Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Cinquième partie. Une difficile sainteté

L’Église d’Écosse et le martyre controversé de Marie Stuart

Michael T. R. B. Turnbull

Texto completo

  • 1 [http://www.nms.ac.uk/our-museums/national-museum/upcoming-exhibitions/mary-queen-of-scots.aspx], (...)

Mary Queen of Scots is one of the most controversial figures in Scottish history. Her story arouses strong emotions: was she betrayed by those she trusted, condemned to die a Catholic martyr or was she a murdering adulteress with her husband’s blood on her hands1?

1Voici en quels termes fut annoncée l’exposition « Mary Queen of Scots », ouverte l’été 2013 et spécialement créée et organisée par les Musées nationaux d’Écosse, dans la seule ville d’Édimbourg, à partir de leurs collections et avec le soutien financier, entre autres, d’organismes internationaux.

  • 2 David Nolan, “The First Play on Mary Queen of Scots”, Studies : An Irish Quarterly Review, vol. 57 (...)

2Au XXIe siècle, Marie Stuart fait donc encore l’objet de débats, figure à la fois polémique et dramatique. Sa propre histoire a inspiré des écrivains d’horizons médiatiques et de genres très divers. Cela inclut le théâtre avec, pour commencer, la Reina di Scozia (1592) de Federico della Valle jusqu’à Frederick Schiller – sa Maria Stuart (1800) – et Liz Lochhead en 1987 avec Mary Queen of Scots Got Her Head Chopped Off. Elle fut aussi une héroïne d’opéras – Maria Stuarda de Donizetti (1835) et Mary, Queen of Scots de Thea Musgrave (1975-77)2 – et de romans, comme ceux de Sir Walter Scott – The Abbot (1820) et Kenilworth (1821) – tandis que le poème de William Wordsworth – Lament of Mary Queen of Scots (1817) – est traité de façon tout aussi sensible que celui de Robert Burns portant le même titre. L’emprisonnement et la mort de Marie Stuart ont aussi inspiré le compositeur William Byrd (v. 1540-1623) pour écrire la complainte In Angel’s weed.

  • 3 [http://www.find-a-school.co.uk/news-article.asp?id=4114&name=MARY-QUEEN-OF-SCOTS%26], consulté le (...)
  • 4 [http://www.vogue.co.uk/2012/11/13/chanel-hosts-metier-darts-show-at-linlithgow-palace-scotland], (...)

3Même les peintures, les sculptures, les broderies et les bijoux ayant appartenu à la reine sont toujours considérés comme des trésors en Écosse et en Angleterre. Étant donné le talent de Sir Walter Scott pour célébrer le temps de la pré-Réforme en Écosse, il n’est pas surprenant d’appendre que ce dernier avait acquis le crucifix en nacre que Marie portait lors de son exécution et qui fait aujourd’hui partie de sa collection particulière dans sa maison d’Abbotsford dans les Scottish Borders3. Les goûts vestimentaires de la reine continuent également de fasciner. Aujourd’hui encore, Marie a du cachet, un glamour aussi tragique que fut celui de Diana, la princesse de Galles. En décembre 2012, Karl Lagerfeld, en tant que directeur artistique de la Maison Chanel, amena sa collection Métiers d’Art au palais de Linlithgow – lieu de naissance de Marie –, signe de la popularité durable de la reine d’Écosse et de France4.

Princes martyrs anglais

  • 5 1 Pierre 2, 21 [http://www.westminster-abbey.org/our-history/royals/burials/mary-queen-of-scots], (...)

4Le corps de la reine Marie fut tout d’abord inhumé dans la cathédrale de Peterborough puis transféré plus tard, sur la demande de son fils Jacques Ier, dans l’abbaye de Westminster, où sa sépulture porte l’inscription suivante : “Christ suffered also for us, leaving us an example, that he should follow His steps5.”

  • 6 Henry Summerson, “Saint George”, Oxford Online Dictionary of National Biography, 2004.
  • 7 [http://skcm.org/], consulté le 1er mars 2013]. Sur la Society of King Charles the Martyr, voir la (...)

