Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Deuxième partie. L’écriture historique du régicide

La condamnation des régicides en France sous la Restauration, entre culpabilité collective et conflit mémoriel

Bettina Frederking

Texte intégral

1L’ombre du régicide plane sur toute la Restauration. Elle apparaît à travers la Charte constitutionnelle et sa promulgation, dans de nombreuses cérémonies et monuments destinés à effacer ou à expier l’exécution du roi mais qui contribuent en fait à en entretenir la mémoire ; elle surgit dans des écrits et débats dont le sujet est tout autre. S’interroger sur le rôle du régicide sous la Restauration n’est pas seulement réfléchir sur les fondements de la monarchie restaurée et la manière dont elle géra ce lourd héritage, mais revenir sur l’histoire politique de la période tout court. La condamnation à mort du « citoyen Capet » par la Convention met la Restauration devant un double embarras. Tout d’abord, elle impose à la monarchie restaurée en vertu du principe héréditaire d’occulter ce moment de faiblesse suprême de la royauté qu’était l’exécution de Louis XVI, ou bien de la transformer en nouvelle source de légitimité grâce à une réinterprétation en « martyre », donc en sacrifice volontaire. Elle soulève ensuite la question de la responsabilité collective de la nation pour la mort du roi, mais également celle de la responsabilité individuelle des conventionnels « régicides » – ce qui implique également une définition de ce terme –, des mesures à prendre à leur égard et de leur place dans la communauté nationale.

  • 1 Cf. Edgar L. Newman, « Lost Illusions : The Regicides in France during the Bourbon Restoration », (...)

2« Crime » et « coupables », « martyr(e) » et « régicides » seraient-ils donc inséparables ? Il convient toutefois de s’interroger sur ces liens. Il n’est pas possible de revenir ici ne serait-ce que sur les principaux textes, débats et incidents qui traitent la condamnation juridique ou morale du et des régicides sous la monarchie restaurée1. Après un bref rappel de la situation des régicides sous la Restauration, on se concentrera sur la perspective des milieux de droite royalistes et ultraroyalistes en analysant l’articulation entre la responsabilité des conventionnels régicides et la culpabilité nationale, la question de la possible réintégration ou non des régicides dans la communauté nationale, la manière dont la droite entretint elle-même la mémoire des régicides, pour conclure sur les différentes fonctions que remplit la condamnation des régicides sous la Restauration.

Le statut des régicides sous la Restauration

  • 2 Edgar L. Newman, « Lost Illusions... », art. cit., p. 46.
  • 3 Archives parlementaires, 2e série, [désormais AP], t. xii, p. 32.
  • 4 Cf. Emmanuel Fureix, « Regards sur le(s) régicide(s)... », art. cit., p. 33 ; Martin Papenheim, «  (...)

3Lors de la première Restauration en 1814, aucune mesure officielle ne fut prise pour punir les conventionnels régicides, bien que la plupart perdissent les fonctions publiques qu’ils occupaient2. Louis XVIII proclama, dans l’article 11 de la Charte, une amnistie et imposa « l’oubli » pour réconcilier les « deux France » : « Toutes recherches des opinions et votes émis jusqu’à la restauration sont interdites. Le même oubli est commandé aux tribunaux et aux citoyens. » Cependant, la monarchie ne pouvait passer sous silence la mort de Louis XVI. Lors de la promulgation de la Charte, Louis XVIII se référa explicitement au pardon qu’avait accordé Louis XVI à ses juges dans son testament3, un texte qui devient un véritable « catéchisme politique4 » sous la Restauration. Tous les débats sur le régicide et les conventionnels régicides s’articulèrent autour de la contradiction intrinsèque entre la légitimité dynastique de la monarchie restaurée qui imposait le souvenir, « l’oubli » garanti par la constitution, et le « pardon » accordé par Louis XVI et réaffirmé par Louis XVIII.

  • 5 Emmanuel Fureix, « Le deuil de la Révolution », art. cit. et, du même auteur, La France des larmes (...)
  • 6 Gudrun Gersmann, « Der Schatten des toten Konigs... », art. cit., p. 43.
  • 7 Cf. Martin Papenheim, « Les oraisons funèbres... », art. cit. ; Sheryl Kroen, Politics and Theater (...)
  • 8 Geoffrey Cubitt, « Legitimism and the cult... », art. cit., p. 57.
  • 9 D’où les tentatives de le faire canoniser : Philippe Boutry, « “Le roi martyr”. La cause de Louis (...)

4Pour satisfaire à ses obligations dynastiques et religieuses et réparer l’outrage révolutionnaire, Louis XVIII assista, avec toute sa famille, le 14 mai 1814, à Notre-Dame de Paris, à un service funèbre en l’honneur des victimes royales de la Révolution. L’année suivante, on exhuma les restes du couple royal et on célébra, le 21 janvier 1815, les pompes funèbres du roi et de la reine à Saint-Denis ; des messes funèbres furent également célébrées dans toute la France5. Bien que ces cérémonies ne fussent pas explicitement expiatoires, elles donnèrent lieu à des actes de vengeance isolés contre d’anciens conventionnels régicides mais aussi à des rumeurs selon lesquelles les régicides seraient obligés de faire amende honorable ou allaient être massacrés6. La volonté d’apaisement et « d’oubli » de la monarchie se heurtait dès 1814 non seulement aux velléités de vengeance éventuelles dans les milieux royalistes, mais aussi à la « rhétorique expiatoire7 » propagée par l’Église et les milieux contre-révolutionnaires. Point culminant de la Révolution, le régicide comme attentat à la majesté royale et divine nécessitait un rappel des fautes, une expiation collective et un retour aux véritables valeurs du catholicisme et de la monarchie. La mort de Louis XVI, qui avait pardonné à ses juges avant son exécution, tel le Christ, est transformée dans cette « économie de rédemption nationale8 » en sacrifice volontaire destiné à racheter les péchés de la France ; Louis XVI devint ainsi le « Roi-martyr » et sa mort une nouvelle source de légitimité d’une monarchie sacrificielle9. Dès 1814, la politique d’« oubli » ou de « pardon » de la monarchie restaurée fut donc concurrencée par le discours expiatoire et brouillée par les nécessités dynastiques.

