Version classiqueVersion mobile

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Conclusion. La seconde mort des princes martyrs

Paul Chopelin et Sylvène Édouard

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Apostolidès, Héroïsme et victimisation. Une histoire de la sensibilité, Paris, Cerf, 20 (...)
  • 2 Emmanuel Fureix, La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, (...)
  • 3 Les survivantistes croient à la survie de tout ou partie de la famille impériale : Wendy Slater, T (...)
  • 4 Marina Gorboff, La Russie fantôme. L’émigration russe de 1920 à 1950, Lausanne, L’Âge d’Homme, 199 (...)
  • 5 Relatant les derniers moments du tsar qui aurait réclamé, face au peloton d’exécution, des chaises (...)
  • 6 Charles Maurras, Réflexions sur la Révolution de 1789, Paris, Les Îles d’Or, 1948, p. 45-60.

1La destinée posthume des princes suppliciés illustre parfaitement la dialectique de l’héroïsme et de la victimisation mise en avant par Jean-Marie Apostolidès pour étudier les ressorts de la sensibilité politique occidentale1. En dépit du courage déployé devant ses juges et ses bourreaux, le souverain déchu passe avant tout pour une malheureuse victime aux yeux de la postérité. Commémorer son sacrifice dans une perspective rédemptrice peut certes permettre de tirer un trait sur le moment d’infamie qu’est l’usurpation dynastique ou le changement de régime, mais force est de constater que son infortune lui ôte définitivement tout charisme personnel. L’échec politique de ces commémorations, qui ne sont finalement plus guère entretenues que par une minorité militante, est patent : elles n’ont jamais permis le retour au pouvoir de la dynastie déchue par une mobilisation populaire contre-révolutionnaire, ni assuré la survie politique des dynasties restaurées à l’issue d’un coup d’État ou d’une intervention militaire extérieure, comme ce fut le cas en Angleterre en 1660 ou en France en 1815. Dans ce dernier cas, la mise en avant des figures héroïques de saint Louis, d’Henri IV et de Louis XIV n’a pu réussir à contrebalancer l’image du malheur dynastique associée aux Bourbons, alors que le registre de l’héroïsme militaire national était mobilisé avec davantage de succès par les orléanistes, les bonapartistes et les républicains2. Un semblable constat peut être dressé pour les Romanov. De ce point de vue, le choix, par les autorités bolcheviques, de l’exécution sommaire, sans témoins, s’est révélé très efficace : alors que les rumeurs survivantistes3 contribuent à diviser le mouvement tsariste, Nicolas II et sa famille, elle-même largement décimée, apparaissent comme irrémédiablement sortis de l’Histoire. Pour beaucoup de « Blancs » émigrés, si cette mise à mort revêt certes une dimension sacrificielle, la famille impériale paie surtout le prix de sa supposée faiblesse politique. Raspoutine est alors présent dans toutes les mémoires, au point de devenir la figure centrale des premières biographies, fort dépréciatives, du dernier tsar. Les monarchistes russes sont par conséquent invités à ne pas s’enfermer dans un culte du souvenir stérile, mais au contraire à fonder un nouvel ordre politique faisant table rase du passé, comme le réclame instamment le mouvement nationaliste des Jeunes Russes dans l’entre-deux-guerres4. La mémoire du « martyre » de la famille impériale n’a pas vocation à servir de socle au régime appelé à triompher du communisme. La vie de Nicolas II ne devient exemplaire qu’en tant que catalogue des erreurs à ne plus commettre5. Ce sentiment est également partagé par bon nombre de royalistes français et de jacobites anglo-écossais, qui font preuve de la plus grande réserve à l’égard de Louis XVI ou de Charles Ier, préférant témoigner leur admiration à d’autres princes jugés plus glorieux. Le silence qui enveloppe la figure de l’infortunée Maximilien en Autriche est l’expression d’une gêne similaire. En termes de réputation posthume, l’échec politique s’avère rédhibitoire. Un « bon » monarque aurait su prévenir la guerre civile ou, du moins, ne pas se laisser capturer par ses adversaires, quitte à mourir au combat ou poursuivre la lutte en exil. Chez les défenseurs de la cause royaliste « légitime », le prince supplicié donne autant prise à la compassion qu’au mépris, voire à la rancune. Charles Maurras porte ainsi un jugement contrasté sur l’action de Louis XVI, partagé entre son respect pour la victime courageuse et son dédain pour le monarque qui a « laissé faire » la Révolution. Il estime néanmoins devoir célébrer la mémoire du « roi martyr », ne serait-ce que pour rappeler au public la grandeur de la France d’avant 1789 : « La cérémonie du 21 janvier ne doit pas consister seulement à commémorer, à expier un crime, elle doit tendre à réparer une ingratitude. La criminelle faiblesse du roi ne nous embarrasse guère. » Comme celle des autres princes déchus, la vie de Louis XVI doit être méditée comme une leçon, car « son exemple, qui n’est pas toujours un modèle, fait un enseignement immortel6 ».

