Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Deuxième partie. L’écriture historique du régicide

Louis XVI et l’ombre portée de Charles Ier d’Angleterre dans la France du XVIIIe siècle

Aurore Chéry

Texte intégral

1Charles Ier et Louis XVI, le parallèle s’impose de lui-même et, en France, les journaux de la période révolutionnaire en sont déjà saturés. Autrement dit, la comparaison relève du lieu commun et il ne s’agira pas ici de l’étayer plus avant. Si elle nous intéresse, c’est qu’elle a souvent été convoquée pour expliquer l’attitude de Louis XVI pendant la Révolution, un roi qui aurait toujours été obsédé par l’exemple du Stuart décapité. Cependant, cette fascination est loin d’être un fait acquis et si elle a longtemps pu fournir une grille d’analyse facile, il convient de s’interroger sur sa pertinence. En fait, dès le début de son règne, Louis XVI préfère entretenir la comparaison entre lui et Henri IV, un modèle dont l’évocation est plus évidente de la part d’un Bourbon et surtout plus efficace pour un roi en quête de popularité. À vrai dire, Louis XVI aurait même porté à Charles Ier un intérêt moindre que ses contemporains qui, en une période de patriotisme exacerbé, ne pouvaient s’empêcher de regarder outre-Manche et de dresser des comparaisons entre les événements de l’histoire d’Angleterre et ceux de France qui leur semblaient parfois manquer d’éclat. Dans un mémoire publié en 1746, un critique d’art anonyme se récriait :

  • 1 Arch. nat., O/1 1907A, cahier 15, 1746, pièce 29 : Réflexions sur la nécessité de continuer tous l (...)

« Le public se plaint que dans les expositions, il ne voit presque plus que des portraits. Qu’il s’en prenne à lui-même et non pas aux peintres ; s’il leur faisait naître plus d’occasions de peindre des tableaux d’histoire, le salon lui offrirait cette variété qu’il désire1. »

  • 2 Voir François Pupil, Le style troubadour, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1985, p. 181-183
  • 3 Michel Baridon, « Genèse du roman historique en Angleterre : psychologie sensualiste, mythes polit (...)

2Pour ceux qui ne rêvaient que de nouveaux grands hommes à glorifier, Charles Ier avait certes eu un destin malheureux mais il n’en passait pas moins pour un personnage héroïque digne d’inspirer les artistes2. Dans le même temps, la vogue du roman gothique et son goût du macabre qui se développe à partir des années 1760, ont pu également conditionner l’attrait de la société du XVIIIe siècle pour Charles Ier. Horace Walpole, qui a joué un si grand rôle dans cette mode avec son Château d’Otrante, affichait par exemple dans son bureau une copie de l’ordre d’exécution du Stuart3. Dans un tel contexte, je souhaiterais ici tenter de faire la part de ce qui procède de la volonté propre de Louis XVI, et qui lui a été reproché, de ce qui traduit une volonté de ses contemporains d’adopter le prisme de lecture de la révolution d’Angleterre pour les événements dont ils étaient les acteurs et les témoins.

Charles Ier et la fascination des philosophes au XVIIIe siècle

3Dans la biographie qu’elle lui consacre, Évelyne Lever rappelle que, à peine âgé de quatorze ans, le futur Louis XVI écrivait :

  • 4 Louis XVI, Réflexions sur mes entretiens avec M. le duc de la Vauguyon, Paris, 1851, p. 209.

« Tout prince faible se conduit comme l’infortuné Charles Ier, que tout peuple échauffé et soulevé ressemble au peuple d’Angleterre ; que tout homme factieux et entreprenant est de l’humeur de Cromwell et que s’il n’en a pas les talents, il en a du moins l’emportement et la malice4. »

  • 5 Évelyne Lever, Louis XVI, Paris, Fayard, 1985, p. 46.

4Elle en déduit que c’est pour lui un exemple frappant qui le « poursuivra jusqu’à sa mort5 ». Elle s’inscrit en cela dans une longue suite de penseurs et d’historiens pour qui il a paru parfaitement naturel que Louis XVI ait été obsédé par Charles Ier. Mais pour souscrire à cette opinion il faut accepter l’idée selon laquelle Louis XVI s’est toujours regardé comme un roi faible ou avec des prédispositions à le devenir ce qui, assurément, n’était pas le cas. Pour nombre de royalistes toutefois, cette explication fournit un prétexte utile pour expliquer le succès de la Révolution en dédouanant la monarchie. Ainsi, Bainville écrivait :

  • 6 Jacques Bainville, « Sur Louis XVI », La Revue universelle, avril 1932, t. xlix, p. 106.

