Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Deuxième partie. L’écriture historique du régicide

Le « martyre » de Louis XVI. Les mythographies royales d’Ancien Régime comme matrices d’une revendication

Bernard Hours

Testo integrale

  • 1 Louis XVI et ses vertus aux prises avec la perversité de son siècle, Paris, Société typographique, (...)
  • 2 Louis XVI détrôné avant d’être roi ou tableau des causes nécessitantes de la Révolution française e (...)

1En 1808, parut à Paris un ouvrage en cinq volumes, Louis XVI et ses vertus aux prises avec la perversité de son siècle, sous la plume de l’abbé Liévin-Bonaventure Proyart1. Il prenait en fait la suite d’un autre livre paru en 1800 sous la fausse adresse de Hambourg : Louis XVI détrôné avant d’être roi ou tableau des causes nécessitantes de la Révolution française2. La page de titre présentait ce dernier ouvrage comme « partie intégrante d’une Vie de Louis XVI qui suivra ». L’auteur se donnait en effet pour investi d’une mission :

  • 3 Ibid., p. 3-4.

« Depuis qu’une affreuse révolution eut bouleversé l’Empire et brisé le sceptre du Monarque, comme si ce désastre, le crime de son siècle et de ses propres sujets, eut été son ouvrage, l’inconstance et la frivolité, rétractant leur premier jugement, rendirent à peine une demi-justice à Louis XVI malheureux. C’est sur nous, qui nous proposons de donner la Vie de ce Prince, que tombe naturellement la tâche de le rétablir dans ses droits primitifs3. »

  • 4 Louis XVI détrôné avant d’être roi, dans Œuvres complètes de l’abbé Proyart, Paris, Méquignon, 1819 (...)
  • 5 Joël Félix, Louis XVI et Marie-Antoinette. Un couple en politique, Paris, Payot, 2006, p. 13.
  • 6 Louis XVI détrôné avant d’être roi, Hambourg, 1800, p. 409 et 404.

2« Composé[s] au fort de la révolution4 », ces prolégomènes à la biographie du dernier roi de l’ancien régime constituaient ce que Joël Félix a appelé une « archéologie mystique », en fait une histoire du règne de Louis XVI afin d’en « exhumer les artefacts d’une destinée tragique5 ». Mais il s’agissait aussi d’une histoire de l’antiromanisme en Europe : y étaient traités par exemple la suppression de la Compagnie de Jésus par Clément XIV, l’Autriche du joséphisme, la Toscane léopoldine et le synode de Pistoia. Cette ouverture était justifiée par une problématique générale très probablement nourrie de l’abbé Barruel, même si l’auteur n’y faisait jamais de référence explicite et si l’on n’est pas en mesure aujourd’hui d’attester de relations entre les deux hommes : on avait assisté au dix-huitième siècle à un complot du « philosophisme [...] embellissant les séditieux sophismes de Luther et de Calvin », conspiré « dans le laboratoire du franc-maçon », en vue « d’élever son prétendu tolérantisme sur les dernières ruines de la religion catholique », et mis en œuvre en France par la complicité infernale du duc de Choiseul et de « la courtisane Pompadour ». L’attaque contre la religion catholique n’étant pas limitée à la France et trouvant même son plus puissant relais dans le Souverain Pontife avec le règne de Clément XIV, et « la chute du trône de Louis XVI [ayant] dû ébranler et faire chanceler sur leurs bases tous les trônes et tous les gouvernements européens », Proyart suggérait de parler de « révolution européenne » plutôt que « française6 ». Sans prononcer le mot, il posait d’emblée Louis XVI comme promis au martyre avant même de monter sur le trône :

  • 7 Ibid., p. 404-405.