  • 10 Pour les deux déclarations : AP, t. xv, p. 2.
  • 11 AP, t. xiv, p. 598 sq. ; Eugène Welvert, Lendemains révolutionnaires, op. cit.., p. xxviii.
  • 12 Loi du 12 janvier 1816, art. 7.
  • 13 Sheryl Kroen, Politics and Theater, op. cit., p. 39-62.
  • 14 Ibid., p. 63-75 ; Anja Butenschön, Topographie der Erinnerung, op. cit., p. 368 sq. ; Bettina Frede (...)

5Après les Cent-Jours, la situation des régicides changea du tout au tout. Dans les déclarations du Cateau-Cambrésis et de Cambrai du 25 et 28 juin 1815, Louis XVIII interpréta la défaite de la France comme la suite d’une nouvelle « trahison », promit la punition d’une minorité de « coupables » et accorda à la majorité des Français l’amnistie10. Alors que la convention militaire du 3 juillet 1815 avait stipulé une amnistie générale11, la liste de proscriptions dressée par Fouché, qui devint l’ordonnance royale du 24 juillet 1815, mettait en jugement 19 hauts militaires accusés de trahison ; 38 autres individus – dont les conventionnels régicides Barère, Carnot, Garnier (de Saintes), Garrau, Merlin (de Douai) et Thibaudeau – furent bannis de Paris et mis sous surveillance en attendant d’être fixés sur leur sort. Le 8 décembre 1815, le gouvernement présenta un projet de loi d’amnistie modéré, mais le roi et le cabinet durent céder aux velléités de vengeance de la Chambre des députés ultraroyalistes et accepter avec l’article 7 de la loi dite d’amnistie du 12 janvier 1816 le bannissement à vie de ceux des régicides qui avaient accepté une fonction publique sous les Cent-Jours ou voté l’Acte additionnel, désormais jugés « ennemis irréconciliables de la France et du Gouvernement légitime12 ». Cet article n’était pas seulement contraire au testament de Louis XVI ainsi qu’à l’article 11 de la Charte ; avec son adoption, le régime semblait cautionner la thèse ultraroyaliste d’une filiation directe entre la Révolution et les Cent-Jours et saisir l’occasion pour punir le régicide à travers les régicides. Un iconoclasme ordonné par le ministre de la police devait en outre éliminer les symboles de la Révolution et de l’Empire de l’espace public13. La politique de mémoire des victimes royales prit désormais un caractère plus expiatoire, bien que « l’oubli » et le « pardon » ne disparussent pas des commémorations officielles14.

  • 15 Raymond Huard, « Les conventionnels “régicides” », art. cit., p. 288 sq.
  • 16 Mona Ozouf, « Ballanche : l’idée et l’image du régicide », L’Homme régénéré, Paris, Gallimard, 198 (...)
  • 17 Raymond Huard, « Les conventionnels “régicides” », art. cit., p. 289 sq. Cette acception large est (...)

6Lors de l’application de la loi, le régime définit comme « régicides » non seulement les 387 conventionnels ayant voté la mort, mais aussi les 46 ayant voté la mort conditionnelle et même les 22 qui avaient voté pour d’autres peines, mais refusé ensuite le sursis15. Cette définition large correspondait cependant à un usage répandu notamment mais pas exclusivement dans les milieux royalistes et ultraroyalistes, désignant comme « régicides » tous ceux qui avaient participé à la condamnation de Louis XVI, même les absents lors du vote s’ils avaient professé des opinions « régicides ». Comme adjectif, le terme était également utilisé par la droite pour stigmatiser tout ce qui était considéré nuisible à un idéal contre-révolutionnaire de la monarchie restaurée16. On utilisera ici l’acception large du terme de « régicide », malgré ses implications idéologiques17.

  • 18 Edgar L. Newman, « Lost Illusions... », art. cit., p. 62-74 ; Cf. Raymond Huard, « Les conventionn (...)
  • 19 Loi du 12 janvier 1816, article 7.
  • 20 Arrêt du tribunal civil de Chinon du 13 février 1818 ; Arrêt de la Cour royale d’Orléans du 10 jui (...)
  • 21 Edgar L. Newman, « Lost Illusions... », art. cit., p. 49.

7Pendant toute la Restauration, la monarchie refusa de revenir sur le principe du bannissement des régicides, même si de nombreux régicides bénéficièrent de mesures de clémence individuelles ou même collectives, suite à l’abandon de l’interprétation extensive de la loi. Toutefois, sur 245 conventionnels régicides survivants, 114 moururent en exil ou sous sentence de bannissement ou ne rentrèrent en France qu’après 183018. La loi du 12 janvier 1816 donna aux régicides bannis un statut d’exception, les privant de leur patrie, de l’exécution de leurs droits politiques et civils et de la faculté d’« y posséder aucun bien, titre ni pensions à eux concédés à titre gratuit19 » en France. Cependant, ils n’étaient pas morts civils, comme le décidait en 1821 la Cour de Cassation en annulant les jugements antérieurs dans le procès du régicide René-Jean Champigny, confirmant que les bannis avaient la capacité de transmettre leurs biens et de succéder eux-mêmes20. L’exil des régicides ne put cependant résoudre la question de la relation entre le régicide, la nation et les conventionnels régicides qui suscita de nombreux débats tout au long de la Restauration, notamment en 1818 et 1819 suite à des écrits et pétitions plaidant le retour des bannis, après l’élection de l’abbé Grégoire à la Chambre en septembre 1819 et après l’assassinat du duc de Berry en février 1820. Le bannissement des régicides sous la Seconde Restauration ne peut s’expliquer par le danger qu’auraient représenté ces hommes21. En leur personne, il s’agissait de désavouer le régicide lui-même et de rétablir l’honneur de la nation française.

Comment justifier la France du régicide ?

  • 22 Lazare Carnot, Mémoire adressé au Roi en juillet 1814, Bruxelles, 1814, p. 12 ; Gudrun Gersmann, « (...)

