Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lequinio

 | 
Claudy Valin

Troisième partie. L’homme d’État (septembre 1791-février 1794)

Chapitre VI. Un représentant du peuple sous la Convention (septembre 1792-février 1794)

Texte intégral

  • 1 J. Guiffrey, Les conventionnels. Liste par département et par ordre alphabétique des députés et des (...)
  • 2 Décret L11, 489 ; B24, 1081 du 20 septembre 1792 « qui détermine les causes, le mode et les effets (...)
  • 3 Décret L11, 535 ; B24, 1055 « relatif au mode de restitution des biens des religionnaires fugitifs  (...)
  • 4 Décret B25, 1 du 20 septembre 1792 « sur la vérification des pouvoirs des députés » ; B 25, 2 « déc (...)
  • 5 Décret L 11, 556 ; B25, 3 du 21 septembre 1792. Cf. id., t. V, p. 1.

1Les assemblées électorales se réunissent du 2 au 19 septembre 1792 dans les 83 départements que compte le pays ; Joseph-Marie Lequinio est l’un des 8 élus du Morbihan, toujours avec l’état de « juge au tribunal de Vannes1 ». Dès le 20, les députés de la nouvelle assemblée qui prend le nom de Convention s’installent dans la salle des séances. Alors que ceux de la Législative ont à peine quitté leur siège, tout en ayant, la première partie de cette journée, voté, entre autres, la loi sur le divorce2 et celle de la restitution de leurs biens aux protestants qui ont fui les persécutions de l’Ancien Régime3, la troisième génération de députés dans une parfaite continuité, prend des dispositions pour être immédiatement à pied d’œuvre4. Dès le lendemain est voté un décret qui tient en une seule ligne : « La Convention nationale décrète à l’unanimité que la royauté est abolie5. » Lequinio débute son deuxième mandat en participant à un acte qui fait date dans l’histoire du pays.

  • 6 J. Michelet, Histoire de la Révolution française, op. cit., t. IV, p. 12.

2Au cours de l’été, et jusque dans les dernières semaines qui précédèrent cette proclamation, des événements d’une importance considérable, qui d’ailleurs en grande partie la provoquèrent, s’étaient produits. Leur portée historique n’est pas moindre. Pour Michelet « le 10 août fut un grand acte de la France. Elle périssait sans nul doute, si elle n’eut pris les Tuileries6 ». Il illustre son opinion par un témoignage, qui lui paraît emblématique du sentiment du peuple parisien :

  • 7 Id, p. 12.

« On voulait en finir avec les ennemis publics ; on ne parlait ni de république ni de royauté ; on parlait de l’étranger, du comité autrichien qui allait nous les amener7. »

  • 8 J.-M. Lequinio, Préjugés détruits, op. cit., p. 33. Note au bas de cette page.
  • 9 Id., le manuscrit ne fut édité que le 22 septembre 1792, donc bien après l’événement du 10 août. La (...)

3Joseph-Marie Lequinio débute le chapitre IX intitulé « Des rois », dans Préjugés détruits, par cette interrogation : « La France avait des rois, faut-il encore que j’en parle ? » Dans une note de bas de page il tient à préciser que « ce chapitre, ainsi que tout l’ouvrage, était écrit avant le 10 août8 ». En quelque sorte, il aurait pressenti et même prédit cette journée historique et la chute de la royauté qui en découla, sous-entendu que cette intuition le qualifie comme un politique digne d’être écouté car ayant perçu, avant le bruit de la mitraille, la colère du petit peuple parisien, attentif qu’il est à cette catégorie indigente, mais agissante. Craignant d’être contesté – il semble avoir essuyé quelques déconvenues au Club des jacobins, selon ce que révèle sa prose au chapitre VII « De l’éloquence » – quant à cet énoncé, il proteste que « plusieurs personnes à Paris en ont la preuve » – que son manuscrit était achevé9.

4De cette colère du peuple de Paris, il est encore, le témoin direct quand le 2 septembre à 6 heures du soir

  • 10 Le Moniteur universel, no 243, mardi 4 septembre 1792, t. XIII, p. 602 et Archives parlementaires, (...)

« des officiers municipaux admis à la barre annoncent qu’il se fait des rassemblements autour des prisons et que le peuple veut enfoncer les portes. Ils prient l’Assemblée de délibérer sur le champ sur cet objet en observant que le peuple est à la porte et qu’il attend sa décision10 ».

  • 11 Il s’agit pour l’essentiel de proches collaborateurs du roi, notamment du ministre Montmorin et de (...)
  • 12 Voir notamment sur un plan général, G. Rude, La foule révolutionnaire, Paris, Fayard, 2007 et sur u (...)

5Basire propose l’envoi de commissaires pris au sein de l’Assemblée « pour parler au peuple et rétablir le calme ». L’orateur, outre François de Neufchateau, Isnard et Lequinio se transportent tous les quatre, ceints de l’écharpe de député, à la prison de l’Abbaye pour tenter d’éviter le pire. L’émeute a pris naissance dans un fait survenu lors du transfert de prisonniers évacués de l’Hôtel de ville11, au moment où le convoi de fiacres, après avoir passé le Pont Neuf, remonte la rue Dauphine et parvient à un carrefour où est installée une estrade pour le recrutement des citoyens qui partiront au front, car l’ennemi approche de la capitale. Selon une version qui paraît vraisemblable, mais finalement d’une importance assez relative, un prisonnier aurait de sa canne frappé l’un des citoyens pour l’avoir injurié. La foule, dans une ambiance survoltée accompagne le convoi dans le but d’en découdre avec ses occupants. Les conditions sont toutefois réunies pour que l’incident, anodin en lui-même, dégénère en émeute sanglante. L’une de ces conditions est sans nul doute la proximité du danger représenté par un ennemi réel dont les complices, plus ou moins imaginaires, se cachent à l’intérieur même de la cité12. Quand les députés parviennent à destination, le sang a déjà commencé à couler. Dussaulx, de retour à l’Assemblée avec ses trois collègues, fait ce récit :

  • 13 Archives parlementaires, t. 49, p. 21.

« C’est avec beaucoup de peine que nous sommes parvenus aux portes de l’Abbaye. Là, nous avons essayé de nous faire entendre. Un de nous est monté sur les chaises, mais à peine a-t-il prononcé quelques paroles, que la voix fut couverte par des cris tumultueux. Les intentions pacifiques de ceux qui nous écoutaient ne pouvaient se communiquer à des milliers d’hommes rassemblés. Nous nous sommes retirés et les ténèbres ne nous ont pas permis de voir ce qui se passait, et je ne saurais rassurer l’Assemblée sur les suites de ce malheureux événement. Le peuple est excité au point de n’écouter personne ; il craint d’être trompé13. »

  • 14 Sur les massacres de septembre voir notamment, F. Bluche, Septembre 1792. Logiques d’un massacre, P (...)

6C’est un camouflet que reçoit la représentation nationale. Elle n’est plus respectée. Est-ce parce que, malgré de grandes lois, elle a commis, dans la gestion des affaires courantes, des erreurs dont le peuple subit les effets dans sa vie quotidienne ? Toujours est-il que, de cet épisode, Lequinio ne dira mot dans ses différents écrits14.

  • 15 Au chapitre XXII des Préjugés détruits, intitulé « De la guerre ».

7Ces événements sanglants ne surviennent pas par une sorte de hasard, il faut les replacer dans un contexte, et ce contexte c’est celui de la guerre, calamité15, certes, mais maintenant elle s’impose à lui, à ses collègues, au peuple citoyen.

  • 16 J.-P. Bertaud, Valmy, Paris, Julliard, 1989. Description de la bataille avec carte et plan.
  • 17 Décret B25, 1, « Sur la vérification des pouvoirs des députés », 20 septembre 1792. Cf. Collection (...)
  • 18 Arch. dép. Morbihan, 3ES 240-4, p. 7.

8Le 20 septembre 1792, à 7 heures du matin, en avant du Mont Ivron, Deprez-Crassier, chef d’une batterie française, fait tirer sur les hommes du prince de Hohenlohe ; la bataille de Valmy a commencé16. Le 20 septembre, à Paris, dans l’enceinte de l’Assemblée nationale, sensiblement à la même heure, commence la vérification des pouvoirs des députés nouvellement élus17. La guerre ne pourra que compliquer l’œuvre à laquelle ils doivent s’atteler, la Constituante puis la Législative ayant laissé de nombreux chantiers inachevés, tandis que le processus révolutionnaire, en son essence même, exige d’aller toujours plus loin dans la direction que les révolutionnaires de 1789 ont tracée. Ce processus ne fonctionne cependant pas à part des hommes ; ce sont eux qui en actionnent le mécanisme. Mobiliser des citoyens, massivement puisés dans les couches sociales du petit peuple, c’est leur donner le droit à une citoyenneté intégrale, que ce soit pour entrer dans la garde nationale ou pour concourir aux diverses élections, sans condition de cens. Lequinio, qui, dans l’arrêté de l’assemblée municipale de la communauté de ville de Rhuis le 11 janvier 1790, dénonçait cette discrimination18, ne pourra que s’en féliciter. Aussi est-il peu étonnant de le trouver à la gauche de l’Assemblée. Il est aux côtés des figures qui marqueront bien plus que lui l’histoire de cette période qui s’ouvre dans une ambiance chargée de lourds périls. Ces périls ne pourront être conjurés qu’en sortant de l’Assemblée. Bien des députés, qui n’étaient nullement préparés à jouer un tel rôle, se seront envoyés sur les champs de bataille, à la tête des armées et partout où ils seront jugés utiles par leurs pairs, incarnant, ceints de leur écharpe tricolore, la représentation nationale, désormais plus proche des citoyens.

Sur les bancs de l’Assemblée

  • 19 Décret L11, 564 ; B25, 6 du 22 septembre 1792 « relatif au renouvellement des corps administratifs, (...)
  • 20 Décret LB25, 563 ; 10 du 23 septembre 1792, cf. id., p. 3.
  • 21 Décret L11, 563 ; B25, 13 du 23 septembre 1792, ibid., p. 3.
  • 22 Décret L11, 563 ; B25, 14 du 25 septembre 1792, ibid., p. 4.
  • 23 Décret L 11, 570 ; B25, 15 du 25 septembre 1792, ibid., p. 4.

9Si la guerre est une préoccupation lancinante pour les députés, pour autant cette inquiétude ne les condamne pas à l’inertie. En occultant l’œuvre législative de la Convention au bénéfice des victoires et des revers de l’armée nationale, on aboutit, par une sorte de fiction rétrospective, au résultat qu’escomptaient ses adversaires. La victoire de Valmy n’a pas terminé la guerre, il s’en faut même de beaucoup ; malgré les 100 000 hommes que représentent les armées réunies de Reims et de Chalons, l’ennemi n’a pas été repoussé hors des frontières du pays et les combats se poursuivent de manière incessante durant les jours et les semaines suivantes. Or, dès le 22 septembre, aussitôt après avoir prononcé l’abolition de la royauté, les députés s’attèlent à l’œuvre législative après avoir remis un peu d’ordre dans l’appareil d’État. Ils épurent l’administration19, le lendemain ils nomment des commissaires pour la fabrication des assignats20 ; ils décrètent la suppression des rentes apanagères dont bénéficiaient les princes français21 ; ils décrètent l’incompatibilité entre les fonctions de représentant de la Nation et « toute autre fonction publique22 » ; ils suppriment la haute cour nationale23. Les lois sortent de l’Imprimerie nationale à une cadence de 5 à 15 par jours selon l’importance des sujets qui sont examinés.

  • 24 Arch. nat., AFII* 9, séance du 15 octobre 1792.
  • 25 Philippe François Nazaire Fabre dit Fabre d’Eglantine (Carcassonne, 28 juillet 1750-Paris, 5 avril (...)

10Joseph-Marie Lequinio n’a probablement pas assisté à toutes les délibérations et participé aux votes qui ont suivi. L’absence d’appel nominal systématique empêche de vérifier son assiduité. À titre principal il se consacre à l’examen des dossiers qui continuent d’affluer sur le bureau du Comité d’agriculture. Lors de la séance plénière du 15 octobre 1792 il est élu secrétaire24 aux côtés de Fabre d’Eglantine25. La rotation est bimensuelle pour les secrétaires, mensuelle pour les présidents.

En charge de la question des subsistances

  • 26 Antoine François Hardy (Caen 1748-Paris 1823), issu d’une famille protestante, exerce l’art de la m (...)
  • 27 A. Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris, Payot, 1973, t. I, p. 98. L (...)

11Plus que jamais la question des subsistances se pose avec acuité au début de l’automne de l’an I de la République, elle hante l’esprit des députés qui siègent au milieu du peuple de Paris affamé. Dans cette ambiance tendue, Lequinio se voit confier la rédaction d’une instruction sur « la libre circulation des grains » pouvant servir de base de réflexion à la représentation nationale en vue d’un décret sur le sujet. Son texte est prêt dès le 19 octobre, il est examiné en réunion plénière du Comité d’agriculture le 20, mais, jugé imparfait il doit être revu et corrigé conjointement avec Fabre d’Eglantine et Hardy26. Le 22, remaniée et complétée, l’instruction est adoptée par le Comité d’agriculture. La rapidité dans l’exécution de cette mission est à la mesure d’une situation très dégradée sur le plan alimentaire. La guerre accapare les approvisionnements, priorité étant donné par le Conseil exécutif à l’armée aux dépens de la population civile. Le gouvernement est pris en tenailles. Les adversaires de la Révolution, mis en difficulté sur le terrain militaire, gagnent en partie par les effets indirects que provoquent les hostilités. Déjà, en septembre, au plus fort des combats, des marchés avaient été pillés dans plusieurs départements et un meunier avait laissé sa vie entre les mains des émeutiers. Le 7 octobre, plusieurs communes du département de Seine-et-Oise demandaient à la Convention d’ordonner la taxation des subsistances comme le seul remède à la crise et complément indispensable à la loi sur les réquisitions27. Les pétitions continuaient d’affluer, l’une d’entre elles ordonnait :

  • 28 Id., p. 99.

« Taxez le maximum ; portez le pour cette année à neuf livres le quintal […] anéantissez les grands corps de fermes qui conservent dans des mains coupables des quantités considérables de grains28… »

  • 29 Décret B26, 24, « concernant les subsistances pour Paris ». Cf. Collection des lois, décrets, ordon (...)
  • 30 Jean-Marie Rolland de la Platière (Villefranche 19 février 1734-Paris 15 novembre 1793), inspecteur (...)
  • 31 Décret B26, 24 du 6 décembre 1792, « concernant les subsistances pour Paris ». « La Convention nati (...)
  • 32 Décret L12, 314 ; B26, 21 du 6 décembre 1792 « qui accorde des récompenses aux dénonciateurs concer (...)

12L’instruction rédigée par Lequinio, en collaboration avec Fabre d’Eglantine et Hardy ne se situait pas vraiment sur le terrain de la taxation et des réquisitions, mais sur celui de la circulation des denrées une fois extraites des lieux où elles étaient entreposées. L’instruction vise en effet tout simplement à empêcher le pillage des convois, la taxation spontanée et arbitraire des grains. « Tout ce que vous faites pour régler le commerce ne sert qu’à l’entraver » est-il écrit dans un projet d’appel à la population inclus dans l’Instruction. Après beaucoup d’hésitation, la Convention vote, en s’en inspirant, un décret « concernant les subsistances pour Paris29 ». Une lettre du ministre de l’Intérieur, Jean-Marie Rolland30, est convertie en motion par l’un des députés31. Un second décret, le même jour, met en place une commission de quinze membres pris au sein de la Convention « pour chercher et faire arrêter les auteurs, les fauteurs et complices des faits dénoncés par le ministre de l’Intérieur et les interroger » ; une récompense est promise « à ceux qui révèleront (sic) les complices des faits dénoncés » tandis que la grâce sera accordée « aux coupables qui feront leur dénonciation avant d’être arrêtés32 ».

  • 33 Bib. nat., LE38-2349, Convention nationale. Opinion de Lequinio député du Morbihan sur les subsista (...)
  • 34 Id. p. 2.

13Comme sur tout sujet qui revêt une certaine importance à ses yeux, Lequinio ne peut retenir son opinion, et celui concernant les subsistances à la solution duquel il est associé lui paraît suffisamment crucial pour qu’il la fasse connaître. C’est un opuscule jugé suffisamment digne d’intérêt par la Convention qui lui accorde son imprimatur33. Son « opinion » est guidée, comme il le proclame toujours, par le souci de dire la vérité, celle en tout cas qui lui est propre. « Je vais parler avec franchise citoyens ; je vais dire ce que je crois des vérités et par conséquent je ne plairai pas… » car « le vrai républicain doit parler sans détour34 ». Le raisonnement qu’il propose commence par un postulat : « La France manque-t-elle de bleds ? Non. La France recueille habituellement au-delà de ses besoins… » Puis il développe une dialectique qui s’infléchit progressivement pour atteindre, par-delà la question des subsistances, un objectif d’une toute autre nature. « Alors, pourquoi cette disette de grains interroge-t-il ? » Première hypothèse : « Existe-t-il des accapareurs (et d’abord) qu’appelle-t-on l’accaparement ? » Il exclut d’emblée « les grandes spéculations que les Choiseul et quelques autres agents infâmes du despotisme entreprirent, il y a quelques années… » Alors, « entend-on par accaparement la réserve des blés dans les greniers et dans les granges, la retenue que font de leurs grains les propriétaires et les fermiers » ? Effectivement, il existe et ajoute-t-il, « je dis même qu’il est presque universel ». Apparaît alors le défenseur du « laboureur », le travailleur besogneux de la terre.

  • 35 Ibid., p. 3.

« Mais qui le (l’accaparement) produit ? La frayeur. Et d’où vient cette frayeur ? De l’agitation générale, des menaces et des mauvais traitements exercés en plusieurs endroits contre des fermiers, des propriétaires ou des trafiqueurs (sic) de blé connus sous le nom de bladiers35. »

  • 36 Ibid., p. 4.

14Ce monde des producteurs est celui dans lequel il est né, a grandi et a acquis la notoriété de sorte que, par instinct, il est poussé à le défendre. « Je sais que cela (l’accaparement) existe, même dans les pays de petite culture où le paysan récolte à peine un léger excédent de ses besoins36. » Mais en disculpant le petit paysan qui protège le produit de son labeur, Lequinio se met en contradiction avec les aspirations du petit peuple, celui de la campagne comme celui de la ville. Pour sortir de cette contradiction, il crée une catégorie à part de citoyens, sorte d’agitateurs professionnels :

  • 37 Ibid., p. 6

« Les patriotes de mauvaise foi, ces hypocrites ambitieux qui, partisans de la Révolution […] n’ont pas d’autre talent que celui de crier, exalter à plaisir, à solliciter le public et ceux-ci trompent assurément le peuple que sa confiance réside en eux37. »

  • 38 Jacques René Hébert (Alençon, 15 novembre 1757-Paris, 24 mars 1794), publiciste, membre du Club des (...)
  • 39 Jacques Roux (Saint-Cibard-de-Pransac, 21 août 1752-Paris, 20 janvier 1794), second des douze enfan (...)
  • 40 On dispose d’assez peu d’éléments sur le personnage. Albert Matiez le décrit comme issu d’une bonne (...)
  • 41 Opinion de Lequinio député du Morbihan, sur les subsistances…, op. cit., p. 9.

15Le député du Morbihan, ce faisant, s’affiche clairement contre les « enragés », extrême gauche du mouvement populaire, Hébert et son père Duchesne38, Jacques Roux39 et Varlet40. Il conclut toutefois son propos de manière assez inattendue, du moins pour les députés libéraux, ceux de la Gironde et ceux du Marais, parmi lesquels figurent des bourgeois riches de leurs rentes foncières ou qui en sont les porte-parole. S’il porte toujours au Pinacle « la navigation intérieure » comme l’une des solutions pour faciliter la circulation des subsistances, surtout il préconise de « favoriser la division des propriétés et la multiplication des propriétaires afin d’empêcher les grandes spéculations de réserve » ; « de favoriser la division des fermages » ; « enfin, d’empêcher qu’un homme puisse tenir plusieurs fermes à la fois41 … ». L’auteur qui formule ainsi quelques idées se rattachant à la réforme agraire ne le fait pas pour se mettre au goût du jour, tout simplement il continue, cohérent avec lui-même, à défendre la petite propriété et le principe de la terre à ceux qui la cultivent, dans le prolongement des Cahiers des plaintes et demandes de la ville de Rhuys, dont il inspira de nombreuses dispositions et de ses divers écrits sur la condition du laboureur.

  • 42 Arch. nat., AFII9, Reproduction de l’écrit sur le registre des procès-verbaux de séances du Comité (...)
  • 43 Id., « le citoyen Rolland s’est rendu au comité et a consulté sur l’état des subsistances de la cap (...)
  • 44 Ibid., Registre des procès-verbaux de séances, séance du 15 décembre 1792. « Le citoyen Lequinio a (...)

16Ceci étant, la situation dans Paris s’aggrave encore. Les fournisseurs de vivres et les délégués de 48 sections, le 17 novembre 1792, font passer au Comité d’agriculture une note rédigée dans un style simple, mais au contenu alarmant : « Il n’y a plus de farine que pour douze à treize jours42. » Les membres du comité se déclarent en séance permanente, invitent le ministre de l’Intérieur à les rencontrer. Deux points de vue s’affrontent durement : le ministre estime que la pénurie de subsistances est uniquement due « au défaut de circulation et à l’épouvante du commerce continuellement menacé par les insurrections… » ; les membres du comité mettent en cause « la cupidité du fermier et son peu de confiance au papier monnaie43 ». Le débat en reste là quand, le 24 novembre, Lequinio, de permanence au comité, reçoit une députation de la commune de Saint-Denis qui élève « une réclamation sur les subsistances », formule qui rend assez peu compte de la tension qui règne alors. Durant les jours et les semaines qui suivent des délégations de citoyens venus des sections de Paris, se succèdent à la porte du comité, les pétitions et les doléances s’accumulent sur son bureau, la taxation des grains est réclamée à forte voix. Répercutée auprès de l’Assemblée, cette doléance est rejetée. Assaillis de protestations, les membres du Comité d’agriculture désertent le lieu des séances, toujours accessible sans formalité. Sur vingt-cinq membres, on en compte dix à la séance plénière du 29 novembre, huit à celle du 1er décembre, deux à celle du 3, sept à celle du 13, neuf à celle du 15, sept à celle du 18, cinq le 20… Cet absentéisme s’explique de deux façons : soit que certains aient cédé au découragement, las de ne pas être écoutés par l’Assemblée, tout en étant exposés au mécontentement populaire, soit que d’autres aient préféré se retirer pour travailler sur les dossiers dans une ambiance plus sereine. Lequinio, présent aux séances des 1er et 15 décembre44, réapparaît à la séance du 12 janvier 1793 pour le renouvellement du bureau et débattre une énième fois sur le partage des communaux. Il est présent à celles des 29 et 31 janvier. Le 20 février il fait

« rapport sur la pétition des habitants de Dol sur le dessèchement des marais et sur la demande de 50 000 livres de secours pour la réparation d’une digue récemment endommagée par la mer »…

17Il ne reviendra au comité que le 6 juin 1793, après s’être acquitté d’une mission d’un autre genre.

L’affaire Gérard dite encore « L’affaire de l’Orient »

18L’événement sanglant qui survient à Lorient le 14 septembre 1792 n’est pas sans rappeler les massacres qui ont eu lieu dans la capitale une semaine plus tôt. Le contexte international est le même, doublé de tensions propres à la Bretagne, engendrées en particulier par

  • 45 R. Dupuy, De la Révolution à la chouannerie, op. cit., p. 264.

« l’affaire de la Rouërie (qui) éclate à la fin du mois de mai 1792 dans la commune de Saint-Ouen-la-Rouërie, district de Dol en Ille-et-Vilaine puis presque simultanément connaît des rebondissements à la Roche-Bernard, Rennes, Lorient et Vannes45 ».

  • 46 Id., p. 264-271.

19Si Roger Dupuy, par une argumentation fondée sur la critique des sources auxquelles avaient recouru d’éminents historiens, a démystifié le scénario au centre duquel fut placé cet aristocrate breton46, il n’en demeure pas moins que, sur le moment, la rumeur du complot ourdi de l’intérieur du pays par les adversaires de la Révolution a irrité l’opinion publique et tenu les patriotes aux aguets, ceci d’autant plus qu’au large louvoient les bâtiments de guerre de la marine anglaise. Le contexte de l’événement est donc, à peu de chose près, identique à celui qui présida aux « septembrisades » parisiennes, comme son développement.

  • 47 Bib. nat., LB41-2338, Affaire de l’Orient. Le dossier comprend :
    – une lettre de la société des amis (...)

20Gérard passe pour « l’homme de l’Orient (sic)47 » qui tient sa fortune du négoce avec l’étranger. Le bruit se répand que « sous fausse déclaration de clincailleries », Gérard a fait embarquer des fusils pour l’exportation. Arrêté, il est emprisonné, mais les citoyens, que la nouvelle a jetés dans la rue, entendent faire justice par eux-mêmes. Les émeutiers

« enfoncent la ligne des gardes, brisent les portes du cachot, arrachent le captif aux magistrats, l’assassinent sur place et traînent de rue en rue son corps mutilé »,

  • 48 Pitre-Chevalier, Bretagne et Vendée. Histoire de la Révolution dans l’Ouest, op. cit., p. 303. Cett (...)

selon la version donnée par l’historien Pitre-Chevalier, lequel ajoute : « C’étaient des femmes qui s’en disputaient les lambeaux. Un misérable enlève la tête d’un coup de sabre, il la met au bout d’une pique48. » Cette sauvagerie plaide pour la spontanéité d’une justice populaire au contraire d’un homicide froidement prémédité dans un but crapuleux. C’est précisément tout le débat dans lequel s’affrontent d’une part Joseph-Marie Lequinio et d’autre part la bourgeoisie lorientaise à travers le conseil général de la commune et la société des amis de la liberté et de l’égalité.

  • 49 Affaire de l’Orient, lettre de la société des amis de la liberté et de l’égalité du 11 octobre 1792 (...)

« Nous lisons les papiers publics et nous y voyons avec indignation le rapport que le citoyen Lequinio nous fait de la malheureuse affaire du citoyen Gérard49… »

21En effet, se démarquant complètement des émeutiers, les dirigeants de la société populaire s’insurgent contre le classement de l’affaire que propose le député breton auquel l’instruction du dossier a été confiée par la Convention pour déterminer si le fait entre dans le cadre de l’amnistie décrétée le 5 octobre en faveur des auteurs d’émeutes sanglantes quel que soit le lieu où elles survinrent dans la suite de la journée du 10 août 1792.

22Singulièrement Lequinio est vivement pris à partie par ceux-là mêmes des jacobins de Lorient qui avaient aidé à la création du club de Vannes en janvier 1791. Il est suspecté d’avoir dissimulé des informations.

  • 50 Id.

« Comment se fait-il que les procès-verbaux qui ont été adressés à la députation du Morbihan ne lui soient pas parvenus ? Comment se fait-il, si elle les a reçus, que le citoyen Lequinio, qui dit parler en son nom, ne vous les ait pas communiqués ? Enfin comment se peut-il que l’on vous présente cet événement sous le même point de vue que ceux qui ont eu lieu depuis le 10 août50 ? »

23Indirectement mise en cause, la députation du Morbihan, impliquée dans l’instruction du dossier, mais à un moindre degré, réagit dès le 20 en rappelant qu’elle a statué au vu notamment de la lettre du directoire du département du Morbihan. L’affaire prend un tour politique fâcheux quand le député Michel, appartenant à cette même députation, déclare et signe « comme ayant été d’un avis contraire » alors que d’un autre côté Lequinio reçoit le soutien de ses compatriotes Le Mailland, Rouault, Gillet, Lehardi et Corbel. Visiblement, Michel, originaire de Lorient, veut se démarquer de ses collègues par un faux-fuyant, mais Lequinio parvient à le confondre au moyen d’une attestation émanant des députés Mouquet et Jacques de la Bézardais qui certifient que

  • 51 Ibid., attestation du 20 octobre 1792 signée Mouquet et Jacques de la Bézardais.

« nous étant trouvés auprès de la salle d’Assemblée le jour où les citoyens députés du département du Morbihan prirent la délibération ci-dessus et ayant témoigné à Lequinio d’avoir l’entrée, il l’obtint pour nous, et nous fûmes témoins de l’arrêté verbal qui y fut pris, sans avoir été témoin que le citoyen Michel ait été d’un avis contraire à celui de ses collègues51 ».

  • 52 Ibid., texte de Lequinio à suivre de l’attestation, p. 4 de l’imprimé.
  • 53 Ibid., p. 5.

24La difficulté à laquelle est confronté Lequinio tient dans l’absence de délibération écrite l’ayant chargé de faire rapport alors que la mission qui lui a été confiée implique, de fait, une immixtion du législatif dans le Judiciaire, et ce en violation du principe de la séparation des pouvoirs. Au niveau supérieur c’est d’idéologie dont il faudrait parler. « La cause dont il s’agit est celle des riches contre les pauvres, c’est-à-dire celle de l’aristocratie d’argent contre ceux que l’on appelait jadis la canaille52. » Et c’est cette lecture, selon Lequinio, qu’il convient de réaliser de la soudaine et, en apparence, surprenante protestation de la société des amis de la liberté et de l’égalité de Lorient « où se sont portés avec ardeur tous les principaux commerçants qui, antérieurement et depuis longtemps, s’en absentaient53 ». Il semble en effet que la bourgeoisie lorientaise ait pris le pouvoir au sein de la société populaire pour défendre la mémoire de l’un des siens et, à la faveur de cet événement, barrer la voie aux patriotes prononcés qui la contrôlaient jusqu’alors, pour jeter sur eux l’opprobre. C’est ce que Lequinio laisse entendre en indiquant que

  • 54 Ibid., p. 6.

« plusieurs citoyens de Lorient me mandent qu’ils n’osent pas m’écrire dans cette affaire, jusqu’à faire passer par des express leurs lettres au bureau de poste d’Hennebont, pour qu’elles ne soient pas interceptées54 ».

  • 55 Ibid., p. 6 et 7. « On a vu souvent faire cent lieues pour faire éclater l’innocence des accusés ou (...)
  • 56 Ibid., 2e imprimé. « Citoyens et compatriotes, vous, la société des amis de la République et vos ci (...)

25Le député breton conclut son propos d’une part en dénonçant les menaces exercées y compris sur l’avocat des prévenus, qui « doit perdre la tête s’il retourne à Lorient », d’autre part en mettant en évidence le conflit de classes que révèle cette affaire55. Finalement la Convention décrète l’extinction de la procédure par 434 voix sur 559 votants, ce qui enhardit Lequinio, lequel ne se prive pas de signifier ce désaveu au conseil général de la commune de Lorient et à la société populaire56, tout en se prévalant d’une pétition de soutien

  • 57 Ibid., 2e imprimé, p. 5.

« signée d’un grand nombre de citoyens de Lorient, qui me marquent d’ailleurs qu’elle serait infiniment plus nombreuse en signatures, si les Sans-Culottes (en italiques dans le texte) de Lorient savaient signer57 ».

26Il faut également extraire de cette longue lettre (seize pages) un paragraphe plein de sens sur l’état d’esprit dans lequel se place Lequinio, surtout avec une référence implicite à un événement qui le touche de très près. Il nous donne, à tout le moins l’une des clés pour tenter de connaître son sentiment à l’égard du meurtrier de l’auteur de ses jours.

  • 58 Ibid., lettre de Lequinio, 3 novembre 1792, 2e imprimé, p. 11.

« Le citoyen Gérard aurait été mon propre père, je me serais fait le défenseur du peuple qui l’a si aveuglément massacré, parce que le crime est le fruit d’un égarement qui avait pour but le salut public, et que jamais la vengeance n’entrera dans mon cœur58. »

Le procès de Louis XVI

  • 59 J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 11.

« C’est le 10 août 1792 que Louis XVI avait été suspendu de ses fonctions de roi et enfermé au Temple. C’est le 21 janvier 1793 qu’il monte sur l’échafaud. Comment la Révolution mit-elle cinq mois et demi à le juger et à le frapper59 ? »

  • 60 A. Soboul (présenté par), Le procès de Louis XVI, Paris, Julliard, 1966, p. 9. « Que Louis XVI n’eu (...)

27Par delà la rudesse du style, le propos a le mérite de poser clairement la question de l’instruction du dossier, tout en suggérant qu’un dilemme politique en a freiné la conduite. Les députés de la nouvelle génération sont peu aguerris, même ceux qui, comme Lequinio, furent membres de la Législative et dont le mandat a été renouvelé. Presque tout de suite après avoir pris leurs fonctions, les voilà face à une responsabilité considérable dont il leur est difficile, sur le moment, d’évaluer la portée : juger un roi de France, certes déchu de son titre, mais incarnation d’un pouvoir de droit divin millénaire. En outre, chez beaucoup se pose, par delà l’examen des pièces et le déroulement de la procédure, une question d’éthique personnelle quant à la nature de la sanction. En effet, avant même que ne commence le procès, circule la rumeur qu’elle ne pourra être que la peine de mort. Ce n’est pas inverser l’ordre des choses que d’aborder en premier cette question tant il paraît établi que chez tous les députés, du moins une majorité, la culpabilité de Louis XVI était une conviction déjà bien ancrée. Son comportement et ses actes, ne serait-ce que sa « fuite60 », dont le goût amer ne fut jamais dissipé chez les patriotes, à quoi s’ajoute l’exercice tantôt intempestif, tantôt calculé du droit de veto, la déclaration de guerre sans aucune préparation ni projet militaire ayant déjà fait des milliers de morts et de prisonniers et enfin les événements sanglants du 10 août étaient des preuves à charge qui pesaient lourdement dans le dossier de l’accusé. Convergeaient dans le même sens les dernières informations recueillies dans le palais des Tuileries, tombé aux mains des émeutiers, qui circulaient jusque dans les quartiers populaires.

  • 61 J.-M. Lequinio, Les préjugés détruits, op. cit., p. 167-177.

28Sur ce sujet de la peine de mort, beaucoup s’étaient déjà prononcés avant même d’entrer en politique, d’autres le firent plus tardivement, alors qu’ils étaient aux affaires de l’État. C’est le cas de Lequinio qui dit quelle est sa conviction dans Préjugés détruits dont le manuscrit est achevé au milieu de l’été 1792, en pleine tourmente révolutionnaire. Toutefois elle est déjà présente en filigrane dans ses précédents écrits, logée profondément en lui, dont la personnalité a été forgée par une éducation religieuse et une érudition puisée chez les philosophes des Lumières. Témérairement peut-être, mais avec franchise, il affiche sa position dans cet essai de morale et de philosophie, au chapitre XIX curieusement intitulé « Peine de mort et suicide61 ». Le premier paragraphe est une sorte d’incantation :

  • 62 Allusion évidente à la loi du 25 septembre 1791 créant le Code pénal.
  • 63 Les préjugés détruits, op. cit., p. 167.

« Par quel aveuglement et quels horribles préjugés les idées les plus contraires à la saine raison se sont-elle glissées jusque dans le temple des lois62 ? Par quelle inconcevable fatalité faut-il que les hommes aient légitimé le crime et justifié l’homicide ? En vérité, le philosophe est bien erroné dans ses jugements si la peine de mort peut être regardée comme légale et bonne63… »

  • 64 C. Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des philanthropes, Paris, CTHS, 1993, t. I, p. 177. (...)
  • 65 Décret L6, 110, 25 septembre 1791, cf. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, op. cit.(...)
  • 66 Voir sur ce point V. Rousseau-Lagarde, D. Arasse, La guillotine dans la Révolution, catalogue de l’ (...)

29En effet, la peine de mort est toujours en vigueur, la Constituante l’ayant même consacrée par la loi du 25 septembre 1791 tout en « l’humanisant », comme il est de bon ton de le dire64. À l’article 2 du Titre premier, première partie du Code pénal, il est énoncé que « la peine de mort consistera dans la simple privation de la vie, sans qu’il puisse jamais être exercé aucune torture envers les condamnés ». L’article 3 dans sa formulation, simple et froide, pose que « tout condamné à mort aura la tête tranchée65 ». Il ne restait plus qu’à trouver l’instrument propre à assurer l’exécution66. Lequinio met en évidence le paradoxe institutionnel que renferme, à ses yeux, la peine de mort :

  • 67 Préjugés détruits, op. cit., p. 168.

« Le principal des sociétés est la conservation de l’existence des hommes et la défense de leur vie envers tout ce qui peut l’attaquer et l’abréger : intempéries des saisons, accidents de la nature, voracité des animaux, persécutions même par d’autres hommes, enfin, tout ce qui peut mettre la vie en danger […]. Il résulte de cet aperçu très incontestablement (sic) vrai, qu’une nation n’a pas le droit de ravir l’existence d’un individu quel qu’il soit, que c’est commettre une barbarie au nom de la loi et rien de plus ; que c’est venger un crime par un autre crime67… »

30Pour relier sa pensée à l’actualité du moment il ajoute :

  • 68 Id., p. 170.

« J’aimerais mille fois mieux voir Louis XVI travailler au bagne à Brest, avec la chaîne au pied, ou ramer sur les galères et sa femme balayer les rues de Paris ou travailler à la Salpêtrière pendant trente ans, que de leur voir trancher la tête au Carrousel (sic)68. »

31Ce ton de dérision n’enlève rien à la sincérité du propos lequel, dans son énoncé, laisse en outre clairement apparaître que chez le député breton, comme dans l’opinion publique en général, alors que le procès n’est pas même en vue, Louis XVI est bien présumé coupable.

  • 69 L’insurrection du 10 août crée en effet une situation politique marquée par l’existence à Paris de (...)
  • 70 Voir notamment Les trois chapitres ou la voix du patriotisme, op. cit.
  • 71 Les Préjugés détruits, op. cit., titre XXII, p. 211-218.
  • 72 M. Vallee, Les conventionnels régicides, Caen, édition à compte d’auteur, 1993, dans la préface, p. (...)
  • 73 Bib. nat., 8o L733 3K10, Rapport et projet de décret.

32Cette pression populaire, depuis l’insurrection victorieuse du 10 août et la promotion de la commune insurrectionnelle de Paris pour ainsi dire au même rang que l’Assemblée, en tout cas du Conseil exécutif, constituent la toile de fond de l’Histoire qui se déroule ensuite69. Perdre de vue cette donnée essentielle, c’est ne pas comprendre pourquoi des députés, tel Lequinio, ont pu varier et cela radicalement dans leurs convictions sur des sujets aussi fondamentaux que la proscription à jamais de la peine de mort. Différente quant à sa nature, mais identique quant à ses effets, cette même pression l’avait fait renoncer le 20 avril à s’opposer à la déclaration de guerre, guerre que, pourtant, il qualifiait d’abomination auparavant70, mais sans varier dans ses convictions puisqu’il la considère toujours comme telle après71. Il n’en demeure pas moins que les députés, avec beaucoup d’application, tout en essayant de se débarrasser de cette pression qui s’exerçait sur eux s’évertuèrent à bien instruire le procès du roi déchu et, parler de simulacre72, c’est juger faussement leur attitude. D’abord ils se posent à eux-mêmes une double question, l’une principale, l’autre subsidiaire : « Louis XVI est-il jugeable pour les crimes qu’on lui impute d’avoir commis sur le trône constitutionnel ? » et « par qui doit-il être jugé ? Sera-t-il traduit devant le tribunaux ordinaires comme tout autre citoyen accusé de crime d’État73 ». Ces questions sont posées à chaque député lors d’un appel nominal, chacun sachant que sa réponse sera publiée et, par conséquent, connue au-delà des rangs de l’Assemblée, lue dans les sociétés populaires notamment, tandis que dans les tribunes tout citoyen peut assister aux débats. C’est ainsi que s’exerce la pression de l’opinion publique. Joseph-Marie Lequinio n’y échappe évidemment pas, ce qui s’évince de son propos lorsqu’il reformule l’interrogation, selon lui, mal posée :

  • 74 Arch. dép. Morbihan, KB1291, Opinion de Lequinio, député du Morbihan, sur le jugement de Louis XVI, (...)

« Je dis que la question est posée très-mal, qu’il fallait l’établir ainsi : Louis XVI peut-il n’être pas jugé ? Je ne vois, citoyens, que cette expression qui convient à la chose […]. Soyons justes, mais soyons grands, surtout secouons des préjugés ; sauvons-nous une bonne fois de l’asservissement moral, aujourd’hui que nous sommes délivrés de l’esclavage physique. Lequel de vous croit sincèrement que Louis XVI ne peut pas être jugé74 ? »

33Toutefois, un obstacle constitutionnel s’oppose à l’idée-même de juger Louis XVI, mais Lequinio l’écarte en juriste de droit privé :

  • 75 Allusion à l’article 2 du chapitre II, titre III de la Constitution de 1791 : « La personne du roi (...)

« L’on objecte l’inviolabilité prononcée par la Constitution75 […]. Direz-vous que c’était un contrat entre le peuple et le monarque ? Mais où était donc le consentement libre des parties ? »

  • 76 Arch. dép. Morbihan, 3ES240-4, Remontrance de la communauté de ville de Rhuys, op. cit., p. 6.

34Il aurait pu reprendre sa protestation contre le suffrage censitaire76, qui élimine la masse des citoyens des affaires de l’État ; il s’en abstient parce que lui-même en a bénéficié pour son élection à la Législative puis à la Convention. Il préfère un autre raisonnement fondé, celui-ci, sur le vice du consentement. Le peuple ne pouvait pas contracter valablement car il était en état de « minorité » :

« Abruti par dix siècles d’esclavage, osait-il penser ? Est-ce au sortir de ce long asservissement, encore tout courbé sous le poids de ses antiques habitudes […] qu’il se trouvait en état de contracter librement avec le tuteur arrogant et inhumain qui si longtemps avait abusé de ses pouvoirs ? » ;

  • 77 Opinion de Lequinio, député du Morbihan, sur le jugement de Louis XVI, op. cit., p. 2 et 3.

35« il n’était pas encore sorti de l’enfance politique » de sorte qu’il y a eu vice du consentement et rupture d’égalité entre les parties77. Quant à l’inviolabilité royale

  • 78 Ibid., p. 3.

« c’est un manteau désastreux sous lequel aurait pu se dérober les perfides complots du tyran, son hypocrite inertie, ses trames actives, ses conjurations réelles et tous faits coupables […] contre la liberté publique et la sûreté générale78 »…

36Puis il conclut : « Louis XVI peut et Louis XVI doit être jugé », estimant en outre par une allusion à peine voilée aux « septembrisades », que « le peuple le jugerait lui-même si vous ne le jugiez pas ». Or, la tension monte chaque jour un peu plus dans Paris, liée à la disette des subsistances, difficulté avec laquelle Lequinio est en prise directe au Comité d’agriculture. Il n’a pas fait valoir un argument : la monarchie ayant été abolie par le décret du 21 septembre 1792, corrélativement tombe l’inviolabilité de la personne du roi, lequel, dès lors devient un citoyen comme les autres. Mais s’il l’emploie, il anéantit du même coup les développements qu’il va consacrer à la question subsidiaire : par qui le roi doit-il être jugé ? Sa réponse tient dans une interrogation : « Voudrait-on faire de cette cause une affaire commune, et traiter avec l’assassin d’une nation comme avec un citoyen coupable d’un délit privé ? » Puis sont passées en revue diverses hypothèses pour mieux les écarter : « Une commission nommée exprès ? » ; « des jurés de tous les départements pour former une cour nationale ? ». Mettre en place de tels organes prendrait du temps.

  • 79 Ibid., p. 5.
  • 80 Ibid., p. 6.

37Or, « tout délai est meurtrier pour la tranquillité commune79 ». Il n’y a pas à tergiverser, seule la Convention est compétente et elle doit agir vite. « Elle doit décréter que le rapport détaillé de l’instruction sur cette affaire soit commencé dans trois jours80 … » Or, il s’en fallut de beaucoup que le procès fut promptement mené. Commencé le 1er octobre 1792, il s’achèvera le 20 janvier 1793 par le prononcé du jugement. C’est qu’il ne se déroulait pas sur un plan strictement juridique ; il fut l’occasion d’affrontements politiques intenses entre girondins et montagnards. Des conceptions radicalement opposées s’affrontèrent sur plusieurs sujets, la conduite de la guerre par exemple.

  • 81 Décret B25, 38 du 1er octobre 1792 « qui établit une commission de vingt-quatre membres pour l’exam (...)
  • 82 Charles Eléonor Dufriché-Valazé (Alençon 23 janvier 1751-Paris 30 octobre 1793), officier dans les (...)
  • 83 Le Moniteur universel, 8 octobre 1792, t. XIV, p. 121.
  • 84 A. Soboul, Le procès de Louis XVI, op. cit., p. 149, citant Arch. nat., F7 4391.
  • 85 Jean Mailhe (Guizerix (Hautes-Pyrénées), 2 juin 1750-Paris, 2 juin 1834), fils d’agriculteur, avoca (...)
  • 86 Décret B25, 154 du 7 novembre 1792 « qui ordonne l’impression du second rapport concernant Louis XV (...)
  • 87 Décret L12, 315 ; B26, 25 « relatif au jugement de Louis XVI ». Cf. Collection des lois, décrets, o (...)
  • 88 Guillaume Chrétien de Lamoignon de Malesherbes (Paris, 6 décembre 1721-Paris, 22 avril 1794), magis (...)
  • 89 François Denis Tronchet (Paris, 23 mars 1726-Paris, 10 mars 1806), fils d’un procureur au Parlement (...)
  • 90 Décret B26, 137. Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. V, p. 96 pour les huit (...)
  • 91 Le Moniteur universel, t. XIV, p. 847 pour l’exposé de la défense de Louis XVI.

38L’instruction du procès de Louis XVI avait commencé avec la saisie des documents trouvés aux Tuileries lors de l’insurrection du 10 août. Déposés sur le bureau de l’Assemblée, ils furent ensuite mis sous scellés. L’inventaire fut dressé par neuf commissaires nommés par les sections du Louvre et des Piques en présence de six commissaires d’assemblée et d’un commissaire de la commune de Paris. Sur la base de ces pièces, l’instruction proprement dite pouvait commencer. Elle est confiée à une commission extraordinaire de vingt-quatre membres81 avec pourtâche, dans un premier temps, d’ouvrir les cartons, d’en recenser le contenu, de coter et de parapher les pièces. Le 4 octobre Valazé82, son président, fait rapport à l’Assemblée. Travaillant jour et nuit, la commission a achevé une tâche monumentale se trouvant en présence de « 95 cartons, 6 boîtes dont une de 54 pieds cubique (sic), 20 grands portefeuilles, 34 registres, 7 liasses de papiers et plusieurs autres milliers de feuilles renfermées dans des sacs de blés83 ». Puis les commissaires procèdent à l’examen de chaque pièce avec minutie tandis qu’au dehors la foule trépigne d’impatience, on murmure que se prépare « de nouvelles atrocités méditées contre les prisons, le massacre de Louis XVI et de sa famille, celui des députés et des hommes publics84 ». La crainte exprimée par Lequinio dans son Opinion, qui puisait sa source dans le constat qui se présentait à ses yeux quotidiennement en se mêlant aux citoyens de la rue pour rejoindre son garni, section de l’Unité, n’était donc pas vaine. Le 7 novembre Jean Mailhe85, au nom de la commission, annonce que son travail est terminé et présente un rapport86. Le 6 décembre, une nouvelle commission est créée, plus large, intégrant les comités de législation et de sûreté générale87. Prenant le relais de la précédente, elle a pour tâche de « présenter l’acte énonciatif des crimes dont Louis XVI est accusé » (article 2) et « la série des questions à faire à Louis XVI » (article 3). Par le même décret « Louis XVI est traduit à la barre de la Convention pour entendre lecture de cet acte et répondre aux questions qui lui seront faites » (article 5), puis « copie de cet acte énonciatif et de la série de questions seront remises à Louis XVI et le président ajournera à deux jours pour être entendu définitivement » (article 6) ; enfin « le lendemain de cette dernière comparution à la barre, la Convention nationale prononcera sur le sort de Louis XVI, par appel nominal ; chaque membre se présentera à la tribune » (article 7). Louis XVI se fait communiquer les pièces, assisté de Guillaume Malesherbes88 auquel viennent se joindre de Seize et Tronchet89. Le 26 décembre la Convention prend huit décrets concernant le procès, le dernier « pour procéder au jugement de Louis XVI, toutes affaires cessantes90 ». Le jour dit, au président qui l’interroge sur sa défense, l’accusé répond qu’elle sera présentée par son conseil qui, aussitôt, prend la parole91.

  • 92 Arch. dép. Morbihan, KB1292, Opinion de Lequinio, sur la défense de Louis XVI, imprimée par ordre d (...)

39Le 27 décembre, Joseph-Marie Lequinio est appelé à la barre pour donner son opinion sur la culpabilité puis sur la sanction. Blâmant au passage son compatriote et ancien professeur de droit civil, Jean-Denis Lanjuinais, qui le précède de peu, pour avoir déclaré « qu’il aimerait mieux mourir, même sous le fer d’un tyran que de juger un tyran sans observer les formes (en italiques dans le texte)92 », il estime au contraire que « l’assassin d’un tyran a bien mérité des peuples ». Il ajoute : « Si, de cette main, je pouvais l’assassiner, je n’y manquerais pas. » Le greffier d’audience note :

  • 93 Le Moniteur universel, no 364, 29 décembre 1792, t. XIV, p. 865 et Archives parlementaires, t. 55, (...)

« Les applaudissements partent de l’une des extrémités de la salle ; ils sont aussitôt suivis de ceux des tribunes, tellement, que le président est contraint de notifier un rappel au règlement, mais en vain93 ».

  • 94 Pierre Florent Louvet (Baucourt (Somme), 20 novembre 1757-Paris, 20 mai 1818), fils d’un laboureur, (...)
  • 95 Charles Henri Marie Barbaroux (Marseille, 6 mars 1767-Bordeaux, 25 juin 1794), avocat, membre du Cl (...)

40Les applaudissements continuent sur les bancs de l’Assemblée tandis que « ceux des tribunes redoublent de violence ». Des députés se lèvent, expriment leur mécontentement, déclarent : « Nous saurons faire respecter la dignité de la nation. » « C’est alors, note le greffier, qu’une centaine de députés de l’extrémité jusque-là silencieux descendent sur le parquet et s’avancent en tumulte vers l’extrémité opposée. » Louvet94 et Barbaroux95 marchent à leur tête déclarant « nous voulons avoir raison de ce scandale ». Le greffier mentionne : « Le président se couvre. L’Assemblée se reforme en silence. » Puis Lequinio reprend la parle et développe son argumentation en l’articulant autour de quatre idées :

  • 96 Opinion de Lequinio sur la défense de Louis XVI, op. cit., p. 5.

« Louis XVI a-t-il l’intention de reprendre son ancienne puissance ? Louis XVI a-t-il employé des agents pour l’aider à remonter sur le trône ? Louis XVI a-t-il été fauteur de ces êtres sans âme qui sont allés mendier au dehors la guerre contre leur patrie ? Louis XVI enfin a-t-il soutenu l’assassinat du 10 août contre les défenseurs de la liberté96 ? »

  • 97 Ibid., p. 15.

41Il déclare se fonder sur ce qu’il a entendu et « sur les pièces de l’affaire » qui le persuadent, par la convergence des indices qu’elles recèlent, que seule une réponse positive s’impose à ces quatre questions. Le propos est ferme, rigoureux, l’argumentation de la défense est attaquée de manière implacable, la conclusion tient dans le souhait de voir formuler deux questions : « 1° Louis est-il convaincu d’attentat contre la souveraineté nationale ? 2° S’il en est convaincu, quelle peine a-t-il mérité97 ? »

  • 98 Le procès de Louis XVI, op. cit., p. 209. L’auteur note : « Les chiffres du procès-verbal et ceux d (...)
  • 99 Sur le décompte des votes, id., p. 215-218.

42La question qui est posée aux députés le 15 janvier 1793 tient dans une formulation très proche : « Louis Capet ci-devant roi des Français est-il coupable de conspiration contre la liberté et d’attentat contre la sûreté de l’État, oui ou non ? » Sur 749 députés, 691 se prononcent par l’affirmative, 27 s’abstiennent, 31 sont notés absents98. Sans désemparer la Convention passe au second appel nominal. Les 16 et 17 janvier les députés sont amenés à se prononcer sur la sanction. Sur 721 membres présents et votant, la majorité absolue s’établissant à 361, 366 se prononcent pour la mort sans sursis99. Joseph-Marie Lequinio est du nombre de ceux-ci. Il accompagne son vote d’un commentaire :

  • 100 Le Moniteur universel, no 20, 20 janvier 1793, t. XV, p. 195.