« N’outrageons pas l’innocence héritant le malheur, et la vertu solidaire pour tout un peuple de coupables. Si nous ne connaissons pas encore l’étendue de ses droits sur tous les cœurs français, commençons du moins par le plaindre, au lieu de le blâmer, ce jeune Monarque qui vient à la rencontre d’une génération monstrueuse, et que nous voyons forcé d’asseoir son trône sur un volcan dont l’éruption est calculée7. »

Louis XVI, roi-martyr

  • 8 Louis XVI et ses vertus, op. cit., t. 6, p. 77. L’allocution pontificale a été traduite dès 1793 pa (...)
  • 9 Ibid., p. 77-78. La référence à Mach. XI, VI ne se vérifie pas.
  • 10 Philippe Boutry, « “Le ‘Roi Martyr”. La cause de Louis XVI devant la Cour de Rome », Revue d’Histo (...)

3Les cinq volumes de Louis XVI et ses vertus constituent la première véritable biographie du monarque, biographie monumentale puisque l’ensemble forme 1800 pages dans l’édition des œuvres complètes parue chez Méquignon au début de la Restauration. Biographie de référence également : la plupart des historiens, même parmi les plus récents, qui ont ensuite produit une biographie de Louis XVI, ont eu recours à Proyart qui occupe une place quasi-incontournable dans les bibliographies de fin de volume, voire dans l’apparat critique. Il serait intéressant de se livrer à une étude généalogique de ces textes pour mesurer le poids de cet héritage, mais tel n’est pas mon propos. L’ouvrage est tout entier orienté vers sa fin : prouver que Louis fut martyr. Il se conclut sur cette affirmation, étayée par la référence à l’allocution de Pie VI du 17 juin 1793 « déclarant en plein consistoire que son sentiment était que les meurtriers de ce prince, en faisant tomber de sa tête la couronne des rois, lui avaient assuré la palme des martyrs8 ». En effet, la lenteur de Rome à ouvrir un procès de canonisation n’empêchait pas Proyart de persévérer dans cette opinion : « Cependant quoique l’opinion d’un pape soit sans doute d’un grand poids en cette matière, cette opinion particulière n’établit pas un jugement de l’église ». Mais à quelque rang que doivent être placées les vertus de Louis XVI dans les fastes de la religion, au moins l’histoire de son pays, éclairée par la conscience contemporaine, ne lui contestera-t-elle pas le genre de gloire attribué par l’histoire ancienne à l’un des personnages les plus justement révérés en Israël, que « sa mort fut pour toute sa nation un mémorable exemple de courage et de vertu9 ». Les réticences du Saint-Siège à reconnaître le martyre du souverain guillotiné durent certainement chagriner celui qui, dans son Louis XVI détrôné, n’avait pas hésité à poser le parallèle entre le roi malheureux et le Christ issu lui-même de race royale10 :

  • 11 Louis XVI détrôné, op. cit., p. 6.

« Le divin héritier du trône de David, la sagesse et la vertu par essence, en se montrant à son peuple à une époque d’endurcissement et de perversité, venait recueillir de ses insignes bienfaits l’ingratitude et la mort. Et c’était néanmoins à ce crime fameux, c’était à ce mystérieux régicide qu’était attaché le rétablissement du règne de la vertu sur la terre. Ainsi Louis XVI, en naissant pour le trône, au sein d’une nation dégénérée, au milieu d’un siècle que maîtrisait l’impiété, naissait pour ses malheurs, si toutefois on peut appeler de ce nom les tragiques événements qui ont épuré sa belle âme, et qui n’ont conduit un peuple dépravé sous des châtiments mémorables que pour mieux assurer son retour et celui de l’Europe entière à tous les principes oubliés11. »

  • 12 Philippe Boutry, art. cit., p. 64.

4De même que la Passion du Christ avait accompli la rédemption des péchés de l’humanité et réconcilié celle-ci avec son créateur, de même la passion de Louis XVI devait ouvrir la voie à la restauration des vrais principes oubliés par un siècle impie. D’une certaine manière, Proyart rejoignait la conclusion de l’oraison funèbre prononcée à Rome en septembre 1793 par Paolo Leardi, qui pourtant s’était refusé à employer le mot de « martyr » à propos du roi12.