  • 7 En 1969, au micro de la BBC, John Cleese interprète une « ballade d’Oliver Cromwell » sur l’air de (...)
  • 8 Comme souvent chez Jean-Paul Laurens, la scène est d’une grandiloquence très théâtrale : alors qu’ (...)
  • 9 En témoigne le hors-série « Histoire de France » du magazine Fluide Glacial paru en avril 2014. La (...)
  • 10 Seule la mort de Nicolas II échappe à tout traitement humoristique en raison des circonstances par (...)

2Le souvenir du défunt monarque devient encombrant et plus seulement dans son propre camp. Sans contrepoint héroïque mobilisateur, la culture victimaire reste facteur de division du corps social et ne peut prétendre fonder un ordre politique stable. Même s’il sert parfois à justifier une politique de pardon et de réconciliation nationale, le sacrifice rédempteur du prince martyr demeure un objet mémoriel gênant, témoin d’une guerre civile que l’on préfère finalement oublier ou dépasser. Le poids de plus en plus important des deuils collectifs dans les commémorations nationales au cours du XXe siècle contribue également à reléguer ces encombrants martyrs dans le registre plus inoffensif de la simple anecdote historique. La dramaturgie iconographique associée au supplice princier peut même finir par être tournée en dérision. Parce qu’elle est justement devenue une séquence canonique de l’histoire nationale, l’exécution de Charles Ier a régulièrement nourri l’inspiration, parfois très impertinente, des humoristes anglais contemporains7. En 1985, Pierre Desproges publie un Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des bien nantis, « le plus petit dictionnaire du monde », dans lequel chaque notice est illustrée invariablement de la même peinture de Jean-Paul Laurens, Les derniers moments de Maximilien (1882). L’effet comique est obtenu par le contraste entre la solennité dramatique de la scène8, dénuée de signification historique précise pour le lecteur, et l’absurdité de la légende. De même, toujours en France, l’exécution de Louis XVI est devenue, depuis le Bicentenaire de 1989, l’objet de maintes plaisanteries dans la presse satirique. On ne craint pas de montrer le roi sur l’échafaud ou se promener avec sa tête sous le bras, alors qu’il serait impensable de réserver un tel traitement à une personnalité plus contemporaine9. La mort du prince peut ici faire rire sans intention cruelle ou polémique, car elle apparaît dépourvue d’enjeu politique et émotionnel aux yeux du plus grand nombre10.

  • 11 Jacques Julliard (dir.), La mort du roi. Essai d’ethnographie politique comparée, Paris, Gallimard (...)
  • 12 Voir les exemples de Marie Stuart et de Marie-Antoinette développés dans Martin Barnier et Rémi Fo (...)
  • 13 Eva Giloi, Monarchy, Myth and Material Culture in Germany (1750-1950), Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 14 Edward Berenson et Eva Giloi, Constructing Charisma. Celebrity, Fame and Power in Nineteenth-Centu (...)
  • 15 « L’an deux mille six, ou la “Toinettomania”, rêve étrange s’il en fût jamais », Annales historiqu (...)
  • 16 Alice Freitfeld, “Empress Elisabeth as Hungarian Queen : The Uses of Celebrity Monarchism”, Lauren (...)
  • 17 Régis Couturier, « Diana (La mort de) », Pierre Brunel (dir.), Dictionnaire des mythes d’aujourd’h (...)
  • 18 Jean-Pierre Albert, « Du martyr à la star. Les métamorphoses des héros nationaux », Pierre Centliv (...)

