Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Deuxième partie. L’écriture historique du régicide

Mauvais sang ? L’argument généalogique dans la délégitimation des régicides anglais (1660-1798)

Stéphane Jettot

Texte intégral

  • 1 Patricia Crawford, “Charles Stuart, That Man of Blood”, The Journal of British Studies, vol. 16, n(...)

1En qualifiant Charles Ier d’« homme de sang », les membres de la Haute Cour de Justice ont cherché à obtenir la désacralisation de la personne royale et sa dissociation du corps spirituel de la Res Publica. Cette accusation conduit à juger non un roi mais un individu sanguinaire, les juges n’estimant d’ailleurs pas avoir procédé à un régicide1. Mais la rhétorique du sang déployée autour du procès de 1649 relève aussi d’un registre moins exploré : celui de la généalogie.

  • 2 Olivier Rouchon, « L’enquête généalogique et ses usages dans la Toscane médicéenne : un exemple pi (...)
  • 3 Felicity Heal, Clive Holmes, The Gentry in England and Wales, 1500-1700, Londres, Macmillan Press, (...)
  • 4 “[The Harley] whose veins free grace had filled with nobler blood”, Felicity Heal et Clive Holmes,(...)

2Un temps considéré comme un ensemble de pratiques disqualifiées par la première modernité, la culture généalogique et son importance dans les processus de légitimation des identités sociales et politiques suscitent de nouvelles enquêtes2. Pour l’Angleterre, le paradigme selon lequel il y aurait une rupture entre les pratiques mémorielles du Moyen Âge et celles de l’époque moderne est à présent critiqué. La séparation avec Rome n’est plus associée à une coupure radicale entre les vivants et les morts. Il existe bien des nouvelles généalogies spirituelles détachées des liens du sang comme celles de John Wyclif ou de Jan Hus, mais la plupart des familles protestantes ont continué d’entretenir la mémoire de leurs ancêtres catholiques3. Le souvenir de ces derniers est néanmoins « purifié » des références aux cultes des saints ou aux pèlerinages. Le généalogiste d’une grande famille puritaine, les Harley, estime que : « la Grâce a rempli leurs veines d’un sang plus noble4. »

  • 5 Les principales études ont porté sur la dénonciation du radicalisme religieux ou politique et plus (...)
  • 6 The True Characters of the Education, Inclinations and Several Dispositions of those Bloody and Bar (...)

3Dans le sillage de ces travaux, l’objet de notre article est de souligner combien la guerre civile et en particulier l’exécution de Charles Ier, mobilisent, à côté des arguments théologiques et institutionnels, des références généalogiques5. Ces dernières ont été un instrument décisif dans la délégitimation de l’entreprise républicaine. Il convient de rappeler que, comme en 1649, les juges royalistes chargés en 1660 de se prononcer sur la nature du procès de Charles Ier, rejettent également le terme de régicide, considérant qu’elle relève d’une catégorie morale étrangère à la Loi Commune. L’acte retenu est celui de haute trahison. C’est donc dans la sphère publique que le terme est employé par des parlementaires, des clercs ou des auteurs de pamphlets et notamment des biographies collectives. Ces dernières connaissent un grand succès éditorial et reprennent en les inversant les conventions de la littérature hagiographique6. Ainsi, l’usage du terme de régicide est indissociable d’une construction idéologique qu’il convient de contextualiser. Nous limiterons l’analyse à deux ouvrages publiés respectivement en 1661 par George Bate (1608-1668) et en 1798 par Mark Noble (1754-1827). Le premier s’intitule Lives, Actions and Executions of the Prime actors et le second: The Lives of the English Regicides. L’écart temporel entre ces deux ouvrages montre que la délégitimation des régicides s’inscrit sur le long terme mais les arguments avancés sont susceptibles d’altérations importantes suivant le contexte. En effet, Bate et Nobles utilisent la généalogie de manière opposée : le premier excluant, de la liste des régicides, tout membre de la gentry alors que le second adopte le parti contraire. Pour Noble, les plus grandes familles d’Angleterre portent la responsabilité du meurtre du roi. Ces différences observées entre 1661 et 1798, montrent que les enjeux autour de la mémoire des régicides ne sont plus les mêmes. Nous établirons que dans les premières années de la Restauration, les vies des régicides ont pour objectif de réconcilier les élites foncières avec les Stuart autour de la célébration des logiques dynastiques et lignagères. À la fin du XVIIIe siècle, la démarche de Noble vise à discréditer toute comparaison possible entre les révolutions de part et d’autre de la Manche. Soucieux d’inscrire dans la mémoire nationale la culpabilité des plus grands lignages, Noble s’attache cependant à distinguer la révolution anglaise de ce qu’il nomme la « monstruosité » française. Sa Vie des régicides en appelle à l’union des patriotes face à la subversion révolutionnaire du continent.

Les entreprises éditoriales de Bate et de Noble

  • 7 L. J. Bruce-Chwatt, “George Bate : Cromwell’s devious physician”, Journal of the Royal College of (...)
  • 8 Mark Noble, Memoirs of the protectorate-house of Cromwell, 2 vol., 1784; Memoirs of the illustriou (...)

