Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Cinquième partie. Une difficile sainteté

Un régicide contre Dieu ? Les tentatives de béatification de Louis XVI après le refus romain de 1820

Paul Chopelin

Texte intégral

« Par son attachement à la religion catholique, nul doute que Louis XVI sera martyr devant Dieu : cela ne suffit cependant pas à ce qu’il soit déclaré martyr de l’Église. Car comment pourra-t-on démontrer qu’il fut immolé par les impies en haine de la foi et non pas pour des motifs temporels ?... Comment réussira-t-on à démontrer de manière irréfutable la condition nécessaire à la cause du martyre, tant du point du vue du tyran que de son innocente victime ? »

  • 1 Philippe Boutry, « “Le roi martyr”. La cause de Louis XVI devant la Cour de Rome (1820) », Revue d (...)
  • 2 Hélène Becquet, Marie-Thérèse de France. L’orpheline du Temple, Paris, Perrin, 2012, p. 236-240. V (...)
  • 3 Emmanuel Fureix, « Expier le régicide. Un deuil conflictuel sous la Restauration », Matthieu Brejo (...)
  • 4 Voir les contributions de Bernard Hours et de Bettina Frederking dans le présent volume.

1En septembre 1820, la Congrégation des Rites oppose ainsi une fin de non recevoir explicite à la demande formulée trois mois plus tôt par la duchesse d’Angoulême d’ouvrir le procès de béatification de son défunt père : condamné par une assemblée politique pour des raisons politiques, il paraît difficile de considérer Louis XVI comme une victime religieuse de la Révolution1. Bien que soucieux d’exalter la vocation sacrificielle de sa dynastie, Louis XVIII se refuse lui-même à évoquer publiquement une mise à mort de son frère in odium fidei2. La monarchie restaurée préfère mener une politique de deuil discrète car la mémoire du régicide reste un sujet de discorde politique. Comme le souligne Emmanuel Fureix, « les rites d’abstention – signes de deuil, interruption des activités, lecture du testament du roi-martyr – doivent l’emporter sur les rites d’exorcisme et de contrition3 ». Ce qui n’empêche pas les militants ultras de commémorer de leur côté « le crime » du 21 janvier, en appelant à un repentir général du peuple français et à la juste punition des régicides, lesquels auraient sacrilègement porté atteinte à une dynastie régnant sur la France par la volonté divine4. En dépit du refus romain de 1820, certains royalistes français restent ainsi convaincus qu’une béatification, voire une canonisation, de « l’auguste victime » reste nécessaire pour cimenter l’alliance du trône et de l’autel face à « l’anarchie démocratique », elle-même fille de l’impiété.

La cause perdue du « roi martyr » au XIXe siècle

  • 5 [Jacques-André Jacquelin], Les Bourbons martyrs ou les Augustes victimes, Paris, Égron, 1821 ; Vic (...)
  • 6 Athanase-René Mérault, Les Apologistes ou la Religion chrétienne prouvée par ses ennemis comme par (...)
  • 7 Antoine Jean Cassé de Saint-Prosper, Martyrologe royale. Vie de Louis XVI, Paris, Pichard, 1821. S (...)
  • 8 Jean Fenouillot, Précis historique de la vie de Louis XVI et de son martyre, Besançon, Veuve Métoy (...)

2Dès le début des années 1820, le refus romain ne dissuade pas militants et apologistes royalistes de continuer à qualifier Louis XVI de roi martyr5. En 1820, dans Les Apologistes ou la Religion chrétienne prouvée par ses ennemis comme par ses amis, l’abbé Mérault estime que Louis XVI est mort en martyr car il a été jugé par une assemblée composée de « fanatiques de l’impiété », la Convention s’étant toujours « montrée si hautement ennemie de l’Évangile6 ». L’année suivante, Antoine Jean Cassé de Saint-Prosper publie une Vie de Louis XVI, premier volume d’une collection intitulée « Le Martyrologe royal », devant réunir les biographies de Louis XVI, de Marie-Antoinette, de Madame Élisabeth, de Louis XVII, du duc d’Enghien et du duc de Berry7. Toujours en 1821, à Besançon, l’avocat et écrivain Jean Fenouillot (1748-1824) fait rééditer une petite biographie de Louis XVI, qu’il avait initialement publiée en 1793, afin cette fois de mettre en garde la jeunesse contre les séductions de « la secte impie », à savoir les « philosophes » et leur émanation politique, les « libéraux ». Il y affirme notamment qu’il « est difficile de ne pas voir dans la fin de Louis XVI tout ce qui caractérise la mort d’un martyr » : « Son attachement aux principes religieux fut le vrai principe de son assassinat8. » De leur côté, des artistes, de leur propre initiative ou de celle de leurs commanditaires, représentent Louis XVI tenant dans sa main droite la palme du martyre. C’est le cas notamment du sculpteur Jean-Pierre Cortot pour son ensemble statuaire destiné à la place Louis XVI à Paris (1826-1830).

  • 9 Aimé Guillon, Les Martyrs de la foi pendant la Révolution française ou Martyrologe des pontifes, p (...)

3Pourtant, au même moment, l’authenticité du martyre de Louis XVI continue d’être canoniquement contestée. En 1821, l’abbé Aimé Guillon de Montléon, un ancien prêtre réfractaire lyonnais, devenu opposant à Napoléon Bonaparte et, pour ce motif, exilé en Italie jusqu’à la Restauration, publie le premier volume de ses Martyrs de la foi pendant la Révolution française. L’auteur rejette la politique d’oubli prônée à la fois par l’Église et par l’État, afin de réclamer une commémoration officielle des victimes religieuses de la Révolution. Il entreprend ainsi de constituer un grand martyrologe national, compilant des informations qu’il avait pu recueillir dans les journaux, les mémoires et les documents que des correspondants lui avaient envoyés. L’ouvrage est mal reçu par la presse catholique en raison des nombreuses erreurs et omissions contenues dans les notices biographiques, tandis que les autorités ecclésiastiques observent le plus parfait silence à son sujet, le souvenir des « martyrs » devant être sacrifié sur l’autel de la réconciliation nationale. S’il se montre soucieux de prouver la confession de foi des « victimes religieuses » de la Révolution, l’abbé Guillon refuse d’y inclure le roi Louis XVI. Ce dictionnaire biographique des martyrs est en effet précédé, dans le premier volume, d’un conséquent Discours sur la nécessité d’un Martyrologe de la Révolution française et sur les conditions du vrai martyre. L’auteur y expose de façon très documentée les conditions nécessaires pour qu’une personne exécutée ou assassinée pendant la Révolution puisse prétendre, aux yeux de l’Église catholique, au statut de martyr. Il conclut à l’impossibilité de conférer ce titre à Louis XVI, s’appuyant sur les exemples de Marie Stuart et de Charles Ier, dont on ne peut établir qu’ils ont été réellement exécutés pour des motifs religieux. En outre, Guillon estime que Louis XVI ne fut pas un serviteur exemplaire de l’Église, lui reprochant notamment d’avoir accepté la Constitution civile du clergé9.

