Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Troisième partie. Mises en scène du supplice royal

Le roi crucifié. Relectures fictionnelles du procès de Louis XVI

Annie Duprat

Texte intégral

1Durant l’année 1790, la Révolution française consolide les acquis de 1789. L’Assemblée s’installe à Paris, dans la salle du Manège, tout près du château des Tuileries où réside à présent la famille royale qui a été contrainte à quitter le château de Versailles le 6 octobre 1789. La violence des journées des 5 et 6 octobre a eu d’autres conséquences politiques immédiates et a résonné très fort dans les esprits des royalistes qui sont effrayés car les émeutiers, en surgissant dans le palais, s’en sont pris délibérément au roi de France et ont rejeté toutes les anciennes notions de respect, d’obéissance et de sacré. Les circonstances qui ont conduit au succès de cette manifestation révèlent à leurs yeux l’implication du duc d’Orléans et de ses séides dans la Révolution française. Une procédure est rapidement diligentée par le Châtelet, ce qui conduit Orléans à s’enfuir en Angleterre. Il ne reviendra qu’au moment de la fête de la Fédération de 1790. Mais c’en est fait : Philippe d’Orléans devient la bête noire des royalistes ; sur les caricatures, il est nommé Philippe-Pique ou Philippe-le-Rouge, dans les textes le traître, l’ami et l’auxiliaire des fauteurs de troubles. Cette légende noire a commencé depuis l’incendie des établissements Réveillon en avril 1789. Coupable ou non, il sera toujours soupçonné !

Un roi surveillé par ses ancêtres

  • 1 Gauthier de Syonnest est le rédacteur du Journal de la Cour et de la Ville, périodique contre-révo (...)

2La peur a donc saisi les royalistes qui organisent, avec l’aide des émigrés et des puissances étrangères, les premiers camps d’entraînement à la résistance armée face à la France en Révolution. À l’intérieur du royaume, en Ardèche, plusieurs groupes se structurent en bandes armées ; on les connaît sous l’appellation globale de « camps de Jalès ». À l’extérieur, les émigrés font de même et se rapprochent des princes étrangers pour les convaincre d’attaquer la France. C’est le temps des grandes manœuvres. Mais à Versailles et à Paris, à la Cour et à la Ville, les aristocrates qui n’ont pas émigré ne voient pas d’autre exutoire à leurs angoisses que le persiflage et leurs fantasmes d’un monde perdu1. Les nombreux pamphlets royalistes anonymes publiés en 1790 n’attaquent pas directement leurs adversaires. Ils les dénigrent et s’en moquent, par exemple en nommant les membres de l’Assemblée nationale constituante les « 1 200 rois » ou les « 1 200 tyrans ». Ils inventent des histoires mêlant une Histoire revisitée à leur manière à des récits ultrareligieux et quasi-apocalyptiques.

  • 2 Bibliothèque nationale de France Imprimés (BnF), Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHV (...)
  • 3 Louis XIV à Louis XVI, Paris, Volland. s. d., 7 p. BHVP, 953-998 : avec une inscription « Au Tartar (...)
  • 4 Louis XIV trouvant Louis XVI un verre de barbade à la main, de l’imprimerie des patriotes, s. d., B (...)
  • 5 Louis XIV trouvant Louis XVI qui forgeait des chaînes. BHVP, 965-676 ; BnF, Lb39 4267 (2) ; Sénat, (...)

3Une série de textes anonymes, Les Entretiens des Bourbons, appartient au premier registre. Louis XVI y est placé sous le regard peu amène de plusieurs de ses ancêtres (Henri IV, Louis XIV et même Louis IX). Onze opuscules ont été conservés dans plusieurs bibliothèques2. Si on résume rapidement l’argumentaire, Louis XVI est montré comme un roi faible, voire nul, sous le joug de la reine, souvent pris de boisson et qui ne sait pas agir par la force contre les séditieux, ce qu’auraient su faire ses ancêtres, tant Louis IX qu’Henri IV et surtout Louis XIV3. Homme faible et indécis, Louis XVI est également sous l’emprise de la boisson, car sa femme, rouée, ne cesse de l’enivrer (Louis XIV trouvant Louis XVI un verre de barbade à la main)4 ; dans ce texte, il reconnaît bien volontiers que, lorsqu’il a bu, on peut lui faire signer n’importe quoi... Parfois, il semble pouvoir redresser la barre comme il est montré dans Louis XIV trouvant Louis XVI qui forgeait des chaînes5. Le Roi-soleil, plus impérieux que jamais, écrase son successeur en se moquant de celui qui forge les chaînes de sa propre servitude. Mais dans le texte, on fait dire en chansons à Louis XVI qu’il pourrait s’en servir pour écraser les Français révoltés :

« Je suis un pauvre souverain qui n’a plus le pouvoir en main mais par le moyen de ma forge je réduirai les Parisiens ou je me ferai couper la gorge tôt, tôt, tôt, battez chaud tôt, tôt, tôt, bon courage, formons un nouvel esclavage. »

4Une estampe, Ô Père des Bourbons, semble illustrer ce pamphlet. On y voit Louis XIV dans les cieux se pencher, méprisant, vers Louis XVI en tablier et face à une enclume, le marteau à la main...

  • 6 Ô Père des Bourbons. BHVP, 965-675 ; BnF, Lb39 4267 ; Sénat, coll. Pixérécourt., 46-1015 et 87-351.
  • 7 Louis IX à Saint-Cloud, ou apparition de Saint-Louis à Louis XVI. BHVP, 961 602 et 934-356 ; BnF, (...)