« Cependant Louis XVI avait pensé dès sa jeunesse au sort de Charles Ier. Il avait traduit en français une histoire de ce roi, celle de Hume, pour être plus sûr de ne pas aller comme lui à l’échafaud. Raisonnement par analogie, mauvaise méthode. Il se trouva que le cas du Stuart ne s’appliquait pas du tout au Bourbon et que Louis XVI hâta sa propre perte en prenant l’opposé de son modèle. Charles Ier ayant péri à cause de sa résistance, Louis XVI fut persuadé que la pire des choses était de résister6. »

  • 7 Georges Lambin, « Louis XVI angliciste », Études anglaises, Grande-Bretagne États-Unis, avril-juin (...)

5D’une part, la traduction de l’histoire de Charles Ier d’après Hume, souvent évoquée, semble fantaisiste et Georges Lambin, qui s’est intéressé à la question, doute de son existence7. En termes de traduction, Louis XVI lui aurait préféré Richard III et il faut donc supposer que la légende de la traduction de l’histoire de Charles Ier découle de l’association postérieure qui a été faite entre les deux rois et non l’inverse. Mais, d’autre part, que Louis XVI soit amené à traiter de cet épisode de l’histoire d’Angleterre au cours de son éducation ne présente rien que de plus banal au regard de l’importance de l’événement, et y prêter une attention démesurée ne peut que relever de la lecture téléologique.

6En réalité, bien avant la naissance de Louis XVI, Charles Ier était devenu un sujet d’intérêt pour la société française. Dès 1736, Voltaire le désignait comme un personnage emblématique en tant que victime de l’obscurantisme puritain. Il plaçait ainsi ces mots dans la bouche de Lord Bolingbroke :

  • 8 Voltaire, Examen important de Milord Bolingbroke ou le Tombeau du fanatisme, 1736, reproduit dans (...)

« Voilà donc pour quelles opinions la moitié de la terre a été ravagée ! voilà ce qui a valu des principautés, des royaumes, à des prêtres imposteurs, et ce qui précipite encore tous les jours des imbéciles dans les cachots des cloîtres chez les papistes ! C’est avec ces toiles d’araignée qu’on a tissé les liens qui nous serrent ; on a trouvé le secret de les changer en chaînes de fer. Grand Dieu ! c’est pour ces sottises que l’Europe a nagé dans le sang, et que notre roi Charles Ier est mort sur un échafaud8 ! »

7L’article « Puritain » de l’Encyclopédie s’inscrivait, en 1765, dans la continuité de cette interprétation :

  • 9 Article « Puritains », Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert (dir.), Encyclopédie ou dictionnai (...)

« Charles Ier, en qualité de chef suprême de l’église anglicane, ayant voulu établir l’uniformité du culte en Écosse comme en Angleterre, rencontra dans les puritains un obstacle invincible à ses desseins. Ces sectaires aveuglés par leur zèle fougueux, excitèrent dans la Grande-Bretagne des guerres civiles qui l’inondèrent du sang de ses citoyens. Des ambitieux profitèrent de l’égarement dans lequel le fanatisme avait jeté les peuples ; ils mirent le comble à ces désordres par le supplice du roi, que Cromwell et ses adhérents firent périr sur un échafaud9. »

  • 10 David Hume, Ma vie, traduction de Suard, Paris, 1777. Édition électronique, disponible sur [http:/ (...)

8Au fond, si Charles Ier a bénéficié d’un regain d’intérêt au XVIIIe siècle, c’est en grande partie parce que les philosophes ont préféré en faire un apôtre de la tolérance plutôt que de le reconnaître comme responsable de l’échec politique de son règne. C’est notamment à ce titre que, en 1754, ils réservèrent un accueil chaleureux au premier tome de l’Histoire d’Angleterre de David Hume, ce philosophe qui « avait eu l’audace de répandre une larme généreuse sur le sort de Charles Ier10 ».

  • 11 Voir Paul et Pierrette Girault de Coursac, L’éducation d’un roi, Louis XVI, Paris, François-Xavier (...)
  • 12 Hume écrivait par exemple suite à ce compliment: “It is conjectured that this honour was paid me b (...)

