Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Quatrième partie. Visions romantiques

Marie Stuart trois fois martyre ? Relégitimations posthumes de la reine d’Écosse au XIXe siècle français

Nicole Cadène

Texte intégral

  • 1 Michel Duchein, Marie Stuart, la femme et le mythe, Paris, Fayard, 1988, p. 533. Pour toute précis (...)
  • 2 Nicole Cadène, Marie Stuart dans la France romantique, Paris, Association franco-écossaise, 1999.
  • 3 Friedrich Schiller, Marie Stuart, Œuvres dramatiques, traduites de l’allemand par P. Barante, t. i (...)
  • 4 Walter Scott, L’Abbé, traduit de l’anglais par le traducteur des romans historiques de Sir Walter (...)
  • 5 Nicole Cadène, Marie Stuart (1820-1899), image et images de la reine d’Écosse au XIXe siècle franç (...)
  • 6 Bernard Cottret, La Royauté au féminin. Élisabeth Ire d’Angleterre, Paris, Fayard, 2009, p. 375.

1« En ma fin est mon commencement1 » : la devise brodée par Marie Stuart pendant sa captivité anglaise acquiert, au XIXe siècle français, des accents prophétiques : cette reine, dont la brillante trajectoire brisée est en phase avec la sensibilité romantique, connaît, dans la première partie de ce siècle, une extraordinaire popularité2. Entre les deux interprétations de sa vie et de sa personnalité toujours controversées – mauvaise reine et mauvaise femme, adultère et meurtrière de son époux selon la tradition protestante, sainte et martyre selon la tradition catholique – l’époque romantique cultive, dans le sillage de Schiller3 et de Walter Scott4, l’image d’une aimable pécheresse que l’on aime et que l’on plaint, coupable seulement d’avoir trop aimé, dont la fin héroïque rachète les fautes. À partir des années 1840, un mouvement de réhabilitation d’ampleur européenne s’esquisse, qui culminera autour du trois centième anniversaire de son exécution, en 1887, dans le contexte du Catholic revival, et débouchera sur l’ouverture d’un procès de béatification, en 1899, resté sans suite5. Pourtant, désireuse de faire reconnaître qu’elle mourait au titre de sa foi, Marie Stuart avait su « disparaître avec courage, dignité, conviction, et cette touche d’ultime provocation qui fait les martyrs6 » souligne Bernard Cottret. Entre-temps, la figure de la martyre avait été investie à deux reprises : sous la Restauration, elle incarnait la royauté victime de la Révolution ; à la Belle Époque, elle fut glorifiée comme un Christ féminin, annonciateur du règne de la femme. Quels sont les aspects de ces trois relégitimations – politique, religieuse et féministe – et pourquoi sont-elles demeurées en suspens ?

  • 7 Armel Dubois-nayt, « Les représentations de l’héroïsme chrétien de Marie Stuart aux XVIe et XVIIe (...)
  • 8 L’analyse repose sur les représentations de Marie Stuart recensées dans le catalogue de l’expositi (...)

2Le martyre, parce qu’il est témoignage, ne peut exister hors du regard de ses spectateurs7. L’iconographie, précisément parce qu’elle en offre une vision immédiate, apparaît comme une entrée privilégiée pour l’aborder. Jusqu’à la fin du Second Empire, des tableaux ayant pour sujet les derniers moments de Marie Stuart sont souvent exposés sur les cimaises du Salon8. Cependant, ils ne permettent pas de saisir tous les enjeux et le sens de la représentation de son supplice. Mon analyse reposera également sur d’autres sources, notamment historiographiques et littéraires.

Martyre de la royauté ?

  • 9 The Queen’s image, op. cit., p. 138-140.
  • 10 Jean-Baptiste Vermay, Marie Stuart, reine d’Écosse, recevant la sentence de mort que vient de rati (...)
  • 11 Calixte Serrur, Marie Stuart (7 février 1587), peinture, 66 x 22 cm, Salon de 1840, no 1532, Amien (...)
  • 12 Léonie Mauduit, Marie Stuart la veille de sa mort, aquarelle, 54 x 50 cm, Salon de 1838, no 1263, (...)
  • 13 Jean-Claude Rumeau, Marie Stuart communiant dans sa prison, peinture, dim. inc., Salon de 1819, no(...)
  • 14 Philippe-Jacques Van Brée, Marie Stuart au moment où on vient la chercher pour aller au supplice, (...)
  • 15 Pierre Révoil, Marie Stuart séparée de ses fidèles serviteurs, peinture, 58 x 76 cm, Salon de 1822 (...)
  • 16 Caroline Swagers, Marie Stuart marchant à l’échafaud (8 février 1587), peinture, dim. inc., Salon (...)
  • 17 Eugène Devéria, La Lecture de la sentence de Marie Stuart, peinture, 88 x 67 cm, Salon de 1827, no(...)
  • 18 Ford Madox Brown, L’Exécution de Marie Stuart, peinture, 295 x 260 cm, Salon de 1842, no 61, loc. (...)
  • 19 Anonyme, Étude de la tête coupée de Marie Stuart, peinture, 33 x 41 cm, Paris, coll. partic. Voir (...)
  • 20 Alexandre-Denis Abel de Pujol, La Mort de Marie Stuart, peinture, 259 x 331, Valenciennes, musée d (...)
  • 21 Ibid., p. 22. Voir la contribution de François de Vergnette dans le présent volume.
  • 22 Paul Delaroche, Lady Jane Grey au moment du supplice, peinture, Salon de 1834, 246 x 297 cm, Londr (...)

