Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Troisième partie. Réduire l’ébullition, apaiser et discipliner la ville

Dispositifs de tranquillisation et fabrique sociale des contextes urbains de sécurité. Le cas du « quartier de la gare » à Caen

Marc Dumont et Olivier Thomas

Texte intégral

  • 1 Citons ici les trois principales références théoriques en ce domaine du “ defensible space”, O. New (...)
  • 2 R. Castell, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Le Seuil, 2003.
  • 3 J. Donzelot, Faire société : la politique de la ville aux États-Unis et en France, Paris, Le Seuil, (...)
  • 4 L. Bonelli, La France a peur : une histoire sociale de l’« insécurité », Paris, La Découverte, 2008

1Émergeant dès les années 1950 dans les quartiers hyper ou suburbains, d’abord dans le monde anglo-saxon1 puis se généralisant en Europe, la thématique de la sécurité s’est imposée au point de structurer les rhétoriques des politiques publiques, tout autant que celles du jeu politique classique, au point d’en transcender les différents clivages autour desquels elles s’articulaient. Dans les années 1980-2000, avec l’émergence et l’affirmation de la Politique de la Ville en France, en se cristallisant autour des quartiers d’habitat social, l’approche générale des questions posées par ce type d’espace et les réponses qu’ont tenté de leur formuler les différents gouvernement, ont été formalisées pour la gauche, en termes de social et de prévention ; pour la droite, en terme de sécurité et de développement économique. Robert Castel avance que la société française serait passée d’une société « encadrée », très fortement liée à la communauté villageoise à une société d’insécurité totale, où la promotion des individus et leur concurrence a renforcé leur vulnérabilité2. Il démontre que l’affaiblissement des contrôles sociaux (communautés, familles) et l’intériorisation des normes sont deux des facteurs de l’accroissement des incivilités et de la délinquance. Ce constat recoupe celui de l’idée d’une fragmentation d’une société à « trois vitesses3 » et vient alimenter des représentations urbaines corrélées à celle de la violence4.

2La nouveauté, en France, dans les années 2000, est que ce clivage s’est estompé, suivant un brouillage des références partisanes. Par ailleurs, après une période d’effervescence, l’arsenal des instruments techniques censé lutter contre les effets ou les causes de l’insécurité a laissé place à une normalisation progressive des dispositifs de vidéosurveillance.

3De plus, la question de la sécurité a évolué dans un univers rhétorique tendant à la neutraliser, au moins sur un plan sémantique, par son croisement avec la notion de sûreté. Cette dilution s’est notamment opérée par l’importation et l’adaptation sémantique des thématiques de la sécurité par les opérateurs du jeu politique. De manière concrète, si la gauche a pu s’emparer à son tour « par la force des choses » des questions de sécurité, elle a aussi su habilement la métaphoriser sous un vocable spécifique, notamment au moyen de la notion de « tranquillité ». D’où ce glissement de plus en plus net à travers des expressions aux contours flous, telles que le concept de « tranquillité résidentielle », renvoyant tout autant à la « paix civile » qu’à la possibilité de franchir, rasséréné, des voies de circulation.

  • 5 G. Capron (dir.), Quand la ville se ferme : quartiers résidentiels sécurisés, Paris, Bréal, collect (...)
  • 6 A. Wyvekens, « Espace public et sécurité », in Problèmes politiques et sociaux, Paris, La documenta (...)
  • 7 Sur ces différents phénomènes, cf. M. Dumont, « Les territoires de la sécurité/sûreté », in Pouvoir (...)

4Une autre nouveauté est le décalage des problématiques de la sécurité, des quartiers d’habitat social (ZUS), mais aussi des périmètres résidentiels sécurisés5. Les travaux sur les résidences fermées ont montré l’ampleur du phénomène, le désir de « recréer société » ou l’attente de tranquillité, d’un « entre-soi rassurant », etc. Mais à côté de cela, la sécurité a aussi fait irruption dans les espaces publics, au sens large, c’est-à-dire tant ceux situés sous le domaine juridique de la compétence publiques (gestion et administration), en charge de sa « police », que ceux d’une infinité d’espaces intermédiaires, de transition. Espaces partagées soit au statut incertain (délaissés de voiries, friches...), soit au statut précis mais dont la situation juridique tendant à l’hybridité, les a rendu plus souples, labiles, incertains. C’est le cas en particulier des espaces commerciaux (grands centres, parkings de grandes surfaces), dans lesquels et sur lesquels des formes de gestion et de contrôle ont été mises en place, suivant une part plus variable de privé et public6. C’est aussi le cas de ces micro-communes anecdotiques, situées subitement sous le feu des projecteurs, telles que les communes de Ploërmel (56) ou de Parçay-Meslay (37), mettant leurs places publiques sous vidéo-surveillance7. Alternance entre le « trop plein » et le « trop vide », à l’intérieur de laquelle se trame et se situe la démarche « heuristiques » des opérateurs sociaux visant à établir un point d’équilibre, un seuil de rupture. En se cristallisant autour de la figure générique de débat public de la « vidéosurveillance », on risque de laisser dans l’ombre la prolifération de situations et de dispositifs autres que strictement matériels, derrière lesquels et à travers lesquels les thématiques de la sûreté se sont recomposées.

  • 8 Th. Oblet, Défendre la ville, Paris, PUF, collection la ville en débat, 2008.
  • 9 Les analyses présentées ici font suite à un travail de recherche mené pour le PUCA par Marc Dumont, (...)

5Il y a aussi, troisième changement, le rôle des opérateurs sociaux dans la production publique de la sécurité commune. En ce sens, si la question de la sécurité est assurément affaire de juridique, d’économie (parallèle ou officielle), de mesures statistiques, quantitatives, mais aussi de perception, vécu, et ressenti, elle est aussi et peut-être surtout une affaire de distance. Derrière cette problématique, ce sont les techniques de gestion de la distance propres aux sociétés, qui sont questionnées. Rien de bien neuf, a priori, sinon que la limite, de frontière bien bornée et facilement identifiable permettant de circonscrire la ville historiquement, s’est métamorphosée considérablement, sans changer radicalement de logique. La limite constitue plus que jamais un opérateur majeur permettant la compréhension des dynamiques qui agitent désormais de l’intérieur les espaces urbains où elle s’est recomposée, en particulier les périphéries urbaines. Thierry Oblet a montré comment cette nouvelle thématique de la défense s’est développée à la suite de l’achèvement du modèle des « bonnes vieilles villes8 » (Oblet, 2008). Ce ne sont plus des brigands de l’extérieur dont il s’agit de se défendre, parce que le dedans et le dehors ont disparu, ou sont désormais ailleurs. Et la limite est maintenant libéralisée, elle prolifère suivant des occurrences surprenantes et imprévisibles, tel le cas de la haie de thuyas, archétype malicieux placé avant même la construction du logement et fondateur de la résidence individuelle, qui interpelle sur le fait qu’un opérateur nouveau des mondes urbains contemporains est bien l’individu, acteur spatial à part entière. D’où le rôle des opérateurs sociaux en tant que fabricants et parfois même experts de limites, de séparation, de production de sécurité, par leurs actes et leurs « impressions » et toutes leurs déclinaisons que sont les « sentiments » d’insécurité9.

Seuils et contextes : renouveler les approche de la sécurité

6Ces trois nouveautés invitent à se doter d’instruments permettant de rendre intelligibles les logiques de sécurité à l’œuvre dans les espaces autres que strictement résidentiels. Deux notions qui nous semblent plus particulièrement fécondes seront présentées et suivies d’une étude de cas à Caen.

Seuils : les nouveaux dispositifs sociaux de la sécurité/sûreté

  • 10 M. Foucault, Sécurité, territoire et population, cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Seui (...)
  • 11 P. Landauer, Ordre dispersé : les nouvelles conceptions urbaines de la sûreté, Paris, collection re (...)
  • 12 P. Sloterdijk, Sphères, t. 1, bulles, Paris, Hachette, 2003.