9Louis XVI, quant à lui, a certes lu l’Histoire d’Angleterre dans son enfance et, en 1763, il a même complimenté son auteur lors de son passage en France11. Mais, à cette occasion, il n’a nullement manifesté d’intérêt particulier pour l’histoire de Charles Ier. D’autre part, il est fort probable que c’était la réputation de l’auteur plus que le sens de son œuvre que l’on voulait mettre en scène par ce compliment. Plusieurs anecdotes attestent que le Dauphin, fils de Louis XV, aimait que l’on sache qu’il lisait et traduisait Hume, très certainement parce que cela donnait de lui l’image d’un prince éclairé. Sans doute aura-t-il souhaité que ses propres enfants puissent bénéficier du même préjugé12. Pour ce qui est de Charles Ier, comme nous l’avons vu, son éducation ne l’incitait pas à l’admirer mais plutôt à le considérer comme une figure de la faiblesse.

Tourner la page du soutien de la France aux Stuart

  • 13 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets, Paris, 1859, p. 462. « On distinguait parmi ces table (...)
  • 14 Arch. nat., O1 2278.
  • 15 Lettre de Louis XVI à Vergennes du 6 décembre 1774, papiers de la famille de Tugny Vergennes, cité (...)

10En définitive, sous Louis XVI, le sort de Charles Ier ne cause plus autant d’émoi qu’auparavant. Sous Louis XV encore, on avait pu se scandaliser du fait que la comtesse du Barry fasse l’acquisition du portrait du roi anglais par Van Dyck. Selon les Mémoires secrets13, elle avait dû s’en défendre en prétendant qu’elle voulait honorer le comte Barrymore, ancêtre de son mari, qui avait été page de Charles Ier. Or, ce portrait, racheté à la Du Barry pour vingt-quatre mille livres en 177514, est précisément le premier à entrer dans les collections royales sous Louis XVI. La priorité du nouveau roi est de tourner la page de la Révolution d’Angleterre et de renoncer au soutien historique que la France accordait aux Stuart. Il disait en effet à Vergennes que « nous ne pourrions en tirer aucune utilité, mais beaucoup de tracasseries15 ». En 1779, il annotait également un projet de manifeste préparé par le ministère de la guerre en spécifiant :

  • 16 Jean-Louis Soulavie, Mémoires historiques et politiques du règne de Louis XVI, Paris, 1801, t. 3, (...)

« Quant à l’assassinat du roi Charles et de Marie Stuart, ce sont là des crimes dont l’Angleterre rougit si bien cent ans après et davantage, que nous ne devons pas lui en rappeler le souvenir par des reproches d’autant plus amers et humiliants, que c’est un roi de France jouissant de l’amour de son peuple qui est censé le faire dans une déclaration de guerre. La maison d’Hanovre est étrangère d’ailleurs à ces attentats16. »

  • 17 Jehan de Witte (éd.), Journal de l’abbé de Véri, Paris, Plon, 1928, t. i, p. 450-457.
  • 18 Ran Halevi, « Le testament de la royauté. L’éducation politique de Louis XVI », id. (dir.), Le Sav (...)
  • 19 Mémoires de Trévoux, février 1759, p. 471 et 475-476 ; Année littéraire, mars 1760, t. iv, p. 313, (...)

11Toutefois, si Louis XVI évite, en invoquant des raisons diplomatiques, de faire référence à Charles Ier, le personnage n’en continue pas moins de fasciner la société française et c’est l’entourage du roi qui vient le lui rappeler. La célèbre lettre de Turgot en témoigne : « N’oubliez jamais, Sire, que c’est la faiblesse qui a mis la tête de Charles Ier sur un billot17 » lui écrivait-il au milieu d’une douzaine de feuillets. En cela, Turgot s’inscrivait dans un courant qui, à partir des années 1750, a concurrencé l’image d’apôtre de la tolérance associée à Charles Ier en en faisant une figure de la faiblesse. Ran Halévi18 attribue ce glissement aux heurts de plus en plus nombreux entre l’autorité royale et les parlements. En 1759, les Mémoires de Trévoux, louant le courage de Charles Ier, estimaient que « l’étendue et les bornes de la puissance royale ne doivent jamais être portées au tribunal du peuple ; que sur ces matières on doit imposer le plus rigoureux silence, même aux philosophes raisonneurs » et l’année suivante, c’est l’Année littéraire de Fréron qui évoquait « cette scène horrible où ce roi fut jugé, condamné et conduit au supplice par ses propres sujets19 ». Enfin, la légende veut que Madame du Barry ait fait un usage très spécifique du tableau de Van Dyck que nous avons évoqué :

  • 20 Jeanne Louise Henriette Campan, Mémoires sur la vie de Marie-Antoinette de France et de Navarre, P (...)

