Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport dans la presse communiste

 | 
Michaël Attali
, 
Évelyne Combeau-Mari

Quatrième partie. Les années 1960-1970 : nouveaux publics, nouveaux acteurs

Témoignages, quotidien communiste de l’île de La Réunion et les Jeux des îles de l’océan Indien en 1979

Claude Calvini

Texte intégral

  • 1 De fait, ce n’est qu’en 1971, lorsque l’Office municipal des sports de la commune de Paul Vergès, (...)
  • 2 Y. Combeau, P. Eve, S. Fuma, E. Maestri, Histoire de La Réunion, de la colonie à la région, Paris, (...)
  • 3 Son parti n’ayant pas une représentativité nationale, P. Vergès n’a accès ni à la radio, ni aux ch (...)
  • 4 Le rédacteur en chef et un journaliste de ce quotidien sont à l’origine de la création de la Ligue (...)

1Après dix années passées en Asie, le docteur Raymond Vergès retrouve l’île de La Réunion en 1931. Membre de l’élite dirigeante de la colonie et positionné à gauche sur l’échiquier politique, il contribue à la formation d’un front départementaliste dès la fin des années 1930 et développe ses idées dans les colonnes de l’hebdomadaire Témoignages qu’il fonde en 1944. Élu maire de Saint-Denis, puis député la même année 1945, R. Vergès vote, avec le groupe parlementaire du Parti communiste français (PCF), la proposition de loi en faveur de la création de quatre départements d’outre-mer, adoptée le 19 mars 1946. Mais, cette évolution reste sans conséquence sur la vie quotidienne de la population de l’île. Face à ce constat et à la progression de la droite, les communistes réagissent en promouvant le concept d’autonomie au sein du Parti communiste réunionnais (PCR), dont Paul Vergès est le président à sa création en 1958. Témoignages, organe de presse officiel de ce nouveau parti s’étoffe. Il devient un quotidien de huit pages dans lequel le sport, même régional1, est quasi inexistant. Durant cette longue période de bipolarisation politique PCR contre RPF (Rassemblement pour la France)2, il est la principale marque d’opposition3 à Michel Debré, élu député de La Réunion en 1963. Ce dernier et la Droite départementaliste obtiennent de leur côté le soutien inconditionnel du Journal de l’île de La Réunion (JIR), quotidien fortement impliqué dans le monde sportif4. Les années 1970 cristallisent les duels : autonomistes contre départementalistes, chaque groupe identifié à son leader, Vergès contre Debré et à son titre, Témoignages contre JIR.

  • 5 Initialement, ce sont La Réunion, l’île Maurice, les Maldives et le Sri Lanka qui doivent se renco (...)
  • 6 Témoignages, 26 octobre 1976.
  • 7 Comité régional olympique et sportif, créé en 1974.

2Dans un contexte tendu, en octobre 1976, le président de la République Giscard d’Estaing annonce l’organisation des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) pour 19795. Peu de réactions de la part du journal communiste, sinon quelques lignes pour regretter la petitesse de ces Jeux, qualifiés de « Jeux de croupions6 ». En l’absence de journaliste spécialisé, le sport, outil d’acculturation pendant la période coloniale, ne fait pas l’objet d’une réelle analyse. En cette période, seuls les objectifs sportifs des initiateurs des JIOI, à savoir les responsables du CROS7, sont exposés dans les colonnes du JIR. Pourtant, le contexte géopolitique dans la zone représente un facteur important de l’instauration des JIOI et de l’investissement de l’État français. Il faut donc attendre 1979 pour voir Témoignages s’intéresser à l’organisation de pratiques sportives. La rédaction décide alors de modifier sa politique éditoriale pour couvrir un événement dont elle conteste la tenue.

3Il s’avère dès lors opportun de relire dans Témoignages l’analyse de la manifestation internationale et la critique du parti politique. La première partie de l’étude rappelle l’impact du contexte international sur l’organisation des Jeux, tel qu’il est perçu et interprété par les rédacteurs de Témoignages. Ces mêmes auteurs établissent régulièrement un lien entre l’événement sportif et le contexte socio-politique réunionnais. C’est l’objet de notre seconde partie.

4La neutralité du Quotidien de La Réunion, fondé en 1976 pour renouveler le paysage médiatique, nous autorise à limiter notre attention à deux journaux. Le JIR, quotidien de 16 pages est vendu en librairie pendant que son adversaire communiste, Témoignages est distribué par abonnement et par quelques commerçants sympathisants.