7Les fabricants de sécurité usent d’armes et d’arsenaux plus subtils que les seuls instruments physiques et matériels, ou « dispositifs spatiaux10 » identifiés par Michel Foucault. Cette notion, un temps efficace, risque d’occulter sous sa matérialité, un puissant arsenal à l’œuvre dans le corps même des individus, à base de perceptions, de jauges visuelles, de sensations, de palpations, d’odeurs. Toute cette gamme des techniques de corps par lesquelles les individus font émerger des problématiques de sécurité. Plutôt qu’à entrer dans la boite noire du « sentiment » d’insécurité, mieux vaut considérer ce dernier comme un construit social en privilégiant l’intelligibilité des espaces considérés, placés par les individus, « sous condition » de sécurité. La (in)sécurité, avant même de référer à une cause ou un effet dont elle serait le produit, est une activité d’évaluation, d’agencement et de disposition mentale, parfois articulée autour de dispositifs matériels, parfois non. La sécurité, saisie par le biais des opérateurs sociaux, consiste donc en cet habile montage mental (autre forme de dispositif), qui mesure et établit la « bonne distance », une « bonne forme », un « bon champ de vision », toute une série de dispositions mentalement stabilisées, dont la mise en question de l’une ou l’autre est à même de faire émerger une problématique spécifique de sûreté ou de sécurité. D’où l’intérêt d’une approche par les seuils, les moments où l’équilibre d’un « contexte » sécurisé est mis en question. Parfois, ces contextes sont fabriqués par les opérateurs sociaux eux-mêmes, parfois ils sont constitués et situés tout contre eux, soit directement soit à défaut. D’où le souci d’examiner ce qui se passe aux nouveaux bords de ces configurations, qui rejouent à leurs manières les vieilles problématiques mentionnées des villes circonscrites de murs. Ces bonnes vieilles villes ont pris désormais – parfois – la forme de gares, de communes résidentielles, de centres commerciaux « aux abords » desquels prolifèrent des activités sociales contraintes ou choisies, résignées ou indifférentes. Elles se conjuguent aussi – parfois – avec d’autres contextes avec lesquels elles n’entretiennent que très peu de relations voire pas du tout, comme une collection de « bulles » successives propres à un liquide gazeux, métaphore rejoignant les analyses de l’architecte Paul Landauer sur la sécurisation par les logiques de « flux11 ». Les contextes de sécurité sont aussi ces configurations « embullées » qui peuplent le quotidien des sociétés occidentales12. D’où l’enjeu de se saisir d’une double grille de lecture : de la fabrique des distances – de sécurité/sûreté, essentiellement – et des attitudes adoptées au regard de contextes stabilisés. Examiner la production de contextes de sûreté dans un quartier de gare, notamment par le regard de ses habitants, c’est aussi se diriger vers les tactiques et attitudes de ceux et celles qui sont amenés à traverser, vivre ce contexte ainsi normé (« les marginaux »).

8Dans la dynamique des distances fabriquées par les individus, « l’effet de seuil » constitue un objet déterminant et subtil. Le seuil, dans bien des cas, dépasse très largement le seul seuil physique et morphologique pour constituer une autre réalité, non moins palpable. Il s’agit dès lors – on en est frappé au parcours des situations – d’un objet à partir duquel s’établit un équilibre très subtil et surtout individuellement déterminé, mais sans pour autant être improgrammable, imprédictible (plus qu’imprévisible). Cet objet, effet de seuil, est une alchimie entre le trop et le pas assez, alchimie dynamique dans le temps, suivant les individus, et donnant ainsi lieu à des configurations extrêmement différentes de contextes de sûreté comme de rassurance. Le seuil correspond à cet « état stabilisé », sans pour autant être accepté ou acceptable, sans pour autant avoir fait l’objet d’explicitations ou de débats à partir duquel s’agencent les repères et identités spatiales individuelles et collectives, ou qui s’inscrit dans un assemblage agencé dont il n’est qu’une partie parmi d’autres. Jouer avec les seuils, jouer dans les seuils, jouer par les seuils ou au regard d’eux. On le verra, dans ces seuils, apparaît le puissant opérateur de « l’impression » et sa matrice sophistiquée armée d’indicateurs socialement activés : visuels, olfactifs, climatiques, etc.

9Le seuil, renvoie aussi à un équilibre interne à un contexte, qui peut être objet de perturbation, de remise en cause tout aussi interne : entre groupes sociaux différenciés, au sein d’un même groupe social (contrôle des uns sur les autres) mais également au niveau des confins (le seuil de rupture se fait alors seuil d’issue de contexte), et parfois, s’organise à travers le déplacement, « en mouvement » : poche de « sécurité », « poche d’insécurité ». Le rôle des marqueurs spatiaux, symbolique, peut être très fort dans ce cas : opposition entre des prostituées ou des dealers, saisis différemment comme « composants » à partir desquels un seuil bascule, mais aussi marqueur spatial spécifique tel que le trottoir, sa continuité ou son absence, un banc public. L’objet de seuil se transforme en opérateur interne de clivage, assure une sorte de « situation climatique » plus générale d’une certaine intranquillité liée à cette position tierce jouée par cet espace « public ». Le seuil devient donc ce « juste ce qu’il faut », entre le trop et le pas assez, ce qu’il faut pour constituer cet état stabilisé et le plus souvent précaire, à même de rassurer.

10Certes, le seuil départage aussi l’intérieur et l’extérieur. Mais quels sont les intérieurs et les extérieurs ? Désormais, le bord n’est plus seulement extérieur, la limite n’est plus uniquement une frontière : elle travaille de l’intérieur une configuration. La notion de seuil est donc à associer à celle de contexte. Certes, ce sont les limites (et donc les seuils, les transitions et les passages de la limite) qui produisent en partie le contexte mais il s’agit aussi de remarquer comment la limite vient travailler l’intérieur même du contexte. Le seuil est donc un opérateur majeur dans la dynamique d’un contexte, il en est parfois le motif premier (se protéger de, par), il en devient la logique explicative fondamentale. Le seuil produit un véritable écartèlement du contexte, une prolifération de points d’équilibre possibles et de tensions, de l’intérieur. C’est une fonction qui s’ajoute à sa capacité à départager l’intériorité et l’extériorité. Traverser un terrain vague ou une grande dalle, c’est bien sûr y entrer et en sortir, de manière plus ou moins précise. Mais c’est aussi affronter l’épreuve des seuils à partir desquelles « tout peut basculer », des points d’équilibre entre trop ou pas assez (de monde, par exemple) à partir desquels une « impression » d’insécurité, un choix de pratique, peut être posé.

Contextes et dynamiques emboîtées de confinement

11La notion de contexte permet de renouveler l’approche des questions de sécurité. Nombre d’espaces « sous condition de sécurité » ne ressortent pas en effet des logiques classiques de circonscription : espaces résidentiels sécurisés, parkings souterrains sont clairement délimités, mais à côté d’eux émergent d’autres situations aux limites matérielles plus imperceptibles. Cette notion permet donc de restituer les effets de confinement sans fermeture, sans clôture (espaces publics). Le confinement exprime une quête, autant collective qu’à l’échelle de l’individu, de recréer un environnement fermé à partir d’ambiances, de propriétés sociales, de « petits détails » pratiques, d’inventer des « bulles », artificielles en apparence, mais pas moins puissantes. Ces confinements sont parfois définis par des règles précises : celles d’un lycée, d’un centre commercial, parfois davantage sous la forme de conventions sociales comme dans le cas des pédibus ou des rapports sociaux propres aux secteurs résidentiels. Cette propension au confinement émarge et déborde très largement ces seuls espaces aux contours physiquement flous mais mentalement très précis, à cause, en particulier, du dérangement de l’espace public. On remarque ainsi un décalage de problématiques de fermeture propres au monde résidentiel, vers des espaces tendant à se confiner, où s’installent la vidéosurveillance ou des rituels typés de contrôle (policiers, rondes, etc.).

