496Jay soubsigné maitre Chirurgien, Certifie que ce jourdhui 16e mars 1744 avant midy, Monsieur LauDiteur [Jean] Trembley ajant Requis que je me transporta à Villette, distant de demi hure de cette Ville au bord de La Riviere nommée Seymaz, où jai trouvé, Le Corps mort, du nommé Gabriel Buffe tout habillé et tout mouillié, la face, et le ventre, touchant la terre, apujée sur la joue gauche, La bouche et le nez Ecuman, lajant fait desabillier, jai examiné toutes les parties de son corps ausquelles je nai rien trouvé que de naturel, sans playe ni rien, ce qui me fait presumer que le dit Buffe [biffé : aura] [ajouté en suscription : ajant] trop bu du vin se soit laissé tomber dans lad. Riviere, et quand suitte najant pas peu sortir à cause du peu de connoissance, et de force, la respiration lui aura manqué, soit par Leau quil peut avoir avalé ou par sa fraicheur il a etouffé, ajant fait Lexamen de tout ce Dessus En la presence de Monsieur Lauditeur Trembley et avoir preté serment Entre ses mains je lui ai livré Le present Raport à Genève Le jour et an que Dessus Bonijol mtre Chirurgien

79. Infanticide, 1er juin-2 juillet 1745 (PC 9171)

497 En janvier 1745, le gentilhomme moscovite Abraham de Wesselow et son épouse, née Marianne Fabri, prennent à leur service comme femme de chambre la Lausannoise Jeanne Massicot. Une nuit de la fin du mois de mai, les époux Wesselow, réveillés par des plaintes sourdes, aperçoivent la femme de chambre qui sort des commodités, chandelle à la main. Le lendemain, Jeanne Massicot est visitée par le chirurgien Coudougnan qui témoigne au maître de maison que la jeune femme souffre d’importantes pertes de sang. La femme de chambre est conduite chez sa sœur pour s’y soigner. Le 31 mai, Abraham de Wesselow est informé qu’on a trouvé un enfant mort dans les commodités de la maison. Jeanne Massicot est condamnée à être conduite la corde au cou sur la place publique de Plainpalais pour y être pendue. Contumace, elle est exécutée en effigie.

498a) Rapport de Jacques Bardin (médecin), Antoine Laurens et Jean-Louis Fine (chirurgiens), 1er juin 1745 [f° 1-2] :

499Nous soussignés Docteur Medecin et Maîtres Chirurgiens assermentés déclarons qu’ayant eté requis par Monsieur l’Auditeur Jean Trembley de nous transporter, d’Ordre du Magn. Conseil, le 1er juin 1745, à onze heures du matin, dans la Maison Hamilton ruë des Chanoines, pour y visiter le cadavre d’un Enfant ; Nous l’y avons trouvé dans une seille pleine d’eau, et l’ayant examiné avec attention et exactitude nous avons jugé que le dit Enfant doit être venu au Monde à terme ordinaire, ayant ensuitte parcouru toute la superficie de son corps nous n’y avons rien remarqué que de naturel, le cordon umbilical etoit dans tout son entier, sans aucune marque de ligature et paroissant arraché du placenta ; Nous avons, d’ailleurs, en tournant l’enfant du côté du dos, observé quelque peu de méconium qui s’exprimoit par l’anus. Ayant aussi trouvé la poitrine du dit Enfant ouverte et une partie de son poumon dans l’eau qui l’environnoit, nous avons appris en même tems du Sieur Laurens soussigné qu’il avoit déjà fait cette ouverture dès les sept heures en ayant eté requis, et comme on ne peut parvenir que très obscurément à découvrir si les Enfants trouvés morts ont jamais respiré, il avoit coupé deux portions du poumon du susdit cadavre pour faire l’expérience pratiquée en pareil cas, en conséquence de laquelle le poumon soit une portion de ses lobes jettée dans l’eau venant à y surnager l’enfant passe pour avoir jouï de la respiration sur quoi nous ajouterons qu’il y a des Experts et des Auteurs dignes de foi qui fournissent des Observations par lesquelles ce signe est reconnu pour équivoque. En foi de quoi nous avons signé le présent Rapport, à Genève ce 1er juin 1745.

500Bardin, D.M.

501Fine me chirurgien

502Ant : Laurens me chirurgien

503b) Extrait de la déposition du médecin Jacques Bardin, 1er juin 1745 [f° 9] :

504[…] Que samedi dernier le matin environ à neuf heures, on vint l’apeller ne sachant qui, pour aller voir une fille malade dans une maison à l’allée de la Chasse-Royale chés les nommé Raynette, quil y alla, et quil ne trouva qu’une fille quil ne connoit pas, qui dit que sa sœur etoit au lict malade, qu’on l’avoit aportée en chaize, de chés Mr Wesselow, où elle servoit, et où elle etoit tombée malade, Que la malade lui dit qu’elle etoit tombée malade dès le Lundy, qu’elle avoit une perte de sang tres considerable, Que le deposant lui trouva beaucoup de fievre, et de l’opression et lui ordonna une saignée, qu’elle avoit le visage blême et comme livide, Que le meme jour le sr Villeméjane Chirurgien vint chés le Deposant dire quil avoit fait la saignée, que le deposant y retourna à une heure après midi, lui trouva moins de fievre, que son sang etoit tres mauvais, et la perte de sang à ce qu’on lui dit continuoit, quil ordonna un remede en consequence, quil y retourna deux fois le Dimanche, et hier matin, qu’y etant retourné ce matin, il a apris qu’elle etoit sortie de ville […].

505c) Extrait de la déposition du chirurgien Jacques Coudougnan, 1er juin 1745 [f° 9-10] :

506[…] Quil y a aujourdui huit jours, le valet de Mr Wesselow vint le matin à peu près sur les six heures, le prier de venir à la maison, pour voir une servante qui etoit incommodée, Que le deposant y fut à peu près à sept heures, du matin, qu’on le fit entrer dans une petite chambre, où il trouva une fille au lict, paroissant très malade, le visage extrémement pale et le poux tres foible, qu’elle avoit beaucoup de peine à parler, qu’une fille qui se disoit sœur de la malade, dit au deposant quelle avoit une très grande perte de sang, que le deposant fut surpris qu’une jeune fille eut une perte de sang si considerable, quil s’informa si elle n’avoit point fait defforts et d’autres circonstances, qui auroient pu lui occasionner une perte de sang, que la sœur de la malade repondit que non, qu’il ordonna une potion, que sortant Mr Wesselow apella le deposant, lequel dit à Mr Wesselow l’etat où etoit sa servante, que le même jour sur le soir le deposant y retourna, qu’il trouva la malade toujours extremement pale, et qu’on lui dit que la perte de sang avoit un peu diminué, que Made Wesselow dit au deposant que sa servante avoit eu mal au ventre, que le deposant toucha le ventre de la malade par dessus la chemise lequel il trouva fort plat, que le mercredi le deposant lui trouva un peu de fievre, et que la perte continuoit, quil ne la pas revue dès lors […].

507d) Extrait des conclusions criminelles du procureur général Jean Galiffe, 23 juin 1745 [f° 33-34] :

508[…] Il resulte encore que cet Enfant est venu au monde à terme ordinaire par le rapport du sr Bardin medecin et des srs Laurens et Fine Chirurgiens. Il y a encore toute apparence qu’il est né vivant par l’Experience qu’a fait le sr Laurens, quoique cette Experience ne soit pas absolument infaillible : On pourroit douter si cet Enfant est tombé dans les latrines par malheur, sans l’intention de la prevenue et par l’effet d’un accouchement promt et inopiné, mais on est encore determiné par l’Etat de la procedure à decider que ce n’est point ici un accident, mais un acte volontaire de la part de lad. Massicot et l’effect d’un dessein premedité […].

80. Duel, 8 novembre-20 décembre 1745 (PC 9211)

509 L’horloger savoyard François Cavussin, âgé de 20 ans, rencontre dans les rues de la ville deux compatriotes dont l’un se rend à Annecy afin d’y prendre l’habit des capucins. Pour célébrer l’événement, les trois hommes se dirigent au logis de la Tour-d’Arve et partagent une bouteille de vin dans une chambre isolée du cabaret. Peu après, ils sont rejoints par trois recruteurs au service de l’Espagne et de la France qui les pressent de porter la santé de Don Philippe et de Louis XV. François Cavussin répond à cette injonction qu’ils n’ont pas l’intention de boire à la santé d’aucune couronne, sinon à celle du roi de Sardaigne. De provocations en réponses intrépides, le contentieux aboutit à un duel à l’épée sur le chemin du Pont-d’Arve entre Cavussin et l’un des recruteurs, le Savoyard Dupasquier, à la suite duquel le jeune horloger perd la vie. Contumace, Dupasquier est condamné à faire réparation et au bannissement perpétuel.

510a) Premier rapport du chirurgien Jean-Pierre Bonijol, 26 novembre 1745 [f° 13-14] :

511[J’ay corrigé en : Je] soubsigné Maitre Chirurgien Certifie que ce jourdhuy vingt sixieme novembre 1745 environ les quatre hures apres midy, je me suis transporté à L’hospital, Par lordre de Monsieur [Philippe] Des Arts, Seigneur Sindic De La garde, pour faire Louverture du corps mort du nommé Cavussin Savojard, et de dresser mon Raport sur la nature de la blessure quil avoit receue, ajant procedé à lad. ouverture en la maniere accoutumée, en Commecent par les tegumens, les muscles du bas-ventre, et de la poitrine, jai ensuite separé entierement Le Sternum des cottes, pour decouvrir où le coup depée avoit penetré, sçavoir entre la quatrieme et cinquieme des Vrajes côtes [appel de note, note de bas de page : contant du haut en bas], percé la plevre et effluré la superficie du poulmon, ce qui [ajouté en suscription : a] causé un epanchement du sang et de limphe dans une poche particuliere, Laquelle avoit êté occasionnée par une pleuresie dont feu Cavussin avoit heu une année ou deux avant led. accident, ce qui lui avoit procuré une adherance considérable du pericarde, du poulmon, de la plevre, et des Cottes, du costé gauche, c’est pourquoy l’operation de L’empieme quon lui a faite a êté infructueuse, n’ajant pas peu procurer lévacuation des matieres qui y etoient renfermées [ajouté en suscription : dans la susd : poche et] à cause desdites adherences ce qui a êté cause de la mort, En foy de quoy jai preté serment Entre les mains de Monsieur le Sindic Des Arts Et en même temps lui ai livré le present Raport pour servir et Valoir comme de Raison à Genève le jour et an que Dessus Bonijol mtre Chirurgien b) Second rapport du chirurgien Jean-Pierre Bonijol, 8 novembre 1745 [f° 15-16] :

512Ce jourdhuy huitieme Novembre mille sept cent quarante cinq Environ les dix hures avant midi, Monsieur Lauditeur [Jean] Trembley majant ordonné de Dresser mon Raport sur la nature de la blessure que François Cavussin savojard agé denviron vingt ans a Receuë il y a trois jours, dont je le pance dune playe scituée à la partie Lateralle gauche de la poitrine, à trois travers de doigts de distance de la mamelle à costé du muscle nommé grand Pectoral, Laquelle a penetré à coup perdu dans la capacité, Entre la quatrieme et la Cinquieme des vrayes cottes en comptant du haut en bas, ajant ouvert la Plevre, et la superficie du poulmon avec hemorragie, ce que jai reconnu après avoir dilacté la playe par l’introduction de mon doigt, laditte playe ajant êté faite avec un instrument poignant et tranchant comme Epée, ou autre de meme nature, Et dautant que cette blessure peut etre suivie daccidents tres funestes, Comme Epanchement de sang dans laditte Capacité, Empieme, fievre continuë, et de la mort meme, jestime quil est dans un tres grand danger, et que lon ne peut repondre de la Vie quapres plusieurs jours, Ce que je Certifie Veritable, En foy de quoy jai presté serment Entre les mains de Monsieur Lauditeur Trembley, et en meme temps je lui ai livré le present Raport, à Genève le jour et an que Dessus,

513Bonijol mtre Chirurgien

81. Infanticide, 11 décembre 1745 (PC 9217)

514 En juin 1744, le citoyen Isaac Dentand prend à son service en qualité de bergère Marie Berton qui se dit alors Savoyarde, mais que son maître suppose originaire du canton de Fribourg. Si Dentand remarque dès le mois de novembre la grosseur suspecte du ventre de Marie Berton, les trois servantes qui partagent la chambre de la bergère ne soupçonnent rien. Jusqu’à ce que l’une d’elles, Toinette Lombard, rapporte à son maître le 10 décembre 1745 qu’elle avait trouvé une feuille de chou rissolée au beurre dont l’usage communément admis était de « faire passer le lait ». Niant avoir accouché, Marie disparaît lorsque la femme de Dentand se résout à faire visiter ses servantes par la sagefemme Michée. Le jour même de la disparition de Marie Berton, on trouve dans la carpière proche de la maison des Dentand un tablier. Les fouilles débutent et l’on extrait le corps d’un nouveau-né. Prévenue d’avoir tué son enfant et contumace, Marie Berton est condamnée à être pendue à Jussy.

515a) Rapport du chirurgien Pierre Lambert, 11 octobre 1745 [f° 1-2] :

516Par ordre de monsieur le Juge de Jussy Dune letre que jé eus Lhoneur de recevoir de sa part par Michaud venant de Genève mordonna Incessament de partir pour Monniaz ches mr Isaac Dentand dattee du 10me 8bre 1745 pour visiter un enfent avec grande Exactitude quon a trouvé mort au bord de la carpiere du susdit ce que Je fis le lendemain bon matin 11me dudit nayant pu y aler dabort par les mauvais temps en voicy le raport suivant.

517Je Soussigné Pierre Lambert comme maitre chirurgien [ajout en suscription : juré] De Jussy avoir esté ce matin 11me du mois 8bre 1745 à Monniaz, dans la maison de mr Isaac Dentand pour voir Et examiner un enfent quon a trouvé mort et en partie corrompu, Et remply de vers proche du bord de la carpiere Du Susdit couvert de terre fort legérement, à ce que lon ma raporté Et Michaud le fit metre dedans 10me du mois ches monsieur Dentand, le quel me la sorty le 11me bon matin de chez monsieur Dentand estant dans une corbeille couvert dun linge simplement, Et lay examiné hors de sa maison pres de la porte le quel Jay veü tout le dehors corrompu Et plein de vers nayant rien pu discerner dans cette situation ; ayant cognü seulement quil estoit de terme, par une tete fort grosse Et chevelue ayant tous ces membres Jusques aux ongles qui est une preuve inmanquable de quoy Je certifie Estre veritable à Jussy 11me 8bre 1745

518Pierre Lambert

519maitre chirurgien [biffé : de] Juré de Jussy

520b) Rapport du chirurgien Jean-Jacques-René Macaire, 11 octobre 1745 [f° 19-20] :

521Lan mille sept sant et quarante sinq et le 11e 8bre ensuite du serment preté entre les main de Monsieur Le chatelen [Léonard] Buisson et de lordre que jen reseus de me trensporter à Mo[tache d’encre] niaz pour voir et visiter un Cadavre deun Enfents denesense ; [ajouté en suscription : et] malle que lon medit avoir eté trouvé pres de la carpiere de Monsieur Isaac Dentand dudit Lieu ; Lequelle Cadavre Jeay veus Etre Celui dun enfens atermes etans forgros et toutes les parties bien formée ; tel que les ongle etc. Layent Exactement visité leay trouvé dens une corbiellies envelopé derbe aromatique dens une serviette ; Latete Extremement grosse la fasse remplies dun grans nombre de ver qui lui sortet des yeux lesquelle etet deja tout detruit par les dit vers dememe que lené et la bouche ; Lapeaux de latete à laquelle il y avet des Cheveux noir presque separé ducrane par la Coruption ; Le reste du corp [biffé : tout] tout noir et en parties disout et etentrotre le derme ; Le cordon Ombilacal tout entier avec le plasentas ou Arriere fais encore adevent ; au quelle Cordon Lont navet poins fet de ligature et par où ledit enfent aperdu son sang et par consequent la vies ; nayent rien trouvé sur son corps, ni dans son corps qui lui [ajouté en suscription : put] avoir fet perdre la vies que la perte de son sang Ayent fet louverture dudit Cadavre Jeay trouvé les parties Contenues dans la poitrine en bon Etat et forsenes, ayent sorti les deux Lobes du poumon qui etet blanc preuve que lenfent avet perdu son sang et layent mis dens un Basen deaux Lesdit poumont ont surnagé qui et une preuve que lenfent et mort apres sa nesanse jont à se que lui ait trouvé dens le ventricule une matiere blanchatre et remplies de Globulle des lequelle set echapé avec brui lors que jen ai fet louverture.

522Ayent ouvert le bas ventre Jeay trouvé la vesiculles du fiel ouverte d’ellemême et la bille Epanchée qui est une preuve quil y a passé neuf jours que lenfent et mort ; nayent decouvert sur tout son corps et dans son corps aucune marque de Cause de sa mort que laperte de son sang faute de Ligautre audit Cordon Ombilical Comme il a étté dit si devent tel est mon raport en fois de quois je lay signé à Genève lan et jours que deseus pour servir à quis de droit sera :

523JJ René Macaire Metre

524Chirurgien Juré

525à Genève

82. Noyade, 25 juillet 1746 (PC 9283)

526 Le 25 juillet 1746, la patrouille du Pont-d’Arve découvre le cadavre d’un homme sur un banc de sable au milieu de l’Arve, près de la Jonction. Il s’agit d’un Bourguignon d’une trentaine d’années qui s’était engagé quelques jours plus tôt comme ouvrier de moisson auprès du cabaretier carougeois David Rochat. Le 24 juillet, après sa journée de travail, l’homme avait regagné le cabaret où il logeait. Il s’était alors proposé pour aller faire boire et baigner à la rivière les chevaux de cinq clients savoyards. Quelque temps après, deux chevaux étaient retournés d’eux-mêmes au cabaret et le troisième avait été trouvé noyé dans l’Arve.

527a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 25 juillet 1746 [f° 5-6] :

528Je soussigne, certifie, et Raporte, par moi André Arlaud Maître Chirurgien, visiteur public assermanté, en vertu de l’ordonnance de Monsieur l’Auditeur [Isaac ou Jean-Jacques ?] Mallet, que ce jourd’huy Lundi 25e juillet, 1746, à 8h du matin, jai été mandé à la Rive de la Riviere d’Arve, prôche sa jonction au Rhône, du côté de Plainpalais, doù jai veú sortir de l’eau, un corps agé d’environ 30 ans, qu’on croit être François, qui s’étoit arrêté desus un Banc de sâble, on ma dit que le jour dhier Dimanche 24e du courant au matin à Carouge, il étoit entré dans la Riviere monté desus un Cheval, et qu’ensuite le Torrent l’avoit emmené avec ledit Cheval, et lui seul sest arrêté au lieu susmentionné : Apres sa sortie de l’eau, il a été porté à la Grange de l’Hopital prôche le Cimetiere, où après lavoir fait dés’habillier, je lui ait trouvé une éfloration de la peau meurtriseure et hemorragie la face Livide, sa blessure à la partie inferieure du Temporal droit, de méme qu’une meurtriseure à la partie l’ateralle de la Cuisse droite, accidens survenus pour s’estre heurté contre quelques Rôches, ce qui a beaucoup contribué à sa perte, il paroit par sa main gauche quil s’est beaucoup débatû, et enfin l’eau la étouffé. Ce que je certifie par serment En foi de quoi je me suis signé fait à Genève ce 25 juillet 1746 : André Arlaud.

83. Aliénation, suicide, 3 octobre 1746 (PC 9304)

529 Esther Trefort, veuve de Jacques Mourgues, est à l’Hôpital général depuis environ juin 1745. Dès l’automne de la même année, elle présente des « marques de folie ». En conséquence de son état, elle est placée à Avusy où elle continue à souffrir d’aliénation épisodique. À tel point que le 5 septembre 1746, le pasteur de Chancy prie l’hôpitalier de venir sans délais récupérer la veuve Mourgues qui a tenté de s’étrangler la veille au soir. Le 3 octobre, elle est découverte sans vie dans sa chambre de l’Hôpital général, un fil autour du cou.

530a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 3 octobre 1746 [f° 1-2] :

531Je soussigne, certifie, et Raporte, par moy André Arlaud mtre Chirurgien, visiteur public, et par serment, En vertu, de l’ordonnance, de Monsieur l’Auditeur [Jean-Louis] Turrettini de Bossey, jai été mandé environ une heure apres midy à la Maison de Correction pour visiter la nommée Esther Trefort, veuve de Jacques Mourgues Bourgeois Tireur d’or, agée d’environ 60 ans, morte pour sestre étranglée, avec un fil du Diametre d’environ quatres lignes, je certifie encore que cest de connoisance parfaite quelle étoit dans une parfaite manie, par plusieurs faits connû et notamment pour s’estre auparavant jettée dans le Rhône pour terminer sa vie, ce que de tout je confirme par serment fait à Genève ce dit jour Lundi 3e 8bre 1746 en foy de quoi je me suis signé André Arlaud

84. Blessures accidentelles par arme à feu, 23 octobre-3 novembre 1746 (PC 9308)

532 Jeanne Noblet, originaire du bailliage d’Aubonne, est une cuisinière de 24 ans employée dans la maison de Marc Lullin. Le 23 octobre 1746, après le sermon du soir, elle se promène en compagnie de quelques amis sur le chemin des Eaux-Vives. Ils y rencontrent le natif Jean-Jacques Métral, indienneur de 21 ans, chargé de deux fusils. La conversation s’engage, le ton est badin. Par jeu, Métral met en joue Jeanne Noblet. L’arme est chargée, le coup part et Jeanne s’écroule. Le jeune homme est censuré, condamné à faire réparation, à 10 écus d’amende, aux prisons subies, aux dépens et aux dommages et intérêts.

533a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Bonijol, 24 octobre 1746 [f° 9-10] :

534Jay Soubsigné Maitre Chirurgien Certifie et raporte que ce jourdhuy vingt troisieme octobre mille sept cent quarante six, Environ les cinq heures du soir je me suis transporté à la Ruë des Chanoines dans la Maison de Monsieur Marc Lullin Pour pancer La Jeanne Noblet, sa Cuisinière Laquelle Venoit de recevoir un coup de fusil chargé à grenaille de fer, scavoir partie à la face sur la joue le nez et le manton du côté gauche penerant les tegumens et les muscles de ces parties et lautre partie à la partie chevelüe de la tete que lon nomme crane scituées sur les os coronal, Petrus, et occipital, Lesdits grains ajant fait environ une quarantaine de Petites playes, Celles qui sont scituées sur la Partie Chevelue au dessous des tegumens [biffé : joignant] [ajouté en suscription : vont jusques au] Pericrane sans que je puisse assurer quil nen soit pas Entré dans le Cerveau ajant êté obligé de faire plusieurs petites incisions aux tegumens pour tirer plusieurs de ces grains, et que dans la suites des autres pancemen, il faudra que jagisse de meme, pour metre dehors tous ces corps etrangers, et comme les accidens qui suivent les playes penetrantes de la tete cet à dire dans la crane non pas encore parut, cella moblige de ne pas donner un prognosticq de ce qui pourroit arriver dans la suite comme fievre convulsion Epilepsie et autres de meme nature parce que ces dits accidents ne se manifestent dans bien des cas semblables que bien des jours apres, ayant presté serment Entre les mains de Monsieur Lauditeur [Jean-Louis] Turrettini [de Bossey] je lui ait livré le Present Raport à Genève le jour et an que Dessus Bonijol

85. Excès, 30 octobre-17 novembre 1746 (PC 9309)

535 Le dimanche 30 octobre 1746, le citoyen Jacques Arnaud, ciseleur de 35 ans, revient avec quelques amis de Carouge après y avoir goûté. Une fois passé le pont d’Arve, la troupe se sépare. Jacques Arnaud poursuit son chemin en compagnie de l’horloger Jean-Louis Clauzeau jusqu’au logis de la Tour-d’Arve où le camarade du ciseleur est pris dans une querelle à l’origine incertaine avec les frères Jean et Alphonse Nourrisson. Jacques Arnaud s’interpose, mais il reçoit des frères bagarreurs un coup de canne qui lui brise la jambe. Les Nourrisson sont condamnés à faire réparation, aux dépens, aux dommages et intérêts, aux prisons subies, à trois jours de prisons supplémentaires et à 200 florins d’amende.

536a) Premier rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 31 octobre 1746 [f° 5] :

537Je Soussigné Maitre Chirurgien ; ayant eté requis par Monsieur l’Auditeur Isaac Mallet de donner raport sur la nature de la maladie du sr Jacques Arnaud mtre siseleur ; Declare, sous serment ; que hier 30e du court à six heures du soir, je fus apellé chez ledt Arnaud que je trouvai étendus sur le plancher de sa chambre se plaignant d’avoir la jambe gauche cassée, l’ayant depouillé de ses habits, j’ay trouvé en effet une fracture oblique à la partie superieure moyenne du tibia [ajouté en suscription : de ladte jambe] et une autre à sa partie moyenne ; le gonflemt considerable de la partie m’a empeché de juger distinctement si le peroné est affecté des deux fractures comme le tibia, mais j’y en ay senti une superieure ; le tems qui s’écoula dés la reconnoissance de ses fractures jusquà celui que j’en fis la reduction et l’aplication de mon apareil, avoit donné lieu à un gonflement si considerable, que Mr Macaire mon confrere qui s’y trouva dans ce moment n’a pas pû etre en etat par ce gonflement de juger de la [ajouté en suscription : nature de la] fracture d’une maniere aussi precise. Quant au jugement que j’en fais ; la multiplication des fractures, le gonflement subit et volumineux, me la font distinguer des fractures ordinaires, qui ne demandent que quarante ou cinquantes jours de repos ; Il est à craindre que dans celles cy il n’y survienne inflammation, abçés et autres accidens qui en sont les suites, ce qui me rend precautionné, et me fait suspendre mon jugement de quinze jours, au bout desquels sil n’arrive aucun des accidens que je crains, elle rentrera dans la classe generale des fractures complettes sans accidens ; et alors cinquantes jours au plus tireront le malade de son lict. À Genève le 31e 8bre 1746

538Sabourin

539b) Second rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 3 novembre 1746 [f° 5-6] :

540Ce jourdhuy 3e 9bre 1746 Monsieur l’Auditr [Isaac] Mallet m’a remis un ecrit contenant deux questions auxquelles le sr Nourrisson me somme de repondre, et joindre ma reponce au raport cy dessus.

541La premiere de ces questions est si je remarquay Dimanche dernier à la jambe fracturée dudt sr Arnaud, quelques marques de coup de canne ou de baton ? Je repondray dabord que je n’y en ai point remarqué, mais seulement une contusion telle qu’il s’en rencontre dans la plupart des fractures ; Quand on reçoit un coup de canne ou de baton sur un membre qui resiste, fort souvent la traçe de l’arme qui a frapé est imprimée ; Les vaisseaux de la peau sont froissés dans toute l’etenduë du coup, le sang extravasé fait l’impression ; comme cela arrive à la tete, aux bras, aux jambes ; Mais si les os sont cassés par le coup, s’ils cedent au corps qui les frape ou les heurte, les vaisseaux du perioste, quelquefois ceux de l’os, des muscles, et ceux des tegumens forment une contusion commune, plus etendue que le coup, parce que le sang extravasé enfile le vuide des cellules graisseuses, et s’y etend plus ou moins, suivant qu’il trouve plus ou moins d’obstacle à son extension ; c’est pourquoy, en suposant que la fracture du sr Arnaud ait été faite par une canne, je n’ay dû y trouver quune contusion étendue et livide, differemment figurée etc.

542La deuxième quéstion qu’il m’est imposé de decider, par cet ecrit, cest sil ne peut pas etre arrivé que ladte jambe se soit cassée en tombant ou en heurtant contre quelque pierre ? Cela auroit eté possible, mais il n’est [ajouté en suscription : pas] possible de le decider par la figure de la contusion, par les raisons deduites cy dessus, car celle qui accompagne une fracture ne reçoit pas sa figure de celle du corps qui l’a causée, mais de la violence du heurt, de son poids etc.

543Telle est l’addition que je fais à mon raport, suivant la requisition du Sr Nourrisson et l’ordre que j’en ay reçeu de Monsieur l’Auditeur Mallet et en conformité du serment que j’en ay preté entre ses mains.

544À Genève l’an et jour susdit Sabourin

  • 44 Jean-Jacques Manget II (1716-1789) : DM à Valence le 2 avril 1737, agrégé le 19 août 1738, médecin (...)

545c) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin et du médecin Jean-Jacques Manget44, 17 novembre 1746 [f° 31-32] :

546Nous soussignés Docteur en Medecine et mtre Chirurgien, ayant reçeu ordre de Monsieur le Premier Sindic, de faire raport de lEtat actuel de la maladie du sr Jacques Arnaud siseleur, Declarons, sous serment : que ce jourdhuy 17e 9bre 1746 ayant developé la jambe fracturée dudt Arnaud, nous l’avons trouvée en aussi bon etat quelle peut l’etre le 19e Jours de la fracture ; couleur naturelle aux tegumens, les os bien en place ; seulement nous avons remarqués que les tegumens communs, n’ont pas encore repris leur ressort pour se coller dune maniere intime, et embrasser le corps des muscles et des os : ce qui vient de la quantité de sang extravasés, lors de l’accident, dans les cellules graisseuses ; et qui ayant été repompé par les vaisseaux absorbans, pour etre reporté dans le cours de la circulation, laisse une espece de vuide dans toute cette partie ; ce qui fait quils semblent au toucher enveloper une vesçie ; Mais le ressort de leurs fibres charnuës se retablissant, ce tout reprendra sa figure et sa consistance naturelle ; De sorte que s’il ne s’agissoit que de donner notre prognostic sur cette fracture, nous pourrions dire, qu’au bout de cinquante jours, au plus, à commencer des le jour de l’accident, 30e 8bre dernier, le calus sera formé et assés solide pour que ledt Arnaud puisse commencer à [biffé : parler] marcher.

547Mais comme le 31e 8bre dernier, lendemain de l’accident, le sr Arnaud fut surpris d’une douleur au costé gauche de la poitrine, accompagnée de toux, de crachement de sang, d’opression et de fievre, ce qui manifestoit une maladie de poitrine, et que depuis ce tems là, quoy quon ait mis en usage les moyens propres à calmer ces accidens, on n’y a pas encore parfaitement reussi, puisquil a eu toujours et constamment de la fievre, quoy que moins violente ; et quil a toujours craché du sang ou eu des hemoragies par le nez, meme encore aujourdhuy il y a eu du sang dans ses crachats. Il est bien vray que nous pensons que ce crachement de sang et l’hemoragie, de meme que la fievre, sont entretenus par le sang qui formoit l’Echimose de la jambe, et qui etant repompé par les vaisseaux absorbans, augmente d’autant le volume de celui contenus dans les vaisseaux sanguins, et qui se trouvant y surabonder, il sen echape un equivalent par le lieu où il trouve une erosion toute prete à lui donner issuë ; ou par les vaisseaux de la membrane pituitaire du nez, qu’on sçait etre les plus aisés à s’ouvrir dans la pletore ; Ce qui nous fait penser aussi que ce crachement de sang ou l’hemoragie, dureront autant quil restera de sang extravasé dans lesdtes cellules, et qui formoit l’Echimose.

548Dans cet etat des choses, quoy que nous ayons lieu de presumer par quelques bons signes, tel que la liberté et la gayeté d’esprit du malade, l’apetit d’user d’alimens solides, l’abolition du mal de tete, la diminution de la fievre, du crachement de sang, et de la douleur de costé, que ledt Arnaud guerira parfaitement de cette maladie ; Nous n’osons cependant l’affirmer d’une maniere positive ; car malgré tous ces adoucissemens d’accidens et leur diminution, il pourroit arriver que le sang rouvrant si souvent la voye quil sest pratiquée dans les vaisseaux du poumon, il s’y forma un ulcere qui resistant aux remedes et aux moyens propres à le consolider, jetteroit le malade dans une consomption et dans le marasme, ce qui nous engage à user dune grande precaution dans notre prognostic, et à dire que nous regardons encore lEtat dudit Arnaud comme douteux. Tel est notre raport ; à Genève, l’an et jours susdit.

549Manget DM Sabourin

  • 45 L’observation au dos du rapport explique l’incohérence des folios : « Trouvé dans des papiers dive (...)

550d) Dernier rapport du chirurgien Antoine Sabourin et du médecin Jean-Jacques Manget, 18 décembre 1746 [f° 1-245] :

551Nous soussignés, Docteur en Medecine et Maitre Chirurgien, ayant receu l’ordre de Monsieur le Premier Sindic, de faire un nouveau raport, sur l’état actuel du sr Arnaud ; Declarons, sous serment ; que quant à la fracture, le calus en est fait, et il ne lui faut que du tems pour son entiere solidité, de meme que pour aquerir l’aptitude de marcher et pour donner la force de ressort aux parties musculeuses qui l’operent ; aussi l’avons nous depouillé de la plupart de ses apareils.

552Quant à l’etat de sa santé en general, et relativement à la fluxion de poitrine dont il a ete atteint dès le 2e jour de la fracture ; nous pouvons dire qu’il est en beaucoup meilleur etat, puis qu’il n’a pas paru du sang dans ses crachats depuis une douzaine de jours ; ce qui nous fait esperer, qu’en continuant les remedes et le regime que nous lui avons prescrits, et que nous continuerons à lui prescrire, qu’il se retablira, et pourra etre bientot en etat de vaquer à ses affaires comme auparavant.

553À Genève le 18e Xbre 1746.

554Manget DM

555Sabourin

86. Noyade, 22 février 1747 (PC 9341)

556 Longtemps officier du bailliage de Nyon, David Turian, originaire de Château-d’Œx, a été cassé de son emploi après l’évasion d’un prisonnier. Père d’une fille et d’un garçon au service de Piémont, Turian est retrouvé le matin du 22 février 1747 noyé près du bassin des fermiers de la pêche, à la Fusterie. Il était arrivé depuis peu à Genève pour y « chercher condition », passait pour « homme de bon sens et nullement aliéné d’esprit ».

557a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 22 février 1747 [f° 3] :

558Je soussigne, certifie, et Raporte, par moi Maître Chirurgien visiteur public assermanté, en vertu de l’ordonnance de Monsieur l’Auditeur [Antoine] Turrettini j’ai èté mandé cejourdhui mecredi 22e fevrier 1747, environ les 9 heures du matin, à la Fusterie où j’ai vû, un nommé David Turian, de Château-d’Œx Canton de Berne, agé d’environ 45 ans ; qu’on avoit sortit du Rhône, prôche les Clayes des fermiers de la Péche, apres l’avoir transporté à l’Hopital Général et avoir été deshabillier complettement, jai fait la visite de toutes les parties de son corps, je ne lui ait trouvé aucune blessures, ni meurtriseures, point d’autres signes que d’être tombé dans l’eau vivant, et avoir été étouffé subitement, et il ne peut avoir resté dans l’eau qu’environ 10 à 12 heures de tems : Ce que je certifie par serment. Fait à Genève ce Me[r] credi 22e février 1747 En foi de quoi je me suis signé André Arlaud.

87. Blessure accidentelle par arme à feu, 5-12 mai 1747 (PC 9368)

559 Jean Lafond, 39 ans, travaille comme cordonnier à l’Hôpital général. Le 5 mai 1743, vers 17 heures, il marche entre le bastion Saint-Antoine et celui de Saint-Léger, où se déroule le paiement des soldats, lorsqu’il est touché par une balle tirée depuis la maison de l’orfèvre Samuel Grosjean. Ce dernier nettoyait son fusil à l’occasion de la revue des armes bourgeoises, persuadé à tort qu’il n’était pas chargé. Contraint de ne pas quitter sa maison, Grosjean est placé sous soumission de se représenter à l’auditeur à la première réquisition. Jean Lafond décède le 29 juillet des suites de ses blessures.

560a) Rapport de Jacques-André Bonet, Jean-Isaac Cramer, Jean-Jacques Manget (médecins), Antoine Sabourin, Jean-Pierre Bonijol (chirurgiens), 5 mai 1747 [f° 3-5] :

561Nous sous-signés, Docteurs Medecins et Maitres chirurgiens de l’hopital general, ayant étés requis par Monsieur l’Auditeur [Abraham] Revilliod de donner raport sur la nature et l’évenement de la blessure du nommé Jean Lafond, cordonn [ier] audt hopital, françois de naissance, agé de quarantes cinq à cinquantes années. Declarons, sous serment que ce jourdhuy 5e may 1747, nous nous sommes transportés audt hopital general pour pançer ledt Lafond et convenir de tout ce qui etoit necessaire pour son soulagement, nous avons trouvés une playe faite avec une arme à feu le jours d’hyer, dont l’entrée est à la partie superieure de la cuisse [ajout en suscription : gauche] posterieuremt, que la balle a brisé dans ce lieu là la partie superieure du femur apellée le grand trocanter, le reste du diamettre de l’os restant en [mot biffé] [ajout en suscription : partie] entier ; la balle continuant son trajet de derriere en devant, est sortie dans l’aine du meme costé, au dessus de l’os pubis. Nous ne lui avons trouvé dailleurs, point de fievre.

562Quant au prognostic que nous faisons de cette blessure, il ne peut etre que tres douteux ; premierement parce qu’à la sortie de la balle et au dessus du pubis, nous aperçevons une pulsation d’artere que nous croions etre celle de l’artere [partie du mot illisible] rale, qui passe en ce lieu là, et dont les tuniques peuvent avoir eté interessées plus ou moins [biffé : dans] par le passage de la balle, et les escares venant à se separer lors de la supuration, affoibliront d’autant plus ce canal qu’il aura été contus, ce qui peut causer une anevrisme, le reste des membranes n’etant pas assés fortes pour resister à l’impulsion du sang ; ce qui feroit dans ce cas là une maladie incurable ; ou meme si toute l’epaisseur des tuniques se trouvoit comprises dans l’escarre, [biffé : les] sa separation devroit necessairement etre suivie de la mort, par la perte du sang ; car lors meme qu’on pourroit par l’art faire la ligature de cette artere, etant la seule qui porte la nourriture à cette extremité, et ne pouvant etre supleée par aucune autre, il devroit arriver necessairement de cette ligature, que cette extremité tomberoit en gangrene, faute de nourriture ; ce qui n’opereroit pas moins la mort.

563Secondement parce que le grand trocanter ayant été brisé avec une partie du corps de l’os femur, il doit survenir à cette playe, non seulement une abondante supuration, mais encore une separation de diverses esquilles du meme os, à l’endroit frapé, ce qui fera une plaie qui sera longtems à s’incarner et qui sera necessairement suivie de la perte ou de la diminution du mouvement de cette articulation, d’autant plus que les muscles coupés et les ligamens qui se trouvent compris dans la playe, formeront de leur part un autre obstacle au mouvement. Tel est notre rapport. À Genève l’an et jour susdit Bonet DM Sabourin Mtre Chirurg.

564Bonijol Mtre Ch.

565Cramer fils Md

566Manget DM

567b) Rapport des chirurgiens Jean-Pierre Bonijol et Antoine Sabourin, 27 juin 1747 [f° 14] :

568Nous soussignés, Chirurgiens de l’hopital General, ayants reçeu l’ordre de Monsieur le Sindic [Jean] Cramer, de faire un nouveau raport sur l’etat actuel de la blessure du nommé Jean Lafond, cordonnnier audt hopital ; Declarons, sous serment, que la playe de l’aine où etoit la sortie de la bale, se trouve cicatrisée depuis environ trois semaines, Mais que la playe du bas de la fesse, où se trouvoit l’entrée de la bale, et dans laquelle le grand Trocanter, apophise supe du femur, se trouvoit brisé, est encore ouverte ; et malgré le grand nombre d’esquilles qu’on en a tirée jusqu’à présent, il en reste encore diverses qui ont meme aquis la qualité de cariées, qu’il est necessaire qui sortent pour pouvoir esperer une cicatrice ferme. Mais comme leur sortie est l’ouvrage de la nature et du tems, de meme que la separation de la surface du vuide qui s’est fait dans le corps du femur ; nous ne pouvons, à cet egard, rien dire de positif ; d’autant mieux qu’une supuration aussi longtems continuée, l’ennuy, la fievre qui en est une suitte, peuvent jetter le malade dans le marasme, ce que nous avons d’autant plus lieu de craindre, que par la situation genante à laquelle il a été exposé, le poid de son corps et l’humidité, il s’est fait une Ulceration gangreneuse sur l’os [biffé : par] sacrum ; Tous ces motifs nous determinent, auxquels nous joindrons encore, que nous lui avons trouvés le pied droit œdémateux, à dire qu’il est en grand danger de tomber dans un etat de langueur qui finira ses jours, et que dans le cas le moins malheureux ; cette playe sera longtems à guerir, sans pouvoir decider sil lui restera quelque mouvement à l’articulation de la cuisse, la negative etant meme plus vraisemblable que l’affirmative.

569À Genève le 27e Juin 1747 Sabourin

570Bonijol

88. Excès contre une jeune fille, 23 septembre-5 octobre 1747 (PC 9409)

571 Jeanne-Françoise Quinelle est une tireuse d’or de 24 ans. Avant d’emménager dans une chambre de la maison de Jean-Claude Cany, dans le quartier de Saint-Léger, Jeanne-Françoise loge à la rue du Temple chez l’indienneur Berlie où elle fait connaissance du natif Daniel Gache, âgé de 29 ans, ancien indienneur reconverti dans l’horlogerie. Gache est courtois et caressant. Jeanne-Françoise dort à deux reprises avec lui. Mais l’horloger est un homme marié à Marie, fille d’un confiseur de Rive. Lorsque Marie Gache comprend le commerce que son mari a entretenu avec Jeanne-Françoise, elle s’en prend à la jeune fille, armée d’un rouleau à pâtisserie. Le 22 septembre 1747, les deux femmes sont soumises à la médiation inefficace d’Édouard Cramer, commis du Bourg-de-Four. Le lendemain, vers les 18 heures, Jeanne-Françoise Quinelle rencontre Jacob Rocabre, indienneur et soldat de 30 ans qu’elle avait connu chez Berlie. Rocabre l’aborde se plaignant qu’elle n’ait jamais eu autant de complaisance à son égard que pour Gache. Il l’accompagne jusqu’à la rue du Manège et l’entrée sous la Treille où Jeanne-Françoise est surprise d’y trouver Daniel Gache, son épouse et sa sœur. Les coups pleuvent alors sur la jeune femme. Daniel Gache est condamné pour excès et adultère à faire réparation, puis à huit jours de prison au pain et à l’eau. Jacob Rocabre est grièvement censuré pour complicité. Jeanne-Françoise Quinelle est soumise à la même peine pour paillardise.

572a) Rapport des chirurgiens Antoine Sabourin et Daniel Guyot, 30 septembre 1747 [f° 25] :

573Nous soussignés, mtres Chirurgiens de l’hopital General, ayant etés requis par Monsieur l’Auditeur J[ean-]J[acques] Mallet, de faire la visite de la nommée Jeanne Françoise Quinelle, pour declarer si elle a quelques maladies vénériennes ; Declarons, par serment que nous avons procedé à la ditte visite, soit des parties naturelles, de l’anus, de la gorge et de la surface de son corps aux seings, aux fesses [illisible] et que nous avons trouvés toutes les dittes parties en bon etat et sans auncune suspition de maladies veneriennes : Tel est notre raport à Genève le 30 7bre 1747

574Sabourin

575D. Guyot

89. Excès, 30 septembre-1er octobre 1748 (PC 9506)

576 Un dimanche de la seconde quinzaine de septembre 1748, le batelier Jérémie Vanière est interpelé à la capite d’Arve par l’un des employés qui le saisit au col pour le fouiller. Vanière résiste, le brigadier Jean-Claude Rieu s’en mêle et le frappe d’un coup de bâton avant de le relâcher. Huit jours plus tard, le matin du 30 septembre, le batelier est sur le port en compagnie de son ami et collègue Théodore Luison auquel il désigne sur la place l’homme qui l’avait molesté huit jours plus tôt à la capite d’Arve. La querelle reprend de plus belle jusqu’à ce que Vanière et le brigadier soit séparés. L’après-midi, Luison aperçoit Rieu à qui il propose de boire au cabaret en guise d’apaisement. La conversation court sur la rixe du matin, le brigadier s’échauffe à nouveau et déclare qu’il se fera justice lui-même. Le ton monte, Théodore Luison gifle son interlocuteur qui se relève aussitôt, un pistolet de poche à la main. Le coup est tiré à bout portant. Blessé, Luison a encore la force d’empêcher son adversaire de dégainer un couteau de chasse avant que les deux hommes soient séparés.

577a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 1er octobre 1748 [f° 15] :

578Je soussigné, certifie, et Raporte, par moy Maître Chirurgien, que ce jourdhuy Mardi 1e 8bre 1748 environ les dix heures du matin, jai été mandé au 2e Estage dune Maison, située tendante de la Ruë Neuve-du-Molard à Longemalle, pour visiter le nommé Théodore Luison natif Battelier, agé de 32 ans, qui a été blessé du jour précédent 30e 7bre environ les 4 heures aprés midi, à une cave publique à vendre du vin en dëtail, située à l’allée Malbuisson derriere le Rhône prôche la Fusterie, ledit susnommé a été pensé en premier apareil, par le Sr Clausel Chirurgien lequel ma dit, et le malade que son accident, avoit été causé par un coup de Pistolet tiré obliquement contre son corps, de la partie anterieure droite à la gauche de la Poitrine.

579Ayant examiné la nature de la ditte blessure, que jai trouvée située au dessous du Mammelon droit avec Ecchimoses ou meurtriseures accompagné dune tumeur considerable, auquel il convient de prévenir un Abcez qui seroit facheux.

580Cette blesseure jestime étre causée par un coup d’Arme à feú chargé à plomb, tant par la Bruleur ou la peau cutanee que par le choq du plomb qui a occasionné la tumeur.

581Aprés avoir ordonné les remedes convenables et un bon Regime de vivre pour éviter tous les accidens qui pourroient s’en suivre je conclud au moyen de quoi que ledit susnommé pourra être guerit sans aucuns mauvais danger, ce que je certifie par serment. Fait à Genève ce 1e 8bre 1748 en foi de quoi je me suis signé

582André Arlaud maître Chirurgien

90. Noyade, 1er novembre 1748 (PC 9513)

583 Le matin du 1 er novembre 1748, le charpentier Jean-Pierre Borel travaille en compagnie de Jean-Jacques Delile et Jean-Pierre Sordet à la fermeture des digues de l’Île, devant le moulin de Pictet, lorsqu’il tombe dans le Rhône. Emporté par le courant, Borel se noie. Les bateliers Oltramare tirent peu après son corps hors de la rivière.

584a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 1er novembre 1748 (f° 5-6) :

585Je soussigné, Maitre en Chirurgie, Declare, que ce jourdhuy premier 9bre 1748, à onze heure avant midi, Je me suis transporté par l’ordre de Monsr L’Auditeur [Abraham] Revilliod au cartier de Saint-Gervais, pour secourir un homme qu’on avoit retiré de l’eau. Que j’ay trouvé qu’on l’abordoit dans un bateau derriere la maison du Sr Bourrillier potier d’étain, que les Bateliers avoient dit qu’il avoit donné quelques signes de vie ; [mots biffés] [ajouté en suscription : qu’ayant été] transporté dans une étuve d’un four au bas de la rue du Temple, l’ayant fait depouiller de ses habits, je lui ay trouvé tous les signes d’un homme mort, soit dans la face, soit dans la cessation du mouvement du coeur et des arteres, sortant du nez et de la bouche une mucosité ecumeuse, son corps exempt de blessures, hormis à la jambe gauche où il y avoit une petite écorchure ; J’ay cependant employé les moyens propres, pendant [biffé : h] une heure, pour exciter le mouvement du sang dans les vaisseaux sanguins, supposé quil ne fut pas entierement cessé dans toutes ses parties intestines, soit en l’envelopant dans des linges chauds, lui en fesant faire des frictions sur tout le corps et les extremités, lui introduisant dans la bouche de l’eau de vie, et dans l’anus de l’air par le moyen d’une seringue à Lavement, sans que tous ces divers moyens exerçés sans interruptions aient eté capables d’exçiter aucun mouvement qui pût me faire croire qu’il ne fut parfaitemt mort, et que quelques mouvemens de la machoire que ceux qui lavoient tirés de leau, disoient lui avoir aperçus, etoient plutot un mouvement exçité par le heurt, qu’un mouvement organique de sorte que je peux dire que vraisemblablemt on la retiré mort de leau, et quil l’etoit surement au moment que je lay veu. Tel est mon raport, à Genève l’an et jour susdit. Sabourin

91. Excès, 8 novembre-27 décembre 1748 (PC 9515)

586 Le samedi 2 novembre 1748, Jean-Pierre Camp, dit le Soldat, âgé de 42 ans, se rend avec Humbert Duparc et Bernard Bocard à l’auberge carougeoise de la Croix-Blanche. Là, Duparc s’en prend au pasteur Guillaume Laget et plus généralement à la Réforme. Heurté par les propos de Duparc, Jean-Pierre Camp gage un louis d’or neuf entre les mains de Bocard que s’il rapportait ces mauvais discours au pasteur, le coupable serait réduit dans les prisons. Humbert Duparc gage à son tour et les hommes se séparent à la sortie du logis carougeois. C’est peu après Landecy, la nuit tombée, que Duparc surprend Camp et le frappe à coup de bâton. Le croyant mort, selon la victime, Duparc lui vole trois louis d’or neufs et quatre livres de Piémont. D’après la déclaration de Jean-Pierre Camp, Humbert Duparc était envieux depuis que la collecte des dîmes avait été attribuée au Soldat et sa propre candidature négligée.

587a) Rapport du chirurgien Jean Baumgartner, 8 novembre 1748 [f° 7] :

588Je sous signé, rapporte, par serment, prêté entre les mains de Monsieur le Chatelain, et de son ordre ; d’avoir été mandé par le Valet du sieur Jean Pierre Camp, de Moisin, Dimanche matin à huit heures [ajout en suscription : troisieme du courent] Je m’y suis transporté à Cheval, j’ai trouvé le sieur Camp dans son Lit, se plaignant de douleurs excessives au bras gauche, Lequel j’ai examiné, et ai trouvé deux fortes contusions au bras, et une fracture compliquée à l’Avant-bras, C’est à dire, au Cubitus, et au Radius, près de l’articulation du bras, avec dislocation du radius, et des Esquilles et Eclattemens, qui s’étendent de deux travers de Doigts près du poignet, et on voit qu’il a receu divers Coups sur le même bras.

589Je Lui ai ensuite visité le bras droit, où j’ai Trouvé de fortes Contusions, avec extravasion de sang.

590Je L’ai aussi examiné par le Corps, et j’ai trouvé diverses Contusions à La poitrine et au dos, Le tout avec extravasion de sang.

591Il me dit avoir été ainsi maltraitté et assassiné le samedi au soir, à deux heures de nuit, à environ Cent pas de Chez Lui, par un nommé Humbert Duparc, de Neydens, et après l’avoir ainsi maltraitté, Croyant sans doute de l’avoir tué, Il lui ouvrit ses Culottes, et visita ses poches, où Il prit Trois Louïs d’or neufs, et quelque argent blanc.

592À L’égard du Prognostique, Il est dangereux pour Le mouvement du bras avec L’avantbras.

593Pour avoir été assermenté par Monsieur le Châtelain du Mandement de Peney.

594À Genève, ce 8e 9bre 1748

595Jean Baumgartner

596M : tre Chirurgien

92. Exposition d’enfant, 19 novembre-24 décembre 1748 (PC 9522)

597 Le 27 février 1748, aux environs de 22 h 15, le marchand Aimé Lombard dort avec son épouse dans sa maison de la rue de la Cité lorsque son frère Jean le réveille pour l’informer qu’il a trouvé devant sa porte un enfant exposé. La fillette est enveloppée d’une couverture d’indienne piquée à fond gris et fleurs rouges, doublée de toile blanche un peu sale. Elle est langée dans une autre couverture d’indienne à fond violet et fleurs blanches. Sa tête est couverte d’un petit mouchoir de toile blanche. Les témoignages désignent la couturière Françoise Giron, femme d’Abraham Marlet, comme la mère probable de l’enfant exposé qu’elle aurait eu d’un Suisse. Elle a reçu dans son projet l’aide active de la tailleuse Jeanne-Marie Vernet, femme du natif Pierre Portier.

598 Le 27 janvier 1749, selon les conclusions criminelles du procureur général Léonard Buisson, Françoise Marlet est convaincue d’« avoir eu des vues criminelles sur la vie de son enfant né d’un adultère » et notamment de l’avoir fait exposer par la femme Portier. Elle est par ailleurs coupable d’avoir voulu empoisonner l’une des femmes qui connaissaient les conditions de son accouchement et de pratiquer des « actes de magie très criminels ». Françoise Marlet est condamnée à la fustigation publique, aux dépens et au bannissement à perpétuité. Jeanne-Marie Vernet doit demander pardon genoux à terre, huis ouverts, redevable des dépens, puis elle est bannie à son tour de la République à perpétuité.

599a) Rapport du chirurgien Daniel Guyot, 29 février 1748 [f° 3] :

600Je Soussigné Certifie que ce Jour vingt et neuviéme de fevrier mille sept cents quarante hui, J’ai visité dans L’hôpital General de cette ville, par ordre de Monsieur L’auditeur [Jacob] Buffe, un Enfant apporté dans ledt hôpital la nuit du vingt sept au vingt huit du mois Courant ; Et que Cet Enfant, qui est une fille m’a paru à des signes non-Equivoques étre nouvellement né, et tout au plus âgé de sept ou huit jours ; ce que J’atteste par serment ; à Genève L’an et Jour que dessus

601D. Guyot Mtre Chirurgien Et

602Chirurgien de L’hôpital Generl

93. Excès, 24 juin 1749 (PC 9594)

603 À l’exception du verbal laconique du juge subrogé de Saint-Victor et Chapitre et de l’expertise du chirurgien Larpin, les pièces de cette procédure ont disparu.

  • 46 Dans G, deux Larpin sont mentionnés qui ne correspondent ni l’un ni l’autre au chirurgien qui dres (...)

604a) Rapport du chirurgien Jean-François Larpin46, 24 juin 1748 [f° 3] :

605Du 24e Juin 1748. Je soubsigne et declare par serment moi Jean François Larpin Chirurgien que iay esté appellé à Grange-Canal à la requistion de Jacques Jouvat Layant veu, et vissitté ayant trouvé une playe ala partie droite de Los pariétaux de environ trois doit de Large, et denviron demy pouce de profon plus une playe sur Los coronal de deux doit de Longueur, et de trois Lignes de profondeur plus une Legere playe sur la suture du cotté droit entre Los Coronnal, et temporal de plus une playe sur les fausse cotté du cotte gauche à la partie superieure playe denviron trois doit de Large, et de demy pouce de profond ce que declare, et me suis signé à Grange-Canal ce 25e Juin 1748 : ce que jugent etre faitt par arme tranchante comme sabre ou couteau.

606J. Larpin

607Plus une Legere playe au [ajouté en suscription : avant] bras à sa partie moyenne, plus une leger playe au pouce, jay esté appellé environ les sept heure, et demy du soir

608En foi de quoy j’ay signé.

609J. Larpin

610Jugent Etant bien soy-niez Etre guery dans trois semaine, et nayant point de danger pour la mort.

611J. Larpin

94. Meurtre, 28 juillet-29 août 1749 (PC 9602)

612 Jean-Louis, fils du citoyen Abraham Adelard, est né le 8 août 1727 et baptisé le 16 par le pasteur André Joly. Placé une semaine en maison de correction en juin 1739, il y retourne pour trois mois en août de la même année et y est fustigé. Il entre en apprentissage comme tireur d’or le 8 octobre 1741.

613 Le dimanche 27 juillet 1749, Jean-Louis a déjà bu dans un logis de campagne et à la cave de Granger à Coutance lorsqu’il entre vers 21 h 30 dans la cave de Mondelier avec quelques amis. Lorsqu’il en sort, il rencontre Nicolas Buis, dit Lamotte, assis sur un banc près de la Bourse française en compagnie de Marie Reymond, couturière chez François Mussard dit l’Anglais, metteur en œuvre et marguillier au temple de Saint-Pierre. Adelard et Lamotte se disputent après que le jeune homme a évoqué la sœur de Marie Reymond qui était à la maison de correction. « Mauvaises paroles », échanges de coups : Adelard sort enfin un couteau et frappe Lamotte qui succombera à ses blessures au début du mois d’août.

614 Jean-Louis Adelard est condamné à la pendaison. Malgré deux recours en grâce présentés les 27 et 29 août 1749, le jeune homme est exécuté à Plainpalais.

  • 47 Étienne Meschinet : originaire de Tonnay-Charente en Saintonge, reçu bourgeois le 16 décembre 1743 (...)

615a) Rapport des chirurgiens Antoine Sabourin et Étienne Meschinet47, 3 août 1749 [f° 33-34] :

616Nous soussignéz Mtre en Chirurgie en suite de L’ordre de Monsieur L’auditeur [André] Pasteur de lui donner raport sur la nature et notre prognostique de la blessure du Sieur Nicolas Lamotte.

617Dé clarons sous serment que moy Meschinet me suis transporté Le Dimanche Vingt septiéme Juillet à neuf heures et demy du soir au Bourg-de-Four dans la maison où pend pour enseigne la Pomme-d’Or chez le Sieur Lamotte traiteur Pere dud. blessé, où jay trouvé le d. Lamotte fils ayant une playe à la partie antérieure de la poitrine au coté droit du sternum, commençant à la hauteur de la troisieme vraye cote, et se continuant jusqu’à la sixiéme en decendant, Les tegumens communs étant coupé à la moitié de la longueur de la playe et restant entiérs à la moitié inferieure où la playe formoit un cul de sac, Je trouvai dans cette playe les cartilages des quatriémes et Cinquiéme côte coupée en entier, la grande éffusion de sang ne me permit pas de pousser plus loingt mon examen toute mon attention se porta à arreter l’hemoragie et panser la playe, le malade pansé et situé je lui fit une abondante saignée, à Onze heures du soir le Sieur Sabourin qui avoit été appellé y arriva et sur le raport que je lui fit de la nature de la blessure et de L’hemorragie considérable, à cela joint l’état où se trouvoit le blessé presque sans pouls avec une sueur froide il ne trouva pas à propos de decouvrir la playe, et se contenta du raport que je lui en fit, dès ce moment tout ce qui a été prescrit au blessé ne la été que du concert des soussignés.

618Nous portames dès ce moment un mauvais jugement de cette blessure, Le blessé resta dans cet état depuisement jusqu’au Lundi au soir et même dès ledit jour à onze heures du matin il lui survint un vomissement qui dura douze heures chaque fois qu’il prenoit quelque Liquide. Dès le Lundi au soir la sueur froide cessa, une douce chaleur prit sa place, son pouls se ranima sans oppression n’y douleur, dans les pansemens nous avons taché de conserver un caillot de sang qui remplissoit la playe de peur d’être surpris par une nouvelle hemoragie, qui pouvoit étre d’autant plus funeste que les Vaisseaux ouverts auroit pû étre située dans le thorax ce qui nous auroit peut-étre mis dans l’impossibilité d’y faire n’y ligature n’y point d’apuis pour l’arreter, le régime et le repos ont été des plus exact la saignée a été reïterée le caillot s’est fondu insensiblement le cul de sac a été ouvert jusqu’au bas, ce qui avec la fonte des caillots nous a permis de voir les deux cartillages exprimé c’y dessus coupé joignant le sternum et de plus les muscles intercostaux entre la cinquiéme et la sixiéme côte qui est la partie la plus basse de la playe coupée et le thorax manifestement ouvert dans ce lieu là, Nous jugeons par la nature de cette playe qu’elle a été faite par un instrument tranchant et poignant porté avec force de haut en bas, quand au Jugement il ne peut étre plus facheux, au moment de la blessure et les premiéres Vingt quatre heures nous l’aurions déjà porté tel, Quelque jour de bonace avoit fait renaitre quelques Espérances, peu de fievre, nulle oppression aucune dejection qui nous fit craindre que le poulmons eut participé à la blessure point de nouvelle hemoragie, au contraire le sommeil et la tranquilité nous donnoit lieu de penser que la Lesion n’auroit interessé que l’exterieur Mais depuis la nuit du premier au deuxiéme du Courant, la fievre et la difficulté de respirer se sont reveillée et nous fait craindre un épanchement sur le Diaphragme malgré la saignée et la continuation éxacte du régime elle a continué jusqu’à ce jour que même le pouls semble diminuer ce qui joint à une certaine inquiétude nous fait craindre que le blessé ne succombe à la gravité de ces accidens que nous regardons comme une suite immédiate de la blessure.

619À Genève, le 3e août 1749

620Sabourin Meschinet

621Pasteur Aud.

622b) Rapport de Jacques-André Bonet, Jean-Isaac Cramer (médecins), Antoine Sabourin, Daniel Guyot, Jean-Louis Fine, Étienne Meschinet et Antoine Laurens (chirurgiens), 7 août 1749 [f° 47-48] :

623Nous soussignés Docteurs en Medecine et Maîtres en Chirurgie, Commis par le Magnifique Conseil pour Examiner et faire l’ouverture du corps mort de Sr Nicolas Lamotte, Declarons et attestons par serment que le sixiéme du Courant à deux heures aprés-midi nous étant transportés Chés le Sr Lamotte Traiteur au Bourg-de-Four dans la maison où pend pour enseigne la Pomme d’Or, où étoit ledit Corps mort, nous l’avons Éxaminé avec attention et Éxactitude et avons observé ce qui suit.

624P°. nous avons trouvé une plaie gangrenée, située à la partie anterieure et laterale droite de la poitrine à un bon pouce de distance du bord de l’os nommé sternum, Ladite plaie s’Étendant de la longueur d’Environ Cinq pouces perpendiculairement depuis la deuxiéme vraie Côte comptant de haut en bas Jusqu’à la Cinquieme vraie Côte inclusivement, et aiant trois pouces dans sa plus grande largeur, Comprenant dans Cette Étendue une incision de la longueur d’Environ deux pouces que Messieurs Sabourin et Meschinet soussignés nous ont dit avoir fait aux teguments et aux muscles à la partie inferieure de ladte plaie dans le traitement qu’ils en ont fait.

6252. Dans le trajet de la plaie nous avons trouvé les muscles intercostaux et la plevre coupés depuis la deuxiéme vraie Côte Jusqu’à la Cinquieme, Les cartilages des troisiéme et quatriéme vraies Côtes et en Consequence les vaisseaux sanguins situés dans cet endroit Etoient aussi totalement Coupés.

6263. Aiant sondé la plaie nous avons trouvé qu’elle penetroit dans la poitrine et s’étendoit profondement de haut en bas dans cette cavité Jusques prés du diaphragme.

6274. Procedans ensuite à l’ouverture du Cadavre, nous avons remarqué beaucoup de sang Extravasé et infiltré dans les cellules des graisses à la circonference de la plaie, Jusqu’à la distance de quatre, cinq et même six pouces en quelques endroits.

6285. Aiant ouvert le bas-ventre, nous avons trouvé la plus grande partie du lobe droit du foie livide et gangrenée dans sa partie Convexe située sous les fausses côtes et voisine de la portion posterieure et inferieure droite du diafragme.

6296. Ladite portion posterieure et inferieure droite du Diaphragme étoit aussi gangrenée, de même que la membrane que le peritoine lui fournit, laquelle étoit en partie dissoute par la pourriture.

6307. Aiant ouvert la poitrine nous en avons trouvé la cavité droite remplie de matieres ou liqueurs purulentes, sereuse et sanguinolentes trés fœtides ; La plevre, la lame droite du mediastin, la portion posterieure et inferieure droite du diaphragme, et en general les membranes et les lobes du poûmon situés dans la Cavité droite de la poitrine étoient gangrenés plus ou moins, et les lobes du poûmon de ce Côté avoient Contracté des adherences entr’eux.

6318. Nous avons trouvé une plaie de la longueur d’Environ deux pouces et de la profondeur d’un pouce située à la partie inferieure du lobe inferieur du poûmon droit sur sa convexité ladite plaie étoit aussi gangrenée,

6329. Dailleurs toutes les autres parties et visceres tant du bas-ventre que du côté gauche de la poitrine, Le cœur et ses envelopes nous ont paru sains et en bon état.

633Reflechissans sur le desordre et le mauvais état des parties que nous avons specifié et Énoncé ci-dessus, nous ne pouvons l’attribuer qu’aux plaies dont nous avons fait raport, attendu leur situation, leur grandeur, et la nature des parties blessées, d’où nous concluons que la qualité et le nombre de vaisseaux ouverts dans l’étendue desdites plaies ont produit un Épanchement de liqueurs dans la Cavité droite de la poitrine, Que ces liqueurs épanchées et Croupissantes se sont putrefiées, ont enflammé et ensuite gangrené les parties qui en ont étés baignées, et que cet Épanchement aiant rempli toute la Cavité droite de la poitrine a supprimé la Respiration, accidents qui ont Causé immediatement la mort ; Et comme il n’étoit pas possible de prevenir ces accidents, ni d’y remedier et de tarir l’éfusion d’un sang founi par tant de sources, nous Jugeons que lesdites plaies étoient mortelles essentiellement et par leur propre nature.

634En foi dequoi nous avons signé le present Raport

635Fait à Genève le 7e août 1749

636Bonet DM Cramer fils

637Md Sabourin mtre Chirurg.

638D. Guyot Mtre en Chirurgie et Juré

639Fine Mtre Chyrurg.

640Meschinet me En Chirurgie Et Juré

641Ant : Laurens me chirurgien

95. Meurtre, 4 février-5 mars 1750 (PC 9659)

642 Le dimanche 1 er février 1750, Antoine Tissot se rend dans le cabaret de Jeanne Duvillard, femme de Jean-Pierre Camp, dit le Soldat, à Moisin. Il y partage deux bouteilles de vin avec des amis. Le Savoyard Jean-Louis Jacob, dit Grasset, s’installe à la même table en compagnie de Jean-Louis Duvillard et Jean-Pierre Camp. À l’heure de payer, le désaccord surgit entre les deux groupes de convives. Jean-Louis Jacob et Antoine Tissot en viennent aux mains et dans la rixe ce dernier reçoit un coup de couteau. Il succombe trois jours plus tard à sa blessure. Contumace, Jean-Louis Jacob est condamné à demander pardon genoux à terre, aux dépens et à la pendaison aux patibules de Moisin. Il est exécuté en effigie le 12 septembre 1750.

  • 48 Sutter : chirurgien à Neydens, déjà en 1723 (G, p. 503).

643a) Déclaration du chirurgien Sutter48, 4 février 1750 [f° 3] :

644Je soussigné Chirurgien et visiteur établi aux village de Neydens et Moisin par autorité publique, Ce[r] tifie qu’ay ant été appelé auprès de Antoine Tissot à Moisin le dimanche 1e fevr. 1750 à 9 h. du jour, je l’ai trouvé blessé au bas ventre d’une playe que j’ay jugé mortelle, et qu’ayant été appelé de nouveau ce jourd’huy je l’ai trouvé mort, aucune autre cause que la dite playe ne me paroissant avoir produit la mort. Fait à Neydens ce 4e fevr. 1750.

645Sutter

646b) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 5 mars 1750 [f° 5-6] :

647Je soussigné, mtre en Chirurgie, ayant reçeu l’ordre de monsieur le Sindic Mussard, de lui donner raport de la nature de la blessure du nommé Antoine Tissot, et si la mort qui s’en est ensuivie en etoit une suitte neçessaire. Declare, sous serment, que le troisieme fevrier dernier je me suis transporté à Moisin par ordre de Monsieur le Sindic [Pierre] Mussard pour secourir ledt Tissot blessé le soir auparavant par un coup de couteau ; Jay trouvé ledt Tissot dans le lict ayant le pous faible mais precipité, ayant cepandant le jugement et la parole dans leur entier, il ma raporté que le soir auparavant il avoit reçeu un coup de couteau au bas ventre, que les boyaux en etoient sortis ; on ma raporté de plus quil avoit vomi dés sa blessure, quil avoit rendu du sang par les selles, quil en avoit beaucoup rendus par la playe ; etant ensuite passé à lexamen de ladte playe ; je l’ay trouvée située en la partie inferieure gauche, de la region ombilicale, longue de deux travers de doigt, dirigée suivant la longueur du corps, penetrante dans la capacité du bas ventre, et par laquelle etoit sortis environ trois pied de Roy des intestin jejunum et Ileum, avec toute la partie du mesentere qui y aboutit, de sorte que les vaisseaux sanguins et limphatiques qui portoient la nourriture à ces boyaux etoient etranglés ; jay trouvé l’Ileum coupé dans les deux tiers de son diamettre, et par consequent les matieres chilleuses et stercostales se rependant au dehors : Quoy que je jugeasse cette playe mortelle je crus devoir y aporter les memes secours que si je ne l’avois pas cruë telle ; je fis la suture au boyau, ne pouvant pas ensuitte introduire le boyau dans l’abdomen, par l’augmentation de son volume, j’agrandis la playe du bas ventre, je remis les parties dans leurs places, et reunis toute cette playe par la suture, apellée gastroraphie ; je mis le malade en situation et ordonnai du regime.

648Jay jugé que la playe du bas ventre, de meme que celle du boyau ont eté faites par le meme instrument tranchant et poignant, comme un couteau ou autre instrument de cette espece.

649Je l’ay dit cy dessus, je jugeay cette playe mortelle, par elle meme, un boyau coupé dans les deux tiers de son diamettre, rependant continuellement le chille qui doit servir à la reparation, les gros vaisseaux ouverts d’où s’est ensuivie une hemoragie considerable et continuée, soit dehors soit dedans l’abdomen : aussi mourut il le lendemain 4e fevrier. Tel est mon rapport. À Genève le 7e mars 1750. Sabourin

96. Soupçon de viol, 15-27 mai 1750 (PC 9700)

650 Élisabeth Bourgeois, âgée de 10 ans et pensionnaire de l’Hôpital général à Dardagny, souffre de douleurs aux « parties naturelles » depuis octobre 1749. Elle accuse le natif Claude Allier, horloger de 35 ans, de l’avoir violée à plusieurs reprises. Interrogé en prison, Allier reconnaît qu’il a passé deux mois à l’Hôpital pour traiter un mal vénérien qu’il dit avoir contracté de sa femme, elle-même infectée après avoir allaité des enfants en nourrice. Mais il conteste fermement les viols dont il est accusé.

651a) Rapport de Jean-Isaac Cramer (médecin), Antoine Sabourin et Daniel Guyot (chirurgiens), 16 mai 1750 [f° 3] :

652Nous soussignés, Docteur en Medecine et mtres en Chirurgie dans l’hopital General nous sommes transportés ce jourdhuy 16e may 1750 à 2 heures apres midi audt hopital où par ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Baptiste] Micheli nous y avons visité Élisabeth Bourgeois native, agée de dix années, et lui déclarer l’etat de ses parties de la generation ; Declarons, [ajouté en marge de gauche : sous serment,] que nous avons trouvé au dehors des grandes levres, et à la circonference de l’anus des plaques de pustules, que nous avons deja declarées, dans une precedente visite, etre veneriennes. Dans l’interieur des dtes levres nous y avons vû, parci parlà, divers boutons qui sont du meme caractere que les pustules cy dessus ; examinant l’entree du vagin, nous ny avons rien trouvé qui nous fasse juger d’aucune violence reçente, les commerces dont elle nous a parlé s’étant effectué, suivant son raport, au mois de 7bre dernier ; espace de tems suffisant pour effacer toute impression de violence sil y en a eu ; en foy de quoy nous avons signés le present raport.

