Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Les auteurs

Texte intégral

1 Nicolas Bautès est maître de conférences en géographie à l’université de Caen Basse-Normandie. Il est rattaché à l’UMR Espaces et Sociétés (CNRS 6590 ESO), et associé au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS). Ses travaux intéressent les mouvements sociaux urbains, les processus informels en ville et, plus largement, la construction politique des espaces urbains en Inde et au Brésil. Il a récemment écrit plusieurs articles sur ces thèmes, parmi lesquels : (avec V. Dupont) “Acting from the urban margin spaces” et (avec F. Landy), “Local systems of actors in Brazil and India’s slums”, in Saglio-Yatzimirsky & Landy, eds. Mega-city Slums. Social Exclusion, Space and Urban Policies in Brazil and India. Éd. World Scientific Publishing Co. coll. Urban Challenges, vol. 1. Ses travaux s’inscrivent actuellement dans le programme de recherches Inverses, « Informalités, Pouvoirs. L’envers des espaces urbains », coord. J. Tadié.

2 Pierre Bergel est professeur de géographie sociale et urbaine à l’université de Caen-Basse Normandie, chercheur à l’unité mixte de recherche CNRS Espaces et sociétés (UMR CNRS ESO 6590). Ses travaux portent sur les ségrégations socio-spatiales dans les villes françaises, particulièrement en Île-de-France et dans le département de la Seine-Saint-Denis. Il s’intéresse aux politiques publiques mises en œuvre dans les grands ensembles de logements sociaux (politique de la ville, rénovation urbaine). Sur des terrains algériens, Pierre Bergel travaille sur les transformations urbaines liées à l’émergence d’un commerce mondialisé entre négociants algériens et fournisseurs asiatiques. Il développe enfin une activité de recherche interdisciplinaire sur le thème des destructions/reconstructions de villes à l’issue d’épisodes de guerres, ce qui l’a amené à s’intéresser aux reconstructions de Caen (France) ou de Würzbourg (Allemagne).

3 Emmanuel Blanchard, historien et politiste, est maître de conférences à l’université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines et chercheur au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP, UMR 8183). Il a notamment publié La police parisienne et les Algériens, 1944-1962 (Nouveau Monde éd., 2011) et a dirigé le numéro « Ordre colonial » de la revue Genèses (no 86, 2012). Il participe au programme « Systèmes policiers européens, XVIIIe-XIXe siècles » (SYSPOE-ANR-12-BSH3-0004).

4 Florence Bourillon , est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Est Créteil (UPEC) et travaille sur les villes européennes et les sociétés urbaines aux XIXe et XXe siècles. Elle a récemment publié avec Annie Fourcaut aux Publications de la Sorbonne/Comité d’histoire de la Ville de Paris, Agrandir Paris, 1860-1970 ainsi que les travaux de la Commission Merruau-1862, Changer les noms des rues de Paris au PUR en 2012. Elle poursuit aujourd’hui des études sur le cadastre et la fiscalité urbaine, La Mesure cadastrale. Estimer la valeur du foncier, paru au PUR en 2012 (en co-direction avec Nadine Vivier).

5 Caroline Cuenod , a suivi une double formation d’historienne (Licenciée es Lettres) et en arts cinématographiques à l’université de Genève. Elle a publié en 2007 un article sur les premiers avis de recherche et signalements de la fin du XVIIIe siècle consignés à Genève dans un registre dédié, sorte de prototype du casier judiciaire, « Une signalétique accusatoire : les pratiques d’identification judicaire au XVIIIe siècle », Crime, Histoire et Sociétés/Crime, History & Societies, vol. 12, no 2 | 2008. Depuis Caroline Cuénod a investi le domaine cinématographique et présenté en 2010 deux court-métrages : Archives confiées, en collaboration avec Philippe Artières, et Pièces à rêverie et autres convictions, une réflexion sur les archives judiciaires. Caroline Cuénod vient de réaliser un film sur la vidéosurveillance, Des yeux partout, sélectionné et présenté au festival Visions du Réel (Suisse) en 2013, puis à Images de justices (Rennes) l’année suivante. L’enquête et l’archive sont des questions au centre de l’écriture de son prochain film, dont la sortie est prévue courant 2015.