5Évidemment, la sainteté n’est pas étrangère aux rois d’Angleterre. Édouard le Confesseur (1003-1066), connu pour sa piété et non pour avoir été un martyr (il est mort d’apoplexie), fut canonisé en 1161 par le pape Alexandre iii et inhumé dans l’abbaye de Westminster. Saint Édouard est fêté le 13 octobre et fut considéré comme l’un des saints nationaux jusqu’à ce que le roi Édouard III fît de saint George un saint patron vers 13506. Dans une période plus récente de l’histoire du royaume, la dévotion au roi Charles Ier (1600-1649), le dernier à avoir été canonisé par l’Église d’Angleterre, fut soutenue par la très anglicane Society of King Charles the Martyr, dont l’un des présidents fut Lord St. John of Fawsley : auteur, personnage médiatique et dernier membre catholique romain du Parlement7. Le 30 janvier de chaque année, la Society célèbre l’exécution de Charles Ier par une Grand-messe tandis que les reliques du roi sont placées sur l’autel afin d’être vues et vénérées après l’office. La Society affirme que le roi Charles est :

  • 8 [http://skcm.org/about-s-charles/], consulté le 1er mars 2013.

“honoured as a martyr because he died for the Church. He was offered his life if he would abandon episcopacy but he refused, for this would have taken the Church of England away from being part of ‘the one Holy Catholic and Apostolic Church’ and change Her into a sect 8.”

  • 9 Ibid.

6Les membres de la Society vénèrent donc Charles Ier en raison de son sacrifice – son « martyre » – pour la défense de la doctrine de l’épiscopat et de la succession apostolique9.

  • 10 [http://skcm.org/about-s-charles/martyrdom/], consulté le 1er mars 2013.

7Les récits de l’exécution du roi rappellent que ce dernier déclara : “I go from a corruptible to an incorruptible Crown, where no disturbance can be, no disturbance in the world.” Il passa alors son « George » – une figure de saint George – à Juxon et dit “Remember !”, puis resta debout un moment dans le silence de la prière, s’agenouilla et posa enfin sa tête sur le billot. Après quelques secondes de prière, il leva ses mains pour se signer. La hache s’abattit et, d’un seul coup, la tête de Charles se détacha du reste de son corps. Les récits contemporains témoignent du grand effroi qui parcourut la foule. L’un des bourreaux brandit la tête du « bienheureux martyr » mais, en dépit de la coutume, le fit en silence. Sir William Sanderson, qui fut témoin de la scène, raconta que le coup fatal fut porté à deux heures et une minute10.

8Parmi les premières reines d’Écosse, sainte Marguerite (v. 1045-1093), épouse de Malcolm Canmore, représente un autre cas de sainteté royale pour avoir favorisé la diffusion du christianisme. Elle fut canonisée par le pape Innocent iv en 1250 et inhumée dans l’abbaye de Dumfermline. La seule figure royale écossaise qui ne fut pas canonisée par l’Église mais déclarée comme étant sainte par acclamation populaire fut le plus jeune fils de Marguerite – le roi David Ier (1080-1153) – dont la fête a lieu le 24 mai. Le roi David gagna cette auréole céleste en faisant venir d’Angleterre et de France des ordres réguliers et en leur faisant bâtir des abbayes. Marie Stuart pouvait-elle aussi prétendre à une telle sainteté ?

Contre la canonisation de Marie Stuart

  • 11 Jenny Wormald, Mary, Queen of Scots [George Philip, 1988], éd. revue par Tauris Parke Paperbacks, (...)
  • 12 Gilbert Huddleston, “St Margaret of Scotland”, The Catholic Encyclopedia, vol. 9, New York, Robert (...)

9Les qualités de Marie pour être proclamée sainte et martyre relèvent d’un certain nombre de questions qui n’ont pas encore été toutes résolues. A-t-elle été complice du meurtre de son époux Lord Henry Darnley ? Fut-elle vraiment enlevée par James Hepburn, comte de Bothwell, au château de Dumbar ? Épousa-t-elle ce dernier contrainte et forcée ? Est-elle l’auteur des lettres de la cassette11 ? La dernière lettre qu’elle a écrite avant son exécution établit, en revanche, qu’elle est morte pour sa religion. Cependant, après sa mort, il semble qu’aucun miracle n’ait pu confirmer sa sainteté. Il en fut autrement de la reine Marguerite d’Écosse qui fut canonisée en 1250 par Innocent IV et dont les reliques furent transférées, neuf ans plus tard, à Dumfermline et dont la tête aurait appartenu à Marie Stuart au temps de la Réforme. Mais, contrairement à Marguerite, il semble qu’aucun miracle n’ait été attesté en réponse aux prières12.

