Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Troisième partie. Mises en scène du supplice royal

Introduction

Texte intégral

1Il revient au caractère sensationnel de l’exécution d’alimenter un imaginaire de la mort spectacle du prince, par les mots autant que par les images. La narration des faits qui renseigne, comme le recours à une symbolique susceptible d’émouvoir, constitue une rhétorique du martyre reposant essentiellement sur les ressorts de l’hypotypose. Récits circonstanciés, images et scènes de théâtre ont en commun le sens de cette tragédie morbide et celui de la martyrologie.

2Ainsi, les exécutions de Marie Stuart et de Charles Ier ont rapidement été relatées dans le détail et donnèrent lieu à une importante production d’images. L’exécution de la reine d’Écosse déchue fut rapidement mise en image sur un mode narratif mais dans le seul but d’illustrer l’ouvrage de Richard Verstegan : Theatrum crudelitatum haereticorum nostri temporis, publié à Anvers en 1587. En revanche, le vocabulaire de son martyre fut fixé par le récit de ses vertus, comme sa constance devant la mort, le souvenir de ses dévotions et le rappel de ses dernières paroles. Bien différentes furent les représentations de l’exécution du roi d’Angleterre par un recours important aux symboles christiques qui firent écho à l’attitude du roi quelques jours avant son exécution. Pour les partisans royalistes, les éléments du culte du roi martyr étaient déjà en place. Le sang du prince versé par les régicides permit ensuite de donner corps à une sacralité retrouvée par la mystique du sacrifice. Préparant d’emblée la restauration, la mort de Charles Ier contribua au mythe royaliste sans susciter de contre-discours satiriques comme ce fut le cas en France contre Louis XVI. Pour autant, ce dernier bénéficia également des tentatives de ses partisans pour resacraliser sa personne : plusieurs images témoignent ainsi de l’analogie christique du sacrifice sur la croix pour faire de Louis XVI un roi martyr avant même son exécution. Il y eut donc une part importante d’anticipation dans l’élaboration du mythe du roi martyr, ensuite relayée par les images fortes produites par la scène de l’échafaud.

3Le vocabulaire propre au martyre princier, susceptible de frapper les imaginations, fut chaque fois rapidement fixé à travers des gravures circulant de cour en cour grâce aux réseaux royalistes. La gravure et la peinture furent en cela plus à même de respecter les codes de la martyrologie que la photographie comme en témoignent la délicate réception de la photographie du cadavre de Maximilien d’Autriche et le traitement pictural de l’événement par Édouard Manet. À l’ère de la photographie, les images du martyre s’attachent désormais à d’autres éléments que la palme, les rayons divins ou encore la couronne et la croix. Pour signifier le martyre de Maximilien d’Autriche, empereur du Mexique, la photographie mit en scène le corps et les vêtements comme autant de reliques possibles.

4Entre mythe et histoire, les scènes publiques d’exécution princière établirent un échange entre la traduction iconique et symbolique d’imaginaires politiques et les émotions populaires : un échange sur le mode d’une représentation théâtrale par laquelle l’histoire se rejoue et se mue en tradition en passant de l’échafaud à la scène de spectacle.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540