Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Deuxième partie. L’écriture historique du régicide

Introduction

Texte intégral

1Si la désacralisation du prince fut une étape essentielle dans le processus de déchéance de la personne royale, la promotion de sa condamnation au rang de martyre fut celle de sa relégitimation posthume. Prenant racine dans le terreau contre-révolutionnaire ou dans celui des restaurations, la seconde vie des princes suppliciés fut le plus souvent une vie de papier noircie de mots forgés par l’actualité pour enfin entrer dans leur propre mythe, que les rumeurs et les témoignages achevèrent de fixer. Dans les cas de Charles Ier et de Louis XVI, ici analysés dans la perspective des écritures historiques du régicide, leurs biographies semblent relever de deux genres ; ceux de l’hagiographie et de l’exemplum. Les mythographies transformèrent le châtiment en martyre sur la base d’un vocabulaire propre aux martyrologes, insistant sur les vertus du condamné au moment de son exécution et sur l’examen a posteriori de ses supposés torts. L’infortune du supplicié put aussi avoir valeur d’exemple, voire servir de contre-modèle. Ainsi, la vie de Charles Ier fut l’objet d’une histoire édifiante, tel un oracle funeste dont il fut aisé de donner une lecture contemporaine sous le règne de Louis XVI pour conjurer l’exemple du sort d’un monarque jugé trop faible et frappé d’infortune dans une Angleterre impie et régicide.

2Pour faire du prince déchu un martyr, les mythographies s’employèrent à démasquer les « infâmes » régicides : les juges et les accusateurs, les geôliers puis les bourreaux... ces « hommes de mauvais sang » ne furent pas les pièces anonymes d’un acte fondateur de la République mais, au contraire, les membres de « généalogies honteuses », comme cela fut le cas pour les régicides de Charles Ier, désignés pour assumer au lieu et place de la nation la responsabilité d’un crime de sang. Le temps du jugement fut alors celui des Restaurations – en 1660 en Angleterre et en 1814 en France – mais toujours dans un esprit d’apaisement rejetant la faute collective sur les quelques acteurs nommés et reconnus par l’histoire.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540