3En 1794, peu après l’exécution de Marie-Antoinette, des gravures d’Antonio Zecchin sont diffusées sur le marché français. Elles reproduisent une série de dessins de John Francis Rigaud exposés en 1791 et 1792 à la Royal Academy de Londres représentant les dernières heures, l’exécution et les funérailles de Marie Stuart. Rigaud reprenait ici la tradition iconographique de la contre-Réforme, qui visait à prouver, en le montrant, le martyre de Marie Stuart9. Dans le contexte de la Révolution française, la martyre catholique s’éclipse devant celle de la royauté. Le souvenir de Marie-Antoinette ravive celui de Marie Stuart, mais entre ces deux reines, la relation n’est pas seulement d’analogie. Le thème des derniers moments de la reine est ensuite régulièrement décliné au XIXe siècle : Marie Stuart reçoit le verdict de mort prononcé par la commission anglaise10, partage son dernier repas avec ses fidèles serviteurs11, leur distribue ses bijoux12, communie13, s’apprête à suivre son geôlier14, dit adieu à ses serviteurs affligés15, marche au supplice16, écoute la sentence sur l’échafaud17. Enfin, elle pardonne au bourreau18. Mais l’exécution n’est plus montrée. Une étude anonyme de sa tête tranchée, dont Stephen Bann situe la réalisation entre 1825 et 1835, n’a jamais été exposée19. Il en va de même pour La Mort de Marie Stuart restée inachevée, peinture de grand format qu’Abel de Pujol conserva dans le secret de son atelier20. Influencé par les compositions historiques de Delaroche21, Lady Jane Grey au moment du supplice peut-être22, celui-ci représente la reine comme dans un sommeil, juste avant le supplice, la préservant ainsi de ses stigmates : aucune trace de sang ne souille son cou d’albâtre, aucun rictus ne déforme son visage [cahier central, figure 9]. Seuls les personnages, leur attitude et les objets qui l’environnent permettent de décrypter la scène. Ainsi, le thème de la décollation est devenu tabou.

  • 23 Nicole Cadène, « Marie Stuart dans le théâtre sous la Restauration : reine de France ou d’Écosse ? (...)

4Sous la Restauration, Marie Stuart exerce, dans l’économie psychique d’une génération traumatisée par le souvenir des violences révolutionnaires, une fonction de souvenir-écran : on place, entre l’échafaud de 1793 et le présent, un intermédiaire plus lointain qui en rend l’évocation plus supportable et on atténue l’horreur de sa représentation, qui heurte les sensibilités. La réaction du public à la première d’une adaptation de Marie Stuart de Schiller au théâtre de la Porte Saint-Martin en 1820 l’illustre : à la fin du troisième acte, quand la reine condamnée disparaît de la scène, le bruit de la hache retentit des coulisses. Cet effet sonore entraîne une série d’évanouissements parmi les spectateurs et suscite une telle indignation qu’il faut le supprimer23.

  • 24 François Pupil, Le Style troubadour ou la nostalgie du bon vieux temps, Nancy, Presses universitai (...)
  • 25 Antoine de Baecque, La Gloire et l’effroi. Sept morts sous la Terreur, Paris, Grasset, 1997, p. 9.
  • 26 François Pupil, op. cit., p. 493. Sur les estampes inspirées de ce tableau, la reine prisonnière e (...)

5Les œuvres picturales composées sous l’Empire et sous la Restauration s’inscrivent dans la veine troubadour qui recompose le passé avec une précision archéologique, en insistant sur le décor. Destinées à une clientèle aristocratique, souvent légitimiste, elles expriment la nostalgie d’un passé idéalisé24. Toute évocation sanglante est bannie. Nous sommes aux antipodes des grandes mises en scène de la mort sous la Terreur qui plaçaient le cadavre au centre de la représentation25. Dans ces œuvres précieuses de petit format, le passé gît comme dans un reliquaire. François Pupil a relevé l’identité entre une Marie Stuart exposée au Salon de 1819 et une Marie-Antoinette exposée à celui de 1814 comme pendant à un Louis XVI au Temple26.

  • 27 Beth S. Wright, Painting and History during the French Restoration. Abandoned by the Past, Cambrid (...)

6Dès 1814, une première distanciation était établie, puisque la prisonnière du Temple, campée dans un décor gothique, était vêtue à la mode du XVIe siècle. Désormais, elle est identifiée à la captive de Lochleven. L’épisode peint par Garneray est en effet situé dans cette forteresse écossaise où la reine fut emprisonnée par ses sujets révoltés en 1567, non dans sa dernière prison anglaise. Présenter l’exécution comme la conséquence d’une révolution populaire permet de mieux faire coïncider l’histoire des deux reines déchues et de taire la responsabilité d’une autre reine dans celle de Marie Stuart. C’est aussi une façon de creuser une distance, géographique et temporelle, entre la prison et l’échafaud. Debout, pressant son crucifix sur son cœur, les yeux levés vers le ciel, la reine à la silhouette mince est physiquement écrasée par les hauts murs de sa prison. Selon Beth Wright, le martyre n’est plus signifié corporellement mais à travers le décor. Ceux qui ne supportaient pas la vue de la hache pouvaient au moins contempler les murs de la prison du Temple27...

  • 28 Voir J.-P. Wilesme, « Le culte de la famille royale sous la Restauration. Célébrations officielles (...)
  • 29 Nicole Cadène, « De la contre-révolution au combat féministe. Usages politiques de Marie Stuart en (...)
  • 30 Anonyme, Marie Stuart, reine d’Écosse. Drame en cinq actes et huit tableaux de MM. Lucien Cressonn (...)
  • 31 Richard Verstegan, Theatrum crudelitatum haereticorum nostri temporis, Anvers, 1587 ; Adam Blackwo (...)

