Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Troisième partie. Réduire l’ébullition, apaiser et discipliner la ville

La ville contrainte ? Haussmann revisité : 1880-1980

Florence Bourillon

Texte intégral

  • 1 F. Loyer, « Le regard des historiens sur la transformation de Paris au XIXe siècle. Préface », K. B (...)

« La ville que nous jugeons haussmannienne l’est bien peu. Ni la typologie des édifices, ni le traitement des vides urbains ne [sont] une invention du Second Empire… Même l’appartement haussmannien se révèle héritier d’une longue tradition de la distribution, où l’apport du XVIIIe siècle est beaucoup plus essentiel que celui du XIXe siècle. Quant à la mise en place du paysage ou au rôle des espaces plantés, ils suivent une longue tradition, plus versaillaise que parisienne. C’est dire combien l’haussmannisme, en tant que mode de production, s’inscrit dans la durée – bien au-delà de son siècle… L’image même que nous nous faisons du Paris haussmannien colle assez mal avec les réalisations du grand préfet : le système arrive à sa perfection dans les premières décennies de la IIIe république. Et c’est plutôt le Paris d’Alphand auquel nous faisons référence qu’à proprement parler celui d’Haussmann1. »

  • 2 Pour un bilan sur les évolutions récentes de l’histoire urbaine, voir F.-J. Ruggiu, « L’histoire ur (...)
  • 3 M. Roncayolo, Lectures de villes. Formes et temps, Marseille, Éditions Parenthèses, 2002, p. 10.

1Loin de la « ville contrainte », cloisonnée par des voies stratégiques et excluant une partie de sa population ou de « la ville lumière » en célébration de l’aménageur visionnaire, cette longue citation de François Loyer, semble atténuer la spécificité de la ville transformée sous le Second Empire. Elle témoigne en réalité du déplacement épistémologique qu’a connu la lecture de l’haussmannisation, parallèlement aux évolutions internes de l’histoire urbaine du contemporain, XIXe-XXe siècle. Au-delà du débat entre « pro » et « anti », la lecture renouvelée de la ville haussmannienne intègre l’épisode dans une réflexion sur le changement urbain de longue durée. Aussi met-elle à profit une lecture contextualisée et comparatiste, intégrant à la fois les acquis d’une historiographie décloisonnée, ouverte aux autres sciences sociales2, et une réflexion sur les temporalités ou les « a-synchronies » urbaines selon l’expression heureuse de Marcel Roncayolo3.

  • 4 Voir également F. Bourillon, L. Coudroy de Lille, « La leçon haussmannienne », Penser la compositio (...)
  • 5 P. Larousse, Grand Larousse universel du XIXe siècle, Paris, Larousse, 1866-1877, lettre H.
  • 6 Ibidem.
  • 7 Voir sur l’ampleur des travaux sous la IIIe République, P. Casselle, Paris républicain, 1871-1914, (...)
  • 8 En particulier en termes de logement et de transports. Voir parmi d’autres Y. Fijalkow, La construc (...)