  • 10 Auguste Seguin, Considérations sur la mort de Louis XVI, pour servir à la béatification et canonis (...)

4Certains militants royalistes tentent pourtant toujours de convaincre les autorités civiles et religieuses du bien-fondé de l’ouverture d’un procès de béatification, en cherchant à étoffer le catalogue des vertus du prince. Parmi ces tentatives isolées, il faut mentionner celle d’un libraire montpelliérain, Auguste Seguin, qui publie en 1829 des Considérations sur la mort de Louis XVI, rééditées en 1837 avec un corpus documentaire très nourri, composé des témoignages qu’il juge les plus crédibles sur les derniers mois de la vie du monarque10. Les notes de l’ouvrage permettent de suivre les étapes de son engagement. Il entreprend tout d’abord de rédiger une pétition à la chambre des députés pour demander que le gouvernement français fasse pression sur Rome afin de persuader le pape d’introduire la cause. Louis XVI pourrait ainsi se voir décerner le titre de « Serviteur de Dieu », avant que ne s’ouvre le procès diocésain. Il semble que Seguin ait envoyé une première fois sa pétition en 1821, mais elle n’est signée que de deux personnes, lui-même et l’un de ses amis, ce qui tendrait à prouver l’extrême marginalité de cette initiative. L’année suivante, il expédie à nouveau sa pétition – qu’il est cette fois seul à signer... – à la Chambre, avant de récidiver les années suivantes. Les différents députés de l’Hérault destinataires de son texte en accusent réception, tout en lui faisant une réponse dilatoire ou en lui expliquant que « ce n’est pas le moment de proposer qu’on s’occupe de cet objet ». On apprend au passage que d’autres pétitions de ce type sont envoyées à la Chambre pendant la même période, mais on ne connaît ni leur nombre, ni leur origine. Déçu par le manque de résultat de son entreprise, Seguin se décide donc à imprimer son manifeste en faveur de la béatification de Louis XVI au début de l’année 1829. Mais le projet ne rencontre aucun écho, tant auprès de l’épiscopat français que du gouvernement de Louis-Philippe. Seguin sollicite alors les autorités romaines, par l’entremise du cardinal de Clermont-Tonnerre, archevêque de Toulouse, participant alors au conclave qui aboutit à l’élection du pape Pie VIII. Le cardinal consulte ses collègues de la Congrégation des Rites, lesquels maintiennent leur opposition à l’ouverture d’un procès. L’affaire en reste là.

  • 11 Signalons seulement la publication de la brochure d’Amédée Burion, Louis XVI, martyr dans sa royau (...)
  • 12 Jacques Marx, Le Péché de la France. Surnaturel et politique au XIXe siècle, Bruxelles, Espace de (...)
  • 13 Célestin Cloquet, À Mgr l’archevêque de Paris, Paris, Lahure, 1875.
  • 14 Les archives diocésaines de Paris ne conservent malheureusement aucun dossier relatif à d’éventuel (...)

5La cause semble oubliée sous la monarchie de Juillet et sous le Second Empire, avant de ressurgir au début de la IIIe République11. Le climat eschatologique qui suit la défaite de 1870, la prise de Rome par les troupes italiennes et la Commune de 1871 favorisent la diffusion de discours sur la nécessaire expiation des péchés de la France12. Pour certains monarchistes, la béatification, voire la canonisation, de Louis XVI constituerait un premier pas sur le chemin de la repentance et renforcerait les chances d’une restauration de la royauté. En 1875, à l’initiative des desservants de la chapelle expiatoire de Paris, un comité pour la béatification de Louis XVI est formé sous la présidence de l’abbé Jean-Baptiste Glaire (1798-1879), orientaliste réputé et ancien doyen de la faculté de théologie de Paris. Ce comité a pour secrétaire l’abbé Célestin Cloquet et pour trésorier l’abbé Bertin, petit neveu de Cléry, le domestique de Louis XVI au Temple. L’abbé Cloquet, auteur de divers ouvrages de prédictions apocalyptiques, semble avoir été la cheville ouvrière de ce comité. Il publie en 1875 une lettre pour demander à l’archevêque de Paris de soutenir leur projet13. Mais le cardinal Guibert refuse de donner suite à leur sollicitation14.

La preuve par le complot maçonnique

  • 15 Victor Delaporte, Le Roi-Martyr. Centenaire du 21 janvier 1793, Paris, Retaux et fils, 1893 ; Vict (...)

6À partir des années 1880, le conflit avec la République décide l’Église de France à ranimer officiellement le souvenir des martyrs catholiques de la Révolution. Dans tous les diocèses de France, des ecclésiastiques érudits rassemblent les pièces documentaires susceptibles de permettre l’ouverture d’un procès de béatification. Le diocèse de Paris est le premier, en 1896, à introduire la cause des Carmélites de Compiègne, finalement béatifiées en 1906. D’autres causes sont introduites au cours des années suivantes. Ce contexte favorable décide une nouvelle génération de militants royalistes de tenter d’obtenir à nouveau la béatification de Louis XVI. Le centenaire de l’exécution du roi coïncide avec la publication, dans le numéro de janvier 1893 de la revue Études, d’un article du P. Victor Delaporte sur « Le Roi Martyr », texte repris en volume la même année, d’abord dans une version simple, puis dans une version augmentée de quelques documents complémentaires dont la relation de l’abbé Edgeworth, l’allocution consistoriale de Pie VI attribuant à Louis XVI le caractère d’un authentique martyr, ainsi qu’une oraison funèbre de Louis XVI par le R. P. Le Doré, Eudiste, prononcée le 21 janvier 1893 devant le cercle catholique d’ouvriers de Montparnasse15. Orné de gravures, cet ouvrage est destiné à l’édification de la jeunesse, plusieurs exemplaires consultés possédant une couverture en percaline rouge ornée de fleurs, typique des livres de prix de la seconde moitié du XIXe siècle. Victor Delaporte souhaite rappeler aux jeunes catholiques les vertus religieuses d’un roi, dont la cause mériterait pleinement d’être plaidée devant Rome :

« Que toutes les haines et les discordes s’éteignent enfin dans ce sang ; que Jésus-Christ, constitué roi de France par Clovis, par saint Louis, par Jeanne d’Arc, par Louis XVI, règne enfin sur son peuple des Francs qu’il a aimé et nous accorde de pouvoir, un jour, invoquer au pied des autels le Roi-Martyr. »

  • 16 Bernard Hours, « Jésuites », Jean-Clément Martin (dir.), Dictionnaire de la Contre-Révolution, Par (...)

7Alors volontiers hagiographes des Bourbons, les Jésuites ne semblent pourtant pas avoir pris d’autres initiatives en faveur de la béatification de Louis XVI16.