5L’image sert de frontispice à deux autres dialogues, Ô Père des Bourbons6 et le plus étonnant de tous ces textes, Louis IX à Saint-Cloud, ou apparition de Saint-Louis à Louis XVI7. Le seul roi de France à avoir été canonisé et ce, moins de trente ans après sa mort, quitte « le séjour des élus pour s’entretenir avec toi [Louis XVI] ». Il décrit une France plongée dans le chaos et reproche à Louis XVI son inaction : « ce n’est point dans une forge, ce n’est point à la chasse qu’un monarque retrouvera sa couronne et son sceptre ». Le roi saint tient des propos d’une extrême violence, rappelant que lui-même a combattu tous ses ennemis les armes à la main, accusant les « méchants » comme Barnave et Mirabeau (p. 8) et « tous les genres de crimes et de criminels qu’on a rassemblés de toutes les parties de ton royaume dans la salle des Menus et au Manège » (p. 9). Là, on comprend bien que l’auteur anonyme, sous le masque de Louis IX, englobe dans une même dénonciation les États généraux, réunis à Versailles dans la salle des Menus plaisirs et l’assemblée nationale constituante, établie dans la salle du Manège. Rien des événements de la révolution ne peut trouver grâce à ses yeux. Le texte reprend les mêmes accusations contre Mirabeau, « triple régicide », Barnave, qui « pense qu’on doit verser tout le sang impur », La Fayette qui « enseigne que l’insurrection est le plus saint des devoirs », et met en garde son descendant contre les Ravaillac et les Jacques Clément : « Il vaut mieux tuer que l’on ne nous tue dit un proverbe vulgaire » (p. 10). Rappelant que « l’exécrable anniversaire du 6 octobre sera sans doute encore célébré par ces monstres altérés de sang, d’or et d’honneurs », il martèle des conseils de violence alors que Louis XVI ne peut lui opposer que de maigres arguments (il est entouré de traîtres...). Le ton de ce dialogue imaginaire n’est pas différent des autres ; l’irruption du roi saint Louis, en revanche, lui donne une connotation religieuse toute particulière, isolée dans la série des Entretiens des Bourbons mais pas dans le cadre de la propagande royaliste et contre-révolutionnaire.

Fig. 1. – Ô Père des Bourbons, estampe anonyme, Paris, s. d. BnF.

6Le texte se termine, comme plusieurs autres Entretiens des Bourbons, par un curieux avis :

« Avis aux amis de la Révolution : ce dialogue fut trouvé dans la poche d’un scapulaire porté par le seigneur Paul, l’un des illuminés conduits de Saint-Cloud à la prison de l’abbaye de Saint-Germain le... de... l’an de la Fédération et des municipalités. Il peut, comme un autre écrit de ce conspirateur intitulé Louis XIV à Saint-Cloud au chevet de Louis XVI répandre le plus grand jour sur les manœuvres perfides des anti-constitutionnaires. »

  • 8 Archives de la police, section du Palais-Royal, 81-232.
  • 9 Le rôle de Price et de Burke sont ici essentiels, voir Michel Baridon et alii, « Le débat britanni (...)

7Il y a une unité de ton et d’inspiration (appel à l’Histoire et à la Providence) entre tous ces dialogues qui suppose une origine commune, si ce n’est unique. Ce dialogue a été saisi par la police de Paris en cinq exemplaires, le 25 octobre 17908. Enfin, le roi Louis XVI, dont la piété et la fidélité à l’observance de la religion catholique ne peuvent être mises en doute, est jugé comme tiède parce que trop tolérant (voir l’Édit de tolérance des protestants en 1787). Le socle idéologique de la Contre-Révolution, fondé sur une vision providentialiste de l’Histoire, est en train de se créer9.

  • 10 BnF Imprimés, microfiche Lb39 3460.
  • 11 BnF Imprimés, microfiche Lb39 4110.

8Confirmation de l’irruption de références religieuses presque millénaristes destinées à contrer le renversement de paradigme et la marche d’une Révolution fondée sur les Droits de l’Homme et la liberté individuelle, on assiste à l’exaltation du registre religieux dans plusieurs autres écrits et images publiés durant l’année 1790. Citons par exemple un libelle anonyme de 24 pages, L’ascension de Louis XVI, roi des juifs et des français, accompagné d’une estampe en frontispice, portant l’adresse fictive « au Ciel même. De l’imprimerie de ses archanges et sous la direction du Père éternel qui n’entend plus railleries sur les inepties nationales » daté de mai 179010. On trouve aussi Les cris du malheureux louis XVI au peuple français depuis son emprisonnement, court (8 pages) libelle anonyme publié comme « de l’imprimerie royale11 ». Le roi y dresse un tableau très noir de sa captivité aux tuileries et de la surveillance dont il est l’objet. Il ne voit que trahisons et perfidies dans son entourage mais, à la différence des libelles précédemment évoqués, aucun nom propre n’est avancé ici. Les deux textes les plus extraordinaires, qui nous retiendront à présent, sont anonymes : La passion et la mort de Louis XVI roi des Juifs et des Chrétiens et Résurrection de Louis XVI, roi des Juifs et des Français. Tous les deux ont été publiés au printemps 1790.

Un roi martyr avant l’heure

  • 12 BnF imprimés, Lb39 3180.

