Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Quatrième partie. Visions romantiques

Paul Delaroche et les enjeux de la représentation de la mort de Charles Ier sous la monarchie de Juillet

François de Vergnette

Texte intégral

  • 1 Diane Russcol, “Images of Charles Ier and Henrietta-Maria in french art, ca. 1815-1855”, Arts Maga (...)

1Les artistes de l’époque romantique en France se passionnaient pour les sujets dramatiques tirés de l’histoire anglaise qui faisaient écho à l’anglophilie des milieux intellectuels d’alors. Leur intérêt pour Charles Ier est moins connu que celui qu’ils portaient à Marie Stuart. Les représentations picturales du roi sont surtout datées d’après 1830. Si un épisode de la vie de sa femme Henriette-Marie apparaît sur une toile du Salon de 1819, il ne figure sur aucun tableau exposé au Salon sous la Restauration1. C’est la publication de plusieurs ouvrages de littérature ou d’histoire mettant en avant le souverain anglais à la fin des années 1820 qui explique la naissance de cette iconographie. Dans les Salons des premières années de la monarchie de Juillet, on compte près d’une dizaine de Charles Ier en peinture et en gravure : quatre en 1831, deux en 1833, un en 1836, un en 1837, un en 1838.

  • 2 Eugène Delacroix présente Cromwell dans le château de Windsor (collection particulière) au Salon d (...)

2Certaines représentations picturales de Charles Ier, notamment la première par la datation, le Cromwell effrayé à la vue du portrait de Charles Ier de Louis Alexis Léon de Pellicot (localisation inconnue) exposé à la Société des amis des arts de 1827, illustrent un passage d’un roman de Walter Scott. Ce dernier, qui a donné le goût de la narration historique aux écrivains français comme aux artistes français, n’évoque pourtant le roi qu’assez rapidement dans Woodstock, roman traduit en français dès l’année de sa publication en 1826. Dans ce livre, dont l’histoire se déroule en 1651, après la mort du souverain, Walter Scott a imaginé le trouble de Cromwell devant le portrait du roi défunt dans le château de Windsor. Cette scène permettait aux artistes de traiter le motif très apprécié du tableau dans le tableau et souvent de peindre un des chefs d’œuvre du musée du Louvre : le portrait du roi par Van Dyck. L’épisode raconté par Walter Scott est le sujet de trois toiles exposées aux Salons de la décennie 1830-18402. Le rôle de Walter Scott est beaucoup plus important pour le développement de l’iconographie de Marie Stuart que pour Charles Ier. Un autre ouvrage littéraire, la pièce de Victor Hugo sur Cromwell (1827), peut expliquer l’intérêt pour le Protecteur mais non pour le roi.

3Les autres représentations de Charles Ier sont sans doute à relier aux ouvrages historiques de Guizot et de Chateaubriand. Le premier publie les Mémoires relatifs à la révolution d’Angleterre en 1823 et l’Histoire de la révolution d’Angleterre en 1826-1827, le second les Quatre Stuarts en 1828. Chez les artistes, il y avait certainement aussi le désir de suggérer un parallèle entre la révolution anglaise et les révolutions françaises, parallèle déjà développé dans les ouvrages précédents et fréquent dans la presse de l’époque.

  • 3 Cette scène est peinte par Henri Decaisne en 1829 (localisation inconnue), par Sophie Rude dans un (...)
  • 4 Le catalogue du Salon précise : « L’échafaud ayant été dressé devant la façade de White-Hall, le r (...)

4La scène la plus courante dans la peinture et la gravure françaises d’alors ayant trait à la mort de Charles Ier est celle des adieux du roi à ses enfants avant son exécution. Cette scène émouvante, que l’on pouvait rapprocher des adieux de Louis XVI à sa famille, est peinte et gravée huit fois entre 1829 et 18363. En revanche, les images de l’exécution de Charles Ier sont rares à l’époque romantique comme d’ailleurs celles de l’exécution de Louis XVI ou d’autres exécutions sous la Terreur. C’est juste après la Révolution de 1830, au Salon de 1831, qu’un certain A. de Jonnès expose Scène de l’exécution de Charles Ier, roi d’Angleterre4. Notons que parmi les Adieux de Charles Ier, une toile, celle de Sophie Rude (collection particulière), exposée au Salon de 1833, annonce clairement le supplice attendant le roi : au fond du tableau, on aperçoit le bourreau avec une hache sur l’échafaud. Après les émeutes de 1834, puis l’attentat de Fieschi en 1835, il sera impensable de présenter au Salon une œuvre avec un tel sujet.

  • 5 Sur ce peintre, voir : Norman D. Ziff, Paul Delaroche. A Study in Nineteenth-Century French Histor (...)