4En premier lieu, on procédera à une comparaison entre les deux auteurs et leurs ouvrages. George Bate est directement impliqué dans la guerre civile. Il se présente sur le frontispice comme « an observer of those transactions ». Bate a exercé en qualité de médecin de Charles Ier lors de la migration de la cour à Oxford. Dans un ouvrage publié sous un pseudonyme, il prétend avoir assisté à l’exécution du roi et rédige une première condamnation du régicide (Elenchus motuum nuperorum in Anglia, 1649). En 1653, il obtient d’être désigné comme le médecin personnel de Cromwell. Amnistié en 1660, il parvient à être réintégré dans le College of Physicians et à être accueilli en 1661 comme Fellow de la Royal Society7. Le révérend Mark Noble est un membre de la Société des Antiquaires et recteur dans une paroisse du Kent. Outre ses Vies des régicides, il publie en 1784 des Memoirs of the Protectorate-House of Cromwell, une chronique généalogique des Médicis en 1797 et en 1804 un ouvrage sur le College of Arms : une institution chargée depuis les premiers Tudors, de valider les pedigrees des élites8. Noble comme Bate proviennent d’une catégorie sociale intermédiaire, la middling sort, le premier étant le fils d’un négociant, le second vraisemblablement d’un médecin de province. L’un comme l’autre dédicacent leurs ouvrages à un membre de la noblesse. Bate s’est placé sous le patronage de James Butler, Lord Ormonde (1610-1688), une des plus puissantes familles du parti royaliste. Noble bénéficie de la protection de George Townshend (1753-1811), comte de Leicester et président de la Society of Antiquaries.

  • 9 Cela ne signifie pas pour autant que la circulation de l’ouvrage se limite à la sphère urbaine. Su (...)

5Marqués par un écart temporel important, les ouvrages de Bate et de Noble présentent de nombreuses différences. D’un point de vue matériel, le premier s’apparente à un pamphlet in quarto de 156 pages. Sur le frontispice figure une gravure sur bois grossière représentant quelques régicides autour de Cromwell. L’édition est de qualité très médiocre, son coût faible, et elle semble destinée à la circulation dans les coffee-houses de Londres9. Bate publie son pamphlet juste après les premières exécutions de 1660. Il s’appuie pour cela sur une transcription détaillée des procès. L’ouvrage de Noble appartient à une catégorie différente : constitué de deux volumes, de plus de 300 pages chacun, il est publié par John Stockdale, un célèbre libraire éditeur de Piccadilly et un proche des députés Whigs. Parmi ses éditions coûteuses et soignées figurent la Roman Republic d’Adam Ferguson (1783) et The Debates of Parliament (1784-90). Noble s’appuie sur des sources très diversifiées : aussi bien les divers actes du procès de 1660, mais aussi les mémoires de républicains comme celles de Bulstrode Whitelocke (1682), Edmund Ludlow (1698), Algernon Sidney (1698) ou l’Histoire de la Rebellion de Clarendon (1702). Il cite également diverses histoires comtales, celle de William Dugdale (Antiquities of Warwickshire, 1655) ou celle de Richard Blome (Britannia, 1673).

  • 10 An exact and most impartial accompt of the indictment, arraignment, trial, and judgment (according (...)
  • 11 Olivier Cromwell, Thomas Harrisson, John Jones, John Cooke, Hugh Peters, Thomas Scot, Daniel Axtel (...)
  • 12 The King’s killers, op. cit., p. 77-78.

6Enfin la différence fondamentale entre les deux entreprises tient au nombre d’individus considérés comme « régicides ». À l’occasion du procès en 1660, le Parlement établit que 67 individus ont siégé au tribunal et ont donné leur accord pour l’exécution. La chambre des Lords ajoute d’autres personnes accusées d’avoir indirectement contribué à la mort du roi. En août 1660, un total de 104 personnes sont exemptées de la loi d’amnistie (Clause of Exception in the Act of general Pardon), 29 individus sont exécutés en 166010. George Bate ne retient que 23 “prime actors and principal contriver of that horrible murther11”. Noble en revanche dresse une liste de 135 individus incluant ceux ayant siégé à la cour ainsi que les signataires de l’acte d’exécution. D’autres auteurs proposent une autre comptabilité : William Winstanley en 1665 dans son Loyall Martyrology désigne 84 régicides : soit les 69 juges et 15 individus qu’il nomme “accessory regicides”. Un ouvrage intitulé The history of King’s Killers et publié en 1718 inclut 30 personnes parmi lesquelles figurent des meneurs du parti Whig comme Lord Shaftesbury. Meneur du parti d’opposition sous la Restauration, il n’a aucune part dans la mort de Charles Ier. Pour l’auteur tory du pamphlet, il s’agit de démontrer que les ministres Whigs sont animés par la haine de la monarchie et ne peuvent servir aucune dynastie, qu’elle soit Stuart ou Hanovre12. Pour comprendre ce que les auteurs entendent par « régicides » il importe donc de revenir sur les circonstances précises de la publication des ouvrages. Il semble que pour Bate, la priorité est de ne retenir dans la liste que des gens du commun (commoners) alors que les 135 individus retenus par Noble sont dans la grande majorité issue de la gentry.

Les régicides : commoners ou gentlemen ?

  • 13His Estate was engaged for debt and he knew no way to recover his decays but by saying and doing (...)
  • 14Brother to the Earle of Danby, who he proved to be a delinquent in that Rump-Parliament, whereby (...)
  • 15 Ibid., p. 84.
  • 16 Ibid., p. 4.
  • 17 Ibid., p. 26.
  • 18 Ibid., p. 11 et p. 66.
  • 19 Ibid., p. 32.
  • 20 Ibid., p. 75 et p. 128.