« Je ne puis être généreux quand je suis obligé d’être juste. Un seul assassinat est puni de mort et je vois accumuler sur la tête de Louis la trahison, les parjures, de longues conspirations et la mort de vingt mille Français. Louis a donc mérité la peine de mort100. »

  • 101 Id.

43Ses collègues du Morbihan se sont montrés plus magnanimes. Le Maillard, Le Hardy, Michel et Corbel se sont prononcés pour la réclusion provisoire et le bannissement ; Audrein, pour la mort, éventuellement assortie du sursis et Marvault, pour la réclusion101.

  • 102 Arch. dép. Morbihan, L15304, Registre des procès-verbaux de séances, société populaire de Vannes, s (...)

44La séance du 24 janvier 1793 de la société des amis de la liberté et de l’égalité de Vannes débute par la lecture de deux lettres, l’une émanant du citoyen Maillard, l’autre du citoyen Lequinio par lesquelles, note brièvement le secrétaire : « Ils nous annoncent la mort de Louis Capet102. »

  • 103 Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 9 à 119 pour les textes votés en (...)
  • 104 J. Michelet, Histoire de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 181.

45Que ce fut la guerre ou le procès du « ci-devant roi », les députés, pour autant, ne cessèrent jamais de se consacrer à la besogne pour laquelle ils avaient été élus, et ils le firent notamment dans l’esprit des cahiers de doléances. Après la Constituante et la Législative, la Convention assura, au cours de l’hiver 1792-1793, une continuité dans les réformes pour achever la rupture avec l’Ancien Régime tout en gérant, au mieux, les difficultés qui surgissaient à tout instant. Aux grandes mesures déjà vues, s’ajoutent, en novembre et décembre, et pour ne prendre qu’un petit nombre d’exemples : la loi sur les billets au porteur (8-9 novembre 1792 – 21 articles) ; la loi ordonnant la mise en liberté des citoyens détenus dans les prisons contre lesquels il n’existe ni mandat d’arrêt ni décret d’accusation (20 novembre 1792) ; la loi qui réunit la Savoie à la France (27 novembre 1792), sujet traité en commun par le Comité de constitution et le Comité diplomatique ; la loi par laquelle « la France proclame la liberté et la souveraineté de tous les peuples chez lesquels elle a porté et portera les armes » (15 et 17 décembre 1792103). La Convention « ne remplissait » donc pas « les intervalles du procès » avec des textes de peu d’importance comme le suggère Michelet104, elle légiférait dans tous les domaines au rythme de 10 à 15 décrets par jour, rarement moins, parfois plus.

  • 105 Bib. hist. Ville de Paris, cote 452.186, J.-M. Lequinio, Opinion de Lequinio sur l’instruction publ (...)

46Vint en débat durant cette période la question de l’instruction publique. La Constituante n’avait pas « trouvé le temps de jeter cette première pierre de la société nouvelle » et la Législative n’avait laissé que le rapport de Condorcet. La Convention prit le dossier en main avec l’intention d’en faire sortir une grande loi. Il eut été inconcevable que l’auteur de L’École des laboureurs ne s’invitât pas dans le débat. « Vous traitez enfin l’objet important qui depuis quatre ans échappe aux soins des représentants de la nation105… » Dans une introduction très lyrique, il évoque le retour en arrière des peuples malgré les révolutions accomplies « par le défaut d’instruction ». Or,

« un grand moyen existe aujourd’hui de regarder promptement la lumière : c’est l’imprimerie. Avec lui, vous pouvez porter l’instruction jusque dans la cabane du pauvre, exciter son émulation et son industrie et fixer d’une manière à jamais permanente chez lui, la connaissance de ses droits, le sentiment de l’égalité, la dignité de son être et la jouissance de la liberté ».

47Puis Lequinio lance cette idée qui n’a pas encore trouvé sa formulation dans le langage commun de l’époque, mais qui a quelque chose à voir avec la laïcité :

« Laissez à chacun le droit de décliner la raison s’il le veut ; laissez à chacun le droit d’embrasser la religion qui pourra lui plaire ; mais au nom du bonheur des peuples, n’en souillez pas l’éducation publique. »

48Pour lui, la mise en place d’un vrai système d’éducation nationale n’a pas de prix.

  • 106 Id., p. 5.

« Citoyens, un des orateurs qui m’a précédé sur cette matière, vous a fait craindre que l’institution des écoles primaires absorba vingt-cinq millions. Jacques Dupont l’a réfuté suffisamment, mais quand elle devrait en coûter cinquante, auriez-vous à balancer106 ? »

49Il ajoute :

  • 107 Ibid., p. 6.

« Les instituteurs des écoles primaires doivent être suffisamment et honorablement traités ; porter une économie déplacée dans ce genre d’institution, ce serait la rendre défectueuse, tuer l’État et porter une atteinte réelle à l’égalité, à la liberté et à l’exercice de la souveraineté nationale107. »

  • 108 Ibid., p. 7.

50Il exige que le projet du Comité d’instruction sur les écoles primaires soit mis en discussion sur le champ et il se réserve de « faire les amendements nécessaires aux articles qui en ont besoin108 ». La loi sur l’organisation des écoles primaires vient en débat le 12 décembre 1792 et un premier article est voté le jour-même :

  • 109 Décret B26, 59 du 12 décembre 1792 « Sur l’organisation des écoles primaires ». Cf. Collection des (...)

« Les écoles primaires formeront le premier degré d’instruction : on y enseignera les connaissances rigoureusement nécessaires à tous les citoyens. Les personnes chargées de l’enseignement dans ces écoles s’appelleront instituteurs109. »

En mission face aux ennemis de la République

  • 110 Décret B27, 277 « portant nomination du citoyen Lequinio pour remplacer le citoyen Jean Dubray, com (...)
  • 111 M. Biard, Missionnaires de la République, Paris, CTHS, 2002, p. 21.
  • 112 Histoire de la France contemporaine, op. cit., t. I, p. 208.
  • 113 S. Scott, « L’armée de l’Ancien Régime à la veille de la Révolution », La plume et le sabre, Paris, (...)
  • 114 J.-M. Lequinio, Les trois chapitres ou la voix du patriotisme, op. cit., p. 3 et 4. Il préconise, c (...)

51Le 23 février 1793, tout juste un mois après l’exécution de Louis Capet, Joseph-Marie Lequinio est envoyé en mission « aux frontières du Nord110 ». Les circonstances de cette nomination ne sont pas précisées, elle entre dans le cadre d’une pratique instituée de fait, c’est-à-dire nullement prévue par la Constitution de 1791. Selon Michel Biard, elle est née, au printemps 1793, « d’un vide créé par la suppression des intendants111 » et, faut-il ajouter, imposée par l’urgence. Car urgence il y a. La France en raison des pertes et des désertions n’est en mesure d’aligner que 225 000 hommes face à la coalition qui en rassemble 400 000. Et encore cette armée est-elle affaiblie par la division entre troupes de ligne formées de militaires appointés de l’Ancien Régime et volontaires levés en 1791, puis ceux de l’été 1792 outre les fédérés, quand bien même, sur le terrain et surtout depuis Valmy, un rapprochement s’est-il opéré112. L’encadrement a volé en éclats avec l’émigration massive des officiers, tous issus de la noblesse depuis le grade de capitaine, faisant toutefois émerger des « officiers de fortune », anciens soldats sortis du rang et promus à cause de leur talent, après beaucoup d’années de service113. Le député breton pensait-il trouver enfin cette armée patriote qu’il appelait de ses vœux quand il l’imaginait recrutée au sein de ces « deux millions de jeunes gens qui porteraient, si nos remparts étaient assiégés demain, l’étendard de l’honneur et de la liberté114 ? » Pour l’heure, c’est d’abord aux remparts qu’il lui échoit de s’intéresser. Cependant l’actualité fait surgir un événement complètement inattendu, néanmoins pressenti par des esprits plus éclairés que d’autres au sein de la Convention, qui l’orientera vers une mission d’une autre nature, éprouvante et périlleuse. Il ne reviendra pas indemne des champs de bataille, sa vision du monde aura changé. Celui qui appelait à la concorde entre citoyens d’opinions opposées, notamment sur la question religieuse, portera sur le présent et l’avenir un tout autre regard. C’est qu’entre-temps, les « adversaires » sont devenus des « ennemis ».

52Après un bref intermède, au cours duquel il rejoint l’Assemblée, son Comité d’agriculture et, pour la première fois, le Comité de la guerre, il effectue une mission d’un mois pour que soit approvisionné Paris qui crie famine, puis il est nommé dans les ports de La Rochelle et de Rochefort.

  • 115 Décret L 10, 110, B 24, 3 du 10 août 1792 « relatif à la suspension du pouvoir exécutif ». Cf. Coll (...)
  • 116 J. Gaudemet, Les institutions de l’Antiquité, Paris, Montchrestien, 1972, p. 204-206. Le gouverneur (...)

53Depuis la chute de la monarchie, amorcée par les événements du 10 août, la France institutionnelle vit une situation particulière, originale à proprement parler. Le roi étant déchu, ses ministres congédiés, il n’existe donc plus d’exécutif, le système de répartition des pouvoirs tel que les constituants de 1791 l’avaient disposé est bouleversé. Par un « effet domino », toute la structure liée à l’exécutif s’effondre, il n’y a plus d’intendants, plus de subdélégués, tout l’encadrement de l’administration royale a volé en éclats. L’exécutif et le législatif se trouvent réunis dans une même main au bénéfice de l’Assemblée115. Dans cette logique, qui satisfaisait les partisans d’un régime parlementaire intégral, il était normal que les députés veuillent exercer un contrôle là où la puissance de l’État et l’intérêt du pays étaient menacés en recrutant dans leurs rangs des hommes compétents et vraiment patriotes pour assurer cette mission. Ceux-là n’en demeuraient pas moins Législateurs et avec une autorité autrement plus élevée que celle des ci-devant intendants de province. Ils peuvent légiférer partout où ils le jugent nécessaire, syllogisme peut-être, qui a le mérite d’insister sur la nouveauté de cette institution. Même les gouverneurs de la Rome antique n’avaient pas un tel pouvoir116.

En mission dans le département du Nord

Inspecter les places de guerre frontalières

  • 117 Décret L13, 388, B27, 285 « qui fixe le mode de recrutement de l’armée ». Cf. Collection des lois d (...)
  • 118 Décret L13, 209 ; B27, 144 du 1er février 1793 « qui déclare que la France est en état de guerre av (...)
  • 119 Décret L13, 531 ; B28, 364 du 7 mars 1793 « qui déclare que la France est en guerre avec le roi d’E (...)

54La percée de l’armée prussienne jusqu’à quelques lieues de Paris avait montré la vulnérabilité des places fortes situées sur la ligne de front. La faiblesse structurelle en effectifs de l’armée pouvait en faire redouter la répétition. Certes la Convention avait décrété le 25 février la levée de 300 000 hommes117, mais la réussite était loin d’en être acquise tandis que dans le même temps, toujours placée sous l’influence de la Gironde, elle déclarait la guerre à l’Angleterre et à la Hollande118 et, pas même un mois plus tard, à l’Espagne119.

  • 120 Charles Cochon de Lapparent (Champdeniers (Deux-Sèvres), 24 janvier 1750-Poitiers, 17 juillet 1825) (...)
  • 121 Antoine Denis Dubois de Bellegarde (Saint-Saturnin (Charente), 1er mars 1738-Constance, 10 mars 182 (...)
  • 122 Bib. nat., LE3 39-7, Rapport des commissaires envoyés aux frontières du Nord, fait à la Convention (...)
  • 123 J.-P. Bertaud, La vie quotidienne des soldats de la Révolution. 1789-1799, Hachette, Paris, 1985, p (...)
  • 124 Qui deviendra l’École polytechnique.
  • 125 J. Langis, La République avait besoin de savants, Paris, Belin, 1987, p. 46-47.
  • 126 Gaspard Monge (Beaune, 10 mai 1746-Paris, 28 juillet 1818), mathématicien, nommé ministre de la Mar (...)
  • 127 Arch. nat., DIII 353., 4e liasse, document no 138, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à Convention, (...)
  • 128 Serv. hist. de la Défense, B1. 10, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à commandant de la place de Do (...)
  • 129 Arch. nat., DIII 354, 4e liasse, document no 118.
  • 130 Serv. hist. de la Défense, B1. 10, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à commandant de la place de Sa (...)

55Parvenu le 3 mars à Lille, place forte touchant presque à la frontière avec la Belgique, cité économiquement prospère, Lequinio prend attache avec ses deux collègues, Charles Cochon120 et Antoine Dubois de Bellegarde121 qui, siégeant comme lui sur les bancs de la Montagne, l’ont devancé de quelques semaines. Ils partent inspecter « toutes les places frontières du Nord depuis Calais inclusivement et Dunkerque jusqu’à Charleville-sur-Sambre, ce qui fait environ cent lieues de pays122 ». C’est, pour paraphraser Jean-Paul Bertaud, « la ligne Maginot de l’époque123 ». Sous Louis XIV, Vauban avait laissé à la France un ensemble de remarquables ouvrages militaires. Sous la Révolution, des hommes éclairés avaient pris conscience qu’ils avaient besoin d’être restaurés et rénovés, voire modernisés, d’où les cours sur les fortifications dispensés par les professeurs Dobenheim, ingénieur militaire, Martin de Campredon, Michaud d’Arçon, général du génie attaché au comité des fortifications à Paris et, bien plus tard, à l’École des travaux publics créée le 1er mars an III (21 décembre 1794124), selon la volonté125 de Gaspard Monge126. L’idée qui domine est héritée de celle de l’Ancien Régime, colorée d’humanisme : éviter les grandes confrontations sanglantes grâce à des actions défensives. Quant au coût financier, il est moins élevé à la longue que l’entretien d’une grande force militaire et il est amorti dans le temps. Pour l’heure, les finances de l’État ne permettent que d’éviter un délabrement trop avancé de l’existant. Pour les trois députés, Lille « mérite une attention particulière, une visite exacte des magasins et des fortifications, les approvisionnements de siège en denrées comestibles, liquides et fourrages127 ». Il ne s’agit pas d’être pris au piège de la disette après avoir échappé à la mitraille. Hommes et chevaux doivent trouver nourriture pour survivre, reprendre des forces et repartir au combat. À Lille, les fortifications sont en mauvais état et nécessitent immédiatement des travaux qu’ils commandent de réaliser et restent sur les lieux pour en surveiller la bonne exécution, éprouvant une certaine défiance à l’égard des fournisseurs et des entreprises intervenant pour l’État car il y a eu des précédents fâcheux. Une semaine plus tard, chevauchant seuls, sans protection, ils sont à Douai. Ils invitent le commandant de la place à leur donner une « connaissance exacte des bouches à feu, affûts, poudres et munitions de guerre existant dans l’arsenal128 ». Le constat est toujours le même. Le plus étonnant d’ailleurs est qu’il soit réalisé par des citoyens, députés certes, mais nullement des hommes de l’art. Ils exigent qu’une entreprise se mette au travail tout de suite, co-signent un devis pour 149 477 livres pour des ouvrages à réaliser et des fournitures qui devront « être de bonne qualité129 ». À Dunkerque le problème est différent : la place est « insuffisamment pourvue d’artillerie » ; ordre est donné au commandant de la place de Saint-Omer de « faire transporter des canons à l’arsenal de cette ville à Dunkerque130 ».

  • 131 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à Convention nationale, 22 mars (...)
  • 132 Rapport des commissaires envoyés aux frontières du Nord… op. cit., p. 4.

56Sans aller plus loin, un constat vient à l’esprit : ces premières expertises prouvent indubitablement que les places fortes situées sur la ligne de front n’étaient pas en état de résister à un assaut de l’ennemi. N’était-ce pas, dès lors, exposer le pays à une attaque en profondeur, sans plus d’obstacle, bousculant l’armée placée sur la défensive vers des retranchements de fortune ? Cette interrogation en induit une autre, de nature politique celle-ci, incluant une analyse rétrospective : comment l’Assemblée, cédant devant le roi, et de concert avec lui, a-t-elle pu déclarer la guerre le 20 avril 1792, dans un tel état d’impréparation touchant y compris les grandes places fortes ? La réponse, évidente pour ce qui concerne le roi, confuse peut-être jusqu’à présent quant à la responsabilité prise par les Girondins dont les rangs ont fourni les orateurs fauteurs de guerre, devient de plus en plus claire. Le sentiment ne sera pas exprimé aussi directement par Lequinio et ses deux collègues dans le rapport qu’ils établissent le 22 mars 1793. Sans doute est-ce pour éviter une crise politique au sein de l’Assemblée en but à mille difficultés. Aussi choisissent-ils d’incriminer Duportail, ministre de la Guerre, dénonçant ses « assertions mensongères » quand il assurait devant l’Assemblée en octobre 1791 que toutes les places étaient en bon état131. Dans le second rapport qu’il fait à la Convention, le 23 avril 1793, Lequinio mentionne « le dénuement de bois qui est presque général, le palissage et le blindage manquent partout132 ».

  • 133 Id., p. 4.

« Quant aux approvisionnements, ils étaient fort incomplets aussi presque partout et partout très irréguliers, dans tel endroit il y avait trop de canons et dans tel autre il en manquait une moitié du nombre nécessaire ; il en était ainsi de presque tous les autres objets ; nous nous sommes donc procuré partout les détails et, d’après les vérifications de ces états, nous avons fait verser l’excédent d’une place dans celles où il existait un déficit, et nous sommes parvenus à pouvoir procurer à chacun les facultés de soutenir un siège de plusieurs mois, proportionnellement à l’étendue et à l’excellence des fortifications133… »

57Encore une fois il paraîtra singulier que des hommes, non rompus à la stratégie militaire, aient pu identifier des insuffisances apparemment flagrantes et y porter remède diligemment alors que ceux-là mêmes dont c’était la fonction, officiers d’état-major, commandants en chef des armées, ministre de la Guerre entouré d’officiers du génie militaire et spécialistes en poliorcétique, n’en aient pas même eu conscience. C’est probablement dans ces errements que prend source la théorie du complot ; à tout le moins ils y participent en ce qu’ils induisent une complicité par passivité.

  • 134 Bib. nat., LE38.311, Rapport sur le projet de canal d’Eure-et-Loir fait à la Convention nationale l (...)
  • 135 Décret B29, 135 « qui adjoint plusieurs commissaires à ceux envoyés aux frontières du Nord ». Cf. C (...)
  • 136 Décret B29, 179 « relatif aux pouvoirs des représentants envoyés en qualité de commissaire de la Co (...)

58Lequinio a mené sa mission à bonne fin et doit réintégrer l’Assemblée et le Comité d’agriculture, le sous-comité des canaux sur le bureau duquel se sont accumulés entre-temps les dossiers, notamment le projet de canal d’Eure-et-Loir, mais il n’entreprendra son examen que bien plus tard134. Dès le 23 avril, à peine a-t-il lu son rapport, que la Convention décrète son retour dans le département du Nord135 et le conforte dans ses pouvoirs le 30136.

Assurer les besoins de l’armée du Nord

  • 137 Société d’écrivains militaires et civils, Guerres de la Révolution française et du Premier Empire, (...)
  • 138 Id., p. 115.

59L’adjonction dans le libellé de la nouvelle mission du membre de phrase « Auprès de l’armée du Nord » n’a rien d’anodin. Non seulement les nouvelles venues du front sont alarmantes, mais en outre l’armée se débat dans les pénuries de toutes sortes. Sur le terrain, le grand événement militaire, c’est la bataille de Neerwinden. Les combats de Tirlemont et de Goidsenhoven, où les Autrichiens avaient perdu plus de 800 hommes, avaient rendu toute la confiance à l’armée française de sorte que « Dumouriez se décida à en profiter pour livrer une bataille qui lui paraissait inévitable, et dont il se promettait les plus grands avantages, s’il pouvait la gagner137 ». Dumouriez pouvait, en cas de succès, concevoir l’espérance d’achever la levée des bataillons belges et de repousser le prince de Cobourg au-delà de la Meuse ou peut-être jusqu’au-delà du Rhin. Aussi se décide-t-il à attaquer l’ennemi. Il porte en avant son armée, et étend son front, à la droite à Goidsenhoven, aux ordres du général Valence, et le centre aux ordres du duc de Chartres, vers la chaussée de Tirlemont. Le général Miranda commande la gauche, le général Neuilly, le plus à droite, à Neerheylissem. Le général Dampierre est posté à Esemael, en avant du centre et le général Miaczinsky, avec sa cavalerie, se tient au pont de la petite Geete. L’armée est formée sur huit colonnes dont trois qui comptent 16 500 hommes d’infanterie et 3 500 cavaliers. L’attaque du centre, avec 11 000 hommes d’infanterie, est conduite par le duc de Chartres qui doit se porter directement sur Neerwinden. Le 18 mars à 9 heures du matin, les colonnes se mettent en mouvement. Après quelques avantages obtenus sur l’ennemi, les Autrichiens placés dans une position qui les met à même de dominer le front de bataille des Français, les reçoivent avec une artillerie qui répand la mort dans leurs rangs. Deux fois l’infanterie retourne à la charge et deux fois elle est repoussée. Valence se met à la tête de sa cavalerie et la fait charger si vigoureusement qu’il pénètre à travers les rangs de l’ennemi et ouvre un passage à son infanterie qui, pour la troisième fois, recommence l’attaque. Les Autrichiens battent en retraite, les généraux Neuilly et Leveneur en profitent pour s’emparer d’Overwinden, puis Neuilly fonce sur le village de Neerwinden « où un bataillon de la Charente se distingue particulièrement138 ». Mais Neuilly, au lieu de se maintenir dans Neerwinden, comme il en avait reçu l’ordre, commet la faute de le dépasser et se rend dans la plaine, donnant à l’ennemi l’occasion de reprendre le village. Le duc de Chartres, apercevant ces progrès de l’ennemi, « vole aussitôt à la tête des 4e et 5e colonnes et fonce sur les Autrichiens, les chasse de Neerwinden », mais la confusion règne dans la troupe laissée sans ordre qui se replie à l’approche de l’ennemi. Dumouriez tente de reprendre le village et y parvient mais perd plus de 300 hommes. Déjà l’ennemi a le temps de faire marcher sur ce point décisif toutes les troupes de son centre et une partie de celles de sa droite. Les Français, foudroyés par l’artillerie autrichienne, évacuent le village. Dumouriez essaie de reformer sa ligne en arrière de Neerwinden mais la cavalerie autrichienne débouche au même instant et sabre l’infanterie. Du côté du général Miranda l’affaire tourne mal face aux grenadiers du prince Charles et du général autrichien Benjowsky, « la terreur s’était mise dans les bataillons de volontaires qui, se voyant prêts d’être enveloppés, prirent la fuite, abandonnant les troupes de ligne ». Guiscard, maréchal de camp d’artillerie est tué ainsi que plusieurs aides de camp et officiers d’état major.

  • 139 Ibid., p. 118.

« 4 000 morts ou blessés sur le champ de bataille, 2 500 prisonniers, un matériel immense abandonné à l’ennemi, une armée tout entière désorganisée, l’évacuation presque totale de la Belgique, tels furent les résultats d’une journée qui fit perdre à Dumouriez toute sa gloire et à laquelle, disait-on alors, ce général, mécontent de la Convention, avait contribué puissamment par ses mauvaises dispositions et par la trahison139. »

  • 140 Serv. hist. de la Défense, B1 11, Arrêté du 25 avril 1793 « sur les réquisitions, les prix des tran (...)

60Dans ce contexte, qui a encore évolué depuis un mois, Lequinio, livré à lui-même, sans définition aucune de sa mission, en improvise le contenu. Il contrôle les négociations des marchés de toutes sortes de fournitures pour l’armée : provisions de bouche pour les hommes, fourrage pour les chevaux, harnachements, armes. Ce qu’il soupçonnait n’était que trop vrai : les fournisseurs spolient l’État, ne percevant dans les fabuleuses quantités fournies qu’une manne providentielle. Le patriotisme est un sentiment ignoré d’eux. Il blâme « les manœuvres criminelles d’une foule d’agioteurs qui infestent les armées et ruinent la République », cédant « à des prix excessifs du fourrage hors de proportion avec les besoins réels140 ». La Convention donne suite à son rapport et décrète que seront

« punis comme dilapideurs des deniers publics les préposés aux achats pour les approvisionnements militaires qui auront conclu des marchés à des prix excessifs » ;

elle résilie tous les marchés conclus à des prix plus forts que ceux dont elle donne une liste exhaustive. La taxation entre dans les mœurs de l’Assemblée, les partisans du libéralisme se font discrets. La fourberie et la duplicité des fournisseurs de l’armée dépassent toute mesure. Des fabricants trichent sur la qualité des armes sans le moindre égard pour ceux auxquels elles sont destinées et dont elles doivent assurer la survie, à défaut de succès.

  • 141 Serv. hist. de la Défense, B1.12, document 319, Lequinio et autres à Convention, 2 mai 1793. L’aute (...)
  • 142 Serv. hist. de la Défense, B. 1 11, Arrêté du 25 avril 1793, pris à Lille par Lequinio et autres.
  • 143 Id.

61Lequinio se voit remettre des sabres par plusieurs cavaliers « dont les lames de plomb ou de mauvais fer qui n’a point été trempé plient dans tous les sens comme du plomb sans se redresser ». Il en fait parvenir plusieurs exemplaires à la Convention et ne manque pas de donner le nom du fournisseur141. D’un autre côté, il faut se montrer loyal envers les fournisseurs honnêtes ; aussi commande-t-il aux ordonnateurs des dépenses de « faire payer sans délai les sommes qui leur sont dues142 ». De même se préoccupe-t-il de faire dédommager les propriétaires de terrain pour les « dégâts et dommages occasionnés par les campements et cantonnements143 ». La République doit donner d’elle-même une image favorable aux citoyens qui ont fait acte de patriotisme en apportant le concours de leur travail et de leur bonne volonté.

Affronter la trahison de Dumouriez

62Cette situation désastreuse découle de la trahison de Dumouriez, laquelle commande une brève mais nécessaire rétrospective. Ainsi peut mieux se comprendre l’état de désorganisation de l’armée et les incommensurables difficultés avec lesquelles Lequinio et ses collègues Cochon et de Bellegarde sont aux prises.

63La défaite militaire de Neerwinden, le 18 mars, et sa résonance sur les bancs de la Convention et même au-delà, dans tout le pays, comme ses conséquences sur le plan des pertes humaines induisent forcément chez Dumouriez un sentiment de terrible échec. L’a-t-il voulu ? Fut-il mauvais commandant, incompétent ou trop ambitieux ? Le débat reste ouvert et les thèses s’affrontent. Par contre, de passer à l’ennemi quinze jours plus tard ne peut prêter à interprétation : c’est un fait, il est daté du 3 avril 1793. Michelet nous dit comment cet événement fut perçu :

  • 144 J. Michelet, Histoire de la Révolution française, op. cit., t. V, chapitre VII, p. 410.

« On devine quelle terreur se répandit dans la Convention, dans Paris quand on apprit que Dumouriez avait arrêté, livré les commissaires de la Convention. Tout le monde crut qu’il n’avait point hasardé un tel coup sans bien prendre les mesures, qu’il était maître de l’armée, qu’il avait de grandes intelligences dans les places fortes, dans Paris, dans la Convention même144. »

  • 145 Décret B29, 42 « pour la formation d’un Comité de salut public », cf. Collection des lois, décrets, (...)
  • 146 M. Biard, Missionnaires de la République, op. cit., p. 78, graphique « Représentants en mission et (...)

64Dès le 6 avril le Comité de salut public est créé145. Au nom de l’urgence et du salut public, les montagnards ont conçu le contrepoids institutionnel et politique au comité exécutif dominé par la Gironde. Conséquents avec leur patriotisme, ce sont les députés montagnards qui acceptent d’être envoyés sur les champs de bataille, les députés girondins hésitant à s’y aventurer et préférant être présents sur les bancs de l’Assemblée pour mieux dominer le travail législatif. Michel Biard le montre par un graphique qui classe les représentants en mission par groupes, selon leur obédience politique : 209 de la Montagne ; 159 de la Plaine et 36 seulement de la Gironde146. Joseph-Marie Lequinio, avec ses deux collègues, est au sein du groupe qui contribue le plus à œuvrer pour conjurer les périls qui menacent la République.

  • 147 J. Michelet, Histoire de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 311 et 315.
  • 148 J. Jaures., Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 323.
  • 149 J.-P. Bertaud, Valmy. La démocratie en armes, op. cit., p. 18.

65La trahison de Dumouriez contribue à creuser l’opposition entre Gironde et Montagne avec une intensité redoublée, lui, soutenu jusqu’alors de façon inconditionnelle par les Girondins. Les dommages causés ne sont pas sans laisser de traces profondes dans l’esprit de ceux qui les ont eus sous les yeux, dans le moment où ils prennent corps. Ces traces ne peuvent s’effacer quand s’y ajoute le souvenir des épreuves auxquelles une politique a conduit. Pour Michelet, Dumouriez est « de tous les hommes de la Révolution celui qui, devant l’Histoire, portera la responsabilité la plus pesante147 ». Jaurès le considère comme « un aventurier à la tête fertile148 », Dumouriez qui, toutefois, contribua à la victoire de Valmy. Jean-Paul Bertaud, qui en brosse un portrait lors de cet événement, le présente ainsi : « Né entre le peuple et les grands d’une famille noble mais pauvre, il est devenu, comme la plupart des hommes de son ordre, un militaire. » Promu capitaine lors de la guerre de Sept ans, il est ensuite attaché d’ambassade à Madrid puis reprend du service lors de la campagne de Corse où il est souschef d’état-major et devient ensuite agent secret de Louis XV en Pologne et en Suède. Au terme de cette biographie tracée à grands traits, Jean-Paul Bertaud conclut : « Avec la Révolution, sachant que la puissance et la richesse se tenaient en France, il fut ambitieux et fut en six mois homme à projets, ministre royaliste, constitutionnel, girondin149. »

  • 150 Serv. hist. Défense, B1 11, pièce no 169-14, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à Convention, 4 avri (...)
  • 151 Id.
  • 152 Ibid.
  • 153 Serv. hist. Défense, B1 11, pièce no 169-14, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à Convention, 8 avri (...)

66Le 3 avril la trahison de Dumouriez est avérée, le 4, « à 3 heures de l’après-midi », Lequinio rédige une lettre de trois pages au nom des commissaires de la Convention nationale pour les frontières du Nord. Il décrit la situation caractérisée par une désorganisation totale de l’armée. « Nous avons reçu hier et aujourd’hui beaucoup de bataillons qui viennent se ranger sous les drapeaux de la République et l’étendard de la Loi150. » Toujours le 4, « à 8 heures du soir », lui et ses collègues informent la Convention « que l’armée marche sur Valenciennes sous les ordres du traître151 ». Un troisième courrier part pour la même destination : « Nous apprenons dans le moment qu’une caisse de cinquante mille livres qui venait de Lille a été interceptée par un détachement de l’armée de Dumouriez152. » L’argent est entre les mains du général félon, or la troupe réclame sa solde. Tombée dans le dénuement le plus complet, elle doit recevoir son dû sans quoi des régiments entiers vont passer dans le camp de la rébellion. C’est ce que Lequinio veut faire comprendre à la Convention. Le 8 avril le général Lécuyer rejoint Dumouriez, ce dont ils avisent la Convention, mais sans réaction. Aussi les trois représentants décident-ils par eux-mêmes de le remplacer par le général Dampière « qui a les vues les plus sincèrement patriotes153 ». Et ils ajoutent, point important quant à l’évolution des prérogatives des représentants en mission : « Nous ne consultons plus nos pouvoirs mais notre conviction pour le salut de la République et de la liberté », sans être désapprouvés par l’Assemblée.

  • 154 Bib. nat., LB41-462.
  • 155 Serv. hist. Défense, B1 11, pièce no 169-14, Lequinio à Convention, 8 avril 1793.
  • 156 Id.
  • 157 Serv. hist. Défense, B 1 12, Lequinio à Convention, 2 mai 1793.
  • 158 Appelée ainsi car ayant pour périmètre d’intervention ce pays frontalier, cependant métissée de bat (...)
  • 159 Ibid., B1 12, Lequinio à Comité de salut public, 2 mai 1793.
  • 160 Ibid., Représentants en mission près l’armée des Ardennes et ceux près de l’armée du Nord, arrêté d (...)

67Le Salut public prime sur la Loi, une théorie qui voit ainsi le jour sous le double signe de la nécessité et de l’urgence. Elle donne naissance à une Jurisprudence qui résulte de la vacance du pouvoir politique et qui tendra forcément à prospérer sans limite et cela d’autant plus que le représentant en mission a conscience d’être Législateur. Sur le terrain, Dumouriez multiplie les appels à la désertion : « Mes compagnons […] je me suis rappelé ce que vous m’avez promis, que vous ne laisserez pas enlever votre père qui a sauvé plusieurs fois la patrie… » Une véritable guerre de communication se met en place. Lequinio tente de rendre coup pour coup sur ce plan où il n’est pas malhabile. À tous les militaires français de quelque grade qu’ils soient154. Le texte, construit sur la base d’oppositions sémantiques, rappelle celui de L’Adresse aux habitants des campagnes. Imprimé à des dizaines de milliers d’exemplaires, il est aussitôt distribué au sein de la troupe. Mais ce moyen qui en appelle à la discipline républicaine est, au regard de la gravité de la situation, jugé insuffisant. Aussi avec Dubois de Bellegarde et Cochon, ils vont haranguer « les bataillons à mesure qu’ils arrivent et nous voyons souvent couler des larmes de joie à des citoyens heureux de s’être échappés des serres du traître155 ». L’opération de communication est en voie de retourner les hommes du rang, désappointés, et de réussir. Ceux du bataillon de l’Yonne « font serment d’assassiner tout traître reconnu comme tel156 ». Jour et nuit les trois députés s’affairent partout où parviennent des groupes d’hommes jetés dans l’errance. D’un même élan ils veillent à équiper la troupe et à la pourvoir en moyens de combattre. C’est ainsi que, fin avril, début mai, un escadron de 600 hussards se présente à eux « dans un dénuement absolu d’armes, d’habillement et d’équipements (disant) qu’ils ne pouvaient rendre aucun service. Ils ont 400 chevaux et l’équipement complet (seulement) pour 200157 ». Par-delà ce dénuement extrême, c’est surtout le moral qui est atteint, l’envie de déserter effleure l’esprit de beaucoup, nourrie par le sentiment d’être abandonnés à leur triste sort. Les convictions patriotiques, pour ceux qui en avaient, se sont émoussées. Lequinio ne peut se comporter comme un simple auxiliaire des ordonnateurs de guerre ; rendre confiance dans la représentation nationale et foi dans un avenir qui ne peut se concevoir que sous l’étendard de la République lui apparaissent comme un devoir de la première importance. Il n’est pas interdit de s’interroger sur la force mentale qui lui a permis d’assumer toutes ces responsabilités auxquelles il n’était nullement préparé. Opiniâtreté et courage font jeu égal avec un patriotisme solidement ancré. L’ermite de Kermurier trouve en lui l’énergie nécessaire pour tenir son rôle face à une situation désastreuse. Le 22 mai, plusieurs officiers du 4e bataillon de l’armée de Belgique158 viennent chercher conseil auprès de lui pour savoir quels sont les ordres, ce qu’il ne peut prendre sur lui-même de sorte qu’il en réfère au Comité de salut public159. Ne recevant aucun écho, lui et ses deux collègues prennent une mesure d’une importance cruciale. Par arrêté du 12 mai, ils unifient l’armée du Nord et l’armée des Ardennes, laquelle avait été très éprouvée par la défaite de Neerwinden, puis laissée livrée à elle-même par Dumouriez. Ainsi, il n’y aura plus « qu’un seul ordonnateur en chef dont le pouvoir s’étendra de Maubeuge à Dunkerque160 ». Cette réunification s’imposait d’autant plus nécessaire que, par l’effet des pénuries, chacune tirait à elle ce qu’elle pouvait récupérer en provisions de bouche et en munitions, sans se soucier des besoins de l’autre. Il en résultait un climat d’hostilité entre les hommes des deux armées et le moral de la troupe était au plus bas. Cette disposition, improvisée dans l’urgence, n’était qu’un pis-aller, mais elle permit d’éviter le pire.

68La vigilance doit s’exercer dans tous les sens car l’état des mentalités est tombé au plus bas.

« Les chirurgiens sont absents du lieu de la bataille […]. La plupart des blessés restent sans secours et ne pouvant obtenir qu’après un long intervalle, éprouvent de grandes souffrances et même des pertes de sang qui ont occasionné la mort de plusieurs. »

69En permanence présent sur le champ de bataille, Lequinio en fait le constat visuellement. Exaspéré par l’incurie du corps médical aux armées, il prend, avec ses deux collègues, un arrêté marqué d’une grande fermeté.

  • 161 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Lequinio, Courtois, Brieze et Dubois de Bellegarde, Valenciennes, (...)

« Tout médecin, chirurgien, infirmier, officier de santé sous quelque dénomination que se puisse être […] qui ne se trouvera point à son poste au moment de la bataille […] sera destitué de son emploi, rasé et chassé ignominieusement de l’armée161. »

70L’arrêté, aussitôt imprimé est affiché dans tous les cantonnements. Il s’agit autant de faire entendre la voix de l’humanité et de la raison au corps médical que de rassurer la troupe, et ceci d’autant que l’ennemi est partout. Il s’avance maintenant sur Valenciennes où les représentants en mission, qui y ont établi leur quartier général, constatent que la garnison, forte de 10 000 hommes, est faiblement dotée en munitions.

  • 162 Serv. hist. Défense, B 1 12, Lequinio et autres à Comité de salut public, 6 mai 1793.

« Il faudrait mille deux cent milliers de poudre et il n’y en a que cinq cent milliers […], les pièces d’artillerie manquent, il n’y a pas un moment à perdre162. »

  • 163 Guerres de la Révolution française et du Premier Empire, op. cit., t. I, p. 200. Sur le détail du s (...)

71La place est commandée par le général Ferrant, « brave militaire qui depuis longtemps la connaissait parfaitement et qui, malgré ses soixante-et-onze ans, prouve par sa belle conduite qu’il était digne de ce choix163 ».

  • 164 Serv. hist. Défense, B1 12, pièce no 412, Appel des trois représentants du peuple à se rendre à la (...)
  • 165 Id., Lequinio et autres à Convention, 9 mai 1793. « Ils n’ont perdu que six hommes tant tués que bl (...)
  • 166 Ibid.

72Le représentant en mission ne doit pas craindre le danger ou en tout cas il doit montrer qu’il n’hésite pas à l’affronter. C’est ainsi que Lequinio se trouve aux côtés du général Dampière lorsque celui-ci a la jambe arrachée par un boulet de canon et meurt sous ses yeux lors du combat dans les bois de Rhône et de Vicoigne après une attaque déclenchée par l’avant-garde de l’armée du Nord. Il est désigné pour prononcer l’éloge funèbre164. Cet événement l’aura marqué, avec d’autres, mais surtout réhabilite dans son esprit l’encadrement militaire, les officiers de haut grade. Il est conforté dans cette opinion quand il assiste en première ligne aux combats dans lesquels sont engagés le 17e régiment d’infanterie et le 10e bataillon de la Mayenne placés sous les ordres des généraux Hilaire et Deroque. Il ne peut que louer l’habileté manœuvrière de ces officiers et « le souci de ne pas exposer indûment la vie de leurs hommes165 ». Mais c’est encore l’homme du rang qui lui arrache un sentiment mêlé de compassion et d’admiration quand le patriotisme s’affiche avec des mots si simples, ceux, par exemple, que prononce ce malheureux qui, « le bras emporté criait en rentrant dans la ville (Valenciennes) il m’en reste un autre pour servir la République166 ». Des scènes comme celles-ci, et d’autres, ont sans doute amené les représentants en mission à faire preuve d’abnégation jusqu’à négliger leur propre sécurité. Le 6 avril, alors que Lequinio, Cochon et de Bellegarde viennent d’inspecter Rocroi, place de guerre située dans un périmètre névralgique, et qu’ils s’apprêtent à rejoindre le quartier général de Valenciennes, ils sont informés qu’un piège leur est tendu par des hommes de Dumouriez. Le plan est le suivant : de Bellegarde doit être capturé dès son arrivée au quartier général, Cochon et Lequinio partis plus tardivement, tomberont dans une embuscade au passage de Bavay.

  • 167 Rapport des commissaires envoyés aux frontières du Nord, fait à la Convention nationale par Lequini (...)

« Nous ignorions tout cela, mais le hasard voulut nous soustraire au piège ; on nous assura que l’ennemi braconnait (sic) vers Bavay et que la route n’était pas sûre ; nous préférâmes revenir par Le Quesnoy, et nous rejoignîmes notre collègue à Valenciennes sans pouvoir présumer l’état critique où se trouvait la France en ce moment et le péril particulier qui nous menaçait167. »

73C’est l’une des rares confidences que s’accordent les trois représentants en mission dans leur rapport. Loin d’être intimidés par ce mauvais coup, ils font saisir sur les presses la proclamation que Dumouriez a rédigée pour convertir à ses vues toute l’armée du Nord. Puis ils se rendent auprès de la garnison pour

  • 168 Id., p. 7.

« détruire l’impression dangereuse qu’elle avait reçue des fausses instructions du général félon qui avait cependant commandé à deux régiments de cavalerie et à trois régiments d’infanterie de marcher sur Valenciennes et d’enlever la place168 ».

  • 169 Ibid., p. 7.

74L’insécurité est partout, quand bien même sont-ils revêtus des insignes de la représentation nationale. Alors en visite d’inspection dans la plaine de Mons où s’entraînent au tir le 1er et le 2e bataillons des Deux-Sèvres « nous entendîmes – relatent-ils dans leur rapport – très distinctement les balles siffler à nos oreilles169 ».

  • 170 Ibid., p. 22.

75Le rapport du 23 avril 1793 est conclu par une série de recommandations : épurer l’encadrement de l’armée en écartant de ses rangs les officiers issus de la ci-devant noblesse tels Neuilly, Lescuyé, Miazinsky, Beauvallon, Harville et Segond ; il faut « circonscrire beaucoup plus étroitement les limites de l’inspection » des représentants en mission pour « non seulement ordonner mais faire exécuter et suivre l’exécution jusque dans tous les détails nécessaires170 ». Il faut en outre exiger plus d’humanité et de discipline dans le service des armées. Les officiers de santé et infirmiers « se tiennent toujours trop écartés du théâtre des batailles ou ils s’en écartent au moment du combat ». La même règle doit être appliquée aux charretiers d’artillerie et à ceux des vivres. Et surtout une loi sévère doit réprimer

  • 171 Ibid., p. 23.

« la friponnerie des agents qui, dans la retraite, abandonnent aux ennemis les livres et leurs papiers afin de se trouver exempts de rendre leurs comptes et s’approprier les parties du trésor public qu’ils avaient perçues pour la dépense de leur administration171 ».

  • 172 Pour une description complète de l’état des armées en présence, cf. Guerres de Révolution et de l’E (...)
  • 173 Edmé-Bonaventure Courtois (Troyes, 15 juillet 1754-Bruxelles, 6 décembre 1816), fils d’un boulanger (...)
  • 174 Philippe Constant Joseph Briez (Douai, 11 juin 1759-Lacelle-Saint-Amand, 23 juin 1795), avocat, pro (...)
  • 175 Louis Toussaint Julien Dubois (Bellême (Orne), 25 août 1726-Paris, 5 septembre 1806), lieutenant de (...)
  • 176 Serv. hist. de la Défense, B1 11, Général de brigade Ferrant à président de la Convention nationale (...)
  • 177 Archives parlementaires, t. 64, p. 434 et Le Moniteur universel, no 133, 13 mai 1793, t. XVI, p. 36 (...)
  • 178 Pierre-Joseph Cambon (Montpellier, 10 juin 1756-Sainte-Josse-ten-Noode (Belgique), 15 février 1820) (...)
  • 179 Archives parlementaires, t. 64, p. 434.

76Toutes ces recommandations doivent être appliquées en urgence et ceci d’autant que l’Autriche a massé des dizaines de milliers d’hommes depuis la Sambre jusqu’à Menain en avant de Tournai tandis que l’Angleterre en a fait débarquer 10 000 à Ostende, qui se sont joints à l’armée hollandaise172. Lequinio se trouve alors sur le front avec Cochon, Dubois de Bellegarde auxquels se sont joints Courtois173, Briez174 et Dubois-Dubay175, du parti montagnard eux-aussi. Assurer le paiement de la solde pour la troupe, veiller à l’acheminement du charbon de terre pour réparer les armes outre bien d’autres tâches de l’arrière pour appuyer et soutenir l’armée, telle sont leurs tâches quotidiennes. Le général Ferrant reconnaîtra « leur grande activité176 ». Mauvaise nourriture, fatigue et tension viennent à bout de la rude santé du député breton attaqué « par la goutte et une maladie interne », mais il ne quitte pas le champ de bataille sans avoir auparavant conçu et signé le 12 mai, avec ses collègues, pas moins de quatorze arrêtés « pour assurer la défense de la frontière du Nord177 ». Combon178, qui assiste à cette réunion, lui conseille de rejoindre Paris ; « Lequinio est malade, explique-t-il à la Convention179 ».

Retour dans la capitale

77Deux mois et demi se sont écoulés et Lequinio retrouve Paris. Sa venue dans la capitale le 23 avril n’avait duré que le temps de lire à l’Assemblée d’abord, au Club des jacobins ensuite, le rapport établi de concert avec ses deux collègues sur l’état des places du département du Nord et sur la position de l’armée qui en avait emprunté le nom. Le lendemain, le surlendemain peut-être, il était reparti. À présent, fatigué et malade, il est venu prendre du repos et recevoir des soins, ce sur quoi, il est silencieux. L’ambiance qu’il trouve dans Paris est cependant peu propice à une convalescence paisible et à ouvrir une parenthèse dans une vie tumultueuse, une pause s’accordant mal au demeurant avec son tempérament. L’action constitue chez Lequinio comme une thérapeutique naturelle. Il était difficile de se soustraire tout à la fois à la besogne législative et au combat politique alors que l’agitation était partout. Dans la rue, les gens du petit peuple, celui qui souffrait le plus des privations, bouillonnait d’impatience ; à l’Assemblée l’affrontement entre Girondins et Montagnards était à son paroxysme.

  • 180 Marguerite Elie Guadet (Saint-Emilion, 20 juillet 1755-Bordeaux, 20 juin 1794), secrétaire de l’avo (...)
  • 181 Histoire de la France contemporaine, op. cit., t. I, p. 227. Voir aussi pour une présentation et un (...)
  • 182 Sur ce point, voir : J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. V, cha (...)

78Le 18 mai, Guadet180, l’un des chefs de la Gironde, obtient le vote d’une « commission des douze » où ne siègent que des Girondins, laquelle tout de suite fait procéder à l’arrestation de Hébert, alors procureur de la République de Paris, de Varlet et de Dobsen, meneurs charismatiques du mouvement populaire. La riposte ne tarde pas et s’organise dans une alliance entre sans-culottes parisiens et députés jacobins. Le 28 mai, un comité insurrectionnel est créé par les délégués de trente-trois sections ; le 30, le conseil général de la Seine le rejoint et fait fermer les barrières de la ville ; le 31, les tambours battent la générale et la foule, appuyée par des compagnies de la garde nationale, envahit les abords de la Convention. La suppression de la commission des douze est demandée et obtenue, mais les autres demandes sont rejetées. Aussi, le 2 juin, Hanriot, désigné commandant de la garde nationale à la place de Santerre parti en Vendée, réunit 80 000 hommes armés avec leurs canons et obtient de la Convention l’arrestation de vingt-neuf députés girondins et des ministres Lebrun et Clavière181. Cet épisode consacre la chute de la Gironde. « Pourquoi fut-elle vaincue ? Pourquoi fut-elle éliminée ? » De multiples causes convergeaient vers cette issue fatale182.

Au Club des jacobins et à l’Assemblée

79Parvenu dans la capitale autour du 15 mai, Lequinio paraît au Club des jacobins dès le 19 ; du moins une prise de parole est-elle signalée à cette date.

80Le débat porte sur la guerre, guerre aux frontières mais aussi et surtout guerre à l’intérieur du pays. C’est la Vendée, Contre-Révolution armée partout victorieuse dans un territoire qui enveloppe trois départements en deçà de la Loire.

  • 183 J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 519-520.

« Sur toutes les forces qui se heurtaient et s’enflammaient dans les sections, la Vendée versait presque tous les jours des nouvelles irritantes ou affolantes. Ce qui domine dans les premiers mois de la guerre de l’Ouest, c’est la stupeur des patriotes, des révolutionnaires. Ils ne comprennent ni les mobiles du soulèvement, ni la tactique des révoltés183. »

  • 184 Serv. hist. de la Défense, B1.12, pièce no 402, Lequinio et autres à Comité de salut public, 9 mai (...)
  • 185 A. Aulard, La Société des jacobins, op. cit., t. V, p. 196-197. Le propos est un raccourci d’une pr (...)

81Bien qu’en poste aux frontières du département du Nord, le député breton en avait reçu l’écho à travers une demande faite par le ministre de la Guerre d’accepter l’envoi « d’un homme sur dix pris dans chaque bataillon pour aller se battre contre les insurgés de la Vendée », ce à quoi lui et ses collègues Cochon et de Bellegarde, s’étaient opposés, alléguant la perspective « d’une attaque imminente combinée des troupes autrichiennes, hollandaises, prussiennes et anglaises184 ». Quand il monte à la tribune des jacobins le 19 mai, c’est pour déclarer que la Vendée c’est là « où sont les ennemis de la République185 ». Il ignore à ce moment-là qu’elle marquera profondément son destin.

  • 186 Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 243-245.
  • 187 Lazare Nicolas Marguerite Carnot (Nolay, 13 mai 1753-Magdebourg, 2 août 1823), surnommé L’organisat (...)
  • 188 P. Caron, Les papiers des comités militaires de la Constituante, de la Législative et de la Convent (...)

82À l’Assemblée aussi, depuis début avril, quand étaient parvenues du front les mauvaises nouvelles, la guerre accaparait les esprits. De façon plus ou moins directe, un décret sur quatre au moins s’y rapporte. Rien que dans la journée du 9 avril sont votés : le décret « relatif à l’envoi de quatre commissaires de la Convention aux armées du Rhin, des Vosges et de la Moselle » ; le décret « qui accorde trois cents livres aux citoyens Oschet, Thomasset et Boulnoy, volontaires du bataillon des Gravilliers » ; le décret « qui établit trois représentants près de chaque armée, et règle leurs fonctions et attributions » ; celui « relatif au transport des munitions de guerre » ; le décret « interprétatif de celui du 6 février 1793, relatif aux fournitures de l’armée jugées défectueuses » ; et enfin le décret « pour presser la levée des trois cent mille hommes186 ». Le Comité de la guerre contribue notablement à pourvoir les députés en rapports et projets. Créé sous la Législative, le Comité militaire fut conservé sous la Convention qui, toutefois, le 23 septembre 1792, en changea l’appellation en Comité de la guerre, sans doute pour marquer le lien avec la situation réelle caractérisée par des hostilités qui se perpétuaient et dont il était évident qu’elles ne cesseraient pas de sitôt. Composé de vingt-quatre membres titulaires et de huit suppléants, Carnot187 en est l’animateur principal. Toutefois, retenus à l’Assemblée ou envoyés en mission, ses membres désertent les séances. Aussi la Convention par une série de décrets en consolide l’existence, de sorte qu’il est stabilisé dans sa composition avec un renouvellement à intervalles réguliers. Lors du renouvellement du 14 juin 1793, destiné à remplacer les Girondins proscrits et à éliminer les suspects de fédéralisme, vingt membres titulaires sont élus, dont Joseph-Marie Lequinio188.

  • 189 Arch. nat., AFII 14-96, séance no 155. « Le comité arrête que l’armée serait représentée en masse e (...)
  • 190 Arch. nat., AFII 14-96, séance no 167 du mardi 9 juillet 1793. « Le comité tiendra séance quatre fo (...)
  • 191 Id., séance no 200 du 9 septembre 1793.
  • 192 Décret L15, 433 ; B33, 138 « relatif à la levée en masse du peuple français contre les ennemis de l (...)