5De toute cette iconographie ressortent bien évidemment les deux œuvres de Paul Delaroche5, Cromwell et Charles Ier exposé au salon de 1831, et Charles Ier insulté par les soldats de Cromwell présenté au Salon de 1837 (collection particulière) [cahier central, figures 12 et 13]. La qualité de ces tableaux a découragé les artistes de reprendre les mêmes sujets. Avant de donner notre propre avis sur l’intention de Delaroche dans ces œuvres, nous allons présenter leurs lectures politiques faites par quelques salonniers. Curieusement, malgré leurs thèmes propres à des rapprochements avec les événements du pays, l’interprétation idéologique de ces tableaux n’est pas aussi fréquente que l’on pourrait le penser. C’est pour cela que les historiens d’art s’y sont peu intéressés. Les principaux critiques contemporains du peintre insistaient plutôt sur son sens dramatique et son art de la mise en scène. Les plus grandes plumes dans ce domaine, Étienne-Jean Delécluze, Gustave Planche, Théophile Gautier, refusaient toute allusion à la politique dans leurs commentaires.

Lectures politiques du Cromwell et Charles Ier

  • 6 Stephen Bann cite seulement un des textes suivants dans un article consacré à l’accueil critique d (...)

6 Cromwell et Charles I er montre le cadavre du roi décapité dans son cercueil qui est placé sur un fauteuil. Le Protecteur, dans une tenue dépourvue de tout luxe, gardant son chapeau sur la tête, soulève le couvercle du cercueil et contemple le souverain mort sans aucune expression. Avec le détail macabre de la tête coupée, Delaroche est plus audacieux qu’A. de Jonnès et Sophie Rude dans leurs compositions évoquées précédemment. Delaroche a cependant donné une place réduite dans le tableau au corps du roi supplicié, en le peignant de biais. Les lectures politiques du Cromwell sont très variées dans les textes critiques qui suivent, datés de 1831 mais aussi des années suivantes6.

7Commençons par un journal du juste-milieu de 1831, proche du pouvoir, de manière générale les journaux de cette tendance sont les plus favorables à Delaroche. Le critique de La France nouvelle, qui accordait moins d’importance au roi qu’à son vainqueur, lisait Cromwell comme une mise en garde faite au peuple contre toute nouvelle révolution, qui entraînerait immanquablement une dictature. Cet avertissement se fondait sur une comparaison entre Cromwell et Bonaparte, tous deux des despotes pour le salonnier :

  • 7 H. de V., « Salon de 1831 », La France nouvelle, 7 juillet 1831.

« Cromwell est pour nous de l’histoire moderne, c’est la révolution, c’est Bonaparte, c’est en une page dire aux peuples le danger qu’il y a à se laisser aller à l’entraînement des grands changements, des mouvements sociaux, et que tôt ou tard après les émeutes, les meurtres juridiques ou non, et les dévergondages de liberté, alors que tout le monde est las de ces saturnales prolongées, arrive quelque Bonaparte, quelque Cromwell, qui après avoir réfléchi longtemps sur une tête coupée, un roi exilé, ou un trône renversé, despote et géant se lève de sa hauteur, et tout se tait et se baisse devant lui, même la liberté7. »

  • 8 Ambroise Tardieu, Annales du Musée et de l’école moderne des beaux-arts. Salon de 1831, Paris, C. (...)

8Un autre critique, Ambroise Tardieu, graveur géographe qui avait servi sous Napoléon Ier, anticlérical, hostile à la Restauration, et très patriote, pense lui que le sujet choisi par le peintre est « une haute leçon pour les rois8 ». Dans son commentaire sur le tableau, en 1831, il fait également référence aux événements récents de 1830 et à la chute de Charles X :

« La fin tragique du brillant Charles Stuart est une haute leçon pour les rois, qui rarement la mettent à profit ; mais les peuples ne l’oublient jamais. Un exemple récent et sublime par sa modération, en est la preuve ! »

9Il poursuit :

« Ce tableau remplit dignement le but de son auteur. Le cadavre-roi est là ; on aperçoit la trace sanglante de la hache populaire, marque du châtiment trop sévère de fautes que tant de brillantes qualités eussent dû racheter... On plaint le souverain aveuglé, on maudit la race odieuse des courtisans et des favoris. Cromwell, ce héros-assassin, ce stoïque vengeur de tout un peuple, vient s’assurer que ce cadavre est bien celui de sa victime... Si M. Delaroche a voulu dire, par ce bel ouvrage : Roi, souvenez-vous que chaque peuple peut produire un Cromwell ! Il y a parfaitement réussi. »

10On peut penser que Tardieu s’adresse à Louis-Philippe. Dans ce texte, il met fréquemment en avant la force du peuple, dont Cromwell serait l’émanation, mais il trouve des excuses à Charles Ier et dénonce le rôle des courtisans. Ambroise Tardieu est le critique le plus à gauche que nous pouvons citer.

  • 9 Auguste Jal, Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, Paris, H. Plon, 1867, p. 483.
  • 10 [Anonyme], « Sur les récompenses », L’Artiste, 1831, t. 2, p. 29.

11Louis Philippe aurait compris le tableau de Delaroche un peu de la même manière que le commentateur précédent et en aurait donc été mécontent. D’après le critique libéral Auguste Jal, qui écrit cela tardivement dans son Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, au Salon, devant la toile, le roi aurait demandé : « M. Delaroche croit-il donc qu’il soit nécessaire de nous rappeler qu’on décapite les rois9 ? » Et la revue L’Artiste en 1831 estime que le nom du peintre Delaroche aurait été rayé de la liste des futurs officiers de la légion d’honneur10. Le journaliste écrit : « M. Delaroche déclaré mauvais citoyen pour avoir fait Cromwell. »

  • 11 [Anonyme], « Salon de 1831. M. Paul Delaroche. Richelieu. Mazarin. Édouard V. Des Études historiqu (...)
  • 12 Horace de Vieil-Castel, « Cromwell par M. Delaroche », L’Artiste,i, 1831, p. 268-270.
  • 13 Stephen Bann, Paul Delaroche : History painted, op. cit., p. 108-109.