12Sur ce plan, le cas du quartier Gare à Caen traité plus loin, témoigne de la manière dont d’autres formes de confinement, directement collatérales, sont produites par ces mêmes espaces confinés : la gare – contexte qui tend au confinement par excellence, du fait de son impossible absolue fermeture, avec différentes strates de normes conduisant à cette tendance, en particulier les normes de qualité – produit dans ses marges d’autres formes de confinement, celles que les marges urbaines se fabriquent elles-mêmes, de toute pièce, pour se protéger face aux situations d’insécurités dans lesquelles elles se situent, paradoxalement.

13Cette notion de contexte permet aussi d’enquêter sur le rôle des différents ajustements sociaux. Les contextes de sûreté/sécurité sont localisables à très larges traits dans leurs occurrences globales : un centre commercial, un quartier résidentiel, un abribus, etc. Mais lorsqu’on y pénètre ou que l’on se situe à leurs confins, on découvre une grande labilité. Ces contextes, ce sont aussi ceux qui interviennent le temps d’un week-end (ce moment-clé des suicides périurbains ou des « incivilités » localisées sur des « contextes de transition » tels que les abribus), le temps d’une période (mise en place de constructions, phases d’urbanisation), le temps d’une saison (liés à des nuits plus longues, ou plus courte, à l’hiver ou à l’été). Toujours sujet à la variabilité des règles, aux formes renouvelées des ajustements sociaux, les contextes ne sont donc pas définis une fois pour toute et ils bougent beaucoup, souvent dans tous les sens, parce que les habitants sont là et qu’ils jouent un rôle déterminant dans leur élaboration, dans leur caractérisation, dans leur typification, dans leur montage et leur démontage.

14Quel est pour autant le statut de ces habitants et de leurs qualifications ? C’est ici que la notion de contexte confirme son intérêt, nettement différenciée de la notion d’ambiance. Le contexte n’étant pas « que » produit par ces habitants, ceux-ci n’en maîtrisent pas la totalité des paramètres. Derrière cette affirmation, qui résulte également des observations engagées, se dégage l’idée de renouer avec un certain spatialisme dont les sciences sociales se sont parfois départies rapidement – essentiellement les approches constructivistes radicales – et donc, de soutenir l’idée que « le décor ce n’est pas rien ».

15Ce travail sur les seuils correspond plus largement à celui qui est engagé habituellement dans l’espace public, où se jouent plusieurs familles de seuils : une famille liée à la circulation, une autre à l’exposition. Et le travail sur les seuils, leur réglage, est constitutif de l’activité même de l’espace public, avec une différence et une complémentarité entre des seuils ajustés (par ceux qui pratiquent) et des seuils contrôlés (par ceux qui produisent et gèrent les espaces). Les seuls contrôlés correspondent aux seuils fixés une fois pour toute par la puissance publique ou par d’autres, qui s’investissent de cette mission. Les seuils ajustés ouvrent sur la souplesse et l’incertitude introduite par l’action par les regards, le jeu avec les hauteurs de haies, etc. Ainsi, l’espace public – et donc les contextes de sûreté/sécurité – reste traversé par une certaine proportion de flottement, d’incertitude, d’ajustement probable d’où, à nouveau, ce rôle moteur du social si le politique et les aménagements ont choisi de lui laisser place, ce qui n’est plus le cas dans les « atmosphères » d’ultra-confinement propres aux résidences fermées (gated communities). Cette persistance du flottement, malgré la normalisation et la sécurisation, est fondamentale à souligner, tant sur le plan analytique qu’en matière de conception pour les intervenants de la sûreté, amenés à pérenniser (et réfléchir à...) les conditions d’un tel flottement. Cette identification, à la fois des indices constitutifs des seuils (le monde : trop ou pas assez ; la lumière : trop ou pas assez, etc.) non en tant que constitutifs de l’espace public en soi, mais en tant que spécifiquement à l’origine de la définition de ces contextes au regard de leur sûreté/sécurité, n’a cessé de traverser les orientations et les analyses ici présentées.

16À travers ces processus de qualification, trois logiques propres à la sécurité se dégagent, liées au champ des ajustements (résidents, passants, « pratiqueurs » d’espace), au champ des réglages (urbanistes, gestionnaires de site) et au champ des règles du jeu (des institutions aux intervenants privés). Trois champs auxquels contribuent les différents acteurs intervenant dans ces processus, sans se limiter à l’un d’entre eux. Parfois, les habitants ajustent ce qui a été réglé et produit pour eux, parfois la puissance publique s’efface dans la détermination des règles du jeu pour laisser place aux promoteurs ou aux individus eux-mêmes, etc.

Sûreté et dynamiques des bords d’un contexte de sécurité : le quartier de la Gare à Caen

17Le « quartier de la gare » constitue un exemple éclairant pour illustrer l’ensemble de ces problématiques. Ce secteur, situé sur la rive droite de l’Orne à Caen, a pour particularité de « tourner le dos » au centre ville. Les issues principales de la gare sont en effet orientées vers le sud de la ville. Cet effet est renforcé par la présence de l’Orne, qui joue un rôle de barrière naturelle, faisant de ce quartier un espace périphérique. Socialement, il est marqué durant la journée par une présence importante de personnes vivant et travaillant dans la rue. Durant la nuit, c’est l’activité de prostitution le long des rives de l’Orne qui ponctue l’identité de cet espace. Du fait de la présence de ces deux types de populations, le quartier de la gare peut être qualifié « d’espace à la marge » par rapport au reste du centre ville de Caen.

  • 13 L’ensemble de ces éléments d’analyse sont issus d’un travail porté par Olivier Thomas, en prolongem (...)

18Le quartier de la gare caennais a été enquêté sous trois angles : celui des perceptions de l’insécurité que pouvaient en avoir les différents usagers (passants, commerçants, habitants, sans domicile fixe) du secteur des rives de l’Orne, de la presqu’île ainsi qu’au regard de la présence d’une activité de prostitution sur le Cours Montalivet et le cours Caffarelli. Puis, celui du regard des personnes vivant et travaillent dans la rue et qui fréquentent pendant la journée le quartier de la gare. Celui, enfin, de l’action menée par le Trait d’Union, association d’intervention sociale, qui a permis de réaliser un travail de terrain proche de l’enquête ethnographique, révélant toute l’importance de l’échelle locale dans la compréhension des modes de production de la sûreté13. Cette approche permet de croiser différents regards sur les problématiques liées à la sûreté et cherche à mettre en tension les diverses réalités sociales et « façons de faire » des professionnels sur le terrain, ainsi que de reformuler des problématiques de sûreté en déplaçant « à la marge » les questions relatives aux insécurités qui touchent les personnes et les biens.

Une lecture par les qualifications sociales

19En posant la notion de contexte de sûreté, il s’agit de proposer un regard original sur la conception et la gestion des espaces collectifs. Il ne s’agit pas tant de poser l’enjeu de sécurité que de voir dans quelles mesures la sécurité tend à devenir une variable de gestion de l’espace parmi d’autres, à côté des variables écologiques ou d’accessibilité par exemple. En cela, on s’interroge sur les modalités de production d’un espace qui doit être plus agréable que défendable. Cependant, une étude des usages de l’espace doit accompagner cette réflexion. Nous pensons en effet que poser la question de la sûreté en terme de partage des espaces collectifs ne peut se faire sans s’interroger sur ce qui anime les actions, les interactions sociales et, d’une manière générale, sur ce qui permet de comprendre les comportements sociaux qui prennent forme dans un lieu tel qu’une gare, et ici plus largement le quartier de la gare à Caen.

  • 14 F. Ripoll, La dimension spatiale des mouvements sociaux : essais sur la géographie et l’action coll (...)

20Nous avons attaché une importance majeure aux formes de qualification discursives de l’objet « sécurité/sûreté » qu’en réalisent les acteurs sociaux. C’est par la question de la sécurité, telle qu’elle s’exprime dans le monde social que nous aborderons la notion de contexte de sûreté. Partant des travaux théoriques de Fabrice Ripoll sur les modes d’existence de l’espace social14, nous proposons une lecture schématique explicitant les trois champs sociaux à l’intersection desquels se posent la question de la sécurité (graphique page suivante).

