Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Postface. De l’insécurité à la désocialisation : quelles ébullitions urbaines ?

Michel Porret

Note de l’éditeur

http://www.unige.ch/lettres/istge/hmo/Recherche/Damocles/Accueil.html]. L’équipe DAMOCLES (Droit, Administration, Magistrats, Ordre, Crime, Lois et Société) fédère à Genève les recherches sur le droit de punir, le contrôle social et la police selon l’archive, la loi, la doctrine pour penser les pratiques, les concepts, les sensibilités et l’imaginaire social de la justice criminelle.

Texte intégral

  • 1 Les Causes du désordre public par un vrai Citoyen, Avignon, Paris, Rouen, Guillot, Yeury, 1784, p.  (...)

« Dans une petite ville où chaque Citoyen a un état, tous les habitants sont sous les yeux du Public : cette inspection mutuelle des uns sur les autres, cette malignité même, et ces caquets si odieux pour ceux qui ont intérêt de se cacher, sont la meilleure et la plus utile des Magistratures1… »

  • 2 Luc Plamondon, Quand on arrive en ville. Chanson de l’opéra rock Starmania (1978) composée par Mic (...)

« Quand tout le monde dort tranquille/Dans les banlieues dortoir/C’est l’heure ou les zonards/Descendent sur la ville…/Qui est-ce qui viole les filles/Le soir dans les parkings/Qui met l’feu au building/C’est toujours les zonards/Alors, c’est la panique sur les boulevards/Quand on arrive en ville/Quand on arrive en ville/Tout le monde change de trottoir/[…] Qu’est-ce qu’on va faire ce soir ?…/On va p’t-être tout casser/Si vous aller danser/Ne rentrez pas trop tard/De peur, qu’on égratigne vos Jaguars/Préparez-vous pour la bagarre !/C’est la panique sur les boul’vards/Quand on arrive en ville2… »

1Depuis l’aube du XVIIIe siècle, la modernité sociale est métropolitaine, comme en atteste au crépuscule des Lumières le Tableau de Paris (1781) de Louis-Sébastien Mercier. Selon la sensibilité du naturalisme rousseauiste, l’auteur de L’An 2440 déplore pourtant les diverses formes de pathologie sociale et morale que génère la ville-capitale en gangrénant les mœurs :

  • 3 L. S. Mercier, Tableau de Paris, édition établie sous la direction de Jean-Claude Bonnet, Paris, M (...)

« Je parlerai encore, note le polygraphe auteur d’une célèbre Néologie (1801) dans la « Préface du Tableau, de sa grandeur illimitée, de ses richesses monstrueuses, de son luxe scandaleux. Il pompe, il aspire l’argent et les hommes ; il absorbe et dévore les autres villes3… »

  • 4 T. Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris 1770-1830, Paris, Albin Michel, 201 (...)
  • 5 D. Garrioch, La fabrique du Paris révolutionnaire, Paris, La Découverte, 2013. A. Lilti, Le monde (...)

2La croissance urbaine, basée sur le luxe, semble alors illimitée avec son cortège de pollutions manufacturières puis industrielles4. En sécularisant et délitant les liens communautaires traditionnels au profit des rapports contractuels entre individus, la ville mêle et polarise les groupes sociaux insérés dans la distinction des rangs. À partir des années 1750, la culture politique de la modernité sociale et de l’individualisme est bien métropolitaine. Elle s’affiche dans un environnement urbain sécularisé dont le bouillonnement social repose sur le consumérisme bourgeois, la police de la ville et les mutations des sociabilités professionnelles, mondaines, intellectuelles, de voisinage et du temps libre5.

  • 6 D. Roche, « Les mises en scènes de la domination culturelle », in C. Charle (dir.), Le Temps des c (...)
  • 7 O. Mongin, La Condition urbaine, la ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Seuil (2005), 200 (...)