5L’affirmation du martyre de Louis XVI, posée dès 1793 par Pie VI et par le marquis de Limon, n’attendit pas la réédition des deux ouvrages de Proyart pour faire florès dès les débuts de la Restauration. En 1814, eut lieu la publication posthume du Triomphe de la religion, ou le roi martyr, poème épique de La Harpe, l’année suivante celle du Roi martyr ou esquisse du portrait de Louis XVI, par Antoine-Joseph Raup, toutes deux promises à plusieurs rééditions. En 1826, Victorin Godron publiait Le Roi martyr, ou la Mort de Louis XVI, poème en trois chants. L’estampe participa également de l’exaltation de la Passion de Louis, en diffusant largement l’image du roi associée à l’exhortation lancée au pied de l’échafaud par l’abbé de Firmond : « Fils de saint Louis, montez au ciel ! », exhortation elle-même en bonne place, dans le livre de Proyart. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est de comprendre sur quel terreau a germé, chez ce dernier, la représentation de Louis XVI en martyr. On pourrait penser que non seulement la fin tragique du roi, son courage et sa fermeté en montant à la guillotine, mais aussi son attachement à ses devoirs religieux et à recevoir les sacrements de prêtres ayant refusé la Constitution Civile du Clergé, suffisent amplement à justifier cette représentation aisément instrumentalisable dans le combat contrerévolutionnaire. Pourtant, Louis XVI détrôné avant d’être roi... et Louis et ses vertus... ne sont pas des ouvrages sui generis, ils ont des antécédents et doivent être compris à la lumière de la carrière de leur auteur avant même la Révolution.

Du mythe du complot à la célébration du martyre

  • 13 Bernard Hours, « La célébration de la famille de Louis XV et la naissance de la culture blanche », (...)
  • 14 L’écolier vertueux ou Vie édifiante d’un écolier de l’Université de Paris, Paris, C.-P. Berton, 177 (...)
  • 15 Vie du Dauphin, père de Louis XVI, écrite sur les mémoires de la Cour, Paris, C.-P. Berton, 1777.
  • 16 La vie du Dauphin, père de Louis XVI, écrite sur les mémoires de la Cour, enrichie des écrits du mê (...)
  • 17 Histoire de Stanislas Ier, roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar, Lyon, P. Bruyset-Ponthus, 178 (...)
  • 18 Examen du discours prononcé par M. Duflos, curé de Saint-Pol, cité dans A. Deramecourt, Le clergé d (...)
  • 19 Vie du Dauphin, père de Louis XVI, Œuvres complètes, op. cit., t. 9, p. 355.