21Cette approche amène à rechercher des facteurs (ou des variables) susceptibles de créer un contexte de sécurité. Pour ne considérer ici que le champ propre de la sécurité, le schéma indique que les facteurs qui nous intéressent peuvent avoir des modes d’existence matériels ou idéels et peuvent avoir une dimension « instituée », « matérialisée » ou « intériorisée ». Empiriquement, ces facteurs, propices ou non à produire des contextes de sûreté, prendront corps dans l’espace social, dans des pratiques d’individus ou de groupes sociaux.

Graphique 1. – Pour une lecture de la sécurité dans le monde social.

Un cadre de production « classique » de la sécurité

22La production de la sécurité dans le quartier de la gare à Caen se fait d’abord de façon « classique ». Elle associe l’utilisation de dispositifs techniques (vidéosurveillance, alarmes) et urbanistiques (éclairage, clôture, barrière) d’une part, et un partage des missions de surveillance et d’intervention entre la police nationale, la police municipale, la police ferroviaire et une société de sécurité privée d’autre part. À l’image de la ville de Caen, le quartier de la gare n’est pas un espace sensiblement vidéosurveillé. Un seul dispositif de surveillance par caméra concerne l’intérieur de la gare et plus spécialement le tunnel permettant d’accéder aux quais, le dispositif de vidéosurveillance est actif et chaque caméra est reliée à un ordinateur. Depuis sa rénovation, la gare est équipée de 47 caméras sans observateur permanent, rendue obligatoire par la législation.

23Le quartier de la gare ne fait pas l’objet d’un éclairage uniforme. Comme dans beaucoup de villes, la priorité est donnée aux espaces les plus fréquentés. Les rues qui sont les moins utilisées la nuit sont souvent les plus sombres ou les plus mal éclairées. Sur notre terrain d’enquête, la place devant la gare est couverte dans sa totalité par l’éclairage public mais ce n’est pas le cas pour les autres espaces en marge de ce lieu central. Au travers de la vidéosurveillance et du système d’éclairage, il apparaît donc que la production des contextes de sûreté par des dispositifs techniques est spatialement différenciée.

24La sécurité relève de la compétence de différentes polices, lesquelles n’ont pas vocation à intervenir partout ou à n’importe quel moment. La police municipale est présente la journée, sa mission principale est l’îlotage. Elle intervient dans les espaces publics, surtout pour des problèmes de stationnement ou pour un travail de médiation entre les différents usagers. Son rôle est aussi d’assurer une présence et d’être visible pour les milliers de personnes qui transitent quotidiennement par la place de la gare. La présence de policiers municipaux est implicitement pensée par les usagers comme un élément favorisant la production d’un contexte de sûreté. La police ferroviaire, quant à elle, n’intervient que dans la gare et sur les horaires de circulation des trains. Ses possibilités d’intervention sont limitées : elle ne peut que reconduire les personnes « indésirables » à l’extérieur du site et lorsqu’il y a un délit. Ses effectifs sont très faibles : il y avait en 2007, cinq agents pour toute la Basse-Normandie. La police nationale intervient quant à elle de façon ponctuelle, à la demande des polices ferroviaires ou municipales, ou suite à l’appel d’un usager. La nuit, ce sont principalement les policiers de la Brigade Anti Criminalité (BAC) ou ceux affectés aux « mœurs », qui interviennent.

25Une équipe d’agents de sécurité est constamment présente, composée de deux agents permanents avec leur chien, d’un agent de sécurité et d’un agent cynophile qui dirige. L’agent cynophile travaille seul, malgré les différents secteurs qu’il a à surveiller mais il dispose d’un système de communication qui lui permet d’intervenir rapidement sur une zone dont la délimitation est singulière. Son « territoire » est composé du sous-sol, du tunnel souterrain débouchant sur le parking, du quai, du hall, de la partie dallée s’étendant devant l’entrée mais il ne peut aller au-delà (domaine de la voirie publique). La présence du chien représente un atout selon les agents car elle permet, selon l’agent cynophile, de régler les problèmes plus rapidement du fait de la peur qu’il suscite chez les individus impliqués. Bien que la gare ferme la nuit, l’agent de sécurité reste présent pour éviter que des personnes ne fracturent les portes ou ne tentent de sauter les barrières pour entrer. La fermeture de la gare se fait avec l’arrivée du dernier train et elle ouvre pour le premier train du lendemain.

De l’insécurité à la marginalité : une construction sociale

26La production de la sécurité suit par ailleurs la logique des opérateurs sociaux, leurs regards et leurs représentations. Nous en proposons une typologie selon quatre catégories d’acteurs : la police, les passants, les commerçants, les habitants. D’autres analyses étaient possibles en construisant des types selon l’âge, le genre, la position sociale, etc. mais n’auraient probablement pas modifié ce qui apparaît comme un résultat majeur : les personnes interrogées ont une lecture différenciée du paysage social dans lequel elles évoluent et elles témoignent systématiquement d’un couplage entre espace social et espaces physiques.

27Pour la police nationale, le quartier de la gare est un quartier de passage, avec quelques hôtels et des débits de boissons. C’est un espace qui draine une population en transit (présence des gares ferroviaire et routière, du tramway et d’une station de location de vélos) et qui est très pratiqué par les personnes sans domicile fixe. Il y a, selon le commissaire de police rencontré, des problématiques propres aux marginaux : consommation excessive d’alcool, débordements et bagarres, ce qui génèrent chez les autres usagers un sentiment d’insécurité. La « malpropreté » des marginaux pose aussi problème parce qu’elle rendrait le lieu moins agréable à vivre. En parallèle, les hôtels attirent une « clientèle pauvre » et « pas mal d’étrangers ». Ce qui s’y passe est en partie occulte : « ce ne sont pas des hôtels borgnes mais presque » (un commissaire de la police nationale).

28Le commissaire et les deux chefs de brigades présents lors de l’entretien distinguent deux temporalités : l’une se rapporte aux activités diurnes, l’autre aux activités nocturnes. Pendant la journée, la police nationale intervient peu. Elle est parfois appelée en fin d’après-midi, période qui correspond à la fin de l’alcoolisation d’une partie des marginaux. Les agents de la police nationale travaillent avec la police municipale, la SUGE (police ferroviaire) et les agents de sécurité de la gare. Le commissaire parle « d’une présence policière protéiforme ». Le nombre des interventions des différentes polices devient quasi nul au moment de la fermeture de la gare et celle du dernier bureau de tabac, vers 23 h.

29La nuit, l’activité de prostitution cours Montalivet ne génère pas d’exactions particulières. La police surveille toutefois les prostituées et elle effectue des contrôles réguliers. Il s’agit essentiellement de femmes d’origine africaine, qui viennent de la région parisienne. Elles arrivent avec le dernier train du soir et repartent avec le premier du matin. Ces femmes travaillent dans des camionnettes. Il n’y a pas de racolage sur la voie publique et peu de voitures viennent circuler devant elles. Ce sont davantage les comportements des personnes fréquentant les bars, restaurants et bars de nuit qui se situent à proximité de la gare qui génèrent un sentiment d’insécurité ou de réels problèmes de sécurité. En cela, c’est aux marges du quartier de la gare, dans un espace central de la ville – en référence auquel se définissent les comportements déviants pendant la journée – que se déplace la question de la sûreté la nuit.

30Les regards que portent quant à eux les passants sur la population dite « marginale » (prostituées, SDF) sont variés. Certains ont une attitude compréhensive. D’autres personnes, au contraire, se montrent méprisantes. Pour certains usagers, ce n’est pas tant les personnes en situation de marginalité, que les comportements qu’elles adoptent qui sont à l’origine du sentiment d’insécurité. Par ailleurs, l’enquête a mis en lumière des opinions récurrentes chez les passants, au premier rang desquelles le souhait de rendre invisible les populations marginales (« ils ne me dérangent pas, mais je ne veux pas que les enfants les voient » ou encore « Ils ne dérangent pas du moment qu’on les voit pas » (une passante, 48 ans) ou d’assurer leur mise à distance (une autre passante, 46 ans : « Aujourd’hui, elles sont plus loin et c’est mieux »). Les jugements portés sont sous-tendus par une méconnaissance des personnes qui vivent et travaillent dans la rue, favorables au développement d’un imaginaire négatif vis-à-vis des personnes en marge.