  • 17 A. G. [Armand Granel], Le vrai Louis XVI. Son Rôle essentiel dans la Révolution, Toulouse, Privat, (...)
  • 18 Sur Barruel, Pierre Riquet, Augustin de Barruel, un jésuite face aux jacobins francs-maçons (1741- (...)
  • 19 Les coulisses de la Révolution. La loge rouge, Toulouse, Vialelle et Perry, 1910 ; Les coulisses de (...)
  • 20 Notices « Henri Delassus » et « Constantin Lecigne » dans André Caudron (dir.), Dictionnaire du mo (...)
  • 21 [Armand Granel], Un document révélateur. Allocution consistoriale du pape Pie VI sur la mort de Lo (...)

8Au début du XXe siècle, de nouveaux arguments commencent à être mobilisés afin de prouver la mise à mort du roi « en haine de la foi ». L’avocat toulousain Armand Granel réunit un important dossier en faveur de la béatification de Louis XVI qu’il soumet au pape Léon XIII en 1902 et dont il publie un résumé sous forme de brochure en 1903, puis en 190817. La Congrégation des Rites considère pourtant son travail insuffisant et se refuse à autoriser l’ouverture d’un procès diocésain. L’ouvrage de Granel constitue néanmoins un tournant dans l’histoire de la béatification de Louis XVI, puisqu’il mobilise un argumentaire promis à un bel avenir. Selon Granel, les motifs politiques qui ont servi à justifier la condamnation à mort du roi n’étaient qu’une façade. L’intention réelle des conventionnels étaient de mettre à bas l’Église catholique, en éliminant son principal soutien temporel : le roi de France. S’appuyant notamment sur les travaux de Barruel, les livres de Jacques Crétineau-Joly et de Gustave Bord18, Granel présente la Convention comme une émanation de la franc-maçonnerie, organisation satanique qui aurait juré la perte de l’Église, thème qu’il développe ensuite dans plusieurs articles et plaquettes19. Des ecclésiastiques monarchistes défendent au même moment de semblables théories, à l’instar d’Henri Delassus, du chanoine Constantin Lecigne ou de l’abbé Ducrocq, auteur en 1913 d’un article intitulé « La fraude maçonnique de la condamnation de Louis XVI20 ». En 1917, Granel édite anonymement l’allocution consistoriale de Pie VI, pièce qui devrait normalement permettre, selon lui, à elle seule l’ouverture d’un procès de béatification21. Mais il faut convaincre les autorités ecclésiastiques, dont les réticences ne peuvent s’expliquer que par l’effet de « mauvaises influences » au sein de l’Église elle-même :

« C’est précisément pour démontrer le martyre de Louis XVI qu’a été prononcée l’allocution de Pie VI. Il est étrange que ce point, qui est incontestable et qui paraît si simple, ait besoin d’être remis actuellement en pleine lumière. En voyant un document d’une telle importance tenu si longtemps dans un injuste oubli, on peut se demander si des influences hostiles n’ont pas tout d’abord organisé autour de lui la conspiration du silence. En le voyant, d’autre part, si mal compris et si défiguré, on peut se demander encore si d’autres influences toujours hostiles n’ont pas essayé d’en atténuer la valeur. »

  • 22 Auguste Delassus, Louis XVI, roi et martyr, et sa béatification, Boulogne, Hermain, 1915 [2e éd. : (...)
  • 23 Mes recherches pour retrouver la trace de ce dossier sont pour le moment restées vaines.
  • 24 Guy Bédouelle, « Mystique et politique. Documents sur un miracle attribué à Louis XVI à Séville (1 (...)
  • 25 Leur béatification survient en 1926.

9L’approche antimaçonnique de Granel est également suivie par celui qui reste sans nul doute le plus actif des militants de la cause de Louis XVI dans la première moitié du XXe siècle : l’abbé Auguste Delassus. Ce prêtre du diocèse d’Arras publie, d’abord à Boulogne en 1915, puis à Paris en 1916, un Louis XVI, roi et martyr, et sa béatification22. Il y explique avoir « soumis à l’épiscopat et au Saint-Siège deux thèses sur la béatification de Louis XVI et les preuves de son martyre en haine de la foi », en se proposant ici de les résumer pour le grand public23. Le propos est pour le moins confus, succession de petits paragraphes indépendants les uns des autres brossant le portrait du « roi martyr » et de ses adversaires, à partir de sources disparates. Delassus utilise bien sûr les hagiographies classiques de Louis XVI, principalement celle de Proyart, mais s’appuie surtout sur les histoires conspirationnistes de la Révolution, de l’abbé Lefranc à Gustave Bord. Il voit derrière la chute de Louis XVI la main des trois adversaires les plus acharnés de l’Église catholique : les francs-maçons, les juifs et les protestants. Par conséquent, le roi est bien mort en haine de la foi et doit être porté sur les autels pour devenir un second saint Louis. Delassus entreprend de collecter tous les matériaux nécessaires à l’introduction de la cause : il sollicite les évêques français pour obtenir des lettres de soutien, localise des reliques et recense même des miracles en vue de la canonisation, comme le don de prédiction du roi ou un cas de guérison extraordinaire d’un dominicain espagnol par l’intercession de Louis XVI en 179324. En 1921, dans le contexte politico-religieux favorable du Bloc national, alors que Jeanne d’Arc vient d’être canonisée (1920) et que s’achève le procès de béatification des victimes ecclésiastiques des massacres de septembre 179225, Delassus tente à nouveau de mobiliser l’opinion catholique en publiant une nouvelle brochure, À quoi en est la question de la canonisation de Louis XVI, roi-martyr de France. Selon lui, le dernier obstacle à l’ouverture du procès reste l’opposition des « catholiques libéraux ». Ceux-ci sont accusés de saboter délibérément la cause, afin d’empêcher, par contrecoup, la condamnation de leur coupable complaisance à l’égard des républicains, héritiers politiques des régicides de 1793 :

  • 26 Auguste Delassus, À quoi en est la question de la canonisation de Louis XVI, roi-martyr de France,(...)

« Ils firent tout pour arracher cette question à la Religion et faire replonger dans la politique les causes de la condamnation à mort de Louis XVI, dans la crainte de se revoir condamnés eux-mêmes par l’Église26. »

10Au début de l’année 1923, l’abbé Delassus écrit à son évêque, Eugène Julien, pour lui annoncer triomphalement l’ouverture imminente du procès :

  • 27 Archives diocésaines d’Arras, fonds Julien, 3 Z 9 566/4 : lettre de l’abbé Delassus à Mgr Julien ( (...)

