Version classiqueVersion mobile

Le sujet communiste

 | 
Claude Pennetier
, 
Bernard Pudal

Première partie. Le sujet « stalinien »

La « Soviet Subjectivity » : le journal personnel comme laboratoire du moi dans l’URSS stalinienne

Catherine Depretto

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le contexte historiographique

Les études sur la « Soviet Subjectivity » sont solidaires du « tournant culturel » qui marque l’historiographie de l’URSS à compter des années 1990 et s’attache à retracer les logiques sociales ou individuelles, en opérant à partir du subjectif. Les travaux d’histoire sociale des deux décennies précédentes (1970-1980) avaient déjà largement battu en brèche l’idée que la société soviétique était totalement atomisée et que ses représentants étaient entièrement manipulés par la propagande d’un État totalitaire omnipotent1. Avec l’ouverture des archives, l’effondrement de l’URSS et l’abolition de la censure soviétique en 1991, l’accès à de nouveaux documents a donné une impulsion décisive à la volonté de prise en compte de l’individuel. Au nombre de ces matériaux figurent les lettres adressées par les citoyens soviétiques à différentes institutions, aux dirigeants de tous niveaux et surtout les rapports (compilations) de la police (« svodki Tcheka-OGPU-NKVD ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search