8La question de la culpabilité des régicides fut soulevée dès l’été 1814 par les intéressés eux-mêmes. Dans un Mémoire adressé au Roi, Carnot nia toute culpabilité des conventionnels, « juges constitués par la nation », ayant comme tous les juges droit à l’erreur, « et qui ne doivent compte à personne de leur jugement » auquel la nation avait « adhéré par des milliers d’adresses » ; s’il y avait eu erreur, elle était donc nationale22. C’est cette « nationalisation » du régicide que tenta d’invalider la droite en défendant une conception exclusive de la nation, héritée elle-même de la Révolution, mais dressée contre celle-ci, et selon laquelle les « régicides » ne pouvaient faire partie d’une nation définie comme catholique et royaliste.

9Un argument destiné à décharger la France du reproche de complicité était d’affirmer que les régicides n’étaient qu’une petite minorité que la France abhorrait. À l’occasion du 21 janvier 1816, le journal catholique l’Ami de la Religion et du Roi affirma :

  • 23 L’Ami de la Religion et du Roi, t. 6, 1816, p. 319.

« Non, la France n’est point complice des assassins de son Roi : elle n’a point avec eux versé le sang du juste ; quelques monstres, comme on l’a dit, ne sont pas les François ; tout l’opprobre de cet attentat ne pèse que sur leurs têtes23. »

  • 24 Adresse de la Chambre des députés : AP, t. xvi, p. 37 sq.
  • 25 Le Conservateur, t. ii, 16e livraison, 1819, p. 81.
  • 26 AP, t. xv, p. 426. En italique dans l’original.
  • 27 Ibid., p. 418.

10L’argumentaire destiné à dégager la France du soupçon de complicité en niant toute représentativité de la Convention soulignait également que les conventionnels auraient eux-mêmes reconnu que les Français ne souhaitaient pas la mort du roi ; c’est pour cette raison qu’ils n’auraient pas osé faire ratifier le jugement par le peuple. S’il y avait eu l’appel au peuple, il n’y aurait pas eu régicide24. Néanmoins, la France n’était pas innocente, puisqu’elle avait laissé faire, comme le souligna le député Humbert de Sesmaisons : « La mort de Louis XVI est le crime de quelques-uns ; le silence fut la faute de tous25. » C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la proposition du député ultraroyaliste Sosthène de La Rochefoucauld qui proposa en décembre 1815 de déclarer pour le 21 janvier « un deuil général, pour attester à jamais les regrets de tous les Français26 », de célébrer des messes annuelles dans toute la France et d’« interdire aux régicides tout accès aux emplois publics27 ». Dans son discours, le député défendit la nécessité de séparer par cet acte les régicides de la nation :

  • 28 Ibid., p. 425.

« Le crime a été commis, et il pèsera sur le peuple français tant qu’il ne l’aura point désavoué. Les assassins de Louis XVI vivent au milieu de nous, ils n’ont pas été mis en jugement : ce Roi trop bon avait pardonné. Mais qu’au moins par notre désavœu, ils restent seuls chargés de tout le fardeau de l’iniquité28 ! »

  • 29 Loi relative au deuil général du 21 janvier (Bulletin des Lois, 1816, vol. 63, no 401).

11À l’exception de l’exclusion des régicides des fonctions publiques, contraire à la Charte, les parlementaires approuvèrent cette proposition qui devint la loi du 19 janvier 1816, et décidèrent en outre d’élever, « en expiation du crime de ce malheureux jour, [...] au nom et aux frais de la nation29 », des monuments pour Louis XVI, Louis XVII, Marie-Antoinette, Madame Élisabeth et le duc d’Enghien.

12C’est parce que le véritable enjeu n’était pas le sort des régicides en tant qu’individus, mais le jugement à porter sur le procès de Louis XVI que le rappel de tous les régicides était inacceptable pour la droite, mais aussi pour le gouvernement :

  • 30 Le Conservateur, t. iii, 1819, p. 479, attribué à Chateaubriand par Guillaume de Bertier de Sauvign (...)

« Que feroit-on aujourd’hui en rappelant les anciens régicides dont le cœur a été réchauffé par la trahison des cent-jours ? On déclareroit implicitement à l’Europe, que juger un monarque est une action comme une autre, une action indifférente en soi, susceptible d’interprétations diverses ; on reconnoîtroit par cela même le principe de la souveraineté du peuple ; l’on prépareroit la chute des Rois30. »

13Le fait que l’amnistie n’avait pas été accordée sous forme d’ordonnance royale, mais de loi, donnait maintenant une prise aux adversaires de la clémence qui contestaient au gouvernement et même au roi le droit de revenir sur le bannissement des régicides sans nouvelle décision des Chambres.

  • 31 Grégoire contesta le statut de régicide dans Le Constitutionnel, 6 octobre 1820, p. 4.
  • 32 Le Conservateur, t. v, 1819, p. 510 ; Journal des débats, 7 décembre 1820.

14Un argumentaire semblable fut utilisé lors du débat sur l’admissibilité de l’abbé Grégoire à la Chambre des députés, après son élection dans l’Isère en septembre 1819 qui avait fait scandale. Bien que Grégoire fût absent lors du vote, il était considéré néanmoins comme régicide à cause de ses positions sur la royauté, sa demande de mise en jugement du roi en 1792 et sa lettre d’adhésion à la Convention en 179331. Pour le député ultraroyaliste La Bourdonnaye et le journal ultraroyaliste le Conservateur, le comportement de Grégoire était même pire que celui de ses collègues puisqu’il « n’avoit pas même pour lui l’excuse des lâches (celle de la peur), et qui, absent qu’il étoit de la Convention, se hâte d’envoyer sa sanglante adhésion au meurtre de Louis XVI32 ».

  • 33 Le Conservateur, t. v, 1819, p. 547.
  • 34 Ibid., p. 513.

15L’élection de Grégoire, « l’homme-principe33 » de la Révolution, était tout autant une nouvelle « honte34 » nationale – permise par la loi d’élection de 1817 – que le signe d’une nouvelle révolution, selon les termes de Bonald :

  • 35 Ibid., 1819, p. 204-205.