« Quand elle voyait le roi incertain sur la mesure violente qu’il avait à prendre pour casser son parlement et former celui qu’on appela le parlement Maupeou, elle lui disait de regarder le portrait d’un roi qui avait fléchi devant son parlement20. »

12L’image de Charles Ier, qui avait pesé comme une menace sur Louis XV, se trouvait donc réactivée pour Louis XVI avec le rétablissement des Parlements. Malesherbes, à ce propos, aurait tenu à Louis XVI un discours s’inspirant de cette comparaison :

  • 21 Lettre citée par Ran Halevi, « Le testament de la royauté... », art. cit., p. 324.

« J’ai revu dernièrement dans l’Histoire d’Angleterre de David Hume le morceau de Charles Ier. Relisez-le avec réflexion : vos positions se ressemblent. Ce prince était doux, vertueux, attaché aux lois, point dur, point entreprenant. Juste et bienfaisant, cependant il a péri sur l’échafaud. En voici, je crois la raison. Il arriva dans le moment où la dispute s’élevait entre les prérogatives de la couronne et celles de la nation21. »

13Par là, Malesherbes réalisait la synthèse des deux principales conceptions que le XVIIIe siècle se faisait de Charles Ier : monarque bienfaisant loué par les philosophes mais aussi monarque trop faible.

La presse et l’analogie entre Charles Ier et Louis XVI

14En dépit du large intérêt témoigné à l’histoire de Charles Ier et des mises en garde privées de ses ministres à Louis XVI, il n’était évidemment pas acceptable de comparer publiquement les deux monarques avant la Révolution. Aussi quand Barnabé Durosoi, directeur du journal royaliste La Gazette de Paris, s’y risque au lendemain de Varennes, il suscite des réactions scandalisées. Dans le numéro du 26 juin 1791, il réagit en effet à la déclaration que Louis XVI a laissée avant son départ. Il s’adresse au monarque en ces termes :

« Il ne te reste plus qu’un moyen de justifier l’intérêt, que d’après ton nouveau supplice tous les rois de l’Europe vont prendre à ton sort ; – c’est d’imiter Charles ier qui, amené devant ses juges, ne dit jamais rien qui pût l’avilir, ne rétracta jamais rien de ce qu’il avait dit, et qui était fait pour l’honorer. »

  • 22 Aurore Chéry, « Louis XVI ou le nouvel Henri IV », Bulletin du Centre de recherche du château de V (...)

15La comparaison apparaît choquante et Durosoi est obligé de se justifier. Elle l’est d’autant plus que c’était déjà le même auteur qui avait été l’un des principaux artisans de la comparaison entre Henri IV et Louis XVI au début du règne22. Dans les numéros de son journal des 10 et 11 juillet 1791, il prend la plume pour répondre que ce n’est pas lui mais les circonstances qui dictent cette comparaison et qu’il veut ainsi provoquer un sursaut salutaire :

« Lorsque des décrets, également criminels, ont condamné mon roi aux fers, ont réuni tous les pouvoirs dans les mêmes mains ; lorsque la voix publique annonce que dans la tribune du club jacobite de Paris on a hautement voté, depuis peu de jours, pour constituer la France en république, je demande si l’on peut réaliser ce projet sans détrôner le bon roi ? »

16Il écrit aussi :

« Charles ayant harangué son peuple du haut de l’échafaud, après avoir dit qu’il pardonnait sans exception à tous ses ennemis, dit qu’ils ne pouvaient tous retrouver la paix et le bonheur, qu’en rendant à son fils, son successeur, l’obéissance qu’ils devaient à leur souverain. – Alors lui-même s’arrangea pour recevoir le coup mortel... »

17Ce qui semble déjà anticiper l’attitude que Louis XVI choisira d’adopter sur l’échafaud et en particulier, sa volonté impérieuse de s’adresser à la foule. Ce dernier point devrait donc nous inciter à penser que, contrairement à ce que nous avons affirmé jusqu’ici, Charles Ier a bien influencé Louis XVI et que ce dernier s’en est inspiré. C’est sans doute vrai, mais très tardivement seulement. Son intérêt pour Charles Ier s’est vraisemblablement accru à mesure que sa propre situation se rapprochait de celle du Stuart, l’échec de Varennes constitue probablement un tournant de ce point de vue. En règle générale, face à la Révolution, Charles Ier a plutôt constitué pour lui un contre-modèle, ne serait-ce que parce qu’il voulait à tout prix éviter une guerre civile. Ainsi Bertrand de Molleville, ministre de la marine et des colonies de 1791 à 1792, a noté le souci qu’avait le roi de se défaire de cette image avec laquelle ses contemporains ne pouvaient s’empêcher d’établir des parallèles :

  • 23 Antoine François Bertrand de Molleville, Mémoires particuliers pour servir à l’histoire de la fin (...)