2Certes, cette évolution n’a pas été linéaire et il s’agit ici de revenir sur les ruptures et les continuités à l’œuvre dans l’élaboration du récit sur la ville transformée sous le Second Empire4. On connaît les remarques des adversaires de l’Empire aux travaux haussmanniens que le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse rassemble, quelques années plus tard5 : aux arguments de percement de la ville pour faciliter le déplacement des troupes et de renchérissement des loyers pour en éliminer le peuplement ouvrier, accentuant encore les inégalités entre l’Est et l’Ouest parisiens, s’ajoutent ceux qui relèvent de la critique politique de la gouvernance préfectorale et de la gestion financière calamiteuse. Pourtant « si M. Haussmann s’était borné à assainir Paris, en opérant avec lenteur et prudence nous n’aurions que des éloges à lui donner6 ». À l’heure où la IIIe République poursuit l’œuvre entamée7, il est difficile de ne pas admettre la nécessité des travaux, tout en rappelant les arguments utilisés par les opposants. Se forge ainsi sous l’Empire, et dans les premières années de la IIIe République, une argumentation que l’on va retrouver formulée en des termes qui vont varier, malgré l’adhésion des républicains à la transformation de Paris. Tout d’abord porté par les opposants politiques au régime impérial et relayé par les défenseurs d’un Paris ancien qui disparaît sous la pioche du démolisseur, le discours tombe par la suite dans une sorte d’indifférence ou de consensus à l’égard de la ville présente, en dehors de la dénonciation des insuffisances de l’haussmannisation8, avant d’être réactivé à propos des débats sur le Grand Paris et des questionnements sur les leçons à retenir. L’ouvrage d’André Morizet ouvre ainsi la voie à une lecture au crible des critères de l’urbanisme tels que les confirme le numéro spécial de la revue Urbanisme et habitation. La Vie Urbaine de 1953, avant que la confrontation au développement urbain du second XXe siècle n’en modifie les contenus. Renégociée en confrontation avec la « crise urbaine » contemporaine, la réflexion sur l’haussmannisation change de sens alors même que se développe la patrimonialisation de la ville haussmannienne.

Du Paris « transformé » au Grand Paris des années 1930

Le « plus grand Paris »

  • 9 Sur le conseil de Paris au début du XXe siècle, voir P. Casselle, Paris républicain, 1871-1914, op. (...)
  • 10 Rapport général... sur le projet de budget supplémentaire de 1910 et le projet de budget de la vill (...)
  • 11 Ibidem.
  • 12 La liste des membres et de leurs qualités est analysée par P. Casselle, « La commission d’extension (...)
  • 13 Louis Bonnier et Marcel Poëte se retrouvent avec Jules Siegfried et Charles Beauquier pour créer en (...)
  • 14 Voir à ce sujet, M. Charvet, Les fortifications de Paris. De l’hygiénisme à l’urbanisme, 1880-1919,(...)
  • 15 Pour le rôle de l’histoire et de « l’évolution des villes » dans la pensée de Marcel Poëte, voir D.(...)

3Les réflexions sur l’extension de Paris remettent l’haussmannisation au goût du jour. Rapporteur en 1908 du budget de la Ville, le conseiller Louis Dausset9 souligne la communauté de destin de la capitale et des villes qui l’entourent « dont plusieurs sont devenues plus importantes que beaucoup de chefs-lieux de département10 ». Au prétexte que « Paris et la banlieue forment une agglomération de 3 500 000 habitants environ ayant les mêmes intérêts au point de vue de la circulation, de l’hygiène et de l’esthétique », il réclame la réalisation d’une « étude documentée, méthodique et complète, de manière à adopter et à suivre une ligne de conduite générale11 ». Est ainsi constituée, présidée par le préfet de la Seine, la Commission d’extension de Paris, réunissant 54 membres, conseillers municipaux, parlementaires, hauts fonctionnaires ou personnalités connues pour l’intérêt qu’ils portent aux questions urbaines ainsi que deux représentants des communes de la banlieue12. La commission ne se réunit qu’une seule fois, le 28 février 1912. Cela ne l’empêche pas de publier en 1913, deux rapports non signés, le plus souvent attribués à Louis Bonnier, directeur des services d’architecture et des promenades, et à Marcel Poëte, conservateur de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris13. Bien que dans le projet de constitution de la commission, l’argument environnemental ait été important, essentiellement à cause des fortifications14, la part de documentation historique est tout à fait considérable. Le premier mémoire présente tout d’abord, l’extension de Paris depuis les origines jusqu’à la fin du Second Empire, puis l’annexion de 1860. La conclusion de cet Aperçu historique précise sans ambigüité que la connaissance des épisodes et en particulier du dernier, qui n’est pas si éloigné dans le temps, est importante pour les choix futurs d’extension15 :

  • 16 Préfecture de la Seine. Commission d’extension de Paris, Aperçu historique, Paris Chaix, 1913, p. 2 (...)

