Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sujet communiste

 | 
Claude Pennetier
, 
Bernard Pudal

Deuxième partie. Être communiste en France

« Des hommes quelconques » ? La politique d’encadrement au crible de la sociobiographie (1944-1974)

Paul Boulland

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question des élites militantes communistes soulève deux enjeux fondamentaux et étroitement associés du point de vue de l’histoire et de la sociologie du PCF : celui de la constitution d’un personnel politique majoritairement issu des classes populaires et celui du pouvoir exercé par l’institution partisane sur ses membres. Dans son « ethnographie des communistes français », Annie Kriegel répondait à cette problématique par une formule qui synthétise le paradigme que nous nous efforcerons de questionner ici : « Un dirigeant communiste se reconnaît à ce qu’il est un homme quelconque1. » La connotation péjorative de ce dernier adjectif est assumée par l’auteure, qui évoque la « médiocrité2 » des dirigeants, dans un registre symptomatique d’une double disqualification des militants et des classes populaires. Au sens de « n’importe quel », le terme désigne également des acteurs indistincts ou interchangeables, dans la mesure où « le Parti constitue la dimension unificatrice dans laque...

Auteur

Historien, chercheur au Centre d’histoire sociale du XXe siècle de Paris I.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540