7Toutefois, Marie Stuart s’arrête sur le seuil du martyre. Elle est la doublure sentimentale de Marie-Antoinette, objet d’un culte officiel28. Les Bourbons restaurés se défient de cette ancêtre inavouable à cause des soupçons d’immoralité qui entachent sa réputation, tout en bénéficiant de l’émotion attachée à sa mémoire29. Ils l’entraîneront ainsi dans leur chute. Quelque soixante ans plus tard, sous la république triomphante, la vision du moment qui précède la décollation s’impose crûment dans l’espace public sur une aiche de théâtre [cahier central, figure 11]30. L’affichiste s’est inspiré d’une gravure reproduite dans un martyrologe du XVIe siècle, le Théâtre des cruautés, bientôt reprise dans un panégyrique, L’Histoire et le Martyre de la Royne d’Écosse d’Adam Blackwood (figure 1)31.

Fig. 1. – Exécution de Marie Stuart, reproduction d’une estampe du Théâtre des cruautés (Victor Canet, Marie Stuart, la reine martyre, Lille, 1888, p. 211, coll. part).

  • 32 Nicole Cadène, « De la tragédie au drame historique : Marie Stuart sur la scène française au XIXe (...)

8Mais, en insérant au bas de sa composition deux vignettes évocatrices d’épisodes sanglants de la vie privée de Marie Stuart, il présente l’instant où le bourreau s’apprête à frapper sa victime agenouillée comme l’acmé d’une existence dissolue. Ainsi désacralisée, la représentation de l’exécution a perdu toute portée religieuse et émotionnelle, et sa signification politique se trouve inversée. Elle satisfait le voyeurisme d’un public bourgeois qui se divertit des infortunes d’une reine et le conforte dans ses choix politiques en présentant sa fin tragique comme la conséquence de ses frasques supposées32. Qu’importe si, entre-temps, celle-ci a été réhabilitée, au point que sa canonisation est à l’ordre du jour.

Martyre catholique ?

  • 33 Brantôme, Recueil des dames, poésies et tombeaux, Paris, Gallimard, coll. « la Pléiade », 1991, p. (...)

9« Ceux qui voudront escripre de ceste illustre royne d’Escosse en ont deux très amples subjects, l’un celui de sa vie, et l’autre celuy de sa mort33 ». Ce passage extrait du Discours sur la reine d’Écosse, jadis reine de France de Brantôme pourrait résumer le programme narratif des peintres du XIXe siècle. Il pose aussi le problème de l’articulation entre ces deux thématiques.

  • 34 The Queen’s image, op. cit., p. 53.
  • 35 Ibid., p. 54-55.
  • 36 Chez Jean-Baptiste Vermay, Philippe-Jacques Van Brée, Pierre Révoil, Pierre-Antoine Vafflard, Eugè (...)
  • 37 Idem.
  • 38 Chez Pierre Révoil, Eugène Devéria et Ford Madox Brown.
  • 39 Idem.
  • 40 Chez Jean-Baptiste Vermay, Philippe-Jacques Van Brée, Pierre Révoil, Calixte Serrur, Ford Madox Br (...)
  • 41 Chez Jean-Baptiste Vermay et Philippe-Jacques Van Brée.
  • 42 Chez Pierre Révoil, Pierre-Antoine Vafflard, Eugène Devéria, Ford Madox Brown et Jules Kienlin.

10Lorsqu’ils traitent des derniers moments de Marie Stuart, les artistes marquent les étapes d’un chemin de croix. Ils s’inspirent volontiers, pour peindre la reine, des tableaux dans le style de Sheffield, désignés ainsi parce qu’ils sont dérivés d’une miniature réalisée par Nicholas Hilliard pendant sa captivité dans ce château34, ou de celui ayant appartenu à Elisabeth Curle, témoin de l’exécution35. Vêtue d’une austère robe noire36, la captive arbore pour toute parure un crucifix37 et des chapelets38. Elle tient un autre crucifix dans la main39. La dignité de son attitude est rehaussée par la prostration de son entourage40. Plus généralement, l’expression de son visage et de son regard, ses attitudes et ses gestes renvoient à ses qualités chrétiennes : qualité héroïque de courage41, mais surtout qualités féminines de modestie, de piété et de charité42. Seul Devéria semble suggérer le martyre, lorsqu’il place à l’arrière-plan de son tableau où dominent le rouge et le noir de la statue d’un saint Denis céphalophore [cahier central, figure 10].

  • 43 Eugène Devéria, Naissance d’Henri IV, peinture, 484 x 392 cm, Salon de 1827, Paris, musée du Louvr (...)

11Mais plus probablement souhaitait-il réinscrire la veuve de François II, qui avait exprimé le souhait d’être inhumée en terre de France, dans l’histoire nationale : le premier évêque de Paris est aussi un saint protecteur du royaume et l’abbaye placée sous son vocable sert de nécropole à ses rois. Par ailleurs, Devéria exposa au même Salon de 1827, à côté des derniers moments de l’héroïne, la naissance d’un héros de la monarchie restaurée, Henri IV43.

  • 44 Entre 1819 et 1899, sur les quatre-vingt-trois œuvres concernant Marie Stuart exposées au Salon, o (...)
  • 45 Calixte Serrur, Meurtre de Rizzio, peinture, 157 x 209 cm, Salon de 1833, no 2183, loc. inc. ; Mar (...)
  • 46 L’expression fait référence à une série de quatre tableaux de Louis Ducis intitulée « Les Arts sou (...)

12La vie de Marie Stuart, de son enfance à la cour de France jusqu’à la captivité anglaise, offre aux artistes un réservoir inépuisable d’anecdotes pittoresques ou dramatiques, avérées ou non, qui, souvent, brouillent son image de parfaite chrétienne. Ainsi, le couple que forme la reine avec Rizzio, son secrétaire poignardé sous ses yeux en 1566 avec la complicité de Darnley, constitue l’un des sujets de prédilection44. Même si la thèse fantaisiste d’une liaison entre eux est définitivement invalidée au XIXe siècle, le succès de ce thème ne se dément pas. Lorsque Serrur peint successivement le meurtre de Rizzio et le dernier repas de la condamnée45, il est probablement tributaire de l’interprétation schillérienne selon laquelle Marie Stuart injustement condamnée acceptait le supplice afin d’expier les crimes de sa jeunesse. Les peintres véhiculent ainsi l’image d’une reine « sous l’empire de l’amour46 », voire de la passion, peu compatible avec la reconnaissance de sa sainteté.