3Si, vers 1700, les villes en expansion démographique comme centres de vie communautaire et foyers politiques, militaires, financiers, marchands, portuaires et industriels atteignent les 8 % de la population mondiale (circa 47 millions d’individus), au seuil de la Grande guerre, 335 millions d’individus peuplent les centres urbains de la planète. En vidant les campagnes, en développant les quartiers de taudis et les cités dortoirs, en embellissant les centres administratifs et de prestige, en multipliant les infrastructures de voieries, ferroviaires et routières, en concentrant la puissance culturelle, en permettant la clandestinité et l’anonymat individualiste que voile la foule, ce taux ne cesse de croître jusqu’à aujourd’hui. En 1950, la population des villes frise les 35 % (724 millions d’individus) de la population mondiale alors que, depuis 2006, la barre des 50 % est dépassée. Avec l’émergence, l’affirmation, la « pluralité d’activités », le « magnétisme symbolique » et le consumérisme des capitales culturelles que sont notamment en Europe Paris, Londres, Rome et Berlin comme cités cosmopolites, l’avenir du monde est métropolitain6. Née avec la cité antique, la condition urbaine de l’Homme social est devenue aujourd’hui la norme mondialisée sur l’horizon de la mégalopole multiethnique et dans le mouvement accéléré de la massification humaine, avec ses flux migratoires de miséreux qui affluent vers les promesses de la ville, avec ses espoirs ratés ou concrétisés d’émancipation et d’ascension sociales7.

Les maîtres de la cité

  • 8 V. Milliot, Un policier des Lumières, suivi de Mémoires de J. C. P. Lenboir, ancien lieutenant de (...)
  • 9 L. Munford, La Cité à travers l’histoire (The City in History, 1961), Paris, Seuil, 1964, p. 710-7 (...)

4Cité antique, bourg médiéval, citadelle de la Renaissance, ville des Lumières, métropole industrielle ou mégalopole contemporaine : depuis son origine méditerranéenne, dans la filiation du sanctuaire religieux et du village, le foyer urbain est celui de la justice puis de la police du souverain8. Centre du pouvoir, de l’économie et de la concentration démographique, la ville devient donc la cible privilégiée des opérations militaires de grande envergure, depuis la guerre de siège durant l’époque moderne jusqu’à la guerre totale contemporaine avec les campagnes aériennes de destruction massive par bombardement aérien des centres urbains (Octogal, Nicaragua, 1927 ; Guernica, pays basque espagnol, 1927 ; Varsovie, 1939 ; Rotterdam, 1940 ; Dresde, Hiroshima et Nagasaki, 1945 ; etc.). Éminent philosophe et historien des techniques, de la civilisation urbaine et des utopies, le grand humaniste Lewis Munford (1895-1990) remarque que les « maîtres de la cité établissent les règles d’ordre et de justice, et fondaient un réseau d’institutions qui faisaient régner un certain équilibre moral parmi la population diversement mélangée des villes9 ».

  • 10 L.-M. Moreau Christophe, Le Monde des coquins. Physiologie du monde des coquins, Paris, Dentu, 186 (...)
  • 11 S. Delattre, Les douze heures noires : la nuit à Paris au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 2000. (...)

5La ville, où le « père crime » côtoie la « mère misère », selon l’inspecteur des prisons de la Seine de 1833 à 1837 et spécialiste du régime pénitentiaire en milieu urbain Louis-Mathurin Moreau Christophe, est vite associée à la fabrication sociale et à l’imaginaire de l’insécurité nocturne et diurne10. Depuis la cour des miracles de la Renaissance, en passant par les « bas-fonds » du XIXe siècle jusqu’au « milieu » criminel des cités contemporaine, les foyers criminogènes rongent la ville11. Fantasmée ou vécue, médiatisée et politisée, l’insécurité urbaine nourrit les représentations culturelles, dont atteste notamment le cinéma de genre avec des chefs d’œuvre du film noir qui évoquent la ville avec une police impuissante ou corrompue par le « syndicat du crime » comme The Asphalte Jungle (1950) de John Huston, The Enforcer de Bretaigne Windust et Raoul Walsh, (1951), Pick Up on South Street (1953) de Samuel Fuller, New York Confidential de Russel Rouse (1955) ou encore While the City Sleeps (1956) de Fritz Lang. Pourtant, au prix d’une concentration élevée de sa population et des services publics, la ville promet et assure la sécurité à celles et ceux qu’elle attire et fixe dans les activités économiques, politiques, culturelles et administratives.

  • 12 M. Porret, « La “grande fureur de l’embrasement” : essai d’histoire sociale et matérielle de l’inc (...)
  • 13 B. Baczko, Lumières de l’utopie, Paris, Payot, 1978, p. 283-399. M. Cicchini, La Police de la Répu (...)