Géopolitique et Jeux des îles de l’océan Indien

5Le contexte géopolitique est un facteur important de l’instauration des JIOI et de la forte implication de l’État français. Sur l’océan Indien dans son ensemble, après les pertes de Madagascar et des Comores, la France entend restaurer une image positive face aux deux leaders de la guerre froide : Américains et Soviétiques. Concernant la zone plus étroite des îles du sud-ouest, on note une forte poussée de la gauche, qui inquiète le gouvernement et le conduit à réviser sa position. Parmi les événements les plus marquants, nous pouvons citer :

  • 1971 : en échec depuis 1958, le Parti communiste gagne les élections municipales dans trois communes de La Réunion et signe, avec groupe socialiste8 de Wilfrid Bertile favorable à l’autonomie, la Convention de Morne-Rouge, en Martinique, pour l’autonomie des DOM dans la France ;
  • 1972 : deuxième indépendance de Madagascar et instauration d’une économie calquée sur le modèle socialiste ;
  • 1974 : échec de M. Debré (il a appelé à voter J. Chaban-Delmas) et victoire de la Gauche autonomiste. Mitterrand remporte 50,3 % des suffrages à La Réunion ;
  • 1975 : indépendance des Comores et autonomie des Seychelles ;
  • 1976 : indépendance des Seychelles ;
  • 1976 : très forte poussée du Mouvement militant mauricien, parti membre de la Conférence des partis et organisations progressistes des îles du sud-ouest de l’océan Indien, à laquelle adhèrent Madagascar, les Seychelles et le PCR.

6Le positionnement de la France est délicat car elle a, dans la zone, des intérêts politique, économique et stratégique sur les grandes routes maritimes. Elle doit affronter les attaques de l’Organisation de l’unité africaine et de l’Organisation des Nations unies sur la question de Mayotte et des Comores. Si les Jeux incarnent une forme de rayonnement culturel de la France, les tensions internationales et la situation sociale chaotique de l’île font la part belle aux journalistes de Témoignages. Ils ne se privent pas de recentrer l’organisation de ces JIOI sur les problèmes sociaux, afin de démontrer leur inutilité et le gaspillage des fonds publics en période difficile.

L’océan Indien, zone stratégique

  • 9 Témoignages, 27 juillet 1979.

« Où sont la fête et la paix lorsqu’on nie jusqu’à l’existence du peuple réunionnais, hôte de ces Jeux,…, lorsqu’on transforme l’île en base militaire menaçant les peuples voisins et lorsque les armées impérialistes édifient leur Diego Garcia atomique et leur station Omega. C’est seulement quand nous serons autonomes que nous pourrons parler de fête9. »

  • 10 Amiral H. Labrousse, entretien, Journal de l’Île de La Réunion, 8 août 1979.

7Après le classique rappel du principal objectif du PCR, à savoir l’autonomie, l’intérêt du texte, repose sur la relation établie entre les Jeux des îles et les enjeux militaires. La situation dans la zone océan Indien depuis le début des années 1960-1970 explique, en effet, la récurrence de ce dernier thème dans le quotidien. L’instauration des Jeux est un élément de l’affirmation de la présence française. La France, avec La Réunion et Mayotte, reste le seul pays occidental riverain. Or, Américains et Soviétiques y ont développé leurs camps militaires, surtout avec la réouverture, en 1975, du canal de Suez. Les bases de Diego-Garcia, pour les premiers, et de la Somalie (puis de l’Éthiopie en 1977) pour les seconds, permettent une présence permanente à proximité de zones sensibles, comme le Moyen-Orient, par exemple, et la sécurisation de l’approvisionnement en pétrole. 80 % de celui des États membres de l’alliance Atlantique transite par le cap de Bonne-Espérance10.

  • 11 La force navale française comprend 18 bâtiments dont plusieurs équipés de missiles. Y. Prats, « L’ (...)
  • 12 Le commandement de la marine française dans l’océan Indien s’effectue, dans les années 1970, à par (...)

8Tout en relevant l’absence significative de référence à l’intervention de l’Union soviétique dans l’article de Témoignages, il convient de relativiser les propos du journaliste quant à la transformation de l’île de La Réunion en base militaire. Les forces armées qui ont dû quitter Madagascar en 1975 pour s’installer à Saint-Denis et à Saint-Pierre n’affichent pas une réelle menace pour les pays voisins. C’est au large de l’île que le gouvernement français a choisi d’exprimer sa force militaire en développant sa flotte. En 1976, la présence navale française serait, d’après Yves Prats11, la plus importante de la zone, avec un poste de commandement embarqué12, faute de mouillages sûrs à La Réunion.

  • 13 H. Finch, « Le rôle de l’antenne Omega à La Réunion pendant la Guerre Froide », Revue Historique d (...)