« Son Éminence le Cardinal de Lyon me répond et m’écrit qu’elle me donnera les lettres postulatoires les plus chaudes, comme Paris, Reims, etc. Presque tout l’épiscopat me témoigne les mêmes sentiments et je suis sur le point d’adresser ce nouveau dossier à Rome... J’espère donc qu’il y aura dans quelques jours unanimité dans l’épiscopat... Il y va de la gloire de Dieu et du salut de la France27. »

11Delassus fait d’ailleurs imprimer des copies des lettres de soutien qui lui ont été envoyées par les évêques français : celles, entre autres, du cardinal Dubois, archevêque de Paris, du cardinal Luçon, archevêque de Reims, du cardinal Andrieu, archevêque de Bordeaux, de Mgr Humbrecht, archevêque de Besançon, de Mgr Nègre, archevêque de Tours, et de Mgr Guérard, évêque de Coutances et Avranches. Tous reconnaissent les plus grands mérites à Louis XVI, tout en condamnant parallèlement les « erreurs » politiques et sociales héritées de la Révolution. Ils félicitent l’abbé Delassus de son initiative, pour le succès de laquelle certains font même des prières. Mais l’enthousiasme du postulateur autoproclamé s’éteint rapidement lorsque Mgr Julien finit par lui conseiller poliment, mais fermement, de renoncer à son projet :

  • 28 Idem : copie d’une lettre de Mgr Julien à l’abbé Delassus (13 février 1923).

« S’il ne s’agissait que d’obéir à un sentiment de sympathie bien justifié envers l’infortuné monarque dont les fautes politiques ont été rachetées par d’héroïques vertus, je souscrirais à l’introduction de sa cause. Mais il ne s’agit pas de sentiment et de compassion. La cause de Louis XVI soulèverait à nouveau les graves problèmes d’histoire et de politique qui sont loin d’être résolus. La Révolution n’est pas finie : elle divise encore la France et le monde. Elle remue trop de passions. D’ailleurs, la vérité n’est pas faite encore sur les événements et les hommes qui ont déchaîné la Révolution. N’avons-nous pas assez de sujets de conflits et de polémiques, sans remettre en question le procès de Louis XVI. Car, en même temps que le procès canonique, c’est l’autre procès qui recommencerait, ou plutôt c’est le procès même de la Révolution qui s’ouvrirait, à propos du roi qui n’a pas eu l’énergie de la contenir dans de justes limites... Louis XVI canonisé, la Révolution n’aura pas dit encore son dernier mot et la Providence n’est pas aussi dépourvue de ressources qu’elle soit obligée d’effacer de l’histoire un fait tel que la Révolution et de recommencer ce qu’Elle a laissé périr... La Révolution a consacré les principes désormais acquis de la liberté publique et de l’égalité devant la loi. Ce sont d’ailleurs les principes de l’Évangile transposés dans le domaine social et temporel... Je doute enfin que, de là haut, le fils de saint Louis voit avec plaisir son nom et ses actes redevenir un sujet de guerre entre les Français... Je vous admire, mais je ne crois pas devoir vous suivre28. »

12En manifestant ainsi son opposition, l’évêque d’Arras ne peut manquer d’apparaître comme l’un de ces « catholiques libéraux » honnis par le thuriféraire du roi martyr. La déception de Delassus est grande, le conduisant peu après à renoncer à son projet, dans l’attente de circonstances plus favorables qui ne vinrent jamais de son vivant.

Les espoirs déçus du Bicentenaire

13Dans les années 1970, le renouveau des théories conspirationnistes dans les milieux catholiques traditionalistes, conséquence du « choc » de Vatican II, permet de remettre au goût du jour le raisonnement de l’abbé Delassus sur la sainteté de Louis XVI prouvée par le caractère satanique de ses bourreaux. C’est l’objet du livre de Jacqueline Chauveau, Plaidoyer pour le roi martyr, paru en 1974 :

  • 29 Jacqueline Chauveau, Plaidoyer pour le roi martyr, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1974, p. 8.

« L’acharnement des révolutionnaires à détruire l’Église et la Couronne de France – qui s’étayant l’une l’autre avaient, durant des siècles, maintenu l’ordre dans le royaume – ne peut humainement s’expliquer. Les éléments déchaînés, qui firent trembler un moment les assises de nos cathédrales et qui submergèrent la nef royale, avaient une origine, une puissance démoniaques... Par haine de Dieu, abattre l’Autel ; par haine du Roi, abattre le Trône. Tel fut le double but des révolutionnaires. Le parallélisme de ces efforts destructeurs est saisissant29. »

  • 30 Jacqueline Chauveau, La conjuration de Satan. La persécution religieuse sous la Révolution de 1789 (...)
  • 31 André Lesage de La Franquerie, Louis XVI, le roi martyr, Tarbes, Imprimerie des Orphelins apprenti (...)

14Par ailleurs auteur d’une histoire religieuse de la Révolution au titre évocateur, La Conjuration de Satan30, Jacqueline Chauveau se montre soucieuse de conférer à son travail une apparence scientifique, en le dotant d’un appareil critique que n’avaient pas les brochures de l’abbé Delassus. Mais elle ne s’est pas assigné pour mission de relancer la cause de béatification, restant persuadée que la hiérarchie ecclésiastique, jugée trop corrompue, s’opposera de toute façon à l’ouverture du procès. Bien que confortant l’idée du martyre de Louis XVI au sens canonique du terme, cet ouvrage vise en premier lieu à édifier les catholiques contemporains, afin qu’ils prennent la mesure de l’ancienneté et de l’ampleur du complot ourdi contre la « vraie » Église. De son côté, en cette même année 1974, le marquis de La Franquerie (1901-1992), grande figure de l’antimaçonnisme catholique, réédite une petite brochure, Louis XVI, le roi martyr, initialement publiée en 1943 pour le cent-cinquantenaire de la mort du souverain, avec une préface de Mgr Florent du Bois de la Villerabel, archevêque d’Aix, « souhaitant qu’un jour cette grande victime du plus affreux des drames, pleinement réhabilitée dans l’esprit de tous, soit honorée comme elle le mérite31 ». L’avant-propos de la nouvelle édition de 1974 est sans équivoque et s’inscrit dans une perspective ouvertement apocalyptique :

« Trente ans ont passé depuis la première édition de cette étude et la France ne cesse de descendre... La situation tragique dans laquelle est plongé notre malheureux pays, le reniement de ses plus nobles et de ses plus glorieuses traditions, la plus colossale trahison de son histoire, perpétrée par Charles de Gaulle, lui faisant abandonner son Empire et sa mission civilisatrice et chrétiennement éducatrice des peuples sous-développés ; l’effroyable menace d’une submersion du monde occidental par une révolution mondiale et une troisième conflagration universelle, tant de périls obligent, en conscience, à en rechercher les origines et à remonter à la cause : le régicide perpétré en haine de Dieu. »

15Louis XVI apparaît ainsi comme le premier saint du courant traditionaliste, victime inaugurale du grand complot satanique international. Jugeant le Vatican « pourri » de l’intérieur, ces catholiques intransigeants ne s’attendent pas, à court terme, à l’ouverture d’un procès de béatification. L’heure est à la mobilisation spirituelle et politique, afin que les fidèles prennent conscience du « danger » pesant sur la chrétienté à travers l’exemple de l’infortuné roi de France.