9 La passion et la mort de louis XVI roi des Juifs et des chrétiens a retenu l’attention de Claude Langlois dans ses Sept morts du roi12. L’estampe en frontispice montre un roi-martyr, placé sur une croix. Attribué au baron de Menou (1750-1810), ce pamphlet, qui porte l’adresse fictive « à Jérusalem », compte 27 pages ; il est dans la « norme » en quelque sorte des pamphlets politiques (moins de 30 pages). Une étape est franchie avec l’image Crucifixerunt eum inter duos latrones en frontispice du pamphlet car on y voit le roi placé sur une croix.

Fig. 2. – Crucifixerunt eum inter duos Latrones, estampe anonyme. Coll part.

  • 13 L’ordre du Clergé disparaît le 4 août 1789. La Constitution civile du Clergé, votée en juillet 179 (...)
  • 14 Claude Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988.

10Mais il n’est pas, à proprement parler, « crucifié ». Debout, droit, vêtu en grand habit de sacre, la couronne sur la tête, il brandit son sceptre d’un geste altier. Il n’est pas montré en victime mais au contraire en héros ou même en héraut de la monarchie absolue. À ses pieds, des soldats en armes ; face à lui, des hommes sont assis et un autre homme, placé sous un dais, agite une cloche – on peut supposer qu’il s’agit des députés et du président de l’Assemblée nationale. Nous verrons plus loin l’identité supposée de ce président. Au premier plan, de dos, des soldats armés se tiennent près d’un canon alors que des corps gisent au sol. On ne saurait trop mieux accuser l’Assemblée d’agir sous la pression de la violence ! Un noble et un évêque, symbolisant le clergé et le Parlement comme l’explique le texte, sont pendus à deux potences encadrant le crucifix. Ce sont les deux larrons du titre de l’estampe. Mais il y a ambiguïté ici puisque les larrons des Évangiles sont des voleurs, condamnés à l’exécution capitale. Est-ce à dire que Clergé et parlementaires seraient des voleurs, des repris de justice ? L’auteur de l’estampe se placerait-il alors plutôt dans le camp du Tiers état, donc de l’Assemblée nationale ? Mais ne faut-il pas lire l’estampe comme la mise à mort du monde ancien (le roi et les deux ordres qui le soutiennent, aux yeux du moins des auteurs de ce texte car l’attitude du Parlement à l’égard de la monarchie ne ressemble pas à un soutien !) par le monde nouveau (l’Assemblée) ? Au printemps 1790, le Clergé, naguère premier ordre du royaume, et les parlements ont déjà disparu de la sphère publique13. La scène d’exécution montrée ici ne concerne à vrai dire que le roi, dont le sort est encore en balance et le devenir institutionnel pas encore écrit. Comment préciser alors de quel côté penche l’auteur ? Seul le contexte, ici la lecture du pamphlet, permet de le savoir. Nous touchons ici du doigt toute la difficulté qu’ont les royalistes à faire émerger leurs opinions par le recours à l’image, ce que Claude Langlois avait bien montré dans La caricature contre-révolutionnaire14.

11Reprenons en effet la description du processus de la mise à mort du roi figurant dans le texte :

  • 15 L’habit bleu et l’épaulette renvoient aux uniformes de la garde nationale. Le roi constitutionnel, (...)

« [Bailly, nommé Sylvain Pilate, remet Louis entre les mains de ses bourreaux et] ils le conduisirent dans un château fort et, ameutant autour de lui la plus vile populace, ils lui commandaient de se montrer à ses croisées et il se montrait sans réplique. [Ils lui commandaient] de rire et il riait quoi que son âme fût navrée de douleur. [Ils lui commandaient] de crier vive la nation et il bénissait la nation qui l’enchaînait. Ils le revêtirent grotesquement d’un habit bleu ; lui mirent dans les mains au lieu d’un sceptre une épaulette15 ; au lieu de couvrir son front d’un diadème, ils chargèrent sa tête d’un bonnet d’ours aux armes du Prétoire municipal ; et c’est dans ce scandaleux équipage qu’ils le traînèrent en un lieu appelé Golgotha ou le Manège, où ils le dépouillèrent de toutes ses facultés et le crucifièrent entre deux larrons, l’un appelé clergé et l’autre parlement. »

12À part la mention du Manège, lieu de délibération de l’Assemblée nationale, ce texte demeure obscur car il fallait aux auteurs rester au plus près du texte des Évangiles tout en le parodiant et en adaptant les protagonistes de 1790 sur ceux de la crucifixion du Christ. Nous touchons là le principal problème de la propagande royaliste : l’inadaptation de sa réflexion et de son discours au monde mouvant dans lequel elle se déroule. Tout se passe comme si le ou les auteurs de ce texte pensaient en vase clos, ne se référant qu’à des histoires codées, complexes, inconnues du reste de l’opinion publique. Notons, parmi les obscurités du texte, le « bonnet d’ours aux armes du Prétoire municipal » ; cette coiffure est effectivement celle de la garde nationale parisienne... Ce qui n’éclaire pas, loin s’en faut, le sens du texte : le roi crucifié par l’Assemblée constituante serait-il donc un membre de la garde nationale ? Ou plutôt un otage de ces deux institutions, son bonnet jouant ici le rôle de marqueur d’opprobre ?