6Proyart est avant tout un pédagogue moraliste, en fonction d’abord au collège Louis-le-Grand à Paris puis à celui du Puy-en-Velay13. Il entre dans la carrière littéraire en 1772 en publiant la biographie édifiante d’un élève de Louis-le-Grand, Louis Decalogne, rééditée soixante-seize fois jusqu’en 192114. Cinq ans plus tard, il signe la première biographie imprimée du dauphin, père de Louis XVI, mort prématurément en 1765 à 36 ans15. Dès lors, en dehors de ses responsabilités pédagogiques, il devient l’hagiographe attitré de la famille royale. Il dit avoir vécu quinze mois à Saint-Denis auprès de son confrère et ami l’abbé Courbon du Ternay, confesseur du Carmel de la ville où s’est retirée Madame Louise, tante de Louis XVI. Il a pu s’entretenir plusieurs fois avec celle-ci au parloir du monastère et il faut probablement y trouver l’explication de son choix pour écrire la biographie du dauphin, frère de Mesdames Tantes, alors même que deux autres manuscrits avaient été rédigés, l’un par l’ancien confesseur de la dauphine, l’abbé Soldini, l’autre par le Père Griffet, jésuite proche du dauphin, père de Louis XVI, depuis au moins la fin des années 1760. En 1782, il donne une deuxième biographie, celle du Duc de Bourgogne, père de Louis XV16. Suit en 1784, celle de Stanislas Leszczynski, arrière grand-père de Louis XVI17. Dans les années qui précèdent la Révolution, ses préoccupations apologétiques le conduisent à une prise de parole plus engagée. Son Projet d’éducation publique, paru en 1785, est réédité en 1800, peut-être par lui-même, sous le titre Du rétablissement des Jésuites et de l’éducation publique. En 1787, il réagit à l’édit dit de « tolérance », par deux Lettres à un magistrat du Parlement de Paris. En 1789, il signe une Réclamation du clergé séculier et régulier de la sénéchaussée de Velay pour protester contre le décret du 2 novembre portant mise à disposition de la nation des biens du clergé. L’année suivante il prend la défense des monastères féminins dans ses Considérations sur l’existence des religieuses en France. En 1791, il réplique au discours inaugural de Duflos, curé constitutionnel de Saint-Pol, dans le diocèse du Pas-de-Calais, par un Examen dans lequel il lance cet appel au martyre : « Souvenons-nous que, dans la cause de Dieu, oser mourir, c’est savoir triompher18. » En 1792, il brandit, en réponse au mandement de carême de Pierre-Joseph Porion, l’évêque constitutionnel, un Préservatif pour ma famille contre les dangers du schisme, diffusé clandestinement. Émigré aux Pays-Bas autrichiens, il revient à la famille royale en publiant à Bruxelles en 1793, avant l’arrivée des Français, une vie de Madame Louise, qu’il dédie à Madame Élisabeth, et en 1794 celle de Marie Leszczynska. Celle-ci en fait était prête bien avant si l’on en croit Proyart auquel le baron de Breteuil, secrétaire d’État de la Maison du Roi, aurait « fait défense de faire imprimer l’ouvrage19 ». En 1795, sous un pseudonyme, paraît à Augsbourg La vie et les crimes de Robespierre surnommé le tyran. Puis il se consacre à sa grande œuvre, l’écriture de la biographie de Louis XVI.

7Il y a donc une cohérence dans son itinéraire de publiciste. Proyart prépare la vie de Louis XVI à la lumière de la vision qu’il a développée depuis 1772, celle d’un siècle impie qui a juré la fin de la religion. Les événements depuis 1787 jouent en interaction avec cette vision : d’une part ils la confirment, d’autre part elle leur donne sens. Il est probable qu’elle trouve son origine dans l’offensive européenne anti-jésuite des années 1760 et dans la suppression de la Compagnie de Jésus en 1773. Face à cette offensive, les partisans des Jésuites en France ont cru dans la protection de la famille royale. C’est donc à ce moment que s’est cristallisée une représentation qui va conduire Proyart à reconnaître en Louis XVI une prédestination au martyre en raison d’une vertu innée héritée d’une famille élue : il devait nécessairement, en raison même de son innocence, expier sous les coups d’une génération monstrueuse, les péchés d’un peuple qui oubliait ses devoirs. Louis XVI et ses vertus s’inscrit dans la continuité des vies de Bourgogne et du fils de Louis XV. Dans le même sens, les vies de Stanislas et de Marie Leszczynska complètent la compréhension du capital de vertu hérité de ses parents et de ses aïeuls.

Madame Louise, première martyre de la Révolution

8L’idée du martyre est venue une première fois sous la plume de Proyart à propos de la tante de Louis XVI, Madame Louise. Sans aller comme certains biographes ultérieurs moins scrupuleux, jusqu’à évoquer l’histoire de l’empoisonnement de la princesse carmélite par une mystérieuse poudre blanche contenue dans un paquet portant l’inscription « reliques des martyrs », Proyart fait dater de l’édit de 1787 le début de sa dernière maladie :

  • 20 Vie de Madame Louise de France, religieuse carmélite, fille de Louis XV, Œuvres complètes, op. cit. (...)