  • 47 Philippe Jansen, « Canonisation », Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papaut (...)
  • 48 John Morris, « La canonisation de Marie Stuart », Études publiées par les Pères de la Compagnie de (...)
  • 49 Alexandre Labanoff, Lettres inédites de Marie Stuart, accompagnées de diverses dépêches et instruc (...)
  • 50 Agnes Strickland, Lives of Queens of Scotland and English Princesses Connected with the Regal Succ (...)
  • 51 Louis Wiesener, Marie Stuart et le comte de Bothwell, Paris, Hachette, 1863 ; Jules Gauthier, Hist (...)
  • 52 John Morris (éd.), The Letter books of sir Amias Poulet, keeper of Mary Queen of Scots, London, Bu (...)
  • 53 François-Régis Chantelauze, Marie Stuart son procès et son exécution d’après le journal inédit de (...)
  • 54 Baron Kervyn de Lettenhove, Marie Stuart, l’œuvre puritaine, le procès, le supplice, 1585-1587, Pa (...)

13Au XVIIIe siècle, Benoît XIV, auteur d’un important traité sur la canonisation47, avait pourtant envisagé celle de Marie Stuart48. Il fallait au préalable l’innocenter des soupçons qui pesaient sur sa conduite privée et prouver que dans la conspiration Babington, qui visait à la libérer pour l’introniser à la place d’Élisabeth et restaurer la vraie foi en Angleterre, elle n’avait pas souscrit au projet d’assassinat de sa rivale, motif de sa condamnation. Les progrès de l’érudition et des méthodes historiques, au « siècle de l’histoire », permettent d’atteindre ces objectifs. De nouvelles sources sont mises à jour : en 1844, le prince de Labanoff publie la correspondance de la reine en sept volumes avec la volonté affichée de l’innocenter et de prouver qu’elle « succomba victime de son attachement à la foi de ses pères49 ». Les sources déjà connues sont passées au crible de la critique positiviste. La fausseté des « lettres de la cassette », forgées par les ennemis de la reine pour l’accuser de complicité dans l’assassinat de Darnley, est ainsi établie. De même, la « lettre sanglante » par laquelle Marie Stuart aurait approuvé le régicide d’Elisabeth a été au moins interpolée par un faussaire agissant sur les ordres du ministre Walsingham. Dans le processus de réhabilitation, l’historienne victorienne Agnes Strickland, auteure d’une monumentale History of Queens of Scotland publiée dans les années 1850, joue un rôle décisif50. Au cours de la décennie suivante, ses conclusions sont reprises et approfondies par des historiens catholiques français51. La publication, dans les années 1870, de la correspondance de Paulet, le geôlier de Marie Stuart52, et du journal de Bourgoing, son médecin53, tous deux témoins de l’exécution, apportent de nouveaux arguments en faveur de la reconnaissance du martyre. Celui-ci est affirmé en 1889 par l’érudit belge Kervyn de Lettenhove qui dénonce des motivations sectaires dans les agissements des ennemis de la reine d’Écosse54. L’archevêque de Westminster venait alors d’introduire la cause de Marie Stuart à Rome.

  • 55 J. Gauthier, op. cit., t. I, p. 403.

14Mais en France, cette initiative ne sera pas relayée. Au temps du ralliement des catholiques à la République, Marie Stuart ne bénéficie plus d’appuis suffisamment solides, ni, peut-être, assez convaincus. Les normes de la sainteté ont évolué depuis la Contre-Réforme. La canonisation d’une reine ayant eu trois maris était-elle envisageable au lendemain de la proclamation du dogme de l’Immaculée Conception ? Selon l’historien Jules Gauthier, l’un des champions catholiques de la reine, celle-ci avait commis une faute en épousant Bothwell, principal assassin de Darnley, même si elle y avait été contrainte, puisque Bothwell l’avait violée. Mais n’aurait-elle pas dû préférer la mort à ce mariage55 ? Ainsi, la rigoureuse morale sexuelle définie pour les femmes à l’époque victorienne ne sied guère à une princesse de la Renaissance. Et ce sont les femmes, qui, en dernier ressort, se révèlent être les soutiens les plus inconditionnels de la reine d’Écosse.

Martyre de la cause des femmes ?

  • 56 Léonie Mauduit, op. cit. ; E. Raulin, op. cit. ; Caroline Swagers, op. cit.

15Trois femmes artistes ont représenté et exposé au Salon les derniers moments de Marie Stuart56. Mais leurs œuvres n’ont pas été conservées, et rien n’indique qu’elles en aient proposé une vision genrée. Il faut donc recourir à d’autres sources pour déterminer l’originalité des perceptions féminines.

  • 57 D’après le titre de son pamphlet dirigé contre le gouvernement des souveraines catholiques Marie d (...)
  • 58 Sur la misogynie de la pensée de John Knox, voir Armel Dubois-Nayt, « La différence des sexes : co (...)
  • 59 Agnes Strickland, Lives of Queens, op. cit., t. vi, p. 97.
  • 60 Nicole Cadène, « L’histoire au féminin : la “vie” de Marie Stuart par Agnes Strickland », Romantis (...)