7Bate n’évoque que deux régicides distingués par le titre de Chevalier ou de Baronet : Sir William Constable, « Sir John Draper » (en réalité, Sir John Danvers). La présentation est sommaire : quelques allusions sont faites à l’incapacité de Constable à gérer son domaine, ce qui le conduit à la faillite et à la révolte13. Bate explique les agissements de « John Draper » – le drapier – par sa position de cadet et par la haine qu’il voue à son frère aîné, le Comte Danby. Sa présence dans le Rump Parliament en 1649 ne s’explique que par son espoir de dissoudre le testament paternel et de prendre possession de l’ensemble des domaines14. Deux autres personnes – Andrian Scroop et John Carew – sont présentées de manière allusive comme étant « de bonne famille15 ». Bate passe ensuite sous silence les généalogies pourtant bien établies d’Olivier Cromwell, d’Henry Ireton. Au sujet de Cromwell, il se contente d’indiquer son lieu de naissance et sa conduite indigne (« debauched incivility ») à Cambridge qui lui valut d’en être expulsé16. Silencieux sur les origines de ces six individus dont le statut social n’est un mystère pour personne, Bate entreprend en revanche une description précise des dix-sept commoners de la liste. Pour l’auteur, la majorité des régicides possède des origines très modestes. Issus d’un milieu urbain, ils forment une nouvelle « oligarchie » enrichie par la confiscation des domaines des familles restées fidèles à Charles Ier. Thomas Harrisson est né de parents « bien misérables », son père étant boucher à Newcastle. John Jones proviendrait d’une famille sans « aucune réputation », ses parents étant de pauvres tenanciers. Par son mariage avec la sœur de Cromwell, il obtient de faire partie de ces « Lords champignons choisis par le Protecteur parmi les gens les plus vils17 ». La famille de Thomas Scot n’est pas plus « enracinée ». Colonel Daniel Axtel est né de « parents obscurs ». Plusieurs n’ont aucune parenté assurée : Richard Deane aurait été élevé par un portefaix d’Ipswich, Thomas Pride serait d’une naissance très misérable. Il aurait été accueilli dans la paroisse de St Bridget à Londres puis confié au tenancier d’une auberge18. Pour John Cooke, sa « médiocre naissance » et sa « maigre fortune » compromettent ses « bonnes dispositions naturelles19 ». D’autres sont décrits comme des fils ingrats d’une middle-sort respectable qu’ils ont conduite à la faillite financière : ce serait le cas de Francis Allen, Thomas Andrew et John Venn20.

  • 21Ireton, he seeing now that all things would make for the kings interest, goes home and takes his (...)
  • 22All the small remains they could find of him were cofind up”, ibid, p. 65.

8Ces individus qualifiés d’être de « mauvais sang » (mean blood) sont conduits à verser et à profaner le sang noble. Dans son Narrative of the late troubles in England, Bate décrit la capitale envahie par une foule de migrants prêts à verser le sang des citoyens respectables. Bate reprend l’expression que l’on trouve dans d’autres écrits de « juges-bouchers ». Lors de l’exécution de Charles Ier, il décrit la manière dont ces régicides trempent leurs mains dans le corps décapité et projettent de le faire éviscérer. Pour asseoir son autorité, Cromwell répand le sang « comme de l’eau » dans les rues en Irlande comme en Écosse. Axtel, dans la guerre menée en Irlande, aurait marqué sa préférence pour la pendaison des membres de la gentry. La fin de ces hommes de sang se doit d’être tout aussi sanguinaire, tous périssant de mort violente. En médecin averti, Bate décrit la maladie soudaine de Bradshaw, la fièvre pustuleuse d’Hammond21. Deane se retrouve déchiqueté par un boulet hollandais en septembre 1652 : « Tout ce que l’on a pu retrouver de lui fut placé dans un cercueil22. »

  • 23Deane fell at the first fire of the enemy, a cannon ball dividing his body at the onset [...] a p (...)
  • 24In making a vault a few years ago, his coffin was seen, and curiosity being excited, it was opene (...)
  • 25 Ibid., vol. I, p. 106.

9La différence de traitement au sujet de la mort de Deane par Noble est saisissante. Sobre dans la description de sa mort, il estime qu’il aurait pu trouver une fin glorieuse dans la première victoire navale des Anglais contre les Provinces-Unies23. Il se refuse également à évoquer les circonstances dégradantes des exécutions. Alors que Bate décrit les carcasses pourries d’Ireton et de Cromwell, Noble rapporte l’anecdote selon laquelle le cadavre de Sidney serait resté imputrescible au cours du XVIIIe siècle24. Il rappelle aussi que certains régicides d’origine modeste ont réussi à fonder de puissantes dynasties. Ainsi, si le régicide Thomas Boone proviendrait selon un pamphlet royaliste The mystery of the Good old Cause (1660) d’une famille de modestes serveurs, Noble rappelle que ses descendants, et notamment sa fille Marie, sont parvenus à modifier leur patronyme pour se rattacher aux Bohun, comtes de Hereford. Par cette manipulation, ils parviennent à réaliser des unions prestigieuses après 166025. Noble prend aussi ses distances avec Richard Blome qui affirmait dans son Britannia (1673) que toutes les familles impliquées dans le régicide avaient sombré dans la misère.

  • 26 Ibid, vol. I, p. 180.
  • 27 Ibid., vol. I, p. 367. Sur les stratégies d’occultation de la famille Hutchinson, on se reportera à (...)
  • 28 Ibid., p. 260.