83Dès le 22 juin, Lequinio assiste aux séances qui se tiennent le soir entre 8 heures et 11 heures, parfois jusqu’à minuit. Y sont examinés de multiples objets. Le 22, c’est notamment pour statuer sur une « réclamation du 10e régiment des hussards contre le décret qui a intégré quarante-cinq hommes dans ce corps » et pour délibérer sur « la formation d’une compagnie de guides pour l’armée des Pyrénées ». Le 24 juin, c’est pour statuer, en particulier, sur un projet de décret « relativement à la représentation des armées lors de la fête du 10 août189 ». Le 25, est abordé, entre autres sujets, la formation « d’une compagnie de chasseurs bons tireurs » ; le 26, il délibère sur « la répartition du recrutement de trente mille hommes de cavalerie » ; le 29 est consacré notamment aux indemnités qui doivent être versées aux gendarmes « qui font un service hors du territoire ». Pris par ses activités au Comité d’agriculture qu’il n’a pas délaissé pour autant, par les débats à l’Assemblée tout autant que par la nécessité de paraître au Club des jacobins, Lequinio n’assiste pas à toutes les séances du Comité de la guerre, d’autant qu’elles se tiennent quotidiennement. Il est présent le 30 juin quand il est question des accusateurs publics près des tribunaux militaires ; le 5 juillet pour statuer notamment sur l’envoi « en urgence de vingt-cinq affûts de canons à Douai ; de boulets de douze, huit, quatre et d’obus de huit » ; il est aussi présent le 6 et le 9, à cette date pour statuer sur l’édition « d’un recueil de toutes les lois relatives à la guerre ». Il assiste également aux séances des 12, 19, 22, 26 et 27 juillet. L’espace entre ces séances tient autant aux absence de Lequinio pour motif légitime qu’à la réorganisation par le Comité de la guerre de son fonctionnement pour qu’elles n’aient lieu que quatre fois par semaine190. Durant le mois d’août, il est en mission et ne réapparaîtra au Comité de la guerre que les 7 et 9 septembre, notamment pour délibérer sur les modalités de la levée en masse191 décrétée par la Convention le 14 août192.

  • 193 Arch. nat., AFII*9 – séance du 6 juin 1793 à laquelle ne sont présents que quatre membres.
  • 194 Bib. nat., LE38-11, Rapport sur le projet de canal d’Eure-et-Loir fait à la Convention nationale le (...)
  • 195 Arch. nat., AFII* 9, procès-verbaux de séance à ces dates.

84Le 6 juin, Lequinio a repris du service au Comité d’agriculture193. Le 20 juin, il fait lecture d’un projet de canal de navigation des rivières d’Eure-et-Loir, sur une idée du citoyen Clavaux, qu’il présente à l’Assemblée dans les jours suivants194. À la séance plénière du 2 juillet, le comité, qui ne compte habituellement que trois ou quatre membres, est presque au complet, dont le député breton, pour recevoir une délégation de la section du Théâtre français « venu pour communiquer les inquiétudes répandues dans Paris au sujet des subsistances », sujet sur lequel il est encore débattu le lendemain puis les 6, 9, 13, 17 et 20 juillet195. Le 22, Lequinio fait rapport sur la demande du citoyen Brueyer pour que plusieurs arpents de terre, dans le département du Var, lui soient attribués afin d’y réaliser la culture du coton et de l’indigo. C’est la dernière fois qu’il paraît au Comité d’agriculture car une nouvelle mission lui est confiée,

  • 196 Bib. hist. Ville de Paris, cote 952.188, Éducation nationale. Plan proposé à la Convention national (...)

85Happé par ses nombreuses et prenantes activités, l’auteur de L’École des laboureurs n’a pas cependant voulu laisser passer le projet de décret sur l’Éducation nationale, sans s’impliquer dans le débat qui a lieu à l’Assemblée dans les premiers jours de l’été 1793. Précédemment intervenu sur ce sujet, avant son départ en mission aux frontières du Nord, il présente cette fois carrément un « plan » : 78 articles précédés d’un exposé de 15 pages, le tout enveloppé dans un imprimé de 32 pages196. L’introduction comporte une série de postulats et une vive critique à l’encontre du texte proposé par le Comité de l’instruction. Il lui oppose en quelque sorte un contre-modèle qui s’inscrit dans le temps présent. En effet, certes il convient de se préoccuper de la « génération naissante », mais aussi et même surtout, de s’intéresser à la « génération présente ». Pour elle, il propose que soit édité, « en style simple et philosophique, un journal qui soit envoyé chaque semaine à toutes les municipalités de la République ». Il faut, selon lui, impérativement et de manière urgente mettre en place une éducation politique des citoyens. Sa pensée tient dans quelques idées qu’il juge fondamentales. Premier postulat :

« L’éducation nationale est le vrai et le seul soutien de votre Révolution ; sans cet établissement, elle passerait comme toutes celles qui l’ont précédée depuis l’origine des sociétés et qui n’ont laissé que quelques instants de liberté, à travers des milliers de siècles d’esclavage. »

86Deuxième postulat :

« L’homme est en général peu fait pour penser ; la réflexion est un travail pour lui si pénible que si l’on ne prend soin de l’y habituer dès sa tendre enfance, il reste toujours insouciant sur son état, ignorant de sa force et de sa dignité, soumis aux caprices du premier audacieux qui veut le dominer, ne soupçonnant pas qu’il est fait pour être libre… »

87Troisième postulat : l’imprimerie permet « l’éducation de la multitude »,

« de donner au même instant la même instruction à des millions d’individus répandus sur un espace immense ».

88Quatrième postulat :

« Il faut songer à faire marcher les arts de concert avec l’instruction morale et politique. »

89À propos du statut des enseignants, Lequinio fait preuve d’un réalisme dont il déplore que soit dépourvu le projet conçu par le Comité de l’instruction.

  • 197 Id., p. 5.

« Je ne concevrai jamais comment votre comité vous a proposé de rendre uniforme le salaire des instituteurs, à moins que ce ne soit pour dédommager ceux des campagnes de l’espèce de solitude à laquelle ils sont livrés pendant leur institutoriat (sic) ; car il est de toute notoriété qu’un homme vit très bien avec huit cents livres par an dans la plupart des campagnes de France tandis qu’il lui serait impossible d’exister six mois à Paris et dans presque toutes les cités très populeuses197. »

  • 198 Id., p. 9.

90Le projet du Comité d’instruction est véritablement passé au crible, sont mises en évidence ses insuffisances. À une « commission centrale d’instruction » proposée par le comité, qui aurait l’inconvénient de « devenir une portion du pouvoir exécutif », il préfère un corps d’inspecteurs. Sur le chapitre « des fêtes particulières et nationales », il déplore que soit proposée « une série de sujets dont les trois quarts au moins n’auraient d’autre effet que de paganiser la nation française198 ». Il propose que des concours soient organisés, mais sur un mode qui soit approprié à la mentalité des gens des campagnes dont

« on sait combien ils sont avides de pèlerinages lorsqu’ils ne sont trop éloignés ni trop fréquents ; eh bien ! la fête du concours deviendrait bientôt pour eux un pèlerinage agréable qui leur ferait oublier ceux qui les ont si longtemps séduits et entretenus dans l’erreur ».

91Cette fête du concours

  • 199 Ibid., p. 13.

« aurait d’ailleurs l’avantage bien plus précieux peut-être que tous les autres, d’habituer les habitants des hameaux, dès le bas âge, à trouver leur bienêtre et leur plaisir au milieu des citadins, de faire fraterniser sincèrement les habitants des campagnes et les citadins, de détruire enfin le mépris des uns, la haine des autres199… »

  • 200 Bib. hist. Ville de Paris, cote 952.187, Discours sur l’éducation commune, prononcé dans la séance (...)

92Et, autre avantage précieux : on verrait « s’éteindre sans peine les idiomes étrangers que l’on parle encore dans quelques coins de la France ». Le 30 juillet, cette fois à la barre de la Convention, il prononce un discours sur le même sujet, reprenant sensiblement les mêmes idées mais en les orientant à partir du concept « d’éducation commune », « la seule qui soit profondément républicaine200 ».

Sauver Paris de la famine

  • 201 A. Soboul, Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l’an II. 1793-1794, Paris, Flamma (...)

93« Une fois encore la question des subsistances relançait le mouvement populaire. En juin 1793 elle comporta un double aspect : celui de l’approvisionnement et celui des prix201. » Pourtant, le 4 mai, pressée d’agir pour trouver des solutions à cette crise des subsistances qui tourmentait les estomacs et taraudait les esprits, la Convention avait pris un décret qui, en 32 articles, réglait dans le détail l’ensemble des difficultés qui faisaient obstacle à l’approvisionnement de Paris et à la cherté du pain. Le problème numéro un était de savoir exactement quel était l’état des stocks disponibles de grains et de farine et les mieux placés à cet égard c’étaient évidemment ceux qui les produisaient et ceux qui les mettaient sur le marché. Aussi l’article premier pose-t-il une obligation impérative :

« Tout marchand, cultivateur ou propriétaire quelconque de grains et farines, sera tenu de faire à la municipalité du lieu de son domicile la déclaration de la quantité et de la nature des grains ou farine qu’il possède ; par approximation, de ce qu’il lui reste de grains à battre. »

  • 202 Décret L14, 23 ; B30, 25 du 4 mai 1793 « relatif aux subsistances ». Cf. Collection des lois, décre (...)

94Comme la méfiance est de mise, à raison même de la perspective qu’entrevoyaient ceux qui étaient ainsi mis à contribution, la Convention invitait les directoires de district, division territoriale jugée la plus apte à mener une action dans l’urgence, à nommer « des commissaires pour surveiller l’exécution de cette mesure dans les diverses municipalités », unité de base de l’administration révolutionnaire également associée à ce recensement « qui sera réalisé sans délai » (art. 2). Des mesures coercitives sont prévues : visites domiciliaires chez les citoyens possesseurs de grains ou farines qui n’auraient pas fait la déclaration prescrite par l’article premier ou qui seraient soupçonnés d’en avoir fait de frauduleuses (art. 4) ; et ceux qui auront été négligents ou qui auront triché subiront « la confiscation » de ces produits (art. 5). La vente est précisément réglementée : elle ne pourra avoir lieu « que dans les marchés publics ou ports où l’on a coutume d’en vendre », mais, pour la favoriser dans toute la mesure du possible, d’autres lieux pourront être créés par les directoires du département sur l’avis donné par les directoires de district. Est même envisagé le cas d’une rétention de grains par des cultivateurs en les laissant en gerbes ; dans ce cas seront requis des ouvriers pour les faire battre (art. 10). C’est l’occasion, aussi, de mettre en place un contrôle jusqu’alors inexistant ou défaillant en imposant aux marchands en gros d’avoir des registres « en règle où ils inscriront leurs achats et leurs ventes » (art. 16). La libre circulation des grains et farines est protégée par le maintien des dispositions votées en novembre 1792 auxquelles est ajoutée l’obligation pour les municipalités de veiller « avec soin à entretenir le bon ordre et la tranquillité dans les marchés publics » (art. 24). Reste un point important : le prix que doit payer le consommateur. Le maximum est décrété. Il est fixé au niveau du département en fonction des mercuriales, lesquelles définissent les cours, entre le 1er janvier et le 1er mai de l’année en cours, une moyenne étant calculée sur cette période et elle constitue la limite « au-dessus de laquelle le prix ne pourra s’élever » (art. 25). Un système dégressif complète ce dispositif : au 1er juin le prix décroîtra d’un dixième plus un autre vingtième sur le prix restant au 1er juillet, d’un trentième au 1er août et d’un quarantième au 1er septembre. Cette taxation, à laquelle les députés entrevoient des résistances de la part des producteurs et des acteurs du marché, est assortie, pour en assurer le respect d’une sanction par confiscation des produits (art. 27). Et contre ceux qui auront « méchamment et à dessein, gâté, perdu ou enfoui des grains et farines », c’est la peine de mort qui s’appliquera (art. 28). La dénonciation est encouragée par une prime de 1 000 livres prise sur les biens des auteurs de ces actes qualifiés « crimes202 ». Le Législateur a dû songer aux agioteurs qui, pour maintenir des cours élevés et contourner ainsi le système du maximum, déduisent délibérément des quantités de produits susceptibles d’être commercialisés.

  • 203 Sur l’activité de cette société, voir M. Cerati, Le club des citoyennes républicaines révolutionnai (...)
  • 204 A. Soboul, Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l’an II 1793-1794, op. cit., p. 4 (...)

95Ces mesures innovantes comme jamais ne le fut une réglementation du négoce montrent que les réticences des partisans du libéralisme économique au sein de la Convention ont pu être surmontées. Il restait à les appliquer. Or, l’irrégularité des arrivages réduisait peu à peu les réserves constituées par la commission des subsistances mise en place par la commune de Paris. Des queues se formaient aux portes des boulangers et l’inquiétude gagna le petit peuple. En outre, le maximum ne s’appliquait qu’aux grains. Or les ouvriers avaient aussi besoin de viande, même en faible quantité, pour reconstituer leur force de travail. Le ravitaillement de Paris en viande étant assuré par les départements de l’Ouest, la guerre civile en Vendée et en Normandie raréfia les arrivages de bestiaux et entraîna une hausse des prix de la viande. Cette situation de pénurie et une crise de confiance enflammèrent la protestation qui gagna bientôt tout Paris. Le 19 mai, le Club des cordeliers et la Société républicaine des citoyennes révolutionnaires203 communiquèrent au Club des jacobins une pétition dénonçant les agioteurs, les accapareurs et les marchands : « Exterminez tous ces scélérats ! » La section des Gravilliers présentait à la Convention, le 27, une pétition inspirée par Jacques Roux, le chef des Enragés. Les sections tenues par les sans-culottes et patriotes avancés estimaient insuffisants les résultats économiques et sociaux d’autant plus que le maximum des grains et le cours forcé de l’assignat n’étaient pas appliqués ou l’étaient mal. Le 8 juin, au conseil général de la commune, Varlet, autre leader des Enragés, donnait lecture de sa Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’état social où il demande que « les biens amassés aux dépens de la fortune publique par le vol, l’agiotage, le monopole, l’accaparement, deviennent des propriétés nationales ». Le 14 juin, la section du Temple rendit compte au conseil général d’une pétition sur les subsistances : « Le peuple fatigué de la cherté des denrées est prêt à se soulever204. »

  • 205 André Jean Bon, dit Jean Bon Saint-André (Montauban, 25 février 1749-Mayence, 10 décembre 1813), ap (...)

96Durant les mois de juin et juillet, les entraves plus ou moins délibérées aux dispositions légales du 4 mai, la lenteur dans leur mise en œuvre, aggravèrent l’approvisionnement de Paris en farine et firent monter encore d’un cran la colère de ses habitants. L’assassinat de Marat le 13 juillet y participa en surexcitant le sentiment du péril contre-révolutionnaire. C’est dans ce contexte que, le jeudi 1er août, Jean Bon Saint-André205 fait une déclaration à l’Assemblée, en prenant un ton mystérieux :

« Des mesures très importantes, dit-il, sont à prendre sur lesquelles le Comité de salut public vous prie de le dispenser de donner des développements, mais qui vous seront connues lorsque l’intérêt public le permettra. »

  • 206 Jean-Marie Collot, dit Collot d’Herbois (Paris, 19 juin 1749-Cayenne, 8 juin 1796), directeur de tr (...)
  • 207 Jacques Isoré (Châteaurouge (Oise), 16 janvier 1758-Liancourt (Oise), 11 juin 1839), fils de cultiv (...)
  • 208 Sylvain Phalier Lejeune (Issoudun (Indre), 19 août 1758-Saint-Josse-Ten-Noode (Belgique), 7 février (...)
  • 209 Le Moniteur universel, no 214, t. XVII, p. 234.
  • 210 Décret B33, 9 du 1er août 1793 « qui nomme les députés Collot d’Herbois, Isoré, Lequinio et Lejeune (...)
  • 211 M. Vovelle (dir.), L’état de la France pendant la Révolution (1789-1799), Paris, La Découverte, 198 (...)
  • 212 A. Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, op. cit., t. I, p. 240.

97Puis il ajoute que « le choix s’est porté sur Collot d’Herbois206, Isorée207, Lejeune208 et Lequinio pour aller dans les départements de l’Aisne et de l’Oise faire les réquisitions que nécessite la défense de la République209 ». La protestation s’était enflée à ce point dans Paris que le régime était intrinsèquement menacé, la République vacillait sur ses bases. Aussitôt l’Assemblée approuva le choix ainsi opéré par le Comité de salut public, sans plus définir le cadre de la mission210. Sans doute ne fallait-il pas affoler l’opinion publique, les citoyens ayant toujours accès aux tribunes, mais le propos de Jean Bon Saint-André cachait mal que Paris était au bord de la famine, mission par conséquent d’importance vitale car à l’époque la capitale compte entre 550 000 et 600 000 habitants, ce qui en fait la seconde ville d’Europe après Londres211. Si la Convention avait forgé par son décret du 4 mai les instruments permettant de satisfaire les besoins, à tout le moins en pain, pour cette masse de bouches à nourrir, ils étaient mal ou insuffisamment employés, outre que la malice des particuliers œuvrait dans tous les sens pour y échapper. Le « marché noir », comme toujours en période de pénurie, prospérait. Ainsi, les aubergistes se coalisaient avec les habitants des campagnes pour leur livrer la nuit des pains de quatre à six livres en échange de marchandises212.

  • 213 Un arpent vaut 34 ares, 20 centiares.

98De cela Lequinio et ses trois collègues sont parfaitement conscients, comme ils le sont de l’importance de la responsabilité qui pèse sur eux. Dès le 3 août, ils sont sur le lieu de leur mission, établissent leur quartier général à Soissons dans le département de l’Aisne. La Brie, le Soissonnais, le Vermendois, sont autant de grandes plaines fertiles et fécondes en productions céréalières de sorte que la pénurie touche au paradoxe et que des mesures strictes s’imposent. Le jour même où ils sont parvenus à destination, ils enjoignent aux administrateurs des cinq districts « de convoquer à jour fixe, et d’ici au 7 du présent mois les cultivateurs faisant valoir cent arpents213 », c’est-à-dire les plus gros producteurs. Sans attendre, sont recensées « les quantités de grains qui se trouvent chez chacun » car on soupçonne de la déloyauté chez la plupart. Par le même arrêté, les administrateurs des districts sont déclarés « garants et responsables personnellement » de sa bonne exécution. Eux, sont suspectés de fermer les yeux sur les fausses déclarations, soit par négligence, soit par intérêt personnel tant la plupart entretiennent des liens privilégiés avec cette bourgeoisie rurale opulente du Bassin parisien. De cela Lequinio et ses collègues sont persuadés. Aussi les cultivateurs qui se soustrairont à la sincérité des déclarations sur les stocks de grains seront regardés comme « ennemis du bien public » et châtiés comme tels.

  • 214 Arch. nat, DIII 353, 3e liasse, Affiche reproduisant le décret du 1er août, l’arrêté des quatre rep (...)

99Les administrateurs des districts ont bien compris ce à quoi ils s’exposeraient en cas de laxisme. Le jour-même, soit le 3 août, ils font placarder, sur les murs des villages et des bourgs des communes situées dans la circonscription, une affiche reproduisant l’arrêté des représentants en mission auquel ils ont ajouté leur propre délibération qui déclare « rebelle à la loi » les tricheurs214.

  • 215 Seigle et froment mêlés qu’on sème et qu’on récolte ensemble.
  • 216 Arch. nat., DIII. 353, 3e liasse, Arrêté du 4 août, co-signé Isoré, Lejeune, Collot d’Herbois et Le (...)
  • 217 Id.
  • 218 Opinion de Lequinio, député du Morbihan, sur les subsistances, op. cit., p. 8.
  • 219 Une réalité vivement combattue par certains auteurs. Voir sur ce point F. Furet, Penser la Révoluti (...)

100Des courriers extraordinaires sont dépêchés dans toutes les directions auprès des municipalités et des producteurs les mieux pourvus en capital foncier. Le 4 août, les représentants en mission passent à la deuxième phase des opérations, suivant en cela le dispositif fixé par le décret du 4 mai. Le recensement des grains étant réalisé, ou proche d’être terminé, doit maintenant être fixé le prix d’achat. Dérogeant sur ce point au décret du 4 mai, ils calculent le maximum « en proportion de la valeur de la journée du travail et de la main-d’œuvre », ce qui donne 12 livres le quintal de blé froment, 10 livres le quintal de blé méteil215 et 8 livres le quintal de seigle216. Le boisseau d’avoine est fixé à 30 sous, le quintal de foin à 5 livres et le quintal de paille à 4 livres217. On devine que la mission donnée par le Comité de salut public inclut les besoins de l’armée en nourriture pour la cavalerie. Cet interventionnisme de l’État, fortement illustré ici, met Lequinio en contradiction avec la pensée qu’il exprimait pas même un an plus tôt. « Je regarde un homme qui se livre au commerce des blés comme un bienfaiteur de la patrie218 » proclamait-il alors. Maintenant un impératif se présente à lui. C’est quelque chose de bien plus fort que ses convictions forgées à l’aulne de principes abstraits. Cela peut s’appeler le « Salut Public », le salut d’une population prise dans l’étau de la faim. Le compromis passé avec sa conscience rappelle celui qui, lors du procès de Louis XVI, le fit se prononcer pour la mort, alors qu’il en excluait le principe-même dans Préjugés détruits. La Révolution, face à l’impérieuse nécessité qu’imposaient les circonstances219 eut besoin d’hommes en responsabilité qui acceptèrent de renoncer à leurs convictions et de faire preuve d’abnégation. Et sous l’empire de cette règle, bien souvent, ils furent conduits à agir de leur propre chef en raison de la défaillance du pouvoir central. Ce fut le cas lors de la débandade de l’armée du Nord consécutivement à la trahison de Dumouriez, c’est le cas maintenant face à l’urgence alimentaire.

  • 220 L’Aisne.
  • 221 Arch. nat., DIII. 351, 3e liasse, Commissaires à Convention nationale, 4 août 1793.

« La Convention nationale a requis pour Paris quatre quintaux par charrue, nous en avons étendu la demande à huit quintaux. Les quatre derniers seront destinés aux cités de ce département220 et à l’approvisionnement des armées221. »

  • 222 Id., « Les représentants du peuple français envoyés dans les départements de l’Aisne et de l’Oise » (...)
  • 223 Décret L15, 780 ; B34, 777 « qui déclare traîtres à la patrie et hors de la loi les Français qui on (...)

101C’est que, achevant leur tournée d’inspection dans les districts et parvenus à Saint-Quentin, ils apprennent que la frontière nord a de nouveau été enfoncée et que Valenciennes est tombée entre les mains de l’ennemi. Lequinio et Lejeune, seuls, croient bien faire de prendre un arrêté, manifestement hors du cadre de leur mission, par lequel ils déclarent Valenciennes ville proscrite considérant « qu’elle se trouve en ce moment au pouvoir des ennemis », ce qui en fait « un pays étranger222 ». Le sens de cette décision est obscur, mais quelle fut au juste sa portée ? Elle paraît cependant s’inscrire dans le cadre de mesures de sûreté que vote l’Assemblée le 7 septembre 1793223.

102De retour au quartier général de Soissons, Lequinio assiste à la préparation de la contre-attaque sur Valenciennes. 30 000 hommes sont prélevés sur les armées de Moselle et du Rhin pour renforcer l’armée du Nord en grandes difficultés. Le député breton, qui conserve probablement un souvenir ému de sa mission précédente, ne peut détourner son regard des colonnes de militaires qui montent au front.

  • 224 Le Moniteur universel, no 244, t. XVII, p. 535.

« Nous les avons trouvés tous plein de courage et de civisme qui doivent caractériser de vrais républicains. Plusieurs bataillons ont refusé des voitures qui étaient destinées à leur transport, ils ont préféré marcher avec une ardeur qu’il est impossible de peindre224. »

  • 225 Id.
  • 226 Archives parlementaires, t. 73, p. 80-82 et Le Moniteur universel, no 244, t. XVII, p. 535.

103Contrastant avec cette démonstration de patriotisme, des éléments du 5e régiment de dragons se déclarent « en pleine insurrection » à Laon, mutinerie toutefois éteinte par l’intervention de trois bataillons de volontaires de passage dans la ville225. Aussi, passant de l’Aisne dans le département de l’Oise, département qui entre dans le cadre géographique de leur mission, Lequinio et Lejeune jugent à propos de faire arrêter et incarcérer « tous les ci-devant nobles, exceptés les femmes de plus de 50 ans, les hommes de plus de 60 et les enfants au-dessous de 17 ans226 ». Ainsi est confortée, déterminée par les circonstances une jurisprudence propre aux actes des représentants en mission. Elle contribue à former le concept de « Salut », d’essence judéo-chrétienne, transposé sur le plan du bien commun et actif dans un cadre politique qui est celui de la République en guerre.

En mission dans les ports de La Rochelle et de Rochefort

  • 227 Histoire de la France contemporaine, op. cit., t. I, chapitre VIII « Les fondements de la Républiqu (...)
  • 228 Pour une relation détaillée de ces deux événements, voir Guerres de la Révolution française et du P (...)
  • 229 B. Benoit, L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-19 (...)
  • 230 Qui ne prendra fin que le 9 octobre par l’assaut ordonné par le général Doppe assisté des représent (...)

104« L’été fut nécessairement tragique227 », formule connotée de gravité qui enveloppe les événements marquants et convergents de la période sans doute la plus dangereuse pour le régime républicain. Aux frontières, l’offensive des puissances couronnées de l’Europe se poursuit avec des forces considérables auxquelles se sont joints les émigrés, anciens cadres de l’armée royale, s’affichant désormais sur les champs de bataille aux côtés des armées étrangères. Le 28 juillet, les places stratégiques de Mayence et de Valenciennes tombent228. À l’intérieur, Lyon, grande métropole régionale de 150 000 habitants, est en état de sécession, après qu’ait été renversée par la force la municipalité patriote le 29 mai, événement suivi de l’exécution, le 16 juillet, de son maire, Joseph Chalier, « le premier guillotiné de Lyon229 ». Le parti royaliste tient entre ses mains tous les lieux de pouvoir. Le 7 août, commence le siège pour que la ville revienne dans le giron de la République, mais l’armée des Alpes aux ordres du général Kellermann bute sur une résistance acharnée230.

  • 231 M. Acerra, J. Meyer, Marines et Révolution, op. cit. p. 157.
  • 232 Pour le détail du siège voir Guerres de la Révolution française et du Premier Empire, op. cit., p.  (...)

105Alors même qu’il achève sa mission dans l’Aisne et l’Oise, Lequinio apprend que le 27 août le grand port militaire de Toulon est tombé entre les mains des Anglais malgré les 10 000 marins que compte alors l’escadre de la Méditerranée231. Le siège est mené par le général Dugommier qui n’a pu tirer que quelques milliers d’hommes de l’armée des Alpes dont le gros des effectifs est mobilisé devant Lyon232. Dans l’Ouest, après l’échec de la première expédition militaire tentée sous les ordres du général Marcé le 19 mars 1793, la Contre-Révolution armée qui a surgi au printemps s’est fortifiée et jouit d’une organisation militaire formée d’officiers de la ci-devant armée royale pour l’essentiel. Elle se présente sous le nom d’armée catholique et royale, et s’appuie sur des infrastructures civiles, les comités de paroisses, outre qu’elle s’est dotée d’un conseil supérieur, dispose d’une imprimerie qui diffuse propagande et édite bons royaux. Depuis mai toutes les grandes cités de la Vendée, des Deux-Sèvres et d’une partie de l’Anjou ont été conquises sans coup férir ; hormis Luçon et les Sables d’Olonne sur la côte atlantique. Entre 80 et 100 000 hommes, toutes divisions confondues, sont mobilisés ou mobilisables à tout instant, enrégimentés au niveau de la paroisse sous un commandement général qui planifie les opérations avec une efficacité redoutable. Vers la fin de l’été, un État royaliste s’est constitué dans un territoire grand comme presque quatre départements à l’intérieur de la République. Nulle part l’armée républicaine n’a pu y prendre pied de manière durable.

  • 233 Bertrand Barrère de Vieuzac (1755-1841), avocat au parlement de Toulouse, conseiller à la sénéchaus (...)
  • 234 Décret B34, 103 du 9 septembre 1793 « qui envoie dans le département de la Charente Inférieure les (...)
  • 235 Bib. nat., R20.293-L4.3-A, J.-M. Lequinio, Philosophie du peuple ou éléments de philosophie politiq (...)
  • 236 Cf. M. Biard, Missionnaires de la République, op. cit, p. 532 citant Arch. nat., D* XXXV 7.

106Le 9 septembre, dans l’ambiance survoltée que connaît depuis des mois la Convention, encore accrue par les mauvaises nouvelles, Barrère233, au nom du Comité de salut public prend la parole et, excipant de lettres en provenance de l’Angleterre interceptées par des agents du ministère de l’Intérieur, déclare : « Avant la fin de la campagne, une grande conspiration doit être exécutée ; c’est évidemment celle qui tend à incendier nos ports et à faire négliger les mesures de sûreté. » Il propose Lequinio et Laignelot pour se transporter en urgence dans les ports de La Rochelle et de Rochefort ; la Convention élargit le périmètre de leur mission au département de la Charente-Inférieure234. Les deux députés vont chercher leurs instructions au Comité de salut public. Dans son dernier écrit, un conte philosophique, Lequinio se souviendra de l’effervescence qui régnait alors en son sein : « Le danger l’épouvantait, il nous pressa de partir, il nous laissa qu’à peine le temps de faire nos malles235. » Puis ils se rendent auprès du service des inspecteurs de la salle où leur est remise une enveloppe contenant pour chacun 12 000 livres236, à charge pour eux de rendre compte de leur emploi lequel, sera destiné, pour l’essentiel, à appointer des auxiliaires recrutés sur place à défaut de pouvoir en obtenir de l’administration.

  • 237 Aujourd’hui musée Lafaille-musée d’histoire naturelle.
  • 238 Arch. mun. La Rochelle, 2D6, billet écrit de la main de Lequinio.
  • 239 J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. III, p. 25. Il fut élu dépu (...)

107Lequinio et Laignelot parviennent à La Rochelle autour du 15 septembre. Ils sont installés à l’hôtel de la Nation237. Alors qu’ils ont voyagé sans escorte, comme toujours, Lequinio juge opportun de demander à l’officier municipal de permanence qu’une « garde » assure leur protection238, une exigence inhabituelle chez le député breton, généralement peu soucieux de sa propre sécurité, mais que justifie sans doute la volonté de mener à terme la mission qui lui a été assignée. À l’instar de sa mission auprès de l’armée du Nord, Lequinio entend aviser par lui-même sur les dispositions à prendre, la seule condition étant d’en référer au Comité de salut public par la copie de ses arrêtés. Il est assisté de Joseph François Laignelot, homme de lettres, auteur de deux tragédies écrites l’une avant la Révolution – Agis (1782) –, l’autre après – Rienzi (1804). Né à Versailles le 12 juin 1752, il ne s’est guère illustré jusqu’à présent, sauf pour avoir conduit, en sa qualité de commissaire de la section de la place Vendôme, Louis XVI et sa famille du Luxembourg au Temple avec le procureur Manuel et le cordonnier Simon239.

Dresser un état des lieux

  • 240 Arch. mun. La Rochelle, 1M1, Edifices publics, 1790. « L’égout qui traverse les remparts près de la (...)

108À quelques exceptions près, toutes les missions étaient placées sous le signe de l’urgence et commandées par la gravité des périls. Celle-ci n’échappe pas à la règle et se présente même à un degré supérieur sur ces deux plans. À La Rochelle, la convergence des difficultés était telle qu’un œil extérieur ne pouvait guère discerner par quel côté prendre la situation ni même apercevoir s’il existait une petite part de quelque chose de sain qui puisse servir de point d’appui pour la redresser au moins un peu. La Vendée, certes, par ses effets collatéraux, s’était abattue sur la cité et tout son pourtour rural jusqu’à toucher la Sèvre, comme un cataclysme aussi violent qu’inattendu, mais le délabrement physique, matériel et la désespérance qu’on pouvait y constater étaient aussi dus à un empilement de problèmes qui n’avaient pas trouvé de solution au fur et à mesure qu’ils étaient apparus. L’aspect de l’hôtel de ville, les matériaux empilés dans les rues en raison de chantiers inachevés, les latrines de la place du château ouvertes à tous vents, et, depuis des semaines, les cadavres provenant des hôpitaux militaires qu’on n’enterrait plus faute de place et faute de main-d’œuvre, servant de garde-manger aux chiens errants240, illustraient tristement cet état de fait.

  • 241 « Lequinio et Laignelot à Convention nationale », Archives parlementaires no 76, p. 572, 18 vendémi (...)

109Dans un premier courrier à la Convention, Lequinio et Laignelot, en une approche quelque peu superficielle et orientée, donnent leurs premières impressions : « L’esprit public est sans consistance […]. La perfidie des riches masque le patriotisme, tient le peuple dans une sorte d’incertitude et d’engourdissement241. » Le jugement n’est pas si éloigné de celui que formulait deux mois plus tôt un agent du ministère des Affaires étrangères en tournée d’inspection dans la ville :

  • 242 Arch. nat., F2. CIII. 11, Esprit public en Charente-Inférieure. Desforges, agent du ministère des A (...)

« L’esprit public qui domine à La Rochelle, quoiqu’il ne soit pas en sens inverse de la Révolution, n’est cependant pas précisément celui qui domine à Paris. On n’y remarque pas cette mâle énergie, cette chaleur qui caractérise de vrais républicains. Les sociétés populaires y sont presque partout négligées. En un mot l’égoïsme, l’insouciance, l’apathie, ces trois éteignoirs du patriotisme semblent écarter dans ces sociétés tous ceux qui, par leur talent, pourraient éclairer leurs concitoyens242. »

110La population, hormis un petit îlot de citoyens aisés, est la proie de l’indigence.

  • 243 Arch. mun. La Rochelle, E53, Registre des décès pour l’année 1793.
  • 244 Id.
  • 245 Arch. dép. Charente-Maritime, L407, État des populations de 1792-An IV (21671 habitants).
  • 246 Arch. nat., F7 3664, Reverseau, intendant, à ministre des Finances, 26 mai 1790. « Il n’a pas été p (...)
  • 247 Arch. mun. La Rochelle, 1D1 4, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux de délibé (...)

111Entre mars et septembre 1793, la mortalité civile a été multipliée par neuf en passant de 14 à 94 et elle monte à 162 en octobre243. Cette mortalité est pire dans les hôpitaux militaires, dont cinq dits « hôpitaux ambulants », ont été improvisés dans les chapelles des couvents en juillet et en août 1793. Stagnant autour de 2 à 5, dans l’hôpital sédentaire Aufrédy en période normale, la mortalité, pour l’ensemble des établissements, passe à 120 en août, à 250 en septembre et à 385 en octobre244. Le front vendéen est un grand pourvoyeur de blessés et de malades expédiés en suivant la « ligne sanitaire » depuis Luçon. Les infections microbiennes pullulent sur les paillasses souillées de sanies et parfois d’excréments, frappant les corps affaiblis par le manque de nourriture tandis que l’absence de tout espoir de survie mine les esprits, dissout les énergies. Le bonheur est suspendu à la chance de pouvoir trouver une miche de pain ; quand il y en a. La situation n’est pas nouvelle pour cette cité de 21 000 âmes245, mais elle n’a jamais été aussi grave dans un temps aussi court. L’arrière-pays n’a toujours produit que peu de céréales, à peine un tiers des besoins de la population intra et extra-muros pour l’année, parce que le choix avait été fait de vouer le terroir à la viticulture, il est vrai une des principales ressources économiques de la région. La faim tenaillait les estomacs en permanence, surtout chez les plus démunis, et par grandes poussées, de temps à autres, les boulangers étaient assaillis, la milice puis la garde nationale étaient convoquées. La période révolutionnaire n’échappait pas à cette calamité. Le 18 mai 1790, le navire Le prince Williams ayant à son bord 200 tonneaux de froment était pris d’assaut246. Les mois passent sans qu’aucune solution durable ait pu être trouvée par les édiles de la commune. En octobre et novembre 1792, suscitée par les augmentations successives du prix du pain en six semaines, l’émeute couve, la municipalité « entend les murmures des habitants relativement à la cherté du pain, ce qui pourrait donner lieu cette fois-ci à quelque suite fâcheuse247… » Au printemps et durant tout l’été 1793, avec le ralentissement puis, pratiquement, l’arrêt des approvisionnements en provenance de la plaine féconde du ci-devant Bas-Poitou, en raison des progrès de l’insurrection, laquelle barre la route aux convois, outre le blocus maritime qui précarise les importations venant du Nord et enfin l’afflux de bouches à nourrir amenées par la noria des bataillons qui montent sur le front vendéen, la disette de subsistances menace à tout instant de se convertir en famine, libérant alors une colère populaire dont nul ne peut connaître les suites.

  • 248 Serv. hist. de la Défense, Journal militaire, avril 1793, p. 311.
  • 249 Serv. hist. de la Défense, Journal militaire et surtout Arch. mun. La Rochelle E53, Registre des dé (...)
  • 250 J.-M. Deveau, Le commerce rochelais face à la Révolution, La Rochelle, Rumeur des Ages, 1985. Le tr (...)

112Décrétée « place de guerre » dès avril 1793248, La Rochelle, doublement ville frontière, face à l’océan et face à la Vendée, voyait séjourner dans ses murs et s’y approvisionner des milliers d’hommes venus de tous les points du pays : fin août environ 38 bataillons, soit plus de 30 000 hommes étaient déjà passés par ses murs249. Si au moins cette grande ville port, qui talonnait jadis Bordeaux et Nantes pour sa richesse, s’était trouvée en bonne santé quand il fallut subir l’épreuve de la guerre, un fondement solide eut été offert à sa population et à ceux qu’elle allait accueillir en tant que base-arrière des opérations militaires contre la Vendée. Or, la bourgeoisie mercantile, certes à l’origine de son épanouissement économique, s’était tournée vers le système de la traite qui s’était progressivement effondré, et plus encore avec la révolte des esclaves à Saint-Domingue en septembre 1791. Son déclin avait commencé bien avant avec la perte des colonies d’Amérique du Nord consécutivement au traité de Versailles, alors qu’elle occupait une position de monopole dans le trafic des fourrures vers toutes l’Europe250. Enfin la seule production locale, la viticulture, malgré une conversion des vins en eau-de-vie de cognac n’avait pas été suffisamment développée face à l’assaut des whiskies et des eaux-de-vie portugaises.

  • 251 Arch. mun. La Rochelle, 1I/11, 12 et 13, État des crocheteurs, traîneurs et portefaix.
  • 252 N. Charbonnel, Commerce et course sous la Révolution et le Consulat à La Rochelle, Paris, PUF, 1977 (...)
  • 253 Arch. mun, La Rochelle 2G7, États nominatifs, déclarations de fortunes et correspondance concernant (...)
  • 254 Id.
  • 255 Arch. mun. La Rochelle, 1G1/2, Matrice du rôle de la contribution foncière pour l’année 1791.

113L’activité maritime avait agrégé toute l’économie rochelaise, en amont et en aval. Sur le port, 31 crocheteurs, 56 traîneurs et une centaine de portefaix assuraient la manutention à longueur d’année251. 16 raffineries de canne à sucre tournaient à plein régime. La construction navale occupait poulieurs, charpentiers, scieurs de long, cordiers, voiliers et autres métiers, soit plusieurs centaines d’hommes. Les fournisseurs de marchandises en tous genres recevaient des commandes pour les voyages triangulaires et les colonies. Mais, cette économie florissante appartenait au passé. Sur 49 armateurs et 116 bâtiments en 1751 que recensait l’Almanach du trafic maritime, en 1791 ils n’étaient plus que 21 et 40252. Depuis, la situation s’était aggravée avec le blocus maritime, qu’avaient provoqué les déclarations de guerre à l’Angleterre et à l’Espagne en février et en mars 1793 sous le gouvernement de la Gironde. Pour autant la grande bourgeoisie continuait de vivre dans l’opulence et à tenir le haut du pavé. Sur les deux cent cinq contribuables les plus fortunés, les armateurs viennent en tête avec les grandes maisons telles les Weiss, 850 000 livres ; les Morisson, 500 000 livres ; les Garreau, 450 000 livres ; les Garnier, 350 000 livres ; les Charruyer, 300 000 livres ; les Garesché, 200 000 livres ; les Nairac, 200 000 livres, etc.253. En conjuguant les trois plus belles fortunes de la ci-devant noblesse rochelaise (1 570 000 livres) avec les cinq grandes familles du négoce maritime (2 550 000 livres) on dépasse le dixième du capital foncier recensé en pleine Révolution254. Ces données sommaires, encore bien en deçà de la réalité, accréditent d’une certaine manière ce que Lequinio, certes avec un esprit partisan, qualifie de « perfidie des riches ». Cette aisance est perceptible à l’œil nu mais peut se traduire concrètement par une valeur. Tandis que les revenus fonciers des immeubles des négociants Goguet, Thouron, Garesché et Poupet, pour ne retenir que quelques exemples, sont évalués respectivement à 1 376 livres, 4 650 livres, 2 085 livres et 3 320 livres, le garni qu’occupe un marin ne vaut que 50 livres et celui d’un portefaix 60 livres255.

  • 256 Arch. mun. La Rochelle, 2G7.
  • 257 P. Even, Les hôpitaux en Aunis et Saintonge sous l’Ancien Régime, La Crèche, Geste éditions, 2002, (...)

114La disparité dans la condition sociale des Rochelais est encore plus forte en rétrogradant vers les catégories les plus touchées par la crise économique ou qui vit habituellement dans la misère à un point tel qu’il faut créer des sous-catégories en « pauvres », « bien pauvres », « pauvres sans ménagement », « estropiés », « sans moyens », « indigents », « invalides256 ». L’historien Pascal Even, se référant à un « tableau général de la population du canton de la ville de La Rochelle », dressé au début de la Révolution mentionne le chiffre de 2186 indigents et 2 800 si l’on y ajoute les malades et les pauvres des établissements hospitaliers et charitables257. Ce n’est pas forcément sur ces catégories les plus touchées par le sort que Lequinio devra s’appuyer pour constituer le soutien politique dont il aura nécessairement besoin, au contraire il devra s’en méfier pour ne pas qu’elles constituent, comme le petit peuple de la campagne bretonne, une force de manœuvre susceptible, par son inculture politique, de favoriser à l’intérieur de la ville des intelligences avec les adversaires de la Révolution. Il faudra, de toute façon, car démunis de toutes sources de revenus, mettre en place une assistance non pas par pure charité, mais selon le principe de solidarité conforme aux vues du nouveau régime. Ces disparités parfois insultantes dégénèrent en révoltes, tenant d’ailleurs moins à l’envie d’une égalité sociale qu’aux reproches finalement faits à l’élite d’avoir laissé périr économiquement la cité sans se soucier des conséquences, en aval, sur la population dont l’activité et le bien être lui étaient subordonnés. Telle est la traduction des débordements qui suivent la prise du Prince Williams lorsque les émeutiers se transportent chez Garesché, maire de La Rochelle, l’armateur le plus fortuné, abattant les arbres de son parc et le menaçant physiquement après l’avoir « vivement insulté ». « Il faut porter la tête de Garesché sur une pique » s’était même laissée dire une dénommée Cotté, cabaretière dans le quartier Saint-Nicolas, le quartier des marins et des ouvriers des chantiers.

  • 258 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/1, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, séance d (...)

« Buvez ! Buvez bien mes enfants ! Prenez des forces pour demain et le premier de ces Garesché ou de Goguet qui se présenteront rompez leur la barre du cou ! Ces f… qui veulent emmagasiner les blés258 ! »

continuait-elle.

  • 259 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/1, Conseil général de la commune, séance du 22 janvier 1791 au cours de (...)
  • 260 Arch. nat, F7 3664, Directoire du district de La Rochelle à directoire du département de la Charent (...)
  • 261 Id.

115Autre source de tensions : une crise religieuse dont le paroxysme fut atteint au printemps 1793. La population rochelaise ne fut jamais unanimement anti-réfractaire et c’était bien là toute la difficulté à laquelle étaient confrontés les élus municipaux, obligés de respecter un équilibre dans leurs décisions entre les deux parties de la population qui s’opposaient. Ce pouvait être aussi un sujet d’étonnement pour Lequinio que ce constat d’un partage dans les opinions sur la question religieuse à l’intérieur d’une population citadine ; le schéma ville/campagne sur la base duquel il avait élaboré son « Adresse aux habitants des campagnes », ici était caduc. La situation était complexe et encore plus compliquée qu’ailleurs par la juxtaposition de deux phénomènes : d’une part la suppression du diocèse découlant de la refonte de la carte religieuse par la commission ecclésiastique de la Constituante ; d’autre part l’afflux massif de réfractaires soit désireux de s’embarquer pour des destinations lointaines, soit venus chercher du soutien auprès de l’évêque. Charles de Coucy. Ancien aumônier de la reine, celui-ci s’était vu doter de l’évêché de La Rochelle, dont il contestait bruyamment la perte, affichant sa position par l’ordonnance Breve ruppellense prodomini en janvier 1791, et entraînant derrière lui le clergé rochelais à trois ou quatre exceptions près259. Les jacobins, organisés dans la société rochelaise des amis de la Constitution en appelaient au respect de la légalité, tandis qu’une masse diffuse de citoyens, carrément hostile aux réfractaires, décidait de passer à l’action. Les incidents se multipliaient aux portes des chapelles et de l’église des augustins, lieu que la municipalité avait réservé aux insermentés dans un souci de respect des opinions se traduisant par une dualité des cultes. Mais le constat était là : « La différence d’opinions en matière de religion a depuis longtemps divisé notre ville260. » Insidieusement, la question religieuse divisait le camp patriote261 et pénétrait même jusqu’à l’intérieur des familles. Pierre Proux, l’un des fondateurs du Club des jacobins, voyait son fils Jean-Baptiste, vicaire de l’église Saint-Sauveur, prendre la tête des opposants à la Constitution civile du clergé.

  • 262 Réfractaires.
  • 263 Arch. nat., F7 3664, op. cit.

« Les prêtres non conformistes262 semaient la discorde dans les familles, divisaient les maris d’avec les femmes, les pères d’avec les enfants […]. Les esprits étaient aigris à un point extrême263. »

  • 264 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/4, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, 29 mai 1 (...)
  • 265 Arch. nat., F7 3664, op. cit.
  • 266 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/4, Conseil général de la commune et directoire du district, registre de (...)

116De la discorde on passa à la violence. L’église des augustins fut saccagée avec une débauche d’énergie. « Nous aimons mieux casser des chaises et des vitres que les bras et les jambes de nos femmes » répondaient les émeutiers aux officiers municipaux qui en appelaient à la raison. « Depuis quatre mois nous ne pouvons plus en jouir, c’est le diable que nous avons dans nos maisons264 » protestaient-ils. Des bruits couraient selon lesquels lors de leur sermon à l’église des augustins, les réfractaires n’hésitaient pas « à faire publiquement des prières pour le succès de la Contre-Révolution265 ». En raison d’incidents dont la gravité montait de degré en degré, la municipalité, conjointement avec le directoire du district, prit la décision d’expulser de la ville tous les réfractaires266. En quelques jours plus d’une centaine d’insermentés quittèrent la ville pour des destinations diverses. Pour autant Lequinio et Laignelot ne bénéficiaient pas nécessairement d’une situation assainie, au contraire. Pas même six mois avant qu’ils soient nommés par la Convention, un événement allait ensanglanter la ville.

  • 267 Arch. dép. Charente-Maritime, L1485 7, série judiciaire, tribunal criminel de la Charente-Inférieur (...)
  • 268 Arch. dép. Charente-Maritime, L1168-1, Contre Pierre Bertrand courtier d’eaux-de-vie et Bellouard, (...)
  • 269 Arch. dép. Charente-Maritime, Fonds judiciaire L1056-8, Contre Nicolas Robin garçon boucher arrêté (...)

117Le 21 mars 1793, sur la Grand-rive, près du corps de garde, on entendit des paroles étonnantes. Une femme aux vêtements souillés de sang se vantait auprès de qui voulait l’entendre : « Ce que tu vois est le sang de ces scélérats que je viens d’exterminer. Cela vaut bien de l’eau bénite267. » Un autre s’esclaffait : « Si je tenais son cœur comme cela je le mangerais. » Une à deux heures auparavant, la garde nationale venait d’extraire de la prison du Palais où ils étaient détenus, quatre ecclésiastiques de paroisses du Nord des Deux-Sèvres, tous réfractaires au serment, condamnés par le tribunal de Niort à la déportation. Injuriés, molestés, ils étaient frappés à l’aide d’outils divers puis finalement décapités sommairement. Leurs restes étaient ensuite promenés dans les rues de la ville en une cavalcade macabre. Le lendemain, un chasse-marée, venu du port de Saint-Martin de Ré accostait à La Rochelle, ayant à son bord André Verger et Jacques Pierre Dauge, deux religieux du couvent de Saint-Laurent sur Sèvre, en Vendée, établissement réputé pour ses écrits « contre les intrus (les assermentés) ». Ils subissaient le même sort268. Ces faits étaient l’expression d’une hostilité envers le clergé réfractaire certes, mais jusqu’à présent elle ne s’était jamais traduite physiquement hormis le cas d’un garçon-boucher, qui livrait habituellement le couvent des Saintes-Claires et s’en était pris à la supérieure, lui tordant le nez et la bouche, en lui disant : « Je me soucie bien de ta protection269. » Quelle étincelle avait pu allumer la mèche d’une telle fureur homicide ? Répondre à la question, c’est mettre Lequinio directement en rapport avec les difficultés auxquelles il va devoir s’affronter. Ce n’était peut-être pas tant la défaite du 19 mars en elle-même que l’importance des pertes humaines par laquelle elle s’était traduite, le gros des effectifs provenant de la garde nationale rochelaise. C’était aussi la frayeur de voir déferler « les hordes de brigands », nom par lequel on désignait les insurgés du ci-devant Bas Poitou. Tel était le lien de cause à effet que, dans leur esprit, les émeutiers avaient établi entre la puissance de l’insurrection et la présence importante d’un clergé réfractaire sur ce même territoire. Lequinio fut nécessairement informé de cet événement dans les premiers jours de son installation à La Rochelle, le rapprochant du massacre dans les prisons de Paris auquel il avait assisté. Aguerri par trois précédentes missions, il avait conscience cependant qu’il aurait à vivre ici une toute autre expérience s’agissant de gouverner deux cités, deux villes port, d’y prendre en main l’ordre public alors qu’à La Rochelle 600 à 800 prisonniers faits sur l’armée catholique et royale étaient enfermés dans les tours Saint-Nicolas et de la Lanterne.

  • 270 Arch. mun. Rochefort, REV 3, Société des amis de la liberté et de l’égalité, registre des délibérat (...)

118À Rochefort, grand chantier de construction navale pour la marine de guerre, se posait également la question des subsistances pour ses 13 090 habitants outre 3 500 à 4 000 marins et soldats. La tranquillité était suspendue à la discipline que les deux représentants en mission sauraient imposer à la chiourme qui, par convulsions répétées, souciait fort les autorités. Cependant ni tensions sociales ni flambées anti-réfractaires n’avaient jusqu’alors agité la cité. La société populaire était néanmoins désireuse de voir « les prêtres assermentés ou insermentés […] n’étant utile à Rien (sic) » être « déportés sur le champ dans l’isle la plus éloignée afin d’éviter les abus nombreux qu’ils commettent270 ». La pression venait surtout du large où louvoyaient les flottes coalisées de l’Europe maritime préparant un éventuel débarquement terrestre pour anéantir les constructions en cours d’unités navales dont avait tant besoin la République.

  • 271 Le 25 mai 1793, après une première tentative le 16, l’armée catholique et royale, forte de 35000 ho (...)
  • 272 Arch. mun. La Rochelle, 2i1/1, Conseil général de la commune de La Rochelle. Police, dossier Hyacin (...)
  • 273 Arch. mun. La Rochelle, 2i1/1, Conseil général de la commune. Police. Enquête générale sur les brui (...)