12Du côté des légitimistes, en 1831, Delaroche était peu apprécié parce qu’au Salon avec le Cromwell, il présentait Le Cardinal de Richelieu et Le Cardinal Mazarin mourant (tous deux à Londres, Wallace Collection), qui pouvaient être lus comme des critiques des ministres de l’Absolutisme. En outre, autre grief des Légitimistes, dans le catalogue du Salon, comme source du premier tableau, Delaroche indiquait l’Essai sur les mœurs de Voltaire11. Horace de Viel Castel, qui fit une critique du tableau dans L’Artiste en 183112, est considéré comme légitimiste par Stephen Bann qui le cite abondamment13. Certes, dans son article, il appelle Cromwell « l’usurpateur inquiet », mais cette toile ne lui sert pas à louer la monarchie et sa conclusion – « c’est enfin un tableau de palais de roi destiné à être gravé pour les peuples avec cette simple légende : Et nunc intelligite [Et maintenant comprenez]. » – se rapproche beaucoup de l’interprétation d’un journaliste du juste-milieu dans La France nouvelle. En 1834, dans le quotidien catholique L’Univers religieux, le même salonnier revenait sur le thème de l’usurpation dans Cromwell. Plus catholique que monarchiste, il soulignait l’idée de l’usurpation vaincue par la royauté grâce à l’intervention de Dieu :

  • 14 Horace de Vieil-Castel, « Beaux-arts. Salon de 1834 (Premier article). », L’Univers religieux, 19 (...)

« Nous nous rappelons tous, au moment où murmurait encore une révolution toute palpitante, l’effet produit par cette peinture, montrant Cromwell usurpateur et régicide, soucieux et vaincu par cette royauté morte qu’il a traînée sur l’échafaud. Sans que le peintre le montrât ni l’expliquât autrement, la puissance de Dieu paraissait tout entière ; Dieu était là sur le front du mort, parlant à Cromwell comme autrefois à Caïn ; il était dans tout Cromwell, accablé par l’iniquité dont il s’était chargé, il était enfin dans tout le tableau, disant à ceux qui le regardaient immobile et muet : voilà, voilà mes deux vaincus, l’un pour la terre où il perdit sa royauté, l’autre pour le ciel où il ne trouvera point de couronne14. »

  • 15 N., « Variétés. Une théorie de l’usurpation, par M. Paul Delaroche. Cromwell. Les Enfants d’Édouar (...)

13Si le critique catholique insistait sur la victoire de Dieu, le salonnier de La Quotidienne, journal légitimiste, qui voyait « une théorie de l’usurpation » développée dans plusieurs œuvres récentes de Delaroche dont le Cromwell s’arrêtait à des considérations politiques15. Le terme d’usurpation renvoyait ici à l’actualité politique. Le journal ne cessait pas de traiter Louis-Philippe d’usurpateur. Enthousiasmé par l’œuvre de Delaroche, le salonnier écrivait :

« Jamais théorie de l’usurpation plus complète, plus féconde en méditations utiles, plus hautement conçue et plus énergiquement exécutée, ne jaillit de l’intelligence humaine. »

14Il précisait :

« Le peintre ne veut point que les peuples croient que parce que [l’usurpation] est au-dessus des lois humaines, elle est aussi au-dessus des lois de la conscience ; en face de l’usurpateur, il ouvre le cercueil du roi, et pour vaincre le formidable Cromwell, il n’a besoin que d’un cadavre... Charles Stuart... conserve je ne sais quel reflet de la sérénité de la vertu et de la majesté du trône dans la froide majesté de sa tombe, dans l’immuable sérénité de la mort... L’usurpation a eu sa journée, la royauté aura aussi la sienne. Oyez, oyez ; comme la royauté est grande ainsi couché dans un cercueil, et que l’usurpation paraît petite, quoiqu’elle soit debout. Que de terreur dans le silence de l’usurpation, que de majesté dans le silence de cette tombe royale ! »

15Toutefois, en 1837, un salonnier du même bord reprochait à Delaroche son absence de choix politique dans le Cromwell. Nous verrons que c’est une critique assez fréquente adressée au peintre cette année-là. Le journaliste royaliste de La Gazette de France s’interrogeait :

  • 16 [Anonyme], « Beaux-arts. Salon de 1837 », La Gazette de France, 18 mars 1837.

