Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Première partie. La réception immédiate du procès et de l’exécution

La fin de Marie Stuart et le « commencement » de sa gloire : la réception de la nouvelle de son exécution en 1587

Sylvène Édouard

Texte intégral

1L’objet de cette étude est d’identifier les premières informations rapportant l’exécution de Marie Stuart et leurs réceptions à Paris, à la cour et dans le milieu ligueur, afin d’établir le parcours suivi par plusieurs « nouvelles » pour aboutir au récit type du martyre. Ce dernier commence lorsque Marie Stuart monta sur l’échafaud dressé dans la grande salle du château de Fotheringhay le 18 février 1587 – date du nouveau calendrier grégorien –, alors qu’elle était la captive d’Élisabeth Ire d’Angleterre depuis près de dix-neuf ans et que la cour de France était particulièrement attentive à son sort. Marie Stuart avait vécu en France, dès l’âge de cinq ans, sous la protection d’Henri II et des Guises, ses oncles, puis avait rejoint l’Écosse en août 1561, à dix-huit ans, désormais veuve du roi François II. Son royaume était passé à la Réforme l’année précédente et la jeune reine se heurta aux seigneurs écossais tout au long de son court règne. Au terme d’un ultime affrontement armé, elle crut pouvoir se réfugier en Angleterre mais devint la captive d’Élisabeth Ire dès 1568. Dès lors, son sort ne cessa de susciter l’émotion des catholiques et d’embarrasser la diplomatie française au gré des complots dévoilés contre la reine d’Angleterre la mettant en cause. Avant même son exécution, Marie Stuart avait incarné, aux yeux du monde catholique, la victime de l’arbitraire hérétique. Rien d’étonnant donc que son exécution passât immédiatement pour un martyre.

  • 1 Alexander S. Wilkinson, Mary Queen of Scots and French Opinion, 1542-1600, New York, Palgrave MacM (...)
  • 2 John Staines, The Tragic Histories of Mary Queen of Scots, 1560-1690: Rhetoric, Passions and Polit (...)
  • 3 Helen Smailes et Duncan Thomson, The Queen’s Image. A Celebration of Mary, Queen of Scots, Edinbur (...)

2Or ce martyre s’est d’abord nourri de cette première image d’une reine déchue et victime avant d’entrer dans son propre mythe avec le récit de son exécution. De ce point de vue, ce travail doit beaucoup à la thèse d’Alexander Wilkinson consacrée à la place de Marie Stuart dans l’opinion française1. Cette thèse, pour autant, ne s’appuie que sur les imprimés – quatre cent cinquante en tout – et il est donc utile de l’enrichir des manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale ainsi qu’à la British Library pour faire le lien entre la production des premiers manuscrits, leur circulation et leur devenir à travers les imprimés. De même qu’il faut rendre justice à l’ouvrage de John Staines sur les tragiques histoires de cette martyre, bien que l’auteur ne s’intéresse surtout qu’au devenir historiographique de la tragédie de Fotheringhay et ignore lui aussi les sources mêmes de cette histoire2. Ces dernières sont pourtant les premières informations relatives à l’exécution de Marie Stuart, diffusées par l’écrit et par l’image, qui ont circulé en empruntant plusieurs réseaux et se sont amplifiées à partir d’un noyau fixe de détails propres à mettre en place le vocabulaire du martyre de la reine d’Écosse. Ce sont en particulier les manuscrits destinés aux gouvernements étrangers et donc réceptionnés par les cours : en France, selon Pierre de L’Estoile, la nouvelle arriva le 1er mars ou encore le 5 mars d’après une relation manuscrite conservée à la British Library. Dans le cas de cette exécution, il existe aussi un dessin réalisé sur le vif sur la demande de Robert Beale ainsi qu’une gravure ayant rapidement circulé dès l’été 15873.

3Ces premières informations ont ensuite été reproduites : la gravure a illustré des imprimés consacrés à la cause des martyrs catholiques puis au martyre de Marie Stuart, tandis que les premiers manuscrits, comme c’était l’usage dans le cas des manuscrits de cour, furent recopiés et passèrent de main en main d’où la présence de copies quasiment identiques à la Bibliothèque nationale de France pour ceux datant de la fin du XVIe et du début du XVIIe siècle. Ces manuscrits diffusèrent un premier stéréotype du récit qui se retrouve assez rapidement dans les écrits personnels des contemporains et en particulier dans les mémoires. S’ajoutent donc ici les témoignages de Brantôme, que lui-même tenait des deux demoiselles de la reine présentes lors de l’exécution, celui de Pierre de L’Estoile qui est d’une grande précision concernant la circulation de l’information, celui de René de Lucinge dans ses correspondances avec le duc de Savoie et enfin celui du médecin de la reine, Dominique Bourgoin. Cette abondante documentation a permis de suivre le parcours de la nouvelle jusqu’au récit type du martyre de la reine d’Écosse.

Les premières nouvelles arrivées d’Angleterre début mars 1587

4René de Lucinge écrit qu’il apprit la nouvelle de la mort de la reine d’Écosse le 4 mars, de la bouche du cardinal de Bourbon auquel il avait rendu visite ce jour-là. Depuis au moins le 8 février, l’ambassadeur du duc de Savoie avait colporté plusieurs nouvelles sur le sort de la reine et se posait même la question, le 18 février, si elle n’avait pas été empoisonnée. En réalité, elle fut exécutée ce même jour mais il fallut plus de deux semaines à la nouvelle pour se faire connaître. Pierre de L’Estoile apprend en effet la nouvelle le dimanche 1er mars et produit un résumé sommaire de ces « nouvelles [qui] vinrent à Paris de l’exécution de la reine d’Écosse ». Ce témoignage est important dans la mesure où il est le plus ancien et présente l’avantage d’être immédiat : une première réception donc de la nouvelle qui devrait permettre, par recoupement, de retrouver la première information ayant circulé ce jour-là entre les différents manuscrits actuellement conservés.

  • 4 Bibliothèque nationale de France [BnF], manuscrit français [ms fr.] 4020, fol. 184 v° sq. : « Disc (...)

5Pierre de L’Estoile commence par évoquer la sentence prononcée par le parlement et signée par la reine contre Marie Stuart jugée coupable de crime de lèse-majesté pour avoir conspiré contre la vie d’Élisabeth Ire. Cette sentence était sans doute connue depuis longtemps car les pièces du procès avaient été diffusées, de même que la sentence est reprise intégralement dans un manuscrit que je nommerai le « vray rapport » de l’exécution qui circula peu de temps après4. Pour autant, il n’est pas possible de savoir si ce « vray rapport », conservé à la Bibliothèque nationale de France, a servi de première nouvelle. Les points communs avec le récit de Pierre de L’Estoile sont très nombreux mais certains détails diffèrent beaucoup trop et relèvent d’ailleurs d’une erreur de la part du diariste en prétendant, d’une part, qu’elle fut exécutée dans la cour du château alors qu’elle le fut dans la grande salle et, d’autre part, qu’elle fut accompagnée par cinq de ses demoiselles alors qu’en réalité les cinq personnes de sa suite présentes au moment de l’exécution étaient son maître d’hôtel, son médecin, son apothicaire et deux de ses demoiselles.