  • 13 Jenny Wormald, op. cit., p. 159.

10De plus, les événements précédant son arrestation ne plaident pas en faveur d’une quelconque sanctification. Ainsi, son second mariage ne fut pas de bon augure. Né en Angleterre, son époux Lord Henry Darnley était le petit-fils de Marguerite Tudor – fille d’Henri VII et sœur d’Henri VIII – mais aussi son cousin. La conduite de Darnley révéla un être “immature, irresponsible and drunken13”. Tôt dans la matinée du 10 février 1567, la maison, dans laquelle se trouvait le Lord convalescent, explosa et le corps de ce dernier fut retrouvé dans le jardin, portant des marques de strangulation. Les soupçons se portèrent alors sur la personne du protestant James Hepburn, quatrième comte de Bothwell. Le 24 avril 1567, à la tête de huit cents hommes, celui-ci se saisit de la reine Marie qui retournait à Linlithgow et l’emmena au château de Dumbar où, est-il dit, il la viola. Le 15 mai suivant, Marie épousait Bothwell à Holyrood selon le rite protestant.

  • 14 [http://www.history-magazine.com/babington.html], consulté le 1er avril 2013. Ce texte parut à l’o (...)

11Elle aurait pu, jusque-là, passer pour une victime. Cependant, la découverte des huit lettres (connues sous le nom de la cassette aux lettres) et de quelques sonnets, apparemment écrits par Marie Stuart au comte de Bothwell en 1567, permit de démontrer que la reine avait comploté avec ce dernier pour assassiner Lord Darnley. Les spécialistes sont divisés quant à l’authenticité de ces papiers qui furent alors opportunément compromettants. De même que les lettres codées en 1567 à l’attention de Marie Stuart, et qui furent interceptées par le secrétaire d’Élisabeth Ire, Sir Francis Walsingham, révélèrent à leur tour le plan d’une machination pour sauver Marie et assassiner la reine d’Angleterre. La réponse de Marie acceptant sa libération fut bien décodée mais les agents décrypteurs de Walsingham rajoutèrent le passage mentionnant l’assassinat d’Élisabeth. Cette falsification fut ensuite utilisée par le secrétaire pour convaincre cette dernière de procéder à l’exécution de Marie Stuart14. Aujourd’hui, les originaux ont disparu et seules des copies ont survécu.

L’affaire du martyre de Marie

12En 1910, J. H. Pollard mit en avant plusieurs faits pour nourrir les thèses de tous ceux souhaitant déterminer si la reine fut plutôt une victime politique ou si elle fut martyre pour sa foi. “The original documents”, écrit Pollard, sur lesquels repose le verdict de sa culpabilité ont disparu et, de fait, la longue controverse s’est forgée autour des pièces encore accessibles. Cependant, cette confusion vient en grande partie de préjugés. Depuis, l’affaiblissement de la rancœur protestante et l’enthousiasme à l’égard des Stuarts ont contribué à dépassionner le débat :

  • 15 John H. Pollen, “Mary Queen of Scots”, The Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Compan (...)

The tendency of modern schools is to regard Mary as a participant, though in a minor and still undetermined degree, in the above-mentioned crimes. The arguments are far too complicated to be given here, but that from authority may be indicated. There were several well-informed representative Catholics at Edinburgh during the critical period. The pope had sent Father Edmund Hay, a Jesuit; Philibert Du Croc was there for France, Rubertino Solaro Moretta represented Savoy, while Roche Mamerot, a Dominican, the queen’s confessor, was also there. All these, as also the Spanish ambassador in London, represent the Bothwell match as a disgrace involving a slur on her virtue. Her confessor only defends her from participation in the murder of her husband. The most perfect documentary evidence is that of the so-called ‘casket letters’, said to have been written by Mary to Bothwell during the fatal crisis. If, on the one hand, their authenticity still lacks final proof, no argument yet brought forward to invalidate them has stood the test of modern criticism15.”

13À la fin du XIXe siècle, le mouvement pour la canonisation de Marie fut un curieux épisode de l’histoire catholique de l’Écosse. Initialement, cela a eu toutes les caractéristiques d’un autre triomphe des relations publiques de la part des évêques. Puis, aussitôt que l’affaire de la béatification fut lancée, les partisans de la cause de Marie disparurent.