6L’histoire de la ville moderne est inséparable de celle de la police généralisée comme institution de contrôle social et de vigilance sécuritaire. Cette main forte de la modernité urbaine que Montesquieu définit dans De l’Esprit des lois (XXVI, XXIV, 1748) en tant que « simple police ». Dès la fin du XVIIe siècle, entre insécurités vécues et discours sécuritaires sur lesquels l’autorité politique s’appuie, la police veille au grain de l’ordre public. Pour la sécurité urbaine et contre les foyers criminogènes de la misère, l’absolutisme répond ainsi par un train de mesures et de lois au défit social de la modernité urbaine avec l’instauration centralisée de la police de la ville, en tant que puissance autoritaire et quasi souveraine de régulation des individus, des biens matériels et du prix, de la quantité et de la qualité des ressources alimentaires avec le contrôle, la numérotation et l’hygiène des marchés, des halles, des lieux publics, des rues, des égouts et des voies fluviales. Incendies, accidents, épidémies, crimes : en concentrant les individus, en les entassant, en séparant mal les activités du travail des lieux d’habitation, la ville traditionnelle de bois puis de pierre, multiplie les risques et les foyers de la dangerosité matérielle et humaine12. En colère, en liesse ou en sédition, policée ou livrée à elle-même, endimanchée ou en haillons, la foule rime avec le débordement urbain, l’insécurité publique et le cadrage policier, tout particulièrement dans les moments de commotion politique depuis la Révolution de 1789 jusqu’au lendemain de la Commune de Paris en 1871. En monarchie comme en république, l’espace urbain doit idéalement être celui, policé, de l’« ordre public ». Un ordre public urbain susceptible de garantir la circulation fluide des individus et la relative transparence du corps social, ce grand rêve normatif de l’utopie urbaine à la fin du XVIIIe siècle13.

7Parmi d’autres épisodes de l’insécurité urbaine que traversent grandes et petites villes au siècle des Lumières, la catastrophe parisienne de mai 1770, survenue durant les fêtes célébrées pour le mariage du dauphin Louis XVI est un désastre collectif mémorable, qui meurtrit la « foule immense des curieux » livrée à une « presse » fatale, soit à un enchaînement catastrophique de mêlées et de bousculades dans un environnement urbain mal policé :

  • 14 J. A. Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris, depuis les premiers temps historiques (...)

« Un fossé qui n’avait point été comblé, des maisons dont la construction n’était point encore terminée et dont les matériaux encombraient cette rue, et l’imprévoyance de la police, causèrent de grands malheurs. Après le feu d’artifice, la foule s’écoulait par la rue Royale, qui était alors la seule issue de cette place du côté de la ville. Pendant que la multitude s’y portait, une grande quantité de personnes et de voitures arrivait du côté du boulevard ; ces deux forces, qui se contrariaient, accrurent considérablement la presse. On voyait des personnes culbutées dans le fossé, froissées contre les pierres, foulées aux pieds des chevaux ; d’autres l’épée nue à la main, essayant de se faire jour à travers la foule, blessaient, tuaient ceux qui s’opposaient à leur passage. On égorgeait à coups de couteau les chevaux des voitures qui s’avançaient dans cette rue. Une charpente qui s’écroula augmenta la confusion et les malheurs. On compta le lendemain matin cent trente-trois cadavres restés sur la place ; mais le nombre fut bien plus grand, et on le fait monter à plus de trois cents. Quand à celui des personnes blessées, estropiées ou qui moururent des suites de cette presse, on ne l’a jamais su14. »

  • 15 M. Porret, « Le populisme pénal contre l’État de droit », Le Temps, 14 juin 2012 [http://www.letem (...)

8Si l’existence urbaine est déterminée par des « sociabilités spécifiques » qui, idéalement depuis le temps des Lumières, sont devenues égalitaires et démocratiques, elle serait aujourd’hui menacée par le fléau de l’insécurité qui blesse les individus, détruit les biens et multiplie les dispositifs humains et automatisés de la surveillance. Sur le plan de la statistique globale, contrairement aux polémiques récurrentes qui exploitent hâtivement tout fait divers criminel pour utiliser la peur à des fins politiciennes, la société contemporaine, notamment urbaine, est beaucoup moins frappée par la violence interpersonnelle que celles de l’Ancien Régime et du long XIXe siècle15.