« Sa lecture ordinaire était l’histoire de Charles Ier, et sa principale attention était d’éviter dans tous les actes de sa conduite, tout ce qui lui paraissait pouvoir servir de prétexte à une accusation judiciaire : il aurait fait facilement le sacrifice de sa vie, mais non celui de la gloire de la France qu’un assassinat qui n’eût été que le crime de quelques individus, n’aurait pas entachée23. »

18À cette période, la correspondance de Louis XVI dont nous avons connaissance fait allusion à Charles Ier à trois reprises. Certaines de ces lettres ont toutefois des origines suspectes et notamment la première, adressée au prince de Condé le 15 août 1791. Son style paraît bien grandiloquent pour s’apparenter à celui de Louis XVI :

  • 24 Helen Maria Williams, Correspondance politique et confidentielle inédite de Louis XVI, Paris, 1805 (...)

« S’il me faut descendre du trône, monter sur l’échafaud où Charles Ier fut immolé ; abandonner ce que j’ai de plus cher au monde, me voilà prêt, mais point de guerre ! Point de guerre24 ! »

19La deuxième lettre est adressée au comte de Provence le 28 avril 1792 :

« Je puis éprouver le sort de Charles Ier, parce que, lorsque les barrières de la justice sont rompues, il n’y a pas plus de sûreté pour celui qui règne que pour celui qui aspire à régner à son tour. »

  • 25 Lettre de Louis XVI à Malesherbes du 17 décembre 1792, citée par Pierre Grosclaude, Malesherbes, t (...)

20Enfin, la dernière, adressée à Malesherbes, reprend l’idée précédente : « Je subirai le sort de Charles Ier et mon sang coulera pour me punir de n’en avoir jamais versé25. » Repensant au procès du Stuart, le roi poursuit en s’interrogeant sur l’attitude à adopter face à la Convention.

Charles Ier comme modèle pour l’écriture d’un mythe royaliste

  • 26 Madame de Staël constatait en comparant le sort des deux rois : « deux systèmes contraires ont ame (...)
  • 27 Jean-Baptiste Cléry, Journal de ce qui s’est passé à la tour du Temple pendant la captivité de Lou (...)

21Par conséquent, Louis XVI ne semble pas s’être intéressé à Charles Ier avant 1791. Pourtant la correspondance de son destin avec celui du roi anglais a incité nombre d’auteurs à considérer toujours l’ombre du second roi décapité en évoquant l’un d’eux. Nous avons évoqué Bainville plus haut, mais dès la Restauration, parmi de nombreux autres, Germaine de Staël ou Chateaubriand avaient déjà eu recours à cette analogie26. Ils y étaient encouragés par les grands textes qui ont participé à écrire la légende royaliste de Louis XVI. Le principal d’entre eux, le Journal de Cléry, est ainsi le premier à mettre en scène un Louis XVI se donnant explicitement Charles Ier pour modèle. Cléry raconte en effet que, venant d’apprendre sa condamnation à mort, le roi lui avait demandé de lui procurer « le volume de l’histoire d’Angleterre où se trouve la mort de Charles Ier27 ». Il rapporte également le texte d’un billet du roi adressé peu après à la Convention dans lequel, comme Charles Ier, il demandait trois jours pour se préparer à la mort ainsi qu’à rencontrer un prêtre et à revoir sa famille.

  • 28 Sur la question, voir notamment Cissie Fairchild, Domestic Enemies. Servants and Their Masters in (...)
  • 29 Mémoires de M. Cléry ou Journal de ce qui s’est passé dans la tour du Temple, pendant la détention (...)
  • 30 Voir le récit de Thomas Herbert, Memoirs of the two last years of the Reign of that unparallell’d (...)