14Si Abbotsford fut au cœur de l’esprit même de la culture catholique écossaise, l’association de l’Église avec Marie Stuart, reine d’Écosse, donna encore plus de légitimité aux catholiques par leur connexion à la royauté. Les évêques d’Écosse furent d’ailleurs les gardiens d’un grand nombre de reliques de la reine, lesquelles figurent également dans l’une des premières nouvelles de Sir Walter Scott : The Abbot, publiée en 1820. Ces reliques comportent le livre de prières de Marie, des crucifix et le fameux « Blairs Portrait », tous très sollicités lors des expositions nationales.

  • 16 Scottish Catholic Archives [SCA] Eastern District Vicariate [ED] 4/81/1 Fr R. Coley à l’archevêque (...)
  • 17 SCA ED 4/81/4 Programme of Tercentenary of Mary Queen of Scots Exhibition, 19 juillet-9 août 1887.
  • 18 Marie de Pomar, A Midnight Visit to Holyrood, Londres, C. L. Wallace, 1887.

15Près de dix ans après la restauration de la hiérarchie, les évêques écossais profitèrent de l’opportunité pour consolider leurs relations avec la famille royale britannique (autant que l’institution anglicane), en participant aux célébrations pour le tricentenaire de Marie Reine d’Écosse dans une exposition organisée “with proper honours” selon les vœux du jésuite de Stonyhurst, Reginald Coley, lequel a même offert de prêter à l’archevêque William Smith un petit livre de prières que la reine aurait gardé avec elle au moment de son exécution16. L’événement fut prévu pour l’automne 1887 à Peterborough et devait réunir des portraits, des anneaux, des manuscrits et des missels en lien avec la reine. Il fut également proposé de poursuivre l’exposition à Holyroodhouse17. Les célébrations ont permis de rassembler une partie significative du public britannique mais ont aussi provoqué des mouvements d’adulation excessifs de la part de courants religieux moins traditionnels, notamment la comtesse de Caithness dans sa rhapsodie spiritualiste : A Midnight Visit to Holyrood (1887)18. Les évêques écossais, encouragés par la vague de canonisations de plus de 250 martyrs anglais et gallois mis à mort entre 1636 et 1679, franchirent une étape supplémentaire en testant l’adhésion à la béatification de la reine Marie.

  • 19 SCA ED 4/84/1 Lord Bute à l’archevêque W. Smith, 30 septembre 1886 ; SCA ED4/130/3 H. Buccleuch à (...)

16Pour autant, les opinions restaient partagées. Une des premières réactions hostiles se produisit, en effet, en septembre 1886, avec le marquis de Bute qui écrivit avec un dédain à peine voilé : “It is not a subject which I have specially studied, and it is one of which I am rather afraid, as it seems impossible to handle it without losing one’s temper19.” Avec l’appui de certains évêques, Lord Bute élabora son jugement dans une perspective contraire à la cause de Marie :

  • 20 SCA ED 4/84/10 Lord Bute à l’archevêque W. Smith, 19 février 1887.

To enshrine such a person as a Saint, it seems to me that more is required than to regard her as one purified by affliction nobly endured... I do not think anything could justify her marriage to her husband’s murderer20.”

17Dans la même veine, l’évêque John Macdonald recommanda que :

  • 21 SCA ED 4/85/3 l’évêque J. Macdonald à l’archevêque W. Smith, 9 mars 1887.

Perhaps it would be inopportune to seek for her Beatification. I should somewhat fear that it might tend to bring discredit on canonization and the cultus of the saints generally in the eyes of many of our prejudiced fellow-countrymen, and the question suggests itself, is it worth while incurring this risk21.”

  • 22 The Times, 9 août 1887.

18De même, lorsque la presse londonienne entendit parler de la campagne des évêques écossais, les articles furent cinglants, accusant ces évêques de fanatisme et d’essayer de détourner l’attention du caractère douteux de la candidature de Marie Stuart en l’associant à la cause d’Anglais plus illustres, tels que Sir Thomas More et John Fisher22.

  • 23 SCA ED4/84/5 J. Morris à l’archevêque W. Smith, 3 janvier 1887 ; SCA ED 4/84/8 J. Monteith à l’arc (...)