653Cramer fils Md

654D. Guyot Chir.

655Sabourin mtre en chirurgie

656b) Rapport de Jean-Isaac Cramer (médecin), Antoine Sabourin et Daniel Guyot (chirurgiens), 19 mai 1750 [f° 7] :

657Nous soussignés, Docteur en Medecine et mtres en Chirurgie de l’hopital general, Ensuitte de l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Baptiste] Micheli, nous sommes transportés dans les prisons, pour y visiter Claude Allier natif, horloger habitant de Dardagny, agé de 35 ans ; et lui raporter si nous decouvririons au dt Allier quelques maladies vénériennes : Declarons, sous serment, que nous etant transporté dans ledit lieu à une heure apres midi le 19e may 1750 On nous auroit produit ledt Alier auquel nous aurions fait des questions propres à decouvrir en general l’etat de sa santé, auquelles il nous auroit repondu affirmativement n’avoir aucune maladie : Passant ensuitte à l’examen de la gorge, des parties naturelles et de l’anus, qui sont les parties les plus susceptibles de l’impression du virus venerien, et ordinairement celles qui nous manifestent son existence ; nous avons trouver ces diverses parties parfaitement saines ; et en general la surface du corp tres unie et dans un etat de santé. Ce qui nous fait dire que nous ne le croyons atteint d’aucune maladie dependante d’un virus venerien. En foy de quoy nous avons donné le present raport pour valoir ce que de raison. À Genève l’an et jour susdit.

658Cramer fils Md Sabourin mtre Ch. D. Guyot mtre Chirn

97. Noyade, 25-26 juillet 1750 (PC 9720)

659 Philippe Jourdan, du bailliage de Moudon, est un soldat de 20 ans revêtu de l’uniforme des Suisses en Hollande, en poste dans la Garnison de la République. Le 25 juillet 1750, le jeune homme se noie au cours d’une baignade dans le lac. Son corps nu est retrouvé sur le rivage des Eaux-Vives.

660a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Fine, 25 juillet 1750 [f° 5] :

661Je soussigné, certifie par serment que ce jourd’huy 25e Juillet 1750 à six heures du soir je me suis transporté avec mons. L’auditeur [Jean-Baptiste] Micheli, et par son ordre aux Eaux-Vives sur le Bord du Lac p[ou]r verifier le Cadavre du nommé Jourdan soldat dans notre garnison agé de 20 ans ou environ de Boulens Balliage de Moudon qui avoit eté retiré quelques heures auparavant de L’eau ; Après avoir examiné attentivement toutes les parties exterieures de son Corps, je luy ay trouvé le ventre tendu, la face Livide, la bouche un peu écumante ce qui ma fait jugé quil est tombé dans L’eau vivant, d’où il sest ensuite noyé cest ce que je Certifie étre veritable, et en foy de quoy j’ay signé le present rapport.

662À Genève ce 26e Juillet 1750 Fine Chyrurg[ien]

98. Empoisonnement, 23 février-1er mars 1751 (PC 9772)

663 Le samedi 13 février 1751, le citoyen Gédéon Du Theil, domicilié à Bonvard sur la paroisse de Vandœuvres, est gravement malade. Ses voisins Pierre Penard et César Gaudy en prennent soin avant de se retirer vers 18 heures. Peu avant minuit, le petit-fils de Du Theil les avertit que son grand-père vient de mourir. Après l’enterrement, les deux fils du défunt font courir le bruit que des voisins ont empoisonné leur père. Mis en cause, Pierre Penard et César Gaudy portent plainte contre les fils Du Theil, lesquels ont par ailleurs sollicité le juge-mage de Saint-Julien dans cette affaire.

664 Ami et Gédéon Du Theil sont condamnés à faire réparation, à « grièves » censures, aux prisons subies et aux dépens. Il leur est imposé silence sur ce prétendu empoisonnement et défendu d’en porter connaissance à aucun juge de Savoie. Gédéon Du Theil fils est condamné au surplus à huit jours de prison en chambre close au pain et à l’eau, soumis de se conformer à un jugement prononcé ultérieurement à Morges contre lui et interdit de Conseil général.

665a) Rapport du chirurgien Godemar, 24 février 1751 [f° 2-3] :

666Je soubsigné Chirurgien Etably à Vandœuvres Declare ensuite du serment que jay praité par devent Monsieur Le Juge [Ami] De Chapeaurouge, que le dimanche du 14e du present Moy ayant Eté averty par honorable César Gaudy Garde D’Eglise à Vandœuvres que le sr Gédéon Du Theil seroit mort dans sa maison au vilage de Bonvard, je m’y seroit transporté pour le visitér sur les onze heures dudt jour, out etent ariver jauroit trouver le cort dudt Du Theil sur son lit, et dans la Chambre lesdt César Gaudy Pierre Penard et le pettit fils dusu[s] dit Du Theil agé denviron dix ans que leurs ayent demender de quoy etoit Mort le dit Du Theil il luis dire quil cettoit plain de meaux destomath, que le dit Gaudy lui dit que voyant le dit Du Theil mallade et dans la mizaire, il seroit venut le samedy precedent Chez Monsieur Le Pasteur [Jacob] Pallard Luis auroit donner une piece de vinteun sols pour acheter de la viande et en faire du bouillon pour le dit Du Theil et ennoutre une bouteille de vin, quil ne ce rapelle pas bien sy les su[s] dt Luis dire que ledt Du Theil prit du bouillond, mais ce rapelle bien quil luis dit avoit fait prendre un verre de vin. Le samedy aux soir un peut avand sa mort qui ariva environ ver les dix heures et Cun peut aprais le petit fils du sr Du Theil qui etoit couché avec son grand Perre les vient apeller dans leurs apartement qui est dessout le meme couvert et leurs dire que son grand Perre Etoit mort, quil na pas houïr dire à lun ny à lautre quil ne luis eut donner aucun remede, quayant visité le Corp dudt Du Theil qui etoit mort depuis traizes heures, il le trouvat Comme celluis d’une personne morte d’une fievre Lente, de Couleur blanche et palle, sent quil parut aucune amflure ny inflamation, ne Luis ayant pas parut que ledt Du Theil ut fait avant que de mourir Aucune Contorsion ne mouvement violland il etoit Comme une personne que settin que Lendemain Mattin il apersu bien à Vandœuvres les fils dudt Du Theil qui vainre enterer leurs perre, mais qui luis fire aucune question ny luis à eux, que le Corp dudt Du Theil fut porté à Vandœuvres par les deux sus nomez, par le fils dudt Gaudy et par Louis Félix tous demeurent audt Bonvard, les quel ce dirent en parland dudt Du Theil et du nomez Lagrange et le nomez Ducros quil alloit ce souler avoit [avec] Largent que L’hopital leur avoit donner pour faire enterrer leur Perre, et quil nen noroit rient, nayant pas voulu ce Contenté d’un Cart d’Ecus que les dit Du Theil leurs avoit ofert pour leurs payement, sachand quil avoit ressu deux Ecus de L’hopital, et dire quil ne vouloit pas aller boire avoit ces jens Las, que lendemain apres que ledt Du Theil fut anterer, il entens du dire à quelque personne à Vandœuvres que le fils Du Theil faisoit Coury le bruit que leurs perre avoit Eté enpoisonnéz, mais que ces jens sy mepriséz que lon ny degnat pas ifaire attantion, que sy il luis avoit ut quelque aparance de poison cella auroit parut sur le cadavre dabort apres sa mort, et à plus forte raison traizes hures aprais quil fut visité, en fois de quoy jay signé la presente dé Claration

667ce 24e février 1751.

668Godemar visiteur

669[Ami] De Chapeaurouge Juge

99. Noyade, 1er-9 juin 1751 (PC 9790)

670 Le 7 juin 1751, Marianne Millieret et Marie Vuaillet découvrent sur les bords du Rhône, à la hauteur des Cheneviers dans le mandement de Peney, le corps d’une femme morte. Elle a la tête nue, les cheveux tressés avec un fleuret roux, vêtue seulement d’une chemise, d’une chemisette de laine grise, d’un corset de toile déchiré et d’un mauvais tablier blanc. Selon le verbal du châtelain de Peney, il s’agit sans doute d’un cadavre provenant de Savoie, charrié depuis l’Arve. Les vêtements de l’inconnue sont déposés à l’Hôpital général dans l’espoir d’identifier le corps.

  • 49 Mélian (Millian) : chirurgien au mandement de Peney, déjà en 1731, encore en 1756 (G, p. 503).

671a) Rapport du chirurgien Mélian ou Millian49, 1er juin 1751 [f° 3] :

672Je soussigné Chirurgien, desclare que par ordre de Monsieur Le Chatelain, Je me serois transporté sur Le bord du Rhône à Peney Lieu dit aus Cheneviers, pour visiter un Cadavre trouvé au dt Lieu ; Je Lay visitee Exactemt, Et ay trouvé une femme qui peut Estre agee denviron trente ans, La face Livide, plusieurs playes sur Le menton, La Teste Extremement Gonflee, Les Cheveux En tresses Et En partie separes du crane, toutes Les parties de son Corps Extremement Gonflees, La peau des pieds blanche Et En partie separée, Je nay trouvé aucune autre partie de son corps qui Eut des playes, Je Juge Celles quelle a sur Le menton faites par des coups quelle sest donnee dans Leau, soit Contre du bois ou des pierres [tache d’encre] Et quelle peut avoir resté sept à huit Jours dans Leau Exalant une odeur Cadavreuse à Peney ce 7e Juin 1751. Millian

100. Homicide involontaire, 27-30 juin 1751 (PC 9795)

673 Le 27 juin 1751, le pasteur de Jussy adresse au châtelain Abraham Revilliod la lettre suivante :

674 « J’ai l’honneur de vous écrire pour vous informer d’un coup bien malheureux arrivé au tirage aujourd’hui vers les 7 heures du soir. Le nommé Charles Gaillard a été tué sur la place d’un coup de fusil qui s’est lâché par mégarde. La balle l’a percé au dos et est revenue sortir au menton. C’est le fusil du meilleur humain d’entre les paysans de Jussy qui s’est lâché. Il se nomme Pierre Pittard […]. Du reste, le pauvre Pittard en est navré jusqu’au fond de l’âme. » Le laboureur est soumis à « grièves » censures, condamné aux prisons subies, aux dépens, avec l’interdiction de fréquenter désormais les « tirages ».

675a) Rapport du chirurgien Pierre Lambert, 28 juin 1751 [f° 7] :

676Je soussigné Pierre Lambert chirurgien Juré de Jussy de la part de nos magnifiques Seigneurs ; Et declare avoir esté de la part de notre Juge ches Charles Gaillard, lequel y a esté transporté hier au soir [ajouté en suscription : de la capite] 27me Juin vers les onze heures du soir où Jay fait mon raport [biffé : en] ce matin [ajouté en marge de gauche : vers les 8h :] presence de lofficier de Jussy et de Jean Lapalud qui me lont disposé à le pouvoir bien Examiner auquel Jay aperçu la blessure qui luy a esté faite par un des cas des plus fortuits et casuels fait et occasioné par un fusil ne doutant point qui ne fut chargé à bale par la figure ronde de son Entrée sous laisselle droitte à coté de lextremité de lomoplate et a fait son cours en montant et passant au dessus de la capacité et traversé sur la clavicule gauche à 2 : lignes au dessus de laditte à son Extremité et layant sondé de par et dautre Jay Jugé que la bale a traversé les gros vaissaux ou soit [ajouté en suscription : la] souclaviere et artere carotides et Jugulaires par les quelles le sang sest tout repandu et nayant pas eù son issue le sang na pu que tomber dans la Capacité de la poitrine et luy a Causé une prompte suffocation de quoy je declare veritable à Jussy 28. Juin 1751

677P. Lambert

101. Noyade, 3-4 juillet 1752 (PC 9896)

678 Louise, 17 ans, est la fille de Benjamin Courier, jardinier d’Abraham Le Fort à Plainpalais. Son père la décrit comme « fort faible et infirme » ; elle travaille en ville chez une maîtresse de dentelles et rentre chaque soir à Plainpalais. Le 3 juillet 1752, vers 19 heures, Louise Courier tombe dans le fossé près de la porte Neuve et s’y noie. Il est proposé d’établir dorénavant un bateau toujours prêt à intervenir dans les fossés.

679a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Fine, 4 juillet 1752 [f° 7] :

680Je soussigné rapporte par serment m’etre transporté à Porte Neuve ce 3e Juin [sic] 1752 à sept heures après midy p[ou]r visiter la fille de Benjamin Courier Jardinier à Plainpalais, que l’on ma dit avoir eté retirée du fossé laquelle jay trouvée réellement morte, la face Livide la bouche écumante, et le nez rendant une morve sanglante, spumeuse, ce qui m’a fait juger quelle étoit tombée dans l’eau vivante, et qu’ensuite elle s’est noyée cest ce que je certifie étre véritable, et en foy de quoy jay signé le present rapport.

681À Genève ce 4 Juillet 1752

682Fine Chyrn Juré

102. Homicide involontaire, 12-14 mai 1753 (PC 9972)

683 Jean-François, 11 ans, est le fils cadet du marchand joaillier-horloger Isaac Rey. Le 12 mai, il « badine » avec la servante de son père, Anne-Louise Delapierre. Il tient un pistolet dans sa main. Le coup part et atteint la servante qui expire peu après. Jean-François Rey est censuré, condamné à faire réparation, aux prisons subies, à trois mois de prison domestique, aux dépens, aux dommages et intérêts. Son père est vivement censuré de sa négligence.

  • 50 Gaspard Joly : citoyen, né le 20 août 1718, DM à Montpellier le 12 septembre 1743, agrégé le 7 jui (...)

684a) Rapport du médecin Gaspard Joly50 et du chirurgien Antoine Laurens, 12 mars 1753 [f° 1] :

685Nous sousignés Docteur Medecin Et mtre chirurgien certifions et declarons avoir été à 4 heures dans la maison de mr. Rey à la Fusterie par ordre de Monsieur L’auditeur [Robert] Dunant pour visiter un cadavre, apres avoir prété serment ; nous avons trouvé à la partie anterieure de la poitrine sur le sain droit pres du mamelon deux trous ronds à un pouce de distance lun de lautre portant obliquement du haut en bas dans la capacité de la poitrine, ajant traversé le lobe du poumon droit ; nous avons trouvé à la partie posterieure et un peu laterale une grande insision dans laquelle il y avoit un trou rond entre la troisieme et quatrieme des fausses côtes qui etoit la sortie du coup, Jugant les dittes ouvertures avoir été faites avec un arme à feu qui dans son trajet a ouvert quelque artere peulmonaire qui a causé sa mort ; et [mot biffé] comme sy [ajouté en suscription : dessus] contient verité nous avons donné le present Raport à Genève Ce 12e may 1753

686G. Joly Dm Ant : Laurens mre chir

687b) Déposition de Jean Baumgartner, maître chirurgien, âgé de 49 ans, 12 mai 1753 [f° 5-6] :

688Sr Jean fils de deffunt Jean Baumgartner maitre Chirurgien, bourgeois, agé de 49 ans mandé par devant nous et assermenté, apres avoir répondu pertinemment sur les généraux dit et dépose.

689Que peu de minutes apres midy de ce jour un jeune garçon qu’il ne connoit pas est venu dans sa boutique pour le prier d’aller vite dans la maison Serre chez le Sr Rey l’ainé, qu’il s’y est rendu sur le champ [ajouté en marge de gauche : et qu’] il [ajouté en suscription : y] a trouvé dans la Cuisine une servante par terre dont la Dle Chapuis l’ainée tenoit la tête un peu levée, que la ditte servante qu’on luy a dit etre celle du Sr Rey l’ainé etoit deffalliante et ne pouvoit parler, qu’apres luy avoir fait avaler un peu d’eau des Carmes il la portée sur un lit où [biffé : il] en l’examinant il luy a trouvé deux blessures de deux bâles de pistolet dont l’entrée etoit au sein droit et la sortie à la partie posterieure de la poitrine, quil ne luy a entendu prononcer que quelque exclamation comme, oh mon Dieu, douce mort. [début de phrase biffée] que d’autres chirurgiens étant venus dans le même instant savoir les Srs Macaire Sabourin Guyot, le déposant la secourue de son mieux et luy a fait la dilatation des deux plaies posterieures qu’un moment apres la ditte servante est expirée, quil ne sait rien de l’autheur de ces blessures si ce n’est quil a entendu des assistants chez le dit Sr Rey que cet accident étoit arrivé par l’imprudence du fils du dit qui avoit badiné avec un pistolet, et autre a dit n’avoir à déposer.

690Lecture faitte il y a persisté et a signé avec nous.

691Jean Baumgartner

692Mtre chirurgien

693Dunant Audr

694c) Rapport du chirurgien André Arlaud, 12 mai 1753 [f° 9] :

695En vertu de l’ordonnance de Monsieur L’Auditeur [Robert] Dunant

696Je soussigne certifie et Raporte par serment par moi André Arlaud maître Chirurgien visiteur public assermenté.

697Que le samedi 12 May 1753 environ les deux heures aprés midi, J’ai èté mendé au second étage dune Maison située derriere le Rhône pour faire la visite de la nommé Anne Delapierre de Reverolle Baillage de Morges, servante demeurant chez le Sr Rey citoyen Negotient, agée de 24 ans. Laquelle étoit mort environ le midi dudit jour dun coup d’Arme à feu que l’on ma dit étre un pistolet chargé de plusieurs parties de balle, qui lui a esté laché par un jeune garçon : ce coup a esté tiré à petite distance de la morte qui a expiré peu de tems après ses blesseures.

698Par ma visite j’ay trouvé à la partie anterieure moyenne et lateralle droite du thorax, deux petites ouvertures, distante de quatre lignes : par où est entré la charge du pistolet, lequel a déchiré les poulmons, les vaisseaux aprés avoir traversé la poitrine avec fracture de deux fosses costé, a formé une seule sortie, à la partie posterieure et presque inferieure du dos ; Par tous ces accidens je déclare etre la cause de mort de la ditte susnommée, ce que je certifie par serment fait à Genève ce 13 May 1753 En foy de quoi je me suis signé André Arlaud visiteur public.

103. Exposition d’enfant, soupçon d’infanticide, 18-20 novembre 1753 (PC 10015)

699 Le 18 novembre 1753 à 18 heures, Judith Montet, servante à la maison du Lion-d’Or, apprend à sa voisine Pernette Dansse, née Patron, qu’elle a trouvé une boîte en sapin sur une fenêtre extérieure d’où sortent des plaintes inquiétantes. Les deux femmes découvrent alors dans la boîte un enfant nouveau-né, enveloppé d’un peu de linge et « froid comme la glace ». Transportée à l’Hôpital général, la fillette décède entre 23 heures et minuit. Il est arrêté d’en informer plus amplement.

700a) Rapport du chirurgien Daniel Guyot, 19 novembre 1753 [f° 5] :

701Je soussigné Maître en Chirurgie Certifie et rapporte, Ensuite de l’ordre de Monsieur Lauditeur [Guillaume] De la Rive et sous le serment prêté entre ses mains ; que ce Jourd’hui dix neuf novembre, mille sept Cents Cinquante trois, J’ai visité dans l’hôpital une fille nouvellement née et morte dans ledit hôpital la nuit derniere ; Que Je n’ai trouvé à Cet Enfant aucune plaie ni Contusion ; ni aucune autre marque de violence Exterieure ; Que son Cordon ombilical étoit lié et Coupé à quatre pouces ou Environ de distance du ventre ; et que Cet Enfant ne peut étre né que depuis deux ou trois Jours au plus ; En foi de quoi J’ai signé le present Rapport ; fait à Genève L’an et Jour que dessus.

702D. Guyot

104. Mélancolie et noyade, 3 janvier 1754 (PC 10031)

703 En mai 1751, Jean Bourelier et son fils Pierre, maître potier d’étain, engagent en qualité de servante Madeleine Rambert, originaire de Neuchâtel. Ils s’aperçoivent bientôt que Madeleine Rambert est sujette à la mélancolie et manque parfois de jugement, mais ils la gardent puisqu’elle s’occupe avec bienveillance de Jean Bourelier, devenu infirme. Fin novembre 1753, la mélancolie de Madeleine s’aggrave. Le lundi 31 décembre, la servante quitte la maison sans en avertir personne et disparaît. Le 3 janvier, son corps est retrouvé dans le Rhône, proche du quai de l’Île. Les bateliers Oltramare tirent Madeleine Rambert hors de la rivière et la déposent au bastion de Hollande d’où elle est amenée à l’Hôpital général, n’ayant aucun ami ni parent à Genève.

704a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 3 janvier 1754 [f° 3] :

705Je soussigné, mtre en chirurgie, par ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Antoine] De Normandie je me suis transporté ce jourdhuy 3e Janvier 1754, à quatre heures après midy à lhopital général, pour visiter le cadavre d’une fille quon a tirée du Rhône, et dire sil ny a point d’autre cause que la submersion qui ait [mot biffé] contribué à sa mort ; Declare, sous serment, que m’etant transporté audt Lieu, et ayant fait depouiller ledt cadavre de ses habits encore mouillés, [ajouté en marge de gauche : qui m’a paru agée de 20 à 25 ans. Ut Sup.], je lai visitée exactement et lui ay trouvé les doigts des deux mains fort à crochets, la peau des doigts fort fletrie et ridée, les deux mains livides ; d’ailleurs aucune marque ny blessure dans tout son corps, qui me donne aucun soubçon qu’aucun autre agent que leau, sous le poids de laquelle elle a eté suffoquée, ait contribué à sa mort : Les doits à crochets, la lividité de la main et la rugosité de la peau de cette partie, sont le signe ordinaire à ceux qui sont morts noyés, et qui cherchent à s’accrocher jusqu’a leur mort. Tel est mon raport à Genève l’an et Jour susdit

706Sabourin

105. Suicide, 25-26 mai 1754 (PC 10087)

707 Tous les témoignages s’accordent à reconnaître François Des Arts, 21 ans, atteint de mélancolie et d’accès hypocondriaques, un état qui s’est aggravé depuis la mort de son père, l’ancien syndic Philippe Des Arts. Le jeune homme perd l’appétit et se plonge avec tristesse dans la lecture incessante de la Bible. Le 25 mai 1754, il se tire une balle dans le crâne. Le Conseil regrette la perte d’un futur magistrat.

708a) Rapport du médecin Gaspard Joly, 25 mai 1754 [f° 1] :

709Je soussigné Docteur Medecin, certifie avoir traité Monsieur François Des Arts atteint d’une maladie Melancholico-Hypocondriaque, de laquelle il êtoit attaqué depuis long-tems ; le genre de vie retirée et extrêmement sédentaire qu’il menoit depuis plusieurs années, l’humeur triste et sombre qu’on remarquoit chés lui, les idées et les gouts singuliers et dépravés même qu’on lui observoit, ne laissent aucun doute sur le genre de maladie : La lenteur de la circulation, la ténacité et la viscosité des fluides, la tension du genre nerveux, sont les symptômes et en même tems les vices corporels, qu’il eût été bien à souhaiter que l’on eût pû combattre d’une maniére efficace, mais qui confirment en même tems ce que j’ai ci-devant dit de l’espéce de maladie ; En foi de quoi j’ai signé le présent certificat, en êtant requis par Monsieur l’auditeur [Alexandre] Sales.

710Genève le 25e May 1754

711Joly Dm

712Sales Auditeur

713b) Rapport des chirurgiens André Arlaud et Étienne Meschinet, 25 mai 1754 [f° 3] :

714Nous sous signes Me En Chirurgie de La République de Genève ; Déclarons par serment que aujourdhuy 25e May à 9 heure du soir nous nous sommes transporté par Lordre de Monsieur L’auditeur [Alexandre] Sales dans La maison de f[e]u Noble Philippe Des Arts Ençien premier Sindiq pour Examine[r] Et visite[r] Le Cadavre de f[e]u [ajouté en suscription : Sr] François Des Arts agé de 21 ans ayant trouvé Ledit Cadavre Etendu sur Le planché La face tournée En bas, aprez L’avoir fait désabillé Et tourné de toûtes pars nous n’avons trouvé qu’un fracas gen[ér] al de tout Le Crane Causé par un Coup d’arme à feu Ce qui a occasionné une mort subite ; Ce que nous Certifions veritable à Genève ce 25e may

715André Arlaud

716Meschinet

717Sales Auditeur

718c) Déposition du chirurgien Jean Baumgartner, 26 mai 1754 [f° 19-20] :

719Sieur Jean ffeu Jean Baumgartner Bourgeois Maitre Chirurgien agé de 50 ans. Par Nous assermenté après avoir pertinemment repondu sur les Generaux. Dit et depose quil sert la maison de feu Noble Philippe Des Arts Seignr ancien Premier Sindic en qualitté de chirurgien depuis environ vingt ans ; que des lors il sest toujours appercu que le Sr François Des Arts son fils avoit une humeur hipocondriaque ce qui lui causoit une grande tristesse et noire melancolie, quil lui a donné très souvent et frequemment des remedes pour calmer son sang acre et bouillant ; Quil ettoit sujet à avoir des Vapeurs dont les suittes ettoient souvent fâcheuses ; Quil negligeoit la nourriture se privant des Aliments les plus propres à la vie ; que malgré les conseils quon lui a donné très frequemment on na pu le détourner de manger Une quantité très considerable de miel de Chamougny et de boire son Urine ce quil a pratiqué plus constamment ces trois dernières années. Ajoutant quil la vu surtout ces derniers Jours dans une tristesse et melancolie inexprimable ce qui ne scauroit attribuer qua la qualité de son sang et mauvaise façon de se conduire par rapport au regime de vie. Quest tout ce quil a à déposer. Lecture faitte a Persisté et a signé Genève ce 26e May 1754

720Jean Baumgartner

721Sales Auditeur

106. Noyade, 19-20 juin 1754 (PC 10092)

722 David Chause, originaire du bailliage de Nyon, sert en qualité de domestique le meunier Jean Salis au moulin du conseiller Pictet. Il est connu comme un « garçon de bonnes mœurs ». Le 19 juin 1754, vers 16 h 45, David Chause chute de la galerie du moulin et tombe dans le Rhône. Il portait un lourd billot de bois, marchant sur les planches pourries de la galerie qui ont cédé sous le poids. Les frères Oltramare, bateliers, sortent le noyé de la rivière au-dessous du bastion du Temple à Saint-Gervais.

723a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 19 juin 1754 [f° 2] :

724Je soussigné, maitre en Chirurgie, ayant eté mandé ce jourdhuy 19e Juin 1754 à six heures apres midi, par Monsieur lAuditeur [Guillaume] De la Rive, pour faire la visite dun homme quon a retiré de la riviere ; Declare, sous serment, que je me suis transporté au moulin de mr Pictet à la rue des Étuves où lon avoit transporté cet homme ; et apres m’etre assuré de sa mort par labsence du mouvement du cœur et des arteres du bras et des tempes [ajouté en marge de gauche : et par limmobilité de la prunelle] je l’ay visité exactement par tout le corps auquel je nay trouvé aucune blessure, les doigts, quoy que pliés, etoient sains et souples ; il me paroit agé de 20 à 25 ans ; de cet examen et du raport quon m’a fait quil avoit eté un quart dheure au fond de leau, je juge quil est mort etouffé dans l’eau, sans quaucune autre cause y ait eu part.

725À Genève l’an et jour susdit Sabourin

107. Noyade, 25 juin 1754 (PC 10095)

726 Les bateliers François Blanc, Jean Cachat, Joseph Grenat et André De Rive sont arrivés à Genève le 13 juin 1754 depuis Saint-Gingolph avec une barque chargée de bois à brûler. Le 24 juin, François Blanc accompagne le batelier Jean Baron à la cave de La Rouge où ils boivent un pot de vin. Blanc aurait bien voulu boire davantage, mais la cabaretière refuse de le servir tant qu’il n’aura pas payé le quarteron qu’il lui doit. Les deux hommes regagnent alors leurs embarcations respectives. En réalité, François Blanc a sans doute déjà bien assez bu puisqu’il était allé l’après-midi avec ses compagnons bateliers dans une autre cave où ils avaient vidé cinq bouteilles. Vers 22 heures, André De Rive est averti qu’un homme vient de tomber de sa barque amarrée au quai de l’Écorcherie. Le corps de François Blanc est tiré hors du bassin le lendemain matin.

727a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 25 juin 1754 [f° 3] :

728Je soussigné certifie et rapporte par moi Maitre chirurgien visiteur public assermenté, En vertu de l’ordonnance de Monsieur l’Auditeur [Jacob] Tronchin, J’ai eté mandé ce jourdhuy Mardi 25e Juin 1754 environ les 9 heures du matin à une chambre basses maison de correction pour visité le nommé François Blanc de Saint-Paul-en-Chablais Battelier agé de 42 ans lequel apres avoir èté deshabillier complettement ayant examiné les parties de son corps je nai trouvé aucune cause de mort que pour étre tombé vivant au bassin de Longemalle et sortir de leau noyé, ce que je certifie par serment à Genève ce 25e Juin 1754 En foi de quoi je me suis signé Andre Arlaud

108. Excès, 2 juillet 1754 (PC 10097)

729 Le 2 juillet 1754, vers 13 heures, le serrurier et étalonneur public Henri Auban, Cévenol de 42 ans, boit au cabaret du cul-de-sac de la Madeleine, lorsqu’il apprend que son ouvrier Esaïe Richard a été emprisonné pour avoir insulté un factionnaire de la Belle Promenade. Il se rend aussitôt aux prisons avec Pierre Dégra, ancien soldat de la Garnison. Arrivé sur les lieux, Dégra demande à boire à Renée Chenevière, la mère du geôlier, qui refuse de servir du vin aux deux hommes déjà ivres et ordonne à Samuel Vidot, le guichetier des prisons, de faire sortir les intrus. Une fois refoulé dans la rue, Pierre Dégra s’empare d’une pierre dont il assène un coup sur la tête du guichetier. D’abord emprisonné, Henri Auban est ensuite libéré sous soumission de se représenter. Pierre Dégra se serait enfui à Carouge pour s’y engager.

730a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 3 juillet 1754 [f° 13] :

731Je sous signé Me En chirurgie déclare par serment que hier 2e Juillet vers Les 4 heures du soir jay Eté aux prisons de L’Évêché pour y voir le nommé Samuel Vidot Gichettié Ledit Samuel ayant une playe Contuse et Ressente à la partie Superieure Lateralle gauche de Loccipital Laditte playe penetrant Et Laissant Los à decouvert ; Layant pencé Selont Lart Ledit Blessé ayant perdu Beaucoup de sang Etant dailleurs sans accident je Luy ais ordonné Le regime Convenable ; Ceque cy dessus veritable Je me suis signé Et ais delivré Le presant à Monsieur L’auditeur [Guillaume] De la Rive Genève ce 3e Juill[et] 1754

732Meschinet

109. Exposition d’enfant, soupçon d’infanticide, 30 août 1754 (PC 10112)

733 Le matin du 30 août 1754, des paysans avertissent l’un des factionnaires de la porte de Rive qu’ils ont aperçu un enfant exposé dans un panier en osier, enveloppé de vieux haillons, sur le chemin de Chêne près de la Terrassière. Le soldat neuchâtelois David Richard trouve en effet l’enfant sous un saule, à côté d’un petit ruisseau, et le ramène au corps de garde de Rive. À défaut d’indices permettant d’identifier la fillette, il est arrêté d’en informer plus amplement.

734a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 30 août 1754 [f° 3] :

735Je soussigné, maitre en Chirurgie, Ensuitte de l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Antoine] De Normandie, ay visité # une petite fille quon a trouvée exposée ce matin, je l’ay trouvée en bonne santé quoy quelle ait peu d’embompoint, et je la juge de l’age de six mois de naissance ou environ. À Genève le 30e aoust 1754

736Sabourin

737# à lhopital General #

110. Crise d’apoplexie, 1er-2 décembre 1754 (PC 10137)

738 L’après-midi du 1 er décembre 1754, les soldats de la porte Neuve découvrent un homme mort dans la Belle Promenade et le transportent dans leur corps de garde. Il s’agit de Jérémie Duchesne, bourgeois originaire de Paris, maître horloger de 72 ans.

739a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 2 décembre 1754 [f° 7] :

740Je soussigné, maitre en Chirurgie, ensuitte de l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Antoine] De Normandie, Je me suis transporté hier [mots biffés] Dimanche pr Xbre 1754, à six heures et demi du soir au corps de garde de la porte Neuve, pour y visiter un cadavre trouvé peu de tems auparavant à la promenade du Bastion : Declare, sous serment, que jay trouvé ledit cadavre dans une des chambres dudt corps de garde, sur un lit du sergent, bien envelopé de ses habit ; quil m’a paru de lage de soixante ans ou environ, Je lui ay trouvée une contusion à la joue droitte, du sang caillé au bout et sous le nez, il y en avoit aussi sur les gencives de la machoire inferieure, qui etoit venu du nez, la main droitte ensanglantée et un peu excoriée exterieurement. Comme dailleurs je lay trouvé bien habillé, ses habits nets et point chiffonnés, et quon m’a raporté lavoir trouvé audt bastion couché, sans connoissance, le visage contre terre, je juge quil y est tombé mort d’apoplexie, et est resté sur la place. Le sang de son nez et la contusion de la jouë me persuadent le fait vray : le sang de sa main, peut etre la suitte dun mouvement machinal de l’agonie.

741Tel est mon raport à Genève le 2e Xbre 1754 Sabourin

111. Meurtre, 26 juin 1756 (PC 10305)

742 Le matin du 26 juin 1756, le châtelain de Peney est averti que l’un des laquais du professeur Ami Lullin a découvert sur le chemin du Creux-de-Genthod le corps d’un homme, le visage tailladé, ensanglanté, portant un « mauvais chapeau, sans bord ni cocarde, un mauvais habit de toile bleuâtre, point de veste, jambes nues, et n’ayant qu’un pied chaussé, […] dans la main une boucle ». Dans son portefeuille se trouvent un passeport indiquant qu’il s’agit de Beat Escoffey, bourgeois d’Yverdon, un certificat d’apprentissage et une déclaration du capitaine des chasseurs de Fischer, Laprade, assurant l’amnistie aux déserteurs. Le sergent du régiment Fischer basé à Versoix, André Polacker, Germano-Suédois de naissance, est bientôt identifié comme l’auteur du meurtre d’Escoffey, tué alors qu’il cherchait à s’enfuir. Il est également soupçonné d’avoir voulu enrôler de force, le même jour, des vignerons genevois sur le territoire de Genthod. Lorsque Polacker informe le capitaine Laprade de l’affaire, l’officier supérieur le réprimande avant de lui délivrer un billet de départ. L’information close, le gouvernement porte plainte au baron de Montpéroux, résident de France à Genève.

  • 51 Mage : chirurgien à Genthod, encore en 1767 (G, p. 503).

743a) Rapport du chirurgien Mage51, 26 juin 1756 [f° 17] :

744Je soussigné Chirurgien de Genthod, certifie que le samedi 26e Juin 1756, Monsieur Le Chatelin ma ordonné d’aller visité un cadavre le quel jay trouvé sur le chemin du Creux, après une Exacte verification que jai fait de son corp, Je luy ai trouvé

745Premiet une playe àla tempe Gauche de la largueur de six traver de dois et de la profondeur de trois ajen enporté une partie de loreille

746Secondement une playe au dessous du teton Gauche ajen penetré dans la capacité de la poitrine Entre la cinquieme et sixieme costes

747Plus une playe à la partie moyenne de ladvant bras Gauche de la longueur de deux travers de doit les quelles playes playes nous jeugons avoir Etées faites [ajouté en marge de gauche : à coup] avec Epees ou sabre ou autres instrument tranchan voilà la declaration qu jai fait EnDieu et En conscience Enfoi de quoi Je me suis signé

748Mage

112. Suicide, 31 mai 1756 (PC 10336)

749 Le Lyonnais Claude Lenoir, 16 ou 17 ans, travaille comme orfèvre au service de l’horloger Louis Covelle. Appliqué et honnête garçon, Lenoir était pourtant sujet à la mélancolie depuis qu’un domestique de son père lui avait apporté de mauvaises nouvelles dont on ne connaît pas le détail. Le dimanche 30 mai 1756, vers 21 h 30, l’horloger Antoine Boursault découvre le corps du jeune homme dans sa chambre de la rue Neuve-de-Longemalle, « baigné dans son sang, tenant un fusil entre ses jambes ». Le Conseil autorise l’enterrement de Lenoir à six heures du matin, sans honneurs, et en avise le résident de France Montpéroux.

750a) Rapport du chirurgien André Arlaud, 31 mai 1756 [f° 7] :

751En vertu de l’ordonnance de Monsr l’auditeur [Jean-Pierre] Trembley Je soussigné certifie et raporte par serment que Dimanche 30 may 1756 environ les 11 heures aprés midi, J’ai été mandé au 4e Estage dune maison située ruë Neuve-de-Longemalle : pour visiter le nommé… Lenoir de Lyon orfèvre agé d’environ 17 ans que jai trouver étendu sur le plancher ayent sur sa droite un fusil le bout du canon apuier à la partie inferieure de sa tête et la sous garde et la detente attachée avec une corde à son pied droit.

752En telle sorte que le prejugés sont vray semblable que ledit Lenoir est mort dun coup d’arme à feù la bâlle estant entrée dans le crâne à la partie inferieure, et anterieure droite de l’angle de l’os maxillaire inferieur, la balle ayent traversé le cerveau en est sortie avec hemoragie et fracture de la partie posterieure moyene de l’os occiput. Ce que je certifie verité

753Fait à Genève ce Lundi 31 May 1756. En foi de quoi je me suis signé André Arlaud mtre Chirurgien, visiteur public assermanté.

113. Exposition d’enfant, 30 janvier 1757 (PC 10396)

754 Le 30 janvier 1757, le jeune François-David Treutat, après avoir trait les vaches de son père, paysan à Bougeries, passe devant un panier duquel sortent des pleurs. Arrivé aux portes de la ville, il en avertit un factionnaire. Dans le panier, l’auditeur André Jacques Baraban découvre un nouveau-né enveloppé d’une couverture, d’un lange, d’une barrette de soie bleue et blanche, d’un béguin et d’une fosselette, le tout recouvert d’étoupe maintenue par un tablier de toile et deux corps de chemise d’homme, sans aucune marque.

755a) Rapport du chirurgien Antoine Sabourin, 30 janvier 1757 [f° 3] :

756Je [mot biffé] soussigné, mtre en Chirurgie, ayant reçeu l’ordre de Monsieur l’auditeur [André Jacques] Baraban, d’examiner un petit enfant aporté de dehors à lhopital general ; Raporter l’age et le sexe dudit enfant : Declare, sous serment, qu’ayant fait depouiller lenfant de ses linges, je lai trouvé de sexe masculin, jay trouvé que la ligature du nombril etoit à quatre travers de doigt du ventre, et que l’ombilie netoit ny separé ny pret à se separer, ce qui me fait juger quil n’est guere qu’à cinq ou six jours de sa naissance. Il me paroit dailleurs en bonne santé, malgré la saison, le froid layant saisi des deux heures du matin quon ma raporté quil a eté exposé : Tel est mon raport. À Genève le 30e Janvier 1757 Sabourin

114. Aliénation et noyade suicidaire, 19 juin 1757 (PC 10454)

757 Réputée folle depuis quelques années, Jeanne-Renée Dunant se noie dans l’un des épuisoirs du quai des Tanneurs. Elle portait des sous-vêtements, sans « pierres, ni plomb ni cordes ou attaches ». Dans sa déposition, son frère Jacques évoque les vapeurs de Jeanne-Renée causées par une « passion amoureuse pour le sieur Frelitte, lequel est citoyen, et l’avait longtemps amusée par des promesses verbales de l’épouser, lesquelles il ne tint pas et se maria avec une autre ». Désespérée, Jeanne-Renée Dunant avait tenté de mettre fin à ses jours en se précipitant dans un puits à Meyrin et n’avait jamais recouvré la raison depuis lors.

758a) Rapport du chirurgien Jean-Jacques-René Macaire, 19 juin 1757 [f° 3] :

759Lan 1757 et Le 19e Juin Je sous signé declare avoir Eté appellé anviront Les 5 heures du matin par ordre de Monsieur Lauditeur [Jean] Huber pour Metrans-porter aubas du Seujet pour Examiner et fere raport du cadavre dune fillie qui venet detre tirée de Lau ayant proce dé audit Examen Je nay trouvé aucune pelye [plaie] ; Mais bien une legere Contision à la Jouve [joue] droite le visage livide dememe que lextremité des doit Lesquel singies [signes] Endique quelle [biffé : a] et morte dans leau et quil ni avet pas longtemps ayant au surplus Reconnu Etre le cadavre de Mademoiselle Renée Dunant de meurant au rüe des Corps-Saints Laquelle Etet depuis long tantp dans un Etat dipocondriasmes et melancolie

760Tel est mon raport que jafierme par sermant Etre veritable anfois de quois Lay signié à Genève Lan et jours que dessus

761J.R. Macaire Metre chirurgien Juré

115. Noyade, 19 juillet 1757 (PC 10468)

762 Le 18 juillet 1757, peu avant 20 heures, des jeunes gens se baignent aux Pâquis, face à la maison Fazy. L’endroit est connu pour être dangereux à cause des nombreuses algues qui prolifèrent au fond d’un grand creux. C’est là que se noie André Etier ou Hetier.

763a) Rapport du chirurgien Jean-Jacques-René Macaire, 19 juillet 1757 [f° 3] :

764Raporté par moy Maitre chirurgien Juré à Genève que ce jourduy 19e Juillet 1757 Jeay Eté mandé par ordre de Monsieur Lauditeur [Jean] Huber pour Metrans porter aux Pâquis dans la maizon où lonconstruit les Barque pour Examiner et Raporter Letat dun cadavre Mort Noyé depuis hier ausoir ; Lequel Cadavre et Celuy dunommé André Etier tallieur dabit lequel jeay trouvé Etandu sur une planche Levisage livide Labouche Ecumante une Contusion au front parties Lateralle droite plus une autre Contusion à la mamelle dudit coté deux picure de lansette [ajout en suscription : une] à chaque bras desquelles il sortet un sang sereux Lesquelles picure lui avet Ete fette quelques tamps apres lavoir tiré de leau sansucces

765Quant à la cauze de sa mort sa Eté manque de respiration et asufoqué sous Leau et a Eté noyé par acidant quant aucontusion elle meparesse avoir Eté fette parquelque éfort que le noyé afet pour se sauver duperil quil luy acouté la vië

766Tel et Mon Raport que jafirme par sermant Etre veritable anfois de quois Lay sinié à Genève Lan et jours que dessus

767J.R. Macaire mtre an chirurgie

116. Excès, 9-18 mai 1758 (PC 10557)

768 Le lundi 8 mai 1758, le capitaine de la garde Jean-Louis Jaquet est informé d’une « batterie » entre des soldats de la Garnison devant le cabaret de Louis Dentand à Grange-Canal, en conséquence de quoi il envoie un caporal et huit soldats qui se saisissent de trois hommes conduits ensuite au corps de garde de la Maison de ville. Il s’agit de Jean-Abraham Grépin, soldat de 26 ans originaire du bailliage de Lausanne, de Jean-Henri Rohrer, natif, tonnelier et soldat de 19 ans, et de Jean-Nicolas Elfbinger, soldat de Hesse âgé de 22 ans. Dans la rixe, le maçon et soldat de la Garnison Thimothée Guaisse, originaire de Sainte-Croix et âgé de 23 ans, est blessé à coups de sabre. Au terme de la procédure, Rohrer et Grépin sont déchargés. En revanche, Elfbinger est condamné à très « grièves » censures, à faire réparation, à quatre jours en chambre close, aux dépens et aux dommages et intérêts.

  • 52 François-David Cabanis : né à Coppet, reçu bourgeois le 23 avril 1753, agrégé le 21 janvier 1754, (...)

769a) Premier rapport du chirurgien François-David Cabanis52, 9 mai 1758 [f° 15] :

770Je soussigné Maître en Chirurgie Certifie qu’ayant été Commis par l’ordonnance de Monsieur L’Auditeur [Jean-Jacques] Bonnet pour proceder à la verification des blessures de Thimothée Guaisse après avoir preté le serment requis, je l’ai examiné attentivement et jai trouvé dans le coté droit du Bas Ventre, dans cette partie qu’on appelle l’hipocôndre vis à vis de la partie inferieure du foye, une playe transversalle [biffé : longue] de la longeur d’environ six travers de doigts penetrant jusqu’au au peritione ; Laquelle playe nous croyons avoir été faittes par quelques instrumens tranchans comme sabre couteaux etc.

771Quand au pronostic il ne paroit pas dangereux le dit Guaisse devant être pansé et medicamenté et observé un grand [mot illisible] pendant vint cinq ou trente jours, terme suffisant pour operé son entiere guerison. Tel est mon rapport à Genève 9e mai 1758. Cabanis

772b) Second rapport du chirurgien François-Davis Cabanis, 18 mai 1758 [f° 35] :

773Je soussigné Maitre en Chirurgie Certifie que J’ai pansé exactement la playe au coté droit du Bas Bentre de Thimothée Guaisse, la quelle playe est dans un train de guerison prochaine en sorte que l’on doit envisager le dit Guaisse comme hors de tout danger relativement à sa Blessure, qui se trouvera entierement [biffé : dans le] [ajouté en suscription : cicatrisée] terme prescrit dans mon premier Rapport à Genève 18e May. 1758. Cabanis

117. Tentative de suicide à l’arme blanche et noyade, 31 janvier 1759 (PC 10629)

774 Le 31 janvier 1759, le corps de Germain Duvillard est sorti du Rhône, aux claies de Bel-Air. Dans sa chambre, l’auditeur André Jacques Baraban trouve une épée et une baïonnette ensanglantées. Sur deux cartes à jouer, Germain Duvillard a laissé un message : « Je decouvre que l’on m’a perdu, Dieu découvrirat la vérité, on veut me jetter aux jambe, j’ai un peut trop dit mon sentiment, je n’ait aucun reproche à me faire devant Dieu ni devant les hommes, je me donne à lui. » La famille est autorisée à enterrer le corps à 8 heures du matin, sans invitation ni publicité.

775a) Rapport du chirurgien Jean Baumgartner, 31 janvier 1759 [f° 1] :

776Je soussigné rapporte par serment, et par ordre de Monsieur Lauditeur [André Jacques] Baraban ; d’avoir visité dans la maison de Monsr Mirabeau au rue basse de la Fusterie au qu’atrieme etage, pr visité un cadavre noyé, le quel j’ay bien reconu que setoit Mr Germain Duvillard, auquel j’ay trouvé diverses blessures sur la partie latterale gauche et inferieure du torax ; les blésure étoit tellemant machiliee, quil y a tout aparance qu’il sest servir de l’epée et de la bayonette, ayant trouvé deux blessures de la largeur de deux travers de doigts pénétrant dans la poitrine, plus deux blessures à la partie moyenne et intérieure du col, les quelles ne pénètrent que les téguments, toutes paroissent étre faitte par des instruments pointus

777Genève ce 31 Janvier 1759

778Baumgartner, mtre en chirurgie

779b) Rapport du chirurgien Jean-Jacques-René Macaire, 31 janvier 1759 [f° 2] :

780Je soussigné raporte par serment que par ordre de Monsieur L’auditeur [Jean-Jacques-André] Boissier je me suis transporté environ les neuf heures du matin au bassin des Trois-Rois pour examiner l’Etat d’un cadavre qu’il y avoit dans un Bateau, Lequel venait d’Etre tiré de l’Eau, qui s’est trouvé celui d’un homme agé d’Environ trente six à quarante ans, n’ayant pour vetement que des Bas et Culotes noires une chemise et un bonnet de cotton blanc, ayant trouvé dans sa poche de culotte du costé gauche un tire bouchon et une clef d’une moyenne grosseur les quelles ont été remplis de sang coagulé. Ayant procedé à l’Examen de son corps j’ai trouvé cinq petites playes à la partie externe du Col, les unes plus larges que les autres, trois des quelles penetrent jusqu’à la Tranchée artere, les plus larges etoient d’environ cinq lignes et les autres d’environ trois, les dittes playes ayant été faittes par un instrument poignant et tranchant.

781Plus neuf autres playes sur la partie laterale gauche de la poictrine sur les vrayes costes, les unes assez près des autres, les plus petites et non penetrantes sont d’environ trois à quatre lignes, et les plus grandes qui sont au nombre de cinq sont d’environ sept, neuf, onze et douze lignes dont deux ont penetré dans la poitrine sur le bord inferieur du laube gauche du poumon sans l’avoir du moins percé les quelles playes ont été faites de droitte à gauche par instrument poignant et tranchant comme couteau, épée, etc. Trois des dittes playes paroissent avoir été dilatées par force, toutes les dites playent m’ont paru avoir eté faittes le sujet etant vivant, et dessous la chemise et la quelle n’a point été percée.

782Les susdites playes n’ont point été le sujet de la mort ayant été noyé vivant par les signes qui nous l’indiquent qui sont la lividité du visage et des mains, lEcume bulbeuze de la bouche, etc.

783Quant à mon avis, je pense que la cause de la mort a Eté d’Etre noyé ; Tel est mon raport pour servir à qui de droit, lequel j’affirme par serment être veritable en foi de quoi j’ai signé le present Raport à Genève le 31e Janvier 1759

784J.R. Macaire, mtre chirurgien juré

118. Infanticide, 9 mars-26 mai 1759 (PC 10641)

785 Le maître horloger Jean-Jacques Bizot demeure au second étage de la maison Marchinville à la rue des Étuves. Il a engagé la domestique Jacqueline Rey, catholique romaine de Versoix, parvenue à la fin de son service le 2 mars 1759, mais qu’il a bien voulu garder le temps qu’elle trouve une nouvelle place. La nuit du 7 au 8 mars, Jacqueline se plaint de douleurs à l’estomac et aux hanches. Elle monte aux latrines du troisième étage et y reste longtemps. Lorsque elle revient s’asseoir auprès du feu, Isabeau, la nouvelle servante de Jean-Jacques Bizot, remarque quelque chose qui pend sous la domestique malade : il s’agit d’un placenta. L’après-midi du 8 mars, Bizot informe l’auditeur Jean-Jacques-André Boissier de ses soupçons au sujet de l’accouchement clandestin de Jacqueline Rey, d’autant plus que cette dernière a disparu et que les marches de l’escalier sont tachées de sang. Parvenu à la rue des Étuves, Boissier visite le sac des latrines conservé dans une écurie de la maison dans lequel flotte en effet un enfant mort. Fugitive et contumace, Jacqueline Rey est pendue en effigie à Plainpalais le 26 mai 1759.

786a) Rapport du chirurgien Daniel Guyot, 8 mars 1759 [f° 15-16] :

787Je soussigné Maître En Chirurgie Raporte par serment que Ce Jourd’hui huitieme mars mille sept Cents Cinquante neuf à trois heures aprés midi, Je me suis transporté par ordre de Monsieur L’auditeur [Jean-Jacques-André] Boissier, Chés Monsieur Bizot Rue des Étuves au Second Etage de la maison de Messieurs Marchinville, pour rechercher et Éxaminer les signes et traces d’un accouchement Clandestin fait nouvellement dans ladite maison ; à quoi aiant procedé J’ai Examiné avec attention un placenta soit arrierefaix qu’on m’a produit dans la Cuisine dudit Sr Bizot, lequel placenta étoit Couvert de Cendres de tous Côtés ; l’aiant lavé et nettoié J’ai Reconnu que C’étoit un arriere faix Entier avec ses membranes, provenu d’un Enfant à terme et né depuis peu de tems ; J’ai trouvé Environ huit pouces du Cordon ombilical tenant au placenta rompu et laceré à l’Extrémité opposée, J’ai visité le lit où Couche la servante dudt Sr Bizot et Je n’y ai trouvé aucune trace d’accouchement, mais J’ai trouvé quelques goutes de sang le long des Escaliers du pr Étage au second et du second au troisieme ; Je me suis Ensuite transporté aux latrines de ladite maison qui sont sur le Rhône où Je n’ai rien trouvé, J’ai aussi visité d’autres latrines au troisieme Étage, Je n’y ai non plus trouvé aucune trace, mais l’obliquité et la profondeur du Canal des dites latrines ne permettant pas d’en voir les fonds J’en ai fait mon raport verbal à Monsr L’auditeur qui étoit dans la Maison.

788Le sac desdites latrines aiant été ouvert par ordre de Monsieur L’auditeur J’ai été de nouveau mandé par lui à huit heures du soir pour lever et Éxaminer un Enfant aperçu dans ledit sac ; M’étant rendu sur le lieu J’ai trouvé un Enfant flottant dans ce sac, Je l’ai fait tirer dehors avec precaution et aprés l’avoir fait laver et nettoier J’ai reconnu que Cet Enfant etoit né depuis peu, à terme et de sexe masculin et mort depuis peu de tems. J’ai trouvé sur ce petit Cadavre plusieurs Contusions en diferentes parties notamment une Considerable avec plaie aux teguments et à l’os du front du cóté droit, sa face étoit vermeille, le Cordon ombilical qui tenoit au Corps et qui étoit fort long étoit rompu et dechiré à son Extremité de même que la portion dudit cordon qui tenoit au placenta et dont J’ai fait mention.

789Vu tout ce que dessus Je Juge que l’Enfant trouvé dans le sac dédtes latrines est Celui à qui appartenoit l’arriere faix susmentionné, que Cet Enfant est né vivant et bien à terme, et que les Contusions qu’il a reçu, le defaut de ligature de son Cordon ombilical et Enfin sa precipitation dans un Cloaque prope à le suffoquer sont autant de Causes de sa mort. En la foi de quoi J’ai signé le present raport.

790À Genève L’an et Jour susdits

791D. Guyot

792b) Rapport du médecin Jacques-André Bonet et du chirurgien Étienne Meschinet, 9 mars 1759 [f° 21] :

793Nous soussignés Docteur Medecin Doyen ; et me chirurgien Déclarons par serment que ce jourd’huy 9e mars 1759 avant midy par ordre de Monsieur L’Auditeur [Jean-Jacques-André] Boissier, Luy présEnt nous nous sommes transportés à Lhopital pour y Examiner un Enfant mále de L’age de deux jours Environ ; que nous avons trouvé mort ; L’ayant parcouru, Et visité toûtes les parties Extériéures avec attention, nous L’avons trouvé Entout bien formé, Et bien Constitué ; nous Luy aurions remarqué une playe Contuse pénetrante Les tégumens jusqu’au péricrane située à la partie antérieure Latérale droitte de la téte à L’androit de lá jonction des os frontal Parietal ; et temporal ; Láditte playe ayant un demy pouce de Longueur ; qui nous aparû étre Leffet d’une chute dudit Enfant avant sa mort attendu que lá ditte playe étoit angorgée de sang ; qu’oy que nous nestimions pas qu’elle ait été [biffé : lá] Cause de lá mort ; n’ayant reconnu dailleurs aucunnes marques Extérieures sur Le Corps dudit Enfant auqu’elles onput attribuer Lá Cause de lá mort ; nous aurions remarqué En outre que Le cordon ombilical étoit déchiré et séparé, et qu’il En étoit resté un morçeau Environ un pied adérant à Lombilic En conséquance du bon Etât ; Et de Lábonne constitution de L’enfant par nous Examiné, nous concluons qu’il est venu au monde au terme ordinaire, Et en vie Aprés Le susdit Examen nous nous sommes Transportés par ordre de Monsieur L’Auditeur susdit ; à Saint-Gervais ruë des Étuves dans Lá Maison Marchinville, au second Etagee chèz Le Sr Bizot pour faire de méme L’examen de Larriere faix ; que Ledit Sr Bizot Et sa femme nous ont dit avoir Eté Jetté ; En foy dequoy nous avons signé Le présant Rapport contenant vérité : à Genève ce dit Jour Bonet Dm Doyen

794Meschinet

119. Excès et homicide, 6 août-14 octobre 1759 (PC 10676)

795 Le dimanche 5 août 1759, vers 21 h 30, l’ouvrier neuchâtelois Jean-Louis Bezancenet, âgé de 17 ans, se rend au cabaret où pend l’enseigne de la Ville-de-Turin pour y boire avec Jean-Étienne Roset, Jean-Henri Jeanjaquet, Jean-Denis Servet, Simon Fernex, Jean Chavanne et Antoine Gevrin. Après avoir vidé deux bouteilles de vin et disputé la manière de solder la note, les convives paient une autre bouteille à consommer dehors et des chandelles pour éclairer leur chemin. C’est une fois dans la rue que les buveurs s’affrontent. Gravement blessé dans la rixe, Antoine Gevrin décède à l’âge de 24 ans. Selon le procureur général Abraham Revilliod, « il est assez difficile d’avoir des lumières bien certaines sur les circonstances du meurtre de Gevrin, et d’en connaître le véritable auteur […]. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’il a été occasionné par une contestation qui s’est élevée au cabaret de la Ville-de-Turin au sujet du paiement de deux bouteilles de vin ».

796 Jeanjaquet est condamné à « grièves » censures, à faire réparation, aux dépens et au bannissement perpétuel. Servet et Fernex écopent d’une peine similaire, avec au surplus les dommages et intérêts. Il en va de même pour Chavanne, soumis par ailleurs à trois mois de prison domestique, tandis que la durée est réduite à trois jours pour Bezancenet. Jean-Étienne Roset est libéré sans dépens, au bénéfice d’un versement de dommages et intérêts pour les blessures qui lui ont été faites.

  • 53 Jean-Louis Villeméjane : citoyen, fils du chirurgien Pierre Villeméjane (originaire du Vigan, bour (...)

797a) Rapport des chirurgiens François-David Cabanis et Jean-Louis Villeméjane53, 6 août 1759 [f° 21] :

798Nous soussignés mtres Chirurgiens Certifions par serment qu’ayant été Requis par ordre de Monsieur L’Auditeur [Robert-Guillaume] Rilliet, pour visiter et vérifier l’Etat du nommé Antoine Gevrin, natif, Boucher, agé de 24 ans, ce qu’ayant fait tres exactement, nous lui avons trouvé une playe large d’environ six Lignes, penetrante dans la Capacité de la poitrine, à la partie laterale gauche du corps, entre la quatrieme et la cinquieme des vrayes cotes, qui par son trajet a percé la peau, les muscles intercosteaux, la plevre, la pericarde qui envelope le cœur, [ajout en suscription : et le Cœur meme] ce que nous avons reconnu par le trajet de la sonde, n’ayant pas pu ouvrir [biffé : la] le dit cadavre, par la resistance que la femme et les parents du defunt ont faite ; ce qui nous auroit beaucoup mieux eclairci ; Ayant eté appellés peu de tems apres qu’il eut receu les coups nous procedames vü les simptomes qui accompagnent la blessure cy dessus mentionnée, qui sont la paleur du visage, Une sueur froide[biffé : s], de frequentes sincopes, à lui administrer les soins que l’on prend en pareil cas, d’abord il fut saigné au bras droit, ensuite l’on dilata la playe pour mieux reconnoitre son trajet, il fut pansé en consequence, mais les sincopes continuant, il mourut environ quatre heures apres avoir été blessé, À l’égard de l’instrument qui doit avoir fait le coup, nous avons jugé que ce pouvoit etre un instrument tranchant mais peu large, comme couteau, [mot biffé] stilet [ajouté en suscription : ou autre] ; En outre nous lui avons trouvé deux playes, à la paume de la main [biffé : droite] [ajouté en suscription : gauche], l’une située transversalement pres du pouce, et l’autre [biffé : etoit] demi circulaire, pres de l’articulation de la premiere phalange du petit doigt, que nous [ajouté en suscription : avons] aussi pansée suivant l’art, Le tout etant conforme à la vérité ; nous avons fait et signé le present rapport pour servir et valoir comme juste, à Genève ce 6e aoust 1759.

799Cabanis Villeméjane mtre chirg.

800Juré et Visiteur Public

801# Nous avons jugé aussi que les playes de la main avoient eté faites par le meme instrument que celle de la poitrine.

802b) Rapport du chirurgien Jean-Louis Villeméjane, 9 août 1759 [f° 23] :

803Détail Requis par Mr L’Auditeur [Robert-Guillaume] Rilliet.

804Le Dimanche 5e aout 1759 à 111/2 du soir. Le Sr Bouvier Horloger m’a fait appeler, m’étant levé du lit pour lui repondre, je mhabillai pour aller avec lui, pres de la Grenette à Longemalle, où je vis [ajouté en suscription : sur un banc] le nomme Gevrin entouré de quantité de persones qui cherchoient à lui procurer du soulagement, et l’on me dit qu’un nommé Fernex lui avoit succé le sang de la playe, qu’il avoit à la poitrine, ne trouvant point de meilleur moyen pour le panser en Regle je le fis porter chez lui par quelques spectateurs qui se trouverent là, et qui s’y preterent avec plaisir, où etant arrivé j’examinai la nature de la playe, que j’envisageai comme mortelle par les accidents qui laccompagnoient, Monsieur Cabanis arrivat, qui apres avoir fait le meme jugement que moi, trouvat fort à propos qu’on le saignasse, et qu’on le pansasse, ce que je fis, il y avoit pour lors dans la Chambre le Sr Roch, les Srs Trot, Bouvier, Ferrier, et d’autres dont j’ignore les noms, Un de la Compagnie [mot biffé] s’approchat de lui, et lui demandat qui lui avoit fait ce coup, il repondit asses bas, ce sont ces miserables Comtois, comme j’etois assez pres, je l’entendis assez distinctement, [biffé : comme] le mal augmentoit, l’on ne put tirer de lui aucune parole, sinon celle qu’il me dit en le pensant, et que je le piquois expres, il profera vous me piqués, Ensuite les simptomes continuerent, et le nommé Garcin gagnedenier arrivat qui le connoissant particulierement lui parlat, mais il ne put tirer de lui aucune reponse, sinon qu’il demandat à boire de L’Eau fraiche, On lui donnat en place du bouillon qu’il rejettat, et se debattant, tout d’un coup il se tournat, et ses yeux perdant leur eclat, il rendit l’ame à deux heures du matin. Voilà en abregé le contenu de ce que j’ai fait et vu, j’ai signé en conséquence [biffé : pour] le present pour servir et valoir à Genève ce 7e aout 1759. Villeméjane Mtre Chirurgien [ajouté en suscription : Juré] et Visiteur Public Je declare par le serment que m’a imposé le Sr Auditeur Rilliet que le detail et rapport cy dessus est conforme à la verité. Ce 9e aoust 1759.

805Rilliet Audr Villeméjane Mtre Chirg. Juré et Visiteur Public

806c) Premier rapport du chirurgien Jean Baumgartner, 7 août 1759 [f° 31] :

807Je sousigné rapporte d’avoir été aux prison par ordre de Monsieur L’hauditeur [Robert-Guillaume] Rilliet 6eme du courant avan midy pour pancé deux blessé donc l’un sapelle Jean Étienne Roset lequel j’ay examiné, j’ai trouvé une playe de tête longitudinale, partie moyene du vertex trois traver de doits de longeur pénétran jusqu’au crane je l’ay pancé et continue à le pancé il a diverce contusion par le corps, point de d’anger pour sa vie se que je puis atesté par serman l’autre sapelle Bezancenet le quél jay examiné et ay trouvé une playe au dessu de l’œil droit penétran jusqu’aux peligrane fait avec un instrumant contondan comme si setoit avec le boux d’unne clé Diverce dechirement sous l’œil droit avec contusion, une playe oblique aux doit index à la main droite pénétran jusqu’à l’os partie interne du dit doit il n’y a rien de dangereux pour la vie du blessé ce que je puis atester par serman

808Genève ce 7 aoust 1759 Jean Baumgartner

809d) Second rapport du chirurgien Jean Baumgartner, 7 août 1759 [f° 32] :

810Je sousigné raporte d’avoir été mandé Dimanche apres minuit 5eme du courant Chez Mr Jean Chavanne le quel j’ay trouvé sur une Chéze se playgnan d’avoir reçu un Coup de Coutaux derriere le dot je l’ay examiné et ay trouvé à la partie moyene du muscle l’onber gauche, une playe saygnan faite avec un instruman tranchan pénétran d’un pousse de profondeur[biffé : e] et large d’un demi pousse j’ay areté le sang et l’ay pancé, le lendemain je l’ay seigné, et continue à le pancé il n’y a aucun dangé pour la vie du blessé ce que je puis atesté par sermant.

811Genève ce 7 aoust 1759 Jean Baumgartner

120. Empoisonnement 20 octobre-19 novembre 1759 (PC 10707)

812 Le chirurgien Antoine Laurens, âgé de 62 ans, est marié depuis environ douze ans à Antoinette Martin. Selon lui, son épouse est sujette depuis quelques mois à des accès de mélancolie dont le dernier épisode a commencé en août 1759. Ses propos sont marqués par la folie et plus d’une fois elle a tenté de se défenestrer, malgré les bains domestiques et le petit lait qu’Antoine Laurens lui administre avec soin. On remarquera que plusieurs voisines décrivent Antoinette au contraire comme une femme « extrêmement vive et gaie », mais chagrinée par la jalousie et l’avarice de son époux.

813 Le matin du vendredi 19 octobre, le chirurgien trouve sa femme au lit, vomissant en abondance, le pouls faible et la peau froide. Il lui fait boire de la mélisse infusée et la frotte avec des linges chauds, sans succès. Alerté, l’apothicaire Pierre Peschier, 71 ans, envoie une potion « anti-hystérique et cordiale » tandis qu’une voisine diagnostique une colique contre laquelle elle préconise un bouillon avec de l’huile. À 8 heures, Jacqueline Laurens, la fille cadette d’Antoine et Antoinette, âgée de 10 ans, s’était déjà inquiétée de voir sa mère la bouche et le nez poudrés d’une substance blanche. Vers midi, la femme du chirurgien expire, empoisonnée à l’arsenic. Les témoignages évoquent les différends qui ont opposé la défunte à son gendre, Louis Albert. Après vérification auprès des pharmaciens, des droguistes et des épiciers susceptibles de vendre de l’arsenic, Louis Albert ne leur en a jamais acheté. La procédure est suspendue à une plus ample information.

814a) Premier rapport de Gaspard Joly (médecin), Daniel Guyot et Jean-Louis Fine (chirurgiens), 20 octobre 1759 [f° 1-2] :

815Nous soussignés Docteur en Medecine, et maîtres Chyrurgiens, certifions par serment que ce jourd’huy 20e 8bre 1759 nous nous sommes transportés chez mons. Laurens maître en Chyrurgie, rüe de la Madeleine à deux heures après midy, pour faire l’ouverture du Corps mort de ma Dame son Epouse ; nous avons d’abord fait l’examen des parties èxterieures, sur lesquelles nous avons remarquè quelques places livides en particulier l’extremitè des doigts de chaque main lesquels ètoyent très recourbés en dedans, et garnis de taches livides, nous avons ensuite procedès à l’examen des parties intirieures, que nous avons commencè par le Bas ventre, après avoir separè et ouvert toutes les parties èxterieures, nous avons trouvé tous les intestins dans un ètat de phlogose bien marquè, le Colon ètranglè, et rètreci dans sa partie gauche qui se termine au rectum, et très dilatè et rempli de vents dans la partie droite, le coecum fortement adherent à la partie du pèritoine qui recouvre la face interne de l’os des Isles ; les petits intestins ne nous ont rien offert de plus particulier à l’exception de la phlogose generale dont nous avons parlè, et d’un ver long d’environ huit poulces que nous avons trouvè dans L’Ileon, nous avons continuè nos recherches, par l’examen de l’estomach, lequel à l’exterieur nous a paru très ample, sans ètre notablement phlogosé après avoir liè les deux orifices superieur, et inferieur, nous l’avons separè pour en èxaminer l’interieur plus commodèment, pour cet effet nous l’avons ouvert, et l’avons trouvè en partie rempli d’une liqueur noiratre que nous jugeons aller jusques au poids de 24 onces dans cette liqueur, nageoi[ajouté en suscription : en]t des flocons muqueux, joints à une substance terreuse, nous avons versè dans un vase cette liqueur, après quoy nous avons observè plus évidemment dassès gros morçeaux de cette substance terreuse envelopée par des mucosités noiràtres qui nous ont parus provenir de la membrane veloutèe de l’estomach dont la surface interieure nous a paru enflamèe, son veloutè ètoit en grande partie dètruit, ce qui en mettoit les autres membranes à nud ; les autres visceres du Bas ventre nous ont paru dans un ètat naturel ; après avoir levé le Ster[ajouté en suscription : n]um et separè les cotes nous avons passè à l’examen des visceres de la poitrine ; les deux Lobes du poumon ètoi[ajouté en suscription : en] t garni de petites taches livides, et leur substance èxtrement engorgèe de sang noiratre ; le cœur ètoit fort dilaté, le ventricule droit ètoit rempli d’une grande quantitè de sang, de mème que les sinus veineux, sans cependant que nous ayons trouvè de concretions polipeuses, l’examen cy dessus a eté fait en prèsence de mons. Peschier maître Pharmacien auquel nous avons remis une porsion de cette substance terreuse envelopèe de mucositès que nous avons trouvèe dans l’estomach, nous certifions veritable tout ce que dessus, et en foy de quoy nous avons signè

816À Genève 20e 8bre 1759

817Gaspard Joly Dm

818D. Guyot, Chirn

819Fine Chirn

  • 54 Jacques-François Chevrier : citoyen, fils et petit-fils de pharmaciens (Jean Chevrier 1649-1712 et (...)

820b) Rapport de Gaspard Joly (médecin), Pierre Peschier et Jacques-François Chevrier54 (pharmaciens), 21 octobre 1759 [f° 3] :

821Nous soussignés Docteur Médecin et Maitres en Pharmacie, Certifions par sermënt, Que ce jourdhuy 21e 8bre 1759 nous nous sommes transportés Chés monsr Peschier Maitre en Pharmacie, pr examiner une matiere contenue dans une tasse pesant net six dragmes, laquelle nous a paru d’abord à la vue et au toucher une substance membraneuse muscilagineuse et au fond une poudre blanche qui s’est fort bien distinguée, et séparée par sa pésanteur. Nous l’avons versée avec un peu d’eau dans une Capsule de fer sur un Réchaud, et par l’évaporation et la désiccation que nous en avons faites en présence de Mrs Guyot et Fine Mtre en Chirurgie, nous nous sommes tous Convaincus par sa [mot biffé] [ajouté en suscription : couleur blanche] sa volatilité et par l’Odeur d’ail que C’etoit du véritable arsénic. Nous Certifions véritables tout ce que dessus en foi de quoi nous avons signé le présent Raport.