10En effet, ces dernières sont nombreuses à traverser sans encombre le règne. Divers parcours sont envisagés par Noble. Pour certaines familles, la complicité dans le crime est officiellement pardonnée par Charles II et la famille continue de prospérer et pour d’autres, les descendants se chargent d’occulter la mémoire des événements. Dans le premier cas, il donne l’exemple de John Dixwell qui « selon les royalistes serait issu d’une pauvre famille dont ils n’indiquent pas l’origine alors qu’il s’avère être un cadet des Dixwells, dont les deux branches possédaient des domaines dans le Kent et le Warwickshire, chacune d’entre elles ayant été élevée au titre de baronet26 ». Dans le second cas, il évoque l’exemple du colonel Hutchinson qui aurait dû son salut à l’intervention de sa femme auprès du Parlement. Lorsque Noble entreprend d’examiner les papiers de Lucy et de son mari, il se heurte au refus de la famille27. Il s’estime également « obligé » de rappeler au monde l’ignominie sans pareille de Lord Grey dont la sœur est mariée à une autre grande famille de Lord en 1660. À nouveau, comme dans le cas d’Hutchinson, il se heurte à l’amnésie collective imposée par la famille28.

11Pour expliquer ces différences de traitement des régicides entre la Restauration et la fin du XVIIIe siècle, il importe de revenir sur le contexte plus général de la publication de ces ouvrages. Selon les circonstances politiques, les vies des régicides répondent à des logiques mémorielles bien différentes.

Le régicide de 1649 et l’inversion de l’ordre social

  • 29We, therefore, the Nobility and Gentry of the County of Worcester, having as deeply tasted of the (...)
  • 30 David Norbrook, “Memoirs and Oblivion”, art. cit., p. 251.
  • 31 Paul Seaward, The Cavalier Parliament and the Reconstruction of the Old Regime, Oxford, OUP, 1986, (...)

12Au début de la Restauration, l’enjeu essentiel est d’obtenir la réconciliation des Stuarts avec une large partie des élites foncières. Le retour du roi est négocié en échange d’une amnistie sur les événements antérieurs et il s’accompagne de la publication d’imprimés célébrant l’unité de la gentry et de la noblesse dans chaque comté. Ainsi la déclaration du Worcestershire rappelle que l’ensemble des élites ont souffert des troubles antérieurs et sont unies dans la même aspiration au rétablissement de l’ordre public et à l’abandon de tout ressentiment29. Les élections parlementaires du printemps 1660 reconduisent un grand nombre d’individus ayant servi Cromwell. En mai 1660, Charles II suggère une amnistie générale à l’exception de ceux qui en seraient jugés indignes par le Parlement. Dans la négociation qui s’ensuit entre les Lords et les Communes, la clémence l’emporte. Dans la mesure où les affrontements entre parlementaires et royalistes ont divisé un grand nombre de familles, la réconciliation est facilitée par la mobilisation des liens familiaux. Ainsi le colonel Hutchinson, écarté dans un premier temps de l’acte d’amnistie par les Lords, bénéficie du soutien de cousins royalistes, notamment Roger Palmer et Sir Richard Biron. David Norbrook rappelle à ce sujet la confrontation entre les deux cousins en 1643 : Biron demandant au colonel Hutchinson de déposer les armes et ce dernier lui rétorquant que le sang des Biron qui coule dans ses veines l’engage à ne pas trahir la confiance que le Parlement avait placée en lui30. Pendant la guerre civile, les liens familiaux ont ainsi pu être un obstacle à la réconciliation mais à la Restauration, ils jouent en faveur de l’amnistie. Aux élections de 1661 : sur 507 députés, seuls 168 ont combattu dans les armées royales pendant la guerre civile et 164 ont exercé des charges publiques sous Cromwell31.

  • 32The one looks upon himself as a teacher and a ruler and so is lifted up in pride over his fellow (...)
  • 33 Daniel Woolf, The Social Circulation of the Past, Oxford, OUP, 2003, p. 82.
  • 34Civil order depended, to a much greater extent than in the bureaucratized societies of a later ag (...)
  • 35Gentlemen chosen by King Charles II to be invested with the Order of the Royal Oak and the value (...)

13Dans ce contexte, le régicide n’est pas envisagé comme une attaque contre la personne royale mais contre la hiérarchie naturelle de la société. Le digger Gerrard Winstanley, n’a-t-il pas dénoncé, dans The True Levellers Standard Advanced (1649), l’utilisation des dynasties bibliques, celles de Cain et d’Abel, de Jacob et d’Ésau, pour légitimer les inégalités sociales32 ? Dans The New Law of Righteousness (1651), il soutient que si la valeur peut se transmettre par le sang alors il doit en aller de même pour les vices. En supprimant la chambre des Lords, il faut mettre fin à un ordre corrompu par le temps, celui des élites établies depuis l’invasion normande qui ont imposé leur joug sur les libertés du peuple33. Ainsi, la mort du roi comme la suppression de la chambre des Lords sont présentées comme le résultat de groupes sectaires hostiles à l’ordre social incarné par le roi et ses élites. Le radicalisme passe pour une idéologie subversive et populaire qu’il convient d’éradiquer. Le spectacle sanglant des exécutions à Londres en 1660 a pour destinataire une foule suspectée d’un pareil radicalisme. La publication des discours des condamnés à Tyburn permet de démontrer au public que les régicides ont eux-mêmes reconnu leur nature corrompue. Ils retrouvent avant leur mort leur place subalterne34. Parallèlement, on assiste à la relance d’une mystique généalogique touchant à la fois les Stuarts et les élites politiques. Des auteurs royalistes, comme Robert Filmer, évoquent la descendance directe des Stuarts depuis Noé. Dans l’ouvrage d’Antony Sadler, The royal Mourner (1660), l’arbre royal est représenté coupé au milieu du tronc mais à partir duquel trois nouvelles ramures émergent : la monarchie, l’Église et la better sort. La création de l’ordre des Chevaliers du Royal Oak – le chêne qui avait abrité Charles II après la bataille de Worcester en 1651 – a été envisagée en 1660. Il était pourtant prévu de le conférer à des familles royalistes ou républicaines mais l’initiative est abandonnée par crainte d’encourager les divisions au sein de la gentry35. Il importe justement en 1660 d’éviter une définition précise des élites restées fidèles aux Stuarts.