  • 5 BL, ms Add 20915, fol. 3 r°-14 r°, il pourrait s’agir d’une lettre de l’ambassadeur d’Espagne à Pa (...)
  • 6 Ibid., fol. 3 r°, « A los cinco de Março llegó aqui la miserable nueva de la crueldad [...] que con (...)

6Il paraît difficile, dès lors, de reconstituer précisément les conditions de la réception de cette nouvelle par Pierre de L’Estoile qui a pu croiser ici plusieurs informations écrites et orales – des rumeurs – ainsi que l’information diffusée officiellement par la cour d’Angleterre, reçue entre le 1er mars et la date de rédaction de ce qui ressemble fort à une chronique. Les mêmes incertitudes s’imposent également face à une information en castillan, conservée à la British Library5. Cet Avisso de Paris comporte vingt-trois pages relatives à la vie et au « martyrio » de la reine d’Écosse suite à l’arrivée, à Paris le 5 mars 1587, de « la misérable nouvelle de la cruauté » dont la reine d’Angleterre, « contre toute loi », « usa avec la Sérénissime Reine d’Écosse en lui coupant la tête avec une hache6 ». Rédigé après les obsèques du 13 mars, ce manuscrit rend compte de l’émotion suscitée par cette nouvelle ainsi que du sentiment de vengeance. Le mémoire touchant la vie de Marie Stuart oppose ainsi les vertus de celle-ci aux vices de la reine d’Angleterre tandis que son infortune en fait la victime des hérétiques anglais. La narration ne reprend pas les termes de l’oraison de Renaud de Beaune qui fut pourtant, à Paris, une des premières éditions du récit de la vie et de la mort de cette reine. Cependant, le manuscrit de l’exécution présente un point commun essentiel avec cette oraison : le recours à la première personne pour faire parler la reine d’Écosse. L’Avisso apparaît bien ainsi comme une information seconde, postérieure de quelques jours aux témoignages de Lucinge et de L’Estoile qui sont donc bien les premiers. Ces derniers renvoient cette enquête aux manuscrits qui contiennent les informations les plus similaires. Or, certains de ces manuscrits sont absolument identiques, comme les manuscrits français 3 794, 6 550 et 4 736, mais datent d’époque différente, ce qui est un autre indice de la pérennité de leur diffusion. Assez courts, ils ne comportent souvent que deux pages mais sans aucune introduction, ce qui est fort étonnant s’agissant d’une telle nouvelle. Les plus anciens d’entre eux servirent donc avant tout à exposer les circonstances de la mort de la reine d’Écosse pour informer et pourraient bien avoir été extraits d’une lettre plus ample.

  • 7 BnF, ms Fonds des Cinq Cents de Colbert, t. xxxv, pièce 45. Voir Alexandre Teulet, dans Relations (...)
  • 8 BnF, ms fr. 3975, fol. 16 r°-19 v°. La lettre a été retranscrite par Alexandre Teulet, op. cit., p (...)

7Or, le seul manuscrit pouvant avoir servi de source et donc de première information fut l’Advis sur l’exécution de la Royne descosse par M. de Chastre, lequel était un gentilhomme de la suite de l’ambassadeur Châteauneuf7. Ce dernier reprit ensuite cette information dans une lettre plus ample destinée à Henri III et datant du 27 février. Guillaume de L’Aubespine, baron de Châteauneuf, avait succédé, comme ambassadeur auprès d’Élisabeth Ire, à Michel Castelnau de Mauvissière en novembre 1584 et fit équipe, un temps, avec Pomponne de Bellièvre, envoyé extraordinaire à la cour d’Angleterre en novembre 1586 pour plaider la cause de la reine d’Écosse. D’après la copie de la lettre de Châteauneuf aujourd’hui conservée dans les mémoires de la Ligue8, la nouvelle de l’exécution parvint à Londres le lendemain 19 février et l’ambassadeur fut dans l’incapacité de prévenir Henri III, empêché par la reine d’Angleterre qui avait veillé à ce qu’aucune information ne sortît du royaume :

  • 9 BnF, ms fr. 3975, fol. 16 r°.

« Sire Vostre Majesté sera peult estre estonnée de scavoyr les nouvelles de la mort de la Royne descosse par le bruict commung qui en pourra courir a Paris, avant que d’en estre advertie par moy. Mais Vostre majesté mexcusera sil luy plaist quant elle scaura que les portz du royaume ont esté si exactement gardez quil ne ma esté possible de feire passer un seul homme. Et si est plus, que, ayant obtenu un passeport soubz aultre nom que le mien, celluy que je envoyois a esté arresté à Douvre avec son passeport, et y est encore de présent, bien que je le eusse despesché dès le xxi de ce moys après midy9. »

8L’ambassadeur ne doute pas que la nouvelle, sous forme de rumeur, parviendra officieusement à la cour de France et préfère s’excuser d’emblée de cette incapacité à informer rapidement le roi. Il fait ensuite le récit des derniers moments de Marie Stuart au château de Fotheringhay dans le Northamptonshire selon un modèle repris par la suite dans d’autres manuscrits et qui est tiré de « l’Advis » de monsieur de Chastre, lequel, soit a eu recours à un témoin, soit a rédigé son rapport à partir de celui établi sur ordre de Robert Beale et transmis à la cour par le fils du comte de Shrewsbury, que ce dernier avait dépêché auprès de la reine juste après l’exécution. Le courrier était arrivé à Greenwich le lendemain matin et la nouvelle fut répandue au son des cloches de la ville de Londres dès trois heures de l’après-midi. Sur ce, l’ambassadeur écrivit au roi pour « luy porter ceste nouvelle ». Mais, au terme de son récit, Châteauneuf revient sur les circonstances qui l’empêchèrent de la faire parvenir. Lui-même et Mr. Roger, valet de chambre du roi envoyé à Londres avec des instructions pour monsieur de Châteauneuf, tentèrent d’obtenir en vain des passeports de la reine qui s’y refusait :

  • 10 Ibid., fol. 17 r°, aucun lien n’apparaît ici avec les copies des manuscrits anglais relatifs à l’ex (...)

« Mais il nous a este refusé disant que la Royne ne voulloyt que Vostre Majesté fust advertye de ceste exécution par autre que celluy quelle vous envoyt. De faict les ports ont este si exactement gardés que nul nest sorty du royaume depuis quinze jours que ung nommé Lepintre que la Royne a despesché a Monsieur de Staffort pour advertir vostre Majesté de ladite exécution10. »

9La reine a dû effectivement envoyer à Henri III une information officielle reprenant l’argument de la sentence pour fixer le cadre légitime de cette mesure extraordinaire mais il n’est pas possible de savoir si cette information comportait un récit des derniers moments de la reine d’Écosse. Enfin, pour terminer son rapport, l’ambassadeur revient sur une rumeur selon laquelle Marie Stuart n’avait jamais cessé de clamer son innocence en des termes exactement similaires à ceux repris dans les manuscrits français de Paris et qui proviennent eux-mêmes de la lettre de Chastre. La première information à l’origine de la diffusion du récit de la mort de Marie Stuart a pu ainsi être identifiée. En voici la teneur.