« Madame Louise à cette nouvelle est frappée comme le grand prêtre Héli, quand on lui apprend que l’arche sainte est au pouvoir du Philistin. Un glaive de douleur a percé son âme, les angoisses de la mort la déchirent ; et, comme saisie, en ce moment, de l’esprit de Dieu, par la même exclamation, elle plaint la religion trahie, le roi trompé, la tranquillité de l’État compromise ; elle prévoit tous nos malheurs, elle les déplore et ne songe plus qu’à mourir20. »

  • 21 Ibid., p. 102 et 124.

9Il n’hésite pas à jouer avec les mots en rapportant le propos de la princesse à qui cette nouvelle aurait causé « une étrange révolution..., dernier avant-coureur de ce déluge de maux qui, depuis cette époque précise, fondit par torrents sur tous les points de l’Empire français21 ». Sa mort fut donc un martyre et Proyart conclut son livre par un appel implicite à l’ouverture d’un procès de canonisation :

  • 22 Ibid., p. 125-126.

« Tous les témoins de sa mort, et les confidents les plus intimes de ses derniers moments, sont convaincus qu’elle a mérité de réunir la couronne du martyre à la palme des vierges... Cette haute idée de la sainteté de Madame Louise, et cette confiance en son crédit auprès de Dieu, ne sont pas concentrées dans l’étroite enceinte du Monastère qu’elle édifia. Des lettres et des relations circonstanciées de divers endroits de la France, de Paris et de Montpellier, de Beaune et de Rouen, de Carpentras et de Poitiers, nous parlent de guérisons de plusieurs maladies réputées incurables, et attestent qu’elles furent la suite immédiate de vœux adressés à la sainte Carmélite. N’ayant pas été témoins des faits par nous-mêmes, et ne pouvant répondre que de la droiture et de la bonne foi des personnes qui les rapportent, nous ignorons jusqu’à quel point ils soutiendraient la rigueur extrême des examens établis à Rome pour constater des miracles. Mais, ce qui nous paraît incontestable, c’est qu’il n’est ni téméraire de solliciter les faveurs du Ciel, ni surprenant qu’on les obtienne par l’entremise de celle dont toute la vie fut un prodige de vertus et la mort un martyre22. »

10Dans la lecture mystique des événements révolutionnaires développée par Proyart, la mort de Madame Louise et celle de Louis XVI se répondent, car ils furent victimes du même complot de l’impiété et de l’hérésie alliées l’une à l’autre, et le martyre du second complète et parachève le sacrifice de la première. Entre les deux, le relais est assuré par celui des prêtres réfractaires victimes de la répression :

  • 23 Ibid., p. 100-101.

« Nous laisserons nous-mêmes à Dieu de juger si le genre de martyre qu’elle dût à la vivacité de sa foi, fut inférieur en mérite à celui que viennent de souffrir, dans l’Église de France, tous ces illustres confesseurs auxquels il nous semble qu’elle ouvrit la carrière23. »

Un capital de sainteté hérité

11Cette lecture au prisme du martyre est contemporaine de la Révolution, elle ne l’anticipe pas. En revanche, elle ne s’explique que par la conviction du capital de sainteté accumulé au sein de la famille royale par la pratique héroïque des vertus chrétiennes. Je prendrai ici deux exemples de cette transmission et accumulation héréditaire de la vertu, célébrée par Proyart au fil de trois générations : dans le duc de Bourgogne, père de Louis XV, dans le dauphin, père de Louis XVI, et pour finir dans ce dernier. Le premier exemple renvoie à l’exaltation des vertus domestiques et familiales. Dès la biographie de Bourgogne, Proyart pose un principe central de toute son entreprise apologétique dont il ne déviera plus et qu’il réfère aux leçons de Fénelon, selon lequel, sans les vertus de l’homme privé, nul ne saurait devenir un bon roi :

  • 24 Vie du Dauphin, père de Louis XVI, Œuvres complètes, op. cit., t. 7, p. 66.