« En admettant que derrière ce tableau il y ait une pensée autre que celle d’une représentation matérielle, quelle est cette pensée ? Est-ce la royauté et le roi qu’il faut plaindre, admirer, regretter ? Est-ce la république, l’usurpation et l’ex-brasseur dont il faut adopter et applaudir les idées et les actions ? Voulait-il être agréable aux sympathies républicaines sans blesser trop ouvertement les sentiments royalistes ou flatter ceux-ci sans déplaire à celles-là16 ? »

16Ainsi, le critique légitimiste se demandait si avant tout le but de Delaroche n’était pas d’avoir le succès le plus large possible. Dans la plupart des œuvres de l’artiste entre 1831 et 1837, ce critique voyait « une mort matérielle » dépouillée « de toute pensée de drame, de tout sentiment, de toute poésie », un sujet « destitué de tout travail d’imagination et de tout effet social ». Il concluait en rapprochant néanmoins ce refus de Delaroche à donner une signification politique à ses tableaux, de la tendance politique ayant porté Louis-Philippe au pouvoir :

« Dans ce vague, ou dans ce calcul, ou dans cette absence de toute signification intime, on ne voit plus que le drame matériel ou le matérialisme de l’art réduit ainsi à une sorte de mécanique pittoresque, c’est ce qui se fait dans le système des doctrinaires. »

17Le salonnier royaliste faisait donc un parallèle entre le réalisme de Delaroche et l’idéologie des soutiens de Louis-Philippe.

18Les lectures du Cromwell sont donc très différentes, l’un y voit un avertissement au peuple, d’autres au contraire une mise en garde adressée aux rois, et notamment à Louis-Philippe, un autre encore le triomphe de la royauté légitime, au moyen du cadavre de Charles Ier, sur l’usurpation, enfin un critique lit dans ce tableau un refus de prendre parti, refus qu’il rapproche du juste-milieu. La variété des interprétations a notamment été rendue possible par l’absence d’expression de Cromwell dans ce tableau.

La vérité de la scène et l’émotion du spectateur

  • 17 Henri Delaborde, « Peintres et sculpteurs modernes de la France. Paul Delaroche », Revue des deux (...)

19Certaines analyses précédentes sont invalidées par le fait que le tableau a été commandé par la Restauration et commencé avant la révolution. C’est un argument avancé en 1857 par Henri Delaborde, écrivant dans la grande revue orléaniste, pour s’opposer aux salonniers légitimistes que nous avons cités. Ce critique, qui détestait la peinture politique, n’acceptait pas que les tableaux de Delaroche et notamment le Cromwell soient « une allusion aux faits de l’histoire contemporaine, un pieux hommage aux vaincus, une leçon à l’adresse des vainqueurs17 ». On peut être d’accord avec Delaborde : Delaroche dans Cromwell et Charles Ier ne cherchait pas à commenter les événements les plus récents et notamment l’action de Louis-Philippe. En revanche, il s’était sans doute intéressé à l’histoire anglaise pour les parallèles qu’elle permettait avec l’histoire de France des cinquante dernières années.

  • 18 Cette étude a été faite par Beth S. Wrigh, « Delaroche’s Cromwell and the historians », Word and I (...)

20L’étude des rapports du tableau avec sa source écrite pourrait-elle nous donner un argument pour l’une ou l’autre des thèses précédentes18 ? Dans la notice du catalogue du Salon, Delaroche a placé un texte suivi de la mention « tiré des Quatre Stuart de M. le vicomte de Chateaubriand » :

  • 19 Explication des ouvrages de peinture, op. cit., p. 222.

« Cromwell, après la décapitation de Charles Ier, dont le cadavre avait été transporté dans les appartements du palais de White-Hall, soulève le couvercle du cercueil pour contempler les restes de ce prince19. »

  • 20 Beth S. Wright, « Delaroche’s Cromwell and the historians », art. cit., p. 77.
  • 21 François René de Chateaubriand, « Les Quatre Stuart », Mélanges et poésies, Paris, Ambroise Dupont (...)

21Ces lignes insistant sur le geste de Cromwell, qui correspondent à la scène peinte par Delaroche, ne se retrouvent pas en fait dans l’ouvrage de Chateaubriand. Mais comme l’a remarqué Beth Wright, la mention de Chateaubriand est significative20. Delaroche a sans doute fait le choix de mettre en avant le nom de cet historien royaliste, non en raison de ses opinions légitimistes et de son hostilité au nouveau régime, mais parce que plusieurs aspects du texte de Chateaubriand, beaucoup plus vaste par exemple que celui de Guizot, lui parlaient. Le récit du face à face de Cromwell avec le cadavre du roi clôture un paragraphe commençant par la découverte en 1813 du cercueil du roi décapité21. Chateaubriand donne des détails macabres sûrement appréciés de Delaroche qui partageait la fascination de l’écrivain pour les cadavres, comme le montrent plusieurs de ses tableaux. Chateaubriand avait noté que sur le cercueil il y avait « une plaque portant ces mots : Charles Roi » et Delaroche fait figurer l’inscription précédente dans son tableau mais en latin. Le peintre devait également apprécier les parallèles établis par Chateaubriand entre Charles Ier et Louis XVI. Chateaubriand écrit à propos du cadavre exhumé du roi Stuart :

« Ce témoin extraordinaire, de retour de la tombe après le meurtre de Louis XVI, est venu déposer des fautes des rois, des excès des peuples, de la marche du temps, de l’enchaînement des événements et de la complicité du crime de 1649 avec celui de 1793. »

  • 22 Lettre de Delaroche citée dans Louis Ulbach, Écrivains et hommes de lettres, Paris, Delahays, 1857 (...)