« C’est là, je le répète, le maximum, le nec plus ultra de la nouvelle révolution, et il ne seroit pas mieux atteint, quand on verroit arriver à la Chambre vingt ou trente régicides : leur nombre désormais est tout-à-fait indifférent, au moins pour l’honneur de la France et de la Chambre ; un seul les représente tous, et représente la révolution tout entière, comme deux cent cinquante Députés représentent toute la France35. »

16L’événement était également un désaveu cinglant de la politique d’expiation du régicide prônée par la Chambre introuvable et mise en œuvre par la loi du 19 janvier 1816.

17Pour la droite, il s’agissait donc, en excluant Grégoire, de trancher à nouveau la question de la légitimité de la condamnation de Louis XVI, et également celle de la responsabilité de la France pour cette mort. Si la Convention avait eu raison, il fallait admettre Grégoire à la députation, si elle avait eu tort, il fallait le déclarer indigne et l’exclure. Pour le député Salaberry, le suffrage de 1819 et la décision sur l’admission de Grégoire à la Chambre étaient de nouveaux appels au peuple sur le sort de Louis XVI :

  • 36 Ibid., p. 512-513.

« La Chambre de 1815 [...] avoit, par la loi du 12 janvier 1816, justifié la nation française du soupçon de complicité dans le forfait du 21 janvier, dans l’assassinat du Juste couronné, du Roi-Martyr... La révolution personnifiée dans la majorité de la Convention, la révolution avoit omis de tenter à nationaliser le régicide par l’appel au peuple. La question que la Convention même n’avoit pas osé soumettre à la masse de la nation, [...] le système ministériel vous la soumet par le résultat de sa loi. Le régicide vient d’être avoué en France par un collège électoral ! L’arrivée, la présence d’un régicide vous place dans la nécessité ou d’avouer le crime et de le nationaliser en consentant à la nomination faite par le département de l’Isère, ou dans la nécessité de la contester36. »

  • 37 Léopold, Mémoire justificatif de Louis XVI, tendant : 1) à faire connaître, d’après les événemens, (...)

18Une autre manière de revenir sur le passé révolutionnaire était celle de l’avocat Léopold, auteur d’un Mémoire justificatif de Louis XVI paru en 1814. Le titre complet de son ouvrage exprime tout son programme : passer en revue les causes de la chute de la monarchie et de la mort de Louis XVI pour justifier et innocenter le roi ; contester la légitimité de la Convention de juger Louis XVI et démontrer l’illégalité de la procédure et surtout, proposer une révision du procès qui devrait être aussi éclatante qu’avait été la condamnation37. Alors que les demandes de réparations symboliques envers Louis XVI sont nombreuses, l’originalité de Léopold réside dans le fait de proposer également une réparation sur le plan juridique.

19Bien qu’il contestât et la légalité de la procédure et du jugement, et la légitimité de la Convention nationale elle-même, il admettait que même un acte illégal et illégitime avait une portée réelle. Par conséquent, il demandait une révision en bonne et due forme :

  • 38 Ibid., p. 307-308.

« Louis XVI a été jugé, condamné et exécuté comme un tyran, [...] et Louis XVI était innocent ! Mais [...] il n’en existe pas moins contre lui un acte authentique, un fatal jugement rendu au nom de la nation, qui le déclare coupable ; et tant que ce jugement [...] subsistera, les ennemis du trône et des Bourbons, les partisans du gouvernement républicain s’en prévaudront toujours pour faire considérer Louis XVI comme atteint et convaincu de conspiration contre la liberté de la nation, et d’attentat contre la sûreté générale de l’État, justifier la révoltante conduite de ses juges, et approuver son horrible assassinat38. »

  • 39 Ibid., p. 311, en italique dans l’original.
  • 40 Ibid., p. 144-175.

20Pour Léopold, la responsabilité du jugement dépassait les seuls régicides : « Tous les Députés à la Convention nationale, Accusateurs et Juges de Louis XVI, sont dans le cas de la prise à partie et de la poursuite personnelle39. » Néanmoins, il établissait deux degrés de culpabilité dans les deux listes alphabétiques de conventionnels qu’il publia : il différencia ceux qui avaient voté pour la réclusion et le bannissement de ceux qui avaient voté pour la mort40, sans tenir compte de la question du sursis. En indiquant dans ses listes le département pour tous les députés – et pas seulement pour les députés homonymes – Léopold se plaçait toutefois lui-même dans le cadre de l’acceptation moderne de la représentation politique, bien qu’il contestât par ailleurs la légitimité de la Convention à représenter l’opinion du pays. Selon lui, les présupposés nécessaires pour demander une révision étaient largement remplis pour ce procès :

  • 41 Ibid., p. 308-309.

« Où l’inviolabilité de la personne du Roi, garantie par les lois anciennes et la constitution [de 1791], n’a pas été respectée, où les juges étaient incompétens, où les opinions contre l’accusé ont été émises publiquement d’avance ; où le concours des jurés prescrit par la loi n’a pas eu lieu ; où il n’y a point eu d’information ; où tous les faits ont été présentés comme certains, sans avoir été constatés ; où l’acte d’accusation était irrégulier ; où aucun des crimes imputés à l’accusé n’a été prouvé ; où l’on a fait usage de pièces d’écriture suspectes et méconnues, sans en avoir fait faire la vérification ; où le jugement a été prononcé à un nombre de voix qui n’était point celui qu’exigeait la loi ; où la peine infligée au condamné n’était pas légale ; où l’innocence de l’accusé était manifeste ; où enfin la perversité et l’iniquité des juges étaient notoires41. »

  • 42 Ibid., p. 310-311.

21Alors qu’il invoquait la constitution de 1791 pour contester la légalité de la mise en jugement, Léopold n’hésitait pas à effacer d’un trait toute la période révolutionnaire et impériale et se référait à l’ordonnance criminelle de 1670 pour justifier la révision. En appliquant cette ordonnance au procès du roi, la demande de révision pouvait être faite par « tout membre de l’auguste Famille des Bourbons..., tout le peuple français, du nom duquel on s’est abusivement autorisé pour juger et condamner son Roi », mais également tout Français désireux de rétablir « l’honneur compromis du peuple français » qui pourrait adresser sa demande aux pairs de France, mais surtout aux députés, représentants de la nation française42.