6 Catherine Denys est professeur d’histoire moderne à l’université de Lille 3 et membre de l’Institut de Recherche Historique du Septentrion (UMR 8529). Ses travaux de recherche portent sur l’histoire de la police, de la sécurité urbaine et de l’armée au XVIIIe siècle, en France et en Belgique. Elle a coordonné le programme ANR CIRSAP (Construction et circulation des savoirs policiers, 1650-1850) et publié récemment La police de Bruxelles entre réformes et révolutions (1748-1814) : police urbaine et modernité, Brepols, 2013 ; Polices d’Empires, XVIIIe-XIXe siècles, PUR, 2012 (en collaboration avec Vincent Denis) ; Circulation spolicières, 1750-1914, Presses du Septentrion, 2012. Elle participe au programme « Systèmes policiers européens, XVIIIe-XIXe siècles » (SYSPOE-ANR-12-BSH3-0004).

7 Marc Dumont , docteur en géographie urbaine, est professeur des universités en urbanisme et aménagement de l’espace à l’université de Lille 1, membre associé du laboratoire LAUA (École d’architecture de Nantes). Ses travaux, au croisement de la géographie sociale et de l’urbanisme, portent sur les politiques d’urbanisme et les dynamiques des périphéries urbaines. Il a assuré la responsabilité scientifique d’un programme de recherche portant sur la sécurisation des espaces publics périurbains, mené avec une équipe de chercheurs des universités de Caen et Rennes pour le compte du Ministère de l’Équipement dans le cadre de la consultation de recherche « Territoires urbains et sûreté ». Il est également l’auteur avec E. Hellier d’un ouvrage sur Les nouvelles périphéries urbaines, paru aux Presses Universitaires de Rennes en 2010.

8 Édouard Ébel est docteur en Histoire, chef du Bureau de la Divion Études et enseignement du Services historique de la Défense (SHD). Il a publié plusieurs ouvrages et articles relatifs à l’histoire de la gendarmerie parmi lesquels des contributions importantes à J.-N. Luc (dir.), Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie. Guide de recherche, Maisons Alfort, Service historique de la Gendarmerie nationale, 2005.

9 Rafael Soares Gonçalves est juriste et historien, docteur de l’université Paris Diderot. Il est maître de Conférences à l’université Catholique de Rio de Janeiro (PUC-Rio), responsable du laboratoire LEUS (Laboratoire d’Études Urbaines et Socio-environnementale). Ses travaux de recherches concernent la construction juridique des favelas, l’histoire des politiques urbaines dans les favelas et les questions sécuritaires à Rio de Janeiro. Il est l’auteur de l’ouvrage Les favelas de Rio de Janeiro. Histoire et droit XIXe et XXe siècles, Éd. L’Harmattan. Coll. « Recherches et documents Amérique latine », 2010. En France, il est associé au laboratoire LAVUE, UMR 7218.

10 Sébastien Le Gal est maître de conférences en histoire du droit à l’université Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent sur l’histoire des législations d’exception, sur l’histoire de la culture juridique d’Ancien Régime, et sur l’histoire constitutionnelle. Il a publié les Commentaires sur l’Esprit des lois de Ripert de Monclar, Paris ; Institut Michel Villey, coll. « Thesaurus de philosophie du droit », 2006, a collaboré notamment à l’ouvrage sur La dignité de roi, Rennes, PUR, coll. Histoire, 2009 et prépare actuellement un ouvrage sur l’histoire de la législation de l’état de siège en France (Paris-LGDJ, à paraître).

11 Virginie Malochet est sociologue à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme Île-de-France (IAU îdF) et chercheur associée au Centre d’Études Sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales (CESDIP). Elle a récemment dirigé la publication de Regards croisés sur la régulation des désordres (en collaboration avec Manuel Boucher), L’harmattan, 2012 et publié, Les policiers municipaux, PUF, 2007 ; Insécurités en territoires périurbains. Comparaison de cinq sites franciliens (en collaboration avec Tanguy Le Goff), Institut d’Aménagement et d’urbanisme, 2012.

12 Vincent Milliot est professeur d’histoire moderne à l’université de Caen (CRHQ UMR 6583). Ses travaux portent sur l’histoire urbaine et des régulations sociales, sur l’histoire des polices, des pratiques et savoirs administratifs dans l’Europe des Lumières. Il a récemment publié Un policier des Lumières, suivi de mémoires de J.-C.-P. Lenoir (1732-1807), ancien lieutenant général de police de Paris, écrits dans les pays étrangers dans les années 1790 et suivantes, Seyssel, Champ Vallon, 2011. Il a dirigé ou co-dirigé plusieurs ouvrages sur l’histoire de la police, publiés aux PUR, Réformer la police. Les mémoires policiers en Europe au XVIIIe siècle, 2009 (en collaboration avec C. Denys et B. Marin) ; Métiers de police, Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècle, 2008, 564 p. (en collaboration avec J.-M. Berlière, C. Denys et D. Kalifa) ; Les Mémoires policiers, 1750-1850. Écritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, 2006. Il participe au programme « Systèmes policiers européens, XVIIIe-XIXe siècles » (SYSPOE-ANR-12-BSH3-0004).