822Gaspard Joly

823Jacques François Chevrier

824P. Peschier

825c) Second rapport de Gaspard Joly (médecin), Daniel Guyot et Jean-Louis Fine (chirurgiens), 21 octobre 1759 [f° 5] :

826Nous Docteur en medecine, et Maitres Chirurgiens soussignés, appellés à décider par serment d’une maniére positive, sur la cause de la mort de Madame Laurens, estimons, que les désordres que nous avons trouvé à l’ouverture du cadavre, dans différentes parties, comme il conste par le rapport que nous en avons donné, peuvent bien faire naitre le soupçon de poison, mais ne suffisent pas pour en établir la certitude : Mais ce soupçon s’est tourné en preuve, par l’éxamen éxact fait en nôtre présence et sous nos yeux, par des experts, de la substance terreuse trouvée dans l’estomach de la défunte Dame, que nous avons reconnu être une matière arsénicale et veneneuse, à laquelle nous attribuons la mort prompte et violente de cette Dame : nous croïons ne pouvoir nous dispenser de faire à ce sujet deux observations : La prémiére c’est que cette substance arsénicale formoit un assés gros volume, puisque son poids alloit à six dragmes, joint il est vrai à quelques parties muqueuses et même membraneuses assés légéres, sans compter tout ce qui en est resté dans la liqueur noiratre trouvée avec elle dans l’estomach, Il nous a été en outre rapporté que la défunte Dame avait rejetté dans les efforts du vomissement, une quantité considérable de cette même substance arsénicale : La seconde observation, est que cette matière veneneuse, n’êtoit mêlée avec aucune partie d’aliment [ajouté en suscription : solide], que même nous n’avons [biffé : trouvé rien] [ajouté en suscription : rien reconnu] d’alimenteux dans l’estomach ; Nous croïons devoir nous abstenir de tirer des conséquences de ces observations : Nous certifions véritable tout ce que dessus ; En foi de quoi nous avons signé : Genève le 21e 8bre 1759.

827Gaspard Joly Dm

828D. Guyot M.C.

829Fine M.C.

830d) Rapport du médecin Gaspard Joly, 21 octobre 1759 [f° 67] :

831Le soussigné Docteur en medecine, êtant requis d’exposer ce qu’il connoissoit du tempérament et du caractére de la défunte Madame Laurens, dit et déclare par serment, qu’aiant été consulté pour elle dans quelques occasions, il avoit évidemment observé qu’elle êtoit d’une vivacité extrême, que les perceptions chés elle êtoient vives et promptes, et que les objets extérieurs faisoient sur elle de fortes impressions : Ces effets dépendent d’une sensibilité et d’une mobilité très grande dans les nerfs, et c’est dans cet êtat du genre nerveux, que consiste la disposition physique aux maux connus sous les nom general des vapeurs : Que si à une telle constitution des organes, il se joint, [mot biffé] une cause morale, qui agisse avec quelque forces, et qui soit de durée, il n’est pas rare d’observer par la reunion des deux causes, les plus tristes effets de la melancolie.

832Le soussigné déclare en outre, qu’aiant été appellé le vendredi 19e Ct pour voir Madame Laurens, dans sa derniére maladie, il se rendit chés elle aussi promptement qu’il en fut informé, et qu’en arrivant environ une heure de l’après midi, il apprit que cette Dame venoit d’expirer : Je certifie véritable ce que dessus, en foi de quoi je l’ai signé.

833Genève 27e 8bre 1759.

834Gaspard Joly

121. Noyade, 9-12 mai 1760 (PC 10765)

835 Le matin du 9 mai 1760, Jacques-Henri Saint-André, fils de la veuve Marie-Madeleine Luquet, âgé de 11 ans, tombe dans le fossé immergé vis-à-vis de la Coulouvrenière alors qu’il y pêchait avec son frère.

836a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Villeméjane, 9 mai 1760 [f° 3] :

837Je soussigné mtre en Chirurgie Certifie par serment qu’ayant eté [ajouté en suscription :

838Requis] par ordre de Monsieur L’Auditeur [Jean] Sarasin pour Visiter et verifier le cadavre du nommé Jacques Henri, fils de feü Henri [mots biffés] Saint-André Habitant Perruquier, et de Marie Madeleine Luquet, agé d’11 ans trouvé mort etant tombé accidentellement en pechant dans le Rhône de la hauteur d’environ 10. pieds pres de la Coulouvrenière [biffé : Ay] environ sur les 9. h. du matin, Le Sr Martin Chirurgien à Plainpalais ayant eté appellé, il m’a rapporté qu’il n’avoit donné aucun signe de vie, etant present quand on l’a sorti de L’Eau, n’ayant pas laissé que de lui donner touts les secours necessaires en pareil cas, et l’ayant visité tres exactement je ne lui ai trouvé aucune contusion ny coups par tout son corps, sinon une bave Ecumeuse sortant par les narines, et la bouche, et le dedans des doigts des mains en peu Rugueux, signes pathognomoniques, qu’il s’est noyé accidentellement, et qu’étant tombé dans l’eau le corps en devant il a été subitement suffoqué, le tout etant conforme à la pure verité, jai fait le present rapport pour servir et valoir comme juste à Genève ce 9e may 1760

839Villeméjane Mtre Chirurgien

840Juré et Visiteur Public.

841P.S J’ai fait signer le present au Sr Martin comme ayant eté appellé le premier pour le soigner.

  • 55 Henri-François Martin : chirurgien à Plainpalais, dans la banlieue de Genève, encore en 1784 (G, p (...)

842H. Martin55

122. Noyade suicidaire, 30 août 1760 (PC 10792)

843 Le 30 août 1750, le batelier Hugues Oltramare retire du Rhône un cadavre au-dessous du bastion de Hollande. Il s’agit de François Roch, jardinier au service de la direction de l’Hôpital général, âgé de 90 ans. Dans ses poches, l’auditeur Jean Sarasin extrait huit ou neuf florins dans une bourse de peau, une tabatière, une clef, un couteau, une serpette et un mouchoir, le tout remis à l’hôpitalier. Selon le témoignage du natif Jean-David Laureous, apprenti faiseur de cadrans, le vieillard a glissé le long du talus de la banquette du bastion, suspendu un bref instant par les bras au-dessus de la rivière avant de chuter.

844a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Villeméjane, 30 août 1760 [f° 7] :

845Je soussigné mtre en Chirurgie certifie par serment qu’ayant eté Requis par ordre de mr L’Auditeur [Jean] Sarasin pour Verifier et visiter le cadavre du nommé François Roch de Neydans, manœuvre, agé de 90 ans, ce qu’ayant fait tres exactement, et apres avoir parcouru toutes les differentes parties de son corps, je lui ai trouvé une contusion sur la joue droite, causée surement par la chute volontaire qu’il a faite dans le Rhône pres du Bastion d’Hollande, en outre je lui ai trouvé une bave ecumeuse sortant de ses narines et de sa bouche, qui forment le vray [biffé : pro] [ajouté en suscription : Dia] gnostic des noyés et la preuve la plus certaine c’est qu’on a trouvé ses souliers, et sa canne pres de la muraille, d’ou il s’est jetté dans l’eau, et en consequence jai fait le present rapport pour servir et valoir comme juste à Genève ce 30e aoust 1760.

846Villeméjane Mtre Chirg. Juré et Visiteur Public

123. Mort accidentelle, 6 décembre 1760 (PC 10822)

847 L’expertise du cadavre de Jacqueline Métral, soupçonnée d’être morte enceinte, établit la cause naturelle de son décès.

  • 56 Jacques De Harsu : citoyen, neveu d’Antoine Sabourin, né le 2 juin 1730, docteur en médecine, agré (...)

848a) Rapport du chirurgien Jacques De Harsu56, 6 décembre 1760 [f° 1] :

849Je soussigné, Maitre en Chirurgie certifie par serment avoir éxaminé par l’ordre de Monsieur Le Conseiller [Barthélemy] Du Pan, assisté de Sieur [Jean-Pierre] Jourdan Chirurgien à Chêne le Corps de la fille Métral soupçonnée morte enceinte dans le dit Vilage. Je n’ai trouvé à l’extérieur de son corps aucune trace de mauvaise manœuvre, nulle cicatrice récente de saignée soit au bras, soit au pied, la région de la matrice fort saine et point élevée, les seins mols et exempts de tous signes de grossesse.

850Passant à l’intérieur, j’ai trouvé la matrice dans un état parfait de Vacuité et d’un si petit volume qu’il peut passer pour signe négatif de toute grossesse antérieure tant soit peu avancée ; Le ventricule ou Estomac ne portoit aucun caractère de remède violent et la cause de la mort ne m’a paru se trouver que dans le canal intestinal enflammé dans sa partie inférieure.

851Fait à Genève ce 6eme Xbre 1760.

852De Harsu

124. Automutilation (castration), 13 avril 1761 (PC 10868)57

  • 57 Voir également 164 (PC 12363) : rapport sur le suicide de Jean Dittmar.

853 Selon le verbal de l’auditeur Jean-Jacques-André Boissier, la mère du commis Jean Dittmar, âgé de 17 ou 18 ans, est dans un « état de maladie et de chagrin » qui rend impossible son interrogatoire. Le 13 avril 1761, entre une heure et deux heures du matin, son fils hurle dans sa chambre du troisième étage de la maison. Elle y monte avec son époux ; la chambre de Jean est ensanglantée : « Voyez mon père combien je perds de sang, je me suis coupé les testicules […]. Le bon Dieu m’est témoin si j’ai pensé à faire du mal, je voulais me mettre à l’abri des tentations de la chair et de l’envie de me marier. » Sauvé grâce aux soins du chirurgien Meschinet, Jean Dittmar se donnera la mort le 21 août 1772 d’une balle en plein cœur.

854a) Déposition du chirurgien Étienne Meschinet, 13 avril 1761 [f° 3-4] :

855Du 13e Avril 1761

856Sieur Étienne fils de feu Étienne Meschinet, Bourgeois, mtre Chirurgien, agé de 45 ans, mandé par devant vous et assermenté apres avoir pertinemment repondu sur les généraux dit et dépose, que ce matin à deux heures après minuit, Dittmar mtre Tailleur pour homme est venu chez lui l’appeller ayant l’air d’un homme dans le desespoir, en lui disant qu’il étoit arrivé un grand malheur à son fils ainé, quil le croyait peut étre mort dans le moment, que ledt Sr Deposant lui aiant demandé de quoi il étoit question, il avoit répondu que son fils setoit chatré, quaiant suivi ledit Dittmar dans sa maison de la Grand-Rue vis à vis la Pélisserie, Il avoit trouvé la femme dans un désespoir semblable à celui du mari, qu’aiant été conduit dans une Chambre Il avoit trouvé le fils Dittmar couché sur le dos dessus un lit avec son habit bleu, aiant ses bas et ses souliers, mais sans Culotte, que l’aiant examiné, Il l’a trouvé dans une effusion de sang considérable occasionnée par une Playe transversale aux bources, avec séparation totale des deux testicules que ledit blessé lui a dit avoir fait avec des ciseaux, en repétant souvent que Dieu l’avoit abandonné sans en dire davantage, que le déposant l’ayant pansé selon l’art, il a demandé ensuite au Pere et à la mère comment Ils s’étoient apercus de l’accident à quoi Ils ont répondu qu’étant dans leur lit au second étage, leur dit fils les a apellés du troisième étage, de la Chambre où il étoit, en Criant Je Suis Perdu, qu’aussitot Ils etoient montés et l’avoient trouvé dans le triste état ci dessus mentionné, la chambre pleine de sang et les testicules sur le Plancher, qu’après le recit fait au deposant Il a été Curieux de voir par lui même la quantité de sang quil avoit perdu, quil est monté au troisieme etage où il a vû les deux testicules sur le Plancher à un pied de distance à coté du lit, avec une grande quantité de sang répandue, qu’en vertu du serment particulier imposé par le Magnifique Petit Conseil aux maitres en Chirurgie Il a eté le matin à sept heures en Informer Monsieur le Syndic de la Garde ; qu’après avoir bien examiné l’etat du jeune Dittmar où il a été cinq fois aujourd’huy jusques à ce moment qui est neuf heures, Il trouve son état des plus dangereux, sans pouvoir rien articuler deplus et autre n’a dit avoir à deposer sinon quil n’a vu chez le jeune Dittmar que son Père et sa mère et un frere Cadet aussi affligé que le Père et la mere Repeté, lecture faite a persisté et a signé avec nous Meschinet Boissier Audit Ledit Sieur Meschinet ajoute quil conjecture que ledit jeune Dittmar peut avoir dix sept ou dix huit ans, quil a apris quil etoit Commis chez Mrs Gabriel Lullin et Bolliet en ajoutant encore que ledit jeune Dittmar est dans une si grande foiblesse quil croit quil y auroit du danger à le faire parler de Crainte d’un retour d’Hemoragie

857Meschinet

858Boissier Audit

125. Examen du squelette d’un enfant enseveli, 16 août-4 septembre 1761 (PC 10901)

859 Le vendredi 14 août 1761, les paveurs s’affairent dans l’écurie de la maison en travaux de feu le conseiller Antoine Gautier, près du Manège, dans le quartier de Saint-Léger. L’ouvrier Jean Franc remarque qu’une portion du pavage – environ quatre à cinq pieds de longueur sur trois pieds de largeur – n’est pas semblable au reste de l’ouvrage. En dépavant à coups de pioche, il exhume un os. Selon sa déposition, « dès qu’il le vit, il dit à Maître Michel, le paveur, […] Maître, voici un os de chrétien ; je crois que c’est un os des jambes ». En piochant encore, Jean Franc met à jour le squelette incomplet d’un enfant de cinq ou six ans.

860 Les témoignages désignent une certaine veuve Hugonin qui a demeuré avec sa fille Julie comme vendeuse de vin dans la cave de l’ancien procureur général Abraham Revilliod, à la maison Gautier. Julie Hugonin aurait eu une fille nommée Élise, âgée de cinq à six ans avant qu’elle ne disparaisse, envoyée en Suisse selon sa mère. À défaut de preuves satisfaisantes, le Conseil arrête que l’information soit poursuivie.

861a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Fine, 16 août 1761 [f° 7] :

862Je soussigné, rapporte par serment que ce Jourdhuy 15 aoust 1761 je me suis transportè à l’ordre de mons. l’Auditeur [Léonard] Fatio à Saint-Léger pour vérifier les squeletes ou les os d’un enfant qui ont etè trouvè dans une Ecurie par des Paveurs.

8631er Lesdits Paveurs disent l’avoir trouvè le Jour prècedent à la profondeur d’un demy pied dans la terre, ou environ, sa situation suivant la largeur de l’écurie, ils disent que la tête êtoit Jointe au Tronc, et dans son entier, et que les autres os se sont dètaschés à mesure quils le tiroyent.

864Cette situation gardèe, et observèe dans son integrité auroit pût repandre beaucoup de lumiere sur les consequences que l’on pourroit en tirer, le peu de prècaution quils ont pris soit en le tirant casi en entier sans mènagement de cette situation pour le placer ailleurs en détail, une partie à un endroit, et les autres à un autre, soit qu’il l’aye gaté en piochant ne nous ont laissé appercevoir que des dèbris dètaschès du tout, des os entiers, et d’autres alterés par la pioche.

8651er La tète qui ètoit entiere, nous n’avons pût avoir que les deux parietaux, la plus grande partie de l’os occipital, et une partie des os des Tempes qui y est restèe attachèe, les deux femurs ou os de la Cuisse, une partie des os des Isles, des vertebres du Col, du Dos, et des Lombes, et [rature] un os du Bras dit humérus une partie de la maschoire où il y avoit deux dents des premieres Molaires, et deux dessous situèes dans les mèmes alveoles qui poussoyent les premieres qui auroyent deu tomber.

866Voilà à peu près tous les articles qui [ajouté en suscription : en] concerne le prècis Je dis donc qu’après un mur èxamen je conclus

  1. Que ces os paroissent ètre tous du même sûjet
  2. Que ces os ne sont ny alterès, ny vermoulus
  3. Que le sujet me paroit ètre de l’age d’environ cinq à six ans autant que l’on en peut Juger par la grosseur de la longueur de los, [ajouté en suscription : la longueur] la molesse des Epiphises, et au. [sic]

867Il est assès difficile de déterminer avec prècision le temps quil a put ètre enterrè.

868Mais une consequence qui me feroit croire que la chose n’est pas bien ancienne, cest que la tète se trouvoit en entier encore attachèe au Tronc, selon le rapport des Paveurs.

869Le squelete [mot biffé] d’un enfant doit plutost se dètruire, et se délier que dans un âge parfait, les os du crane se trouvent unis par des sutures moins serrées, et plus lasches, tous les autres os suivent le mème Mécanisme, les os sont plus poreux, et par consequent [mot biffé] s’altereroyent plus facilement, cependant ils sont tous sains, cest ce que je certifie ètre vèritable, et en foy dequoy j’ay signé le present rapport.

870À Genève ce 16 aoust 1761 Fine Chyn

871b) Rapport du chirurgien Jacques De Harsu, 20 août 1761 [f° 19] :

872Je soussigné Maître en Chirurgie certifie par Serment m’être transporté par l’ordre de Monsieur L’Auditeur [Léonard] Fatio chez le Sieur Fine mon Confrére pour y examiner diffêrents os exhumés depuis peu de jours, sur lesquels j’ai fait les observation suivantes.

  1. Tous ces os m’ont parû appartenir au même sujet.
  2. J’ai remarqué dans la face interne des deux os les plus élevés de la tête nommés pariétaux, et dans la partie inférieure de l’oxipital une altèration très sensible dans la couleur et la substance de ces os ; qui sont noirs et vermoulus en cet endroit seulement : tout le reste etant parfaitement sain, ce qui donne lieu de conjecturer que cette altèration prématurée en ces endroits, peut avoir èté occasionnée par la percussion de quelques corps durs avant la mort du sujet.
  3. J’ai remarqué une impression ou fente capillaire à la partie Supèrieure et moyenne de l’os pariétal gauche décrivant un ovale d’un pouce de longueur sur onze lignes de largeur, qui m’a parû après quelques coups de lime pénétrer sur la partie antèrieure toute la substance de l’os et qui ne peut avoir èté occasionnée que par quelques coup violent sur cette partie, dont la face interne se trouve altèrée comme je l’ai dit plus haut.
  4. J’ai observé dans la machoire inférieure de ce squelette prise chez les Demoiselles Gautier qu’il n’y avoit que deux dents [biffé : de] renouvellées, sçavoir, les deux prèmières insicives, toutes les autres étant encore enfermées dans la machoire, où [rature] je les ai trouvé après en avoir scié la surface, cette observation m’a conduit à fixer l’âge de cet enfant entre cinq et six ans, tems auquel les secondes dents commencent à paroître, ce qui se trouve confirmé par la grandeur, la grosseur et la consistance des autres os.
  5. Il paroît par l’os de la Cuisse nommé fémur long de 8 pouces et deux Lignes dépouillé de parties molles, que l’enfant devoit avoir 3 pieds 3 pouces de longueur suivant les Loix de la Statique du Corps humain.

873L’inspection de ces os n’a pû me donner aucune idée sur le sexe de cet enfant vû qu’il n’y avoit qu’une partie des os du Bassin.

874Je ne sçaurois non plus etablir quelque chose de satisfaisant sur le tems écoulé depuis son inhumation jusqu’à son exhumation, ce point délicat dépendant de plusieurs circonstances que je n’ai pû examiner telles, que la qualité de la terre plus ou moins chargée de sels qui environnoit le Cadavre, le voisinage d’un terrein plus ou moins chaud, plus ou moins humide.

875Fait à Genève ce 20e aoust 1761 De Harsu

126. Suicide, 1er-2 novembre 1761 (PC 10928)

876 Le 1 er novembre 1761, vers 22 heures, le messager Paul Chavagnac se suicide à coup de fusil dans sa chambre d’une maison de Saint-Gervais. Françoise Chavagnac, son épouse qui sert dans un cercle, ne connaissait au défunt aucun sujet de chagrin, mais une inclination à l’ivrognerie.

877a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Fine, 2 novembre 1761 [f° 7] :

878Je soussigné Mtre en Chyrurgie, certifie par serment que ce Jourdhuy 2e 9bre 1761 je me suis transportè à 11h du soir dans lallèe de la Croix-Blanche sous Coutance par ordre de mons. l’Auditeur [Pierre] Dansse pour visiter le cadavre du nommè Paul Chavagnac lequel jay trouvè ètendu sur le plancher, nageant dans son sang ; après l’avoir èxaminé, [mot biffé] jay trouvé à la partie inferieure de la poitrine au dessus du Cartilage Liphoide une playe ronde et pènetrante de part en part, et qui portoit le Caractere de celles d’arme à feu comme fusil pistolet, ou carabine chargèes dune Bale, ou ou [sic] autre Corps de cette nature, et qui immanquablement dans son trajet aura attaquè des parties èssentielles ce qui luy aura procuré une mort subite et prompte comme quelques gros vaisseaux viscerel ou autres cest ce que jè certifie ètre vèritable, et en foy de quoy jay signé le present rapport.

879À Genève ce 2e 9bre 1761

880Fine Chn

127. Paillardise et désobéissance, 20 février-7 mars 1762 (PC 10982)

  • 58 Le résident de France Montpéroux détaille l’affaire dans sa lettre au duc de Choiseul du 17 août 1 (...)

881 « Mon cher ami, J’ai lu cent fois votre lettre. Ce chagrin qui devrait me flatter me pénètre, je ne veux pas que vous soyez triste, j’ai mis la lettre sur mon sein, mon visage sur la lettre et je l’ai baignée de mes larmes, elle sera sur mon cœur cette lettre que tu as touchée. » C’est en ces termes que Gabrielle Bonnet, native de 35 ans, « ci-devant » marchande de modes, exprime ses sentiments amoureux au jeune baron Naoumov contre la décision du Conseil qui avait ordonné de mettre un terme définitif à leur relation 58 . Outre la maladie vénérienne, la passion du jeune baron lui coûte une montre en or, un manchon de fourrure, un petit coffre à thé, un nécessaire en bois, six paires de manchettes et un cachet aux armes de la famille russe.

882a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 4 mars 1762 [f° 25] :

  • 59 Il s’agit probablement d’Antoine-Joseph Maugue, qui se présente comme le chevalier Jean des Essart (...)

883Je soussigné Maitre En Chirurgie Et Juré, déclare par serment Entre Les mains de Monsieur Le sindiq [Jean-Louis] Grenus ; que Lundy premier Mars 1762 dens Là matinée, Etant dens La Chambre de Monsieur Nicolas de Naoumov, Gentilhomme Moscovite, Le dt Mr de Naoumov, me dit avoir uriné du sang Et me demenda doû cella pouvoit provenir et sil y avoit du danger ; à quoy Je luy aurois répondu ; qu’un tel accident proven[ajouté en suscription : oi] t de luzage Immoderé qu’il avoit fait de cette partie, qu’il avoit passé Les Bornes de La nature ; que parrapport au danger il y En avoit Beaucoup ; que sil continuoit à faire uzage de cette partie Et à Boires des Liqueurs fortes ; Les petis vaisseaux qui Etoient Brisés, senflameroient, Et que Là gangraine, suivroit de près ce qui Le feroit périr misérablement ; Et en peû de tent,… De plus Monsieur Des Essarts59 son Gouverneur ayant appris ; que Mr de Naoumov avoit uriné du sang ; nous auroit prié Mecredy matin 8e du court, conjointement avec Mr Le Docteur Butini de nous Trensporté avec Ledt Mr Des Essarts à Confignon En Savoie vers Mr de Naoumov pour L’examiner ; à cella pour sassurer de son Etât, pour savoir sil Est En situation de partir oü non, Ledt Mr de Naoumov, ne voulat Jamais consentir à Etre visité quêl sollicitation que nous Luy fimes ; il ne voulut pas seulement nous montrer sa chemise Et déclara de nouveau qu’il avoit uriné du sang ; mais qu’il n’en Etoit plus question ; vü sa résistence à ne pas vouloir ce Laisser vïsité Et Le détail sy dessus mentionné Je conclus que Mr de Naoumov Est actuellement attin de Là Maladie de laqu’elle il m’a parlé le per du courant.

884Genève ex 4° Mars 1762 Meschinet

128. Paillardise et infanticide, 24 mars-6 mai 1762 (PC 10995)

885 Le matin du 24 mars 1762, le maître valet du capitaine Gallatin, à Satigny, surprend, dans la cuisine des domestiques, une dispute entre la gouvernante de campagne Françoise Mornay et la servante Jeanne L’Epine. Celle-ci vient d’avouer qu’elle a accouché durant la nuit, abandonnant son enfant qu’elle jure être né avant terme dans les lieux d’aisance au fond du jardin. Alerté par son fils, le laboureur et ancien d’église Marin Batard découvre en effet le corps sans vie du nourrisson dans les « lieux ». Entre temps, Jeanne L’Epine a fui la maison Gallatin. La servante contumace est condamnée à la pendaison selon la sentence prononcée le 6 mai 1762 devant le temple de Satigny. Jeanne est excéutée par effigie aux patibules du mandement de Peney.

  • 60 Pierre Valloton : fils d’Abraham Valloton, chirurgien établi dans le mandement de Peney, bourgeois (...)

886a) Rapport du chirurgien Pierre Valloton60, 24 mars 1762 [f° 10] :

887À Satigny le 24. Mars 1762

888Sieur Pierre fils du feu Abraham Valloton des Clèfs [Les Cluds ?] Balliage d’Yverdon Mtre Chirurgien agé de 49 ans Declare par serment :

889Qu’ayant été apellé par ordre de nôtre justice pour visiter un enfant mort, que l’on a retiré des Lieux chès Mr Le Capine [Abraham ou Jacques l’aîné ?] Gallatin il a reconnu que l’enfant doit êter né dans la nuit ; Qu’il etoit à terme ayant Les ongles bien formées, et des Cheveux ; Qu’il ne paroit pas qu’on l’aye frappé d’aucun instrument mais qu’il est tombé sur la tête et s’est fait une contusion ; et qu’il doit s’êter etouffé dans les excrements etant tombé d’assés haut ; Qu’il a vu des traces de sang dans le trou des lieux du côté de la cour, Que c’est un garçon : Qui est tout ce qu’il a à declarer. Repeté Lecture faite a persisté et signé. Valotton [signature tremblante qui ne correspond pas à la graphie de l’expertise, très probablement de la main du châtelain]

890[Jacob] De Chapeaurouge

891Chatelain

129. Aliénation, suicide, 12-13 juin 1762 (PC 11018)

892 Le 12 juin 1762, vers 14 heures, l’horloger Jérémie Gallet est attablé dans la cuisine mitoyenne de l’appartement de sa sœur Gabrielle, sur la place de la Madeleine. Il entend soudain le cri de Louise-Charlotte Bousquet chargée de veiller sur la jeune femme aliénée. Gabrielle vient de se défenestrer.

893a) Rapport du chirurgien François-David Cabanis, 13 juin 1762 [f° 4] :

894Je soussigné Maître en chirurgie Certifie qu’ayant été appellé hier 12e du courant sur les 3 heures de laprès midy : à la place de la Madeleine dans la maison Pommier au 4e étage : pour examiner les blessures de la petite Gallet qu’on m’a rapporté être tombée depuis les fenetres dans la ruë : laquelle fille j’ai examiné avec beaucoup d’attention et j’ai trouvé une contusion considerable au crane qui s’étendoit depuis l’os temporal gauche jusqu’au au [sic] environ du meme os du coté droit : plus une playe sur l’os parietal gauche et une hemoragie par l’oreille du meme coté : la malade etoit sans connoissance, avec tous les presages d’une mort prochaine : çà n’a pas empeché que je n’aye mis en usage les moyens [biffé : convenables] chirurgicals convenables en pareil cas : tel est mon rapport à Genève 13 juin 1762.

895Cabanis

896b) Rapport du chirurgien Jean Baumgartner, 12 juin 1762 [f° 6] :

897Je sousigné et Raporte par Sermant et ordre de Monsieur L’auditeur [Ami-Jean] De la Rive avoir eté mandé par La veuve Gallet pour saigner sa fille agee de 24 ans, que monsieur Le docteur Joly avoit ordoné je lai trouvee Dans sa chambre agitee et Beaucoup parlant inregulierement ce qui ma fait juger quelle étoit alienee d’Esprit, mardy 8e du courant sa mere me fit mander pour faire une nouvelle saignee à sa fille, je la trouvais dans le maime état que la premiere fois et lui fit une saignee au pied et Elle fut fort trenquille est surtout le lendemain que je la fut voir Le Jeudy je ne la vit pas vendredy sa mere me fit mandé je my trensporta à une heure apres midy je la touvais assise à travailler quoy qu’avec une agitation tres considerable sa mere me dit quelle ne voulois pas Boire je lui recomendois de boire est Le lendemain de prendre une legere purgation La desu La malade se mit à pleurer est lui prit un tremblement Layent quité je lui Recomanda de bien Boire, tres surpris que Lon mevint apeler ver les trois heure pour la Segonde fois pour aller voir la ditte malade qui setoit jetee par la fenetre, je la trouvois dans son lit sans conaissance avec un pouls mourant je demadat qui cétois qui avois [biffé : m] mis le premier apareil, Lon me dit que cétois monsieur Cabanis qui lavois pencee est fait une saignee avec ordre de tremper la compresse den Laudevie quil lui avois mit sur la teste est come Lon étois en devoir de La pencer une Segondefois dans le tems que jentrais je lui examinais La teste est trouvais une plaiee à la partie Laterale Gauche de la Grandeur dun demi pouce traversalement est une contusion à La partie Lateralle droitte au desus de Loreille à Genève ce 12 juin 1762.

898Baumgartner

899Mtre en chirurgie

130. Aliénation, suicide, 14-19 novembre 1762 (PC 11064)

900 Thomas Jaquet passe pour un homme raisonnable jusqu’aux environs du mois de juillet 1762. Il commence alors à se plaindre publiquement que l’auteur anonyme d’un ouvrage contre les partisans de Jean-Jacques Rousseau l’a désigné de manière odieuse comme le meurtrier de son père. Jaquet devient sombre, taciturne, les yeux hagards, le visage si rouge qu’il vire au noir, jetant aux passants des regards de colère. Saisi de folie, il se tire même un coup de pistolet, sans parvenir à mettre fin à ses jours. Le 8 octobre, l’avocat Mercier accompagne Thomas Jaquet chez Jacob Ferrier, aux Bougeries, afin qu’il soit enfermé et soigné sous bonne garde. Le malade parvient pourtant à s’échapper de sa chambre deux jours plus tard. Le lundi 11 octobre, plusieurs de ses amis organisent une battue afin de retrouver le fugitif. Pas de traces de Thomas Jaquet, mais on repêche son chapeau dérivant sur l’Arve. Pendant dix jours, les recherches se multiplient entre Arve et Rhône, notamment sous la direction du batelier Hugues Oltramare, pour découvrir le corps du malheureux, conformément à ce qu’exigent « la piété et la religion ». En vain.

901a) Déclaration assermentée du chirurgien Jean Baumgartner, 14 et 17 novembre 1762 [f° 2] :

902Je sousigné raporte par ordre de Monsieur le Conseiller [Jean] Jalabert d’avoir été mandé sur la fin du mois de Juillet dernier par les Parents du Mr Jaquet Marchd Ferretier prés la porte de Rive je my suis transporté et j’ay trouvé le dt Mr dans une maladie de mélancholie se plaignant de grand meaux de tête et beaucoup d’inquiétude sans pouvoir dormir ny jour ny nuit, je luy ay fait une saignée au pied qui sembloit lavoir un peu tranquilisé, mais peu de jours aprés l’agitation augmenta et ses Parents l’ayant laissé seul un moment il en profitta pour se donner un Coup de Pistolet à bâle ; je fûs dabord apellé et trouvai le malade dans une grande agitation avec des blessures dun Coup d’arme à feu, dont le manton froisoit par la bale, la lèvre inférieure, et la lèvre supérieure avec le nez totalement déchirez. Je lay pensé et gueris des dittes blessures et jay cependt toujours trouvés son Esprit dérangé de temps à autres c’est ce que je puis attesté par serment si j’en suis requis Genève ce 14e Novembre 1762.

903Baumgartner

904Mtre en chirurgie

905Nous Auditeur Soussigné certifions qu’en suite de L’ordre à nous intimé par Noble. [Jean-Louis] Grenus Seignr Sindic, nous avons mandé par devans nous le dit Me Baumgartner, lequel apres avoir répondu pertinemmt sur les generaux a afirmé par sermens la déclaration Ci dessus contenir vérité À Genève le 17e 9bre 1762 [Horace-Bénérict Perrinet] Des Franches Audr.

131. Homicide involontaire, 19-21 juin 1763 (PC 11146)

906 Le matin du 19 juin 1763, à 11 heures, le cordonnier et communier de Jussy Étienne Pittard est trouvé mort dans un champ de blé, couché à côté de son fusil, le cœur percé d’une balle perdue depuis les cibles voisines.

907a) Rapport du chirurgien Pierre Lambert, 19 juin 1763 [f° 26] :

908Je Soussigné Et certifie comme maitre chirurgien et Juré de Jussy avoir eté avec l’officier parents Et autres ce 19e juin 1763 vers les 11 oeures et demi du matin au lieu nommé Les Meurets lequel dit deffunt aloit à une de ses terres Et a eú le malheur de recevoir un coup de fusil chargé à bale layant un Etendu le visage à terre Et jay aperçu dabort labit troué et percé [biffé : d] etant vis à vis du tirage ie nay pu douter que le coup ne pouvoit venir que de là et que par leloignement la bale etoit morte na pas pu percer et se nomme Étienne Pittard cordonnier au quel Jay dabort aperçu son visage et toutte la tete Livide et presque noire le mettant sur une Echele le quel avoit un fusil situé sous le bras gauche par sa pointe on luy la oté et Jay mis la baguette dedans le quel etoit chargé, layant transporté chez luy on la desabillé Et Jay dabord apercu le coup qui Est bien la forme de la bale le quel Jay sondé Et cest positivement à ce quil ma paru vis à vis la pointe du cœur comme le coup Est environ 8 travers [ajouté en suscription : de] doit à la partie inferieure de lemontate gauche il ni a aucun doute que la bale n’aie fait son coup et quelle doit etre dans la capacité de la poitrine de quoy Je certifie veritable Lambert En suite de serment que Jay faît nouvelement devant monsieur le chatelain [ajouté en suscription : si dessus] je confirme la verité Lambert.

909[Jean-Jacques-André] Boissier Chatelain

910b) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 20 juin 1763 [f° 28-29] :

911Je sous signé me en Chirurgie de Genève Rapporte quayant été mandé Et assermenté par monsieur Boissier chatellin de Jussy Je [biffé : m’y] me transporter audt Jussy ce jourdhuy 20e Juin 1763 pour faire L’examen du cadavre d’Étienne Pittard dudt Lieu Cordonnier de proffession, agée de 33 à 34 ans Environs ; Lequel Cadavre on nous auroit dit avoir Eté trouvé mort du jour de hier dens du Blé à 13 toises du tirage de L’exercice dudt village ; nous Etant trensporté audt Endroit don[rature] on avoit trouvé Le Cadavre avec Monsieur Le Chatellin et nous Etant Informé de Latitude dens lequel Etoit Le Cadavre Lorsqu’on [biffé : l’on] La découvert ; on nous auroit dit qu’il Etoit Couché par terre La face En Bas Les pieds regardant Le Tirage, habillé de ses habits ordinaires, son fusil [ajouté en suscription : chargé] Entre ses Bras [biffé : chargé] ; un peû de sang répendu sur Lherbe provenant de sa Bouche ; ayant Examiné Lendroit [mot biffé] qui ce trouve directement dens La Ligne du Tirage ; Monsieur Le chatellin En auroit fait mesurer La distence ; pour sassurer plus surement de la portée du fusils ; de Là nous nous serions trensportés dens La maison dudt feu Étienne Pittard, Lequel nous aurions trouvé nud ployé dans un Drap Etendu sur une paillasse ; Layant Examiné Jaurais découvert une playe située à la partie Inferieure et au Bord de lhomoplatte Gauche pénétrant dans la Capacité de la poitrine ; aprés avoir percé Laditte homoplatte ; Laditte playe Etant de figure ronde [biffé : et de la figure d’une] [ajouté en suscription : comme une] Balle ce qui me [ajouté en suscription : la] faitte Jugée [biffé : Etre faitte] [ajouté en suscription : provenir dune] [biffé : par une] arme à feû ; ayant Passé à Louverture de la poitrine pour suivre La direction du Coups ; Jaurois Trouvé Le Cœur percé de pare En pare ; et La poitrine remplie de sang Epenché ; ayant Continué Letraget Jaurois Enfin découvert La Balle [biffé : hort] hors La poitrine sous Les téguments du Côté Droit à un travers de doigt du mamellon paralelle à son Entrée, [biffé : ayant sa] ce qui me ce qui me [sic] prouve que Lorsque La Balle a áttin Ledt Étienne Pittard Elle avoit perdu de sa force puisqu’elle n’a pû percer Les Tégument du Côté opposé, ayant fait une Incision aux Tégument sur la Balle Je l’aurois sortie ; après Lavoir Examinée Et présentée au trou fait à Los il ce ceroit trouvé Conforme ; on peut Conclure de tout cet examen qu’Étienne Pittard passant dens Lechand où on Lá Trouvé mort Le samedy soir à Lheure que Lon tiroit à La cibe une Balle a passé à Côté de La muraille faitte pour Les retenir, et a porté Jusque à luy La attin à lá partie Indiquée sy dessus ; a traversé Le cœur de pare En part Le Sang cest sur le moment Epenc[h] é dens La poitrine ; Il est mort sur Le coups ; Ce que Jateste veritable, Jussy ce dit Jour

912Meschinet

913Boissier Châtelain

132. Noyade, 21 juillet 1763 (PC 11156)

914 En mai 1763, David Leuba, âgé de 23 ans, quitte le Val-de-Travers pour rejoindre son frère Jacques à Genève. Ils sont tous deux logés chez le maître tonnelier Élie Jorand à la Madeleine. Le maître maçon Matthey engage David à son service en qualité de manœuvre. Le 20 juillet, jour de grande chaleur, peu après 22 heures, David Leuba se noie dans le bassin de Longemalle. Ceux qui le connaissent en parlent comme d’un « brave garçon, sans malice ni fiel, assez régulier à son devoir et assez rangé, d’un tempérament gai, […] buvant du vin, mais sans excès et aux heures des repas des ouvriers de son espèce ». Une fois retiré du bassin, le corps du manœuvre, vêtu d’un sarrau de toile et d’un tablier de maçon, est déposé à l’Hôpital général où Jacques Leuba identifie la dépouille de son frère. Il est arrêté d’en informer plus amplement.

915a) Rapport du chirurgien François-David Cabanis, 21 juillet 1763 [f° 14] :

916Je Soussigné Maitre en chirurgie Certifie m’être transporté hier 20 du Crt sur les 11 heures du soir sur le port du Bois, par l’ordonnance de Monsieur L’Auditeur [Frédéric-Guillaume] Bonet pour visiter le cadavre d’un homme agé d’environ 25 ans qu’on avoit tiré de l’eau : après avoir preté le serment requis je l’ai examiné avec attention et je n’ai trouvé sur toute l’habitude du corps ni playes ni contusions, et par consequent aucune cause de mort exterieures visibles : il n’est donc pas douteux que la seule cause de la mort de ce jeune homme ne soit duë au sejour quil a fait dans l’eau et de la pression que l’eau a fait sur sa poitrine qui la étoufé ; j’ai mis en usage les secours chirurgicaux indiqués en pareil cas, mais aucuns succés : tel est mon rapport Genève le 21. juillet 1763.

917Cabanis

133. Excès mortel, 12-14 novembre 1763 (PC 11191)

918 Le 31 octobre 1763, le cordonnier Jacques Cabanel se bat avec le chaudronnier Jacob Sigismond Muller, ivres aussi bien l’un que l’autre, au sujet d’une semelle raccommodée que le chaudronnier refuse de payer au tarif d’un florin et six sols, contestant la qualité du travail accompli. Cabanel se plaint à l’auditeur Antoine Saladin qui parvient à réconcilier les deux hommes. Treize jours plus tard, le cordonnier décède des suites d’une affection pulmonaire.

  • 61 Gédéon De Rabours : citoyen, né le 9 avril 1710, DM à Valence en 1733 et à Paris en 1738, médecin (...)

919a) Rapport du médecin Gédéon De Rabours61, 12 novembre 1763 [f° 2] :

920Je soussigé Docteur aggregé au Collége de medecine de cette ville certifie avoir eté appellé, pour donner mes soins au né Jacques Cabanel mtre savetier demeurant rue de Cornavin, le mercredy 9e du courant. En m’informant de ce qui pouvoit avoir donné lieu à la maladie du dt Cabanel qui se presentoit sous les apparences d’une fausse pleuresie très facheuse, j’appris qu’il avoit reçu le 31e du mois passé, du né Muller Chauderonnier, un grand coup contre la poitrine qui le fit reculer de quelques pas et tomber ensuite sur le pavé à la renverse, Que le lendemain du coup, il se sentit bien mal aux reins, et se plaignoit beaucoup de doubleur à la poitrine et avoit dailleurs un grand enroüement, Que ces maux avoient augmenté chaque jour jusqu’au Dimanche suivant qu’il fut saisi d’un grand frisson entre 4 et 5 heures après midi, auquel succeda une grande chaleur avec fièvre continue, beaucoup de toux, d’oppression et grande douleur de coté, symptomes qui subsistoient encore dans toutes leur force, malgré deux saignées qui lui avoient eté faites, lors que je le vis la première fois ; ces symptomes sont encore aujourd’hui subsistants à peu près dans le même degré et je ne doute point que sa maladie n’ai eté occassionnée tant par le coups à la poitrine enoncé ci-dessus que par la chute sur le dos qui fut l’effet du coup qu’il venoit de reçevoir Donné à Genève le 12e 9bre 1763

921De Rabours

922b) Rapport du médecin Gédéon De Rabours et du chirurgien Jean-Louis Fine, 13 novembre 1763 [f° 3] :

923Nous soussignez Docteur Medecin et Maitre Juré en chirurgie certifions par serment que ce jourd’hui 13e du mois de Novembre 1763 nous nous sommes transportés à la requisition de Monsieur l’Auditeur Boissier rue de Cornavin à six heures du soir chez le nommé Cabanel Savetier pour y faire l’ouverture de son cadavre, et rendre raison de la cause de sa mort : Pour cet effet, en consequence des symptomes qui se sont manifestés pendant la durée de sa maladie qui etoient tous bornés à la capacité de la poitrine, nous nous sommes fixés à la dissection de cette partie et à l’examen des viscéres qui y sont contenus ; Nous avons trouvé dans la cavité droite de la poitrine un epanchement très considerable d’une serosité sanguinolente qui avoit alteré la membrane externe des poumons et celle qui tapisse interieurement les côtes : Nous avons trouvé aussi la substance des poumons engorgé d’une serosité purulente et sanguinolente et cela dans les deux cotez desordre qui est plus que suffisant pour avoir occasionné la mort du malade.

924Nous avons peine à croire que tout le desordre enoncé ci-dessus ait été occasionné par le coup et la chute dont il est parlé dans le precedent raport, puis que l’on trouve communément dans les ouvertures des cadavres de pareils desordres à la suite des maladies inflammatoires de la poitrine. Cependant nous ne pouvons pas assurément [sic] positivement que le coup et la chute n’ont contribué en rien à sa maladie.

925Donné à Genève le 13e 9bre 1763 De Rabours

926Fine Chyn

134. Excès, 5 février-13 mars 1764 (PC 11215)

927 Pierre Holtz, originaire de Mayence et âgé de 25 ans, est compagnon chez le maréchal Palay. Le soir du 4 février 1764, en compagnie de quelques amis, il se rend à la cave Neuve pour y boire et jouer aux cartes. Au cours de la soirée, le tonnelier et soldat de la Garnison Tobie Mangold, originaire du Wurtemberg et domicilié aux Trois-Couronnes, se joint aux convives. Malheureux au jeu, Mangold perd dès la première partie 21 sols. Les insultes ne tardent pas. Une fois dans la rue, le soldat frappe Pierre Holtz d’un coup de couteau. Contumace, Tobie Mangold est condamné à de « grièves » censures, à faire réparation, aux dommages et intérêts, aux dépens et au bannissement perpétuel.

  • 62 Pierre-Louis Macaire : citoyen, fils du chirurgien Jean-Jacques-René Macaire, né le 14 février 173 (...)

928a) Rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire62, 5 février 1764 [f° 4] :

929Je Soussigné Maitre en chirurgie, Juré Certifie et rapport par Serment et à la requisition de Monsieur L’auditeur [Léonard] Revilliod, m’être transporté hier entre onze heure et minuit chez Maitre Palay Marechal pour penser un de ses compagnon nommé Pierre Holtz de Mayence, agé de 25 ans, auquel j’ai trouvé une playe transversale sanglante faite par instrument piquant et tranchant, située dans la partie moyenne inferieure de la region iliaque gauche, à quelques lignes de l’os des iles ; la quel playe a sept à huit lignes de largeur sur deux pouces et demi de profondeur se perdant obliquement dans les muscles, sans penetrer dans le ventre, de sorte que suivant le cours ordinaire cette playe ne doit avoir aucune suite facheuze. En foi de quoi j’ai donné le present rapport à Genève le 5. Fevrier 1764

930PL Macaire

  • 63 Jean-Antoine Butini : citoyen, né le 7 septembre 1723, DM à Montpellier le 16 septembre 1746, agré (...)

931b) Rapport du médecin Jean-Antoine Butini63 et du chirurgien Jean Baumgartner, 20 février 1764 [f° 24] :

932Nous soussignés Docteur en Médecine et Maitre en chirurgie, ayant visité par ordre de Monsieur L’auditeur [Léonard] Revilliod, le nommé Pierre Holtz du territoire de Mayence, déclarons par serment lui avoir trouvé dans le flanc gauche, sur la derniére fausse côte, trois doigts au dessus de la crête de l’os des Iles, une cicatrice longue de cinq à six lignes et large d’une ligne, à la suite d’une playe, qu’il nous a affirmé lui avoir été faite par un coup de couteau, le samedi 4eme de Février de la présente année, qu’il reçut d’un garçon Tonnelier dont il ne se rappelle pas le nom. La playe n’a pas pénétré dans la capacité du bas ventre mais seulement dans le tissu cellulaire, n’y ayant eu aucun accident facheux et nous l’avons jugé guéri. En foi dequoi nous avons signé le présent rapport. Genève ce 20eme Fevrier 1764

933Butini Dm Baumgartner

135. Tentative de suicide, 12-13 février 1764 (PC 11218)

934 Pierre Proux, originaire de Nantes et âgé de 27 ans, exerce comme garçon perruquier. Il vit depuis environ huit mois dans une chambre du cabaret de Marguerite Siordet, la veuve Dentand, à Grange-Canal, lorsque le 11 février 1764, il tente de se suicider en se tranchant la gorge avec un rasoir. Selon la déclaration du jeune homme, il était « sujet à des mouvements convulsifs dans les nerfs qui lui attaquaient le cerveau et le mettaient hors du sens ». Le rasoir est aujourd’hui encore conservé parmi les pièces de la procédure.

  • 64 Jean Goty : originaire de Sainte-Croix en Languedoc, né en 1730, chirurgien à Chêne, mort en 1818, (...)

935a) Déposition de Jean Goty64, chirurgien à Chêne, 12 février 1764 [f° 10-11] :

936Jean fils de feu Jean Goty, de Sainte-Croix […] en Cévennes, habitant à Chêne, Mtre Chirurgien privilegiè au dit Chêne, agé d’environ 30. ans, mandé par devant nous, [ajouté en suscription : et assermenté] dit et depose, Que hier, environ les cinq heures et demi du soir, le Domestique de la De Veuve Dentand de Grange-Canal, vint l’avertir, qu’il y avoit un malade dans sa maison, qu’il vint sur le champ, entra dans la chambre du malade, qu’il trouva couché dans son lict, la face en partie couverte de sang, et que le nommé Foucau lui tenoit un Linge [biffé : sur] [ajouté en suscription : sous] la gorge qu’il apuioit de sa main sur quoi, le Declarant s’informa du dit Foucau, qu’elle etoit la nature et la cause de la plaie du malade pour préparer un apareil en conséquence : qu’apres lavoir preparé, il decouvrit le malade, qu’il le trouva baigné dans son sang : qu’aiant ensuite examiné la plaie, et s’apercevant qu’il respiroit par la plaie, il conclud que la trachée artere avoit eté ouverte par quelque instrument tranchant, d’une maniere transversale, inclinant du cotè droit, qu’il rendoit du sang par la Bouche, ce qui confirma le Deposant dans l’idée que la trachée artere avoit eté ouverte. Que le Deposant apliqua l’apareil convenable pour operer la reunion de la plaie. Qu’ensuite il s’apercû que le malade avoit des accidens convulsifs, qui faisoient élever ses Jambes par des mouvemens Involontaires, aiant les yeux egarés. Que le Deposant le revint visiter vers les onze heures du soir, qu’alors les accidens convulsifs l’avoient quitté, qu’il avoit repris ses sens et l’usage de la parole, dont auparavant il n’avoit donné aucune marque disant au Deposant (lequel luy avoit demandé qui luy avoit fait cette blessure) que c’etoit lui même qui se l’etoit faite avec un rasoir que la violence du mal l’avoit porté à cela, qu’il en etoit bien faché qu’il en demandoit pardon au bon Dieu, qu’il ne faloit l’imputer à Personne qu’à lui même. Le Deposant ajoute, que dans l’espace de deux à trois ans, il a traitté ledit Proux pour des accidens convulsifs. Qu’au reste, le Deposant ne peut rien decider, quant à present, sur les suites de la plaie, n’aient pas jugé convenable de lever l’apareil. Repeté, lecture faite, a persisté et signé avec nous. Goty ch

937[Jacques] Bonnet auditr

938b) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 12 février 1764 [f° 12] :

939Je sous signée Me En Chirurgie de Genève Rapporte par serment que ce jourdhuy 12e fevrier 1764 à midy ; Je me serais transporté par L’ordre de Monsieur L’auditeur [Jacques] Bonnet Luy présent à Grange-Canal dans Le Logis de La V. Dentand ; pour y Examiner un Blessé nommé Pierre Proux garçon Perruquier de Nantes En Bretagne. Jaurais trouvé Ledt Blessé Couché dans un Lit sans fievre ny accident Le Col Bandé d’un [biffé : accid] appareil sa Chemise plaine de sang. Je me serais Informé du Chirurgien qui L’avoit pencé on m’auroit dit Etre le Sr Goty Me chirurgien du vilage de Chêne ; Jaurais Envoyé cherché Le Sr chirurgien pour minstruire de L’etat de lá Blessure pour pouvoir En donner Rapport, Le Sr Goty m’auroit dit avoir Eté appellé hier soir à L’entrée de L’anuit pour secourir le dit Blessé que Layant trouvé sans Connoissance dans une Effusion de sang occasionnée par une playe transversalle qui partageoit En partie La trachée artere au de ssous du Larinx dit La pomme dadam ; que Ledit Blessé ne Respiroit que par La playe, Le Sr Goty avoit Employé Les moyens que Lart Indique pour Reünir Laplaye tant par Lebandage que par La situation, vü Le recit du Sr Goty nous avons Considéré Cette Blessure Comme des [mot biffé] plus dangereuse nous n’avons pas Jugé apropos de Lever Lapareil [ajouté en suscription : de quelques Jours] pour ne pas Interrompre Louvrage de Lanature, Genève ce Dit Jour

940Meschinet

136. Excès, 23-29 juillet 1764 (PC 11282)

941 Le samedi 21 juillet 1764, le journalier bernois Christ Feller, employé chez André Pallard à Morillon, se rend en ville pour y faire des emplettes. Aux Rues-Basses, il achète une paire de culottes pour six florins et six sols de viande cuite avec un morceau de pain pour son repas. Il entre ensuite dans une cave de la Madeleine pour y boire une bouteille de vin. Sorti de la cité à l’heure de la fermeture des portes, lorsqu’il parvient à Montbrillant, il est agressé au couteau par deux hommes inconnus, vêtus de camisoles courtes de couleur blanche, avec des guêtres à leurs jambes. Les deux malfrats lui volent une piastre et quatre pièces de 21 sols. Blessé de plusieurs coups de couteau, Christ Feller parvient à rejoindre la maison d’André Pallard où il reçoit les soins du chirurgien Baumgartner qui le fait ensuite conduire en voiture à l’Hôpital général. À défaut de piste probante, il est arrêté d’en informer plus amplement. La procédure renferme un fragment de la lame du couteau qui a probablement servi à l’agression du journalier.

942a) Rapport du chirurgien Jean Baumgartner, 24 juillet 1764 [f° 8] :

943Je soubsignié Raporte que le 22e juillet 1764 jay été mandé à 11 heure avant midi, par ordre de monsieur Pallard, pour aller à Morillon, pour visiter un maneuvre ; je mi suis trensporté est Lai trouvé aux lit se plaignant davoir reçu divers coups de couteau Le Soir auparavant En se retirant, je lai éxaminé est ayt trouvé trois Coup, sur la partie moïene + inferieure de Loscipital dont un aporté du haut en bas quatre travers de doit dans le col deux sur la partie laterale gauche au de su de lapofise piereuxe, un autre sur la partie la teralle droitte au desu de la pofise piereuxe ; un autre sur [biffé : la] les apofise dorsalle, une autre sur la partie moiene est inferieure du muscle déltoide du bras droit, deux autre un à la partie moyene de lavant bras Gauche est Lautre sur la main Gauche ce que je puis atesté par sermant si jen suis requis ; à Genève ce 24 juillet 1764

944Baumgartner

945mtre en chirurgie

946Lecture faite au Sieur Baumgartner, maitre en chirurgie du present rapport, il y a persisté ; et a affirmé par serment la vérité de son contenu, en touchant les Saintes-Ecritures ; aprés avoir repondu pertinemment sur ses généraux ; En foy dequoy, il a signé avec nous, ce 27me Juillet 1764 :

947Baumgartner

948mtre en chirurgie

949[Frédéric-Guillaume] Bonet, Auditr

137. Accouchement, 13-14 octobre 1764 (PC 11303)

950 Le 8 octobre 1764, l’accoucheuse Marguerite Delarue est requise pour assister Esther Deriaz, « ci-devant femme de Pierre Bussac », ce dernier ayant été convaincu de bigamie. L’enfant est déclaré légitime.

951a) Déposition de Marguerite Vinder, femme de Pierre Delarue, habitant, orfèvre, âgée de 58 ans, 13 octobre 1764 [f° 2] :

952Du 13e 8bre 1764.

953Marguerite Vinder femme de Pierre Delarue habitant orfèvre, laditte accoucheuse agée de cinquante huit ans mandée pardevant nous et assermentée Dit et depose que Lundy dernier 8e du courant quelqu’un vint chez elle pour aller accoucher la nommée Esther Deriaz cy devt femme de Pierre Bussac, que le mari de la desposante la vint chercher chez le nommé Porchet charpentier dont la femme etoit prete d’accoucher, que la desposante se rendit tout de suitte chez laditte Deriaz environ les dix heures avant midy, quelle trouva laditte Deriaz assés mal, ses eaux etant cassées, qu’elle receut l’enfant qui etoit un male, qu’elle y restat environ demy heure, que le sr Cabanis y vint, la deposante n’ayant pu avoir le reste, qu’il finit l’accouchement et se retira, que la deposante après avoir arrangé l’enfant se retira aussi, qu’il y avoit dans la maison plusieurs voisines qui alloient et qui venoient dans le tems de l’accouchement, et entrautres une garde dont elle ne sait le nom à qui elle remit l’enfant pendant qu’elle deposante arrangea l’accouchée, que la ditte garde, s’en alla tout de suitte quand l’enfant fut arrangé, parce qu’elle s’etoit engagée avec une autre femme qui avoit accouché, et que l’Esther Deriaz ne l’avoit retenüe que pour la fin du mois, ajoutant que l’enfant est petit et moindre ce qui leur fait souhaiter de le battiser incessamment et autre n’a dit avoir à déposer Repeté lecture faitte a persisté et n’a signé pour ne savoir de ce enquise

954[André] Pasteur Conr

955b) Rapport du chirurgien François-David Cabanis, 15 octobre 1764 [f° 4] :

956Du [14e corrigé en 15e] 8bre 1764

957François fils de feu Louis Cabanis maitre en Chirurgie Bourgeois de Cette Ville agé de 36 à 37 ans mandé pardevant nous et assermenté dit et depose qu’au Commencemt de la semaine derniére ne sachant se rapeller le jour precis il fut apellé Chez la nommée Esther Deriaz qui demeure dans un galetat de la maison Blondel à la Poissonnerie, qu’il y fut à sept heures du matin, qu’il la trouva dans les douleurs de l’enfantement, qu’il l’examina et trouvant que l’enfant se presentoit fort bien, il se retira, que sur les dix heures il y retourna, que l’enfans etoit fait, la sage femme l’ayant receu que le deposant la delivra du placenta et laissa l’accouchée en bon etat, ayant ordonné ce qu’il y avoit à faire, ajoute que l’enfant etoit un male et autre n’avoir à deposer Repeté lecture faitte a persisté et a signé.

958François Cabanis

959Pasteur C.

138. Noyade, 26-28 février 1765 (PC 11338)

960 Le dernier lundi du mois de février 1765, le cabaretier du Creux-de-Genthod Jean-Pierre Lapalud informe l’huissier du châtelain Jean Sarasin que des pêcheurs ont attrapé dans leurs filets le corps d’un homme très corrompu et recouvert d’un épais limon. Le cabaretier et le chirurgien Mage évoquent la disparition, en 1761, d’un domestique du professeur Antoine Maurice appelé Pierre Depreau. Mais selon l’expertise du chirurgien, le cadavre retrouvé au large du Creux-de-Genthod ne peut pas être le domestique disparu.

961a) Rapport du chirurgien Mage, 26 février et 14 mars 1765 [f° 4] :

962Je soussigné Chirurgien De Genthod Certifie que le mardy vint sixieme fevrier mil sept cent soixante cinq, à Deux heures après midy, jay Eté appellé, par Monsieur [Jean] Sarasin Chatelain dudit lieu pour voir Et visiter un cadavre que l’on avoit sorty du làc à la pointe, lequel j’ay trouvé au bor, sans bras Et sans pieds, toute la teste decouverte de ses tegumens, ne tenent que par ses tendons, luy manquan peu de dents, Et par la verification que j’ay fait le dit Cadavre ce trouve du genre masculin Et jeuge qu’il y avoit l’on tems qu’il Etoit dans l’eau Enfoy de quoy je me suis signé pour servir de droit à qu’il appartiendra, Mage J. Sarasin Chatelain Je declare de plus quen Éxaminent le cadavre cy dessus Et me rapellant qu’il avoit disparu tout à coup de Genthod un jeune homme nommé Pierre Depreau le jour meme qu’il devoit Entrer au service de Monsieur Le Professeur Maurice En l’année 1761 Et que le dit Depreau avoit eut une cuisse cassée, dont je lavoit retably, J’ay Éxaminé avec attention l’une Et l’autre cuisse dudit cadavre dans lesquel je nay trouvé ni callus ni aucune marque de fracture En foi de quoi je me suis signé

963À Malagny ce 14. Mars

964 1765

965Mage

139. Noyade, 15 septembre 1765 (PC 11408)

966 Le jeune Louis, fils de feu le musicien Charles Aubert et neveu d’un maître de danse, âgé de 13 ou 14 ans, est trouvé noyé dans un fossé près de la Coulouvrenière où il était allé pêcher. Selon le verbal de l’auditeur Léonard Revilliod, Louis Aubert est habillé d’une veste de drap noir, de culottes de peau noires, de bas de fil blanc, d’une chemise et de souliers. Les poches de sa veste contiennent une vergette, un mauvais mouchoir blanc de toile blanche, une petite clef et une tasse de faïence renfermant des vers destinés au hameçon.

967a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 15 septembre 1765 [f° 7] :

968Je sous signé Me. En Chirurgie Rapporte Par serment que ce jourdhuy 15 : 7bre 1765 à 9 heures du matin Je me suis trensporté par Lordre de Monsieur L’Auditeur [Léonard] Revilliod, aux fossés De Neuve allant à La Coulouvrenière vis à vis la porte du Cimetiere pour Examiné un cadavre que nous avons trouvé dans le dit fossé au font de l’eau La face En Bas, L’ayant fait sorty on nous auroit dit Etre Louis fils de feû Charles Aubert hab. Musicien ; Layant Examiné il mauroit paru de lage de 13 à 14 ans, ayant parcouru avec attention toute les différentes parties de son Corps Je n’aurais apperçus aucune playe, Contusions, fracture, ny Dislocation ny mutilation qui indique Etre La Cause de sa mort mais Luy ayant trouvé tous les signes d’un noyé accidentel Comme Les mains à Crochet et De Lherbe dans ses doits qui prouve qu’il a fait tous ses Efforts pour ce sauver ce que j’ateste veritable Genève ce dit Jour

969Meschinet

140. Enfant mort trouvé dans les bras de sa mère traversant la ville, 22 janvier 1766 (PC 11449)

970 Le 22 janvier 1766, la domestique Françoise Chappuis, originaire d’Yvoire en Savoie, est arrêtée à la porte de Cornavin alors qu’elle quitte la ville avec un enfant mort dans ses bras. Sept semaines plus tôt, elle avait accouché chez Voltaire, à Ferney, d’un enfant bâtard baptisé Claude-Benoît. Elle s’était rendue ensuite à Carouge où le nourrisson était décédé. Le lundi 20 janvier, elle s’adressa au curé de Lancy pour enterrer son enfant ce qui lui fut refusé faute d’argent pour payer les frais de sépulture. Elle décida alors de revenir à Ferney où elle espérait obtenir plus de compassion. C’est lors de ce parcours douloureux de Carouge à Ferney qu’elle est arrêtée par les factionnaires de Cornavin.

971a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 22 janvier 1766 [f° 2] :

972Je sous signé Me En Chirurgie Raporte Par serment que ce jourd’ùy 22e Jenvier 1766 à Midy, Je me suis trensporté par Lordre de Monsieur L’Auditeur [Isaac-Robert] Rilliet dans le Corps de Garde de lá place pour Examiner Le cadavre de Claude Benoît agé de sept semaines, fils de Françoise Chappuis d’Yvoire En Savoie Domestique, Laquelle mauroit dit Etre mort depuis trois Jours, Layant Examiné avec attention Je n’aurais Rien apersus Extérieurement qui denote Etre La cause de sa mort, y ayant Lieu de ce persuader que Les maux de ventre auront occasionné des Convulsions, qui auront Eté La veritable Cause de la mort, maladie La plus ordinaire aux anfans de cet age ce [ajouté en suscription : que] jatte[st] e si dessus veritable En foit de quoy J’ay donné Le présant Raport.

973Genève ce dt Jour Meschinet

141. Nouveau-né trouvé dans le Rhône, 31 juillet 1766 (PC 11520)

974 Le 31 juillet 1766, vers 5 h 15, le natif Joseph Saulce et son ouvrier Michel Muller aperçoivent près des rouages du pont des Frises un nouveau-né à fleur d’eau, le pied accroché à un petit ponton. Il est arrêté d’en informer plus amplement.

975a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 31 juillet 1766 [f° 2] :

  • 65 Soit le pont des Frises qui, avec le pont de Coutance, relie le quartier de Saint-Gervais à celui (...)

976Je sous signé Me. En Chirurgie Raporte par serment que ce jourdhuy Jeudy 31 Juillet 1766 à 7 heures du matin Je me suis trensporté par Lordre de Monsieur LAuditeur Ami Rilliet aux frises de l’Île65 situées sur Le Rhône pour faire L’examen d’une fille Noyée sortant du ventre de La mère Lorsquelle a Eté Jettée dans L’Eau, après L’avoir faite trensportée à Lhopital Général Je lais Examinée avec Exactitude et attention Jaurais trouvé un Corps Bien Constitué et Bien Conformé Le Cordon umbilical Rompu à 8 travers de Doigts du ventre sans avoir Eté lié, il m’Est aparu par Létat de putréfaction du Cadavre qu’il peut y avoir 4 ou 5 semaines qu’il est dans L’eau, Genève ce dt Jour

977Meschinet

142. Tentative de meurtre, 14 décembre 1766-17 février 1767 (PC 11581)

978 Le samedi 13 décembre 1766, vers 7 heures du matin, le contrebandier poitevin Marseille ou Marcel Catinat, âgé de 40 ans, arrive à Genève pour y acheter du tabac. Il fait affaire avec le jardinier François Velin, demeurant dans la maison du natif Moïse Borel près du Pont-d’Arve, avec qui il a déjà traité à plusieurs reprises. Velin doit charger dans son tombereau de jardinier le tabac que Catinat aura acheté en ville et le déposer dans le jardin de la queue-d’Arve, au prix d’une commission d’un sol par livre. À Coutance et au Molard, le contrebandier achète du tabac commun et du tabac de Saint-Vincent. La marchandise est cachée au fur et à mesure dans le tombereau avec la complicité de Velin, de sa servante Henriette Delorme et du garçon jardinier Samuel Grezat. Catinat fait encore quelques emplettes jusqu’en fin d’après-midi, puis rejoint le jardin de la queue-d’Arve où l’attend Grezat et le tabac dissimulé sous de la paille. Alors que Catinat charge les carottes de tabac dans son sac, Samuel Grezat tire un coup de fusil sur le contrebandier avant de le frapper à coups de crosse pour lui dérober son argent et sa marchandise. Laissé pour mort, Catinat reprend connaissance et parvient la nuit tombée à Carouge où il est pansé par un médecin. Le lendemain, il est reçu à la Bourse française où il porte plainte contre son agresseur.

979 Fugitif, Samuel Grezat s’engage dans la compagnie de Châteauvieux destinée à Strasbourg. Élevé par l’Hôpital général à Jussy, le garçon jardinier jouit d’une très mauvaise réputation selon les diverses dépositions accumulées à propos de cette affaire. Le 17 février 1767, la sentence criminelle porte que Samuel Grezat, contumace, sera roué durant deux heures à Plainpalais, puis étranglé.

980a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Fine, 20 décembre 1766 [f° 22] :

981Je soussigné Mtre en Chyrurgie rapporte par serment que le 14 Xbre 1766 jay pansé le nommé Marseille [Marcel] Catinat de Saint-Martin-le-Château en Poitou agè de 40 ans, à l’hopital François, et je vay dètailler l’etat où je lay trouvé

9821er à la partie posterieure, et inferieure du bras gauche, une playe de la Largeur de la main qui a emportè tous les muscles èxteryeurs, dèlabrés leurs tendons, faites par un[e] arme à feu Chargèe de grosse grenaille.

9832e une playe au menton sur le muscle quarré, à Lambeau, 3. une autre playe à la Lévre superieure

9844. une playe oblique tïrant sur l’os de la pomette de la Longueur de deux poulces, l’œil gauche surtout tout échimosé, et Contus, une playe transversale à la partie superieure du nez pènetrante jusques aux os quarrès, trois playes [ajouté en suscription : contuses] obliques sur los parietal gauche, [biffé : et] lequel jay pansé, et soigné selon les regles de l’art cest ce que je certifie étre vèritable, et en foy de quoy jay signè le prèsent rapport

985À Genève ce 20e Xbre 1766

986Fine Chyn

143. Suicide, 2-3 février 1767 (PC 11578)

987 Le 2 février 1767, vers 9 heures du matin, l’horloger natif Louis Marson se tue d’une balle dans le crâne dans sa maison de Pré-l’Évêque. Selon ses proches et le médecin François-Pierre de Marignac qui le suivait, Marson était sujet depuis l’été 1766 à des douleurs ophtalmiques, des migraines, des « grands froids dans les pieds », des fièvres bilieuses, de l’hypocondrie et de la mélancolie. Il est arrêté que son corps soit enterré « sans invitations ».

988a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 2 février 1767 [f° 14] :

989Je sous signé Me En Chirurgie Raporte par serment que ce jourdhuy Deuxième fevrier 1767 à une heure apres midy Je me suis trensporté par Lordre de Monsieur L’auditeur [Ami] De Rochemont et avec Luy au Pré-l’Évêque dans Lamaison de Louis Marson natif horlogé agé de 41 ans, pour Examiner Le Cadavre dudt Louis Marson aprés avoir Examiné avec La plus scrupuleuse attentions, tant ses Extrémités superieure quinférieure et Letronc Je nais trouvé rien que de naturel, ayant passé à Lexamen de Là Tete que J’ay trouvé Baignée dans son sang, ayant decouvert à La partie superieure du temporal droit une playe Ronde penetrant Les Tegumant Los Temporal, et toute La substance du cerveau et ayant son issuë dans La cavité de Loreille gauche avec Effusion de sang par Laditte oreille, pour mieux Massurer de La direction de Là playe j’ay introduit ma sonde dans son Entrée et Lais dirigée dans Loreille gauche, par Lanature de Là playe, Jay conclu quelle avait Eté faite avec une arme à feu comme pistolet ou autre de cette nature, et avoit Eté Lunique cause de sa mort, Genève ce dit Jour et an que dessus.

990Meschinet

  • 66 François-Pierre de Marignac : né le 27 septembre 1726, bourgeois avec son père le 8 juin 1733, DM (...)

991b) Déclaration du médecin François-Pierre de Marignac66, 2 février 1767 [f° 16] :

992Je soussigné Docteur en Medecine de l’Université de Montpellier, et aggrégé au College des Médecins de la Ville, et Republique de Genève, déclare, et certifie que le Sieur Marson Horloger, demeurant au Pré-l’Évêque, etoit atteint depuis quelque tems de maladie Hyppochondriaque, et que la mort qu’il s’est donnée est une suite naturelle des accidens de cette maladie, en foi de quoi, j’ai donné avec plaisir la presente attestation, qui m’a été demandée.

993Donné à Genève ce 2eme Fevrier 1767

994Marignac. D.M.

144. Cadavre enfermé dans un sac trouvé dans le lac, 26 août-2 septembre 1767 (PC 11643)

995 À l’aube du 26 août 1767, Jean-Louis Baux, âgé de 16 ans, chasse la bécassine sur les rives du lac, au-dessus de Sécheron. C’est là qu’il trouve un sac de toile flottant sur l’eau, « cousu dans les bouts et lié avec une corde où pendait une pierre », sans aucune marque distinctive. Un orteil sort du sac. À l’intérieur, on découvre le corps d’une femme vêtue d’une vieille chemise d’homme marquée IV et d’un petit jupon blanc rayé de vert, élimé et rapiécé, avec un collier de perles noires fixé sur un ruban de même couleur. À sa main gauche, le cadavre porte deux bagues, l’une de crin et l’autre argentée. Les affaires de la défunte permettent d’identifier Pernette Vindel ou Vandel, originaire du pays de Gex, ouvrière de campagne à Châtelaine, vivant selon certains témoignages dans le « dérèglement et la débauche ». Il est arrêté d’en informer plus amplement.