13La confusion grandit lorsqu’on compare l’image avec sa description. Dans le texte de La passion et la mort de Louis XVI roi des Juifs et des Chrétiens, on lit ces précisions concernant une inscription placée sur la tête du crucifié :

« Jurez d’être fidèle aux douze cents rois, à leur loi, à leur constitution ou à la lanterne. [La foule crie à Louis XVI] si tu es notre roi, sors donc du manège et remonte sur ton trône. »

14En réalité, aucune pancarte, aucune foule ne figure sur l’estampe. Le roi, en grand habit de sacre bleu fleurdelisé, n’est pas vêtu d’un costume de garde nationale ; il porte une couronne et n’a pas de bonnet d’ours ; sa main tient un sceptre et non la mystérieuse « épaulette » indiquée dans le texte. L’image représente une scène figée, dans laquelle seul le président de l’Assemblée, qui agite sa clochette, crée un peu d’animation. Suivant l’analyse de Claude Langlois, ce président de l’Assemblée ne serait autre que le baron de Menou, élu effectivement le 27 mars 1790 président de la Constituante pour une durée de quinze jours comme il était de coutume. L’épître dédicatoire introduisant le pamphlet est signée « Le baron de Menou, évangéliste et président du Manège ». Pourquoi donc Menou, né en 1750, député de la noblesse de Touraine aux États généraux alors qu’il avait déjà embrassé la carrière des armes, attire-t-il tant la hargne des royalistes en 1790 ? Il n’est pas le seul député de la noblesse à avoir choisi le camp de la Révolution et n’avoir pas abandonné la Constituante à la fin de l’année 1789, à la différence de ceux que l’on nommera les « monarchiens ». La carrière ultérieure de Menou le conduira toujours aux côtés du pouvoir en place, que ce soit la République, le Directoire, le Consulat ou l’Empire. Placé à la tête des armées révolutionnaires, en Vendée, en Égypte, ou lors du coup d’État de Prairial, chargé par Napoléon de nombreuses missions diplomatiques, il meurt à Venise en 1810. Son nom figure même sur l’Arc de Triomphe place de l’Étoile à Paris. Toutes ces indications biographiques pourraient conduire à imaginer un homme de peu de conviction, habile à se sortir de tous les pièges d’une époque qui n’en était pas avare. Il est possible également de considérer au contraire en Menou l’archétype du militaire obéissant de manière convenable aux autorités constituées. Pourtant, le personnage, encore très méconnu puisque aucune étude n’a été conduite sur lui, est un esprit libre, si on en juge par sa conversion à l’Islam vers 1800, lorsqu’il épouse une égyptienne. Il prend alors le nom d’Abdallah... Le baron de Ménou, qui s’était prononcé contre le maintien du catholicisme comme religion d’État, est un noble rallié aux patriotes, membre du club des Jacobins. Nous ne comprendrons sans doute jamais pourquoi l’épître dédicatoire du pamphlet La passion et la mort de Louis XVI roi des Juifs et des Chrétiens l’annonce comme étant l’auteur. Il est probable que le véritable auteur connaissait Menou personnellement et que, dans le feu des combats et des polémiques, peut-être, se sont-ils opposés ? Nous en resterons aux conjectures sur ce point. Toujours est-il que, dans le texte, il est associé à d’autres éminents nobles patriotes, Mirabeau, La Fayette, les frères Lameth, Crillon, d’Aiguillon, Castellane, Clermont-Tonnerre...

15Le texte de La passion et la mort de Louis XVI roi des Juifs et des Chrétiens est plein de sous-entendus, d’abréviations, simples (L. R. pour Le Roi) ou changeantes (L. B. l’armée bleue, donc La Fayette, mais L. B. signifie parfois le duc d’Orléans). Se donnant des airs de grands justiciers de la défense honnête du peuple, le texte nomme un certain nombre de « perfides hypocrites » :

  • 16 Chacun d’eux est effectivement député, respectivement : Mirabeau (Tiers-État, Aix) ; Thouret (TE, (...)

« Il dit, et aussitôt s’agitèrent de mille façons dans les diverses provinces de l’empire tous les hommes tarés, perdus de mœurs et de dettes. Évêques, robins et roués de toutes les classes, de tous les rangs, de toutes les tribus se couvrent du masque civique : quel spectacle ! Les oppresseurs et les tyrans souillent dans leur bouche infecte le mot sacré de patrie : le peuple qui fut toujours, qui sera toujours l’éternel objet de l’erreur, du mensonge et de la perfidie donna dans le piège et se nomma des représentants dont il aurait rougi de se faire sa société. Ainsi par leurs basses intrigues, leur criminelle hypocrisie, parvinrent au grade de sénateur : un Mirabeau, un Thouret, un Péthion de Villeneuve, un Biozat [sic], un Reubell, un Barnave, un Robespierre, des Lameth, un Castellane, un Goupil, un Clermont-Tonnerre, un Laborde, un Glezen, un Target, un curé Grégoire, un Duport, un Cottin, un Gouy d’Arcy, un Moreau dit de St Rémy, un La Cotte, un Chapelier, un d’Aiguillon, un Coroller, enfin 1200 jurés, c’est-à-dire tout ce que la capitale et les provinces avaient de plus vils, de plus intrigants, de plus corrompus personnages16. »

  • 17 [http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?numdept=13438]. Sa fiche est très succincte.

16À la lecture de ces appartenances (15 députés du Tiers, 8 de la noblesse et 2 du clergé) il apparaît que la proportion des cibles entre le Tiers et la noblesse correspond bien à leur nombre effectif à l’assemblée. Grégoire et Quéru de La Cotte, députés du clergé, sont tous deux plus que proches du Tiers lors des délibérations (ce dernier a même approuvé le déroulement des journées des 5 et 6 octobre 1789 à Versailles, ce qui explique la vindicte de l’auteur de ce pamphlet)17. Voici donc, précisément nommés et dénoncés à la vindicte des royalistes, quelques-uns des 1 200 Césars, ou tyrans selon les phrases, qui constituent l’Assemblée nationale.

