Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Première partie. La réception immédiate du procès et de l’exécution

Le martyr gênant de « l’aventure mexicaine ». L’annonce de l’exécution de l’empereur Maximilien en France et en Autriche

Alain Gouttman

Texte intégral

  • 1 Sur la guerre du Mexique : Jean Avenel, La Campagne du Mexique (1862-1867). La fin de l’hégémonie (...)
  • 2 L’archiduc Ferdinand-Maximilien de Habsbourg est né le 6 juillet 1832, à Schönbrunn. Il est le sec (...)
  • 3 L’ignorance des réalités mexicaines était partagée par tous les intervenants, français, autrichien (...)

1Au début des années 1860, à l’instigation d’une poignée d’aristocrates mexicains chassés de leur pays par l’avènement de la République, Napoléon III conçoit le projet d’instaurer dans ce pays catholique et latin une monarchie qui contrebalancerait, à la jonction des deux Amériques, l’influence croissante des États-Unis sur le nouveau continent1. Pour occuper le trône qu’on dressera à Mexico, après en avoir chassé le gouvernement républicain, l’accord se fait sur la personne de l’archiduc Ferdinand-Maximilien d’Autriche, frère cadet de l’empereur François-Joseph2. Les premières troupes françaises débarquent à Veracruz début janvier 1862. Après de durs combats livrés par les soldats du général Bazaine, Maximilien s’installe enfin à Mexico, en juillet 1864. Malheureusement, il se montre aussitôt incapable d’asseoir solidement son régime : il s’aliène tous les partis et, malgré l’engagement d’un corps expéditionnaire français de près de 30 000 hommes, il ne peut venir à bout de la résistance des troupes républicaines retirées dans l’extrême nord du pays, ni d’un soulèvement populaire à peu près généralisé3.

  • 4 En partie grâce au soutien, désormais ouvert, des États de l’Union, sortis vainqueurs, deux ans pl (...)
  • 5 Analyse détaillée du procès dans Konrad Ratz, Das Militärgerichtsverfahren gegen Maximilian von Me (...)
  • 6 Même si l’opposition au régime impérial usa du drame vécu par Charlotte comme d’un argument de pro (...)

2Dès la fin de 1865, confronté au coût exorbitant de l’intervention et à la perspective d’une catastrophe globale – politique, diplomatique et militaire –, l’empereur des Français décide de mettre un terme à l’aventure et de retirer ses troupes. En dépit des avertissements qu’il reçoit de lui, Maximilien s’obstine, contre toute évidence, et s’accroche à son trône. Au printemps de 1867, le président Benito Juárez reprend peu à peu le contrôle de son pays4. Après un ultime « baroud d’honneur » à Querétaro, l’ex-empereur Maximilien est capturé, jugé par une cour martiale, condamné à mort et exécuté5. Son épouse Charlotte, fille du roi des Belges Léopold Ier, était rentrée en Europe en juillet 1866, pour tenter, en pure perte, de faire revenir Napoléon III sur sa décision. Déjà malade, elle sombra définitivement dans la folie et finit sa vie cloîtrée, en 1927, à l’âge de 87 ans. Le règne de Maximilien Ier du Mexique s’achevait comme une tragédie antique : dans le sang et la démence6.

L’échec politique de Maximilien

  • 7 Pour autant, la nécessité d’une intervention européenne au Mexique était une conviction assez larg (...)

3La mise à mort par fusillade, le 19 juin 1867, de l’empereur Maximilien du Mexique, né Ferdinand-Maximilien de Habsbourg, frère cadet de l’empereur François-Joseph, en juillet 1832, fut d’abord le résultat d’une dramatique erreur politique : l’homme que l’empereur Napoléon III avait sollicité pour aller fonder au Mexique un empire tout neuf, sur les ruines d’une République mexicaine anarchique qu’il suffirait – croyait-on – de pousser pour qu’elle s’écroulât, n’était pas celui que l’on croyait7.

4Non seulement Maximilien n’était pas l’acteur apte à tenir ce rôle, mais il en était même la parfaite antithèse. Ce qu’il aurait fallu, à Mexico, c’était un chef, au plein sens du terme : pragmatique, constant, sourd aux influences, loyal envers l’empereur des Français qui lui avait ouvert la voie vers le trône au prix du sang de ses soldats. Et puisque « son peuple », qui semblait ne pas vouloir de lui, se dressait, presque unanime, pour lui faire obstacle, le souverain aurait dû se montrer au moins aussi dur que lui, aussi déterminé et aussi constant. Le fond de la réalité mexicaine était là : bien au-delà de tout ce que l’on pouvait imaginer en Europe, le Mexique était un pays différent. Loin des soubresauts du monde occidental, l’âme ancestrale des dix millions de Mexicains – cinq millions d’Indiens et autant de métis – brûlait toujours d’un même feu dévorant. Au fil des derniers siècles, le monde s’était laissé envahir par la fièvre de l’homme blanc, porte-drapeau du progrès, de la science, de la technique et, bientôt, de la lutte des classes. Jusqu’à la Chine elle-même, livrée, depuis quelques années, aux coups de boutoir des puissances d’argent. Mais l’immense Mexique, lui, était resté vierge, violent et magnifique, comme au temps des lointains Aztèques. Il était authentique et, à ce titre, incompréhensible pour un Européen de ce temps. L’aumônier du corps expéditionnaire français, l’Abbé Domenech, devait écrire plus tard, après que la République mexicaine eut été rétablie par Juárez :

  • 8 Abbé Emmanuel Domenech, Histoire du Mexique. Juárez et Maximilien. Correspondances inédites, Paris (...)

