Version classiqueVersion mobile

Les corps meurtris

 | 
Fabrice Brandli
, 
Michel Porret

Préface

Patrice Mangin

Texte intégral

1Au cours de ces trois dernières décennies, la médecine légale a bénéficié des progrès spectaculaires des nouvelles technologies issues notamment de la biologie, de la chimie, de l’imagerie, avec pour résultats des capacités d’investigations beaucoup plus performantes. Cette évolution n’a évidemment pas échappé aux médias. Médiatique de par ses fonctions au service de la cité en général et des autorités judiciaires en particulier, cette « médecine de crise », pour reprendre une formule d’un médecin légiste célèbre, s’est particulièrement popularisée sous l’impulsion des médias notamment à travers la littérature policière, le cinéma et les séries télévisuelles.

2En dépit de cet intérêt médiatique récent, il convient de rappeler que la médecine légale est l’une des plus anciennes disciplines enseignées dans les facultés de médecine. Dès leur création, les premières facultés de médecine en Europe se sont toutes dotées de chaires de médecine légale. On attribue à ce titre la paternité de la médecine légale aux médecins/chirurgiens de la Renaissance comme, entre autres, Ambroise Paré en France, Félix Platter à Bâle et un peu plus tardivement Paolo Zacchia en Italie. À cette époque, la médecine légale était un art médical essentiellement descriptif et souvent préoccupé par des considérations davantage militaires que civiles. Néanmoins avec le temps, le champ d’action de la discipline s’est diversifié au fur et à mesure des besoins manifestés par les autorités de police et de justice. Cette évolution a contribué à la mise en place d’une approche et d’une réflexion déjà bien établies au XVIIIe siècle ainsi que le montre l’important travail d’anthologie entrepris par Fabrice Brandli et Michel Porret à travers l’étude de 377 textes de protocoles d’expertises médicolégales rédigés entre octobre 1716 et août 1792, issus de 239 dossiers de procédures criminelles, extraits des archives criminelles de la République de Genève. À cet égard, il est remarquable de constater que déjà à cette époque la pratique de l’interdisciplinarité était courante avec des interventions d’experts de compétences différentes, mais complémentaires, comme le chirurgien, le médecin, la sage-femme et le pharmacien-apothicaire. La rédaction des constats médico-légaux de l’époque n’est pas non plus sans rappeler au plan formel la présentation actuelle des rapports et constats rédigés par les experts en médecine légale. Quant au contenu, on est souvent surpris à la lecture par la manière dont sont exposés les faits, les constatations médicales et les éléments du raisonnement médico-légal en tout point semblable avec les pratiques actuelles.

3Mais ce qui nous semble le plus important à souligner, c’est l’époque choisie par les auteurs pour leur étude. Ce choix n’a certainement pas été le fruit du hasard. En effet, le siècle des Lumières, a été marqué sous l’impulsion des nouveaux philosophes par un bouleversement des mentalités, notamment au plan de la pratique judiciaire. C’est en effet l’époque à laquelle commence à émerger l’idée d’une part que l’administration de la preuve devait ou pouvait se substituer à la recherche de l’aveu jusqu’alors extorqué parfois sous la torture et d’autre part que toute personne accusée devait pouvoir faire valoir ses droits à sa propre défense. À ce titre, il n’est pas exagéré de considérer le XVIIIe siècle comme une période charnière et déterminante pour le développement de la médecine légale dont les fondements justificateurs reposent précisément sur ces deux concepts que sont la reconnaissance de la primauté de la preuve sur l’aveu et des droits de la défense. C’est ainsi, comme le mentionnent Fabrice Brandli et Michel Porret, qu’à Genève l’abolition de la torture est intervenue en 1738 et les droits de la défense ont été légalisés dès 1734 avec l’introduction de la possibilité d’une plaidoirie d’avocat au cours des procès. Dès lors, cette transformation des idées aura évidemment un retentissement considérable sur le déroulement des enquêtes judiciaires en accordant une importance primordiale aux indices étayés sur la base de preuves scientifiques, au nombre desquelles figurent les preuves médicales et biologiques que vont devoir par la suite, apporter les médecins légistes. Au cours du XIXe siècle, la médecine légale devient comme le soulignent très justement Fabrice Brandli et Michel Porret « une science constituée et une discipline indissociable des pratiques judiciaires et des procédures policières ».

4Toutes ces considérations plus ou moins intuitives méritaient d’être contrôlées et argumentées sur la base de données concrètes et bien établies. Grâce au travail rétrospectif et méthodique de Fabrice Brandli et Michel Porret, c’est chose faite. Nous savons désormais que les corps meurtris dont les résultats des investigations médico-légales ont été consignés dans les 377 protocoles extraits des archives criminelles de la République de Genève suscitaient déjà au XVIIIe siècle les mêmes interrogations fondamentales qu’aujourd’hui : pourquoi, quand et comment ? À charge pour les experts concernés d’y répondre avec les connaissances médicales et scientifiques du moment. Cette « médecine légale des Lumières » apparaît ainsi, à bien des égards, peu différente dans son mode opératoire et sa réflexion de la discipline que nous pratiquons de nos jours. À trois siècles de distance, le constat est surprenant mais bien réel puisque la raison d’être de la médecine légale n’a, dans les faits, pas varié depuis l’émergence de la pensée philosophique du siècle des Lumières d’où elle tire ses racines. C’est du moins l’interprétation que nous nous permettons d’avancer à la lecture de cet ouvrage passionnant de Fabrice Brandli et Michel Porret. Au nom de la communauté médico-légale que nous nous proposons humblement de représenter, qu’ils en soient remerciés.

Auteur

Directeur du Centre universitaire romand de médecine légale.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search