996a) Premier rapport des chirurgiens Jean-Louis Fine et Étienne Meschinet, 26 août 1767 [f° 4] :

997Nous sous signés Me En Chirurgie Raportons par serment que ce jourdhuy Mecredy 26e aoust 1767 Nous nous sommes transportéz par Lordre de Monsieur Lauditeur Ami Rilliet Luy présent dans le Cimetiere de Plainpalais pour Examiner Le Cadavre d’une fille ou femme [ajouté en suscription : trouvée dans LEau] de Lage apeû pres de 30 Ans de taille Mediocre et dassez grosse corporence, Les cheveux chatain Ledt cadavre Etant Envelopée dans un sac Lequel Etoit Lié par Le Millieu avec une Corde, et une Ligature de trécieux autravers Les Jambes de plus Lá tête nüe sans Bonnet ny Coeffure, un simple Jupon de Cotonne Rayé et sachemise Eto[i]t sans Bas et pied Nut, ayant Examiné Ledt. Cadavre nut fait tourné et viré de toûtes par nous Luy avons trouvé Le poignet de Lavant Bras Gauche fracturé sans playe ny contusions et Nayant decouvert dans aucûne partie du corps aucûne playe faite avec un Instrument tranchant ny [ajouté en marge de gauche : contondant] qui denote Etre La Cause de La mort, dailleurs La putrefaction du Cadavre La Rend si difforme qu’il ne nous a pas Eté permis de decouvrir autre chose ny de conclure qu’elle a Eté La véritable Cause de sa mort [appel de note, ajouté en note précédant la signature : et si Elle a Eté noyée vivante ou morte] Genève cedt Jour et an que dessus

998Fine Chyn

999Meschinet

1000b) Second rapport des chirurgiens Jean-Louis Fine et Étienne Meschinet, 26 août 1767 [f° 6] :

1001Nous sous signé Mes En Chirurgie Raportons par serment qayant Reçu un Nouvel ordre de Monsieur Lauditeur [Ami] Rilliet pour faire Louverture de Lestomach et de La Matrice du Cadavre dont nous avons donné ce matin Raport, quayant procedé aux dittes ouvertures nous navons trouvé ny marque de poison dans Lestomach ny aucûn signe de Grossece que Les dittes parties Etoient En Leur Etat naturel Genève ce dit Jour 26e aoust 1767

1002Fine Chyn

1003Meschinet chirurgien

145. Noyade suicidaire, 14-18 septembre 1767 (PC 11649)

1004 En avril 1767, Jacqueline Blanc, catholique du Grand-Saconnex âgée de 18 ans, entre au service de Benjamine Guédin, veuve Borel, qui tient une pension sise derrière le Rhône, dans la maison Gando face au Lion-d’Or. Au début du mois d’août, la servante souffre de maux de tête et d’estomac pour lesquels elle est saignée au pied par le garçon du chirurgien Cabanis, sur la prescription du médecin François-Pierre de Marignac. Loin de suivre les règles d’une bonne cicatrisation, Jacqueline Blanc plonge son pied dans une bassine d’eau pour rouvrir la veine et se vider de son sang. Sans succès. Le samedi 12 septembre, la jeune servante se précipite dans le Rhône depuis une trappe de la maison Gando par laquelle on puise de l’eau. Le 18 septembre, le jardinier de la veuve Martin retire du Rhône, à la hauteur des Savoises, le corps défiguré de Jacqueline Blanc, habillé d’un jupon et d’un corset, sans coiffe ni souliers, avec dans les poches cinq sols et demi et « quelques bagatelles ».

1005a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 18 septembre 1767 [f° 10] :

1006Je sous signé chirurgien Juré Raporte par serment que ce jourdhuy vendredy 18e 7bre 1767 à 11 heures du matin Je me suis Trensporté par Lordre de Monsieur Lauditeur Ami Rilliet dans le Cimetiére de Plainpalais pour Examiner un Cadavre Noyé que L’on m’a dit Etre celluy de Lánommée Jaqueline… du Grand-Saconnex domestique de Lage de 18 ans Environs, Layant fait desabillé Je lais Examiné avec toûte Lattention Requise, n’ayant trouvé audit cadavre, ny fracture ny playe qui indique Etre La Cause de sa mort, mais seulement le Côté gauche du visage un peû Contus ce qui me feroit soubsonner qu’an tombant ou ce Jettant dans L’Eau Elle ait Rencontré qu’èlque Corps dur qui ait fait La contusion Enoncée cy dessus ; Je Conclus par Là ; qu’elle Est morte dans LEau Genève ce dit Jour et an que dessus

1007Meschinet chirurgien

146. Aliénation, fratricide, 20-26 mars 1768 (PC 11702)

1008 Le 20 mars 1768, vers 17 heures, Jean-Philippe Roux est pris de frénésie, menaçant de mettre le feu à sa chambre de la maison des Trois-Perdrix, au bas de la Tour-de-Boël. Son frère Jean-Louis alerte deux voisins qui l’accompagnent jusqu’à la porte derrière laquelle s’est enfermé Jean-Philippe. Celui-ci tire une première fois avec son fusil à travers la porte, sans toucher personne. En revanche, le second coup est fatal à son frère. Lorsque l’auditeur Jean-Antoine Fatio arrive sur les lieux, l’aliéné fratricide paraît dans la rue, l’air égaré, l’épée au côté. Désarmé, Jean-Philippe Roux est réduit en chambre close. Au terme de la procédure, il est arrêté de l’enfermer à perpétuité dans la maison de force, de le placer sous curatelle et de prélever les dépens sur ses biens.

1009a) Rapport de Jean-Jacques Manget (médecin), Jean-Louis Fine et Jean Baumgartner (chirurgiens), 20 mars 1768 [f° 29] :

1010Nous soussignés Docteur Medecin et Mtres en Chyrurgie rapportons par serment nous etès [sic] transportès ce Dimanche 20 Mars 1768 à environ les 5 heures du soir au bas de la Tour-de-Boël à la Botte pr visiter le Cadavre du Sr Jean Louis Roux Monteur de Boetes agè de 33 ans, auquel nous avons trouvè une playe d’arme à feu dont l’entrèe se trouve à la partie superieure [ajouté en suscription : anterieure] de la poitrine du cotè droit à deux pouces de laisselle, sur le muscle grand pectoral, et la sortie se trouve derriere à à [sic] l’angle posterieur et inferieur de l’Omoplate du cotè gauche, nous concluons que la Bale en traversant la poitrine aura ouvert quelques vaisseaux considerables qui luy ont donnè la mort subitement, cest ce que nous certifions ètre veritable, et en foy de quoy nous avons signès le present rapport

1011À Genève ce 20e Mars 1768

1012Manget DM Baumgartner Fine Chyn

1013b) Rapport du médecin Jean-Jacques Manget et du chirurgien Jean Baumgartner, 20 mars 1768 [f° 31] :

1014Du 20 mars 1768

1015[En marge : Le[s] Srs Manget et Baumgartner ont prêté un serment Particulier pour le rapport cy-contre] Nous soussignez Docteur Medecin et Maître Chirurgien dèclarons par ordonnance de monsieur lauditeur [Jean-Antoine] Fatio avoir èté apellez pour visiter le Sr Philippe [tache d’encre] Roux, logè dans la maison des Troix-Perdrix dans le mois de Decembre 1767 et lavoir [ajouté en suscription : vu] dans un dèlire maniaque pour lequel nous lui avons administré divers remedes après lesquels nous l’avons vu dans un calme qui nous a porté à cesser nos visites, que depuis lors nous nous sommes souvent informez de son état et avons apris que quoique toujours agitè il ètoit impossible vu sa repugnance de lui administrer aucun remede sur quoi nous n’en avons plus oui parler Fait à Genève dans la maison [de] lauditeur Fatio le 20 mars 1768 Manget Dm Baumgartner

  • 67 Charles-Antoine Peschier : citoyen, fils de Pierre Peschier, né le 17 mai 1738, agrégé le 20 septe (...)

1016c) Déposition de Charles-Antoine Peschier67, pharmacien, 22 mars 1768 [f° 78] : Du 22 mars 1768 Sieur Char[ajouté en suscription : les] Antoine fils de feu Pierre Peschier Citoien âgé de 30 ans, maitre apoticaire assigné et assermenté, âprès avoir pertinemment répondu sur les Generaux sauf qu’il se dit Créancier de 10 à 12 florins dit et Dépose que ne connoissant et ne servant le Sr Jean-Philippe Roux que deps le mois de novembre, il auroit eû occasion depuis ce temps là d’être exactement informé de la maladie du dt Roux, qu’il auroit appris, que le sr Docteur Manget avoit ordonné au malade une saignée au Piéd, des Poudres Temperantes, des Siros d’herbe du Petit lait, et des bains, qu’il auroit même vû la baignoire dans la chambre, et seû qu’il s’étoit baigné[biffé : s] et qu’il devoit continuer ses bains, que lui ayant été ordonné un leger vomitif, le Déposant le lui auroit fait prendre lui même sur ce que le malade avoit souhaité qu’il fût présent, et sur ce que ce premier vomitif ne fit pas tout l’Effet que l’on en attendoit, le Déposant lui en redonna lui même un second [ajouté en suscription : 3 jours après], qui ne produisit guere plus d’effet, quoi qu’un peu plus chargé que le premier Nayant autre chose à dire lecture faite et répetée a persisté et signé avec nous

1017C. Ante Peschier

1018Fatio aud.

147. Noyade, 25 juillet 1768 (PC 11741)

1019 Le 25 juillet 1768, vers six heures du matin, Étienne Guinand se rend sur l’un de ses champs de Chancy lorsqu’il aperçoit dans le Rhône le cadavre d’un inconnu. Il en avertit le pasteur Jacob Francillon qui informe à son tour le châtelain François Sarasin. Le corps est recouvert d’une chemise et d’une veste de culottes de toile en lambeaux, des bas de fil liés à la jambe au-dessus et au-dessous du genou et chaussés de souliers ferrés. L’odeur de corruption est telle qu’après la visite du médecin-chirurgien Lescureur, le corps est aussitôt enterré dans le cimetière de Chancy.

  • 68 Charles Lescureur : chirurgien à Cartigny déjà en 1755 et en 1763 (G, p. 503).

1020a) Rapport du médecin-chirurgien Charles Lescureur68, 25 juillet 1768 [f° 2] :

1021Je soussigné Charles Lescureur Médecin et Chirurgien à Avully Certifie que je me suis Exprés transporté ce jourd’huy au Village de Chancy Mandé à cest effet par Monsieur le Chatelain de la Champagne pour visiter un corp trouvé ce même jour dans le Rhône et qu’ayant procédé à la ditte visite jai trouvé le dit corp sans vie que j’ai jugé même étre mort depuis huit jours pour Etre tombé dans l’Eau son visaje et son corp ce son trouvé meurtris à ce que j’ai jugé par les piérres ou autre Choses contre lésqu’elles il aura ètté jetté par la force du Cours du fleuve. Je lui ai trouvé en outre sur le pariétaus gauche un Coup tranchant découvrant le Crane et un autre moindre sur la suture corronale du reste c’est le Cadavre d’un homme qui pouvoit avoir vingt quatre à vingt et [biffé : sept] [ajouté en suscription : cinq] ans tell est mon raport pour servir où besoin cera fait à Chancy ce 25e Juillet 1768

1022Lescureur

148. Excès, 10-19 août 1768 (PC 11746)

1023 Judith Bernai, fille d’un maréchal de Versoix âgée de 28 ans, est servante chez le peintre en émail Marc Roux, à la rue des Étuves. Le 10 août 1768, entre 15 et 16 heures, elle dispose un tapis à la fenêtre de telle façon qu’un des coins descend jusqu’à la fenêtre de la cuisine de Françoise Mery, la voisine de l’étage inférieur. Furieuse d’être plongée dans l’obscurité et que son propre linge soit sali, Françoise Mery tire sur le tapis qui tombe dans la rue. Les deux femmes s’insultent avant d’en venir aux mains. Françoise Mery est condamnée à « grièves » censures, à faire réparation, à trois jours de chambre close, aux dépens et aux dommages et intérêts.

1024a) Premier rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 12 août 1768 [f° 8-9] :

1025Je soussigné Maitre en chirurgie certifie et rapporte par serment et par Ordre de Monsieur L’Auditeur [Marc] Le Fort avoir été appellé chez Monsieur Roux aux Étuves, pour visiter la servante, la quelle se plaint de tout le corps à l’occasion de divers coup quelle a reçu, mais principalement de ce que son estomac ne peut point garder ce qu’il reçoit ; L’ayant examinée j’ai trouvé le creu de l’estomac enfoncé ce que nous appellons le cartilage Xiphoide ou la fourchette, ce qui est la vraye cause de son vomissement.

1026Quand au prognostique, je ne la crois pas en danger de la vie, mais il faudra du tems pour quel puisse se retablir, et même il est à craindre que se ne soit pas parfaitement. En foi de quoi j’ai signé le present Rapport à Genève le 12 aoust 1768

1027PL Macaire

1028b) Second rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 15 août 1768 [f° 9 (sic)] :

1029Je soussigné Maitre en Chirurgie certifie et rapporte par serment et par ordre de Monsieur L’Auditeur [Marc] Le Fort avoir été appellé hier de nouveau chez Mr Roux pour la servante qui étoit dans un[e] angoisse tres grand[e] par une retention d’urine qui duroit à ce quelle a dit depuis le mercredi au soir dix du courrant ce qui la déterminé à se laisser sonder ; quelque heure apres elle a uriné naturellement mais avec peine, et aujourd’hui il faudra la sonder de nouveau ne pouvant le faire naturellement. N’étant pas sujette à ses retentions auparavant, il paroit naturel de les attribuer aux divers Coup quel a reçu : Au reste je n’ai rien à ajouter au prognostique contenu dans le premier rapport. En foi de quoi j’ai signé ce second. À Genève ce 15. aoust 1768

1030PL Macaire

1031c) Rapport du chirurgien Jean-Louis Fine, 16 août 1768 [f° 10] :

1032Je soussigné Mtre en Chyrurgie rapporte par serment que ce jourdhuy 16 aoust 1768 je me suis transporté à l’ordre de Mr L’Auditr [Marc] Le Fort pour visiter la nommèe Judith Bernai Domestique chez le Sr Roux rüe des Étuves à Saint-Gervais, agèe denviron 28 ans laquelle Jay trouvèe au lit se plaignant, de L’Estomach tèmoignant des envies de vomir, jay trouvé sur la dite partie un Emplasme adherent, et par l’information que jay faite, il ma etè dit que Mr le Doctr De Rabours la voyoit avec le Sr Macaire, et luy avoit prescrit les remedes necessaires, jay augurè que ces envies de vomir pouvoyent venir de quelque dèrangement du Cartilage Kiphoide [sic] ; [ajouté en suscription : ou] par quelque chute, ou compression, sur L’Estomach mème ; elle se plaint en outre d’une retention d’urine et dit avoir eté sondèe plusieurs fois par le Sr Macaire,

1033Fine Chyrn

1034À Genève ce 16 aoust

1035 1768

1036d) Rapport du médecin Gédéon De Rabours, 19 août 1768 [f° 13] :

1037Je soussigné Docteur aggregé au Collége de Medecine de cette ville, declare et certifie avoir eté appellé le vendredy 12e du courant par Mr et Made Roux en leur domicile rue des Étuves pour y voir une femme agée d’environ quarante ans [sic] qu’ils me dirent être leur servante laquelle avoit eté battue de plusieurs coups le mercredy 10e au soir : Je trouvai cette femme au lit se plaignant de grand mal de tête et de douleurs dans presque tous les membres, elle avoit assez de fièvre et vomissoit à chaque fois qu’on lui faisoit boire quelque chose. Cet accident me porta à examiner la region de l’estomach où je trouvai une depression très marquée à la partie inferieure du sternum nommée l’appendice xyphoide ; les applications qu’on a fait sur cette partie ont si bien reussi qu’elle s’est relevée peu à peu et le vomissement en devenant peu à peu plus rare a cessé enfin tout à fait le 16 : Elle avoit dailleurs une retention d’urine qui ne contribuoit pas peu à entretenir la fièvre, cette retention durait, suivant son raport, depuis le moment qu’elle avoit eté battüe et obligea enfin de la sonder le 14, Depuis ce moment jusqu’au 16 les urines ont eu quelque peine à venir et à être mises dehors naturellement, mais à cette datte qui est la même de la cessation du vomissement, elles sont revenües avec facilité et la fiévre a cessé alors de même que le mal de tête, et les douleurs ont été fort affaiblies ; hier elles etoient presque entièrement dissipées, en consequence je crois la malade hors de tout risque de perdre la vie par l’effet des coups qu’elle a reçu et ai signé pour servir entant que besoin sera à Genève le 19 aoust 1768

1038De Rabours

1039P.S. je ne connoissois point cette femme avant cette epoque et ne sçais point si elle etoit sujette à quelque maladie avant cet accident

1040e) Troisième rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 19 août 1768 [f° 16] :

1041Je soussigné Maitre en chirurgie Certifie et rapporte par serment et par ordre de Monsieur L’Auditeur [Marc] Le Fort, avoir vû aujourd’hui la servante de Mr Roux aux Étuves, la quel se trouve tres bien suivant son état, n’ayant plus de vomissement ni de retention d’urine, ni même de fievre : en sorte qu’elle paroit hors de tout danger resultant des coups quel a reçu, la considerant comme dans une convalescence qui approche de la parfaite santé. En foi de quoi j’ai signé ce troisième rapport à Genève le 19 aoust 1768

1042P. L. Macaire

149. Maquerellage et prostitution, 2 juin 1769-27 août 1770 (PC 11885)

1043 Pierre-Antoine Girard, dit Guerre, est dizenier de la rue des Allemands où il demeure. Il a pour voisine à l’étage au-dessus de son logis Jeanne-Marie Frutiger, femme Lombard, veuve en premières noces de Jean-Louis Ruffy, laquelle a déjà été condamnée en juin 1768 pour maquerellage et recel. Selon le dizenier, elle poursuit sa mauvaise vie, accueillant chez elles plusieurs filles dont certaines s’y promènent nues en pleine journée, accompagnées d’hommes. La sentence criminelle du 27 août 1770 prononce le bannissement à perpétuité de Jeanne-Marie Frutiger après qu’elle eut fait amende honorable par toute la ville, en chemise, tête et pieds nus, la torche ardente au poing, portant un panneau sur lequel est inscrit : « Infâme Maquerelle ».

1044a) Rapport du médecin Gédéon De Rabours et du chirurgien Jean Baumgartner, 17 juillet 1769 [f° 22] :

1045Je soussigné Docteur Medecin aggregé au Collége de Medecine de cette ville et l’un des medecins de l’Hopital General, certifie avoir visité dans la grande chambre des femmes cejourd’hui 17e juillet 1769 à 7 heures du matin la née Marguerite Mazel [âgée de 15 ans] malade d’une fiévre putride maligne et lui avoir trouvé un[rature] ecoulement aux parties naturelles ayant les caractéres de la gonorrhée virulente ce qui est le seul symptome apparent de la maladie venerienne

1046De Rabours

1047Je soussigné chirurgien actuelle et en service D [e] lhopital general certifie avoir visité avec Mr le Docteur De Rabours la Margu[er] ite Mazel et navoir rien apercu que ce qui et enoncé dan son certificat Baumgartner

150. Infanticide, 20 octobre-25 novembre 1769 (PC 11901)

1048 Le matin du 19 juillet 1769, la servante Louise Barbier se rend sur les rives du Rhône, près d’Avully, pour y chercher du bois lorsqu’elle découvre sur le gravier une petite boîte dans laquelle gît le corps d’un nouveau-né. Le châtelain de Peney est exhorté à diligenter les perquisitions nécessaires pour découvrir les auteurs de cet infanticide.

1049a) Rapport du médecin-chirurgien Charles Lescureur, 19 juillet 1769 [f° 8] :

1050Je soussigné Charles Lescureur Medecin et Chirurgien d’Avully que je me suis transporté Par ordre de Monsieur le Chatelain sur le bor du Rhône le 19eme Juillet 1769 sur les onse à douse heure du Mattin entre Épeisses et Avully ayant trouvé un Enfent Nouveau Né mor dune bone formation de toute ses partie bien formée enfent Male execpté quil paret etre etranglé et presé dans une petite bouéte que lon a Contrain les Membre pour les faire entrer dans la dit bouéte, trouvent sa téte Noire et Tupefiée sent le reste du corpt, suivent ma Visite je juge quil peut y avoir quatre jour et plus quil et mor entendu que le né lui et tombé par putrification et dune Audeur Cadavreuse tel et mon Rapor pour servir où mon besoin sera à Avully Ce 19eme Juillet 1769

1051Charles Lescureur

151. Tentative d’empoisonnement fratricide, 20 octobre-25 novembre 1769 (PC 11931)

1052 « La nature frémit et le cœur saigne à la lecture de cette procédure. Elle présente le spectacle horrible d’une fille qui porte deux fois à son frère des aliments empoisonnés, qui s’efforce ainsi à lui donner la mort de la main dont elle feignait de lui porter le soulagement et la vie ! » : telles sont les conclusions du procureur général relatives à l’affaire Haller. Le samedi 14 octobre 1769, la native Pernette Haller, faiseuse de chaînettes âgée de 23 ans, se rend à la Tour-d’Arve où travaille son frère Christian. Elle lui offre un gâteau, puis une soupe le lendemain. Dans l’un et l’autre, Pernette Haller y a ajouté de l’arsenic. Malgré le soutien de ses voisins et du pasteur de Saint-Gervais, malgré les indices récurrents d’un délire passager au moment des faits et un recours en grâce, la jeune femme est condamnée à la pendaison.

1053a) Rapport du médecin Jean-Jacques Manget, 21 octobre 1769 [f° 11] :

1054Je soussigné Docteur en medecine, dèclare avoir visitè [mot biffé] Lundi 17 du Courant le nommè Christian Haller qui avoit èté transportè à l’Hopital le Dimanche 16. à qui je trouvai de la fievre et qui me dit avoir souffert depuis 24 heures après avoir mangé d’un gateau : des violentes douleurs de ventre qu’il avoit vomi abondamment et quil avoit actuellement des nausées. Sur quoi je prescrivis le même jour un [mot biffé] vomitif qui produisit un vomissement abondant et plusieur selles [mot biffé] avec des vers, depuis lors la fievre et les autres accidents sont cessez et le dt Haller est actuellement en bon ètat. Sur quoi j’observerai que le soubçon de poison qu’insinue le dt Haller ne presente aucun fondement et que[biffé : l] les vers produits par la mauvaise nourriture suffisoit pour causer les maux dont il s’est plaint. J’ajouterai qu’ayant ouvert le gêsier d’une poule pretendue morte après avoir mangé de ce gateau je lui ai trouvé cette partie pleine de grains de bled et de raisins sans aucune alteration qui puisse former un indice de poison. En foy de quoi je donne la presente dèclaration par serment

1055À l’Hopital General à Genève le 21 8bre 1769

1056Manget Dm

1057b) Rapport du chirurgien Jean Baumgartner, 21 octobre 1769 [f° 13] :

1058Je soussigné Maitre en Chirurgie en office à l’Hopital General déclare qu’aïant vïsité deux poules que l’on suspectoit avoir été empoisonnées par de la soupe où on auroit mis de l’arsenic je n’ai trouvé aucune marque de poison en foi de quoi je me suis signé à Genève 21e 8bre 1769

1059Baumgartner

  • 69 Augustin Le Royer : citoyen, fils de l’apothicaire Gabriel Le Royer, né le 17 mars 1729, agrégé le (...)

1060c) Rapport des pharmaciens Charles-Antoine Peschier, Isaac et Augustin Le Royer69, 21 octobre 1769 [f° 14] :

1061Nous Soussignez Maitres en Pharmacie Jurez, Raportons par serment que cejourdhuy 21 8bre 1769 Monsieur l’Hopitalier nous a envoyé par ordre de Monsieur l’Auditeur [Marc] Le Fort un pot de terre contenant un reste de soupe et des morceaux de gateau, pour examiner sil n’y avoit aucun melange de poison, lesquelles ayant été soumis à diverses expériences, y avons Distinctement reconnu de l’arsenic Divisé en petite parcelle, dont nous en avons remis quelques fragmens à Monsieur L’Auditeur En foy De quoy, nous avons signez, Genève ce 21 8bre 1769

1062Ch : Ante. Peschier ape Juré

1063Augustin Le Royer ape Juré

1064I. Le Royer App. de l. hopital Gl

1065d) Rapport du chirurgien Henri-François Martin, 24 octobre 1769 [f° 36] :

1066Je soussigné Henri Martin Chirurgien privilegié ; authorisé par le Mque Conseil Certifie et declare par serment et par ordre de Mr l’auditeur [Marc] Le Fort que le quatorze de ce mois vers les six heures du soir jaurois eté appellé par Mr Massé Receveur du Pontenage d’Arve Comme je revenais de Carouge, lequel m’auroit prié d’entrer dans la grange de l’auberge de la Tour, pour voir un homme qui est mal depuis quil a mangé un morceau de figace, et qui a beaucoup vomi, nous serions en effet entré dans cette grange, Ns aurions vu un homme couché sur de la paille, auquel ns aurions demandé quest ce qui vous fait mal, il auroit repondu tout le Corps me fait mal, et dit que depuis quil avoit mangé un morceau de figace que sa sœur lui avoit apporté, que ayant visité cet homme ns lui aurions trouvé beaucoup d’agitation, un grand tremblement se plaignant extremement, une grande alteration, nous aurions demandé le morceau de figace quil avoit laissé la servante nous le montra, nous y aurions vu qques petits grains blancs, nous l’aurions rendus à la servante lui disant de le garder, que le soir nous lui aurions porté vers les neuf heures une potion Calmante, nous l’aurions trouvé apeuprès dans le meme etat, et s’étant plaint quil avoit froid nous lui aurions fait donner une Couverte par M. Gallet, et nous serions ensuite retiré, en foy de quoy nous avons dressé notre present rapport fait et signé à Genève le 24e 8bre 1769

1067// Henri Martin

152. Mort accidentelle, 24 octobre 1769 (PC 11934)

1068 Le 24 octobre 1769, en début d’après-midi, le pasteur Jean-François Bellamy se tue accidentellement d’une balle de fusil près de sa maison de campagne du Petit-Saconnex.

  • 70 Pierre Figuière : originaire de Barre-des-Cévennes dans le Gévaudan. Chirurgien au Petit-Saconnex, (...)

1069a) Rapport du médecin Jean-Jacques Manget et du chirurgien Pierre Figuière70, 24 octobre 1769 [f° 4] :

1070Nous soussignez Docteur Medecin et Chirurgien ètabli à Saconnex avons examiné par ordre de Monsieur l’auditeur [Marc] Le Fort le cadavre de Monsieur le Pasteur Bellamy sur lequel nous avons dècouvert un coup de feu qui a portè au cotè gauche du col immediattement au dessous de la machoire inferieure et est sorti [biffé : dan] par le coté oposé derriere loreille droite et a fracassé l’apophyse mastoide d’où nous pouvons conclure que le coup portè à bout portant a fait bale et a rompu la veine jugulaire et l’artere carotide gauche sans qu’il y ait d’autre desordre aparent.

1071En foy de quoi nous avons donnè la presente Dèclaration sous serment À Saconnex le 24 8bre 1769

1072Manget Dm

1073Figuière Chr

1074b) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 25 octobre 1769 [f° 16] :

1075Je sous signé Me En Chirurgie Raporte par serment que cejourdhuy 25e du mois doctobre 1769 à une heure après midy Je me suis Transporté par Lordre de Monsieur Lauditeur [Marc] Le Fort au Petit-Saconnex pour Examiner Le Cadavre de Sble Jean François Bellamy Citoyen Pasteur de Léglise de Genève agé de 41 ans ; mort de hier auquel J’ay trouvé une playe darme à feú ayant son Entrée avec travers de doit sous La machoire Inferieure et pareille distance de Lá Trachée Artere du Côté gauche Traversant Lá Base du Crane et sortant à Coté de l’apophise pierreuse du Côté droit, formant une sortie avec Esquille ayant sondé L’une et L’autre playe avec toûte Lá Longueur du doit J’ay sorty de la playe du Côté droit de Linterieur des Teguments plusieurs grains de Grenaille de differente grosseur En grenaille doiseau il y a Lieu de Croire que Le Coup ayant Ete reçu à bout touchant il y a Eu un delabrement interieur qui a Causé une Mort subite.

1076Genève ce dit Jour et an que dessus

1077Meschinet

153. Aliénation, suicide, 5-6 janvier 1770 (PC 11971)

1078 Le 5 janvier 1770 en début d’après-midi, la veuve Jeanne Mauris, réputée aliénée d’esprit et mélancolique, est trouvée pendue dans sa cave. Son enterrement est autorisé sans cérémonie.

1079a) Rapport du chirurgien Jean Goty, 5 janvier 1770 [f° 2] :

1080Je sousigné Certifie quensuitte du serment prété sous les Yeux de Monsieur Lauditeur [Charles] Bandol ;

1081que le Vendredy 5e Jeanvier 1770 Vers les deux heures du soir : Jay Eté apéllé pour voir Et visiter ; la nommée Jeanne fille de feu Jean Rutty ; veuve de feu Jean-Jacques Mauris ;

1082Laquelle Jay trouvée morte sur son lit de repos, dans la Chambre quelle ocupe de la maison Mirani au Vilage de Chêne ;

1083Apres lavoir Exattement visitée, Jay trouvé à la partie superieure, Et tout au tour du Col, un Enfoncément, de la profondeur danviron quatre lignes ; Et de la largeur danviron cinq lignes ; Et le fons dudit Enfoncement dune couleur livide, ce quy ma fait Juger ; que la susditte avoit Eté Etranglée, najant Reconnu autre chose sur tout son corps quy puisse luy avoir ocasionné la mort Chêne le 5e Jeanvier 1770. Goty. Chirurgien Et visiteur

1084b) Déclaration du chirurgien Jean-François Larpin, 5 janvier 1770 [f° 4] :

1085Du 5e janvier 1770. Je soubsigné declare mois Jean François Larpin Chirurgien à Chêne avoir veu Jeanne Rutty [biffé : de] veuve de feu Jean-Jacques Mauris, Etre attinte de melancolie, soit folie, ce que declare par acte de verité et suis signé à Chêne le dit jour.

1086F. Larpin

154. Noyade, 14-15 juin 1770 (PC 12028)

1087 Le soir du 14 juin 1770, Jacqueline Oltramare, âgée de 16 ans, se lave les pieds aux épuisoirs du quai de l’Île conformément aux conseils qu’elle avait reçus après s’être blessée près de l’œil en chutant dans les escaliers quelques jours plus tôt. Son corps est retrouvé dans le Rhône le lendemain matin près de la digue du moulin de l’Île.

1088a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 16 juin 1770 [f° 4] :

1089Je sous signé Me En Chirurgie Raporte par serment que ce jourdhuy 16e Juin 1770 à 7 heures du Matin Je me suis trensporté par Lordre de Monsieur Lauditeur [Samuel] De Tournes Luy présent, En L’Île chés le Sr Samuel Oltramare Citoyen Tinturier, pour Examiner Le Cadavre de Jacqueline Oltramare sa fille agée de 16 ans, que L’on venait de sortir du Rhône. L’ayant faite désabiller, Je lais Examinée avec attencion et nais trouvé aucune playe, fractures, contusions, ny mutilation qui Indique Etre lá Cause de sa mort ; au Contraire ayant Trouvé audit Cadavre des signes ordinaire d’un mort noyé. En foy de quoy J’ay donné le présent Raport Genève ce dit Jour et an que dessus Meschinet Ladite ayant une Contusion avec Echymose à la partie supérieure Externe de la jouë Gauche faite par une chute dans Les degres depuis quelques Jours.

1090Meschinet

1091Paraphé ce 14 Juin 1770

1092De Tournes audr

155. Suicide, 13-16 novembre 1770 (PC 12092)

  • 71 Pierre-Michel Hennin au duc de Choiseul, 16 novembre 1770, Archives diplomatiques du ministère des (...)

1093 Le matin du 12 novembre 1770, après une nuit d’insomnie, l’ancien syndic Robert Dunant se massacre à coup de couteau. Quoique le Conseil décide de tenir secrète la cause réelle du décès, le résident de France Pierre-Michel Hennin l’évoque dans sa lettre du 16 novembre 1770 au ministre français des Affaires étrangères, parlant d’une « catastrophe assez ordinaire ici 71  ».

1094a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 13 novembre 1770 [f° 8] :

1095Je soussigné Me en Chirurgie Raporte par serment que Lundy 12 du Court, à 11 heures du matin, J’ay été requis de me transporté dans la rüe des Chaudronniers, chés Noble Robert Dunant Citoyen Seigneur Encien sindiq ; pour luy donner du secours que l’ayant trouvé dans son lit couvert de sang se plaignant et demandant la Mort ; Je m’etais mis Endispositions de le soulager et de découvrir lá Cause de son Etat qu’il avait beaucoup résisté à ne point ce Laisser voir ; que ce n’avait été qu’an le persuadant que mon intencion était de luy Eviter des douleurs améres, qu’alors il se rendit à ce Laisser voir et pencer ; que L’ayant découvert j’ay reconnu six playes faites avec un Instrument Tranchant de lá longueur d’un pouce Environs chacune Dirigées En différents sens ; quatre au bas ventre, L’une dans Lumbiliq pénétrant dans lá capacité avec issuë d’une portion de lépiploom de la longueur de quatre travers de doigts, une à quatre doigts plus haut pénétrant aussi dans la capacité Les deux autres situées sur les fausses côtes, Inferieures ne pénétrant pas plus que Lepaisseur des Téguments ; ayant passé à l’examen des deux autres, L’une située à lá partie antérieure du col sur les cartilages de lá trachée artère ne pénétrant pas plus que les Tégument ; et L’autre à côté à deux doigts de distence du côté droit avec [rature] ouverture d’une Branche de lartère maxillaire Inferieure, qui Est de là qu’est party presque tout le sang qu’il a perdu, qu’ayant trouvé le malade foible et le poul mauvais ; J’ay fait Le necessaire et ais demandé un confrere que Mr Cabanis est venu dans le quart d’heure qu’ayant Examiné ensemble Les playes nous les avons considérées mortelles et quen conséquance nous avons [mot biffé] tiré Nôtre prognostiq que Le malade nirait pas loin, que L’ayant vu à tout moment ; il a Eté toûjours en safoiblissant, que Laprès midy Le Bas Ventre s’est Tendu et qu’il Est mort à six heures du soir Je ne crois pas qu’il y ait Eu de gros vaissaux ouvers, mais il y a tout lieû de croire que quelques Boyeau ont Eté ouvert ce qui me le persuade ce sont Les venctuosités qui sortaient par la playe de L’umbilic, qu’il C’est fait un Epenchement dans le Bas ventre qui a causé la mort ; ce qui si dessus Jateste veritable, Genève ce 13e 9bre 1770

1096Meschinet chirurg.

1097Paraphé suivant notre verbal

1098ce jour 13e nov. 1770

1099[Claude-Philippe] Claparède aud

1100b) Rapport du chirurgien François-David Cabanis, 16 novembre 1770 [f° 12] :

1101Je soussigné Maitre en chirurgie certifie qu’ayant reçû ordre de Monsieur L’Auditeur [Claude-Philippe] Claparède pour faire mon rapports sur les Blessures de feu Noble Dunant Seigneur Ancien Sindic après avoir preté le serment requis je declare qu’ayant été mandé lundi dernier sur les 11 heures du matin pour me rendre chés le dit Noble Dunant : je l’ai trouvé dans son lit se plaignant amerement de douleurs quil éprouvoit aprés avoir cherché la cause de ces douleurs j’ai trouvé quatre playes au bas ventre deux penetrantes dans la capacité avec lesion des organes contenus les deux autres portoient sur les cartilages des fausses côtes plus deux autres playes au col l’une sur les cartilages de la trachee-artere de la longueur d’environ deux travers de doigt et l’autre à la partie lateralle droite du col qui avoit ouvert une branche de lartere maxillaire inferieure qui avoit causé une grande hemoragie quand à la cause il ma parut que ces playes avoient été faittes par quelques instrumens pointant et tranchant comme Epée couteaux de chasse etc.

1102Quand au prognostic je le fis sur le champs mortel et en effet le dit noble Dunant s’affoibli dès ce moment : et vers les cinq heures de l’aprés midi il etoit sans poulx et mourut environs sur les six heures Tel est mon rapport Genève 16 9bre 1770 Cabanis

156. Suicide, 5 février 1771 (PC 12133)

1103 Pierre Delor, domicilié à la maison Marchinville de la rue de Chevelu, est sujet aux insomnies, sans appétit et l’« esprit fortement occupé ». Le 5 février 1771, en fin de matinée, il se tire un coup de pistolet dans le crâne.

1104a) Rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 5 février 1771 [f° 2] :

1105Je soussigné Maitre en chirurgie juré certifie et rapporte par serment et par ordre de Monsieur l’auditeur [Jean-Jacques ou Samuel ?] De Tournes, m’être transporté aujourd’hui environs les une heure après midi, au premier étage de la Maison Delor Marchinville où j’ai trouvé le dit Sieur Delor assi sur un sopha mort d’un coup d’arme à feu, soit pistolet dont la bale a percé le crane et le cerveau entre les deux sourcils et elle est sortie à la partie posterieure et superieure de la tête au lieu dit la suture lambdoide, le trajet allans de bas en haut. Fait à Genève le 5 fevrier 1771.

1106PL Macaire

157. Mélancolie, tentative de suicide par castration, 8-11 mars 1771 (PC 12150bis)

1107 Le courrier de France Pipy loge dans une ruelle située entre l’Écu de Genève et la maison Pallard, derrière la Rhône. Il est atteint depuis environ trois mois d’une « mélancolie noire et profonde », persuadé que des ennemis veulent le bannir de la ville. Le matin du jeudi 7 mars 1771, il se châtre avec son couteau de poche.

1108a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Fine, 8 mars 1771 [f° 2] :

1109Je soussigné Mtre en Chirurgie, déclare par serment que ce jeudy 8 mars 1771, jay été appelé chez le Sr Pipy Courrier de France à huit heures du matin p [ou] r le panser de ses Blessures ; Je lay trouvé dans son lit, nageant dans son sang et très foible ; presque sans poulx, l’ayant éxaminé attentivement ; je luy ay trouvé une playe au bas ventre longue d’un poulce à coté de lumbilic et du coté droit qui ne ma parut penetrer que jusques au péritoine plus une playe considerable aux envelopes du testicule droit, le testicule ayant été totalement emporté [trois mots biffés] ce qui luy a procuré une hemoragie considérable les vaisseaux spermatiques ayant été coupés.

1110Il paroit que ces playes ont été faites par quelque instrument pointu et trenchant comme couteau, Bayonetes et aut[re].

1111Monsieur le Docteur De Rabours la veu, nous luy avons prescrit tout ce qui est utile à son état.

1112Ce vendredy je lay veu, il a parut avoir un peu repris de forces, je luy ay pansé la playe du Bas ventre, mais je nay pas levé lappareil du Testicule. L’on ne peut quant à présent donner un prognostique de son état, ce que l’on peut dire de vray, c’est quil paroit que cet homme étoit atteint depuis quelque temps d’une Melancolie noire. Mons. le Docteur De Rabours la veu cy devant, luy a ordonné des remedes relatifs à cette maladie cruelle dont nous n’envoyons que trop les funestes effets.

1113Fine chirurgien Donné à Genève ce 8e mars 1771 b) Rapport du médecin Gédéon De Rabours, 11 mars 1771 [f° 4] :

1114Au mois de Decembre dernier le Sieur Pipy Courier me fit prier de le visiter de nouveau, ce que j’avois dejà fait de tems en tems depuis le mois d’Aoust 1768 ; je le trouvai alors très malade avec fièvre et cette sorte d’hydropisie qu’on appelle leucophlegmatie, je lui marquai ma surprise de cet etat, en lui disant qu’il faloit que ce fut l’effet de quelques remèdes qu’il avoit pris à mon insçu, il m’avoua qu’il avoit pris à Versoix d’un quidam des remèdes qui l’avoient beaucoup purgé ; je m’occupai dès ce moment à le rétablir, s’il étoit possible ; je reussis, son enflure fut dissipée dans l’espace d’environ quinze jours ; le retour des forces fut ensuite mon objet, nous y travaillames, nous reüssimes et il y a environ six semaines que je le trouvois en état de reprendre ses fonctions, je le lui dis, je lui conseillai, je l’exhortai même beaucoup à le faire, mais inutilement, ce pauvre homme se défioit tellement de ses forces que, quoi que j’aye renouvellé plusieurs fois les mêmes instances, il n’a pas voulu absolument le faire ; je dis qu’il n’a pas voulu, car je suis très convaincu, qu’il le pouvoit, mais une profonde melancholie que je lui connoissois déjà antérieurement etoit pour lui un obstacle insurmontable, il m’a même manqué de parole pendant trois semaines de suite en me promettant de semaine en semaine qu’il reprendroit sa malle ; Je lui fis vers le milieu de Février dernier les exhortations les plus fortes pour cela en lui disant que je ne retournerois point chés lui et que je ne voulois le voir que quand je le rencontrerois. Il me promit encore alors de reprendre ses fonctions, mais au lieu de le faire, il a perseveré dans son idée d’impuissance à cette fin ; la mélancholie a sans doute augmenté beaucoup et l’esprit s’est dérangé au point de se mutiler d’une partie (du manque de fonction de laquelle il s’étoit plaint à moi plusieurs fois) et dont Monsieur Fine son Chirurgien actuel aura sans doute fait le détail dans son raport. Au reste son état actuel présente beaucoup d’esperance de guérison.

1115Donné à Genève le 11e de Mars 1771.

1116De Rabours, D.M.

158. Noyade, 1er avril 1771 (PC 12166)

1117 Le 1 er avril 1771, le batelier Oltramare extrait du Rhône le corps de Jeanne Gay, à la hauteur des digues de la machine hydraulique. Quelques mois plus tôt, elle avait été arrêtée et conduite à l’Hôpital général pour y accoucher. Un bout de sa chemise, marquée I 6 G, est conservé parmi les papiers de la procédure. L’« infection » du cadavre impose son prompt enterrement au cimetière de Plainpalais.

1118a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 1er avril 1771 [f° 2] :

1119Je soussigné Maitre en Chirurgie rapporte par serment que ce jourdhuy 1er avril 1771 à six heures du soir par l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Daniel] Naville lui présent, Je me suis transporté en l’Île à la machine, dans un bateau sur le Rhône pour examiner un cadavre femelle que l’on avoit sortie de l’eau et qui était dans ledit bateau, n’ayant trouvé au dit cadavre aucune playe ni blessure qui dénote être la cause de sa mort. Au reste le cadavre étant défiguré par le long séjour quil à fait dans l’eau, il n’est pas facile de déterminer au juste quel a été la cause de sa mort en foi de quoi, J’ay donné le présent rapport. Genève ce dit jour et an que dessus.

1120Meschinet

159. Homicide involontaire, 4-6 juin 1771 (PC 12188)

1121 Le soir du 3 juin 1776, l’une des compagnies du régiment de Lullin de Châteauvieux est en revue à Plainpalais. Lors de la manœuvre, que complique le grand concours de spectateurs, le citoyen Pierre Benoît, maître horloger de 28 ans, donne par inadvertance un coup fatal de baïonnette à Jacques Chevalier. Censuré de son imprudence, Pierre Benoît est condamné aux prisons subies et aux dommages et intérêts.

1122a) Rapport du chirurgien François-David Cabanis, 4 juin 1771 [f° 18] :

1123Je soussigné Maître en chirurgie certifie qu’ayant été mandé hier 3ème du courant sur les 7 heurs de laprès midi pour me rendre au 3ème etage de la maison de la veuve Chevalier à Longemalle afin dy panser et médicamenter un jeune garçon de l’age denvirons dix ans fils de Jean Chevalier ; qui venoit d’être blessé aprés l’avoir examiné avec beaucoup d’attention j’ai trouvé le dit enfans avec des convulsions violentes sans connoisance et sans pouls ayant examiné la blessure, j’ai trouvé une playe de la longueur d’environs six lignes située à la partie antérieure et moyenne du col penetrant obliquement de droit à gauche jusqu’à l’artère carotide que je soubçonne avoit été ouverte par la grande hemorragie qui avoit precedé ma visite, deux minutes après l’enfant est mort. La cause de cette mort ne peut être attribuée qu’à la perte du sang tel est mon rapport, Genève le 4e juin 1771.

1124Cabanis

1125Paraphé pou[r] etre joint à notre verbal dhyer, Genève 5 juin 1771

1126[Claude-Philippe] Claparède aud.

160. Suicide, 14-15 juillet 1771 (PC 12205)

1127 Le 14 juillet 1771 en début d’après-midi, l’habitant Jean-Pierre Chedel se tue d’un coup de feu à la tête dans sa chambre de la maison Badolet à la rue de Coutance. Selon sa voisine Marie Dupin Azemar, Chedel était malade depuis longtemps d’une rétention d’urine et d’hémorroïdes, insomniaque, « son sang souvent remonté à la tête ».

1128a) Rapport du chirurgien François-David Cabanis, 14 juillet 1771 [f° 6] :

1129Je soussigné Maitre en chirurgie certifie après avoir prêté le serment requis, qu’ayant été mandé, aujourd’hui sur les 5 heures de l’après midi, par Monsieur l’Auditeur [Charles] Bandol pour me transporter à Saint-Gervais dans l’allée du Jeu-de-Paume, maison Badolet au 4e étage, J’ai trouvé dans une chambre d’entrée etendu sur le plancher, un homme en robe de chambre de l’âge d’environs 55 ans qui ne donnoit aucun signe de vie. Après l’avoir examiné avec attention : j’ai trouvé à la tête au dessus de l’oreille droite une playe ronde de la grandeur d’une pièce de 21 sols, perçant les os du crane et du coté oposé une playe apeu près semblable. D’où je conclu que cet homme a reçû un coup d’arme à feu chargé à balle qui est entrée dans le crane, par le coté droit et sorti par le côté gauche en déchirant le cerveau dans la Base, ce qui a été la [biffé : mort] cause immédiate de sa mort.

1130Genève, le 14 juillet 1771

1131Cabanis

1132b) Déposition du pharmacien Augustin Le Royer, 15 juillet 1771 [f° 12-13] :

1133Du 15 Juillet 1771 Sieur Augustin Le Royer Citoyen Maìtre en Pharmacie, par nous mandé et assermenté dit et dépose, qu’il a veu dès jeudy dernier le sieur Jean Pierre Chedel l’ainé, Rue de Coutance maison Badolet, qu’il fut ce jour là appelé auprès de lui, que s’y étant rendu après l’avoir examiné, il jugea qu’il étoit plus malade d’esprit que de corps, n’ayant pas de fiévre, mais seulement des Emoroides externes, qu’il le questionna beaucoup sur son état primitif, et lui dit qu’il ètoit malade depuis fort longtemps, que pour parvenir à sa guerison il avoit pris diverses poudres d’Alliaud, le quel remede à ce qu’il s’etoit apperçu lui même, lui avoit fait beaucoup de mal, pour remédier aux angoisses où il se trouvoit, occasionnées par des stranguries il lui conseilla des bains, des lavements, des émultions, des cataplames, et le mit au règime le plus sévére, lui ayant défendu toute sorte de viande, même le bouillon que le vendredy on le fit r’appeler, et il persista dans les mêmes conseils du jour auparavant, exigeant de plus que le bain fut plus froid, et qu’au lieu d’etre pris le soir il fut pris le matin se proposant de lui en faire prendre deux par jours, et ce jour là même il dit à sa femme que son mari etoit plus malade d’esprit que de corps ; le samedy il le revit au matin et il parut se trouver mieux, en consequence il conseilla de continuer les bains, le dimanche matin il fut r’appelé et s’y rendit à neuf heures, son état lui parut plus angoissé que la veille, quoique sans fiévre, il lui ordonna d’aller tout de suite aux bains, et le même règime, ajoutant que dès le premier jour qu’il la veu il lui a trouvé toujours son cerveau très occupé et la regardé très malade, que le Dit Chedel, lui a diverses fois dit qu’il n’étoit pas Maitre de son temparement [sic], que tantot le feu se portoit dans l’extremité des Jambes, et tantot à la tête, et que lorsque les feux se portoient à la tête il n’etoit pas Maitre de lui même, autre a dit n’avoir à déposer repété lecture faite a persisté, et signé

1134Augustin Le Royer maitre en Pharmacie Juré

1135Bandol Auditeur

161. Noyade, 12-13 septembre 1771 (PC 12227)

1136 Le 12 septembre 1771, la petite Suzanne Perlet, domiciliée avec sa famille sur le quai des Boucheries en l’Île, se rend au bord du Rhône pour y jeter les ordures. Le corps noyé de la fillette, âgée de 10 ans et trois mois, est retrouvé par Hugues Oltramare « au-dessous des roseaux où finit l’Île ».

1137a) Rapport du chirurgien Jean-Louis Fine, 12 septembre 1771 [f° 8] :

1138Je soussigné Mtre en Chirurgie, certifie par serment que ce jourd’huy 12e 7bre 1771, Jay été appellé à onze heures du matin, chez le nommé [Jean-Nicolas] Perlet, vendeur de vin, demeurant en l’Île, pour donner du secours à une de ses filles agée denvirons onze ans, que l’on venoit de sortir de l’eau ; et transporter dans son Domicile, l’ayant éxaminée, je ne luy ay trouvé aucun signe de vie ; Je nay pas laissé de luy administrer pendant trois quarts dheures [trois mots biffés] tous les secours de l’art, pour tacher de la rappeler à la vie, mais qui sont devenus inutiles. Elle avoit le visage livide, une matière écumeuse luy sortoit des narines, le ventre un peu tendu ce qui me fait juger quelle est tombée dans l’eau vivante, et quelle sest ensuite noyée. C’est ce que je certifie être veritable, et en foy de quoy j’ay donné le présent rapport.

1139À Genève, 12e 7bre 1771.

1140Fine, Chirurg[ien]

162. Noyade, 4 février 1772 (PC 12275)

1141 Le 4 février 1772, le menuisier Pierre Belet et le charpentier Charles-Henri Guyat rénovent les moulins de l’Hôpital général lorsqu’ils aperçoivent depuis leur bateau un corps immergé. Il s’agit d’Antoine Barinsfeld, ouvrier bijoutier originaire de Francfort, qui avait auparavant séjourné à l’Hôpital pour s’être démis la rotule et fracturé le crâne en se jetant du troisième étage d’une maison. Il avait disparu depuis trois semaines.

1142a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 4 février 1772 [f° 6] :

1143Je sousigné Me en Chirurgie raporte par serment que sejourdhuy 4e du mois de fevrier 1772, entre deux et trois heures de laprès midy, je me suis transporté à lhopital Général par Lordre de Monsieur Lauditeur [Pierre] Jolivet pour examiner un cadavre que Lon avait sorty du Rhône et que lon madit etre celluy d’Antoine Barinsfeld de Francfort compagnon bijoutier de lage denviron 38 ans, En ayant Lexamen en présence de Monsieur Lauditeur, il m’aparu que ledit cadavre avet eté quelques jours dans Leau. Je ne luy ais trouvé aucun signes exterieurs qui dénote etre la cause de sa mort, que tous Les signes d’un homme mort Noyé. J’ay Remarqué seulement une cicatrice située sur le genou gauche provenant de la suite d’une fracture à la rotulle dudit Genou. En foy de quoy j’ay donnné le présant raport suivant lordre que j’en ais recu. Genève ce dit jour et an que dessus.

1144Meschinet, chirurg[ien]

163. Cadavre sur le bord d’une route, 12-14 avril 1772 (PC 12306)

1145 Le soir du 11 avril 1772, le laboureur Aimé Dugerdil est informé de la présence d’un homme mort sur le chemin entre Vernier et Peney, « peu en delà les justices du fief de Turrettini ». En sa qualité de sergent des grenadiers, Dugerdil dépêche cinq hommes pour garder le corps habillé d’une veste, d’une chemise, de guêtres de ratine et de gros souliers à clous avec dans les poches un mouchoir, un vieux bonnet, des mitaines et une grande quantité de bouchons de bouteille. Il s’agit probablement d’un pauvre Savoyard qui avait travaillé jusqu’à récemment à Vernier.

  • 72 Jean-Jacques Ladret : pharmacien et chirurgien au Mandement, 1769-1774 (G, p. 503).

1146a) Rapport du chirurgien Jean-Jacques Ladret72, 12 avril 1772 [f° 4] :

1147Par la Requisition de Monsieur [Jean-Antoine] Chais Chatelain et Juge du Mandemant de Peney, je me suis transporté entre Vernier et Peney terre de souverainetté pour examiner et visiter un Cadavre mort de Maladie Naturelle ; Nayant trouvé ny appersü dans toute labitude de son corps aucune marque de playe ny contusion seulement les aparances d’une colique inflamatoire dans lesthomac et dans les Intestins. À Bourdigny le douzieme avril 1772.

1148J. Jacques Ladret [illisible] chyr[urgien] au Mandemant de Peney Nous Chatelain sousigné certifions et raportons que le Sr J.J. Ladret qui nous a envoyé le present certificat a eté duement assermenté sur les lieux.

1149J. A. Chais Chatelain

164. Suicide, 21-22 août 1772 (PC 12363)73

  • 73 Voir également 124 (PC 10868) : rapport sur l’automutilation de Jean Dittmar.

1150 Le 21 août 1772, vers 11 heures du matin, un coup de feu retentit dans la maison Bourdillon à la Madeleine. Au troisième étage, Jean Dittmar vient de se donner la mort laissant un billet dans lequel il rend grâce à son frère et à sa sœur, s’en remettant enfin à la miséricorde divine.

1151a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 21 août 1772 [f° 9] :

1152Je soussigné Maitre en Chirurgie de Genève rapporte par serment que ce jourdhuy, vingt et unième aoust mille sept cent septante deux à onze heures du matin, je me suis transporté par l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Pierre] Jolivet lui présent en Rue de la Madeleine au 4e étage de la maison où demeure Jean Henri Dittmar natif monteur de boëtes pour examiner le corps de Jean Dittmar [biffé : natif] monteur de boëtes, agé de 29 ans ; que j’ay trouvé étendu par terre dans ses habits et baigné dans son sang ; l’ayant éxaminé j’ay trouvé une playe d’arme à feu située sur la Région du cœur, pénétrant le cœur et la poitrine en ayant son issûe sous les téguments de l’omoplates droite ; sur laquelle j’ay fait une incision et en ay sorti une bale de plomb applati d’où je conclus que l’unique cause de la mort du dt Jean Dittmar est la bale qui a traversé le cœur en foi de quoi j’ay donné le présent rapport. Genève ce dit jour et an que dessus.

1153Meschinet

165. Empoisonnement accidentel, 23 novembre 1772 (PC 12413)

1154 Julien et Gabrielle Borel, les enfants du maître d’école du Petit-Saconnex, âgés respectivement de 5 et 3 ans, sont visités par le chirurgien Larpin à la suite d’un empoisonnement probablement accidentel. Le rapport ci-dessous constitue l’unique pièce de cette procédure.

1155a) Rapport du chirurgien Pierre Larpin, 23 novembre 1772 [f° 1-2] :

1156Rapporté par Moi Chirurgien Juré de Genève ; qu’en vertu des ordres reçus par Monsieur le sindic [François] Fatio je me suis transporté le vingt-trois Novembre 1772 au village du Petit-Saconnex chez le Sr [Pierre-François] Borel Maitre d’école pour voir visiter et faire l’ouverture de deux de ses enfans ; l’un âgé de cinq et demie et l’autre de trois ans environs ; suivant le rapport du Sr Borel et de sa femme, ils avoient pris à Genève une once de manne et à un demi sol de Semen Contra ou grenette pour chaque enfant ; ils furent purges tous les deux en décoction le Dimanche matin 22 9bre. Ils allèrent plusieurs selles dans la matinée sans aucune douleur ; sur les une heure après midi ils mangerent Beaucoup de pommes de terre surtout la petite fille âgée de trois ans ; Le garçon en mangeat aussi mais moins ; ils furent très mal apres diné ; La fille eut quelques légers mouvemens convulsifs à la mâchoire inferieure ; le garçon n’en eut point les selles furent supprimées ; et ils moururent tous deux ; La fille à quatre heures et le garçon à quatre heures et demie environs ; L’ouverture des cadavres furent faites en présence de Mr Figuière Chirurgien du dit Lieu. Tous les viscères de la poitrine et du bas-ventre me parurent intègres ; excepté lestomac qui contenoit des pommes de terre qui n’etoient pas encor bien dissoutes. Remplit aussi d’une substance liquide qui avoit l’odeur de la manner et du semen contra. L’estomac de la fille étoit plus remplis que Celle du garçon ; vraisemblablement parcequ’elle avoit mangé davantage quoique l’estomac de l’un et de l’autre étoit dans un etat inflamatoire ; avec de légeres excoriations de la tunique interne ou membrane veloutée ; je ne conclus pas de là qu’ils ayent pris des substances veneneuses ; parcequ’ils y auroient eu des vomissements ou des nausées ; de fortes douleurs à l’estomac et au bas-ventre ; ni l’un, ni l’autre ne s’en sont plaint, au contraire ils ont bien diné ; d’ailleurs s’il y avoit eu quelques substances arsénicales ; une assiète d’étain très claire où j’avois fait mettre la substance que j’avois trouvée dans l’estomac auroit perdu tout luisant ; point du tout sa couleur n’a point été alterée. Ainsi il me paroit naturel de conclure ; que ses enfants sont morts l’un et l’autre d’indigestion. L’estomac affoiblie par la maladie dont ils sortoient l’un et l’autre et par un purgatif ; il n’est pas étonnant quils n’ayent pû digérer une grande quantité de pommes de terre ; Ce que je déclare par serment véritable ; en foi de quoi je me suis signé.

1157Larpin

166. Excès, 21 février-28 novembre 1773 (PC 12422)

1158 Le samedi 21 février 1773, les Savoyards André Viola et François Foëx, le premier berger et le second employé au bureau de Chêne, rencontrent sur le chemin de Chêne, près de Bel-Air, Nicolas-Pierre Grosse, François Jannin, Pierre Messay et Gabriel Size (respectivement laboureur, bouvier, domestique et granger). François Jannin interpelle les deux hommes à propos de leur état d’ivresse manifeste. Il n’en faut pas davantage pour déclencher une rixe au cours de laquelle Grosse est blessé à coups de couteau. Viola et Foëx sont condamnés à « grièves » censures, à faire réparation, au fouet public et au bannissement.

1159a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Cottu ou Cotta, 21 février 1773 [f° 3] :

  • 74 Joseph-Marie Marguery : fils de Joseph Marguery, né à Bossey, officier de santé. En 1797, il est d (...)

1160Je Pierre Cottu chirurgien juré certifie avec serment à tous seigneurs et magistrats de justice à qui la connoissance appartiendra qu’ayant été demendé par monsieur Louis Violy commendant du detachement de Chêne sur les cinq heure du soir pour visiter Nicolas fils de feux Pierre Grosse natif et habitant de Jussy territoire de Genève lequel a dit avoir été exédé dans la grande route tendante de Genève à Chêne et sur les terres dudit Genève. J’ai trouvé ledit Nicolas Grosse dans l’auberge de L’Écu de Genève où habite le Sr Gaspard Trotelin sur terre du Chapitre et pour procéder à ladte visitte, j’avais prié le Sr Joseph Marie Marguery74 chirurgien et Sr Gabriel Collet sindic du présent lieux pour être témoins auxquels j’ai fait reconnoitre et observer ainsy qu’à Monsieur le Commendant que ledit Nicolas Grosse a une playe sur le pariétal gauche de la longueur d’un pouce et demy pénétrante jusqu’au crane, plus une autre situé sur le pariétal droit de la longueur [de] douze lignes qui n’occupe que les premiers tégumens, plus un autre sur le coronal du coté gauche de la longueur d’onze lignes qui n’occupe que les premiers tégumens, plus une autre sur le Coronal du costé gauche de la longueur d’un pouce pénétrante au crane, lesquels dte playes ont repandus une quantité de sang, lesquels je juge avoir été faite avec un instrument tranchant comme sabre, bayonnette ou couteaux. Plus j’ai de même fait observer audit tesmoins que ledit Nicolas a une contusion sur le coronal du costé droit de la largeur d’environ un écu de trois livres et a une équimoze plus un[e] autre exposé[e] sur lorbite gauche de la longueur d’un pouce et demy et large d’un pouce. Une autres situé sur la partie moyenne dudit coronal longue d’un pouce et large de quatre lignes plus un[e] autre contusion exposé[e] à lavant bras gauche sur le radius avec équimoze de la grandeur d’environ un écu de trois livres, lesquels murtrissures ou contusion, je juge avoir été faite avec un instrument contondant comme pierre batton ou autres de même nature. De plus je déclare que toutes ses playes et contusions on[t] donnés beaucoup de fièvres audit blessé, laquelle a spendant diminué après la saigné le tout quoy je juge être curable dans le terme d’environs quinze jours, sil ne surviens aulcunes autres accidents sans quil reste audit blessé aucunne incommodité ni difformité, préjudiciable moyennant un pansement exact en foy de quoy j’ai signé le présent en Chêne le vingt un février mille sept cent septante trois.

1161Marguery pour le Sieur Cotta.

167. Infanticide, 29-30 avril 1773 (PC 12442)

1162 L’horloger Jean Lhôte habite au cinquième étage de la maison du charpentier Jean-Pierre Jaques à la rue du Temple avec cinq autres locataires. Le mardi 27 avril 1772, il constate que les « privés communs », situés dans la cour et dont la porte est toujours ouverte, sont bouchés et « si pleins qu’on ne pouvait se mettre dessus ». Le lendemain, il en avertit Jean-Pierre Jaques en même temps qu’il lui remet son loyer de deux écus. Le jeudi 28 avril, le maître de maison s’affaire à déboucher les lieux en compagnie de sa nièce jusqu’à ce qu’ils y découvrent le corps d’un enfant qu’ils prennent d’abord pour la dépouille d’un chat ou d’un chien, « masse de chair couverte d’ordure ». Il est arrêté d’en informer plus amplement.

1163a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 29 avril 1773 [f° 2] :

1164Je soussigné Me en Chirurgie déclare par serment que ce jourd’huy 29e avril 1773 à 5 heures du soir en vertu de lordre que j’ay reçu de Monsieur Lauditeur [Pierre] Jolivet, je me suis trensporté à l’Hop[ital] Général pour faire Lexamen d’un enfant male Nouveau Né que lon madit avoir [ajouté en suscription : été] trouvé dans un canal, ayant examiné led. enfant, je [biffé : Lay] Lais trouvé bien constitué venu au monde au terme de maturité qui signifie Neuf Mois, Le cordon umbilical et le placenta sans etre séparé du corps, il maparu que cet enfant est venu au monde vivant parraport au temps de la Naissance Jestime quil peut y avoir quatre jours environs. En foy de quoy j’ay signé le present raport ce dit jour que dessus.

1165Meschinet

168. Tentative de viol, 4 mai-12 juin 1773 (PC 12445)

1166 Le 3 mai 1772, l’horloger Isaac Jarnier, natif de 34 ans, tente de violer Susanne Lyanna, citoyenne de 39 ans, en la raccompagnant chez elle. Le procureur général Barthélemy Galiffe requiert contre Jarnier six mois de prisons et les dépens. Le 16 juin 1773, le Conseil arrête que le prévenu soit laissé au jugement de Dieu.

1167a) Rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 5 mai 1773 [f° 7] :

1168Je soussigné Maitre en chirurgie, Certifie et rapporte par serment et par ordre de Monsieur L’Auditeur [Pierre] Jolivet avoir été appellé hier à une heure apres midi au troisième étage sur le derrière de la Maison Martine, en haut la rue du Temple, pour seigner Madmoiselle Susanne Lyanna agée de 39 ans, lui ayant demandé le sujet qui la décidoit à se faire seigner, elle ma dit seulement que s’étoit une forte frayeur quel avoit eu et moi craignant de blesser sa delicatesse, je n’ai point insisté par de nouvelles question jugeant par l’émotion de son pouls de la nécessité de la faire tout de suite.

1169Ce matin l’ayant visitée, j’ai trouvé diverses ecchymose ou meurtrissure aux extremités, mais sensiblement aux deux genoux et aux deux coudes comme aussi une petite playe contuse au doigt indice de la main gauche, qu’elle dit être une morsure, de même qu’une égratignure sur le sein droit.

1170Quand au prognostic, il ne paroit pas que toutes ses choses ayent aucun danger à craindre pour les suites, seulement elle aura quelques jours de la douleur, principalement lorsqu’elle voudra mouvoir ses membres pour travailler.

1171À Genève le 5e may 1773

1172PL Macaire

1173b) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 5 mai 1773 [f° 29] :

1174Je soussigné M. de la Chirurgie raporte par serment qu’en vertu de Lordre que j’ay reçu de Monsieur Lauditeur [Pierre] Jolivet je me suis trensporté dans La prison de cette ville environs Les six heures du soir pour examiner Isaac Jarnier natif, de trois Egratignure. Deux situées L’une à coté de l’autre sur la partie supérieure du doigt de médian ou grand doigt de la main droite. La troisième situées sur sa partie supérieure du doigt index de sa meme main. Les uns et les autres Nayant pas pénétré dans La peau et n’ayant qu’une ligne au plus de longueur parraport à la cause qui les a produit, il serait difficile de L’indiquer vu la figure et la petitesse du tout. En foy de quoy J’ay donné le présent raport suivant Lordre que j’en ais reçu au 5e May 1773.

1175Meschinet

  • 75 Jean-Pierre Terras : originaire du diocèse de Valence, reçu bourgeois le 29 septembre 1769, alors (...)

1176c) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras75, 7 mai 1773 [f° 41] :

  • 76 En 1773, aucun Thellusson n’apparaît dans le rôle du Petit Conseil. S’agit-il d’un membre du Conse (...)

1177Je sous-signé chirurgien juré certifie par serment de l’ordre de Monsieur le conseiller [Claude-Philippe] Claparède en date du 7e may 1773 m’etre transporté aux prisons de l’Évêché où j’ai vu et visitté [en] la présence de Monsieur le conseiller Claparède et de Monsieur le conseiller Thellusson76 le nommé Isaac Jarnier. J’ai porté mes récherches particulièrement sur les mains dudt Isaac Jarnier par l’inspection la plus exacte sa main gauche ne ma presenté que quelques points ou légères vestiges d’excoriation meme à peine sensibles sur la nature desquels on ne peut établir aucuns jugement quant à la cause. J’ai aussi découvert sur la main droite dudt Jarnier quelques légères traces ou marques d’excoriation particulièrement une placée ou située entre la base de la première phalange du doigt médius et l’annulaire.

1178Cette blessure meme la plus sensible est si légère si peu marquée, le caractère par les memes raisons si difficille à déterminer que j’estime que cette légère blessure a eté faite par quelque corps déchirant sans pouvoir en déterminer la nature. En foy de quoy j’ai donné le présent rapport fait à Genève dans les prisons ledt jour et an que dessus.

1179Terras

1180Paraphé ce 7e may 1773

1181Claparède Secr[étaire]

1182d) Rapport du médecin Jean-Antoine Butini et du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 15 mai 1773 [f° 86-87] :

1183Nous soussignés Docteur en Médecine et Maitre en Chirurgie déclarons par serment qu’en conséquence de l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Pierre] Jolivet nous nous sommes transportés chez Madelle Lyanna rüe du Temple maison Martine pour examiner l’état de sa santé, l’ayant déjà plusieurs fois visitée séparément et conjointement et que nous l’avons trouvée guérie des contusions qu’elle avoit aux genoux aux bras et au sein, d’une petite playe contuse au doigt indice de la main gauche et de plusieurs égratignures au devant du col et aux mains attribüées par elle aux violences qui lui ont été faites le Lundi soir 3eme de ce mois, de même que de l’extinction de voix et de la chaleur à la poitrine suite de ses cris pour appeller du secours et aussi de la fièvre qu’elle avoit eüe ci-devant ; ne lui restant encore que des mouvemens de nerfs qu’elle affirme être plus fréquens au tems du sommeil, de la pâleur et de la foiblesse qui se dissiperont à ce que nous estimons à mesure qu’elle s’éloignera de l’époque de la violente agitation et émotion qui les a causé. En conséquence de cet examen nous l’avons jugée non seulement hors de tout danger résultant des mauvais traitemens qu’elle a essuyés mais encore dans un état de convalescence non équivoque et de prochaine guérison et nous lui avons prescrit les remèdes propres à l’accélérer. Fait à Genève ce 15e May 1773.

1184Butini PL Macaire

169. Mélancolie, délire, suicide, 17 mai 1773 (PC 12450)

1185 L’avocat Jean-Louis Tronchin se plaint de « fièvre nerveuse » et d’étourdissements depuis le début du mois de mai 1773, accompagnés de « moments de noirceur et de mélancolie […], des vapeurs qui tenaient du délire ». Le 16 mai, vers 16 h 30, il reçoit la visite du pasteur Paul Claude Moultou qui l’engage à la patience, paroles de réconfort auxquelles Tronchin ne répond que par monosyllabes, la voix presque éteinte. L’avocat se suicide moins de deux heures plus tard à l’aide d’un fusil dans le souterrain qui conduit à la serre de la maison familiale.

1186a) Déclaration du médecin Jean-Antoine Butini, 17 mai 1773 [f° 19-20] :

1187Je soussigné Docteur en Médecine appellé par ordre de Monsieur l’Auditeur [Augustin] De Candolle à déclarer par serment ce qui est venu à ma connoissance sur ce qui a précédé la mort de Mr Tronchin Boissier fils, je déclare par serment que le 9ème du présent mois de May je fus prié d’aller voir Mr Tronchin que je trouvai malade, et que je continüai à le voir matin et soir les jours suivans savoir le 10, 11, 12, 13, 14, et 15 dudit mois et le matin du 16, qu’il eut pendant ce tems là constamment une fièvre légère que je jugeai bilieuse, dans laquelle il étoit levé presque toute la journée et pour laquelle je lui prescrivis les remèdes propres à tempérés l’acreté de la bile à la délayer et à l’éva[illisible]. Que les derniers jours il se plaignit d’un insomnie extraordinaire et de beaucoups de dégoût avec une grande anxiété : que le 16e au matin je le trouvai sans fièvre mais dans un état d’inquiétude qui me fit juger que la diette et l’insomnie avoient affecté chés lui le genre nerveux et qu’il étoit dans un état vaporeux ce dont il convint lui même, sur quoi je lui proposai l’usage journalier de l’exercice en voiture et des bains tièdes en l’exhortant à faire effort pour prendre plus de nourriture : J’observai aussi chés lui plus de précipitation dans le discours qu’il n’en mettoit à l’ordinaire des répétitions fréquentes des mêmes choses, une disposition aux larmes et le regard mélancholique : il s’étoit plaint encore de sursauts convulsifs quand il vouloit s’assoupir. D’où je conclus que ce fut un accès de mélancholie qui le porta le même soir avant l’heure où j’avois accoutumé de le revoir à attenter à sa vie.

1188Genève ce 17e May 1773 Butini, DM b) Déclaration du chirurgien François-Davis Cabanis, 17 mai 1773 [f° 21] :

1189Je Soussigné Maître en chirurgie certifie par Sermens que m’étant rendu hier sur les six heures de l’après midi chés Monsieur Tronchin Boissier fils, pour le voir à la suitte d’une Maladie dont il étoit atteint de puis environs huit jours, laqu’elle Maladie étoit accompagnée de maux de tête violens et d’une entiere insomnie, ne l’ayant pas trouvé dans sa chambre, je l’ai chercher avec ses gens, et l’avons trouvé dans un lieu de la Maison qu’on appelle le sousterrain Baignan dans son sang et mort, à ce quil m’a parut, depuis quelques [biffé : heures] minuttes : par l’éffet d’un coup d’arme à feu qui dirrigé obliquement de Bas en haut avoit fait une playe au col et à la partie supperieure de la Tête, en perçant le crane de dedans en dehors.