Le premier récit

  • 11 Les citations sont tirées du manuscrit sans doute le plus ancien : BnF, ms fr. 3975, fol. 16.

10Recopié à l’envi, le récit de l’exécution de la reine d’Écosse est une simple narration et ne relève pas, en soi, du discours argumentatif : ni exorde, ni vraiment de conclusion, seulement le déroulement des faits. Tout commence, selon ces manuscrits, le samedi 14 février 1587 – date du nouveau calendrier –, lorsque le diplomate Robert Beale, beau-frère du secrétaire d’Élisabeth Ire Sir Francis Walsingham, quitte Londres pour se rendre au château de Fotheringhay où il a pour mission de remettre à Marie Stuart l’ordre de son exécution : « avec commission signée de la main de la Royne d’Angleterre pour faire trancher la teste a la Royne descosse11. » Il est également demandé aux comtes de Shrewsbury et de Kent, ainsi qu’à d’autres gentilshommes du voisinage d’assister à l’exécution prévue le mercredi suivant. À cet effet, Robert Beale est arrivé le lundi soir accompagné du « bourreau de Londres qui fut habillé tout de velours noir » pour l’occasion « ainsi quil fut raporté ». Le mardi soir, Beale, en compagnie du gardien de la reine d’Écosse – Amias Paulet – et du « chérif de la province qui est celui qui en chacun bailliage cest comme prevost des maréchaulx ou juge criminel », se rendit auprès de Marie pour lui signifier « la volonté de la Royne », que le récit n’accable pas d’ailleurs en soulignant que la reine d’Angleterre était « contrainte de faire exécuter la sentence de son parlement ». Entre ensuite en scène Marie Stuart au sujet de laquelle le récit est sobre mais introduit un élément important de la martyrologie à venir et qui est celui de la constance : « lon dict. que ladite dame se monstra fort constante » en apprenant l’ordre de son exécution et était déjà prête. Puis viennent les dernières paroles qui subirent le plus d’amplifications au cours des réceptions successives. Celles-ci sont pourtant assez brèves dans les premières informations et sont exprimées à la voix passive alors qu’elles deviennent par la suite des citations. Ainsi, après s’être montrée très constante, dit « encores quelle neust jamais creu que la Royne sa sœur en deust venir la, si est ce que ce voyant réduicte en si grande misère depuis trois mois quelle avoit la mort pour tresagreable preste a la recevoir quand il plairoit à Dieu ». Sur ce, elle refusa le ministre que les émissaires voulurent lui laisser.

11Le récit s’attarde ensuite sur la grande salle du château où fut dressé l’échafaud « couvert de drap noir avecques un oreiller de velours noir ». Puis le mercredi 18 février, sur les neuf heures, le gardien et ses hommes allèrent chercher la reine qu’ils trouvèrent « fort constante » et déjà prête, accompagnée de son maître d’hôtel – « monsieur Melvin » –, de son chirurgien, de son apothicaire et de ses « femmes » qu’elle demanda à garder près d’elle. Le reste de sa suite, composée de serviteurs, avait été enfermé la veille au soir. Arrivée dans la grande salle, Marie Stuart monta sur l’échafaud, aidée de monsieur Paulet, et s’entretint avec son maître d’hôtel qu’elle chargea d’aller voir son fils pour lui transmettre ses dernières recommandations. Puis ce furent encore ses ultimes paroles :

« Elle pria Dieu en latin avec ses femmes, n’ayant voulu permectre qu’un évesque anglois, la présent, approchast delle protestant quelle estoit catholique et quelle vouloit mourir en ceste religion. »

12Après avoir refusé l’intervention de l’évêque, elle demanda au sieur Paulet de lui donner l’assurance que ses serviteurs seraient rétribués sur ses « deniers » selon son testament et dit d’autres choses que Chastre avoue ne pas savoir. Après cela, la reine se mit de nouveau à prier et, devant les pleurs de ses dames, leur remontra combien celles-ci devaient être aussi constantes qu’elle et

« elle se présenta à la mort fort constamment, une de ses femmes luy banda les yeulx puis elle se baissa sur un billot et le bourreau luy trancha la teste avec une hache à la mode du pays puis prit la teste la montrant à tous les assistans car lon laissa entrer dans ladite salle plus de trois cens personnes du bourg et lieux voisins ».

13Le récit se poursuit encore : le corps de la reine fut recouvert d’un drap noir et transporté dans sa chambre où il fut ouvert et embaumé « comme lon dict ». Sur ce, le comte de Shrewsbury dépêcha son fils pour porter la nouvelle à la reine d’Angleterre. Le lendemain, vers les trois heures de l’après-midi, « toutes les cloches de la ville de Londres commencèrent à sonner » et des feux de joie furent allumés tandis que des festins s’improvisèrent dans les rues en signe de « grande resjouissance ». Puis le récit s’achève sur une rumeur, comme une conclusion venant ouvrir un possible procès :

« Le bruict est que ladicte dame mourant a persisté à dire quelle estoit innocente, quelle navoit jamais pensé à faire tuer la royne dangleterre, quelle pria dieu pour elle et quelle chargea ledict Melvin de dire au Roy descosse, son fils, quelle le prioit honorer ladite royne dangleterre comme sa mère et de ne se départir jamais de son amitié. »

Réception et mise en place du vocabulaire du martyre

  • 12 Discours de la mort de très haute et très illustre princesse Madame Marie Stuard, royne d’Ecosse, f (...)
  • 13 Cette dernière version aurait circulé à Paris dès le mois de mars d’après Alexander S. Wilkinson d (...)

14Voici donc le premier récit, assez avare en détails, réceptionné en France dans une fièvre générale décrite par Pierre de L’Estoile. Cette information manuscrite rencontra en effet un tel succès qu’elle fut rapidement imprimée avec plusieurs éditions autorisées12. De même que la première nouvelle fut rapidement réappropriée par d’autres et amplifiée, comme ce fut le cas avec l’Avisso évoqué plus haut, avec le rapport de l’ambassadeur vénitien au doge, mais aussi avec la lettre de Jérôme de Gondi, baron de Codun, à James Beaton, archevêque de Glasgow, dans laquelle il fait le récit de la dernière nuit de la martyre13. Ces informations sont également assez proches de celles tirées du « vray rapport de lexecution » établi sur la base d’une information anglaise dont l’origine est cependant incertaine. Il s’agit sans doute du rapport fait sur la demande de Robert Beale et que le fils du comte de Shrewsbury apporta à Greenwich le lendemain matin, comme cela est mentionné au début du document :

  • 14 Discours sur l’exécution de la Royne descosse, BnF ms fr. 4020, fol. 184 v°-195 v°, copie faisant (...)

« Cecy est le transcript et advertissement de lexecution envoiée ce mesme jour quelle fust faicte a la cour. Le Poste qui délivra iceluy fust dépesché en haste environ une heure aprez midy ce mesme jour14. »

  • 15 Cité par A. S. Wilkinson, op. cit., p. 133 : BL, ms Calg. C. IX, fol. 589-599.