« Je comprends maintenant la plupart des romans dramatiques écrits sur le Mexique. C’est un pays où l’inspiration du drame et de la tragédie suinte par tous les pores8. »

  • 9 Jean-François Lecaillon, La Campagne du Mexique. Récits de soldats (1862-1867), Paris, Bernard Gio (...)
  • 10 Werner Kitlitschka et Adam Wandruszka (dir.), Maximilian von Mexico (1832-1867), Vienne, Enzenhofe (...)

5Comment l’archiduc Maximilien de Habsbourg aurait-il pu imaginer que le vieux pays de Cortés et de Moctezuma pût être si différent de l’Autriche ou de l’Italie ? Avant même de s’asseoir sur le trône que dressaient pour lui, à grand-peine, légionnaires et chasseurs d’Afrique9, l’homme s’était déjà montré, en diverses occasions, tel qu’en lui-même : un rêveur aux idées flottantes, un personnage versatile, sinon fantasque, à la sincérité épisodique. Aussitôt débarqué à Veracruz et intronisé à Mexico, on le vit flatter ceux qui le combattaient, rejeter ceux qui le soutenaient, se montrer prodigue de décrets inapplicables et de beaux discours irréalistes10.

  • 11 Cette formule désignant l’expédition du Mexique est devenue célèbre. Elle est due au ministre d’Ét (...)
  • 12 Romain Delmon, « Les acteurs de la politique impériale lors de l’expédition au Mexique : l’écart e (...)

6Une question se pose alors d’emblée : d’où vient que Napoléon III – et avec lui tous ceux qui ont soutenu la « grande pensée du règne11 » – se soit à ce point trompé ? La réponse est sans doute à rechercher d’abord dans une conviction d’ancien régime, celle qui voulait que la qualité du « sang » – en l’occurrence celui des Habsbourg – suffît à compenser, dans tous les cas de figure, les carences de l’individu ; ensuite, dans le crédit que l’on accordait à celui qui, au temps de son gouvernement de la Lombardie et de la Vénétie, de 1857 à 1859, avait plutôt bien tiré, pour le compte de l’Autriche, son épingle du jeu12.

7Ceci n’était qu’à moitié vrai, bien sûr. C’était oublier que l’archiduc n’avait eu en charge, à Milan, que les affaires de culture et des obligations de représentation, tandis que les questions les plus importantes, celles qui étaient du ressort de l’armée ou de la police, se trouvaient entre les mains d’un militaire pur et dur, en qui François-Joseph avait davantage confiance. C’était oublier qu’il était plus facile et moins compromettant de faire repeindre des façades de palais que de condamner à la pendaison des patriotes italiens insurgés. On l’oublia, pourtant... Et l’on fit appel à un homme avec lequel aucun empire – celui du Mexique moins qu’aucun autre – n’avait la moindre chance de se maintenir. On aurait d’ailleurs pu en trouver la preuve dans le combat intime qui se livra, jusqu’à l’ultime moment de l’acceptation du trône, dans une âme où cohabitaient l’orgueil du Habsbourg avide de régner – qui valait bien celui de sa jeune épouse Charlotte de Belgique, née Cobourg – et la mollesse du romantique évanescent, dépourvu de toute volonté. Au printemps de 1864, peu avant de donner enfin son approbation aux sollicitations dont il était l’objet de la part des émigrés conservateurs mexicains et de l’empereur Napoléon III, alors même que, depuis plus d’un an, les Français combattaient dans les déserts, les forêts et les sierras de « son » pays, le futur Empereur Maximilien Ier couchait sur le papier, dans son château de contes de fées des bords de l’Adriatique, des vers qui ne laissaient guère deviner en lui le conquérant glorieux qu’il rêvait aussi d’être :

« Oh, laissez-moi suivre en paix mon tranquille chemin,
Le sentier obscur et ignoré parmi les myrtes !
Croyez-moi : le labeur de la science et le culte des muses
Sont plus doux que l’éclat de l’or ou du diadème... »

  • 13 Sur l’histoire du couple impérial : Suzanne Desternes et Henriette Chandet, Maximilien et Charlott (...)

8L’homme se décida pourtant. Les émigrés mexicains, acharnés à retrouver leurs anciens privilèges balayés en 1862 par la République de Juárez, avaient su toucher le poète en lui promettant « un lit de roses dans une mine d’or ». C’était là un programme qui lui convenait13.

Une exécution inévitable ?

  • 14 Anne-Marie Portail, La opinión sobre Juárez en la prensa europea, Mexico, Secretaria de Relaciones (...)
  • 15 Si Le Monde décrivait, le 7 juillet, un Benito Juárez « fanatique, politique à froid, fin, tenace, (...)