  • 18 Arch. nat., W 369. Voir Annie Duprat, « Le commerce de la librairie Wébert à Paris sous la Révolut (...)

17L’ensemble du texte est une litanie de dénonciations : corruption de l’armée, des foules – nommées « la populace » –, accusation du rôle supposé d’Orléans, une première fois juste après le renvoi de Necker, le 11 juillet 1789. On connaît la suite : les bustes d’Orléans et de Necker promenés en triomphe aux Tuileries alors que le prince de Lambesc, à la tête de ses troupes et à coup de sabre, disperse les Parisiens le dimanche 12 juillet 1789, l’agitation au Palais-Royal, prélude à l’insurrection du 14 et à la prise de la Bastille. Général en chef de la garde nationale, La Fayette est tenu pour responsable des violences d’octobre 1789, lui qui serait, aux dires de l’auteur anonyme du pamphlet, le chef de « ces brigands incendiaires » ; il est nommé « Caïphe l’Incendiaire ». Entre octobre 1789 et le printemps 1790, date approchée de la publication de ce texte, la fureur des royalistes contre Orléans, Bailly, La Fayette et consorts n’a pas cessé de monter. Pour défendre le roi, n’ont-ils pas trouvé d’autres moyens que de le crucifier ? Nous touchons du doigt ici toute l’ambivalence des groupes censés être des défenseurs de la monarchie et des soutiens du roi Louis XVI. L’auteur, demeuré anonyme du pamphlet La passion et la mort de Louis XVI roi des Juifs et des Chrétiens, comme celui – ou ceux ? – des Entretiens des Bourbons, présentés ci-dessus, rêvent d’une monarchie fantasmée, puissante et indestructible, qui s’imposerait par Sa Grandeur à tous ses sujets. Leurs héros sont les rois puissants, qui s’illustrent dans des guerres victorieuses, Henri IV, Louis IX et surtout Louis XIV. Ils n’ont pas de mots assez durs pour qualifier Louis XVI (« roi Pétaud, roi zéro ») et faire reposer la responsabilité des malheurs du temps sur sa faiblesse. Deux gravures anonymes vendues en planches détachées résument leur discours politique : Si Louis XVI avait ma tête et mon fouet, et Louis XVI et ses ministres Jacoquins déclarant la guerre. Les deux images, anonymes, sont à l’évidence de la même origine et se rattachent toutes les deux à ces leçons données au roi Louis Xvi par ses ancêtres les Bourbons. La seconde estampe figure dans les archives du tribunal révolutionnaire, dossier du libraire Michel Wébert, guillotiné en 179418.

Fig. 3. – Louis XVI à l’Assemblée législative avec ses ministres Jacoquins déclarant la Guerre, Paris, Wébert, s. d. Coll. part.

Un nouveau Christ

  • 19 Sur l’anagramme « Iscariote » ou « Iscariotte » pour « aristocrate », voir Antoine De Baecque, « I (...)
  • 20 Couleur de la garde nationale parisienne.

18Comme le Christ, Louis XVI vivra une nouvelle Passion, avec mort, résurrection et ascension. Plusieurs autres libelles, dont Résurrection de Louis XVI, roi des Juifs et des Français, filent la métaphore. Tandis que dans La passion et la mort de Louis XVI roi des Juifs et des Chrétiens le roi est dénoncé par ce nouveau Judas qu’était Philippe d’Orléans, sous le pseudonyme très clair de Philippe Iscariote19. Ce dernier affirme aux « douze cents apôtres » pouvoir compter sur le soutien de toute « la canaille de la capitale » et monnaie auprès des députés son aide dans l’arrestation du roi. Le texte décrit l’entrée de Philippe d’Orléans à Versailles en octobre (invention pure) et imagine le roi, prisonnier de « Sylvain Pilate » [Bailly] qui lui présente « les clés de la Ville pour lui signifier qu’il allait y demeurer prisonnier jusqu’à ce que son heure dernière fût venue ». Étrange récit qui, partant du 6 octobre 1789 à Versailles, retourne au 17 juillet 1789 à Paris et traduit le geste de bienvenue, réel, de Bailly offrant au roi les clés de la Ville en un geste de gardien de prison. La suite du récit, jouant sur le registre de la dérision, est bien confuse : on y voit l’assemblée et le maire de Paris se renvoyer l’accusé, jouer à qui le condamnera dans les faits. La description de Louis XVI prisonnier face aux cris de la populace, est quasiment une anticipation de ce qui se passera le 20 juin 1792, lorsque les sans-culottes parisiens envahissent les Tuileries. Contraint à obéir à ses bourreaux, le roi crie « Vive la Nation » et revêt un costume bleu20. Cette scène, pure invention de mars 1790, résonne étrangement comme l’anticipation du 20 juin 1792 au cours de laquelle le roi crie « Vive la Nation », trinque à sa santé et coiffe le bonnet rouge. La Passion de Louis XVI se déroule à l’instar de celle du Christ et « le roi rendit l’esprit en plein Manège ». Si le ciel ne s’est pas assombri, des phénomènes prodigieux se déroulent alors :

« En même temps, le voile de l’erreur fut déchiré, le commerce éprouva une stagnation meurtrière, l’agriculture fut abandonnée pour la mendicité, les ateliers furent fermés, les propriétés usurpées, les temples dépouillés et les brigands du Manège s’approprièrent toutes les fortunes et l’autorité suprême. »