31L’enquête a également concerné les discours et les représentations des commerçants exerçant aux abords de la presqu’île et du quartier de la gare, dans lesquels dominent les deux thématiques de la visibilité et de la distance spatiale par rapport à leurs commerces, qu’ils considèrent comme suffisante pour ne pas influer sur leur fréquentation. Les personnes interrogées expriment des positions similaires : « Pas de gêne, si ces dernières sont invisibles », « du moment qu’on ne les voit pas » « ça va parce qu’elles sont en retrait ». Certains commerçants posent la question de la sécurité plutôt en terme de seuil et de quête de la bonne distance : au delà d’un certain nombre de marginaux et d’une trop grande proximité, le sentiment d’être en insécurité pourrait augmenter (« Oui, je me sens en sécurité, moi, y’a pas de soucis, tant qu’il y’en a pas juste devant, peut-être s’il y en a une dizaine, là, si... »).

32Enfin, les enquêtes se sont également intéressées aux résidents du quai Caffarelli, sur la Presqu’île. Lors des entretiens, les habitants ont donné leurs perceptions des populations marginales présentes autour de chez eux. Il n’en n’est pas ressorti un sentiment d’être en insécurité, plutôt une gêne par rapport à l’image que ces personnes peuvent renvoyer de l’espace dans lequel ils habitent : « C’est pas terrible terrible, mais c’est pas moi qui va aller dire quelque chose. J’ai tellement vu de choses que... » (un habitant de la pres-qu’île). Les craintes des résidents sont en fait focalisées sur d’autres personnes vivant à la marge de la société. Il semble que ce discours soit la résultante d’une expérience passée : « Avant, il y avait les manouches. C’est pire, oui c’est plus gênant. Ces gens là font plus peur » (autre habitant de la presqu’île).

33Finalement, trois éléments structurent le regard des enquêtés au sujet de la marginalité : la visibilité/invisibilité des personnes ayant une activité de prostitution, la distance spatiale qui les sépare de ces personnes marginales et le nombre des marginaux présents dans leur proximité. Dans la lecture que font les personnes interrogées du paysage social qui les environne, ces trois éléments apparaissent comme des conditions pour la production ou la non-production de contextes de sûreté.

L’insécurité dans les corridors des marges sociales

34Nous proposons, à ce stade, d’inverser radicalement le regard des investigations sur la sécurité, en opérant un passage du centre vers la marge. Nous postulons que les dispositifs de sécurité produisent et accentuent des situations d’insécurité sociale et s’instituent aussi socialement, à travers les rapports et les représentations des personnes à la marge ainsi que les difficultés auxquelles elles sont confrontées. Notre enquête s’est aussi attachée aux « SDF », dont la plupart sont confrontés déjà depuis longtemps à des situations de danger, de précarité et de ce fait, semblent « n’avoir peur de rien ni de personne » (« Moi ici, je me sens en sécurité, rien me fait peur, de toute façon je cogne si ça va pas ». Désiré).

35Ils considèrent aussi que l’insécurité est crée par la police qui guette leur moindre faux pas. Un autre usager du site explique que l’insécurité est construite par la peur et le regard que les autres portent sur eux, un regard négatif qui les exclut de la norme et du monde social. Certains SDF associent les situations d’insécurité à l’espace même de la gare, un lieu où ils peuvent subir bagarres et coups. L’un d’entre deux, présent sur le site depuis deux ans, constate que dans la gare « Il n’y a pas de sécurité, beaucoup de choses se passent ». Cependant, le site est aussi un lieu de refuge pour certains SDF afin d’éviter de se retrouver dans les lieux d’hébergement comme « la Boussole » où les anciens SDF ne se sentent pas en sécurité. Pour l’un d’eux, la violence vient surtout des SDF entre eux : « Il y a des bagarres, des règlements de comptes entre gens de la rue, des conflits d’argent. »

Violences de rue et risques sanitaires

36Ces contextes de marges insécurisées par leurs seuils, sont aussi ceux des prostitué(e) s. De l’habitant de la presqu’île au chef de la police municipale, de nombreux acteurs pensent ou affirment que les prostituées sont victimes de violences, et ainsi en situation d’insécurité liée aux abords du « contexte » où s’inscrivent leurs activités : jet de bouteilles de la part de passants en véhicule et alcoolisés, provocations, etc. La mise à l’écart des centres de vie et le déplacement vers des lieux peu fréquentés et mal éclairés contribue à mettre ces personnes en situation d’insécurité. En témoigne, un fait divers : l’agression d’une jeune prostituée en mars 2006.

  • 15 I. Dumont, Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse dans le centre-ville. Pôle universitaire norma (...)

37Si les personnes prostitué(e) s sont exposées aux faits de violences, elles ne sont pas les seules. Le monde de la rue est un milieu où les risques et les dangers sont constants. Isabelle Dumont pose trois facteurs pour évaluer les risques encourus par les personnes vivant dans la rue : le genre (les hommes sont moins vulnérables que les femmes), l’âge (les moins de 25 ans et les plus de 55 ans sont les plus exposés), la durée de vie dans la rue (plus le temps passé dans la rue est long, moins l’on est exposé)15. à cela, s’ajoutent des comportements à risque tels que la consommation excessive d’alcool et de drogues, particulièrement chez les personnes sans domicile fixe qui dorment dehors. Cette question a largement été évoquée par les différents acteurs. Pour certains d’entre eux comme les intervenants sociaux, il s’agit du problème principal concernant le quartier de la gare lorsque les SDF sont en groupe en fin de journée. Pour les commerçants, la question de la consommation d’alcool est aussi très présente et à l’origine de comportements agressifs et préjudiciables à l’image de leurs établissements. Les SDF rencontrée ont quant à elle expliqué que l’alcool était un moyen pour eux de se réchauffer, d’oublier les problèmes, de passer le temps. Par ailleurs, le fait de vivre et travailler dans la rue augmente l’exposition aux risques sanitaires. Les températures extrêmes et l’humidité surexposent les personnes aux affections et aux maladies. Les probabilités de se blesser (dans les squats, en fouillant les poubelles), associées au manque d’hygiène, favorisent les infections. Les personnes qui ont une activité de prostitution sont quant à elles exposées à des contagions parasitaires (gale) ou virales (MST). Ces risques constituent autant d’insécurités sanitaires qui affectent des personnes déjà vulnérables.

  • 16 Les personnes ayant une activité de prostitution n’ont pas été interrogées. Ce résultat ne concerne (...)

38Au terme de cette partie, il apparaît que si la construction du rapport à l’insécurité tend à être corrélée avec la position des individus au sein du quartier de la gare, cette corrélation à un caractère paradoxal. En effet, alors que le sentiment d’insécurité devrait augmenter à mesure que l’exposition à l’insécurité est forte, c’est l’inverse qui se produit. Les passants, peu exposés à des faits d’insécurité réels, ont tendance à développer un fort sentiment d’insécurité en rapport avec la présence de populations dites marginales. à l’opposé, les personnes vivant et travaillant dans la rue, fortement exposées, n’ont pas le sentiment de vivre en insécurité16.

Les « sans-domiciles fixes » : espaces de vie, espaces entre les vies

  • 17 I. Dumont, La détresse sociale dans le centre-ville : Analyse comparative entre Brighton (Royaume-U (...)
  • 18 D. Zeneidi-Henry, Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Paris, éditions Bréal, 2002, (...)

39La catégorie spatiale du « quartier » n’est pas pertinente pour comprendre la (les) présence(s) dans une ville des personnes qui vivent et travaillent dans la rue. Les déplacements, les lieux de sociabilité, les lieux de l’activité lucrative mais aussi les besoins existentiels : « habiter » et « manger », dessinent une géographie propre à ces personnes17. Pour rendre compte des formes d’appropriation de l’espace par les SDF, Djemila Zeneidi-Henry s’est intéressée aux lieux « territorialisés » par eux. Elle a montré que « certains espaces publics sont davantage investis que d’autres par les SDF18 » et que la constitution de « territoires à la marge » favorisent dans la ville, la cristallisation en certains espaces de fortes tensions entre les individus ou les groupes sociaux. La présence de personnes à la marge dans différents lieux et micro-espaces est corrélée à une série, variable, de contingences climatiques, sociales, économiques, sécuritaires, etc. à Caen, le quartier de la gare n’est pas fréquenté partout de la même façon par les personnes en détresse sociale.