22Delaroche n’a sans doute pas choisi de citer François Guizot, dont il fut pourtant proche peu après – il a peint son portrait en 1837 et lui a donné une étude du Cromwell –, parce que l’historien rapporte cette scène brièvement sans aucun développement, et qu’il tentait de réhabiliter le Protecteur. Au contraire, Delaroche n’avait pas une grande admiration pour Cromwell, si l’on en croit une de ses lettres, que nous prenons en compte bien qu’elle soit très postérieure au tableau. Dans cette lettre, il n’use que d’une formule péjorative, le « grand hypocrite », pour le caractériser22.

  • 23 Ibid., p. 335.
  • 24 Ibid., p. 334.

23Mais, comme certains critiques l’ont analysé, Delaroche ne veut sans doute pas montrer de préférences idéologiques avec ce tableau. Il a peint cette scène en raison de l’étrangeté du face à face entre un révolutionnaire vainqueur et le cadavre d’un roi vaincu, et de ses résonances dans l’histoire de France. De plus, son but en art est la vérité, comme il l’affirme en 1851 dans une lettre déjà citée : « Aujourd’hui, de nouvelles idées basées sur le simple et le vrai, doivent conduire l’artiste23. » Artiste de l’époque romantique, il recherche aussi l’émotion du spectateur : « Il faut que le spectateur..., qui arrive indifférent, croie tout d’abord à ce qu’il voit, si vous voulez l’émouvoir profondément24. »

Débats autour du Charles Ier insulté par les soldats de Cromwell

24Delaroche s’adresse aux sentiments du spectateur dans son second tableau consacré au roi d’Angleterre, Charles Ier insulté par les soldats de Cromwell (collection particulière, figure 2) qui a été exposé au Salon de 1837 en pendant d’un tableau représentant un épisode précédent de la révolution d’Angleterre, Lord Strafford allant au supplice (collection particulière). Dans la première œuvre, le souverain prisonnier est au centre de la composition. La scène est décrite ainsi dans le catalogue du Salon :

  • 25 Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes (...)

« Le parlement avait consacré à l’habitation du roi, pendant son procès, la maison de sir Robert Cotton, située près de Westminster-Hall. Charles y subissait chaque jour les plus grossiers outrages de la part des soldats chargés de le garder à vue25. »

25Cette fois-ci, dans la critique, il y a eu beaucoup moins d’interprétations divergentes de l’œuvre. Des légitimistes et des républicains y voient une célébration de la royauté. La comparaison avec un autre souverain supplicié, Louis XVI, s’impose pour certains.

  • 26 D. S., « Salon de 1837. iii. Histoire », La Quotidienne, 19 mars 1837.

26Commentant ces œuvres du Salon de 1837, des journalistes légitimistes louèrent en Delaroche le peintre de la royauté martyrisée. Le thème de Charles Ier martyr est donc ici développé. Le salonnier de La Quotidienne fait un parallèle entre les souffrances de Charles Ier et celles de Louis XVI. Il estime que le récit de la fin du premier souverain « offre une si douloureuse analogie avec celui d’un drame sanglant dont de nombreux témoins vivent encore parmi nous26 ». Charles Ier est aussi pour lui un martyr chrétien, habité par l’exemple du Christ :

« Le roi, de qui le sceptre s’étendait sur l’Écosse, l’Irlande et l’Angleterre, n’a gardé de sa puissance aucun souvenir ; ses angoisses de père et d’époux se sont calmées à la pensée du ciel... Charles est un martyr ! Il se rappelle, à ses heures d’agonie, que celui qui vint pour racheter le monde, avant d’être attaché à la croix, fut injurié, bafoué, maltraité par les hommes ; Charles se rappelle tout cela, et il accepte, sans murmure, les douleurs que le fils de Dieu voulut souffrir. Voilà ce qui est écrit dans le tableau de M. Delaroche. »

  • 27 A. Desessarts, « Beaux-Arts. Salon de 1837. Histoire. Genre. Portraits », L’Écho français, 12 avri (...)

27Dans L’Écho français, le salonnier comparait également les souffrances du roi avec celles du Christ : « Charles Ier est livré comme le Christ aux insultes de la soldatesque. C’est la Passion de la royauté27. »

28Les salonniers de certains journaux républicains estimaient également que, dans cette toile, Delaroche se révélait le peintre des rois, et eux bien évidemment, s’en attristaient. Le républicain Barthélemy Hauréau dans le Journal du peuple reprochait à l’artiste de donner à voir une histoire d’esprit monarchiste et de « ne plus travailler que pour les courtisans » dans Charles Ier et Lord Strafford, et cela de surcroît à une époque de révolutions. Il écrivait à propos du premier tableau avec ironie, en rappelant l’interprétation faite par certains royalistes :

  • 28 Barthélemy Haureau, « Salon de 1837 (4e article). De l’art historique », Journal du Peuple, 23 avr (...)