19Le texte évoque ensuite brièvement les fidèles soutiens du roi qui regardent la scène de loin (Favras, Sabran, Douglas, Livron, Augeard) mais ils sont « livrés au glaive meurtrier de la justice » et la plupart « suppliciés au bruit des applaudissements et d’une populace féroce ». Hormis le procès et l’exécution du marquis de Favras, il n’y a pas eu de « glaive meurtrier »... Nos auteurs royalistes ont la méchanceté tenace et n’oublient pas de décrire ceux qui ont trouvé leur salut dans la fuite : Philippe Iscariote « trop lâche pour se pendre à un figuier [...] préféra prendre la poste [...] en prétextant une mission importante pour la cour de Londres » et Necker, fuyard lui aussi, qualifié de « vil intrigant n’ayant d’autres talents que ceux d’un marchand, d’un banquier au pharaon ou d’un charlatan de loterie [...] le sauveur va repartir pour Genève emportant avec lui l’exécration de tout bon français ».

  • 21 Résurrection de Louis XVI, roi des juifs et des français, à Jérusalem, de l’imprimerie du Saint-Sép (...)

20Le calendrier suit son cours et la Pâque chrétienne approche. En mai 1790 paraît un autre texte Résurrection de Louis XVI, roi des juifs et des français21. Comme le précédent, il est court (30 pages) et porte une adresse fictive (« à Jérusalem, de l’imprimerie du saint Sépulchre »). On y retrouve les mêmes cibles, Necker, La Fayette et Bailly, et les mêmes favoris du roi, Artois, Bourbon et Condé et, parmi les « saintes femmes », Marie-Antoinette et « Ste Polignac ». La scène du tombeau est un morceau d’anthologie qui mérite d’être cité in extenso :

  • 22 Chacun d’eux s’est illustré en 1789 dans le royalisme le plus pur.

« À la lumière subite qui avait épouvanté mes camarades, j’aperçus à la porte du tombeau trois personnages bien intéressants, c’était les apôtres chéris du Monarque, d’Artois, Condé et Bourbon ; ils portaient chacun dans leur main un glaive flamboyant et d’un regard altier ils menaçaient quiconque oserait s’opposer à leur entrée dans le tombeau ; ils étaient suivis d’une légion innombrable d’hommes de tous les pays, Italiens, Espagnols, Allemands et d’une quantité prodigieuse de mécontents Français qui n’avaient pas osé se déclarer au moment de la Révolution ; plus loin, un peuple immense sur le visage desquels étaient peints les horreurs de la faim, la rage et le désespoir. On reconnaissait à leurs têtes les fidèles amis du prince immolé, les Bézenval, les Puységur, les Lambesc, les Broglie, les Maillebois et les d’Enin22. La foule les précédait. D’Artois entra le premier ; levant la pierre sans effort, il s’assit dessus. Au même instant, le linceul blanc et bleu qui recouvrait le corps du Monarque tomba et je le vis sortir du tombeau, plus resplendissant qu’auparavant. Un habit vert, recouvert de tous les attributs de la Majesté, lui donnait un plus brillant éclat. Le manteau royal, la couronne en tête et le sceptre à la main il disparut à nos yeux. »

21Résurrection d’un homme, d’un roi mais aussi, à proprement parler, de la Monarchie dans toute sa splendeur ! On sent malgré tout l’auteur un peu désarçonné quant à la description des couleurs, car le bleu de France, le bleu du manteau de sacre, est à présent « confisqué » par la garde nationale parisienne. En choisissant de vêtir son roi ressuscité d’un manteau vert, couleur de la livrée d’Artois, ne fait-il pas un choix politique ? L’autre frère du roi, le comte de Provence, est effectivement le grand absent de cette série de textes d’inspiration religieuse. Tout le monde connaissait les positions d’Artois à l’encontre de toutes les réformes et, a fortiori, des États généraux, ce qui a conduit Louis XVI à lui conseiller l’exil dès le 14 juillet. Artois prend le chemin de l’émigration le 15 juillet 1789 alors que Provence attendra juin 1791 pour s’enfuir, la même nuit que la famille royale, mais par un autre chemin.

  • 23 Il s’agit de Louis-Antoine de Bourbon-Condé (1772-1804) plus connu sous le nom de duc d’Enghien.
  • 24 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Par (...)

22Étrange, le texte de Résurrection de Louis XVI, roi des juifs et des français est entrecoupé de diatribes d’où nous retiendrons les principales cibles, Necker, Bailly et La Fayette et des louanges adressées aux « disciples chéris du roi » Artois, Bourbon et Condé23, tous trois partis en émigration, et aux « saintes femmes » Marie-Antoinette et la Polignac, nommée, sans rire, « Ste Polignac », cette dernière ayant déjà émigré juste après la prise de la Bastille. Seuls le roi et la reine sont encore présents en France lorsque paraissent ces textes vengeurs. On ne saurait trop dire la fonction de combat qui leur est dédiée : tous les « amis du roi » sont des contre-révolutionnaires avérés, émigrés et prêts à engager le combat aux côtés des princes étrangers pour combattre ce qui fut leur pays. On lit également que le roi ressuscité choisit de se montrer plutôt en province qu’à Paris avant de « se retirer en Piémont ». Le rapport entretenu durant la période révolutionnaire entre Paris, accusée d’être la capitale de tous les excès, et les provinces, censées être fidèles à leur roi, est déjà présent dans l’imaginaire de nos auteurs, qui, aveuglés par leurs a priori partisans, ne connaissent guère l’histoire de France et son cortège de révoltes populaires et anti-royales24 ! L’auteur de cette Résurrection de Louis XVI introduit dans l’espace du combat d’autres noms, qui sont tous issus des anciens ordres privilégiés, parmi lesquels : « Le centurion Mirabeau [...] le pharisien Cazalès, le prêtre Maury. » Mais lorsqu’il raconte la séance à l’Assemblée nationale, le 4 février 1790, séance au cours de laquelle le roi a prêté serment de fidélité à la nouvelle constitution, l’auteur anonyme la décrit comme l’agonie de ce nouveau Christ qu’est devenu Louis XVI :