  • 43 Ibid., p. 311-315.
  • 44 Ibid., p. 324.
  • 45 Ibid., p. 324-325.

22Selon l’avocat, l’ordonnance criminelle de 1670, qui condamnait les accusateurs calomniateurs aux dommages et intérêts envers les accusés et à des peines proportionnées à leurs jugements iniques, pouvait être appliquée aux députés de la Convention43. Léopold ne souhaitait cependant pas revenir sur l’article 11 de la Charte ni sur le testament de Louis XVI qui protégeaient les régicides de tout jugement futur à leur encontre44. Pour lui, le désaveu que constituerait la révision publique du procès serait une punition suffisante, tout comme les remords que pourraient avoir les régicides, et le jugement indigné de la postérité à leur égard45.

  • 46 Ibid., p. 326.
  • 47 Ibid., p. 328.

23La révision devrait être faite par « une commission composée de toutes les personnes les plus respectables des différens ordres de l’État46 », chargée par Louis XVIII d’établir un rapport proclamant l’innocence de Louis XVI, devant effacer la condamnation antérieure. Léopold proposait un véritable autodafé pour gommer toute trace du premier procès. Il demandait la destruction publique de l’original du jugement de Louis XVI et de l’acte d’accusation ainsi que de toutes les pièces ayant servi lors du procès. L’acte de justification de Louis XVI devait être envoyé à tous les tribunaux, administrations et maires pour être affiché, avec ordre de détruire également au niveau local toute trace du jugement précédent. De même, l’acte de justification de Louis XVI devait être envoyé à l’épiscopat pour être lu lors des messes paroissiales par les curés. Enfin, Léopold demandait que le 21 janvier fût un « jour de deuil pour toute la France47 », avec services solennels dans toutes les églises de France en présence des autorités civiles et militaires. Il faut cependant souligner que l’exaltation du « Roi-martyr » est quasiment absente du Mémoire justificatif. Les qualités qui y désignaient le roi comme « martyr » sont toutes privées, à savoir sa piété personnelle, sa résignation chrétienne et son courage en attendant la mort.

Combattre l’interprétation libérale de la Révolution : les nécrologies des régicides dans la presse catholique48

  • 48 En analysant deux tiers des volumes de L’Ami de la Religion et du Roi, on a trouvé 37 nécrologies (...)
  • 49 Corbière, rapport sur le projet de loi d’amnistie, AP, t. xv, p. 617.
  • 50 Cette même voie est proposée dans L’Homme sans nom de Ballanche.
  • 51 Edgar L. Newman, « Lost Illusions... », art. cit., p. 52.
  • 52 L’Ami de la Religion et du Roi, t. 6, 1816, p. 395 sq ; t. 7, 1816, p. 150.

24L’interprétation du régicide comme événement non seulement politique, mais religieux, imposait de « séparer éternellement du peuple français49 » les hommes qui s’étaient rendu coupables du plus grand des forfaits et d’une nouvelle « trahison » en 1815. La seule voie vers une réintégration éventuelle dans la communauté nationale qui ne leur fut pas d’emblée fermée était de faire publiquement amende honorable pour leur participation aux « crimes » de la Révolution50. Certains régicides firent des gestes de repentance en public, comme Isnard, qui se prosterna sur le lieu d’exécution de Louis XVI en demandant pardon51. D’autres récusèrent leur passé révolutionnaire. En mars 1816, le journal catholique L’Ami de la Religion et du Roi publia la nécrologie de René François de La Primaudière, ancien députe de la Sarthe, qui avait déclaré avant sa mort qu’il regrettait sa participation à la Convention, à l’instauration de la République et au régicide et qu’il demandait pardon à Dieu, au Roi, à la famille royale, à la France et au monde52.

  • 53 Ibid., t. 6, 1816, p. 396.
  • 54 Rétractation de Pierre-Étienne Vinet : Ibid., t. 16, 1818, p. 311-312 ; Nécrologie de Sébastien La (...)
  • 55 Ibid., t. 59, 1829, p. 312 sq.
  • 56 Ibid., t. 60, 1829, p. 366 sq.
  • 57 Ibid., t. 60, 1829, p. 366.

25La réaction du journal fut assez ambiguë : il souligna la légitimité de la punition des régicides tout en exprimant l’espoir d’une repentance plus large53. Néanmoins, l’Ami de la Religion et du Roi publia jusqu’à la fin de la Restauration d’autres rétractations et nécrologies de conventionnels régicides repentants54, parfois des années après leur mort. Ainsi, Jean-Baptiste Lacoste, mort en 1821, n’eut sa nécrologie publiée qu’en 182955, et trois ans s’écoulèrent entre la mort de Bancal des Issarts en 1826 et la publication de sa nécrologie56. La fin « édifiante » de ces conventionnels, expression de la grâce divine57 mais surtout désaveu des valeurs révolutionnaires, était un témoignage trop important pour être tu.

  • 58 Nécrologie très courte de Cambon : Ibid., t. 23, 1820, p. 63.

26Mais le journal publia également un nombre considérable de nécrologies de conventionnels régicides non repentis, morts en France ou en exil. Les textes variaient de quelques lignes à plusieurs pages sans être proportionnels à l’importance politique du personnage commémoré58. Dans sa forme minimale, la nécrologie réduisait le régicide à son seul suffrage :

  • 59 Ibid., t. 25, 1820, p. 30.

« Le sieur Bousquet, ancien conventionnel, vient de mourir à Lappalu, département du Gers ; il avoit voté la mort de Louis XVI, sans appel et sans sursis59. »

27Le journal ne distinguait pas entre les « régicides relaps » et les autres conventionnels régicides, mais informait si le régicide en question était banni ou avait obtenu un sursis ou une autorisation de rentrer, et pourquoi. Les nécrologies incluaient également les conventionnels qui avaient voté pour le bannissement et la détention, le critère distinctif étant d’avoir voté la culpabilité du roi. Souvent, ces textes indiquaient le détail des quatre votes (culpabilité, appel au peuple, peine à appliquer et sursis).