15Un autre rapport officiel de l’exécution a cependant aussi existé, à moins qu’il s’agisse du même document, et aurait été établi par Robert Wingfield, lequel avait fait office de secrétaire en rapportant jusqu’aux dernières paroles15. Après réception, cette nouvelle officielle fut expédiée depuis Greenwich à une date ultérieure. La copie française du rapport consulté couvre une information beaucoup plus détaillée que celle de Châteauneuf. Si les premières pages reprennent l’acte d’accusation et la sentence, prononcée pour « la paix et tranquillité de cest estat », les seize pages suivantes ne laissent pas d’étonner en fournissant des informations susceptibles de nourrir la thèse du martyre et, surtout, en adoptant une rhétorique du pathos que renforce parfois le recours au style direct. Sans doute, le document original et officiel a-t-il fait l’objet d’une réécriture.

  • 16 Discours sur l’exécution de la Royne descosse, op. cit., fol. 188 r°. Le « vray rapport » fait égal (...)
  • 17 L’évêque de Ross, John Leslie, qui était très lié au milieu des exilés écossais de Rouen, publia s (...)
  • 18 Renaud de Beaune, Oraison funèbre sur la mort de la Royne d’Escosse prononcée en mars 1587, en l’É (...)
  • 19 BL, ms ADD 48027, fol. 654 r°-658 v°, “Resporte of the manner of the execution of the Scottishe Qu (...)
  • 20 BnF, ms fr. 4020.

16Cette fois, la datation est celle du calendrier julien maintenu en Angleterre après 1582, ce qui semblerait d’abord confirmer la provenance anglaise de l’information. De même que l’attitude de Marie Stuart face aux émissaires de la reine, venus lui signifier son ordre d’exécution, n’est pas celle de la constance et de l’acceptation soulignée dans les manuscrits français mais plutôt celle de la colère : « La Royne descosse fust faschée et desplaisante de la nouvelle ne voulant croire la commission estre signée de la main de La Royne16. » Cette information était d’autant plus inédite que le traitement de cet épisode fut toujours, par la suite, une occasion de souligner la constance de la reine et, cela, dès les premières informations suivies par le premier récit imprimé de l’exécution tiré de la lettre de Châteauneuf, ensuite reprises à partir de l’amplification faite par Gondi dans sa lettre et dont on retrouve tous les détails dans l’édition de 1587 de l’oraison de John Leslie, sous le titre de Harangue funèbre17. Entre la lettre de Châteauneuf, le « vray rapport » et la lettre de Gondi, un premier récit circonstancié est mis en place dont de nombreux éléments furent repris dans l’oraison funèbre prononcée par l’archevêque de Bourges Renaud de Beaune le 13 mars, lequel honore, au début de son discours, « cette tres-chrestienne, tres-vertueuse et tres-constante Royne18 ». L’archevêque souligna donc la constance de cette martyre chrétienne et contribua à son hagiographie en amplifiant ses paroles déjà retranscrites dans le « vray rapport » ainsi que dans le rapport du doyen de Peterborough présent le jour de l’exécution19. Puis, à la suite de Renaud de Beaune, Blackwood et Brantôme jusqu’à De Thou dans son Histoire universelle, privilégièrent l’image d’une reine qui « sans défaillir » était prête à l’arrivée de ses bourreaux. En revanche, l’occasion est donnée, par un procédé d’amplification, de révéler la cruauté dont elle fut victime. Contrairement aux premières informations, Adam Blackwood, dans son Martyre de la Royne d’Escosse imprimé en 1587, fait ainsi parler à la première personne les personnages de cette tragédie et, tandis que Marie a réclamé du temps pour préparer ses instructions, le comte de Shrewsbury lui répond : « Il fault mourir, il fault mourir, tenez vous preste demain entre sept et huict heures du matin, on ne vous prorogera pas ce délay d’un moment20. » S’inspirant de ce second récit imprimé en 1587, Brantôme reprit in extenso le propos du comte dans sa biographie de la reine d’Écosse de même que l’historiographe espagnol Antonio de Herrera dans son Historia de lo sucedido en Escocia y Inglaterra en quarento y quatro annos que vivio la reyna Maria Estuarda, publiée à Madrid en 1589.

  • 21 La mort de la Royne d’Escosse douairière de France ; où est contenu la vray discours de la procédur (...)

17Cette amplification est la première d’une longue série dont rendent compte les deux volumes de l’édition londonienne de 1725, de Samuel Jebb, qui reprend seize récits, en latin, en français et en espagnol, de la vie et mort de la reine d’Écosse. Il en ressort que Renaud de Beaune, à travers son oraison, et Adam Blackwood ont fixé d’emblée, et pour l’essentiel, le vocabulaire de cette amplification. Les récits postérieurs aux éditions de 1587, déjà mentionnés, ne font alors que reprendre littéralement les termes de l’oraison et de cette histoire du Martyre, à l’exception du récit du médecin de Marie Stuart, Dominique Bourgoin, repris par Blackwood dès 158821. Cette dernière édition in-12° de cent soixante pages environ livre une information très circonstanciée sur l’événement mais en délivrant des détails qui ne furent pas particulièrement repris par la suite. Ainsi, la dernière nuit de la reine devint, sous leurs plumes, l’objet d’une narration pourtant absente des premières informations à l’exception de celle de Gondi. Tandis que le « vray rapport » se contente de signaler qu’« on dict. quil se passa quelques parolles de la par de la Royne et de leur part aussy envers la Royne » [fol. 189 v°], l’archevêque de Bourges décrit longuement la dernière nuit passée en prières et en saintes paroles :

  • 22 Renaud de Beaune, op. cit., p. 39.

« Donques (disoit elle entre autres choses) je vous suis mon Dieu, où il vous plaist m’appeller et conduire, qui est à la fin de mes maux, et à l’entrée de mon salut. O heureuse journée qui eschangera mes langueurs et tristesses en vie heureuse et divine, et qui me tirera d’entre les mains de mes ennemis pour me mettre avec mon Dieu, mon Createur et Sauveur22. »

18Puis adressant une longue harangue à ses demoiselles, elle les pria de prendre :

  • 23 Ibid., p. 41.

« L’exemple de ma constance, pour le plus cher et plus seur gaige que je vous puisse laisser de mon amitié. Parmy mes tempestes dont la vie des hommes est continuellement batue, il me semble qu’il n’y a bien en ce monde qui soit de si grand usage que la vertu, qui par exemple de constance nous affermit contre les adversitez23. »

  • 24 « Vray rapport », op. cit., fol. 189v°.
  • 25 BL ms ADD 48027, rapport du docteur Fletcher, fol. 655 r°, ainsi que le « vray rapport », fol. 191 (...)
  • 26 « Vray rapport », fol. 191 v°.