« Persuadé que l’homme parfait est peu éloigné du prince accompli, c’est par la pratique des vertus de l’homme, que cet habile maître faisait faire à son élève l’apprentissage des vertus du prince24. »

12Il s’ensuit dans chacune des trois biographies, au moins un chapitre ou « livre », consacré au portrait du prince en fils obéissant et dévoué, en mari aimant et fidèle, en père attentif à ses devoirs à commencer par l’éducation de ses fils à laquelle il veille personnellement.

13Le deuxième exemple renvoie à l’attitude du prince à l’égard de la religion. On relève encore une parfaite continuité entre les biographies de Bourgogne et du dauphin écrites avant la Révolution, et celle de Louis XVI rédigée vingt ans plus tard, pour l’essentiel durant l’Empire : la religion sans laquelle nul ne peut être vertueux, fonde aussi bien le modèle de l’homme privé que celui du prince. En 1777, Proyart écrivait au sujet du père de Louis XVI :

  • 25 Ibid., t. 9, p. 194.

« ce prince fut toujours persuadé qu’on ne pouvait être grand, d’une véritable et solide grandeur, que par la fidélité aux devoirs de cette triple justice qu’on se doit à soi-même, et qu’on doit également aux hommes et à Dieu. Et c’est d’après la conviction de ce principe, que lui-même établit dans ses écrits, qu’il travailla constamment à réunir aux qualités propres du prince et de l’homme, toutes les vertus qui forment le parfait chrétien25. »

14Sans surprise, cinq ans plus tard, Proyart trouve en Bourgogne la matrice de ce modèle :

  • 26 Ibid., t. 8, p. 248.

« La religion étendit ses vues, elle soutint son activité dans les travaux, son courage dans les périls et sa constance dans les revers. C’est la religion qui éclaira sa politique, qui forma en sa personne un prince accompli, un Homme l’honneur de l’Humanité, et le chrétien le plus digne par ses vertus d’être proposé pour modèle à tous les princes destinés à gouverner26. »

15Le discours ne varie pas d’un iota lorsque Proyart aborde le portrait religieux de Louis XVI :

« Quelles que soient les qualités et les vertus humaines dans un roi, ces dons naturels le laisseraient toujours fort au-dessous de sa dignité, s’ils n’étaient animés par la vertu de religion ; jamais un faible mortel ne tira de son propre fonds l’intelligence, et surtout les moyens, du gouvernement de ses semblables. »

16Comme au début de la décennie 1780, la préoccupation de Proyart est d’abord apologétique :

  • 27 Louis XVI et ses vertus, Œuvres complètes, op. cit., t. 2, p. 305.

« Pour toute réponse à ces fiers érudits qui, de nos jours encore, voudraient gouverner le monde physique et moral sans l’intervention de son auteur, nous osons les défier de nous produire dans les annales de l’histoire l’exemple d’un seul prince vraiment grand qui l’ait été dans l’absence de la religion27. »

  • 28 Ibid., p. 308.

17Et Proyart n’hésite pas à faire de Louis XVI qui « avait, pour ainsi dire, sucé la religion avec le lait28 », le dernier héritier du modèle dont Charlemagne donna l’impulsion et dont la légitimité fut consacrée en saint Louis. Pourtant une nuance non négligeable caractérise le portrait de Louis XVI. De Bourgogne et du dauphin, Proyart peut non seulement décrire avec une certaine précision leurs pratiques de dévotion et citer des écrits de piété ; en revanche, il est obligé de demeurer beaucoup plus vague en ce qui concerne Louis XVI. La description reste très générale et ne peut s’appuyer sur aucune anecdote :

  • 29 Ibid., p. 318-319.