3La dimension religieuse du martyre princier n’est guère plus compréhensible aujourd’hui. Les sociétés occidentales sécularisées préfèrent célébrer la destinée sacrificielle de chefs d’État démocratiquement élus, incarnant l’unité du corps civique, dont le décès ouvre un temps de deuil national, voire international, à l’instar d’un John F. Kennedy ou d’un Tancredo Neves11. Progressivement détachée de son actualité politique, l’exécution du prince n’est plus que le point d’orgue d’une tragédie personnelle, propre à émouvoir les lecteurs de biographies historiques romancées, le public des salons de peintures, sans oublier les spectateurs des salles obscures et du petit écran. Surtout si ces princes sont des princesses12. Ce changement de perspective résulte de la mutation du charisme princier opérée au tournant du XIXe siècle, avec l’avènement de la presse mondaine. Avide d’informations et d’objets à collectionner, le public construit alors son propre système de représentation de la monarchie, se détachant des discours normatifs officiels13. Alors que la réalité du pouvoir politique lui échappe de plus en plus, le prestige du prince est désormais surtout associé à sa prestance physique, à son bonheur conjugal, au luxe de son train de vie et à son aptitude à fréquenter les lieux de villégiature à la mode14. À de très rares exceptions près, comme Marie-Christine de Savoie ou Charles et Zita de Habsbourg, il ne constitue plus un modèle de piété pour ses partisans. Certaines figures du passé font ainsi l’objet de nouvelles réévaluations, par un effet de désacralisation rétrospective. Le véritable engouement dont bénéficie actuellement Marie-Antoinette en Europe, aux États-Unis et au Japon en est une parfaite illustration. L’intérêt du public n’est plus focalisé comme jadis sur la « passion » de la reine, son procès et son exécution, mais sur ses belles années d’avant 1789, que l’ombre du malheur rehausse d’un éclat particulier. Ce glissement contemporain s’est opéré par l’intermédiaire de best sellers, comme le manga La Rose de Versailles de Riyoko Ikeda (1972-1973) ou la biographie d’Antonia Fraser (2001), dont la très libre adaptation cinématographique par Sofia Coppola (2006) a engendré ce que d’aucuns qualifient de « toinettomania15 ». L’ancienne reine de France fascine désormais en tant que fashion star romantique, princesse de contes de fées brutalement emportée dans le tourbillon de l’histoire, à l’instar de l’impératrice Élisabeth – « Sissi » –16, de Grace de Monaco ou de Lady Diana17. En revanche, il est difficile d’imaginer une ferveur similaire à l’égard de Charles Ier, Louis XVI ou Nicolas II, encore associés à un imaginaire purement victimaire. Le grand public veut rêver de luxe et de beauté, et non pas célébrer de rébarbatives icônes du dévouement monarchique. En ce début de XXIe siècle, dans un monde occidental très sécularisé, les martyrologies princières ont perdu toute forme d’intelligibilité politique et religieuse. Le héros et le martyr vivent, pour l’instant, dans l’ombre de la star18.

Notes

1 Jean-Marie Apostolidès, Héroïsme et victimisation. Une histoire de la sensibilité, Paris, Cerf, 2011.

2 Emmanuel Fureix, La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champ Vallon, 2009 ; Grégoire Franconie, « Louis-Philippe et la sacralité royale après 1830 », Hélène Becquet et Bettina Frederking (dir.), La dignité de roi. Regards sur la royauté au premier XIXe siècle, Rennes, PUR, 2009, p. 97-115.

3 Les survivantistes croient à la survie de tout ou partie de la famille impériale : Wendy Slater, The Many Deaths of Tsar Nicholas II : Relics, Remains and the Romanovs, Londres-New York, Routledge, 2007.

4 Marina Gorboff, La Russie fantôme. L’émigration russe de 1920 à 1950, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1995, p. 136-145 ; Walter Laqueur, Histoire des droites en Russie. Des centuries noires aux nouveaux extrémistes, Paris, Michalon, 1996, p. 93-96.

5 Relatant les derniers moments du tsar qui aurait réclamé, face au peloton d’exécution, des chaises pour sa femme et ses filles, la princesse Radziwill achève sa fantaisiste mais très révélatrice biographie par cette phrase cruelle : « Ce fut son ultime prière, banale et tragique, ainsi que l’avait été son existence entière ! » (Catherine Radziwill, Nicolas II, le dernier tsar, Paris, Payot, 1933, p. 286). Sur « la sortie de l’Histoire » des Romanov vue par les émigrés : Igor Sokologorsky, « La Révolution (russe) selon Nicolas Berdiaev », Cahiers de l’émigration russe, 2003, no 7, p. 49-79.