9Enfin, dans le cadre géographiquement large de l’adaptation des forces à l’évolution des tensions internationales, le journaliste du quotidien communiste évoque la station Omega. Pour l’immense majorité des Réunionnais, l’antenne Omega, construite en 1973 par la France et haute de 428 mètres, sert au positionnement des navires civils et aurait pour seul défaut de perturber l’éclairage du stade olympique de Saint-Paul, situé 200 mètres plus loin. C’est dans ce stade que se déroulent la cérémonie d’ouverture des Jeux et plusieurs compétitions. Y faire référence dans un article traitant du « rôle des armées impérialistes » dans la zone ne peut qu’interpeler le lecteur s’il ne sait pas, qu’en réalité, l’antenne est une commande des Américains et qu’elle est « l’un des rouages de leur système militaire de défense » pour la localisation de leurs sous-marins nucléaires et de ceux de leurs homologues soviétiques. Comme le précise Héloïse Finch, « ce qui est étonnant, c’est la manière audacieuse par laquelle la France a essayé de cacher cette maîtrise américaine de l’océan Indien en installant la Tour Omega à La Réunion en tant qu’expression du progrès national français13 ». La situation est d’autant plus surprenante qu’elle y est parvenue, aidée par le JIR et le silence de Témoignages, alors que le PCF s’est exprimé contre le nucléaire militaire français. Le contexte social caractérisé par une faible élite éduquée et un très fort pourcentage de la population soutenu par l’État, explique le peu d’opposition au projet.

Madagascar

  • 14 É. Combeau-Mari, Sport et décolonisation, La Réunion de 1946 à la fin des années 60, Paris, L’Harm (...)
  • 15 Y.-É. Houpert, Les Jeux des îles de l’océan Indien, Sport et géopolitique, Paris, L’Harmattan, 200 (...)
  • 16 Témoignages, 22 février 1979.

10« La politique de la France à l’égard de l’Outre-mer en matière de sport se matérialise au travers d’un certain nombre d’objectifs […] dont celui majeur de rayonnement politique sur la scène internationale impulsé par Charles de Gaulle14. » Il faut pour cela que les pays présents affichent une certaine représentativité au niveau régional, si ce n’est mondial et, dans cette optique, Madagascar est un pilier de l’organisation française, même s’il n’est pas membre du Comité international des Jeux. « Eu égard à sa place dans l’océan Indien, ce serait même logique. Mais […] emmené par le nouveau président Didier Ratsiraka, le gouvernement malgache refuse de participer car il ne veut pas servir de caution à l’omniprésence française dans l’océan Indien15. » C’est avec un brin d’ironie que le journaliste de Témoignages annonce en février 1979 le retrait de ce pays en parlant des « Jeux de certaines îles de l’océan Indien16 ».

  • 17 C’est l’appellation officielle du programme de Didier Ratsiraka.
  • 18 En 1952, des dizaines de familles pauvres sont déplacées volontairement de La Réunion vers une rég (...)
  • 19 Il s’agit des îles d’Europa, Juan de Nova, Bassas da India et des Glorieuses.
  • 20 Le secrétaire d’État aux DOM-TOM, Paul Dijoux, parle de pays sous-développés qui feraient mieux de (...)
  • 21 J.-L. Calvet, « Madagascar », Annuaire des Pays de l’Océan Indien, vol. 3, 1978, p. 382.

11Tout juste après les Jeux de la communauté organisés par la France en 1960, la Grande Île obtient son indépendance et signe avec l’ancienne puissance coloniale une convention de coopération. La situation diffère à la fin de la première République en 1972 du fait de l’application du programme national-socialiste17 du nouveau président Didier Ratsiraka trois ans plus tard. Malgré la politique de collaboration de ce pays avec la Chine, l’URSS ou la Corée du Nord, la France reste son premier bailleur de fonds. De fait, en 1976, des accords de coopération, confirmés par l’entretien Ratsiraka-Giscard d’Estaing de juin, précèdent l’annonce, en octobre, de la réalisation des Jeux. Mais, avec l’expulsion des Réunionnais de la Sakay18, le départ motivé par les nationalisations de plus de 5000 Français et la demande de restitution des îlots français19 auprès de l’OUA en 1978, les relations se dégradent20. Témoignages et le PCR apportent un soutien inconditionnel au gouvernement malgache, alors que la Droite réunionnaise réagit vivement, frôlant le « dérapage verbal ». Toutefois, « une diplomatie militante n’interdit pas une politique de coopération tous azimuts21 ». Ainsi, le gouvernement malgache donne son aval à la participation de ses sportifs avant de se rétracter une première fois en février 1979. Témoignages justifie sans réserve l’annulation. Les Malgaches reviennent rapidement sur leur décision pour, lors d’un ultime changement, annoncer leur retrait définitif. Aux problèmes économiques, s’ajoutent des raisons diplomatiques. Didier Ratsiraka ayant tenu des propos peu amènes à l’encontre de l’ancien colonisateur, les responsables français refusent de transporter les sportifs malgaches vers La Réunion, alors qu’ils le feront pour d’autres nations.