« Dans les cérémonies religieuses, où il était quelquefois en spectacle public, il faisait leçon par sa piété... Tantôt on voit Louis XVI suivre avec le peuple, la bannière de la croix dans les supplications publiques, et tantôt faire cortège à l’auguste sacrement, porté en triomphe par les rues. On verra également ce prince descendre de son palais, et se confondre avec la foule de ses sujets, dans les relations d’un jubilé, pour aller puiser, aux mêmes conditions qu’eux, au trésor de grâce qu’ouvre à tous ses enfants la mère commune des fidèles. Dans les jours de sa prospérité, il se rendra dans sa capitale pour en visiter les lieux saints : il y fera plusieurs voyages pour satisfaire sa piété, pas un seul pour y chercher des plaisirs29. »

18Encore peut-on retrouver dans cette évocation, des gestes et des attitudes de Bourgogne ou du dauphin illustrés cependant avec force anecdotes dans leurs biographies. Ainsi, Louis XVI partage avec son arrière grand-père ou son père une même connaissance approfondie de la liturgie et de l’histoire ecclésiastique, les mêmes lectures de Bossuet à Massillon en passant par Fénelon et Bourdaloue, la même pratique de la méditation à l’exclusion de l’oraison qui n’est pas faite pour les princes, les mêmes dévotions à Marie et au Sacré-cœur, le même respect des temps de jeûne et d’abstinence, la même charité inlassable pour les pauvres, une commune et inflexible aversion à l’encontre du jansénisme, du protestantisme (d’où Proyart, à l’instar de Pie VI, conclut que l’édit de 1787 lui fut extorqué) et de la philosophie, le même souci d’empêcher les empiétements de la magistrature sur les droits de l’épiscopat, la même préférence donnée au bon prêtre et à l’évêque laboureur de diocèse sur les abbés et les prélats de cour, etc.

19Si la religion constitue le principe et le fondement de toute la conduite du roi, et en particulier sa politique, alors sa mort ne peut plus être comprise autrement que comme un martyre :

  • 30 Ibid., p. 374-375.

« À l’Église seule appartient le droit de vérifier les titres qui donnent droit à l’inscription dans son martyrologe... Or, abstraction faite de la vie de Louis XVI, toutes les circonstances qui environnent sa mort conspirent à prouver qu’elle fut celle d’un martyr. L’Église honore de ce nom tout fidèle mis à mort en haine de sa fidélité à la religion. Or, il faudrait ignorer les faits les plus authentiques et les plus multipliés pour révoquer en doute que Louis XVI ait été persécuté, traduit en jugement et condamné à mort en haine de la religion30. »

20Mais, en dehors même du martyre, souligne Proyart, il faut reconnaître en Louis XVI l’héroïcité des vertus, condition préalable à la canonisation, et héritage de sainteté qui doit être rapporté à la dynastie qui le précède.

21Ainsi, la volumineuse vie de Louis XVI qui veut fonder la revendication de la reconnaissance du martyre et de la sainteté du roi, apparaît comme l’aboutissement logique et le couronnement cohérent de l’entreprise biographique consacrée par Proyart à la famille royale au XVIIIe siècle. Ces hagiographies princières peuvent donc être considérées comme les matrices du discours sur le roi martyr. Mais il faut peut-être aller plus loin encore. Certes Louis XVI et ses vertus... fonctionne en quelque sorte, aux yeux de son auteur, comme la validation à l’épreuve de l’Histoire du modèle qu’il a forgé avant la Révolution. En même temps, les hagiographies des membres de la famille royale participent d’une construction idéologique fondée sur le mythe du complot de l’impiété et de l’hérésie contre la religion. Et c’est ce mythe-là qui structure la représentation que Proyart se fait de la Révolution dès ses débuts. Aussi quand il rédige la vie de Louis XVI, son souci n’est pas tant de dire ce que fut Louis XVI que de démontrer la nécessité de son martyre, qui valide la théorie du complot. Par ailleurs le modèle du roi chrétien qu’il propose correspond plus à la forge d’un idéal-type, conforme aux critères de l’hagiographie, qu’à de réels portraits historiques. Aussi se reproduit-il avec des variantes d’un livre à l’autre, de l’aïeul à l’arrière petit-fils.

