Version classiqueVersion mobile

Les corps meurtris

 | 
Fabrice Brandli
, 
Michel Porret

Liminaire

Texte intégral

1Depuis le XIXe siècle, la médecine légale s’est socialement et institutionnellement construite comme une science exacte des corps violentés. Or son histoire remonte à la Renaissance au moins, pour ne pas évoquer la médecine du forum des Romains ou alors les coutumiers médiévaux. Cet ouvrage aborde l’historicité de cette discipline à un moment important de sa généralisation institutionnelle. Sa première partie revient sur la contextualisation des pratiques médico-légales entre l’Ancien Régime et le XIXe siècle. Il s’agit de comprendre la transition épistémologique entre les savoirs épars et les savoirs constitués pour saisir l’emboîtement des seconds dans les premiers. La seconde partie de cet ouvrage est constituée d’archives tirées de procès criminels. Il donne à lire un corpus inédit d’environ 400 rapports médico-légaux que signent au XVIIIe siècle à Genève des chirurgiens et des médecins assermentés. En soulignant les enjeux judiciaires de la culture de l’expertise médico-légale comme creuset de la certitude dans la pratique pénale sous le régime arbitraire des délits et des peines, cette collection documentaire permet d’historiciser la fabrique institutionnelle et sociale du savoir médico-légal dans le ressort étroit de la République souveraine de Genève. Soit l’économie de l’investigation judiciaire et des expertises médico-légales qui mettent en indices et parfois en preuves les corps meurtris levés, quelquefois même examinés, sur les scènes du crime, du suicide et de l’accident.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search