19Puis, le lendemain matin, selon le « vray rapport », lorsque le « prévost » vint quérir la reine, celle-ci refusa d’abord d’ouvrir, fait non mentionné dans les récits imprimés en 1587 et les premières années suivantes, puis elle sortit finalement, « preste » et semblant « attendre leur venue avec une face ouverte et résolue de prendre tout en gré et grand patience24 ». Les récits ultérieurs s’emploient à la montrer bien préparée à mourir, ainsi que le rapport du doyen de Peterborough qui rajoute ces quelques paroles non reprises ailleurs, de faire dire à ses proches qu’elle meurt en chrétienne, jugée seulement par Dieu, et selon sa religion. Elle se rendit ensuite dans la grande salle au côté de son maître d’hôtel Melvin qu’elle chargea d’un message pour son fils le roi d’Écosse puis monta sur l’échafaud où elle parut « non estonnée de veoir tout cecy, regardant lassemblee dune joyeuse contenance ». Robert Beale lut ensuite la sentence sans que Marie ne changeât rien à sa « contenance », donnant l’impression de ne pas écouter comme si cela ne la concernait pas25. Puis, il revint au docteur Fletcher, doyen de Peterborough, de prononcer un long sermon en forme d’exhortation pour convaincre Marie de « changer son opinion », d’après le rapport du même doyen. Or, toutes les informations sont unanimes pour retenir, dans cette partie de l’histoire, qu’elle refusa ce sermon et coupa la parole au « ministre » au début de sa harangue, lui disant : « Monsieur doyen je suis Catholique et résolue de mourir telle26. » Le comte de Shrewsbury, sans doute piqué par cet affront, lui reprocha alors d’être « papiste » et d’avoir recours, pour ses prières, à deux crucifix – l’un dans la main et l’autre en pendentif – ainsi qu’à des chapelets à la ceinture. Mais la reine, indifférente à ces paroles, s’était mise à prier et, tandis que le doyen reprit son sermon, elle pria en latin encore plus haut pour couvrir la voix de ce dernier. Elle récita quelques psaumes – In te Domine speraui, non confundar in aeternum et In manus tuas Domine commendo spiritum meum –, se frappant la poitrine avec son crucifix jusqu’à émouvoir l’assemblée. Le « vray rapport » reprend ensuite une prière qu’elle aurait dite en anglais mais que les imprimés ne reprirent pas par la suite.

  • 27 Adam Balckwood, Martyre de la Royne d’Escosse, op. cit., Renaud de Beaune, Oraison funèbre sur la (...)
  • 28 BnF ms fr. 4020, fol. 194 r°, « Elle, persévérant tousjours en ses prières et son col estant prest (...)

20Enfin, le temps de l’exécution arriva et autre fait nouveau repris que bien des années plus tard, elle fut déshabillée et se présenta devant le billot en robe de dessous rouge qui est la couleur du martyre. Le récit insiste également sur des détails dignes du martyre, à savoir que le bourreau dut s’y reprendre à deux fois pour lui trancher la tête et que lorsqu’il souleva la tête, au cri de “God save the Queen”, celle-ci se détacha de la perruque que Marie portait ordinairement et roula sur l’échafaud. Dans l’oraison funèbre de Renaud de Beaune, prononcée en mars 1587, et qui se trouve être la réappropriation la plus immédiate de la nouvelle, un seul coup de hache est mentionné mais la tête montrée à la foule venue assister à l’exécution est aussi décrite de façon pathétique : « Et ceste teste pleine de Majesté qui avoit porté les couronnes de deux Royaumes, fut montrée au peuple tant sanglante, la bouche ouverte les yeux sillés, et les cheveux si blonds et forts, devenus tous blancs a cause de sa longue prison hydeusement épars. » Renaud de Beaune insiste sur le sang ruisselant à « gros bouillons » pour ajouter l’horreur à l’indignation face à un si « cruel, barbare Et si tyrannique carnage27 ». Adam Blackwood, quant à lui, insiste également sur l’horreur de la scène déjà suffisamment explicite dans le « vray rapport28 ». Le bourreau fit tomber sa hache trois fois, ce qui est beaucoup plus pathétique :

  • 29 Adam Balckwood, op. cit., p. 412.

« Le bourreau luy bailla un grand coup de hache, dont il luy enfoncea ses artifets dans la teste, laquelle il n’emporta qu’au troisiesme coup pour rendre le martyre plus illustre, combien je sçay que ce n’est pas la peine, ains la cause qui faict le martyre29. »

  • 30 John Staines, The Tragic Histories of Mary Queen of Scots 1560-1690, op. cit., p. 97.

21 Le Martyre de la Royne d’Escosse d’Adam Blackwood, publié en 1587, présente une martyrologie déjà bien complète. La publication, l’année suivante, de La Mort de la Royne d’Escosse douairière de France enrichit la première version par le récit du médecin Bourgoin, apportant ainsi plusieurs diatribes contre la reine d’Angleterre de même que fut imprimée une nouvelle version du Martyre comprenant, en plus, l’oraison de Renaud de Beaune. Cette édition de 1588 reprend également le rapport établi par Wingfield et, en particulier, le passage concernant les paroles dites au maître d’hôtel Melvin, selon lesquelles Marie Stuart déclara mourir ferme en sa religion, en femme écossaise et en française. Or, ces mêmes paroles furent également retranscrites par Fletcher, doyen de Peterborough, dans son propre rapport. L’édition de 1588, mentionnée plus haut, ajoute au dossier du martyre de Marie Stuart son testament ainsi que les deux lettres écrites avant l’exécution ; celle au confesseur et la dernière lettre à Henri III. Enfin, en 1589, Blackwood proposa au public catholique une nouvelle édition du Martyre illustrée de plusieurs gravures. À travers ces différentes narrations de la vie et de l’exécution de Marie Stuart, Blackwood s’appuie sur une rhétorique de l’antagonisme et de l’émotion. Le martyre de Marie Stuart devient légitime par ce qui oppose l’image de la reine d’Écosse à celle de la reine d’Angleterre que Blackwood perpétue en nouvelle Jézabel. Il établit ainsi des arguments qui informent tandis que d’autres, ceux du récit en particulier, ont pour vocation d’émouvoir le lecteur afin de construire la vie d’une sainte jusque dans son propre corps30.

Réception et instrumentalisation

22La réception de la nouvelle produit, par réappropriation, une information amplifiée. Pour prendre la bonne mesure de cette amplification, il est important de considérer les attentes du milieu qui reçoit la nouvelle : de ce point de vue, la cour, pour des raisons politiques et diplomatiques, a atténué l’effet de la réception et de fait n’est pas à l’origine d’un traitement particulier de l’information d’autant plus qu’Élisabeth Ire se défendit immédiatement d’avoir voulu faire exécuter sa cousine, rejetant la faute sur ses commissaires trop zélés. La cour se contenta donc de porter le deuil et Henri III fit organiser des funérailles à Notre-Dame. René de Lucinge témoigne de la tristesse qui régnait alors et de la situation délicate dans laquelle se trouvait le roi de France, ne pouvant régler cet affront humiliant de la reine d’Angleterre, mais toutefois contraint de prendre en considération l’esprit de vengeance qui avait renforcé le clan de la Ligue. Le 13 mars, la cour se contenta de rendre hommage à Marie Stuart avec de belles funérailles, comme le rapporte Pierre de L’Estoile :

  • 31 Pierre de L’Estoile, op. cit., p. 487.