119L’état désastreux de l’économie rochelaise et les difficultés sociales de tous ordres qu’il engendrait, accrus par le problème des approvisionnements en subsistances, étaient certes hautement préoccupants, mais le principal sujet de tensions était la Vendée. Elle générait à La Rochelle, plus proche que Rochefort de la ligne de front, des conséquences protéiformes. Une psychose collective flottait en permanence dans la cité avec parfois des pics d’angoisse excités par des bruits plus ou moins consciemment entretenus, souvent amplifiés, parfois jusqu’à la démesure. Au lavoir du faubourg de Lafond, sorte d’agora réservé à la gente féminine où se retrouvaient régulièrement blanchisseuses et domestiques des maisons bourgeoises, les conversations allaient bon train. « On disait que les ennemis avaient pris Fontenay271 et pourraient bien venir à La Rochelle » ; le « on » étant supposé être une source autorisée, fiable à n’en pas douter dans l’esprit des bavardes. De cette rumeur persistante, certains s’effrayaient, d’autres s’accommodaient parfois avec un comportement de dérision. « Il faudra donc faire avec les autres et prendre la cocarde blanche » déclara Agathe Renaud, scandalisant ses voisines qui battaient le linge. Dans les estaminets, l’alcool déliant les langues, chacun parlait selon ce que les événements lui inspiraient. Hyacinthe Maréchal, écrivain public, se laissa à penser tout haut qu’« il fallait que cela finisse, qu’il en était temps, qu’il fallait un arrangement ». Comme il était désapprouvé, il lança alors aux autres : « Ne vaut-il pas mieux s’arranger que de se fusiller comme on fait », puis, imprudemment : « Sans Roy jamais les choses n’iront bien272. » L’écho des troubles dans le ci-devant Bas-Poitou s’insinuait jusque dans les foyers. « Nous parlions à souper des affaires politiques273. » Si la Vendée accaparait l’opinion publique à La Rochelle, c’est qu’il ne pouvait guère en être autrement car, outre sa proximité géographique avec le foyer de la guerre civile, la population lui payait un lourd tribut et ceci à tous égards : des privations engendrées par la priorité donnée à l’armée sur les subsistances – du pain à la viande, du savon à la chandelle –, aux servitudes les plus diverses – du soin aux blessés et malades dans les hôpitaux militaires aux fabrications d’équipements militaires. Mais la contribution la plus lourde était celle de la population masculine en âge de porter les armes qui constituait comme une sorte de réserve dans laquelle le commandant de la XIIe division militaire puisait pour perfuser les bataillons qui revenaient du front, éprouvés par les pertes.

  • 274 C. Valin, « Guerres de Vendée et mortalité dans les hôpitaux militaires de La Rochelle », Écrits d’ (...)
  • 275 Arch. dép. Charente-Maritime, L1066-1, série judiciaire, Tribunal criminel de la Charente-Inférieur (...)
  • 276 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/8, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux de séance (...)
  • 277 Arch. dép. Charente-Maritime, L1066-2, série judiciaire, Tribunal criminel. Interrogatoire de Sylva (...)

120Depuis le 19 mars 1793, jour de grand deuil pour la population rochelaise, le recrutement, par épisodes réguliers, n’avait jamais cessé. Aux décès survenus dans le « contingent de La Rochelle » et dans le « bataillon des volontaires du district de La Rochelle », il faut ajouter ceux des hommes répartis dans la multitude de bataillons mobilisés dans tout le pays qui convergeaient de tous les points de la République et même de Belgique vers la ligne de front274. Si, dans les premiers temps, il y eut de l’ardeur, voire de l’enthousiasme, à partir se battre contre les « Brigands », à la fin de l’été 1793 ces sentiments avaient fait place à un sentiment d’une toute autre nature. À l’instant même où ils prenaient possession de leur mission, Lequinio et Laignelot les découvraient à travers plusieurs scènes. René Lajoue, maçon de la commune de Saint-Médard, convoqué au siège du district le 20 septembre pour compléter un bataillon, certes s’y rendait mais déclarait « qu’il se foutait de la municipalité, que le citoyen maire était un Jean Foutre (sic) qu’il fallait défendre le bien de ces gueux d’officiers municipaux, qu’il était allé déjà trois fois à la Vendée275… » Anecdotique, le fait n’en est pas moins révélateur d’une certaine lassitude qui a fait lentement son chemin dans les esprits. Quelques jours auparavant, la protestation avait pris une tout autre tournure. Le 13 septembre, en effet, plusieurs centaines de jeunes gens sont réunis en assemblée générale à la Maison commune pour former le contingent demandé à La Rochelle dans le cadre de la levée des 30 000 hommes de cavalerie décrétée par la Convention le 22 juillet 1793 et toujours pas exécutée. Des voix s’élèvent, on prétexte que « la ville étant frontière elle ne devait pas être sujette au recrutement » et en outre « qu’en général les rochelais étaient peu accoutumés à l’exercice du cheval » ; de plus « que, tirer au sort faisait des mauvais soldats et cela sentait l’Ancien Régime » ; enfin que plusieurs étaient déjà allés se battre contre « les insurgés de la Vendée276 ». Sylvain Loga déclare : « J’ai été à la Vendée et je me suis battu en bon républicain, Parent peut en rendre témoignage277. » Puis le greffier est tiré de son siège tandis que Pierre Susbielle, un patriote prononcé, qui préside la séance, ne doit son salut qu’à la fuite. Enfin, les jeunes gens se dispersent dans les rues et les estaminets, multipliant les invectives, proclamant « qu’on les achèverait plutôt à morceaux (sic) que de les faire partir », certains criant même par esprit de provocation : « Vive Louis XVII. » Qui sont-ils ? Poirel, fils de notaire ; Lagrange, fondeur « à la monnaie » ; Geay, élève en pharmacie ; Brasseur, menuisier ; Passiot, tonnelier ; Lespinasse, fils d’un marchand ; Savinion, tailleur de pierres ; etc. L’affaire est grave, l’exemple déplorable, Lequinio ordonne leur arrestation.

  • 278 Arch. mun. Rochefort, REV 3, Société des amis de la liberté et de l’égalité, registre, op. cit., p. (...)

121Débute ainsi une mission placée, dès les premiers instants sous le double signe du péril et de l’urgence. La première mesure qui s’impose est évidemment de s’assurer le contrôle de tous les lieux où s’exerce le pouvoir dans la cité et même au-delà de ses murs. La Vendée inquiète aussi les Rochefortais. Il est peu de séances de la société populaire qui ne l’évoquent. On se prépare à résister. Un Comité d’instruction militaire est créé de façon « à mettre la garde nationale à même de repousser avec avantage la horde des brigands s’ils devaient se présenter devant nos murs ». Guérin, officier d’artillerie, « offre de montrer l’exercice du canon ». Un membre propose de faire « embosser (sic) un vaisseau à la poudrière du Vergeroux et d’établir des batteries sur les hauteurs qui dominent cette ville ». Un autre demande que « les Riches partent ou soldent à leurs frais un corps de troupe destiné à combattre pour la Liberté » tandis que Jarnac et Grosmont « demandent à voler au secours de leurs parents dans le département de la Vandée (sic) ». La société applaudit à leur patriotisme. Et, dans cette ambiance survoltée « plusieurs citoyens s’inscrivent au bureau pour aller combattre les Brigands de la Vandée278 (sic)… »

Républicaniser les lieux de pouvoir

122Le 28 septembre 1793 Joseph-Marie Lequinio prend, seul, un arrêté dont le préambule est une définition claire de la position dans laquelle il entend se placer envers toute institution.

  • 279 Arch. nat., AFII93, Lequinio, représentant du peuple français aux citoyens de La Rochelle, 28 septe (...)

« La Convention nationale, citoyens, justement inquiète sur l’état où doivent se trouver les points importants de la République y envoie des représentants pour prendre toutes mesures de sûreté que nécessitent les circonstances et qu’exige le salut de la patrie. Elle a revêtu ces représentants de pouvoirs illimités et c’est avec cette autorité suprême que j’existe en ce moment au milieu de vous279. »

  • 280 Vincent Capon – orthographié parfois « Cappon » – né à Carrière, paroisse de Saint-Pierre de Confla (...)
  • 281 « L’ennemi public du genre humain » tel que le qualifie le décret L 15, 361, B33, 51 du 7 août 1793 (...)
  • 282 « Lequinio et Laignelot à Convention nationale », Archives parlementaires, 18 vendémiaire an II (9 (...)

123Le texte est expédié pour information au Comité de salut public et à la Convention, puis imprimé chez Capon, un jacobin de la première heure280 et placardé sur les murs de la ville. Il n’a guère besoin d’être commenté, si ce n’est que son auteur se présente avec des pouvoirs comme en avaient les proconsuls dans la Rome antique. Peut-être se pense-t-il comme tel, ceci d’autant qu’il n’existe pas de définition légale des pouvoirs d’un représentant en mission. Il a pu estimer que la situation à La Rochelle justifiait qu’une autorité supérieure la prenne en main, et le faire savoir à la population, aurait peut-être une fonction rassurante dans l’état de désarroi où elle se trouve. De toute façon les édiles, qu’ils siègent au conseil général de la commune ou au directoire du district, ont perdu tout crédit pour gouverner la cité et les communes situées dans sa périphérie, comme le prouve leur triste bilan. Il n’est d’ailleurs pas exclu que, parmi eux, certains trahissent la cause de la Révolution : « Les trésors de Pitt281, écrivent Lequinio et Laignelot dans leur lettre du 20 octobre à la Convention, circulent dans cette contrée282. »

  • 283 Arch. dép. Charente-Maritime, L145, Proclamation du 13 frimaire an II (3 décembre 1793) signée de L (...)
  • 284 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Extrait du préambule de l’arrêté du 28 septembre 1793.

124Autre trait sous lequel se présente Lequinio et qui sonne comme un avertissement adressé à ceux qui nourriraient des illusions quant à ses intentions : « Plaire n’est pas à quoi je tends ; être utile est mon but283. » Il ne recherche pas la reconnaissance et n’accordera pas de faveurs. Cependant il est obligé d’admettre qu’il ne peut tout faire seul : « La volonté ferme de réussir est dans mon cœur, mais il faut que les bons citoyens me secondent284. » C’est un appel qu’il lance car venu sans aucun auxiliaire, il lui faut constituer une équipe en qui il puisse avoir confiance et décidée à agir de concert avec lui. Il s’adresse aux Rochelais en leur expliquant son propre rôle et comment il voit le rôle des citoyens qui voudront bien l’assister :

  • 285 Arch. dép. Charente-Maritime, L 145, « Préambule », Arrêté du 13 frimaire an II (3 décembre 1793).

« La Convention nationale nous a envoyés dans les départements que pour les affaires publiques. Nous occuper des affaires particulières c’est faire un larcin à la nation d’un temps toujours précieux […]. La Convention nous a envoyés pour instituer des tribunaux et non pour juger par nous-mêmes, pour réformer les administrations, en former de nouvelles et non pour administrer par nous-mêmes285. »

125Il lui faut des adjoints à tous les postes où le pouvoir s’exerce que ce soit sur le plan civil, judiciaire ou militaire.

  • 286 Bib. nat., Lb41 2338, J.-M. Lequinio, Affaire de l’Orient. Instruction, op. cit., p. 6.
  • 287 Arch. nat., AF/II/93, « Préambule », Arrêté du 28 septembre 1793.

126Lequinio, dans sa lettre du 9 octobre, pose la condition à remplir pour être digne d’occuper une fonction dans le gouvernement de la cité et en assurer la sécurité : « Avoir l’esprit public », c’est-à-dire être le contre-modèle de ceux qui s’y sont maintenus pour protéger leurs affaires privées et les faire prospérer. Pour autant, dans son esprit, il ne s’agit pas d’exclure des catégories entières de citoyens par pur préjugé, même s’il est très prévenu contre celle qui se rattache au négoce parce que l’appât du gain domine toujours chez ceux qui forment « l’aristocratie des richesses286 ». Il lui faut trouver, selon l’expression de Desforges, agent du ministère des Affaires étrangères, « de vrais républicains qui puissent soutenir les colonnes du temple ». Mais où les trouver ? Pour le député breton il n’est qu’un seul lieu où ils puissent exister : la société populaire. Par instinct peut-être, aussi parce que c’est la culture politique qu’il a acquise dans la capitale et lors de ses précédentes missions, il ne voit que ce vivier de patriotes sincères et dévoués et parce qu’on y débat ordinairement des sujets qui intéressent la vie de la cité. Au moins est-il fondé à penser que quelques-uns auront, sous son autorité, le goût et la capacité de s’intéresser aux affaires publiques. Il pose ses conditions : « Il faut que leur vigilance ne souffre pas plus d’interruption que leur zèle ; il faut qu’ils m’entourent autant de leurs lumières que de leurs bras287. » Or, esprit public, abnégation, énergie révolutionnaire et clairvoyance ne peuvent, selon lui, se rencontrer étroitement unis que chez les patriotes prononcés, c’est-à-dire le noyau dur de toute société populaire. C’est donc sur le fondement d’un préjugé dicté par la connaissance des hommes de cette trempe qu’il recrute des citoyens dont certains sont regroupés autour d’un meneur connu autant pour son patriotisme que pour son sens politique et son radicalisme : l’horloger Jean Parant.

  • 288 Arch. mun. La Rochelle, 2i5/6, Police, passeport no 4586.
  • 289 Arch. mun. Fontenay-sous-Bois, Registre des BMS, année 1757.
  • 290 Arch. nat., W445.82, Dossier Parant.
  • 291 Id.
  • 292 Méd. La Rochelle, Ms2716, Livre de notes de Pierre Morin, p. 15. Le séjour de Morin dans la capital (...)
  • 293 Sur Jean Parant, voir C. Valin, « Jean Parant, horloger, grand terroriste », Écrits d’Ouest, no 11, (...)
  • 294 « Je reçus treize blaissures et laissé pour mort je restais deux heures au millieux des morts couch (...)
  • 295 A. Soboul, Les sans-culottes, Paris, Éditions du Seuil, 1968, p. 1. Bien que l’auteur se soit intér (...)
  • 296 Id., p. 124.

127L’homme mérite une attention particulière car, outre la réputation qu’il s’est acquise dans la société populaire, et au-delà de ses rangs, ce n’est peut-être pas tout à fait un inconnu pour Lequinio. « Né à Fontenay-sous-Bois près Paris288 » le 4 décembre 1757289 d’un père boulanger – après avoir servi dans le régiment de Bourgogne –, à dix ans il est déjà orphelin de père et de mère. Il est alors placé sous la tutelle de son beau-frère, qui lui procure un apprentissage chez un maître horloger rue Mazarine, paroisse Saint-Germain290. Selon l’agent Delaire, qui enquêtera plus tard sur lui, « il était venu de Paris ici (à La Rochelle) en 1781 exercer son talent (d’horloger) », mais « sans ouvrage et sans fortune291 ». Il se vante d’avoir reçu « avec transport tous les bienfaits de notre immortelle Révolution » et signe Parant républicain. Sans trop se mettre en avant il semble avoir participé aux flambées anti-réfractaires de février et mai 1792, mais il n’est pas cité parmi les auteurs du massacre des 21 et 22 mars 1793. Par contre, selon une personnalité rochelaise de l’époque, Pierre Morin, Parant se serait « vanté d’avoir pris part au massacre des prisons des 2 et 3 septembre 1792 » et Morin ajoute : « Il est certain que je l’ai vu à Paris dans ces temps-là bras dessus bras dessous avec des hommes de sang292. » Jean Parant se déplace effectivement de temps à autre dans la capitale comme en atteste le registre des passeports de la commune de La Rochelle. Il est bien possible qu’il ait participé au massacre de l’abbaye perpétré les 2 et 3 septembre, dans la section de l’Unité, ci-devant paroisse Saint-Germain, lieu où il a vécu depuis son adolescence jusqu’à son départ à La Rochelle, lieu aussi où est établi le Club des cordeliers, fer de lance de la Révolution, et quartier où résida jusqu’à son départ aux frontières du Nord Joseph-Marie Lequinio293. Se réunissent chez Jean Parant des citoyens qui lui vouent de l’amitié et de la considération pour les idées qu’il professe ainsi que pour son courage. Il se porta volontaire dans la colonne Marcé qui combattit le 19 mars 1793 dans le bocage vendéen où il fut gravement blessé, notamment au visage qui porte toujours les stigmates de cet épisode294 lorsque Joseph-Marie Lequinio le recrute avec ses partisans. Tous appartiennent à la sans-culotterie, « force sociale déterminante dans le processus révolutionnaire en 1793-1794, à l’époque de la dictature jacobine de salut public295 ». Nous avons affaire à des citoyens, tous pourvus d’un état, qui se situent dans la petite bourgeoisie, de l’artisanat au petit commerce et à la fonction publique. Leurs convictions révolutionnaires sont généralement bien affirmées, orientées vers la préservation du régime républicain et le déploiement du processus révolutionnaire. Les caractérise également « une conception égalitaire des relations sociales296 ». À La Rochelle ils forment une petite société d’individus déterminés et solidaires, solidarité dont bénéficiera Jean Parant quand il sera jeté en prison.

  • 297 C. Valin, « Révolution et rupture : François Louis Giraudeau, le bourgeois anobli et le militant ré (...)

128Lequinio ne révèle pas autrement que par les formules générales du préambule de ses arrêtés des 28 septembre et 3 décembre 1793, de quelle façon et où il recrute les citoyens dont il fera ses auxiliaires. La plupart sont connus pour leur engagement politique intense. Le socle appelé à soutenir « les piliers du temple » est formé, somme toute, par une poignée de patriotes. Certains ont pris parti pour la Révolution dès 1790 en créant la société rochelaise des amis de la Constitution, d’autres sont venus plus tardivement dans le mouvement révolutionnaire. Le doyen de l’équipe est François Louis Giraudeau, 71 ans, originaire de La Rochelle, ancien capitaine de navire négrier, fils d’un armateur qui compta jusqu’à onze navires employés dans le trafic triangulaire297. Viennent ensuite le pasteur Sylvain Blachon, 36 ans, formé au séminaire de Lausanne, secrétaire de la société populaire ; le pasteur Jean-Paul Bétrine, 43 ans, originaire d’Uzès, membre fondateur de la société rochelaise des amis de la Constitution, son secrétaire durant quelques mois ; André Chrétien, marchand de bois, 41 ans, originaire de La Rochelle, abonné au journal La Montagne, qui initia la pétition du 15 juillet 1793 exigeant que ceux qui porteront le vote des Rochelais sur le projet de Constitution de l’an II « forment une armée contre les Vendéens ». Au rang des patriotes prononcés s’inscrivent également Jean Barbet, originaire de La Rochelle, 40 ans, notable du conseil général de la commune, membre fondateur du Club jacobin, passé ensuite à la société populaire qu’il préside ; Mathurin Bouyer, rochelais, 55 ans, interprète et courtier de marine, qui a siégé comme notable au conseil général de la commune, membre de la société populaire ; Jean Ganet père, courtier de navire et Jean Ganet fils ayant le même état, tous deux originaires de La Rochelles, âgés respectivement de 61 ans et de 32 ans ; Jean Jérôme Sorat, maître de pension ; Guillou, menuisier ; Jacques Fayol, 31 ans, serrurier à l’Hôtel de la monnaie ; Pierre Regnault, 50 ans, rochelais, greffier du tribunal de district, abonné au journal La Montagne qui a pétitionné en août pour la levée en masse, secrétaire de la société populaire en septembre 1793 ; Planchot, marchand de vin et Pierre Susbielle, rochelais, 32 ans, relieur et marchand papetier, membre du Club des jacobins puis de la société populaire, initiateur de la pétition sur « la protection et la sûreté des citoyens » par le renforcement en munitions de la garde nationale. C’est lui qui assurait le recrutement du contingent de cavaliers, événement qui tourna à l’émeute le 13 septembre 1793.

  • 298 À Saint-Domingue, en 1790, se développe au sein de la population blanche, un mouvement autonomiste (...)
  • 299 Arch. mun. Rochefort, Rev. 3, Société des amis de la liberté et de l’égalité, registre des délibéra (...)

129À Rochefort Lequinio, assez naturellement, recrute ses auxiliaires dans le même groupe politique qui a cette particularité de compter dans ses rangs d’anciens « pompons rouges298 ». Ils ont été débarqués dans cette villeport dans les premiers jours du mois de mai 1793, et se sont tout de suite inscrits pour être admis dans la société populaire299. Parmi eux se trouvent Roger Berthey qui signe déporté de la Martinique et Jean Barboul-Royer qui signe l’Indien. Avec le ci-devant noble Esprit de Baudry d’Asson, « Esprit Baudry » comme l’appellent familièrement les patriotes prononcés de la société populaire, un officier d’Ancien Régime qui commande le 4e régiment d’infanterie de marine, deux autres fortes personnalités dominent la société populaire : Bobe Moreau et Cassius Quillet.

  • 300 Joseph-Auguste Crassous (La Rochelle, 1755-Epinal, 1829), dont le père avait été récemment anobli, (...)
  • 301 Le Moniteur universel, t. XVII, p. 198.
  • 302 Arrêté du 28 septembre 1793, article XIX.
  • 303 Décret L15, 874 ; B34, 185 du 17 septembre 1793 « relatif aux gens suspects ». Cf. Collection des l (...)
  • 304 Ministre du culte protestant.
  • 305 Arrêté du 28 septembre 1793, article XIII.

130Le 28, Lequinio a formé, à La Rochelle comme à Rochefort, les équipes qui devront le seconder sans faillir dans les tâches et aux postes qu’il leur assignera. Les mettre en place passe nécessairement par une épuration des instances existantes de manière à ce qu’une cohérence puisse exister dans l’action à mener entre elles et les deux représentants en mission. Le directoire du district est une institution-clé. Ici, il permet d’avoir la main sur cinquante-quatre communes, La Rochelle bien entendu, mais aussi Marans, ville frontière avec le département de la Vendée, assise sur le fleuve Sèvre et par où transitent de grandes quantités de grains produits dans les plaines fertiles du Poitou ; l’Ile de Ré, vigile de la République sur l’océan, outre quelques grosses communes pourvoyeuses de main-d’œuvre. Le district, cela a été dit, est l’unité territoriale préférée des Montagnards, surtout depuis la mise en place du système de la Terreur les 4 et 5 septembre. Aussi fallait-il en évincer les administrateurs dont la loyauté n’était pas assurée, d’autant que lors des émeutes parisiennes des 31 mai-2 juin, sur la foi des informations données par le député charentais Gustave Dechézeaux, tous s’étaient déclarés contre les émeutiers et en faveur des députés girondins arrêtés, entrant du même coup en conflit avec le président de la société populaire de La Rochelle, Joseph-Auguste Crassous300. L’affaire avait retenti jusque dans l’Assemblée, contraignant le Rochelais Billaud-Varennes, député de Paris, à prendre position301. Aussi l’article XVII de l’arrêté que prend Lequinio le 28 septembre 1793 prescrit que « les citoyens Boutiron ci-devant noble, président ; Massias, autre ci-devant noble, vice-président ; Hérard, avoué et Péry, négociant […] cesseront leurs fonctions dans les vingt-quatre heures ». Leur appartenance sociale, le rôle qu’ils ont peut-être joué dans l’affaire Dechézeaux et surtout leur incapacité à gérer la crise les disqualifient pour conduire les affaires publiques. Toutefois l’épuration ne touche que quatre administrateurs sur quinze. Le conseil général de la commune n’est pas touché par l’épuration, mais de toute façon il est placé sous la tutelle du directoire du district. Le tribunal de district, prolongement judiciaire du comité de surveillance, est épuré. Gaultier, juge, est sommé de quitter ses fonctions « dans les vingt-quatre heures302 ». Jean Barbet est nommé à sa place. Le comité de surveillance, jusqu’alors en sommeil, est intégralement épuré pour remplir l’office que lui assigne la loi du 17 septembre sur les suspects303 et en harmonie avec, au mot près, la mission donnée par la Convention aux deux représentants en mission. C’est l’instrument privilégié pour écarter, au moins momentanément, de la société civile les citoyens en opposition marquée avec la politique que compte mener Lequinio dans une cité qualifiée « Place de guerre » face à la menace maritime et à la Vendée. C’est aussi obtenir des citoyens une discipline faite de patience alors qu’ils sont éprouvés par les privations et les servitudes de l’arrière, contenir les débordements de colère contre les prisonniers, les Vendéens surtout, détenus dans les tours. Aussi cette responsabilité ne peut-elle être confiée qu’à l’élite des patriotes prononcés : l’horloger Jean Parant avec à ses côtés Jean Ganet père, Blachon « ministre304 », Sorat, Guillou, Fayol, Philippe, Regnault, Capon, l’imprimeur de la société populaire, Giraudeau « marin », Susbielle et Planchot305.

  • 306 Jean Léchelle, originaire de Beaupréau, engagé à 14 ans dans le régime de Rouergue (1778-1788), maî (...)
  • 307 Arrêté du 28 septembre 1793, article XVI.
  • 308 Arrêté du 28 septembre 1793, « Préambule », 4e paragraphe.
  • 309 Ibid., article III.
  • 310 Sur cette commission militaire voir C. Valin, « La commission militaire de La Rochelle en l’an II ( (...)

131L’autorité militaire ne saurait demeurer entre les mains de celui qui en assumait la responsabilité quand la première expédition militaire fut anéantie le 19 mars 1793 dans le vallon de la Guérinière, au cœur de la Vendée insurgée, qui plus est un ci-devant comte. Le général Verteuil placé à la tête de la XIIe division militaire est limogé et remplacé par le citoyen Léchelle « un brave sans-culotte » maître d’armes à Saintes et non dépourvu d’expérience militaire306. Suit l’épuration des cadres des unités en garnison à La Rochelle et dans l’Ile de Ré, le 60e et le 110e régiment d’infanterie307 dont la plupart avait d’ailleurs déserté et émigré dès 1792. Lequinio justifie cette mesure par l’idée qu’il tient de son expérience auprès de l’armée du Nord et qu’il adapte maintenant aux circonstances locales : « Lorsque nos frères vont combattre les ci-devant nobles insurgés et rebelles de la Vendée, quelle pourrait être leur confiance en se voyant encadrés par les ci-devant nobles308. » À côté des épurations figure une création : celle d’une commission militaire « pour, conformément à la loi du 19 mars et autres y relatives, juger les brigands de la Vendée détenus en ce moment à La Rochelle309 ». Cinq citoyens la composent, soldats et officiers, de l’armée de ligne et de la garde nationale, tous nommés par le commandant de la XIIe division militaire310.

132Lequinio se flatte, dans une lettre adressée à la Convention le lendemain de son arrêté de la radicalité des mesures qu’il comporte :

  • 311 Arch. nat, DIII 353, première liasse, pièce no 2595, Lequinio à Convention nationale, 29 septembre (...)

« J’ai pris autant que j’ai pu dans quatre jours les moyens de tout réparer. Ces remèdes sembleront violents à quelques-uns, mais ils seront ou le poison des aristocrates ou le baume des républicains311. »

133L’épuration continue les jours suivants et dans le même temps sont mis en place partout, dans chaque commune du département, des comités de surveillance. Le 1er octobre, Lequinio est à Rochefort où il confirme par un nouvel arrêté l’épuration des cadres de l’armée ayant appartenu à la ci-devant noblesse :

  • 312 Arch. nat., DIII 351, Arrêté co-signé Lequinio et Laignelot, Rochefort 1er octobre 1793, Jousserant (...)

« Tous les officiers de terre et de mer ci-devant nobles, actuellement dans ce département, cesseront leurs fonctions et seront remplacés sans délai ; ceux de mer, à la diligence du commandant d’armes de la marine ; ceux de terre, à la diligence du général de la 12e division militaire, Léchelle312. »

  • 313 Sur le personnage voir F. Dulong-Lauraine, Esprit Henri Baudry d’Asson (1750-1812), Longvic, Le Hér (...)
  • 314 Arch. nat., DIII 351, Arrêté du 10 vendémiaire an II (1er octobre 1793).
  • 315 Arch. mun. La Rochelle, 3H1/3, Affaires militaires. Garde nationale, arrêté du 3 brumaire an II (24 (...)

134Y échappe, en raison de son affiliation à la société des amis de la liberté et de l’égalité de Rochefort, le commandant du 4e Régiment d’Infanterie de Marine Esprit Baudry d’Asson313. En réchappent également Lacroix qui commande la bombarde La Borée et Labadie, capitaine d’artillerie « pour avoir marqué à ce jour un dévouement ardent et soutenu pour la cause révolutionnaire314 ». Quant à la garde nationale de La Rochelle, elle est restructurée avec à sa tête un conseil d’administration. Réduite de cinq à trois bataillons, son encadrement est formé par une commission dite « commission des vingt-six ». Elle doit choisir « des officiers sans-culottes, des hommes vraiment amis du gouvernement républicain et en qui puisse reposer la confiance des défenseurs de la liberté315 ». Elle destituera et nommera aux places vacantes par délibérations publiques. L’horloger Jean Parant en est nommé président.

  • 316 Arch. nat., DIII 353, 3e liasse, Laignelot et Lequinio, représentants du peuple français, aux citoy (...)
  • 317 Arch. nat., DIII 353, 1e liasse, pièce no 127. Laignelot et Lequinio à Comité de salut public, 8 br (...)
  • 318 Le Moniteur universel, t. XVIII, p. 413. « Nous avons formé ici un tribunal révolutionnaire comme c (...)
  • 319 E. Geraud-Llorca, « Victor Hugues, la terreur en Guadeloupe », Revue d’études d’histoire du droit e (...)
  • 320 Arch. nat., W445.82, Dossier Parant. Hugues accusateur public près le tribunal révolutionnaire de R (...)
  • 321 Référence à l’article I de l’arrêté.

135À la faveur de l’arrivée, au large, de deux unités appartenant à la flotte de la Méditerranée, L’Apollon et le Généreux, dont les équipages s’étaient rendus aux Anglais, est créé le tribunal criminel révolutionnaire de la Charente-Inférieure316. Le jour même l’arrêté est transmis au Comité de salut public317, mais seulement le 17 brumaire (7 novembre) à la Convention nationale318. Cette juridiction d’exception est formée de trois juges entourés de douze jurés tandis qu’un accusateur public, assisté d’un substitut, représente les intérêts de la Nation et soutiendra l’accusation contre les prévenus (article V). Dans l’idée d’associer au moins visuellement les citoyens à l’exercice de cette justice extraordinaire, « le tribunal fera toutes ses instructions en public et dans le lieu le plus spacieux possible » (article II). Ce bras séculier de la justice révolutionnaire ne pouvait être confié qu’à des patriotes sachant discerner la nature contre-révolutionnaire des faits à juger, les délits et les crimes de droit commun étant dévolus aux tribunaux de district. C’est dans cet esprit que les juges qui y sont nommés ne sont pas nécessairement des citoyens ayant eu cet état jusqu’alors. André, son président, est commissaire-auditeur ; Vieilleh, assesseur, est greffier du tribunal de commerce, procureur de la commune et commissaire auditeur de la cour martiale maritime ; il est présenté avec le titre de « président de la société populaire de Rochefort ». Goirand, deuxième assesseur est – ou était – « secrétaire de la commission des Iles du Vent ». Le ministère public est assuré par Victor Hugues, ancien président de la société populaire, dont les origines sociales le classent dans la petite bourgeoisie319. Il est épaulé par Lebas, substitut, avoué, tandis que Liniers, lui aussi avoué, assure les fonctions de greffier. Figurent tour à tour dans le jury des adhérents des sociétés populaires de La Rochelle et de Rochefort car il s’agit de juger révolutionnairement. Certains sont parfois membres d’un comité de surveillance, tel Jean Parant dont Victor Hugues se félicitera de le voir siéger320. Le tribunal révolutionnaire, selon les dispositions de l’article III, est saisi « par les comités de surveillance des différentes municipalités de ce département pour juger les citoyens contre lesquels ils auront des preuves de l’un des délits dont on vient de parler321 ».

136Ainsi Joseph-Marie Lequinio s’est-il doté en quelques semaines des outils institutionnels qui lui permettront, à La Rochelle et à Rochefort, comme dans l’ensemble du département de la Charente-Inférieure, de mener à bonne fin sa mission.

Gouverner au nom du Salut public

  • 322 Décret L16, 179 ; B35, 173 « portant que le gouvernement provisoire de la France est révolutionnair (...)

137La situation imposait d’agir rapidement. Lequinio, qui en avait une claire conscience, prit dès le 28 septembre cet arrêté qui, sans tout régler, allait à l’essentiel tant sur le plan des principes que sur celui des institutions qui en découlaient. Conjurer la famine et créer les conditions de la victoire militaire sur la Vendée : tel est son double objectif. Il s’évince des décisions qu’il fut amené à prendre, assez éloignées quant à leur nature du concept de « sûreté » pour lequel il avait reçu mandat du Comité de salut public et de la Convention. De même il impulse la construction de nouvelles unités dans le chantier naval de Rochefort. Ces mesures entrent plutôt, et logiquement, dans le concept de « Salut public » sous lequel la Convention vient de placer le gouvernement du pays avec le décret du 19 vendémiaire an II322 (10 octobre 1793).

  • 323 G. Merop « L’effort de guerre à Rouen au temps de la première coalition (1792-1795) », La Révolutio (...)
  • 324 Décret L16, 179 ; B35, 173, op. cit., article 9 : « Ils devront requérir dans les arrondissements q (...)
  • 325 Arch. mun. La Rochelle, E4, Hospice civil. Conseil d’administration. Registre des procès-verbaux de (...)
  • 326 Serv. hist. de la Défense, B5/6, Berthier, ordonnateur de la 12e division militaire à général Verte (...)

138Base-arrière d’opérations militaires de grande envergure, à l’instar de d’autres villes frontière, telle Rouen323, La Rochelle ne peut remplir ce rôle que si sa population, dont l’énergie et la pensée sont orientées vers l’effort de guerre, reçoit suffisamment en subsistances. Garantir les approvisionnements et appuyer l’armée dans la reconquête du territoire aux mains des rebelles sont deux tâches indissociables. Lequinio, qui proclamait ne pas vouloir s’impliquer dans la gestion des affaires courantes, finalement y est obligé car la résistance de ceux qui détiennent la richesse alimentaire est tellement forte que seule une autorité supérieure peut la vaincre. Cette situation n’est pas particulière à La Rochelle et à Rochefort et c’est bien pourquoi la Convention, dans son décret sur le gouvernement révolutionnaire, a prévu un chapitre sur « Les subsistances » dont la fourniture doit être assurée « sans délai ». Le représentant en mission peut, au besoin, procéder par voie de réquisitions. Certes son action est, si l’on peut dire, géographiquement encadrée324, mais la confusion est telle en certains points du pays qu’il est amené à aviser par lui-même selon une règle qui a vu le jour depuis déjà quelques mois et dont Lequinio a fait bon usage lors de ses précédentes missions. L’action du représentant en mission est légitimée par un impératif : il faut éviter que la population souffrant par trop de la disette d’objets en tous genres, de pain surtout, finisse par se détourner de la Révolution, et même inverse par la puissance de sa colère le cours des choses. Or, on entend depuis des semaines, de plus en plus persistants, « les murmures des pauvres sur l’espèce de nourriture qu’on leur donne325 ». De son côté, le bastion patriote des Sablesd’Olonne, enclavé dans le territoire aux mains de la Contre-Révolution, ravitaillé uniquement par La Rochelle, est dans une situation où « l’armée est dans le cas de mourir de faim326 ».

– Conjurer la famine

  • 327 Serv. hist. de la Défense, B5/6, Armée des côtes de La Rochelle. Lequinio à général Léchelle, 5 ven (...)
  • 328 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Arrêté du 6 vendémiaire an II (27 septembre 1793). Et Arch. dép. V (...)
  • 329 R. Williaume, Luçon dans la guerre de Vendée, Fontenay-le-Comte, Éditions du Centre vendéen de rech (...)
  • 330 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Arrêté du 7 brumaire an II (28 octobre 1793).

139Dès le 5 vendémiaire (26 septembre 1793), Lequinio commande au général Léchelle, de faire venir de Niort à La Rochelle « dix mille quintaux de grains » à prendre dans les magasins de l’armée des côtes de La Rochelle327. Le lendemain il enjoint aux administrateurs du département de la Vendée sur un ton comminatoire de faire exécuter les commandes passées par le conseil général de La Rochelle et en outre « de faire conduire à La Rochelle, 4 400 quintaux de grains le premier de chaque mois328 ». Depuis toujours grenier à blé de cette grande ville-port, le ci-devant Bas Poitou, devenu en partie département de la Vendée, ne peut se soustraire à cette demande. Certes la guerre civile y sévit, mais l’armée catholique et royale ne s’aventure pas dans la grande plaine du sud et ses trois tentatives pour prendre Luçon qui la domine de son clocher, les 29 juin, 30 juillet et 14 août, avec plusieurs dizaines de milliers d’hommes, ont échoué et ont même tourné au désastre329. Aussi est-on dans l’attente des charrois avec leurs précieux chargements, mais les jours et les semaines passent sans qu’un seul fasse son entrée à La Rochelle. Le sentiment que la réquisition est demeurée sans écho pousse Lequinio à prendre un second arrêté, le 17 brumaire (7 novembre 1793), à nouveau sur un ton ferme : les administrateurs sont « déclarés individuellement et collectivement responsables » de sa bonne exécution330. Cependant, le cadre territorial de son mandat étant circonscrit au département de la Charente-Inférieure, il est sans autorité à l’égard des administrateurs de la Vendée de sorte que ses injonctions demeurent lettre morte.

  • 331 Arch. mun. La Rochelle, 2i5/1 et 2i5/2, Conseil général de la commune. Police. Registre de délivran (...)
  • 332 Méd. Nantes, collection Dugast-Matifeux, volume 7, pièce 122, Lequinio à administrateurs de la Vend (...)
  • 333 B. Fillon, Recherches historiques et archéologiques sur Fontenay, édition de l’auteur, 1846, p. 430 (...)

140La population rochelaise, lasse des vaines promesses, abandonne la ville, par familles entières pour chercher ailleurs de quoi survivre. Ces migrants désemparés étaient déjà 460 en septembre, ils sont 250 en octobre et 350 en novembre331. Cet exode, salutaire d’un côté par l’économie de bouches à nourrir, d’un autre côté prive la cité d’énergies qui lui sont nécessaires. Pour enrayer ce phénomène, Lequinio prend un troisième arrêté – le 5 frimaire (25 novembre 1793). Il ordonne aux administrateurs de la Vendée de « recenser exactement les grains dans chaque commune, chez tous les citoyens, cultivateurs ou non », en procédant à des visites domiciliaires et « en prenant soin d’effectuer des mesurages ». Il renouvelle la demande de 44 000 quintaux de grains qui n’a toujours pas été satisfaite et qui doit l’être absolument quand bien même « les communes n’auraient-elles pas assez de grains pour leur subsistance personnelle332 ». Il répond ainsi à l’objection qui a dû lui être faite par les administrateurs vendéens, eux-mêmes soucieux de ne pas indisposer une population déjà éprouvée par la guerre civile et dont les sentiments républicains, hormis une petite élite de patriotes, ne sont pas assurés. Ce qui a fonctionné sans encombre dans l’Aisne et dans l’Oise ne peut prospérer aussi facilement dans ce territoire particulier où les réactions de la population sont incertaines, toujours susceptibles d’échapper au contrôle des autorités, une population qui, au fil des hostilités, sans prendre ouvertement parti pour l’un ou l’autre camp, s’est accordée une sorte de privilège d’agir à sa guise et selon ce que lui dictent ses propres intérêts. Aussi les administrateurs du directoire du département de la Vendée se contentent-ils de faire reproduire en affiches l’arrêté du 5 frimaire pour qu’il soit placardé dans les bourgs et les villages. Le recensement des grains, dans la mesure du possible, sera réalisé à l’échelon du district. En retour, les élus envoient à Lequinio une Adresse dans laquelle ils exposent que « les travaux de la commune, dans l’état des choses où se trouve cette contrée sont considérables, immenses » et « ils ne roulent (sic) (que) sur un très petit nombre de membres du conseil continuellement réduit par les maladies, les commissions et la fatigue333 ».

  • 334 Arch. dép. Deux-Sèvres, L37, Bureau des subsistances militaires. Registre des arrêtés.
  • 335 Arch. nat., DIII 353, 1e liasse, Arrêté du 14 frimaire an II (4 décembre 1793).
  • 336 Arch. dép. Charente-Maritime, L407, Marans, recensement de la population, 1791.

141Cette situation, dont il n’avait peut-être pas idée, a-t-elle interpellé le député breton ? Toujours est-il qu’on le voit suspendre ses injonctions envers les administrateurs de la Vendée et se tourner désormais vers ceux du département des Deux-Sèvres, département dont toute la partie est et sud n’est pas touchée par la guerre civile et dont le territoire est fécond en productions céréalières. Il exige d’eux la livraison de 4 400 quintaux de grains par mois à compter de début frimaire, mais probablement sur leurs protestations, ce quota est ramené à 2 200 quintaux. Les administrateux deux-sévriens veulent bien « comprendre les difficultés où se trouvent les départements et communes de La Rochelle (sic) » mais disent « ne pouvoir mieux faire334 ». Plus proche, Marans, qui a conservé faussement la réputation flatteuse d’être la plus grande place boursière du marché aux grains, dont les mercuriales faisaient jadis autorité jusqu’à Bordeaux, est invitée à fournir « 8 000 quintaux de tous grains ou farines335 ». Or, à présent, ses entrepôts, certes vastes et nombreux, sont pratiquement vides depuis que la Contre-Révolution a pris pied dans le ci-devant Bas-Poitou qui les pourvoyaient en céréales. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, les élus de Marans ne sont pas plus en mesure que les administrateurs du département de la Vendée de satisfaire à la demande qui leur est adressée, contraints qu’ils sont de garder par-devers eux une réserve nécessaire pour nourrir tant une population de 7 334 habitants336 que les troupes en garnison dans cet avant-poste républicain installé sur la Sèvre. Alors que l’approvisionnement en subsistances paraît bloqué de partout, à présent, ce sont les communes de l’Ile de Ré qui crient famine, le terroir sablonneux ne produisant que peu de céréales, à peine pour nourrir la population durant quatre mois de l’année. Lequinio, visiblement à bout de solutions, les invite à négocier directement avec les administrateurs du département des Deux-Sèvres.

  • 337 Arch. nat., AFII 93, Joseph-Marie Lequinio à Comité de salut public, 14 brumaire an II.
  • 338 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, pièce no 229, lettre sans date portant la mention manuscrite « Ren (...)
  • 339 Arch. mun. La Rochelle 1D1/1, Conseil général de la commune, registre des délibérations, séance du (...)
  • 340 Id.
  • 341 Arch. mun. La Rochelle, E59 et E60, Registre de décès.
  • 342 Id.

142Conscient de l’impossibilité à laquelle il se heurte d’obtenir obéissance de la part des administrateurs des départements de la Vendée et des Deux-Sèvres, Lequinio demande, le 14 brumaire (4 novembre 1793), au Comité de salut public d’élargir ses pouvoirs à ces deux départements337. Il réitère cette requête en faisant valoir « les difficultés insurmontables » auxquelles il est confronté dans l’exécution de sa mission, la « sûreté » dans les deux villes-ports étant subordonnée à leur approvisionnement en grains et farines338. Le « grand comité », submergé par les demandes en tous genres, mais en même temps désireux de contrôler l’action des représentants en mission, temporise. Or, le 18 frimaire (8 décembre 1793), une délégation de la municipalité de La Rochelle vient frapper à la porte de Lequinio et « lui met sous les yeux le tableau alarmant que représente un prochain avenir pour les habitants si l’on ne procède avec célérité à l’approvisionnement en grains de cette commune339 ». Le maire et le procureur syndic « jurent de ne point l’abandonner tant que satisfaction n’aura pas été obtenue340 ». Patriotes prononcés, pour la plupart, les élus municipaux rochelais ne sont pas épris d’animosité à son égard, mais eux-mêmes subissent la pression de la rue, comme élus en charge des affaires de la commune et à titre personnel, le peuple affamé ne faisant plus de distinction entre l’élu et le citoyen. Le risque pour Lequinio est d’être rétrogradé au rang de ceux qui, avant lui, ont échoué dans la gestion des affaires publiques et dont il a stigmatisé l’incurie. Le risque c’est aussi de voir les citoyens refuser de soutenir l’effort de guerre, d’autant que la maladie attaque les corps affaiblis par la dénutrition. Si, avec 35 décès la mortalité civile n’a pas été trop cruelle en novembre, elle se venge en décembre en les élevant à 129 et en janvier à 204341. Dans les hôpitaux militaires, faute de nourriture suffisante en qualité et en quantité pour enrayer les infections microbiennes, on compte 168 décès en novembre, 216 en décembre et 169 en janvier342.

  • 343 Arch. nat., DIII 353, 1re liasse.

143Ne recevant de secours ni du gouvernement central, ni des départements voisins, ou si peu et en tout cas de façon insuffisante, alors des solutions sont improvisées. Commande est passée à un négociant établi à Angers « pour faire passer par Nantes à destination de Rochefort […] des flageolets ou haricots à concurrence de 1200 quintaux343 ». Un arrêté est pris le 3 frimaire (19 décembre 1793)

« pour faire semer dans le courant du mois prochain de l’orge, de la baillage, des poix, des fèves et tous les autres grains et légumes qui peuvent servir de subsistances pour les mois d’avril, mai et juin et ce proportionnellement au terrain que chaque individu possède, quelque modique que soit sa propriété ».

  • 344 Arch. nat., DIII 353, 1re liasse, Arrêté du 3 frimaire an II, Maréchal, imprimeur à Saintes.

144L’arrêté est édité en format affiche pour être placardé dans toutes les communes de la Charente-Inférieure344. Les citoyens sont invités à se mettre au travail, contre rémunération, et celui qui refuserait encourt trois mois de prison (article V), « l’oisiveté (étant) nuisible à la société ».

  • 345 Arch. dép. Charente-Maritime, L391, Directoire du district. Registre des délibérations, enregistrem (...)
  • 346 Id.

145Toutefois, ces dispositions, éventuellement bienfaisantes pour l’avenir, ne règlent pas la situation présente, laquelle seule compte aux yeux du citoyen tourmenté par la faim. Débloquer la situation est un impératif absolu. Il existe des stocks de denrées qu’il est impossible d’inventorier parce que leurs propriétaires n’acceptent de les céder qu’avec une juste contrepartie financière, la philanthropie n’ayant pas cours, même en période de disette. Aussi faut-il se procurer du numéraire. Dans l’esprit des patriotes prononcés qui entourent Lequinio, la solution s’impose d’elle-même : faire payer les riches. Il est alors procédé par délégation de pouvoir de sorte qu’on trouve la formule « Parant et ses collègues chargés par le représentant du peuple Lequinio en date du 2e mois de l’an II (sic) » prennent un « arrêté (sic) portant levée d’un impôt sur les riches345 ». En quelques jours, rien que pour l’Ile de Ré où est établie une bourgeoisie fortunée dans les ports de Saint-Martin et de La Flotte, la collecte, assurée par les patriotes radicaux du cru, rapporte 53 977 livres346. Si Lequinio a estimé ne pas devoir agir directement pour mettre en œuvre cette mesure fiscale d’exception, ce n’est pas par compassion à l’égard de la bourgeoisie fortunée mais par esprit tactique : ne pas s’aliéner cette bourgeoisie dont une partie est encore pénétrée de sentiments patriotes, il faut la maintenir dans le front républicain face au danger que représente la Contre-Révolution en armes toute proche.

  • 347 Décret L16, 62 ; B35, 56 « qui fixe le maximum du prix des denrées et marchandises de première néce (...)
  • 348 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, séance du 10 frimaire au cours de laq (...)
  • 349 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des délibérations, séance du (...)
  • 350 Id.

146Ses auxiliaires sont présents aussi sur les marchés : pour faire respecter « le maximum général » décrété le 29 septembre 1793 par la Convention347. Mais c’est seulement le 10 frimaire (30 novembre 1793) que douze commissaires sont désignés au sein de la société populaire pour surveiller le prix sur les étals et en référer au comité de surveillance en cas d’infraction348. Ainsi, deux mois se sont écoulés entre le décret pris à Paris et sa mise en œuvre à La Rochelle comme si, dans un premier temps, il convenait d’accorder confiance à la petite bourgeoisie des marchands qui appartiennent à cette sans-culotterie dont Lequinio a besoin pour soutenir son action et qu’il ne veut pas indisposer par des mesures trop coercitives. Si finalement une police des marchés est mise en place, c’est parce qu’il lui faut sortir d’une contradiction tenant dans une opposition des intérêts entre la masse de ceux qui achètent et le petit nombre de ceux qui vendent. Il lui faut enrayer une protestation sociale qui monte sans cesse en puissance, et ceci d’autant qu’il est connu que des marchands trichent. Ainsi les boulangers mélangent à la farine « des corps étrangers », de sorte qu’une « commission chimiste (sic) » est tout de suite créée349. Pour que chacun puisse avoir sa petite part de ce que le marché offre de disponible, sont créés « un permis d’acheter » et un « permis de vendre » délivrés par la municipalité sous le contrôle des patriotes prononcés du comité de surveillance350. Dans le même sens l’arrêté municipal interdit « d’emporter du pain hors de la ville », ce qui requiert encore l’action du comité de surveillance, instrument dont Lequinio s’est assuré, dès le départ, le contrôle en y plaçant des citoyens dont il a pressenti l’intransigeance.

  • 351 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, séance d (...)

147Cependant toutes ces mesures ne constituent, au regard de l’importance des besoins alimentaires, que des expédients qui ne peuvent enrayer durablement le processus de la famine. Tenu de respecter le cadre territorial de son mandat, Lequinio avait expédié, courant brumaire, vers les autorités de la Vendée et des Deux-Sèvres, dont il n’avait pu se faire entendre par ses arrêtés, une délégation composée d’officiers municipaux351, mais en vain. Il lui fallait donc élargir le cadre territorial dans lequel son autorité était enfermée, estimant que, lui seul en personne, pouvait convaincre les administrateurs vendéens et deux-sévriens récalcitrants ou inefficaces. Avec l’appui de Barrère, homme influent au sein du Comité de salut public et écouté de l’Assemblée, sa requête finit par aboutir.

  • 352 Le Moniteur universel, no 80, 9 décembre 1793, t. XVIII, p. 622.

« Citoyens, dit-il, dans l’ancienne Vendée, se manifestent quelques mouvements, on croit qu’ils sont provoqués par les administrateurs mal intentionnés ou faibles. Lequinio et Laignelot sont dans la Charente Inférieure. Le comité vous propose de leur donner les pouvoirs pour aller dans la Vendée prendre telles mesures qu’ils jugeront convenables352. »

  • 353 Id.

148La proposition est immédiatement adoptée353. La formule « telles mesures », adroitement choisie, laisse une ample liberté d’agir.

  • 354 Méd. Nantes., collection Dugast-Matifeux, volume 8, pièce 145, Procès-verbal de la société populair (...)

149Le danger d’une victoire militaire de l’armée catholique et royale s’est éloigné avec la défaite qu’elle a subie à Cholet le 26 vendémiaire (17 octobre 1793) et la fuite outre-Loire du gros de ses effectifs. C’est pourquoi la résistance qu’on présume chez les administrateurs de la Vendée à ne pas fournir les quantités de grains demandées n’est pas compréhensible. Fort du décret obtenu, il se rend à Fontenay-le-Peuple, accompagné d’Esprit Baudry, en quelque sorte son conseiller militaire, et « de députations des sociétés populaires de La Rochelle, Rochefort et Niort354 ». L’idée du député breton, en donnant à cette visite un caractère solennel est de faire prendre conscience aux autorités vendéennes de la situation réelle dans laquelle sont placées La Rochelle et Rochefort mais aussi de leur apporter, ainsi qu’aux patriotes du cru, un soutien politique autant qu’un réconfort moral. Parant est à la tête de la délégation de la société populaire de La Rochelle, Bobe Moreau conduit celle de Rochefort.

  • 355 Joseph-Pierre-Marie Fayay, avocat, colonel de la garde nationale de Rocheserrière en 1791, l’un des (...)
  • 356 Arch. nat., AFII 93, Lequinio et Laignelot à Comité de salut public, 14 brumaire an II (4 novembre1 (...)

150En dehors du préjugé défavorable que lui inspire leur inefficacité Lequinio ne dispose sur les administrateurs de la Vendée que d’informations obtenues auprès de son collègue Fayau355 qui les juge « perfides et incapables » au point qu’il faille, selon lui, « les destituer et les remplacer356 ». Or la vérité est ailleurs : Fontenay-le-Peuple est saturé de troupes ; dans les trois prisons sont entassés suspects et prisonniers faits sur l’armée catholique et royale. En outre,

  • 357 J. Artarit, « Fontenay sous la Révolution. De Fontenay-le-Comte à Fontenay-le-Peuple », Recherches (...)

« les réfugiés, patriotes ou non, gonflaient la population de manière dramatique. De sévères problèmes de nourriture apparurent. La ville était souillée d’immondices. L’épidémie apparut et fit des ravages, la mortalité devient énorme357… »

  • 358 P. Pasquereau, Fontenay. Une bien belle histoire, Luçon, Ecate, 1933, p. 232. Aucune référence arch (...)
  • 359 A. Benoist, « Les protestants dans la guerre de Vendée et la problématique du conflit », Christiani (...)

151Lequinio aurait reçu « froidement » à l’Hôtel de la coupe d’or, où il s’établit très provisoirement, les élus du département et aurait « brandi d’entrée des menaces » en les accusant soi-disant « d’avoir allumé, excité et entretenu la guerre de Vendée358 ». Il s’en serait pris à leur « modérantisme abominable […] qui a fait la Vendée359 ».