  • 19 I. Dumont, ibid.

40Quelque soit la ville, la gare est souvent un espace fréquenté par les SDF. C’est un lieu où il est possible de se réfugier, de dormir et parfois de faire la manche tout en restant anonyme, du fait d’un certain climat de tolérance. Les sans-abri lui accordent trois fonctions : abri, rencontres, travail19.

41Les sans-abri investissent et territorialisent un certain nombre de lieux aux abords du contexte sécurisé de la gare, comme le centre de tri postal situé à une trentaine de mètres, lieu de regroupement, de sociabilité mais aussi de consommation d’alcool et d’intervention des forces de l’ordre. Au sein même de la gare, certains acteurs de l’intervention sociale comme « Trait d’Union » constatent que le site reste un lieu de passage et pas un espace où il serait possible de se poser et de se reposer. à l’intérieur, les SDF sont souvent repérés par les services de sécurité qui les font sortir lorsqu’ils jugent qu’ils occasionnent une gêne pour les usagers. Certaines personnes en détresse sociale viennent dormir sur les bancs qui se situent dans le hall d’entrée, le lieu le plus fréquenté avec ses abords. Le long tunnel menant au parcotrain n’est pas un lieu squatté par les personnes vivant à la rue, pas même l’hiver. En revanche, l’entrée de la gare est un point de regroupement lié à la distribution quotidienne de repas par la Croix Rouge (à 22 h). Le chargé de mission à la SNCF a demandé à l’association de déplacer le lieu de distribution pour ne pas déranger la clientèle mais les bénévoles de la Croix Rouge ont refusé. La place de la gare est un lieu de rassemblement pour les personnes en détresse sociale, les associations veulent aussi qu’elle soit un lieu pour l’intervention.

42Aux abords immédiats de la gare, d’autres lieux sont « territorialisés » : le trottoir devant certains commerces pour faire la manche, les wagons désaffectés pour dormir. Au moment de l’enquête, un couple de SDF occupait un de ces wagons désaffectés. Comme beaucoup de personnes vivant dans la rue, ils refusaient les structures collectives. Cela peut s’expliquer par le difficile accès aux différents foyers et par les règlements qui y organisent la vie collective.

43Plus loin, d’autres lieux de rassemblements existent encore : l’ancien cimetière de la rue Canchy, le rond point de la Demi-Lune, le supermarché ED. Ils correspondent à des points de ramassage de la part des différentes structures intervenants dans le quartier. Les moments de regroupements sur les lieux de rendez-vous le soir sont parfois difficiles à vivre pour les SDF car ils correspondent aux instants où l’alcoolisation et la fatigue sont au maximum. Par expérience, les bénévoles savent qu’il y a souvent des conflits entre les marginaux. Certains dégénèrent parfois. La maraude des bénévoles de « Trait d’Union » crée des points de regroupements. Les intervenants sociaux ne sont pas les seuls à influer sur la présence ou l’absence de personnes en détresse sociale dans le quartier de la gare à Caen. La police nationale participe aussi à réguler la présence des personnes vivant et travaillant dans la rue. Elle effectue des rondes régulières à proximité de la gare et fait des contrôles d’identité systématiques.

44Les commerçants agissent également sur la fréquentation du quartier par les SDF. Voulant les repousser plus loin afin qu’ils ne dérangent pas leur clientèle, ils divergent dans leurs discours : si les commerces de location de voitures déclarent ne pas être dérangés, les gérants des hôtels et des bars se plaignent quant à eux de la présence de SDF, mauvaise pour l’image, et gênante pour ce qui est des nuisances engendrées par leur présence.

45Selon la coordinatrice du 115 pour l’agglomération de Caen, certains lieux à proximité de la gare sont aussi appropriés par des personnes sans abris pour des raisons pratiques, lorsque leurs mobilités sont réduites. En effet, il y a des SDF qui, pour des problèmes de santé par exemple, restent proches des foyers de nuit comme le Cap Horn : « Les grands marginaux, les grands SDF ont des problèmes de mobilité ou autres, donc ils réduisent leurs lieux de déplacement. » Dans ce cas, à mesure que les conditions de santé se dégradent, l’espace de vie de la personne tend à se restreindre. En perdant la capacité de se déplacer, la personne en détresse sociale perd du même coup la possibilité d’utiliser l’espace de la ville comme un espace de ressources. Ce phénomène s’observe chez les « clochards », c’est-à-dire chez les personnes qui sont dans un état de grande marginalité. Celui-ci correspond souvent à un temps long passé dans la rue.

46Il est sur ce plan décisif de constater la présence d’une hiérarchie sociale au sein du monde de la rue : les « marginaux » ne constituent pas un groupe social homogène. Selon le type d’activité et la position occupée dans le processus de marginalisation, les problématiques générées seront différentes. De ce point de vue, ce n’est pas la « marginalité » ou les « marginaux » qui constituent un obstacle à la sûreté, mais plutôt les comportements des personnes selon qu’elles occupent telle ou telle place au sein du monde de la rue. Il s’agit donc de prendre la mesure de la distance sociale séparant les individus de la normalité – d’un « comportement moyen » – pour mieux appréhender la construction des contextes de sûreté.

Règlements et ajustements : des SDF tolérés « sous condition »

47Depuis le 1er juillet 2008, une nouvelle société de sécurité est chargée de travailler sur le site de la gare. Ce changement a été l’occasion pour la SNCF de mieux prendre en compte la présence de personnes vivant et travaillant dans la rue. Les agents de sécurité ont été chargés de mettre à l’épreuve une série de règles de comportements s’appliquant aux populations marginales présentes dans l’enceinte de la gare : interdiction de boire, de fumer, de mendier, d’interpeller les voyageurs.

48Bien que la mendicité soit interdite, celle-ci reste pratiquée dans l’enceinte de la gare, parce que tolérée, exemple d’ajustements sociaux dans un contexte règlementé. Les agents de sécurité ont ainsi reçu pour consigne de laisser les marginaux se reposer à conditions qu’ils respectent quelques règles minimales. à la gare de Caen, la présence de SDF est tolérée « sous condition de » respecter des règlements tacites qui n’ont cours que pour eux. De cette manière, la production d’un contexte de sûreté dans l’enceinte de la gare ne dépend pas de la présence ou non de personnes sans domicile fixe mais des comportements de ces personnes. Posée en ces termes, ce sont les signes de la marginalité, visibles pour les usagers, qui constituent pour la SNCF des éléments non propices à la production de la sûreté.

49La construction d’un espace de vie pour les personnes qui vivent à la rue est pour partie le fait d’acteurs tels que les intervenants sociaux, les polices ou les commerçants. Les lieux laissés aux SDF ne relèvent pas seulement d’une mise à distance spatiale : la différenciation des espaces de vie est aussi la projection dans l’espace d’une distance « entre les vies ». En cela, la place de chacun révèle un ordre dont la remise en cause « par le bas », via des comportements étiquetés comme déviants (mendicité active, alcoolisation sur la voie publique, occupation d’un espace « réservé » aux voyageurs), peut être interprétée comme la volonté, consciente ou inconsciente, de déstabiliser un contexte de sûreté, normé par rapport à un centre ou à un mainstream.

Les prostituées, entre déplacements et « nettoyage » de l’espace public

50La loi du 18 mars 2003 sur la sécurité intérieure a réinstitué le délit de « racolage passif ». Dans l’agglomération caennaise, les personnes exerçant une activité de prostitution se sont affranchies de cette règle par l’utilisation de camionnettes. En restant assises à l’intérieur, les prostitué(e) s ne peuvent être accusées de racolage sur la voie publique. Cette activité de prostitution s’est d’abord concentrée sur le cours Montalivet, derrière la gare de Caen, un secteur à partir duquel les instances politiques locales ont souhaité qu’elles se déplacent en 2007. Les interventions de la police municipale ont alors provoqué leur déplacement dans différents lieux, notamment sur le cours Caffarelli (presqu’île), évoquant, d’une part, les plaintes des résidents mais aussi, de manière moins officielle, leur effet sur l’image de la ville. Ce déplacement a duré six mois, le temps que d’autres décideurs locaux interviennent et que les entreprises situées sur le cours Caffarelli se plaignent de nuisances en termes de salubrité publique.

