Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sujet communiste

 | 
Claude Pennetier
, 
Bernard Pudal

Deuxième partie. Être communiste en France

Regards comparatifs sur la biographie collective des communismes français et britannique1

Kevin Morgan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Parti communiste de Grande-Bretagne (PCGB) est resté un phénomène politique marginal. Durant ses 71 années d’existence (1920-1991), il n’est parvenu à faire élire qu’une poignée de parlementaires et tout au plus quelques centaines de conseillers municipaux ; et alors qu’il était au summum de son influence dans les années 1940, le nombre de ses membres ne dépassa jamais les soixante mille. C’était devenu un lieu commun au sein du Comintern de dire qu’il exerçait une influence proportionnellement beaucoup plus importante, en particulier à l’intérieur des syndicats : « On peut dire sans risque de se tromper qu’en Grande-Bretagne, un communiste influence au moins cent ouvriers » avait ainsi calculé avec beaucoup d’optimisme le chef de l’Internationale syndicale rouge en 19262. Comparé à d’autres au plan international, le PCGB fit preuve d’une porosité et d’un œcuménisme certain, et le communisme connut un certain succès dans la mesure où il respecta et sut utiliser cette culture ouvr...

Auteur

Professeur d’histoire à l’université de Manchester (Grande-Bretagne).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540