  • 32 Sur les débats autour du procès du roi au moment du Bicentenaire et le rôle des « antis-89 », Stev (...)
  • 33 Jean-François Chiappe, Louis XVI, Paris, Perrin, 1987-1989, 3 vol. ; Georges Bordonove, Louis XVI, (...)
  • 34 Paul et Pierrette Girault de Coursac, Enquête sur le procès du roi Louis XVI, Paris, La Table rond (...)
  • 35 Découverte, 52 numéros parus, 1973-1985 ; Cahiers Louis XVI, 8 numéros parus, 1987-1994.
  • 36 Pierrette Girault de Coursac, Le roi stigmatisé, Senlis, Imprimeries réunies, 1950.

16Le Bicentenaire de la Révolution française et ses préparatifs au cours des années précédentes ont été le théâtre de violentes controverses idéologiques entre la gauche et la droite, parmi lesquels le procès de Louis XVI et sa condamnation à mort occupent une place de choix32. Les biographies « hagiographiques » de Louis XVI publiées dans les années 1980 exaltent les vertus chrétiennes du roi, que ce soit chez Jean-François Chiappe ou chez Georges Bordonove qui publie en 1983 un Louis XVI sous-titré explicitement Le roi martyr, régulièrement réédité jusqu’à nos jours33. Mais ces ouvrages n’entendent pas servir d’appui à un quelconque projet de béatification, contrairement à la grande entreprise documentaire menée à la même époque par Paul et Pierrette Girault de Coursac. Pendant plus de trente ans, du début des années 1970 jusqu’au décès de Paul en 2001, le couple entreprend un minutieux travail de collecte de pièces originales, afin de démêler le vrai du faux dans tout ce qui a été compilé sur le couple royal depuis la fin du XVIIIe siècle. Ils publient le résultat de leurs recherches dans une douzaine d’ouvrages34, mais également dans un bulletin, intitulé Découverte, sous-titré Bulletin du Comité pour l’étude de Louis XVI et de son procès, qui paraît de 1973 à 1985, avant que ne lui succèdent, de 1987 à 1994, des Cahiers Louis XVI35. Le procès du roi est au cœur de leur démarche et constitue le fil directeur de toutes leurs publications, dont le but est de dévoiler le vrai Louis XVI, dégagé de la légende noire forgée aussi bien par les révolutionnaires, que par certains royalistes aigris. L’ampleur de leur travail d’investigation est remarquable et reste sous-exploité par les historiens, même si les analyses proposées sont loin d’être toujours convaincantes, concernant notamment le rôle négatif de Marie-Antoinette et de la Cour de Vienne. Mais, parallèlement à leur quête archivistique, les époux Girault de Coursac poursuivent un autre objectif, plus discret celui-ci : réunir, sur des bases scientifiques apparentes, toute la documentation nécessaire à l’ouverture du procès de béatification du roi martyr. Dès 1950, Pierrette Girault de Coursac publie un petit opuscule intitulé Le roi stigmatisé36, plaidoyer en faveur de la sainteté de Louis XVI, dont le procès et l’exécution sont mis en parallèle avec la Passion du Christ. En 1976, après avoir entamé leur collecte de sources originales et publié les premiers numéros de Découverte, ils rédigent un deuxième manifeste, Louis XVI, roi martyr ?, dont la quatrième de couverture indique clairement l’intention des auteurs :

  • 37 [Paul et Pierrette] Girault de Coursac, Louis XVI, roi martyr ?, Paris, Téqui, 1976.

« On suit, en quelque sorte pas à pas, ce que l’on est presque tenté d’appeler le calvaire de la plus noble victime de la Révolution impie, et ce à la lumière même du Calvaire de Jésus-Christ. La dernière page tournée, on ne peut que conclure, comme l’auteur : Louis XVI, un roi, mais aussi un martyr, c’est-à-dire, n’est-ce pas ? un témoin de la foi37. »

17Le couple entend obtenir l’ouverture du procès de béatification, ou du moins l’introduction de la cause à Rome, à l’occasion du bicentenaire de l’exécution du roi, en 1993. En 1991, estimant avoir réuni suffisamment de preuves du martyre de Louis XVI, ils livrent au public le résumé du mémoire qu’ils s’apprêtent à envoyer au Vatican :

  • 38 Paul et Pierrette Girault de Coursac, Derniers messages de Louis XVI aux Français, op. cit., p. 10 (...)

« Le présent mémoire est destiné à montrer que Louis XVI correspond à la définition même du témoin de la foi. Bien qu’il ait fait l’objet de nombreuses accusations et que son procès ait été déguisé en procès politique, comme l’ont été les procès de tous les martyrs avant lui et le procès même de Jésus-Christ, une première partie établira qu’il était, comme les martyrs avant lui, innocent de tous les crimes avancés contre lui... Une deuxième partie fournira la preuve qu’une seule accusation était réellement fondée, celle d’avoir défendu pacifiquement l’Église de France au péril de sa vie... Dans une troisième partie, de nombreux témoignages tirés, non des mémoires écrits après coup, mais d’écrits publiés sur le moment, émanant bien souvent d’ennemis repentis ou non ; ces témoignages feront valoir le rayonnement de la foi et des vertus de Louis XVI, et l’influence ressentie par ceux qui l’approchaient... Une dernière partie s’attachera à la persévérance finale, en utilisant les documents les plus essentiels... Elle est confirmée par son testament et par ses dernières paroles sur l’échafaud38. »

  • 39 Archives Girault de Coursac, citées par Yves Chiron, Enquête sur les canonisations, Paris, Perrin, (...)
  • 40 Anne-Sophie Camus, Commémorer la mort de Louis XVI depuis 1989, mémoire de master d’histoire, Lyon (...)

18En juin 1992, le cardinal Angelo Felici, préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints, accuse bonne réception du dossier, mais rappelle aux époux Girault de Coursac qu’une telle initiative ne peut relever que de l’ordinaire : il appartient en effet toujours au diocèse d’origine du martyr – en l’occurrence le diocèse de Paris – d’ouvrir la procédure. Mais le cardinal Lustiger s’y refuse et l’affaire en reste là39. Les commémorations royalistes du 21 janvier 1993 se déroulent d’ailleurs sans appel explicite à la béatification ou à la canonisation de Louis XVI40.

  • 41 Elisabetta Povoledo, « The Priest behind Gibson’s Mass », International Herald Tribune, 25 mars 20 (...)
  • 42 Il est notamment l’auteur d’une brochure de 8 pages intitulée The Sanctity of Charles I, éditée pa (...)
  • 43 Information communiquée par Jean-Dominique Durand, professeur d’histoire contemporaine à l’univers (...)
  • 44 Jean Charles-Roux, La Mère et l’Enfant martyrs, Paris, Cerf, 2007, p. 209-210. Il a précédemment p (...)
  • 45 Jean de Viguerie, Louis XVI, le roi bienfaisant, Monaco, Éditions du Rocher, 2003 ; Henri Beausole (...)
  • 46 Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Paris, Perin, 2005.
  • 47 Denis Bataille (dir.), Faut-il canoniser Louis XVI ?, Association cultuelle de Couilly-Pont-aux-Da (...)
  • 48 Des efforts sont actuellement déployés pour obtenir la béatification de Madame Élisabeth, la sœur (...)
  • 49 Marc Polisson, « Prince Jean de France : “Louis XVI devrait être canonisé” », article mis en ligne (...)