1190La Cause determinante de cette mort, est incontestablement L’éffet d’un delire subit et frenetique, produit par un principe d’acreté ambulatoire qui paroissoit quelque fois sous la forme de dartres et qui dans ce moment s’est porté avec impétuosités sur les principaux nerfs du cerveau, tel est mon rapport Genève 17 may 1773.

1191Cabanis c) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 17 mai 1773 [f° 23] :

1192Je Soussigné Me en Chirurgien raporte par Serment que ce jourd’huy 17e May 1773 vers les dix heures du matin j’ay reçu ordre de Monsieur Lauditeur [Augustin] De Candolle de metransporter dans la maison de Sble Jean Louis Tronchin Citoyen avocat pour faire Lexamen de son Cadavre en présence de Monsieur Lauditeur ; ayant Trouvé audt Cadavre une playe darme à feu située à la partie superieure et anterieure de Col directemt, sous la machoire inferieure pénétrant dans tout le Crane de Bas en haut inclinant à gauche vers los temporal avec trois Issaées au dt os et dans son voisinage de trois Corps etrangers et une playe considerable dirigée en tout sens des parties qui couvre ledt os temporal gauche et un délabrement considérable de toûte La Boite osseuse. Il y a lieu de conclure que le mort est resté sur le coup.

1193Genève cedt jour que dessus Meschinet Chirurgien

170. Suicide, 19-20 novembre 1773 (PC 12515)

1194 Mélancolique, l’horologer Matthieu Gradelle se donne la mort à coup de fusil le 19 novembre 1773, vers midi, dans son domicile au second étage de la maison Gignoux, rue de Chevelu.

1195a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 19 novembre 1773 [f° 2] :

1196Je soussigné Me en Chirurgie Raporte par serment que ce jourdhuy 19e 9bre 1773 à une heure après midy j’ay eté requis de me trensporter Rüe de Chevelu dans la maison Gignoux au 2e étage pour examiner le corps de Matthieu Gradelle Citoyen horloger agé de 41 ans, que J’ay trouvé etendu sur un Lit dans ses habits chaud et Baigné dans son sang ayant examiné Ledt Jay trouvé une playe d’arme à feu située sous le cœur inclinant de Bas en haut en le traversant et son issüe postérieurement à côté de lépine un peu superieurement vû la nature de la playe, la brulure de la chemise, Jay conjecturé que c’est avec un fusil chargé à Balle que le coup fût fait et qu’il a eté adapté au corps ce qui a produit une mort prompte, déclare en outre que connoissant particulieremt Matthieu Gradelle, je me suis apersu que dépuis plusieurs années il était attein de violentes douleurs Rhumatismales à la tête, ayant donné Le présent raport suivant Lordre que j’en ais Reçu de Monsieur Lauditeur [Pierre] Jolivet, Genève ce dit jour et du an que dessus.

1197Meschinet Chirurgien

171. Assassinat, 14 avril-10 juin 1774 (PC 12574)

1198 Le 14 avril 1774, Perronne Gruffaz, femme de l’ouvrier de campagne Étienne Gugnet, se rend en compagnie de Pernette Raviot au bord du Rhône, près de la Bâtie, pour y ramasser du bois. C’est alors qu’elles découvrent un homme mort, étendu dans un fossé, dont elles n’aperçoivent d’abord qu’une main et des culottes noires. Il s’agit du corps de Christophe Mouton, économe du colonel de Marclay à Lancy, la gorge tranchée. Il est vêtu d’un habit et d’une veste de ratine grise, avec des culottes d’étoffe de laine noire, des bas noirs, des souliers bouclés d’argent, un chapeau uni sur la tête, la taille entourée d’un ceinturon auquel pend un fourreau de couteau de chasse. Le couteau ensanglanté est dissimulé sous le cadavre. Au moment de son assassinat, l’économe était porteur de sept louis d’or neufs et de douze écus neufs qu’il devait remettre à Genève à Daniel Argand de la part du receveur de la douane de Carouge Jean-Pierre Monloy.

1199 Au terme de la procédure, le charpentier de Lancy Claude-Joseph Reffay, originaire de Saint-Claude, est convaincu du vol et de l’assassinat nocturne de Christophe Mouton. Contumace, il est condamné à la restitution de l’argent dérobé, aux dépens de son procès et à être rompu sur la roue.

1200a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 14 avril 1774 [f° 10] :

1201Je soussigné Me En Chirurgie raporte par serment que ce jourdhui 14e avril 1774 je me suis transporté par Lordre de Monsieur Lauditeur [Jean] Mallet et avec luy dans La plaine qui est au dessus Le Bois de La Bâtie pour faire Lexamen d’un cadavre que nous avons trouvé etendu dans un fossé la face en [ajouté en marge de gauche : haut]. Dans ses habits que lon a reconnu etre le Sr Christophe [biffé : Rodolphe] Mouton de Thorens en Savoie de lage de 30 ans environs, Layant examiné jeluy ais trouvé une playe transversalle qui coupe Les veines, Les arteres du cols, La trachée artère de loesopage Jusque aux vertebres du cols ; playe qui a eté faite en ciant de maniere que Le Blessé est mort sur Le moment ; ayant trouvé son couteau de Chasse Nud et plain de sang sous [deux mots biffés] son dos et le cinturon portant Le foureau sur son ventre, il paroit que La Blessure a eté faite avec Ledit couteau de chasse et dans Le Lieu où etait le cadavre. En foy de quoy J’ay donné Le présent Raport Genève en dit jour et an que dessus Meschinet chirurgien

1202b) Rapport des chirurgiens Jean Baumgartner et Pierre-Louis Macaire, 15 avril 1774 [f° 25] :

1203Nous soussigné Maitre en chirurgie Rapportons par serment et par ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean] Mallet que ce jourd’hui 15e du courrant avons visité un Cadavre à l’hopital General que l’on nous a dit être celui du Sr Christophe Mouton de Thorens en Bouve, auquel nous avons trouvé la Gorge coupée complettement avec un instrument tranchant interessant toutes les artères veines et nerfs de cette partie comme aussi les muscles du pharinx et du Larynx en sorte que la ditte playe lui a occasionné la Mort subittement, ayant examiné avec soin le reste du corps, nous n’avons trouvé aucune autre indice de violence comme contusion meurtrissure etc. fait à Genève le 15e avril 1774

1204Baumgartner Mtre en chirurgie

1205PL Macaire

172. Homicide involontaire, 24-27 juin 1774 (PC 12604)

1206 Le 24 juin 1774, à 6 h 30 du matin, Marie-Louise Meylan, 30 ans, expire « comme une chandelle qui s’éteint sans convulsions ni agonie », selon les termes de la sage-femme Gringeat, après avoir accouché d’un enfant mort. La servante du perruquier et marchand horloger Jean-Jacques Bacle, âgé de 70 ans, était enceinte de son maître. Le travail débute le 22 juin en fin de journée. Bacle décide d’accoucher sa servante, « ayant eu son grand-père chirurgien et sa mère sage-femme et ayant lui-même accouché une dame sur un vaisseau ». Niant sa paternité, Bacle est condamné à trois jours de prison en chambre close et aux dépens pour avoir caché la grossesse illégitime de sa servante, puis avoir voulu l’accoucher secrètement chez lui.

  • 77 Philiberte Sarasin est inscrite au rôle des sages-femmes le 14 décembre 1764.

1207a) Déposition de la sage-femme Philiberte Sarasin, veuve de Jacques Gringeat77, 24 juin 1774 [f° 2-3] :

1208Du 24e Juin 1774 Philiberte Sarasin Veuve de Jacques Gringeat clerc de notaire de Lyon, sage femme agée de 45 ans après avoir dit qu’il lui est dû ses honoraires pour ses vacations cette nuit auprès de la fille Meylan et au surplus répondu pertinemment sur les Généraux dit et dépose Que hier matin pendant qu’elle étoit allée au sermon [ajouté en suscription : de six heures] pour assister à un Batême, une Dame la vint chercher chez elle et ne la trouvant pas ne voulut pas dire où elle devoit aller mais dit seulement au fils de la Déposante que dès ce qu’elle seroit de retour, elle se rendit dans l’Île vers les bateaux à lessive où elle trouveroit quelqu’un qui la Conduiroit où elle étoit attendue ; qu’elle ut au rendez vous à l’issue du sermon de neuf heures et qu’après qu’elle y fut restée une bonne heure une Dame [Marie] Bérard femme d’un monteur de Boëtes qui a logé ci devant rue de Cornavin vis à vis de la rue de Chevelu et qu’elle croit y loger encore aborda la Déposante et la Conduisit chez le sr Bacle Père à Chevelu, qui lui fit voir au lit une fille prête d’accoucher et lui dit que la membrane des Eaux s’étant rompue la veille [ajouté en suscription : à minuit il] [mot biffé] avoit cru que l’enfant viendroit tout de suite et qu’il la prioit d’avoir soin d’elle ; que sur ce que la Déposante lui réprésenta qu’il avoit été bien imprudent il répondit qu’il s’entendoit à cela et qu’elle repliqua que la théorie ne servoit à rien sans la Pratique malgré laquelle on faisoit encore souvent des fautes ; que la Déposante ayant examiné la [biffé : Déposante] fille trouva qu’elle avoit l’air accablé comme une femme qui souffre depuis longtems et que les douleurs ayant cessé elle jugea convenable qu’elle fut saignée, que le sr Bacle alla chercher le Privilégié du sr Macaire qui la saigna heureusement de sorte qu’elle parut plus tranquille, sans que cependant les douleurs revinssent, qu’on donnoit à cette fille du bouillon au simola et du sirop de capillaire et quelque peu de biscuit, mais qu’elle rejettoit tout un moment après sans que rien put rester dans son estomach, que vers les six et demi à sept heures du soir la Déposante fut effrayée de lui voir rejetter des matières noires comme de l’encre, qu’elle demanda à une jeune fille qui étoit Cousine Germaine de la malade et qui étoit venu la servir pendant sa grossesse comment elle s’étoit comportée, qu’elle lui dit qu’elle n’avoit fait aucun remède et ne s’étoit point fait saigner mais qu’elle avoit souvent rejetté du sang ce qui lui fut confirmé par la malade elle même, que la Déposante la voyant dans cet état crut qu’il étoit indispensable d’appeller un Chirurgien pour l’accoucher avec des forcettes, mais qu’elle s’y opposa extrèmement par la Crainte que son accouchement ne fit du bruit, qu’elle n’y voulut consentir que vers les onze heures après que la Déposante l’eut fortement assurée que la chose n’en seroit pas moins secrette, qu’alors la Déposante fut réveiller le sr Bacle qui s’étoit couché à neuf heures parce qu’il avoit été debout toute la nuit précédente, qu’avec son aide elle mit cette fille sur une chaise et la transporta dans le propre lit du sr Bacle où il étoit plus aisé de lui administrer des secours et que quand elle fut arrangée, la Déposante fut avec la jeune fille appeller le sr Macaire qui arriva à minuit ; qu’ayant taté le poulx de la malade et examiné sa langue il déclara à la Déposante qu’elle lui paroissoit trop mal pour oser entreprendre de l’accoucher craignant qu’elle ne mourut entre ses mains, que la Déposante lui ayant offert d’aller appeller un de ses Confrères il préféa d’avoir avec lui un Docteur Médecin et que la Déposante appella Mr le Docteur De La Roche qui arriva avant une heure, qu’il consulta avec le sr Macaire qui se faisoit toujours une peine extrême d’accoucher cette fille, mais que la Déposante lui reprèsenta qu’elle étoit dans un danger de mort trés prochain et que s’il ne l’accouchoit pas et qu’elle vint à mourir le Public pourroit croire qu’elle se seroit tirée d’affaire s’il l’avoit délivrée, que ces Mrs consultérent encore entr’eux après l’avoir priée de sortir et que quand elle rentra Mr De La Roche lui dit qu’ils avoient résolu que le sr Macaire accoucheroit cette fille, que la Déposante envoia appeller la Dme Bérard pour être présente à l’opération de l’accouchement qui s’est fait environ à deux heures, qu’elle a été délivrée d’un Enfant mort et que la Déposante juge qu’il devoit être déjà mort hier matin quand elle fut auprès de cette fille puisqu’il s’est trouvé que le Placenta sentoit mauvais au moment de l’accouchement et qu’il a falu le porter au Rhône à l’instant ; que la fille a paru encore après l’accouchement d’un accablement extrême, que Mr le Docteur a ordonné une Potion qu’on a eu de chez le sr [Augustin] Le Royer une demi heure après, que la Déposante en a donné d’heure en heure à l’accouchée qui en paroissoit soulagée et qui l’a remerciée de ses soins, mais qu’elle est expirée entre ses bras à six heures et demi du matin comme une Chandèle qui s’éteint sans Convulsions ni agonie. Repeté, lecture faite, ajoute que dès les six heures et demi du soir jusqu’à l’heure de l’accouchement cette fille rejettoit constamment ce qu’elle lui donnoit toujours mélé avec des matières noires comme de l’encre qu’elle disoit être extrémement amères, au surplus a persisté, autre a dit n’avoir à déposer et a signé avec nous

1209Ph. Sarasin veuve Gringeat

1210[Jean] Mallet auditeur

  • 78 Daniel De la Roche : citoyen, né le 17 novembre 1743, DM à Leyde le 29 août 1766, agrégé le 4 avri (...)

1211b) Rapport du médecin Daniel De la Roche78, 24 juin 1774 [f° 6] :

1212Je soussigné déclare par serment, conformément à l’ordre de Mr l’Auditeur [Jean] Mallet, qu’ayant été appelé cette nuit dernière entre minuit et une heure chés Mr Bacle, le Père pour voir une femme en couche, je l’ai trouvée extrêmement foible, n’ayant presque plus de pouls et avec les extrémités tout à fait froides et de fréquents efforts pour vomir. Tous les Symptômes annonçant une mort prochaine, Mr Macaire qui étoit présent et moi avons délibéré sur ce qu’il y avoit de mieux à faire et nous avons conclu que la femme n’eprouvant pas des douleurs qui pussent faire espérer qu’elle accoucheroit bientôt, on ne pouvoit rien attendre de la Nature et quil falloit sur le champ l’accoucher avec le forceps. L’accouchement s’est fait assès promptement de cette manière, mais l’enfant étoit mort et quoi qu’il ne soit arrivé aucun symptôme fâcheux la femme est morte vers les six heures du matin, uniquement à ce qui m’a paru en conséquence de l’état de foiblesse où je l’avois trouvée d’abord. Elle étoit au rapport de l’accoucheur bien conformée et d’après les questions que j’ai faites aux assistants je n’ai pu découvrir aucune cause de cette foiblesse extraordinaire, j[mot biffé] ai appris au contraire qu’elle jouissoit ci devant d’une santé très robuste.

1213D. De la Roche Docteur DM

1214c) Rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 24 juin 1774 [f° 8] :

1215Je soussigné Maitre en chirurgie, Certifie et Rapporte par serment, et par ordre de Monsieur L’auditeur [Jean] Mallet, que ce jourd’hui à minuit précise, est venu heurter à ma porte la femme Gringeat Maitresse sage femme accompagné d’une servante, me prier de venir faire un accouchement qu’elle ne pouvoit terminer. L’ayant questionné pendant que je m’habillois pour m’y rendre, du nom et de la demeure de la personne qu’il falloit accoucher, elle m’a repondu qu’elle ne pouvoit pas me le dire, que c’étoit une fille, et qu’elles m’y conduiroient ; lui ayant demandé à se sujet s’il s’étoit fait un cours de justice ! Elle m’a dit que non, et qu’il ne faudroit pas même leurs en parler. Ils m’ont conduit à Chevelu, au pleinpied de la maison de Monsieur Gignoux, chez le nommé Bacle le père, en arrivant j’ai été tater le poulx à la fille malade, je lui ai trouvé les mains froide, le poulx ondulent et tres petit, la langue noire, la face cadavereuse, et un vomissement de matière noiratre, sans aucune douleur de mal d’enfans, se plaignant qu’elle avoit le coté droit mort, qu’elle ne le sentoit pas. Effrayé de tout cela, et m’étant informé de ce qui avoit precedé, je n’ai point voulu la toucher, craignant qu’elle ne mourut dans le moment que je l’accoucherois, jusqu’à ce que l’on eut un Medecin qui pût certifier son état. Tout de suite l’on a été chez Monsieur De la Roche qui s’y est rendu promptement. Ayant consulté ensemble nous nous avons décidé qu’il la falloit accoucher, comme une foible resourse de lui sauver la vie, plutôt que de l’abandonner à une mort Certaine. Ayant operé tout de suite avec le forceps, je l’ai accouché d’une fille morte depuis quelques heures, à ce qu’il m’a parut. À Genève, le 24 juin 1774

1216PL Macaire

  • 79 Antoine Guillem : natif, date de naissance exacte inconnue, agrégé le 31 mars 1773, interdit le 18 (...)
  • 80 Pierre-François Tingry : né à Soissons en 1743, reçu bourgeois le 10 septembre 1773, agrégé le 10 (...)

1217d) Rapport de Daniel De la Roche, Jean-Antoine Butini (médecins), Étienne Meschinet, Pierre-Louis Macaire, Antoine Guillem79 (chirurgiens), Augustin Le Royer et Pierre-François Tingry80 (pharmaciens), 25 juin 1774 [f° 16] :

1218Nous soussigné Docteurs en Médecine et Maitres en Chirurgie déclarons par serment que par ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean] Mallet nous nous sommes transportés hier 24e juin à sept heures après midi chés le Sr Bacle pour y faire l’ouverture du corps de Louise Marie Meylan qu’on nous a dit agée de trente ans, et avoir été accouchée à une heure et demie du matin du même jour et décédée à six heures du matin. Dans cette ouverture nous avons observé ce qui suit, la matrice enflammée, et gangrénée dans sa partie postérieure et inférieure, où il y avoit une déchirure qui la traversoit de part en part, de l’étendüe d’environ un pouce, d’où s’étoit répandue dans le petit bassin une sérosité noirâtre et foetide ; le canal intestinal dans une partie des intestins grèles enflammé et gangréné, l’estomach enflammé dans sa partie inférieure, et contenant environ deux livres d’une sérosité noirâtre et foetide ; que nous avons fait reservé et prié Monsr. Augustin Le Royer de vouloir en examiner la nature par les procédés ordinaires de l’analyse chimique : Sur quoi nous avons conclus que la mort a été causée par une inflammation gangréneuse de la matrice et par la rupture et érosion de ce viscère, que nous avons estimée avoir été faite antérieurement à l’opération de l’accouchement : et que le principe inflammatoire et gangréneux qui avoit pris naissance dans la matrice a ensuite affecté plus légèrement les intestins grèles et l’estomach : sans que cette ouverture nous ait rien fait appercevoir qui puisse nous faire attribüer la mort si promptement survenüe à l’action d’aucun poison [mot biffé] avalé avant la mort. En foi dequoi nous avons signé le présent rapport à Genève ce 25e juin 1774.

1219JA Butini, D De La Roche DM, Meschinet chirur[gien],

1220PL Macaire, Guillem fils

1221Nous soussignés Maitres en Pharmacie, Certifions qu’ayant été requis D’examinee la matière contenue Dans l’estomach de Louise Marie Meylan, y ayant procedé par les Principes de l’analyse chymique, n’avons rien trouves de véneneux. En foi de quoi nous avons signé.

1222Genève ce 25 juin 1774

1223Augustin Le Royer et Tingry

1224Maitres en Pharmacie.

173. Excès, tentative de viol, 19-27 octobre 1774 (PC 12652)

1225 Marguerite Gravière et sa sœur Jeanne Susette sont respectivement âgées de 25 et 18 ans. Gratte-boësseuses, elles habitent une chambre du premier étage de la maison Miège, à la rue du Boule, où pend l’enseigne de la Grille. Le lundi 3, le mercredi 5 et le dimanche 16 octobre 1774, elles sont confrontées aux assauts de Denis Colon, dit Monte-au-Ciel, garçon perruquier de 24 ans originaire de Mâcon qui leur rend visite nuitamment – accompagné, puis seul – pour obtenir leurs faveurs. Marguerite Gravière résiste, Monte-au-Ciel la frappe de plusieurs coups de poing et de pied. Au terme de la procédure, le prévenu est banni de la ville.

1226a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras, 20 octobre 1774 [f° 19] :

1227Je soussigné chirurgien juré Correspondant de l’académie Royale de chirurgie de Paris. Certifie de l’ordre de Mr L’Auditeur [Jean] Mallet en date du 20 8bre 1774 avoir visitté et éxaminé la fille Gravière se plaignant d’avoir été maltraitée. En effet, je lui ay trouvé 1°. une contusion sur la partie latérale externe de la jambe gauche. 2°. une contusion à la partie inférieure de la jambe droite. 3°. pareilles meurtrissures et contusions sur les parties externes de chaque avant bras. 4°. une meurtrissure sur le nez se portant jusqu’à la partie inférieure de la région frontale. 5°. une contusion sur la partie inférieure de la région lombaire du coté gauche, éstimons ces contusions légères, superficielles, de facille guerison et sans danger. Jugeons qu’elles ont été faites par quelque corps obtus et contondant.

1228Certifie aussi qu’apres les recherches nécessaires, je n’ai découvert dans ladt fille Gravière aucune marque ni aucun symptôme ou signe de vice vénerien actuel. En foy de quoi, j’ai donné le présent raport fait à Genève le jour et an que dessus.

1229JTerras

174. Duel mortel, 9 novembre-15 décembre 1774 (PC 12660)

1230 Le 8 novembre 1774, l’aubergiste carougeois François Caillain et le terrassier Jean Barillon se rendent au bois de la Bâtie pour récolter des feuilles sèches destinées à paillasser les lits. Ils y découvrent le cadavre du natif Jean-Marc Champod, peintre âgé de 24 ou 25 ans, vêtu d’une veste sans manches, une redingote et un chapeau disposés à quelques pas du corps. Le jour même, Champod avait cherché à obtenir une épée auprès du maître perruquier Isaac Du Trembley sous prétexte de « faire une réception de franc-maçon et qu’il lui en fallait plusieurs ». Il emprunte en effet deux autres épées aux sergents Daniel Thévoz et Christian Bergman.

1231 En réalité, Champod est bien décidé à terminer en duel une dispute qui l’avait opposé deux ans plus tôt au Parisien Charles Richeaume, imprimeur en tailles douces chez De Tournes. Champod et Richeaume s’étaient alors querellés à l’issue d’un bal pour raccompagner Claire Grasset et sa sœur, filles de l’imprimeur Gabriel Grasset. Contumace, Richeaume est condamné à la pendaison et la sentence exécutée en effigie le 18 janvier 1775.

1232a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 9 novembre 1774 [f° 9] :

1233Je soussigné Me en Chirurgie Raporte par serment que ce jourdhuy 9e 9bre 1774 à 7 heures du Matin, je me suis transporté par Lordre de Monsieur Lauditeur Jean Louis Pictet dans la plaine située dans le Bois de la Bâtie pour faire en sa présence Lexamen d’un Corps que nous avons trouvé etendu par terre La face en haut son habit et à quelques pas deux epées nues, une à son côté et l’autre proche de son habit ; ayant trouvé ledit corps percé de deux coups depées. L’un situé à la partie exterieure du temporal gauche inclinant postérieurement sous les téguments de trois travers de doigts, le deuxième coup situé sur le muscle du pectoral du côté droit entre la 4e et 5e vraye côte [biffé : près] proche Les cartilages qui Joignent le sternum pénétrant dans la substance du poulmon, il y a tout lieu de croire [biffé : de] que ce coup a eté la cause d’une mort prompte, par Louverture de quelques vaisseau sanguins qui ont formé un epanchement dans la poitrine et a etouffé le Blessé faute dissue par la playe attendu que le Blessé pouvoit etre en garde Lorsqu’il a Reçu le Coup ce qui Reléve le muscle pectoral de manière que le Bras a battu la playe externe, ne ce trouve point paralèle à linterne ce que j’ay prouvé par La dilatation que je an ais fait ; [illisible] En vertu de quoy j’ay donné le présent Raport Genève ce dit Jour et an que dessus ayant après que ledt corps étoit Jean Marc Champod natif peintre en huile, âgé de 24 ½ ans

1234Meschinet chirurgien

175. Viol d’une enfant de 5 ans, 8 septembre-9 octobre 1775 (PC 12771)

1235 Le dimanche 3 septembre 1775, Judith Lisette Brun, âgée de cinq ans, goûte à la rue Verdaine devant la maison Lamunière où se trouve la boutique de son père. Elle rejoint ensuite au premier étage de sa maison Henriette et Abraham, les enfants de l’ouvrier indienneur Jacob Leman, âgé de 32 ans et originaire du bailliage de Morges. Leman assied la fillette sur ses genoux, lui soulève sa robe et la viole avec son doigt, lui transmettant la chaude-pisse. D’abord condamné à mort, Leman fait recours en grâce auprès du Conseil du Deux-Cents qui commue sa peine à faire amende honorable, à être fouetté sur le gibet de Plainpalais et au bannissement perpétuel.

1236a) Rapport de Jean-Antoine Butini (médecin), Étienne Meschinet et Antoine Guillem (chirurgiens), 8 septembre 1775 [f° 8-10] :

1237Nous soussignés Docteur en Médecine et Maitres en Chirurgie déclarons par serment, que ce jourd’hui vendredi 8e septembre 1775, et par ordre de Monsieur l’Auditeur [François] Jalabert, nous nous sommes transportés chés lui pour y faire la visite et l’examen de Judith Louise fille de Pierre Brun Cordonnier agée de cinq ans quatre mois, chés laquelle nous avons observé une légère phlogose autour de la vulve et au Périné, accompagnée d’une inflammation plus considérable aux Nymphes et à l’orifice du vagin, avec un gonflement des glandules de ces parties, et un écoulement abondant d’une matiére d’un blanc sâle découlant de toutes ces parties et par Laquelle le devant et encore plus le derrière de la chemise étoit sali et gommé par différentes taches d’un blanc sale : nous avons observé les mêmes taches plus abondantes encore sur deux autres chemises de l’enfant que son Père nous a réprésentées. Nous avons appris ensuite par le rapport de la jeune fille que Dimanche dernier elle avoit été prise par un homme qui l’ayant mise sur ses genoux l’avoit frottée et pressée à ce qu’elle a cru avec le doigt caché cependant sous sa robe de manière qu’elle ne pouvoit le voir, ce qui lui a fait assés de mal mais pas assés pourtant pour la faire crier. Réfléchissant sur toutes ces circonstances et sur ce qui résulte aussi de l’état de l’homme qu’elle accuse, nous avons conclu qu’il avoit frotté l’intérieur des grandes lèvres de la jeune fille avec un corps dur et affriction d’une partie mouillée de virus vénérien, ce qui a en effet mouillé la chemise de la jeune fille comme elle nous l’a rapporté, sans que cependant il y ait eu introduction du membre viril dans le vagin, attendu que cela n’auroit pû se faire sans grande douleur et effusion de sang, dont nous n’avons aucune trace dans le rapport de la jeune fille ni dans la couleur des taches de ses chemises.

1238Nous déclarons de plus avoir visité ensuite le nommé Jacob Leman et avoir observé chés lui dans l’expression de l’urètre quelques gouttes d’une matière semblable à celle des gonorrhées virulentes anciennes et sur leur déclin. Nous avons trouvé aussi le devant de sa chemise marqué et gommé de diverses taches semblables à celles que forment de tels écoulemens ; sans que ledit Leman ait sû nous rendre aucune raison de la présence de ces taches. En conséquence de quoi nous l’avons jugé affecté de gonorrhée virulente et vénérienne dans son déclin.

1239Etant retourné ensuite auprès de la jeune fille elle nous a rapporté que son écoulement n’a pas commencé le Dimanche où elle fut touchée par un homme sur les parties naturelles mais seulement deux ou trois jours après. Et en effet l’impression d’une gonorrhée virulente ne se fait communément sentir que quelques jours après le commerce impur. Fait à Genève ce 8e septembre 1775.

1240JAButini

1241Meschinet chirurgien

1242Guillem

1243Nous ajoutons que Leman en entrant et paroissant devant nous palit ; et qu’il nia d’avoir eu aucun mal ni écoulement par la verge.

1244Genève ce 9e septe 1775

1245JAButini md Guillem

1246Meschinet chirurgien

1247b) Rapport de Jean-Antoine Butini (médecin), Étienne Meschinet, François-David Cabanis et Antoine-Guillem (chirurgiens), 10 septembre 1775 [f° 37-38] :

1248Nous soussignés Docteur en Médecine et Maitres en Chirurgie déclarons par serment nous être rendus hier chés Monsieur l’Auditeur [François] Jalabert sur son ordre, et avoir examiné une chemise d’enfant étiquettée comme ayant été portée par Judith Louise Brun dès le Dimanche dernier au Jeudi suivant et que nous n’y avons trouvé aucun vestige de sang mais différentes taches dont les unes [mot biffé] verdatres mais légèrement nous ont paru le produit d’un écoulement vénérien et les autres d’un blanc sale sont semblables à celles d’un écoulement séminal de sorte qu’il est vraisemblable que les unes proviennent de l’ecoulement des parties naturelles de la jeune fille et que les autres proviennent de l’éjaculation séminale d’un homme. Nous avons ensuite examiné la chemise etiquettée comme ayant été portée par la jeune fille depuis le Jeudi sur laquelle les taches étoient simplement celles de son écoulement vénérien. Puis ayant visité la femme Leman nous n’avons trouvé chés elle aux parties naturelles aucune preuve de maladie Vénérienne. L’enfant qu’elle nourrit nous a paru sain de même que ses trois autres enfants. Ayant accompagné ensuite Monsieur l’Auditeur Jalabert aux prisons nous avons visité de nouveau Jacob Leman, que nous avons trouvé avec les [biffé : mêmes] symptômes d’une gonorrhée sur son déclin, soit sur sa chemise, soit dans l’expression de quelques gouttes de matière purulente et virulente. Il est convenu avoir eu depuis environ quatre semaines un écoulement vénérien, avec piquées c’est à dire élancemens et demangeaisons très vives à la verge, et avoir fait usage pour ce mal de Terébenthine. Nous ajoutons que quoique la femme Leman n’ait aucun indice de mal Vénérien elle nous a cependant dit avoir eu la compagnie de son mari, Mé[r]credi dernier et le lendemain Jeudi, et précédemment plusieurs fois depuis sa couche. Fait à Genève ce 10e septembre 1775

1249JAButini

1250Meschinet chirurg[ien]

1251FDCabanis Guillem

1252c) Rapport du chirurgien François-David Cabanis, 9 septembre 1775 [f° 41-42] :

1253Je soussigné Maître en chirurgie certifie qu’ayant reçû ordre de Monsieur l’Auditeur [François] Jalabert de rapporter par serment sur l’etat de la fille de Pierre Brun âgée de cinq ans je déclare que le dit Pierre Brun, hier vendredy à 8 heures du matin, conduisit chés moi sa ditte fille, et qui me dit qu’elle avoit été violée, par un homme qui ayant trouvé cet enfans dans sa Boutique dimanche dernier dans la matinée, l’avoit menée chés lui, j’examinois avec beaucoup d’attention la vulve de cette jeune fille, je la trouvois fort enflamée mais point déchirée des [mot biffé] bords de la vulve sortoit une matière purulente, dont la chemise de cet enfant [biffé : étoit] [ajouté en suscription : paroissoit] fortement impregnée. Je lui demandois comment ça lui etoit arrivé. Elle me repondit que cet homme lui [ajouté en marge de gauche : avoit] touché ces parties avec le doigt, après l’avoir placée sur ces genouis, qu’elle lui avoit dit qui lui fesoit mal, et qu’après cela elle s’étoit sentie mouillée. Je conseillois au pere de lui faire Mettre une chemise blanche et de me la ramener le lendemain à Midi. Tel est mon rapport. Genève le 9 7bre 1775.

1254Cabanis

1255Par addittion au rapport ci joint, je déclare que vendredy dernier après léxamen que j’avois fait de l’état de la fille de Pierre Brun le dit Brun me dit qu’il vouloit aller porter les plaintes à un des Messrs les Auditeurs je lui répondis qu’il feroit bien.

1256Cabanis

1257d) Rapport de Jean-Antoine Butini (médecin), François-David Cabanis et Étienne Meschinet (chirurgiens), 19 septembre 1775 [f° 125] :

1258Nous soussignés Docteur en Médecine et Maitres en Chirurgie [biffé : soussignés] déclarons par serment que par ordre de Monsieur le Sindic [Louis] Le Fort nous nous sommes transportés aujourd’hui mardi 19e 7bre 1775 chés la femme Brun pour visiter Judith Louise Brun sa fille, que nous avons trouvé à sa chemise mise depuis Dimanche dernier des traces d’un écoulement encore assés abondant mais que les parties naturelles étoient dans leur intérieur beaucoup moins enflammées ; quant au reste de la santé nous l’avons trouvée en bon état quoiqu’un peu pâle et abattüe ; ce qui dépend soit de la maladie soit des remèdes nécessaires à sa guérison. Nous la croyons en conséquence en état d’être transportée aux Prisons pour répondre. Genève ce 19e 7bre 1775.

1259JAButini

1260Meschinet

1261FD Cabanis

176. Excès contre la patrouille, 10-19 janvier 1776 (PC 12836)

1262 Le lundi 8 janvier 1776, la patrouille parvient vers deux heures du matin à l’allée des Quatre-Cantons, sur la place Longemalle. Elle y interpelle le tailleur de pierre bernois Jean Schmidt, âgé de 26 ans, lui demandant ce qu’il fait là à une heure aussi tardive. De retour du cabaret de l’Épée, il se contente de répliquer : « Qu’est-ce que ça vous fout ? » avant de résister à son arrestation. Schmidt est condamné à trois jours en chambre close au pain et à l’eau.

1263a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 10 janvier 1776 [f° 11] :

1264Je soussigné Me en Chirurgie Déclare par serment que hier 9e janvier 1776 à dix heures du Matin Jean Dubourg hab. huissier du M[agnifique]. C[onseil]. est venu Chés Moy se faire pencer de deux playees, L’une située à côté de la comissure des Levres du côté droit inférieur de la grandeur de 4 Lignes de haut en Bas pénétrant Les trois quars de ladt levre, Cette playe par sa nature m’a paru etre faite avec un Instrument Tranchant, L’autre playe occupant presque tout l’étenduées des deux dernières phalanges du doigt anulaire de la main droite, par La nature de Cette playe il m’a paru qu’elle a eté faite avec un instrum[ent] qui a maillé et dechiré ayant pencé ledt hier et aujourd’h [ui] par la nature des dites playes, [ajouté en suscription : et particulierement de celle du doigt] il aparoit que le Blessé en a pour quelques jours avant d’etre guery, en foy de quoy j’ay donné Le présant raport. Genève ce 10e J. 1776

1265Meschinet chirurg[ien].

1266Ce dit jour Declare Comme dessus que Isaac Guy natif Sergt dans lagarnison et venu chés moy par ordre de Monsieur Lauditeur [Jean-Louis] Claparède se faire examiner et visiter ayant trouvé audt Guy une Contusion avec echymose aux parties qui environent loeil gauche et Cella sans danger pour la suite.

1267Meschinet chirurg[ien]

1268Genève cedt jour que dessus

1269Paraphé ne varietur.

1270Genève ce 10 janvier 1776

1271Claparède Aud[iteur]

1272b) Rapport du chirurgien François-David Cabanis, 12 janvier 1776 [f° 13] :

1273Je soussigné Maitre en Chirurgie Certifie aprés avoir preté le serment requis [mot biffé] qu’ayant examiné avec beaucoup d’attention les playes du doigt annulaire de la main [biffé : de Jean] droite de Jean Du Bourg huissier, j’ai trouvé 1er une playe sur la face externe de ce doigt penetrante jusqu’à la racine de l’ongle dont il paroit qu’elle causera la chutte par la supuration qu’elle y a produit. 2°. une autre playe à la face interne du meme doigt qui paroit penetrés jusqu’au ligament de l’articulation de la premiere avec la seconde phalange de ce doigt. La cause de ces playes paroit dependre de quelques instrumens dechirant et piquant comme morsure avec les dents etc. Quand au prognostic, je ne le crois pas dangereux, Cependant je ne puis le faire d’une Manière positive, qu’aprés que l’ichare qui se trouve à la playe interne du doigt sur le ligament de l’articulation, soye tombée en supuration. Tel est mon rapport. Genève 12/1 76

1274Cabanis

1275Paraphé ce 12 janvier 1776

1276Claparède Aud[iteur]

1277c) Rapport des chirurgiens Étienne Meschinet et François David Cabanis, 19 janvier 1776 [f° 22] :

1278Nous soussignés Mrs en Chirurgie Declarons par serment qu’en vertû de Lordre que nous avons reçus du Magnifique Conseil dexaminer L’état actuel du doit de Jean Du Bourg huissier, après Lavoir examiné avec atencion nous croyons faire un prognostiq avantageux sur cette Maladie dont La guerison peut aler aquinses jours environs persuadé que Cette playe ne sera accompagnee d’aucuns accidents En vertu de quoy nous avons donné Le présent Raport. Genève 19e J. 1776

1279Meschinet chirurgien

1280FD Cabanis

177. Noyade suicidaire, 17-19 janvier 1776 (PC 12839)

1281 Le 17 janvier à 4 heures du matin, un ouvrier indienneur allemand croise sur le chemin des Pâquis Marie-Madeleine Schäffer à qui il demande où elle se rend de si bonne heure. Elle lui répond : « Il faut que cela soit. » Le corps sans vie de Marie-Madeleine Schäffer est retiré peu après du lac. Elle est enterrée sans prière.

1282a) Rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 17 janvier 1776 [f° 13] :

1283Je soussigné Maitre en chirurgie Certifie et Rapporte par serment et par ordre de Monsieur L’Auditeur [Gabriel] Grenus, que ce jourd’hui environ les neuf heures du matin, j’ai été demandé de la part de Messieurs Colondre et Bovay pour me transporter au Pâquis à loccasion d’une fille qu’ils ont trouvés noyée au bord du lac ; m’étant transporté au Pâquis dans la maison du dit Sieur Bovay, j’ai vu au plein pied la ditte noyée, ployée sur un lit, qu’on ma dit se nommer Marie Madeleine Chaifre [Schäffer], agée denviron quarante ans, l’ayant visitée je lui ai trouvé au col une playe longue d’environ huit à neuf lignes persant la veine jugulaire du coté droit, la ditte playe faite par instrument tranchant et piquant comme couteau, canif etc. plus une contusion sur l’œil droit, qui paroit avoir été faite en se heurtant contre quelque corps dur, lorsqu’elle s’est noyée.

1284Quand à la cause de sa mort, il paroit que le froid y a autant contribué que la cause ordinaire qui fait perir les noyés, l’ayant trouvée roide et gelée.

1285À Genève le 17 janvier 1776

1286PL Macaire

178. Infanticide, 5-6 mai 1776 (PC 12877*)

1287 Le 5 mai 1776, Jean Diedey, Jean-Balthazard Delor et Jean-Jacques Mallet, trois garçons d’une douzaine d’années, capturent des papillons le long de l’Arve lorsqu’ils découvrent au pied d’une haie le corps d’un enfant égorgé. Ils avertissent aussitôt la garde du Pont-d’Arve. Il est arrêté d’en informer plus amplement.

1288a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 6 mai 1776 [f° 13] :

1289Je soussigné Me en Chirurgie Raporte par serment que par Lordre de Monsieur Lauditeur [Paul] Cazenove et avec Luy je me suis transporté hier 6e du court à 7 heures du soir au Bout éloigné du chemin des Vernets qui conduit à la Queue-d’Arve dans le pré de la droite apartenant au Nommé [Louis] Chatelain voiturier pour faire La levée et L’examen d’une fille nouvelement Née que nous avons trouvé dans ledt pré au Bord de lhaye qui le Clot. Ledt corps étant nud sur le côté gauche, J’ay d’abord Remarqué qu’elle est venüe au terme de Maturité. 2°. Quelle est bien constituéé dans toutes les partiéés exterieures de son Corps. 3°. Que le cordon ombilicus etait Lié selon Lart. 4°. Une playe considérable faite avec un instrument tranchant à la partie droite du Col divisant Les téguments, Les vaisseaux et les Muscles, et sépare La deuxieme vertebre Cervicale de la troisieme ce qui a causé une Mort bien prompte, par L’examen du Lieu où etoit ledt corps il me paroit que Le Coup n’y a pas été fait ni ayant aucune trace de sang, par Linspection du corps il maparait qu’il ni a pas plus d’un jour qu’il est mort. L’ayant examiné de Nouveau à Lhopital Général, en foy de quoy j’ai donné le présant Raport suivant Lordre que J’en ai reçu de Monsieur Lauditeur Cazenove. Genève ce 6e mai 1776.

1290Meschinet chirurgien

179. Enfant mort-née, 17-23 mai 1776 (PC 12879*)

1291 La nuit du 16 au 17 mai 1776, la domestique bernoise Louise Ziegler accouche d’un enfant mort-né. Condamnée pour paillardise, elle est bannie de la ville.

1292a) Rapport des chirurgiens Étienne Meschinet et Larpin, 17 mai 1776 [f° 8] :

1293Nous soussignés Mrs en Chirurgie Raportons par serment que ce jourd’huy 17e mai 1776 entre deux et trois heure de l’après midy Nous nous sommes tre[ns]portés par Lordre de Monsieur Lauditeur [Jean-Louis] Claparède à Châtelaine dans La Maison de Monsieur Lancien Cap.ne [Jacob] Martin pour faire Lexamen d’une fille nouvellement Néé qui Lon nous a dit venue au monde Le Matin et apartenir à Louise Ziegler de Berne domestique dans La Maison ayant examiné Ladite fille nous L’avons trouvée bien constituée dans toutes les partiées exterieures de son Corps, nous déclarons qu’elle est venüee auterme de Neuf mois de plus qu’elle a tous les signes Non équivoques d’etre venuée Morte au Monde. En foy de quoy nous avons donné le présant Raport suivant Lordre que nous en avons reçu de Monsieur Lauditeur Claparède. Genève ce jour et an que dessus.

1294Meschinet chirurg[ien]

1295Larpin chirurgien

1296Paraphé ne varietur

1297Genève ce 17e mai 1776

1298Claparède Auditeur

1299b) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 17 mai 1776 [f° 10] :

1300Je soussigné Me en Chirurgie Raporte par serment que ce jourd’huy 17e mai 1776 à dix heures du Matin Monsieur Lancien Capne [Jacob] Martin demeurant à Châtelaine Ma Envoyé cherché dans sa voiture et quaussitôt que je suis entré J’ai trouvé Mr et Madame Martin consterné en me disant nôtre malheureuse femme de chambre a [mot biffé] accouché se matin d’une [mot biffé] [ajouté en suscription : fille] Morte, examines la. Que Métant aproché du Lit de Laccouchée je luy ai demendé son Anfant qu’elle me [ajouté en suscription : la] montré à Côté d’elle, avec Le placenta separé et du sang dans le linge et dans le lit qu’ayant sorty l’anfant du lin[ge] je lay examiné avec toûte Lattencion la plus scrupuleuse, Je l’ay trouvée venüe au terme de Maturité ou neuf mois 2° Bien Constituéé dans toutes les partiéés exterieures de son Corps et ayant toûtes les Marques d’etre venue Morte au Monde ce que j’ay annoncé à Mr et Made Martin et les ais tranquilisé. Ils Mont demandé que devons nous faire Cest daler Chés Monsieur le sindiq de Lhopital luy déclarer La Chose et je vous y accompagnerais, J’ay attendu Mr Martin nous avons eté chés Monsieur Le Sindiq [Jacob] De Chapeaurouge, sans le trouver.

1301Nous avons eté chez Monsieur Le Sindiq de la garde que Lon nous a dit etre à La Maison de Ville nous y avons eté et luy avons raconté tout ce qui se passoit à ce sujet. Monsieur le Sindiq de Lagarde [illisible] Monsieur Lauditeur [Jean-Louis] Claparède qui Cest transporté Chés Mr. Martin ave[c] le Sr Larpin chirurgien et le sous signé qui a fait de Nouveau l’examen de cet anfant et en ont donné raport à Monsieur L’auditeur ; n’ayant Rien de plus à dire au sujet, J’ai donné le présant raport suivant Lordre que m’en a donné Monsieur Lauditeur Claparède. Ce jour et an que dessus.

1302Meschinet chirurgien

1303Paraphé ce 17 mai 1776

1304Claparède Aud[iteur]

180. « Excès infâme » sur une enfant d’environ 6 ans, 4-13 septembre 1776 (PC 12880)

1305 Le jeudi 29 août 1776 en fin de journée, Marianne Faton, 6 ans, passe dans la rue des Orfèvres lorsqu’un inconnu vêtu de blanc l’aborde et l’oblige à entrer dans la boutique déserte du perruquier Levesque. L’homme dispose la fillette sur ses genoux et la viole avec ses doigts. Il la contraint ensuite au silence, la persuadant que si elle parlait elle serait battue. L’abus commis, il sort de la boutique avec Marianne et lui offre deux prunes avant de disparaître. L’enquête semble disculper Levesque et ses deux garçons de boutique. En revanche, le perruquier Louis Viret informe de la disparition soudaine, dès le vendredi 30 août, de Pierre Morand qui travaillait pour lui depuis le mois de mars. Il est arrêté d’en informer plus amplement.

1306a) Premier rapport de Jean-Antoine Butini (médecin), François-David Cabanis et Étienne Meschinet (chirurgiens), 4 septembre 1776 [f° 11] :

1307Nous soussignés Docteur en Médecine et Maitres en Chirurgie déclarons par serment que ce jour 4e septembre 1776 et par ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Louis] Claparède nous nous sommes rendus chés lui à six heures du soir pour y visiter la fille du nommé [Jacques ou Jean-Jacques] Faton Ouvrier masson agée d’environ six ans qui s’est plainte d’une douleur aux parties naturelles qu’elle ressent surtout quand elle est assise et moins fortement quand elle marche et qui se calme dans le lit, douleur qu’elle dit lui être survenüe dès le moment que il y a plusieurs jours elle fut arrêtée entre jour et nuit sur le soir par un Perruquier qui la fit entrer dans une boutique où s’étant assis il la prit sur ses genoux les cuisses posées sur les siennes et les jambes en dehors le visage tourné contre celui de l’homme qui la tenoit, et que là il lui avoit introduit le doigt dans la partie naturelle où il l’avoit chatouillée et ensuite lui avoit fait bien mal ; qu’après un gros moment il l’avoit remise à terre et laissée aller, sans qu’elle ait vû ni sa culotte déboutonnée, ni sa chemise tirée, ni autre chose que son doigt.

1308L’ayant ensuite visitée nous avons observé de la rougeur dans la partie naturelle, de l’humidité provenant d’un écoulement peu abondant d’une matière sereuse et très foetide, point de trace de l’hymen, le vagin fort dilaté et comme forcé, et dans la partie postérieure et latérale droite nous avons apperçu une excroissance oblongue de trois à quatre lignes de diamètre très douloureux au toucher de manière que les cris de la malade ont empêché qu’ont put examiner à fond la base de cette tumeur qui paroit venir du haut du vagin ; sa couleur est tirant sur le violet. D’après cet examen nous conclüons que le vagin de la jeune fille a été forcé par l’introduction d’une partie grosse et dure, qu’il s’y est fait dans le haut un déchirement et une légère ulcération qui a donné lieu à la formation de la tumeur qu’on observe. Du reste nous ne pouvons quant à présent déterminer au juste si l’ulcère est un simple effet du déchirement et de la contusion de cette partie où s’il ne seroit point compliqué de virus vénérien. Fait à Genève ce 4e septembre 1776

1309JAButini

1310Meschinet

1311FD Cabanis

1312Paraphé ce 4e septembre 1776

1313Claparède aud[iteur]

1314b) Second rapport de Jean-Antoine Butini (médecin), François-David Cabanis et Étienne Meschinet (chirurgiens), 11 septembre 1776 [f° 30] :

1315Nous soussignés Docteur en Médecine et Maitres en Chirurgie déclarons par serment que par ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Louis] Claparède nous avons de nouveau visité la fille du nommé Faton Ouvrier Masson et que nous l’avons trouvée en meilleur état et en voye de guérison et hors de soupçon de maladie vénérienne. Nous avons de plus examiné la chemise que portoit cette fille le jour qu’elle fut offensée où nous avons trouvé quelques vestiges de sang qui paroit provenus du déchirement fait aux parties naturelles, sans aucune trace de matière séminale. Fait à Genève ce 11e septembre 1776

1316JAButini

1317Meschinet

1318FD Cabanis

1319Paraphé ne varietur

1320Ce 11e septembre 1776

1321Claparède aud[iteur]

181. Noyade suicidaire, 5 septembre 1776 (PC 12881)

1322 Le natif Claude Burgnier, âgé de 44 ans, est messager de comptoirs. Sans travail depuis quelque temps, il est logé dans une chambre de la maison de l’épicier Bernard Romilly, au haut de la rue du Temple, pour laquelle il doit encore quatre livres six sols de loyer. Il ne possède qu’un mauvais matelas à même le sol, un plat de terre et un habit couvert de vermines. Fils d’un ouvrier en menuiserie de 72 ans, Burgnier est connu pour vivre dans une extrême misère, l’air souvent triste et volontiers sujet aux excès de boisson. L’après-midi du 5 septembre 1776, le pêcheur Belet aperçoit le corps de Claude Burgnier flotter dans le Rhône, à la hauteur des épuisoirs de la maison Lullin. Selon l’auditeur Jean-Louis Claparède, « vraisemblablement cet homme s’était jeté depuis le pont qui conduit aux commodités du Molard ».

1323a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 5 septembre 1776 [f° 6] :

1324Je soussigné Me en Chirurgie Raporte par serment que ce jourd’huy 5e 7bre 1776, Je me suis transporté par Lordre de Monsieur Lauditeur [Jean-Louis] Claparède au Molard et à Lhopital Général pour Examiner Le Corps de Claude Burgnier natif Messager agé de 44 ans, que Lon avait sorty du Rhône et Layant fait désabillé Jelais examiné et parcouru toûtes les différentes partiées de son Corps Auxqu’elles Je n’ais trouvé ny playe Ni fractures, Ni mutillation qui puisse etre La Cause de sa Mort. Il y a Lieu de Conclure que Ledit Claude Burgnier est mort Noyé en vertu de quoy J’ay donné Le présent Raport. Genève ce jour et an que dessus.

1325Meschinet

1326Paraphé ne varietur

1327Genève ce 5e.7bre.1776

1328Claparède Auditeur

182. Empoisonnement accidentel, 2-9 juillet 1776 (PC 12890*)

1329 Le samedi 29 juin, en fin de journée, Marianne Grandjean se rend à la boutique de l’épicière Sarah Lion, veuve Lossier, près de la grande allée de la rue du Temple. Elle y achète de la « gomme gutte » en poudre destinée à soulager ses deux filles de leurs « maux de cœur » bilieux, préparation à diluer dans du vin après quoi il s’agit de boire beaucoup de thé. Le dimanche matin, seule Jeanne, l’aînée d’environ 14 ans, absorbe le remède. Une heure plus tard, la jeune fille plonge dans le mutisme et est prise d’une agitation croissante. En début d’aprèsmidi, Jeanne a les yeux révulsés, elle paraît « hors de sens », enragée, saisie de convulsions. On lui donne du thé, de l’eau et de l’huile d’amande douce, sans effet. Le chirurgien Larpin la saigne le lundi matin tandis que le docteur Vieusseux ordonne des bains. Jeanne Grandjean meurt le mardi 2 juillet, à 3 h 30 du matin. Elle avait absorbé cinq fois la dose maximale de remède, dont la posologie habituelle est d’un à huit grains. La veuve Lossier est condamnée à huit jours de prison ; il lui est désormais défendu de vendre des drogues.

1330a) Rapport du pharmacien Pierre-François Tingry [f° 7] :

1331Je certifie que le paquet qui m’a été remis par Monsieur l’Auditeur [Jean] Mallet et que je regarde comme de la Gomme Gutte sans mélange, pese vingt grains. Genève le Deuxième juillet 1776

1332Tingry

1333Paraphé ne varietur

1334Mallet auditeur

  • 81 Abraham Joly : citoyen, neveu de Gaspard Joly, né le 11 juillet 1748, DM à Montpellier le 15 mai 1 (...)
  • 82 Louis Jurine : natif, né le 6 février 1751, agrégé le 23 juin 1773, reçu bourgeois le 23 février 1 (...)

1335b) Rapport d’Abraham Joly81 (médecin), Étienne Meschinet, Larpin et Louis Jurine82 (chirurgiens), 2 juillet 1776 [f° 8] :

1336Nous Docteur en Médecine et Maitres en Chirurgie Soussignés, certifions par serment, que nous étant transportés aujourd’hui 2e Juillet à deux heures après Midi en la Rue du Temple, nous avons procédé à l’ouverture du cadavre de Jeanne fille d’Étienne Grandjean, agée de 14 ans, nous avons trouvé la partie interne et charnue des bras livide, les doigts fortement contractés, tous les viscères parenchymateux du bas ventre et de la poitrine engorgés, quelques marques de phlogose et un liquide d’un verd foncé dans l’estomac, un commencement de gangrene dans l’intestin Ileum, la mucosité des intestins grèles généralement teinte d’un jaune clair. Tant de signes d’un spasme violent nous ont fait conclure quil a dû être la cause de la mort de cette jeune personne, conclusion qui est confirmée par l’emploi d’un purgatif acre résineux à une dose considérable, dont la défunte fit usage Dimanche dernier au matin. En foi de quoi nous avons signé.

1337A. Joly DM Meschinet Me en chirurgie,

1338Larpin, Me en chirurgie

1339Jurine Me en chir[urgie] et Juré

1340Paraphé ne varietur

1341[Jean] Mallet auditeur

  • 83 Gaspard Vieusseux : citoyen, né le 18 février 1746, DM à Leyde le 2 septembre 1766, agrégé le 28 m (...)

1342c) Rapport du médecin Gaspard Vieusseux83, 3 juillet 1776 [f° 10-11] :

1343Je soussigné Docteur Medecin certifie, que Lundi 1er du courant m’étant rencontré dans une maison avec Mr Larpin Maitre en Chirurgie, il me pria d’aller voir la fille du nommé Grandjean, demeurant Rue du Temple, allée de la Bonne-Heure au 3e étage sur le derrière ; il me dit qu’il venoit de la saigner vu l’état violent où il l’avoit trouvée, en attendant qu’on put avoir un médecin.

1344J’y allais vers 9 heures [ajouté en suscription : du matin], et je la trouvai dans une attaque de convulsions des plus violentes. Sa mere me raconta que sa fille agée de 14 à 15 ans s’étant plainte la semaine passée de maux de tête, mais du reste se portant assez bien ; et une autre fille sœur de la première se sentant aussi indisposée ; Elle avoit été dans la boutique qui est à coté de la grande allé à la rue du Temple, demander une medecine pour purger ses deux filles ; et que la veuve Lossier à qui est cette boutique lui avoit donné une poudre dont elle lui dit de faire prendre la moitié à chacune de ses deux filles : Quayant donné cette poudre à celle qui avoit actuellement des convulsions, Dimanche à 6 heures du matin, Elle avoit commencée à 8 heures à perdre la parole sans avoir proféré un seul mot dès ce moment, qu’elle n’avoit fait tout le jour que courrir par la chambre avec un air effaré et comme en délire ; qu’elle avoit vomi deux ou trois fois, et avoit été purgée deux fois comme par une medecine ordinaire ; qu’à 8 heures du soir elle étoit tombée en convulsions, et n’étoit pas sortie de cet état dans lequel je la voyois.

1345Je me fis donner le reste de poudre, Elle me dit qu’elle en avoit donné autant qu’il en restoit, ayant partagé la poudre en deux parties égales. J’emportai cette poudre qui est entre les mains de Monsieur l’Auditeur [Jean] Mallet.

1346Je lui conseillai tous les remedes que je crus les plus propres dans ce cas ; en lui disant que sa fille étoit dans le plus grand danger. J’y retournai à cinq heures du soir, et je trouvai les convulsions diminuées, mais le pouls mauvais, la respiration gênée et précipitée, les extrémités froides, et les ongles des mains un peu livides. Elle continua à rester dans cet état en s’affoiblissant et mourut mardi 2e du Courant à 3 heures du matin.

1347J’atteste par le serment la vérité de ce Rapport que j’ai fait par ordre de Monsieur l’Auditeur Mallet. À Genève le 3e juillet 1776

1348G. Vieusseux DM

1349La dose à la quelle on employe la gomme gutte en médecine, e [s] t d’un à sept ou huit grains, et rarement au dessus. Et lorsqu’on la donne à des doses plus forte, ce n’est qu’en y venant par degrés en commençant par de petites doses. Ou après avoir préparé le malade par des corps gras qui garantissent la tunique interne des intestins.

1350Paraphé ne varietur

1351Mallet auditeur

183. Aliénation et suicide, 2-3 juillet 1777 (PC 12990)

1352 Le 2 juillet 1777, vers 17 heures, Jean Jaquet et Augustin Jaquin découvrent au premier étage de l’auberge de la Coulouvrenière, dans la cache d’armes de la chambre de l’ancien Roi, le corps expirant d’Alexandre Fontaine. Le monteur de boîtes de 35 ans vient de se donner la mort à coup de pistolet. On sort de ses poches des livres de comptes, des billets acquittés en faveur de particuliers, un couteau de corne, une tabatière, une pipe, un sac de tabac, des balles de pistolet et de la poudre, une bague d’or et plus de six florins. Alexandre Fontaine est réputé l’esprit dérangé par le chagrin que lui a causé sa femme, « qu’il avait les yeux un peu égarés qui donnaient à connaître l’humeur noire dont il était affecté ».

1353a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 2 juillet 1777 [f° 22] :

1354Je soussigné Me En Chirurgie Rapporte par Serment que Ce jourd’huy deuxième du mois de juillet mil Sept Cens Septante Sept Entre Cinq et Six heures du soir, J’ay reçü Lordre de Monsieur Lauditeur [Paul] Lullin de me transporter avec luy au Logis de la Coulouvrenière dans une chambre au premier Etage pour Examiner le Corps d’Alexandre Fontaine bourgois monteur de Boite agé de trente Cinq ans Environ que j’ai trouvé sur le plancher Etendu la face En haut, dans Ses habits avec une quantité de sang rependu, aiant Examiné le corps dud[it] je lui ai decouvert une playe d’arme à feu située à la partie moienne et superieure du Coronal avec fracas des os du Crane et Issue d’une portion de la Substance du Cerveau ; il parait par la Nature du Coup que l’Instrument a eté apliqué à l’Endroit où est la blaissure et que led[i] t na survecù que peu de tems après, En foi de quoy j’ai donné le present Rapport Ce dit jour et an que dessus.

1355Meschinet Chirurg[ien]

1356Paraphé ne variatur

1357Lullin Auditeur

184. Noyade, 26 août 1777 (PC 13014)

1358 Le 25 août 1777, vers 22 heures, une femme crie sur le port du Molard : « Au secours, un homme se noie ». Aussitôt, les fenêtres des maisons donnant sur le Rhône s’illuminent de chandelles. Les bateliers Laurent Gros et Jacques Carret, avec quelques-uns de leurs camarades, garnissent de bougies un bateau avant de s’embarquer en direction de la Fusterie. Sur le pont, Jacques Froment et Barthélemy Ladvese, au milieu des curieux, sont munis de perches pour secourir l’homme tombé dans le Rhône. Parvenus à la hauteur du port de la Fusterie, les bateliers retirent de l’eau le corps de Jean-Marc-Théodore Duseigneur, âgé de 19 ans, que son père fait porter à son domicile, rue basse des Allemands. Le jeune homme, « gai et bien portant », avait décidé de se baigner après le souper familial, comme à son habitude.

1359a) Rapport du médecin Gaspard Vieusseux, 26 août 1777 [f° 9] :

1360Je soussigné Docteur Medecin, certifie qu’étant à souper hier à 10 heures, dans la maison Lullin derrière le Rhône, j’entendis un homme qui cria à diverses reprises au secours, je menoye ! Qu’après avoir attendu quelques minutes pendant qu’on éclairoit les fenêtres des maisons qui donnent sur le Rhône, et qu’on alloit chercher des bateaux [ajouté en suscription : et n’entendant plus crier] : je fus sur le pont de la Fusterie, où il se passa encore un peu de tems avant qu’un bateau vint, qui retira le noyé sans aucun signe de vie. On le porta d’abord au four de la Fusterie, où n’étant du tout point convenablement ; son pere qui se trouva là le fit transporter chez lui, Rues Basses des Allemands, et où conjoinctement avec Monsr Guillem Maitre en Chirurgie, je lui donnai inutilement tous les secours indiqués en cas pareil : Mais que nous ne pumes appliquer que très imparfaitement, surtout parce que la machine à fumée de Tabac qu’on aporta des Balances se trouva gatée sans qu’il fut possible de s’en servir ; et que l’on répondit au corps de garde des chaines qu’il n’y avoit point de Machine, à celui qui alla la demander de notre part. Ne voyant donc aucune espérance de pouvoir le sauver, nous nous retirames qu’il étoit environ minuit : à Genève ce 26 Aout 1777.

1361G. Vieusseux DM

1362p[ara]fé ne variatur

1363Lullin auditeur

1364a) Rapport du chirurgien Antoine Guillem, 26 août 1777 [f° 11] :

1365Je soussigné, certifie, Selon l’ordre que j’ai reçu de Mr. l’auditeur [Paul] Lullin, avoir été appellé, hier lundi, à 10 heures du soir pour secourir Jean Marc Théodore Duseigneur, retiré depuis peu de tems de l’eau près du batteau de la Fusterie, l’avoir trouvé Sans aucun Signe de vie et lui avoir administré conjointement avec mr le docteur Vieusseux tous les Secours employés en pareil cas, Sans Succès,

1366Ce 26 aoust 1777

1367Guillem fils Mtre en chirurgie

1368Paraffé Lullin auditeur

1369Ce 26e Aoust 1777

1370c) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 26 août 1777 [f° 12] :

1371Je soussigné Me en Chirurgie raporte par serment que ce joud’huy 26 du mois Daoust 1777 à 8 ½ heures du Matin Jay reçú Lordre de Monsieur Lauditeur [Paul] Lullin de Me trensporter avec Luy dans la Ruë des Allemands chés Le Sr Antoine Duseigneur hab. horloger pour faire Lexamen du Corps de Jean Marc Théodore Duseigneur son fils agé de 19 ans, que lon m’adit avoir sorty Mort de Leau à la Fusterie hier à 10 heures du soir et [ajouté en suscription : à] qui lon avait donné tous les secours Necessaire Mais inutille ayant examiné Ledt Corps, Jenais Rien Trouvé que Le signe Le plus ordinaire aux Noyes qui cherches ace sauvé qui est Les doigts à Crochets ; En foy de quoy J’ay donné Le présent Raport Genève ce dit Jours que dessus.

1372Meschinet chirurgien

1373parafé Ne varietur

1374Lullin auditeur

185. Excès, 1er-3 octobre 1777 (PC 13028)

1375 Le lundi 29 septembre 1777, à 23 heures, Jean-Jacques-Joseph Gérin, graveur français de 29 ans, et Louis Thivaut, son collègue et compatriote, rient et causent devant la maison Joly de la rue du Cendrier après avoir bu la moitié d’une bouteille de vin. Jacob Nonenmacher et Georg Dietrich Gerlon, deux charrons allemands réveillés par les buveurs, jettent d’abord un morceau de bois depuis leur fenêtre avant de les affronter en face-à-face. Dans la rixe, Gérin a la cuisse fracturée. La procédure débute le 1 er octobre lorsque le chirurgien Meschinet informe l’auditeur Gabriel Grenus qu’il a soigné Gérin à la Bourse française. Mais les deux Allemands ont quitté la ville dès le matin du mardi 30 septembre. Le Conseil les décrète de prise de corps.

1376a) Rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 2 octobre 1777 [f° 9] :

1377Je Soussigné Maitre en chirurgie Juré Certifie et Rapporte par serment, et par ordre de Monsieur L’Auditeur [Gabriel] Grenus, que lundi dernier 29. 7bre entre onze heures et minuit, sont venus fraper à ma porte deux personnes, pour me prier de me transporter chez le sieur Joly maitre tailleur rue du Cendrier, pour donner mes soins au sieur Jean-Jacques Gérin, d’Amiens en Picardie agé de 29 ans, ouvrier Graveur chez les sieurs Violier et Adam, lequel dit Gérin venoit d’avoir la cuisse cassée par des coups qu’il avoit reçu ; m’étant transporté au dit endroit, j’ai trouvé éffectivement fracture à la partie superieure de la cuisse droite, j’en ai fait la Reduction, [rature] mis l’apareil convenable, et chargé un de ses amis d’en donner avis à un Seigneur Auditeur. Ayant été transporté à la bourse Françoise, je l’ai suivis pour remedier au derangement qui auroit pu se faire. Q’enfin il est bien suivant son état, et que le prognostique est le même comme dans toutes les fractures non compliquées qui éxigent de garder le dit pendant quarante jours de suite. À Genève, le 2. octobre 1777.

1378PL Macaire

1379paraphé ne varietur

13803 8bre 1777 Grenus Aud.

186. « Attentat aux mœurs » contre une enfant d’environ 7 ans, 30 octobre-15 novembre 1777 (PC 13050)

1381 Marguerite est la fille d’Alexandre Tezé, un vendeur de pommade originaire de Poitiers. À sept ans, elle aide souvent son père et sa mère à « débiter par la ville de la pommade » et des « petits billets d’amour ». Un samedi d’octobre 1777, Marguerite fait sa tournée dans la maison Picot, face au temple de la Fusterie. Au troisième étage, le domestique Jean-Jacques Bonneville, âgé de 22 ans, lui achète deux billets d’amour pour un sol, avant de la conduire dans le petit cabinet d’un appartement. Selon la déposition de l’enfant, il s’assied sur une chaise et porte la fillette sur ses genoux. Il trousse sa robe de force et la viole de ses doigts. Lors de la procédure, Bonneville nie les faits qui lui sont reprochés et l’instruction se termine par un non-lieu.

  • 84 Il s’agit bien de Jean-Jacques Manget II (1716-1789), doyen en 1775. Ne pas confondre avec son fil (...)

1382a) Premier rapport de Jean-Jacques Manget (médecin)84, Étienne Meschinet et Louis Jurine (chirurgiens), 30 octobre 1777 [f° 5] :

1383Nous soussignés Docteurs Médecins et Maîtres en Chirurgie déclarons par Serment avoir été appellés par l’ordre de Mons[ieur] l’Auditeur [Paul] Lullin pour visiter Marguerite Tezé agée de 7 ans et demi, qui nous a dit avoir été touchée avec quelque violence par un homme, dans les parties génitales ; après l’éxamen le plus scrupuleux de ses parties, nous n’avons rien découvert qui indiqua l’intromission, mais seulemt de l’irritation da[ajouté en suscription : n] s les parties extérieures, avec un écoulemt légèrement purulent qui fait qu’elle urine avec douleur, et sa chemise salie par la matière de cet écoulement, dont nous ne pouvons déterminer positivemt la Cause.

1384De là nous nous sommes transportés au Corps de Garde de l’Hotel de Ville, où nous avons éxaminé Jean-Jacques Bonneville agé de 22 ans et demi, accusé par cette fille, et après la visite la plus scrupuleuse de ses parties naturelles et de trois de ses Chemises, nous n’avons rien vu qui put être un indice d’aucun mal Vénérien, en foi de quoi nous avons donné le présent Certificat

1385Fait à Genève ce 30 8bre 1777

1386Manget DM Doyen

1387Meschinet

1388Jurine Ch Juré

1389parafé ne variatur

1390le 30 8bre 1777 Lullin Auditeur

1391b) Second rapport de Jean-Jacques Manget (médecin), Étienne Meschinet et Louis Jurine (chirurgiens), 3 novembre 1777 [f° 17] :

1392Nous Soussignés Docteurs Medecins et Maîtres en Chirurgie certifions par serment, qu’ayant été requis par Monsieur l’Auditeur [Paul] Lullin d’examiner de nouveau Marguerite Tezé, nous l’avons fait et nous avons reconnu que l’irritation n’éxiste plus et [ajouté en suscription : que] l’écoulement a considérablement diminué par le secours de quelques remèdes adoucissants que nous avions indiqué.

1393Nous déclarons que nous sommes aussi incertains que la 1ère fois sur la nature de cet écoulement, dans lequel nous ne voyons aucun Signe certain du vice vérolique en foi de quoi nous donnons le présent rapport

1394Fait à Genève ce 3 9bre 1777 Meschinet chirurg.

1395Jurine Ch[irurgien] Juré

1396Manget DM Doyen

1397parafé ce 3e 9bre 1777

1398Lullin Auditeur

1399c) Troisième rapport de Jean-Jacques Manget (médecin), Étienne Meschinet et Louis Jurine (chirurgiens), 9 novembre 1777 [f° 21] :

1400Nous Soussignés Docteur Médecin et Maitres en Chirurgie avons éxaminé pour la troisième fois par ordre de Monsieur le Sindic de la Garde Marguerite Tezé, en qui nous n’avons rien trouvé de nouveau, le suintement purulent continue encore, mais sans douleur, ni aucune rougeur qui indique de l’irritation, sur quoi nous ne pouvons encore rien prononcer.

1401Fait à Genève le 9 9bre 1777

1402Manget DM Doyen

1403Meschinet chirurgien

1404Jurine Ch[irurgien] Juré

187. Excès, 13 décembre 1777-15 janvier 1778 (PC 13058)

1405 Pierre Ferrier, habitant émailleur âgé de 38 ans, est le cousin de Suzanne Brun, tailleuse de 20 ans, pour laquelle il a établi une curatelle afin de préserver son bien. Le beau-frère de Suzanne, Jean-François Peloux, citoyen horloger de 24 ans, semble avoir été peiné de cette décision suite à laquelle il écrivit, en mars 1777, une « lettre outrageante » à Ferrier. Quant au cousin de Jean-François Peloux, l’habitant horloger André Bizot, en rupture de ban après une condamnation en 1773 pour excès contre son père, il est tout entier guidé par l’amour qu’il voue à Suzanne. Le 15 décembre, vers 21 heures, Pierre Ferrier accompagne Suzanne Brun lorsqu’il est attaqué par Peloux et Bizot dans l’allée de la maison Pallard, sise derrière le Rhône. En conséquence des conclusions du procureur général Jean-Jacques Dunant, Bizot est censuré, condamé à faire réparation et banni. Peloux, outre les censures et la réparation, est soumis à deux ans de prison domestique et privé à vie de ses droits de bourgeoisie.