9Au XXe siècle, de Milan à Marseille, via Paris, Nice ou Lyon, le « milieu » du banditisme structure une nouvelle violence urbaine liée à la « haute pègre ». à la fin du XXe siècle, rongées par le chômage endémique et l’économie souterraine du trafic de stupéfiants qui obéit aux lois du marché, les banlieues focalisent le discours politique et les pratiques policières sur l’insécurité urbaine. De la cité chrétienne et fortifiée du Moyen Âge à la mégapole ouverte et multiculturelle d’aujourd’hui, en passant par la ville policée des Lumières, l’insécurité est une composante de toute gouvernance urbaine. L’éthos politique doit en restituer la véritable dimension sociale, sans céder à la provocation sécuritaire. La polémique électoraliste et clientéliste attise le sentiment collectif de l’insécurité lorsqu’elle déplore la crue de la violence que ne saurait endiguer la police. Or, imaginer que la sécurité urbaine n’est qu’une affaire de police est un leurre. La police n’est pas le « dernier rempart de la société ». Selon les moyens dont elle dispose, elle n’est que la « main-forte » de l’État démocratique. Sans plus.

Violences urbaines

  • 16 D. Fassin, La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil, 2011.

10Avec la régularité d’un métronome politique qui s’affole en période électorale, la police focalise l’attention du public. Ce souci croît en phase de détresse économique qui attise le sentiment, fondé ou non, d’insécurité. Or, depuis 30 ans, les désordres urbains en France résultent souvent d’interactions meurtrières entre la police et les jeunes des quartiers « sensibles ». Une interpellation musclée, parfois mortelle, attise l’émeute vindicative. Pour de nombreux jeunes, l’expérience ordinaire de la violence et de l’injustice résulte d’interactions sociales avec la police. Banalité de la discrimination et docilité face à l’arbitraire : la force de l’ordre républicaine dans les banlieues fléchirait l’État de droit. L’exception sécuritaire en milieu urbain défavorisé transforme-t-elle les cultures policières républicaines16 ?

  • 17 B. Geremek, Truands et misérables dans l’Europe moderne (1350-1600), Paris, Gallimard/Julliard, co (...)

11Avec les atteintes contre la propriété, la violence interpersonnelle en milieu urbain est pourtant aussi ancienne que l’histoire sociale de la ville moderne, point d’arrivée des migrations rurales puis étrangères, cohorte de déclassés, de misérables, de chômeurs désespérés et aussi de truands. Depuis la Renaissance, l’État réagit en alternant la potence et la pitié multiforme17. En raison des antagonismes sociaux qu’elle concentre en les amplifiant autour de la richesse et de l’occupation inégalitaire de l’espace public et privé, jamais la ville n’a été un havre de paix. Bien au contraire. à la fin du Moyen Âge, les communautés urbaines craignent la ruse et la violence des errants, des pauvres et des vagabonds. Ces marginaux ajouteraient la mendicité brutale, le vol à l’étalage et l’agression aux bris des logis. Dès la fin du XVe siècle, les Parisiens les moins pauvres redoutent la violence et les illégalismes des « gueux », des « argotiers », des déserteurs, des miséreux venus des campagnes.

  • 18 L. Lurine, Histoire secrète et publique de police ancienne et moderne, Paris, Havard et Bry aîné, (...)

12Les figures nocturnes du désordre urbain peuplent la Cour des miracles. Sublimé en 1831 par Victor Hugo en son roman-fleuve Notre-Dame de Paris, ce « royaume » mythique du crime organisé menacerait la cité tout entière malgré les archers du roi. Dans l’hagiographie de la police moderne, il revient au premier lieutenant général de police du Royaume sous Louis XIV, Gabriel Nicolas de La Reynie, d’assainir et de réduire la « métropole des Cours des miracles ». Ses hommes guerroient contre ce « ténébreux royaume du haillon, du vice, de la misère et du crime, qui embrassait une population de trente mille hommes, ou plutôt de trente mille têtes : singulière puissance qui se moquait des édits, des règlements, des réquisitoires, des archers, des commissaires, des régiments de la bourgeoisie, des injonctions du Châtelet et des ordonnances du Parlement18 ».