19Comment expliquer ces échecs successifs ? La cause de Louis XVI se heurte tout d’abord à la question même de l’authenticité du martyre : sauf à embrasser la thèse d’un complot d’inspiration satanique à l’origine de la Révolution française, force est de constater que le monarque a été condamné par la Convention pour des raisons purement politiques. C’est, depuis 1820, le point de vue officiel de l’Église catholique, motivant régulièrement le refus d’ouvrir le procès, à Rome comme à Paris. L’autre problème majeur tient à la réputation historique de Louis XVI. Même si tous les nostalgiques de la monarchie s’accordent à louer sa bonté et sa piété, la grande majorité d’entre eux ne le considèrent pas comme un modèle de souverain, contrairement à saint Louis ou à Louis XIV. Sa supposée faiblesse politique est jugée en grande partie responsable des « malheurs » de la France depuis 1789. Finalement, la cause de canonisation de Louis XVI n’a jamais été défendue que par une minorité de prêtres et de laïcs, des marginaux du royalisme, qui, aujourd’hui encore, perçoivent la Révolution avant tout comme une œuvre diabolique. À leurs yeux, la proclamation de la sainteté du roi sacrifié constitue une étape nécessaire dans le processus de restauration d’une monarchie catholique en France, sous la conduite des Bourbons légitimes, afin de clore la « parenthèse ténébreuse » ouverte en 1789. Le Père Jean Charles-Roux est actuellement l’une des figures de proue de ce courant royaliste providentialiste. Né en 1914, il est le fils du diplomate et historien François Charles-Roux et le frère de l’écrivain Edmonde Charles-Roux. Après des études en Angleterre, il entame une carrière de diplomate, puis entre dans les ordres à l’âge de quarante ans. Il rejoint la congrégation des prêtres rosminiens et devient codesservant de la paroisse catholique traditionaliste de Sainte-Etheldrède à Londres au cours des années 1970-1980, avant de se retirer à Rome, dans la maison mère de sa congrégation, où il vit encore actuellement. Il acquiert une certaine notoriété médiatique au début des années 2000 en célébrant quotidiennement la messe selon le rite tridentin sur le plateau de tournage romain du film La Passion du Christ de Mel Gibson (2004). Une journaliste qui le rencontre à cette occasion décrit son bureau comme rempli de souvenirs des familles royales anglaises et françaises41. Fasciné par la figure des princes martyrs, l’homme est très engagé dans les différents cercles du souvenir des Stuarts : il est l’aumônier catholique (catholic patron) de la Society of King Charles the Martyr et vice-président de la Royal Stuart Society42. Ses convictions traditionalistes, teintées de conspirationnisme, l’amènent également à se faire un ardent promoteur de la cause de canonisation de Louis XVI. Il sert d’ailleurs de principal correspondant romain aux partisans français de la cause, au moins jusqu’au début des années 200043. Charles-Roux publie en 2007 un volumineux essai consacré au « martyre » de Marie-Antoinette et de Louis XVII, dans lequel il accorde une large place à Louis XVI, qu’il compare d’ailleurs à Charles Ier et Nicolas II44. Dans une perspective ouvertement messianique, il y décrit le sang versé par la famille royale comme « le flot qui, par communion avec le Sang de la Personne même du Rédempteur, entraîne les destins des États et des populations à affluer en la sereine vallée aux vertes pâtures, entre les collines éternelles du Royaume des Cieux ». Au cours des années 2000, d’autres ouvrages alimentent la thèse du martyre de Louis XVI, de la très hagiographique biographie rédigée par Jean de Viguerie au Livre noir de la Révolution française, décrivant la passion christique de la victime expiatoire des péchés de la France45. Mais c’est surtout le grand succès de librairie du Louis XVI de Jean-Christian Petitfils, évoquant dans son dernier chapitre les projets successifs de béatification et de canonisation du roi, qui suscite un nouvel intérêt pour la question46. En mars 2009, en présence de représentants de la famille des Bourbons, le militant royaliste Denis Bataille organise un colloque pour faire le point sur les chances d’obtenir prochainement la canonisation du « roi martyr47 ». À l’issue de la rencontre, les participants dressent un constat peu optimiste : il est bien peu probable que l’archevêque de Paris décide d’ouvrir le procès dans les circonstances politiques actuelles car un tel acte serait immanquablement interprété comme une déclaration de guerre contre la République. Les partisans de la sainteté de Louis XVI sont donc invités à se refugier dans la prière privée, dans l’attente de jours meilleurs48. Au moment où les royalistes français tentent, une nouvelle fois, de se fédérer autour d’un prétendant unique, la défense de la cause du défunt monarque peut aussi servir de point de ralliement politique. Le 21 janvier 2014, à l’issue d’une messe anniversaire célébrée dans l’église Saint-Denis de la Croix-Rousse à Lyon, le prince Jean de France, fils du comte de Paris, déclare devant un parterre de militants de l’Action française que « Louis XVI est un vrai martyr et qu’il faudrait introduire sa cause en canonisation49 ». Bien loin de susciter de nouvelles adhésions, cette annonce émanant d’un descendant du « régicide Philippe-Égalité » provoque l’ire des légitimistes locaux qui commémoraient le 21 janvier dans une autre église de la ville. Force est de constater que les vieilles rancœurs politiques restent tenaces, contribuant à entretenir la méfiance de l’institution ecclésiastique à l’égard d’une cause jugée douteuse depuis bien longtemps.

Notes

1 Philippe Boutry, « “Le roi martyr”. La cause de Louis XVI devant la Cour de Rome (1820) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 76, 1990, p. 51-71 ; Emmanuel Fureix, La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 170-177.

2 Hélène Becquet, Marie-Thérèse de France. L’orpheline du Temple, Paris, Perrin, 2012, p. 236-240. Voir également sa contribution dans le présent volume.

3 Emmanuel Fureix, « Expier le régicide. Un deuil conflictuel sous la Restauration », Matthieu Brejon de Lavergnée et Olivier Tort (dir.), L’union du Trône et de l’Autel ? Politique et religion sous la Restauration, Paris, PUPS, 2012, p. 105-118.