9Lorsque l’on apprit, en Europe, que les troupes de l’empereur Maximilien avaient été finalement vaincues par les armées républicaines à Querétaro, en mai 1867, et que le souverain avait été passé par les armes le 19 juin, ce fut un coup de tonnerre. La presse officielle, en France, en Belgique et en Autriche, n’eut pas de mots assez durs pour son « assassin », le président restauré, Benito Juárez : avait-il été « haineux » ? S’était-il montré « cruel » ? S’était-il conduit en « barbare », le « petit Indien », comme l’appelaient alors avec mépris nombre de journalistes européens ? En revanche, dans toute l’Europe, les journaux républicains célébraient son triomphe14. Et le grand Victor Hugo, toujours sur son rocher de Guernesey, d’où il avait lancé une vibrante déclaration de solidarité avec la population de Puebla, assiégée par l’armée française en avril 1863, triomphait lui aussi15.

10Mais avant de parler d’histoire, il faut laisser du temps au temps. En 1867, l’affaire mexicaine n’était que de l’actualité. Elle était mexicaine, française, belge ou autrichienne, mais elle n’était encore qu’une actualité qui se vivait au jour le jour. L’exécution de Maximilien apparaissait seulement comme un fait divers tragique, et d’autant plus tragique que la victime était « de sang bleu ». Dès lors, partout, à l’exception de l’Angleterre au libéralisme toujours d’avant-garde, cette exécution politique fut considérée comme un assassinat pur et simple. Le tollé était général : ces va-nu-pieds en sombreros, bardés de cartouchières, envisageaient-ils une réédition du procès de Louis XVI ? Le monde ne savait-il pas depuis longtemps qu’un procès politique n’accouche jamais que d’une vérité de circonstance ? Il importait d’éviter aux cours européennes un tel scandale et, surtout, une humiliation dangereuse compte tenu de l’état d’agitation de leurs populations. Des diplomates européens et des personnalités diverses se hâtent donc d’intervenir auprès de généraux, de ministres et du président de la République mexicaine lui-même. Sans succès. Il est vrai que les officiels mexicains leur opposent un argument imparable : le gouvernement ne vient-il pas de faire fusiller des officiers de l’ex-armée impériale ? « Comment voudriez-vous », demande-t-on ainsi à l’ambassadeur de Prusse au Mexique, le baron Magnus, qui sollicite la grâce de Maximilien, « qu’après avoir fusillé des Mexicains rebelles, nous accordions une grâce à celui qui fut leur chef » ?

11Une circonstance aurait pourtant pu – si elle s’était produite – sauver la vie du malheureux empereur Maximilien Ier : l’intervention directe de Washington. Si l’on en croit le Secrétaire d’État américain William Seward, celle-ci aurait bien été tentée et seule la malchance l’aurait empêchée d’aboutir. On est libre d’en douter. L’ambassadeur américain au Mexique, Campbell, résidait en Louisiane, à la Nouvelle-Orléans, un lieu de villégiature certes plus plaisant que n’importe quel autre au Mexique, pays d’insécurité, d’inconfort, de climat difficile et de fièvres récurrentes. Seward lui aurait donné pour instruction d’aller plaider la cause du monarque déchu auprès de Benito Juárez. Mais le diplomate aurait argué de son mauvais état de santé pour retarder son départ. Une seconde intervention aurait seulement amené l’ambassadeur à répondre que son mal s’était aggravé. À la troisième intervention – toujours à en croire Seward – l’homme aurait tout bonnement, histoire de ne plus être importuné, donné sa démission au Département d’État. Le malheureux Maximilien n’avait plus rien à espérer de ceux qui, après les républicains mexicains, avaient été ses pires ennemis.

  • 16 Jerry D. Thomson, Civil War and Revolution, op. cit.; Lawrence D. Taylor Hanson, « Voluntarios ext (...)

12Mais l’exécutif américain avait-il, au fond, le moindre désir d’intervenir en sa faveur ? Après tout, il n’y avait que quelques mois que des coups de feu avaient été échangés, sur le Rio Grande, entre soldats américains et soldats français, sans faire officiellement de victimes. Des rencontres s’étaient produites, dans les grandes étendues du nord mexicain, entre colonnes de soldats impériaux et troupes républicaines, qui comprenaient, dans un camp, des militaires français, et, dans l’autre, des mercenaires américains : l’artillerie républicaine, par exemple, était largement servie par des Yankees, ce qui expliquait, en partie, son efficacité. Quant aux troupes impériales au service de l’empereur, elles étaient le plus souvent épaulées, encadrées, poussées en avant par des légionnaires, chasseurs à pied ou soldats de contre-guérilla. Le pire – l’affrontement direct – avait toujours été évité, mais, compte tenu du risque permanent d’escalade, la France et les États-Unis d’Amérique n’en avaient pas moins frôlé la guerre16.

  • 17 Paul H. Reuter, « United States-French relations regarding French intervention in Mexico: from the (...)