« Les mêmes problèmes se poseront à ceux qui voudront élargir les limites actuelles mais la difficulté de la solution s’accroîtra en proportion directe du développement matériel et moral de Paris… Les pouvoirs publics, il y a un demi-siècle, n’avaient pu prévoir les conséquences d’un accroissement limité de Paris : qui pourrait dire où ces conséquences s’arrêteraient, avec la ville actuelle, dont la population a doublé depuis cette époque, et dont le rayonnement d’influence s’étend de jour en jour sur des territoires plus considérables16 ? »

  • 17 A. Morizet, Du vieux Paris au Paris moderne, Paris, Hachette, 1932.
  • 18 Devenue Boulogne-Billancourt en 1925.
  • 19 Avec une interruption de 1922 à 1925. Sur André Morizet, voir P. Guillot, André Morizet, un maire c (...)
  • 20 Dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, t. VII, Paris, PUF, p. 2, 523.
  • 21 Voir A. Fourcaut, E. Bellanger, M. Flonneau, Paris/banlieues, conflits et solidarités, Paris, Créap (...)
  • 22 Ibidem.
  • 23 A. Morizet, Du Vieux Paris au Paris moderne, Paris, Hachette, 1932, p. 342, 343.

4Les débats reprennent dans l’immédiat après-guerre avec le vote de la loi de 1919 sur le déclassement des fortifications et celles de 1919 et 1924 sur les plans d’extension et d’embellissement, qui conduiront en 1932 à l’adoption du projet d’aménagement de la région parisienne ou plan Prost. C’est dans ce contexte qu’est publié en 1932 l’ouvrage d’André Morizet, Du Vieux Paris au Paris moderne17. André Morizet, maire de Boulogne-sur-Seine18 de 1919 à 194219, sénateur de la Seine de 1927 à 194220, membre de la commission du Vieux Paris et de la commission des sites et monuments historiques, entre autres, appartient aux courants réformistes des maires de banlieue. Il assure pendant quelques années la présidence de l’union des maires de banlieue et partage, à propos du Grand Paris, des positions communes avec des opposants politiques de centre-droit comme François Latour, rapporteur du budget de la Ville de Paris et du budget du département au conseil général de la Seine, auteur d’ouvrages comme Le plus grand Paris, problème national, en 1928 ; Note sur l’aménagement de la région parisienne en 1930 ; L’aménagement du Grand Paris, où en sommes-nous ?, 1934, etc.21. Si leurs analyses convergent sur le changement d’échelle de la progression urbaine, la sensibilité de Morizet à la situation de Paris intra muros semble plus forte. François Latour souhaite avant tout « remédier au développement chaotique de la banlieue » et lutter contre la « dislocation du cadre de la vie urbaine22 » quand André Morizet, évitant la déploration sur la situation contemporaine, raisonne en termes d’équilibre entre Paris et la banlieue, constatant à la fois que la population parisienne « décroît depuis dix ans » et que « la banlieue, au contraire s’enfle d’un élan de plus en plus prodigieux23 ».

  • 24 Ibidem, p. 341.

« Le Paris de César Birotteau, limité aux boulevards de Louis XIV est mort. Celui d’Haussmann, enclos dans l’enceinte de Thiers, également. Un autre qu’on baptise tantôt le “Grand Paris”, tantôt “l’agglomération parisienne” les a tous les deux absorbés24. »

  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., p. 359.
  • 27 Ibid., p. 345.
  • 28 Ibid., p. 322.