4 Voir les contributions de Bernard Hours et de Bettina Frederking dans le présent volume.

5 [Jacques-André Jacquelin], Les Bourbons martyrs ou les Augustes victimes, Paris, Égron, 1821 ; Victorin Godron, Le Roi martyr ou la Mort de Louis XVI. Poème en trois chants, Nancy, Hissette, 1826 ; Cotton, Testament du roi martyr et lettre autographe de la reine, dédiés à Sa Majesté Charles X, Paris, s. n., 1827. Pour une bibliographie d’ensemble, voir Pierre Ladoué, Les panégyristes de Louis XVI et de Marie-Antoinette (1793-1912). Essai de bibliographie raisonnée, Paris, Picard, 1912.

6 Athanase-René Mérault, Les Apologistes ou la Religion chrétienne prouvée par ses ennemis comme par ses amis, Anvers, Société catholique des Pays-Bas, 1823 (1re éd. 1820), p. 189-190.

7 Antoine Jean Cassé de Saint-Prosper, Martyrologe royale. Vie de Louis XVI, Paris, Pichard, 1821. Si le sacrifice du « roi vertueux » a été exemplaire, l’auteur estime que ses successeurs sont désormais déliés de leur devoir de bonté et ne doivent pas hésiter à réprimer impitoyablement toute nouvelle sédition : « Dans les crises révolutionnaires, il faut surtout broyer sans pitié les premières résistances. »

8 Jean Fenouillot, Précis historique de la vie de Louis XVI et de son martyre, Besançon, Veuve Métoyer, 1821, p. 133.

9 Aimé Guillon, Les Martyrs de la foi pendant la Révolution française ou Martyrologe des pontifes, prêtres, religieux, religieuses, laïcs de l’un et l’autre sexe qui périrent alors pour la foi, Paris, Mathiot, 1821, vol. 1, p. 56-70 ; Denise Rouède, L’abbé Guillon de Montléon (1758-1842). Sa vie aventureuse et son rôle de polémiste et de critique littéraire en Italie, Grenoble, Allier, 1938.

10 Auguste Seguin, Considérations sur la mort de Louis XVI, pour servir à la béatification et canonisation de ce saint Roi, Montpellier, Seguin, 1829 (rééd. la même année, à Paris, chez Rusand) ; Les Actes du Martyre de Louis XVI, roi de France et de Navarre, recueillis et mis en ordre d’après les témoins oculaires, Paris-Valence, 1837.

11 Signalons seulement la publication de la brochure d’Amédée Burion, Louis XVI, martyr dans sa royauté, dans sa famille, dans sa foi. Éloge funèbre, Paris, Petit, 1854.

12 Jacques Marx, Le Péché de la France. Surnaturel et politique au XIXe siècle, Bruxelles, Espace de Liberté, 2005.

13 Célestin Cloquet, À Mgr l’archevêque de Paris, Paris, Lahure, 1875.

14 Les archives diocésaines de Paris ne conservent malheureusement aucun dossier relatif à d’éventuelles demandes d’ouverture d’un procès de béatification. Je remercie l’abbé Philippe Ploix, directeur des archives, pour les recherches qu’il a bien voulu mener à ce sujet.

15 Victor Delaporte, Le Roi-Martyr. Centenaire du 21 janvier 1793, Paris, Retaux et fils, 1893 ; Victor Delaporte, Le Roi-Martyr, Paris, Dumoulin, 1893 ; Paul Duclos, « Victor Delaporte », Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 1. Les Jésuites, Paris, Beauchesne, 1985, p. 86.

16 Bernard Hours, « Jésuites », Jean-Clément Martin (dir.), Dictionnaire de la Contre-Révolution, Paris, Perrin, 2011, p. 324-327.

17 A. G. [Armand Granel], Le vrai Louis XVI. Son Rôle essentiel dans la Révolution, Toulouse, Privat, 1903 [rééd. 1913, sous le titre Le Vrai Louis XVI. Royauté douloureuse, royauté glorieuse] ; Louis XVI martyr de la foi. Mémoire pour servir à l’introduction de sa cause, Toulouse, Privat, 1908. Preuve de l’ampleur de son travail documentaire, Granel est par ailleurs l’auteur du plus important recueil bibliographique jamais publié sur Louis XVI : Bibliographie de la Révolution. Louis XVI et la famille royale. Catalogue énonçant les titres de 30 000 volumes, Paris, Picard, 1905.

18 Sur Barruel, Pierre Riquet, Augustin de Barruel, un jésuite face aux jacobins francs-maçons (1741-1820), Paris, Beauchesne, 1989 ; Jacques Crétineau-Joly, L’Église Romaine en face de la Révolution, Paris, Plon, 1859, 2 vol. ; Gustave Bord, La vérité sur la condamnation de Louis XVI, Paris, Sauton, 1885. De 1883 à 1889, Bord dirige la très conservatrice Revue de la Révolution, destinée à faire pièce à l’histoire officielle républicaine au moment de la commémoration du centenaire de 1789. En 1909, un an après la parution du Mémoire de Granel, Bord publie La conspiration révolutionnaire de 1789. Les complices, les victimes (Paris, Bibliothèque d’histoire moderne).

19 Les coulisses de la Révolution. La loge rouge, Toulouse, Vialelle et Perry, 1910 ; Les coulisses de la Révolution. Le Secret de 89, Paris, Daragon, 1910 ; Condamnation de Louis XVI par les loges allemandes. Documents et controverses, Arras, Société du Pas-de-Calais, 1912.

20 Notices « Henri Delassus » et « Constantin Lecigne » dans André Caudron (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 4. Lille, Flandres, Paris, Beauchesne, 1990, p. 156-158 et 303-304 ; Michel Jarrige, L’antimaçonnerie en France à la Belle Époque : personnalités, mentalités, structures et mode d’action des organisations antimaçonniques, Milan, Archè, 2006 et, du même auteur, L’Église et la franc-maçonnerie : histoire des soupçons et du complot, Paris, Godefroy, 2010.

21 [Armand Granel], Un document révélateur. Allocution consistoriale du pape Pie VI sur la mort de Louis XVI, Toulouse, Privat, s. d. [1917].

22 Auguste Delassus, Louis XVI, roi et martyr, et sa béatification, Boulogne, Hermain, 1915 [2e éd. : Paris, Oudin, 1916].

23 Mes recherches pour retrouver la trace de ce dossier sont pour le moment restées vaines.

24 Guy Bédouelle, « Mystique et politique. Documents sur un miracle attribué à Louis XVI à Séville (1793-1796) », Iglesia de la historia, Iglesia de la fé. Homenaje a Juan Maria Laboa Gallego, Madrid, Universidad Pontificia de Comillas, 2005, p. 311-321.

25 Leur béatification survient en 1926.

26 Auguste Delassus, À quoi en est la question de la canonisation de Louis XVI, roi-martyr de France, Boulogne, Imprimeries réunies, 1921, p. 69.

27 Archives diocésaines d’Arras, fonds Julien, 3 Z 9 566/4 : lettre de l’abbé Delassus à Mgr Julien (s. d., janvier 1923).