6 Charles Maurras, Réflexions sur la Révolution de 1789, Paris, Les Îles d’Or, 1948, p. 45-60.

7 En 1969, au micro de la BBC, John Cleese interprète une « ballade d’Oliver Cromwell » sur l’air de la Polonaise « héroïque » de Chopin, en commençant par ses mots : « La plus intéressante chose à savoir concernant Charles Ier est qu’il commença son règne en mesurant cinq pieds six pouces de haut et qu’il le termina en ne mesurant plus que quatre pieds et huit pouces... » La chanson est reprise en album par les Monty Python en 1991. Dans la série télévisée Blackadder, The Cavalier Years (1988), Richard Curtis et Ben Elton mettent en scène une tentative d’évasion ratée de Charles Ier, incarné ici par Stephen Fry. Sir Edmund Blackadder (Rowan Atkinson) s’efforce, vainement, d’organiser une fausse décapitation en plaçant une citrouille grossièrement grimée au-dessus de la vraie tête du monarque...

8 Comme souvent chez Jean-Paul Laurens, la scène est d’une grandiloquence très théâtrale : alors qu’un officier mexicain coiffé d’un sombrero attend le souverain pour le conduire devant le peloton d’exécution, le courageux Maximilien console le prêtre venu lui donner l’extrême-onction, tandis qu’un serviteur agenouillé à ses pieds pleure à chaudes larmes (Laurence des Cars, « Les derniers moments de Maximilien », Jean-Paul Laurens 1838-1921. Peintre d’histoire, Paris, RMN, 1997, p. 107-111).

9 En témoigne le hors-série « Histoire de France » du magazine Fluide Glacial paru en avril 2014. La couverture est illustrée par un pastiche du sacre de Napoléon, devenu « Le sacre de Louis XVI » : l’empereur s’apprête à couronner le roi décapité, qui tend sa tête pour recevoir sa couronne. L’éditorial est quant à lui illustré par une caricature de Lefred-Thouron imaginant l’exécution de Louis XVI au moyen d’une guillotine électrique.

10 Seule la mort de Nicolas II échappe à tout traitement humoristique en raison des circonstances particulièrement atroces de l’exécution et du tabou autour de la mort des enfants.

11 Jacques Julliard (dir.), La mort du roi. Essai d’ethnographie politique comparée, Paris, Gallimard, 1999.

12 Voir les exemples de Marie Stuart et de Marie-Antoinette développés dans Martin Barnier et Rémi Fontanel (dir.), Les biopics du pouvoir politique de l’Antiquité au XIXe siècle. Hommes et femmes de pouvoir à l’écran, Lyon, Aléas, 2010.

13 Eva Giloi, Monarchy, Myth and Material Culture in Germany (1750-1950), Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

14 Edward Berenson et Eva Giloi, Constructing Charisma. Celebrity, Fame and Power in Nineteenth-Century Europe, Oxford-New York, Berghahn Books, 2010.

15 « L’an deux mille six, ou la “Toinettomania”, rêve étrange s’il en fût jamais », Annales historiques de la Révolution française, no 347, 2007, p. 157-175. Voir également les contributions de Catriona Seth, Dorothée Polanz et Guy Spielmann dans le chapitre 6 « Marie-Antoinette, icône pop » de Martial Poirson (dir.), La Révolution française et le monde d’aujourd’hui. Mythologies contemporaines, Paris, Classiques Garnier, 2014.

16 Alice Freitfeld, “Empress Elisabeth as Hungarian Queen : The Uses of Celebrity Monarchism”, Laurence Cole et Daniel Unowsky (dir.), The Limits of Loyalty. Imperial Symbolism, Popular Allegiances, and State Patriotism in the late Habsburg Monarchy, Oxford-New York, Berghahn Books, 2007, p. 138-161; Sylvia Schraut, “Sissi : Popular Representations of an Empress”, Sylvia Palestchek (dir.), Popular Historiographies in the 19th and 20th Centuries, Oxford-New York, Berghahn Books, 2011, p. 155-171.

17 Régis Couturier, « Diana (La mort de) », Pierre Brunel (dir.), Dictionnaire des mythes d’aujourd’hui, Monaco, Éditions du Rocher, 1999, p. 211-221 ; “Althorp Estate”, Linda K. Davidson et David M. Gitlitz, Pilgrimage. An Encyclopedia, Santa Barnara, ABC-Clio, 2002, p. 23-24 ; « La légende de Lady Diana, altesse royale et martyre du mariage arrangé », Gina Stoiciu, Comment comprendre l’actualité. Communication et mise en scène, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2006, p. 215-221.

18 Jean-Pierre Albert, « Du martyr à la star. Les métamorphoses des héros nationaux », Pierre Centlivres et al. (dir.), La fabrique des héros, Paris, Éditions de la MSH, 1998, p. 11-32 ; Daniel Herwitz, The Star as Icon. Celebrity in an Age of Mass Consumption, New York, Columbia University Press, 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search