22Quand il a rédigé son texte, quelques années après les faits, Cléry s’est fondé sur ses propres souvenirs et, très certainement, sur les articles des principaux journaux de la période révolutionnaire dont il semble parfois recopier les articles. Mais au-delà de ces sources, il ne faut pas oublier que c’est en Angleterre qu’il publie d’abord son texte en 1798. Il est donc fort probable que le contexte anglo-saxon a influé sur son écriture. Il y trouvait des avantages, notamment celui de pouvoir prendre ses distances avec le stéréotype français attaché aux domestiques28. Les journaux du règne de Louis XVI, comme le Journal de Paris, comportaient nombre de récits relatant les exploits de valets malhonnêtes et roublards tandis que le théâtre faisait la part belle à Scapin et à Figaro. Assez significativement, un pastiche du journal, contre lequel Cléry a protesté, le replace dans cette tradition française en le transformant en libertin fourbe et misogyne29. Pour paraître crédible, alors même que sa position de domestique et son parcours révolutionnaire rendaient douteuse son image de serviteur dévoué à Louis XVI, il devait pouvoir s’appuyer sur un autre modèle. Or, ce modèle, l’histoire de Charles Ier était propre à le lui offrir. Avant lui, Sir Thomas Herbert, s’étant trouvé dans la position d’être le dernier valet de chambre de Charles Ier, avait donné le récit des deux dernières années de la vie de ce roi qu’il avait accompagné30. Cléry pouvait y trouver un modèle utile car, de même que lui, Herbert était loin de passer pour un serviteur zélé du roi à l’origine. Pourtant, sa narration n’en fit pas moins figure de texte de référence, ce qui contribua, avec la suite que lui donna Cléry, à instituer une sorte de nouveau genre littéraire constitué de mémoires de serviteurs de personnages publics infortunés. On peut ainsi rapprocher du journal de Cléry, les mémoires de François Hüe ou, du côté de la reine, les mémoires de Madame Campan. Plus tard, les valets de chambre de Napoléon, Marchand et Constant, perpétuèrent la tradition.

  • 31 Philippe Boutry, « Le Roi martyr. La cause de Louis XVI devant la Cour de Rome (1820) », Revue d’H (...)

23Toutefois, le texte d’Herbert est intervenu tardivement. Écrit en 1678, il n’est pas publié avant 1702 et un autre texte a eu un impact bien plus important relativement à la mémoire de Charles Ier : l’Eikon basilike. Rédigé à la première personne, comme émanant du roi même, et publié anonymement quelques jours après sa mort, l’Eikon basilike, et les prières qu’il contenait, contribuait à présenter Charles ier comme un authentique martyr. Aucun texte ne pouvait prétendre à la même force dans le cas de Louis XVI. En effet, l’allocution du pape Pie VI sur la mort du roi, prononcée en juin 1793, n’en était qu’un bien piètre reflet, ce qui sembla constituer un obstacle pour ceux qui, dès la Restauration, travaillèrent à une béatification de Louis XVI, à l’instar de la duchesse d’Angoulême31. Aussi la publication du témoignage de l’abbé Edgeworth, sollicité par Louis XVIII, apparut probablement comme le complément indispensable du journal de Cléry. Or, en y regardant du plus près, l’abbé semble s’être inspiré du modèle anglais tout autant que Cléry. On trouve par exemple dans sa narration de véritables échos au texte de David Hume sur Charles Ier. Citons ainsi ses premières impressions sur Louis XVI :

  • 32 Memoirs of the Abbé Edgeworth, Londres, 1815, p. 167-168 et 177.

« Il était au milieu d’eux, calme, tranquille, gracieux même, et pas un seul de ceux qui l’entouraient n’avait l’air aussi assuré que lui. Dès que je parus, il leur fit signe avec la main de se retirer. Ils obéirent sans mot dire32. »

24On peut les comparer à ce passage de Hume :

  • 33 David Hume, The History of England, t. viii, p. 138, et p. 172-173.

Such equability of temper did he possess, that, during all the variety of fortune, which he underwent, no difference was perceived in his countenance or behaviour; and though a prisoner, in the hands of his most inveterate enemies, he supported, towards all who approached him, the majesty of a monarch; and that, neither with less nor greater state, than he had been accustomed to maintain. His manner, which was not in itself popular nor gracious, now appeared amiable, from its great meekness and equality33.”

25Plus loin, ces mots de Louis XVI qu’il rapporte : « Oui, il existe en haut un juge incorruptible, qui saura bien me rendre la justice que les hommes me refusent ici bas » rappellent cet autre propos de Charles Ier : “I go from a corruptible to an incorruptible crown ; where no disturbance can give place.” De même, le sang-froid de Louis XVI en entendant battre la générale le matin du 21 janvier peut passer pour un reflet du sommeil profond de Charles ier qui ne fut nullement troublé bien que “the noise of workmen, employed in framing the scaffold, and other preparations for his execution, continually resounded in his ears.”