Les Comores et Mayotte

  • 22 Témoignages, 28 et 30 août 1979, 1, 4 et 7 septembre 1979.

12« Et Mayotte ?… », « Où est passé Mayotte ? », « Mayotte toujours introuvable », « … et si l’on reparlait de Mayotte », « Springboks, Mayotte, le Journal de la Réunion est plus raciste que jamais ». Témoignages22 ne manque pas d’humour pour soulever la question de l’absence de l’île française aux JIOI. Le silence des organisateurs, et par corollaire leur embarras, offre au PCR, défenseur des thèses de l’OUA pour le retour de Mayotte au sein de l’archipel, l’opportunité de démontrer l’incongruité de la situation. Rappelons qu’en 1975 la France propose l’indépendance des Comores après approbation des quatre îles. Mayotte ayant voté à 63 % pour le maintien dans la République française devient collectivité territoriale, malgré la désapprobation de l’ONU et de l’OUA. Après une période de rupture des relations avec les Comores (durant le gouvernement socialiste d’Ali Soilih, 1976-1977), en 1978, la coopération reprend avec le président Abdallah. La participation de l’archipel fait suite à ces nouveaux accords.

13Pour Témoignages, ce n’est pas la présence des Comores qui dérange mais l’absence de Mayotte. Et, c’est là du « pain béni » pour ses journalistes, d’où l’abondance d’articles ! Il est exact que le silence des autres médias réunionnais témoigne de la perplexité générale. Surtout, comme le rappelle le quotidien communiste, après leurs multiples commentaires élogieux suite aux 90 % de votes en faveur du RPR mahorais aux élections européennes du 10 juin 1979. Témoignages profite donc de l’occasion pour critiquer le JIR et les hommes politiques de Droite qui ont soutenu la sécession de Mayotte quatre ans plus tôt. Les titres des articles restent dans la logique des convictions défendues par le PCR.

  • 1er septembre 1979 : « Mayotte n’est-elle plus une île de l’océan Indien ? Ou bien cette île a-t-elle été subitement désertée par tous ses habitants ? » ;
  • septembre : « À quel moment a-t-il (le JIR) dénoncé, concernant Mayotte, que la politique soit mêlée au sport ? » ;
  • septembre : « Y a-t-il meilleure démonstration que pour les métropoles, les colonisés n’ont jamais pesé bien lourd, à ce point qu’on peut même nier leur existence. »
  • 23 Témoignages, 29 août 1979.

14La présence de Mayotte aux Jeux aurait en effet posé problème, avec la menace de retrait, annoncée par Témoignages, des Maldives, des Comores, de Maurice23 et celui possible des Seychellois. Ces pays ont voté, à l’OUA en 1978, la motion en faveur de la décolonisation de La Réunion et du droit du peuple réunionnais à l’autodétermination. Seuls les Mauriciens ont toujours adopté une position modérée sur la question. Quoi qu’il en soit, l’absence de Mayotte n’empêche pas le retentissement des JIOI dans l’océan Indien. L’opportunité de la participation de cette collectivité française soulèvera de nombreux débats au sein des comités d’organisation des Jeux suivants. Ce n’est guère le cas en 1979 car la population mahoraise est encore peu nombreuse à La Réunion. Son absence passe inaperçue et seul Témoignages y fait référence à plusieurs reprises. Dans son regard critique sur les JIOI, le quotidien ménage une part à l’analyse internationale. Mais, en tant qu’organe de « défense des sans défense », il privilégie les problèmes sociaux.

« Les Jeux de dupes »

Couverture des JIOI par Témoignages et le Journal de l’île de La Réunion.
Avant (du 1er août au 25 août 1979) et pendant (du 26 août au 4 septembre) les épreuves.

  • 24 De son côté, le JIR octroie 3 à 5 pages de comptes-rendus, sur les 16 pages quotidiennes.
  • 25 É. Combeau-Mari, op. cit., p. 387.
  • 26 En août 1979, avant les Jeux, 6,5 pages sont attribuées au tour de l’île cycliste, 2,7 aux Interqu (...)