13Au siècle des Lumières, dans la minuscule république protestante de Genève comme dans toutes les villes européennes, l’accumulation des richesses matérielles augmente le sentiment d’insécurité contre les rôdeurs, les mendiants, les désœuvrés, les voleurs d’occasion et les brigands professionnels. Fêtes, cabarets, déambulation nocturne, émeutes de théâtre : les « excès » quotidiens de la violence diurne et nocturne mobilisent la justice pénale. Sous la Régence (1715-1723), la ville de Paris tremble devant la bande de voleurs et de tueurs du brigand Cartouche, roué publiquement en 1721. Née vers la fin du XVIIe siècle pour l’approvisionnement, l’hygiène et la sécurité de la cité, la police de la ville devient à partir de 1750, une prérogative essentielle de l’État moderne qui veut pacifier le tissu urbain en le purgeant des violences interpersonnelles et en contrôlant au mieux les mouvements migratoires.

  • 19 X. de Weirt, X. Rousseaux (éd.), Violences juvéniles urbaines en Europe. Histoire d’une constructi (...)

14Au XIXe siècle, les « classes laborieuses » deviennent « dangereuses ». Après 1848, les nantis redoutent la révolution sociale des plus pauvres. Nuit et jour, de Londres à Berlin, la ville serait un « théâtre » du crime qui remonte des entrailles urbaines ou jaillit des faubourgs. À Paris, le notable déambulant le long des boulevards des beaux quartiers craint l’attaque nocturne des égorgeurs et des « Apaches » venus des zones urbaines insalubres et mal famées (Belleville, la Bastille, La Villette, Montmartre). Le faubourg de jadis suinterait la même violence juvénile que la banlieue contemporaine19. « L’Apache est la plaie de Paris. Plus de 30 000 rôdeurs contre 8 000 sergents de ville » affirme Le Petit Journal (20 octobre 1907), en légende à une illustration haute en couleur, qui oppose en pleine nuit un gigantesque apache armé d’un surin à un policier de taille lilliputienne, avec en toile de fond le cadavre d’un bourgeois égorgé et un autre sergent de ville, frappé d’un coup de pistolet, victime de l’attaque préméditée d’une dizaine de voyous. Pour les moralistes, avec une telle guerre inégale entre les forces de l’ordre et celles du désordre, la ville est le réceptacle moral et social des « bas-fonds ». Ni la prison ni la peine de mort ne peuvent la pacifier durablement, malgré les campagnes de la presse populaire qui prône la pédagogie de l’effroi contre les criminels solitaires ou en bandes : « La prison n’effraie pas les apaches. La guillotine les épouvante » affirme encore Le Petit Journal (19 Juillet 1908), alors que le gouvernement Clémenceau, sous l’autorité du Garde des Sceaux Aristide Briand, soumet depuis le 3 juillet 1908 aux députés un projet de loi abolitionniste, repoussé le 8 décembre de la même année (330 voix contre 201).

L’ordre du drone

15Modeste ou forte, réelle ou imaginaire, l’insécurité urbaine résulte d’autres facteurs sociaux et économiques qui échappent à la police. La spéculation immobilière stérilise le cœur des villes d’aujourd’hui. Dans la plupart des villes européennes, elle chasse les classes populaires et moyennes. Dans la longue durée, cette discrimination sociale par le « marché » n’est pas sans effet sur l’insécurité urbaine. Désaffection des locaux artisanaux et des commerces de proximité, mort des librairies et des salles de cinéma, des cafés et des restaurants populaires qu’étouffent les loyers prohibitifs, transformation du cœur urbain en une luxueuse cité financière et administrative impropre à la vie sociale hors des heures de bureau, appropriation des locaux commerciaux par des sociétés internationales (fast-food, etc.) détachées de la sociabilité de proximité, la prédation immobilière fait main basse sur la ville comme le montre déjà en 1963 le cinéaste italien Francesco Rosi dans Le mani sulla città. Avec des loyers d’habitation et professionnels démesurés, car devenus inadaptés aux revenus de la majorité de la population, la spéculation urbaine détruit progressivement le voisinage de la régulation sociale et la sociabilité de proximité.

  • 20 H. Belmessous, « Des “villes privées” à la française. Voyage à travers les forteresses des riches  (...)