« Et, d’ailleurs, M. Delaroche, nous aimons à le croire, a mal choisi son temps pour faire gémir les peuples sur le sort des rois : les peuples ont d’autres soucis, et l’amour n’est pas le lien le plus puissant qui les attache aux dynasties antiques. Qui donc a trop de larmes en réserve pour les venir répandre sur cette royale hostie ? Qui s’inclinera devant cette majesté sans couronne, et pensera que ces geôliers sont les bourreaux du Christ attendu sur la croix ? M. Delaroche a bien tort de ne plus travailler que pour les courtisans28. »

29Barthélemy Hauréau refusait le parallèle souvent établi entre Charles Ier et Jésus par les historiens conservateurs, et repris par les critiques légitimistes. À propos de l’autre composition exposée au Salon de 1837, montrant lord Strafford que Charles Ier avait laissé condamné, il remarquait avec ironie :

« Nous ne doutons certes pas des bons sentiments de M. Delaroche, et nous croyons qu’il se propose avec sincérité de ramener les peuples à l’adoration des dynasties ; mais son zèle n’est-il pas maladroit ? »

30Un autre critique de gauche, Louis Piel, estimait que Delaroche était le peintre de l’aristocratie et des rois dans Charles Ier comme dans son tableau du Salon de 1835, Lady Jane Grey (Londres, National Gallery) :

  • 29 Louis-Alexandre Piel, « Salon de 1837 » dans Am. Teyssier, Notice biographique sur Louis-Alexandre (...)

« Un instant nous avons espéré que, témoin comme tous du grand drame des temps modernes entre les pouvoirs et les peuples, il voulait donner à ceux-là une leçon dans l’intérêt de ceux-ci ; mais nous n’avons pas tardé à voir toutes nos espérances déçues... En effet, M. Delaroche s’est fait historien mais pour lui dans l’histoire le peuple ne compte pas, ou s’il l’aperçoit, c’est pour en faire le bourreau des grands, qui ont toute sa sympathie, comme dans sa Jane Grey, ou le geôlier brutal des rois, comme dans son Charles Ier29. »

31En 1837, critiques républicains et légitimistes s’accordaient donc pour voir en Delaroche un peintre royaliste.

  • 30 Hippolyte Fortoul, « Beaux-arts. Salon de 1837. Deuxième article. M. P. Delaroche, M. A. Scheffer  (...)

32Cependant à propos du Charles Ier, d’autres commentateurs plutôt de gauche regrettaient qu’il ne choisisse pas entre royauté et république. Dans Le Monde, Henri Fortoul, influencé à la fois par le rédacteur du journal Lamennais et par le saint-simonien Pierre Leroux, estimait que Delaroche « n’a[vait] pris parti pour personne, ni pour le roi, ni pour le parlement, ni pour le peuple30 » et désapprouvait le but qu’il attribuait à l’artiste :

« L’agonie des rois, les prisons du peuple ne sont pour lui que des prétextes ; il ne s’en sert guère que pour donner plus de relief à sa peinture. Ce qu’il propose, ce n’est pas d’exprimer l’histoire, mais de pousser aussi loin que possible l’imitation de la réalité. »

  • 31 Alexandre Decamps, « Salon de 1835 », Revue républicaine, 10 mars 1835, p. 262.
  • 32 Alexandre Decamps, « Salon de 1837. M. Delaroche », Le National, 7 avril 1837.

33Et le républicain Alexandre Decamps, qui affirmait que les arts devaient « avoir un caractère politique31 », donnait une explication à l’absence d’idées politiques de Delaroche, dans ses commentaires sur le Salon de 1837 publiés dans Le National32. Comme le critique royaliste de la Gazette de France, cité plus haut, il rapprochait Delaroche des soutiens de Louis-Philippe. Il faisait un lien entre les positions conciliantes du peintre dans le domaine artistique et dans le domaine idéologique. Il rangeait Delaroche parmi « ces hommes qui n’ont aucune passion, aucune conviction dans l’art, comme ils n’ont aucun principe, aucune conviction en morale, en politique ou en religion ; qui se donnent pour conciliateurs entre les convictions opposées, et qui s’appellent eux-mêmes le juste-milieu entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux ».

34Les jugements politiques sur cette œuvre sont moins variés que pour le Cromwell. Les uns, les plus nombreux, voient dans le tableau une célébration de la royauté, les autres une absence de parti pris qu’ils taxent comme « juste-milieu ».

Le « Charles Ier martyr » d’un artiste du « juste-milieu »

  • 33 Théophile Gautier, « Topographie du Salon », La Presse, 8 mars 1837.
  • 34 Beth S. Wright, Painting and History during the French Restoration. Abandoned by the Past, Cambrid (...)
  • 35 François-René de Chateaubriand, op. cit., p. 158-159.

35Les analyses des critiques royalistes sont exactes dans les détails. Le parallèle fait entre Charles Ier et Jésus est justifié, car Delaroche s’est inspiré des représentations de Jésus subissant les moqueries des soldats romains, comme l’a remarqué Théophile Gautier33. L’idée du martyre de Charles Ier, évoqué par le journaliste de La Quotidienne et qui se dégage en effet de cette toile, se retrouve chez Chateaubriand réinterprétant Hume, ainsi que l’a montré Beth S. Wright34. Dans les Quatre Stuart, que Delaroche a lu pour le Cromwell, et sûrement pour ce tableau, Chateaubriand écrit : « La religion soutenait le monarque : il pensait partager ses ignominies avec le Roi des rois, et cette comparaison élevait son âme au-dessus des misères de la vie35. »

  • 36 François Guizot, Histoire de la révolution d’Angleterre : depuis l’avènement de Charles Ier jusqu’ (...)