16Selon Strickland, la reine d’Écosse fut victime d’une misogynie qui se manifesta par une résistance à son autorité puis par une interprétation biaisée de son histoire, entachée de stéréotypes misogynes. Ainsi, non content d’inciter ses contemporains à résister au « monstrueux gouvernement des femmes57 », le réformateur John Knox donna de son règne une version partiale dans son Histoire de la réformation en Écosse58. La seule faute de la reine est de s’en être remise, dans un moment de dépression, aux hommes de son entourage dont l’historienne brosse un portrait peu flatteur. Après sa chute, elle reste admirable, offrant, face aux persécutions, « un magnifique exemple » de courage59. À travers elle, Strickland affirme la capacité d’une femme à exercer le pouvoir ; elle dénonce son échec, déplore son malheur, et oppose un passé où les femmes jouaient un rôle politique majeur à un présent où, soumises à la domination masculine, elles sont exclues de la citoyenneté. Parce qu’elle retrace la chute d’une reine puissante et vertueuse, l’histoire de Marie Stuart met en relief la violence et l’injustice d’une telle dépossession60.

  • 61 Agnes Strickland, Marie Stuart, reine d’Écosse et de France, publié et traduit par la duchesse de (...)
  • 62 Nicole Edelman, « Mariategui Maria de, duchesse de Pomar puis lady Caithness », Dictionnaire du mo (...)
  • 63 Nicole Edelman, Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France : 1785-1914, Paris, Albin Michel, (...)
  • 64 Ibid., p. 212.

17C’est précisément une version abrégée de cette biographie que Lady Caithness, duchesse de Pomar, entreprend de traduire en français pour l’offrir aux abonnés d’une revue dédiée à l’étude des spiritualités, qu’elle a fondée à Paris en 1886, L’Aurore du jour nouveau61. Cette aristocrate aux croyances religieuses éclectiques s’inscrit dans le grand mouvement spiritualiste visant à régénérer le catholicisme à partir de ses marges pour en faire émerger un nouveau christianisme. Elle se présente comme la prophétesse de Marie Stuart porteuse de la quatrième révélation après celle de Moïse, de Jésus et celle délivrée directement par les esprits à leurs médiums : Dieu est masculin et féminin, père et mère ; le temps du sacerdoce masculin est révolu car la voie parfaite est celle de la femme et de l’esprit féminin opposé à l’animalité masculine. Guidée par elle, l’humanité atteindra bientôt au bonheur62. Nous sommes en présence d’une interprétation tout à fait originale du mythe de Marie Stuart, optimiste et féministe. À propos des visionnaires, l’historienne Nicole Edelman évoque une « marginalité féconde63 » aboutissant à une « survalorisation » de la femme64.

Fig. 2. – Ringel d’Illzach, Marie Stuart, plâtre, SNBA, Catalogue illustré du Salon du Champ de Mars, Paris, Lemercier, 1891, p. 261.

  • 65 Jean-Désiré Ringel d’Illzach, Marie Stuart, modèle en plâtre, H : 235 cm, Salon du Champ de Mars, (...)
  • 66 Entrefilet paru dans Le Temps, 26 août 1891.

18En réponse à une demande que lui aurait faite la reine au cours d’une apparition, Lady Caithness s’était installée à Paris pour y établir un sanctuaire à sa mémoire. Dans cette perspective, elle commanda une statue de marbre à Ringel d’Illzach. Le sculpteur réalisa un très beau modèle en plâtre où Marie Stuart, représentée en pied, apparaît sous les traits d’une jeune femme se regardant dans un miroir65. En l’absence de tout commentaire explicatif dans le livret du Salon, l’œuvre est difficile à interpréter : s’agit-il d’une vanité, ou la reine lit-elle dans le miroir le reflet de sa destinée ? Elle déplut en tout cas à sa commanditaire qui la jugea non ressemblante. Et, le sculpteur objectant qu’il s’était inspiré d’un portrait authentique conservé au Louvre, elle rétorqua : « Si vous voulez voir son visage, contemplez le mien66 », c’est-à-dire celui d’une femme d’âge mûr, comme Marie Stuart au moment de son supplice (figures 2 et 3).

Fig. 3. – portrait photographique Lady Caithness, frontispice de In memoriam, Lady Caithness, duchesse de Pomar, entrée dans la vie éternelle le 2 novembre 1895, Alençon, 1895.

  • 67 Comparer par exemple la copie réalisée par Joseph Albrier du portrait de Marie Stuart surmontant l (...)
  • 68 Adélaïde Ristori, « Rôle de Marie Stuart », Études et souvenirs, Paris, Ollendorff, 1887, 2e éditi (...)
  • 69 Nicole Cadène, « Marie Stuart selon le XIXe siècle français ou le dilemme d’une héroïne » [http:// (...)

19La propension à rajeunir la reine se retrouve chez la plupart des artistes du XIXe siècle : ils donnent à la condamnée l’aspect d’une femme jeune et séduisante, et ce, même lorsqu’il s’agit seulement de copier un portrait historique67. Ils nient son héroïsme en érotisant son supplice. Les historiens masculins insistent aussi sur la beauté, voire la sensualité de la femme qui s’offre d’un même mouvement à l’admiration des hommes et à Dieu. A contrario, le refus de toute idéalisation physique se rencontre chez d’autres femmes. Adélaïde Ristori, interprète en 1855 du drame de Schiller, refusa ainsi d’endosser le somptueux vêtement blanc prévu par le dramaturge, au motif qu’il était inconcevable que la reine ait pu nourrir des arrière-pensées de coquetterie au moment de paraître devant Dieu68. De même, Strickland n’hésite pas à détailler la décrépitude physique de la condamnée que Lady Caithness érigera bientôt en héroïne sacrificielle de la cause des femmes69.

  • 70 Jean de la Taille, « Pour la Royne Marie Stuart. Regrets d’elle à Dieu sur la mort du roy François (...)
  • 71 Véronique Alemany et Monique Cottret, « Avant-propos », Saintes ou sorcières ? op. cit., p. 5.
  • 72 Christel Sniter, Les Femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ?, Paris, Créap (...)