« Le 4 des kalendes de février, Louis jeta un profond soupir en disant Eli Eli lammasabbathani, pourquoi m’avez-vous abandonné ?... Louis, après avoir parlé pendant une heure, rendit l’esprit en plein manège... Ici tout le monde se prosterne, tête nue ou sous les armes, l’on prête le serment civique à la nation. »

  • 25 BnF estampes, collection De Vinck 533.

23Tandis que les journées des 5 et 6 octobre à Versailles et l’installation contrainte de la famille royale à Paris avaient été considérées par les royalistes comme l’acte de décès de la monarchie, la séance du 4 février devait être, dans l’esprit de Louis XVI, l’occasion d’une pause, d’une sorte de réconciliation entre le principe religieux de la monarchie sacrée et la nouveauté d’une Constitution civile du Clergé en voie d’établissement. Louis XVI, en acceptant les délibérations de l’Assemblée, souhaitait pacifier le débat et, sans doute, réconcilier ses soutiens avec les députés de l’Assemblée. Les auteurs de La passion et la mort de Louis XVI roi des Juifs et des Chrétiens et de Résurrection de Louis XVI, roi des juifs et des français choisissent le parti inverse. Cet ultraroyalisme fondé sur des bases ultra-catholiques est né durant ces mois terribles, entre octobre 1789 et février 1790. Les soutiens de ce courant de pensée inscrit dans un contexte chronologique précis mais nourri de références religieuses fondées sur une lecture providentialiste n’hésitent pas à sacrifier le roi régnant à une vision quasi-apocalyptique du monde. En témoigne encore une estampe annoncée dans le Journal du peuple de Boyer de Nîmes le 25 avril 1792 puis dans le Journal de la Cour et de la Ville de Gauthier de Syonnest le 26 avril, intitulée Le nouveau calvaire25.

Fig. 4. – Le nouveau calvaire, Paris, Wébert, s. d. [1792]. BnF.

24Sous la gravure, on peut lire Crucifixerunt eum inter duos latrones qui renvoie directement à la crucifixion de 1790. Le Journal du peuple décrit la scène en ces termes :

« Tel est le titre d’une caricature qu’on mit hier en vente chez Wébert... Louis XVI et ses deux augustes frères viennent d’être attachés à différentes croix par les factieux. Le roi est au milieu. Au dessus de ses pieds est un écriteau portant ces mots : table de proscription. Les trois Condé ; Bouillé ; Broglie ; Rohan ; Mirabeau ; Lambesc, etc. La reine éplorée est aux pieds de la croix et demande vengeance. M. le prince de Condé, furieux, tire l’épée et s’apprête à fondre sur les membres de la jacquerie qui sont au-devant de lui et qui n’ont pas l’air de l’apercevoir. Cependant le grand Robespierre [sic], vêtu en jacobin et à cheval sur un centaure à tête de femme que le renvoi de la planche dit être la constitution, porte au bout d’une pique une éponge imbibée de fiel qu’il presse contre la bouche du roi. La croix contre laquelle Louis XVI est attaché est surmontée du bonnet de la liberté. L’horizon se couvre d’épais nuages et un violent orage est sur le point d’éclater. »

25Même inspiration (une crucifixion) deux ans plus tard, même protagonistes pour la plupart, mais l’Histoire subit un changement ici. La reine est déjà éplorée. Le roi est encore roi, aux Tuileries certes, mais, en déclarant la guerre à l’Autriche, n’a-t-il pas conduit son épouse dans le complot et le double jeu ? On sait que Marie-Antoinette a profité de sa présence au conseil du roi pour obtenir les plans des déplacements des armées françaises et pour les faire parvenir aux princes étrangers. Malgré la présence étonnante de la Polignac, ostensiblement en larmes – mais d’elle ou de la reine, qui est Marie-Madeleine ? –, l’auteur de la gravure a tenté une mise en image plus proche de la scène évangélique puisque les trois crucifiés apparaissent effectivement cloués, mains et pieds, sur trois croix. La plupart des autres protagonistes de la scène ont disparu. Robespierre est seul face au roi et ses frères. Le discours, comme la situation décrite, s’est radicalisé et le roi se retrouve face à celui qui était rapidement apparu comme le leader naturel des patriotes, Robespierre.

26Avec des références anciennes, un roi de droit divin et absolu, un imaginaire religieux prenant sa source aux tréfonds du mystère de la religion chrétienne (la Passion et la Résurrection du Christ), les auteurs de ces libelles anonymes révèlent leurs positions politiques ultraconservatrices, ultra-royalistes et contre-révolutionnaires, leur volonté de tout combattre dans le déroulement de la Révolution – quitte à exécuter le roi avant l’heure – et préfigurent la droite antiparlementaire qui se distinguera durant les premiers temps de la IIIe République. Ce courant politique, associé aujourd’hui au mouvement des catholiques intégristes, existe toujours dans le paysage politique français. Il est souvent revigoré pas les crises de la démocratie parlementaire et l’irruption dans l’espace public des revendications religieuses les plus radicales.