  • 36 Nigel Smith, Literature and Revolution in England, 1640-1660, New Haven, London, 1994; Lois Potter(...)
  • 37 Ibid., p. 50.
  • 38 Montelion, 1661: or, The Prophetical Almanack (1661 edn).
  • 39 Nancy K. Maguire, Regicide and Restoration: English Tragicomedy, 1660-1671, Cambridge, CUP, 1994.

14Pour la gentry comtale, cette réactivation de la conscience généalogique ne date pas de la Restauration. À partir des années 1650, on assiste à la multiplication de récits ayant pour objet le cadre pastoral des comtés. Les familles royalistes comme des familles républicaines font circuler après 1649 divers discours célébrant l’ancienneté de leur pedigree et l’enracinement de leur lignage dans un comté36. Une partie d’entre eux est rédigée par des royalistes pour commémorer l’engagement de familles cavaliers. Mais la majorité des récits occulte la guerre civile au profit d’une communauté comtale harmonieuse. Ainsi le héraut d’armes William Dugdale publie une histoire consensuelle des élites du Warwickshire où le souvenir même des conflits a disparu (Antiquities of Warwickshire, 1656). Son ouvrage devient une référence et un lieu de mémoire pour toute une gentry soucieuse de s’inscrire dans une continuité occultant la responsabilité des élites dans le régicide. Seuls quelques individus sont punis pour leur hubris, Bate décrit avec précision la manière dont le cadavre d’Ireton est déplacé hors de la nécropole royale37. Un autre pamphlet présente les armoiries de Bradshaw surmontées d’un diable38. Un héraut du College of Arms, Edward Waterhouse, dénonce la promotion nouvelle de quelques familles républicaines dans The gentleman’s monitor (1665) mais en réalité, même la plupart des membres du College choisis par Cromwell sont maintenus dans leurs fonctions. Ainsi, dans les premières années de la Restauration, la construction du profil des régicides autour du commoner contribue à une réconciliation des élites nouvelles et anciennes. Les discours généalogiques de ces années présentent des points communs avec le théâtre londonien et ses pièces tragicomiques qui oblitèrent également la place de la gentry dans le régicide39.

La mémoire des régicides anglais et la république française

  • 40In this list will be found the armorial of several worthy family, most of them being of the true (...)

15À la fin du XVIIIe siècle, cette occultation mémorielle est définitivement compromise. Elle s’est heurtée d’une part, à la reprise des affrontements partisans sous la Restauration et à une forme de réhabilitation des idées républicaines. D’autre part, l’adéquation théorique entre le statut social et les honneurs apparaît compromis. Ce processus s’inscrit dans la longue durée et l’on se contentera d’en rappeler les étapes. Les prétentions au statut de gentlemen ne font plus l’objet d’une législation. Les enquêtes (visitations) du College of Arms sont supprimées en 1688. La culture généalogique devient un élément de la consumer society et fait l’objet de nombreuses transactions qui échappent au contrôle du College of Arms. Ainsi, les travaux de généalogistes amateurs extérieurs à la gentry se multiplient et réhabilitent des périodes occultées par le College. Un Londonien, John Prestwich rédige une généalogie de toutes les familles élevées à la gentility sous le Commonwealth, estimant injuste le mépris dans lequel elles auraient été tenues40. Soucieux d’être considéré lui-même comme un gentleman et de se voir reconnaître le titre de baronet, il revendique une filiation avec Edmund Prestwich, un personnage supposé éminent du Commonwealth. Le pedigree n’est plus associé à une conception holistique de la société reposant sur une chaîne des êtres. Parallèlement à ces usages iconoclastes et consuméristes de la généalogie, émerge une critique plus radicale des élites foncières à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. La culture du lignage et de la civilité est remise en cause par des valeurs alternatives, notamment celles d’un patriotisme populaire et d’un courant réformateur hostile aux oligarchies foncières.

  • 41 Réflexions sur la Révolution de France, G. de Bertier de Sauvigny (éd.), Paris, Genève, Slatkine, 1 (...)

16Le déclenchement de la révolution française va orienter le débat à la fois sur le régicide et sur l’aristocratie. Dans ses Réflexions, Edmund Burke reprend l’idée d’un contrat social entre les morts, les vivants et les générations futures. Le processus suivi en France serait contraire à « la généalogie de nos libertés » et « ceux qui ne tiennent aucun compte de leurs ancêtres, en tiendront bien peu de leur postérité41 ». Il poursuit :

  • 42 Ibid., p. 65.