16Lorsqu’une politique de rénovation immobilière transforme l’habitat en « musée du patrimoine », en locaux professionnels prestigieux et depuis les années 1990 en « résidences sécurisées » pour nantis que protègent des barrières, portails et portiques de restriction d’accès (Gated communities), la privatisation urbaine et le désert social qui en découlent, notamment dans le centre de la ville, favorise l’insécurité20. Les « forteresses » urbaines et la « barrière sécuritaire » des codes digitaux aux portes d’immeuble n’y font rien, car elles accentuent la désocialisation urbaine.

  • 21 Voir la remarquable enquête d’anthropologie urbaine dirigée par Roselyne de Villanova et Philippe (...)

17Lorsque, pour des raisons de rentabilité immobilière, les concierges et les gardiens des immeubles, professionnels sans norme du service rapproché, de la familiarité domestique, de l’hygiène locative, de la sociabilité préventive de proximité, sont remplacés en externalisation par des compagnies anonymes de nettoyage, la courbe des cambriolages explose et l’anonymat fragilise le collectivité du bon voisinage. Souvent auxiliaires officieux de la police de proximité, les concierges ou gardiens d’immeubles restent des « acteurs qui construisent la ville » dans la sociabilité du parage selon l’ethnologue et sociologue de la famille, Martine Segalen21.

18Lorsque l’îlotage policier autour des crèches, des écoles et des habitations (« police de proximité ») est mis aux oubliettes de l’État-providence pour favoriser la police-spectacle dans les « zones sensibles » ou de prestige des institutions internationales, l’insécurité s’affirme. Lorsque la vidéosurveillance aspire à remplacer la régulation sociale qu’exercent de visu les professionnels dont les activités renforcent le contact du voisinage et de l’interconnaissance, l’insécurité urbaine a de beaux jours devant elle, comme l’ont montré du 6 au 10 août 2011 les émeutes de Londres.

19Avec la miniaturisation du matériel et des dispositifs de l’observation sociale et de l’enquête policière en temps réel, la montée en puissance illimitée de la vidéo-surveillance est-elle la panacée contre la désocialisation urbaine d’aujourd’hui ? Sous la houlette de la garde des sceaux Christine Taubira, un projet de loi destiné à encadrer sous le contrôle d’un juge la géolocalisation des suspects (téléphone mobile, balise émettrice, etc.) pour un crime ou un délit punissable d’au moins trois ans d’emprisonnement, fait son chemin en France depuis décembre 2013. Dans le cadre d’enquêtes policières ou de protocole de protection de victimes, annuellement, des milliers de mesures de géolocalisation sont devenues monnaie courante.

  • 22 Sharon Weinberger, “Terrorist ‘pre-crime’ detector field tested in United States”, Nature, Interna (...)

20À la géolocalisation des suspects, s’ajoute le programme de prédiction des délits, basé sur un logiciel de « police prédictive » qui croise des statistiques criminelles (lieux et personnes). Réactualisé après les attentats du 11 septembre 2001, mis en fiction politique par Steven Spielberg dans sa contre-utopie policière Minority Report (2002), ce projet tente de déployer des modèles numériques qui objectivent les trajets des suspects et la façon dont ils sélectionnent leurs cibles humaines ou matérielles. Cette entreprise « préventive » du capitalisme sécuritaire rassemble déjà des experts (mathématiciens, anthropologues, criminologues, policiers) dans le cadre d’un ambitieux programme de recherche mené actuellement à l’Université de Californie (Los Angeles). La « police prédictive » s’emboîte dans les mêmes dispositifs sécuritaires du controversé programme FAST (Future Attribute Screening Technology) mené aux États-Unis sous l’autorité du Department of Homeland Security, qui vise les individus ayant l’intention de commettre un acte terroriste (« people who are intending to commit a terrorist act »). Application contemporaine et radicale du « bio-pouvoir » dans la police urbaine des migrations extérieures et intérieures, le programme FAST autoriserait aujourd’hui de détecter aux postes-frontières, à l’entrée de bâtiments hautement sécurisés et aux endroits stratégiques des villes, les individus potentiellement suspects. Le dispositif d’ultra-sécurité permet de mesurer et de visualiser en en temps réel leur langage corporel et les indicateurs physiologiques (rythme cardiaque, dilation oculaire, stress, etc.) ou symptômes d’” intentions malveillantes » (« malicious intentions »)22.