13Durant tout le cours de la guerre de Sécession, Washington avait redouté que les Français – qui ont eu jusqu’à 34 000 excellents soldats au Mexique – ne fissent alliance avec les États du Sud, leur offrant ainsi, avec le Mexique, refuge, soins aux blessés, ravitaillement, recrutement, ainsi qu’une immense profondeur de champ. Le corps expéditionnaire de Bazaine ne redoutait nullement un éventuel affrontement direct avec les États-Unis, mais Napoléon III refusait de se laisser entraîner au-delà de ses ambitions. Il savait ne pouvoir gagner un tel combat, ne serait-ce que du fait des distances à franchir : pour Washington, seulement les quelques dizaines de mètres du Rio Grande, pour Paris, l’Océan atlantique... La partie était sans espoir. Il fallait donc rester prudent, d’autant que dans le camp d’en face, les têtes brûlées ne manquaient pas, toujours prêtes à faire déraper une situation déjà tendue : on vit s’engager, sous l’étiquette de « volontaires », des mercenaires et des aventuriers de tous acabits ; on vit même le général George Armstrong Custer insister auprès de son supérieur, le général Philip Sheridan, pour qu’il lui confiât un corps de 5 000 cavaliers, à la tête desquels, assurait-il avec sa forfanterie coutumière, il saurait bien, à lui seul, chasser les Français du Mexique... Qui se souvenait encore de La Fayette et de Yorktown, des héros de légende et des grands événements fondateurs17 ?

  • 18 Et même si, dès 1862, le secrétaire d’État Seward avait nettement affirmé son opposition à toute i (...)

14En 1865, l’Union avait gagné la guerre contre la Confédération. Et même si les Yankees en sortaient très affaiblis et sans aucune intention d’entrer de nouveau en guerre contre qui que ce fût, leur jactance de vainqueurs était à son zénith. Leurs menaces à peine voilées ont joué un grand rôle dans la décision de l’empereur des Français de retirer son corps expéditionnaire du Mexique, au début de 1867, même si ce rôle, contrairement à ce que l’on a beaucoup dit, n’a pas été le plus déterminant18. L’argument majeur, celui qui décida Napoléon III à mettre un terme à la « grande pensée » de son règne, ce fut le constat, définitivement établi vers la fin de 1865, de l’incorrigible impéritie de Maximilien. La preuve avait été faite, au-delà des passions et des intrigues de toutes sortes, que, sur une tête aussi légère, rien de solide ne pouvait être construit au Mexique.

Un tournant dans l’histoire du Second Empire

  • 19 Geneviève Morelli, Le Mexique dans la presse française de 1853 à 1867, Thèse de 3e cycle en histoi (...)

15C’est dans un Paris en pleine exposition universelle, tout entier livré à des millions de touristes venus du monde entier, aux fleurs et aux guirlandes, aux farandoles et aux chansons, qu’est parvenue, au matin du 1er juillet 1867, la nouvelle de l’exécution de Maximilien. Jusqu’alors, l’opinion publique ne s’était guère souciée de ce qui se passait au Mexique, et d’autant moins qu’elle était sous-informée : la presse vivait encore à cette époque sous un régime de compression hérité du premier arsenal juridique de l’Empire, mis en œuvre en 1852, et renforcé par la loi dite de Sûreté générale, votée à la suite de l’attentat d’Orsini, en 1858. Seuls, ou à peu près, les quelques parlementaires de l’opposition républicaine, élus en 1863, s’étaient emparés du thème de l’expédition du Mexique et en avaient fait leur cheval de bataille. Pour autant, les débats ne sortaient guère du cadre restreint du Corps législatif et le grand public, ignorant ce qui se passait au juste au Mexique, s’en désintéressait largement19.

  • 20 Édouard Vasseur, L’Exposition universelle de 1867 à Paris. Analyse d’un phénomène français au XIXe(...)

16L’Exposition universelle avait ouvert ses portes le 1er avril 1867, dans une atmosphère enthousiaste en dépit des tensions qui s’élevaient au cœur de l’Europe, secouée par le coup de tonnerre de Sadowa, le 6 juillet de l’année précédente. Une douzaine de têtes couronnées avaient fait le déplacement, parmi lesquelles le roi et la reine des Belges, la reine de Portugal, la grande-duchesse Marie de Russie, le prince Oskar de Suède, le prince de Galles et même un prince japonais. On vit débarquer du train à la gare du Nord, le 1er juin, le tsar Alexandre II, puis, le 5, le roi de Prusse Guillaume Ier, flanqué du chancelier Bismarck, en grand manteau blanc de cuirassier. Avec eux, pas moins de onze millions de visiteurs devaient arpenter les quarante-cinq hectares du Champ-de-Mars consacrés à l’Exposition, admirant ces merveilles des temps modernes qu’étaient les gros canons Krupp, les microscopes révélant le grouillement des bactéries sous verre, le nouveau métal baptisé aluminium ou, dans un autre registre, les tableaux de Millet. D’une certaine façon, un véritable triomphe pour l’empire20.