26De ce fait, tant par Cléry que par Edgeworth, les relations des témoins qui ont perpétué le souvenir de la captivité et de la mort de Louis XVI ont été très influencées par l’histoire de Charles Ier. Elles ont participé à associer leurs deux destinées au point de leur conférer, chez certains auteurs, un tour romantique voire prophétique.

  • 34 Guillaume Imbert de Boudeau, Recueil de lettres secrètes, année 1783, Genève, Droz, 1997, p. 186-1 (...)

27Par conséquent, si Louis XVI a pu partager la curiosité de ses contemporains pour l’histoire de Charles Ier, elle n’a pas constitué pour lui une passion exclusive et, pendant la majeure partie de son règne, elle lui est encore moins apparue comme un modèle ou un contre-modèle. Pour qu’il puisse en être ainsi, il aurait fallu qu’il puisse distinguer quelques traits communs avec le monarque anglais. Or, sa grande popularité, à laquelle il travaillait ardemment, et l’assurance gagnée suite à sa victoire dans la guerre d’indépendance américaine, ne l’incitaient très certainement pas à regarder du côté du Stuart malheureux. Malgré l’importance croissante de la question financière pour la monarchie, la situation ne lui paraissait probablement pas aussi critique qu’elle avait pu l’être sous Louis XV si bien que, en 1783, il pouvait encore se plaindre de la trop ennuyeuse tranquillité de son règne : « Je ferai donc toujours la même chose : le petit lever, le grand lever, la messe et la chasse ! Quelle ennuyeuse uniformité34 ! » Cependant, l’intérêt tardif qu’il a témoigné au roi anglais, alors même que l’analogie de situation ne pouvait plus lui échapper, a été amplifié par le récit de témoins qui, pour diverses raisons, se sont inspirés du précédent britannique et des textes qu’il avait fait naître. Les mémoires de Cléry ou de l’abbé Edgeworth, participant d’une espèce de martyrologe de la famille royale, ont ainsi banalisé la comparaison entre Charles Ier et Louis XVI au point de faire attribuer à ce dernier une préscience quasi-mystique du sort qui l’attendait. Cette « inéluctabilité » du destin consacrait Louis XVI en victime expiatoire tout en évitant à la Restauration, et aux royalistes par la suite, de s’étendre sur les problématiques qui avaient pu conduire à la Révolution.

Notes

1 Arch. nat., O/1 1907A, cahier 15, 1746, pièce 29 : Réflexions sur la nécessité de continuer tous les ans l’exposition des tableaux dans le Grand Salon du Vieux Louvre.

2 Voir François Pupil, Le style troubadour, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1985, p. 181-183.

3 Michel Baridon, « Genèse du roman historique en Angleterre : psychologie sensualiste, mythes politiques, esthétique gothique », Recherches sur le roman historique en Europe (XVIIIe-XIXe siècles), Paris, Les Belles Lettres, 1979, t. ii, p. 17.

4 Louis XVI, Réflexions sur mes entretiens avec M. le duc de la Vauguyon, Paris, 1851, p. 209.

5 Évelyne Lever, Louis XVI, Paris, Fayard, 1985, p. 46.

6 Jacques Bainville, « Sur Louis XVI », La Revue universelle, avril 1932, t. xlix, p. 106.

7 Georges Lambin, « Louis XVI angliciste », Études anglaises, Grande-Bretagne États-Unis, avril-juin 1969, p. 118-136.

8 Voltaire, Examen important de Milord Bolingbroke ou le Tombeau du fanatisme, 1736, reproduit dans Mélanges, Paris, Gallimard, la Pléiade, 1961, p. 1045 (chap. XVII, « De la fin du monde et de la Jérusalem nouvelle »).

9 Article « Puritains », Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert (dir.), Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers, Paris, 1765, t. xiii, p. 581.

10 David Hume, Ma vie, traduction de Suard, Paris, 1777. Édition électronique, disponible sur [http://classiques.uqac.ca/classiques/Humedavid/mavie/Mavie.pdf5p.9].

11 Voir Paul et Pierrette Girault de Coursac, L’éducation d’un roi, Louis XVI, Paris, François-Xavier de Guibert, 1995, p. 64-65.

12 Hume écrivait par exemple suite à ce compliment: “It is conjectured that this honour was paid me by express order from the Dauphin, who, indeed, is not on any occasion, sparing in my praise.” (The Letters of David Hume, Oxford, Clarendon Press, 1932, t. I, p. 417).