1406a) Premier rapport du chirurgien Louis Jurine, 16 décembre 1777 [f° 6] :

1407Moi soussigné Maître en Chirurgie et Chirurgien Juré déclare avoir été appellé par Monsieur l’Auditeur [Germain] Le Fort à donner par serment mon rapport sur l’état de Monsieur Ferrier demeurant vis à vis le Lion-d’Or ; ayant été mandé à 11 heures du soir pour le visiter, je reconnus deux playes faites par des instruments tranchants, l’une se trouve située sur les Os propres du Néz et a coupé les Teguments environ la longueur d’un pouce sans intéresser les Os ; l’autre se trouve située à la partie supérieure et latérale gauche de l’os Coronal ou du front près la racine des cheveux ; cette playe peut avoir environ un pouce et demi d’étendue en longueur, et l’instrument qui a causé cette solution de Continuité ayant glissé sur l’Os qui lui offroit trop de résistance a [mot biffé] fait une playe à Lambeau asséz considérable ; l’os paroit à découvert sans avoir été endommagé ce qui fait qu’on ne peut pas répondre absolument de l’événement parce que le Périoste meurtri contus peut donner naissance à des accidents consécutifs.

1408Fait à Genève ce 16 Xbre 1777

1409Jurine Chir Juré

1410b) Premier rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 16 décembre 1777 [f° 12] :

1411Je soussigné Mre en Chirurgie Raporte par sement que par Lordre de Monsieur Lauditeur [Germain] Le Fort je me suis trensporté au prison le 16 Xbre 1777 pour examiner La tête et les cheveux de Jacques François Peloux auquel je nais Rien trouve en foy de quoy J’ay donne le présent Raport Genève du Jour que Dessus

1412Meschinet Chir.

1413c) Second rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 16 décembre 1777 [f° 13] :

1414Je Soussigné Me en Chirurgie Raporte par [ajouté en marge de gauche : serment] que ce jourd’huy 16 Xe 1777 je me suis trensporté par Lordre de Monsieur Lauditeur [Germain] Le Fort aux prisons pour examiner André Bizot auquel Je nais découvert aucuns coups ny traces de sang, ayant seulement Remarqué que ses Cheveux par derriere mont paru Cassé sans pouvoir Déffinir depuis quel temps En foy de quoy J’ay donné Le présent Raport en vertu de lordre que j’en ais reçú Genève ce dt jour que dessus.

1415Meschinet Chirurg.

1416d) Second rapport du chirurgien Louis Jurine, 18 décembre 1777 [f° 14] :

1417Moi Soussigné Maître en Chirurgie et Chirurgien Juré déclare et certifie qu’ayant été appellé par Monsieur l’Auditeur [Germain] Le Fort à donner mon Rapport sur la nature de l’instrument qui a fait les playes du Sieur Ferrier, je déclare qu’après l’éxamen le plus réfléchi sur l’état des playes il est impossible qu’elles n’ayent été faites par un instrument tranchant, ce qui est prouvé par les raisons ci dessous exposées.

  1. les bords des [biffé : la] Playes sont coupés net sans contusion ni meurtrissure
  2. le Sang au moment de la Blessure a coulé avec abondance
  3. les playes se réunissent sans suppuration, et il ne s’est point fait d’Echymmoses {autrement extravasation de sang ou Cassin}
  4. l’instrument a pénétré jusqu’à l’os

1418Voilà plusieurs symptomes qui ne me permettent pas de douter que les Playes n’ayent été faites par un Instrument tranchant.

1419Fait à Genève ce 18 Xbre 1777

1420Jurine Chir[urgien] Juré

1421e) Premier rapport commun des chirurgiens Étienne Meschinet et Louis Jurine, 19 décembre 1777 [f° 30] :

1422Nous Soussignés Mes En Chirurgie Raportons par serment qu’en vertu de L’ordre que nous avons reçü de Monsieur Lauditeur [Germain] Le Fort nous nous sommes transportés cejourd’huy dix neuf decembre mille Sept Cent septante sept dans les prisons pour examiner en Sa presence André Bizot et Jacques François Peloux ; aiant Examiné avec attention André Bizot nous ne lui avons trouvé aucune playe ni Egratignure, ni tache de sang à ses habits ; nous avons seulement Remarqué une quantité de cheveux cassés au dessus de sa queüe sans que nous puissions decider le temps qu’ils ont été Cassés.

1423Nous avons passé à l’Examen de Jacques François Peloux, premierement Nous avons remarqué plusieurs taches de sang à son habit du côté gauche en différents Endroits et des empeintes de bout de doigts ; secondement nous avons remarqué sur la partie interne inferieure de l’avant bras gauche deux legeres coupures l’une à côté de l’autre [ajouté en suscription : situées transversalement] Reunies faites avec un instrument tranchant l’une et l’autre Etant de peu de jours, nous avons passé à l’Examen de ses cheveux auxquels nous N’avons rien decouvert, En foy de quoy Nous avons donné le present Rapport Genève ced[it] jour et an que dessus.

1424Meschinet

1425Jurine Ch[irurgien] Juré

1426f) Second rapport commun des chirurgiens Étienne Meschinet et Louis Jurine, 20 décembre 1777 [f° 33] :

1427Nous Soussignés Maîtres en Chirurgie rapportons par serment qu’en vertu de l’ordre que nous avons reçu de Monsieur l’Auditeur [Germain] Le Fort nous nous sommes transportés cejourdhuy 20 Xbre 1777 à 8 heures du matin chéz le Sieur Pierre Ferrier pour examiner de nouveau ses Blessures que nous avons trouvé presque cicatrisées et réunies, nous jugeons qu’elles ont été faites avec un Instrument tranchant. Monsieur l’Auditeur Le Fort nous ayant fait monter hier 19e dans les Prisons deux Archets de Canne de Jonc dont les Ouvriers Horlogers se servent, nous déclarons que nous ne croyons pas que lesdits Archets ayent fait les Blessures du Sieur Ferrier en foi de quoi nous donnons le présent Rapport.

1428Fait à Genève ce 20 Xbre 1777

1429Meschinet

1430Jurine Ch[irurgien] Juré

1431g) Troisième rapport commun des chirurgiens Étienne Meschinet et Louis Jurine, 21 décembre 1777 [f° 33bis] : Nous soussignés Maîtres en Chirurgie certifions par serment qu’ayant reçú ordre de Monsieur l’Auditeur [Germain] Le Fort d’éxaminer un Jonc d’environ 2 pieds et demi de longueur, 10 lignes de diamètre ; nous avons trouvé qu’il avoit été fendu récemment ; qu’il étoit empreint de sang en trois endroits et il nous est impossible d’affirmer que ce soit cet Instrument qui ait fait les Blessures du Sieur Ferrier ; en vertu de quoi nous avons donné le présent rapport.

1432Genève le 21 Xbre 1777

1433Jurine Ch[irurgien] Juré

1434Meschinet Chir[rurgien]

188. Cadavre trouvé sur un tas de fumier, 4 janvier 1780 (PC 13438)

1435 Le matin du 4 janvier 1780, le maître voiturier François Lacombe découvre des ossements humains sur le tas de fumier au bas des tranchées de la porte Neuve.

1436a) Rapport des chirurgiens Étienne Meschinet et Jean-Pierre Terras, 4 janvier 1780 [f° 2] :

1437Nous soussignés Déclarons par serment qu’en vertú de Lordre que nous avons reçu de Monsieur Lauditeur [Isaac-Louis] Naville en date de ce jour 4e du mois de Jenvier 1780, Nous Nous sommes trensportés dans le Cimétiere de Plainpalais, pour faire Lexamen d’un Cadavre que Lon venait di trensporter ; nous avons trouvé Les partiées moles detruites par la putréfaction et une partie des os separés par La destruction des Ligaments ; cet état de Delabrement ne nous a pas permis de distinguer Le sexe ; La Longueur des os des éxtremites nous feroit Juger que le sujet etoit d’une taille moyenne et L’examen des machoires nous ferait pencer que le sujet était de trentes ans audessus ; C’est tout ce que nous pouvons Raporter ; Ledt Cadavre ayant été vu par L’un des soussignes dans Le Lieu où on La découvert ; En foy de quoy nous avons donné le présent raport.

1438Genève ce dt jour que dessus Meschinet, Mtre en Chirurg

1439Terras, chir[urgien] juré

1440Paraphé ce 4 janvier 1780

1441Naville, aud[iteur]

189. Jeune garçon foudroyé, 6 août 1780 (PC 13531)

1442 L’après-midi orageux du 6 août 1780, le tailleur Jean Chapelier rend visite à son beau-frère, le vendeur de vin Pierre-Étienne Bory qui demeure à la rue Verdaine. Vers 16 heures, les deux fils Bory, Marc-Antoine et François, obtiennent la permission de se baigner à la Coulouvrenière. Lorsque Jean Chapelier et Pierre-Étienne-Bory se disposent à rejoindre les deux jeunes gens, ils voient Marc-Antoine revenir en courant, criant et pleurant. Son frère a été foudroyé entre l’avancée de Neuve et la Coulouvrenière.

1443a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras, 6 août 1780 [f° 6] :

1444Je Soussigné, chirurgien juré, correspondant de l’académie royale de chirurgie de Paris, certifie par serment que ce jourd’huy, 6e aoust 1780, vers les quatre heures de laprès midj, allant à Plainpalais, j’ai eté demandé pour voir un jeune garcon âgé d’environ 11 à 12 ans qu’on disait avoir eté frappé de la foudre ; l’ayant fait porter tout près au corps de garde, ce jeune homme m’a paru veritablement mort ; cependant, l’ayant fait coucher étendu la tete un peu elévée, donné de l’air Autant que possible, porté dans la Bouche et les narrines quelques Liqueurs Spiritueuses, quelques minutes après j’ai tenté la Saignée du bras. Mais il n’est sorti par l’ouverture de la veine que le sang encore assez fluide conténu dans les vaisseaux voisins de la piqeure ; jugeant que l’etat du jeune homme ne présentait aucun espoir d’etre rappellé à la vie, J’ai examiné son état particulier, je Lui ay trouvé une partie des cheveux Brules, quelques endroits jusques à la racine sans cependant que la peau m’aye paru Brulée je n’ay trouvé aucune playe ni dechirure dans le cuir chevélu ni à autre partie de la tete la peau de la partie postérieure du cou, celle du dos le long de lépine, etait Brulée assez superficiellement ainsi que quelques endroits de la peau des parties latérales internes des jambes ; j’ai observée sous la plante du pied droit, pres des orteils, une contusion avec dechirure de la peau ; d’ailleurs le corps du cadavre exhalait une odeur sulphureuse.

1445Nous jugeons que le jeune homme a été véritablement frappé de la foudre qu’il est mort par l’effet de ce terrible accident d’une manière prompte et subite, plustot par l’effet de la violente com[ajouté en suscription : m] otion du cerveau et de la poitrine Et des vapeurs sulphureuses, que par les marcs extérieures que j’ai pu voir ; en foy de quoy j’ai fait le présent rapport par ordre de Monsieur Lauditeur [Isaac-Louis] Naville, le jour et an que dessus, à Genève.

1446Terras

1447Paraphé ce 6 aoust 1780

1448Naville, Audt

190. Exposition d’un enfant mort-né, 16 février 1781 (PC 13640)

1449 Le 16 février 1781, à huit heures du matin, le palefrenier allemand Jean-Guillaume Allhein, âgé de 81 ans, découvre en haut des Degrés-de-Poules, « sur un petit monceau de sable », le corps d’un enfant enveloppé dans un linge grossier.

1450a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 16 février 1781 [f° 6] :

1451Je Soussigné, Me en chirurgie, Raporte par serment qu’envertú de Lordre que J’ay Reçú de Monsieur Lauditeur [Jacob] Argand en date de ce jour 16 février 1781, Je me suis trensporté à l’hopital Général pour faire L’examen d’un garçon venu mort au monde au terme de six mois, que Lon venait de lever vis avis Les Degrés-de-Poules proche Le Temple de Saint-Pierre ; Nayant Rien Reconnu que de Naturel ; En foy de quoy J’ai donné le présant Raport ; Genève, ce dt jour que dessus.

1452Meschinet, chirurg[ien]

1453Paraphé nevarietur

1454Argand, Auditeur

191. Suicide, 1er juillet 1781 (PC 13732)

1455 Charlotte, fille de Léonard Matthey et de Marguerite Schneider, est née à Bellevue le 23 février 1753. Elle vit aux dépens de l’Hôpital général. Le 29 juin 1781, Charlotte Matthey sollicite auprès du fermier de Champel François Guy un endroit pour dormir. Elle passe la nuit chez la vigneronne Françoise Michaud, veuve d’Étienne Du Pan. Ses propos sont marqués au coin de la folie. Le lendemain matin, le journalier Jean-Étienne Perrin, alors qu’il fauche un pré, surprend Charlotte rôdant sur les falaises dominant l’Arve. En fin de journée, l’auditeur Jacques-Antoine Odier est informé qu’on a retrouvé le cadavre fracassé de la jeune femme au bord de la rivière.

1456a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 1er juillet 1781 [f° 2] :

1457Je Soussigné, Me en chirurgie, Raporte par [ajouté en marge de gauche : serment] que cejourd’huy, Premier du mois de Juillet 1781, Je me suis trensporté à l’hopital Général [biffé : pour] pour faire L’examen du Corps de Charlotte Matthey, Née dans Genève, agée de 22 Ans [sic] environs, que Lon ma dit etre tombéé du haut de Champel sur le Bord d’Arve ; Premierement, J’ay découvert une playe considérable avec déchirement, située à La partie supérieure externe de lavant Bras droit ; 2°, une playe trensversalle de la longueur de 2 pouces située sur la partie superieure et antérieure de la jambe gauche ; 3° la Cuisse droite fracturée dans sa partie inferieure ; 4° Les deux pieds disloqués dans leurs articulations avec les jambes, de tout cecy enoncé Joint à la comotion ; Il y a Lieu de conclure qu’elle est morte aussitôt La chute ; en foy de quoy J’ay donné le présent Raport ; Genève, ce dt jour que dessus.

1458Meschinet, chirurg[ien]

1459Paraphé ce 1e[r] juillet 1781

1460Odier, auditeur

192. Excès, 27-28 novembre 1781 (PC 13808)

1461 Soulever les robes des filles, tel est le but que poursuivent André Delage, tireur de 14 ou 15 ans, employé dans la fabrique Fazy aux Bergues, et Jean-Pierre Escoffey, faiseur de cadrans sur émail de 13 ou 14 ans. Ce dimanche de novembre 1781, ce sont Jeanne-Louise-Suzanne Crespin, Marie Dossière et sa sœur Jeanne-Marguerite, natives de 14 à 15 ans travaillant à la fabrique des Bergues, qui en font les frais. Elles pourront néanmoins compter sur l’intervention galante de Gabriel Charbon, faiseur de limes de 24 ans, qui interrompt les deux jeunes gens à la rue du Temple. Après les menaces réciproques, Delage assène à Charbon un coup de stilet renfermé dans une canne. Jean-Pierre Escoffey est condamné à huit jours en chambre close au pain et à l’eau. La peine est portée à deux mois pour Delage, dont un mois au pain et à l’eau.

1462a) Premier rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 27 novembre 1781 [f° 6] :

1463Je Soussigné, Maitre en Chirurgie, certifie et rapporte par Serment et par ordre de Monsieur L’Auditeur [Jean-Zacharie] Robin avoir visité et pansé ce jourd’hui le Sieur Gabriel Charbon faiseur de limes, agé de vingt et quatre ans, auquel j’ai trouvé une petite playe suppurante située au coté gauche du col, large de deux à trois lignes et profonde de trois à quatre ; effleurant le muscle sterno Mastoïdien, faite par instrument un peu aigu et tranchant.

1464Quant au Prognostique, le blessé n’ayant ni fievre ni accident facheux qui fasse craindre les Suites, il paroit qu’il en sera quitte pour la huitaine de soins ou de repos.

1465Fait à Genève, ce 27 9bre 1781

1466PL Macaire

1467Paraphé ne varietur le 28 9bre 1781

1468Robin, Auditeur

1469b) Second rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 4 décembre 1781 [f° 36] :

1470Je Soussigné, Maitre en Chirurgie, certifie et rapporte par serment et par ordre de Monsieur L’Auditeur [Jean-Zacharie] Robin avoir visité encore aujourd’hui la playe du Sieur Gabriel Charbon, faiseur de limes, laquelle est dans l’état d’une guerison prochaine, en sorte que je persiste dans tout le contenu du premier Rapport en datte du vingt et septième 9bre dernier.

1471Fait à Genève ce 4ème Xbre 1781

1472PL Macaire

1473Paraphé ne varietur

1474Robin, auditeur

193. Suicide par empoisonnement, 4-5 juin 1782 (PC 13889)

1475 Selon le témoignage de l’une de ses meilleures amies, Jeanne Diauville, âgée de 24 ans, était liée à Abraham Defernex, d’un an son cadet, d’un amour « si violent qu’il leur arrivait quelquefois de se quereller pour les plus minimes sujets parce qu’ils croyaient toujours leur passion intéressée dans les plus petites choses ». Jeanne était pour le reste d’un caractère généralement gai, même si les « affaires publiques l’inquiétaient beaucoup et qu’elle a eu dit plusieurs fois qu’il serait heureux de mourir dans ces temps fâcheux ». Le samedi 1 er juin 1782, alors qu’elle avait reproché à Defernex un voyage dont elle craignait de ne jamais le voir revenir, elle absorbe un poison opiacé dont elle décède le lendemain, aux environs de midi. Une heure plus tard, Abraham Defernex pleure à genoux devant le corps sans vie de Jeanne, l’embrasse, puis embrasse le père Diauville en l’appelant « mon papa », avant de se retirer. En fin d’après-midi, Defernex met fin à ses jours.

  • 85 Pierre Vignier : citoyen, né le 16 juillet 1747, DM à Montpellier le 15 mai 1771, agrégé le 23 déc (...)

1476a) Rapport du médecin Pierre Vignier85, de Louis Jurine et Jean-Pierre Terras (chirurgiens), 4 juin 1782 [f° 18-19] :

1477Nous soussignés, Docteur en Médecine et Maîtres en Chirurgie, déclarons avoir reçu ordre, aujourdhuy 4 juin 1782, de Monsieur l’Auditeur [Jacques] Vieusseux, de nous transporter chéz Monsr Diauville, demeurant rües basses de la Croix-d’Or, pr procéder à l’ouverture juridique de Mademoiselle sa fille, agée de 22 à 24 ans, et lui en donner un Rapport assermenté ; en conséquence, nous certifions que nous avons trouvé :

  1. À l’ouverture de l’abdomen, l’esthomac très enflammé et d’un rouge violet dans sa petite courbure ; un épanchement sanguin noirâtre dans l’hypocondre droit sur la face concave et postérieure du Foye, la quantité du liquide pouvoit être évaluée à une demi tasse ; le Foye excessivement noir et gorgé de sang de même couleur, nous n’avons pas pu reconnoitre la place qui avoit donné issüe à celui qui s’étoit épanché ; la veine Porte très dilatée par le Sang qui y croupissoit ; les Intestins enflammés dans plusieurs endroits, principalement près du Ventricule ; ayant ouvert ce viscère, nous avons remarqué sa tunique interne très boursouflée, [mot biffé] sans changement de couleur, et une petite demi-tasse d’un fluide rougeâtre qui a été soumis à l’expérience chymique.
  2. La Matrice nous a paru dans un état naturel.
  3. La Poitrine ne nous a offert que des adhérences qui sont fort communes et qui ne peuvent pas se rapporter à l’effet d’aucun médicament.
  4. Le Cerveau s’est trouvé dans un état parfaitement naturel, sans aucun engorgement quelconque.

1478Nous concluons que la cause de la mort de cette Demoiselle ne peut être attribuée qu’à un moyen qui a agi immédiatement et subitement sur l’Esthomac et les parties voisines ; les signes antécédents [lettre biffée] qui ont été observés par les soussignés dans les différent [lettre biffée] momen [lettre biffée] qui ont précédé la mort concourent à démontrer que ce n’est pas à l’effet d’un poison métallique arsénical, ou autre, qu’est düe la cause de cette mort, mais à un poison végétal qui a agi d’après l’impression de l’esthomac sympathiquement sur les nerfs du Cerveau.

1479Fait à Genève ce 5 juin 1783

1480Vignier, DM ; Jurine, ch[irurgien] ; Terras, chirurg

1481Paraphé ne varietur : ledit jour

1482Vieusseux, Auditeur

1483b) Rapport du pharmacien Pierre-François Tingry, 5 mai 1782 [f° 20-21] :

1484Genève, le 5 Mai 1782

1485Chargé par ordre de Mr l’Auditeur [Jacques] Vieusseux d’examiner un peu de matiere trouvée dans l’Estomach de Melle Diauville, voici ceque jai remarqué.

1486Cette matière, en très petite quantité et ne pesant que Cinq deniers Dans son état deliquidité, répandoit une odeur très fétide, insupportable, et très nauséabonde. Cetoit un Composé d’odeur difficile à définir mais dans lequel on distinguoit, ou on croyoit distinguer, celle qui caractérise l’opium en digestion.

14871° J’ai mis Cette matière en évaporation, elle n’a pas cessé de répandre la même odeur jusquà la fin, elle étoit telle que, Si la quantité de cet extrait avoit été plus grande, il m’auroit été impossible de pousser l’experience jusqu’au bout, sans risquer l’évanouissement. La matière [mot biffé] dessechée avec soin, c’est à dire à une douce Chaleur, n’avoit que très peu perdu de cette vapeur Nauséeuse. Ce caractère m’a confirmé dans la première conjecture que j’avois hazardée sur sa nature. Toute matière purement animale ou animalisée, quelque puisse être le degré de sa putrefaction, abandonne son odeur fétide avant la fin de sa dessication, [trois mots biffés] pour en prendre une presqu’identique pour toute substances semblables, [deux mots biffés] et qu’on ne peut guere Confondre avec d’autres odeurs. Il n’en est pas de mêmes des produits vegetaux que la Nature a munis d’une odeur particulière ; l’opium est de ce genre ; Son odeur est permanente et je crois ne point me hazarder en assurant que c’est le Seul moyen destructeur qui ait été employé par Melle Diauville ; Les Rapports de Mrs les Chirurgiens jurés, qui ont operé à l’ouverture de la Personne, peuvent [mot biffé] coïncider avec le mien [mot biffé] plus qu’aucune autre experience de ma part, relativement [mot biffé] aux effets qui doivent résulter de la stagnation du sang dans le cas present.

14882° Cette matiere parfaitement dessechée ne ma produit que 8 grains. J’en ai pris une portion que j’ai exposée sur un charbon ardent, elle a répandu une fumée epaisse avec une odeur de Bile très distincte. Une pièce d’or exposée au contact de la fumée n’a point changé de couleur ; Cette fumée ne portoit rien de mercuriel ni d’arsenical.

14893° Une autre portion de Cette matière soumise à l’action des liqueurs spiritueuses, a produit une teinture Orangée foncée et sur le moment, cette teinture blanchissoit mediocrement lorsqu’on la mélangeoit avec de l’eau ; il n’est resté dans cette operation que des filandres comme membraneuses qui ont refusé également de se dissoudre dans l’eau.

1490Quoique les derniers essais ne concluent point d’une manière bien évidente sur la nature de cette substance liquide retirée de l’estomach, [biffé : elles] ils concourent néanmoins à donner du poids aux conjectures tirées précedemment et à la Conclusion renfermée dans le Paragraphe no 1 ; l’opium est un produit Végétal indissoluble en totalité dans l’esprit de vin et dans l’eau.

14914° La poudre no[mot biffé] [ajouté en suscription : 4] est celle qu’on distribue dans toutes les Boutiques des Pharmaciens ; sous le nom de poudre Magistrale. C’est un purgatif simple et nullement dangereux.

14925[°] La boîte pilules no 3 porte son étiquette sur le cachet. Ce sont les Pilules aloétiques d’Anderson, autre purgatif connu et dont l’effet n’est pas dangereux.

14936° La boëte no[mot biffé] [ajouté en suscription : 2] contient du fer en petites écaille, entièrement attirable à l’aimant. Cette poudre étoit peut-être destinée à quelque polissage.

1494J’atteste [ajouté en suscription : par serment] que j’ai apporté tous mes soins [mot biffé] dans l’examen de ces différents articles. Si l’analyse que je presente n’est pas plus étendue dans les proportions de Matières mises en Expérience, c’est que j’en avois peu à ma disposition.

1495Genève, le 5 juin 1782

1496Tingry

1497Paraphé ne varietur : ledit jour

1498Vieusseux, Auditeur

194. Suicide, 2 juin 1782 (PC 13890)

1499 L’horloger Abraham Defernex était un jeune homme de 23 ans doté d’une « belle physionomie et bien proportionné dans toute sa taille plutôt grande que petite ; […] il avait les cheveux noirs et bien arrangés ». Il était violemment épris de Jeanne Diauville qui a succombé le dimanche 2 juin, un peu après midi, à l’opium qu’elle avait volontairement absorbé la veille. Lorsqu’ils apprennent le décès de la jeune femme, Barthélemy Paccard et Antoine Odrac décident de réconforter leur ami. Ils rencontrent d’abord sa mère, « qui était fort affligée et qui pleurait », rapportant que son fils s’était retiré dans son cabinet de travail dans la maison De Châteauvieux à la Cité, bien décidé à ne plus donner un « seul coup de lime dans Genève ». Paccard et Odrac parviennent au cabinet vers 16 heures. Trop tard. Ils découvrent dans la chambre enfumée le corps ensanglanté d’Abraham Defernex, un fusil à son côté. Sur un billet, le jeune homme avait écrit : « Mon père, c’est le dernier chagrin que je vous donnerai. »

1500a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 2 juin 1782 [f° 1] :

1501Je Soussigné, Me en chirurgie, Raporte par serment qu’en vertú de Lordre que J’ay reçú de Monsieur Lauditeur [Jacques] Vieusseux endate de ce jour, deuxieme du mois de juin 1782, environs les Sept heures du soir, Je me suis trensporté au 5e etage de la maison Châteauvieux, située en bas la Cité pour faire L’examen du Corps de [mot biffé] Abraham Defernex, citoyen horlogé, agé de 23 ans, que J’ay trouvé habillé, etandu sur un lit, la face en haut, tout inondé de sang ; ayant passé à l’examen du Corps, J’ay trouvé une playe darme à feü située à la partie antérieure gauche de sa poitrine, trois travers de doigts plus haut que Le Cartilage xïphoïde traversant Le cœur, avec une Issüe à la partie postérieure de la poitrine, ce qui me fait Conclure que sa mort a eté au bout du Coup en foy de quoy J’ay donné le présant Raport suivant Lordre que j’en ai reçú. Genève, ce dit jour et an que dessus.

1502Meschinet

1503Paraphé ne varietur le dit jour

1504Vieusseux, Auditeur

195. Tentative de suicide, 7-9 août 1782 (PC 13927)

1505 Le 5 août 1782, vers 22 h 30, Jean-Louis Bertheley, cultivateur à Genthod, se réveille et constate l’absence de son cousin Jean-Philippe Nerphin qui couche habituellement dans le même lit que lui. Il descend alors dans le jardin où il découvre Nerphin étendu, ensanglanté, un couteau à la main et lui criant : « Ne m’approche pas, ne m’approche pas. » Le 8 août, Nerphin dépose qu’il a été saisi de « transport et de frayeur, que sa tête s’exaltait et s’échauffait, qu’il croyait voir une armée de soldats venir sur lui pour le saisir et lui faire un mauvais parti, ou tout au moins le mener aux galères, qu’il n’était alors ni chrétien ni bête ».

  • 86 Dans G, seul Gabriel Cambessedès, originaire de Carouge, est répertorié comme chirurgien à Russin (...)

1506a) Déposition du chirurgien Jean Cambessedès86, 9 août 1782 [f° 7] :

1507Du 9 août 1782

1508Jean, fils de feu Gabriel Cambessedès, [mot biffé] Chirurgien étably à Genthod, agé de cinquante cinq ans, témoin mandé et assermenté par devant nous, après avoir pertinemment repondu sur les generaux, dit et dépose :

1509Qu’il fut appelé le 5e du Courant à dix heures et demy du soir par Bertheley de Genthod pr aller voir son cousin Nerphin qui etoit très mal ; s’y etant aussitôt transporté, il fut conduit au jardin où il trouva le dt Nerphin etendu par terre sur un carreau et en Chemise, baigné de sang, et que luy déposant [biffé : luy] demanda au dit Nerphin, après s’être asseuré que la playe au cou n’étoit pas mortelle, pr quelle raison il avoit voulu attenter à sa vie ; il avoit répondu qu’on voulait le mettre aux galeres, sur quoy le deposant luy dit qu’on n’y mettoit que Ceux qui l’avoient merité et que n’étant pas dans ce cas, il etoit un malheureux d’avoir fait un pareil acte ; que le deposant est convaincu, d’après le propre rapport et les propos et aveux du dit Nerphin, que c’est bien lui qui s’est donné le Coup de couteau à la gorge, en suite du vin dont il etoit pris et dont il faisoit frequemment excès au point de s’abrutir souvent.

1510Qu’il n’a rien de plus à deposer, que Conformément au rapport assermenté qu’il nous en a remis.

1511Lecture faitte repetté a persisté et a signé avec nous en étant enquis, Genthod, l’an et jour susdit.

1512Jean Cambessedès, chir[urgien]

1513b) Rapport du chirurgien Jean Cambessedès, 7 août 1782 [f° 11] :

1514Je Déclare par serman que lundi 5e Courant à 11 heures du soir, Bertheley métant venu demender pour voir son Cousin, qui était tres mal, y étant allé, J’ay trouvé Lenomé Jean Nerphin, Comunié de Genthod, étandu en Chemise dans son jardin l’ayent visité Je lui ay trouvé une Grande Playe à la Gorge faite par un instrument pointu et tranchand, layent fait emporter sur son lit, je lay sondé et jay trouve la playe sur un pouce de large et deux pouce et demi de profondeur, que jay reconu nétre pas mortelle, quoi quil eut perdu Beaucoup de sang ; je lay pencé, apres quoi il a vaumit des alliman et du vin ; jay aperçut qu’il aurait plus bu qu’il n’aurait dû, fait à Genthod par ordre de Monsieur le Chatelain [mot biffé] [ajouté en suscription : Marcet].

1515À Genthod, ce 7e oust 1782

1516Jean Cambessedès Chirurgien

1517paraphé ne varietur

1518Le dt jour, [Isaac] Marcet de Mézières

196. Libertinage, 30 septembre-10 octobre 1782 (PC 13948)

1519 Manon Narphin, veuve d’Esaïe Raillan, lessiveuse de métier, loge dans la maison Binet de la rue du Boule en compagnie du batelier Louis-Henri Mange, âgé de 23 ans. Hormis le concubinage de Manon et de Louis-Henri, homme réputé violent, les voisins se plaignent des visites incessantes de filles et de garçons chez la veuve, en désignant plus précisément Madeleine Escotay, native faiseuse de chaînettes, puis raccommodeuse de bas, âgée de 28 ans. Celle-ci avait déjà été censurée en mai 1773 pour mauvaise conduite en compagnie d’un certain Parangue, catholique romain. Elle avait été jugée une fois encore en mai et en juin 1781 pour libertinage, puis réduite en maison de correction. Au terme de la procédure, Mange est condamné à la chambre close dont huit jours au pain et à l’eau. La veuve Raillan est enfermée cinq mois à la Discipline. Madeleine Escotay subit trois jours de chambre close.

1520a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 30 septembre et 10 octobre 1782 [f° 38-39] :

1521Je Soussigné, Me, en chirurgie Raporte par [ajouté en marge de gauche : serment] qu’en vertu de Lordre que J’ay Reçú de Noble [Claude-Philippe] Claparède, Seigneur Sindiq, en date du 30e du mois de Septembre 1782, Je me suis trensporté aux prisons pour visiter Madeleine Escotay detenue ayant examiné Les partiéés extérieures de la génération, Je ne luy ais découvert aucun signes ni marques qu’elle fusse atteinte de mal vénérien, J’ay voulu passer à La visite de la femme Raillan qui si est Refusée, quoyque je luy aie declaré que cetoit d’ordre supérieur ; en foy de quoy J’aydonné le presant Raport suivant Lordre que j’en ais reçú. Genève, ce dit jour et an que dessus Meschinet, chirurgien

1522Du 10e 8bre visité la femme Raillan suivant Lordre si dessus ; je nais trouvé à ladite aucun signe de mal venerien ; donné par serment.

1523Meschinet,

1524chirurgien

197. Suicide, soupçon de meurtre, 13-15 novembre 1782 (PC 13986bis)

1525 Le matin du 13 novembre 1782, le vigneron Jacob Creuset découvre sur le chemin qui mène de Conches à Villette le corps de Jean-Jacques Naville, 22 ans, frère du procureur général subrogé François-André Naville. C’est le cousin germain du défunt, Georges-Constantin Naville, qui en avertit l’auditeur à 16 heures. Alors que l’enquête met dans un premier temps en cause Jean-Timothée Astruc, soupçonné de l’assassinat du jeune Naville, la lettre du procureur général subrogé au conseiller François Jalabert, datée du 6 janvier 1783, révèle la vérité. François-André Naville avoue qu’il a trouvé sur les lieux du drame un petit pistolet qui appartenait à son frère, arme avec laquelle il s’est suicidé. Imposant le silence au vigneron qui l’accompagnait, le Procureur général a dissimulé le pistolet dans la carpière de la maison familiale. L’aveu de Naville est conditionné au secret : « S’il devenait public, le secret que je vous expose, j’aurais plongé le poignard dans le sein de ma mère qui l’ignore […]. C’est cette crainte, Monsieur, que j’ose vous présenter comme mon excuse d’un silence que j’avais cru pouvoir garder sans nuir à Astruc. »

1526a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 13 novembre 1782 [f° 1] :

1527Je Soussigné, Me en Chirurgie, raporte par serment que cejourd’hui 13 Novembre 1782, environ les quatre heures après midi ; Je me suis transporté avec Monsieur l’Auditeur [Joseph] Salard à Villette, dans la maison de Spble Naville Procureur Général subrogé, pour faire l’examen du Corps de Mr Jean-Jacques Naville, son frère, Citoïen, agé de 22 ans que l’on avoit trouvé étendu mort d’un coup d’arme à feu dans le chemin allant de Conches à Villette et que l’on avoit fait transporter chez Spble Naville ; m’étant transporté à l’endroit où on l’a levé, j’y ai trouvé trouvé [sic] une quantité de sang répandu ; de là j’ai passé à l’examen du corps, auquel j’ai trouvé une plaïe d’arme à feu de la grandeur d’un quart de Louis, située un pouce au-dessous le mamelon gauche, directement sur la pointe du Cœur pénétrant dans la capacité de la poitrine ; Aïant introduit mes doigts par la playe dans la poitrine, j’ai trouvé un grand délabrement : j’ai examiné toutes les parties extérieures de la poitrine et du bas ventre, je n’ai trouvé aucune issüe qui dût répondre à la playe énoncée, de manière que le ou les corps étrangers ont restés dans la poitrine ; [réclame : aïant] aïant passé à l’examen des habits qui consistent dans une Redingote, une veste et une chemise, je n’ai rien découvert à la redingotte, ni à la veste, pas la moindre lésion, par raport à la chemise, elle étoit déchirée vis à vis de la blessure, il y a lieu de conclure que, vu la grandeur de la playe, les habits n’étant point lézés, que le coup a été fait avec un pistolet ; que l’assassin a dégagé les habits et a apuyé l’instrument sur la poitrine et que la mort a suivi de près. En foi de quoi j’ai donné le présent Raport. À Genève, les dits jour et an que dessus.

1528Meschinet chirurg[ien]

1529Paraphé, ne varietur

1530Salard, audt

1531b) Rapport des chirurgiens Étienne Meschinet et Pierre-Louis Macaire, 14 novembre 1782 [f° 27] :

1532Nous Soussignés, Mtres en Chirurgie, déclarons par serment qu’en vertu de l’ordre que nous avons reçu de Noble [François] Jalabert, Conseiller d’État, en datte de ce jour 14e du Mois de Novembre 1782 nous nous sommes transportés environ les Sept heures du Soir dans la Maison de Spectable Naville, Procureur Genel Subrogé, pour faire l’ouverture du Corps de Monsieur Jean-Jacques Naville, son frère, ayant procédé comme suit ; nous avons fait l’ouverture de la poitrine et Suivi la Suite de la playe ennoncée dans le premier rapport ; nous avons trouvé une contusion avec équimose à la pointe du cœur, 2emt une déchirure au lobe inferieur du poumon gauche avec équimose, nous avons remarqué que le coup inclinait du haut en bas ; 3mt. nous avons trouvé un trou considérable au diaphragme et plus grand que celui de la playe et un semblable à l’estomac, le tout avec équimose et Sans issüe, [biffé : le tout] provenant d’une Arme à feu, nous avons fait toutes les recherches nécessaires, tant dans la poitrine que dans le bas ventre et dans tous les visères, Sans avoir pu découvrir aucun corps étranger, nous avons tout lieu de conclure que le coup a été donné à poudre et l’instrument apliqué Sur la poitrine, ce qui a occasionné le délabrement cy dessus énoncé ; en foy de quoi nous avons donné nôtre présent rapport, les ans et jours susdits.

1533Meschinet chirurg[ien]

1534PL Macaire

1535Nles qu’indépendamment de ce qui est dit dans le rapport cy contre nous déclarons de nouveau par serment que nous avons examinés toute la colonne osseuse de l’Epine du dos, depuis un bout jusqu’à l’autre, de mème que l’interieur des côtes, nous n’avons découvert aucune empreinte ni traces d’aucun corps dur. Genève, ce 15ème novembre 1782.

1536Meschinet chirurgien

1537PL Macaire

198. Exposition d’un enfant vivant, 9 mars 1783 (PC 14046)

1538 Le 9 mars 1783, peu après 6 heures du matin, les pleurs d’un enfant exposé alertent le voisinage de la maison Cramer, derrière le Rhône. Le nouveau-né est enveloppé d’une guenille rayée en laine, d’une lisière brune, de quatre mauvais linges, coiffé d’un bonnet blanc piqué, bordé d’une mousseline et un autre bonnet de burat bleu à raies blanches. Fils de paillards, il est frappé du « vice vénérien ».

1539a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras, 9 mars 1783 [f° 9] :

1540Je soussigné chirurgien juré en office à L’hopital declare par serment, que j’ai vüe et visité à la salle des enfans trouvés un enfant de sëxe masculin lequel m’a paru de 7 à 8 jour de naissance et attaqué de vice vénérien, sur quoi il sera nourri à la cuillere ou au Biberon pendant quelques semaines, en attendant qu’on puisse lui administrer les remedes Convenables.

1541Genève le 9e du mois de mars 1783 Terras

1542Paraphé par nous [Isaac] Fabri Audit[eur]

199. Maquerellage, libertinage, 3 avril-3 mai 1783 (PC 14047*)

1543 Selon le rapport du dizenier Pierre Guy, il vit dans la maison Robet, à la Chasse-Royale, un charpentier allemand nommé Jean-Georges Mertz, ancien caporal dans la Garnison, et sa femme, la ravaudeuse bernoise Marianne Henri, qui ont transformé leur appartement en un véritable bordel où l’on fait bombance. Le couple attire à lui les filles de mauvaise vie et les garçons débauchés, sans crainte du scandale public. Jeanne Moré, tailleuse de 17 ans, est plus particulièrement visée puisqu’elle est soupçonnée d’avoir transmis le mal vénérien. Le voisinage dénonce également une vieille servante de la Bourse française qui apportait au couple de la viande volée en échange de pintes de vin. Sans oublier Marie Piat, lingère bernoise de 25 ans, prévenue de libertinage.

1544 Marianne Henri, femme Mertz, est censurée, condamée à faire amende honorable en chemise blanche, torche au poing avec l’écriteau « Infâme Maquerelle » autour du cou, fustigée en place publique et bannie à perpétuité. Son mari et Marie Piat sont bannis. Jeanne Moré est soumise à « grièves » censures, condamnée à faire réparation, aux prisons subies, à trois jours de prison en chambre close, aux dépens, pour être conduite ensuite à l’Hôpital général afin d’y être soignée de sa maladie vénérienne.

1545a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 5 avril 1783 [f° 24] :

1546Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment que dordre de Monsieur Lauditeur [Isaac] Fabri en date de cejour 5 du mois davril 1783 je me suis trensporté aux prisons pour examiner Jeanne Moré native agée de 17 ans, à laquelle j’ay découvert deux Bubons vénériens situés dans chaque plis des Cuisses avec une cicatrice sur chaque Bubon Ladite Jeanne Moré mayant déclaré que le Nommé [Daniel ?] Michel Luy donnait des Remedes depuis environ six semaines et que ledit Michel luy avait ouvert les dits Bubons, par l’état dans lequel [ajouté en suscription : elle est] actuellement, il est à presumé qu’elle n’est pas guerie et qu’elle a besoin d’un traitement Méthodique, en foy de quoy j’ay donné le présent Raport Genève ce dit jour que dessus

1547Meschinet chirurgien

1548Fabri Audt

  • 87 La sage-femme Jeanne Saulce, née Brolliet, est inscrite au rôle des sages-femmes le 12 avril 1791. (...)

1549a) Rapport de la sage-femme Brolliet87, 29 avril 1783 [f° 71] :

1550Par ordre de Mr Loditeur [René-Guillaume-Jean] Prevost je me suit transportée an prison pour visiter Marianne Henri femme de Mertz qui se dit grose de deux mois don je puis dir devan Dieu quelle nelé point

1551Sage femme Brolliet

1552se 29 avril 1783

1553Parafé ledt jour 29e avril 1783

1554Prevost audt

1555b) Rapport de la sage-femme Raisin, 29 avril 1783 [f° 73] :

1556Je Soussignée déclare par serment en ma qualité, de Sage femme qu’ayant été appellée et assermentée par Monsieur L’Auditeur [René-Guillaume-Jean] Prevost pour visiter Marianne Henri femme Mertz, je ne lui ait trouvé aucuns simptomes de Grossesse. En foi de quoi j’ais [mot biffé] signé la présente déclaration. Fait à Genève ce 29e Avril 1783

1557Veuve Raisin

1558Parafé ledt jour 29e avril 1783

1559Prevost audt

200. Homicide involontaire, 18 avril-30 mai 1783 (PC 14057*)

1560 Le 31 mars 1783, Jean Dupuis, ouvrier serrurier originaire du bailliage de Moudon, se rend à la cave de son compatriote Pierre-Philippe Frossard, située à la rue Verdaine, afin d’y boire en compagnie de deux collègues. Pour badiner, Frossard et Dupuis, qui étaient très amis, tirent l’épée et feignent un duel. Frossard est légèrement touché, mais Dupuis succombe à ses blessures. L’encaveur est censuré, condamné à faire réparation, aux prisons subies, aux dommages et intérêts et au bannissement.

  • 88 Jean Laval : chirurgien, originaire de Revel dans le Languedoc, fils de Raymond Laval.

1561a) Rapport des chirurgiens Jean Laval88 et Cambessedès, 31 mars 1783 [f° 1] :

1562Nous Soubsignés Chirurgiens privilégiés, Declarons qu’ayant eté requis par Monsieur [François ?] Calandrini fils pour allér voir un homme, nous àtil dit qu’on avoit assiné [sic] nous etant Transporté dans la maison de Monsieur Le Conte [Jean-Louis] de Gallatin Ruë Verdaine avons Trouvé un homme etandue sur un lit [ajouté en suscription : mort] Lequel ayant Examiné avons Trouvé une Blesseure sur le Teton Gauche Laquelle ayant sondé avons T [r] ouvé queladitte Blesseure a penetré dans la poitrine ce quavons jugé luy avoir Donné la mort En foy de quoy avons signé la presante declaration Genève le 31 mars 1783.

1563J Laval Cambessedès chir[urgien]

1564Paraphé ne varietur

1565Genève 1er avril 1783 [Frédéric-Guillaume] Maurice audt

1566b) Déposition d’Alexis Bouat, 40 ans, originaire de Sauveterre-de-Rouergue, garçon chirurgien de Cabanis, 31 mars 1783 [f° 3] :

1567Je passois ce soir un moment avant 7 heures dans le quartier de Rive, deux enfans qui me couroient après m’ont dit, Mr le chirurgien, venez donner du secours à un homme qui vient detre tué, je ly ai suivis et je suis entré dans la cave où il y avoit beaucoup de monde j’ai trouvé cet homme dans le fond de la cave etendu sur un petit lit, je lui ai taté le poulx, il n’avoit plus de vie, sa chemise sur sa poitrine etoit teinte de sang, la playe n’en donnoit plus, je croirois que le coup a eté donné avec un stilet, J’ai demandé aux personnes qui étoient presentes si l’on savoit l’origine de ce malheur, s’il y avoit quelque temoin personne n’a rien vu, personne n’a rien su me dire, Mr Laval est arrivé avec Mr Cambessedès pendant que j’y etois, ils l’ont visité, après quoi nous nous sommes retirés. Je n’ai rien ouï dire là dessus, sinon dans la rue que l’on disoit que c’etoit un Piemontois qui avoit fait le coup.

1568Autre dit n’avoir à deposer, Repeté, Lecture faite, il a persisté, et il a signé avec nous.

1569Bouat [Frédéric-Guillaume] Maurice aud.

1570c) Rapport du chirurgien Louis Jurine, 5 avril 1783 [f° 32] :

1571Moi sous signé Maître en Chirurgie et Chirurgien de l’Hopital General certifie avoir reçu ordre aujourdhuy 1e[r] Avril 1783 de Monsieur l’Auditeur [Frédéric-Guillaume] Maurice, de me transporter au dit Hopital pr visiter et faire l’ouverture d’un cadavre, trouvé dans une cave rüe Verdaine ; y ayant procédé j’ai trouvé ce qui suit.

  1. La veste percée d’un coup de la largeur de deux lignes et demi, à 3 pouces de distance du second bouton ; et teinte de sang seulement dans la doublure.
  2. La chemise ensanglantée dans une circonférence de 4 pouces de diamètre, percée d’un trou pareil à celui de la veste.
  3. La Poitrine ouverte par une playe pénétrante dans sa capacité entre la 2e et la 3e des vrayes côtes, deux pouces au dessus du bout du sein gauche et se portant obliquement du côté de l’insertion de la clavicule.
  4. Par l’ouverture de la Poitrine nous avons reconnu un épanchement de sang soit dans sa cavité gauche, soit dans le Pericarde, occasioné par la blessure.
  5. Le ventricule droit percé par le même coup dans sa partie supérieure, l’artère pulmonaire et l’aorte à leur origine nous ont également fait voir l’impression de la blessure faite par le même instrument qui enfin s’est terminée à peu de distance de là.

1572Par l’éxamen de la blessure dans tout son trajet nous pouvons assurer qu’elle a été faite par un instrument plat, étroit, tranchant des deux côtés et nullement triangulaire ; l’ouverture de la veste et de la chemise attestent cette vérité ; et ce qui prouve le peu de diamêtre de l’instrument qui a fait la blessure c’est qu’ayant pénétré de près de 4 pouces l’incision de la veste de la chemise et de la peau n’ayent rapporté qu’une playe de 2 lignes et demi ou au plus 3 lignes de largeur.

1573Nous croyons en outre que la playe étoit essentiellement mortelle et que quoiqu’on eut pu faire il auroit été impossible de la faire changer de nature.

1574Fait à Genève sous le sceau du Serment

1575ce 5 avril 1783 Jurine Ch[irurgien]

1576Paraphé ne varietur

1577Maurice Audt

1578Genève 1er avril 1783

  • 89 Charles-Guillaume Dunant : citoyen, né en 1744, DM à Montpellier le 1er février 1772, agrégé le 11 (...)

1579d) Rapport du médecin Charles-Guillaume Dunant89 et du chirurgien Louis Jurine, 2 avril 1783 [f° 36] :

1580Moi soussigné Maître en Chirurgie déclare avoir reçu ordre de Monsieur l’Auditeur [Frédéric-Guillaume] Maurice aujourdhuy 2 Avril 1783 de prononcer sous le sceau du Serment si une des deux épées qui m’ont été présentées de sa part avoit pu faire la blessures de la Poitrine du Cadavre [mot biffé] sur lequel je rapportai hier ; en conséquence je certifie que l’une d’elles à lame plate, poignée de leton a été indubitablement l’instrument dont on s’est servi ; en confrontant l’incision de la veste avec la lame de cette épée j’ai trouvé un rapport si éxact qu’il ne m’a pas permis d’en douter ; j’ai plus fait, j’ai percé la même veste de différents coups qui m’ont donné le même rapport.

1581Fait à Genève ce 2 avril 1783 Jurine Ch[irurgien]

1582Je soussigné Doctr en Medecine Declare par serment avoir examiné Attentivement la playe et l’instrument dont il est question cy dessus, et [ajouté en suscription : les] avoir trouvé de même parfaitement coincidant,

1583Genève le 2e avril 1783 Dunant DM

201. Infanticide, 21 décembre 1782-26 mars 1783 (PC 14062)

1584 Domicilié dans la maison Lullin de Châteauvieux, le marchand épicier Jean-Antoine Vautier engage en juin 1782 Jeanne Chappuis, originaire de Cully, comme servante. Frappé quelque temps plus tard de la prise de poids rapide de Jeanne, il soupçonne une grossesse illégitime que la servante nie à chaque fois qu’il l’interroge à ce sujet. Il impose même à Jeanne une visite du docteur Manget père qui diagnostique de simples « obstructions ». Le 20 décembre 1782, vers 19 heures, la fille de l’épicier, Gabrielle-Françoise Vautier, aperçoit la servante entrer dans le cabinet des commodités de leur appartement. Lorsqu’elle en ressort, longtemps après, elle est saisie de douleur au milieu de la cuisine, du sang s’écoulant sous sa robe. La fille Vautier alerte ses parents. Le nouveau-né est trouvé mort, la tête au fond du pot de chambre couvert d’un linge. Jeanne Chappuis parvient à s’enfuir. Contumace et convaincue d’infanticide, elle est pendue en effigie.

1585a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 21 décembre 1782 [f° 1] :

1586Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par [ajouté en marge de gauche : serment] qu’en vertu de Lordre que j’ay reçù de Monsieur Lauditeur [François] De la Rive en date de ce jour 21 du mois de Decembre 1782 Je me suis trensporté au Deuxieme étage de la maison Lullin de Châteauvieux vis à vis de L’Écu de France derriere Le Rhône dans Lapartement du Sr Vautier citoyen Marchd epicier, pour faire L’examen d’une fille nouvellement Née ; ayant passé audit examen, Premieremt J’ay Trouvé Ledit Corps Bien Constitué dans toutes Les parties extérieures et venue au terme de maturité des Neuf Mois, 2° Le Placenta en Bon etat et le Cordon aderant à Lumbilic et audit Placenta. Ledt Cordon vide de sang ; 3° Le dos Rouge et echymosé ; 4° Les doigts à Crochet 4° [sic] Je nais Remarqué ny contusion ny mutilation ; Lechymose ou Rougeur du dos, Les Doigts à crochet, me ferait conclure qu’elle est venue au monde vivante sans pénétrer qu’elle est la cause de la mort en foy de quoy J’ay donné le présant Raport suivant Lordre que J’en ais Reçù de Monsieur Lauditeur De la Rive ; Genève ce dit jour que Dessus

1587Meschinet chirurg[ien]

202. Infanticide, 5-8 juin 1783 (PC 14092)

1588 Le mercredi 4 juin 1783, entre 16 et 17 heures, le laboureur de Peney Pierre Duboule ordonne à son domestique savoyard François Marin de gagner les bords du Rhône pour vérifier s’il y trouve le cadavre d’une jeune femme qui s’est noyée à Genève. Vers les 20 heures, Marin aperçoit sur le rivage un linge cousu en forme de sac accroché à un buisson duquel sort un bras d’enfant. Il est arrêté d’en informer plus amplement sur les lieux mêmes de la macabre découverte.

  • 90 Jean Dussaud : chirurgien au mandement en 1783, encore en 1789 (G, p. 502).

1589a) Rapport du chirurgien Jean Dussaud90, 7 juin 1783 [f° 1] :

1590Je Sousigné Chirurgien juré au Mandement de Peney Rapporte par serment qu’and vertú de L’ordre que j’ai reçeù de Monsieur [Isaac] Marcet de Mézières Chatelain au dit Mandement pour dresser un rapport au sujet d’un enfant qu’on a trouvé noyé dans le Rhône,

1591Je Dit donc, que hier jeudy à six heure du Matin, je me suis trensporté avec Monsieur Le Pasteur [Pierre] Picot au Dit village de Peney Dans la maison du nommé Malagny Garde Eglise pour yvoir un enfant qu’on y avoit trensporté,

1592La Première chose qui ce présentée à Mes yeux est un Linge de toille grossière, cousuë en différents endroits, et un bras qui sortoit par un trou de laditte toille. L’ayant coupée avec mes cizeau, ji ai trouvé une jeune fille nouvellement née et à terme.

15932.° Sa tête etoit envelopée par une couëffette d’une mousseline grossière marquée d’un I. Le visage en etoit aussi recouvert ; 3.° une bande d’une cotoüne quadrillée blüe et blanche, longue de trois pied et quelque pouces. Sur six pouce de Largeur à une Des extrémités ; La partie moyenne de Laditte bande etoit appliquée à la partie posterieure du Col. Les deux bout venoit ce croiser à la partie superieure et anterieure de la poitrine, et venoit passer au dessous des bras appliquée assez fortement ; 4.° une forte pression sur le visages, particulierement sur les ôs propres du nez de même qu’à son cartilage, 5.° Lepiderme de toutes les parties de son Corps et même la peau putrifiée, Ce qui prouve qu’il y a vingt ou trente jours qu’il et mort.

15946.° venant à L’inspection des parties interieure de la poitrine ; et du bas ventre, j’ai trouvé les Lobes du poulmons engorgé et noiratre le foye brunatre. Lestomath et Les intestin afaissé Contenant bien peû de Matière. Et tres puantes.

1595Il est difficille de porter un pronostic assuré, pour savoir si l’enfant à été jetté Mort oû vivant dans l’eau. Cependant veû La manière dont la Couëffette etoit posée, et surtout la bande, j’ai lieu de Croire que Lenfant a été étranglé avant que d’avoir été jétté dans l’eau ; fait à Bourdigny le 6e juin 1783. Dussaud Chir[urgien]

1596Paraphé ne varietur

1597Genève le 7e Juin 1783

1598Marcet de Mézières

1599Chatelain

203. Mélancolie, noyade suicidaire, 17 août 1783 (PC 14141)

1600 Le 17 août 1783, en fin de matinée, le natif Jean-Henri Duc, horloger de 56 ans, se précipite volontairement dans le Rhône. Son corps nu est retiré de l’eau à la hauteur de Sous-Terre. Selon le témoignage de son fils, Jean-Baptiste, apprenti graveur de 13 ans, Jean-Henri Duc était sujet depuis plus d’un an à la tristesse et à la maladie. Il se disputait souvent avec sa seconde épouse. Il avait tenté à plusieurs reprises de mettre fin à ses jours, par baïonnette ou en se noyant. Sa famille est autorisée à l’ensevelir, mais sans honneur.

1601a) Rapport du chirurgien Henri-François Martin, 17 août 1783 [f° 9] :

1602Ayant été appellé ce 17e Aoust 1783 à environ une heure aprés mydy à la Coulouvrenière Jay trouvé un homme qu’on avoit sorty de l’eau il y avoit une heure.

1603Suivant Le rapport qu’on ma fait, aprés avoir examiné dans pareils cas je n’ay trouvé aucun signe de vie on avoit dejà exécuté avec toute Lactivité possible Les moyens connus et Indiqués [mot biffé] qu’on trouve Dans La Boëtte ce que nafait aucun effet en foy de quoy je donne la presente declaration.

1604À Plainpalais ce 17e aoust 1783 H Martin Chirurgien

1605Paraphé ne varietur [Frédéric-Guillaume] Maurice auditeur

1606Genève 17e Aoust 1783

1607b) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 17 août 1783 [f° 10] :

1608Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment que cejourdhuy 17e du Mois d’aoust 1783, entre deux à trois heures de l’après midy Jay reçú ordre de Monsieur Lauditeur [Frédéric-Guillaume] Maurice de metrensporté à la Coulouvrenière Avec luy pour donner du Secours à Henri Duc natif horloger agé de 56 ans que Lon avoit sorty du Rhône mort Noyé Monsieur Martin chirurgien à Plainpalais ayant employé tous les secours Methodique infructueusement ; Je l’ais examiné et l’ais trouvé hors détat de Recevoir aucun Secours en foy de quoy Jay donné le présent Raport Genève ce dit jour que dessus.

1609Meschinet chirurgien

1610Paraphé ne varietur Maurice aud[iteur]

1611Genève 17e Aoust 1783

204. Exposition d’une enfant mort-née, 17-18 novembre 1783 (PC 14207)

1612 Le 17 novembre 1783, la Savoyarde Françoise Durobert revient de Carouge avec du pain frais dans son panier lorsqu’elle voit sur le chemin pavé qui conduit au Pont-d’Arve un sac couvert de plumes, si bien qu’elle pense d’abord qu’il contient un poulet. Sous les plumes, elle trouve en réalité un enfant mort, enveloppé d’un linge ensanglanté, sans marque, recouvert de deux morceaux de toile grossière.

1613a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 17 novembre 1783 [f° 7] :

1614Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment que cejourd’huy 17e du mois de Novembre 1783 je me suis trensporté alhopital Général pour faire L’examen d’une fille Nouvellement née que Lon madit avoir trouvé à Plainpalais enfermée dans une Boite clouéé ; ayant procédé audit examen J’ay Remarqué par le volume et la conformation detoutes les partiees du Corps qu’elle est venüe au monde Auterme de maturité dés Neuf mois ; 2° qu’elle est venuë morte au monde 3° que le Cordon umbilical faisait deux tours autour du Col sans etre separé de l’umbilic ; Je n’ais [ajouté en suscripion : rien] remarqué dans tout L’extérieur du Corps qui puisse avoir donné lieu à la mort, paraport au temps de la naissance, l’infection du Corps me fait conclure qu’il y a plusieurs jours En foy de quoy J’ay donné le présant Rapport.

1615Genève ce dt jour et an que dessus

1616Meschinet chirurgien

1617Paraphé ne varietur [Simon] Roque Auditeur

205. Suicide, 17-19 avril 1784 (PC 14333)

1618 Le 17 avril 1784, Jean-Gédéon Picot est destiné à s’unir bientôt à Éléonore Bertrand. Le matin, il vaque à ses affaires, puis déjeune avec ses parents avant de se promener en début d’après-midi en cabriolet. De retour, il se fait raser et coiffer par le perruquier, puis ordonne à son domestique Jean-Marc Dunant de venir l’habiller dans un quart d’heure. Alors que Dunant monte au troisième étage de la maison, un coup de feu retentit. Jean-Gédéon Picot est allongé sur son lit, des « traces horribles de sang et d’os dans toute la chambre ». Sur sa table, Picot a laissé une longue lettre dans laquelle il confie : « Il m’est impossible de supporter l’idée qu’une femme aussi parfaite que Mademoiselle Éléonore ne soit pas complètement heureuse, elle le mérite à tous égards, et je suis si peu à même de faire son bonheur, que je renonce à la vie […]. Les sombres vapeurs qui me noircissent l’imagination toutes les nuits m’ont déjà fait souffrir mille morts. » Il distribue par ailleurs mille louis neufs aux pauvres de l’Hôpital, des Bourses et de la Chambre des tutelles.

1619a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 17 avril 1784 [f° 16] :

1620Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment que ce jourdhuy 17e du mois Davril 1784 par Lordre de Monsieur Lauditeur [René-Guillaume-Jean] Prevost Je me suis trensporté à huit heures du soir dans la maison du Sr Daniel Picot citoyen Neg[ociant], située à la Fusterie pour faire Lexamen du Corps du Sr Jean Gédéon Picot citoyen Neg[ociant], membre du grand conseil agé de 33 ans, ayant trouvé ledit Corps etendu sur un lit habillé dune Robe de chambre Blanche La face en haut toûte la partie du Crane sautée en pièces eparces partoute la Chambre de méme que toûtes la substence du cerveau divisée et eparce ne restant de toûte la tête que quelques porcions de tégumens et la machoire inferieure en tel delabrement ne peut etre que le fet d’un coup darme à feù porté dans la bouche ce qui a causé une mort prompte et le délabrement enoncé si dessus ; ayant Remarqué sur le lit au côté droit du Corps et par dessous une prodigieuse quantité de sang ce qui donne lieu à croïre que le Coup s’est fait sur le lit ; En vertü de quoy J’ay donne le présent Raport Genève ce dit Jour et an que dessus. Meschinet chirurgien

1621Paraphé ce jour 18e avril 1784 Prevost auditeur

206. Noyade, 1er septembre 1784 (PC 14421)

1622 Le 1 er septembre 1784, le corps de Michel Rubin, laboureur originaire du Faucigny et âgé de 30 ans, est retrouvé dans l’Arve à la hauteur de la garde du Pont-d’Arve. Rubin s’est noyé accidentellement la veille en traversant la rivière à cheval. Il est vêtu d’une mauvaise veste de ratine grise, d’une petite veste sans manches de même matière, d’une paire de culottes de peau jaunes, de guêtres, d’une chemise de toile grossière, chaussé d’un soulier à boucle d’étain, avec un seul gant de peau. Il porte un rasoir, un couteau, une pipe garnie en laiton, des boutons de manches en étain, une paire de boucles de souliers et des jarretières jaunes.

1623a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 1er septembre 1784 [f° 1] :

1624Je soussigné Me en chirurgie Raporte par serment que cejourdhuy Premier du mois de Septembre 1784 en vertú de Lordre que j’ay reçu de Monsieur Lauditeur [Simon] Roque Je me suis trensporté à lhopital Général pour faire Lexamen du Corps du nommé… de… agé de 35 ans environ que Lon avait sorty mort de la Rivière d’Arve ayant passé à L’examen de toûte les partiées exterieures du corps j’ay Remarqué quelques Legeres Contusions avec excoriations à la face et à la téte que j’atribüe aux efforts qu’il a fait en ce debatant pour ce sauvé n’ayant rien Remarqué qui ait été la Cause de sa mort Je conclus qu’il est mort Noyé par raport au temps J’estime qu’il ni a pas vingt et quatre heures En foy de quoy J’ay donné le présent Raport

1625Genève ce dit jour que dessus

1626Meschinet chi[rurgien]

1627Paraphe ne varietur Roque Auditeur

207. Suicide, 27 mai 1785 (PC 14629)

1628 Assisté par l’Hôpital général, Antoine Beudat, encaveur de Cologny âgé de 52 ans, est invalide depuis environ cinq ans, date à laquelle l’une des pompes à feu de la Seigneurie lui a roulé sur les jambes. Quoique son épouse, lessiveuse de métier, s’en occupât avec soin, Beudat ne pouvait plus marcher, se plaignant souvent de sa misère et de ses souffrances, invoquant même la mort pour délivrance. Le 24 mai 1785, il se pend à son lit. Il est ordonné qu’Antoine Beudat soit enterré « à la manière des pauvres ».

1629a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 24 mai 1785 [f° 9] :

1630Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment qu’en vertú de lordre que j’ay reçú de Monsieur Lauditeur [Jacques] Trembley en date du 24e du mois de May 1785 environs les 4 heures de l’apres midy Je me suis trensporté avec luy dans la Rue du Boule au 4e etage sur le derriere de la maison Drouillon pour examiner le Corps D’Antoine Beudat de Cologny encaveur agé de 52 ans, que nous avons trouvé suspendu par une corde passée autraver de son col en circulaire coulant et atachée au planché à une crosse à côté de son lit ; après que l’on a eü coupé la corde J’ay examiné le Corps il n’etait succeptible d’aucun secours, il maparu par la forte emprinte circulaire de la Corde autour du Col qu’il y a longtems qu’il est pendu en foy de quoy J’ay donné le présent Raport Genève ce dit jour que dessus.

1631Meschinet chirurgien

208. Noyade, 13 novembre 1785 (PC 14760)

1632 François Lacroix, originaire de Sciez en Savoie, est le domestique du batelier Pierre Berger. Le 13 novembre 1785, à l’âge de 35 ans, il est découvert sans vie au fond du bassin du port aux bois de Longemalle. Il était vêtu d’une veste de ratine, d’une paire de culottes et de bas, chaussé de souliers à boucles jaunes, le tout en mauvais état. Dans ses poches, on sort deux vilains couteaux et dix-sept florins. Berger suppose que l’excès de vin est à l’origine d’une noyade accidentelle.

1633a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 13 novembre 1785 [f° 7] :

1634Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment qu’en vertú de Lordre que j’ay reçú de Monsieur Lauditeur [Jacob-François] Prevost en date du 13e du Mois de 9bre 1785 je me suis suis trensporté à lhopital Général pour faire L’examen du Corps de François Lacroix de Sciez proche Thonon en Savoie agé d’environ 36 ans que l’on madit avoir été sorty de l’eau dans le bassin de Longemalle après avoir passé à l’examen de toûtes les parties extérieures du Corps je nais rien Remarqué qui puisse avoir ocasionné la mort par l’état du Corps il y a Lieu de Conclure qu’il est mort Noyé, et qu’il peut y avoir trois ou quatres Jours qu’il est dans Leau, en foy de quoy j’ay donné le présent Raport.

1635Genève ce dit jour que dessus

1636Meschinet chirurg[ien]

1637Paraphé ne varietur Genève 13e 9bre 1785

1638Prevost auditeur

209. Suicide, 2 mars 1786 (PC 14826)

1639 Le 1 er mars 1786, à sept heures du matin, le natif Jean-Louis Granger est au chevet de son père à l’agonie. Celui-ci, monteur de boîtes de 60 ans, lui prend la main en murmurant : « Mon pauvre garçon, pardonne-moi, je n’en reviens pas, je suis un homme perdu, j’ai pris du poison. » Étienne Granger décède vers 14 heures « après avoir souffert cruellement ». Il habitait depuis deux mois seulement chez son fils, après que sa fille l’avait renvoyé de chez elle à la suite de son mariage.

  • 91 Pierre Sylvestre : natif, baptisé à Saint-Gervais le 4 mars 1759, DM à Montpellier en 1781, agrégé (...)

1640a) Rapport du médecin Pierre Sylvestre91, 2 mars 1786 [f° 3] :

1641Moi soussigné Docteur de la Faculté de cette ville déclare qu’ayant été appelé Mercredi 1er Mars 1786 chez le nommé Granger, vers les 10 heures du matin, il m’a déclaré avoir pris à six heures du même jour dans le dessein de s’empoisonner une dose de mercure sublimé corrosif, qu’il s’ensuivit une inflammation des levres du dedans de la bouche et de l’œsophage avec des douleurs aigües dans le bas ventre et l’estomac, des vomissements énormes et un cours de ventre ; que ces symptomes subsistaient en partie lorsque je vis le malade, et qu’avant que les secours que je jugeais nécessaires pussent opérer il se manifesta des signes d’une gangrène formée et d’une dissolution prochaine qui arriva dans le courant de la même matinée.

1642Fait à Genève sur la requisition de Mr L’Auditeur [Jacob-François] Prevost. Le 2e Mars 1786.

1643P. Sylvestre DM

1644Paraphé ne varietur 2e Mars 1786

1645Prevost Audt

1646b) Rapport de Pierre Sylvestre (médecin), Étienne Meschinet et Pierre-Louis Macaire (chirurgiens), 2 mars 1786 [f° 11] :

1647Nous Soussignés Docteur Medecin et Maitres en Chirurgie déclarons par serment, qu’en vertu de l’ordre que nous avons reçu de Monsieur L’Auditeur [Jacob-François] Prevost en date du 1er Mars 1786, nous nous sommes transportés à Coutance dans la maison qui a pour enseigne les Trois-Couronnes, no 85. pour faire l’ouverture du corps d’Étienne Granger Natif, monteur de boëtes agé de 60 ans. Ayant procedé à l’ouverture nous avons trouvé [mot biffé] à l’ouverture du bas ventre l’épiploon phlogosé, les intestins distendus d’air et présentant des signes d’inflammation ; l’estomac dans son volume naturel, présentant à l’exterieur dans son grand fond des taches livides très étendues ; [mot biffé] l’interieur de ce viscere, surtout aux environs de son orifice inferieur offrait la même apparence de lividité et comme de cautérisation, qui ne pouvait être que l’effet d’un poison très corrosif et qui a dû nécessairement causer une dissolution très pronte de toute la machine.

1648En foi de quoi nous avons donné le présent rapport..

1649P. Sylvestre. D. M.

1650À Genève ce 2 Mars 1786.

1651Meschinet.

1652PL Macaire

1653Paraphé ne varietur 2d Mars 1786

1654Prevost aud.

210. Excès, assassinat, vol et complicité de vol, 24 mars-18 septembre 1786 (PC 14843)

1655 Le jeudi 9 décembre 1779, Jean Fleurdelis, granger du châtelain Jean-François Butini à Vandœuvres, donne un repas de noces à l’occasion du mariage de sa fille. François Ruche, grenadier dans le régiment de milice de Savoie, et Jean Bardet, dit Noblet, tous deux du village de Choulex, s’imposent à la fête sans y être conviés. Les noceurs les connaissent comme des hommes qu’il faut craindre, ils leur offrent donc à manger et à boire dans l’espoir de les contenir. En vain. Dans la cour, François Ruche donne plusieurs coups de sabre à deux domestiques, Jonas Jossaud et Joseph Henry.

1656 Le 26 mai 1780, le Conseil condamne François Ruche, fugitif et contumace, à être grièvement censuré de son crime dont il demandera pardon à Dieu et à la Seigneurie genoux à terre, huis ouverts, aux galères perpétuelles, aux dommages et intérêts. Jean Bardet, également contumace, est convaincu de complicité et de violences. Sa peine est identique à celle de Ruche, à l’exception des galères auxquelles il est condamné à dix ans.

1657 La procédure est relancée à la suite d’un vol considérable commis en octobre 1784 attribué selon toute probabilité à François Ruche, devenu cabaretier à Choulex. Ce dernier est arrêté le 24 mars 1786 au Pont-d’Arve. Le même sort est réservé à Jean Bardet, en septembre de la même année. Le 19 mai 1786, le procureur général François-André Naville requiert la pendaison pour François Ruche. Le 7 juin, le Conseil condamne le prévenu aux galères perpétuelles, aux dommages et intérêts des particuliers lésés et aux dépens de son procès. En octobre, Naville exige contre Bardet les prisons pendant un mois en chambre close au pain et à l’eau, les dépens de son procès, puis le bannissement.

1658a) Premier rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 11 décembre 1779 [f° 7] :

1659Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment qu’ayant Eté Requis Par Monsieur [Guillaume-Antoine] De Luc chatelain de Jussy [et] Vandœuvres et En date de ce jour 11e Xbre 1779 Je me suis Trensporté à Miolens dans la maison de Monsieur Le chatelain Butini pour Examiner et pencer Jonas Jossaud [corrigé en marge : Joussaut] natif de Tionnes [Thônes ?] agé de 28 ans domestique du Grangé du d. domaine Lequel ma dit avoir Eté blessé Le 9e du Courants dans La soirée, ayant Examiné led. Blessé Je luy ai Trouvé quatres playes faites avec un instrument Tranchant La première située sur Langle antérieur et superieur du pariétal droit ayant La forme d’un Croissant et de Cinq pouces d’une Extrémité à L’autre avec découverte de los du crane de deux pouces detendue 2e une située sur Langle posterieur et superie[ur] du parietal Gauche de la longueur de 6 Lignes, Laissant Los à Découvert avec Gonflement des partiees qui Envelopent Los, 3e une située sur La partie superieure de lhomoplate droite de La longueur de 14 Lignes, à pénétrance de 2 Lignes, 4e une située sur La partie interne et moyenne du doigt [biffé : Index] anulaire de la main gauche partageant presque Le doigt ayant pencé Led. Blessé selon Lart Je luy ais ordonné Le Necessaire parraport au prognostic Led. Blessé Etant sans fievre et vu La nature des playes Il y a Lieu de présumer qu’il ni aura aucune suite facheuse mais que La Cure sera Longue En foy de quoy J’ay donné Le présent Raport Genève ce d. Jour que Dessus.