17En cette première quinzaine de juin, les gens informés savaient que l’empire du Mexique s’était effondré, que la dernière ville tenue par l’armée impériale, Querétaro, était tombée aux mains des républicains et que l’ex-empereur avait été fait prisonnier. Ils savaient aussi que les appels à la clémence lancés de toutes parts au président Benito Juárez demeuraient sans échos. Mais cela valait-il la peine de bouder son plaisir, alors que la fête impériale battait son plein, que les riches étrangers accouraient par trains entiers pour remplir les beaux magasins, les grands hôtels et les cabarets ? Le 6 juin, l’attentat du Polonais Berezowski contre le tsar jeta bien une ombre sur la fête, mais la grande revue de Longchamp, le 11, au cours de laquelle l’armée française déploya tous ses fastes, sembla effacer pour une part cette mauvaise impression. Le 30, les préparatifs de la distribution des prix, qui devait être le point d’orgue de l’Exposition et avoir lieu le lendemain, 1er juillet, battaient leur plein. Dans la nuit, pourtant, une dépêche télégraphique de l’ambassadeur d’Autriche aux États-Unis était parvenue à Vienne, brève et glaciale : « L’Empereur Maximilien a été fusillé. » Ce matin même du 30 juin, deux journaux reprenaient l’information : L’Indépendance belge et La Gazette de Francfort.

18Pendant toute la journée, la rumeur se répandit, mais l’événement était trop grave et l’ambiance régnant à Paris trop exaltée pour que l’on pût y croire vraiment. Le 1er juillet, au petit matin, pourtant, le comte de Flandre, beau-frère de Maximilien et président de la section belge de l’Exposition, alla demander congé à l’impératrice Eugénie : le Roi Léopold de Belgique, beau-père de Maximilien, venait de lui confirmer la terrible nouvelle et le réclamait à Bruxelles. L’impératrice Eugénie se tordait les mains d’inquiétude. Elle fit remarquer au comte et à la comtesse que, s’ils s’étaient vêtus de noir, elle-même n’avait pas voulu en faire autant : « Ce n’est pas possible ! disait-elle en sanglotant, je ne veux pas croire en un si affreux malheur. »

19Le lendemain, au Palais de l’Exposition, la cérémonie se déroula comme prévu, en présence des souverains français, mais dans une atmosphère lugubre : l’ombre d’un Maximilien martyr, sacrifié aux ambitions de Napoléon III, planait sur l’assistance. L’empereur pouvait-il oublier ce qu’il avait confié au prince Ernest de Saxe-Cobourg, en mars 1864, peu après la signature par l’archiduc Maximilien de la Convention dite de Miramare, qui liait l’empire du Mexique à la France et fixait les obligations réciproques des parties : « C’est une très mauvaise affaire, qu’il vient de faire là... À sa place, je n’aurais pas accepté ? »

20Le 3 juillet, le Moniteur dut se résoudre à publier l’information, aussi désastreuse qu’elle fût, l’emploi du conditionnel n’étant que de peu de portée : « Maximilien aurait été fusillé le 19 juin à Querétaro. » Désastreuse, cette information l’était, bien au-delà de ce qu’elle représentait pour les principaux intéressés. Toutes les festivités de l’Exposition furent ajournées et l’impression ressentie, sinon par le grand public, du moins par les officiels et les gens bien informés, fut qu’avec l’empire du Mexique c’était comme un clinquant décor de théâtre qui s’effondrait. Les images d’Épinal éditées pour l’occasion avaient beau plaindre « le malheureux prince », victime d’un gouvernement qui se mettait de lui-même à l’écart des « nations civilisées » [cahier central, figures 1 et 2], il était difficile pour le public d’oublier la responsabilité morale de Napoléon III dans l’affaire. L’événement survenait alors que, pour la première fois depuis 1852, le Second Empire lui-même, vieillissant, sclérosé, attaqué de toutes parts, vacillait sur ses bases. En politique étrangère, en politique intérieure, l’empereur semblait, comme le dit un jour un diplomate autrichien, « avoir perdu toute boussole de route ». Il était resté passif devant l’écrasement de l’Autriche par la Prusse sur le champ de bataille de Sadowa, le 6 juillet 1866, suivi de la prise en main par Berlin, en lieu et place de Vienne, des affaires de l’Allemagne. Cet effacement fut pour lui, aux yeux des Français comme à ceux de toute l’Europe, une humiliation sans précédent, lourde de conséquences. La responsabilité qu’on lui imputa dans la mort de Maximilien, que la plupart des observateurs estimaient pleine et entière, vint ajouter au discrédit dans lequel le régime impérial et son chef ne cessaient de sombrer, année après année. Un historien républicain de ce temps écrivit :

  • 21 Taxile Delord, Histoire illustrée du Second Empire, Paris, Librairie Germer, t. v, 1883, p. 99.

« La responsabilité de la mort de Maximilien reste, en définitive, à celui qui abusa de sa position et de sa jeunesse pour le jeter dans une entreprise d’aventurier, où il devait l’abandonner plus tard, c’est-à-dire à Napoléon III. Il la porte devant l’Histoire21. »

21Surtout, parce que le glas du malheureux archiduc – dont la mort, selon le Times, fut « une tache sur l’honneur français » – semblait sonner également celui d’un régime tout en faux-semblants, il y eut en France, en cet été 1867, comme une prise de conscience de la précarité des choses, un sentiment diffus d’inquiétude, un malaise qui ne cesserait plus de se répandre, à tous les niveaux de l’État et de la société, jusqu’au désastre final de Sedan, le 1er septembre 1870. Comment l’empereur, malade et diminué, allait-il pouvoir gérer des situations de politique intérieure et extérieure de plus en plus complexes, à un moment où le Corps législatif, usant de son principal moyen de pression, lui refusait systématiquement les crédits nécessaires à une politique de grandeur dont la plupart des Français ne voulaient plus ? À ce titre, l’exécution de Maximilien marqua un tournant dans l’histoire du Second Empire.