  • 23 Corey Robin, La Peur. Histoire d’une idée politique, Paris, Armand Colin, 2006 (traduit de l’améri (...)
  • 24 J. Baud, La Guerre asymétrique ou la défaite du vainqueur, Paris, du Rocher, 2003. G. Chamayou, Th (...)

21De l’État policier classique né avec l’absolutisme, à l’État panoptique d’aujourd’hui cher à George Orwell dans sa contre-utopie totalitaire 1984, en arrivera-t-on demain à l’État drone que l’État libéral promeut sur le terreau social des peurs collectives utilisées comme valeurs fondatrices et langage mobilisateur de l’action politique23 ? Élaborés et testés sur les champs des nouveaux conflits asymétriques, ceux qui mêlent guerre traditionnelle et lutte contre le terrorisme de guérilla urbaine, les drones déploient les dispositifs robotiques et utilitaristes de l’effet maximal, du contrôle social distancié avec un engagement humain minimal – à l’instar de l’économie du Panopticon, qui peut faire l’épargne de l’inspecteur dans la tour centrale de contrôle lorsque les surveillés intègrent l’idée de l’observation continuelle. Or, stade suprême du panoptisme sécuritaire dans une société en paix mais que bouleverse le recul de l’État providence et celui de ses fonctions régaliennes, les drones policiers, qui planent déjà dans les cieux libéralisés des métropoles multiethniques et multiculturelles, s’ils répondent à l’idéologie sécuritaire, ne remédient pas à la désocialisation urbaine, n’apportant rien au renforcement de la sociabilité de proximité qui garantit la paix des villes24.

22Quelque soit son périmètre social, l’insécurité n’est peut-être pas sans lien avec le processus de désocialisation qu’induit la prédation immobilière dans les villes en ébullition qui se mondialisent. Souvent marqué au coin de la xénophobie économique, raciale et culturelle, le sentiment d’insécurité urbaine croît en période de détresse économique et focalise l’attention publique sur l’activité policière du maintien de l’ordre en démocratie. Évaluer sereinement l’insécurité dans les métropoles contemporaines reviendrait à repenser et à resserrer la sociabilité de proximité pour y renforcer le lien social, hors de l’impératif sécuritaire que légitime notamment l’avidité immobilière. Les générations de demain auront la ville que nous laissons faire aujourd’hui avec le délitement du lien social et la sécurité publique robotisée. La désocialisation urbaine est certainement plus rapide et plus intense dans les favelas, les banlieues, les cités dortoirs et les mégalopoles de la misère et de l’exclusion – lesquelles frappent aujourd’hui 115 millions d’Européens (26,9 % de la population des 27 États membres) avec le recul programmé de l’État-providence – que dans les capitales économiques et culturelles des pays nantis, livrées aux yeux multiples, invisibles, silencieux, banalisés et omnidirectionnels de la vidéosurveillance métropolitaine.

Notes

1 Les Causes du désordre public par un vrai Citoyen, Avignon, Paris, Rouen, Guillot, Yeury, 1784, p. 224.

2 Luc Plamondon, Quand on arrive en ville. Chanson de l’opéra rock Starmania (1978) composée par Michel Berger, ensuite interprétée par Daniel Balavoine.

3 L. S. Mercier, Tableau de Paris, édition établie sous la direction de Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, 2 vol., I, p. 13. Idem, Néologie, texte établi, annoté et présenté par J. C. Bonnet, Paris, Belin, 2009.

4 T. Le Roux, Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011.

5 D. Garrioch, La fabrique du Paris révolutionnaire, Paris, La Découverte, 2013. A. Lilti, Le monde des salons, Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

6 D. Roche, « Les mises en scènes de la domination culturelle », in C. Charle (dir.), Le Temps des capitales culturelles, XVIIIe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 343-357.

7 O. Mongin, La Condition urbaine, la ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Seuil (2005), 2007. Idem, La Ville des flux : l’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine, Paris, Fayard, 2013.

8 V. Milliot, Un policier des Lumières, suivi de Mémoires de J. C. P. Lenboir, ancien lieutenant de police de Paris écrits en pays étrangers dans les années 1790 et suivantes, Seyssel, Champ-Vallon, 2011, p. 269-3332.