19Ailleurs, cependant, le soutien à la béatification de Marie fut sans réserve : le cardinal Herbert Vaughan prit d’ailleurs “her case up warmly” ; John Monteith de Carstairs demanda même si “Will not the Church exist in Scotland more nobly when she has recognised Mary as a Martyr23... ?” Ralph Kerr de Newbattle a même souligné ce qu’il considérait comme étant des préjugés élaborés par les interprétations historiques antérieures à la cause de Marie :

  • 24 SCA ED 4/84/7 R. Kerr à l’archevêque W. Smith, 14 juin 1887 ; voir également Ian Donnachie et Chri (...)

My feeling is that she has been so villainously handled by adverse or bigoted by historians that it is due to her to do all that lies in our power to clear her frame from the depth of préjudice which exists against her24.”

20Les évêques furent très actifs dans la collecte de matériaux pour préparer l’exposition (notamment le fameux Blairs Portrait de Marie) et soutenir la béatification de la reine. En cela, le réseau influent d’aristocrates écossais convertis rendit la tâche des évêques plus aisée : Mme Maxwell Scott d’Abbotsford, par exemple, conseilla l’archevêque Smith sur la façon de commercialiser la cause de Marie :

  • 25 SCA ED 4/81/10 Mrs Maxwell Scott à l’archevêque W. Smith, 7 juillet 1887.

I think you will like to have the result of my talks with the Duchess [of Argyle] and Lady Lothian about the Tercentenary. They are both interested and keen about a celebration in Edin. and are quite ready to patronise it... The Duchess says that Lady John is very keen – She possesses many Stuart relics... With regard to Holyrood, the Duchess says that Lord Lothian (as Secretary of State for Scotland) is the right person to ask the Queen for permission... we feel sure he would be glad to ask, he is himself anxious that Scotland should have its own celebration. Lady Lothian thinks the Lord Provost of Edin. should be asked to co-operate in the Movement. The Duchess suggests that if your Grace liked to put a notice in the papers to invite contributions of pictures... The Duke of Norfolk is I think sending his Queen Mary Rosary to Peterborough with the proviso that it shall go on to Edin. if desired25.”

  • 26 SCA ED 4/82/6 Noel Paton à l’archevêque W. Smith, 26 septembre 1887 ; SCA ED 4/82/8 le comte de Ho (...)
  • 27 SCA ED 4/82/14 Réunion du Comité d’Exposition de Marie Stuart, 18 octobre 1887.
  • 28 SCA ED5/49/9 Fr J. Campbell à l’archevêque. MacDonald, 22 janvier 1893 ; Peter Hancock, “Promoting (...)

21Dès lors, le projet d’exposition ne perdit pas de temps et un comité fut formé, comprenant la duchesse de Buccleuch, la marquise de Lothian et Mme Maxwell Scott, ainsi que Sir Joseph Noel Paton (Limner de la reine pour l’Écosse) comme secrétaire. De son côté, le comte de Hopetoun promit son soutien, de même que Lord Rosebery26. Puis, de façon inattendue, l’aventure fut suspendue – les évêques apprirent en effet, qu’au même moment, une exposition internationale (prévue à Glasgow pour l’année suivante) avait déjà pris ses dispositions pour montrer les mêmes reliques de la reine. Dès lors, et à contrecœur, l’exposition d’Édimbourg fut reportée27. Mais, le mouvement pour la béatification de Marie fut en revanche maintenu. Début 1893, James Campbell, recteur du Collège des Écossais à Rome, assura l’archevêque Angus MacDonald que le nom de la reine Marie pourrait, sans difficulté aucune, être inséré dans une prochaine requête au pape Léon XIII, et que cela célèbrerait le vingt-cinquième anniversaire de son épiscopat puisque le pape était réputé pour être un fervent partisan de la cause de Marie28.

  • 29 Ibid., p. 18.
  • 30 Archivo Secreto Vaticano, Arch. Congr. SS Rituum : Processus 5087-5088.

22Celle-ci fut discutée dans l’archidiocèse de Westminster du 24 août 1888 au 13 août 188929. Il en résulta la décision de poursuivre la procédure. Le successeur de Campbell à Rome, Robert Fraser, fut alors chargé de transmettre la pétition pour la béatification de Marie Stuart à la Sacrée Congrégation des Rites30.

  • 31 « De servorum Dei beatificatione et beatorum canonizatione », chs. xxxi-xxxviii, in Opera omnia,ii (...)
  • 32 J. R. MacMahon, Beatification and Canonisation, 1952.

