Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Quatrième partie. Visions romantiques

Introduction

Texte intégral

1Les supplices princiers ont constitué une source d’inspiration privilégiée pour les artistes du XIXe siècle. Romanciers, dramaturges, sculpteurs, graveurs et peintres se saisirent de ces figures héroïques, propres à émouvoir le public, afin de mettre en scène de façon spectaculaire la conclusion tragique d’une glorieuse destinée. Dans la première moitié du siècle, ces représentations servirent d’appui aux discours politiques en faveur des monarchies restaurées et des légitimités dynastiques, en magnifiant un sacrifice essentiellement rédempteur. Marie Stuart et Marie-Antoinette se paraient, aux yeux des auteurs royalistes, de toutes les vertus propres à une reine exemplaire : courageuses, constantes et magnanimes, elles ont conservé jusqu’au bout leur dignité de souveraine. L’exemplarité de leur attitude face à la mort nourrit également une piété doloriste, dans l’espoir, sans cesse repoussé, d’une prochaine béatification de deux princesses avant tout perçues comme des modèles d’édification.

2Au regard des mouvements révolutionnaires qui ébranlèrent les trônes au cours des années 1830-1840, les Romantiques se servirent également de la figure du prince martyr pour engager une réflexion sur la vanité du pouvoir. C’est le sens des peintures que le Français Paul Delaroche consacre au « martyre » de Charles Ier. Représenté en Christ aux outrages ou sous la forme d’un cadavre mis en bière, il illustre, dans son dénuement physique, l’inéluctable caducité de toute puissance terrestre. Le drame personnel de l’individu, emporté par le tourbillon de l’histoire, finit par toucher davantage que le sort du souverain déchu. Héroïne d’opéra, Marie Stuart gagne en humanité, devient l’objet de l’amour de ses courtisans et de son peuple, quand elle n’est pas transfigurée en icône de la cause féministe pendant l’époque victorienne. Le supplice princier devient autant leçon morale que leçon politique.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540