13 Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets, Paris, 1859, p. 462. « On distinguait parmi ces tableaux un portrait en pied de Charles Ier, roi d’Angleterre, original de Van Dyck. C’est le seul qui soit resté en France. Madame la comtesse de Barry, qui déploie de plus en plus son goût pour les arts, a ordonné de l’acheter : elle l’a payé vingt-quatre mille livres ; et sur le reproche qu’on lui faisait de choisir un pareil morceau entre tant d’autres qui auraient pu lui convenir, elle a répondu que c’était un portrait de famille qu’elle retirait. »

14 Arch. nat., O1 2278.

15 Lettre de Louis XVI à Vergennes du 6 décembre 1774, papiers de la famille de Tugny Vergennes, citée par Paul et Pierrette Girault de Coursac, Louis XVI a la parole, Paris, OEIL, 1989, p. 101-102.

16 Jean-Louis Soulavie, Mémoires historiques et politiques du règne de Louis XVI, Paris, 1801, t. 3, p. 402.

17 Jehan de Witte (éd.), Journal de l’abbé de Véri, Paris, Plon, 1928, t. i, p. 450-457.

18 Ran Halevi, « Le testament de la royauté. L’éducation politique de Louis XVI », id. (dir.), Le Savoir du prince, Fayard, Paris, 2002, p. 311-361.

19 Mémoires de Trévoux, février 1759, p. 471 et 475-476 ; Année littéraire, mars 1760, t. iv, p. 313, cités par Laurence L. Bongie, David Hume. Prophet of the Counter-Revolution, Clarendon Press, Oxford University Press, 1965, p. 19-21.

20 Jeanne Louise Henriette Campan, Mémoires sur la vie de Marie-Antoinette de France et de Navarre, Paris, 1849, p. 60.

21 Lettre citée par Ran Halevi, « Le testament de la royauté... », art. cit., p. 324.

22 Aurore Chéry, « Louis XVI ou le nouvel Henri IV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], articles et études, mis en ligne le 16 septembre 2010, consulté le 5 mars 2013. [http://crcv.revues.org/10466 ; DOI : 10.4000/crcv.10466].

23 Antoine François Bertrand de Molleville, Mémoires particuliers pour servir à l’histoire de la fin du règne de Louis XVI, Paris, 1816, t. ii, p. 42-43.

24 Helen Maria Williams, Correspondance politique et confidentielle inédite de Louis XVI, Paris, 1805, t. II, lettre xlv, p. 1-4 et lettre liv, p. 52-56.

25 Lettre de Louis XVI à Malesherbes du 17 décembre 1792, citée par Pierre Grosclaude, Malesherbes, témoin et interprète de son temps, Fischbacher, Paris, 1961, p. 768.

26 Madame de Staël constatait en comparant le sort des deux rois : « deux systèmes contraires ont amené la même catastrophe : tant est invincible la force des révolutions dont l’opinion du grand nombre est la cause. » (Germaine de Staël, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, Paris, 1818, p. 91). Pour Chateaubriand, voir notamment : « La destinée de Charles Ier venait de s’étendre sur Louis XVI », François René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Penaud, t. ii, 1849, p. 66.

27 Jean-Baptiste Cléry, Journal de ce qui s’est passé à la tour du Temple pendant la captivité de Louis XVI, Londres, 1798, p. 203.

28 Sur la question, voir notamment Cissie Fairchild, Domestic Enemies. Servants and Their Masters in Old Regime France, Baltimore et Londres, The Johns Hopkins University Press, p. 145-146.

29 Mémoires de M. Cléry ou Journal de ce qui s’est passé dans la tour du Temple, pendant la détention de Louis XVI ; avec des détails sur sa mort, qui ont été ignorés jusqu’à ce jour, Londres, 1800.

30 Voir le récit de Thomas Herbert, Memoirs of the two last years of the Reign of that unparallell’d Prince of ever blessed memory, King Charles i, Londres, 1702.

31 Philippe Boutry, « Le Roi martyr. La cause de Louis XVI devant la Cour de Rome (1820) », Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 76, 1990/1, p. 57-71.

32 Memoirs of the Abbé Edgeworth, Londres, 1815, p. 167-168 et 177.

33 David Hume, The History of England, t. viii, p. 138, et p. 172-173.

34 Guillaume Imbert de Boudeau, Recueil de lettres secrètes, année 1783, Genève, Droz, 1997, p. 186-187.

Auteur

Université Jean Moulin Lyon III-LARHRA.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540