51Depuis les années 1990, l’activité de prostitution a souvent été déplacée à Caen : d’abord localisées en centre-ville, les prostituées ont été repoussées dans des espaces de plus en plus excentrés. Plusieurs des acteurs interrogés insistent sur le fait que les prostituées subissent des déplacements, conséquences d’une « politique de délogement », avec un processus de relégation subi depuis plusieurs années. Leurs installations en véhicule se sont d’abord accumulées sur le Cours Montalivet, jusqu’à que la situation soit jugée intenable sous l’effet croissant de la pression policière. L’éloignement du centre-ville et la concentration de l’activité sur le cours Montalivet révèlent aussi la volonté de surveiller et de contrôler cette population. Selon la police nationale, il n’y a pas de tolérance mais le fait qu’elles aient investi l’espace des rives de l’Orne « satisfait tout le monde ». Dans une certaine mesure, les conditions propices à la production de contextes de sûreté dans le centre de Caen la nuit passent par la relégation de la prostitution aux marges du centre-ville et par le contrôle de l’activité.

Mutation des formes urbaines : fluidités et dynamiques des contextes de sécurité

52La configuration singulière qui a été analysée dans les deux parties qui précèdent, témoigne d’une forme stabilisée, d’un état provisoire des opérations sociales conduisant à la dynamique de la sûreté/sécurité dans le quartier de la gare. Cette configuration sera en réalité amenée à se recomposer en profondeur à l’occasion du nouveau projet urbain concernant cet espace.

Marges en (quête de) devenir : le Projet de Renouvellement Urbain

53Une partie du quartier la gare est entrée dans un projet de renouvellement urbain « Presqu’île portuaire/Rives de l’Orne/Gare/Tourville ». L’objectif était de renforcer et étendre le centre-ville avec des équipements représentatifs de la capitale régionale et le développement de la filière nautique. À proximité de la gare, sur le secteur Rives de l’Orne, ont été créés un pôle commercial (25 000 m2), un complexe cinématographique de 12 salles, des bureaux (24 500 m2), un hôtel trois étoiles, des places de parkings en sous-sol (1 000 places) avec la programmation de 240 logements (privés, et sociaux). Le chantier des « rives de l’Orne » a considérablement modifié le secteur qui s’étend de l’arrière de la gare SnCF au cours Montalivet, par la sortie du tunnel de la gare et le quai Hamelin. Les pratiques sociales des populations à la marge en ont donc été affectées. Dans ce cadre, la gare a fait l’objet d’un projet de rénovation qui, datant de 1998, n’a réellement commencé qu’en 2007. Jusqu’ici, la gare ne s’ouvrait pas sur la ville : « La mairie, à cette époque, ne souhaitait pas que la gare soit tournée vers la ville, d’autant plus que les commerçants ont fait une forte pression pour que celle-ci soit tournée de leur côté et que le tram passe justement sur la place de la gare » (M. Leroux, responsable des travaux de la gare). au sud se trouvent les différents moyens de transports en commun, les hôtels, les bars, et les loueurs de voitures. au nord est localisé le nouveau parcotrain et l’espace réservé au projet des « rives de l’Orne ».

54L’inauguration du nouveau bâtiment de la gare a eu lieu le 8 janvier 2009. Les travaux ont consisté à créer de nouveaux bureaux, à aménager une « galerie des voyageurs » et à rénover la façade du bâtiment. Un nouvel espace de vente a été ouvert, ainsi qu’un Relais café. La gare est aujourd’hui plus grande et plus contemporaine. Quelle place a-t-elle réservée aux populations dites « marginales » ?

Ill. 1. – Une analyse de la communication sur la rénovation de la gare.

Intégrer la marge : une démarche de qualité et sûreté à la SNCF

55Une convention Solidarité a été signée dans ce cadre du projet, entre la SNCF, le 115 et « Trait d’Union » dans un objectif de « gestion » de la marginalité, la SNCF affichant son souhait d’intégrer progressivement une réflexion sur la qualité des services en gare. Dans cette convention, les objectifs pour le 115 et « Trait d’Union » sont « de créer du lien social avec les personnes en errance dans la gare et ses alentours, et contribuer fortement à la démarche de solidarité en gare ». Par ailleurs, une formation est envisagée pour les agents d’escales afin de les aider à appréhender les questions associées à la présence des SDF. Qu’en est-il de la place des personnes en détresse sociale dans la nouvelle gare ? Parmi les SDF rencontrés, certains disent ne plus aller dans la gare car ils n’auraient plus le droit d’y rester, cette éviction ayant été appuyée par l’action régulière des forces de l’ordre. à l’inverse, du côté de la SNCF, la présence de SDF serait constatée comme plus importante qu’avant les travaux. Nos analyses de terrain révèlent une réalité plus complexe. L’exercice de négociation avec les agents de sûreté au sujet « des règles de vie de la gare » ne se fait pas en direction d’un groupe SDF mais bien vers chacune des personnes prises individuellement et au regard des différents comportements qu’elles sont susceptibles d’adopter. Par ailleurs, les SDF présents sont souvent les mêmes, ce qui a été confirmé par les commerçants. Cette interconnaissance participe au travail de régulation engagé par la SNCF et les agents de sécurité.

56La gare reste perçue par les SDF comme un lieu stratégique de mendicité, à proximité des lieux de repos et de quelques boutiques. Si la municipalité avançait que le projet des « Rives de l’Orne » n’aurait aucune répercussion sur les personnes marginales, les services d’urgence (115) considéraient au contraire que ce projet engendrerait leur fragilisation et leur déplacement vers le secteur Montalivet, lui-même lieu de report de la prostitution. Dans la pratique, la convention mise en place par la SNCF fait figure d’exception. La présence de populations à la marge, dans ou à proximité du quartier de la gare, n’est pas prise en compte dans le projet de renouvellement urbain. Concernant l’espace de la presqu’île, M. Guérin, responsable du service de l’urbanisme à la mairie de Caen, reconnaît un lien entre la marginalité et les problématiques de sûreté mais sans l’intégrer au projet, considérant que ces activités ne peuvent qu’être en ces lieux dans une situation transitoire. Mais ce responsable dissocie nettement, ce faisant, l’aménagement urbain des questions sociales, posant l’urbanisme et l’insécurité comme deux questions différentes, considérant que les comportements d’insécurité n’ont rien à voir avec les formes urbaines et les logiques de leur production. Cet aspect témoigne d’un paradoxe majeur : alors même qu’une loi impose des études de sécurité préalables aux opérations de construction et d’urbanisme, aucune à ce jour ne prévoit de mesurer l’impact des opérations de renouvellement urbain sur les personnes vivant et travaillant à la marge, le rôle de ces personnes dans la production de contextes de sûreté, ou encore l’accroissement éventuel de leur exposition aux risques.

Conclusion

57Le cas des abords de la gare de Caen met donc en lumière de nombreux éléments d’analyse favorables à la compréhension des modes de production des contextes de sécurité et de sûreté. Ce sont tout d’abord des rythmes qui impriment dans les différents lieux du quartier, des moments au cours desquels la question de la sécurité se pose. Les pratiques sociales des usagers du quartier de la gare ont des temporalités propres. Dans le cas des populations à la marge, ce sont des activités telles que la mendicité ou la consommation d’alcool pendant la journée ou l’activité de prostitution pendant la nuit. La sortie des restaurants et des bars de nuit pose aussi parfois problèmes. Ainsi, les rythmes de certaines pratiques sociales génèrent dans le temps des seuils, qui « déstabilisent » les contextes de sécurité. Ces moments « bornés » dans le temps sont révélés par l’activité des acteurs de la sécurité tels que les différentes polices, les agents de sécurité ou les intervenants sociaux.