« En canonisant ainsi nos ancêtres et en agissant comme si nous étions sous leurs yeux, l’esprit de liberté [...] est tempéré par une gravité respectueuse... Par ce moyen, notre liberté devient noblesse, elle porte avec elle un caractère majestueux et important, elle a sa généalogie et ses ancêtres illustres, elle a ses supports, et ses armoiries ; elle a sa galerie de portraits, ses archives, ses preuves42. »

  • 43[County history] has often proved a considerable barrier against the violence of despotism on the (...)
  • 44 Voir Rachel Hammersley, The English Republican Tradition and Eighteenth-Century France: between th (...)
  • 45M. Burke talks of nobility, let him show what it is. The greatest characters the world have knowl (...)
  • 46 Je remercie Rachel Hammerseley pour cette information et pour ses conseils sur le radicalisme angl (...)
  • 47 John Barrell, Imagining the King’s Death: Figurative Treason, Fantasies of Regicide, 1793-1796, Ox (...)

17Des généalogistes soutiennent cette position. Ainsi, John Collinson, l’auteur d’une histoire du Somerset, estime que son ouvrage constitue une barrière à la fois contre les despotes et les excès de la plèbe43. Ces convictions suscitent des condamnations de la part de radicaux, notamment de Richard Price et la Revolution Society. Thomas Paine, dans son Rights of Man (1791), souligne les similarités entre les révolutions anglaise et française et témoigne également de l’influence des auteurs républicains anglais sur les révolutionnaires français44. Il défend en retour la suppression de l’aristocratie, la création d’une république démocratique et encourage la traduction de l’Abbé Sieyès et de son Essay on Priviledges en 179245. À partir de l’année 1793, l’exécution de Louis XVI en janvier et l’entrée en guerre contre la France en février accentuent les affrontements autour de la mémoire de 1649. Le radical John Thelwall, auteur de Politics for the People, baptise en 1795 son fils du nom d’Algernon Sidney Thelwall46. Mais les admirateurs du modèle français deviennent minoritaires et leurs positions sont combattues par un arsenal législatif (An Act for the Safety and Preservation of His Majesty’s Person and Government, 1795). Plusieurs procès sont intentés à des radicaux dont le principal tort serait d’avoir « imaginé » la mort du roi. Aucun des procès n’est mené à son terme mais leur effet s’avère très dissuasif47.

  • 48Their histories [the English regicide] are an awful lesson to the regicides of France and to an a (...)
  • 49He must be always recorded as a wicked man but not like Robespierre: he can never be called a mon (...)
  • 50Sidney was a real friend to liberty but mistaken in the means of procuring it [...] we more admir (...)
  • 51 A history of the college of arms, op. cit., p. 406.

18Dans ce contexte, l’initiative de Mark Noble peut être interprétée de la manière suivante. À la différence de Burke, il refuse de verser dans une vision idéalisée de l’aristocratie. Il estime que toute complicité dans la mort de Charles ier doit être considérée comme une infamie éternelle. Ainsi, il utilise la généalogie dans le sens inverse de celui proposé par Burke, elle peut servir à démystifier l’excellence supposée de grands lignages. Il ne s’agit pas pour autant de remettre en question la hiérarchie des honneurs et des privilèges. À la différence de Paine, il refuse toute analogie entre les révolutions française et anglaise. Son ouvrage se présente comme une riposte face aux régicides français et à leurs sympathisants outre-Manche48. Si l’aristocratie anglaise est coupable d’ambitions excessives et de passions scandaleuses, elle reste l’un des remparts de la Constitution anglaise. Ainsi, au sujet de Cromwell, Noble affirme qu’il doit être considéré comme un homme mauvais mais non point comme un monstre sanguinaire comme Robespierre49. Les républicains anglais à l’image de Sidney ou de Ludlow peuvent légitimement faire l’objet d’admiration. Le premier est décrit comme un véritable ami de la liberté qui se serait ensuite dévoyé50. Noble estime que la République française ne possède aucune de ces qualités. Tous les régicides ne se valent pas. Si le sang ne détermine pas la vertu, l’histoire des grandes familles, de leurs triomphes comme de leurs déchéances doit édifier les élites sur leurs responsabilités et sur les dangers d’une ambition excessive. Elle doit aussi faire la place aux familles méritantes qui, par leur patriotisme et leur talent, méritent d’accéder aux honneurs. Dans son ouvrage sur le College of Arms, Noble propose d’ailleurs que cette institution soit déménagée à proximité du Parlement afin de mieux remplir une fonction pédagogique et mémorielle51. Elle doit servir à faire de la généalogie le terreau d’une culture patriotique commune pour l’édification de toute la population et non pas le refuge complaisant de la mémoire aristocratique.

  • 52 Ibid. vol. 1, p. vii.

19Dans la délégitimation des régicides, les recueils biographiques publiés par Bate et Noble obéissent à des objectifs bien différents. Le premier entend expliquer le régicide de manière rétrospective en le situant dans une corruption atavique de l’individu. Il est des destins de régicides comme ceux des martyrs. Les uns comme les autres sont appelés dès leur naissance à un destin alternativement déplorable ou sublime. La publication de son ouvrage répond en écho aux exécutions ritualisées de 1660 lesquelles ont concerné une majorité de commoners. Les hommes sanguinaires ne peuvent être que des hommes de mauvais sang et de basse extraction. L’harmonie sociale et naturelle se trouve rétablie par leur disparition et par l’évocation simultanée de leur misérable existence. L’entreprise de Noble répond à une autre pédagogie. De son propre aveu, il entend distinguer l’acte de la personne : « En écrivant ces vies, j’ai séparé l’homme du crime52. » Refusant la préméditation, il explique ce geste par un jeu malheureux de circonstances et de malentendus entre Charles Ier et ses élites. Par ce procédé, Noble atténue le potentiel subversif de 1649 et entend démontrer que toute ressemblance avec des événements ou des personnes de l’autre côté de la Manche ne saurait être que fortuite.