15Le JIR excepté, la rubrique sportive des journaux réunionnais relève plus de l’anecdote que du professionnalisme. Elle est, pour ainsi dire, absente dans Témoignages jusqu’aux années 1970. On note une progression due aux Jeux des îles et à l’instauration de pratiques sportives à l’initiative des municipalités communistes. Sur la période des JIOI, les comptes-rendus occupent 8,5 pages (sur un total de 72 pages)24 et le football est exceptionnellement pris en considération. Car, depuis sa création en 1956, la Ligue réunionnaise de football est étroitement associée au JIR et « étiquetée à droite de l’échiquier politique dans la défense des intérêts de M. Debré et dans un combat farouche contre le communisme25 ». De son côté, Témoignages suit les compétitions de cyclisme organisées par le plus grand club de l’île, la Port pédale association, et les Interquartiers de football initiés en 1973 par l’Office municipal des sports du Port, la ville de P. Vergès26.

16Dès le début des Jeux, 1/5e du journal, ce qui est important, est consacré à l’événement, avec une prédilection pour les questions sociales et politiques qui, seules, apparaîtront parfois à la une.

Les Jeux des îles et la société réunionnaise

  • 27 Témoignages, 4 septembre 1979.
  • 28 Témoignages, 27 août 1979.
  • 29 Témoignages, 26 août 1979.

17« Le pouvoir a utilisé le sport pendant une semaine pour tenter de mettre la confusion générale dans les esprits. Aujourd’hui, c’est fini et il reste un pays en crise27. » La Réunion a pourtant vécu un bouleversement structurel avec la politique des grands travaux des années 1960-1970 et l’état sanitaire de ses habitants a connu une forte amélioration, mais le chômage a augmenté et les conditions de vie, surtout en dehors des grandes villes, restent très difficiles. Sur une organisation de l’ampleur des Jeux, Témoignages relève certaines dépenses, incongrues à ses yeux28, qu’il met en parallèle avec les 1 000 enfants du lendit de la cérémonie d’ouverture qui évoluent pieds nus. La remarque s’avère pertinente, car en 1979 de nombreuses familles ne disposent pas des moyens pour acheter une paire de tennis. Le journaliste conclut : « Qui croira qu’il n’y avait pas de quoi leur acheter des chaussures, alors qu’on est allé chercher les autres délégations en avion29. »

  • 30 Témoignages, 18 juillet 1979.
  • 31 Il en est ainsi pour les communes de l’Est, du Sud sauvage et des hauts de l’île.
  • 32 Témoignages, 22 mai 1979.

18C’est en sportif et homme politique qu’Alain Armand aborde le problème de fond du sport dans l’île. Dans l’un des rares articles signés, il note que le faible niveau des sportifs réunionnais tient aux conditions de vie de la population. « Faire du sport, c’est bien beau, mais encore faut-il que le jeune n’ait pas le ventre trop vide et ne soit pas trop pris aux corvées domestiques30. » Il relève aussi, avant de conclure, la faible pratique sportive à l’école et l’absence de cadres techniques. De même, le 27 août, un de ses collègues rapporte le déficit en professeurs d’EPS et le manque de stades ou de piscines. Il aurait pu aussi préciser qu’aucune municipalité de gauche ne bénéficie de nouvelle infrastructure et n’accueille une compétition des Jeux31. Il répond ainsi à son confrère qui, le 22 mai, se demande si l’on ne va pas « vers un équipement totalement déséquilibré dans le domaine sportif32 ».

  • 33 « Allez encore chercher des métropolitains de France, il n’y a pas de créoles dans cette équipe, f (...)

19Qu’il s’agisse d’une décision rédactionnelle ou d’un style de présentation, les colonnes sportives de Témoignages ne fournissent guère de détails. Le choix des pratiques ou même l’aspect culturel de la manifestation, arguments favorables aux thèses du PCR dans son combat contre M. Debré et les départementalistes, sont totalement ignorés. Le football fait exception avec, les 30 et 31 août 1979, des remarques sur l’origine sociale et « géographique » des compétiteurs : « Alé rod ankor zorey en France, la poin kréol dann lékip la, fé ni ankor lantréner larzan33 » : autant de quolibets provenant de spectateurs qui ne se retrouvent pas dans les pratiquants sur le terrain, surtout quand ils perdent ! Mais, aucun article ne précise qu’en rugby, par exemple, seules deux équipes étaient en compétition : une grande majorité de « Zoreys » de La Réunion contre les Franco-Mauriciens blancs. La situation est relativement identique en voile et en tennis. Quant à la natation, les champions métropolitains n’ont pas de peine à gagner face à des nations qui, à l’exemple de Maurice, ne disposent pas de piscine publique.

  • 34 Le moring est un « combat dansé » rythmé par un tambour et le maloya est la danse des esclaves.
  • 35 Il s’agit d’un mariage, du transport du bois par les enfants et de la course « la roue l’auto » (d (...)
  • 36 JIR, 3 septembre 1979.