36Mais cette fois-ci, Delaroche ne l’a pas cité comme source, il n’a cité d’ailleurs aucune source dans le catalogue du Salon après la notice de son œuvre. On peut penser que le peintre a également consulté Guizot qui évoquait, avec plus de précision que Chateaubriand, les insultes des soldats subies par le roi, la fumée du tabac soufflée sur lui36. Mais pour peindre Charles Ier assis comme Jésus dans les Couronnement(s) d’épines, Delaroche n’a pas respecté le lieu et le moment de cette épisode indiqués par Guizot, un escalier à côté de la salle du tribunal descendu par le roi juste après sa condamnation à mort.

  • 37 Henri Delaborde, art. cit.
  • 38 Louis-Alexandre Piel, art. cit.
  • 39 Lettre de Paul Delaroche citée dans Louis Ulbach, Écrivains et hommes de lettres, op. cit., p. 341

37Bien qu’il peigne une sorte d’épisode de la Passion de Charles Ier, Delaroche ne voulait sans doute pas célébrer la royauté à travers ce tableau. Il devait se considérer comme un « artiste qu’émeuvent toutes les grandes infortunes, qui célèbrent tous les genres d’héroïsme sans distinction de race ni de drapeau », ainsi que Henri Delaborde l’a écrit après la mort du peintre37. Le critique développait ici le credo du juste-milieu que Louis-Philippe avait pensé appliquer dans le programme du Musée historique de Versailles. Mais après ce Charles Ier, dans l’œuvre de Delaroche, on relève souvent des souverains souffrants, et notamment une autre martyre, cette fois-ci de l’histoire de France, Marie Antoinette (Marie-Antoinette devant le Tribunal, 1851, New York, The Forbes Collection). Mis à part peut-être une de ses toiles représentant les Girondins (Le dernier adieu des Girondins le 31 octobre 1793, 1856, Paris, Conciergerie), comme le dit Louis Piel avec raison, « pour lui dans l’histoire le peuple ne compte pas » et les « grands [...] ont toute sa sympathie38 ». Ce qui est d’ailleurs valable aussi pour le programme du musée de Versailles. Ces représentations de Charles Ier s’inscrivent dans une œuvre appréciée des milieux officiels de la monarchie de Juillet. Delaroche a reçu de nombreuses commandes pour des lieux publics : la Madeleine, le Musée historique de Versailles. Parmi ses collectionneurs, on trouve le fils du roi, le duc d’Orléans, et il a réalisé des portraits de ministres de Louis-Philippe, comme Charles de Rémusat ou François Guizot. Après la révolution de 1848, Delaroche est resté fidèle aux Orléans. En 1851, après avoir peint Marie-Antoinette, il a souhaité « élever un monument à celle qui s’est montrée de nos jours si digne dans son malheur39 », c’est-à-dire la duchesse d’Orléans, afin de mettre en valeur son courage lors de sa venue à la Chambre des députés le 24 février 1848.

Notes

1 Diane Russcol, “Images of Charles Ier and Henrietta-Maria in french art, ca. 1815-1855”, Arts Magazine, mars 1988, p. 47.

2 Eugène Delacroix présente Cromwell dans le château de Windsor (collection particulière) au Salon de 1831, Alexandre-Marie Colin Cromwell retournant le portrait de Charles Ier (localisation inconnue) à celui de 1833 et Augustin Desmoulins Cromwell devant le portrait de Charles Ier (localisation inconnue) en 1838.

3 Cette scène est peinte par Henri Decaisne en 1829 (localisation inconnue), par Sophie Rude dans une œuvre achetée par l’État au Salon de 1833 (collection particulière), par Évariste Fragonard dans une œuvre datée autour de 1830 (Toulouse, musée des Augustins), par Alexandre-Marie Colin vers 1835 (collection particulière) et réalisé à l’aquarelle par Alfred Johannot avant 1835 (collection particulière). Elle est également largement diffusée par la gravure : lithographie d’Achille Devéria en 1829, gravure par Sixdenier d’après la composition d’Alexandre Colin, exposée au Salon de 1836, gravure éditée par Goupil de l’aquarelle de Johannot.

4 Le catalogue du Salon précise : « L’échafaud ayant été dressé devant la façade de White-Hall, le roi arriva par l’une des fenêtres de ce palais, soutenu par l’évêque de Londres et suivi par le comte de Richemond. Ce fut le colonel Thomlinson qui présida à l’exécution. » (Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au musée royal, Paris, Vinchon, 1831, p. 89-90.)