Le premier « prince maudit » des Habsbourg

22Il n’en fut pas vraiment de même en Autriche. Le choc ressenti par la famille impériale fut bien réel, mais l’événement ne devait guère quitter le cercle du domaine privé. Après tout, l’empereur François-Joseph n’avait jamais vraiment souscrit au projet exotique de son frère. S’il ne s’y était pas opposé formellement, c’était parce qu’il ne lui avait pas déplu de voir s’éloigner de Vienne ce cadet rêveur et inconstant, aux idées libérales inquiétantes, autour duquel aurait pu se constituer un parti susceptible de menacer l’intégrité et la solidité de la double monarchie. Au moins, avait-il exigé de lui, avant son départ pour le Mexique, une renonciation à tous ses droits au trône de Vienne. Ce qui n’avait pas empêché Maximilien, dès que son empire avait commencé à vaciller, à renouer avec des contacts en Autriche et en Hongrie, où, lui disait-on, on l’attendait, on l’espérait, on voyait en lui un recours éventuel en cas de malheur... Le frère cadet de François-Joseph n’avait-il considéré le trône du Mexique, riche de toutes les promesses de ses mines d’or et d’argent, que pour se donner les moyens de le troquer un jour contre celui des Habsbourg, dans son pays d’origine ? Pour les historiens, la question reste posée.

  • 22 Charles W. Hallberg, Franz Joseph and Napoleon III (1852-1864). A study of Austro-French relations (...)
  • 23 Jean-Paul Bled, « Une occasion manquée : le projet d’alliance franco-autrichienne (1867-1870) », É (...)

23On aurait pu s’attendre à ce que la triste fin de Maximilien conduisît à une rupture complète entre les deux cours de Paris et de Vienne, dont les relations, depuis une dizaine d’années, avaient été difficiles22 : en 1859, les deux pays s’étaient fait la guerre et l’Autriche avait dû céder la Lombardie à Napoléon III, qui la rétrocéda à l’Italie. La question de la Vénétie était toujours pendante. Surtout, le lâchage de Vienne par Paris, lors de la guerre austro-prussienne de 1866, avait créé une blessure béante. Mais la rupture entre les deux capitales ne se produisit pas. Leurs inquiétudes communes relatives à la Prusse et à ses ambitions les rapprochaient et, en août 1867, deux mois, jour pour jour, après le drame de Querétaro, les souverains français et autrichien se rencontrèrent à Salzbourg. Si l’archiduchesse Sophie, en mère infortunée, s’abstint de paraître, François-Joseph, lui, toujours égoïste, raide et sec, ne portait guère qu’un deuil de circonstance : pour lui, l’aventure exotique de Maximilien est déjà passée par pertes et profits. Les deux pays, pourtant, ne se lièrent en rien, tant était grande leur crainte de paraître provoquer Berlin. En octobre, une semaine avant la clôture de l’Exposition, les souverains autrichiens rendirent leur visite à Napoléon et Eugénie. Mais, si l’on était devenu à peu près des « amis », on ne réussirait pas, pour autant, à devenir des alliés. Et cette alliance autrichienne, que Napoléon espérait conclure pour tenir tête à la Prusse, ne se réalisa pas. La catastrophe de Sedan serait au bout de l’aventure23.

24Même mort, le malheureux Maximilien demeura longtemps un problème pour François-Joseph : il fallait bien exaucer son dernier vœu, qui était de « reposer parmi les siens ». Or, des mois durant, Juárez s’est obstiné à opposer une fin de non-recevoir à tous les envoyés officieux qui réclamaient de lui l’autorisation d’emmener le cercueil en Europe : ce qu’il voulait, c’était une demande émanant de la cour de Vienne elle-même, une requête officielle, qui seule, aux yeux du monde, aurait valeur de reconnaissance formelle du nouvel ordre de choses établi au Mexique. Cette demande arriva enfin, le 4 novembre 1867, signée du comte de Beust, chef du cabinet autrichien. Alors seulement, Juárez considéra que sa victoire était complète et définitive et il consentit à laisser partir le corps de son ennemi, doublement martyrisé par les balles du peloton et par les effets d’un embaumement approximatif.

25Le 18 janvier 1868, la dépouille de Maximilien entra enfin dans la crypte des Capucins, à Vienne. Mais, alors, les témoins de l’événement eurent de quoi se poser une étrange question : Maximilien avait-il été vraiment, un jour, empereur du Mexique ? De tous les dignitaires, ministres, conseillers, haut-fonctionnaires de cet empire qu’il avait créé, qui avaient tous fui la République mexicaine pour l’Europe, il ne s’en trouva pas un – pas un seul ! – en ce lugubre jour de janvier 1868, pour assister à la cérémonie...

  • 24 Une statue de Maximilien fut érigée en 1871 sur la place principale de Hietzing, non loin de l’ent (...)