  • 60 Ibid., t. 39, 1824, p. 223 sq.
  • 61 Ibid., t. 33, 1822, p. 412.
  • 62 Ibid., t. 23,1820, p. 268 sq.
  • 63 Ibid., t. 50, 1826, p. 45-48.

28Les conventionnels auxquels le journal accordait les biographies les plus longues appartenaient à trois groupes : a) ceux ayant concurrencé le catholicisme apostolique et romain avec le culte révolutionnaire, comme La Révellière-Lépeaux60 ; b) des membres du clergé constitutionnel, notamment des évêques, comme Gay-Vernon61, et enfin, des protestants, comme Rabaut-Pomier62, et Boissy d’Anglas63 – pourtant pas régicide au sens strict, ayant voté pour l’appel au peuple, pour la détention et le bannissement, et pour le sursis, mais s’étant rendu coupable du rapport du 3 ventôse an iii sur la liberté des cultes, même si le journal rappela également son intervention en faveur des prêtres déportés. D’après le contenu de ces nécrologies, les crimes contre l’Église étaient beaucoup plus graves que ceux contre la royauté.

  • 64 Cf. Gudrun Gersmann, « Der Schatten den toten Königs », art. cit., p. 46 sq ; Jean-Luc Chappey, «  (...)

29Dans ces textes, le discours sur les régicides est totalement indépendant du discours sur le « martyre » de Louis XVI qui n’apparaît nulle part. Si le journal se fit l’organe commémoratif des régicides, c’était pour rappeler leurs crimes et combattre l’historiographie libérale naissante ainsi que la vision de la Révolution propagée dans les mémoires des acteurs de la Révolution dont la publication commença sous la Restauration et, enfin, pour combattre la montée en puissance des libéraux eux-mêmes dans les dernières années de la Restauration. L’Ami de la Religion et du Roi cherchait ainsi, tout comme les dictionnaires biographiques publiés pendant la même période64, à rétablir la « vérité » historique sur ces grands coupables et à s’opposer aux louanges libérales, comme le montre la nécrologie de Carnot :

  • 65 L’Ami de la Religion et du Roi, t. 37, 1823, p. 32.

« Ayant adopté les principes de la révolution, il fut nommé à l’assemblée législative en 1791, et s’y montra fort ardent. A la convention, où il fut élu en 1792, il vota la mort du Roi sans appel et sans sursis, et devint membre du terrible comité de salut public, où il se montra digne de ses collègues... Ses amis vantent beaucoup ses talens, et on est allé jusqu’à parler de ses vertus ; ce qui est aujourd’hui de rigueur, lorsqu’il est question des régicides. Le Constitutionnel a fait, comme de raison, l’éloge de M. Carnot, et vante sa candeur : la candeur d’un membre du comité de salut public a quelque chose qui doit singulièrement toucher les ames sensibles65. »

  • 66 Noëlle Dauphin, « La loi d’amnistie du 2 janvier 1816 : volonté d’apaisement, mémoire de violence  (...)
  • 67 Jean-Claude Clausel de Coussergues, Projet de la proposition d’accusation contre M. le duc Decazes (...)
  • 68 Bettina Frederking, « Vive le Roi quand même ? Pouvoir royal et responsabilité ministérielle sous (...)

30Le discours sur les régicides sous la Restauration est beaucoup moins homogène qu’on pourrait croire et remplit d’autres fonctions que celle d’exalter le « Roi-martyr ». Pour les partisans d’une interprétation politico-religieuse du régicide, il s’agit, à travers la condamnation juridique et morale des régicides, de délégitimer le procès de Louis XVI, de faire amende honorable en célébrant le « Roi-martyr » et de rétablir l’honneur de la France en déchargeant la nation – dont les régicides sont exclus – de la responsabilité du « crime ». La dénonciation de l’attitude jugée trop conciliante du gouvernement envers les régicides est un moyen, pour les ultras, de critiquer la politique menée sous l’égide de Decazes. Ainsi, l’affaire Grégoire sert à mettre en cause la loi électorale de 1817, et toute mesure de clémence envers les régicides est perçue comme signe d’alliance du gouvernement avec la « Révolution ». La question des régicides joue également un rôle dans le combat pour la définition de la prérogative royale. Alors que l’amnistie était un « privilège régalien incontestable66 », le fait que Louis XVIII eut choisi d’associer les deux chambres au lieu de proclamer une amnistie par ordonnance servit ensuite à contester le droit régalien de grâce, même si cette contestation s’est faite sous couvert d’attaques contre Decazes et le cabinet. En 1820, le député ultraroyaliste Clausel de Coussergues déclara qu’il était impossible « que les lettres de grâces p[uiss]ent s’étendre à des peines prononcées par la loi politique67 ». Le débat dépassait donc la question des seuls régicides et concernait l’articulation entre pouvoir royal, pouvoir législatif et fonction ministérielle68. Enfin, la commémoration des régicides par la droite – qu’il s’agisse de leur forfaits ou de leurs rétractations – servit à combattre l’interprétation libérale de la Révolution et tenta d’imposer une vision contre-révolutionnaire du passé. Dans ce discours, le « Roi-martyr » fut largement absent. S’il n’y a pas de « martyr » sans régicides, il y a définitivement des régicides sans « martyr ».