« À la nouvelle de cette mort, on fit en la cour de France grande démonstration de deuil, nommément ceux de la maison de Lorraine et de Guise, auxquels ladite défunte reine d’Écosse attenait de si près (voire de trop près pour elle, selon l’opinion de beaucoup). De fait, le dimanche ensuivant, le roi, la reine, le duc de Mayenne et les autres seigneurs et dames de la maison de Lorraine, étant lors à Paris, lui fut fait un solennel service auquel assistèrent le comte de Soissons, les ducs de Mercœur et d’Elbeuf, portant le grand deuil, les cardinaux de Bourbon, de Vendôme, de Guise et de Joyeuse, en leurs accoutrements violets, et le duc de Mayenne et autres seigneurs et gentilshommes en longs manteaux de deuil. La cour de parlement, la chambre des comptes, la cour des généraux, le Châtelet, les élus et les prévôts des marchands, échevins et autres officiers de la ville, en robes de deuil, les chaperons sur l’épaule31. »

23En revanche, le milieu ligueur parisien, en recevant la nouvelle de l’exécution de Marie Stuart, instrumentalisa immédiatement l’événement pour fragiliser la position d’Henri III en ayant recours aux imprimés et aux prêches comme le souligne encore L’Estoile :

  • 32 Ibid.

« Sa mort fut intimement regrettée et plainte par les catholiques, principalement par les ligueurs, qui criaient et disaient tout haut qu’elle était morte martyre pour la foi catholique, apostolique et romaine, et que la reine anglaise ne l’avait fait mourir pour autre chose que pour la religion, quelque couleur que d’ailleurs elle se fût efforcée d’en enquérir et rechercher. En laquelle opinion ils étaient dextrement et soigneusement entretenus par les prédicateurs qui la canonisaient tous les jours en leurs sermons32. »

  • 33 Ibid., p. 488.

24Le martyre de la reine d’Écosse permit ainsi de renforcer l’opinion catholique et de défier l’autorité du roi en mettant en doute son propre engagement religieux. Aussi, le jour des funérailles, un premier placard ligueur fut affiché sur la porte de Notre-Dame tandis que l’archevêque de Bourges y prononçait une oraison à la gloire des Guises, provoquant ainsi le roi qui lui donna ordre d’amender son texte pour l’impression qui se fit l’année suivante. De même qu’arriva dans Paris la lettre de Châteauneuf que L’Estoile tenait pour un tissu de mensonges alors que, comme cela a été montré, l’essentiel de cette information est tiré de la lettre de M. de Chastre qui fut chargé de l’établir et que d’autres témoignages confirment. Toutefois, Pierre de L’Estoile, sceptique devant ce déferlement de « pasquils, placards, tombeaux et discours sur cette mort [qui] volaient à Paris et partout, et [qui] s’y semaient selon l’affection et passion des partis », considéra la lettre de l’ambassadeur comme un document ligueur supplémentaire d’« environ une page et demie d’écritures, et courut fort à Paris et partout, y ayant de la presse à qui l’aurait pour ce que chacun le tenait pour véritable à cause du lieu d’où il sortait33 ». Les jours suivant la nouvelle de la mort de la reine d’Écosse, il y eut bien une quête frénétique de l’information qui explique les copies aujourd’hui conservées de la lettre de Monsieur de Châteauneuf. Pour Pierre de L’Estoile, cette frénésie était avant tout le fait de la Ligue qui s’empara également des images pour émouvoir l’opinion. Cette même année, circula en effet, dans Paris, le Theatrum crudelitatum Haereticorum de l’Anversois Richard Verstegan illustré de quelques gravures exécutées par lui-même et Jean Wierix. Celle représentant l’exécution de Marie Stuart, à la toute fin de l’ouvrage, semble avoir été exposée au début du mois de juillet dans le cimetière de Saint-Séverin. Pierre de l’Estoile rapporte à son propos qu’elle fut punaisée sur un tableau au côté d’autres gravures de martyrs, sans doute tirées du même ouvrage, et que le tableau avait été placé dans le cimetière de Saint-Séverin dans la paroisse du prêtre ligueur Jean Prévost :

  • 34 Ibid., p. 497.

« En ce tableau étaient peintes au vif et représentées plusieurs cruelles et étranges inhumanités exercées par la reine d’Angleterre contre les bons et zélés catholiques, apostoliques et romains ; et avait été mis là exprès, pour animer toujours de plus en plus le peuple à la guerre contre les huguenots et hérétiques, adhérents et fauteurs d’iceux, et même contre le roi, que le peuple instruit par les prédicateurs disait favoriser sous main les huguenots. De fait, allait ce sot peuple de Paris, voir tous les jours ce beau tableau, lequel voyant, il s’émouvait, criant qu’il fallait exterminer tous ces méchants politiques et huguenots34. »

  • 35 Alexander S. Wilkinson, op. cit., p. 109.
  • 36 Ibid., p. 106.

25Le roi, ayant été informé, donna ordre de le faire enlever le 9 juillet, de nuit et le plus discrètement possible. Mais cette paroisse étant étroitement liée au milieu des exilés catholiques anglais, Jean Prévost poursuivit son œuvre de déstabilisation par des sermons enflammés et fut finalement arrêté le 12 septembre 158735. Marie Stuart, cependant, continua d’incarner la martyre de la cause catholique anglaise, fragilisant de fait, par son instrumentalisation à travers les imprimés, la diplomatie du roi. Pour la défense des catholiques anglais et contre la politique d’Henri III, les textes consacrés à l’Angleterre représentèrent alors près du quart des ouvrages polémiques catholiques édités en 158736.

  • 37 Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Un homme d’État au temps des Guerres de Religio (...)

26Le cas particulier de la réception de la nouvelle de l’exécution de Marie Stuart, reine d’Écosse, démontre bien l’importance, en général, de la communication manuscrite de l’information dans les mouvements d’opinion et dans la fixation d’une mémoire historique de l’événement à partir des imprimés. Si la première information fut brève, dans son cas, mais suffisamment précise pour fixer le cadre de sa martyrologie, il revint aux imprimés, en revanche, d’en amplifier le vocabulaire tout en restant fidèle à l’hypotypose de départ qui fixe le modèle du martyre par sa description vivante et exemplaire des derniers moments de la reine. La rhétorique repose alors autant sur l’enseignement des faits – l’information – que sur la façon de les rendre émouvants grâce au spectaculaire de la situation et grâce aux dernières paroles de la reine qui peut ainsi rejoindre les figures illustres et leurs paroles mémorables. Cependant, le caractère polémique de cette cause en France, à la fin des guerres de religion mais aussi dans le temps de la pacification du royaume sous Henri IV, a contribué à maintenir le récit dans cette perspective du martyre et donc dans celle de sa propre instrumentalisation au point d’en faire une figure suspecte. Ainsi, le fameux Pomponne de Bellièvre, qui avait tenté en vain de plaider la cause de la reine auprès d’Élisabeth Ire entre novembre 1586 et janvier 1587, dut intervenir, en tant que chancelier, contre une pièce mettant en scène son martyre. Pomponne de Bellièvre était chancelier depuis 1599 et, à ce titre, avait en charge la police générale du royaume et, par conséquent, les affaires de librairie. En mars 1602, il fut une première fois mis en garde contre une pièce qui risquait alors de créer un grave incident diplomatique. Il s’agissait de L’Ecossoise, pièce écrite par Antoine de Montchrestien relatant la mort de Marie Stuart, qui fut représentée quelques mois plus tard sous le titre de l’Histoire angloise contre la roine d’Angleterre et dont le chancelier fit interdire la représentation37.