26La famille impériale et l’empire austro-hongrois s’installèrent dans le même déni : de cet empire évanoui, de ce jeune prince aux idées généreuses mais au caractère insuffisant, de cet empereur qui, au moins, s’il ne sut pas régner, sut « mourir debout », en empereur, comme le recommandait Suétone, il ne fallait plus parler. Une chapelle fut édifiée en 1901, à la demande de François-Joseph, sur les lieux de l’exécution à Querétaro, mais, en Autriche, les souvenirs monumentaux demeurèrent rares24. Maximilien fut le premier « prince maudit » des Habsbourg.

Notes

1 Sur la guerre du Mexique : Jean Avenel, La Campagne du Mexique (1862-1867). La fin de l’hégémonie européenne en Amérique du Nord, Paris, Economica, 1996 ; Jean-François Lecaillon, Napoléon III et le Mexique. Les illusions d’un grand dessein, Paris, L’Harmattan, 1994 et, du même auteur et chez le même éditeur : Résistances indiennes en Amérique, 1989 ; Alain Gouttman, La guerre du Mexique (1832-1837). Le mirage américain de Napoléon III, Paris, Perrin, 2008.

2 L’archiduc Ferdinand-Maximilien de Habsbourg est né le 6 juillet 1832, à Schönbrunn. Il est le second fils de l’archiduc François-Charles et de la princesse Sophie de Bavière, dont le fils aîné, François-Joseph, avait ceint la couronne d’Autriche en 1848. La biographie de Maximilien la plus complète reste celle rédigée par Ferdinand Anders, Von Schönbrunn und Miramar nach Mexiko. Leben und wirken des Erzherzog-Kaisers Ferdinand Maximilian, Graz, ADEVA, 1999.

3 L’ignorance des réalités mexicaines était partagée par tous les intervenants, français, autrichiens ou belges. Il régnait alors en Europe une sorte de « romantisme mexicain », en partie dû à la vogue des grands romans d’aventure illustrée par l’Américain Fenimore Cooper. Même les saint-simoniens les plus sérieux, tels que Michel Chevalier, accréditaient le mythe des fabuleuses mines d’or et d’argent du Mexique, dont il aurait suffi de venir s’emparer pour les mettre en exploitation (Le Mexique ancien et moderne, Paris, Hachette, 1863). Il y avait là, plus que de simples rêveries, de véritables illusions intellectuelles, dont l’empereur lui-même fut victime (Éric Anceau, Napoléon III : un Saint-Simon à cheval, Paris, Tallandier, 2008). Sur cette période de la conquête : Auguste Charles Blanchot, L’intervention française au Mexique, Paris, Nourry, 1911, 3 vol. ; Mémoires du maréchal Randon, Paris, Lahure, 1875-1877, 2 vol.

4 En partie grâce au soutien, désormais ouvert, des États de l’Union, sortis vainqueurs, deux ans plus tôt, de la guerre de Sécession : Alfred et Kathryn Hanna, Napoleon III and Mexico. American Triumph over Monarchy, Chapel Hill, University of North Carolina, 1971 ; Jerry D. Thomson, Civil War and Revolution on the Rio Grande Frontier, Austin, Texas State Historical Association, 2004.

5 Analyse détaillée du procès dans Konrad Ratz, Das Militärgerichtsverfahren gegen Maximilian von Mexiko (1867). Vorgeschichte, Prozessanalyse und –kritik, Prozessakten, Rechtsgrundlagen, Vienne, Enzenhofer, 1985.

6 Même si l’opposition au régime impérial usa du drame vécu par Charlotte comme d’un argument de propagande, ce n’est pas au refus obstiné de l’empereur de soutenir plus longtemps Maximilien que l’impératrice du Mexique dut sa triste fin. Des signes de bizarrerie, d’abord, de dérangement mental ensuite, avaient été déjà observés chez elle avant son départ du Mexique. Il semble qu’elle ait été victime d’une « psychose intermittente avec délire secondaire de persécution », ayant abouti à une démence dite « vésanique », c’est-à-dire consécutive à une longue période psychotique. Les meilleures sources directes sur ce sujet particulier et sur l’Empire du Mexique en général sont : José Luis Blasio, Maximiliano Intimo. El imperador Maximiliano y su corte. Memorias de un secretario, Paris-Mexico, Bouret, 1905 ; Karl de Malortie, Here, there and everywhere, Londres, Ward & Downey, 1890 ; Émile de Kératry, L’Élévation et la chute de l’empereur Maximilien. Intervention française au Mexique (1865-1867), Paris, Lacroix, 1867 ; Egon Cesar Corti, Maximilien et Charlotte au Mexique, d’après les archives secrètes de l’empereur Maximilien et autres sources inédites, Paris, Plon, 1927-1945, 2 vol. ; Brigitte Hamann (éd.), Mit Kaiser Max in Mexiko. Aus dem Tagebuch des Fürsten Carl Khevenhüller (1864-1867), Vienne, Amalthea Verlag, 1983 ; et surtout Robert Tubach (éd.), Félix zu Salm-Salm. Mon journal au Mexique en 1867, incluant les derniers jours de l’Empereur Maximilien, Paris, L’Harmattan, 2012.