Notes

1 Cf. Edgar L. Newman, « Lost Illusions : The Regicides in France during the Bourbon Restoration », Nineteenth-Century French Studies, t. 10/1-2, 1981-1982, p. 45-72 ; Raymond Huard, « Les conventionnels “régicides” après 1815, aperçu historiographique et données historiques », Roger Bourderon (dir.), Saint-Denis ou le jugement dernier des rois, Saint-Denis, Éditions PSD, 1993, p. 283-298 ; Gudrun Gersmann, « Der Schatten des toten Königs. Zur Debatte um die régicides in der Restauration », Gudrun Gersmann et Hubertus Kohle (dir.), Frankreich 1815-1830, Trauma oder Utopie ? Die Gesellschaft der Restauration und das Erbe der Revolution, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1993, p. 41-59 ; Sergio Luzzatto, Mémoire de la Terreur : vieux Montagnards et jeunes républicains au XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1991 ; Emmanuel Fureix, « Regards sur le(s) régicide(s), 1814-1830. Restauration et recharge contre-révolutionnaire », Siècles. Cahiers du centre d’histoire « Espace et culture », no 23, 2006, p. 31-45 ; Eugène Welvert, Lendemains révolutionnaires. Les régicides, Paris, Calmann-Lévy, s. d. [1906] ; Idem, « Les conventionnels régicides », Revue historique, t. 64, 1897, p. 298-326 ; Sheryl Kroen, Politics and Theater. The Crisis of Legitimacy in Restoration France, 1815-1830, Berkeley, University of California Press, 2000 ; Bettina Frederking, « “Il ne faut pas être le roi de deux peuples” : Strategies of National Reconciliation in Restoration France », French History, t. 22, no 4, 2008, p. 446-468 ; Guillaume de Bertier de Sauvigny, « L’image de la Révolution Française dans Le Conservateur », Roger Dufraisse (dir.), Revolution und Gegenrevolution 1789-1830 : zur geistigen Auseinandersetzung in Frankreich und Deutschland, Munich, Oldenbourg, 1991, p. 143-156 ; Martin Papenheim, « Les oraisons funèbres de Louis XVI et Marie-Antoinette des années 1814-15-16 : la rhétorique expiatoire », Roger Bourderon (dir.), Saint-Denis, op. cit., p. 315-23 ; Geoffrey Cubitt, « Legitimism and the cult of Bourbon royalty », Nicholas Atkin et Frank Tallet (dir.), The Right in France : 1789-1997, London, Tauris Academic Studies, 1998, p. 51-70 ; Emmanuel Fureix, « Le deuil de la Révolution dans le Paris de la Restauration (1814-1816) », Jean-Yves Mollier et alii (dir.), Repenser la Restauration, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2005, p. 17-29 ; Emmanuel Fureix, La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champvallon, 2009 ; Jean-Marie Darnis, Les monuments expiatoires du supplice de Louis XVI et de Marie-Antoinette sous l´Empire et la Restauration, 1812-1830, Paris, J.-M. Darnis, 1981 ; Michael Hesse, « Revolutionsopfer als Glaubensmärtyrer. Die Chapelle expiatoire in Paris », Gudrun Gersmann et Hubertus Kohle (dir.), Frankreich 1815-1830, op. cit., p. 197-216 ; Anja Butenschön, Topographie der Erinnerung. Die Sühnemonumente der französischen Restauration 1814-1830, Berlin, Wissenschaftlicher Verlag, 2009.

2 Edgar L. Newman, « Lost Illusions... », art. cit., p. 46.

3 Archives parlementaires, 2e série, [désormais AP], t. xii, p. 32.

4 Cf. Emmanuel Fureix, « Regards sur le(s) régicide(s)... », art. cit., p. 33 ; Martin Papenheim, « Les oraisons funèbres... », art. cit., p. 316.

5 Emmanuel Fureix, « Le deuil de la Révolution », art. cit. et, du même auteur, La France des larmes, op. cit.., chap. 4.

6 Gudrun Gersmann, « Der Schatten des toten Konigs... », art. cit., p. 43.

7 Cf. Martin Papenheim, « Les oraisons funèbres... », art. cit. ; Sheryl Kroen, Politics and Theater, op. cit., p. 96 et suivantes ; Emmanuel Fureix, La France des larmes, op. cit., chap. 4-6 ; du même auteur, « Regards sur le(s) régicide(s)... », art. cit. ; Bettina Frederking, « Il ne faut pas être le roi... », art. cit., p. 451sq. ; Geoffrey Cubitt, « Legitimism and the cult... », art. cit. ; Guillaume de Bertier de Sauvigny, « L’historiographie de la Révolution française de 1814 à 1830 », Revue de la Société d’histoire de la Restauration, t. 4, 1990, p. 70 sq.

8 Geoffrey Cubitt, « Legitimism and the cult... », art. cit., p. 57.

9 D’où les tentatives de le faire canoniser : Philippe Boutry, « “Le roi martyr”. La cause de Louis XVI devant la cour de Rome (1820) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 76, no 196, 1990, p. 57-71 ; et la contribution de Paul Chopelin dans le présent volume.

10 Pour les deux déclarations : AP, t. xv, p. 2.

11 AP, t. xiv, p. 598 sq. ; Eugène Welvert, Lendemains révolutionnaires, op. cit.., p. xxviii.

12 Loi du 12 janvier 1816, art. 7.

13 Sheryl Kroen, Politics and Theater, op. cit., p. 39-62.

14 Ibid., p. 63-75 ; Anja Butenschön, Topographie der Erinnerung, op. cit., p. 368 sq. ; Bettina Frederking, « Il ne faut pas être le roi... », art. cit., p. 461 sq.

15 Raymond Huard, « Les conventionnels “régicides” », art. cit., p. 288 sq.

16 Mona Ozouf, « Ballanche : l’idée et l’image du régicide », L’Homme régénéré, Paris, Gallimard, 1989, p. 192 sq.

17 Raymond Huard, « Les conventionnels “régicides” », art. cit., p. 289 sq. Cette acception large est également utilisée par Gudrun Gersmann, « Der Schatten des toten Konigs... », art. cit., p. 42, et Eugène Welvert, Lendemains révolutionnaires, op. cit.., p. V.

18 Edgar L. Newman, « Lost Illusions... », art. cit., p. 62-74 ; Cf. Raymond Huard, « Les conventionnels “régicides” », art. cit., p. 292-298.

19 Loi du 12 janvier 1816, article 7.

20 Arrêt du tribunal civil de Chinon du 13 février 1818 ; Arrêt de la Cour royale d’Orléans du 10 juin 1818, Journal du Palais, t. 14, 3e éd., Paris, 1841, p. 853 ; Cour de cassation, arrêt du 20 janvier 1821 ; Répertoire de la nouvelle législation civile, commerciale et administrative, t. 3, Paris, 1823, p. 644-646.