1660Meschinet chirurgien

1661b) Second rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 11 décembre 1779 [f° 9] :

1662Je Soussigné Me En chirurgie Raporte par serment qu’ayant Eté Requis [biffé : par] Par Monsieur [Guillaume-Antoine] De Luc chatelain de Jussy [et] Vandœuvres et En date de ce jour 11e Xe 1779 Je me suis Trensporté à Pressy dans La Maison de Monsieur Butini pour Examiner et pencer Joseph Henry de [biffé : Moisin] Vovray agé de 33 ans Environs domestique de Mr Butini qui ma dit avoir Eté Blessé Le 9e du courant dans la soirée, ayant Examiné Led. Blessé, Je luy ais Trouvé trois playes faites avec un instrument Tranchant, La premiere située sur La partie superieure de Lhomoplate droite de la longueur de 18 Lignes pénétrant de 3 Lignes, 2e une située sur la partie moyenne interne de Lavant Bras droit ne pénétrant que Les Téguments, 3e une situéé sur la partie Moyenne Gauche des Lombes Efleurant seulem[ent] Les Teguments, ayant pencé Led : et ordonné Le Necessaire, parraport au prognostiq vû La nàture des playes il y a Lieu de présumer qu’il ny aura aucune suite facheuse En foy de quoy Jay donné Le prêsent Raport Genève ce d. Jour que Dessus Meschinet chirurg[ien]

211. Assassinat, 27-28 mars 1786 (PC 14844)

1663 Le dimanche 26 mars 1786, Louis Clément et son ouvrier quittent Cartigny peu après 9 heures du matin pour vendre une pièce de toile à Chancy. Près d’Eaumorte, en terre savoyarde, les deux hommes découvrent sur le chemin le cadavre de Marc-Pierre Poncet, originaire de Chancy. L’enquête inquiète d’abord à tort les frères Bernard et Jean Trottet qui avaient accompagné la veille Marc-Pierre Poncet au cabaret d’Eaumorte. La coopération du Sénat de Savoie est sollicitée par lettres rogatoires.

  • 92 Mathias Meyer : reçu chirurgien à Chancy le 15 septembre 1785 (G, p. 503).

1664a) Rapport du chirurgien Mathias Meyer92, 27 mars 1786 [f° 11] :

1665Je Sousigné Mathias Meyer Chirurgien de Chancy déclare par Serment, qu’en vertue de l’ordre donné par Mr le Chatelain de la Champagne le 27e mars 1786 j’ai visité le corps de Marc Pierre Poncet (trouvé mort sur le grand chemin de Savoie qui va d’Eaumorte au Cannelet) après qu’il à été rendu par la justice de Savoie et transporté dans sa maison à Chancy ; j’ai trouvé qu’il avoit exterieurement à la tête une playe du côté gauche au milieu de l’os parietal, cette playe est triangulaire de la longueur de neuf lignes large de six et profonde jusques au périoste elle a été faite par un instrument contundant, je soupçonne un coup de pierre, en ouvrent le crane je nai trouvé aucune lésion au cerveau, mais une grande quantité de Sang extravasé, Surtout dans la cavité du coté gauche, du même coté à l’épaule sur l’homoplat[e], une tache noire certainement produit par un coup qu’il a reçu, Son dos est couvert de taches rouges de sang extravasé.

1666Fait à Chancy par moy Mathias Meyer

1667Chirurgien du 27ème mars 1786

1668Paraphé ne varietur [Frédéric-Guillaume] Maurice Chatelain 28 mars 1786

1669b) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras, 28 mars 1786 [f° 13] :

1670Je Soussigné me en chirurgie, chirurgien du grand hopital correspondant de l’académie Royale de Chirurgie de Paris ; certifie par serment que de l’ordre de Monsieur [Frédéric-Guillaume] Maurice chatelain de Chancy, j’ai visité audt Lieu Le nommé Marc Pierre Poncet dans sa maison dont le corps avait eté trouvé mort le dimanche 26 mars sur le chemin. L’ouverture de la tête ayant eté faite la veille par Mr Meyer chirurgien dudt Chancy et tout ayant eté nécessairement détruit et denaturé je n’ai pu y faire aucune observation par l’examen que j’ai fait de L’habitude du corps du cadavre j’ai seulement Remarqué 1° une petite vergéture à la peau ou contusion sur l’epaule gauche 2° une depression ou enfoncement de la peau située positivement à la partie supérieure du Sternum à son échancrure et sur le passage de l’œsophage et de la trachée artère ou partie inferieure et antérieure du col 3° plusieurs vergétures ou impressions à la peau du col sur la partie latérale droite. J’ai en outre observé qu’à l’endroit de la Blessure de la tete observée et constatée par le Sr Meyer l’os n’a souffert ni felure ni fracture. S’il est permis d’ajouter quelques Réfléxions meme sur le conténu du rapport fait par Me Meyer : nous croyons que les impressions que nous avons observés sur la peau du col et la dépression peuvent avoir eté occasionnées par la pression de quelques corp contondans, meme les doigts les ongles. Quant à la mort dudt Poncet nous pensons et croyons qu’elle doit etre attribuée particulierement à la Blessure de la tete dont la Cause violente aura produit une si forte percution et ébranlement dont il en est résulté non seulement une forte commotion mais encore l’extravasion de sang trouvée à l’ouverture Du crane causée par la rupture de quelque vaisseau sanguin : en foy de quoy nous avons fait et signé le présent rapport au lieu de Chancy le 28e du mois de mars 1786.

1671Terras

1672Paraphé ne varietur 28e mars 1786

1673Maurice chat[elain]

212. Noyade, 13-14 mai 1786 (PC 14883)

1674 Le 13 mai 1736, le gagne-denier Abraham Ormond entend sur le port du Molard un cri : « Il y a un homme qui se noie à la Fusterie. » Le batelier nyonnais Louis Henry est tombé accidentellement à l’eau, alors que la corde du bâton de timon qu’il tenait fermement en main vient de céder. Son père est mort de la même manière. Sa mère travaille comme lingère à Nyon, « c’est une pauvre femme qui n’a plus d’autre enfant qu’une fille ».

1675a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras, 13 mai 1786 [f° 3] :

1676Je Soussigné me en chirurgie Chirurgien du grand hopital Correspondant de l’academie Royale de Chirurgie de Paris Certifie par serment que j’ai eté appelé environ vers les deux heures et demie de l’après midi le 13 may 1786 pour porter secours et donner des soins au nommé Louis Henry agé de 22 ans. Batelier de profession (m’a ton dit) qu’on avait retiré de l’eau environ Au moins demie heure avant : plusieurs personnes etais en devoir à lui donner des secours et particulierement notre confrere Mr Fine Chirurgien major du régiment. Le jeune homme malgré tous les secours que nous lui avons administres n’a donné aucuns signe de vie au contraire plusieurs signes ou indices nous annonçait la mort et le peu d’espérance de réussir à le rappeller par Conséquent à la vie : je n’ai remarqué sur l’habitude du Corps aucune Blessure ni Contusion en sorte que j’estime que ledt Louis Henry est mort de l’effet de la submersion dans l’eau qui lui a procuré un engorgement dans le cerveau et dans la poitrine en foy de quoi jai donné le rapport et par ordre de Monsr lauditeur [Albert] Turrettini fait à Genève à cinq heures du soir. Ce jour et an que dessus.

1677Terras

1678Paraphé le 13 May 1786

1679Turrettini Audt

  • 93 Pierre Fine : fils de Jean-Louis Fine, citoyen, né le 18 février 1758, agrégé le 6 décembre 1782, (...)

1680b) Rapport du chirurgien Pierre Fine93, 13 mai 1786 [f° 5] :

1681Je Soussigné maitre en chirurgie (d’après les Ordres de Monsieur L’Auditeur [Albert] Turrettini) déclare [ajouté en suscription : par serment] qu’aujourd’hui 13e May 1786 vers les une heure et demi après mydi ; je me suis transportée dans une maison de l’allée Malbuisson ; pour donner des secours à un homme d’environ vingt [biffé : sept] quatre ans ; qui venait d’être submergé ; auquel je n’ai apperçu aucuns signes, qui pus[ajouté en suscription :-sent] le faire soupçonner encore vivant ; et que j’ai abandonné bien décidément mort, après lui avoir donné pendant deux heures de tems, tous les soins indiqués dans pareil cas.

1682Genève ce 13. May 1786 Fine

1683Paraphé le 13 May 1786

1684Turrettini Auditeur

213. Suicide, 30 juin 1786 (PC 14908)

1685 En juillet 1785, Jean Maillard et sa femme Marguerite, née Guidroz, quittent Paris après vingt-quatre années passées au service du fermier général Jean-Robert Tronchin. L’aliénation de Marguerite est la cause de leur retour à Genève, au domicile de sa sœur, Esther Guidroz. Marguerite, 57 ans, se croit misérable, clouée au lit dans la persuasion qu’elle n’a plus de quoi se vêtir. Dans la nuit du 28 au 29 juin 1786, Marguerite Guidroz se suicide en avalant de l’eau-forte. Dans son agonie, elle s’exclame : « Hé ! Je vous demande tant pardon, j’avais des angoisses, j’étais ennuyée de vivre et j’ai pris ça pour terminer ma course. »

1686a) Rapport de Charles-Guillaume Dunant (médecin), Étienne Meschinet et Pierre Fine (chirurgiens), 30 juin 1786 [f° 18] :

1687Nous soussignés Docteur en Medecine et Maitres en Chirurgie qui avons procedé [ajouté en suscription : aujourd’hui] en presence de Mr Lauditeur [Albert] Turrettini, et par ordre du Noble [François] Sarasin Seigneur Sindic à l’ouverture du Cadavre de Marguerite Guidroz agée de cinquante sept ans, femme de Jean Maillard d’Oron, Bailliage de Moudon en Suisse, morte hier 29e Juin à 11 heures du matin, et qu’on nous dit s’etre empoisonnée le jour auparavant, en avalant de l’acide nitreux du commerce appellé Eau forte Declarons par serment, Que l’ouverture du ventre nous a representé presque tous les visceres dans leur etat naturel et chargés de beaucoup de graisse Mais [ajouté en suscription : que] l’estomac s’est montré à l’exterieur considerablement alteré dans sa couleur, les vaisseaux gonflés et distendus et [mot biffé] dans l’espece de concavité que forme sa courbure on appercevoit une plaque rouge qui portoit encore des traces inflammatoires, traces qu’on reconnaissoit aussi au Diaphragme.

1688Qu’ayant ensuite ouvert avec toute precaution possible l’estomac dans toute sa longueur, et ayant attentivement examiné les membranes interieur et son contenu nous l’avons trouvé farci et distendu par une matiere blanchatre grumelée et de nature caseeuse, que nous avons bientot reconnu pour appartenir au lait qu’on avoit administré comme antidote à la malade et qui avoit eté [biffé : prom] ptement coupé et caillé par l’acide qu’il rencontroit dans ce viscere ; Cette matiere caseeuse etoit elle même envelopée et enduite d’un corps gras qui n’étoit autre chose que l’huile qu’on avoit aussi employé comme contre poison que ces differens corps gras et muqueux avoient par une proprieté qui leur est particuliere absorbé décomposé et dénaturé la substance acide qu’ils ont encore rencontré lorsqu’on les a administré en sorte qu’il a eté impossible de la retrouver autrement que par ses effets.

1689Que ces effets étoient frappans lorsque nous avons porté notre examen sur les membranes internes du viscere après l’avoir depouillé des matieres détaillées cy dessus puisque nous les avons trouvées noircies, racornies et cauterisées comme l’acide nitreux a coutume d’attaquer les substances animales, [mot biffé] detruisant et rongeant leurs fibres.

1690Enfin [ajouté en suscription : que] nous avons [ajouté en suscription : trouvé] que ses effets s’etendoient au delà des orifices superieurs et inferieurs de l’estomac.

1691Et nous n’avons pas hesité à conclure ainsi que nous concluons que ces divers desordres ont dû appartenir à une substance acide et violemment caustique qui immediatement après avoir eté avalée a agi comme poison sur l’estomac et les visceres qui l’avoisinent.

1692Rapporté à Genève le 30e Juin 1786

1693Dunant DM

1694Meschinet chi[rurgien]

1695Fine Chirurgn

1696Paraphé ce 30 juin 1786 Tuttettini Auditeur

214. Noyade, 29 juillet 1786 (PC 14929)

1697 Le dernier mardi du mois de juillet 1786, entre 18 et 19 heures, le laboureur Jean-Marc Girod découvre dans le Rhône le cadavre d’un jeune homme sur les îles de Russin. Il le retire de l’eau avec l’aide de quelques enfants qui se baignaient dans la rivière. Le corps est dans un état de corruption suffisamment avancé pour que le châtelain en décide l’ensevelissement à « trois toises du bord » du Rhône, dans une « fosse de quatre pieds de profondeur ». Les effets du défunt sont déposés à l’Hôpital général pour contribuer à l’identification. Il s’agirait peut-être de Philippe Paulot, domestique du laboureur Abraham Ney, âgé de 18 ans environ, qui a disparu depuis le dimanche 23 juillet. Paulot avait les « cheveux noirs coupés courts, les yeux gris, d’une assez jolie physionomie, les dents assez belles, les jambes très maigres ». Il avait été élevé à l’Hôpital jusqu’à sa première communion. Bien que son maître doute du suicide de Paulot, il reconnaît que son domestique souffrait d’un « caractère assez sombre, il était fort sourd, et se plaignait souvent de douleurs dans les jambes et dans les cuisses ». Difficile enfin d’être bien certain de l’identité du corps, « parce que tous les enfants élevés à l’Hôpital sont habillés de la même manière ».

1698a) Rapport du chirurgien Jean Dussaud, 29 juillet 1786 [f° 7] :

1699Je Certifie et raporte par serment et d’apres les ordres que j’ai receú de Monsieur Le Chatelain [Frédéric-Guillaume] Maurice, que ce jourdhuy vingt et neuf du Mois de juillet je me suis trensporté aux illes de Russin dittes Verbois pour proceder à la visite d’un corp, que j’ai trouvé au dit lieu au bord du Rhône habillé, la tête nüe et les cheveux épars.

1700L’ayant observé attentivement la tête ma parû prodisieusement [sic] gonflée et échimosée, echimoses et gonflement que je crois provenir d’un frotement sur des Corps durs et de La pression que Le Col de la Chemise et le Collet d’une veste boutonnée exerché sur Les vaisseaux jugullaires.

1701Les autres parties de son Corps ne mon rien montré de particulier, sy ce n’est que Lepiderme s’enlevoit avec beaucoup de facilité, qu’il y avoit plusieurs jours que Le dit Cadavre etoit sous Leau et que la sumersion a été seulle cause de sa mort. En foi de quoi.

1702Dussaud chirurgien

1703Russin le 29 juilliet 1786

1704Paraphé ne varietur

1705Genève 30e juillet 1786

1706Maurice chatelain

215. Vente de drogues dangereuses, 3 août 1786 (PC 14933)

1707 Le 2 août 1786, un « particulier » dénonce à l’auditeur François-Louis Bontems la présence de deux étrangers sur la place du marché de la ville, dont l’un est connu comme filou notoire. Il s’agit de Joseph Maitre, confiseur d’Annecy âgé de 54 ans, condamné au bannissement perpétuel le 11 novembre 1782. Il est acccompagné de son confrère Claude Deletraz, âgé de 55 ans, également originaire d’Annecy. Ils prétendent être arrivés à Genève pour y acheter du tabac avant de rejoindre Evian où ils doivent vendre des poudres médicinales préparées par un chirurgien d’Annecy. Selon Joseph Maitre, les poudres sont destinées à « chasser les vers des enfants » et à « distiller les humeurs ». On trouve également un jeu de cartes truqué dans les affaires de Maitre. Celui-ci est soumis à « grièves » censures, aux réparations, aux prisons subies, aux dépens, puis est refoulé de la ville par les chasse-gueux. Deletraz est condamné aux prisons subies, aux dépens, censuré avec l’ordre de quitter la ville.

  • 94 Jacques-Antoine Le Royer (1765-1826) : apothicaire, fils d’Augustin Le Royer (G, p. 466). Jacques- (...)

1708a) Rapport du pharmacien Jacques-Antoine Le Royer94, 3 août 1786 [f° 3-4] :

1709Ayant été requis, de la part de Monsieur l’Auditeur [François-Louis] Bontems, d’examiner trois paquets de poudres de Nature differente et accompagnes d’imprimes j’en ai fait l’examen séparé après les avoir étictés No 1. 2. et 3.

1710Le No 1. a été soumis à l’action de l’eau pour dissoudre les gommes qu’il paroissoit contenir ; effectivement l’eau a dissout une partie gommeuse de couleur jaune qui n’est autre chose que de la Gomme Gutt ; et la partie indissoluble est restée sur le filtre avec les autres substances qui se trouvent être du linable, du Jalap, et un peu d’Antimoine en poudre fine. La Vertu purgative de cette poudre dépend principalement de la Gomme Gutt. Qui est un purgatif très violent, et qui donné à des temperaments foibles peut faire beaucoup de Mal ; quoique je ne puisse pas déterminer précisément ce qui entre de cette Resine active dans chacune des prises je ne crains pas de Certifier que la quantité en est trois fois plus forte que ne le demanderoient les Temperaments ordinaires.

1711L’Effet de cette gomme Resine prise audelà de trois à quatre grains et mêlée avec d’autres ingrediens ingrediens [sic] purgatifs, est de causer des superpu[r] gations qui sont très souvent accompagnées d’inflamation ; le Marasme devient la suite trop frequente de ces superpu[r]gations, en cela même le débit de cette poudre est condamnable.

1712Le No 2. a montré sous les divers Reactifs qu’il étoit un composé de sel, de poudre vegetale, et d’une préparation antimoniale, cette reunion peut en former une poudre Vomitive, dont les principes relativement à la Nature et à la quantité ne parroissent pas capables de produire des effets dangereux si elle est prise en grands lavages.

1713La trop petite quantité de sel qui s’y trouve mélangée n’a point permis de la traiter par cristallisation seul moyen de specifier son espece, mais elle a été suffisante pour indiquer aux Reactifs que c’est un sel neutre composé d’acide Vitriolique et d’une base alkaline sel Neutre dont l’effet ne peut pas être Redoutable.

1714Le No 3. Designé comme poudre sternutatoire Sa composition a paru simple, en effet il n’y entre qu’une poudre Vegetale très acre, tel que l’asarum le Cyclamen et l’Iris, ce dernier n’est que pour donner une odeur agreable, mais il n’est pas en Etat de Corriger l’action Vive des premiers ingredients ; pour m’en assurer j’en ai tenté l’experience sur moi même. Quelques atomes de cette poudre introduis dans le nez n’ont pas tardé à me faire repentir de cette Epreuve, j’en ai été fort incommodé malgré que je sois accoutumé à l’impression du tabac. Cet Effet quelque Vif qu’il m’ait paru ne peut pas être cependant comparé à celui qui resulteroit de l’usage de cette même poudre prise de la Maniere qui est prescritte dans l’imprimé, c’est-à-dire de la tirer tant fort qu’il le peut.

1715Tels sont les observations resultantes des recherches qu’il été possible de faire sur ces trois paquets de poudres, elles ont été faites avec le scrupule que le cas exigeoit.

1716Jacques Antoine Le Royer fils. Pharmacien. Juré.

1717Genève ce 3 Aoust 1786.

1718Paraphé ne varietur ce 3 Aoust 1786

1719Bontems aud.

216. Accusation de viol, 4 décembre 1786-30 janvier 1787 (PC 15038)

1720 Le 30 novembre 1787, Marion, fille du charron Jean Kumerli, âgée de 22 ans, porte plaine pour viol. Marion est sourde et muette de naissance. L’« interprétation des signes par lesquels elle supplée en partie à l’organe de la parole » est confiée successivement à deux voisines, à la sœur et à la mère de la plaignante. Une dizaine de jours plus tôt, Rose Kumerli apprend à son mari que leur fille puînée est enceinte. Marion dénonce le boucher Jean-David Léchaud et le gypsier David Ador qui l’auraient violée en avril 1786 dans la boutique du ferblantier Jean-Louis Benoît – sise entre la place de Rive et les boucheries – devant laquelle la jeune fille nettoyait alors des bouteilles. Au terme de la procédure, le doute persistant, Ador et Léchaud sont libérés de toute accusation.

  • 95 La sage-femme Faidy est encore appelée Fornerod lorsqu’elle est reçue à la maîtrise, le lundi 27 n (...)

1721a) Rapport de la sage-femme Faidy95, 21 janvier 1787 [f° 47] :

1722Lan Milles sept cent huitente sept dimanche le 21 janvier à 2 heures à pret midit la fille Kumerli a été accouchée par Md Faidy si devent Fornerod sage femme établie à lhopital. Tel et ma déclaration reclamée par Monsieur Loditeur [Jean-Louis] Mallet. Ce 21. dit à Genève.

1723Faidy

1724Et le dit anfant et venut à terme

1725Paraphé ne varietur

1726Mallet aud[iteur]

1727b) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 26 janvier 1787 [f° 48] :

1728Je Soussigné Me en chirurgie Déclare avoir visité Jacques Batard de Marie Rose Kumerli agé de 4 Jours, mort à lhopital General le 24 Janvier 1787 de Convulsions, mayant paru auterme de Maturité. Genève ce 26 Court.

1729Meschinet chirurgien visiteur

1730Paraphé ne varietur

1731[Jean-Louis] Mallet audt.

217. Excès, 30 janvier-12 février 1787 (PC 15069)

1732 Le dimanche 28 janvier 1787, vers 19 heures, deux soldats chasseurs – dont le cordonnier natif Jean-François Martin, 22 ans – arrivent dans la cave des époux D’Orléans, à la rue des Corps-Saints. Jeanne D’Orléans se méfie avec raison de ces soldats qu’elle connaît « pour un peu disputeurs », d’autant que Jean-François Martin a déjà bu à Carouge depuis le début de l’après-midi. Après avoir vidé deux bouteilles de vin et réclamé une troisième, Martin insulte le soldat Jacob Fixe, le traite de « grenadier manqué, de grenadier de merde » et le défie de se battre avec lui au sabre. Fixe essuie plusieurs coups de plat de sabre et de couteau. Jean-François Martin est condamné à de grièves censures, aux dépens et à faire réparation. Il est dégradé, déclaré inapte à servir la République et banni pendant dix ans.

1733a) Premier rapport du chirurgien-major du Régiment Pierre Fine, 30 janvier 1787 [f° 3] :

1734En vertu de l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Antoine-Charles-Benjamin] Saladin ; je soussigné chirurgien Major du Régiment de la République déclare par serment ; que le nommé Jacob Fixe Chasseur, se rendit hier matin 29 janvier 1787 à l’hopital militaire ; ayant sur le milieu de l’Epaule gauche, une playe faite par un instrument tranchant, ayant trois quart de pouce de longueur ; laquélle blessure ne me parut pas devoir être suivie d’aucun danger, et sur laquélle je porte encore aujourd’hui, avec plus d’assurance le même prognostic

1735Genève ce 30. Janvier 1787.

1736Fine

1737Paraphé ne varietur ce 30 janvier 1787

1738Saladin audt

1739b) Second rapport du chirurgien-major du Régiment Pierre Fine, 8 février 1787 [f° 54] :

1740Je Soussigné Chirurgien Major du Régiment de la Republique, déclare par serment, en vertu de l’ordre que j’en ai reçu de Monsieur l’Auditeur [Antoine-Charles-Benjamin] Saladin ; que la blessure pour laquèlle le soldat Fixe est entré à l’hopital n’a été accompagnée d’aucun accident [mot biffé] grave, et qu’elle sera guerrie dans trois ou quatre jours ;

1741Genève ce 8. Février 1787.

1742Fine

1743Paraphé ne Varietur Genève 8. février 1787

1744Saladin audit.

218. Mort d’apoplexie, 28 mai 1787 (PC 15169)

1745 Le 27 mai 1787 vers midi, Samuel Rival reçoit dans son auberge du Petit-Maure Joseph Bade, originaire d’Augsbourg. Le soir, Bade soupe avant de perdre connaissance. Malgré l’administration de prompts secours, l’Allemand expire vers deux heures du matin.

1746a) Déposition de Charles Rosll, garçon chirurgien, 28 mai 1787 [f° 9] :

1747Du 28 May 1787.

1748Charles fils d’André Rosll de Stuttgart, Garçon Chirurgien chez le Sr Brauer, agé de 23 ans, dépose.

  • 96 David Pons : chirurgien originaire de Villemagne dans le Languedoc.

1749Hyer vers les Cinq heures j’allai au Petit-Maure avec un ami boire une bouteille, dans la même chambre, mais à un autre table, etoit un Etranger, Allemand, que je ne connoissois pas qui etoit assis mais ne buvoit pas, il nous écoutoit causer mais il n’a pas beaucoup parlé avec nous. Vers huit heures il sortit de la chambre alla à la Cuisine, un moment après le sommelier est entré qui nous a dit que cet etranger étoit tombé, j’ai été vers lui, et nous l’avons amené dans une chambre en bas, il avoit de fortes convulsions, j’ai été chez l’apoticaire chercher quelque chose pour lui faire respirer, on l’a porté en haut, on a été prendre un Chirurgien chez Mr Pons96 pendant que j’allois souper, je suis revenu et j’ai trouvé un Garçon de Mr Pons qui a saigné l’Etranger en ma présence et lui a administré d’autres secours tels qu’on les donne pour une apoplexie. Je suis resté auprès de lui jusqu’à dix heures et demi, et j’y ai encore laissé le garçon de Mr Pons. J’ai remis à Mr Rival son Portefeuille mais sans l’avoir ouvert. Enfin ce matin j’ai apris qu’il avoit expiré vers les deux heures. Autre n’a dit avoir à déposer Repeté lecture faite a persisté et signé avec nous.

1750Charles Rosll garçon Chirurgien chez Monsr Brauer

1751[Jean-Louis] Mallet audt.

1752b) Déposition de Joseph Grange, garçon chirurgien, 28 mai 1787 [f° 11] :

1753Du 28 May 1787.

1754Joseph Fils de feu Joseph Grange, de Belleville en Beaujolais, garçon Chirurgien chez le Sr Pons, agé de 28 ans, par nous mandé et assermenté, dépose.

1755Hyer vers les huit heures et quart du soir Mr Rival aubergiste du Petit-Maure vint m’appeller pour administrer des secours à un étranger qui avoit pris mal chez lui, j’etois avec mon confrere, Mr Pons etoit absent, j’allai avec Mr Rival au Petit-Maure, je trouvai l’etranger étendu sur le plancher, sans connoissance, je le fis transporter au premier étage, et le fis mettre dans un lit chaud, je lui fis frotter le corps avec des linges chauds parce qu’il etoit presque froid, je lui tirai huit onces de sang, je lui fis prendre deux grains de tartre émetique pour lui faciliter la respiration qui paroissoit gênée, enfin je lui administrai tous les secours qu’on donne dans le Cas d’une apoplexie sanguine qui me parut être sa maladie, il vomit deux ou trois fois des matieres fort puantes, j’etois aidé dans toutes ces opérations par le garçon de Mr Brauer qui se trouvoit au Petit-Maure. Je restai auprès du malade jusqu’à dix heures et trois quarts ; lui faisant boire du thé, de l’eau tiède : quand je m’en allai le pouls étoit plus Calme, et il respiroit plus librement, j’ordonnai que quelqu’un restat auprès de lui pour le faire boire, et lui aidât, car il n’avoit point repris connoissance. [biffé : et] Je n’ai su sa mort que ce matin sur les cinq heures et demi six heures. Autre n’a dit avoir à déposer, Repeté lecture faite a persisté et signé avec nous

1756J Grange

1757[Jean-Louis] Mallet audt

1758c) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 28 mai 1787 [f° 17] :

1759Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment qu’en vertú de Lordre que j’ay Reçú de Monsieur Lauditeur [Jean-Louis] Mallet en date du 28e May 1787 Je me suis Trensporté Rue des Maquignons dans la maison où pend pour en seigne Le Petit-Maure, pour faire L’examen du Corps du Sieur Joseph Bade d’Auguste [Augsbourg] agé de 50 ans, mors le dit Jour à deux heures du Matin, ayant passé à l’examen de toûtes les partiées extérieures de son corps je nais rien decouvert de causes extérieures qui puissent avoir occasionné sa mort par tout ce qui la précedée, il ma paru qu’il est mort d’une apoplexie séreuse, en foy dequoy j’ay donne le present Raport Genève ce dit Jour et an que dessus.

1760Meschinet chi[rurgien]

1761Paraphé ne varietur 28 May 1787.

1762Mallet audt

1763[Note inscrite sur une carte à jouer, épinglée au rapport :]

1764J’ai l’honeur de prier Monsieur l’auditeur de faire paye[r] Le Raport à la visite il obligera [illisible].

1765Meschinet

219. Mort d’apoplexie, 9-10 mai 1787 (PC 15170)

1766 Georges Frank Lappel, originaire de Franconie, travaille comme ouvrier pour un maître forgeron et maréchal domicilié au bas de la rue de la Cité. Il décède d’apoplexie dans la nuit du lundi 8 au mardi 9 mai 1787, retrouvé mort dans la chambre qu’il partage chez son maître avec trois autres ouvriers.

1767a) Rapport des chirurgiens Pierre Fine et Jean-Pierre Terras, 9 mai 1787 [f° 3] :

1768Nous Soussignés Maitres en Chirurgie ; déclarons par serment, [ajouté en suscription : que] nous [biffé : être] [ajouté en suscription : étant] transportés par l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Albert] Turrettini, chez le Sr [Jean-Étienne Konnig, dit] Roy Mtre forgeron, demeurant au bas de la Cité ; pour visiter le nommé Jean Georges [sic] Lappel de Franconie, ouvrier chez le sus dit ; lequel a été trouvé mort dans son lit ; nous avons après un examen exact de tout l’exterieur de son corps, découvert ; 1°. de l’Ecume blanche, et une eau sanguinolente sortant des narines ; 2° un engorgement sanguin des vaisseaux de la sclerotique ou blanc de l’oeuil ; 3° un gonflement au [mot biffé] col et à la face ; 4° une contraction très forte et plus qu’elle ne l’est pour l’ordinaire peu de temps après la mort ;

1769D’après ces signes extérieurs nous concluons que le dit Lappel, est mort d’une apoplexie sanguine, accompagnée vraisemblablement de convulsions à l’approche de ce dernier moment.

1770Fait à Genève le 9 may 1787.

1771Fine chi[rurgien]

1772Terras

1773Paraphé le 9 May 1787

1774Turrettini Auditeur

220. Suicide, 22-23 juin 1787 (PC 15188)

1775 Le natif Pierre Dombre, faiseur de verges âgé de 49 ans, domicilié dans la maison Robert aux Barrières, passait depuis longtemps pour un homme « très retiré, fort triste, lisant beaucoup et [qui] ne travaillait plus ». Le 22 juin 1787, Dombre se tue d’un coup de pistolet en pleine poitrine. Il laisse derrière lui quelques pièces d’une correspondance désespérée, un étrange manuscrit intitulé « Les moments de loisir, ou petites pièces fugitives en vers et en prose pour l’amusement de la jeunesse, et pour tous ceux qui en seront curieux » accompagné de la citation suivante : « Pour être libre, obéissons aux lois. Sentiment de Mr. Rousseau », et une dernière lettre à Dieu : « Dieu ou être du ciel, créateur et conservateur de toutes choses, reçois dans ta clémence une âme froissée d’ennuis et comme étouffée dans l’enveloppe des misères de cette vie. J’en ai brisé la tour qui la tenait captive et en cela t’ai-je fait une injure comme le prétendent les gens de peu de foi ? »

1776a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 22 juin 1787 [f° 8] :

1777Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment que ce jourdhuy 22 du Mois de juin 1787 environ les onses heures du Matin J’ay été demendé pour donné du secours à Pierre Dombre natif turingé [sic] agé de 49 ans environ demeurant aux Barrières maison Robert au 5e Etage, ayant trouvé ledit dans un Cabinet habillé Couché sur le planché la face en haut un pistolet de poche à Côté de luy et dechargé ledit Dombre [se] plaignant amerement avec un air Angoissé et des mouvements convulsif sans prononcé aucúne parolles distinctes le pouls trais mauvais, ayant examiné l’etat J’ay decouvert une playe darme à feú située à la partie anterieure de la poitrine audessus du cartilage xifoyde avec Brulure de la peau de la Chemise et des habits ayant sondé ladite playe j’ay découvert qu’elle ne pénétrait pas dans l’intérieur et que l’instrument a eté adabté par le Bout à la peau qu’il n’etait chargé quà poudre que l’explosion a causé une Comotion et rompû de gros vaisseau dans l’interieur de la poitrine qui luy a fait vomir Beaucoup de sang, ayant eté porté à lhopital Général par Lordre de Monsieur Lauditeur [Jacob-François] Prevost Je lais pencé selon lart, il est mort demie heure apres ; Genève ce 22 Juin 1787.

1778Meschinet chir[urgien]

1779Paraphé ne varietur Genève 22 juin 1787

1780Prevost Audt

221. Tentative de viol d’une fillette, 9 septembre-15 octobre 1787 (PC 15271)

1781 Le 9 septembre 1787, Jacques Delamaison se promène à Cologny lorsqu’il suprend au fond d’un pré l’horloger loclois Jacob Gevril, bourgeois de Valangin âgé de 48 ans, étendu sur le corps de Jeannette Bosson, fille du boucher de Grange-Canal, âgée de 8 ou 9 ans. Selon Delamaison, Gevril avait les culottes défaites et « il faisait tous ses efforts pour introduire sa verge. La jeune fille résistait. Elle lui disait : Ôtez-vous, vous me faites mal, vous ne me faisiez pas mal ainsi les autres fois. Alors il s’est relevé et il lui a dit : branle-moi, alors je te laisserai ». Jacques Delamaison se saisit de Jacob Gevril, le conduit à la porte de Rive d’où il est amené à la grande garde afin d’être interrogé. L’horloger est condamné à « grièves » censures, à faire réparation, aux prisons subies, à un mois de chambre close, aux dépens et banni à perpétuité de la République.

  • 97 Louis Odier : citoyen, né le 17 mars 1748, DM à Édimbourg le 12 septembre 1770, agrégé le 23 novem (...)

1782a) Premier rapport de Louis Odier (médecin)97, de Louis Jurine et Pierre Fine (chirurgiens), 10 septembre 1787 [f° 16] :

1783Nous Soussignés [ajouté en suscription : Dr en médecine et] Mtres en chirurgie déclarons par serment ; que nous nous sommes transporté aujourd’hui 10e 7bre 1787 chez Monsieur l’Auditeur [Jacob-François] Prevost, pour visiter Jeanne Bosson âgée de 8 à 10 ans. [biffé : Veues] et nous raportons qu’après un examen exact de ses parties naturelles nous n’avons reconnu aucun signe du viol ; qui à cet âge aurait été très apparent ; que cependant il existait dans ces parties une très légère inflammation, qui pourrait être la suitte d’un attouchement répété ; d’ailleurs nous ne pouvons pas prononcer sur l’existance d’un principe vénérien, qui ne peut se déclarer qu’après une huitaine de jours, mais nous sommes certains qu’il n’en existe actuellement aucun symptôme

1784Genève Jurine ch[irurgien] Fine chir[rurgien]

1785Odier Dr

1786Paraphé ne varietur Genève 10 7bre 1787

1787Prevost Audt.

1788b) Rapport des chirurgiens Étienne Meschinet et Pierre Fine, 11 septembre 1787 [f° 20] :

1789Nous Soussignés Mtres en Chirurgie, qui nous sommes transporté dans les Prisons, par l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Jacob-François] Prevost, pour décider si le nommé Jacob Gevril, ne serait point atteint de la maladie Vénérienne ; déclarons par Serment, que pour en être plus certains, nous l’avons visités exactement deux différentes fois, et que nous pouvons assurer qu’il n’existe aucun signe extérieur de la susdite maladie

1790Genève ce 11e 7bre 1787.

1791Meschinet chi[rurgien]

1792Fine Chir[rurgien]

1793Paraphé ne varietur Genève le 11e 7bre 1787

1794Prevost Audt

1795c) Second rapport de Louis Odier (médecin), Louis Jurine et Pierre Fine (chirurgiens), 20 septembre 1787 [f° 54] :

1796Nous Soussignés Drs en médecine et Mtres en chirurgie déclarons de nouveau par serment et par l’Ordre de Monsieur l’Auditeur [JacobFrançois] Prevost ; que nous avons visité exactement Jeanne Bosson, et que nous n’avons apperçu aucun symptôme de maladie vénérienne. [ajouté en suscription : La rougeur dont nous avions fait mention dans notre précédent rapport a entièrement disparu.]

1797Genève ce 20 7bre 1787.

1798Odier D.M.

1799Jurine Ch[irurgien]

1800Fine Chir[urgien]

1801Paraphé ne varietur Genève 20e 7bre 1787

1802Prevost Audt

222. Asphyxie accidentelle, 23 novembre 1787 (PC 15326)

1803 Les épingliers allemands Jean-Jacob Dauman et Frédéric-Auguste Fischer, âgés respectivement de 23 et 22 ans, partagent un lit dans la maison d’un maître charpentier à Chêne. Pour se prémunir du froid, les deux camarades installent dans leur chambre un chaudron de braises de châtaignes. Les jeunes gens sont asphyxiés dans la nuit du 22 au 23 novembre 1787. Frédéric-Auguste y perd la vie.

1804a) Rapport des chirurgiens Jean et Gédéon-Benjamin Goty, 23 novembre 1787 [f° 3] :

1805Je soussigné raporte Par serment que ce jourdhuy Vendredy 23e Novembre 1787, anviron les 8 heures du matin J’ay été demandé pour aler visiter deux garçons alemans de nation quy ocupoit une Petite Chambre dans la maison de Narbel maître charpantier à Chêne ; les ajant trouves tous les deux dans une attitude ; les jambes et bras entrelasses lun à lautre ; lun la tete en bas du lit et lautre les pieds bas ; et tous les Deux deshabiles en chemise ; ajant vomy en Plusieurs places du lit et surs leurs Habilements quy etoit sur les Plancher de la Petite chambre ; lun des deux que lon ma dit Etre le maitre Epinglier ; ajant donné quelques signes de vie le compagnon nous ajant paru etre totallement mort, leur ajant administré tous les secours que jay [ajouté en marge de gauche : cru] naisesaires pour les rapeller à la vie mes soins nont peu rapeller à la vie au compagnon ; quy et mort que je soubsonne etre ocasionee Par la Vapeur méphitique du Charbon en ajant trouve dalumé dans un pot de fert dans ladite Petite chambre quy Etoit Plafonnée et très fermée ; Chêne le 23e novre 1787.

1806Goty chir

1807[Ajouté de la main de Jean Goty :]

1808Les soins que Goty sest donné pour Pouvoir rapeller à la vie cest reduit à faire tenir la tete dans une situation orisontale ; et asperger les susdt avec du vinaigre ; et Etablir un courant d’air à la Chambre et les faire frictionner avec des linges chauds ; et a fait donner de lalkkaly fluxor à celuy quy luy a Paru netre pas mort et a fait sortir ce dernier de la Chambre pour Etre transporté dans une autre najant Pas Perdu de veue Celuy qu’il a creu dabord mort ; le susdit lapres midy ; Par ordre de Mr lauditeur [Michel] Audeoud.

1809Goty pere Chirurgien de Chêne

1810Monsieur lauditeur Audeoud majant requis si je crojais le compagnon à Jacob [mot biffé] bien mort ; Je luy ay repondu que Je le crojais veritablement mort et ajant fixé son ansévelissement à dimanche Prochain dans lapres midy.

1811Goty chir

1812b) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 23 novembre 1787 [f° 23] :

1813Je Soussigné Me en chirurgie Raporte par serment qu’en vertú de Lordre que j’ay reçú de Monsieur Lauditeur [Michel] Audeoud en date du 23e du mois de Novembre 1787 Je me suis Trensporté à Chêne pour faire Lexamen du corps de Frédéric Auguste Fischer Saxon agé de 22 ans environs epinglié de profession que l’on madit avoir Eté trouvé, mort dans sa chambre à 9 heures du matin par la vapeur du charbon, ayant passé à L’examen de toûtes les parties Extérieures du Corps je n’ais Rien Remarqué qui puisse avoir occasionné la mort ; Comme playes fractures Contusions ou Mutilation que nous voyons quèlque fois la vapeur du charbon occasionne semblables accidents, en foy de quoy j’ay donné le présent Raport Genève ce dit jour que dessus.

1814Meschinet chi[rurgien]

223. Exposition d’un enfant vivant, 24 novembre-12 décembre 1787 (PC 15329)

1815 Le 23 novembre 1787, une domestique trouve un enfant abandonné à la rue de la Cité. Âgé d’environ deux ans, le garçon est habillé d’une vieille robe de camelot noir et blanc, d’une mauvaise chemise, d’une couverture usée d’indienne bleue à fleurs rouges doublée de diverses pièces de tissu. Il porte un bonnet et des bas de fil, chaussé de mauvais souliers. Orphelin de mère depuis une année environ, l’enfant est fils de Jean Delaplaine, lui-même élevé jadis à l’Hôpital général. Misérable journalier, Delaplaine a d’abord placé son garçon en nourrice à Carouge au prix de 14 florins par mois. Sans travail, sans logement et dans l’incapacité de subvenir aux frais d’entretien de son enfant, il l’a récupéré environ une semaine avant de l’exposer à la rue de la Cité. Le père est décrété de prise de corps.

1816a) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras, 25 décembre 1787 [f° 11] :

1817Je Soussigné me en chirurgie, En office à L’hôpital certifie par serment que j’ai vü et visité à la salle des enfans Trouves un enfant de sexe masculin qui m’a parü agé de 2 ans et Bien portant ; Genève le 24e 9bre 1787.

1818Terras

1819Paraphé le 25 Nove 1787

1820[Albert] Turrettini Audt

224. Homicide involontaire, 29 mai-10 juin 1788 (PC 15458)

1821 Le 29 mai 1788, à la rue Charrière, le cocher Ami Deville renverse avec sa voiture à deux chevaux le coupeur de bois Isaac Croutaz. Le cocher s’enfuit aussitôt « comme un éclair ». Ami Deville est libéré des prisons, certes en payant ses dépens, mais reconnu innocent d’une quelconque intention criminelle.

1822a) Premier rapport des chirurgiens Jean-Pierre Terras et Pierre Fine, 29 mai 1788 [f° 3] :

1823Nous soussignés Mtres en Chirurgie, qui nous sommes transportés [ajouté en suscription : aujourd’hui] à l’hopital Général, pour donner [biffé : des soins] du sécours, au nommé Croutaz habitant âgé de 65 ans environ, sur le corps duquel avait traversé un carosse, déclarons par serment, d’après l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Louis] Mallet, que nous l’avons trouvé expirant, n’ayant d’autre indice extérieure de cet état, qu’une légère meurtrissure située vers la partie supérieure de l’os des Isles du côté droit ; ce qui nous fait conclure que la cause de la mort arrivée un instant après, est dûe vraisemblablement, à la rupture de quelque viscère, ou de quelques gros vaisseaux sanguins ; Genève ce 29 May 1788.

1824Terras

1825Fine

1826P.S. l’ouverture du cadavre pourrait faire décider plus positivement sur la cause de mort.

1827Paraphé ne varietur ce vingt neuf Mai 1788

1828Mallet Aud

1829b) Second rapport des chirurgiens Jean-Pierre Terras et Pierre Fine, 30 mai 1788 [f° 30] :

1830Nous Soussignés Mtres en chirurgie ; qui nous sommes transporté à l’hopital Genéral, aujourd’hui 30e May 1787 [sic] ; d’après les ordres de Monsieur l’Auditeur [Jean-Louis] Mallet, pour faire l’ouverture du cadavre du nommé Croutaz, décédé de la veille, déclarons par serment avoir trouvé ce qui suit ;

  1. Les cinq dernieres côtes vrayes inferieures et les deux [1]eres fausses du côté droit fracturées vers leur tiers postérieur ;
  2. Un engorgement sanguin, du lobe posterieur du Poumon du même côté ;
  3. Une rupture au foye, traversant toute son Epaisseur, dans sa partie moyenne et antérieure ;
  4. Un Epanchement sanguin très considérable, dans l’abdomen, provenant de la rupture des gros vaisseaux veineux du foye ;

1831D’après l’examen cy-dessus, nous estimons que la cause de tout ce désordre, est due à l’action d’un corps comprimant et contondant ; et nous jugeons que la cause immédiate de la mort, est l’effet de l’hemorrhagie considérable qui en est resultée ; parce qu’une rupture seule du foye et la fracture des côtes, ne peuvent pas causer une mort aussi prompte ;

1832Genève ce 30 May 1788

1833Terras

1834Fine

1835Paraphé ne varieture ce 1er juin 1788

1836Mallet Auditeur

225. Mort d’apoplexie, 10-14 février 1789 (PC 15631)

1837 Benjamin Lutteneger, 25 ans, et Jean Liechti, 30 ans, sont tous deux bijoutiers dans le cabinet de Moïse Defernex, situé dans la maison Massé en l’Île. Le lundi 9 février 1789 au soir, ils se rendent dans la cave de Jean-Marc Chalumeau, à la rue des Boulangers, en compagnie du gantier Antoine Carni et de l’apprenti perruquier Samuel Ruffi, âgés respectivement de 26 et 18 ans. Ils y rencontrent la Bernoise Rose Jérémie, « grosse femme allemande » d’une cinquantaine d’année, accompagnée du cordonnier Louis-Joseph Mallet. Ils boivent ensemble, puis ils conduisent Rose Jérémie – « pleine de vin » – au cabinet de l’Île alors qu’elle cherchait un endroit où passer la nuit. Selon Lutteneger, Carni et le cordonnier « en jouirent ». Après quoi Rose meurt subitement.

1838a) Rapport des chirurgiens Jean-Pierre Terras et Pierre Fine, 10 février 1789 [f° 5] :

1839Nous Soussignés chirurgiens du Grand hopital Certifions par serment qu’en datte du 10e fevrier 1789 nous nous sommes transportés à l’hopital par ordre de Monsr l’auditeur [Michel] Audeoud pour faire l’examen et louverture du corps d’une femme agée d’environ 50 ans qu’on avait trouvée morte et transportée audt hopital. L’inspection exactement faite à l’extérieur du corps ne nous à [sic] fait voir aucune cause de mort, ayant procedé à l’ouverture du cadavre par le Bas-ventre qui paraissait d’un volume extraordinaire outre l’emBonpoint de cette femme nous avons trouvé les viscères en Bon état, mais lovaire ou appendice de la matrice s’est trouvée de chaque costé prodigieusement gonflée formant une tumeur tres considérable qui imitait la grossesse, et etait remplie d’une humeur limphatique et aqueuse, constituaient ce qu’on appelle hidropisie des ovaires. L’ouverture de la tête nous à [sic] fait voir evidemment un engorgement sanguin dans tous les vaisseaux de la peau du pericrane, de la Dure et piemere membranes qui enveloppent le Cerveau, ainsi que les tissus longitudinaux et latéraux : on doit de conclure de tout cela ainsi que nous l’estimons et jugeons. 1° Que la maladie de l’ovaire n’a pas contribué à la mort de cette femme. 2° Que c’est plutôt l’extravasion de sang et l’engorgement du cerveau et qu’enfin cette femme est morte d’apoplexie sanguine.

1840Fait à Genève le jour et an que dessus.

1841Terras

1842Fine

1843Paraphé non varietur, Audeoud Aud.

226. Noyade, 6-23 mars 1789 (PC 15646)

1844 Le 5 mars 1789, vers midi, la lavandière Marguerite Jaillet, native pensionnée de l’Hôpital, lave du linge sur le bord d’un fossé du glacis de la porte Neuve, face au cimetière près duquel elle habite. Sa chute accidentelle dans le fossé immergé lui est fatale. Marguerite Jaillet est réputée « ivrogne et sujette au mal caduc ».

  • 98 Jean-Geoffroy ou Godefroy Brauer : chirurgien originaire de Hunawihr en Alsace.

1845a) Rapport du chirurgien Jean-Geoffroy ou Godefroy Brauer98, 6 mars 1789 [f° 11] :

1846Je Soussigne et declare le 6me Mars 1789 à Midi le Sr Granger Huissier, est venù chez moi par ordre le Mr L’auditeur [Jean-Aimé] Sartoris pour une feme qu’on à [sic] trouvé Noyée à la Coulouvrenière, come je suis àrivér avec le Sr Granger la dit feme été déjà portér chez elle, jai me suis transporté dans Son appartement à Plainpalais dans laquelle j’ai trouvé Mr Combes chirurgien à Plainpalais qui començé à administrer les Secours necessaires, de même j’aidé à apliquer les remedes convenable dans ces accidents [en] présence de Mr L’auditeur Sartoris, nous avons fait et donné les Secours possible, pendant deux heures consécutif, mais Sans Succés, nous présumons que la dit feme sa Noyée accidentellement, parceque elle avez le Mal Caduc, [(]ou Epilepsie), de même nous avons introduit le tuyaux flexible dans l’estomac et soufflér dans la bouche, y sortie un grande quantitet de liquide qui ont eu l’odeure du vin et Eau-de-vie de même elle avés l’estomac pleine de Nourriture.

1847Genève ce 20me Mars 1789.

1848J. Geoffroy Brauer, Chirurgien.

  • 99 Michel Combes : originaire de la vallée de Pérouse, chirurgien à Plainpalais encore en 1791 et en (...)

1849b) Rapport du chirurgien Michel Combes99, 6 mars 1789 (f° 13) :

1850Je Soussigné Michel Combes chirurgien à Plainpalais Declare par serment avoir été appellé le 6 Mars 1789 entre onze heure et midi pour aller à la Maison Neuve du sémétiere pour voir La nomée Marguerite Jaillet que Lon aporte est que Lon me dit avoir tiret de dedans Les fauset tou près de la vansée de Neuve, je Lai Examinée palpée sans avoir vû auqun signe de vie à Laquelle j’ai adéministré tous les soins et remèdes suivant Le cas je n’ai rien opservet ormi que par Le Moient du soufle[t] je peut avoir fait sortir une painte et demi deau tant par la bouche que par le net.

1851Combes

227. Suicide, 21 mars 1789 (PC 15670)

1852 Le 21 mars 1789, aux premières heures du matin, le sergent Jean-Frédéric Demairgez, originaire du bailliage d’Avenches, entre dans la boutique de Pierre Delattre, au haut de la rue du Temple. Il s’y saoûle à l’eau-de-vie en compagnie de l’horloger Daniel Aubert avec lequel il partage leurs souvenirs des campagnes de Hanovre, en 1758. Le sergent quitte la boutique en titubant. Peu après, l’horloger Jean-Jacques Paillard entend un coup de feu sur le boulevard du Temple en face duquel il habite. Il ouvre sa fenêtre et découvre le corps sans vie de Jean-Frédéric Demairgez, un fusil entre les jambes.

  • 100 Jean-Godefroy Zink : chirurgien originaire d’Alsace.

1853a) Rapport du chirurgien Jean-Godefroy Zink100, 21 mars 1789 [f° 11] :

1854Rapporté par moi Jean Godefroy Zink Chirurgien Privilegié de Mad. La Veuve Gouit [Gouet ?], Je me suis transporté avec Monsieur L’auditeur [Jean-Louis ou Ami ?] Mallet samedj Le 21 mars 1789 à, huit Heure du matin ; Dernier [sic] L’Eglise du Temple de Saint-Gervais, sur les ramparts pour visité un cadavre, nomé Dumerquit [Demairgez] Sergent De la Compagnie Fatio ; trouvant le dite Couché sur ces Reins ; le Canon de son Fusil Sur Son vendre la mo[i] tié de la Manchoir inferieur et soupérieur [ajouté en suscription : du côté droit] Emporté par une Palle, la dite Palle ; Entre peau et osse dans la suture de l’occipis et Parrieteaux Suivant ce que j’aij peut presumer ; et le dite Dumerquet [Demairgez] Sans aucun Signe de vier, ce que je Déclar par Sermant en Foij de Quoi, je me Suis Signé.

1855Godefroy Zink, Chirurgien privilégié

1856Paraphé ne varietur le 21 mars 1789

1857Mallet Auditeur.

228. Noyade, 3-8 avril 1789 (PC 15679)

1858 Le matin du 3 avril 1789, un fort vent s’est levé sur la rade de Genève. Le Chablaisien Pierre Pertuiset, passager d’une barque voguant près des Pâquis, tombe à l’eau alors qu’il aidait à tendre la petite voile.

1859a) Rapport du chirurgien Pierre Fine, 3 avril 1789 [f° 2] :

1860Je Soussigné chirurgien en chef de l’hopital Général, déclare par serment, d’après l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Aimé] Sartoris ; qu’aujourd’hui 3e Avril 1789 je me suis transporté dans le susdit Hopital, pour faire l’examen du Cadavre de Pierre Pertuiset, que l’on ma dit être tombé dans l’eau à huit heures du matin, et n’en avoir été retiré que trois quart d’heure après ; Mandé à dix heures et demi, et après un examen exact, dans lequel j’ai apperçu la pluspart des signes que l’on rencontre chez les personnes noyées par submersion tels que l’Ecume de la bouche, la couleur livide de la face etc. ; et le tems qui s’était écoulé depuis la chute dans l’eau ; j’ai conclu que la personne était véritablement morte, et en conséquence j’ai cru absolument inutile, d’administrer les secours recommandés dans ces sortes d’accidens ;

1861Genève ce 3e Avril 1789

1862Fine

1863Paraphé ne varietur

1864Sartoris Auditeur.

229. Mort d’enfant et excès du père contre un paysan, 29 avril-25 mai 1789 (PC 15704)

1865 Le 31 mars 1789, le natif Antoine Troillet, monteur de boîtes, confie son fils nouveau-né en nourrice à la femme de Jean Paulian, laboureur en Savoie. Le 28 avril, Paulian et sa femme se rendent à cheval jusqu’au quartier de Saint-Gervais pour restituer dans un berceau le corps du petit Jean-Antoine Troillet. Fou de douleur, son père assène plusieurs coups de poing au paysan, d’une violence telle qu’il lui crève un œil. Antoine Troillet est grièvement censuré, condamné aux prisons subies, à un mois de chambre close, deux ans de prison domestique, aux dépens et à payer des dommages et intérêts à Jean Paulian.

1866a) Rapport du chirurgien Étienne Meschinet, 28 avril 1789 [f° 12] :

1867Je soussigné me en chirurgie. Raporte par serment qu’en vertû de Lordre que j’ay Reçù de monsieur Lauditeur [Jacques] Necker [le Jeune] en date du 28. du mois d’avril 1789 Je me suis trensporté au 5 Etage de la maison Menut située au Seujet Chèz Antoine Troillet natif monteur de Boites pour faire Louverture du corps de Jean Antoine fils du susdit agé d’un mois, mort le matin dud. jour en Savoie, ayant examiné tout l’extérieur du Corps je n’ai [ajouté en suscription : rien] trouvé que de nàturel excepté à la partie supérieure interne du Bras droit, une Rougeur avec excoriation de l’epiderme, ce qui arrive souvent aux petit enfens provenant d’echauffement.

1868Ayant passé à louverture du corps, jay trouvé lestomac Loesophage, les Boyeaux dans lé meilleur état possible de méme que tous les vicéres ; paraport à là cause de La mort : Elle est souvent occasionnée par une matière qui ce forme dans les Boyeaus des petits enfans et leurs occasionne des Convulsions qui les fait perir dans un moment.

1869Genève ce dt Jour et an que dessus.

1870Meschinet chi.

1871Paraffé

1872le 29 avril 1789

1873Necker aud.

1874b) Premier rapport du chirurgien Louis Jurine, 29 avril 1789 [f° 14] :

1875Moi soussigné maître en Chirurgie etc. rapporte par Serment, que je me suis transporté aujourdhuy 28 avril 1789 par l’ordre de monsieur l’Auditeur [Jacques] Necker [le Jeune] à l’Hopital de la Bourse Françoise, pour y visiter l’œil du nommé Paulian Savoyard, que j’ai trouvé extrememt rouge et enflammé. En examinant de plus près cette partie, j’ai reconnu que l’humeur vitrée en suintoit par une rupture des membranes [deux mots biffés] [ajout en suscription : qui composent] cet organe ; j’ai vu la pupille [mot biffé] excessivement dilatée et incapable de contraction ; l’humeur aqueuse m’a paru teinte par une extravasion interne de sang ; et les perceptions visuelles sont complètement dérangées, pour ne pas dire abolies.

1876Le Prognostic qu’on peut porter après un tel délabrement n’est pas en faveur de la conservation de l’organe de la vue ; cependant on ne peut pas encore prononcer sur sa perte absolue ; il faut attendre du temps cette confirmation ; on peut se contenter d’affirmer que le mal est grave et conséquent, et que la conservation de cet œil est douteuse.

1877Genève 29 avril 1789 Jurine Ch.

1878Paraffé le 29 avril 1789

1879Necker aud.

1880c) Rapport du médecin Manget, 1er mai 1789 [f° 26] :

1881Sur les ordres que j’ai reçûs, je viens d’examiner Jean Paulian maltraité par Antoine fils de Gabriel Troillet.

1882Le globe de l’œil m’a paru affaissé, ensanglanté, peu douloureux au toucher, excepté à la paupière inférieure quand on la presse pour l’ouvrir ; l’Iris est enlevée en partie de la Cornée, d’où les humeurs aqueuses et vitrées se sont écoulées, et ont produit l’affaissement dont je parle. Il ressent, à ce qu’il dit, de temps en temps des élancements qui cessent quand on humecte les linges qu’on tient appliqués sur l’œil malade. Il est presque sans fièvre, mais est tourmenté par la crainte bien fondée, à ce que je crois, de perdre son œil et de devenir aveugle.

1883Vendredi matin

18841er may 1789. Manget D.M.

1885paraphé ne varietur, [Jean-François] Thellusson S.

1886d) Second rapport du chirurgien Louis Jurine, 6 mai 1789 [f° 28] :

1887Moi sous-signé maître en Chirurgie etc… rapporte par Serment que je me suis transporté aujourdhuy 6e mai 1789 à l’Hopital de la Bourse Françoise, ensuite de l’ordre que j’en avois reçu de monsieur le Sindic [Jean-François] Thellusson ; pour y visiter de nouveau l’œil du nommé Paulian, que j’ai trouvé dans un état inflammatoire, qui annonce qu’il n’est pas encore prêt à être guéri de sa blessure, et tellement troublé et affaissé que je crois pouvoir être en droit d’en certifier la perte absoluë. Le malade distingue à peine la lumière, de l’obscurité profonde ; et les objets interposés entre le grand jour et son œil, ne font sur cet organe aucune impression sensible.

1888Genève 6. may Jurine Ch

1889paraphé ne varietur

1890Thellusson Syde

230. Mélancolie, tentative de suicide, 12-20 juillet 1789 (PC 15776)

1891 David Davoine, âgé de 24 ou 25 ans, est originaire de Marin dans le comté de Neuchâtel. Il est arrivé depuis une dizaine de jours à Genève. Il travaille à l’essai comme graveur en indiennes aux Eaux-Vives. Homme taiseux et mélancolique, David Davoine s’est plaint quelquefois de fièvre. Il a également mal vécu son arrestation, alors qu’il se rendait à Genève, pris pour un autre homme et relâché une fois l’erreur avérée. Le 12 juillet 1789, il absorbe du vitriol puis s’ouvre le sein gauche avec la pointe de son instrument de graveur. Il se précipite enfin du premier étage de la fabrique sur une grosse pierre en contrebas, un vilebrequin à la main destiné à lui percer le ventre dans sa chute.

  • 101 Abraham Bourdillat : citoyen, né le 11 novembre 1748, agrégé le 21 février 1776, secrétaire de la (...)

1892a) Rapport du pharmacien Abraham Bourdillat101, 13 juillet 1789 [f° 14] :

1893Je Soussigné Pharmacien Juré Certifie qu’ayant Analisé Soigneusement la Liqueur Soumise à Mon examen par Monsieur LAuditeur [Jean-Louis] Mallet ai jugé qu’elle n’est autre chose que de L’Acide Vitriolique du commerce Un peu Noirci par quelques Corps étrangers qui Se Seront trouvés Accidentellement dans la bouteille ou dans le pot en foi de quoi j’ai Signé le présent rapport.

1894Ce 13e juillet 1789 Abraham Bourdillat

1895Pharmacien Juré

1896N. B. l’acide Vitriolique pris intérieurement est un poisson [sic] très Corrosif et très Violent.

1897Paraphé ne varietur le 13 juillet 1789, Mallet auditeur

1898b) Rapport du chirurgien Louis Jurine, 12 juillet 1789 [f° 16] :

1899Moi soussigné Maître en Chirurgie etc. rapporte par Serment, que je me suis transporté aujourdhuy 12 juillet 1789 chez le Sr [Jean] Ostermann Ventouseur, aux Eaux-Vives, pour y visiter le nommé David Davoine, âgé d’environ 25 ans ; que j’ai trouvé couché sur un lit avec l’air d’un homme égaré et hors de son bon sens ; entendant cependant très bien, et répondant par signes, ordinairemt aux questions que je lui faisois. Sa bouche et son nez étoient colorés par une matière verte et presque noiratre qui sortoit à différentes reprises de son esthomac, à la suite des convulsions qu’éprouvoit ce viscère ; convulsions qui paroissoient fatiguer son corps bien vivemt, et qui se communiquoient au visage de manière à annoncer d’avance le vomissemt. Il m’a été impossible de prononcer sur la cause positive de ces vomissemens et de ces convulsions ; mais les signes d’un poison quelconque se manifestoient assez sensiblemt pour permettre de le supposer.

1900J’ai remarqué encore près du mammelon gauche une petite playe d’environ une ligne et demi, qui avoit été faite par un instrument tranchant ; l’ayant sondé, je ne lui ai reconnu que demi pouce de profondeur ; mais cette opération devenant illusoire par le changement [ajouté en suscription : de direction dans] les fibres du muscle je ne peux affirmer jusqu’où l’instrument a pénétré.

1901Ces différens symptomes, et surtout ceux qui dépendent de la lésion de l’esthomac, me font considérer l’état de ce malheureux comme infiniment grave et conséquent.

1902Genève 12 juillet 1789

1903Jurine Ch[irurgien]

1904Paraphé ne varietur 12 juillet 1789

1905[Jean-Louis] Mallet auditeur

1906c) Rapport du chirurgien Pierre Fine, 13 juillet 1789 [f° 18-19] :

1907Je soussigné Chirurgien en Chef de l’hopital Général de Genève, certifie par serment, d’après l’ordre de Monsieur [Jean-Louis] Mallet Butini, que Dimanche 12e juillet 1789, je me suis transporté sur les 4 heures après midy dans le susdit Hopital, pour donner du secours à David Davoine, qui venait d’y être transporté, et voici l’Etat dans lequel je le trouvai.

1908Il avait les lèvres, la langue, et tout l’intérieur de la bouche, de couleur blanchâtre, et toutes rugueuses ; il vomissait continuellement et avec assez d’abondance, une matière noirâtre, de la consistance d’un syrop épais ; il lui était impossible d’avaler même les liquides, il ne pouvait ou ne voulait proférer aucune parolle, le ventre ne me parut pourtant pas méteorisé, mais un peu douloureux au toucher, le pouls était très petit irrégulier et menaçait d’une mort prochaine ; je vis en outre au dessous du mammelon gauche, un coup de Pointe, fait par un instrument fort étroit, tels qu’une alêne, un burin etc. L’absence de tout accident du côté de la Poitrine soit extérieurement soit intérieurement me persuade, sans pourtant pouvoir l’assurer, que cette blessure n’est point pénétrante ; Les secours que l’on a administré jusqu’à présent, ont été presque nuls, le malade ne pouvant rien avaler ; l’on s’est donc borné à des applications extérieures comme lavements adoucissants, fomentations etc.

1909Aujourd’hui 13e juillet, le pouls est un peu meilleur, le ventre est toujours douloureux, le malade n’est pas autant tourmenté par les vomissements, les matières quil vomit ne sont presque plus noires, ni aussi abondantes et épaisses ; il fait usage de la parolle, mais avec difficulté, la déglutition est toujours impossible.

1910Que conclure de tous ces détails ? C’est que le nommé Davoine, a avalé quelques Substances vraisemblablement corrosive, dont j’ignore la nature, mais qui surement a altéré plus ou moins les voyes digestives de manière à ce qu’on ait à redouter une suppuration plus ou moins forte de toutes ces parties, à laqu’elle, ainsi qu’à beaucoup d’autres accidens qui peuvent se développer, le malade me parait devoir succomber, sans en pouvoir décider le tems, lequel prognostic pourtant dépend, et de la connaissance de la substance absorbée, et de sa plus ou moins grande action sur l’estomac, dont tous les symptômes ne se développent pas tout de suitte ; Par rapport à la blessure elle me parait si légère qu’elle ne doit ni diminuer ni ajouter au prognostic que je viens de porter de l’Etat du nommé Davoine.

1911Genève ce 13e juillet 1789, Paraphé ne varietur Ce 13 juillet 1789, Mallet auditeur Fine

231. Homicide involontaire, 15 avril 1790 (PC 16013)

1912 François Fovel, âgé de 12 ans, est le fils de l’intendant du comte des Salles, de Nancy, qui demeure depuis quelques mois à Genève dans la maison Pictet, à la rue des Belles-Filles. Il est connu pour un « enfant plein de douceur et de talents ». Quoique les témoignages divergent au sujet de la date, c’est probablement l’aprèsmidi du samedi 3 avril 1790 que François et son frère aîné parviennent à la rue Saint-Antoine après leur leçon d’allemand. Ils y rencontrent Jean-Marc, fils de l’imprimeur Léonard Pellet, âgé 15 ans, dont le divertissement consiste à distribuer des coups de tête à ses camarades. François Fovel en fait ce jour-là l’amère expérience. Il décède le 11 avril. Le fils Pellet est condamné à « grièves » censures, à faire réparation et à un mois en chambre close.

  • 102 Pierre Butini : citoyen, fils du médecin Jean-Antoine Butini (1723-1810), né le 25 mars 1759, DM à (...)

1913a) Rapport du médecin Pierre Butini102, 14 avril 1790 [f° 3] :

1914Je soussigné Docteur Médecin, requis par Monsieur l’Auditeur [Ami] Mallet, déclare par serment, qu’ayant été appellé le Mardi 6 de ce mois chez Monsieur le Comte de[s] Salles pour y soigner un jeune garçon nommé Fovel âgé d’environ douze ans, on me rapporta que cet enfant jouissant d’une très bonne santé avoit été frappé le Jeudi ou le Vendredi de la Semaine précédente de deux coups à la tête, qui l’un et l’autre avoient porté sur cette partie de l’Os frontal qui avoisine l’Os temporal gauche ; que sans avoir éprouvé au moment des coups aucun accident marqué, l’enfant dès lors étoit devenu pâle, qu’il avoit ressenti à la place heurtée une douleur qui s’étendoit à toute la tête et qui avoit été en croissant, que son appétit avoit diminué ; qu’il avoit été alité le Lundi, que la nuit du Lundi au Mardi il avoit été inquiet et probablement avoit eu de la fievre. Sur quoi ayant questionné et examiné le malade je lui trouvai un peu de fievre, du dégout et une douleur de tête assez forte dont le siège principal étoit à la place des coups qu’il avoit reçus, quoiqu’il ne restât aucune trace sensible de l’impression de ces mêmes coups. Que dans la nuit du Mercredi au Jeudi il avoit eu beaucoup d’angoisse et que la douleur de tête étoit devenue plus vive ; que les symptômes augmentant dès lors, il avoit été dans une sorte de léthargie dans la nuit du Vendredi au Samedi ; qu’ayant repris la connoissance pour quelques temps et s’étant plaint de la tête, il la reperdit le même soir pour ne la reprendre que par instans très-courts, que dès ce moment il tomba dans un etât de convulsions et de spasmes continuels, ayant les dens serrées, de l’écume à la bouche, et les yeux enflammés : que le Dimanche la dilatation des prunelles donna un signe presque certain d’un épanchement de sérosité dans les ventricules du cerveau. Et qu’enfin tous ces symptômes se soutenant sans relâche il expira le soir du même jour environ vers les onze heures, malgré l’emploi des remèdes destinés à diminuer l’inflammation du cerveau, tels que les évacuations de sang, les vésications, les lavemens, etc. En rapprochant l’histoire de la maladie du jeune Fovel de l’ouverture de sa tête, il me paroit probable que les coups qu’il a reçus ont occasionné sa maladie, non en produisant une affection locale du cerveau, mais par la commotion qu’ils ont donnée à ce viscere. Mais comme d’une autre part les mêmes accidens et les mêmes effets peuvent avoir lieu d’une manière spontanée et sans être produits par des coups, je crois qu’il y auroit de la témérité à porter dans ce cas-ci un jugement décisif sur la première cause de la maladie et de la mort de ce jeune homme.

1915Genève ce 14 Avril 1790. Butini fils DM

1916Paraphé ce 14 Avril 1790,

1917Mallet audt

1918b) Rapport de Pierre Butini, Louis Odier (médecins) et du chirurgien Louis Jurine, 13 avril 1790 [f° 5] :

1919Nous soussignés Docteurs en Médecine et Chirurgien ; déclarons par serment que nous [ajouté en suscritption : nous] sommes transportés par ordre de Monsieur l’Auditeur [Ami] Mallet, ce 13 avril 1790, au 2e étage de la maison de Mr le professeur Pictet rue des Belles-Filles ; pour examiner le cadavre d’un jeune homme agé d’environ 12 ans, qubi se nommoit Fovel, en faire l’ouverture, et rapporter sur les causes de sa mort. En conséquence nous disons. 1° Que nous n’avons apperçu aucune marque extérieure qui put la faire soupçonner.

19202° Que dans la Poitrine et le Ventre nous n’avons vu aucun signe de lésion particulière.

19213° Qu’à l’ouverture du crane, nous avons remarqué ; que les vaisseaux sanguins de la dure mère étoient plus engorgés qu’ils ne doivent l’être ordinairemt et dans un état naturel. Que ceux du Cerveau étoient affectés de la même manière. Qu’il y avoit une extravasion d’humeur aqueuse entre la pie mère et l’arachnoide ; et enfin un épanchement de sérosité dans les ventricules latéraux du Cerveau, qui pouvoit équivaloir à une once et demi d’eau.

1922Nous concluons de cette ouverture, que la cause de la mort a [lettre biffée] existé dans l’affection du Cerveau et de ses membranes, et que cette maladie doit être considérée comme une hydropisie de cet organe.

