Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sang des princes

 | 
Paul Chopelin
, 
Sylvène Édouard

Première partie. La réception immédiate du procès et de l’exécution

Introduction

Texte intégral

1L’information produite au moment des exécutions royales avait vocation à se démultiplier, au gré des réceptions, croisant plusieurs stratégies et entremêlant différentes mémoires de l’événement. La condamnation à mort et l’exécution de l’être royal, par nature insacrifiable, conduisirent en général, dans un premier temps, à une communication immédiate et purement informative de leur caractère licite pour fonder la légitimité du nouveau pouvoir. Ces macabres « nouvelles » prenaient alors le chemin des cours étrangères où le sort de l’infortuné ne pouvait laisser indifférents les têtes couronnées et les gouvernements qui se croyaient à l’abri de leur légitimité. Après l’exécution de Marie Stuart en 1587, qui fut la première décidée par sentence judiciaire, Élisabeth Ire en fit parvenir à Henri III un récit manuscrit détaillé, et veilla à précéder les dépêches diplomatiques. La communication manuscrite, relayée par la rumeur, anticipa l’imprimé jusque dans le premier tiers du XVIIe siècle, avant que les périodiques ne s’imposassent dans la médiation des nouvelles. La médiatisation de l’exécution de Charles Ier, survenue le 9 février 1649, passa ainsi par des informations périodiques. En dépit de la part importante de l’imprimé, les rumeurs continuèrent cependant à alimenter les récits et à les amplifier pour en détourner le sens. Le sort de la famille impériale russe donna ainsi lieu à plusieurs versions qui émurent les cours européennes mais les contradictions qui apparurent assez vite entre les rapports, les enquêtes et les témoignages continuent encore aujourd’hui d’entretenir le doute sur les événements. L’affaire a suscité beaucoup de passions, dignes de romans à succès et de documentaires audiovisuels assurés d’une large audience, mais au détriment d’enquêtes historiques renouvelées.

2Justifier en théorie l’injustifiable, par une information officielle et « diplomatique », n’empêcha en rien les réappropriations de l’événement pour en faire une tragédie digne d’un martyre. Dans un second temps, les mots jetés sur le papier, après avoir été choisis avec précaution, étaient ainsi systématiquement détournés de leur but premier, celui de justifier en énonçant laconiquement les faits, pour finalement susciter l’émotion et faire du tyran mis à mort une figure pathétique et martyriale. La première information était ainsi rapidement suivie d’autres « nouvelles » rapportées par des témoins, parfois transformées par les rumeurs, mais systématiquement amplifiées par de nouveaux détails fixant le récit, ou simplement en ajoutant des jugements de valeur, faisant ainsi œuvre de mémoire. Le vocabulaire du martyre de Marie Stuart, bien qu’en place dans les premières informations, fut amplifié et pérennisé par l’imprimé rapidement après son exécution. Au temps de Charles Ier, cependant, les conditions mêmes de la médiatisation des nouvelles par les périodiques accélérèrent ce processus de réécriture et de réception à travers l’imprimé.

3De cette mémoire historique à la mémoire hagiographique, les discours élaborés sur l’exécution des souverains condamnés à mort témoignent des enjeux de l’information et de sa réception. Les attentes furent donc déterminantes dans la production de cette mémoire, révélant ici l’embarras que causa au roi de France l’exécution de Marie Stuart dont le sort fut immédiatement instrumentalisé par la Ligue, mais aussi, ailleurs et en un autre temps, la presque indifférence générale de l’Europe couronnée, présente à Paris pour l’Exposition universelle, lorsque se répandit la nouvelle de l’exécution de l’empereur du Mexique Maximilien d’Autriche. La nouvelle parvint d’abord à Vienne par une brève dépêche télégraphique le 30 juin 1867 : « L’empereur a été fusillé. »

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540