Notes

1 Patricia Crawford, “Charles Stuart, That Man of Blood”, The Journal of British Studies, vol. 16, no 2, 1977, p. 58. “Milton and the regicide”, Paul Hammond Blair, Worden (éd.), John Milton : Life, Writing, Reputation, Oxford, OUP, 2010, p. 91-105.

2 Olivier Rouchon, « L’enquête généalogique et ses usages dans la Toscane médicéenne : un exemple pisan de 1558 », Annales, Histoire, Sciences Sociales, 54, 1999, p. 705-735 ; Germain Butaud et Valérie Piétri, Les Enjeux de la généalogie (XVIIe-XVIIIe siècle). Pouvoir et identité, Paris, Autrement, 2006 ; Naïma Ghermani, Le Prince et son portrait : incarner le pouvoir dans l’Allemagne du XVIe siècle, Rennes, PUR, 2009.

3 Felicity Heal, Clive Holmes, The Gentry in England and Wales, 1500-1700, Londres, Macmillan Press, 1994, p. 30 et suiv.; Alexandra Walsham, “History, Memory, and the English Reformation”, The Historical Journal, 2012, 55, p. 899-938.

4 “[The Harley] whose veins free grace had filled with nobler blood”, Felicity Heal et Clive Holmes, The Gentry, op. cit., p. 32.

5 Les principales études ont porté sur la dénonciation du radicalisme religieux ou politique et plus récemment sur la place de l’argument scatologique dans la délégitimation des juges : John Morrill (éd.), Oliver Cromwell and the English Revolution, Harlow, 1990 ; “The roasting of the rump : scatology and the body politic in Restoration England”, Past and Present, 2002, p. 84-120.

6 The True Characters of the Education, Inclinations and Several Dispositions of those Bloody and Barbarous Persons, 1660; George Bate, Lives, actions and executions of the Prime actors and principall contrivers of that horrid murder, 1660, W. S., Rebels no saints, or, A collection of the speeches, 1661; The traytors perspective-glass, or, Sundry examples of Gods just judgments executed upon many eminent regicides, 1662; William Yonge, M. D., England’s Shame, or the unmasking of a politic Atheist [...] that grand impostor Hugh Peters, 1663; William Winstanley, Loyall Martyrology [...] with the catalogue and characters of those regicides, 1665; God’s judgments upon regicides, 1682; Regicides, no saints nor martyrs, 1700; The indictment, arraignment, tryal, and judgment, at large, of twenty-nine regicides, 1713; The History of King-killers..., 1718-1720; Mark Noble, The Lives of the English Regicides, 1798.

7 L. J. Bruce-Chwatt, “George Bate : Cromwell’s devious physician”, Journal of the Royal College of Physicians of London, 17, 1983, p. 144-146.

8 Mark Noble, Memoirs of the protectorate-house of Cromwell, 2 vol., 1784; Memoirs of the illustrious House of Medici, 1797; A History of the College of Arms, and the Lives of all the Kings, Heralds, and Pursuivants, from the reign of Richard III, 1804.

9 Cela ne signifie pas pour autant que la circulation de l’ouvrage se limite à la sphère urbaine. Sur le débat autour de la réception des cheap prints, voir David Cressy, Literacy and the Social Order : Reading and Writing in Tudor and Stuart England, Cambridge, CUP, 1980.

10 An exact and most impartial accompt of the indictment, arraignment, trial, and judgment (according to law) of twenty nine regicides, the murtherers of His Late Sacred Majesty of most glorious memory, 1660.

11 Olivier Cromwell, Thomas Harrisson, John Jones, John Cooke, Hugh Peters, Thomas Scot, Daniel Axtel, Gregory Clement, Adrian Scroop, John Carew, Francis Hacker, Henry Ireton, John Bradshaw, Isaac Dorislaw, Thomas Hammond, Richard Deane, Thomas Pride, Francis Allen, Thomas Andrews, John Venn, Sir William Constable, Sir John Draper, Isaac Ewer.

12 The King’s killers, op. cit., p. 77-78.

13His Estate was engaged for debt and he knew no way to recover his decays but by saying and doing as those wretches commanded”, Prime Actors, op. cit., p. 132.

14Brother to the Earle of Danby, who he proved to be a delinquent in that Rump-Parliament, whereby he might overthrow his will and so compass the estate himself”, ibid., p. 134.

15 Ibid., p. 84.

16 Ibid., p. 4.

17 Ibid., p. 26.

18 Ibid., p. 11 et p. 66.

19 Ibid., p. 32.

20 Ibid., p. 75 et p. 128.

21Ireton, he seeing now that all things would make for the kings interest, goes home and takes his bed... His wicked body was tortured with many distempers, languishing in much pain and misery, insomuch that he was often reported and really though to be dead before he truly was”, ibid., p. 95.

22All the small remains they could find of him were cofind up”, ibid, p. 65.