1923Genève 14 Avril 1790

1924Butini fils DM

1925Odier D.M.

1926Jurine Ch.

1927Paraphé ce 14 Avril 1790

1928Mallet aud.

232. Tentative de viol, 27 avril-3 juin 1790 (PC 16021)

1929 Jeanne Tronne, domestique piémontaise de 25 ans, a servi deux mois chez le traiteur et imprimeur d’indiennes Jean-Henri Gay, 28 ans, avant d’être engagée par l’horloger Salomon Deléamont. Le 27 avril 1790, Gay se rend chez Deléamont au prétexte que Jeanne a reçu un paquet à l’adresse de son ancien maître. Il mène la jeune fille jusqu’à la rue Chausse-Coq chez le tailleur Louis Guillaume, dit Orange. Là, les deux hommes tentent de violer la domestique. D’abord fugitifs, Jean-Henri Gay et Louis Guillaume sont ensuite incarcérés. Le premier est condamné à grièves censures, à faire réparation, aux prisons subies, à ses dépens et à un mois de chambre close. Le second subit la même peine à laquelle s’ajoute le bannissement.

1930a) Rapport du chirurgien Pierre Fine, 27 avril 1790 [f° 5] :

1931Je Soussigné mtre en Chirurgie, raporte par serment ; que je me suis transporté aujourd’hui ; par l’ordre de monsieur l’Auditeur [Abraham-Auguste] Saladin ; chez le Sr. Deléamont, maison Parnessin, rue de Coutance, pour examiner la fille Tronne sa domestique, qui dit avoir reçu la veille plusieurs meurtrissures au bas des reins ; quoique je n’y aye rien apperçu de semblable, il serait pourtant [ajouté en marge de gauche : possible] qu’elle ait été reellement meurtrie ; et que l’effet des coups qu’elle peut avoir reçu ne paru que dans quelques jours sous forme d’Echymose ou extravasion [deux mots biffés] [ajout en suscription : légère] de sang ;

1932Genève ce 27 Avril 1790

1933P. Fine

1934Paraphé ne varietur

1935Saladin Audt

233. Tentative de viol sur des fillettes, 19 décembre 1790-2 février 1791 (PC 16283)

1936 Jean-Paul Berthoud, 67 ans, jadis grenadier dans l’ancienne garnison, vit dans la maison Moilliet, à la rue du Paradis, où il tient sa boutique de cordonnier : « Cet homme a la réputation d’aimer les grivoises et d’être ivrogne. » Après la plainte pour viol de Jeanne-Marie Ragonot, pensionnaire de 6 ans à l’école de Jeanne Guffer, dit Chouffre, sise à la rue du Paradis, Berthoud est convaincu d’avoir également abusé de Marie Borel, 7 ans. Le cordonnier est grièvement censuré, condamné à demander pardon de ses crimes genoux à terre et huis ouverts, aux prisons subies, aux dépens de son procès et au bannissement perpétuel. Le 22 février 1791, le Conseil s’oppose à la demande de recours en grâce de Berthoud.

1937a) Premier rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras, 20 décembre 1790 [f° 10] :

1938Je Soussigné Me en chirurgie, chirurgien du Grand hopital, correspondant de l’académie Royale de chirurgie de Paris, certifie par Serment que de lordre de Mr lauditeur [Jean-Aimé] Sartoris j’ai visité Jeanne Marie fille de Bénédict Ragonot agée de 5 à 6 ans pour cause de viol. L’entrée du vagin, la vulve ni aucune des parties externes de la génération n’ont montré aucune déchirure [ajouté en suscription : ni] dilatation, elles m’ont paru saines et dans l’etat naturel. D’où je conclus qu’il n’y a pas eû d’intromission et il n’est meme possible à cet âge que d’un simple contact,

1939Quant à la crainte que cet enfant eüst contracté une gonhorée virulente le fait serait possible par le simple attouchement du congrès ou coït. Mais ayant visité cette jeune fille seulement le 3me jour de levenement, le Tems n’est pas suffisant puisque le virus vénérien ne produit ordinairement son effet deléterre que du 5me au 8me, et meme 15me jour, d’où il résulte quà cet égard on ne peut pas prononcer deffinitivement,

1940À l’egard des Taches marquées au Bas de la chemise dejà très sâle on n’en peut rien conclure si non que pour certain elles ne Tiennent point à une humeur virulente,

1941Fait à Genève ce lundi 20e Xbre 1790

1942Terras

1943Paraphé ne varietur

1944le 20e Xbre

1945Sartoris audt

1946b) Second rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras, 21 décembre 1790 [f° 26] :

1947Je Soussigné chirurgien de l’hopital me en chirurgie, Correspondant de l’académie Royale de chirurgie de Paris, Certifie par serment que ce jourdhuy 20e Xbre 1790. j’ai par ordre de monsr lauditeur [Jean-Aimé] Sartoris vû et visité la petite Borel, agée de 7 ans pour cause de Viol. J’ai trouvé l’entrée de la vulve un peu plus dilatée qu’elle ne doit etre à une fille de cet age. Cependant sans aucune dechirure de la peau ni des caruncules, ni inflammation à ces parties qui pussent annoncer quelque simptôme de vice vénérien comme gonhorrée, ulcères.

1948Nous pensons et jugeons qu’il pourrait bien y avoir eût une legère intromission, cependant on ne saurait prononcer et décider sur un objet si important, l’introduction répétée du doigt ou tout autre corps peut très bien produire le meme effet. Je veux dire la dilatation de la vûlve à un certain point. La non éxistance réconnue d’un vice vénérien [mot biffé] [ajouté en sucription : serait] encore [biffé : favorable à l’accusé] [ajout d’un X pour renvoi en bas de page]. Bien qu’encore qu’il exista une gonhôrrée le simple contact sans intromission suffirait pour la procurer ou l’occasionner. Il n’est guère que les dechirures faites à la vulve l’ecartement et la rupture des caruncules joint à l’écoulement plus ou moins grand du sang qui soient des signes sur lésquels on puisse statuer pour établir le viol et décider qu’il y a eu intromission forcée de la partie virile : en foy de quoy j’ai donné cette declaration et rapport,

1949Fait à Genève ce jour et an que dessus.

1950Terras

1951X favorable à la supposition de la non intromission

1952Paraphé le 21 Dec 1790

1953Sartoris Aud[iteur]

1954c) Premier rapport du chirurgien Pierre Fine, 22 décembre 1790 [f° 28-29] :

1955Je soussigné Mtre en Chirurgie ; qui par l’ordre de monsieur l’Auditeur [Jean-Aimé] Sartoris ; ait visité le 20 du cour[an] t, dans l’hopital Général, et le 22, dans les Prisons, le nommé Berthoud, pour savoir, s’il était atteint de la maladie vénérienne ; déclare par serment ce qui suit ;

1956Dans le 1er examen que j’en ai fait ; j’ai apperçu [mot biffé] dans l’intérieur du prépuce du susdit ; trois très légères excoriations, de la grandeur de la tête d’une très petite Epingle ; une de ces excoriations était située, entre le gland et le filet ; celle là fournissait de la suppuration, mais en très petite quantité ; je n’ai point apperçu d’Ecoulement par le canal de l’urethre ;

1957Dans le 2d examen, j’ai apperçu la même chose relativement aux excoriations, à l’exception que l’une de celles que j’ai annoncée généralement, était presque entièrement dissippée ; j’ai apperçu de plus, un très léger suintement muqueux [ajouté en suscription : blanchâtre] ; par le canal de l’urethre ; d’ailleurs aucun indice d’irritation à cette partie ;

1958Je conclus de tout ce que dessus ; que le susdit Berthoud, peut nêtre pas atteint d’une maladie vénérienne contagieuse ; mais qu’il est probable, que le léger écoulement muqueux que j’ai apperçu, est le resultat de quelque écoulement vénérien, plus abondant, dont je ne peux pas assigner [mot biffé] l’Epoche ; Quand aux trois excoriations ; bien des personnes qui ont eu des maladies vénériennes guéries, et même de celles qui n’en ont point eu, Y sont plus ou moins sujettes ; par des causes différentes ; Il peut même exister des écoulements muqueux par le canal de l’urethre, (mais rarement) ; qui peuvent reconnaître des causes autres que le virus vénérien ; comme le virus dartreux etc.

1959Je déclare aussi par serment, avoir visité le 20 et le 21 dans l’hopital général, la petite Ragonot, et n’avoir apperçu dans l’examen exact que j’en ai fait ; aucun indice de maladie vénérienne, de coït effectué ; ni aucune irritation quelconque ; mais je crois devoir prévenir, que l’irritation vénérienne demande un certain tems pour se développer.

1960Genève ce 22 Xbre 1790,

1961P. Fine

1962Paraphé ne varietur le 22 Dec. 1790

1963Sartoris Audt

1964d) Déposition de Jean-Laurent Froelich, de Hesse-Cassel, 35 ans, chirurgien, 24 décembre 1790 [f° 61] :

1965Je demeure à Carouge ; je connois le cordonnier Berthoud depuis longtems, ayant été grenadier avec lui dans la vieille garnison ; Il y a huit ou neuf mois qu’il me rencontra sur le pont de l’Île, il me dit qu’il avait une inflammation à la verge, je lui ordonnai quelque chose pour calmer cette inflammation, je le visitai dans une allée, je lui trouvai effectivement une inflammation à la verge une phimosie, c’etait peu de chose, il y avait quelque petite écorchure mais non invétéree, je le traitai pendant 15 jours ou trois semaines avec les fomentations, il fut gueri – Cela ne pouvait venir que de fréquentation avec des femmes malades, je ne sais comment il se porte actuellement, cette maladie cette inflammation aurait pu se communiquer, mais alors il était incapable de fréquenter une femme mais il [biffé : puis] fut gueri dans le tems – Autre a dit n’avoir à déposer – a ajouté “Cette inflammation là ne pourrait pas le rendre dangereux au jourd’hui pour une femme, à moins que depuis moi il n’ait revu des femmes, et qu’il n’ait repris cette maladie” […].

1966e) Second rapport du chirurgien Pierre Fine, 8 janvier 1791 [f° 103] :

1967Je Soussigné Mtre en Chirurgie, qui ai de nouveau visité, par l’ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Aimé] Sartoris, le nommé Berthoud et la jeune Ragonot ; déclare par serment, Que rélativement au nommé Berthoud, je ne lui ai trouvé, aucun des symptômes, dont j’avais fait mention, dans mon rapport du 22 Xbre, le canal de l’urethre, contenait un peu d’urines, et c’est peut être, [mot biffé] (à moins qu’il n’ait disparu spontanément) la raison pour laqu’elle je n’ai pas apperçu le suintement muqueux et blanchâtre dont j’avais annoncé l’éxistence ;

1968L’examen de la jeune Ragonot ne m’a fournit aucun indice de viol, ou d’infection Vénérienne ;

1969Je déclare aussi par serment que j’ai visité exactement la jeune Marie Borel ; et que je n’ai apperçu aucun signe de viol, ni aucun symptôme de maladie Vénérienne ;

1970Fait à Genève ce 9. Janvier 1791

1971P. Fine

1972Paraphé ne varietur le 8 janvier 1791

1973Sartoris Audt

234. Rixe et homicide, 24 décembre 1790-13 avril 1791 (PC 16285)

1974 L’après-midi du mercredi 22 décembre 1790, dans la maison de campagne de Georges Du Pan, à Morillon, le cocher François Machard et le domestique David Leyderet se disputent pour savoir s’il faut ou non laisser ouverte la dépense du corridor où est entreposé le beurre. « Gueux », « coquin », les insultes ne suffisent pas : les deux hommes se battent. Leyderet reçoit un violent coup de pied au-dessus du testicule gauche. Le lendemain, le domestique tombe malade. Il est saigné à trois reprises avant d’expirer. Contumace, François Machard est condamné à « grièves » censures, aux dommages et intérêts, aux dépens, puis banni à perpétuité.

1975a) Rapport du médecin Gaspard Vieusseux, 24 décembre 1790 [f° 1] :

1976Je soussigné Doct. Méd. en étant requis par Monsieur l’Auditeur [Salomon] Diodati, déclare que Mr Du Pan De Saussure m’ayant fait appeller hier 23 Xbre pour voir son domestique malade, je m’y rendis à 9 heures du matin. Il me dit que, le jour précédent, cet homme étant à Morillon, avoit reçu, le jour précédent à 3 heures après midi, si je ne me trompe, un coup de pied dans le bas-ventre, qu’il avoit sur le champ beaucoup souffert, et qu’on l’avoit transporté à la ville. Qu’à 6 heures Mr Laval l’avoit saigné et lui avoit fait une application d’herbes vulnéraires, qu’à 9 heures il l’avoit saigné une seconde fois, et qu’il souffroit toujours. Ayant examiné le malade, je le trouvai souffrant excessivement avec le pouls fréquent et serré et des vomissemens continuels. Le coup avoit été porté un peu plus haut que le testicule [biffé : droit] gauche, dans la place où se trouve l’anneau par où passent le cordon et les vaisseaux spermatiques, les bourses de ce côté étoient un peu enflées, et l’endroit du cordon un peu gonflé et sensible au toucher, mais presque moins que le reste du ventre qui étoit médiocrement tendu et très douloureux au toucher.

1977Comme le mal croissoit rapidement, et que le denger d’inflammation dans des parties nerveuses et très sensibles étoit évident, je conseillai une troisième saignée ; le sang vint avec force, et le malade conserva fort bien toute sa chaleur ; mais le pouls ne se releva pas après cette saignée, comme Mr Laval me dit qu’il avoit fait après la première ; aucun des accidens ne se calma ; j’ordonnai des remedes pour calmer les spasmes les douleurs et les vomissemens. Mais je ne cachai pas à Mr Du Pan que je regardois le malade comme étant dans le plus grand danger et pouvant mourir dans le jour.

1978Ayant donné heure à midi et demi pour me rencontrer avec Mr Cabanis, je me retirai à dix heures. En arrivant à l’heure marquée je trouvai que le malade venoit d’expirer.

1979Je crois que la cause de la mort est l’inflammation ou plutôt l’irritation nerveuse qui s’est répandue rapidement dans le ventre : à moins que l’ouverture du corps ne nous montre quelqu’épanchement produit par une rupture de vaisseaux, ce qui est encore douteux : Genève le 24 Xbre 1790.

1980Vieusseux DM

1981Paraphé ne Varietur,

1982Diodati Aud[iteur]

1983b) Rapport du chirurgien Jean-Pierre Terras, 24 décembre 1790 [f° 3] :

1984Je Soussigné me en chirurgie, Chirurgien de l’hôpital Général correspondant de l’académie royale de chirurgie de Paris. certifie par Serment que de l’ordre de Monsr L’auditeur [Salomon] Diodati j’ai visité le corps du nommé David Leyderet domestique de Mr Du Pan De Saussure sur lequel, apres l’avoir exactement visité je n’ai trouvé aucune Blessure, playe ni marque de contusion, portant mes recherches extérieures particulièrement sur la région du Bas-ventre, je l’ai trouvé assez Tendu, dur. Cette inspection m’a fait voir une Tumeur dans l’aine gauche partant de l’anneau inguinal et descendant le long du cordon spermatique ; l’examen particulier de cette grosseur [mot biffé] [ajout en suscription : son] maniement avec les doigts m’ont fait distinguer et juger que c’était l’intestin qui se presentait sous la forme d’une véritable hernie ou deçente. L’anneau m’a paru tres dilaté bien plus que du coté opposé. Cette Tumeur etait remplie de vent, paraissait rentrer en la Comprimant, mais bientot elle réparaissait.

1985Je conclurai de mes récherches que Cet homme pouvait avoir précedemment une hernie ou qu’il avait une hernie.

19862° qu’il peut y avoir eû étranglement intérieur décidé ou occasionné par l’effet d’une quantité d’alimens ou de quelque effort, coup ou chûte. Ou bien que ces causes jointes à [mot biffé] [ajout en suscription : une] disposition particuliere inflammatoire auront pû decider une inflammation d’entrailles Mortelle.

1987Fait à Genève le 24 Xbre 1790.

1988Terras

198924 Xbre 1790 Paraphé ne Varietur

1990Diodati Audt

1991c) Rapport du médecin Pierre Vignier, de François-David Cabanis et Louis Jurine (chirurgiens), 24 décembre 1790 [f° 14] :

1992Nous soussignés Docteurs en Médecine et Chirurgiens Jurés, déclarons par Serment, qu’ayant reçu ordre de Monsieur le Sindic [Pierre-André] Rigaud de nous transporter ce 24e Xbre 1790 chez Monsr Du Pan De Saussure, pour procéder et être témoins de l’ouverture d’un Cadavre, nous rapportons que nous n’avons trouvé à son extérieur aucune marque qui put annoncer l’empreinte d’une contusion quelleconque. Nous avons cependant remarqué que le Scrotum du côté gauche étoit distendu et simuloit une Hernie.

1993À l’ouverture de l’abdomen, l’épiploon s’est offert à nous sous l’aspect le plus enflammé ; il étoit ratatiné et couvert d’une transudation puriforme. Les Intestins grèles nous ont paru tous phlogosés, dans quelques parties gangrenés, et sur l’un d’eux nous avons vu distinctement un trou contre nature dépendant de l’inflammation portée à son plus haut période. En parcourant les gros Intestins, nous avons observé une ouverture ronde beaucoup plus considérable que la précédente, située à l’extrémité de l’S du Colon, avoisinant l’intestin Rectum : cet Intestin nous a paru d’ailleurs sain et en assez bon état.

1994Le Diaphragme étoit phlogosé comme les Intestins grêles et recouvert d’une transudation semblable : Les autres Viscères du bas ventre étoient fort sains et dans un état naturel.

1995Si plusieurs ouvertures de Cadavres dans lesquels nous avons remarqué des trous et des crevasses [mot biffé] [ajout en suscription : aux] Intestins, ne nous laissoient pas la certitude que ces accidens arrivent à la suite d’une inflammation vive et nerveuse, qui porte très promptemt à la gangrène ; nous prononcerions hardiment que l’ouverture que nous avons remarquée à l’intestin Colon [biffé : dépenderoient de] [ajout en suscription : avoit été occasionnée] par une force contondante extérieure et violente ; mais les lumières que l’expérience et la pratique nous ont donné sur ce [lettres biffées] genre de maladies et sur les accidens qui en résultent, nous laissent sur ce sujet dans une incertitude, qui ne nous permet pas d’assurer qu’une cause extérieure, ait été la cause d’une mort aussi prompte. Les symptomes inflammatoires, la suppuration, la gangrène, et l’ouverture de l’intestin grêle, sont selon nôtre façon de juger les raisons déterminantes de la mort, les seules que nous puissions assigner, et sur lesquelles nous puissions prononcer avec certitude.

1996P. Vignier DM

1997Cabanis

1998Jurine Ch[irurgien]

1999Ce 24 Xbre 1790, Paraphé ne Varietur

2000Diodati Auditeur

235. Suicide, 12 janvier 1792 (PC 16626)

2001 Philibert Gros, originaire de Cologny, est un empailleur de chaises âgé de plus de 60 ans, domicilié à la rue de Chevelu. Il vit dans une grande misère avec sa troisième épouse invalide, Dorothée Colliard, 70 ans. L’après-midi du 12 janvier 1792, Philibert Gros se pend dans sa chambre. Il laisse derrière lui deux fils de 22 et 39 ans : le domestique Jacques et Jean-David, sonneur au temple neuf allemand, « allumant les lampions des réverbères ».

2002a) Rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 13 janvier 1792 [f° 1] :

2003Je Soussigné Maitre en Chirurgie Certifie et rapporte par serment et par ordre de Monsieur l’auditeur [Jean-Louis-Guillaume] Mestrezat, nous être Transporté hier environ les huit heures aprés midi, au pleinpied, sur la Cour de la maison Tourte rue de Chevelu où j’ai vu pendu avec une corde à nœud courant au [ajouté en suscription : gros] bout d’une perche à tour fixée au plancher le nommé Philibert Gros natif de Cologny pailleur de Chaises, âgé au moins de Soixante ans, déja froid, et les membres roides, Sa langue noire Sortant un peu de Sa bouche qui étoit ouverte la face cadavreuse et les mains un peu à crochet [réclame : ayant] ayant tous les Signes d’une mort certaine et non équivoque, je n’ai fait aucune tentative pour le rappeler à la vie vu l’inutilité de tout moyen.

2004Fait à Genève le 13e Janvier 1792

2005PL Macaire père

236. Noyade, 16-24 avril 1792 (PC 16668)

2006 Abraham Depraz, originaire du bailliage de Moudon et âgé de 45 ans, sert la Seigneurie comme ouvrier charpentier. Le 16 avril 1792, pris de boisson, Depraz se noie en travaillant sur les digues du Rhône. Son corps est découvert le lendemain matin à « dix pas de la digue ».

2007a) Rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 17 avril 1792 [f° 1] :

2008Je soussigné Maitre en Chirurgie, Juré, certifie et rapporte par Serment, qu’en vertu d’un ordre de Monsieur l’Auditeur [Jean-Louis-René] Claparède, je me suis transporté ce jourd’hui 17ème Avril 1792 [ajouté en suscription : vers les 7h. du matin] au quai, vis-à-vis la maison Maréchal, pour y visiter le cadavre du nommé Abraham Depraz, de Vuillon, bailliage de Moudon, ouvrier charpentier de la Seigneurie, agé d’environ 50 ans, qu’on venoit de retirer du Rhône dans lequel le dit Depraz étoit tombé hier de dessus les digues. L’examen attentif que j’ai fais du cadavre d’abord dans le bateau, puis à l’hopital, m’a montré Savoir 1° la face et le col apoplectiques, c’est-a-dire très gonflés par le Sang dont les vaisseaux étoient extrêmement remplis. 2° une échimose Saignante Sur le grand angle de l’œil gauche. 3° une Seconde échimose Sur le dos de la jambe droite vers Son tiers inferieur. 4° les deux bras et les doigts très fortement pliés. 5° toute l’habitude du corps completement froide. Il est très apparent que cet homme n’a pas Survecu long temps à Son accident.

2009La Submersion est la cause essentielle de Sa mort, que l’ivresse dans laquelle il Se trouvoit au moment de Sa chute a rendu plus active.

2010Genève le dit jour 17ème Avril 1792.

2011Macaire

2012Paraphé ce dit jour

2013Claparède aud[iteur]

237. Excès, 9-30 juillet 1792 (PC 16722)

2014 Le dimanche 9 juillet 1792, le batelier savoyard Claude Chapuis passe la soirée à boire avec des amis. Lorsqu’il revient sur la barque dans laquelle il dort, il s’aperçoit que son collègue de Lutry, François Bolomay, n’a pas arrosé le pont comme il est d’usage lors des grandes chaleurs. Il lui en fait le reproche. Bolomay, ivre, le traite en retour de « bougre » et de « foutu gueux » avant de lui porter plusieurs coups de couteau. Connu pour être un mauvais sujet déjà jugé à Lutry et à Lausanne, le Vaudois est soumis à de « grièves » censures, fouetté jusqu’au sang sur la place du Molard, condamné aux dépens, aux dommages et intérêts, puis banni à perpétuité.

2015a) Premier rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 9 juillet 1792 [f° 8] :

2016Je Soussigné Maitre en Chirurgie Juré, certifie et rapporte par Serment et par ordre de Monsieur l’Auditeur [Jacques] Massé que hier 8eme du courant, environ les onze heures et demie avant minuit, je me suis transporté au corps de garde des grenadiers, puis à l’hopital général, pour y visiter et pancer les blessures ou marques de coups du nommé Claude Chapuis, d’Hermance, batelier agé de 34 ans : les blessures sont

  1. Une playe Saignante d’environ [biffé : sept] [ajouté en suscription : huit] lignes de longueur, pénétrante de Six et située Sur le côté gauche et en bas de la mâchoire inférieure, Soit Sous le menton. Cette playe étoit accompagnée d’une très forte infiltration de Sang dans le tissu cellulaire voisin, ce qui établissoit une tumeur du volume et de la forme d’un œuf de pigeon.
  2. Une autre playe aussi Saignante, d’environ neuf lignes de longueur, Située à deux travers de doigt au dessous du mammelon gauche, entre la cinquième et la Sixième des vraïes côtes ou Supérieures, profonde de sept lignes, c’est-à-dire jusqu’au milieu ou environ de l’épaisseur des parois charnues de la poitrine.

2017Ces deux blessures avoient fournis beaucoup de Sang ; elles Sont évidemment le résultat de l’application d’un corps tranchant.

2018J’espère que les Soins et le repos continués pendant 12 ou 15 jours améneront la guérison, cependant je ne puis rien décider encore de précis à raison de la fièvre et de l’état inflammatoire.

2019Fait a Genève le 9eme Juillet 1792

2020Macaire

2021Paraphé né Varietur

2022Massé aud[iteur]

2023b) Second rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 9 juillet 1792 [f° 16] :

2024Je Soussigné Maitre en Chirurgie, Juré, certifie et rapporte par Serment qu’en vertu d’un ordre de Monsieur L’Auditeur [Jacques] Massé j’ai examiné de nouveau les blessures du nommé Claude Chapuis, d’Hermance, batelier, agé de 34 ans, et que je les ai comparées avec un crochet de fer mousse, rond, de la longueur d’environ deux pouces et demi de branche, monté Sur un manche tourné, de bois dur, assujetti dans ce manche par une virole de fer. En conséquence de l’examen des playes, du crochet et de la chemise du malade, je déclare que je regarde comme [mot biffé] absolument impossible que les blessures ayent été faites [biffé : par] [ajouté en suscription : avec] ce crochet par ce que

  1. Elles Sont franches, c’est-à-dire que les bords ne présentent aucune déchirure ou inégalité, ce qui auroit eu infailliblement lieu Si elles avoient été faites avec ce crochet.
  2. Parce qu’elles Sont étroites n’offrant malgré la rétraction de la peau qui arrive toujours après une division même [mot biffé] Sur le cadavre, n’offrant dis-je qu’un écartement d’environ une ligne ou un peu plus, et que cet écartement auroit été plus grand que le diamètre du crochet S’il avoit été l’instrument des blessures.
  3. Parce qu’elles Sont pénétrantes jusqu’à la profondeur d’environ Sept à huit lignes ; je ne calculerai pas le degré de force qu’il auroit fallu employer pour faire entrer à cette profondeur l’extrémité de ce crochet dont la pointe est très émoussée, il eut été sans doute très grand, mais il paroit évident que la forme courbée de cet instrument n’auroit pas permis une telle profondeur.

2025En conséquence de ces raisons je persiste à dire que ces blessure Sont l’effet de l’application d’un instrument tranchant et mince quel qu’il Soit.

2026Fait à Genève le 9eme Juillet 1792

2027Macaire

2028Paraphé né Varietur

2029Massé aud

2030c) Troisième rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 11 juillet 1792 [f° 20] :

2031Je Soussigné Maitre en Chirurgie, Juré, certifie et rapporte par Serment et par ordre du Monsieur l’Auditeur [Jacques] Massé que les blessures faites le huitiéme du courant au nommé Claude Chapuis d’Hermance, batelier, agé de 34 ans présentent l’état Suivant.

2032La playe Située au dessous du menton S’achemine à la guérison, les partie charnues lésées Se cicatrisent, la peau Seulement présente un écartement entre les bords de Sa division ce qui vient et de ce que les parties intérieures Se ferment toujours les premières (car la cicatrisation d’une playe marche du dedans en dehors) et des mouvemens de la machoire Soit pour avaler Soit pour parler. [biffé : L’inflammation] L’infiltration sanguine qu’on remarquoit auprés de cette playe est diminuée des trois quarts et Se dissipera entièrement dans peu de jours.

2033La playe de la poitrine est encore mieux que la première, la cicatrisation avance davantage à raison du défaut de mouvemens.

2034La fièvre et les accidens inflammatoires qui S’étoient manifestés le Second jour Se Sont complettement dissipés de sorte que tout annonce une parfaite guérison pour le temps que j’ai fixé dans mon premier rapport.

2035Genève le 11eme Juillet 1792

2036Macaire

2037Paraphé né Varietur

2038Massé audt

2039d) Quatrième rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 12 juillet 1792 [f° 30] :

2040Je Soussigné Maitre en Chirurgie, Juré, certifie et déclare par Serment qu’en vertu d’un ordre de Monsieur l’Auditeur [Jacques] Massé je me Suis transporté aux prisons de cette ville hier 11eme du courant, environ les Sept heures du Soir, pour y visiter le nommé François Bolomey, de Lutry baillage de Lausanne, batelier, agé de 42 ans, qui Se plaignoit d’avoir été attaqué et maltraité Dimanche dernier par Claude Chapuis d’Hermance, qu’il m’a dit lui avoir donné d’abord un coup de poingt Sur le néz et Sur la bouche, desquelles parties il étoit Sorti beaucoup de Sang dont une portion avoit teint le devant de Sa chemise, ensuite lui avoir pressé le ventre de ses deux genoux tandis que lui Bolomey étoit couché sur un matelat, puis lui avoir fortement Serré le col.

2041L’examen très attentif que j’ai fais du corps du dit Bolomey m’a montré Savoir

  1. Une tumeur très peu élevée, dartreuse, ancienne, d’environ trois pouces en quarré, Située Sur le haut de l’épaule droite : cette tumeur n’est point le résultat d’une flétrissure.
  2. Une cicatrice déja ancienne, d’environ deux lignes de longueur Sur la partie interne et gauche de la lèvre Supérieure, à l’endroit de cette lèvre qui répond à la dent canine : cette cicatrice peut très bien être la Suite d’une blessure faite par un coup de poingt, mais elle date de plus loin qu’il le dit.
  3. Un ulcère ancien Sur la partie anterieure et moyenne de la jambe gauche, mais il a convenu que cet ulcère n’est point l’effet des mauvais traitement dont il Se plaint.

2042Le néz ne présente ni playe, ni enflure, ni rougeur, rien enfin qui puisse faire Supposer quelque vérité dans Son rapport. Le Sang qu’on remarque Sur Sa chemise n’est Surement point venu de cette partie, il [ajouté en suscription : en] auroit tâché le col et le haut, tandis qu’il ne Se montre que sur la portion du devant qui répond au bas de la poitrine.

2043Le col et le ventre Sont pareillement dans un état très sain.

2044Son pouls est un peu agité ce qui vient Sans doute de la crainte des conséquences de Sa détention.

2045Genève le 12eme Juillet 1792. Macaire

2046Paraphé né Varietur

2047Massé audt

2048e) Cinquième rapport du chirurgien Pierre-Louis Macaire, 20 juillet 1792 [f° 60] :

2049Je Soussigné Maitre en Chirurgie, Juré, certifie et rapporte par Serment et par ordre de Monsieur le Syndic de la Garde que les blessures du nommé Claude Chapuis d’Hermance, batelier, agé de 34 ans, Sont dans l’état Suivant.

2050La playe du menton touche à une parfaite cicatrisation qui aura vraisemblablement lieu demain.

2051Celle de la poitrine quoique moins près de la guérison ne tardera pas à se fermer, puisque cette guérison complette ne tient absolument qu’à un leger écartement de la peau divisée, ensorte que le malade pourra Selon toutes les apparences Sortir Dimanche de l’hopital ne portant d’autres témoins de Ses blessures que des cicatrices.

2052Genève le vendredi 20eme Juillet 1792.

2053Macaire

238. Noyade, 20-25 juillet 1792 (PC 16729)

2054 Le matin du 20 juillet 1792, Louis-Benjamin-Éléonore Frenet et Ami Bourdillon, âgés de 15 ans, gagnent la Digue-Petit aux Eaux-Vives pour s’y baigner. Si Frenet parvient sans peine à rejoindre un bateau face au rivage, les forces d’Ami Bourdillon le trahissent. Le jeune homme se noie. Tiré hors de l’eau par trois ouvriers de la fabrique d’indiennes voisine, le corps de Bourdillon est vigoureusement frotté et couvert de sangsues. On lui administre également plusieurs lavements de tabac. En vain. Selon son oncle, Ami Bourdillon était un « brave garçon dont on était fort content », travaillant avec soin à la boutique de son père comme marchand drapier.

2055a) Rapport du chirurgien Brauer, 20 juillet 1792 (f° 10) :

2056Moi Soussigné, Declare en foi de quoi aujourdhui le 20em Juillet 1792 le matin à Six heures et 35 minutes, un Mons. et vénù me chercher, pour aller aux Eaux-Vives maison Petit, pour Secourir le fils de Mr Vincent Bourdillon, qui Sa noyée en Se Baignent, du moment j’ai me transporté avec le dit Mr. en arivant dans la chambre, le dit Bourdillon, été [mot biffé] étendu dessus une table, Sur un matelas et entourer de Seize personnes, qui le frotté, avec des flanelle chaude et souffliont dans L’anus, et donnions du Secours Suivant leurs connaissançe, j’ai examiné le dit Bourdillon, j’ai voyé toutes Suite que le Secours eté inutile, parçe que le visage, été de [ajouté en suscription : la] Couleur Come une personne qui est morte d’une Apoplexie Sanguine et que les vaisseau dans la tête etions rompu, ou Eclaté, avec tous Sa, on n’a pas cesser de donner de Secours necessaire, et fait les remedes convenable mais Sans Succès, le Sr Laval, et Sr Pons Sont aussi vénu, Mr Goty Mâitre en Chirurgie est aussi vénu, qui à donné Sont Secours, on à secourir le dit Bourdillon et administrée les remedes pendant trois heures de temps Sans Succés. Genève ce 20em Juillet 1792.

2057Brauer Chirurgien

2058Paraphé ce dit jour

2059[Jean-Louis-René] Claparède audt

239. Suicide, 11-14 août 1792 (PC 16742)

2060 Jean Bertrand, originaire de Bourdigny, est un vendeur de vin et encaveur âgé de 35 ans. Le matin du 11 août 1792, il se tire un coup de fusil en pleine tête dans son appartement de la rue Neuve-du-Molard. L’auditeur Jean-Louis-René Claparède ne trouve ni argent ni papiers dans les poches du défunt, « sinon quelques comptes peu signifiants ».

2061a) Rapport du chirurgien Cambessedès, 11 août 1792 [f° 3] :

2062Je Soubsigné declare et Raporte, que ce jourd’hui onzieme oust 1792. et par Ordre de Monsieur [ajouté en marge de gauche : lauditeur] Claparède, Jay eté Mandé est Conduit dans la Maison [un blanc] ditte la Pipinière, Rue Neuve-du-Molard, est etant monté au 4e Etage [de la] ditte maison : jay trouvé le Nomé Jean Bertrand, Vendeur de Vin, sur un fauteuil asis est Renversé, un fusil Entre le Bras droit est son corps, avec un Ruban Noir ataché au pied droit avec lequels il a fait jouer la détante du dit fusil ; layent visité Jay trouvé au desou de la Machoire inferieure est du coté droit une Grande Blessure, est la Balle est Sortie du coté Gauche est superieure, des Perieteau cette partie totalement fracasée ; il ma paru ausi quil y avoit plusieur heures quil était Mort lors que nous avons été apelé : Ce que Je déclare par Serman si je suis requis ; Genève ce 11e oust 1792. Cambessedès Chirurgien Privilégié de Monsr Cabanis.

2063Paraphé ce 12 Aout 1792

2064Claparède audt

Notes

1 Lazare Mézières, dit La Baume : chirurgien à Bourdigny dès 1704 et encore en 1727, in Léon Gautier, La médecine à Genève jusqu’à la fin du dix-huitième siècle [1906], Jean Starobinski, Micheline Louis-Courvoisier et Vincent Barras (éd.), Genève, Georg, Bibliothèque d’histoire de la médecine et de la santé, 2001, p. 503 (désormais G, suivi de la pagination).

2 Jean-Isaac Cramer : citoyen, fils de Gabriel Cramer, également médecin, né le 29 juillet 1674, DM à Valence le 11 mai 1696, agrégé le 10 mars 1697, du CC en 1704, du LX en 1735, doyen en 1742, mort le 10 avril 1751. Bibliographie : Thesaurus secretorum curiosorum in quo continentur curiosa non solum ad omnes Corporis Humani cum internos, tum externos Morbos curandos, sed etiam ad Cutis, Faciei, aliarumque Partium, ornatum, formam, nitorem et elegantiam concilandos continentur secreta. Coloniae Allobrogum, Sumptibus Societatis, 1709, in-4°, 8 ff. prél., 668 p. Publication anonyme (G, p. 434). Gédéon Pétineau (père) : originaire d’Angeau en Beauce, gendre du chirurgien Jean Lamon, reçu bourgeois le 8 août 1685, agrégé en 1686, mort le 3 janvier 1748 à 91 ans (G, p. 497). François Pétineau (fils) : citoyen, né le 5 décembre 1689, agrégé le 2 août 1715, mort le 27 novembre 1731 (G, p. 499).

3 C’est Jean-Louis Buisson qui est alors châtelain de Peney.

4 René Garnier : né vers 1653, originaire d’Aiguières en Provence, gendre du chirurgien Jacques Crespin, reçu bourgeois le 7 mars 1685, agrégé. Il épouse en 1686 Marthe Caillate. René Garnier meurt paralytique à Saint-Gervais le dimanche 17 octobre 1745 à 92 ans (G, p. 497).

5 Jean-Antoine Mauris : citoyen, fils du chirurgien Jacques Mauris, baptisé au temple de la Madeleine le 29 mars 1676, agrégé, visiteur des morts, mort le 3 mai 1724 (G, p. 498).

6 Jean-Ami Le Fort : citoyen, né le 3 novembre 1683, DM à Valence le 27 septembre 1705, agrégé le 10 avril 1706, du CC en 1714, du LX en 1732, mort le 10 mai 1741 (G, p. 434).

7 Jean-Pierre Ducros : citoyen ( ?), né vers 1665, agrégé, père du médecin Isaac ; mort le 4 septembre 1725 (G, p. 462).

8 Daniel Michel : né le 16 octobre 1681, reçu bourgeois avec son père le 27 août 1687, agrégé, chirurgien des troupes de secours envoyées en Suisse en 1712, mort le 22 juin 1747 (G, p. 498).

9 Aimé Tollot : citoyen, DM à Valence le 16 avril 1698, agrégé en mai 1698, du CC en 1709, doyen en 1751 ; mort le 28 décembre 1751, âgé de 76 ans. Bibliographie : I. Histoire de la triple génération qui a lieu dans le corps de l’homme, par Bianchi ; traduit de l’italien, Amsterdam, 1741, in-8. II. Lettre sur le ver solitaire nommé ténia (Journal Helvétique, oct. 1743, p. 365) 25 p., in-12. III. Poëme [posthume] sur la recherche de la vérité et sur les égarements des sages du paganisme (Journal Helvétique, février et mars 1759, p. 183, 240) 23 p., in-12 (G, p. 434). Cf. également les apothicaires : Ami (1622-1687), Jean-Marc (1639-1704), Louis-Ami (mort en 1730) et Jean-Baptiste Tollot (1698-1773).

10 Jean-Jacques Garnier : citoyen né vers 1688, fils de René Garnier, agrégé le 30 décembre 1710, mort à Rive le 10 novembre 1731 à 6 heures du matin d’une inflammation de poitrine. Il épouse en 1716 Anne Catherine De Carro, puis en secondes noces Pernette Pallard, en 1721. Antoine Sabourin : citoyen, fils du chirurgien Pierre Sabourin (1647-1718, inventeur du procédé à lambeau pour l’amputation de la jambe), frère du chirurgien Jean-Louis Sabourin (1682-1721), né le 25 août 1692, agrégé le 3 juillet 1716, un des chefs du parti représentant, du CC en 1738, chirurgien de l’Hôpital général en 1743, mort le 16 avril 1757 (G, p. 499).

11 Étienne Prevost : citoyen, fils de l’apothicaire Jacques Prevost (1639-1704), né le 20 septembre 1672, agrégé le 27 juin 1698, mort le 20 décembre 1745. Pierre Reynet : citoyen, fils de l’apothicaire Céphas Reynet (1657-1692, originaire de Privas, gendre du pharmacien Pierre Renaud), né le 9 août 1685, agrégé le 23 octobre 1705, du CC en 1738, mort le 29 mai 1753. Nicolas Le Royer : citoyen, fils d’une famille de pharmaciens depuis son arrière-grand-père, Abraham Le Royer, de La Rochelle (bourgeois en 1616, mort de peste en 1638), né le 28 juillet 1690, agrégé le 25 novembre 1712, du CC en 1738, mort le 20 octobre 1746. Ne pas confondre avec son cousin, chirurgien et fils de chirurgiens, Gabriel Le Royer (1696-1779), (G, p. 465).

12 Isaac Fine : originaire de la vallée du Queyras, reçu bourgeois le 7 septembre 1694, gendre du chirurgien Jacob Brevilliers, chirurgien de l’Hôpital général le 22 décembre 1699 jusqu’à sa mort le 12 août 1740, âgé d’environ 80 ans (G, p. 497).

13 Élisabeth Bideleux (1662 ?-1740), femme du citoyen horloger Abraham Gardelle, portée au rôle des sages-femmes le 18 septembre 1714.

14 Pierre Colladon : citoyen, fils de l’apothicaire Louis Colladon (1648-1729), né le 25 avril 1682, DM à Valence le 14 mars 1706, agrégé le 21 juin 1710, du CC en 1714, mort le 14 janvier 1740 (G, p. 434). Jacques Coudougnan : citoyen, fils du chirurgien Jacques Coudougnan (1657-1712), gendre du chirurgien Jean Lamon, baptisé à Saint-Gervais le 16 avril 1686, agrégé le 22 août 1713, doyen des maîtres chirurgiens en 1760, mort le 15 juin 1766 (G, p. 498-499).

15 André Arlaud : citoyen, né le 19 janvier 1692, agrégé le 24 août 1716, visiteur des morts, mort le 17 mars 1762 (G, p. 499).

16 Étienne-Bénédict Puthod : originaire de Nyon, reçu bourgeois le 15 mars 1726, agrégé le 19 novembre 1726 ; mort le 16 octobre 1732 à 31 ans (G, p. 499).

17 Esaïe Du Commun : citoyen, fils du médecin Joseph Du Commun (1601-1671), né le 30 avril 1652, du CC en 1680, médecin à l’Hôpital général, du LX en 1706, doyen en 1724, mort le 9 janvier 1738 (G, p. 433). Samuel de La Maisonneuve : citoyen, né le 6 octobre 1665, agrégé en 1694, du CC en 1698, médecin de l’Hôpital général en 1701, mort le 10 avril 1733 (G, p. 434). Jacques-André Bonet : citoyen, fils d’une famille de médecins depuis André Bonet, à Genève dès 1596. Jacques-André Bonet est né le 7 mai 1688, DM à Valence le 6 juillet 1710, agrégé le 6 décembre 1710, reçu avocat après examen le 27 juin 1716, du CC en 1721, démis du CC pour faillite en 1734, rétabli après avoir fait honneur à ses dettes le 8 mars 1746, doyen en décembre 1751, du LX en 1758, mort le 15 mars 1764 (G, p. 435).

18 Jacques Colladon : citoyen, fils du pharmacien Louis Colladon et frère du médecin Pierre Colladon, né le 5 octobre 1689, agrégé le 2 octobre 1715, mort le 2 juillet 1756 (G, p. 465).

19 La chambre anatomique se situe au second étage du Petit Hôpital du Bourg-de-Four, face au bâtiment principal de l’Hôpital général et près des Degrés-de-Poules. Elle est inaugurée le vendredi 10 décembre 1728. À cette occasion, le médecin Aimé Tollot prononce un discours solennel avant de se joindre au chirurgien Antoine Sabourin pour une démonstration anatomique sur l’abdomen d’une femme noyée, probablement celui de la nourrice Jeanne-Marie Coudre. Cinq autres démonstrations se déroulent sur le même corps depuis le dimanche 12 décembre jusqu’au vendredi suivant. Le règlement de la chambre prévoit à l’article premier l’établissement d’un cours annuel d’anatomie ou de chirurgie dispensé par un chirurgien, sous la présidence d’un médecin. AEG Santé F1, Livre des Ordonnances ou Grand Livre, p. 220-223.

20 Il s’agit du grand-père maternel de François Coindet, l’un des correspondants genevois de Jean-Jacques Rousseau. Alexis François (éd.), « Correspondance de Jean-Jacques Rousseau et François Coindet (1756-1768) », Annales de la Société J.-J. Rousseau, no 14, 1922. Voir également la notice un peu confuse dans G, p. 502.

21 Il faut signaler ici la grande différence de graphie entre la signature, tremblante, peu habile, et le texte même de l’expertise, d’une écriture très soignée.

22 Antoine Laurens : originaire de Revel en Languedoc, reçu bourgeois le 2 mai 1724, agrégé le 12 mars 1726, mort le 9 février 1761 à 62 ans (G, p. 499).

23 François Ledroit, chirurgien à Bourdigny depuis quelques années en 1727 (G, p. 503).

24 Jacques Bardin : citoyen, né le 14 mars 1696, DM à Reims le 21 octobre 1721, agrégé le 19 décembre 1725, médecin à l’Hôpital général en 1730, mort le 29 avril 1747. Bibliographie : collaborateur de Manget pour la Bibliotheca Medicopratica, mais sans que son nom paraisse. Bardin publie des poésies dans le Mercure suisse et le Journal helvétique, généralement sous l’anonymat (ex. JH, avril 1735, p. 100 et 102). Cf. l’article nécrologique sur Jacques Bardin, in Journal helvétique, mai 1747, p. 468 (G, p. 435).

25 Pierre Peschier : originaire de Bagnols-sur-Cèze en Languedoc, reçu bourgeois le 10 septembre 1718, agrégé le 11 février 1719, mort le 30 avril 1766, âgé de 78 ans (G, p. 465).

26 Barthélemy-Théodore Colladon : citoyen, fils du pharmacien Louis Colladon, né le 28 août 1699, agrégé en décembre 1730, mort le 29 octobre 1773 (G, p. 465).

27 Daniel Guyot : originaire de la vallée de Pragelas, né en 1704, reçu bourgeois le 6 septembre 1730, agrégé le 3 décembre 1731, chirurgien de l’Hôpital général en 1747, associé de l’Académie royale de médecine, lauréat de l’Académie de chirurgie, mort le 8 mars 1780. Bibliographie : I. Mémoire historique sur l’inoculation de la petite vérole, pratiquée à Genève de 1750 à 1752 (Mémoires de l’Académie royale de chirurgie de Paris, t. II, p. 552), 11 p. in-4°. II. Observation de polype utérin (Levret, Mémoires sur les polypes de la matrice et du vagin, ibid., t. III, p. 543). III. Essai sur les émollients (Prix de l’Académie de chirurgie, t. II, p. 43), 39 p., in-4°. IV. Mémoires sur les anodyns. (ibid., p. 157), 88 p., in-4°. V. Lettre sur l’usage du forceps courbe (Journal de médecine, chirurgie et pharm., 1770, t. XXXIII, p. 454), 6 p., in-12 (G, p. 499).

28 Si l’identité de Müller demeure incertaine, Johannes Bohn (1640-1718) est mieux connu. Né et mort à Leipzig, il y obtient son doctorat de médecine en 1665, après avoir parcouru pendant deux ans le Danemark, la Hollande, la Suisse, la France et l’Italie. En 1668, Bohn est nommé professeur d’anatomie et de physiologie dans sa ville natale. D’abord promu au rang de Stadtphysikus de Leipzig, il parvient entre 1693 et 1694 au rectorat de l’université. Ses publications principales portent sur l’anatomie, la physiologie, l’iatrochimie et la médecine légale, parmi lesquelles le De officio medici duplici, clinim nimirum ac forensis (Leipzig, 1689) et Circulus anatomicus-physiologicus… (Leipzig, 1680 et 1686).

29 Originaire des Pays-Bas, Arnold von Reyger (1559-1615 ?) obtient son doctorat en droit à l’université de Iéna. Dans un premier temps, Reyger exerce comme professeur avant d’occuper plusieurs charges publiques importantes auprès de la cour de Brandbourg, à Magdebourg et à Halle. Il est l’auteur d’une dizaine de traités de jurisprudence en latin, dont les plus connus ont été réédités à de nombreuses reprises jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

30 Comme pour Müller, l’identité de Kampius demeure incertaine. Sur la notion d’économie animale forgée par l’école anglo-hollandaise, nous renvoyons à l’article pionnier de Bernard Balan, « Premières recherches sur l’origine et la formation du concept d’économie animale », Revue d’histoire des sciences, t. 28, no 4, 1975, p. 289-326, et à la synthèse plus récente proposée par Emily Booth, « A Subtle and Mysterious Machine ». The Medical World of Walter Charleton (1619-1707), Dordrecht, Springer, 2005, chap. iv, p. 81 et passim.

31 Jean Godefroy Zeller (1656-1734) est né dans le duché de Wirtemberg. Il étudie la médecine à Tubingen, puis voyage en France, en Hollande et en Allemagne. De retour à Tubingen en 1684, Zeller devient le médecin personnel du prince d’Oettingen et est élu professeur extraordinaire à la faculté de médecine. En 1716, il est appelé à Vienne pour surveiller la première grossesse de l’impératrice Élisabeth Christine. Zeller a rédigé plusieurs dissertations, dont un Quod pulmonis in aqua subsidentia infanticidas non absolvat (Tubingen, 1691, et Halle, 1746) où il prétend que la docimasie n’est pas une expérience certaine.

32 « Dans les cas douteux, il faut choisir une sentence plus clémente ; d’habitude, chaque obstacle né d’une situation équivoque est annexé à la décision » (notre traduction).

33 Jean-Jacques-René Macaire : petit-fils du chirurgien René Garnier, né le 19 novembre 1707, reçu bourgeois le 15 mars 1732, agrégé le 20 décembre 1735, mort le 12 septembre 1763 (G, p. 500).

34 Jean-Pierre Bonijol : originaire d’Aigues-Mortes, reçu bourgeois le 9 février 1734, agrégé le 28 mars 1735, mort le 1er août 1747 à 46 ans (G, p. 499).

35 Il s’agit probablement de Jean-Pierre Jourdan, né à Chêne, chirurgien à Chêne en 1739, encore en 1744, établi aux Eaux-Vives en 1746, reçu à nouveau chirurgien à Chêne après examen le 25 avril 1755, reçu bourgeois le 25 février 1771 (G, p. 503).

36 Hector Godemar : né vers 1670, chirurgien à Vandœuvres en 1730, encore en 1741, mort en 1742. Guillaume Godemar (fils du précédent ?) : né en 1706, chirurgien à Vandœuvres, encore en 1779, mort en 1789. Guillaume a trois fils nommés Hector, Christophe, qui deviendra horloger, et Isaac (G, p. 502).

37 Jean-Louis Fine : citoyen, fils d’Isaac, né le 5 juin 1709, agrégé le 27 mars 1742, mort le 8 avril 1772 (G, p. 500).

38 Jacques Velai : originaire de Montvert en Gévaudan, reçu chirurgien à Plainpalais en 1742 (G, p. 504).

39 Pierre Vial : originaire de Coppet, dans le pays de Vaud, reçu chirurgien au Petit-Saconnex, banlieue de Genève, le 27 août 1726 (G, p. 504).

40 Pierre Lambert : chirurgien à Jussy, encore en 1749 (G, p. 503).

41 Pierre Andrieu : originaire de Cajare en Quercy, reçu bourgeois le 8 février 1732, n’est pas inscrit au Livre des Ordonnances comme maître agrégé. Sa bourgeoisie est annulée d’un commun accord le 1er mai 1751 (G, p. 499). Pierre Andrieu est confronté une première fois à la justice pour avoir engrossé Jeanne-Madeleine Menadier. Les deux paillards sont condamnés en novembre 1719 à faire réparation genoux à terre et contraints de s’épouser (PC 6757). En juillet 1765, Andrieu est inculpé dans une obscure affaire d’extorsion d’argent exercée à l’encontre d’Isaac Vernet. Incarcéré, le chirurgien décède en prison, âgé de 72 ans (PC 10887).

42 Jean Baumgartner : né à Liestal en 1702, reçu bourgeois le 16 mai 1735, agrégé le 18 juin 1737, chirurgien de l’Hôpital général en 1759, déchu de son droit de maîtrise le 8 février 1786 comme n’ayant pas prêté le serment de bourgeois prescrit pas l’édit de 1782, mort de caducité le 2 février 1790 (G, p. 499).

43 Et non pas de Jean-Jacques-René Macaire comme indiqué de manière fautive en titre du rapport.

44 Jean-Jacques Manget II (1716-1789) : DM à Valence le 2 avril 1737, agrégé le 19 août 1738, médecin à l’Hôpital général en 1747, du CC en 1752, doyen en 1775. Petit-fils de Jean-Jacques Manget I (1652-1742), également médecin, qui publie en 1731 la Bibliotheca scriptorum medicorum veterum et recentiorum (G, p. 433-434).

45 L’observation au dos du rapport explique l’incohérence des folios : « Trouvé dans des papiers divers, de provenance inconnue, classé ici 20. X. 1959. »

46 Dans G, deux Larpin sont mentionnés qui ne correspondent ni l’un ni l’autre au chirurgien qui dresse ce rapport. Pierre Larpin : né à Chêne, reçu bourgeois le 26 juin 1770, agrégé le 30 août 1771, absent depuis sept ou huit ans en février 1792. Daniel Larpin : médecin à Chêne, candidat à l’Assemblée nationale genevoise le 31 janvier 1793 (p. 500 et 503).

47 Étienne Meschinet : originaire de Tonnay-Charente en Saintonge, reçu bourgeois le 16 décembre 1743, agrégé le 15 août 1747, chirurgien des prisons, visiteur des morts de 1765 à 1790 ; mort le 29 novembre 1790, à 75 ans (G, p. 500).

48 Sutter : chirurgien à Neydens, déjà en 1723 (G, p. 503).

49 Mélian (Millian) : chirurgien au mandement de Peney, déjà en 1731, encore en 1756 (G, p. 503).

50 Gaspard Joly : citoyen, né le 20 août 1718, DM à Montpellier le 12 septembre 1743, agrégé le 7 juin 1746, du CC en 1752, conseiller en 1768, syndic en 1780 et 1784, mort probablement hors de Genève en 1795 (G, p. 436).

51 Mage : chirurgien à Genthod, encore en 1767 (G, p. 503).

52 François-David Cabanis : né à Coppet, reçu bourgeois le 23 avril 1753, agrégé le 21 janvier 1754, chirurgien de l’Hôpital général en 1769, du CC en 1775, mort probablement hors de Genève, en 1794 ( ?) (G, p. 500).

53 Jean-Louis Villeméjane : citoyen, fils du chirurgien Pierre Villeméjane (originaire du Vigan, bourgeois le 4 juillet 1705), né le 9 novembre 1711, agrégé le 13 mai 1754, visiteur des morts, mort le 3 septembre 1761 (G, p. 500).

54 Jacques-François Chevrier : citoyen, fils et petit-fils de pharmaciens (Jean Chevrier 1649-1712 et Jean-François Chevrier 1687-1750), né le 31 mars 1716, agrégé le 3 décembre 1742, du CC en 1758, mort le 6 juin 1764 (G, p. 466).

55 Henri-François Martin : chirurgien à Plainpalais, dans la banlieue de Genève, encore en 1784 (G, p. 503).

56 Jacques De Harsu : citoyen, neveu d’Antoine Sabourin, né le 2 juin 1730, docteur en médecine, agrégé au collège des chirurgiens le 11 décembre 1758, chirurgien à l’Hôpital général en 1761, du CC en 1764, mort le 23 août 1784. Bibliographie : I. Huit lettres sur les effets de l’aimant insérées dans le Journal encyclopédique de 1776 à 1779. II. Recueil des effets salutaires de l’aimant dans les maladies, Genève, 1782, in-12, 30 ff. prél., 276 p. (G, p. 500).

57 Voir également 164 (PC 12363) : rapport sur le suicide de Jean Dittmar.

58 Le résident de France Montpéroux détaille l’affaire dans sa lettre au duc de Choiseul du 17 août 1761 : « Le 13 de ce mois, j’eus la visite du gouverneur de Monsieur Naoumov, jeune Russien, parent de Monsieur [le comte Ivan] Czernicheff, ambassadeur de Russie à notre cour. Ce gouverneur me détailla la conduite de son élève qui s’est malheureusement attaché à une fille de 35 ans, Genevoise, simple habitante et du plus bas étage, dont la conduite est très déréglée […]. L’attachement du jeune Russe pour cette fille est si aveugle que quoiqu’il y n’ait guère que six mois qu’il est en liaison avec elle, il veut absolument être le père d’un troisième enfant dont elle vient d’accoucher. Le gouverneur, après avoir épuisé toutes les voies de la douceur […], a été obligé d’avoir recours au Magistrat et de demander trois grenadiers, tant pour le garder que pour interrompre le commerce qu’il entretenait avec cette fille […]. Le gouverneur de Monsieur Naoumov m’a assuré que la passion de son élève était si forte que quoiqu’il n’eût que 18 ans, il voulait épouser sa maîtresse », Archives diplomatiques du ministère français des Affaires étrangères, correspondance politique : Genève, vol. 69, f ° 51-52.

59 Il s’agit probablement d’Antoine-Joseph Maugue, qui se présente comme le chevalier Jean des Essarts. Né vers 1730 à Clermont-Ferrand, il se distingue d’abord comme dragon dans les armées royales avant d’entamer des voyages plus ou moins aventureux en Italie, en Hollande, en Allemagne et en Angleterre. Secrétaire du duc de Mirepoix lors de son ambassade à Londres, le chevalier des Essarts gagne ensuite la Russie, en 1759, où il devient un précepteur recherché par les familles de la noblesse. Des Essarts est également l’auteur d’un manuscrit intitulé le Voyageur moscovite ou Lettres russes : ouvrage histori-politi-critique et il publie en 1770 le Livre à la mode ou le Philosophe rêveur. Vladislav Rjeoutski, « Les écoles françaises dans la société russe à l’époque des Lumières », Cahiers du monde russe, 46/3, 2005, p. 473-528, et du même auteur, « La langue française en Russie au siècle des Lumières : éléments pour une histoire sociale », in Ursula Haskins-Gonthier et Alain Sandrier (éd.), Multilinguisme et multiculturalité dans l’Europe des Lumières, Paris, Champion, 2007, p. 101-126.

60 Pierre Valloton : fils d’Abraham Valloton, chirurgien établi dans le mandement de Peney, bourgeois de Vallorbe, mort en 1782.

61 Gédéon De Rabours : citoyen, né le 9 avril 1710, DM à Valence en 1733 et à Paris en 1738, médecin des armées du roi, revenu à Genève en 1753, agrégé sans examen le 8 juin 1753, médecin de l’Hôpital général en 1766, mort le 3 février 1775. Bibliographie : I. An tritus chylosim juvet ? II. An a legitima curatione convalescentiae securitas ? III. An magnatibus venari saluberimum ? IV. Num in plagis abdominis, vulnerato intestino, pellonum sutura ?, Paris, 1737-1738, 4 br. in-4° de 4, 8, 11 et 4 p. (G, p. 435).

62 Pierre-Louis Macaire : citoyen, fils du chirurgien Jean-Jacques-René Macaire, né le 14 février 1735, agrégé le 2 octobre 1760, mort le 18 février 1814 (G, p. 500).

63 Jean-Antoine Butini : citoyen, né le 7 septembre 1723, DM à Montpellier le 16 septembre 1746, agrégé le 1er mai 1757, du CC en 1758, doyen en mars 1788, renonce au décanat en juillet 1789, mort le 2 décembre 1810. Bibliographie : I. Abrégé de la Chronologie des anciens Royaumes, par Reid ; traduit de l’anglois, 1743, in-8 ; II. Dissertatio hydraulico-medica de Sanguinis circulatione. Monspelii, 1746, in-4° de 56 p., réimprimé dans Dissert. et Quaest. Med., Lucques, 1767, t. I ; III. Traité de la petite vérole communiquée par l’inoculation, Paris, 1752, in-12 de 96 p. ; IV. Lettre à M. Ch. Bonnet sur la cause de la non-pulsation des veines, datée du 21 juin 1760, Lausanne, 1761 ; V. Projet de conciliation, par M. Jean-Antoine Butini, brochure politique parue le 14 mars 1780, in-8, 15 p. (BR no 1887) ; VI. Entendons-nous ou les moyens de se réunir, 8 novembre 1781, in-8, 29 p. (BR no 2224) ; VII. Mémoire sur le toenia à anneaux courts, ou ver solitaire, in Histoire de la Société royale de Médecine, 1782-1783, t. V, p. 285, 9 p. in-4°, pl. ; VIII. Jean Senebier attribue à Butini L’Esprit du Christianisme (G, p. 436).

64 Jean Goty : originaire de Sainte-Croix en Languedoc, né en 1730, chirurgien à Chêne, mort en 1818, père de Gédéon-Benjamin Goty (1764-1799, reçu habitant le 22 juin 1789, bourgeois le 26 janvier 1791, agrégé le 4 juillet 1793, mort du typhus) (G, p. 502).

65 Soit le pont des Frises qui, avec le pont de Coutance, relie le quartier de Saint-Gervais à celui de l’Île.

66 François-Pierre de Marignac : né le 27 septembre 1726, bourgeois avec son père le 8 juin 1733, DM à Montpellier le 10 mai 1751, agrégé le 1er décembre 1751, mort à Gachet près de Founex le 29 octobre 1781 (G, p. 436).

67 Charles-Antoine Peschier : citoyen, fils de Pierre Peschier, né le 17 mai 1738, agrégé le 20 septembre 1762 (G, p. 466), décédé le 15 juillet 1828.

68 Charles Lescureur : chirurgien à Cartigny déjà en 1755 et en 1763 (G, p. 503).

69 Augustin Le Royer : citoyen, fils de l’apothicaire Gabriel Le Royer, né le 17 mars 1729, agrégé le 26 novembre 1753, du CC en 1775, dizenier en 1778, mort le 7 décembre 1815. Ne pas confondre avec les apothicaires Robert Le Royer (1754-1836, fils d’Isaac Le Royer) et Jacques-Antoine Le Royer (1765-1826, fils d’Augustin Le Royer). Isaac Le Royer : citoyen, fils de l’apothicaire Nicolas Le Royer, né le 22 décembre 1722, agrégé le 9 août 1746, du CC en 1764, Consistoire en 1778, dizenier en 1779, mort le 2 février 1804 (G, p. 466).

70 Pierre Figuière : originaire de Barre-des-Cévennes dans le Gévaudan. Chirurgien au Petit-Saconnex, il est reçu bourgeois le 14 mai 1791 pour 2 000 florins.

71 Pierre-Michel Hennin au duc de Choiseul, 16 novembre 1770, Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères, correspondance politique : Genève, vol. 78, f° 381.

72 Jean-Jacques Ladret : pharmacien et chirurgien au Mandement, 1769-1774 (G, p. 503).

73 Voir également 124 (PC 10868) : rapport sur l’automutilation de Jean Dittmar.

74 Joseph-Marie Marguery : fils de Joseph Marguery, né à Bossey, officier de santé. En 1797, il est domicilié à Annemasse.

75 Jean-Pierre Terras : originaire du diocèse de Valence, reçu bourgeois le 29 septembre 1769, alors dit âgé de 30 ans, agrégé le 23 mai 1770, visiteur des morts depuis 1790, décédé le 29 janvier 1816 (G, p. 500).

76 En 1773, aucun Thellusson n’apparaît dans le rôle du Petit Conseil. S’agit-il d’un membre du Conseil du Deux-Cents ? Si Claude-Philippe Claparède est bien conseiller d’État, il est en revanche difficile de comprendre pourquoi il fait suivre sa signature de la mention « secrétaire ».

77 Philiberte Sarasin est inscrite au rôle des sages-femmes le 14 décembre 1764.

78 Daniel De la Roche : citoyen, né le 17 novembre 1743, DM à Leyde le 29 août 1766, agrégé le 4 avril 1771, au CC en 1775, fixé à Paris en 1782, médecin des Gardes-Suisses, médecin de l’hôpital Necker, mort à Paris du typhus en 1813. Bibliographie : une quinzaine de textes sur le tétanos, l’épilepsie, les affections nerveuses, la fièvre puerpérale, la petite vérole et contribution au Dictionnaire de Chirurgie de l’Encyclopédie méthodique avec Petit-Radel (G, p. 436 et 520-521).

79 Antoine Guillem : natif, date de naissance exacte inconnue, agrégé le 31 mars 1773, interdit le 18 juillet 1785 comme étant tombé en démence depuis plus de quatre ans, serait mort en 1805 âgé d’environ 58 ans (G, p. 500).

80 Pierre-François Tingry : né à Soissons en 1743, reçu bourgeois le 10 septembre 1773, agrégé le 10 mars 1774, professeur de chimie en 1811, du Conseil représentatif en 1816, mort le 13 février 1821 (G, p. 466). Depuis trois ans à Genève et remarqué pour ses mœurs irréprochables, Tingry se présente le 3 avril 1772 devant le Consistoire pour y abjurer le catholicisme (AEG Consistoire R89, p. 292).

81 Abraham Joly : citoyen, neveu de Gaspard Joly, né le 11 juillet 1748, DM à Montpellier le 15 mai 1771, agrégé le 30 juin 1774, au CC en 1775, renonce à la pratique de la médecine en octobre 1780, hospitalier entre 1787 et 1793, président du Conseil général du département du Léman, mort le 15 juin 1812. Bibliographie : Lettre sur Rumford (Bibl. Brit., 1797, t. VI, p. 300), 2 p., in-8 (G, p. 437).

82 Louis Jurine : natif, né le 6 février 1751, agrégé le 23 juin 1773, reçu bourgeois le 23 février 1776, chirurgien de l’Hôpital général en 1784, membre de l’Assemblée nationale genevoise en février 1793, au Consistoire le 16 novembre 1795, veut aller se fixer à Berne en juillet 1797, professeur de zoologie et d’anatomie à l’Académie sous le régime français, membre correspondant de l’Institut, mort le 20 octobre 1819. Auteur de plus d’une trentaine de textes, notamment en histoire naturelle (G, p. 500 et 531-533).

83 Gaspard Vieusseux : citoyen, né le 18 février 1746, DM à Leyde le 2 septembre 1766, agrégé le 28 mars 1771, doyen de 1789 à 1796, mort le 21 octobre 1814. Auteur de vingt-six textes, notamment sur l’inoculation (G, p. 437 et 554-555).

84 Il s’agit bien de Jean-Jacques Manget II (1716-1789), doyen en 1775. Ne pas confondre avec son fils, Jean-Louis, citoyen, né le 14 février 1753, DM à Édimbourg le 12 juin 1775, agrégé le 2 mai 1777, mort le 15 avril 1809. Bibliographie de Jean-Louis Manget : I. Case of different subjects (Medical Commentaries, 2e éd., 1774, t. I, p. 317), 3 p., in-8 ; II. Dissertatio medico-inauguralis de Digestione. Edinburgi, 1775, in-8 de 2 ff. prél., 43 p. (G, p. 436).

85 Pierre Vignier : citoyen, né le 16 juillet 1747, DM à Montpellier le 15 mai 1771, agrégé le 23 décembre 1773, du Conseil législatif en 1795, mort le 21 octobre 1814 (G, p. 437).

86 Dans G, seul Gabriel Cambessedès, originaire de Carouge, est répertorié comme chirurgien à Russin puis à Vandœuvres. Rien sur son fils Jean (p. 502).

87 La sage-femme Jeanne Saulce, née Brolliet, est inscrite au rôle des sages-femmes le 12 avril 1791. Pratiquait-elle déjà en 1783 ou s’agit-il de sa mère ?

88 Jean Laval : chirurgien, originaire de Revel dans le Languedoc, fils de Raymond Laval.

89 Charles-Guillaume Dunant : citoyen, né en 1744, DM à Montpellier le 1er février 1772, agrégé le 11 juillet 1772, médecin de l’Hôpital général en 1777, au CC en 1785, mort le 23 mars 1808. Bibliographie : I. Lettre sur l’huile de ricin (Journal de Roux, 1778, p. 44), 9 p. in-12 ; II. Pharmacopoea Genevensis, ad usum nosocomiorum ; auctoribus, D. De la Roche, L. Odier, C. G. Dunant, Genève, 1780, in-8, 6 ff. prél., 215 p. (G, p. 436-437).

90 Jean Dussaud : chirurgien au mandement en 1783, encore en 1789 (G, p. 502).

91 Pierre Sylvestre : natif, baptisé à Saint-Gervais le 4 mars 1759, DM à Montpellier en 1781, agrégé le 9 décembre 1785, reçu bourgeois le 18 mai 1791, mort le 19 novembre 1795. Bibliographie : Progymnasma medico-practicum de metastasi lactis… pro medica laurea, Montpellier, 1781, in-4° de 37 p., avec dédicace au docteur Tronchin (G, p. 437).

92 Mathias Meyer : reçu chirurgien à Chancy le 15 septembre 1785 (G, p. 503).

93 Pierre Fine : fils de Jean-Louis Fine, citoyen, né le 18 février 1758, agrégé le 6 décembre 1782, chirurgien-major du régiment de la République de 1783 à 1789, chirurgien de l’Hôpital général de 1789 à 1814, mort du typhus contracté en soignant les soldats autrichiens en février 1814. Bibliographie composée d’une vingtaine de titres (G, p. 501 et 528-529).

94 Jacques-Antoine Le Royer (1765-1826) : apothicaire, fils d’Augustin Le Royer (G, p. 466). Jacques-Antoine poursuit des études de lettres à Genève qu’il termine le 13 juin 1780. Il étudie ensuite la médecine à Strasbourg, DM le 27 octobre 1782. Il obtient sa maîtrise en pharmacie le 8 juin 1786, chez Spielmann à Strasbourg, et est admis comme juré la même année. Jacques-Antoine Le Royer revient à Genève le 15 juin 1786 et est associé à son père entre 1796 et 1815.

95 La sage-femme Faidy est encore appelée Fornerod lorsqu’elle est reçue à la maîtrise, le lundi 27 novembre 1780.

96 David Pons : chirurgien originaire de Villemagne dans le Languedoc.

97 Louis Odier : citoyen, né le 17 mars 1748, DM à Édimbourg le 12 septembre 1770, agrégé le 23 novembre 1773, au CC en 1788, mort le 16 avril 1817. Considérable bibliographie répertoriée chez Léon Gautier en quatre rubriques : « Publications personnelles originales », « Journalisme », « Traductions et extraits », « Publications politiques » (G, p. 437 et 538-544).

98 Jean-Geoffroy ou Godefroy Brauer : chirurgien originaire de Hunawihr en Alsace.

99 Michel Combes : originaire de la vallée de Pérouse, chirurgien à Plainpalais encore en 1791 et en 1797 (G, p. 502).

100 Jean-Godefroy Zink : chirurgien originaire d’Alsace.

101 Abraham Bourdillat : citoyen, né le 11 novembre 1748, agrégé le 21 février 1776, secrétaire de la Chambre de santé en 1797, mort en 1817 (G, p. 466).

102 Pierre Butini : citoyen, fils du médecin Jean-Antoine Butini (1723-1810), né le 25 mars 1759, DM à Montpellier le 7 juillet 1783, agrégé le 18 novembre 1783, mort le 24 novembre 1838. Bibliographie composée de cinq titres sur le ténia, le sel d’Epsom, la théorie de la terre et la physiologie sanguine (G, p. 437 et 514).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540