Notes

1 Gauthier de Syonnest est le rédacteur du Journal de la Cour et de la Ville, périodique contre-révolutionnaire brillant et persifleur, fondé en septembre 1789 et dont la parution s’étend jusqu’en août 1792.

2 Bibliothèque nationale de France Imprimés (BnF), Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (BHVP), Bibliothèque du Sénat, collection Pixérécourt. Voir notre étude « Louis XVI morigéné par ses ancêtres en 1790 : Les Entretiens des Bourbons », Dix-huitième siècle, no 26, 1994, p. 317-332.

3 Louis XIV à Louis XVI, Paris, Volland. s. d., 7 p. BHVP, 953-998 : avec une inscription « Au Tartare, la nuit du mois de Pluton » et une mention manuscrite « au Roi ».

4 Louis XIV trouvant Louis XVI un verre de barbade à la main, de l’imprimerie des patriotes, s. d., BHVP, 965-676 ; BnF, Lb39 4267 (3) ; Sénat, coll. Pixérécourt. 46-16.

5 Louis XIV trouvant Louis XVI qui forgeait des chaînes. BHVP, 965-676 ; BnF, Lb39 4267 (2) ; Sénat, coll. Pixérécourt, 46-1017.

6 Ô Père des Bourbons. BHVP, 965-675 ; BnF, Lb39 4267 ; Sénat, coll. Pixérécourt., 46-1015 et 87-351.

7 Louis IX à Saint-Cloud, ou apparition de Saint-Louis à Louis XVI. BHVP, 961 602 et 934-356 ; BnF, Lb39 4266 ; Sénat, coll. Pixérécourt, 46-1013.

8 Archives de la police, section du Palais-Royal, 81-232.

9 Le rôle de Price et de Burke sont ici essentiels, voir Michel Baridon et alii, « Le débat britannique sur la Révolution française », Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe-XVIIIe siècles, 1988, vol. 27, no 27, p. 7-23.

10 BnF Imprimés, microfiche Lb39 3460.

11 BnF Imprimés, microfiche Lb39 4110.

12 BnF imprimés, Lb39 3180.

13 L’ordre du Clergé disparaît le 4 août 1789. La Constitution civile du Clergé, votée en juillet 1790, est promulguée par le roi en août de la même année. Les Parlements disparaissent en 1790 et sont remplacés par des juges élus.

14 Claude Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988.

15 L’habit bleu et l’épaulette renvoient aux uniformes de la garde nationale. Le roi constitutionnel, muni du droit de veto suspensif, assimilé à un simple gardien de l’ordre public ?

16 Chacun d’eux est effectivement député, respectivement : Mirabeau (Tiers-État, Aix) ; Thouret (TE, Rouen) ; Péthion de Villeneuve (TE, Chartres) ; Gaultier de Biauzat (TE, Clermont-Ferrand) ; Reubell (TE, Colmar) ; Barnave (TE, Dauphiné) ; Robespierre (TE, Arras) ; Alexandre de Lameth (noblesse, Péronne) ; Charles de Lameth (noblesse, Arras) ; Castellane (noblesse, Châteauneuf en Thimerays) ; Goupil de Préfeln (TE, Alençon) ; Clermont-Tonnerre (noblesse, Paris) ; Laborde de Méréville (TE, Etampes) ; Glezen (TE, Rennes) ; Target (TE, Rouen) ; Grégoire (clergé, Nancy) ; Duport (noblesse, Paris) ; Cottin (TE, Nantes) ; Gouy d’Arcy (Saint-Domingue) ; Moreau dit de St Rémy (Martinique) ; Quéru de La Cotte (clergé, Rennes) ; Crillon (noblesse, Beauvais) ; Chapelier (TE, Rennes) ; Aiguillon (noblesse, Agen) ; Coroller du Moustoir (TE, Hennebont).

17 [http://www.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche.asp?numdept=13438]. Sa fiche est très succincte.

18 Arch. nat., W 369. Voir Annie Duprat, « Le commerce de la librairie Wébert à Paris sous la Révolution », Dix-huitième siècle, 2001, no 33, p. 357-366.

19 Sur l’anagramme « Iscariote » ou « Iscariotte » pour « aristocrate », voir Antoine De Baecque, « Iscariotte, géant aristocrate ou l’image monstre de la Révolution », Annales historiques de la Révolution française. no 289, 1992, p. 323-332.

20 Couleur de la garde nationale parisienne.

21 Résurrection de Louis XVI, roi des juifs et des français, à Jérusalem, de l’imprimerie du Saint-Sépulchre, mai 1790. BnF, Lb39 3459.

22 Chacun d’eux s’est illustré en 1789 dans le royalisme le plus pur.

23 Il s’agit de Louis-Antoine de Bourbon-Condé (1772-1804) plus connu sous le nom de duc d’Enghien.

24 Jean Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Gallimard, 2008.

25 BnF estampes, collection De Vinck 533.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Ô Père des Bourbons, estampe anonyme, Paris, s. d. BnF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 2. – Crucifixerunt eum inter duos Latrones, estampe anonyme. Coll part.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 3. – Louis XVI à l’Assemblée législative avec ses ministres Jacoquins déclarant la Guerre, Paris, Wébert, s. d. Coll. part.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50424/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende Fig. 4. – Le nouveau calvaire, Paris, Wébert, s. d. [1792]. BnF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50424/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540