20Enfin, le moring et le maloya34 n’apparaissent pas lors des Jeux. Ces pratiques pérennisées dans la clandestinité depuis la période de l’esclavage, évoquent à La Réunion, un très fort lien entre sport et culture. Le PCR les promeut dans le courant des années 1970 afin de mettre en avant la thématique de l’identité réunionnaise. Pourtant, à côté du très touristique séga, les organisateurs présentent, lors de la cérémonie de clôture, trois tableaux significatifs de la vie traditionnelle35. Paradoxalement, c’est dans le JIR que nous trouvons un article illustré de photographies sur le sujet36. Témoignages ne réagit pas alors que son concurrent vient sur son terrain de prédilection. Une photo corrobore une de ses critiques : les gradins du stade sont loin d’être complets. La reconquête de l’identité réunionnaise, initiée par les Communistes, en est encore à ses balbutiements et explique le silence dans les colonnes du journal centrées sur le combat politique.

Une vision politique des Jeux

  • 37 M. Clare, « Le bon usage des Jeux », paru dans l’Équipe et reproduit intégralement dans le JIR du (...)

« Quand on vient de l’extérieur, sans avoir eu une connaissance approfondie des problèmes spécifiques qui se posent à La Réunion, la première question qui vient à l’esprit est celle-ci : à quoi vont servir ces premiers Jeux des Îles de l’Océan Indien, ou plus précisément encore, à qui ?… N’étant pas dans le secret des dieux, je m’interroge sur le point de savoir quel a été le dessein profond du Gouvernement français en appuyant avec beaucoup de moyens ces premiers Jeux. J’espère que les arrière-pensées politiques et l’esprit chauvin l’ont cédé devant le souci de promouvoir plus intensément une forme d’humanisme sportif… Je n’en suis pas cependant, après plusieurs jours, totalement convaincu37. »

  • 38 Discours du président Giscard d’Estaing, le 20 octobre 1976 à Saint-Denis.

21Lorsqu’il écrit ces lignes, Michel Clare a intégré la déclaration du président Giscard d’Estaing proclamée lors de son passage à La Réunion en 1976 : « Alors, naturellement, si ces Jeux sont organisés, à l’exemple des Jeux Olympiques, c’est évidemment pour que vous les gagniez38. » Si Témoignages reprend à son avantage les propos du journaliste parisien, son absence de commentaire sur la phrase du chef de l’État ne laisse pas de nous surprendre.

  • 39 Il s’agit des représentants du Front progressiste du peuple seychellois, du Front pour la défense (...)
  • 40 Témoignages, 7 septembre 1979.
  • 41 Notamment pour les Maldives et les Comores.
  • 42 H. Maurin, J. Lentge, Mémorial de La Réunion, vol. 7, Australe Éditions, 1989, p. 443.

22Depuis 1971, les communistes réunionnais participent à des rencontres dont la finalité officielle est la transformation de l’océan Indien en zone de paix. En mai 1979, les acteurs du congrès des Organisations et partis progressistes des îles du sud-ouest de l’océan Indien39 réitèrent leur souhait d’une démilitarisation de la zone. Dès lors, le quotidien s’étonne de la présence, voire de l’omniprésence, de l’armée française lors des Jeux. Il relève qu’après le transport de compétiteurs étrangers par les avions militaires, la cérémonie d’ouverture au rythme musical martial présente des parachutistes du 2e RPIMA. Les gardes mobiles occupent les stades et les routes. Jusqu’aux serveurs du restaurant du village des Jeux qui arborent une « tenue léopard » ! Il s’agit aux yeux du journaliste d’une démonstration de force pour les régimes voisins, voire d’une menace : « Puissent les athlètes venus des autres îles ne pas avoir à les revoir chez eux dans d’autres conditions40. » Notons, pour relativiser la sévérité des propos, que la prise en charge du transport des délégations est sollicitée par les nations participantes41. En 1979, seule l’armée dispose en effet des moyens nécessaires. De plus, photos et commentaires42 attestent que les parachutistes de la cérémonie d’ouverture étaient membres du Para-Club de Bourbon.

  • 43 Témoignages, 13 août 1979.
  • 44 Témoignages, 18/19 août 1979.
  • 45 Les Jeux, prévus à Maurice en 1983, ne se dérouleront que deux ans plus tard avec l’aide financièr (...)

23Sur le plan sportif, la démonstration de force est indéniable. Les multiples stages et rencontres internationales permettent à la délégation réunionnaise de terminer largement en tête au classement des médailles. Selon Témoignages, les résultats confirment l’aboutissement d’une opération politique visant à « charmer les voisins sur la grandeur du colonialisme français43 ». « Financièrement, on a mis tout le paquet… pour retourner les sportifs invités ici contre la politique pratiquée dans leur pays et les faire tomber dans le piège aux alouettes de la départementalisation44. » L’immense succès des JIOI de 1985, organisés par l’adversaire principal, l’île Maurice, semble contredire les thèses de l’organe de presse du PCR D’ailleurs, dès 1979, une lecture plus fine des résultats relativise la supériorité française avec des performances, finalement assez modestes sur un plan international, malgré la qualité de l’organisation et des installations. En plaçant « la barre » très haut, la France a su se rendre indispensable pour les éditions futures45.