20Ainsi le XIXe siècle réinterprète-t-il cet anagramme forgé du vivant de la reine par le poète Jean de la Taille : Marie Stuart, « tu as martire70 », en la présentant comme martyre de trois causes différentes, celle de la royauté, du catholicisme et des femmes. Toutefois la relégitimation, ambiguë chez les légitimistes, reste inachevée chez les catholiques : féminiser l’héroïsme chrétien relève du défi71. Seule Lady Caithness s’y est vraiment risquée au XIXe siècle, en présentant Marie Stuart comme un Christ féminin. Mais son entreprise, marginale et confidentielle, resta sans lendemain. Dans le contexte du progrès de la condition des femmes à l’orée du XXe siècle, les féministes se tournent plus volontiers vers la figure tutélaire plus contemporaine et plus lisible d’une militante, Maria Deraismes72. Marie Stuart, selon la vision commune, renvoie à un malheur féminin qu’elles espèrent dépasser. Par ailleurs, au terme de cette traversée du siècle, la figure déjà polysémique de la reine d’Écosse émerge encore complexifiée par les projections nombreuses et contradictoires qui en ont été faites. Comment, dès lors, en faire une égérie ? Elle demeure ainsi, pour reprendre les termes de sa rivale Elisabeth, « The Daughter of debate. »

Notes

1 Michel Duchein, Marie Stuart, la femme et le mythe, Paris, Fayard, 1988, p. 533. Pour toute précision biographique, on se réfèrera à cet ouvrage qui demeure la meilleure biographie contemporaine en français de Marie Stuart.

2 Nicole Cadène, Marie Stuart dans la France romantique, Paris, Association franco-écossaise, 1999.

3 Friedrich Schiller, Marie Stuart, Œuvres dramatiques, traduites de l’allemand par P. Barante, t. iii, Paris, Ladvocat, 1821.

4 Walter Scott, L’Abbé, traduit de l’anglais par le traducteur des romans historiques de Sir Walter Scott, Paris, Nicolle, 1821.

5 Nicole Cadène, Marie Stuart (1820-1899), image et images de la reine d’Écosse au XIXe siècle français, Lille, ANRT, 1997, 3 vol.

6 Bernard Cottret, La Royauté au féminin. Élisabeth Ire d’Angleterre, Paris, Fayard, 2009, p. 375.

7 Armel Dubois-nayt, « Les représentations de l’héroïsme chrétien de Marie Stuart aux XVIe et XVIIe siècles », Véronique Alemany, Monique et Bernard Cottret (dir.), Saintes ou sorcières ? L’héroïsme chrétien au féminin, Paris, Les éditions de Paris, coll. « Essais et documents », 2006, p. 31.

8 L’analyse repose sur les représentations de Marie Stuart recensées dans le catalogue de l’exposition organisée par le musée des Beaux-arts de la Rochelle en 2009. Annick Notter et Nicole Cadène : « Catalogue des œuvres d’art présentées au Salon entre 1808 et 1899 et autres œuvres originales concernant Marie Stuart au XIXe siècle », Marie Stuart, une figure romantique ? La destinée artistique de la reine d’Écosse au XIXe siècle, Versailles, Artlys, 2009, p. 81-89. La comparaison avec des œuvres antérieures ou étrangères est notamment permise par le catalogue de l’exposition organisée par Helen Smailes et Duncan Thomson à Édimbourg pour célébrer le quatrième centenaire de l’exécution de Marie Stuart, The Queen’s image, Edinburgh, Scottish National Portrait Gallery, 1987.

9 The Queen’s image, op. cit., p. 138-140.

10 Jean-Baptiste Vermay, Marie Stuart, reine d’Écosse, recevant la sentence de mort que vient de ratifier le Parlement, peinture, Salon de 1808, no 616, loc. inc. Une autre version de ce tableau, datant de 1810, est conservée à Rueil-Malmaison, musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau.

11 Calixte Serrur, Marie Stuart (7 février 1587), peinture, 66 x 22 cm, Salon de 1840, no 1532, Amiens, musée Picardie.

12 Léonie Mauduit, Marie Stuart la veille de sa mort, aquarelle, 54 x 50 cm, Salon de 1838, no 1263, loc. inc. ; Jules Kienlin, Marie Stuart distribuant ses bijoux la veille de sa mort, peinture, 160,5 x 102 cm, Salon de 1868, no 1361, Verdun, musée de la Princerie.

13 Jean-Claude Rumeau, Marie Stuart communiant dans sa prison, peinture, dim. inc., Salon de 1819, no 1008, loc. inc. ; Pierre-Antoine Vafflard, Marie Stuart se communiant, peinture, 47 x 39 cm, Salon de 1824, no 1646, loc. inc. ; E. Raulin, La Communion de Marie Stuart, peinture, 92 x 110 cm, Salon de 1839, no 1747, loc. inc. ; Jean-François Gose, Marie Stuart à ses derniers moments communie de sa propre main avec l’hostie qu’elle tenait du pape Paul V, peinture, Salon de 1870, no 1225, loc. inc.

14 Philippe-Jacques Van Brée, Marie Stuart au moment où on vient la chercher pour aller au supplice, peinture, 114 x 136 cm, Salon de 1819, no 117, Paris, musée du Louvre.

15 Pierre Révoil, Marie Stuart séparée de ses fidèles serviteurs, peinture, 58 x 76 cm, Salon de 1822, no 1081, Lyon, coll. partic. ; Alphonse Honein, Derniers moments de Marie Stuart, peinture, 90 x 120 cm, Salon de 1847, no 834, loc. inc. ; Louis-Aimé Pottin, Adieux de Marie Stuart à ses serviteurs, peinture, Salon de 1853, no 957, loc. inc.