5Ainsi, pour André Morizet, « le Grand Paris existe. Tel est le fait25 ». Aussi, propose-t-il un programme mené à deux niveaux distincts après avoir rappelé les défis particuliers à relever : le manque de logements, l’insuffisance des transports, le « problème des services publics » dont la répartition équitable devrait éviter l’inégalité entre les villes, les questions de responsabilités administratives pour lesquelles il propose que les arrondissements parisiens soient « municipalisés » comme les communes de banlieue, les problèmes financiers, etc.26. Tout d’abord, celui du « Vieux Paris » dans un « programme d’achèvement27 » qui prévoit, outre l’adaptation aux nécessités de la circulation automobile et la résorption des îlots insalubres, la conservation patrimoniale des sites. Et d’un Paris nouveau correspondant au département de la Seine élargi dont les contours diffèrent selon que l’on aborde les aspects politiques et de gouvernance qui relèvent des municipalités ou les services publics, qui correspondent aux syndicats intercommunaux. Pour résoudre les difficultés, « il faudrait un nouvel Haussmann ». Pourtant si « des circonstances exceptionnelles l’ont aidé [et que] son œuvre ne saurait nous servir d’exemple…, dans ses expériences heureuses et malheureuses, nous pouvons puiser d’utiles leçons28 ». En ce sens, si André Morizet incite à tirer parti de l’expérience haussmannienne, François Latour suggère aux élus de dépasser l’héritage d’Haussmann :

  • 29 F. Latour, G. Delavenne, « Note sur l’état actuel du programme d’extension de Paris ». Rapport no 5 (...)

« Pendant longtemps, Paris n’a pas eu de politique d’extension. Vivant sur la renommée mondiale que lui avait value l’œuvre d’Haussmann, préoccupé surtout d’achever le plan d’embellissement dû à l’initiative du grand préfet, il avait cru parvenir, par la pleine mise en œuvre des conceptions édilitaires, nées sous le Second Empire, au summum de ce que peut concevoir et réaliser l’urbanisme29. »

Du Vieux Paris au Paris Moderne

  • 30 Ch. Merruau, Souvenirs de l’Hôtel de Ville, 1848-1852, Paris, Plon, 1875.
  • 31 A. Morizet, Du Vieux Paris au Paris moderne, op. cit., p. 130.
  • 32 Le fond de carte intègre déjà les percements de la rue de Rivoli, du boulevard de Strasbourg et de (...)

6L’ouvrage d’André Morizet comprend trois parties, consacrées tout d’abord aux « Embellissements de Paris de 1800 à 1853 », puis à « Haussmann et la transformation de Paris, 1853-1970 », enfin au « Grand Paris ». Dans l’introduction, il précise les sources dont il a disposées : les Mémoires d’Haussmann, qu’il compte utiliser avec certaine précaution, les documents du Corps législatif et du Sénat conservés aux Archives nationales ainsi que ceux communiqués par Marcel Poëte et par l’ancien directeur du service du plan. Il y ajoute le plan « colorié » des travaux de Paris, conservé au Schlossmuseum de Berlin. Ce plan est la reproduction de celui dessiné de la main de Louis-Napoléon, alors président de la République, dont l’existence est attestée par Charles Merruau, ancien secrétaire de la Préfecture dans ses Souvenirs de l’Hôtel de Ville30 et par le témoignage d’Haussmann lors de sa première rencontre avec l’Empereur au cours de l’été 1853. Il aurait été offert au roi de Prusse à sa visite de l’exposition de 1867, « qui désirait s’en inspirer pour l’aménagement de sa capitale31 ». Il s’agit cependant bien d’une copie car le fond de carte intègre des travaux déjà effectués en 185332.

7Le souhait de tirer les leçons de l’expérience haussmannienne conduit André Morizet à replacer l’épisode dans une histoire longue du développement urbain. En ce sens, il rompt avec la chronologie élaborée par Haussmann dans ses Mémoires, et rend toute sa place à Napoléon III dans les projets de transformation de Paris, intitulant l’un des chapitres « Louis-Napoléon, urbaniste ». Cela le conduit à insister sur la période qui s’étend du coup d’État au rétablissement de l’Empire et à reconsidérer la chronologie bien établie des « réseaux » telle qu’elle est mise en scène par le préfet dans ses Mémoires. Reprenant le déroulé du récit haussmannien, il met en valeur la capacité de rebond d’une opération à l’autre.

