Version classiqueVersion mobile

La haine

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Ludovic Gaussot

Troisième partie. Supports

Jules Ménard : Un polémiste « socialiste national » antisémite dans la France de la Belle Époque

Jean-François Tanguy

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La polémique n’est pas un genre spécifiquement contemporain1. Elle a été pratiquée dès l’Antiquité, dans des controverses de type politique ou religieux : Philippiques de Démosthène ou de Cicéron, affrontement différé [l’un réfutant l’autre2] entre Celse, attaquant avec vigueur et pertinence le christianisme et Origène le défendant avec tout autant de vigueur et de pertinence, puisqu’en ces matières tout dépend [souvent] des postulats qui fondent l’argumentation. Le premier grand écrivain chrétien, Tertullien (iiie siècle), est d’abord un redoutable polémiste, fort peu charitable envers les ennemis du christianisme. Des siècles plus tard, Les Provinciales sont un des chefs-d’œuvre de la littérature polémique. Quelque chose change-t-il donc vraiment au xixe siècle ? La réponse est oui. La disparition, au moins à l’Ouest, des incriminations de sacrilège ou d’athéisme, les progrès relatifs de la démocratie, les nouvelles modalités du débat politique, l’augmentation du nombre de lisant-...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search