  • 46 G. Gauvin, Michel Debré et l’île de La Réunion (1959-1967), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 135.
  • 47 Témoignages, 18-19 et 24 août 1979.
  • 48 Témoignages, 4 septembre 1979.

24La lecture du journal atteste quotidiennement du combat mené par les communistes contre la droite et M. Debré. Ce dernier, malgré sa baisse de popularité depuis 1974, conserve ses supporters, dont le JIR, et reste convaincu « que la seule chance de survie économique et sociale pour l’île est de rester française46 ». Fort de son mandat européen obtenu en juin 1979, le leader communiste insiste de son côté sur le problème du chômage qui touche en priorité les ouvriers et employés agricoles. Dans ce contexte, Témoignages rappelle l’inopportunité des Jeux des îles. Il considère que l’éclat apporté à cette manifestation par les instances gouvernementales ne se limite pas à une opération de prestige et d’affirmation de la supériorité française. Paraphrasant l’idée développée par Jean Meynaud dans son ouvrage Sport et politique, le rédacteur affirme que les Jeux servent à « mobiliser les Réunionnais sur des activités ludiques, afin de les détourner des luttes et des difficultés préoccupantes47 ». L’article poursuit dans la même veine en disant que tous les bénévoles dévoués à la cause du sport ont servi sans le savoir les objectifs inavoués des départementalistes au même titre que le directeur de l’usine sucrière proche du stade olympique, qui, lui, aurait sciemment stoppé la production pendant la cérémonie d’ouverture pour éviter que les fumées indisposent les personnalités de la tribune officielle. « Les Jeux passent avant les cannes et avant le travail des planteurs48. » Mais, peut-être, la fumée aurait-elle pu perturber l’atterrissage des parachutistes ! Difficile de répondre, le JIR n’ayant pas abordé ce sujet ! Une pointe de moquerie pour conclure sur l’analyse de la presse locale, inspirée par deux visions politiques radicalement opposées.

Conclusion

25Les lectures de Témoignages et du JIR s’avèrent complémentaires pour l’historien désirant se faire une idée de la réalité des Jeux. Organe de presse du PCR, peu porté jusqu’alors sur la chose sportive, Témoignages perçoit tardivement l’opportunité d’aller sur le terrain de ses adversaires avec quelques arguments solides. Les Jeux des îles de l’océan Indien, organisés par l’État Français en 1979, apparaissent pour le titre comme une véritable opportunité. Délaissant la dimension amicale et fraternelle de la compétition, les journalistes analysent l’événement à l’aune de leur combat politique, privilégiant les thématiques du statut de l’île et de l’égalité sociale. Les commentaires sur le déroulement des Jeux montrent néanmoins les limites d’un journalisme sportif de circonstances. La critique systématique nuit à l’argumentation anticolonialiste des communistes. Là où le choix des disciplines, l’origine sociale des pratiquants ou la mise en évidence du contrôle des instances sportives locales par l’État, auraient pu conforter objectivement le raisonnement.

Notes

1 De fait, ce n’est qu’en 1971, lorsque l’Office municipal des sports de la commune de Paul Vergès, Le Port, lance les inter-quartiers de football, qu’apparaissent régulièrement des articles relatant ces rencontres.

2 Y. Combeau, P. Eve, S. Fuma, E. Maestri, Histoire de La Réunion, de la colonie à la région, Paris, Nathan, 2002, p. 157.

3 Son parti n’ayant pas une représentativité nationale, P. Vergès n’a accès ni à la radio, ni aux chaines de télévision. Ce n’est qu’en 1979, avec sa candidature à l’Assemblée européenne, que cette situation évoluera.

4 Le rédacteur en chef et un journaliste de ce quotidien sont à l’origine de la création de la Ligue réunionnaise de football en 1956.

5 Initialement, ce sont La Réunion, l’île Maurice, les Maldives et le Sri Lanka qui doivent se rencontrer dans 13 disciplines, sur le modèle des Jeux olympiques.

6 Témoignages, 26 octobre 1976.

7 Comité régional olympique et sportif, créé en 1974.

8 Les socialistes réunionnais comprennent les départementalistes d’Albert Ramassamy et les autonomistes de Wilfrid Bertile. Ce dernier, bien qu’il revendique l’autonomie, est reconnu par le PS national en 1974, au grand dam des socialistes départementalistes.