  • 360 Une opinion qu’il livre à son collègue Goupilleau de Montaigu dans les termes suivants : « La guill (...)

152Sur place, le président du directoire du département, récemment élu, Dominique Dillon, prêtre constitutionnel, ancien constituant, estime que les autorités, judiciaires en particulier, se sont montrées bien peu disposées à la sévérité envers les prévenus d’actes contre-révolutionnaires360. Un ensemble convergent d’indices accrédite le sentiment que, de l’intérieur du bastion républicain qu’est censé être Fontenay-le-Peuple, la faiblesse domine chez les édiles face à une rébellion toujours aussi active. Pour autant l’entretien orageux qui aurait eu lieu entre Lequinio et les administrateurs, mais dont aucun procès-verbal n’a été établi, ne laisse pas de trace d’amertume puisqu’aussi bien ils se rendent ensemble à un banquet civique. C’est un moment joyeux dans un contexte sombre, que Lequinio évoque un an plus tard.

  • 361 Bib. nat., L41b 1480, Lequinio représentant du peuple français, Paris, imprimerie Pougin, rue des P (...)

« C’était à la veille d’un décadi […]. Nous avions partout, mon collègue Laignelot et moi, habitué à célébrer (sic) le décadi par des fêtes populaires d’où l’affluence du peuple et la gaieté faisaient tous les frais (sic), un dîner civique où chacun portait son tribut servi sans apprêt, était l’âme de ces fêtes. Ce jour, la concurrence (sic) de l’arrivée du représentant avec le décadi rendit la fête plus joyeuse encore et plus animée ; quatre mille personnes à vue d’œil, c’est-à-dire la moitié de la population de la ville formait ce dîner commun qui fut suivi de danses et de plaisirs simples et décents qui conviennent à des républicains361. »

153Cette évocation coïncide, à quelques détails près, avec le récit qu’en font sur le moment Pervinquières et Debrand, officiers municipaux de Fontenay :

  • 362 L’église Notre Dame.
  • 363 Arch. nat., DIII 353, 2e liasse, Registre des délibérations du conseil général de la commune de Fon (...)

« A midi les citoyennes et citoyens se sont réunis en grand nombre dans la salle du collège et se sont rendus au Temple de la Réunion362 précédés du représentant du peuple Lequinio et le banquet de famille s’est ouvert dans une joie vive et des santés aux cris de Vive la République ont été portées mille et une fois363. »

  • 364 Méd. La Rochelle, Ms640.
  • 365 M. Ozouf, La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976, p. 167. « Il s’agit de fêtes d (...)
  • 366 A. Soboul, Les sans-culottes, op. cit., p. 150. « Pour les sans-culottes, l’union implique évidemme (...)

154Ainsi la « prévention affreuse contre ce pays364 » qu’éprouvait le député breton est-elle dissipée. Cette fraternisation enthousiaste, tout à fait dans la mentalité des patriotes de la sans-culotterie365, encore plus intense avec la montée des périls366, célèbre ici une réconciliation en chassant les doutes qui planaient sur la loyauté des autorités. Par-delà cette impression positive, Lequinio compte sur le bénéfice qu’il peut en tirer pour le ravitaillement des deux villes-port.

  • 367 Bib. nat., L41. B1480, op. cit.
  • 368 Benjamin Fillon cité par J. Artarit, dans Joseph Lequinio. Guerre de la Vendée et des Chouans, op. (...)
  • 369 J.-M. Lequinio, Guerre de la Vendée et des Chouans, op. cit., « Supplément ». « Au moment où ma bro (...)

155Survient alors un événement que l’historiographie mettra en exergue pour ternir à jamais la mémoire de Lequinio. Tandis que les festivités se déroulent joyeusement, le bruit se répand que, dans la prison du palais de justice, où les détenus sont en grande partie des prisonniers faits sur l’armée catholique et royale, une mutinerie vient de se déclarer. « Les détenus, expliquera Lequinio, crurent l’occasion favorable pour s’échapper ; ils entrèrent en pleine révolte ; ils faillirent de massacrer toute la geôle et les gardes367. » Sur l’ampleur de la mutinerie, la documentation manque. Sur sa cause, un mémorialiste, Benjamin Fillon, évoque la mauvaise nourriture368. Lequinio reconnaît son acte dans les termes suivants : « La municipalité m’avertit du danger. Je descendis le premier dans la prison, je brûlai la cervelle du plus audacieux369. » Dans ce même texte, il expose que

  • 370 Id., p. 225-226.

« quatre à cinq cents brigands encombrent les prisons de Fontenay-le-Peuple. Je viens d’être informé par un courrier extraordinaire qu’une portion de l’armée de Charette forte, dit-on, de dix à douze mille hommes s’avançait dans le canton et menaçait Fontenay370 ».

156Selon une déposition émanant d’un certain Chisson, témoin visuel,

  • 371 Méd. Nantes, collection Dugast Matifeux, volume VII, pièce no 144, Témoignage de R. C. Chisson.

« Lequiniaux (sic) vint de suite à la prison […]. Aprais être instruit de tout, il demanda à quelques officiers s’ils ne pouvait pas lui procurer un couble de pistolet. Un jendharme lui offris lecien mais n’étant pas bon il s’en fiprocurer deux autres qu’il (Lequinio) trouva pour bon. Il en accepta que de ces armes et dessandi dans la cour des prisonniers et tournan son regard sur cet homme mord il a plodi disant bon cest un gueux demoin. La Jouillière lui ayant dénoncé troy chefs principaux et lui ayan fait conoistre le représentant savance dans lantrée du cachaud fait avancer le prisonier en lappelan et lui donna un coup de pistolet et lui ôta la vie371. »

  • 372 Id., volume VII, pièce 145. Benjamin Fillon ajoute que « cet individu avait été pris ayant dans sa (...)
  • 373 J. Artarit, Joseph Lequinio. Guerre de la Vendée et des chouans, op. cit., p. 49.

157Sur une note manuscrite portée par Benjamin Fillon au bas d’un extrait de la séance de la société populaire de Fontenay-le-Peuple en date du 20 frimaire on peut lire : « L’individu que Lequinio tua dans la prison de Fontenay se nommait Jacques Léon Genay l’Aîné (il était) âgé de 45 ans, propriétaire à Saint-Maurice des Noues372. » Plusieurs interprétations sont possibles quant à cet acte. Un auteur, dans un livre récent, tente une explication en s’aidant de la psychanalyse373 : ce qui a le mérite d’exister. En vérité, l’homme qui se présente face à Lequinio incarne une double rébellion : comme insurgé, contre l’État républicain ; comme mutin, contre l’ordre public. Il est plausible que la crainte d’un massacre, à l’instar des septembrisades parisiennes, par les patriotes du cru, ait pu être redoutée par celui qui y avait alors assisté impuissant à se faire entendre. Il n’est pas exclu que le mutin ait cristallisé sur lui toutes les difficultés auxquelles se heurtait Lequinio à ce moment dans l’exécution de sa mission.

  • 374 Méd. Nantes, collection Dugast Matifeux, volume VII, pièce 151, Arrêté du 21 frimaire an II.
  • 375 Arch. mun. Sables d’Olonne, IGG79, Registre des décès 1793, t. I, p. 16, 19, 20 et 21.
  • 376 J.-M. Lequinio, Guerre de la Vendée et des Chouans, op. cit., p. 226.

158L’événement est d’autant plus fâcheux que, dans l’ensemble, la mission en Vendée est réussie. Il ne semble pas que Lequinio ait procédé à une quelconque épuration, contrairement à ce que lui suggérait son collègue Fayau, s’étant finalement assuré par lui-même de la bonne volonté des administrateurs et des édiles autant que de leurs sentiments patriotiques. Le seul arrêté qu’il prend est celui du 21 frimaire (11 décembre 1793) portant création d’une commission militaire374 à l’instar de celle de La Rochelle. Celle des Sables d’Olonne, installée début avril 1793 par les autorités patriotes, avait déjà prononcé 13 condamnations à mort le 6 avril, 11 le 19, 17 le 20375 tandis qu’à Fontenay, c’est le tribunal criminel de la Vendée qui examinait les dossiers des prévenus. Dans le courrier qu’il adresse au Comité de salut public et, parallèlement, à la Convention le 24 frimaire (14 décembre 1793), Lequinio justifie son initiative par la procédure « plus expéditive que (celle) du tribunal criminel embarrassé, malgré lui, de mille formes ». « J’ai cru, ajoute-t-il, qu’en cas d’attaque extérieure il fallait dès le premier instant détruire sans ménagement ce foyer d’insurrection que le voisinage de l’armée rendait extrêmement dangereux surtout dans cette cité où le fanatisme et l’aristocratie sont loin d’être anéantis376. » Toujours dans Guerre de la Vendée et des chouans, Lequinio fait observer que cette lettre

  • 377 Id., p. 227.

« a reçu l’assentiment de la Convention, qui ne l’a point contredite, et qui même, je crois l’a fait inscrire au bulletin ; empressé de donner, non au Comité de salut public seulement, mais directement à la Convention elle-même, connaissance des démarches et des vues que le bien public me dictait pour qu’elle les réformât sur le champ si elle les trouvait erronées, et n’ayant reçu aucune improbation de cette lettre, j’ai dû croire que j’avais bien fait377 »…

  • 378 Décret L12.33 ; B25, 62 du 9 octobre 1792 « qui fixe le mode d’exécution du décret qui prononce la (...)
  • 379 Décret L13, 663 ; B28, 447, id. T. V, p. 202-203. Ce décret est complété par celui du 10 mai 1793 q (...)
  • 380 Arch. dép. Vendée, L 862, Tableaux des détenus fournis par les comités de surveillance du district (...)

159La lettre fut publiée dans le Moniteur universel du 3 nivôse an II (23 décembre 1793). Lequinio n’innovait pas puisque dès le 9 octobre 1792, l’Assemblée avait créé la commission militaire en tant qu’institution judiciaire d’exception378 et le décret du 19-20 mars 1793 l’avait adoptée pour juger les « prévenus d’avoir pris part aux révoltes ou émeutes contrerévolutionnaires qui ont éclatées ou éclateront à l’époque du recrutement379 ». Au reste, l’argumentation exposée par Lequinio pour la justifier à Fontenay n’est pas si éloignée de la réalité dans la mesure où cette cité reste convoitée par les divisions aux ordres du général vendéen Charette qui réunit aisément sous ses ordres entre cinq et dix mille hommes. La première formation de jugement est composée de Faurès, capitaine ; de Bouard, fusillier, tous deux d’un bataillon de Saintes ; de Poitevin, commandant du bataillon de Barbezieux et de Lassale, adjudant-major d’un bataillon de La Rochefoucauld. Le général Baudry aura probablement soufflé ce choix à Lequinio après les avoir eus sous son commandement. Obligation est faite à la commission de « rendre compte le dernier jour de chaque décade […] des jugements qu’elle aura rendus », un contrôle en aval pour surveiller sa jurisprudence, mais qui ne semble pas avoir réellement fonctionné. Pourtant, de loin, le député breton continuera toujours d’exercer son autorité sur le fonctionnement des instances situées en amont de l’appareil répressif : les comités de surveillance du district de Fontenay-le-Peuple en particulier380, le seul district qui soit à peu près resté dans le giron de la République.

  • 381 Arch. dép. Vendée, L 1586, Commission militaire de Fontenay-le-Peuple, proccès-verbaux des audience (...)

160Le 21 frimaire, Lequinio et les délégations auxquelles s’est jointe celle de la société populaire de Fontenay formée de Champion, Bauvry, Martineau et Boutheron se rendent à Niort où siège le directoire du département des Deux-Sèvres. Les administrateurs ont avec Lequinio un fort contentieux quant aux approvisionnements. Par un arrêté pris le même jour il les met à contribution. Le 24 frimaire, il est de retour à Rochefort tandis que la commission militaire de Fontenay accomplit son œuvre381. Dans les jours et les semaines qui suivent, nul arrêté de réquisition n’est pris signe laissant présumer que des convois de grains ont été enfin acheminés vers les deux villes-ports. La commission des subsistances de la République avait-elle adressé en tout ou partie l’aide financière de 120 000 livres que lui avait demandée Lequinio pour les achats de grains ?

161Cependant si le pain réapparaît aux étals des boulangers, d’autres denrées manquent cruellement. Ainsi voit-on des femmes

  • 382 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, séance d (...)

« s’emparer du lait apporté des campagnes (qui) vont au-devant des laitiers pour les empêcher de se promener dans la cité privant par là un grand nombre de citoyens de cette denrée de première nécessité pour les enfants, les malades et les vieillards382 ».

  • 383 Arch. dép. Charente-Maritime, L388, Directoire du district. Dénonciations, 26 nivôse an II (15 janv (...)
  • 384 Arch. mun. La Rochelle ; arch. dép. Charente-Maritime et autres sources.
  • 385 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des délibérations, 22 frimai (...)
  • 386 Arch. mun. La Rochelle, id., séance du 18 nivôse an II-7 janvier 1794.

162La situation alimentaire est loin d’être apaisée. Le comité de surveillance redouble de vigilance car un véritable trafic sous-terrain permet de contourner tout le dispositif destiné à réguler la répartition des denrées et à modérer leur coût pour que chacun puisse disposer du minimum vital. Des voituriers amènent des marchandises chez les aubergistes et les cabaretiers lesquels, ensuite, les écoulent au prix fort auprès des citoyens les plus aisés. Ainsi La Bourbaut, cabaretière dans le faubourg de Lafont, est prise à vendre des cochons en s’affranchissant sans vergogne du maximum383. Le boulanger Grigon vend la livre de pain à 6 livres alors qu’elle est taxée à 2 livres 3 sols. Ce trafic décourage les intermédiaires loyaux tout en privant le petit peuple d’une quantité suffisante pour assurer sa subsistance, une injustice à laquelle tente de remédier tant bien que mal le comité des subsistances à la tête duquel se dévoue le citoyen Dubois, un négociant ayant fait faillite en 1792, officier municipal, membre fondateur de la société rochelaise des amis de la Constitution, son président dès 1790 puis l’un des meneurs de la société populaire384. Il figure parmi les auxiliaires que Lequinio a mis en place ; d’ailleurs, il le précéda à Fontenay-le-Peuple pour négocier avec les administrateurs du département de la Vendée. Plus grave encore, car terriblement prolifique et difficile à neutraliser : du faux papier monnaie circule dans la ville, passant de main en main et ruinant la confiance, déjà fragile, dans l’assignat385. Les patriotes de la société populaire en viennent à suggérer que « la guillotine soit permanente chaque décadi » afin de dissuader les malveillants de leurs entreprises pernicieuses, ce contre quoi s’éleve le conseil général de la commune car « il fallait ménager la faiblesse du sexe386 (sic) ». La crise alimentaire, avec toute une série de corollaires, finissait par créer des tensions au sein du camp des patriotes, les plus radicaux reprochant aux modérés leur faiblesse. On peut présumer que Lequinio usa de son autorité pour les apaiser comme étant nuisibles à une autre partie de sa mission.

– Soutenir l’effort de guerre

  • 387 Guerres de la Révolution française et du Premier Empire, op. cit., t. I, p. 375-376. Exposé de l’év (...)
  • 388 G. Thibaud, « Les combats de Charette de décembre 1793 à fin 1794 », Charette. L’itinéraire singuli (...)
  • 389 Serv. hist. Défense, B5/8, Armée des Côtes de La Rochelle. Garreau et Prieur à Comité de salut publ (...)
  • 390 Id., Hentz, Garreau et Francastel à Comité de salut public, Nantes, 1er ventôse an II (19 février 1 (...)

163Si indiscutablement l’armée catholique et royale, conquérante au printemps et pendant l’été 1793, a perdu de sa puissance d’abord avec la défaite devant Cholet le 16 octobre, bien plus encore avec les lourdes pertes subies le 23 décembre devant Savenay au point qu’il faille parler de « déroute387 », les forces commandées par le général vendéen Charette demeurent intactes et actives. Toutes les divisions du marais vendéen, avec leur chef, sont restées au pays. Loin d’être anéantie la Vendée se redresse et cela dans la partie du territoire qui, de l’océan jusqu’à Fontenay, borde la frontière nord de la Charente-Inférieure, qui l’est aussi du district de La Rochelle. Désormais « Charette […] va devenir le symbole de cette insurrection et ce précisément en raison des combats qu’il va mener de décembre 1793 à fin 1794388 ». Les représentants en mission dans le département de la Vendée tentent une évaluation des effectifs de l’insurrection encore agissante : Garreau et Prieur parlent de 50 000 hommes389 ; plus réaliste ou moins pessimiste, Hentz, Garreau et Francastel les comptent entre 15 000 et 25 000 « en tout et épars dans les forêts où ils ont amassé vins et bestiaux et où ils font des cabanes390 ». Sur le terrain les combattants républicains sont à même de constater la vigueur de leurs adversaires :

  • 391 E. Lockroy, Une mission en Vendée. 1793, Paris, Ollendorf, 1884, dans la partie « Lettres de soldat (...)

« Malheureusement, on s’aveugle, on s’avise de porter les lauriers, on publie que la Guerre de Vendée n’est rien, que tout est terminé ; mais qu’ils viennent, on leur montrera encore plus qu’ils n’en pourront combattre […]. Il y a encore plusieurs bourgs qui viennent de tomber dans le pouvoir des brigands, ce qui ne fait que les enhardir391. »

  • 392 Arch. nat., DIII 353, 1e liasse, Arrêté du 20 ventôse an II (10 mars 1794).
  • 393 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/9, Conseil général de la commune, registre des délibérations, séance du (...)
  • 394 Arch. dép. Charente-Maritime, L383, Directoire du district de La Rochelle, arrêté du 9 pluviôse an (...)
  • 395 Arch. nat., DIII 353 et Arch. mun. La Rochelle, 2D6/3, Arrêté du 1er pluviôse an II (20 janvier 179 (...)
  • 396 Décret L17, 68 ; B38, 105 « relatif aux mesures pour la levée extraordinaire de chevaux ». Cf. Coll (...)

164Le Comité de salut public, persuadé que Charette est maintenant le seul chef royaliste que les républicains ont à combattre, ordonne aux généraux qui commandent dans l’Ouest, de concentrer leurs forces sur le pays occupé par le général vendéen, de l’attaquer et de le poursuivre afin de « terminer promptement une guerre qui se renouvelle sans cesse ». La Rochelle, place de guerre, supporte l’essentiel de cette mobilisation car toute proche du front. Or, Lequinio, seul, car, courant décembre Laignelot est envoyé à Brest, est en responsabilité des dispositions à prendre pour assurer la pleine efficacité de cette base de l’arrière front. Ne voir de son action que celle rapportée par les seules sources écrites, n’en donne certainement qu’une vue très partielle, d’autant que l’urgence impose une communication permanente, par conséquent en grande partie verbale, entre le représentant en mission et ses auxiliaires ainsi qu’avec le commandant de la XIIe division militaire. La permanence des combats vide les arsenaux au point qu’un escadron de cavalerie formé à Rochefort se trouve dépourvu de pistolets, ce à quoi Lequinio remédie en ordonnant au district de Cognac d’en faire acheminer en quantité suffisante392. On manque de poudre ; il ordonne « de faire transporter à l’arsenal toutes les poudres de guerre et à giboyer qui se trouvent chez divers marchands et dans les magasins des particuliers393 ». Mais il faut voir plus loin, surtout avec la noria ininterrompue de bataillons qui traversent la ville pour monter au front, ce pourquoi il ordonne « de faire venir de Saintes pour le lessivage du salpêtre les deux grandes chaudières qui servaient jadis au raffinage du sucre de canne394 ». Les harnachements militaires sont-ils en quantité insuffisante, il commande pour « 8 000 livres de cuir fort395 » car, si le 14 nivôse (3 janvier 1794) la Convention a ordonné une « levée extraordinaire de chevaux396 », encore faut-il les équiper.

  • 397 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux. Ces deux (...)
  • 398 Arch. mun. La Rochelle, 2H6/1, Logement des troupes.
  • 399 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux. Problème (...)
  • 400 Arch. mun. La Rochelle, 1H1/7, Conseil général de la commune. Affaires militaires, arrêté du 21 ven (...)

165Le logement des hommes de troupe est un casse-tête permanent : alors que les casernes ne peuvent en contenir que 2 200, 6 000 en moyenne séjournent dans la ville397, le temps de prendre du repos après des marches harassantes. Des billets de logement sont délivrés pour résorber le trop plein des casernes, jusqu’à 1 800 militaires sont hébergés chez les habitants « même les moins aizés (sic) » avec une petite indemnité398. Puis le bois vint à manquer tellement qu’en pluviôse, onze boulangers, déjà pourvus d’une trop rare farine, sont contraints d’arrêter leurs fours « pour défaut de bois399 », entraînant d’inévitables restrictions pour la troupe et plus encore pour les habitants. Visites domiciliaires et réquisitions permettent la découverte, notamment dans les immeubles abandonnés par les émigrés, tel celui de Gilbert de Jouy, « de plusieurs milliers de cubes de bûches », stock cependant insuffisant pour satisfaire aux besoins en chauffage alors que l’hiver est loin d’être terminé. Aussi un appel pressant est-il lancé aux communes rurales du district, et même au-delà, afin d’acheminer sur le chef-lieu du département « tous les fagots de vigne qui pourraient se trouver ». La société populaire de Benon, commune aux trois quarts recouverte d’une épaisse forêt, offre les bras de ses adhérents pour couper et tailler « pourvu qu’on assura le transport ». Lequinio met en réquisition hommes et charrettes pour recueillir cette offre généreuse mais, parallèlement, il est contraint, une semaine plus tard, de prendre un nouvel arrêté qui interdit aux citoyens, « sous peine de trois jours de prison », « d’acheter du bois aux militaires400 » qui en sont maintenant bien pourvus au point de se livrer à quelques petits trafics.

  • 401 Arch. nat., AF/II/93, Arrêté du 28 septembre 1793, article 20.
  • 402 Serv. hist. Défense, B5/8, Armée de l’Ouest. États du service de santé.

166Les hôpitaux militaires sont l’objet d’une attention particulière de la part du député breton qui a vu, sur les champs de bataille, périr tant de blessés faute de soins. Dès son premier arrêté (28 septembre 1793) il consacre un article entier pour remédier aux carences les plus criantes qu’il a pu constater lors de ses visites faites depuis son arrivée le 15 septembre. La population est appelée à « contribuer au soulagement de nos malheureux frères blessés pour défendre cette ville contre les invasions des brigands de la Vendée ». Concrètement, « vu le défaut de lits en quantité nécessaire, les citoyens aisés devront porter sur le champ à la Maison commune des matelas et autres fourniements (sic) de lit ». Présumant que cette demande puisse manquer de spontanéité, il prévoit une amende de 20 livres contre tout citoyen récalcitrant401. De 37 lits que comptait l’hôpital sédentaire Aufrédy, la capacité d’accueil passe à 1 500. Avec Tours, La Rochelle est placée en tête des 19 hôpitaux militaires dits « ambulants » de l’armée de l’Ouest402. Une inspection réalisée au cours du dernier trimestre 1793 fait apparaître que

  • 403 Arch. mun. La Rochelle, 1H1/7, Affaires militaires.

« tous les hôpitaux sont tenus avec beaucoup d’ordre et de propreté. Le pain, la viande et le vin y sont de première qualité. Aussi nous n’avons entendu aucune plainte, aucune réclamation de la part des malades403 ».

167Dans La Rochelle, « place de guerre », où les carences sont multiples, alors que son rôle stratégique est de première importance, quel aurait été le sort des armes sans l’action énergique et persévérante de celui qui se destinait initialement au droit et à l’agriculture ? La question peut se poser sans pour autant le gratifier d’un mérite particulier. Cette action, il a su la diffuser par ses réseaux d’auxiliaires choisis parmi les meilleurs patriotes. À la base, tout un personnel occupé aux tâches les plus diverses, mais essentielles pour appuyer l’effort de guerre, maintenant a repris espoir. À Rochefort, devenu port mixte – chantier de construction navale et base maritime pour la flotte de guerre –, plus éloigné des champs de bataille de la Vendée, l’action de Lequinio fut d’une autre nature mais non moins utile.

  • 404 Bib. nat., R20.293 et L43-A.
  • 405 Le recensement de 1792, énumérant le personnel travaillant à l’hôpital de la marine fait mention de (...)
  • 406 Cf. Marines et Révolution, op. cit., p. 170.
  • 407 Arch. nat., DIII 351, Arrêté du 11 frimaire an II. Cette peine sera effectivement prononcée pour ce (...)
  • 408 J.-N. Luc, « La Révolution et l’Empire », La Charente-Maritime. L’Aunis et la Saintonge des origine (...)

168Le Comité de salut public, lorsqu’il reçut Lequinio et Laignelot avant leur départ, avait attiré leur attention sur les risques d’une mutinerie de la chiourme404. Composée de condamnés de droit commun pour de graves délits, qui leur auraient valu les galères sous l’Ancien Régime, à présent détenus dans un bagne, c’est une population assez turbulente, protestant d’être mal nourrie, le manque de pain ayant ici, comme partout ailleurs les mêmes effets, outre que la détention les accentue. Or, elle constitue une bonne partie de la main-d’œuvre des chantiers navals, utile aussi à d’autres tâches405, sans coûter un sol à la République. Il en va de cette crainte d’une révolte, comme à Toulon et à Brest406. Aussi le 11 frimaire (2 décembre 1793), Lequinio et Laignelot prennent un arrêté « portant peine de mort contre tout détenu du bagne qui aurait tenté de s’échapper ou d’en faire échapper un407 ». Une mutinerie peut entraîner les conséquences les plus redoutables par un effet de contagion sur la main d’œuvre civile, elle rémunérée certes, mais qui souffre autant que la chiourme de la disette alimentaire. S’ensuivrait la paralysie des chantiers navals alors que la flotte de la République manque terriblement de bâtiments de guerre tandis qu’au large, bâtiments anglais et espagnols louvoient le long des côtes charentaises, parfois accrochés, comme le 13 brumaire (3 novembre 1793), par la flotte française, La Cléopâtre et l’Uranie ayant pris deux frégates aux anglais408.

  • 409 Arch. mun. Saintes, Ms691/4, Directoire de district de Saintes. Registre des délibérations, t. IV, (...)

169L’approvisionnement en subsistances tant de la population que de la chiourme et des équipages de la flotte était de la première urgence. Des réquisitions de grains sont lancées vers le district de Saintes notamment ; 640 quintaux de blé sont à fournir sans délai. Les administrateurs s’emploient à les collecter de bonne volonté, « considérant que le sort de la République ne peut tenir essentiellement qu’à la prompte exécution de cette mesure lorsqu’il s’agit des approvisionnements de notre marine, qui sans cela, deviendra absolument nulle409 ».

  • 410 Arch. dép. Vendée, L 69, Conseil général du département de la Vendée, procès-verbaux des séances, p (...)
  • 411 Arch. nat., W448, dossier 82, Lequinio à Parant, Rochefort, 28 brumaire an II (18 novembre 1793).

170Sont encore mis à contribution les départements de la Vendée et des Deux-Sèvres « considérant que l’emploi nécessaire des forces navales de la République exige la plus grande célérité dans les mesures par lesquelles on doit approvisionner le port de Rochefort410 ». Encore est-il nécessaire que les livraisons soient exactement réalisées et sans fraude, ce pourquoi Lequinio confie cette mission à celui des auxiliaires qui, à ses yeux, est le plus fiable : Jean Parant. Bien que président du comité de surveillance de La Rochelle, il doit « surveiller la réception des objets qui doivent être transportés dans le magasin général des fournitures de la marine à Rochefort, en faire l’inspection, juger s’ils sont conformes au marché411 ».

  • 412 Arch. dép. Charente-Marime, L1325, Comité de surveillance de Rochefort. Registre des procès-verbaux (...)
  • 413 Arch. dép. Charente-Maritime, L1203, Tribunal révolutionnaire, dossier Rivière.
  • 414 Le Moniteur universel, no 81, 21 frimaire an II (11 décembre 1793), t. XVIII, p. 80.

171À l’hôtel du Grand Bacha, où Lequinio a établi son quartier général, le comité de surveillance de Rochefort est convoqué périodiquement « pour faire rapport sur les quantités de marchandises requises pour le service de la marine, si elles sont intégralement fournies412 » et de bonne qualité car les marchands indélicats ne manquent pas. Ainsi, un certain Pierre-Samuel Rivière, fournisseur en bougies, triche sur leur fabrication de sorte « qu’elles se consument en peu de temps par manque de matière ». Arrêté, il est jugé par le tribunal révolutionnaire, et condamné à mort413. La fraude commise rappelle au député breton les malversations constatées lors de sa mission auprès de l’armée du Nord, celles concernant notamment la qualité des lames de sabre. En outre, en cette période de l’année, la lumière naturelle est faible et de courte durée, d’où le besoin d’un éclairage artificiel dans les ateliers où l’on travaille nuit et jour à la construction de bâtiments de guerre. « C’est peut-être le premier fournisseur qui ait reçu ce qu’un si grand nombre d’entre eux en a mérité », commente Lequinio et il ajoute : « Il faut espérer que nous n’en resterons pas là. Nous avons saisi sur l’un d’entre eux (les fournisseurs) mille deux cents sacs qui n’étaient pas conformes au modèle, sur un autre environ six cents couvertures414… »

  • 415 Décret L17,64 ; B38, 100. Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances… op. cit., t. VI, p. 367.
  • 416 Arch. nat., DIII 353, 2e liasse, Lequinio à Convention nationale, 1er pluviôse an II (20 janvier 17 (...)
  • 417 Arch. mun. Saintes, fonds ancien et régional, Journal de Marillet. Histoire de la Révolution à Sain (...)
  • 418 Arch. mun. Saintes, Ms691/4, Directoire du district de Saintes, registre des délibérations, p. 209, (...)
  • 419 Arch. nat., DIII 353, 1e liasse, Arrêté du 16 nivôse an II (5 janvier 1794).
  • 420 J.-M. Lequinio, Guerre de la Vendée et des Chouans, op. cit., p. 6, note 1 de bas de page. Ce voyag (...)
  • 421 Arch. nat., DIII 353, 2e liasse, Lequinio à Comité de salut public, 12 ventôse an II (2 mars 1794).
  • 422 Arch. nat., DIII 353, 2e liasse, Lequinio à ministre de la Marine, 8 ventôse an II (26 février 1794 (...)
  • 423 Serv. hist. de la Marine Rochefort, A.1.A. 85, p. 108.
  • 424 Le Moniteur universel, no 208, 30 nivôse an II, t. XIX, p. 294. Lequinio à Convention nationale, 28 (...)
  • 425 Serv. hist. Marine Rochefort, A.1.A.85, Registre de correspondances, p. 108.

172Le 14 nivôse (3 janvier 1794) la Convention vote un décret pour « accélérer la construction des bâtiments de guerre415 ». En écho Lequinio répond qu’il met « sur le port toute l’activité désirable416 ». En vérité, il a anticipé depuis un bon mois le souhait exprimé par ses collègues de l’Assemblée. Cependant la difficulté sur laquelle bute l’entreprise réside dans le manque d’un matériau essentiel : le bois. Qu’à cela ne tienne, il ordonne de faire abattre « tous les chênes et ormeaux » qui ornent le bord des routes ou les propriétés des particuliers, une mesure qui choque l’opinion publique, telle que s’en fait le porte-parole un bourgeois révolutionnaire bon teint, Marillet dit « de la Courboisière417 ». Le bois vient encore à manquer, de chauffe celui-ci, pour la fonderie des canons. Ordre est donné de réquisitionner « tous les charrois disponibles dans les communes de Romegoux, Saint-Porchaire et Lhôpitaux pour faire charger dix mille bûches » qui seront acheminées du port de la Roche-Courbon, situé au bord de la Charente, jusqu’à la fonderie de Rochefort418. Toutefois des réticences se font jour de la part de certaines municipalités face à l’ampleur des abattages d’arbres de toute essence de sorte que Lequinio est obligé de prendre un arrêté brandissant destitutions et arrestations d’élus « à défaut de fournir telles quantités qui seront commandées419 ». Comprenant qu’il ne peut toutefois indisposer une opinion dont il a besoin du soutien et que les ressources locales s’épuisent, il se met en devoir de chercher ailleurs ce qui est en quantité insuffisante ici. « Je courais dans la ci-devant Bretagne pour chercher des bois propres à la marine de Rochefort420… », mais sans succès. Il jette alors son dévolu sur Tours où il commande « sept à huit cent mille pieds cubes de bois421 ». Encore faut-il garnir les navires d’accastillage et c’est à Lorient, lors d’un second voyage, qu’il trouve un fournisseur auquel il commande « une poulerie (sic) pour Rochefort et une autre pour le Château d’Oléron422 ». Une commande de même nature est faite à Angers. Le blindage des coques est même expérimenté sur les unités en cours de fabrication423, et ce ne peut être qu’avec son assentiment. Couronnement des efforts auxquels il a pris une bonne part : le 27 nivôse (16 janvier 1794), le Jemmapes, vaisseau de 74 canons est mis à l’eau tandis que le Marat est sur le point de l’être424. Au total 6 vaisseaux de ligne ont été mis en chantier au cours de l’hiver 1793-1794425.

  • 426 Id., p. 14.
  • 427 Ibid., p. 115.

173Parallèlement à ces occupations absorbantes, Lequinio ne néglige pas pour autant la mission de « sûreté » pour laquelle il a été nommé. Il donne des instructions fermes pour que tout événement, si minime soit-il, touchant à l’activité du port de Rochefort, lui soit signalé. En outre, il doit être prévenu de tout départ comme de toute arrivée de bâtiment, responsabilité qu’il partage avec « le commandant de la marine, commandant d’armes », autrement dit le patron de la flotte à quai. Ainsi sa présence est-elle notée au départ de l’Andromaque et du Républicain le 30 frimaire (20 décembre 1793). Toute perte d’un navire fait l’objet d’un rapport dont il est rendu destinataire ; ainsi quand la frégate La Réunion est capturée par les Anglais426. Il s’est octroyé un droit de regard et, au besoin, un droit de veto pour la nomination des capitaines tels ceux pressentis pour commander les vaisseaux le Le Pelletier et Le Barras et la frégate l’Unité427.

  • 428 Arch. nat., DIII 351, pièce non datée et non signée.

174Lors du procès qui sera instruit par les thermidoriens contre Joseph-Marie Lequinio en l’an III, seront réalisés un recensement et une analyse des arrêtés pris de vendémiaire (septembre-octobre) 1793 jusqu’au mois de ventôse (février-mars) 1794. La conclusion est celle-ci : « Tous ces arrêtés depuis le numéro 15 jusqu’au numéro 343 sont relatifs aux subsistances, à l’épuration des autorités constituées et aux opérations militaires. Ils ne présentent rien qui ait trait à quelques griefs428. » Cette statistique, bien que sommaire, donne une idée de l’activité déployée par le député breton dans le cadre de sa mission dont il fit, il est vrai, une interprétation assez souple mais, dans l’ensemble bienfaisante pour les citoyens de Charente-Inférieure et utile pour l’armée. Il est toutefois une part de son action qui excéda quelque peu l’objet pour lequel, le 9 septembre 1793, le Comité de salut public et la Convention l’avaient missionné dans les ports de La Rochelle et de Rochefort, à moins qu’elle ne soit placée sous le concept de « sûreté ».

« Instituer » la justice révolutionnaire

  • 429 Arch. dép. Charente-Maritime, L145, Arrêté du 13 frimaire an II (3 décembre 1794).

175Dans le préambule de l’arrêté qu’il prend le 13 frimaire an II (3 décembre 1793), ainsi qu’il a été vu, Lequinio fait mention d’une règle, qu’il s’est fixé à lui-même : « La Convention nous a envoyés […] pour réformer les administrations, en former de nouvelles et non pour administrer par nous-mêmes ; pour instituer des tribunaux et non pour juger429. » Il paraissait peu probable que le personnage, tant en raison de la situation enveloppant son action, que de son tempérament puisse respecter cette interdiction bien qu’il s’en soit fait un devoir. Si les arrêtés qu’il fut amené à prendre, fréquemment, dans le cadre de la gestion des affaires publiques et pour soutenir l’effort de guerre montrent qu’il s’en est affranchi, qu’en est-il exactement à l’égard de la fonction de « juger » ?

  • 430 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, délibéra (...)
  • 431 Arch. dép. Charente-Maritime, série judiciaire, L 1405, Contre Mathurin Guesdon.
  • 432 Id., L1065-1 à L 1065-7, Contre Deshoullières, Deau, Bonneville, Baribault et Thibaut.
  • 433 Décret B29, 136 du 23 avril 1793 « relatif aux prêtres non assermentés ». Article 5 : « Ceux des dé (...)
  • 434 Arch. mun. La Rochelle, E53, Décès no 751.

176La répression prit corps à La Rochelle bien avant qu’y parviennent Lequinio et Laignelot. L’écrasement de la colonne Marcé, le 19 mars 1793, dans le vallon de la Guérinière avait déclenché une véritable psychose de l’invasion. « Considérant que l’armée des révoltés est pour ainsi dire aux portes de La Rochelle et que cette ville peut être bientôt dans le cas de soutenir un siège430… » est-il fait mention dans une délibération du conseil général de la commune pour justifier une série de mesures coercitives prises immédiatement. Du 25 mars au 30 mai on compta 68 arrestations, la plupart suivies d’une mise en détention dans le ci-devant couvent des Dames Blanches. Le 21 avril, la guillotine remplit pour la première fois son office en vertu d’un arrêt du tribunal criminel de la Charente-Inférieure prononçant la peine de mort contre Mathurin Guesdon « qui cherchait à enrôler du monde à Marans pour rejoindre les insurgés431 ». Les bois de justice furent à nouveau dressés le 6 septembre, Place du 10 août, pour le châtiment de cinq prévenus, tous originaires de la Vendée pour avoir pris part à l’insurrection ou l’avoir facilitée432. Joseph Herbert, curé de Maillé, réfractaire au serment, resté imprudemment au pays malgré la loi du 23 avril 1793433 subit le même sort434. Les dossiers des prévenus étaient alors instruits selon la procédure de droit commun, et ce en méconnaissance du décret du 19-20 mars 1793, qui l’écartait « concernant la punition de ceux qui sont ou seront prévenus d’avoir pris part à des révoltes ou émeutes ».

  • 435 Arch. nat., AF/II/93, Arrêté du 28 septembre 1793, paragraphe 4 du préambule.
  • 436 C. Valin, « La commission militaire de La Rochelle en l’an II (1793-1794) : organisation, fonctionn (...)
  • 437 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1225, Commission militaire, registre des procès-verbaux de séances, (...)
  • 438 Il apparaît seulement sur la liste du 8 vendémiaire an III (29 septembre 1794).
  • 439 Ch. L. Chassin, « Table générale alphabétique et analytique », op. cit., p. 579.
  • 440 Arch. mun. La Rochelle, 1H1, Affaires militaires, registre de la garde nationale de La Rochelle.

177Dès son arrêté du 28 septembre 1793, Lequinio montre plus d’orthodoxie en optant pour une commission militaire, mieux adaptée à ses yeux « pour juger les brigands de la Vendée ». Il l’inscrit au rang « des mesures de sûreté générale » afin « d’éviter les malheurs que viennent d’éprouver Lyon, Marseille et Toulon435 ». Dans la Tour Saint-Nicolas et ailleurs, près de 800 détenus attendent d’être jugés, présumés d’avoir participé à l’insurrection dans les départements de la Vendée et des Deux-Sèvres. C’est moins cette commission en elle-même qui retiendra, ici, l’attention – le sujet ayant déjà été traité436 – que la part prise par Lequinio dans sa composition et son fonctionnement. Il charge le général Léchelle, promu par ses soins à la tête de la XIIe division militaire en remplacement du général Verteuil, de la mettre en place. Or, Léchelle délègue à son tour cette mission à un autre, un Rochelais, Joseph Thouron437 qu’il juge plus apte à la remplir en raison de la connaissance supposée qu’il a de ses compatriotes et des bataillons qui séjournent dans la cité. Négociant, commandant d’un bataillon de la garde nationale, jacobin discret438, il s’est distingué lors de l’affaire du 19 mars en ralliant la troupe en complète débandade439. Il choisit les jurés parmi ses compatriotes chez lesquels il n’a aucune peine à trouver des membres de la garde nationale ; dès 1790, on les compte au nombre de 1788440. Dubois est un Rochelais, « grenadier au bataillon de la Dordogne », un exemple parmi d’autres, des patriotes du cru désignés pour combler les vides créés par les pertes subies sur le champ de bataille par des unités venues d’ailleurs. Julliard est fusilier dans le 60e régiment d’infanterie, l’un des deux régiments de ligne en garnison à La Rochelle ayant pour vocation d’intervenir outre-Atlantique en cas de troubles dans la colonie de Saint-Domingue. Jean Barbet, avoué, membre fondateur du Club des jacobins est un patriote sûr. Lacaze, officier instructeur à l’école d’artillerie, est aussi un jacobin de longue date. Seul le lieutenant de vaisseau Labruyère n’a pu être identifié quant à ses éventuelles attaches rochelaises. Aucun n’appartient au groupe des patriotes radicaux.

  • 441 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1255, Commission militaire, registre des délibérations, p. 3.
  • 442 Id., p. 21 et 23.
  • 443 Ibid., p. 12.
  • 444 Il s’agit de Guillaume Cox (1755-1793), prêtre originaire de Nantes, insermenté, capturé le 29 mai (...)
  • 445 Arch. nat., AF/II/93, Lequinio et Laignelot à Comité de salut public, 17 brumaire an II (7 novembre (...)
  • 446 Cf. « La commission militaire de La Rochelle en l’an II (1793-1794…) », op. cit. p. 108-111, « Typo (...)
  • 447 Arch. dép. Charente-Maritime, L1255, op. cit., p. 27.
  • 448 Arch. mun. La Rochelle, E55 à 58, État civil. Registre des décès.

178Installée le 12 vendémiaire (3 octobre 1793) au palais de justice, la commission militaire est déplacée le 2 nivôse (22 décembre 1793) « dans une des salles de la Bourse, ce qui a nécessité des démarches auprès de la chambre de commerce441 ». Les jurés entendent instruire les dossiers « à charge et à décharge », ce qui est proclamé à deux reprises, lors des séances des 27 brumaire (17 novembre 1793) et 19 frimaire (9 décembre 1793442). Loin de se précipiter, ils se consacrent d’abord à des tâches de caractère plutôt administratif : les dossiers étant dispersés et en désordre, tandis qu’il n’existe aucun recensement général des prévenus, répartis dans plusieurs lieux, il convient de mettre les choses en bon ordre. 723 prévenus sont identifiés et désormais la commission peut statuer, ce à quoi elle s’emploie, après une deuxième instruction, la première ayant été réalisée en amont, dès l’arrestation, soit à Luçon, base avancée de l’armée républicaine, soit à La Rochelle, leur destination finale. Le 13 vendémiaire (4 octobre 1793), onze jugements sont prononcés, sept aux travaux publics et quatre pour un sursis à statuer, les jurés estimant ne pas être suffisamment renseignés sur l’éventuelle culpabilité des prévenus. Le 14 vendémiaire (5 octobre), la commission prononce onze jugements dont huit pour un sursis à statuer et trois portant condamnation aux travaux publics. Les jours se suivent et se ressemblent, la même jurisprudence, inspirée soit par la prudence, soit par la clémence, prend corps. Le 24 vendémiaire (15 octobre), la commission suspend ses audiences « en raison de la grande quantité de malades dans les détenus » et envoie une députation auprès du commandant de la XIIe division militaire et du directoire du district. On présume que c’est avec l’intention, dans ces conditions, de mettre un terme à ses travaux. Une voix lui commande cependant de les reprendre dès le lendemain. Elle se plie à cette injonction dont on devine la source mais dans la même ligne jurisprudentielle avec des interruptions pour mettre de l’ordre dans les dossiers quand, le 2 brumaire (23 octobre), dès 9 heures du matin, l’audience est interrompue « à l’effet de se concerter avec lui (le représentant du peuple) sur l’exécution des jugements des prévenus jugés coupables (sic)443 ». À dix heures et demie, l’audience est reprise ; « six jugements à mort (sic) » sont prononcés. La coïncidence entre cette soudaine sévérité et le conciliabule matinal entre les jurés et Lequinio est éclairée par la lettre qu’adresse celui-ci au Comité de salut public, se flattant que « déjà (la guillotine a) démâté quatorze têtes444 de brigands parmi lesquels un maire et un prêtre445 ». Le 3 brumaire (24 octobre), sur huit jugements, sept le sont à la peine capitale. Cependant, le lendemain et les jours suivants la commission renoue avec sa jurisprudence. Certes, des condamnations à mort sont prononcées, mais avec parcimonie, sur le fondement de preuves qui confondent les prévenus pour des actes caractérisés446. Début frimaire la commission interrompt carrément ses audiences attendu que « les brigands détenus dans les prisons de cette ville se trouvent presque tous malades ou du moins dans un état physique qui rend impossible leur comparution447 ». La mortalité carcérale atteint en effet un sommet avec 218 décès en novembre, soit trois fois plus qu’en octobre448. La courbe suit d’ailleurs celle de la mortalité civile autant que celle de la mortalité dans les hôpitaux militaires.

  • 449 Le Moniteur universel, 29 nivôse an III (18 janvier 1795).

179Du 12 vendémiaire (3 octobre 1793) au 26 nivôse (15 janvier 1794), la commission rend 591 jugements dont un bon tiers, de sursis à statuer qui tantôt demeurent en l’état, tantôt, après complément d’information, sont suivis d’une condamnation ou d’un acquittement, lequel est prononcé 12 fois à côté de 312 condamnations aux travaux publics et 60 condamnations à la peine de mort. Aux jours sombres de sa déchéance, Lequinio prétendra « avoir fait juger conformément à la loi, c’est-à-dire à mort les prêtres, bourgeois, nobles, maltotins ou contrebandiers et les déserteurs ; en un mot tous ceux qui ne pouvaient avoir leur ignorance et le fanatisme aveugle pour excuse » et d’avoir recommandé « de ne condamner qu’aux travaux de la chaîne, les laboureurs et les ouvriers que leur ignorance profonde avait livré à la séduction des autres449 ». C’est reconnaître qu’il a fait procéder à un tri parmi les dossiers. Effectivement, le petit peuple de la campagne a été épargné avec seulement 12 condamnés à mort dont 7 laboureurs, 1 bordier, 1 cultivateur, 1 journalier et 2 métayers. Et encore 6 des 12 condamnés n’encourent-ils la peine de mort qu’en raison de leur tentative d’évasion, le premier jugement étant celui d’une condamnation aux travaux publics. Or, la petite paysannerie a fourni de très loin le plus gros contingent de prisonniers : autour de 90 %. Ils échappent à la peine de mort alors que leur culpabilité est établie. Pierre Belliard, journalier, aux questions « Où avez-vous été arrêté, par qui et quelle arme aviez-vous ? » répond « j’ai été arrêté à la bataille de Luçon où j’avais été avec les brigands armé d’une faux ». Bien d’autres avouent qu’ils étaient armés tantôt « d’un bâton au bout duquel était un morceau de fer appointé », tantôt d’un fusil ou d’une pique voire d’une fourche.

  • 450 Méd. Nantes, collection Dugast-Matifeux, op. cit., volume 7, pièce 151.

180La commission militaire de Fontenay-le-Peuple fut moins magnanime, prononçant quelques 202 condamnations à mort entre le 23 frimaire (13 décembre 1793) et le 26 germinal (15 avril 1794450). La preuve d’instructions qu’aurait données Lequinio manque. En vérité, à La Rochelle, ce furent des civils qui œuvrèrent sous l’habit de garde national. Certains, comme Barbet, ont même une culture juridique, donc plus sourcilleux quant à la preuve de la culpabilité. En outre, à l’arrière du front, les jurés ont pu statuer avec plus de sérénité que ceux établis dans une cité où une offensive des divisions de Charette était redoutée.

  • 451 Décret L13, 589, Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 190-191.
  • 452 Arch. nat., AF/II/93, pièce no 32, Lequinio à Convention nationale, 8 brumaire an II. Par allusion (...)
  • 453 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1325, Comité de surveillance révolutionnaire de Rochefort, registre (...)
  • 454 Serv. hist. de la Marine Rochefort, Registre 1A85, Adjoint à la première division du département de (...)
  • 455 Id., Adjoint de la première division du département de la marine à Dalkéon, commandant de la place, (...)

181Discrète et entravée par la résistance des juges de la commission militaire dont la nomination lui avait échappé, l’influence de Lequinio sur la jurisprudence du tribunal révolutionnaire est plus visible ; il ne s’en cache d’ailleurs pas et parfois la revendique. Les membres en sont nommés dans l’arrêté qu’il prend le 8 brumaire (29 octobre 1793). Son choix est conforme à l’esprit qu’il donne à cette juridiction, réplique fidèle du « tribunal criminel extraordinaire », appelé dans le langage courant « tribunal révolutionnaire », créé par la Convention nationale le 10 mars 1793451. La lettre adressée à la Convention, accompagnant l’arrêté, fait clairement apparaître la place que Lequinio entend prendre dans son fonctionnement et laisse augurer de la jurisprudence qui en sortira452. Une semaine ne s’est pas écoulée que l’occasion se présente de juger révolutionnairement. Le 15 brumaire (5 novembre 1793) apparaissent au large deux unités de la flotte de la Méditerranée, l’Apollon et le Généreux. Le général Bournet – nouveau commandant de la XIIe division militaire nommé en remplacement de Léchelle – informe le comité de surveillance révolutionnaire de La Rochelle qui, à son tour, alerte celui de Rochefort453. L’information remonte jusqu’aux représentants en mission tandis que de son côté le ministre de la Marine adresse une note au commandant de la place de Rochefort, Dalkéon, en des termes qui donnent à penser qu’une opération est montée pour s’emparer du port : « L’Apollon arrive avec mille quatre cent quatre-vingts hommes à bord454… » Après un temps d’observation durant lequel rien ne se passe, officiers et hommes d’équipage montrent leurs intentions pacifiques, débarquent, mais aussitôt les officiers sont mis aux arrêts tandis que Lequinio commande aux membres du comité de surveillance « de faire la visite la plus exacte des effets et papiers appartenant aux officiers » dans le but évident de les confondre quant à leur félonie. De son côté le commandant de la place s’inquiète auprès du ministre de la Marine du sort qui doit être réservé aux membres de l’équipage ; il se voit répondre « qu’on ne pourrait s’en occuper que lorsque les représentants du peuple auraient pris parti définitivement à l’égard de ces marins455 ». L’exécutif s’efface devant le législatif incarné, ici, par les deux représentants en mission ayant reçu mandat de prendre « toute mesure de sûreté » par le décret qui les a envoyés dans les deux villes-ports.

  • 456 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1202, Journal de bord du Généreux du 4 mars 1793 au 18 septembre 17 (...)
  • 457 Arch. nat., DIII 351, arrêté du 8 brumaire an II. Préambule : « Une machination perfide a failli d’ (...)
  • 458 Arch. mun. Rochefort, REV. 8, Tribunal criminel et révolutionnaire de Rochefort, registre des minut (...)

182Le journal de bord du Généreux relate avec précision le déroulement de la prise de Toulon par les Anglais et le revirement quelque peu énigmatique de son capitaine qui, un moment, envisage de « faire sauter le navire plutôt que de laisser les Anglais y pénétrer456 », puis abandonne cette résolution laissant le navire aux mains de l’ennemi. Les motifs du jugement à venir sont presque déjà consignés dans le préambule de l’arrêté constitutif du tribunal révolutionnaire dont les termes font apparaître que Lequinio savait déjà que des unités de la flotte de la Méditerranée faisaient voile vers les ports de la côte atlantique, dont l’Apollon et le Généreux, qui ne pouvaient que se présenter en rade de Rochefort, leur port d’attache457. Le jour de l’audience étant fixé, Hugues, accusateur public auprès du tribunal révolutionnaire, prépare l’acte d’accusation qu’il intitule « Contre les complices de la trahison de Toulon » et dont il adresse une copie à la Convention le 1er frimaire (21 novembre 1793), texte lu à la barre le 6. Siège sur les bancs de l’Assemblée le frère d’un officier du Généreux, le député Joseph-Auguste Crassous, qui approuve la peine de mort envisagée pour les officiers des deux bâtiments pour avoir « conspiré contre l’unité et l’indivisibilité de la République », une opinion qui sera reproduite dans le jugement pour mieux en légitimer la sévérité. La peine capitale est prononcée contre douze officiers, huit qui servaient sur l’Apollon, deux sur le Généreux et deux capitaines du 77e Régiment d’Infanterie de Marine embarqué sur les deux navires458. L’ombre des deux représentants en mission se projette sur ces décisions dont ils se flattent qu’elles aient enthousiasmé la population :

« Tous les marins, tous les ouvriers du port et quelques officiers sont allés les prendre et les ont escortés d’une double haie jusqu’au lieu de l’expiation.