  • 33 A. Morizet, Du Vieux Paris au Paris moderne, op. cit., p. 226.
  • 34 Le débat a lieu au sein du Conseil d’État, chargé de rédiger les lois. Voir B. Gaudillère, « L’anne (...)

8L’épisode le plus significatif est celui de l’annexion des territoires suburbains. Remontant aux origines de la banlieue, il décrit l’impact des fortifications sur les communes de la « petite banlieue33 ». Il rappelle également le projet d’extension de l’annexion à l’ensemble du département de la Seine – ce que le projet du décret de 1859 ne demande pas – à partir de l’incorporation et de l’expropriation de la zone non aedificandi. Haussmann évoque les regrets de Napoléon III et surtout l’absence de soutien qu’il a reçu du gouvernement à ce sujet34.

  • 35 A. Morizet, Du Vieux Paris au Paris moderne, op. cit., p. 318.

9Une lecture qui se veut donc historienne et d’expertise, destinée à replacer l’épisode haussmannien dans le long terme de la progression urbaine et des changements d’échelles auxquels sont confrontés les édiles parisiens et ceux de la banlieue des années 1930. Aussi plus qu’une réhabilitation « quarante ans après », puisque c’est bien « d’une réhabilitation qu’il s’agit35 », c’est l’efficience de l’expérience qui est ici rappelée.

  • 36 Ibidem, p. 391.

« On entend souvent dire : il nous faudrait un nouvel Haussmann. C’est une vue bien simpliste des choses. Haussmann échouerait aujourd’hui comme Napoléon aurait échoué dans la guerre de tranchées36. »

L’hommage centenaire des urbanistes

  • 37 V. Berdoulay, P. Claval (dir.), Aux débuts de l’urbanisme français. Regards croisés de scientifique (...)

10L’appel à « dépasser Haussmann », ou à tirer parti de l’expérience haussmannienne, rencontre la réflexion sur les transformations de Paris sous le Second Empire menée par « l’école d’urbanisme française », telle qu’elle s’est élaborée au cours de l’Entre-deux-guerres et de la Reconstruction au sein de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris, dirigé depuis 1939 par Pierre Lavedan37.

L’histoire de Paris à l’IUUP

  • 38 Sur l’évolution interne de l’enseignement à l’IUUP, voir G. Busquet, Cl. Carriou, L. Coudroy de Lil (...)
  • 39 G. Busquet, Cl. Carriou, « Entre art et science », op. cit., p. 68.
  • 40 I. Grudet, « L’historien Pierre Lavedan et les transformations de l’urbanisme en France (1919-1955) (...)
  • 41 Urbanisme et habitation, la Vie Urbaine, organe de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris,(...)
  • 42 Il paraîtra comme ouvrage collectif aux PUF l’année suivante sous le titre : L’œuvre du Baron Hauss (...)

11Une place importante est conférée à l’histoire en plus des « enseignements techniques » et des exercices pratiques pour répondre à la demande de « l’urbanisme “moderne” et de l’aménagement de masse38 ». L’approche de l’haussmannisation bénéficie de cette redéfinition dans la discipline. Pour Pierre Lavedan, c’est moins « l’évolution de la ville », chère à Marcel Poëte, que celle de la production des formes urbaines et de l’art urbain, qui est destinée à constituer « une histoire ressource39 » aux problèmes de l’urbanisme contemporain40. En 1953, la revue Urbanisme et Habitation (La Vie Urbaine)41, organe de l’Institut d’Urbanisme de l’université de Paris (IUUP), publie un numéro spécial consacré à « Haussmann préfet de la Seine (1853)42 ». Le sujet est nouveau, alors que la revue contient un nombre considérable d’études et de monographies urbaines depuis 1919.