Annexes

Annexe [BnF, ms fr. 6 550, pièce no 79, fol. 177]

Le sabmedy xiiiie jour dudit moys, Monsr Belé, beaufrère de monsr de Walsingham fut dépesché sur le seoir avec commission signée de la main de la Royne dangleterre pour faire trancher la teste de la Royne descosse et commandement aux comtes de Cherosbery, de Kent et de Rotoland avec beaucoup d’autres gentilzhommes voisins dudit lieu de Sotheringhan dassister a ladite exécution. Ledict sieur Belé mena avec lui le bourreau de Londres qui fut habillé tout de velours noir ainsi quil fut rapporté et partirent la nuict dudit sabmedy au seoir assez secrètement. Il arriva là le lundy au seoir xvi et le mardy furent mandés quérir lesdits comtes et gentilzhommes. Ledit jour au seoir monsr Paulet gardien de ladite Royne descosse accompagné dudit Bolé et du chérif de la province qui est celluy qui en chacun baillage est comme prévost des maréchaulx ou juge criminel allèrent trouver ladite dame et luy signifièrent la volonté de la Royne leur maistresse qui estoit contraincte de faire exécuter la sentence de son parlement. Lon dict que ladite dame se monstra fort constante disant qu’encores quelle neust jamais creu que la Royne sa sœur en deust venir là, est ce que se voyant réduicte en si grande misère depuis trois mois quelle avoit la mort pour trèsagréable, preste à la recepvoir quand il plairoit à dieu. Ilz luy voulurent laisser un ministre, mais elle ne le voulust poinct. Il y a une grande salle audit château où lon avoit faict dresser un échasfault couvert de drap noir avecques un oreiller de velours noir. Le mercredy sur les neuf heures lesdits comtes avec son gardien allèrent quérir ladite dame Royne descosse quilz trouvèrent fort constante et sestant habillée fust menée dans ladite salle suivie de son maistre d’hostel mr Melvin, son chirurgien et son apothicaire et dun autre de ses gens, elle commanda que ses femmes la suivissent, ce qui leur fut permis, estant tout le reste de ses serviteurs enfermés dès le mardy au seoir. Lon dict quelle mangea avant que de partir de sa chambre. En montant sur leschasfault elle dict à monsr Paulet quil luy aida à monter, que ce seroit la dernière peyne quelle luy donneroit estant là à genoulx, elle parla long temps à son maistre d’hostel luy commanda daller trouver son filz, luy faire service, comme elle sasseuroit quil feroit tousjours aussi fidèlement quil luy avoit faict, que ce seroit luy qui le récompenseroit puis quelle ne lavoit peu faire de son vivant, dont elle estoit très marrye et le chargea de luy porter sa bénédiction, laquelle elle feist à lheure mesme, puis elle pria dieu en latin avec ses femmes naiant voulu permectre quun évesque anglois, là présent, approchast delle, protestant quelle estoit catholique et quelle vouloit mourir en ceste religion, après cela elle demanda audit sieur Paulet si la Royne sa sœur avoit pas agréable le testament quelle avoit faict quinze jours auparavant pour ses pauvres serviteurs, il luy respondit quouy, quelle feroit accomplir ce qui y estoit contenu pour distribution des deniers quelle leur a ordonné, elle parla de [ ?] et Pasques qui sont en prison, mais je nay pas sceu au vray ce quelle en dist. Puis sestant remise à prier dieu, mesme à consoler ses femmes qui pleuroyent, se présenta à la mort fort constamment, une des ses femmes luy banda les yeulx, puis elle se baissa sur un billot et le bourreau luy trancha la teste avec une hache à la mode du pais, puis prit la teste la monstrant a tous les assistans car lon laissa entrer en ladite salle plus de trois cens personnes du bourg et lieux voisins, aussitost le corps fut couvert dun drap noir er reporté en sa chambre où il fut ouvert et embaulmé comme lon dict. Monsr le Comte de Cherosbery dépescha à lheure mesme son filz vers la Royne dangleterre pour luy porter nouvelles de ceste exécution, laquelle aiant esté faicte ce mercredy xviii dudit mois de febvrier sur les dix heures du matin. Il arriva vers sa majesté le jeudy ensuyvant xix. Lesquelles nouvelles ne furent long temps celées car dès les trois heures après midy toutes les cloches de la ville de Londres commencèrent à sonner et se firent feux de joye par toutes les rues avec festins et banquetz en signe de grand resjouissance. Le bruict est que ladicte dame mourant a persisté à dire quelle estoit innocente, quelle navoit jamais pensé à faire tuer la royne dangleterre, quelle pria dieu pour elle et quelle chargea ledict Melvin de dire au roy descosse son filz quelle le prioit dhonorer ladite royne dangleterre comme sa mère et ne se départir jamais de son amitié.

Notes

1 Alexander S. Wilkinson, Mary Queen of Scots and French Opinion, 1542-1600, New York, Palgrave MacMillan, 1994.

2 John Staines, The Tragic Histories of Mary Queen of Scots, 1560-1690: Rhetoric, Passions and Political Literature, Farnham, Ashgate, 2009.

3 Helen Smailes et Duncan Thomson, The Queen’s Image. A Celebration of Mary, Queen of Scots, Edinburgh, Scottish National Portrait Gallery, 1987 : Robert Beale fit réaliser, sur le vif, une vue du procès et de l’exécution. Ces dessins ont ensuite été conservés par le gendre de Robert Beale, Sir Henry Yelverton, et ont intégré le fonds Yelverton de la British Library, ainsi que le rapport établi par Robert Beale sur l’exécution. Quant à la gravure, elle illustra le Theatrum crudelitatum haereticorum nostri temporis (Anvers, 1587) de Richard Verstegan.

4 Bibliothèque nationale de France [BnF], manuscrit français [ms fr.] 4020, fol. 184 v° sq. : « Discours de l’exécution de la Royne descosse », et BnF, ms fr. 20992 pour les pièces du procès de Marie Stuart en français. Voir également, le manuscrit ADD 48027 de la British Library [BL].

5 BL, ms Add 20915, fol. 3 r°-14 r°, il pourrait s’agir d’une lettre de l’ambassadeur d’Espagne à Paris, Bernardino de Mendoza, à Philippe II.

6 Ibid., fol. 3 r°, « A los cinco de Março llegó aqui la miserable nueva de la crueldad [...] que contra toda ley la Reyna deynglaterra ysabel a usado con la Serenissima Reyna deescocia, Maria, cortandole la cabeça con una hacha. »

7 BnF, ms Fonds des Cinq Cents de Colbert, t. xxxv, pièce 45. Voir Alexandre Teulet, dans Relations politiques de la France et de l’Espagne avec l’Écosse au XVIe siècle, t. 4 (1585-1603), Paris, Renouard, 1862, p. 170.