7 Pour autant, la nécessité d’une intervention européenne au Mexique était une conviction assez largement partagée, notamment en Espagne. Le 25 mai 1860, l’ambassadeur espagnol à Mexico, M. Pacheco, écrivait à son ministre : « Tôt ou tard, l’Europe devrait s’en préoccuper. Aux frontières du Mexique, et là seulement, l’Europe pourra arrêter dans son mouvement d’expansion le peuple des États-Unis, ce peuple envahisseur qui, si l’on n’y prend garde, est appelé à couvrir l’Amérique, puis le monde entier. »

8 Abbé Emmanuel Domenech, Histoire du Mexique. Juárez et Maximilien. Correspondances inédites, Paris, Librairie internationale, 1868, p. 32. Sur l’écart entre la réalité du pays et les représentations romantiques que l’on pouvait en avoir : Guy-Alain Dugast, La tentation mexicaine en France au XIXe siècle. II. L’image du Mexique et l’intervention française (1821-1862), Paris, L’Harmattan, 2008.

9 Jean-François Lecaillon, La Campagne du Mexique. Récits de soldats (1862-1867), Paris, Bernard Giovannangeli, 2006.

10 Werner Kitlitschka et Adam Wandruszka (dir.), Maximilian von Mexico (1832-1867), Vienne, Enzenhofer, 1974 ; Johann Lubienski, Der maximilianeische Staat. Mexico, 1861-1867. Verfassung, Verwaltung und Ideengeschichte, Vienne, Bölhau, 1988.

11 Cette formule désignant l’expédition du Mexique est devenue célèbre. Elle est due au ministre d’État Eugène Rouher, toujours volontiers emphatique, qui l’employa lors d’une de ses interventions devant le Corps législatif, en janvier 1864. Sur l’ensemble des enjeux diplomatiques de la question mexicaine : Christian Schefer, La Grande Pensée de Napoléon III. Les origines de la Guerre du Mexique, Paris, Marcel Rivière, 1939 ; Michele Cunningham, Mexico and the Foreign Policy of Napoleon III, Basingstoke-New York, Palgrave-MacMillan, 2001.

12 Romain Delmon, « Les acteurs de la politique impériale lors de l’expédition au Mexique : l’écart entre la vision de Napoléon III et la réalité mexicaine », Gabriel Leanca (dir.), La politique extérieure de Napoléon III, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 75-100.

13 Sur l’histoire du couple impérial : Suzanne Desternes et Henriette Chandet, Maximilien et Charlotte, Paris, Perrin, 1964.

14 Anne-Marie Portail, La opinión sobre Juárez en la prensa europea, Mexico, Secretaria de Relaciones Exteriores, 1994.

15 Si Le Monde décrivait, le 7 juillet, un Benito Juárez « fanatique, politique à froid, fin, tenace, inflexible et répandant le sang ». Le Figaro, organe d’opposition, reconnaissait au président mexicain le « droit à des représailles ».

16 Jerry D. Thomson, Civil War and Revolution, op. cit.; Lawrence D. Taylor Hanson, « Voluntarios extranjeros en los ejércitos liberales mexicanos (1854-1867) », Historia Mexicana, t. XXXVII, 1987, p. 205-237.

17 Paul H. Reuter, « United States-French relations regarding French intervention in Mexico: from the Tripartite Treaty to Querétaro », Southern Quarterly, vol. 6, 1966, p. 469-489.

18 Et même si, dès 1862, le secrétaire d’État Seward avait nettement affirmé son opposition à toute intervention européenne dans le Nouveau-Monde. En mars de cette année-là, il avait publié une circulaire au ton quasi-comminatoire, qui rappelait à toutes les chancelleries : « L’émancipation du continent américain vis-à-vis de l’Europe a été le trait principal de ce dernier demi-siècle. »

19 Geneviève Morelli, Le Mexique dans la presse française de 1853 à 1867, Thèse de 3e cycle en histoire, Paris X, 1976.

20 Édouard Vasseur, L’Exposition universelle de 1867 à Paris. Analyse d’un phénomène français au XIXe siècle, thèse de doctorat en histoire (dir. Dominique Barjot), Paris IV, 2005, 2 vol.

21 Taxile Delord, Histoire illustrée du Second Empire, Paris, Librairie Germer, t. v, 1883, p. 99.

22 Charles W. Hallberg, Franz Joseph and Napoleon III (1852-1864). A study of Austro-French relations, New York, Bookman Associates, 1955.

23 Jean-Paul Bled, « Une occasion manquée : le projet d’alliance franco-autrichienne (1867-1870) », Études danubiennes, t. vi, 1990, p. 101-110.

24 Une statue de Maximilien fut érigée en 1871 sur la place principale de Hietzing, non loin de l’entrée du parc du château de Schönbrunn, tandis que l’esplanade devant la Votivkirche, sur le Ring, prit le nom de Maximilianplatz. Les notables de Trieste lui élevèrent également une statue, inaugurée en 1875. Après que la ville fut devenue italienne, en 1921, elle fut déplacée dans le parc du château de Miramare, avant de retrouver son emplacement initial sur la Piazza Giuseppina (actuelle Piazza Venezia) en 2009.

Auteur

Historien (†).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540