  • 43 Une pétition adressée au maréchal Pétain, à l’initiative de Marcel Raval, est signée par de nombreu (...)
  • 44 On se souvient de la liquidation des occupants de la zone autour de Paris (les « zoniers ») ainsi q (...)

12L’intérêt pour le Paris haussmannien revient pourtant de loin. En 1941, plusieurs enseignants de l’Institut sont en effet impliqués dans les débats qui concernent la réaction aux propositions publiées par Le Corbusier dans Destin de Paris à propos de l’îlot 16, dont seuls seraient conservés les monuments43. L’inquiétude tient également à la politique réformatrice et interventionniste du régime de Vichy44, bien que les réactions aux propositions de Le Corbusier viennent plutôt des milieux conservateurs, voire proches de la révolution nationale. Georges Pillement, dans son ouvrage Destruction de Paris, publié en 1941, dénonce dans un même élan « Cent ans de démolition » et les projets futurs :

  • 45 G. Pillement, Destruction de Paris, Paris, Bernard Grasset, 1941, p. 9.

« On démolit Paris. On projette de le démolir davantage. Déjà, cent ans de démolitions imbéciles, inutiles pour la plupart, conduites sans aucun plan d’ensemble, sans aucun souci d’urbanisme, ont fait plus pour la disparition du vieux Paris qu’un bombardement intensif. Mais ce n’est pas fini… Si les Parisiens qui aiment leur cité ne s’insurgent pas, les démolisseurs qui se disent architectes de la ville exécuteront impitoyablement leurs plans de dévastation et il ne restera plus rien de Paris que quelques bâtiments officiels45 »

  • 46 « Belges, Russes, Allemands, Américains, Suisses, Polonais, sans compter les Juifs, se construisent (...)
  • 47 « La régénérescence du pays devrait en conséquence donner à la capitale une commotion salutaire », (...)

13Les accusations les plus sévères figurent dans le petit Que sais-je que Marcel Raval consacre à l’histoire de Paris. Fustigeant le « séisme “apprivoisé” du Baron Haussmann », il renouvelle les thématiques déjà évoquées des déséquilibres entre l’Est et l’Ouest, de la crise du logement, de la « métaphore de la capitale parisienne en ville cosmopolite46 », de « l’escamotage des principes d’hygiène par des manœuvres contre-révolutionnaires ». Le chapitre suivant est consacré « à la nef sans pilote » poursuivant l’œuvre de destruction de Paris jusqu’à l’époque toute récente issue de la défaite47.

  • 48 Collectif, Destinée de Paris, Paris, Éditions du Chêne, 1943.
  • 49 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme. Renaissance et temps modernes, Paris, H. Laurens, 1941.
  • 50 L’expression est d’Isabelle Grudet. Voir I. Grudet, « L’historien Pierre Lavedan », op. cit., p. 46
  • 51 G. Pillement, Destruction de Paris, p. 291. Les « Propositions pour l’aménagement du quartier du Ma (...)

14La riposte à l’ouvrage de Le Corbusier, telle qu’elle figure dans la publication de l’ouvrage collectif Destinée de Paris48, publié en 1943, s’organise autour de la proposition d’une rénovation modérée du centre qui serait liée à une transformation beaucoup plus radicale de la périphérie. Pierre Lavedan y consacre un chapitre aux places royales, repris de son ouvrage Histoire de l’urbanisme. Renaissance et temps modernes49, manifestant à ce propos sa « préférence » à la ville classique des XVIe et XVIIIe siècles50. Robert Auzelle y présente la méthode du curetage en cœur d’îlot, dont l’application au quartier du Marais est présentée comme exemplaire dans l’ouvrage de Pillement51, etc. Au total, émerge une certaine vision de l’histoire parisienne : la ville, qui vaut la peine d’être défendue s’arrête à la fin de l’Ancien Régime, au nom de critères esthétiques auxquels la société industrielle est incapable de répondre.