23Le long procès de canonisation de Marie et de deux cent cinquante autres candidats anglais et gallois commença à progresser et, jusqu’en 1970, seulement quarante des martyrs anglais furent canonisés. La cause de la reine Marie, afin de gagner du temps et d’assurer son succès, fut transmise à la hiérarchie catholique d’Écosse. De toute évidence, elle y demeure encore. Le pape Benoît XIV, selon son opinion, jugea qu’aucune chose requise ne semblait abonder dans le sens d’une reconnaissance formelle du martyre de Marie Stuart, si seulement les charges liées aux noms de Darnley et de Bothwell pouvaient être entièrement effacées31. Sa béatification eut, cependant, l’approbation du public et le soutien du pape Benoît XV (1914-1922) qui cita le cas de la reine Marie comme représentatif de ce que la politique et la religion sont parfois difficiles à démêler. Mais le pape considérait, dans le même temps, qu’elle était vraiment morte pour sa Foi et que la reconnaissance de cette mort en martyre était tout à fait possible32.

  • 33 Bede Camm (éd.), The English Martyrs, Cambridge, Heffer & Sons Ltd., 1929, p. 12 et 69.

24Néanmoins, que ce soit pour des raisons de sensibilité politique ou simplement par absence de miracles, la cause de Marie, reine d’Écosse, demeura en suspens et fut, semble-t-il, condamnée doucement à l’oubli33.

  • 34 Alison Weir, Mary Queen of Scots and the Murder of Lord Darnley, Londres, Pimlico, 2004, p. 510.

25En 2004, Alison Weir, dans ce que la critique de l’Observer a décrit comme “a monumental piece of historical detective work”, a conclu qu’une grande partie des pièces à charge contre Marie avaient été endommagées – à l’exception de la tristement célèbre « cassette aux lettres » et de la déposition pour le moins douteuse de Nicolas Hubert – nommé le Paris –, “there is no documentary evidence of an adulterous Relationship with Bothwell, nor is there any contemporary evidence that Mary plotted Darnley’s death34.”

La sainteté de Marie Stuart en 2013

26En 2008, l’Écossaise nationaliste Christine Grahame, membre du Parlement écossais, a déposé une motion pour obtenir le retour du corps de la reine Marie en Écosse afin d’être inhumé au Palais de Falkland où son père décéda peu de temps après sa naissance et où elle passa les plus heureuses de ses jeunes années. Dans ce projet, Mme Grahame a eu le soutien du compositeur écossais James MacMillan et du porte-parole de l’Église catholique en Écosse, déclarant que :

  • 35 Auslan Cramb, “Mary Queen of Scots should be repatriated from England, campaigners say”, The Teleg (...)

Mary Queen of Scots is undoubtedly held in very great and affectionate esteem by Scots Catholics who admire her religious devotion and fidelity to the church. As such, there would be significant interest among many Catholics in any plan to repatriate her remains35.”

  • 36 [http://independent.academia.edu/FrankDougan], consulté le 29 mars 2013].

27En 2011, un ancien disc-jockey écossais, Frank Dougan, a écrit à l’archevêque Marcello Bartolucci, Secrétaire de la Congrégation pour les causes des saints à Rome, pour s’enquérir de la Cause de Béatification de la reine d’Écosse36. L’archevêque lui répondit que, dans les Archives et Protocoles de la Congrégation pour les Causes de saints, ne se trouvait aucune trace de l’ouverture de la cause de canonisation de Marie Stuart. Il l’informa donc que les

  • 37 Lettre de l’archevêque Marcello Bartolucci, Secrétaire de la Congregazione delle Cause dei santi, (...)

Present procedures in the Causes of Saints concede the right to start the canonical inquiry to the Bishop of the Diocese where the person died. Thus, your request must be addressed to the proper ecclesiastical authority37”.

28Cette réponse quelque peu jésuitique est correcte, autant que se peut, dans la mesure où il répond à la demande spécifique de Mr Dougan mais en omettant de dire que les pièces relatives à la cause de Marie Stuart se trouvaient ailleurs, non pas à Rome, place Pie XII, mais dans les Archives secrètes du Vatican qui sont, en tant que telles, généralement disponibles aux chercheurs de « bonne foi » qui voudraient les consulter.

  • 38 [http://digital.nls.uk/mqs/], consulté le 30 mars 2013.
  • 39 John H. Pollen, “Mary Queen of Scots”, The Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Compan (...)
  • 40 « Audio ossa, ad regum Anglorum sepulturam Westmonasterium translata, miraculis clarere », dans An (...)