  • 459 Le Moniteur universel, no 117, 17 frimaire (7 décembre 1793), t. XVIII, p. 594. Lequinio et Laignel (...)

L’air a retenti des cris de Vive la République ! À la chute de chaque tête on entendait des chants patriotiques et Vive le tribunal459. »

  • 460 Sur le développement de ce thème voir S. Wahnich, La liberté ou la mort. Essai sur la terreur et le (...)

183Expiation certes mais aussi exemplarité pour mettre en garde les officiers et les équipages de la flotte à quai contre toute tentation de céder devant l’ennemi plutôt que de s’appliquer la devise révolutionnaire : « La liberté ou la mort460. »

  • 461 Pour une biographie assez complète sur le personnage, voir E. Lem, « Rigueur et solitude : Gustave (...)
  • 462 Arch. mun. Rochefort, REV 12, Société populaire, registre des délibérations, séance du 21 décembre (...)
  • 463 Id., p. 139.
  • 464 G. Walter, Actes du tribunal révolutionnaire, Paris, Mercure de France, 1986, p. 211-349.
  • 465 Décret B37, 181, Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. VI, p. 334.
  • 466 Arch. nat., DIII 351, Lequinio et Laignelot à comité de sûreté générale, 12 frimaire an II (2 décem (...)
  • 467 Arch. mun. Rochefort, Conseil général de la commune, registre des délibérations, p. 159 verso. Séan (...)
  • 468 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1204, Société populaire de La Flotte, registre des procès-verbaux d (...)
  • 469 Le Moniteur universel, no 126, 6 pluviôse (24 janvier 1794), t. XIX, p. 994. Lequinio à Convention (...)

184De nature exclusivement politique est le procès de Gustave Dechézeaux. Déjà entraperçu lors de son affrontement avec Billaud-varenne, le personnage est l’archétype du bourgeois révolutionnaire qui jouit d’une bonne situation acquise dans le grand négoce maritime. Président fondateur de la société des amis de la Constitution de La Flotte en Ré, commandant de la garde nationale, attaché aux valeurs que la Révolution portait en elle dans ses débuts, rejetant ses dernières évolutions sous la pression populaire, il avait quitté son siège de député le 31 août, en désaccord avec les événements parisiens des 30 mai-2 juin461. Dans le procès du roi il a voté contre l’appel au peuple, pour la réclusion et le bannissement à la paix, contre le sursis, déclenchant un tollé de protestations chez les patriotes radicaux des sociétés populaires de La Rochelle et de Rochefort, lesquels déclarent que « son Opinion sera brûlée et qu’il sera écrit à Dechézeaux pour l’avertir qu’il a perdu la confiance de la société462 ». Blessé, le député réplique vivement, aggravant son cas, sa prose étant considérée comme « outrageante » ; « il s’est couvert d’opprobre et du mépris des bons citoyens463 ». Sa désapprobation ferme contre l’arrestation de députés girondins, sa querelle avec Joseph-Auguste Crassous et Billaud-Varenne sur fond d’accusation de « fédéralisme » accentuèrent une hostilité politique qui était sans retour. Sa démission, alors que la République est au bord du péril, que les patriotes se battent contre la Vendée toute proche, achève de le confondre. À la faveur du procès des vingt-et-un députés girondins qui se tient dans la capitale du 3 au 10 brumaire464 (24-30 octobre 1793), la Convention décrète le 18 frimaire (8 décembre 1793) « une instruction contre l’ex-député Dechézeaux465 » tandis que le Comité de sûreté générale, le 15 brumaire (5 novembre 1793), ordonne son arrestation. Or, celle-ci n’est plus d’actualité puisqu’aussi bien, comme s’en flattent les deux représentants en mission : « Il y a plus d’un mois que nous avons, sans les connaître, rempli les intentions de ce comité466… » Dans la nuit du 6 au 7 brumaire (27-28 octobre 1793), Jean Parant et Jean Ganet d’une part, Bobe Moreau et Cassius Quillet d’autre part, en tant que membres des comités de surveillance de La Rochelle et de Rochefort se saisissent de la personne de Gustave Dechézeaux. Cela « a fait ouvrir de grands yeux aux habitants de La Flotte. Nous espérons les faire voir clair et ça ira ! » se targue Jean Parant467. Malgré la campagne organisée par les sociétés populaires de l’Ile de Ré, celle de La Flotte surtout, pour obtenir sa libération, Dechézeaux est jugé et condamné à mort le 28 nivôse an II (17 janvier 1794), notamment pour « avoir conspiré contre l’Unité et l’Indivisibilité de la République », formule classique employée contre les suspects de fédéralisme. Parant, qui était allé devant la société populaire de La Flotte tenter de persuader ses membres de la culpabilité de l’ex-député avait prophétisé : « Votre certificat ne peut servir à Dechézeaux, il n’empêchera pas que sa tête tombe sous deux jours468. » Lequinio informe la Convention en des termes qui laisse apparaître clairement le rôle qu’il a pu jouer dans ce dénouement judiciaire469.

  • 470 Arch. dép. Charente-Maritime. L 1325. Comité de surveillance révolutionnaire de Rochefort. Registre (...)
  • 471 Id., séance du 15 frimaire (5 décembre 1793).

185La forte personnalité du député breton dut parfois s’imposer en sens inverse de la sévérité que réclamaient les patriotes prononcés de la société populaire de Rochefort agissant par le biais du comité de surveillance, véritable antichambre du tribunal révolutionnaire. C’est ainsi qu’il oppose son veto à certaines incarcérations et ordonne des remises en liberté, dressant contre lui ceux qu’il avait mis en place. Ainsi en est-il lorsque le 29 brumaire (19 novembre 1793) il s’oppose à l’arrestation d’un certain Levron dont la conduite, selon eux, est « fédéraliste et aristocratique470 ». De même encore lorsqu’ils exigent l’arrestation d’un certain Auguste Brun en raison de ses liens prétendus « avec la faction girondine », ce à quoi Lequinio oppose que ce citoyen s’est racheté en s’engageant « volontaire en qualité de cavalier pour combattre les rebelles de la Vendée471 ». C’est encore contre leur avis qu’il fait remettre en liberté un certain Quinet détenu à la maison des ci-devant capucins ainsi que Louis Moreau, Pierre Detoeuf, Pierre Merlet détenus à la prison Saint-Maurice. Cependant il ne peut entretenir une situation conflictuelle avec ses auxiliaires qui démultiplient son action sur tous les plans. Aussi leur fait-il des concessions comme l’arrestation du ci-devant amiral Grimoard contre lequel les réfugiés de Saint-Domingue, qui peuplent les instances à Rochefort, dont le comité de surveillance, ont une forte prévention, n’ayant pas oublié qu’il avait dirigé contre eux la répression.

  • 472 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1195, État des jugements rendus par le tribunal criminel révolution (...)
  • 473 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1196, Registre de correspondances du tribunal révolutionnaire. Tops (...)

186Sur 182 prévenus amenés devant le tribunal révolutionnaire durant la période du 12 frimaire (2 décembre 1793) au 17 pluviôse (5 février 1794), 129 furent condamnés : 17 à une amende, 35 à la détention, 6 à la déportation, 19 aux fers et 52 à la peine de mort472. Réduite à l’inactivité après le départ de Lequinio, cette juridiction sera supprimée par arrêté des représentants du peuple Topsent et Garnier le 12 messidor (1er juillet 1794473).

Libérer les consciences

187Si, avec la réactivation des comités de surveillance de La Rochelle et de Rochefort, l’installation de commissions militaires à Fontenay et à La Rochelle et la création du tribunal révolutionnaire de la Charente-Inférieure, le dispositif répressif ainsi mis en place peut se justifier comme un corollaire de sa mission première qui est de garantir la « sûreté » des deux villes-ports de la côte atlantique, en revanche la décision de Lequinio d’engager une offensive radicale contre la religion en sort complètement et reste posée, en apparence, comme une énigme. Elle l’est moins si l’on sait lire entre les lignes ses différents écrits en les confrontant au cours de son existence. Ce dernier volet de son action est, à certains égards, complémentaires des précédents, mais à un niveau supérieur.

  • 474 B. Plongeron, Histoire du christianisme, Paris, Desclée, 1997, t. X « Les défis de la modernité (17 (...)

188Ce sont toutes les religions qu’il enveloppe dans la proscription, aucune de celles qui font appel à une puissance céleste ne trouve grâce à ses yeux, de sorte que le terme « déchristianisation », couramment employé à son propos, ne correspond ni à l’état d’esprit qui est le sien, ni aux dispositions qu’il prend ; le terme est trompeur, il dévoie la pensée du personnage et égare celui qui veut la bien connaître. S’il faut être bref et direct, disons que Lequinio n’a jamais voulu régler aucun compte avec le Christ, ni avec la religion qui le célèbre comme une divinité céleste. Le terme « déchristianisation » n’est jamais venu sous la plume de Lequinio, ni probablement à son esprit, avant comme pendant la campagne à laquelle, pourtant, son nom a été associé. D’une manière générale, il n’est pas employé à l’époque comme le notent plusieurs auteurs474.

189Pourquoi est-il si nécessaire, alors que les difficultés à résoudre sont multiples quand il prend possession de sa mission, de s’impliquer dans une croisade antireligieuse ? Un retour sur l’éducation et la culture du personnage, l’environnement spirituel dans lequel il a grandi et évolué jusqu’au moment où s’amorce la rupture avec les positions conciliantes qu’il défendit devant l’Assemblée, peut contribuer à nous éclairer. Baptisé, comme il se devait de toute façon à l’époque pour avoir un état, éduqué et instruit selon les préceptes du catholicisme, pour l’enfant puis pour l’adolescent et enfin le jeune adulte, la religion est partout. Ce sont les ecclésiastiques, du clergé séculier, plus rarement du clergé régulier, que l’on croise dans les rues et ruelles de Sarzeau, sur les chemins conduisant aux bourgs et villages, tantôt allant dire l’office, tantôt administrer les derniers sacrements à quelque mourant ; c’est le glas des enterrements et le carillon des mariages ; c’est la prière du matin et la prière du soir ; ce sont les crucifix et les images pieuses dans les demeures, celles humbles du petit peuple et celles cossues du bourgeois. C’est aussi une religion sentencieuse, empreinte de jansénisme, quand bien même l’évêque de l’époque le combat-il, mais cette doctrine a laissé des traces profondes dans le comportement sacerdotal du clergé au point que sont prohibées les sonneries des cornemuses lors des fêtes religieuses et des mariages, les danses jugées licencieuses tandis que les escapades nocturnes de la jeunesse sont sévèrement blâmées. Pourtant, quant à son propre vécu, nul reproche, nulle critique ne traverse ses écrits quant à cet encadrement que d’aucuns jugerait oppressant, tout paraît enfoui en lui. Mais qui pourrait dire que ce passé n’était pas là, caché dans l’alcôve de ses pensées et bien vivant, quand il décida de s’engager dans une action destinée à balayer les anciennes croyances, dans lesquelles il ne voit plus maintenant que superstition, charlatanisme et fanatisme…

  • 475 J.-M. Lequinio, Adresse populaire aux habitants des campagnes, op. cit.

190Quand, en novembre 1791, devant l’Assemblée et au Club des jacobins, au détour d’un texte qui lui vaudra quelque célébrité475, il assurait « professer » et être « attaché » à « l’auguste religion » – catholique, s’entend –, était-il sincère ou était-ce par opportunisme politique ? L’année suivante, au milieu de l’été, il a fini d’écrire le manuscrit des Préjugés détruits, essai philosophique dans lequel il confesse un doute qui le tourmente :

  • 476 Les préjugés détruits, chapitre XXVII « Des tombeaux », p. 268. Ce chapitre couvre les pages 268 à (...)

« Eh ! Pourquoi le néant ne m’instruirait-il pas, s’il est vrai que quelque chose ait pu jamais sortir du néant ? C’est à lui que je viens parler ; c’est avec lui que je veux être quelques instants : ouvrez-vous, froids caveaux. Mais, quoi ! Le néant s’évanouit… mes yeux sont frappés… c’est un fantôme de lumière… une lueur pâle… une lampe… elle tremblote… elle veut m’éclairer… elle ne le peut pas… ses convulsions la font mourir elle-même : elle s’éteint476. »

191C’est en vain qu’il interroge les mannes de ceux qui comptaient pour lui : celle qui le mit au monde, ceux qui l’accueillirent dans la cabane du pauvre, ses amis, tous ces êtres chers à jamais disparus. La conviction s’installe chez lui qu’il n’est point de monde céleste ni de résurrection possible, fondements essentiels du christianisme. Cette pensée intime se conjugue avec des constats que l’Histoire lui présente et qui concourent à éveiller sa conscience quant au vrai rôle que l’Église fait jouer à ses serviteurs. Sans prévention contre ceux-là, car il en compte parmi ses proches, tel son frère aîné, religieux chez les Trinitaires, et parmi ses relations tel l’abbé Cerceau, il s’interroge sur la sincérité du clergé réfractaire. La mise en œuvre de la Constitution civile constitue l’épreuve de vérité et c’est à l’aulne des réactions qu’elle suscite au sein de l’Église qu’il forme peu à peu son opinion. La magnanimité à l’égard du clergé insermenté n’est plus de mise à partir du moment où les prêtres réfractaires refusent de lire au prône du dimanche les lois pourtant bienfaisantes pour le petit peuple de la campagne, le maintenant dans une noire ignorance de ce que la représentation nationale fait pour lui et, quand fort de leur ascendant spirituel, ils brandissent les flammes de l’enfer pour ceux des fidèles qui soutiendraient la Révolution. Les événements sanglants que produit à l’intérieur du pays la querelle religieuse, tandis que sur les frontières un feu roulant de balles et de boulets autrichiens, prussiens, anglais et autres belligérants s’abat sur les patriotes, contribuèrent à inverser ses sentiments. Derrière écrits et discours qui impulsent la campagne engagée début frimaire agissent à des degrés divers ces morceaux de vie que la mémoire fait remonter à la surface. La Raison doit désormais gouverner en lieu et place d’une foi qui n’a jamais été d’aucun secours, ni pour lui-même, ni pour d’autres. Tel paraît bien être les dispositions d’esprit dans lesquelles il se trouve à ce moment.

  • 477 Arch. nat., F7 3664, Directoire de La Rochelle à directoire du département de la Charente-Inférieur (...)
  • 478 Selon l’estimation du lieutenant de gendarmerie Dumarest lors de l’émeute de février 1792. Dumarest (...)
  • 479 Arch. mun. La Rochelle, 1i3/2, Registre de police, notes du 30 décembre 1792. « Parant, horloger, ( (...)

192Faire reposer sur les seules épaules de Lequinio, accessoirement de Laignelot, l’initiative et la responsabilité de la campagne antireligieuse en Charente-Inférieure, c’est occulter l’état des mentalités à La Rochelle et à Rochefort. Le directoire du district de La Rochelle, déjà le 1er juin 1792, faisait le constat « que la différence d’opinion en matière de religion avait depuis longtemps divisé notre ville477 ». Les flambées anti-réfractaires de 1791 et 1792 en étaient la preuve la plus spectaculaire. Surtout elles montrèrent qu’en face d’une foule hostile au clergé réfractaire atteignant parfois jusqu’à 800 citoyens478, les forces se faisaient rares pour le soutenir. S’était illustré, dans cette chasse aux réfractaires, Jean Parant qui continuait encore de l’animer en décembre 1792479. À l’automne 1793, lui et ceux qu’il influençait n’attendaient qu’un signe pour purger le sol de toute présence ecclésiastique, désormais réduite à peu de monde : une dizaine de prêtres constitutionnels à La Rochelle, un peu moins à Rochefort. Dans le pourtour rural de ces deux cités, sur le littoral et jusqu’aux confins du département, ils étaient plus nombreux.

  • 480 Le Moniteur universel, no 66, 6 frimaire an II (26 novembre 1793), t. XVII, p. 510. Extrait d’une l (...)
  • 481 Id.
  • 482 Jacques Léonard Goire-Laplanche (1755-1817), député de la Nièvre.
  • 483 Fouché (1759-1820), député de la Loire-Inférieure.
  • 484 Jean-Baptiste Joseph Gobel (Than (Haut-Rhin), 1er septembre 1727-Paris, 13 avril 1794), suffragant (...)
  • 485 M. Vovelle, La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être suprême, Paris, Éditions Complexe, (...)

193Lequinio ne rencontre aucune difficulté pour recruter des « prédicateurs » qui vont « vicarier » dans les premiers jours de frimaire an II480. « Ils font partout des prosélytes » et, de son point de vue, « si l’on avait pris cette mesure dans le commencement de la Révolution, nous n’aurions pas eu de Vendée481 ». Ce qui a lieu en Charente-Inférieure se retrouve dans le Cher avec le représentant Laplanche482, dans le Gers et dans la Meurthe avec Fouché483, pour finalement gagner la capitale où le 17 brumaire (7 novembre 1793) l’évêque constitutionnel Gobel484 renonce à ses fonctions suivi en cela, de 400 prêtres. Le 20 brumaire (10 novembre 1793), Paris célèbre à Notre-Dame la fête de la Raison. Mais, comme le souligne un historien, il faut admettre que le mouvement a pris corps « en province sous l’égide des représentants en mission », il n’est pas parti de Paris485. Lequinio semble avoir prudemment attendu que le mouvement dit « déchristianisateur » se déclenche ailleurs, pénètre dans la capitale, au vu et au su de l’Assemblée et du Comité de salut public, avant de s’engager dans cette voie, conscient qu’elle ne correspondait en rien à sa mission. Somme toute, il ne fait que suivre le mouvement, se mettant ainsi à l’abri d’éventuelles remontrances susceptibles de venir du pouvoir central. Les patriotes prononcés, à La Rochelle et à Rochefort, trépignaient d’impatience. Lequinio, qui ne pouvait longtemps leur opposer une résistance sans risque de perdre leur appui politique, libéra leur conscience et ouvrit grandes les portes devant leur envie d’en découdre avec le « fanatisme ». « Ce n’est point à Rochefort […] où se trouvent beaucoup d’hommes éclairés » que le clergé a pu s’octroyer de l’emprise sur les esprits et c’est pourquoi

  • 486 J.-M. Lequinio, « Réflexions », Guerre de la Vendée et des chouans, op. cit., p. 170.

« nous avons exercé nos premières armes dans de très petites bourgades isolées, séparées du continent ; c’est dans ces campagnes où l’ignorance et la superstition se sont maintenues dans toute leur force486 »…

194L’auteur de L’École des laboureurs dispose maintenant des moyens d’agir sur l’éducation du peuple. Il est d’ailleurs conforté dans son opinion sur la nocivité de la religion par ce qu’il découvre dans une cité du littoral. À Marennes,

  • 487 Id.

« le peuple se trouvait partagé en deux sectes à peu près égales en nombre, les protestants et les catholiques. Chacune de ces sectes avait un temple particulier, élevé dans la même bourgade ; chacune abhorrait parfaitement l’autre et lui vouait autant de mépris que de haine487 ».

195Une mesure radicale est prise : « Nous avons fermé les temples des deux superstitions ou plutôt nous les avons purifiés en y faisant pour la première fois entendre le langage de la fraternité sincère et de la vérité. » Protestantisme et catholicisme, deux façons d’appréhender et de pratiquer le christianisme, sont donc d’une égale malfaisance pour l’humanité et ruinent le sentiment de fraternité qui doit guider tout citoyen dans sa vie sociale.

196Le christianisme serait-il la seule religion à cultiver les antagonismes en abîmant l’esprit des citoyens ? À Angély-Boutonne, le 20 frimaire (10 décembre 1793), c’est contre le judaïsme que l’offensive est déployée. Le citoyen Alexandre Lambert, qui signe « juif et élevé dans les principes du culte judaïque », sous le regard intéressé de Lequinio, prononce un véritable réquisitoire : « Rabbins, curés, ministres, si vous tenez encore à vos serviles fonctions, fuyez la chaire de vérité que vous avez profanée par le mensonge. » Sont dénoncées

« les absurdités de la religion juive, cette religion dominatrice qui a donné naissance au mahométisme (sic), au christianisme, au protestantisme, enfin à toutes les absurdités qui, depuis si longtemps, ont désolé les quatre parties du monde ».

  • 488 Bib. hist. Ville de Paris, 960.429, A. Lambert, Discours de morale, prononcé le deuxième décadi, 20 (...)

197La collusion entre religion et pouvoir temporel est mise en évidence dans ses origines lointaines. « C’est chez les juifs qu’a commencé cet accord de la religion avec le royalisme ; ce respect servile des rois et encore plus des grands prêtres488… » Le judaïsme recèle en lui-même tout le malheur du genre humain :

  • 489 Id., p. 13.

« L’intolérance affreuse est encore de nos grands prêtres. Presque tous ceux qui n’étaient pas de leur secte devaient être exterminés. Cette religion, la mère des autres, porte donc dans son sein tous les caractères qui ont dégradé l’espèce humaine489. »

  • 490 Ibid., p. 22. « Nous, représentants du peuple français, envoyés dans la Vendée, la Charente Inférie (...)
  • 491 Arch. nat., F17 A1007, plaquette 3, pièce no 1263, Comité d’instruction publique. J.-M. Lequinio, D (...)
  • 492 Les Préjugés détruits, op. cit., chapitre II « Des préjugés », p. 36. « et le plus grand obstacle q (...)

198Lequinio, enthousiasmé par ce discours, ordonne, par un arrêté du 25 nivôse (14 janvier 1793), qu’il soit imprimé pour être diffusé490. De son côté Lequinio s’en prend à l’Islam, tourne en dérision les « belles houries des mahométans491 », traite Mahomet de « monstre audacieux, assez arrogant pour commander publiquement le carnage au nom du ciel » et plus encore : il « a fait de l’ignorance un article exprès de sa religion492… » Les cultes anciens ne sont pas épargnés, assimilés dans une sorte d’imposture universelle, aux religions du temps présent.

  • 493 Équivalent du paradis.
  • 494 Du bonheur, p. 4.

« La majestueuse face de l’Éternel et la puissance de Jupiter ; le tartare493 des anciens et l’enfer des nouveaux, notre paradis et les champs Élysées des grecs ; Satan, Lucifer, Minos et Proserpine : ce sont autant de chimères, également dignes du mépris de l’homme qui réfléchit, inventées par ceux qui avaient besoin de tromper le peuple pour le gouverner494… »

  • 495 Par exemple J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. VI, chapitre «  (...)

199Cependant, il n’était pas au pouvoir de Lequinio de fermer les mosquées et les synagogues ou de les transformer en Temple de la Vérité, faute d’en avoir à sa merci, ni de faire raser les ruines des temples grecs, pour la même raison, mais il est clair que son action n’est pas dirigée exclusivement contre le christianisme et la définition qui est habituellement donnée de la déchristianisation495 tombe d’elle-même, en tout cas pour ce qui le concerne.

200S’en prendre exclusivement au christianisme est une intention qui n’a pas même effleuré l’esprit de Lequinio. D’ailleurs ne consacre-t-il pas, dans son œuvre majeure, un chapitre entier à celui qu’il élève au rang de héros, chapitre qu’il maintient dans la troisième édition, confiée à l’imprimeur Capon à La Rochelle, tandis que la campagne dite « déchristianisatrice » bat son plein !

  • 496 Méd. La Rochelle, Ms 1271 C, J.-M. Lequinio, Préjugés détruits, La Rochelle, Vincent Capon, 1er niv (...)

« Il s’est dit fils d’un Dieu : qui des mortels oserait attester qu’il eut tort ? Il montra toujours des vertus ; il parla toujours la raison ; il prêcha toujours la sagesse ; il aima sincèrement tous les hommes et voulut du bien jusqu’à ses bourreaux ; il développa tous les principes de l’égalité morale et du patriotisme le plus pur ; il affronta tous les dangers ; il s’éleva contre les grands qui, de tout temps, ont abusé de leurs pouvoirs496… »

201Lequinio fait de Christ un modèle à suivre pour les patriotes qui l’entourent :

  • 497 Id., p. 267.

« Patriote du moment, regarde, si tu l’oses : est-ce là ton portrait ? Tu cries au bien public hé bien ! apprends à mourir et je vais croire à tes vertus, souffre d’être humilié, méprise la faveur populaire quand ta conscience trahirait tes paroles ; laisse-toi balloter, s’il le faut, par cette multitude amie du bien, mais si aisément séduite et si fréquemment victime des audacieux qui la flattent pour l’égarer497… »

202Puis est présenté le contre-modèle en forme de parabole, ce qui lui permet, par la même occasion de se valoriser en le fustigeant :

  • 498 Ibid., p. 267, paragraphe 2.

« Mais si la gloire est ta passion ; si tu parles pour être prôné (sic), si tu cours après la fortune, si tu préfères ton aisance à celle des malheureux […], va, fuis loin de moi, vil hypocrite ; va tromper les ignorants ; va te faire couronner par ceux que tu séduis […] va et me laisse adorer cet homme sincèrement patriote et qui aurait mérité vraiment d’être un dieu, puisqu’il ne travailla jamais que pour le bien des autres ; ce généreux philanthrope qui se sacrifia tout entier au bonheur public498. »

203Mais, entre faire le panégyrique de Christ et croire en un au-delà, en la résurrection, il y a tout un monde :

  • 499 Ibid., chapitre XXVIII « De l’Impiété », p. 281, 284 et 285. Ce chapitre est l’un des plus longs de (...)

« Je suis un impie, mon cher lecteur ; et je dis à chacun la vérité […]. Je suis un impie, car je crois fermement que trois font plus qu’un ; que le tout est plus grand qu’une de ses parties ; qu’un corps ne peut pas exister en mille endroits au même instant et se trouve entier dans mille portions détachées de lui-même ; je suis un impie car je ne crois jamais sur parole ce qui contredit les lumières de ma raison […]. Je suis un impie, surtout car je ne crois pas que pour s’être graissé le front et le bout des doigts avec de l’huile, pour s’être fait tondre le haut du crâne et pour porter les cheveux en rond […] un ignorant qui ne sait même pas conduire la charrue qu’il vient de quitter il n’y a que quelques mois, ait appris l’art des miracles et puisse à son gré faire descendre celui qu’il dit le maître de la terre et des cieux499. »

204Cela revient à nier le pouvoir spirituel du prêtre manifesté dans la transsubstantation.

  • 500 Du bonheur, op. cit., p. 4.
  • 501 J. Bart, « Le but de la société est le bonheur commun », Les déclarations de l’an I. Droits de l’ho (...)

205Rejet de son éducation chrétienne amorcé depuis quelques années, officialisé au milieu de l’été 1792 avec Préjugés détruits, le discours qu’il prononce le 11 brumaire (1er novembre 1793) à Rochefort dans le temple de la Vérité, ci-devant église Saint-Louis, se situe dans cette continuité : « Non, citoyens, il n’est point de vie future, non500… » Pour remplir le vide ainsi créé dans l’univers mental du citoyen, Lequinio a conçu un substitut. Sa conception du « Bonheur » n’est pas celle de Condorcet, pour qui ce bonheur est offert à chacun par des progrès qui doivent permettre de diminuer les maux auxquels la nature humaine est assujettie, et aussi par l’industrie, par les rapports avec les nations étrangères. Elle n’est pas celle de Sieyès pour qui le bonheur est celui des associés, ni davantage celle de Marat, pour qui la recherche du bonheur suppose la faculté de s’approprier un minimum de biens matériels501. « Frères et amis, je vais vous parler de ce qui vous intéresse tous… » À part les leçons de pédagogie politique données à Sarzeau devant les laboureurs assemblés, Du Bonheur est le premier discours que Lequinio prononce devant un auditoire populaire. Pour retenir l’attention, il recourt à un langage de proximité qui reproduit sensiblement celui de L’Adresse aux habitants des campagnes, texte écrit, mais à lire par d’autres, via la filière des sociétés populaires.

  • 502 Du Bonheur, op. cit., extraits des pages 2 et 3.

« Que voulons-nous tous ? Que cherchons-nous depuis l’instant où nous devenons capables de quelque volonté, jusqu’au moment où notre sang se glace […] ? Tous, en un mot, tant que nous sommes, grands ou petits, forts ou faibles, jeunes ou vieux, nous songeons au bonheur ; nous voulons être heureux et nous ne pensons qu’à le devenir502. »

206Campé dans son rôle de tribun, Lequinio sait toutefois se mettre à la portée des ouvriers des chantiers navals, des marins des équipages et autres petites gens de la cité rochefortaise. Pour autant, sur le fond, il ne transige pas avec ses convictions et ce qu’il estime être son devoir, en un mot, dire la vérité :

  • 503 Ibid., extraits des pages 4, 5 et 6.

« N’attendez pas que je vous parle ici des anges et des archanges, du paradis, des champs Élysées […]. Non, citoyens, il n’est pas de vie future, non […] ; lorsque la vieillesse durcit les fibres qui composent le tissu de nos vaisseaux, comme elle durcit les fibres de l’arbre qui végète ; le cœur n’est plus également élastique ; ses mouvements n’ont plus la même activité […] ; jamais il ne restera de nous que les molécules divisées qui nous formaient et le souvenir de notre existence passée. Ne songeons donc plus, citoyens à un bonheur imaginaire inventé par ceux qui voulaient aux dépens du peuple, se procurer toutes les jouissances réelles ; ne songeons point à être heureux quand nous ne serons plus ; soyons-le pendant que nous pouvons l’être, pendant que le mouvement nous anime et que nous respirons503. »

207Pour qui croit dans un univers céleste et à sa chance de pouvoir y accéder, le propos est brutal ; Lequinio le veut de manière directement proportionnelle à la révélation que fit le Christ : « Mon royaume n’est pas de ce monde. » Derrière le flot des accusations qui s’abattront sur le personnage au temps de la répression contre les « terroristes », il n’est pas impossible que s’y trouvent d’amères frustrations alors ressenties. Dans un deuxième temps, après avoir détruit une illusion, il s’efforce de guider le citoyen vers la source d’une félicité, laquelle ne peut être que terrestre. « Mais où faudrait-il chercher le bonheur ? Y en a-t-il de réel et d’absolu et que faire pour y parvenir ? » Puis il imagine les mauvais chemins dans lesquels peut se fourvoyer le commun des mortels :

« L’un, dit-on, met son bonheur à jouir d’une grande fortune, l’autre à étaler un luxe puissant, un troisième avec une belle femme pour être heureux ; celui-ci aime la table, celui-là le jeu […], chacun se fait un bonheur à sa manière »,

  • 504 Ibid., p. 7.
  • 505 Ibid., p. 10.

mais alors « ce qui rend heureux un homme, ferait le malheur de son voisin ; tel est le langage vulgaire ». Ceux qui parlent ainsi « ont confondu leurs passions et leurs plaisirs avec le bonheur et c’est le moyen inévitable de n’être jamais heureux […]. Le bonheur n’existe donc point dans les jouissances personnelles504 ». Pas davantage l’homme peut être heureux en demeurant à l’état sauvage, coupé des autres, car il s’expose à mille risques et tentations qui engendreront les pires tourments et en dénonçant cette tentation, Lequinio amorce le dernier temps de sa démonstration : « L’homme ne peut donc être vraiment heureux que dans la société505. » Puis il dessine petit à petit le portrait du citoyen qui s’engage sur la voie du bonheur. Ce doit être un homme social en ce qu’il trouve « dans la société force morale et physique qu’il ne pourrait acquérir dans l’état d’isolement du sauvage ». Mais encore faut-il qu’il se plie à certaines règles de la vie en société : il rejettera l’orgueil parce qu’alors ou bien « il ne pourra point atteindre son but ou bien (s’il l’atteint) il deviendra l’objet de la haine universelle ». De même il devra vaincre « paresse et nonchalance » car, fatalement, il serait « l’objet du mépris général ». Et cela vaut aussi pour l’homme fortuné qui se croit dispensé du moindre effort pour autrui.

208Aussi, dans la doctrine lequinienne, le bonheur passe par le civisme. Puis c’est un appel à la conscience de classe, en tout cas à ce qui en est proche :

  • 506 Ibid., p. 11, extrait.

« L’homme riche domine encore la société et tient dans un état de subordination ceux qui lui procurent sa fortune. A-t-il su travailler ses champs dont il se dit propriétaire ? A-t-il su construire ce vaisseau qui est allé lui chercher à l’autre bout du monde les marchandises qu’il vient vendre au triple dans son pays506 ? »

  • 507 Ibid., p. 12.

209Mais, « malheureusement le peuple n’a pas encore assez réfléchi pour sentir fortement ces vérités507 ». Ainsi le bonheur passerait-il, en quelque sorte, par la lutte des classes ? Il n’insiste pas et referme ce volet pour retourner à l’individu car

« la révolution morale chez le peuple réuni en masse, si elle ne se faisait aussi dans les esprits et dans le cœur de chacun, l’ordre général de la société pourrait jusqu’à un certain point être bon (sans toutefois) que chacun des individus qui la compose put trouver le bonheur ».

210Cette marche arrière opérée promptement paraît destinée à ne pas indisposer une bourgeoisie avec laquelle, par nécessité, le régime doit composer. Aux citoyens en état de subordination de faire prospérer cette esquisse rapide d’une société égalitaire.

  • 508 Ibid., p. 13, extrait.
  • 509 Ibid., p. 13 à 22.
  • 510 Ibid., p. 14.

211« Où doit-il (le citoyen) donc le (le bonheur) chercher ? Au-dedans de lui-même, dans le fond de son cœur, dans l’abnégation de soi-même, dans le travail et l’amour des autres. Voilà tout le secret508. » Ces concepts moraux nécessitent quelques éclaircissements. Lequinio y consacre le reste de son discours509. En résumé : « Par le travail l’homme se rend indépendant… » ; « il conserve sa santé ; ses forces politiques et le développement de ses facultés morales ; il se rend nécessairement utile aux autres et se rend, malgré eux, possesseur de leur estime510 ».

  • 511 Ibid., p. 14-18.

« Par l’abnégation de soi-même, l’homme maîtrise tout ce qui l’environne en s’élevant au-dessus de toutes les circonstances ; son âme prend de la cherté (sic) ; il sait souffrir, et les intempéries des saisons, et la vicissitude de la fortune, et l’inconstance des orages politiques, et les dérangements mêmes de sa constitution physique ; on le trouve toujours impassible, insusceptible d’abattements et incapables de malheur511… »

  • 512 Ibid., p. 19-22.

« L’homme qui veut le bonheur des autres est nécessairement père tendre, ami sincère, fils reconnaissant, époux fidèle et maître indulgent ; il voit ses domestiques comme ses égaux qui veulent bien lui louer leurs bras, il les traite comme ses amis ; il voit tout le monde sourire autour de lui parce qu’il sourit lui-même à tous ceux qui l’entourent ; il réunit dans ses jouissances la félicité de tous les autres […]. L’homme qui est avidement épris du bonheur des autres est nécessairement patriote ; il abhorre l’oppression qui rendait la multitude malheureuse512… »

212Sans doute cette partie de la doctrine lequinienne est-elle quelque chose de puéril au regard de celles soigneusement élaborées par les grands esprits du temps présent et ceux qui les ont précédés dans le siècle des Lumières, mais Lequinio a fait le choix, dès son premier essai paru en novembre 1789, de parler en homme simple pour de simples citoyens de la campagne, puis ceux de la ville.

  • 513 Arch. dép. Deux-Sèvres, Société populaire. Comité de correspondance. Rigaudon à société populaire d (...)
  • 514 Arch. nat., F17A 1007, plaquette 3, pièce no 1263, Mention portée au bas du texte signé Bertouy, pr (...)
  • 515 Le Moniteur universel, 16 brumaire an II, t. XVIII, p. 348. Lequinio et Laignelot à Convention nati (...)
  • 516 Arch. nat., DIII. 351, Arrêté du 8 brumaire an II (29 octobre 1793).
  • 517 Arch. dép. Charente-Maritime, L1204, séries judiciaires, Contre O’Ryan et Aunis Garnier.
  • 518 Id., et Arch. mun. Rochefort-sur-Mer, Tribunal criminel révolutionnaire de Rochefort, registre des (...)

213Membre de la société populaire de Niort, le citoyen Rigaudon, là par hasard ou venu exprès, est enthousiasmé : « Le bandeau de l’erreur est déchiré513. » De son côté la société populaire de Rochefort « arrête par acclamations que le discours de Lequinio sera imprimé à ses frais pour être envoyé dans tous les départements514 ». La mise en pratique de cette idéologie nouvelle passe logiquement par la suppression des cultes, non pas seulement la fermeture des églises et des temples comme à Marennes, mais aussi par la suppression de tout enseignement religieux. Dès lors, et logiquement, s’impose la mise à l’écart des prêtres et des pasteurs. Le 5 brumaire (6 novembre 1793) Lequinio et Laignelot se flattent auprès de la Convention que « huit bénisseurs du culte catholique et un ministre du culte protestant viennent de se déprêtriser jeudi dernier, jour de la décade, en présence de tout le peuple rassemblé dans le Temple de la Vérité515 ». Cette dépossession du pouvoir que tenait jusqu’alors le clergé sur les esprits est d’autant plus nécessaire que le constat est fait que « les prêtres assermentés sont tout aussi coquins que ceux qui ont refusé le serment516 ». Le propos se réfère implicitement au comportement du prêtre assermenté O’Ryan, membre du Club des jacobins de Saint-Martin de Ré, qui a monté une cabale contre le commandant de la garde nationale de Loix en Ré où il officie principalement, lui prédisant que, si obligé de faire le service de la garde nationale, il ne pouvait dire la messe, « les femmes viendraient l’égorger et mettre le feu chez moi517 » proteste le plaignant. Le comité de surveillance de Saint-Martin de Ré ajoute qu’O’Ryan se comporte « en désorganisateur », « tente de soulever les paroissiennes contre la représentation nationale ». Des investigations amènent la découverte de « linges, chasubles, toute la décoration d’un prêtre pour dire la messe », outre deux pistolets et un sabre, le tout dissimulé chez deux paroissiens. Pour ces faits et quelques autres, le prêtre constitutionnel O’Ryan est condamné à mort avec son domestique le 17 pluviôse an II518 (7 février 1794).

  • 519 Arch. dép. Charente-Maritime, L1322, Société populaire d’Ars en Ré, registre des séances, séance du (...)
  • 520 Arch. mun. Saintes, Journal de Marillet, op. cit., t. III, p. 324. « Robinet, qui a abdiqué honteus (...)

214Le mouvement des déprêtrisations, qui avait commencé quelques jours avant le discours célébrant Le Bonheur s’accentue les jours suivants. Jean Parant dirige l’équipe chargée d’obtenir les lettres de prêtrise dans l’ile de Ré, ce en quoi il se heurte à la résistance du Club des jacobins d’Ars auquel le curé de la paroisse a adhéré519. Le langage du leader des radicaux de la société populaire est rude et sans nuances. Les prêtres, à raison même de leur sacerdoce, sont qualifiés « d’hommes faux qui n’ont jamais voulu que tromper l’espèce humaine ». Ailleurs ils subissent une avalanche d’épithètes avilissantes passées dans le langage courant des nouveaux prédicateurs : « Monstres qui de tout temps ont tenu la multitude dans l’ignorance et l’aveuglement », « le métier de prêtre c’est-à-dire le métier de lâche, de trompeur, de scélérat, de traître ». Ce climat d’animosité est doublé de vexations mais aussi d’incitations à abdiquer, « à se déprêtriser ». Une pension de 1 200 livres, prise sur la caisse du district, est octroyée contre remise de la lettre de prêtrise, une offre qui trouve preneur assez spontanément aux dires du député breton, aussi bien à Marennes qu’à Rochefort, La Rochelle et Saintes, siège du diocèse. L’évêque Robinet et son vicaire général, Lacarnault, ne manquent pas de réclamer leur dû, ce qui scandalise la bourgeoisie dévote520. Le clergé d’origine étrangère, irlandaise exclusivement, se voit accorder en contrepartie de la remise des lettres de prêtrise, la liberté d’aller et de venir par dérogation à l’article 3 de la loi sur les suspects. Tout prêtre qui se déprêtrise bénéficie d’un droit de préemption sur son presbytère.

  • 521 Le Moniteur universel, no 68, 2 frimaire an II (28 novembre 1793), t. XVIII, p. 525. Lequinio et La (...)
  • 522 Arch. mun. Rochefort, Bureau municipal, registre, actes, délibérations, déclarations.
  • 523 J. Gerard, L’église constitutionnelle dite nationale dans les pays de Charente (1790-1802), Paris, (...)
  • 524 M. Vovelle, La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être suprême, op. cit., p. 120.
  • 525 J. Gerard, L’église constitutionnelle dite nationale…, op. cit., p. 88. Il situe la moyenne nationa (...)

215Les lettres de prêtrise sont déposées dans la mairie de chaque commune puis adressées au conseil général de Rochefort où Lequinio, qui s’y trouve domicilié pratiquement depuis le début de sa mission, peut contrôler les effets des mesures prises. Puis elles sont brûlées solennellement. Ainsi le 30 brumaire (20 novembre 1793), place de la Révolution, offrant aux citoyens la satisfaction d’y jeter les livres religieux trouvés ici et là, « cinq à six mille ». C’est un « autodafé qui s’est fait aux acclamations universelles et au milieu des chants républicains » se flattent les deux représentant en mission521. Au total 155 lettres de prêtrise sont centralisées entre les mains du fonctionnaire du Bureau municipal de la commune de Rochefort522. Ce chiffre ne donne pas la mesure exacte de la réalité car il faut admettre, avec un auteur, « qu’une partie du clergé assermenté se contenta de quitter les fonctions curiales, disparaissant en quelque sorte dans l’anonymat du peuple523 ». Un historien estime à 98 % les abdications en Charente-Inférieure, placée en tête des départements où la déchristianisation a sévi524. Cette apostasie massive trouve deux interprétations : les uns y décèlent l’œuvre de la Terreur qui, ici, aux mains « de cruels tyrans » a élevé la moyenne nationale525 ; d’autres y voient

  • 526 P. Lemonnier, « Le clergé de la Charente-Inférieure pendant la Révolution », Archives historiques d (...)

« la foi bien peu ardente de ceux dont la première lâcheté fut de prêter serment et qui, dans la droite ligne de leur reniement, se saisissent de la première occasion venue pour en commettre le dernier acte526 ».

  • 527 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des délibérations, séance du (...)
  • 528 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, op. cit., séance du 27 brumaire an II,
  • 529 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1322, Société populaire d’Ars en Ré.
  • 530 J. Manson, Les souvenirs de mon bisaïeul, 28 octobre 1890, texte inédit publié dans Les Cahiers d’H (...)
  • 531 Coercition ?
  • 532 J.-M. Lequinio, « Préface » et « Notes de bas de page », Les préjugés détruits, 3e édition, op. cit
  • 533 Décret L6, 646 ; B37, 174, Collection des lois, décrets, ordonnances…, t. VI, p. 33.

216Ce vide spirituel jette toutefois un trouble au sein de la population dont les croyances et les habitudes mentales sont fortement bouleversées. À La Rochelle, quand les curés Barret et Leroy, desservant deux des cinq paroisses intra-muros, Saint-Barthélémy et Saint-Sauveur, remettent au conseil général de la commune « leur lettre de démission », les élus s’inquiètent de ce que les citoyens seront « laissés sans aucune instruction morale » et redoutent « des mouvements dangereux527 ». Ils sont d’autant plus à craindre qu’il faut relier cette privation de liberté religieuse à la situation angoissante que vit au quotidien la population rochelaise en proie à la famine et à la contagion microbienne et, en plus, supportant tout le fardeau d’une base de l’arrière-front face à la Guerre de Vendée. Aussi, pour combler ce néant et « maintenir l’ordre et les vertus sociales » dont la religion était tenue pour être, au moins en partie le garant, le conseil général de la commune envisage de fonder « un établissement d’instruction ou de prédication de morale et de patriotisme528 ». La société populaire d’Ars en Ré constitue le 10 frimaire (30 novembre 1793) une « commission de morale » chargée d’animer des cours d’éducation civique avec obligation tant pour les adhérents que pour les citoyens des tribunes de porter la cocarde tricolore ; en outre une amende est infligée à ceux qui arriveraient en retard529. Dans les communes rurales du pourtour de La Rochelle, le nouveau culte pénètre difficilement. À Montroy, distante de trois lieues, le 30 frimaire (20 décembre 1793), la fête de la vieillesse, peu goûtée par la population locale est l’occasion d’un acte de vandalisme : le calvaire planté au lieudit Le moulin rompu est « promptement mis en pièces » sous prétexte que les matériaux serviront d’estrade tandis que le doyen de la commune « est affublé d’ornements sacerdotaux530 ». Lequinio reconnaîtra volontiers avoir rencontré, lui et ses auxiliaires, des résistances et que certains, face à cette situation, se comportèrent avec brutalité. Il assure que, toutefois, « ni la moindre co-action531 envers le peuple, ni la moindre injure envers les individus » ne furent tolérées et quand des vexations furent commises par « des commissions de propagande », il s’empressa de les « casser ». Il reconnaît qu’il y eut des propagandistes « maladroits ou perfides (qui) faillirent provoquer de grands désordres532 ». Le phénomène s’étant probablement produit en bien d’autres lieux, la Convention prend un décret le 18 frimaire « relatif à la liberté des cultes » dont l’article premier pose l’interdiction « de toute violence et mesures contraires à la liberté des cultes533 ».

217Le 1er nivôse an II (21 décembre 1793), à Saintes, Lequinio prend un arrêté qui porte « règlement » des cultes et dont le préambule laisse présumer du contenu.

  • 534 Arch. nat., DIII. 351, J.-M. Lequinio, Aux citoyens de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Charente (...)

« Des scélérats, qui depuis si longtemps, étaient habitués à mentir au peuple tentent encore de faire jouer leur ressort hypocrite pour conserver la considération dont ils jouissaient et les émoluments qu’ils percevaient sur l’imbécillité publique534… »

218Sont visés les prêtres constitutionnels qui n’ont pas abjuré et ceux qui, ayant abjuré, sont devenus prédicateurs de morale, mais sous couvert de ce titre, continuent de prêcher l’ancien culte : « Ils ramènent toujours le peuple qu’ils ont promis d’éclairer au tissu d’absurdités inintelligibles que leurs prédécesseurs leur avaient transmises… » Un sentiment mêlé d’impuissance, en raison de l’échec qu’il constate, et d’amertume car sa confiance a été trahie, guide sa plume : « Celui-là est un tyran qui veut soumettre l’opinion des autres à la sienne… » proclame-t-il. Puis il lance cet appel : « Citoyens, occupons-nous de consolider notre liberté par l’instruction… » L’instruction, à n’en pas douter, est une préoccupation constante chez le personnage. En attestent : L’École des laboureurs parue en juillet 1790, L’opinion sur l’instruction publique, texte défendu devant la Convention nationale, fin août 1793, et de nombreuses contributions notoires tel que par exemple son Plan sur l’éducation nationale édité la même année. S’exprime à travers lui un laïc radical, en avance sur son temps. Sa pensée profonde est que tout individu doit toujours agir selon son libre arbitre, s’opposer à toute force qui tende à orienter son esprit plutôt que de faire évoluer son esprit par un savoir utile à son épanouissement. Partant de là, les instructeurs feront l’objet d’une sélection sévère, c’est-à-dire « d’après l’examen et le consentement exprès par écrit des représentants du public (sic) » (article 8 du règlement) et un « certificat d’aptitude » leur sera alors délivré. Par contre, une fois admis « dans la fonction publique », « ceux d’entre eux qui se mêleraient des troubles ou les exciteraient seront punis de mort » (article 9).

  • 535 Arch. nat., AF. II/37.
  • 536 Id.
  • 537 Méd. La Rochelle, Ms 639, folio 241, Lequinio à Comité de salut public, Rochefort, 1er pluviôse an (...)

219Selon la procédure habituelle, Lequinio transmet un exemplaire de l’arrêté au Comité de salut public. Il lui est retourné avec cette mention manuscrite de Saint Just au verso : « Tu aurais dû pressentir que moins que toutes autres les opinions religieuses cèdent à la force535. » On trouve aussi cette mention écrite de la même main : « Écrire à Lequinio qu’en révolution la philosophie doit être d’accord avec la politique quand on ne veut pas tout perdre en soulevant l’opinion contre soi536. » Lequinio paraît ne pas comprendre ces réprimandes qui, toutefois, l’interpellent. C’est seulement le 1er pluviôse (20 janvier 1794) qu’il réagit en insistant sur deux points : d’une part il n’a voulu que « prêcher la tolérance » ; d’autre part « la liberté des cultes est celle de les exercer, non celle de forcer les autres à les exercer en les séduisant et en les y contraignant par la force et la magie d’une éloquence perfide537 ».

  • 538 M. Biard, Missionnaire de la République, op. cit., p. 541. L’auteur cite Arch. nat., X/643.

220Le 15 pluviôse an II (3 février 1794) Lequinio est rappelé par le Comité de salut public538.

Notes

1 J. Guiffrey, Les conventionnels. Liste par département et par ordre alphabétique des députés et des suppléants à la Convention nationale dressée d’après les documents originaux. Archives nationales avec nombreux détails biographiques inédits, Paris, Éditions de la Société de l’histoire de la Révolution, 1889, p. 40.

2 Décret L11, 489 ; B24, 1081 du 20 septembre 1792 « qui détermine les causes, le mode et les effets du divorce ». Cf. Recueil des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. IV, p. 476-488.

3 Décret L11, 535 ; B24, 1055 « relatif au mode de restitution des biens des religionnaires fugitifs ». Cf. id., p. 488.

4 Décret B25, 1 du 20 septembre 1792 « sur la vérification des pouvoirs des députés » ; B 25, 2 « déclaration de la Convention nationale sur la constitution de la Convention » ; B 25, 2 « sur la nomination du président et des secrétaires » ; B25, 2 « qui indique la réunion de la Convention au lendemain ». Cf. id., t. V, p. 1.

5 Décret L 11, 556 ; B25, 3 du 21 septembre 1792. Cf. id., t. V, p. 1.

6 J. Michelet, Histoire de la Révolution française, op. cit., t. IV, p. 12.

7 Id, p. 12.

8 J.-M. Lequinio, Préjugés détruits, op. cit., p. 33. Note au bas de cette page.

9 Id., le manuscrit ne fut édité que le 22 septembre 1792, donc bien après l’événement du 10 août. La faute en est aux « embarras de la presse (qui) en ont retardé la sortie », ce qui, proteste-t-il, a « failli de me déterminer à jeter en entier le livre au feu ».

10 Le Moniteur universel, no 243, mardi 4 septembre 1792, t. XIII, p. 602 et Archives parlementaires, t. 49, p. 216.

11 Il s’agit pour l’essentiel de proches collaborateurs du roi, notamment du ministre Montmorin et de prêtres réfractaires.

12 Voir notamment sur un plan général, G. Rude, La foule révolutionnaire, Paris, Fayard, 2007 et sur un événement particulier, C. Valin, Autopsie d’un massacre. Les journées des 21 et 22 mars 1793 à La Rochelle, Saint-Jean d’Angely, Éditions Bordessoules, 1992.

13 Archives parlementaires, t. 49, p. 21.

14 Sur les massacres de septembre voir notamment, F. Bluche, Septembre 1792. Logiques d’un massacre, Paris, Laffont, 1986 et P. Girault De Coursac, Septembre 1792. La mort organisée, Paris, Guibert, 1994.

15 Au chapitre XXII des Préjugés détruits, intitulé « De la guerre ».

16 J.-P. Bertaud, Valmy, Paris, Julliard, 1989. Description de la bataille avec carte et plan.

17 Décret B25, 1, « Sur la vérification des pouvoirs des députés », 20 septembre 1792. Cf. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements,…, op. cit., p. 1.