13 Grégory Mougel , docteur en géographie, est membre associé à l’Unité mixte de recherche CNRS Espaces et Sociétés (UMR CNRS 6590). Ses thèmes de recherche portent sur les dynamiques de polarisation de l’espace intra-urbain, les processus de gentrification, les liens entre statut hiérarchique des villes et l’articulation fonctionnelle et sociale de l’espace urbain, les politiques du logement et les questions de ségrégation sociale et ethnique. Il est aujourd’hui enseignant dans le second degré. Il a récemment publié « La gentrification comme articulation entre forme urbaine et globalisation : approche comparative Londres/Berlin », Espaces et Sociétés (coordinateurs J. Y. Authier et C. Bidou), no 132-133, Paris, Éditions Éres, 2008, p. 57-74 (en collaboration avec A. Lebreton) et « Les reconstructions du Berlin de 1945 : deux idéologies en perspective », in R. Herin (dir.), De la ville perdue à la ville retrouvée, la ville en devenir, Caen, Presses universitaires de Caen, 2008, p. 365-384.

14 Guillaume Parisot est doctorant au Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP-EA 113) et prépare une thèse consacrée à l’occupation de la France de 1870 à 1873 sous la direction de Jean-François Chanet (IEP de Paris). Chercheur associé (2010-2013) et invité (2011-2012) à la Bibliothèque nationale de France (département Philosophie, histoire, sciences de l’homme), il y a bénéficié d’une bourse Pasteur Vallery-Radot. Il a édité récemment les actes de la journée d’étude Semaines religieuses et bulletins paroissiaux : des sources pour l’histoire coorganisée par la BnF et le CHSP.

15 Michel Porret est professeur d’Histoire à l’université de Genève, département d’Histoire générale et directeur du groupe de recherche DAMOCLES. Spécialiste reconnu de l’histoire du Droit de punir au Siècle des Lumières, ses travaux portent plus particulièrement aujourd’hui sur la censure, sur la médecine judiciaire sous l’Ancien Régime, les magistrats et les experts en Europe moderne, sur la culture politique au XVIIIe siècle. Parmi ses nombreuses publications et directions d’ouvrages, on peut mentionner Le crime et ses circonstances. De l’esprit de l’arbitraire au siècle des Lumières selon les réquisitoires des procureurs généraux de Genève, Genève, 1995 (Prix Montesquieu 1995, Académie Montesquieu de Bordeaux) ; Sur la scène du crime. Pratique pénale, enquête et expertise judiciaires à Genève (XVIIIe-XIXe siècle), Montréal, PUM, 2008 ; Les sphères du pénal. Avec Michel Foucault, Lausanne, Antipodes, 2007 (av. Marco Cicchini) ; Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au XXe siècles, Genève, Droz, 2006 (av. Françoise Briegel) ; Beccaria. Le droit de punir, Paris, Michalon, 2003.

16 Philippe Robert, sociologue, est directeur de recherche émérite au CNRS (CESDIP), docteur h. c. des UU de Liège et de Macerata, fondateur et ancien directeur du CESDIP & du GERN. Il a principalement travaillé sur les bandes de jeunes, l’image de la justice dans la société, la création de la loi pénale, les nouvelles mesures de la délinquance, les enquêtes sur la victimation et le sentiment d’insécurité, l’évaluation des politiques publiques de sécurité et de prévention... Parmi ses nombreuses publications (www.phrobert.fr), on peut noter L’insécurité en France, Paris, La Découverte, 2002 ; Sociologie du crime, Paris, La Découverte, 2005 ; Evaluating Safety and Crime Prevention Policies in Europe, Brussels, VUBPress, 2009 ; Mesurer la délinquance, Paris, Presses de Sciences Po, 2011, (avec Renée Zauberman).

17 Anne-Marie Sohn , est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’École Normale Supérieure de Lyon. Spécialiste de l’histoire des femmes et du genre ainsi que de la vie privée et des jeunes, elle a notamment publié, Du premier baiser à l’alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850-1950), Aubier, 1996, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Hachette Littérature, 2001, et « Sois un homme ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Seuil, 2009.

18 Olivier Thomas , est titulaire d’un doctorat en géographie, membre associé de l’unité mixte de recherche (UMR) 6590, Espaces et Sociétés, du CNRS. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de la géographie sociale et ses travaux portent sur la condition sociale des populations marginalisées. Sa thèse, soutenue en 2011, est intitulée « Des émigrants dans le passage. Une approche géographique de la condition de « clandestin » à Cherbourg et sur les côtes de la Manche ».

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540