29Il est universellement admis que, durant son procès et son exécution, Marie fit preuve de dignité et de dévotion. Six heures avant sa mort sur le billot du château de Fotheringhay, le 8 février 1587, Marie écrivit sa dernière lettre au roi de France Henri III, le frère de son premier époux38. Dans cette lettre, Marie déclare avoir été condamnée en raison de sa foi catholique et de son “God-given right to the English crown39”. Selon Thomas Dempster – historiographe royal du roi Jacques Ier en 1615 –, qui écrivit une histoire de l’Église d’Écosse publiée en 1627: “I hear that her bones, lately translated to the burial place of the Kings of England at Westminster, are resplendent with miracles40.”

  • 41 John H. Pollen, citant l’Opera omnia, Prato, 1840, III, c. xiii, s. 10 dans “Mary Queen of Scots”, (...)

30L’historien John H. Pollen estimait que « durant tout son procès, puis pendant son execution, Marie s’est comportée avec un courage digne de son noble caractère et de son rang royal. On ne peut douter qu’elle est morte avec les sentiments de charité et de magnanimité propres aux martyrs ; de même que son exécution a été décidée, par ses ennemis, en haine de la foi. Le pape Benoît XIV pensait que, sur ces deux points, il n’y avait pas besoin d’une declaration formelle en faveur du martyre de Marie, à condition que les charges en rapport avec les affaires Darnley et Bothwell soient entièrement éliminées41. » L’absence d’un faisceau de preuves convaincant semble plutôt conforter la thèse des partisans du martyre de Marie Stuart, comme indiqué par le pape Benoît XIV, puis, plus tard, par Benoît XV.

Notas

1 [http://www.nms.ac.uk/our-museums/national-museum/upcoming-exhibitions/mary-queen-of-scots.aspx], consulté le 17 mars 2013.

2 David Nolan, “The First Play on Mary Queen of Scots”, Studies : An Irish Quarterly Review, vol. 57 (Summer) no 226, p. 174 et Liz Lochhead, Mary Queen of Scots Got Her Head Chopped Off (1987). [http://www.journal-online.co.uk/article/7800-mary-queen-of-scots-got-her-head-chopped-off].

3 [http://www.find-a-school.co.uk/news-article.asp?id=4114&name=MARY-QUEEN-OF-SCOTS%26], consulté le 20 mars 2013.

4 [http://www.vogue.co.uk/2012/11/13/chanel-hosts-metier-darts-show-at-linlithgow-palace-scotland], consulté le 1er avril 2013.

5 1 Pierre 2, 21 [http://www.westminster-abbey.org/our-history/royals/burials/mary-queen-of-scots], consulté le 20 mars 2013.

6 Henry Summerson, “Saint George”, Oxford Online Dictionary of National Biography, 2004.

7 [http://skcm.org/], consulté le 1er mars 2013]. Sur la Society of King Charles the Martyr, voir la contribution d’Andrew Lacey dans le présent volume.

8 [http://skcm.org/about-s-charles/], consulté le 1er mars 2013.

9 Ibid.

10 [http://skcm.org/about-s-charles/martyrdom/], consulté le 1er mars 2013.

11 Jenny Wormald, Mary, Queen of Scots [George Philip, 1988], éd. revue par Tauris Parke Paperbacks, 2001, p. 12.

12 Gilbert Huddleston, “St Margaret of Scotland”, The Catholic Encyclopedia, vol. 9, New York, Robert Appleton Company, 1910. 1er avril 2013 [http://www.newadvent.org/cathen/09655c.htm].

13 Jenny Wormald, op. cit., p. 159.

14 [http://www.history-magazine.com/babington.html], consulté le 1er avril 2013. Ce texte parut à l’origine dans un article consacré aux années 1580 dans le numéro d’octobre-novembre du History Magazine.

15 John H. Pollen, “Mary Queen of Scots”, The Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Company [http://www.newadvent.org/cathen/09764a.htm] consulté le 30 mars 2013.

16 Scottish Catholic Archives [SCA] Eastern District Vicariate [ED] 4/81/1 Fr R. Coley à l’archevêque W. Smith, 23 octobre 1886.

17 SCA ED 4/81/4 Programme of Tercentenary of Mary Queen of Scots Exhibition, 19 juillet-9 août 1887.

18 Marie de Pomar, A Midnight Visit to Holyrood, Londres, C. L. Wallace, 1887.

19 SCA ED 4/84/1 Lord Bute à l’archevêque W. Smith, 30 septembre 1886 ; SCA ED4/130/3 H. Buccleuch à l’archevêque W. Smith, 28 novembre 1886.