5 Sur ce peintre, voir : Norman D. Ziff, Paul Delaroche. A Study in Nineteenth-Century French History Painting, New York, Garland, 1977; Stephen Bann, Paul Delaroche : History painted, London, Princeton, 1997; Stephen Duffy, Paul Delaroche (1797-1856). Paintings in the Wallace Collection, Londres, The Trustees of the Wallace Collection, 1997 ; Claude Allemand-Cosneau et Isabelle Julia (dir.), Paul Delaroche : un peintre dans l’Histoire, catalogue d’exposition, Nantes, musée des Beaux-Arts, Montpellier, musée Fabre, Paris, RMN, 1999 ; Stephen Bann et Linda Whitely, Painting History. Delaroche & Lady Jane Grey, Londres, National Gallery, 2010 ; Louis-Antoine Prat, Paul Delaroche, Paris, Louvre, 2012.

6 Stephen Bann cite seulement un des textes suivants dans un article consacré à l’accueil critique de ce tableau : Stephen Bann, « Cet homme, c’est Cromwell. Tableau de 1831 par Paul Delaroche et son accueil par la critique », Peter Seddon (dir.), Tête à Tête. Quatre essais sur Cromwell, Charles Ier et Delaroche, Nîmes, Musée des Beaux-Arts, Brighton University, Centre for Contemporary Visual Art, 2007, p. 27-37.

7 H. de V., « Salon de 1831 », La France nouvelle, 7 juillet 1831.

8 Ambroise Tardieu, Annales du Musée et de l’école moderne des beaux-arts. Salon de 1831, Paris, C. P. Landon, 1831, p. 14.

9 Auguste Jal, Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, Paris, H. Plon, 1867, p. 483.

10 [Anonyme], « Sur les récompenses », L’Artiste, 1831, t. 2, p. 29.

11 [Anonyme], « Salon de 1831. M. Paul Delaroche. Richelieu. Mazarin. Édouard V. Des Études historiques », Gazette de France, 13 juin 1831.

12 Horace de Vieil-Castel, « Cromwell par M. Delaroche », L’Artiste,i, 1831, p. 268-270.

13 Stephen Bann, Paul Delaroche : History painted, op. cit., p. 108-109.

14 Horace de Vieil-Castel, « Beaux-arts. Salon de 1834 (Premier article). », L’Univers religieux, 19 mars 1834.

15 N., « Variétés. Une théorie de l’usurpation, par M. Paul Delaroche. Cromwell. Les Enfants d’Édouard. Jeanne Grey. », La Quotidienne, 24 mars 1834.

16 [Anonyme], « Beaux-arts. Salon de 1837 », La Gazette de France, 18 mars 1837.

17 Henri Delaborde, « Peintres et sculpteurs modernes de la France. Paul Delaroche », Revue des deux mondes, mars-avril 1857, p. 14.

18 Cette étude a été faite par Beth S. Wrigh, « Delaroche’s Cromwell and the historians », Word and Image, vol. 16, no 1, janvier-mars 2000, p. 77-90.

19 Explication des ouvrages de peinture, op. cit., p. 222.

20 Beth S. Wright, « Delaroche’s Cromwell and the historians », art. cit., p. 77.

21 François René de Chateaubriand, « Les Quatre Stuart », Mélanges et poésies, Paris, Ambroise Dupont et Cie, 1828, p. 183.

22 Lettre de Delaroche citée dans Louis Ulbach, Écrivains et hommes de lettres, Paris, Delahays, 1857, p. 335.

23 Ibid., p. 335.

24 Ibid., p. 334.

25 Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants exposés au musée royal, Paris, Vinchon, 1837, p. 59.

26 D. S., « Salon de 1837. iii. Histoire », La Quotidienne, 19 mars 1837.

27 A. Desessarts, « Beaux-Arts. Salon de 1837. Histoire. Genre. Portraits », L’Écho français, 12 avril 1837.

28 Barthélemy Haureau, « Salon de 1837 (4e article). De l’art historique », Journal du Peuple, 23 avril 1837.

29 Louis-Alexandre Piel, « Salon de 1837 » dans Am. Teyssier, Notice biographique sur Louis-Alexandre Piel, Paris, 1843, p. 191 (d’abord paru dans L’Européen en juillet et en août 1837).

30 Hippolyte Fortoul, « Beaux-arts. Salon de 1837. Deuxième article. M. P. Delaroche, M. A. Scheffer », Le Monde, 11 mars 1837.

31 Alexandre Decamps, « Salon de 1835 », Revue républicaine, 10 mars 1835, p. 262.

32 Alexandre Decamps, « Salon de 1837. M. Delaroche », Le National, 7 avril 1837.

33 Théophile Gautier, « Topographie du Salon », La Presse, 8 mars 1837.

34 Beth S. Wright, Painting and History during the French Restoration. Abandoned by the Past, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 108-109.

35 François-René de Chateaubriand, op. cit., p. 158-159.

36 François Guizot, Histoire de la révolution d’Angleterre : depuis l’avènement de Charles Ier jusqu’à sa mort, t. II, Paris, Didier, 1845 (4e éd.), p. 387.

37 Henri Delaborde, art. cit.

38 Louis-Alexandre Piel, art. cit.

39 Lettre de Paul Delaroche citée dans Louis Ulbach, Écrivains et hommes de lettres, op. cit., p. 341.

Auteur

Université Jean Moulin Lyon III-LARHRA.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540