18 Arch. dép. Morbihan, 3ES 240-4, p. 7.

19 Décret L11, 564 ; B25, 6 du 22 septembre 1792 « relatif au renouvellement des corps administratifs, municipaux et judiciaires ». Cf. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements…, op. cit., t. V, p. 2. « La Convention nationale décrète que les corps administratifs, municipaux et judiciaires, les juges de paix et leurs greffiers, seront renouvelés en entier, sauf la faculté de réélire ceux qui auraient bien mérité de la patrie ; déclare que le peuple a le droit de choisir ses juges indistinctement parmi tous les citoyens ; décrète que les renouvellements faits par les corps électoraux et par les assemblées primaires dans les corps administratifs, municipaux et judiciaires sont confirmés. »

20 Décret LB25, 563 ; 10 du 23 septembre 1792, cf. id., p. 3.

21 Décret L11, 563 ; B25, 13 du 23 septembre 1792, ibid., p. 3.

22 Décret L11, 563 ; B25, 14 du 25 septembre 1792, ibid., p. 4.

23 Décret L 11, 570 ; B25, 15 du 25 septembre 1792, ibid., p. 4.

24 Arch. nat., AFII* 9, séance du 15 octobre 1792.

25 Philippe François Nazaire Fabre dit Fabre d’Eglantine (Carcassonne, 28 juillet 1750-Paris, 5 avril 1794), acteur ambulant, fit représenter un opéra-comique ; s’établit à Paris et fait représenter ses pièces au Théâtre français et au Théâtre italien. Dès 1789, il se lie avec Danton et Camille Desmoulins au club des cordeliers, devient secrétaire à la Justice lorsque Danton en est ministre. Il est élu à la Convention par le département de Paris.

26 Antoine François Hardy (Caen 1748-Paris 1823), issu d’une famille protestante, exerce l’art de la médecine à Caudebec puis à Rouen où il se trouve au moment de la Révolution. Il est l’un des fondateurs du club des amis de la Constitution. Il est élu député à la Convention par le département de la Seine-Maritime.

27 A. Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, Paris, Payot, 1973, t. I, p. 98. L’assemblée électorale de Seine-et-Oise revint à la charge le 19 novembre dans une pétition qui eut un grand retentissement. L’orateur qui la lut à la barre était le futur conventionnel Goujon, qui figurera parmi les derniers Montagnards, alors procureur général syndic du département. Pour la première fois le problème est posé avec franchise dans toute son ampleur et la question des salaires liée à la question des subsistances : « Citoyens, le premier principe que nous devons vous exposer est celui-ci : la liberté du commerce des grains est incompatible avec l’existence de notre République. De quoi est composée notre République ? D’un petit nombre de capitalistes et d’un grand nombre de pauvres. Qui fait commerce des grains ? Ce petit nombre de capitalistes. Pourquoi fait-il le commerce ? Pour s’enrichir. Comment peut-il s’enrichir ? Par la hausse du prix des grains dans la revente qu’il fait aux consommateurs. Mais vous remarquerez aussi que cette classe de capitalistes est propriétaire, par la liberté illimitée, maîtresse du prix des grains, elle l’est aussi de la fixation de la journée du travail ; car, chaque fois qu’il est besoin d’un ouvrier il s’en présente dix et le riche a le choix ; or, ce choix, il le porte sur celui qui exige le moins… »

28 Id., p. 99.

29 Décret B26, 24, « concernant les subsistances pour Paris ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 67-68.

30 Jean-Marie Rolland de la Platière (Villefranche 19 février 1734-Paris 15 novembre 1793), inspecteur général des manufactures lorsqu’éclate la Révolution, se lie au Club des jacobins avec Pétion, Buzot, Brissot et quelques autres et, grâce au salon que tient sa femme, Mme Rolland, il exerce une influence de plus en plus grande sur les girondins. En mars 1792, Louis XVI lui confie le portefeuille de l’Intérieur et l’un de ses premiers actes fut la fondation d’un journal placardé en affiche, La Sentinelle. Ecarté du pouvoir le 13 juin, il y est rappelé après la journée du 10 août, cette fois avec les girondins et reprend le portefeuille de ministre de l’Intérieur.

31 Décret B26, 24 du 6 décembre 1792, « concernant les subsistances pour Paris ». « La Convention nationale, après avoir entendu la lecture d’une lettre du ministre de l’Intérieur, et sur la proposition de l’un de ses membres qui a converti la proposition du ministre en motion, décrète que le ministre de l’Intérieur est autorisé à envoyer sur toutes les routes qui aboutissent à Paris la gendarmerie, à l’effet d’arrêter toute personne qui s’opposerait au libre accès des voitures chargées de subsistances, de conduire les personnes ainsi arrêtées en flagrant délit à Paris, pour être jugées par le tribunal criminel du département. » Cf. Collection complète des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 67.

32 Décret L12, 314 ; B26, 21 du 6 décembre 1792 « qui accorde des récompenses aux dénonciateurs concernant les subsistances ». Cf. id., p. 68.

33 Bib. nat., LE38-2349, Convention nationale. Opinion de Lequinio député du Morbihan sur les subsistances, imprimée par ordre de la Convention nationale.

34 Id. p. 2.

35 Ibid., p. 3.

36 Ibid., p. 4.

37 Ibid., p. 6

38 Jacques René Hébert (Alençon, 15 novembre 1757-Paris, 24 mars 1794), publiciste, membre du Club des cordeliers, par un concours de circonstances et de collaborations diverses, créé avec le père Duchesne, en 1790, l’un des plus célèbres journaux de l’époque révolutionnaire, une feuille dans laquelle il appelle continuellement à l’insurrection, à la violence voire au meurtre, écrite dans un style délibérément vulgaire mais capable d’être lue comme il le disait « par de pauvres bougres » parce que « il faut jurer avec ceux qui jurent ».

39 Jacques Roux (Saint-Cibard-de-Pransac, 21 août 1752-Paris, 20 janvier 1794), second des douze enfants de Gratien Roux, lieutenant d’infanterie, puis juge assesseur au marquisat de Pransac, appartient à une famille aisée. Après de bonnes études au séminaire d’Angoulême, il est tonsuré à l’âge de 15 ans et pourvu d’un canonicat à Pransac en 1767. Cinq ans plus tard, à l’âge de 20 ans, il enseigne comme auxiliaire des lazaristes dans le séminaire où il avait fait ses études, occupe la chaire de physique puis celle de philosophie. Il quitte le diocèse d’Angoulême pour celui de Saintes vers 1785, se voit confier la cure de Cozes où il ne reste qu’un an puis celle de Saint-Thomas de Conac où la Révolution vient le surprendre alors qu’il est âgé de 37 ans. Il est à Paris au début de 1791, fréquente assidûment le club des cordeliers, se lie à Marat, loge chez lui, puis s’en sépare. Il écrit un Discours sur les moyens de sauver la France et la Liberté dans lequel il esquisse les idées et les revendications sociales qu’il développera ensuite et qui lui vaudront de devenir le chef incontesté du groupe des enragés. Cf. A. Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, op. cit., t. I, p. 119-133. Sur le personnage voir aussi A. Berland, Un grand révolutionnaire charentais. Jacques Roux (1752-1794). Ses débuts en Angoumois et en Saintonge, Paris, Bruno Sépulchre, 1988.

40 On dispose d’assez peu d’éléments sur le personnage. Albert Matiez le décrit comme issu d’une bonne famille – au sens où il est relativement fortuné, possède un revenu annuel de 5 800 livres « tant de son bien propre que de son emploi de commis à la Grande Poste », – originaire de Paris, assiste à toutes les séances importantes de la Constituante et après Varennes se fait orateur et tribun, dénonce La Fayette : « Un scélérat, un traître à la patrie. » Le 6 août 1792, il rédige et présente en son nom une pétition à la Législative pour demander la déchéance de Louis XVI. Après l’insurrection du 10 août, il est nommé électeur, mais assez vite sa prédication patriotique se fait anti-parlementaire, il se défie des conventionnels, même montagnards, il craint qu’ils ne forment une oligarchie de politiciens et qu’ils ne détournent à leur profit exclusif la souveraineté populaire. Cf. La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, op. cit., p. 117-118.

41 Opinion de Lequinio député du Morbihan, sur les subsistances…, op. cit., p. 9.

42 Arch. nat., AFII9, Reproduction de l’écrit sur le registre des procès-verbaux de séances du Comité d’agriculture, p. 13 recto.

43 Id., « le citoyen Rolland s’est rendu au comité et a consulté sur l’état des subsistances de la capitale, il a attribué la pénurie au défaut de circulation […]. Cette opinion a été combattue par un membre qui lui a objecté que la crainte n’était pas la seule cause de la rareté, que la cupidité du fermier, son peu de confiance au papier monnaie, l’empêchaient de vendre, qu’en conséquence il était nécessaire de le contraindre à porter au marché ce superflu que son avidité lui faisait conserver… »

44 Ibid., Registre des procès-verbaux de séances, séance du 15 décembre 1792. « Le citoyen Lequinio a fait rapport de la pétition du citoyen Quinette qui offre de construire une digue sur le bord de la mer dans le département de l’Ille-et-Vilaine. Il s’engage à faire à ses frais cet ouvrage, à l’entretenir, à tracer le nouveau lit de la rivière le Couasnon… »

45 R. Dupuy, De la Révolution à la chouannerie, op. cit., p. 264.

46 Id., p. 264-271.

47 Bib. nat., LB41-2338, Affaire de l’Orient. Le dossier comprend :
– une lettre de la société des amis de la liberté et de l’égalité de Lorient en date du 11 octobre 1792 signée du président et du secrétaire, « certifiée véritable » le 17 octobre 1793 par les cinq membres qu’elle a députés à Paris en la personne de Cosson, Puchelberg, Godin, Deschiens et Garnier ;
– une réponse à cette lettre en date du 20 octobre 1792 signée de Le Mailland, Rouault, Gillet, Lequinio, Lehardi, Corbel et, « comme ayant été d’un avis contraire » Michel ;
– une attestation en date du 20 octobre 1792 signée Mouquet et Jacques de la Bézardais.
– un écrit à suivre de ce témoignage signé « Lequinio, député du Morbihan, membre de la Convention » ;
– une lettre de Lequinio du 3 novembre 1792 « AUX AMIS DE LA REPUBLIQUE (en majuscules et en italiques dans le texte) et au conseil général de commune de Lorient ».
L’ensemble de ces documents a été imprimé à Paris, chez Guérin, rue des Boucheries, près le Palais royal.

48 Pitre-Chevalier, Bretagne et Vendée. Histoire de la Révolution dans l’Ouest, op. cit., p. 303. Cette description, certes inspirée par des sentiments peu favorables à la foule révolutionnaire, est néanmoins plausible. Jusque dans leurs détails, les actes commis, sont identiques à ceux qui le furent en un autre lieu, à la même époque, sensiblement dans le même contexte, qu’il nous a été de connaître à partir des archives judiciaires de la Charente-Maritime. Cf. C. Valin, Autopsie d’un massacre. Les journées des 21 et 22 mars 1793 à La Rochelle, Saint-Jean d’Angely, Bordessoules, 1992.

49 Affaire de l’Orient, lettre de la société des amis de la liberté et de l’égalité du 11 octobre 1792 à la Convention.

50 Id.

51 Ibid., attestation du 20 octobre 1792 signée Mouquet et Jacques de la Bézardais.

52 Ibid., texte de Lequinio à suivre de l’attestation, p. 4 de l’imprimé.

53 Ibid., p. 5.

54 Ibid., p. 6.

55 Ibid., p. 6 et 7. « On a vu souvent faire cent lieues pour faire éclater l’innocence des accusés ou pour demander la grâce des coupables ; mais on n’avait point encore vu faire cent lieues pour presser le jugement et la mort de malheureux, et surtout dans une affaire aussi directement relative à la Révolution. C’est une infamie qui répugne à l’homme sensible et à l’être pensant, et qui ne peut convenir qu’à l’orgueil aristocratique de la fortune. »

56 Ibid., 2e imprimé. « Citoyens et compatriotes, vous, la société des amis de la République et vos cinq mandataires auprès de la Convention nationale, m’avez calomnié dans trois pièces différentes, imprimées et distribuées à la Convention, vous m’avez accusé d’avoir fait un rapport faux de l’affaire Gérard. La Convention vient de faire justice de cette calomnie par l’extinction de la procédure dont je n’avais, au nom de la députation du Morbihan, demandé que la suspension… »

57 Ibid., 2e imprimé, p. 5.

58 Ibid., lettre de Lequinio, 3 novembre 1792, 2e imprimé, p. 11.

59 J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 11.

60 A. Soboul (présenté par), Le procès de Louis XVI, Paris, Julliard, 1966, p. 9. « Que Louis XVI n’eut jamais accepté Quatre-vingt-neuf, sa fuite, au matin du 21 juin 1791, l’avait démontré : Varennes déchira le voile », p. 9.

61 J.-M. Lequinio, Les préjugés détruits, op. cit., p. 167-177.

62 Allusion évidente à la loi du 25 septembre 1791 créant le Code pénal.

63 Les préjugés détruits, op. cit., p. 167.

64 C. Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des philanthropes, Paris, CTHS, 1993, t. I, p. 177. « Les principes du texte (Code pénal) sont ceux de la philanthropie des Lumières, égalité et légalité des peines, humanisation des châtiments, abolition de toutes tortures et tourments. »

65 Décret L6, 110, 25 septembre 1791, cf. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. III, p. 352.

66 Voir sur ce point V. Rousseau-Lagarde, D. Arasse, La guillotine dans la Révolution, catalogue de l’exposition du musée de la Révolution française-Vizille, 1987.

67 Préjugés détruits, op. cit., p. 168.

68 Id., p. 170.

69 L’insurrection du 10 août crée en effet une situation politique marquée par l’existence à Paris de deux pouvoirs concurrents et très vite opposés : la commune insurrectionnelle et l’Assemblée législative en fin de mandat. Sur ce point voir Histoire de la France contemporaine, op. cit., t. I, chapitre VI ; paragraphe 1 « La dualité des pouvoirs », p. 160-164.

70 Voir notamment Les trois chapitres ou la voix du patriotisme, op. cit.

71 Les Préjugés détruits, op. cit., titre XXII, p. 211-218.

72 M. Vallee, Les conventionnels régicides, Caen, édition à compte d’auteur, 1993, dans la préface, p. 5.

73 Bib. nat., 8o L733 3K10, Rapport et projet de décret.

74 Arch. dép. Morbihan, KB1291, Opinion de Lequinio, député du Morbihan, sur le jugement de Louis XVI, Imprimerie nationale, s. d., p. 1 et 2.

75 Allusion à l’article 2 du chapitre II, titre III de la Constitution de 1791 : « La personne du roi est inviolable et sacrée ; son seul titre est Roi des Français (en italiques dans le texte). »

76 Arch. dép. Morbihan, 3ES240-4, Remontrance de la communauté de ville de Rhuys, op. cit., p. 6.

77 Opinion de Lequinio, député du Morbihan, sur le jugement de Louis XVI, op. cit., p. 2 et 3.

78 Ibid., p. 3.

79 Ibid., p. 5.

80 Ibid., p. 6.

81 Décret B25, 38 du 1er octobre 1792 « qui établit une commission de vingt-quatre membres pour l’examen des papiers déposés au comité de surveillance de Paris ». Cf. Collection complète des lois, décrets, ordonnances …, op. cit., t. V, p. 10.

82 Charles Eléonor Dufriché-Valazé (Alençon 23 janvier 1751-Paris 30 octobre 1793), officier dans les armées du roi, s’était fait connaître, avant la Révolution, par quelques brochures sur l’organisation des finances. À la fin de 1791, après la fuite du roi à Varennes, il publia un écrit énergique contre la monarchie et provoqua en juillet 1792 une pétition à l’Assemblée pour la déchéance du roi. Élu à la Convention comme député de l’Orne, il attaque la commune de Paris qu’il juge responsable des massacres de septembre. Il est nommé membre de la Commission des vingt-quatre chargée d’examiner les documents et les comptes du comité de surveillance de la commune.

83 Le Moniteur universel, 8 octobre 1792, t. XIV, p. 121.

84 A. Soboul, Le procès de Louis XVI, op. cit., p. 149, citant Arch. nat., F7 4391.

85 Jean Mailhe (Guizerix (Hautes-Pyrénées), 2 juin 1750-Paris, 2 juin 1834), fils d’agriculteur, avocat au parlement de Toulouse, fut élu député de la Haute-Garonne à l’Assemblée législative et à la Convention où il entre au Comité de législation.

86 Décret B25, 154 du 7 novembre 1792 « qui ordonne l’impression du second rapport concernant Louis XVI, la (sic) traduction dans toutes les langues, l’envoi au corps administratif, aux armées, etc. (ainsi dans le texte) ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 37.

87 Décret L12, 315 ; B26, 25 « relatif au jugement de Louis XVI ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 68.

88 Guillaume Chrétien de Lamoignon de Malesherbes (Paris, 6 décembre 1721-Paris, 22 avril 1794), magistrat, membre du gouvernement Turgot en 1775, rappelé par Louis XVI en 1787 et 1788, avait pris sa retraite lorsqu’il apprit que le roi allait être jugé. Il demanda à le défendre.

89 François Denis Tronchet (Paris, 23 mars 1726-Paris, 10 mars 1806), fils d’un procureur au Parlement, avocat en 1745, élu bâtonnier de son ordre en 1789, est député de Paris aux États généraux. Sous la Constituante, il fut l’auteur de nombreux rapports sur le rachat des droits féodaux, sur les conséquences de la suppression de la dîme, sur l’instauration d’un jury criminel et sur le rejet d’un jury en matière civile, sur la création d’un tribunal de cassation sédentaire, etc.

90 Décret B26, 137. Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. V, p. 96 pour les huit décrets.

91 Le Moniteur universel, t. XIV, p. 847 pour l’exposé de la défense de Louis XVI.

92 Arch. dép. Morbihan, KB1292, Opinion de Lequinio, sur la défense de Louis XVI, imprimée par ordre de la Convention nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1792.

93 Le Moniteur universel, no 364, 29 décembre 1792, t. XIV, p. 865 et Archives parlementaires, t. 55, p. 703.

94 Pierre Florent Louvet (Baucourt (Somme), 20 novembre 1757-Paris, 20 mai 1818), fils d’un laboureur, avocat, député de la Somme à la Législative et à la Convention.

95 Charles Henri Marie Barbaroux (Marseille, 6 mars 1767-Bordeaux, 25 juin 1794), avocat, membre du Club des jacobins, élu à la Convention par le département de la Gironde.

96 Opinion de Lequinio sur la défense de Louis XVI, op. cit., p. 5.

97 Ibid., p. 15.

98 Le procès de Louis XVI, op. cit., p. 209. L’auteur note : « Les chiffres du procès-verbal et ceux du Moniteur diffèrent. Selon ce dernier 693 députés ont voté oui et selon le procès-verbal, 683 : mais la liste imprimée à la suite de ce chiffre comprend en fait 691 noms, chiffre qui peut être retenu. »

99 Sur le décompte des votes, id., p. 215-218.

100 Le Moniteur universel, no 20, 20 janvier 1793, t. XV, p. 195.

101 Id.

102 Arch. dép. Morbihan, L15304, Registre des procès-verbaux de séances, société populaire de Vannes, séance du 24 janvier 1793.

103 Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 9 à 119 pour les textes votés entre le 4 octobre 1792 – début du procès de Louis XVI – et le 20 janvier 1793 – fin du procès.

104 J. Michelet, Histoire de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 181.

105 Bib. hist. Ville de Paris, cote 452.186, J.-M. Lequinio, Opinion de Lequinio sur l’instruction publique, Imprimerie nationale, s. d.

106 Id., p. 5.

107 Ibid., p. 6.

108 Ibid., p. 7.

109 Décret B26, 59 du 12 décembre 1792 « Sur l’organisation des écoles primaires ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., p. 77.

110 Décret B27, 277 « portant nomination du citoyen Lequinio pour remplacer le citoyen Jean Dubray, commissaire aux frontières du Nord ». Cf. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. V, p. 169. Ne s’agit-il pas de Jean Antoine Joseph De Bry (Versin (Aisne), 25 novembre 1760-Paris, 6 janvier 1834), avocat, administrateur du département de l’Aisne en 1790, élu à la Législative par ce département. Il demande la déportation des prêtres insermentés le 18 novembre 1791, fait mettre en accusation les princes émigrés, décréter que le comte de Provence (futur Louis XVIII) par le fait de son émigration est censé avoir renoncé à son droit de régence, le 8 août 1792 demande un décret d’accusation contre La Fayette et prend une part active aux événements du 10 août. Élu à la Convention, il vote pour la mort du roi sans appel au peuple ni sursis. Cf. Les conventionnels régicides, op. cit., p. 60-61. Selon le Dictionnaire des personnages de la Révolution, il vota pour l’appel au peuple, pour la mort et contre le sursis, op. cit., p. 217.

111 M. Biard, Missionnaires de la République, Paris, CTHS, 2002, p. 21.

112 Histoire de la France contemporaine, op. cit., t. I, p. 208.

113 S. Scott, « L’armée de l’Ancien Régime à la veille de la Révolution », La plume et le sabre, Paris, La Sorbonne, 2002, p. 201.

114 J.-M. Lequinio, Les trois chapitres ou la voix du patriotisme, op. cit., p. 3 et 4. Il préconise, corrélativement, la démobilisation des régiments étrangers et leur congédiement.

115 Décret L 10, 110, B 24, 3 du 10 août 1792 « relatif à la suspension du pouvoir exécutif ». Cf. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. IV, p. 290-291. Article 2 : « Le chef du pouvoir exécutif est provisoirement suspendu de ses fonctions jusqu’à ce que la Convention nationale ait prononcé sur les mesures qu’elle croira devoir adopter pour assurer la souveraineté du peuple et le règne de la liberté et de l’égalité… »

116 J. Gaudemet, Les institutions de l’Antiquité, Paris, Montchrestien, 1972, p. 204-206. Le gouverneur est d’abord un administrateur, même s’il rend la justice en matière civile, pénale et administrative. Il est placé sous le contrôle du sénat et, à ce titre, il peut être poursuivi sur plainte des provinciaux devant une juridiction spéciale, en vertu de la loi Calpurnia de repetundis.

117 Décret L13, 388, B27, 285 « qui fixe le mode de recrutement de l’armée ». Cf. Collection des lois décrets ordonnances, op. cit., t. V, p. 169. Titre 1er : sur une levée de trois cent mille hommes et sur le mode à suivre pour opérer cette levée. Article 1er : La Convention nationale fait appel (sic) de trois cent mille hommes qui se réuniront, dans le plus court délai, aux armées de la République… »

118 Décret L13, 209 ; B27, 144 du 1er février 1793 « qui déclare que la France est en état de guerre avec le roi d’Angleterre et le Stathouder des provinces unies ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. V, p. 134-135.

119 Décret L13, 531 ; B28, 364 du 7 mars 1793 « qui déclare que la France est en guerre avec le roi d’Espagne ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. V, p. 186.

120 Charles Cochon de Lapparent (Champdeniers (Deux-Sèvres), 24 janvier 1750-Poitiers, 17 juillet 1825), fils du seigneur de Lapparent, conseiller au présidial de Fontenay-le-Comte, député suppléant du Tiers État du Poitou (mai 1789), est élu par le département des Deux-Sèvres à la Convention. Il fit partie de la « Commission des vingt-et-un » chargée d’établir l’acte d’accusation dans le procès du roi dont il vote ensuite la mort sans appel au peuple, ni sursis.

121 Antoine Denis Dubois de Bellegarde (Saint-Saturnin (Charente), 1er mars 1738-Constance, 10 mars 1824), officier dans les armées royales, chevalier de Saint-Louis, commandant de la Garde nationale d’Angoulême, député de la Charente à la Législative puis à la Convention, vota contre l’appel au peuple, pour la mort et contre le sursis.

122 Bib. nat., LE3 39-7, Rapport des commissaires envoyés aux frontières du Nord, fait à la Convention nationale par Lequinio, l’un des trois commissaires, le 23 avril, l’an deuxième de la République française dans la séance du matin, Paris, Imprimerie nationale, 1793, 24 pages, p. 1.

123 J.-P. Bertaud, La vie quotidienne des soldats de la Révolution. 1789-1799, Hachette, Paris, 1985, p. 230.

124 Qui deviendra l’École polytechnique.

125 J. Langis, La République avait besoin de savants, Paris, Belin, 1987, p. 46-47.

126 Gaspard Monge (Beaune, 10 mai 1746-Paris, 28 juillet 1818), mathématicien, nommé ministre de la Marine en août 1792, chargé de la réorganisation des arsenaux et de la flotte.

127 Arch. nat., DIII 353., 4e liasse, document no 138, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à Convention, 3 mars 1793.

128 Serv. hist. de la Défense, B1. 10, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à commandant de la place de Douai, 11 mars 1793.

129 Arch. nat., DIII 354, 4e liasse, document no 118.

130 Serv. hist. de la Défense, B1. 10, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à commandant de la place de Saint-Omer, 11 mars 1793.

131 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à Convention nationale, 22 mars 1793. Duportail (1743-1802), ancien compagnon d’armes de La Fayette au cours de la guerre d’Indépendance des États-Unis, maréchal de camp en 1788, ministre de la Guerre en 1790, démissionnaire le 2 octobre 1791. Décrété d’accusation le 15 août 1792, il demeura caché jusqu’au lendemain du 9 thermidor. Cf. Notice biographique dans Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. II, p. 109. Jaurès ajoute à son sujet : « Du ministre de la Guerre Duportail […] je dirai peu de chose. Duportail avait à vaincre de grandes difficultés ; les institutions militaires créées par la Constituante étaient très composites. Par exemple c’était le ministre de la Guerre qui devait recevoir et diriger sur la frontière les gardes nationaux ; mais c’étaient les directoires des départements qui étaient chargés de les recruter, de les équiper, de les armer. De là des complications quotidiennes et même des dégoûts incessants que n’aurait pu vaincre qu’un dévouement héroïque à l’ordre nouveau. Or Duportail le supportait, mais ne l’aimait pas, et les moindres critiques de l’Assemblée législative le mettaient hors de lui. » Cf. id., p. 108.

132 Rapport des commissaires envoyés aux frontières du Nord… op. cit., p. 4.

133 Id., p. 4.

134 Bib. nat., LE38.311, Rapport sur le projet de canal d’Eure-et-Loir fait à la Convention nationale le 25 juin l’an II de la République au nom du Comité d’agriculture, Paris, Imprimerie nationale, 1793.

135 Décret B29, 135 « qui adjoint plusieurs commissaires à ceux envoyés aux frontières du Nord ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. V, p. 256.

136 Décret B29, 179 « relatif aux pouvoirs des représentants envoyés en qualité de commissaire de la Convention dans les départements et auprès des armées ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. V, p. 263.

137 Société d’écrivains militaires et civils, Guerres de la Révolution française et du Premier Empire, Paris, Le Vasseur, 1937, t. I, p. 112. Ce qui suit est emprunté à cette volumineuse étude tout en abrégeant le récit et en passant sur les détails.

138 Id., p. 115.

139 Ibid., p. 118.

140 Serv. hist. de la Défense, B1 11, Arrêté du 25 avril 1793 « sur les réquisitions, les prix des transports des fourrages », cosigné Lequinio, Cochon et de Bellegarde.

141 Serv. hist. de la Défense, B1.12, document 319, Lequinio et autres à Convention, 2 mai 1793. L’auteur de ces malfaçons est un « fabricant de Paris demeurant pont Saint-Michel, tenant pour enseigne La tête noire ». Pour Lequinio, il « mérite bien de la guillotine ».

142 Serv. hist. de la Défense, B. 1 11, Arrêté du 25 avril 1793, pris à Lille par Lequinio et autres.

143 Id.

144 J. Michelet, Histoire de la Révolution française, op. cit., t. V, chapitre VII, p. 410.

145 Décret B29, 42 « pour la formation d’un Comité de salut public », cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, t. V, p. 240. « La Convention nationale décrète :
– article 1er : il sera formé, par appel nominal, un Comité de salut public, composé de neuf membres de la Convention nationale
 ;
– article 2 : le comité délibèrera en secret ; il sera chargé de surveiller et d’accélérer l’action de l’administration confiée au conseil exécutif provisoire, dont il pourra même suspendre les arrêtés lorsqu’il les croira contraires à l’intérêt national, à la charge d’en informer sans délai la Convention ;
– article 3 : il est autorisé à prendre, dans des circonstances urgentes, des mesures de défense générale extérieure et intérieure […]. Il ne pourra, en aucun cas, décerner des mandats d’amener ou d’arrêt, si ce n’est contre des agents d’exécution, et à la charge d’en rendre compte sans délai à la Convention ;
– article 5 : il fera chaque semaine un rapport général et par écrit de ses opérations et de la situation de la République ;
– article 7 : ce comité n’est établi que pour un mois. »

146 M. Biard, Missionnaires de la République, op. cit., p. 78, graphique « Représentants en mission et groupes politiques ».

147 J. Michelet, Histoire de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 311 et 315.

148 J. Jaures., Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 323.

149 J.-P. Bertaud, Valmy. La démocratie en armes, op. cit., p. 18.

150 Serv. hist. Défense, B1 11, pièce no 169-14, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à Convention, 4 avril 1793, p. 4.

151 Id.

152 Ibid.

153 Serv. hist. Défense, B1 11, pièce no 169-14, Lequinio, Cochon et de Bellegarde à Convention, 8 avril 1793.

154 Bib. nat., LB41-462.

155 Serv. hist. Défense, B1 11, pièce no 169-14, Lequinio à Convention, 8 avril 1793.

156 Id.

157 Serv. hist. Défense, B 1 12, Lequinio à Convention, 2 mai 1793.

158 Appelée ainsi car ayant pour périmètre d’intervention ce pays frontalier, cependant métissée de bataillons français et de bataillons belges.

159 Ibid., B1 12, Lequinio à Comité de salut public, 2 mai 1793.

160 Ibid., Représentants en mission près l’armée des Ardennes et ceux près de l’armée du Nord, arrêté du 12 mai 1793.

161 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Lequinio, Courtois, Brieze et Dubois de Bellegarde, Valenciennes, 7 mai 1793.

162 Serv. hist. Défense, B 1 12, Lequinio et autres à Comité de salut public, 6 mai 1793.

163 Guerres de la Révolution française et du Premier Empire, op. cit., t. I, p. 200. Sur le détail du siège de Valenciennes, voir paragraphe « Siège, bombardement et reddition de Valenciennes », p. 199-209.

164 Serv. hist. Défense, B1 12, pièce no 412, Appel des trois représentants du peuple à se rendre à la sépulture. « Nous irons demain avec tous les bons citoyens verser des larmes sous les cyprès qui couvriront sa tombe. »

165 Id., Lequinio et autres à Convention, 9 mai 1793. « Ils n’ont perdu que six hommes tant tués que blessés. »

166 Ibid.

167 Rapport des commissaires envoyés aux frontières du Nord, fait à la Convention nationale par Lequinio…, op. cit., p. 6, paragraphe 2.

168 Id., p. 7.

169 Ibid., p. 7.

170 Ibid., p. 22.

171 Ibid., p. 23.

172 Pour une description complète de l’état des armées en présence, cf. Guerres de Révolution et de l’Empire, op. cit., p. 141-144.

173 Edmé-Bonaventure Courtois (Troyes, 15 juillet 1754-Bruxelles, 6 décembre 1816), fils d’un boulanger, il était receveur du district d’Arcis-sur-Aube au moment de la Révolution. Élu député de l’Aube à la Législative, il fut chargé, après le 10 août, d’inventorier les documents trouvés aux Tuileries. Il découvrit le testament de Marie-Antoinette qu’il conserva. Élu à la Convention grâce à l’amitié de Danton, il vota la mort du roi, sans appel au peuple, ni sursis.

174 Philippe Constant Joseph Briez (Douai, 11 juin 1759-Lacelle-Saint-Amand, 23 juin 1795), avocat, procureur syndic du district de Valenciennes au moment de la Révolution, il fut élu à la Convention par le département du Nord. Il vota pour la mort de Louis XVI sans appel au peuple ni sursis.

175 Louis Toussaint Julien Dubois (Bellême (Orne), 25 août 1726-Paris, 5 septembre 1806), lieutenant des Eaux et Forêts, juge au tribunal du district de Bellême à la Révolution, élu à la Convention par le département de l’Orne, lors du procès de Louis XVI vota pour la mort sans appel au peuple ni sursis.

176 Serv. hist. de la Défense, B1 11, Général de brigade Ferrant à président de la Convention nationale, citant notamment Lequinio.

177 Archives parlementaires, t. 64, p. 434 et Le Moniteur universel, no 133, 13 mai 1793, t. XVI, p. 365.

178 Pierre-Joseph Cambon (Montpellier, 10 juin 1756-Sainte-Josse-ten-Noode (Belgique), 15 février 1820), prit la direction de la maison de commerce de son père. Lorsque la révolution éclata, il adhéra avec enthousiasme à son idéologie, fut élu député à la Législative puis à la Convention. Dans le procès du roi, il vota la mort sans appel et sans sursis. Il est considéré comme proche de la Montagne.

179 Archives parlementaires, t. 64, p. 434.

180 Marguerite Elie Guadet (Saint-Emilion, 20 juillet 1755-Bordeaux, 20 juin 1794), secrétaire de l’avocat Elie de Beaumont, à Paris, est élu député de la Gironde à la Législative, une fois rentré à Bordeaux, puis à la Convention. Il prend délibérément parti pour la guerre, se pose en adversaire déclaré de Robespierre, fait voter les poursuites contre Marat. Dans le procès du roi, il vota pour l’appel au peuple, pour la mort et pour le sursis.

181 Histoire de la France contemporaine, op. cit., t. I, p. 227. Voir aussi pour une présentation et une analyse détaillée de ces événements : J. Michelet, Histoire de la Révolution française, t. V, chapitre X et XI, p. 471-536 et J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, t. V, chapitre X « La Révolution des 31 mai et 2 juin 1793 », p. 699-810.

182 Sur ce point, voir : J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. V, chapitre XI « Les raisons de la chute de la Gironde », p. 811-831 ; A. Mathiez, Girondins et Montagnards, Paris, éditions de la Passion, 1986 et F. Furet, M. Ozouf (dir.), La Gironde et les Girondins, Paris, Payot, 1991.

183 J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. V, p. 519-520.

184 Serv. hist. de la Défense, B1.12, pièce no 402, Lequinio et autres à Comité de salut public, 9 mai 1793.

185 A. Aulard, La Société des jacobins, op. cit., t. V, p. 196-197. Le propos est un raccourci d’une prise de parole probablement plus importante, mais que le secrétaire de séance a abrégée.

186 Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 243-245.

187 Lazare Nicolas Marguerite Carnot (Nolay, 13 mai 1753-Magdebourg, 2 août 1823), surnommé L’organisateur de la victoire, issu des armées royales, est élu à la Législative comme député du Pas-de-Calais, fait partie du Comité d’instruction publique et du comité diplomatique, envoyé auprès de l’armée du Rhin pour faire connaître les changements politiques intervenus après la journée du 10 août 1792, est réélu à la Convention. Dans le procès du roi, il vota contre l’appel au peuple, pour la mort et contre le sursis.

188 P. Caron, Les papiers des comités militaires de la Constituante, de la Législative et de la Convention (1789-an IV), Paris, Cornély et Compagnie, 1912, p. XV de la préface.

189 Arch. nat., AFII 14-96, séance no 155. « Le comité arrête que l’armée serait représentée en masse et qu’elle fournirait un homme pour trois bataillons et un hommes pour trois régiments de cavalerie. »

190 Arch. nat., AFII 14-96, séance no 167 du mardi 9 juillet 1793. « Le comité tiendra séance quatre fois par semaine. Les lundi, mercredi, vendredi et samedi. »

191 Id., séance no 200 du 9 septembre 1793.

192 Décret L15, 433 ; B33, 138 « relatif à la levée en masse du peuple français contre les ennemis de la France ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. VI, p. 9.

193 Arch. nat., AFII*9 – séance du 6 juin 1793 à laquelle ne sont présents que quatre membres.

194 Bib. nat., LE38-11, Rapport sur le projet de canal d’Eure-et-Loir fait à la Convention nationale le 25 juin, l’an II de la République, au nom du Comité d’agriculture, par Lequinio.

195 Arch. nat., AFII* 9, procès-verbaux de séance à ces dates.

196 Bib. hist. Ville de Paris, cote 952.188, Éducation nationale. Plan proposé à la Convention nationale dans la séance du 2 juillet, par J. M Lequinio, député du Morbihan, Paris, Imprimerie nationale, juillet 1793.

197 Id., p. 5.

198 Id., p. 9.

199 Ibid., p. 13.

200 Bib. hist. Ville de Paris, cote 952.187, Discours sur l’éducation commune, prononcé dans la séance du 30 juillet, par Lequinio, député du Morbihan, Paris, Imprimerie nationale, 1793, 6 pages.

201 A. Soboul, Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l’an II. 1793-1794, Paris, Flammarion, 1973, p. 43.

202 Décret L14, 23 ; B30, 25 du 4 mai 1793 « relatif aux subsistances ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 266-268.

203 Sur l’activité de cette société, voir M. Cerati, Le club des citoyennes républicaines révolutionnaires, Paris, Éditions sociales, 1966.

204 A. Soboul, Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l’an II 1793-1794, op. cit., p. 46 et 47.

205 André Jean Bon, dit Jean Bon Saint-André (Montauban, 25 février 1749-Mayence, 10 décembre 1813), après des études théologiques à Lausanne, devint pasteur. Il accomplissait ce ministère lorsqu’éclata la Révolution. Membre de la société des amis de la Constitution, il fut élu député du Lot à la Convention, commença par siéger avec les girondins puis les abandonna pour siéger sur les bancs de la Montagne. Lors du procès du roi il vota contre l’appel au peuple, pour la mort et contre le sursis.

206 Jean-Marie Collot, dit Collot d’Herbois (Paris, 19 juin 1749-Cayenne, 8 juin 1796), directeur de troupe de théâtre, auteur dramatique, acteur aussi, se produisit dans les principales villes de France et de Hollande. En 1789 il se fixe à Paris, fréquente les sociétés populaires, s’y fait remarquer par son éloquence. Il fut l’un des principaux instigateurs de la journée du 10 août, devint l’un des membres de la nouvelle municipalité de Paris puis fut élu député de Paris à la Convention. Dans le procès de Louis XVI, il vota contre l’appel au peuple, pour la mort et contre le sursis. Sur Collot d’Herbois, voir M. Biard, Collot d’Herbois, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1995.

207 Jacques Isoré (Châteaurouge (Oise), 16 janvier 1758-Liancourt (Oise), 11 juin 1839), fils de cultivateur, était clerc de notaire lorsque débuta la Révolution. Il fut élu député de l’Oise à la Convention. Dans le procès du roi il se prononça contre l’appel au peuple, pour la mort et contre le sursis.

208 Sylvain Phalier Lejeune (Issoudun (Indre), 19 août 1758-Saint-Josse-Ten-Noode (Belgique), 7 février 1827), fils d’un marchand, était avocat lorsqu’il fut élu à la Convention député de l’Indre où il siégea sur les bancs de la Montagne. Dans le procès du roi, il vota contre l’appel au peuple, pour la mort et contre le sursis.

209 Le Moniteur universel, no 214, t. XVII, p. 234.

210 Décret B33, 9 du 1er août 1793 « qui nomme les députés Collot d’Herbois, Isoré, Lequinio et Lejeune commissaires dans les départements de l’Oise et de l’Aisne ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, t. VI, p. 71.

211 M. Vovelle (dir.), L’état de la France pendant la Révolution (1789-1799), Paris, La Découverte, 1988, p. 100 « France rurale, France urbaine ».

212 A. Mathiez, La vie chère et le mouvement social sous la Terreur, op. cit., t. I, p. 240.

213 Un arpent vaut 34 ares, 20 centiares.

214 Arch. nat, DIII 353, 3e liasse, Affiche reproduisant le décret du 1er août, l’arrêté des quatre représentants en mission et la délibération prise par le directoire du district de Soissons.

215 Seigle et froment mêlés qu’on sème et qu’on récolte ensemble.

216 Arch. nat., DIII. 353, 3e liasse, Arrêté du 4 août, co-signé Isoré, Lejeune, Collot d’Herbois et Lequinio, imprimé chez Courtois, « Imprimeur du district à Soissons ».

217 Id.

218 Opinion de Lequinio, député du Morbihan, sur les subsistances, op. cit., p. 8.

219 Une réalité vivement combattue par certains auteurs. Voir sur ce point F. Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978, p. 105 : « Il n’y a pas de circonstances révolutionnaires, il y a une révolution qui se nourrit des circonstances. »

220 L’Aisne.

221 Arch. nat., DIII. 351, 3e liasse, Commissaires à Convention nationale, 4 août 1793.

222 Id., « Les représentants du peuple français envoyés dans les départements de l’Aisne et de l’Oise », Arrêté du 7 août 1793, signé Lequinio et Lejeune. Le district de Saint-Quentin ordonne l’impression du texte à 1 300 exemplaires, « dont 200 seront affichés dans toutes les municipalités ».

223 Décret L15, 780 ; B34, 777 « qui déclare traîtres à la patrie et hors de la loi les Français qui ont accepté ou accepteraient des fonctions publiques dans les parties du territoire français envahies par l’ennemi ». L’article 2 dispose que « tous les biens des personnes » dans ce cas « sont confisqués au profit de la République ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances…, t. VI, p. 151.

224 Le Moniteur universel, no 244, t. XVII, p. 535.

225 Id.

226 Archives parlementaires, t. 73, p. 80-82 et Le Moniteur universel, no 244, t. XVII, p. 535.

227 Histoire de la France contemporaine, op. cit., t. I, chapitre VIII « Les fondements de la République jacobine », p. 253.

228 Pour une relation détaillée de ces deux événements, voir Guerres de la Révolution française et du Premier Empire, op. cit., p. 188-197, p. 199-209 avec cartes. Au sud, les Espagnols avançaient en Roussillon et au Pays basque.

229 B. Benoit, L’identité politique de Lyon. Entre violences collectives et mémoire des élites (1786-1905), Paris, L’Harmattan, 1999, p. 36.

230 Qui ne prendra fin que le 9 octobre par l’assaut ordonné par le général Doppe assisté des représentants du peuple Dubois-Crancé et Couthon. Id., p. 36.

231 M. Acerra, J. Meyer, Marines et Révolution, op. cit. p. 157.

232 Pour le détail du siège voir Guerres de la Révolution française et du Premier Empire, op. cit., p. 364-374 avec plans.

233 Bertrand Barrère de Vieuzac (1755-1841), avocat au parlement de Toulouse, conseiller à la sénéchaussée de Bigorre, a été élu aux États-généraux comme député du Tiers-état par la sénéchaussée de Tarbes – Pays de Bigorre. Il siège à la Constituante parmi les libéraux modérés. Attaché à la liberté de la presse, il est l’un des propagateurs de la Déclarations des droits de l’homme et du citoyen. Cf. Notices et portraits des députés de 1789, op. cit., circonscription no 132, p. 301. Élu député des Hautes-Pyrénées, il siège d’abord dans les rangs de la plaine puis s’allie aux Montagnards. Il se fait remarquer par des initiatives telles que l’octroi d’une pension de 600 livres à la veuve de Jean-Jacques Rousseau et la présence de toute l’Assemblée aux funérailles de Mirabeau. Il propose d’accorder les droits de citoyen aux hommes de couleur. Lorsque la Convention se propose de célébrer la victoire de Jemmapes par une grande fête, il suggère « un simple monument funéraire » car, dit-il, « pour les républiques anciennes, les fêtes célébrées après les batailles étaient des jeux funèbres et non pas des fêtes brillantes… Quoi ! Des milliers d’hommes ont péri. Car les Autrichiens sont des hommes […]. Il n’y a que les rois qui ne sont pas des hommes ». Cf. J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, notes en marge de la page 289. Lors du procès de Louis XVI il vote pour la mort, contre le sursis et l’appel au peuple, déclarant : « L’arbre de la liberté ne saurait croître s’il n’était arrosé du sang des rois ». Cf. M. Vallee, Les conventionnels régicides, p. 16.

234 Décret B34, 103 du 9 septembre 1793 « qui envoie dans le département de la Charente Inférieure les députés Lequinio et Laignelot… ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. VI, p. 153.

235 Bib. nat., R20.293-L4.3-A, J.-M. Lequinio, Philosophie du peuple ou éléments de philosophie politique et morale mis à la portée des habitants des campagnes, Paris, Couret, 1796, p. 159, note de bas de page.

236 Cf. M. Biard, Missionnaires de la République, op. cit, p. 532 citant Arch. nat., D* XXXV 7.

237 Aujourd’hui musée Lafaille-musée d’histoire naturelle.

238 Arch. mun. La Rochelle, 2D6, billet écrit de la main de Lequinio.

239 J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. III, p. 25. Il fut élu député à la Convention par le département de Paris et siégea sur les bancs de la Montagne. Dans le procès du roi il vota contre l’appel au peuple, pour la mort et pour le sursis. Cf. R. Caratini, Dictionnaire des personnages de la Révolution, op. cit., p. 361.

240 Arch. mun. La Rochelle, 1M1, Edifices publics, 1790. « L’égout qui traverse les remparts près de la place d’armes, servant à l’écoulement des eaux pluviales de plusieurs rues pour se rendre dans le fossé et la partie basse dudit égout sur huit toises de long n’ayant plus de pente, il reste continuellement des eaux croupies et le dépôt des immondices ce qui donne une exhalaison affectante (sic) jusque sur la place […]. Comme il manque à cet égout de nombreuses dalles, le public vient y faire ses besoins et les excréments provenant de l’hôpital de la Charité (hôpital Aufrédy) s’y déversent également […]. Dans le quartier des casernes, les latrines sont dans un tel état qu’on ne peut plus en faire usage. L’hôtel de ville commence à se délabrer, rien que pour la restauration du poste de garde il faudrait compter 2138 livres. La prison civile, rue Chaudrier, n’est, pour ses pensionnaires, qu’un asile très temporaire car on s’en échappe aisément par la voûte des latrines qui, ayant une brèche depuis des mois, n’est toujours pas colmatée. Les rues sont embarrassées de décombres, d’immondices et de fumier. » Dans une lettre au ministre de l’Intérieur, les élus municipaux se lamentent sur « l’anéantissement absolu du commerce », sur « l’indigence d’une multitude d’artisans de tous genres » ; ils soulignent que « cette ville qui, jadis par son industrie, contribuait peut-être autant qu’un autre port de l’océan à la splendeur de la France, n’offre plus qu’un aspect désolant ». Cf. Arch. nat., F11.225-226, Conseil général de la commune de La Rochelle et directoire du district de La Rochelle à Roland, ministre de l’Intérieur, 2 novembre 1792.

241 « Lequinio et Laignelot à Convention nationale », Archives parlementaires no 76, p. 572, 18 vendémiaire an II (9 octobre 1793).

242 Arch. nat., F2. CIII. 11, Esprit public en Charente-Inférieure. Desforges, agent du ministère des Affaires étrangères à ministre de l’Intérieur, 29 juillet 1793.

243 Arch. mun. La Rochelle, E53, Registre des décès pour l’année 1793.

244 Id.

245 Arch. dép. Charente-Maritime, L407, État des populations de 1792-An IV (21671 habitants).

246 Arch. nat., F7 3664, Reverseau, intendant, à ministre des Finances, 26 mai 1790. « Il n’a pas été plutôt dans le port que tous les portefaix et toute la populace ont voulu qu’il (le froment) fut distribué au public à un prix que les mutins ont fixé. »

247 Arch. mun. La Rochelle, 1D1 4, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux de délibération, séance du 12 novembre 1792.

248 Serv. hist. de la Défense, Journal militaire, avril 1793, p. 311.

249 Serv. hist. de la Défense, Journal militaire et surtout Arch. mun. La Rochelle E53, Registre des décès, mentionnant le nom des unités, les effectifs de chacune variant entre 500 et 1 000 hommes. Sur l’effort militaire consenti par La Rochelle face à la Contre-Révolution vendéenne voir C. Valin, La Rochelle la Vendée 1793, Paris, Le Croît vif, 1997. Et pour la situation fin août, carte no 12 « Effectifs mobilisés contre la Vendée » après cinq mois de guerre : la première vague (situation vue de La Rochelle). 38 bataillons, entre 20 000 et 38 000 hommes, p. 249.

250 J.-M. Deveau, Le commerce rochelais face à la Révolution, La Rochelle, Rumeur des Ages, 1985. Le trafic des pelleteries entre 1720 et 1749 avait laissé à l’économie rochelaise un excédent de 96 000 000 de livres, p. 76.

251 Arch. mun. La Rochelle, 1I/11, 12 et 13, État des crocheteurs, traîneurs et portefaix.

252 N. Charbonnel, Commerce et course sous la Révolution et le Consulat à La Rochelle, Paris, PUF, 1977, p. 25.

253 Arch. mun, La Rochelle 2G7, États nominatifs, déclarations de fortunes et correspondance concernant l’emprunt forcé de l’an IV.

254 Id.

255 Arch. mun. La Rochelle, 1G1/2, Matrice du rôle de la contribution foncière pour l’année 1791.

256 Arch. mun. La Rochelle, 2G7.

257 P. Even, Les hôpitaux en Aunis et Saintonge sous l’Ancien Régime, La Crèche, Geste éditions, 2002, p. 308-309.

258 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/1, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, séance du 20 mai 1790.

259 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/1, Conseil général de la commune, séance du 22 janvier 1791 au cours de laquelle les officiers municipaux font le constat, après s’être répartis les lieux de culte, du refus de prestation de serment à la Constitution civile par le clergé régulier, à l’unanimité, sécutier, à quatre exceptions près.

260 Arch. nat, F7 3664, Directoire du district de La Rochelle à directoire du département de la Charente-Inférieure pour information au ministre de l’Intérieur, 1er juin 1972.

261 Id.

262 Réfractaires.

263 Arch. nat., F7 3664, op. cit.

264 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/4, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, 29 mai 1792.

265 Arch. nat., F7 3664, op. cit.

266 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/4, Conseil général de la commune et directoire du district, registre des délibérations, 29-30 mai 1792.

267 Arch. dép. Charente-Maritime, L1485 7, série judiciaire, tribunal criminel de la Charente-Inférieure, Contre Joseph Darbellet, Jean Pinard, Olivier Juillet, Marianne Marsillac, etc.

268 Arch. dép. Charente-Maritime, L1168-1, Contre Pierre Bertrand courtier d’eaux-de-vie et Bellouard, marin. Sur l’exposé précis, les circonstances et l’analyse de ces faits voir C. Valin, Autopsie d’un massacre. Les journées des 21 et 22 mars 1793 à La Rochelle, Saint-Jean d’Angely, Bordessoules, 1997.

269 Arch. dép. Charente-Maritime, Fonds judiciaire L1056-8, Contre Nicolas Robin garçon boucher arrêté à La Rochelle en flagrant délit.

270 Arch. mun. Rochefort, REV 3, Société des amis de la liberté et de l’égalité, registre des délibérations, séance du 28 avril 1793, t. 3, p. 206. Un contentieux s’élève aussi à propos du curé Bertier, assermenté, membre de la société populaire qui, néanmoins, « refuse la bénédiction nuptiale aux citoyens qui ne veulent pas préalablement se confesser et à ceux qui ont fait divorce (sic) et de tenir les registres pour compter les mariages, décès et naissances contradictoirement (sic) à Loi », menaçant « si on l’y contraint de démissionner ». Aussi la société populaire arrête « que dans ce moment elle ne reconnaissait plus Bertier pour l’un de ses membres et qu’il serait rayé du tableau » (p. 207).

271 Le 25 mai 1793, après une première tentative le 16, l’armée catholique et royale, forte de 35000 hommes, s’empara de Fontenay-le-Comte, chef-lieu du département de la Vendée. Sur cet événement, outre Cretineau-Jolly et Chassin, voir la communication de J. Artarit « Fontenay sous la Révolution. De Fontenay-le-Comte à Fontenay-le-Peuple », Recherches vendéennes, no 17, année 2010, p. 212-217.

272 Arch. mun. La Rochelle, 2i1/1, Conseil général de la commune de La Rochelle. Police, dossier Hyacinthe Maréchal, enquête du 29 juin 1793.

273 Arch. mun. La Rochelle, 2i1/1, Conseil général de la commune. Police. Enquête générale sur les bruits.

274 C. Valin, « Guerres de Vendée et mortalité dans les hôpitaux militaires de La Rochelle », Écrits d’Ouest no 19, année 2011, p. 37-96 et en particulier l’annexe « Décès survenus dans les hôpitaux militaires de La Rochelle d’hommes appartenant aux unités qui ont participé à la guerre de Vendée du 20 mars 1793 au 31 décembre 1796 » (p. 88-96).

275 Arch. dép. Charente-Maritime, L1066-1, série judiciaire, Tribunal criminel de la Charente-Inférieure contre René Lajoue, jugement du 23 octobre 1793. Il est condamné à seulement un jour de prison ferme car « ses paroles n’ont cependant occasionné aucun trouble ni émeute ».

276 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/8, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux de séance, séance du 13 septembre 1793, transcription des événements.

277 Arch. dép. Charente-Maritime, L1066-2, série judiciaire, Tribunal criminel. Interrogatoire de Sylvain Loga.

278 Arch. mun. Rochefort, REV 3, Société des amis de la liberté et de l’égalité, registre, op. cit., p. 212, 220, 221 et 223, séances des 4, 9, 10 et 12 mai 1793.