8 BnF, ms fr. 3975, fol. 16 r°-19 v°. La lettre a été retranscrite par Alexandre Teulet, op. cit., p. 169-178.

9 BnF, ms fr. 3975, fol. 16 r°.

10 Ibid., fol. 17 r°, aucun lien n’apparaît ici avec les copies des manuscrits anglais relatifs à l’exécution [BL, ms ADD 48027] et le « vray rapport » de la BnF, ms fr. 4020, fol. 185 r° sq.

11 Les citations sont tirées du manuscrit sans doute le plus ancien : BnF, ms fr. 3975, fol. 16.

12 Discours de la mort de très haute et très illustre princesse Madame Marie Stuard, royne d’Ecosse, faicte le dix-huitième jour de février 1587. Ensemble les derniers propos tenuz par ladicte Dame, Paris, Jehan Poitevin, 1587, in-8°, dans Édouard Fournier, Variétés historiques et littéraires, t. V, Paris, P. Jannet, 1856, p. 279. Également, d’après J.-Ch. Brunet, dans Le Manuel du libraire et l’amateur de livre (t. 2, Paris, 1842, p. 103), un in-octavo portant le même titre circula dans Paris et fut réédité en 1589. A. Wilkinson aurait repéré six de ces éditions sous deux titres différents, dont celui ci-dessus et Discours de la mort de trèshaute et très illustre princesse Madame Marie Stouard, s. l., 1587.

13 Cette dernière version aurait circulé à Paris dès le mois de mars d’après Alexander S. Wilkinson dans Mary Queen of Scots, op. cit., p. 132, qui tire cette information de Walter R. Humphries, “The Execution of Mary, Queen of Scots”, Aberdeen University Review, t. xxx, 1943.

14 Discours sur l’exécution de la Royne descosse, BnF ms fr. 4020, fol. 184 v°-195 v°, copie faisant partie d’un ensemble de papiers du XVIIe siècle.

15 Cité par A. S. Wilkinson, op. cit., p. 133 : BL, ms Calg. C. IX, fol. 589-599.

16 Discours sur l’exécution de la Royne descosse, op. cit., fol. 188 r°. Le « vray rapport » fait également allusion à une rumeur selon laquelle la reine d’Écosse craignait qu’on ne cherchât à l’assassiner durant la nuit. Ce détail ne se retrouve nulle par ailleurs mais, cependant, il fait écho aux papiers de Robert Beale selon lesquels Élisabeth Ire lui reprocha de ne pas avoir eu recours à cette solution pour éviter une exécution publique. Voir les références données par Mignet, dans Histoire de Marie Stuart, Paris, t. 2, 1854, p. 348 et ss.

17 L’évêque de Ross, John Leslie, qui était très lié au milieu des exilés écossais de Rouen, publia son oraison sous des titres différents dont celui de la Harangue funèbre sur la mort de la Royne d’Écosse, à Paris, chez Jean Charron en 1587, qui fut le plus complet.

18 Renaud de Beaune, Oraison funèbre sur la mort de la Royne d’Escosse prononcée en mars 1587, en l’Église nre Dame de Paris par Mgr Renauld de beaune archevesque et Patriarche de Bourges primat d’aquitaine, p. 1, dans Adam Blackwood, Martyre de la Royne d’Escosse, Douairiere de France. Contenant le vray discours des trahisons à elle faictes à la suscitation d’Elizabet Angloise, par lequel les mensonges, calomnies er faulses accusations dressées contre ceste tres-vertueuse, tres-Catholique et tres-illustre Princesse sont eclarcies et son innocence avérée. Avec son oraison funèbre prononcée en l’Église nostre dame de Paris, Edimbourg, chez Jean Nafield, 1588. Cette oraison fut également éditée en 1588, à Paris, chez Guillaume Bichon.

19 BL, ms ADD 48027, fol. 654 r°-658 v°, “Resporte of the manner of the execution of the Scottishe Queen performed the viiith of februarie, an. 1586 in the greate hall within the castle of Fotheringhey with relation of speache and actions happeninge in the said execution”, “made by D. Fletcher Dean of Peterborough”. Ce manuscrit anglais de huit pages reprend essentiellement les dernières paroles des différents protagonistes à partir de l’arrivée de Marie Stuart sur l’échafaud.

20 BnF, ms fr. 4020.

21 La mort de la Royne d’Escosse douairière de France ; où est contenu la vray discours de la procédure des Anglois à l’exécution d’icelle, la constante et royale résolution de sa Majesté défuncte, ses vertueux déportemens et derniers propos, ses funérailles et enterrement, d’où on peut cognoistre la traistre cruauté de l’Hérétique Anglois à l’encontre d’une Royne souveraine tres-chrestienne et Catholique et innocente, s. l., 1588, in-12, également dans S. Jebb, De Vita et rebus gestis serenissimae principis Mariae scotorum reginae, franciae dotariae, Tomus secundus, Londini, 1725, p. 609-669.

22 Renaud de Beaune, op. cit., p. 39.

23 Ibid., p. 41.

24 « Vray rapport », op. cit., fol. 189v°.

25 BL ms ADD 48027, rapport du docteur Fletcher, fol. 655 r°, ainsi que le « vray rapport », fol. 191 r°.

26 « Vray rapport », fol. 191 v°.

27 Adam Balckwood, Martyre de la Royne d’Escosse, op. cit., Renaud de Beaune, Oraison funèbre sur la mort de la Royne d’Escosse, op. cit., p. 44.

28 BnF ms fr. 4020, fol. 194 r°, « Elle, persévérant tousjours en ses prières et son col estant prest a recepvoir le coup avoit mis ses deux mains sous son menton ce questant aperceu par les exécuteurs furent retirées autrement eussent este couppées avecq sa teste et sur ce l’executeur frappa de sa hache mais faillant a trouver la jonction luy frappa un grand coup sur le chignon du col mais ce qui fust digne dune constance non pareille est que lon ne vist démener aucune partie de son corps ny pas seulement jetter un soupir. Le prochain coup fust justement sur le premier par lequel on vist sa teste séparée de son corps [...] aussytost le secrétaire print la teste et la montrant au peuple dict. selon la coutume, God save the quenne, Dieu sauve la Royne Elizabeth, comme il leust eslevé tomba soudainement de ses mains pour ce qu’il l’avoit prise par la perucque de ses cheveux faux. »

29 Adam Balckwood, op. cit., p. 412.

30 John Staines, The Tragic Histories of Mary Queen of Scots 1560-1690, op. cit., p. 97.

31 Pierre de L’Estoile, op. cit., p. 487.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 488.

34 Ibid., p. 497.

35 Alexander S. Wilkinson, op. cit., p. 109.

36 Ibid., p. 106.

37 Olivier Poncet, Pomponne de Bellièvre (1529-1607). Un homme d’État au temps des Guerres de Religion, Paris, École nationale des Chartes, 1998, p. 94.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540