16 Caroline Swagers, Marie Stuart marchant à l’échafaud (8 février 1587), peinture, dim. inc., Salon de 1840, no 1532, loc. inc. ; Jules Kienlin, Marie Stuart marchant au supplice, peinture, dim. inc., Salon de 1866, no 1042, loc. inc.

17 Eugène Devéria, La Lecture de la sentence de Marie Stuart, peinture, 88 x 67 cm, Salon de 1827, no 331, Angers, musée des Beaux-arts.

18 Ford Madox Brown, L’Exécution de Marie Stuart, peinture, 295 x 260 cm, Salon de 1842, no 61, loc. inc. ; Émile Crespelle, Les Derniers moments de Marie Stuart, peinture, Salon de 1857, no 654, loc. inc.

19 Anonyme, Étude de la tête coupée de Marie Stuart, peinture, 33 x 41 cm, Paris, coll. partic. Voir la notice que lui consacre Stephen Bann, Marie Stuart, une figure romantique ? op. cit., p. 35.

20 Alexandre-Denis Abel de Pujol, La Mort de Marie Stuart, peinture, 259 x 331, Valenciennes, musée des Beaux-Arts. Voir Virginie Frelin-Cartigny, Abel de Pujol, la ligne souple, Valenciennes, Musée des Beaux-Arts, 2011, p. 77.

21 Ibid., p. 22. Voir la contribution de François de Vergnette dans le présent volume.

22 Paul Delaroche, Lady Jane Grey au moment du supplice, peinture, Salon de 1834, 246 x 297 cm, Londres, National Gallery.

23 Nicole Cadène, « Marie Stuart dans le théâtre sous la Restauration : reine de France ou d’Écosse ? », actes du colloque international de Pau, sous la direction de Paul Mironneau et Gérard Lahouati, Figures de l’histoire de France dans le théâtre au tournant du siècle des Lumières, 1760-1830, Oxford, Voltaire Foundation, coll. « Studies on Voltaire and the eighteenth century », 2007, p. 249.

24 François Pupil, Le Style troubadour ou la nostalgie du bon vieux temps, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1982.

25 Antoine de Baecque, La Gloire et l’effroi. Sept morts sous la Terreur, Paris, Grasset, 1997, p. 9.

26 François Pupil, op. cit., p. 493. Sur les estampes inspirées de ce tableau, la reine prisonnière est identifiée tantôt comme Marie Stuart, tantôt comme Marie-Antoinette.

27 Beth S. Wright, Painting and History during the French Restoration. Abandoned by the Past, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 38.

28 Voir J.-P. Wilesme, « Le culte de la famille royale sous la Restauration. Célébrations officielles », La Famille royale à Paris, de l’histoire à la légende, Paris, éditions Paris-Musées, 1993, p. 91-96 ; François Folliot, « les monuments dynastiques et expiatoires », ibid, p. 97-112 ; Frank Macé de l’Épinay, « Le cachot de la reine transformé en chapelle expiatoire », ibid., p. 113-116.

29 Nicole Cadène, « De la contre-révolution au combat féministe. Usages politiques de Marie Stuart en France », Marie Stuart, une figure romantique ?, op. cit., p. 64.

30 Anonyme, Marie Stuart, reine d’Écosse. Drame en cinq actes et huit tableaux de MM. Lucien Cressonnois et Charles Samson, 1890, affiche lithographique, imp. C. Lévy, Paris, bibliothèque-musée de l’Opéra.

31 Richard Verstegan, Theatrum crudelitatum haereticorum nostri temporis, Anvers, 1587 ; Adam Blackwood, Histoire et martyre de la Royne d’Escosse [...] avec un petit livre de sa mort..., Paris, G. Bichon, 1589.

32 Nicole Cadène, « De la tragédie au drame historique : Marie Stuart sur la scène française au XIXe siècle », Théâtres du monde, no 18, 2008, p. 113-114.

33 Brantôme, Recueil des dames, poésies et tombeaux, Paris, Gallimard, coll. « la Pléiade », 1991, p. 71.

34 The Queen’s image, op. cit., p. 53.

35 Ibid., p. 54-55.

36 Chez Jean-Baptiste Vermay, Philippe-Jacques Van Brée, Pierre Révoil, Pierre-Antoine Vafflard, Eugène Deveria, Calixte Serrur et Ford Madox Brown.

37 Idem.

38 Chez Pierre Révoil, Eugène Devéria et Ford Madox Brown.

39 Idem.

40 Chez Jean-Baptiste Vermay, Philippe-Jacques Van Brée, Pierre Révoil, Calixte Serrur, Ford Madox Brown et Jules Kienlin.

41 Chez Jean-Baptiste Vermay et Philippe-Jacques Van Brée.

42 Chez Pierre Révoil, Pierre-Antoine Vafflard, Eugène Devéria, Ford Madox Brown et Jules Kienlin.

43 Eugène Devéria, Naissance d’Henri IV, peinture, 484 x 392 cm, Salon de 1827, Paris, musée du Louvre.

44 Entre 1819 et 1899, sur les quatre-vingt-trois œuvres concernant Marie Stuart exposées au Salon, onze ont pour sujet les relations de Marie Stuart avec son secrétaire. Marie Stuart et Châtelard de Gustave Housez, qui représente le poète Châtelard caché dans la chambre de Marie Stuart, peut être rattaché à cette veine galante. Peinture, 650 x 815 cm, Salon de 1859, no 1541, Poitiers, musée Sainte-Croix.

45 Calixte Serrur, Meurtre de Rizzio, peinture, 157 x 209 cm, Salon de 1833, no 2183, loc. inc. ; Marie Stuart (7 février 1587), op. cit.