279 Arch. nat., AFII93, Lequinio, représentant du peuple français aux citoyens de La Rochelle, 28 septembre 1793.

280 Vincent Capon – orthographié parfois « Cappon » – né à Carrière, paroisse de Saint-Pierre de Conflans-Seine, 1759, établi 26 rue du Temple, section Saint-Sauveur où se trouve aussi son atelier d’imprimeur. Membre fondateur de la société rochelaise des amis de la Constitution créée en août 1790, son secrétaire en novembre 1792, lorsqu’elle se mue en société rochelaise des amis de la liberté et de l’égalité, il participe à l’élaboration du « Projet général de navigation de La Rochelle à Paris réalisé par la société rochelloise des amis de la Constitution » et signe plusieurs pétitions dont celle du 20 décembre 1791 pour protester contre le veto opposé par le roi au décret sur les émigrés.

281 « L’ennemi public du genre humain » tel que le qualifie le décret L 15, 361, B33, 51 du 7 août 1793. Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances… op. cit., t. VI, p. 76. William Pitt dit « second Pitt » pour le distinguer de son père, le comte de Chatam, est le Premier ministre du gouvernement anglais où il occupe ce poste depuis 1783. D’abord favorable à la Révolution française, il s’inquiète de son expansionnisme révolutionnaire et, dès lors, rompt avec la France et anime toutes les coalitions contre elle.

282 « Lequinio et Laignelot à Convention nationale », Archives parlementaires, 18 vendémiaire an II (9 octobre 1793), no 76, p. 572.

283 Arch. dép. Charente-Maritime, L145, Proclamation du 13 frimaire an II (3 décembre 1793) signée de Lequinio, imprimée chez Jousserand à Rochefort.

284 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Extrait du préambule de l’arrêté du 28 septembre 1793.

285 Arch. dép. Charente-Maritime, L 145, « Préambule », Arrêté du 13 frimaire an II (3 décembre 1793).

286 Bib. nat., Lb41 2338, J.-M. Lequinio, Affaire de l’Orient. Instruction, op. cit., p. 6.

287 Arch. nat., AF/II/93, « Préambule », Arrêté du 28 septembre 1793.

288 Arch. mun. La Rochelle, 2i5/6, Police, passeport no 4586.

289 Arch. mun. Fontenay-sous-Bois, Registre des BMS, année 1757.

290 Arch. nat., W445.82, Dossier Parant.

291 Id.

292 Méd. La Rochelle, Ms2716, Livre de notes de Pierre Morin, p. 15. Le séjour de Morin dans la capitale à cette époque est bien réel, il le détaille par le menu (p. 4 et suivantes). « Le 5 août 1792, MM. Popineau, Maillefert, ma fille et moi-même partîmes pour Paris. Nous arrivâmes le 8 à 2 heures. Paris était dans une agitation affreuse. Le 10, le château des Tuileries fut attaqué et la garde du roi massacrée en partie. Le 12, le roi, la reine et leur fils, leur fille et la sœur du roi furent conduits à la tour du Temple. Nous étions ma fille et moi au coin de la rue du Temple sur le boullevard (sic). La voiture s’arrêta près de nous… ».

293 Sur Jean Parant, voir C. Valin, « Jean Parant, horloger, grand terroriste », Écrits d’Ouest, no 11, année 2003, p. 83-144.

294 « Je reçus treize blaissures et laissé pour mort je restais deux heures au millieux des morts couchés dans la boue et baignian dans mon sang il me fallut passer au millieux de l’ennemi. Je ne veux point vous faire frémir en vous rapportant tous les dangers que j’ai courus, il m’a fallu trois jours pour faire douze lieues et pour la première fois je reçus du soulagement. » Arch. nat., F7 4756, Dossier Parant, lettre de Jean Parant du 3 germinal an III (23 mars 1795) à la Convention alors qu’il est emprisonné à La Force après son retour dans la capitale où il n’a pas cessé son action militante. La fiche signalétique établie par la police en l’an III porte notamment cette mention pour l’identifier : « Parant grand terroriste […]. Une balafre à la mâchoire droite inférieure ». Arch. nat., F7 4456, pièce no 15074.

295 A. Soboul, Les sans-culottes, Paris, Éditions du Seuil, 1968, p. 1. Bien que l’auteur se soit intéressé exclusivement à la sans-culotterie parisienne, il donne des instruments d’analyse transposables partout où elle a existé dans le pays.

296 Id., p. 124.

297 C. Valin, « Révolution et rupture : François Louis Giraudeau, le bourgeois anobli et le militant révolutionnaire (1719-1794) », Écrits d’Ouest no 14, année 2006, p. 25-84.

298 À Saint-Domingue, en 1790, se développe au sein de la population blanche, un mouvement autonomiste de petits colons divisés en deux clans hostiles : les « pompons rouges » ou « patriotes », révolutionnaires et indépendantistes partisans de l’assemblée de Saint-Marc et les « pompons blancs » ou « volontaires », royalistes, partisans du gouvernement. Le gouverneur de Saint-Domingue, le comte de Peynier, dissout l’assemblée de Saint-Marc par la force des armes et le colonel Mauduit écrase les « pompons rouges » dont certains parviennent à s’enfuir sur le vaisseau Le léopard le 8 août 1790 « pour aller plaider leur cause en France », mais en vain. Cf. J. Cauna, Au temps des iles à sucre. Histoire d’une plantation de Saint-Domingue au XVIIIe siècle, Paris, Karthala, 1987, p. 207-209.

299 Arch. mun. Rochefort, Rev. 3, Société des amis de la liberté et de l’égalité, registre des délibérations, p. 215, séance du 6 mai 1793 : « Deux jeunes citoyens venant de la Martinique sont introduits dans la salle et prient un des secrétaires de donner lecture d’une lettre de la société républicaine de la Basse-terre qui contient de nouvelles preuves de la férocité de nos ennemis et de leurs cruautés envers les patriotes. Le président les invitent aux honneurs de la séance. »

300 Joseph-Auguste Crassous (La Rochelle, 1755-Epinal, 1829), dont le père avait été récemment anobli, appartenant à la bourgeoisie des offices, fit lui-même une carrière juridique et devint avocat au conseil souverain de la Martinique où il débute une carrière politique. Député extraordinaire de Saint-Pierre de la Martinique à l’Assemblée législative à laquelle il remet les pièces à charge contre le vicomte de Damas gouverneur général de la Martinique, il revient à La Rochelle, sa vie natale, où il s’établit comme avoué et prend une part essentielle dans l’activité de la société rochelaise des amis de la Constitution dont il devient l’un des dirigeants les plus actifs, initiant de nombreuses pétitions et adresses. Le représentant Joseph-Marie Lequinio dira de lui : « Nous l’avons vu à La Rochelle où il présidait la société populaire et où il réunit les suffrages de tous les patriotes. » Élu le 21 septembre 1792 au directoire du département de la Charente-Inférieure, il en démissionne le 10 novembre pour occuper les fonctions de juge au tribunal du district de La Rochelle. Cf. C. Valin, « Notice biographique de Joseph-Augustin Crassous de Médeuil », Dictionnaire biographique des Charentais, Paris, Le Croît Vif, 2005, p. 371-372.

301 Le Moniteur universel, t. XVII, p. 198.

302 Arrêté du 28 septembre 1793, article XIX.

303 Décret L15, 874 ; B34, 185 du 17 septembre 1793 « relatif aux gens suspects ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. VI, p. 172-173.

304 Ministre du culte protestant.

305 Arrêté du 28 septembre 1793, article XIII.

306 Jean Léchelle, originaire de Beaupréau, engagé à 14 ans dans le régime de Rouergue (1778-1788), maître d’armes à Saintes, commandant le 1er bataillon des volontaires nationaux de la Charente en novembre 1791 à Jemmapes et à Neerwinden, nommé général de brigade à Lyon. Cf. Ch. L. Chassin, La Vendée et la chouannerie, notice biographique dans la « Table générale alphabétique et analytique », p. 364. Le limogeage de Verteuil et son remplacement par Léchelle font l’objet de l’article XV.

307 Arrêté du 28 septembre 1793, article XVI.

308 Arrêté du 28 septembre 1793, « Préambule », 4e paragraphe.

309 Ibid., article III.

310 Sur cette commission militaire voir C. Valin, « La commission militaire de La Rochelle en l’an II (1793-1794) : organisation, fonctionnement, jurisprudence », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, t. XXXV, 2009, p. 73-125.

311 Arch. nat, DIII 353, première liasse, pièce no 2595, Lequinio à Convention nationale, 29 septembre 1793.

312 Arch. nat., DIII 351, Arrêté co-signé Lequinio et Laignelot, Rochefort 1er octobre 1793, Jousserant, arrêté imprimé en format affiche.

313 Sur le personnage voir F. Dulong-Lauraine, Esprit Henri Baudry d’Asson (1750-1812), Longvic, Le Hérisson, 2012.

314 Arch. nat., DIII 351, Arrêté du 10 vendémiaire an II (1er octobre 1793).

315 Arch. mun. La Rochelle, 3H1/3, Affaires militaires. Garde nationale, arrêté du 3 brumaire an II (24 octobre 1793).

316 Arch. nat., DIII 353, 3e liasse, Laignelot et Lequinio, représentants du peuple français, aux citoyens de la Charente-Inférieure, arrêté du 8 brumaire an II (22 octobre 1793), pris à Rochefort.

317 Arch. nat., DIII 353, 1e liasse, pièce no 127. Laignelot et Lequinio à Comité de salut public, 8 brumaire an II. « Nous vous remettons trois exemplaires d’un arrêté relatif à la formation du tribunal révolutionnaire… »

318 Le Moniteur universel, t. XVIII, p. 413. « Nous avons formé ici un tribunal révolutionnaire comme celui de Paris… »

319 E. Geraud-Llorca, « Victor Hugues, la terreur en Guadeloupe », Revue d’études d’histoire du droit et des idées politiques, no 1, 1997, p. 317-318. « Victor Hugues a vécu longtemps à Saint-Domingue avant la Révolution et ses activités professionnelles de boulanger et de caboteur le situent dans l’échelle sociale parmi les petits blancs… »

320 Arch. nat., W445.82, Dossier Parant. Hugues accusateur public près le tribunal révolutionnaire de Rochefort à Parant, 27 germinal an II (16 avril 1794), convocation pour « demain à 9 heures ». « Tu fais partie du jury, tu le sais, j’en suis fort aise, parce que je crois qu’avec toi les aristocrates et les contre-révolutionnaires n’auront point de quartier… »

321 Référence à l’article I de l’arrêté.

322 Décret L16, 179 ; B35, 173 « portant que le gouvernement provisoire de la France est révolutionnaire jusqu’à la paix ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. VI, p. 219.

323 G. Merop « L’effort de guerre à Rouen au temps de la première coalition (1792-1795) », La Révolution française, la guerre et la frontière, Paris, éditions du CTHS, 2000, p. 23-32. « De 1792 à 1795, cadre temporel de mes recherches engagées en vue de la maîtrise d’histoire – sous la direction de Claude Mazauric – le district de Rouen a été entièrement occupé par l’effort de guerre. Le citoyen rouennais, bien que loin du front, ne pouvait pas ignorer la guerre. Elle était manifeste et omniprésente. Tous les bâtiments religieux avaient été réquisitionnés par les autorités militaires. Les uns avaient été transformés en casernes ou en magasins, les autres en prisons ou en fabriques d’armes […]. Et puis surtout, en tant que chef-lieu de district, la ville de Rouen organisait le départ des soldats vers leur ville de garnison et logeait des centaines de volontaires de passage… » (extrait).

324 Décret L16, 179 ; B35, 173, op. cit., article 9 : « Ils devront requérir dans les arrondissements qui leur auront été assignés. »

325 Arch. mun. La Rochelle, E4, Hospice civil. Conseil d’administration. Registre des procès-verbaux de séances, séance du 29 août 1793.

326 Serv. hist. de la Défense, B5/6, Berthier, ordonnateur de la 12e division militaire à général Verteuil, 13 septembre 1793.

327 Serv. hist. de la Défense, B5/6, Armée des côtes de La Rochelle. Lequinio à général Léchelle, 5 vendémiaire an II.

328 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Arrêté du 6 vendémiaire an II (27 septembre 1793). Et Arch. dép. Vendée, L69, Conseil du département de la Vendée, procès-verbaux des séances, p. 115 recto et verso et 116 recto et verso. Les commissaires de La Rochelle produisent alors un réquisitoire « du citoyen Lequinio Représentant du Peuple datté (sic) du 27 de ce mois par lequel il est enjoint à l’administration du Département sous la responsabilité individuelle et collective des membres qui la composent de faire fournir à la ville de La Rochelle […] la quantité de deux cents tonneaux ou quatre mille quatre cent quarante tonneaux de grains par mois à compter du premier octobre prochain ». L’assemblée des élus du département de la Vendée se déclare « frappée d’étonnement sur une réquisition aussi forte » et repousse au lendemain sa réponse. « Lundi 30 septembre, sur les onze heures du matin les citoyens Seignette et Viaud, commissaires députés sont entrés, ils ont communiqué à l’assemblée le réquisitoire (sic) qui lui est adressé et aux districts de son département par le citoyen Lequinio Représentant du Peuple et confirmé par son collègue Fayau pour l’enlèvement et le transport d’environ soixante tonneaux de grains ou treize cent vingt quintaux que la commune de La Rochelle a fait acheter dans les communes de Maillé, Maillezais et du Poiré. Les commissaires après avoir exposé les besoins de la ville de La Rochelle, ont demandé que l’assemblée satisfit (sic) au réquisitoire (sic) ». « Un des commissaires a observé que les besoins de La Rochelle étaient tellement pressants que le moindre retard pouvait entraîner les plus grands malheurs ». Le conseil général prend l’engagement « de prendre toutes les mesures convenables pour que les blés précédemment achetés […] soient librement enlevés ». Le mardi 1er octobre, constatant que le département « n’a pour ainsi dire de ressources que le district seul de Fontenay », le conseil départemental convoque le comité des subsistances et, après « une longue délibération » l’assemblée arrête qu’« elle ferait ses efforts pour fournir à La Rochelle » la quantité demandée, mais avec « la moitié de gros bled ».

329 R. Williaume, Luçon dans la guerre de Vendée, Fontenay-le-Comte, Éditions du Centre vendéen de recherches historiques, 2009, p. 190-199. Citant Goupilleau de Fontenay-le-Comte et Bourdon de l’Oise, dans un message à la Convention, l’auteur avance le chiffre de 40 000 hommes pour la bataille du 14 août. D. Gautron, Luçon. 14 août 1793, édition de l’auteur, 1989. L’auteur estime à « plus de 5 000 » les « hommes (qui) manquent à l’appel au lendemain de la défaite », p. 73.

330 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, Arrêté du 7 brumaire an II (28 octobre 1793).

331 Arch. mun. La Rochelle, 2i5/1 et 2i5/2, Conseil général de la commune. Police. Registre de délivrance des passeports.

332 Méd. Nantes, collection Dugast-Matifeux, volume 7, pièce 122, Lequinio à administrateurs de la Vendée.

333 B. Fillon, Recherches historiques et archéologiques sur Fontenay, édition de l’auteur, 1846, p. 430 dans la réédition de 1976. Adresse de la municipalité de Fontenay-le-Peuple à Lequinio, 9 frimaire an II (9 décembre 1793).

334 Arch. dép. Deux-Sèvres, L37, Bureau des subsistances militaires. Registre des arrêtés.

335 Arch. nat., DIII 353, 1e liasse, Arrêté du 14 frimaire an II (4 décembre 1793).

336 Arch. dép. Charente-Maritime, L407, Marans, recensement de la population, 1791.

337 Arch. nat., AFII 93, Joseph-Marie Lequinio à Comité de salut public, 14 brumaire an II.

338 Arch. nat., DIII 353, 4e liasse, pièce no 229, lettre sans date portant la mention manuscrite « Renvoyé aux subsistances ».

339 Arch. mun. La Rochelle 1D1/1, Conseil général de la commune, registre des délibérations, séance du 18 frimaire an II (8 décembre 1793).

340 Id.

341 Arch. mun. La Rochelle, E59 et E60, Registre de décès.

342 Id.

343 Arch. nat., DIII 353, 1re liasse.

344 Arch. nat., DIII 353, 1re liasse, Arrêté du 3 frimaire an II, Maréchal, imprimeur à Saintes.

345 Arch. dép. Charente-Maritime, L391, Directoire du district. Registre des délibérations, enregistrement de « l’arrêté ».

346 Id.

347 Décret L16, 62 ; B35, 56 « qui fixe le maximum du prix des denrées et marchandises de première nécessité ». Cf. Collection des lois, décret, ordonnances, op. cit., t. VI, p. 193-195.

348 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, séance du 10 frimaire au cours de laquelle est évoquée cette disposition.

349 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des délibérations, séance du 9 brumaire an II (30 octobre 1793).

350 Id.

351 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, séance du 9 brumaire an II (30 octobre 1793). « Commission chargée de se retirer auprès du Représentant du peuple pour une mission très importante et intéressante pour les citoyens des deux départements et ceux de La Rochelle. »

352 Le Moniteur universel, no 80, 9 décembre 1793, t. XVIII, p. 622.

353 Id.

354 Méd. Nantes., collection Dugast-Matifeux, volume 8, pièce 145, Procès-verbal de la société populaire de Fontenay-le-Peuple, 20 frimaire an II (10 décembre 1793).

355 Joseph-Pierre-Marie Fayay, avocat, colonel de la garde nationale de Rocheserrière en 1791, l’un des secrétaires de la société ambulante des amis de la Constitution, est élu en septembre au conseil général de la Vendée puis membre du directoire du département. Il fait adopter le 5 mars 1792 le premier arrêté départemental contre les prêtres réfractaires. Il est des cinquante signataires de la « pétition des citoyens libres » réclamant la saisie sur les biens des émigrés « pour des secours dus aux familles des citoyens qui courent aux frontières ». Il est élu le 5e député de la Vendée à la Convention. Cf. Ch. L. Chassin, La Vendée et la chouannerie, table générale alphabétique et analytique, op. cit., p. 225-226. Dans le procès du roi il vota pour la mort, sans appel au peuple, ni sursis.

356 Arch. nat., AFII 93, Lequinio et Laignelot à Comité de salut public, 14 brumaire an II (4 novembre1793). Courrier dans lequel ils rapportent les propos de leur collègue, sans doute pour mieux convaincre le Comité de salut public de la nécessité d’élargir le périmètre territorial de leur mandat.

357 J. Artarit, « Fontenay sous la Révolution. De Fontenay-le-Comte à Fontenay-le-Peuple », Recherches Vendéenne, op. cit., p. 221. L’auteur cite Benjamin Fillon selon lequel il succombait « dix à douze personnes par jour ».

358 P. Pasquereau, Fontenay. Une bien belle histoire, Luçon, Ecate, 1933, p. 232. Aucune référence archivistique n’est donnée à l’appui de cette allégation.

359 A. Benoist, « Les protestants dans la guerre de Vendée et la problématique du conflit », Christianisme et Vendée. La création au 19e d’un foyer du catholicisme (Actes), colloque organisé par le Centre vendéen de recherches historiques, année 2000, p. 246. L’auteur ne cite aucune source archivistique.

360 Une opinion qu’il livre à son collègue Goupilleau de Montaigu dans les termes suivants : « La guillotine (ici) bat toujours son train (sic). Cependant soit les juges craignent d’être trop sévères et de ne pas se conformer à la loi, soit que les témoins manquent. Il me paraît que les coupables échappent à la peine qu’ils ont méritée, une commission serait bien nécessaire et je te prie de faire en sorte de nous l’obtenir. » Méd. Nantes, collection Dugast-Matifeux, t. I, 7-111-99 cité par Jean Artarit dans Joseph Lequinio Guerre de la Vendée et des Chouans, La Roche sur Yon, Centre vendéen de recherches historiques, 2012, p. 43-44.

361 Bib. nat., L41b 1480, Lequinio représentant du peuple français, Paris, imprimerie Pougin, rue des Pères no 9, 3 frimaire an III (23 novembre 1794). Texte imprimé en format affiche avec la mention : « Vous êtes prié d’afficher. »

362 L’église Notre Dame.

363 Arch. nat., DIII 353, 2e liasse, Registre des délibérations du conseil général de la commune de Fontenayle-Peuple, séance du 20 frimaire an II (10 décembre 1793). Procès-verbal signé Pervinquières et Debrand., certifié conforme par deux administrateurs du département de la Vendée. Extrait de la page 21.

364 Méd. La Rochelle, Ms640.

365 M. Ozouf, La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976, p. 167. « Il s’agit de fêtes dédramatisées, qui se souhaitent transparentes et réussissent souvent à l’être, au prix, il est vrai, de la platitude utopienne ; parenthèse dans une existence que la Révolution dramatise par ailleurs à l’extrême. »

366 A. Soboul, Les sans-culottes, op. cit., p. 150. « Pour les sans-culottes, l’union implique évidemment la fraternité : les deux mots vont le plus souvent ensemble dans les textes de 1793 et de l’an II. La fraternité s’entend non seulement des liens d’affection entre citoyens, mais signifie encore qu’ils sont fondus en une masse où tous sont égaux […]. La fraternisation se charge d’un contenu affectif et prend une résonance mystique. On pourrait en rechercher les origines dans les fédérations de 1790. On y trouve la même ardente affirmation d’unité, la même communion. »

367 Bib. nat., L41. B1480, op. cit.

368 Benjamin Fillon cité par J. Artarit, dans Joseph Lequinio. Guerre de la Vendée et des Chouans, op. cit. p. 45.

369 J.-M. Lequinio, Guerre de la Vendée et des Chouans, op. cit., « Supplément ». « Au moment où ma brochure allait sortir de la presse apparut le rapport de Hents (sic) et Francastel, dans lequel on trouve à la page 30 la lettre suivante écrite par moi à la Convention le 24 frimaire et que mes collègues rapportent ainsi qu’il suit… »

370 Id., p. 225-226.

371 Méd. Nantes, collection Dugast Matifeux, volume VII, pièce no 144, Témoignage de R. C. Chisson.

372 Id., volume VII, pièce 145. Benjamin Fillon ajoute que « cet individu avait été pris ayant dans sa poche divers écrits contre-révolutionnaires et d’autres, la copie d’une lettre de Lescure ». Louis Marie de Salgue, marquis de Lescure, « le saint du Poitou », interné comme suspect à Bressuire quand éclata la grande insurrection de mars 1793, libéré par Henri de la Rochejaquelein le 1er mai, prend part à la première attaque contre Fontenay-le-Comte les 14 et 15 mai 1793, à la seconde le 25 mai. Il se révèle un chef militaire de grande valeur au sein de l’armée catholique et royale. Cf. Ch. L. Chassin, La Vendée et la chouannerie, Table générale alphabétique et analytique, op. cit. p. 376-377.

373 J. Artarit, Joseph Lequinio. Guerre de la Vendée et des chouans, op. cit., p. 49.

374 Méd. Nantes, collection Dugast Matifeux, volume VII, pièce 151, Arrêté du 21 frimaire an II.

375 Arch. mun. Sables d’Olonne, IGG79, Registre des décès 1793, t. I, p. 16, 19, 20 et 21.

376 J.-M. Lequinio, Guerre de la Vendée et des Chouans, op. cit., p. 226.

377 Id., p. 227.

378 Décret L12.33 ; B25, 62 du 9 octobre 1792 « qui fixe le mode d’exécution du décret qui prononce la peine de mort contre les émigrés pris les armes à la main ». Collection des lois décrets, ordonnances…, op. cit., t. VI, p. 16.

379 Décret L13, 663 ; B28, 447, id. T. V, p. 202-203. Ce décret est complété par celui du 10 mai 1793 qui réserve « la peine de mort aux chefs et instigateurs des révoltés » et par celui du 5 juillet qui l’étend aux « membres des comités de régie et administration, ceux qui signent les passeports ; ceux qui enrôlent ; (tous) seront personnellement réputés chefs des émeutes et révoltes ». Cf. décret L15, 30 ; B32, 25. Collection des lois…, op. cit., t. VI, p. 4

380 Arch. dép. Vendée, L 862, Tableaux des détenus fournis par les comités de surveillance du district (Fontenay-le-Peuple). L’entête de chaque exemplaire est ainsi rédigé : « État à faire pour chaque district au Représentant du peuple Lequinio sur les comptes des individus mis en état d’arrestation par les comités de surveillance ; les comités feront passer cet état rempli dans trois jours aux Districts, qui les feront passer, vingt-quatre heures après, au Représentant à Rochefort. » Une lettre datée à Saintes du 24 nivôse an II (13 janvier 1794) adressée aux administrateurs du département de la Vendée, porte cette mention : « Nous nous empressons de vous faire passer 500 exemplaires d’états à fournir par le district au Représentant du peuple Lequinio sur le compte des individus mis en état d’arrestation par les comités de surveillance… » L’état comporte six rubriques : indentification des détenus ; « RAISONS (sic) de leur arrestation… » ; « PIECES ET MOYENS (sic) en faveur des détenus ; « Observations du comité de surveillance… » ; « AVIS du DISTRICT » ; « DECISION du Représentant du peuple ». La cote ne comporte qu’une dizaine d’« états » en retour, la plupart sans aucune indication ou si peu, ainsi pour Luçon, Benet, Velluire, Mervent, etc. C’est à croire que le district de Fontenay-le-Peuple ne compte que de bons républicains.

381 Arch. dép. Vendée, L 1586, Commission militaire de Fontenay-le-Peuple, proccès-verbaux des audiences et jugements de la commission, 22 frimaire an II (12 décembre 1793)-23 germinal an II (12 avril 1794). Le premier jugement (22 février) concerne François Brand, « accusé d’avoir participé au complot de la mutinerie » ; ce dont il se défend précisant « qu’il n’en avait pas même eu connaissance » ; ce à quoi il lui est objecté par le jury « qu’il ne dit pas vray (sic) puisqu’il a lui-même fabriqué un fagot de paille qu’il a jeté contre la porte pour empêcher de la fermer dans le moment où l’un de ses camarades tenait la concierge à la gorge ». Une confrontation avec des « citoyens » ébranle la conviction du jury, lequel renvoie l’accusé « dans la prison pour plus ample information sur sa conduite ». Le second jugement rendu par « la Commission militaire de la citée de Fontenay établi le vingt-et-un de ce mois par le citoyen Lequinio Représentant du Peuple étant au pallay (sic) national », concerne Antoine Huguet accusé d’avoir tué un hussard, d’avoir été « du nombre de ceux qui se sont trouvés au ( ?) qui ont fusillé les troupes », d’avoir « été pris nanti de trois fusils et deux pistolets, de plomb en masse (sic) » Reconnu coupable, la commission ordonne qu’il soit « fusillé sur le champ par dix hommes ». La commission condamna à mort 202 prévenus sur les 332 qui comparurent devant elle.

382 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, séance du 29 frimaire an II (19 décembre 1793).

383 Arch. dép. Charente-Maritime, L388, Directoire du district. Dénonciations, 26 nivôse an II (15 janvier 1794).

384 Arch. mun. La Rochelle ; arch. dép. Charente-Maritime et autres sources.

385 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des délibérations, 22 frimaire (12 décembre 1793).

386 Arch. mun. La Rochelle, id., séance du 18 nivôse an II-7 janvier 1794.

387 Guerres de la Révolution française et du Premier Empire, op. cit., t. I, p. 375-376. Exposé de l’événement avec plan.

388 G. Thibaud, « Les combats de Charette de décembre 1793 à fin 1794 », Charette. L’itinéraire singulier d’un chef vendéen héroïque, actes du colloque de Legé, Nantes, Ouest Éditions, 1996, p. 73.

389 Serv. hist. Défense, B5/8, Armée des Côtes de La Rochelle. Garreau et Prieur à Comité de salut public, Nantes, 5 ventôse an II (23 février 1794).

390 Id., Hentz, Garreau et Francastel à Comité de salut public, Nantes, 1er ventôse an II (19 février 1794).

391 E. Lockroy, Une mission en Vendée. 1793, Paris, Ollendorf, 1884, dans la partie « Lettres de soldats », p. 314. Lettre de Jacques Perreau, caporal dans le 4e bataillon de la Charente Inférieure, contingent de La Rochelle, à ses parents, 25 pluviôse an II (13 février 1794).

392 Arch. nat., DIII 353, 1e liasse, Arrêté du 20 ventôse an II (10 mars 1794).

393 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/9, Conseil général de la commune, registre des délibérations, séance du 9 pluviôse an II (28 novembre 1793).

394 Arch. dép. Charente-Maritime, L383, Directoire du district de La Rochelle, arrêté du 9 pluviôse an II (28 janvier 1794) reproduit dans une séance des administrateurs du district à la même date.

395 Arch. nat., DIII 353 et Arch. mun. La Rochelle, 2D6/3, Arrêté du 1er pluviôse an II (20 janvier 1794).

396 Décret L17, 68 ; B38, 105 « relatif aux mesures pour la levée extraordinaire de chevaux ». Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. VI, p. 367

397 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux. Ces deux chiffres sont mentionnés lors de la séance du 22 nivôse (11 janvier 1794).

398 Arch. mun. La Rochelle, 2H6/1, Logement des troupes.

399 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux. Problème évoqué lors de la séance du 11 pluviôse.

400 Arch. mun. La Rochelle, 1H1/7, Conseil général de la commune. Affaires militaires, arrêté du 21 ventôse (11 mars 1794).

401 Arch. nat., AF/II/93, Arrêté du 28 septembre 1793, article 20.

402 Serv. hist. Défense, B5/8, Armée de l’Ouest. États du service de santé.

403 Arch. mun. La Rochelle, 1H1/7, Affaires militaires.

404 Bib. nat., R20.293 et L43-A.

405 Le recensement de 1792, énumérant le personnel travaillant à l’hôpital de la marine fait mention de « vingt-et-un galériens faisant fonction d’infirmiers ». Cf. R. Fontaine, « La population de Rochefort 1789-1799 », La Révolution française 1789-1799 à Rochefort. Poitiers, Projets éditions, 1989, p. 39.

406 Cf. Marines et Révolution, op. cit., p. 170.

407 Arch. nat., DIII 351, Arrêté du 11 frimaire an II. Cette peine sera effectivement prononcée pour ce motif et exécutée, notamment contre François Canque, Jean Chérat, Nicolas de la Haye et Pierre Maitroy. Cf. arch. mun. Rochefort, REV 8, Tribunal criminel et révolutionnaire de Rochefort, minutes de jugements, p. 29,77 et 273.

408 J.-N. Luc, « La Révolution et l’Empire », La Charente-Maritime. L’Aunis et la Saintonge des origines à nos jours, Saint-Jean d’Angely, Éditions Bordessoules, 1981, p. 302.

409 Arch. mun. Saintes, Ms691/4, Directoire de district de Saintes. Registre des délibérations, t. IV, p. 157-158.

410 Arch. dép. Vendée, L 69, Conseil général du département de la Vendée, procès-verbaux des séances, p. 162 recto, séance du 4 brumaire an II (22 octobre 1793) : « Laignelot et Lequinio Représentants du Peuple […], Considérant […] autorisent le citoyen Isnard sous-chef des Bureaux Civils des vivres de la marine à requérir des Blés froment et farines dans les départements de la Vendée et des Deux-sèvres, enjoignent aux autorités constituées de protéger de tout leur pouvoir le transport de blés, froment et farines… »

411 Arch. nat., W448, dossier 82, Lequinio à Parant, Rochefort, 28 brumaire an II (18 novembre 1793).

412 Arch. dép. Charente-Marime, L1325, Comité de surveillance de Rochefort. Registre des procès-verbaux de séances.

413 Arch. dép. Charente-Maritime, L1203, Tribunal révolutionnaire, dossier Rivière.

414 Le Moniteur universel, no 81, 21 frimaire an II (11 décembre 1793), t. XVIII, p. 80.

415 Décret L17,64 ; B38, 100. Cf. Collection des lois, décrets, ordonnances… op. cit., t. VI, p. 367.

416 Arch. nat., DIII 353, 2e liasse, Lequinio à Convention nationale, 1er pluviôse an II (20 janvier 1794).

417 Arch. mun. Saintes, fonds ancien et régional, Journal de Marillet. Histoire de la Révolution à Saintes, t. IV, p. 15. Notes du 21 nivôse an II (10 janvier 1794).

418 Arch. mun. Saintes, Ms691/4, Directoire du district de Saintes, registre des délibérations, p. 209, 26 frimaire an II-16 décembre 1793 ; délibération prise en exécution de la réquisition.

419 Arch. nat., DIII 353, 1e liasse, Arrêté du 16 nivôse an II (5 janvier 1794).

420 J.-M. Lequinio, Guerre de la Vendée et des Chouans, op. cit., p. 6, note 1 de bas de page. Ce voyage se situe à la mi-pluviôse (début février 1794).

421 Arch. nat., DIII 353, 2e liasse, Lequinio à Comité de salut public, 12 ventôse an II (2 mars 1794).

422 Arch. nat., DIII 353, 2e liasse, Lequinio à ministre de la Marine, 8 ventôse an II (26 février 1794). Le terme paraît désigner un ensemble de pièces destinées aux cordages pour la manœuvre des voiles.

423 Serv. hist. de la Marine Rochefort, A.1.A. 85, p. 108.

424 Le Moniteur universel, no 208, 30 nivôse an II, t. XIX, p. 294. Lequinio à Convention nationale, 28 nivôse an II (17 janvier 1794). « Une nouvelle encore plus satisfaisante pour les patriotes c’est que nous avons mis à l’eau le Jemmapes… »

425 Serv. hist. Marine Rochefort, A.1.A.85, Registre de correspondances, p. 108.

426 Id., p. 14.

427 Ibid., p. 115.

428 Arch. nat., DIII 351, pièce non datée et non signée.

429 Arch. dép. Charente-Maritime, L145, Arrêté du 13 frimaire an II (3 décembre 1794).

430 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des procès-verbaux, délibération du 23 mars 1793.

431 Arch. dép. Charente-Maritime, série judiciaire, L 1405, Contre Mathurin Guesdon.

432 Id., L1065-1 à L 1065-7, Contre Deshoullières, Deau, Bonneville, Baribault et Thibaut.

433 Décret B29, 136 du 23 avril 1793 « relatif aux prêtres non assermentés ». Article 5 : « Ceux des déportés en exécution des articles 1 et 2 ci-dessus qui rentreraient sur le territoire de la République seront punis de mort dans les vingt-quatre heures. » Tel ne fut pas exactement le cas du prêtre insermenté Joseph Herbert. Sur le personnage, voir Boutin, Fontenay-le-Comte, Imprimerie fontenaisienne, 1923.

434 Arch. mun. La Rochelle, E53, Décès no 751.

435 Arch. nat., AF/II/93, Arrêté du 28 septembre 1793, paragraphe 4 du préambule.

436 C. Valin, « La commission militaire de La Rochelle en l’an II (1793-1794) : organisation, fonctionnement, jurisprudence », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, op. cit., p. 73-125.

437 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1225, Commission militaire, registre des procès-verbaux de séances, p. 1.

438 Il apparaît seulement sur la liste du 8 vendémiaire an III (29 septembre 1794).

439 Ch. L. Chassin, « Table générale alphabétique et analytique », op. cit., p. 579.

440 Arch. mun. La Rochelle, 1H1, Affaires militaires, registre de la garde nationale de La Rochelle.

441 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1255, Commission militaire, registre des délibérations, p. 3.

442 Id., p. 21 et 23.

443 Ibid., p. 12.

444 Il s’agit de Guillaume Cox (1755-1793), prêtre originaire de Nantes, insermenté, capturé le 29 mai 1793. Sur le personnage, voir H. Cox-Boursinhac, « De Nantes à La Rochelle – fragments retrouvés de l’histoire de l’abbé Cox (1755-1793), prêtre nantais insermenté », Écrits d’Ouest, no 8, 1999, p. 75-98.

445 Arch. nat., AF/II/93, Lequinio et Laignelot à Comité de salut public, 17 brumaire an II (7 novembre 1793).

446 Cf. « La commission militaire de La Rochelle en l’an II (1793-1794…) », op. cit. p. 108-111, « Typologie du groupe des condamnés à mort, circonstances de leur arrestation et motifs des jugements » (tableau).

447 Arch. dép. Charente-Maritime, L1255, op. cit., p. 27.

448 Arch. mun. La Rochelle, E55 à 58, État civil. Registre des décès.

449 Le Moniteur universel, 29 nivôse an III (18 janvier 1795).

450 Méd. Nantes, collection Dugast-Matifeux, op. cit., volume 7, pièce 151.

451 Décret L13, 589, Collection des lois, décrets, ordonnances…, op. cit., t. V, p. 190-191.

452 Arch. nat., AF/II/93, pièce no 32, Lequinio à Convention nationale, 8 brumaire an II. Par allusion à la guillotine installée à La Rochelle, il annonce « nous en faisons fabriquer une qui, dans quelques jours, démâtera des scélérats ».

453 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1325, Comité de surveillance révolutionnaire de Rochefort, registre des délibérations, séance du 15 brumaire an II.

454 Serv. hist. de la Marine Rochefort, Registre 1A85, Adjoint à la première division du département de la marine à commandant de Rochefort Dalkéon, 26 brumaire an II (16 novembre 1793), p. 16.

455 Id., Adjoint de la première division du département de la marine à Dalkéon, commandant de la place, répercutant les instructions de son ministre, 30 brumaire an II (20 novembre 1793).

456 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1202, Journal de bord du Généreux du 4 mars 1793 au 18 septembre 1793, tribunal révolutionnaire de Rochefort.

457 Arch. nat., DIII 351, arrêté du 8 brumaire an II. Préambule : « Une machination perfide a failli d’anéantir votre liberté ; les infâmes satellites des tyrans, les Anglais, après avoir avec lâcheté corrompu par l’or quelques hommes de Toulon, indignes du nom de Français, après s’être emparés par la trahison de ce port fameux, après avoir égorgé les patriotes de cette cité malheureuse et fait mourir sur l’échafaud deux représentants du peuple, les Anglais avaient formé le projet d’employer les mêmes moyens, la mêmetrahison, la même scélératesse pour s’emparer des autres ports de France les plus importants. C’est pour cela qu’ils avaient dépêché de Toulon quatre vaisseaux, l’un pour Rochefort, un autre pour l’Orient et deux pour Brest. Sous prétexte de conduire dans ces ports les marins de l’arrondissement, ces vaisseaux étaient chargés d’y répandre l’esprit d’insurrection, de fédéralisme, de fanatisme et de royalisme, en un mot d’agir par toutes les voies pour tromper le peuple, se rendre maître des principaux arsenaux et préparer les habitants à la réception des vaisseaux anglais ; ceux-ci devaient ensuite y entrer comme à Toulon… »

458 Arch. mun. Rochefort, REV. 8, Tribunal criminel et révolutionnaire de Rochefort, registre des minutes de jugement, pièce 24 bis. Sont condamnés à mort :
– parmi les officiers du Généreux : les lieutenants Joseph Crassous et Michel Mage ;
– parmi les officiers de l’Apollon : les lieutenants et aspirants Jean Brelay, Louis Guérit, Jacques Campet, Jean Varenne et le chirurgien-majour Claude Bordeaux ;
– parmi les officiers du 77e Régiment d’Infanterie de marine embarqué sur l’Apollon : les capitaines Antoine Dourt et Henri Marizi.
Les aspirants François Golberg et Louis Bonnart sont condamnés à la déportation. Huit aspirants et lieutenants sont condamnés à six mois de détention. Certains enseignes de vaisseau et aspirants, tous les matelots, maîtres d’équipage, maîtres canon, maîtres voilier et maîtres charpentier sont acquittés.

459 Le Moniteur universel, no 117, 17 frimaire (7 décembre 1793), t. XVIII, p. 594. Lequinio et Laignelot à Convention nationale, 15 frimaire an II (5 décembre 1793).

460 Sur le développement de ce thème voir S. Wahnich, La liberté ou la mort. Essai sur la terreur et le terrorisme, Paris, La Fabrique éditions, 2003.

461 Pour une biographie assez complète sur le personnage, voir E. Lem, « Rigueur et solitude : Gustave Dechézeaux(1760-1794) », Écrits d’Ouest, no 7, 1998, p. 87-114.

462 Arch. mun. Rochefort, REV 12, Société populaire, registre des délibérations, séance du 21 décembre 1792, p. 62.

463 Id., p. 139.

464 G. Walter, Actes du tribunal révolutionnaire, Paris, Mercure de France, 1986, p. 211-349.

465 Décret B37, 181, Collection des lois, décrets, ordonnances, op. cit., t. VI, p. 334.

466 Arch. nat., DIII 351, Lequinio et Laignelot à comité de sûreté générale, 12 frimaire an II (2 décembre 1794).

467 Arch. mun. Rochefort, Conseil général de la commune, registre des délibérations, p. 159 verso. Séance du 1er prairial an II (20 mai 1795) au cours de laquelle a lieu l’instruction sur les circonstances dans lesquelles Gustave Dechézeaux a été arrêté. Le courrier de Jean Parant est retrouvé dans les archives du comité de surveillance de Rochefort.

468 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1204, Société populaire de La Flotte, registre des procès-verbaux de séances, séances des 21-22 nivôse an II (10-11 janvier 1794).

469 Le Moniteur universel, no 126, 6 pluviôse (24 janvier 1794), t. XIX, p. 994. Lequinio à Convention nationale : « Je vous annonce que l’ex-représentant Dechézeaux vient d’être jugé par le tribunal révolutionnaire. Il a payé de sa tête ses projets criminels de soulèvement contre Paris et la Convention. » À travers cette prose sont visés les sentiments fédéralistes imputés à Dechézeaux. Voir aussi la minute du jugement rendu notamment sous ce chef d’accusation. Arch. mun. Rochefort/Mer, Tribunal criminel et révolutionnaire de Rochefort, registre des minutes de jugement, pièce no 101.

470 Arch. dép. Charente-Maritime. L 1325. Comité de surveillance révolutionnaire de Rochefort. Registre des délibérations, séance du 29 brumaire an II.

471 Id., séance du 15 frimaire (5 décembre 1793).

472 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1195, État des jugements rendus par le tribunal criminel révolutionnaire établi à Rochefort. Parmi les personnalités ayant été condamnées à mort, figure également le vice-amiral Nicolas René Henry Grimoard, natif de Fontenay-le-Peuple, demeurant à Rochefort, condamné le 7 février 1794. Arch. mun. Rochefort/mer, Tribunal criminel…, op. cit., pièce no 153.

473 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1196, Registre de correspondances du tribunal révolutionnaire. Topsent et Garnier à « Citoyens composant l’agence des lois », 12 messidor an II (1er juillet 1794).

474 B. Plongeron, Histoire du christianisme, Paris, Desclée, 1997, t. X « Les défis de la modernité (1750-1840) », p. 365. « Déchristianisation n’appartient pas au vocabulaire révolutionnaire, aucun document d’époque ne mentionne le mot. »

475 J.-M. Lequinio, Adresse populaire aux habitants des campagnes, op. cit.

476 Les préjugés détruits, chapitre XXVII « Des tombeaux », p. 268. Ce chapitre couvre les pages 268 à 280.

477 Arch. nat., F7 3664, Directoire de La Rochelle à directoire du département de la Charente-Inférieure, 1er juin 1792.

478 Selon l’estimation du lieutenant de gendarmerie Dumarest lors de l’émeute de février 1792. Dumarest à ministre de l’Intérieur, 8 mars 1792.

479 Arch. mun. La Rochelle, 1i3/2, Registre de police, notes du 30 décembre 1792. « Parant, horloger, (déclare) qu’il savait qu’il y avait des prêtres en ville et qu’il fallait les dénoncer au maire. »

480 Le Moniteur universel, no 66, 6 frimaire an II (26 novembre 1793), t. XVII, p. 510. Extrait d’une lettre adressée par Lequinio et Laignelot à la Convention nationale.

481 Id.

482 Jacques Léonard Goire-Laplanche (1755-1817), député de la Nièvre.

483 Fouché (1759-1820), député de la Loire-Inférieure.

484 Jean-Baptiste Joseph Gobel (Than (Haut-Rhin), 1er septembre 1727-Paris, 13 avril 1794), suffragant de l’évêque de Bâle pour la partie française de ce diocèse lorsqu’éclate la Révolution française, il est élu député aux États généraux pour le clergé de Belfort. Il adhère à la Constitution civile du clergé et prête serment dès le 3 janvier 1791. Il est nommé évêque de Paris et installé par l’évêque d’Autun (Talleyrand).

485 M. Vovelle, La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être suprême, Paris, Éditions Complexe, 1988, p. 25.

486 J.-M. Lequinio, « Réflexions », Guerre de la Vendée et des chouans, op. cit., p. 170.

487 Id.

488 Bib. hist. Ville de Paris, 960.429, A. Lambert, Discours de morale, prononcé le deuxième décadi, 20 frimaire, an deuxième de la République une et indivisible, au temple de la vérité, ci-devant l’église des bénédictins à Angély-Boutonne, ci-devant Saint-Jean d’Angély, Rochefort, Jousserand, imprimeur du tribunal révolutionnaire, rue des jacobins, 23 pages, extraits des pages 3, 10 et 12.

489 Id., p. 13.

490 Ibid., p. 22. « Nous, représentants du peuple français, envoyés dans la Vendée, la Charente Inférieure, etc. (sic) ordonnons que ce discours, plein de la plus saine philosophie et propre à prouver ses progrès chez un des peuples les plus fanatiquement attachés aux idées issues de son culte, soit imprimé et envoyé à toutes les sociétés populaires de la République, qui sont elles-mêmes invitées, au nom du bien public, à le réimprimer et le répandre le plus qu’il leur sera possible. »

491 Arch. nat., F17 A1007, plaquette 3, pièce no 1263, Comité d’instruction publique. J.-M. Lequinio, Du bonheur, Rochefort, Jousserand, 2e décade de brumaire an II (10 novembre 1793), p. 4. Les houries sont des beautés célestes que le Coran promet aux musulmans fidèles dans le paradis d’Allah.

492 Les Préjugés détruits, op. cit., chapitre II « Des préjugés », p. 36. « et le plus grand obstacle qu’auront à vaincre les hommes vertueux qui tenteront d’appeler les Mahométans à la liberté sera de les amener à violer le précepte qui leur défend de s’instruire. »

493 Équivalent du paradis.

494 Du bonheur, p. 4.

495 Par exemple J. Jaures, Histoire socialiste de la Révolution française, op. cit., t. VI, chapitre « La déchristianisation », p. 333-334. « Ce n’est plus seulement contre les prêtres insermentés, ce n’est même plus contre l’Église, c’est contre le christianisme même qu’une partie du peuple révolutionnaire est soulevé. Et il essaie d’en arracher jusqu’à l’idée de l’esprit des hommes en détruisant les symboles et les emblèmes qui, par les yeux, le faisaient entrer dans la pensée… »

496 Méd. La Rochelle, Ms 1271 C, J.-M. Lequinio, Préjugés détruits, La Rochelle, Vincent Capon, 1er nivôse an II (21 décembre 1793), chapitre XXVI « De Jésus-Christ », p. 266. « Il peignit la dureté des riches ; il attaqua l’orgueil des rois ; il osa résister face aux tyrans ; il méprisa la gloire et la fortune, il fut sobre et soulagea l’indigence… » L’éloge occupe toute une page.

497 Id., p. 267.

498 Ibid., p. 267, paragraphe 2.

499 Ibid., chapitre XXVIII « De l’Impiété », p. 281, 284 et 285. Ce chapitre est l’un des plus longs de l’ouvrage.

500 Du bonheur, op. cit., p. 4.

501 J. Bart, « Le but de la société est le bonheur commun », Les déclarations de l’an I. Droits de l’homme et du citoyen, actes du colloque de Poitiers 2 et 3 décembre 1993, Paris, PUF, p. 133-135.

502 Du Bonheur, op. cit., extraits des pages 2 et 3.

503 Ibid., extraits des pages 4, 5 et 6.

504 Ibid., p. 7.

505 Ibid., p. 10.

506 Ibid., p. 11, extrait.

507 Ibid., p. 12.

508 Ibid., p. 13, extrait.

509 Ibid., p. 13 à 22.

510 Ibid., p. 14.

511 Ibid., p. 14-18.

512 Ibid., p. 19-22.

513 Arch. dép. Deux-Sèvres, Société populaire. Comité de correspondance. Rigaudon à société populaire de Niort, 12 brumaire an II (2 novembre 1793), p. 1.

514 Arch. nat., F17A 1007, plaquette 3, pièce no 1263, Mention portée au bas du texte signé Bertouy, président, Barbault-Royer, Indien ; Guérin et Charrier secrétaires. Dans la lettre d’accompagnement manuscrite adressée au Comité d’instruction publique de la Convention, le discours est jugé « bon pour propager le républicanisme dans les communes de la Charente-Inférieure ». Une lettre manuscrite du 9 frimaire (28 novembre 1793) accompagne un second envoi au même comité, signée Clissié, président, Benjamin Grabeuil, Frédéric (sans patronyme), secrétaires.

515 Le Moniteur universel, 16 brumaire an II, t. XVIII, p. 348. Lequinio et Laignelot à Convention nationale, extrait.

516 Arch. nat., DIII. 351, Arrêté du 8 brumaire an II (29 octobre 1793).

517 Arch. dép. Charente-Maritime, L1204, séries judiciaires, Contre O’Ryan et Aunis Garnier.

518 Id., et Arch. mun. Rochefort-sur-Mer, Tribunal criminel révolutionnaire de Rochefort, registre des minutes de jugement, pièce no 145. Un autre prêtre fut condamné à mort : Pierre Ribereys, curé de Jonzac « noble d’extraction », pour « avoir conspiré contre l’Unité et l’Indivisibilité de la République » ; 10 janvier 1794. Cf. id., pièce no 89. François Gréard, ci-devant capucin fut condamné à la déportation. Cf. id., pièce no 161 ainsi que Joseph Léonard, curé de Marennes, cf. ibid., pièce no 33. Pierre Chevallereau, curé de Saint-Christophe et Alexis Messin, curé de Marans furent acquittés. Cf. ibid., pièces no 301 et 309.

519 Arch. dép. Charente-Maritime, L1322, Société populaire d’Ars en Ré, registre des séances, séance du 23 brumaire an II (13 novembre 1793).

520 Arch. mun. Saintes, Journal de Marillet, op. cit., t. III, p. 324. « Robinet, qui a abdiqué honteusement son évêché, est allé cacher sa honte et sa turpitude dans une petite maison de campagne de son frère à Saint-Jean d’Angely… »

521 Le Moniteur universel, no 68, 2 frimaire an II (28 novembre 1793), t. XVIII, p. 525. Lequinio et Laignelot à Convention, 30 brumaire an I (20 novembre 1793), extrait.

522 Arch. mun. Rochefort, Bureau municipal, registre, actes, délibérations, déclarations.

523 J. Gerard, L’église constitutionnelle dite nationale dans les pays de Charente (1790-1802), Paris, La pensée universelle, 1985, p. 7.

524 M. Vovelle, La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être suprême, op. cit., p. 120.

525 J. Gerard, L’église constitutionnelle dite nationale…, op. cit., p. 88. Il situe la moyenne nationale autour des deux tiers d’abdications.

526 P. Lemonnier, « Le clergé de la Charente-Inférieure pendant la Révolution », Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, 1912, no 32, p. 22.

527 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, Conseil général de la commune, registre des délibérations, séance du 27 brumaire an II (17 novembre 1793).

528 Arch. mun. La Rochelle, 1D1/7, op. cit., séance du 27 brumaire an II,

529 Arch. dép. Charente-Maritime, L 1322, Société populaire d’Ars en Ré.

530 J. Manson, Les souvenirs de mon bisaïeul, 28 octobre 1890, texte inédit publié dans Les Cahiers d’Histoire de La Rochelle et de la Révolution, no 2, p. 150-159.

531 Coercition ?

532 J.-M. Lequinio, « Préface » et « Notes de bas de page », Les préjugés détruits, 3e édition, op. cit.

533 Décret L6, 646 ; B37, 174, Collection des lois, décrets, ordonnances…, t. VI, p. 33.

534 Arch. nat., DIII. 351, J.-M. Lequinio, Aux citoyens de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Charente-Inférieure, « Préambule », arrêté du 1er nivôse an II (21 décembre 1793).

535 Arch. nat., AF. II/37.

536 Id.

537 Méd. La Rochelle, Ms 639, folio 241, Lequinio à Comité de salut public, Rochefort, 1er pluviôse an II (20 janvier 1794).

538 M. Biard, Missionnaire de la République, op. cit., p. 541. L’auteur cite Arch. nat., X/643.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540