23Deane fell at the first fire of the enemy, a cannon ball dividing his body at the onset [...] a public funeral was decreed by him for the remains of the deceased admiral... Happy had it been for him, if he had not blackened his character by that vile act of destroying his prince”, Noble, The Lives, op. cit. vol. i, p. 175.

24In making a vault a few years ago, his coffin was seen, and curiosity being excited, it was opened. The body was very perfect”, ibid., vol. ii, p. 245.

25 Ibid., vol. I, p. 106.

26 Ibid, vol. I, p. 180.

27 Ibid., vol. I, p. 367. Sur les stratégies d’occultation de la famille Hutchinson, on se reportera à l’excellent article de David Norbrook, “Memoirs and Oblivion : Lucy Hutchinson and the Restoration”, Huntington Library Quarterly, vol. 75, 2012, p. 233-282.

28 Ibid., p. 260.

29We, therefore, the Nobility and Gentry of the County of Worcester, having as deeply tasted of the sad calamities of these late intestine warres, as any other of our neighbour-Counties [...] do hereby declare before God and the World that we neither do nor will harbour any thought of rancor and revenge against them”, A Declaration of the nobility and gentry of the County of Worcester adhering to the late King, 1660.

30 David Norbrook, “Memoirs and Oblivion”, art. cit., p. 251.

31 Paul Seaward, The Cavalier Parliament and the Reconstruction of the Old Regime, Oxford, OUP, 1986, p. 36.

32The one looks upon himself as a teacher and a ruler and so is lifted up in pride over his fellow Creature: the other looks upon himself as imperfect and so is dejected in his spirit”, G. H. Sabine (éd.), The Works of Gerrard Winstanley, Ithaca, Cornell UP, 1965, p. 253.

33 Daniel Woolf, The Social Circulation of the Past, Oxford, OUP, 2003, p. 82.

34Civil order depended, to a much greater extent than in the bureaucratized societies of a later age, on the effect internalization of obedience, the external sanctions being so often unreliable”, Mervyn James, English Politics and the Concept of Honour, 1485-1642, Oxford, OUP, 1978, p. 44 ; J. A. Sharpe, “Last Dying Speeches : Religion, Ideology and Public Execution in Seventeenth-Century England”, Past and Present, no 107, 1985, p. 144-157.

35Gentlemen chosen by King Charles II to be invested with the Order of the Royal Oak and the value of their respective estates”, dans John Burke, A Genealogical and heraldic History of the Commoners of Great Britain, London, 1836, vol. 1, p. 688 et suiv.

36 Nigel Smith, Literature and Revolution in England, 1640-1660, New Haven, London, 1994; Lois Potter, Secret Rites and Secret Writing: Royalist Literature, 1641-1660, Cambridge, CUP, 1989; Jan Broadway, No historie so meete: Gentry Culture and the Development of Local History in Elizabethan and Early Stuart England, Manchester, 2006.

37 Ibid., p. 50.

38 Montelion, 1661: or, The Prophetical Almanack (1661 edn).

39 Nancy K. Maguire, Regicide and Restoration: English Tragicomedy, 1660-1671, Cambridge, CUP, 1994.

40In this list will be found the armorial of several worthy family, most of them being of the true old Saxon stock, but whom the envy and partiality of authors have covered with silence, thinking through prejudice, that such families as were for the Commonwealth were of the vilest of the people”, Prestwich Respublica, London, 1787, p. 170.

41 Réflexions sur la Révolution de France, G. de Bertier de Sauvigny (éd.), Paris, Genève, Slatkine, 1980, p. 59.

42 Ibid., p. 65.

43[County history] has often proved a considerable barrier against the violence of despotism on the one hand, and the inconsiderate rage of popular fury on the other”, cité par Rosemary Sweet, Antiquaries. The Discovery of the Past in Eighteenth-Century Britain, Hambledon, London, p. 36.

44 Voir Rachel Hammersley, The English Republican Tradition and Eighteenth-Century France: between the Ancients and the Moderns, Manchester: MUP, 2010.

45M. Burke talks of nobility, let him show what it is. The greatest characters the world have knowl, have risen on the democratic floor... The artificial noble shrinks into a dwarf before the Noble of Nature”, cité par Amanda Goodrich, Debating England’s Aristocracy in the 1790s: Pamphlets, Polemics and Political Ideas, Woodbridge: Boydell and Brewer, 2005, p. 69.

46 Je remercie Rachel Hammerseley pour cette information et pour ses conseils sur le radicalisme anglais à la fin du XVIIIe siècle.

47 John Barrell, Imagining the King’s Death: Figurative Treason, Fantasies of Regicide, 1793-1796, Oxford, OUP, 2010.

48Their histories [the English regicide] are an awful lesson to the regicides of France and to an abandoned faction at home who are linked with them”, The life of, op. cit., p. vii.

49He must be always recorded as a wicked man but not like Robespierre: he can never be called a monster, which that most infamous of wretches ever must; like the tiger he seemed pleased with slaughter [...] there is no analogy between the English and the French usurpers: one had not a single requisite for a great prince, the other was deficient in scarce any one to make him a most exalted monarch”, ibid., vol. 1, p. 161.

50Sidney was a real friend to liberty but mistaken in the means of procuring it [...] we more admire than which to copy, more honour than love the character of this unfortunate gentleman”, ibid., vol. 2, p. 254.

51 A history of the college of arms, op. cit., p. 406.

52 Ibid. vol. 1, p. vii.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540