Note

1 Louis XVI et ses vertus aux prises avec la perversité de son siècle, Paris, Société typographique, 1808, 5 vol.

2 Louis XVI détrôné avant d’être roi ou tableau des causes nécessitantes de la Révolution française et de l’ébranlement de tous les trônes, faisant partie intégrante d’une vie de Louis XVI qui suivra, Hambourg, 1800.

3 Ibid., p. 3-4.

4 Louis XVI détrôné avant d’être roi, dans Œuvres complètes de l’abbé Proyart, Paris, Méquignon, 1819, t. 1, p. vi.

5 Joël Félix, Louis XVI et Marie-Antoinette. Un couple en politique, Paris, Payot, 2006, p. 13.

6 Louis XVI détrôné avant d’être roi, Hambourg, 1800, p. 409 et 404.

7 Ibid., p. 404-405.

8 Louis XVI et ses vertus, op. cit., t. 6, p. 77. L’allocution pontificale a été traduite dès 1793 par l’abbé de Limon, frère du marquis de Limon dont La vie et le martyre de Louis XVI, Roi de France et de Navarre, immolé le 21 janvier 1793, avec un examen du décret régicide connut six éditions dès 1793, dont trois à Bruxelles où se trouvait alors Proyart.

9 Ibid., p. 77-78. La référence à Mach. XI, VI ne se vérifie pas.

10 Philippe Boutry, « “Le ‘Roi Martyr”. La cause de Louis XVI devant la Cour de Rome », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. LXXVI, no 196, janvier-juin 1990, p. 57-71.

11 Louis XVI détrôné, op. cit., p. 6.

12 Philippe Boutry, art. cit., p. 64.

13 Bernard Hours, « La célébration de la famille de Louis XV et la naissance de la culture blanche », Bruno Dumons et Hilaire Multon (dir.), « Blancs » et contre-révolutionnaires en Europe. Espaces, réseaux, cultures et mémoires (fin XVIIIe-début XXe siècles). France, Italie, Espagne, Portugal, Rome, EFR, 2011, p. 225-242 ; id., « Moreau et Proyart, pédagogues en attente du prince et éducateurs de la nation », Histoire de l’éducation, no 132, octobre-décembre 2011, p. 153-176.

14 L’écolier vertueux ou Vie édifiante d’un écolier de l’Université de Paris, Paris, C.-P. Berton, 1772.

15 Vie du Dauphin, père de Louis XVI, écrite sur les mémoires de la Cour, Paris, C.-P. Berton, 1777.

16 La vie du Dauphin, père de Louis XVI, écrite sur les mémoires de la Cour, enrichie des écrits du même prince, Lyon, P. Bruyset-Ponthus, 1782.

17 Histoire de Stanislas Ier, roi de Pologne, duc de Lorraine et de Bar, Lyon, P. Bruyset-Ponthus, 1784.

18 Examen du discours prononcé par M. Duflos, curé de Saint-Pol, cité dans A. Deramecourt, Le clergé du diocèse d’Arras, Boulogne et Saint-Omer pendant la Révolution (1789-1802), Arras, 1885, t. II, p. 234-237.

19 Vie du Dauphin, père de Louis XVI, Œuvres complètes, op. cit., t. 9, p. 355.

20 Vie de Madame Louise de France, religieuse carmélite, fille de Louis XV, Œuvres complètes, op. cit., t. 14, p. 101-102.

21 Ibid., p. 102 et 124.

22 Ibid., p. 125-126.

23 Ibid., p. 100-101.

24 Vie du Dauphin, père de Louis XVI, Œuvres complètes, op. cit., t. 7, p. 66.

25 Ibid., t. 9, p. 194.

26 Ibid., t. 8, p. 248.

27 Louis XVI et ses vertus, Œuvres complètes, op. cit., t. 2, p. 305.

28 Ibid., p. 308.

29 Ibid., p. 318-319.

30 Ibid., p. 374-375.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540