21 Edgar L. Newman, « Lost Illusions... », art. cit., p. 49.

22 Lazare Carnot, Mémoire adressé au Roi en juillet 1814, Bruxelles, 1814, p. 12 ; Gudrun Gersmann, « Der Schatten den toten Königs... », p. 41 sq. Selon Carnot, les véritables régicides seraient les émigrés pour avoir abandonné Louis XVI.

23 L’Ami de la Religion et du Roi, t. 6, 1816, p. 319.

24 Adresse de la Chambre des députés : AP, t. xvi, p. 37 sq.

25 Le Conservateur, t. ii, 16e livraison, 1819, p. 81.

26 AP, t. xv, p. 426. En italique dans l’original.

27 Ibid., p. 418.

28 Ibid., p. 425.

29 Loi relative au deuil général du 21 janvier (Bulletin des Lois, 1816, vol. 63, no 401).

30 Le Conservateur, t. iii, 1819, p. 479, attribué à Chateaubriand par Guillaume de Bertier de Sauvigny, « L’image de la Révolution française... », art. cit., p. 150.

31 Grégoire contesta le statut de régicide dans Le Constitutionnel, 6 octobre 1820, p. 4.

32 Le Conservateur, t. v, 1819, p. 510 ; Journal des débats, 7 décembre 1820.

33 Le Conservateur, t. v, 1819, p. 547.

34 Ibid., p. 513.

35 Ibid., 1819, p. 204-205.

36 Ibid., p. 512-513.

37 Léopold, Mémoire justificatif de Louis XVI, tendant : 1) à faire connaître, d’après les événemens, les causes de la destruction de la Monarchie en France, et de la mort de Louis XVI ; 2) à prouver que Louis XVI a été illégalement mis en jugement ; Que ceux qui ont jugé Louis XVI n’en avaient ni le droit ni le pouvoir ; Que toute la procédure exercée envers Louis XVI est nulle, par le défaut d’observation des formalités qu’exigaient les lois ; Que Louis XVI était innocent de tous les crimes dont on l’a accusé et déclaré coupable ; Que le jugement qui condamne Louis XVI à la peine de mort, est une injustice, et son exécution un véritable assassinat ; 3° A démontrer que le procès de Louis XVI doit être révisé, sa procédure annullée, et son innocence authentiquement reconnue ; Que tous les députés à la convention nationale, accusateurs et juges de Louis XVI, sont dans le cas de la prise à partie et de la poursuite personnelle ; Que ce n’est qu’en vertu du généreux pardon que leur a accordé et de l’oubli du passé qu’a prescrit dans l’article XI de la Charte constitutionnelle l’auguste Monarque qui nous gouverne, que la peine qu’ils ont encourue leur est remise ; Que la justification de Louis XVI doit être aussi éclatante que l’a été sa condamnation. (On a joint à cet ouvrage la liste des votans), Paris, J. Moronval, 1814.

38 Ibid., p. 307-308.

39 Ibid., p. 311, en italique dans l’original.

40 Ibid., p. 144-175.

41 Ibid., p. 308-309.

42 Ibid., p. 310-311.

43 Ibid., p. 311-315.

44 Ibid., p. 324.

45 Ibid., p. 324-325.

46 Ibid., p. 326.

47 Ibid., p. 328.

48 En analysant deux tiers des volumes de L’Ami de la Religion et du Roi, on a trouvé 37 nécrologies parues de 1816 à 1830. Sur cette base, on peut estimer que le journal publia une nécrologie pour près de la moitié des régicides morts entre la loi d’amnistie et la Révolution de 1830, outre les très nombreux articles sur les régicides vivants, parus de 1814 à 1830.

49 Corbière, rapport sur le projet de loi d’amnistie, AP, t. xv, p. 617.

50 Cette même voie est proposée dans L’Homme sans nom de Ballanche.

51 Edgar L. Newman, « Lost Illusions... », art. cit., p. 52.

52 L’Ami de la Religion et du Roi, t. 6, 1816, p. 395 sq ; t. 7, 1816, p. 150.

53 Ibid., t. 6, 1816, p. 396.

54 Rétractation de Pierre-Étienne Vinet : Ibid., t. 16, 1818, p. 311-312 ; Nécrologie de Sébastien Laporte : ibid., t. 35, 1823, p. 390-391.

55 Ibid., t. 59, 1829, p. 312 sq.

56 Ibid., t. 60, 1829, p. 366 sq.

57 Ibid., t. 60, 1829, p. 366.

58 Nécrologie très courte de Cambon : Ibid., t. 23, 1820, p. 63.

59 Ibid., t. 25, 1820, p. 30.

60 Ibid., t. 39, 1824, p. 223 sq.

61 Ibid., t. 33, 1822, p. 412.

62 Ibid., t. 23,1820, p. 268 sq.

63 Ibid., t. 50, 1826, p. 45-48.

64 Cf. Gudrun Gersmann, « Der Schatten den toten Königs », art. cit., p. 46 sq ; Jean-Luc Chappey, « Sortir de la Révolution. Inventer le XIXe siècle. Les dictionnaires des contemporains (1815-1830) », Revue d’histoire du XIXe siècle, t. 40, 2010/1, p. 43-57.

65 L’Ami de la Religion et du Roi, t. 37, 1823, p. 32.

66 Noëlle Dauphin, « La loi d’amnistie du 2 janvier 1816 : volonté d’apaisement, mémoire de violence », Jean-Claude Caron et al. (dir.), Entre violence et conciliation. La résolution des conflits sociopolitiques en Europe au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2008, p. 311.

67 Jean-Claude Clausel de Coussergues, Projet de la proposition d’accusation contre M. le duc Decazes, pair de France, ancien président du Conseil des ministres, ancien ministre de l’Intérieur et de la Police générale du royaume, à soumettre à la Chambre de 1820, Paris, J. G. Dentu, 1820, p. 69.

68 Bettina Frederking, « Vive le Roi quand même ? Pouvoir royal et responsabilité ministérielle sous la Restauration », Hélène Becquet et Bettina Frederking (dir.), La dignité de roi. Regards sur la royauté du premier XIXe siècle, Rennes, PUR, 2009, p. 77-95.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540