28 Idem : copie d’une lettre de Mgr Julien à l’abbé Delassus (13 février 1923).

29 Jacqueline Chauveau, Plaidoyer pour le roi martyr, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1974, p. 8.

30 Jacqueline Chauveau, La conjuration de Satan. La persécution religieuse sous la Révolution de 1789, Paris, Nouvelles Éditions Latines, 1970. Cette interprétation sera réactivée à la veille du Bicentenaire par Jean Dumont, La Révolution française ou les prodiges du sacrilège, Paris, Criterion, 1984.

31 André Lesage de La Franquerie, Louis XVI, le roi martyr, Tarbes, Imprimerie des Orphelins apprentis, 1945 ; réédition Montsûrs, Résiac, 1974. Une troisième et dernière édition a lieu en 1981 chez le même éditeur. La même année 1981, un autre grand apôtre de l’antimaçonnisme, Henry Coston, publie à compte d’auteur un Procès de Louis XVI et de Marie-Antoinette.

32 Sur les débats autour du procès du roi au moment du Bicentenaire et le rôle des « antis-89 », Steven Kaplan, Adieu 89, Paris, Fayard, 1993, p. 100-114.

33 Jean-François Chiappe, Louis XVI, Paris, Perrin, 1987-1989, 3 vol. ; Georges Bordonove, Louis XVI, le roi martyr, Paris, Pygmalion, coll. Les Rois qui ont fait la France, 1983. La dernière réédition recensée date de 2012.

34 Paul et Pierrette Girault de Coursac, Enquête sur le procès du roi Louis XVI, Paris, La Table ronde, 1982 ; Sur la route de Varennes, Paris, La Table ronde, 1984 ; Le voyage de Louis XVI autour du monde. L’expédition de La Pérouse, Paris, La Table ronde, 1985 ; Louis XVI et la question religieuse pendant la Révolution. Un combat pour la tolérance, Paris, ŒIL, 1988 ; Louis XVI a la parole. Autoportrait du roi très chrétien : lettres, discours, écrits politiques, Paris, ŒIL, 1989 ; Louis XVI, un visage retrouvé. Portrait physique et moral du dernier roi très chrétien, Paris, ŒIL, 1990 ; Louis XVI et Marie-Antoinette. Vie conjugale, vie politique, Paris, ŒIL, 1990 ; Entretiens sur Louis 16. Deux ou trois choses que vous devriez savoir et qu’on n’a pas osé vous dire, Paris, ŒIL, 1990 ; Derniers messages de Louis XVI aux Français. Analyse de la lettre du 3 août et du testament du 25 décembre 1792, Paris, ŒIL, 1991 ; La défense de Louis XVI, Paris, F.-X. de Guibert, 1993 ; Le secret de la reine. La politique personnelle de Marie-Antoinette pendant la Révolution, Paris, F.-X. de Guibert, 1996 ; Histoire, historiens et mémorialistes du règne de Louis XVI et de la Révolution, Paris, F.-X. de Guibert, 1998 ; Les deux frères de Louis XVI, Paris, F.-X. de Guibert, 1999. Les éditions F.-X. de Guibert annoncent pour la fin de l’année 2013 la publication d’un recueil de textes et de documents, sous le titre Louis XVI ou la vraie grandeur.

35 Découverte, 52 numéros parus, 1973-1985 ; Cahiers Louis XVI, 8 numéros parus, 1987-1994.

36 Pierrette Girault de Coursac, Le roi stigmatisé, Senlis, Imprimeries réunies, 1950.

37 [Paul et Pierrette] Girault de Coursac, Louis XVI, roi martyr ?, Paris, Téqui, 1976.

38 Paul et Pierrette Girault de Coursac, Derniers messages de Louis XVI aux Français, op. cit., p. 103-155.

39 Archives Girault de Coursac, citées par Yves Chiron, Enquête sur les canonisations, Paris, Perrin, 1998, p. 241. Sur Lustiger et l’Église de France face au Bicentenaire, Steven Kaplan, Adieu 89, op. cit., p. 139-166.

40 Anne-Sophie Camus, Commémorer la mort de Louis XVI depuis 1989, mémoire de master d’histoire, Lyon 3, 2012.

41 Elisabetta Povoledo, « The Priest behind Gibson’s Mass », International Herald Tribune, 25 mars 2004.

42 Il est notamment l’auteur d’une brochure de 8 pages intitulée The Sanctity of Charles I, éditée par la Society of King Charles the Martyr. Sur cette société, voir la contribution d’Andrew Lacey dans le présent volume.

43 Information communiquée par Jean-Dominique Durand, professeur d’histoire contemporaine à l’université Lyon 3 et ancien conseiller culturel de l’ambassade de France auprès du Saint-Siège (1998-2002). Les renseignements biographiques sur le personnage sont tirés de : Sophie de Ravinel, « Père Jean Charles-Roux, le confesseur de Mel Gibson », Le Figaro, 10 février 2004 ; Alexander Lucie-Smith, “Happy 98th Birthday, Fr Charles-Roux”, Catholic Herald, 14 décembre 2012.

44 Jean Charles-Roux, La Mère et l’Enfant martyrs, Paris, Cerf, 2007, p. 209-210. Il a précédemment publié plusieurs ouvrages aux titres tout aussi évocateurs : L’apostasie nationale (1977), Mon Dieu et mon Roi (1978), Charles I, the Sovereign Saint (1986) et Marie-Antoinette, the martyred Queen of Christian Europe (1989).

45 Jean de Viguerie, Louis XVI, le roi bienfaisant, Monaco, Éditions du Rocher, 2003 ; Henri Beausoleil, « La mort de Louis XVI », Renaud Escande (dir.), Le livre noir de la Révolution française, Paris, Cerf, 2008, p. 105-136.

46 Jean-Christian Petitfils, Louis XVI, Paris, Perin, 2005.

47 Denis Bataille (dir.), Faut-il canoniser Louis XVI ?, Association cultuelle de Couilly-Pont-aux-Dames, 2009 ; Yves Chiron, « Louis XVI peut-il être canonisé ? », Aletheia, no 148, 2009 [http://blogaletheia.blogspot.fr/2009/11/aletheia-n148-louis-xvi-peut-il-etre.html], consulté le 20 novembre 2012.

48 Des efforts sont actuellement déployés pour obtenir la béatification de Madame Élisabeth, la sœur de Louis XVI, guillotinée le 10 mai 1794. À l’appui de ce projet, l’historien Jean de Viguerie a publié une biographie, Le sacrifice du soir. Vie et mort de Madame Élisabeth, sœur de Louis XVI, Paris, Cerf, 2010. Certains royalistes estiment que l’ouverture du procès de béatification de Madame Élisabeth permettrait une évolution favorable de la position de l’Église à l’égard de son frère.

49 Marc Polisson, « Prince Jean de France : “Louis XVI devrait être canonisé” », article mis en ligne sur le site d’information Lyon People le 22 janvier 2014 [http://www.lyonpeople.com/derniereminute/prince-jean-france-louis-xvi-etre-canonise.html], consulté le 23 janvier 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540