9 Témoignages, 27 juillet 1979.

10 Amiral H. Labrousse, entretien, Journal de l’Île de La Réunion, 8 août 1979.

11 La force navale française comprend 18 bâtiments dont plusieurs équipés de missiles. Y. Prats, « L’évolution stratégique en 1976 », Annuaire des Pays de l’Océan Indien, vol. 3, 1976, p. 296.

12 Le commandement de la marine française dans l’océan Indien s’effectue, dans les années 1970, à partir d’un pétrolier ravitailleur converti, La Charente.

13 H. Finch, « Le rôle de l’antenne Omega à La Réunion pendant la Guerre Froide », Revue Historique de l’Océan Indien, no 2, 2005, p. 265.

14 É. Combeau-Mari, Sport et décolonisation, La Réunion de 1946 à la fin des années 60, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 335.

15 Y.-É. Houpert, Les Jeux des îles de l’océan Indien, Sport et géopolitique, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 31.

16 Témoignages, 22 février 1979.

17 C’est l’appellation officielle du programme de Didier Ratsiraka.

18 En 1952, des dizaines de familles pauvres sont déplacées volontairement de La Réunion vers une région aride à l’ouest de Madagascar : la Sakay. Elles y créent des fermes et, lors de leur expulsion en 1977, le secteur est devenu une zone agricole fructueuse.

19 Il s’agit des îles d’Europa, Juan de Nova, Bassas da India et des Glorieuses.

20 Le secrétaire d’État aux DOM-TOM, Paul Dijoux, parle de pays sous-développés qui feraient mieux de s’occuper de leurs affaires (il fait aussi référence à l’île Maurice). Revue Océan Indien Actuel, septembre 1978.

21 J.-L. Calvet, « Madagascar », Annuaire des Pays de l’Océan Indien, vol. 3, 1978, p. 382.

22 Témoignages, 28 et 30 août 1979, 1, 4 et 7 septembre 1979.

23 Témoignages, 29 août 1979.

24 De son côté, le JIR octroie 3 à 5 pages de comptes-rendus, sur les 16 pages quotidiennes.

25 É. Combeau-Mari, op. cit., p. 387.

26 En août 1979, avant les Jeux, 6,5 pages sont attribuées au tour de l’île cycliste, 2,7 aux Interquartiers de football, et ½ page au football de la LRF (sur un total de 168 pages).

27 Témoignages, 4 septembre 1979.

28 Témoignages, 27 août 1979.

29 Témoignages, 26 août 1979.

30 Témoignages, 18 juillet 1979.

31 Il en est ainsi pour les communes de l’Est, du Sud sauvage et des hauts de l’île.

32 Témoignages, 22 mai 1979.

33 « Allez encore chercher des métropolitains de France, il n’y a pas de créoles dans cette équipe, faites encore venir un entraîneur motivé par l’argent. »

34 Le moring est un « combat dansé » rythmé par un tambour et le maloya est la danse des esclaves.

35 Il s’agit d’un mariage, du transport du bois par les enfants et de la course « la roue l’auto » (des enfants font rouler un pneu avec deux bâtons).

36 JIR, 3 septembre 1979.

37 M. Clare, « Le bon usage des Jeux », paru dans l’Équipe et reproduit intégralement dans le JIR du 30 août 1979.

38 Discours du président Giscard d’Estaing, le 20 octobre 1976 à Saint-Denis.

39 Il s’agit des représentants du Front progressiste du peuple seychellois, du Front pour la défense de la révolution malgache, du leader du Mouvement militant mauricien et du secrétaire du PCR, P. Vergès.

40 Témoignages, 7 septembre 1979.

41 Notamment pour les Maldives et les Comores.

42 H. Maurin, J. Lentge, Mémorial de La Réunion, vol. 7, Australe Éditions, 1989, p. 443.

43 Témoignages, 13 août 1979.

44 Témoignages, 18/19 août 1979.

45 Les Jeux, prévus à Maurice en 1983, ne se dérouleront que deux ans plus tard avec l’aide financière de la France, qui, entre autres, construira un stade d’athlétisme et une piscine olympique.

46 G. Gauvin, Michel Debré et l’île de La Réunion (1959-1967), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 135.

47 Témoignages, 18-19 et 24 août 1979.

48 Témoignages, 4 septembre 1979.

Table des illustrations

Légende Couverture des JIOI par Témoignages et le Journal de l’île de La Réunion.Avant (du 1er août au 25 août 1979) et pendant (du 26 août au 4 septembre) les épreuves.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Docteur en histoire contemporaine. Membre du CRESOI (EA 12) de l’université de La Réunion. Ses recherches portent sur le rôle du sport dans la décolonisation de l’île Maurice.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540