46 L’expression fait référence à une série de quatre tableaux de Louis Ducis intitulée « Les Arts sous l’empire de l’amour » dans laquelle la musique est représentée par le duo formé par Rizzio accompagnant au théorbe Marie Stuart au clavecin. Ce tableau, souvent copié, a popularisé l’idée qu’il existait une relation intime entre la reine et son secrétaire. Marie Stuart et Rizzio, peinture, 81 x 65 cm, Salon de 1822, no 398, Limoges, musée des Beaux-arts.

47 Philippe Jansen, « Canonisation », Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 270.

48 John Morris, « La canonisation de Marie Stuart », Études publiées par les Pères de la Compagnie de Jésus, Paris, vol. 49, janvier-avril 1890, p. 670.

49 Alexandre Labanoff, Lettres inédites de Marie Stuart, accompagnées de diverses dépêches et instructions, 1558-1587, Paris, Merlin, 1839 ; Lettres, instructions et mémoires de Marie Stuart, reine d’Écosse, Londres, C. Dolman, 1844, 7 vol.

50 Agnes Strickland, Lives of Queens of Scotland and English Princesses Connected with the Regal Succession of Great Britain, Edinburgh and London, Blackwood and sons, 1850-1859, 8 vol. (les tomes iii à vii correspondent à la vie de Marie Stuart).

51 Louis Wiesener, Marie Stuart et le comte de Bothwell, Paris, Hachette, 1863 ; Jules Gauthier, Histoire de Marie Stuart, Paris, E. Thorin, deuxième édition augmentée, 2 vol. (1re édition : 1869) ; Joseph-Adolphe Petit, Histoire de Marie Stuart, reine de France et d’Écosse, Paris, Bloud et Barral, 1876, 2 vol.

52 John Morris (éd.), The Letter books of sir Amias Poulet, keeper of Mary Queen of Scots, London, Burns and Oates, 1874.

53 François-Régis Chantelauze, Marie Stuart son procès et son exécution d’après le journal inédit de Bourgoing son médecin, la correspondance d’Amyas Paulet, son geôlier, et autres documents nouveaux, Paris, Plon, 1876.

54 Baron Kervyn de Lettenhove, Marie Stuart, l’œuvre puritaine, le procès, le supplice, 1585-1587, Paris, Perrin, 1889, 2 vol.

55 J. Gauthier, op. cit., t. I, p. 403.

56 Léonie Mauduit, op. cit. ; E. Raulin, op. cit. ; Caroline Swagers, op. cit.

57 D’après le titre de son pamphlet dirigé contre le gouvernement des souveraines catholiques Marie de Guise et Marie Tudor : Premier coup de trompette contre le gouvernement monstrueux des femmes (1558) traduit par Pierre Janton, Paris, Champion, coll. « Textes de la Renaissance », 2006.

58 Sur la misogynie de la pensée de John Knox, voir Armel Dubois-Nayt, « La différence des sexes : construction et fonction du “genre” dans la pensée de John Knox », Cités 34, Paris, PUF, 2008, p. 157-169.

59 Agnes Strickland, Lives of Queens, op. cit., t. vi, p. 97.

60 Nicole Cadène, « L’histoire au féminin : la “vie” de Marie Stuart par Agnes Strickland », Romantisme, no 115, 2002, p. 41-52.

61 Agnes Strickland, Marie Stuart, reine d’Écosse et de France, publié et traduit par la duchesse de Pomar, Paris, Librairie de la Nouvelle Revue, 1894, t. i.

62 Nicole Edelman, « Mariategui Maria de, duchesse de Pomar puis lady Caithness », Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, t. x, Jean-Pierre Chantin (dir.), Les Marges du christianisme : « sectes », dissidences, ésotérisme, Paris, Beauchesne, 2001, p. 171-172.

63 Nicole Edelman, Voyantes, guérisseuses et visionnaires en France : 1785-1914, Paris, Albin Michel, 1995, p. 12.

64 Ibid., p. 212.

65 Jean-Désiré Ringel d’Illzach, Marie Stuart, modèle en plâtre, H : 235 cm, Salon du Champ de Mars, no 1358, 1891, Châteauroux, musée Bertrand.

66 Entrefilet paru dans Le Temps, 26 août 1891.

67 Comparer par exemple la copie réalisée par Joseph Albrier du portrait de Marie Stuart surmontant le mausolée de deux de ses dames d’honneur dans l’église Saint-André à Anvers, pour le musée historique de Versailles. Musée de Versailles, inv. 2297.

68 Adélaïde Ristori, « Rôle de Marie Stuart », Études et souvenirs, Paris, Ollendorff, 1887, 2e édition, p. 49-55.

69 Nicole Cadène, « Marie Stuart selon le XIXe siècle français ou le dilemme d’une héroïne » [http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00649576/fr/], article mis en ligne le 12 décembre 2011.

70 Jean de la Taille, « Pour la Royne Marie Stuart. Regrets d’elle à Dieu sur la mort du roy François II, son mary », Œuvres de Jean de La Taille publiées par René de Maulde, Paris, Léon Wilem, 1880, p. lxxxiv.

71 Véronique Alemany et Monique Cottret, « Avant-propos », Saintes ou sorcières ? op. cit., p. 5.

72 Christel Sniter, Les Femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ?, Paris, Créaphis éditions, coll. « Silex », 2012, p. 450-452.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Exécution de Marie Stuart, reproduction d’une estampe du Théâtre des cruautés (Victor Canet, Marie Stuart, la reine martyre, Lille, 1888, p. 211, coll. part).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Légende Fig. 2. – Ringel d’Illzach, Marie Stuart, plâtre, SNBA, Catalogue illustré du Salon du Champ de Mars, Paris, Lemercier, 1891, p. 261.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Fig. 3. – portrait photographique Lady Caithness, frontispice de In memoriam, Lady Caithness, duchesse de Pomar, entrée dans la vie éternelle le 2 novembre 1895, Alençon, 1895.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

Auteur

Université de Provence-UMR Telemme.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540