58L’analyse des discours de différents usagers du quartier de la gare remet en question la pertinence des modes de production « classiques » de la sécurité dans la construction de contextes de sécurité. Ainsi, si l’utilisation de dispositifs techniques et urbanistiques de sécurité participe probablement à la sécurisation de la gare et de son espace proche, cela n’apparaît pas chez les usagers comme un facteur essentiel pour produire de la sécurité. Pour certaines des personnes qui vivent et travaillent dans la rue, la présence et la coordination des différentes polices auraient même l’effet inverse, en générant une inquiétude. Enfin, déplacer le regard du centre vers la marge est l’occasion de reformuler la problématique de la sûreté. Devant la multiplicité des discours, il apparaît que chacune des personnes interrogées au cours de la recherche occupe une place qui lui est propre au sein des contextes sociaux. Abordant la question des insécurités ou de la marginalité permet de souligner comment les individus produisent des lectures différenciées des paysages sociaux dans lesquelles ils prennent place. Le rapport paradoxal des individus à l’insécurité en constitue une expression, faisant apparaître que le sentiment d’insécurité est inversement proportionnel à l’exposition réelle des personnes. Dans le cadre de ce travail, qui s’intéressait particulièrement à la place de la marginalité dans la quartier de la gare, trois éléments viennent structurer les lectures que font les usagers du paysage social, comme autant de « curseurs » organisant la production des contextes de sûreté : la visibilité/invisibilité de l’autre, la distance spatiale qui sépare le lecteur de l’autre et le nombre de personnes dites « marginales » présentes en un lieu.

59La lecture du paysage social apparaît alors comme un principe pour les individus qui analysent les contextes sociaux dans lesquels ils évoluent. En travaillant sur la géographie des lieux laissés aux SDF, nous avons pu voir que la place qu’ils occupent dans le quartier de la gare révèle un ordre (social). La volonté de contrôle des comportements étiquetés comme déviants (mendicité active, alcoolisation, prostitution) traduit en fait la crainte de voir les contextes de sûreté, produit par (et pour) un centre (c’est-à-dire les personnes qui se comportent « normalement »), remis en question ou déstabilisés par la marge.

60Alors, comment interpréter les comportements des personnes qui vivent et travaillent dans la rue et, surtout, comment interpréter les efforts faits par les personnes ayant en charge la gestion de la sûreté dans des espaces tels que le quartier de la gare à Caen ? Nous proposons, au terme de cette recherche, de répondre à cette interrogation par une autre question : dans le champ de la sûreté et de la sécurité, dans quelles mesures les comportements, étiquetés comme « déviants », des personnes à la marge sont-ils l’exacte conséquence des contextes de sûreté produits pour le reste de la population ?

Notes

1 Citons ici les trois principales références théoriques en ce domaine du “ defensible space”, O. Newman, Defensible Space, New York, Macmillan, 1972. De la « vitre cassée », J. Q. Wilson, G. L. Kelling, « Broken Windows: The Police and Neighborhood Safety », The Atlantic Monthly, 1982. De la « prévention situationnelle », J. Jacobs, Death and life of great American cities, Vintage Éd., 1992.

2 R. Castell, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Le Seuil, 2003.

3 J. Donzelot, Faire société : la politique de la ville aux États-Unis et en France, Paris, Le Seuil, 2003.

4 L. Bonelli, La France a peur : une histoire sociale de l’« insécurité », Paris, La Découverte, 2008.

5 G. Capron (dir.), Quand la ville se ferme : quartiers résidentiels sécurisés, Paris, Bréal, collection d’autre part, 2006. Voir également G. Billard, J. Chevalier, F. Madoré, Ville fermée, ville surveillée : la sécurisation des espaces résidentiels en France et en Amérique du Nord, Rennes, PUR, collection géographie sociale, 2005.

6 A. Wyvekens, « Espace public et sécurité », in Problèmes politiques et sociaux, Paris, La documentation française, no 930, 2006.

7 Sur ces différents phénomènes, cf. M. Dumont, « Les territoires de la sécurité/sûreté », in Pouvoirs locaux, no 78, 2007, p. 34-45.

8 Th. Oblet, Défendre la ville, Paris, PUF, collection la ville en débat, 2008.

9 Les analyses présentées ici font suite à un travail de recherche mené pour le PUCA par Marc Dumont, Sandrine Depeau, Olivier Thomas, Stéphane Valognes, Lionel Rougé, Lucile Grésillon et Pierre Bergel dans les périphéries centrales ainsi que celles de la ville émergente (périurbain) des agglomérations de Caen et de Rennes. Ce travail a pris appui sur des ateliers de « diagnostic sécurité » menés par des étudiants à cette occasion et a questionné, autant la fabrique institutionnelle que la fabrique sociale de la sécurité sur ces différents sites, à la fois à partir de l’entrée des représentations des habitants mais aussi des pratiques de sécurisation propres à ces territoires émergents.

10 M. Foucault, Sécurité, territoire et population, cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Seuil/Gallimard, 2004.

11 P. Landauer, Ordre dispersé : les nouvelles conceptions urbaines de la sûreté, Paris, collection recherche du PUCA, 2008.

12 P. Sloterdijk, Sphères, t. 1, bulles, Paris, Hachette, 2003.

13 L’ensemble de ces éléments d’analyse sont issus d’un travail porté par Olivier Thomas, en prolongement des travaux réalisé dans le cadre du Master Professionnel « Sociétés urbaines en mutations et territoires » (2008-2009) par Chauveau Chloé, Cognet Lucie, Mezel Julie, Burson Julie, Champion Marion, et Coves Cécile. Qu’ils en soient ici remerciés.

14 F. Ripoll, La dimension spatiale des mouvements sociaux : essais sur la géographie et l’action collective dans la France contemporaine à partir des mouvements de « chômeurs » et « altermondialistes », thèse de doctorat en géographie, université de Caen, 2008.

15 I. Dumont, Tapecul, squat, soleil. Vivre la détresse dans le centre-ville. Pôle universitaire normand, Publication des Universités de Rouen et du Havre, Presses universitaires de Caen, 2007.

16 Les personnes ayant une activité de prostitution n’ont pas été interrogées. Ce résultat ne concerne que les personnes SDF ayant participé à l’étude.

17 I. Dumont, La détresse sociale dans le centre-ville : Analyse comparative entre Brighton (Royaume-Uni), Parme (Italie) et Caen (France), université de Caen, thèse de doctorat en géographie, 2002.

18 D. Zeneidi-Henry, Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Paris, éditions Bréal, 2002, 344 p.

19 I. Dumont, ibid.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Pour une lecture de la sécurité dans le monde social.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50286/img-1.png
Fichier image/png, 117k
Légende Ill. 1. – Une analyse de la communication sur la rénovation de la gare.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50286/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M

Auteurs

Docteur en géographie urbaine, est professeur des universités en urbanisme et aménagement de l’espace à l’université de Lille 1, membre associé du laboratoire LAUA (École d’architecture de Nantes). Ses travaux, au croisement de la géographie sociale et de l’urbanisme, portent sur les politiques d’urbanisme et les dynamiques des périphéries urbaines. Il a assuré la responsabilité scientifique d’un programme de recherche portant sur la sécurisation des espaces publics périurbains, mené avec une équipe de chercheurs des universités de Caen et Rennes pour le compte du Ministère de l’Équipement dans le cadre de la consultation de recherche « Territoires urbains et sûreté ». Il est également l’auteur avec E. Hellier d’un ouvrage sur Les nouvelles périphéries urbaines, paru aux Presses Universitaires de Rennes en 2010.
Titulaire d’un doctorat en géographie, membre associé de l’unité mixte de recherche (UMR) 6590, Espaces et Sociétés, du CNRS. Ses recherches s’inscrivent dans le champ de la géographie sociale et ses travaux portent sur la condition sociale des populations marginalisées. Sa thèse, soutenue en 2011, est intitulée « Des émigrants dans le passage. Une approche géographique de la condition de « clandestin » à Cherbourg et sur les côtes de la Manche ».

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540