9 L. Munford, La Cité à travers l’histoire (The City in History, 1961), Paris, Seuil, 1964, p. 710-711.

10 L.-M. Moreau Christophe, Le Monde des coquins. Physiologie du monde des coquins, Paris, Dentu, 1863, p. 3-4.

11 S. Delattre, Les douze heures noires : la nuit à Paris au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 2000. D. Kalifa, Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013. C. Regnard-Drouot, Marseille la violente. Criminalisation, industrialisation et société (1851-1914), Rennes, PUR, 2009.

12 M. Porret, « La “grande fureur de l’embrasement” : essai d’histoire sociale et matérielle de l’incendie », in Au feu ! : Usages, risques et représentations de l’incendie du Moyen Âge au XXe siècle, Lugano [etc.], Casagrande, 2010, p. 281-304.

13 B. Baczko, Lumières de l’utopie, Paris, Payot, 1978, p. 283-399. M. Cicchini, La Police de la République. L’ordre public à Genève au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2012.

14 J. A. Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris, depuis les premiers temps historiques, Paris, Guillaume et compagnie, 1829, VIII, p. 33.

15 M. Porret, « Le populisme pénal contre l’État de droit », Le Temps, 14 juin 2012 [http://www.letemps.ch].

16 D. Fassin, La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil, 2011.

17 B. Geremek, Truands et misérables dans l’Europe moderne (1350-1600), Paris, Gallimard/Julliard, collection archives, 1980. Idem, La Potence et la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, Gallimard, 1987.

18 L. Lurine, Histoire secrète et publique de police ancienne et moderne, Paris, Havard et Bry aîné, 1847, t. I, p. 186.

19 X. de Weirt, X. Rousseaux (éd.), Violences juvéniles urbaines en Europe. Histoire d’une construction sociale, Louvain-la-Neuve, PUL, 2011.

20 H. Belmessous, « Des “villes privées” à la française. Voyage à travers les forteresses des riches », Le Monde diplomatique, 11, novembre 2002 [http://www.monde-diplomatique.fr/2002/11/]. Dans la nombreuse littérature sociologique et anthropologique sur les résidences sécurisées, nouvel ingrédient de l’histoire de la ségrégation urbaine, voir l’étude comparative sur la longue durée que dirige Bert de Munck et Anne Winter, Gated Communities. Regulating Migration in Early Moderne Cities, Farnham, Burlington, Ashgate 2012.

21 Voir la remarquable enquête d’anthropologie urbaine dirigée par Roselyne de Villanova et Philippe Bonnin : Loges, concierges et gardiens : enquêtes en Europe, Paris, Londres, Barcelone, Milan, Oslo, Grâne, éd. Créaphis, 2006, p. 10-11.

22 Sharon Weinberger, “Terrorist ‘pre-crime’ detector field tested in United States”, Nature, International weekly journal of science, published on line 27 may 2011 [www.nature.com/news/2011/110527/full/news.2011.323.html].

23 Corey Robin, La Peur. Histoire d’une idée politique, Paris, Armand Colin, 2006 (traduit de l’américain, 2004).

24 J. Baud, La Guerre asymétrique ou la défaite du vainqueur, Paris, du Rocher, 2003. G. Chamayou, Théorie du drone, Paris, La fabrique, 2013.

Auteur

Professeur d’Histoire à l’université de Genève, département d’Histoire générale et directeur du groupe de recherche DAMOCLES. Spécialiste reconnu de l’histoire du Droit de punir au Siècle des Lumières, ses travaux portent plus particulièrement aujourd’hui sur la censure, sur la médecine judiciaire sous l’Ancien Régime, les magistrats et les experts en Europe moderne, sur la culture politique au XVIIIe siècle. Parmi ses nombreuses publications et directions d’ouvrages, on peut mentionner Le crime et ses circonstances. De l’esprit de l’arbitraire au siècle des Lumières selon les réquisitoires des procureurs généraux de Genève, Genève, 1995 (Prix Montesquieu 1995, Académie Montesquieu de Bordeaux) ; Sur la scène du crime. Pratique pénale, enquête et expertise judiciaires à Genève (XVIIIe-XIXe siècle), Montréal, PUM, 2008 ; Les sphères du pénal. Avec Michel Foucault, Lausanne, Antipodes, 2007 (av. Marco Cicchini) ; Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au XXe siècles, Genève, Droz, 2006 (av. Françoise Briegel) ; Beccaria. Le droit de punir, Paris, Michalon, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540