20 SCA ED 4/84/10 Lord Bute à l’archevêque W. Smith, 19 février 1887.

21 SCA ED 4/85/3 l’évêque J. Macdonald à l’archevêque W. Smith, 9 mars 1887.

22 The Times, 9 août 1887.

23 SCA ED4/84/5 J. Morris à l’archevêque W. Smith, 3 janvier 1887 ; SCA ED 4/84/8 J. Monteith à l’archevêque W. Smith, 18 février 1887.

24 SCA ED 4/84/7 R. Kerr à l’archevêque W. Smith, 14 juin 1887 ; voir également Ian Donnachie et Christopher Whatley, The Manufacture of Scottish History, Edinburgh, Polygon, 1992, p. 6.

25 SCA ED 4/81/10 Mrs Maxwell Scott à l’archevêque W. Smith, 7 juillet 1887.

26 SCA ED 4/82/6 Noel Paton à l’archevêque W. Smith, 26 septembre 1887 ; SCA ED 4/82/8 le comte de Hopetoun à l’archevêque W. Smith, 30 septembre 1887 ; SCA ED 4/82/9 Lord Rosebery à l’archevêque W. Smith, 30 septembre 1887.

27 SCA ED 4/82/14 Réunion du Comité d’Exposition de Marie Stuart, 18 octobre 1887.

28 SCA ED5/49/9 Fr J. Campbell à l’archevêque. MacDonald, 22 janvier 1893 ; Peter Hancock, “Promoting the Beatification Cause of Mary Queen of Scots”, Journal of the Marie Stuart Society, no 22 (Spring 2001), p. 19.

29 Ibid., p. 18.

30 Archivo Secreto Vaticano, Arch. Congr. SS Rituum : Processus 5087-5088.

31 « De servorum Dei beatificatione et beatorum canonizatione », chs. xxxi-xxxviii, in Opera omnia,iii, Prato, 1840.

32 J. R. MacMahon, Beatification and Canonisation, 1952.

33 Bede Camm (éd.), The English Martyrs, Cambridge, Heffer & Sons Ltd., 1929, p. 12 et 69.

34 Alison Weir, Mary Queen of Scots and the Murder of Lord Darnley, Londres, Pimlico, 2004, p. 510.

35 Auslan Cramb, “Mary Queen of Scots should be repatriated from England, campaigners say”, The Telegraph, 12 octobre 2008 [http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/scotland/3183774/Mary-Queen-of-Scots-should-be-repatriated-from-England-campaigners-say.html], consulté le 29 mars 2013. Selon le courrier électronique d’Alison George, Public Information and Publications, du Parlement écossais, 2 avril 2013 : “In order to be eligible for debate as Members’ Business, most motions need to have support from at least three parties or groups represented on the Parliamentary Bureau. All the supporting members listed were from the Scottish National Party, therefore the motion was not eligible for debate.

36 [http://independent.academia.edu/FrankDougan], consulté le 29 mars 2013].

37 Lettre de l’archevêque Marcello Bartolucci, Secrétaire de la Congregazione delle Cause dei santi, Rome, à M. Franck Dougan, le 29 septembre 2011 [http://www.academia.edu/1050186/Vatican-letter-Mary-Stuart-Mary-Queen-of-Scots...-Congregation-for-Causes-of-Saints], consulté le 30 mars 2013.

38 [http://digital.nls.uk/mqs/], consulté le 30 mars 2013.

39 John H. Pollen, “Mary Queen of Scots”, The Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Company, 1910 [http://www.newadvent.org/cathen/09764a.htm, consulté le 30 mars 2013.

40 « Audio ossa, ad regum Anglorum sepulturam Westmonasterium translata, miraculis clarere », dans Antonia Fraser, “Mary Queen of Scots”, Londres, Weidenfeld & Nicholson, 1969, p. 553. Voir également John Durkan, “Thomas Dempster : a Scottish Baronius”, Innes Review, vol. 54, no 1 (Spring 2003), p. 69-78.

41 John H. Pollen, citant l’Opera omnia, Prato, 1840, III, c. xiii, s. 10 dans “Mary Queen of Scots”, art. cit.

Autor

Université d’Edinburgh.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540