  • 52 I. Grudet, « L’historien Pierre Lavedan », op. cit., p. 52.
  • 53 L’Époque contemporaine paraît en 1952. Voir P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme. Époque contemporai (...)

15L’intérêt porté à Haussmann pour le centenaire de son accession en 1953 marque donc une étape nouvelle dans la définition des rapports de l’urbanisme à l’histoire. Si l’on suit la démonstration d’Isabelle Grudet, « le regard, que l’historien Lavedan porte sur la ville, fluctue avec l’évolution des modalités de l’action52 » et, en l’occurrence, avec la position d’exécutant conférée aux urbanistes dans le cadre d’une planification prévue par l’État, après-guerre. C’est désormais l’histoire de l’organisation des villes qui importe, et non plus les présupposés de l’esthétique urbaine, conférant ainsi à la ville haussmannienne un statut historique53.

« Haussmann, préfet de la Seine »

  • 54 Haussmann, préfet de la Seine (1853), op. cit.

16L’avertissement du numéro s’étonne de l’absence de commémoration de l’arrivée d’Haussmann à la préfecture, ouvrant « ces dix-sept années de règne municipal [qui] ont été décisives dans l’histoire de Paris ». Décidés à traiter la question selon les critères de l’urbanisme, les responsables de la revue souhaitent en « rappelant des faits connus », revenir sur « les raisons d’agir » et « les moyens d’action » utilisés, analyser l’influence qu’Haussmann a pu avoir, et en ce sens, « juger équitablement une œuvre qui a été, de part et d’autre, louée et critiquée avec autant de passion et autant d’énergie ». Ce faisant, ils se félicitent également d’ouvrir un champ de recherche nouveau « en demandant notamment à des spécialistes qualifiés de brèves études sur des points particuliers54 ».

  • 55 Ibidem, « L’arrivée au pouvoir », p. 180-186. « Paris à l’arrivée d’Haussmann », p. 187-196. « Amis (...)
  • 56 Le chapitre est dit « détaché » dans l’Avertissement, ce qui n’est pas tout à fait exact. Voir Loui (...)
  • 57 Sa thèse sur Henry Labrouste 1801-1875 a été soutenue en 1965.
  • 58 La thèse a été préparée sous la direction de Jacques Gréber et publiée en 1965.
  • 59 G. Busquet, Cl. Carriou, L. Coudroy de Lille, Un ancien institut..., op. cit., p. 25 http://archiwe (...)
  • 60 Extraits des Mémoires, « Haussmann, préfet de la Seine, 1853 », op. cit., p. 291-297 et p. 298-301.

17Plusieurs contributions55 sont l’œuvre de Pierre Lavedan lui-même, qui vient de terminer son Histoire de l’urbanisme. Époque contemporaine. Si l’on met à part le premier chapitre sur « Le Nouveau Paris » de Louis Réau, très proche de la version de sa monumentale Histoire du vandalisme56, elles sont inédites même si elles rejoignent les préoccupations des auteurs. Ainsi l’historienne de l’art, spécialiste de l’architecture du XIXe siècle57, Renée Plouin, évoque les aménagements et la décoration intérieure de l’Hôtel de Ville. Jeanne Hugueney, assistante et très proche collaboratrice de Pierre Lavedan dont elle partage et poursuit les enseignements dans les années 1970 sur l’histoire de l’urbanisme, s’intéresse aux jardins. Seule l’intervention très courte (6 pages) de Robert Auzelle, correspond au sujet de sa thèse : Les problèmes de sépulture en urbanisme58. Personnage « phare » de l’IUUP dans la période de l’Après-guerre et des Trente Glorieuses, où il enseigne les cours sur la composition urbaine, il est aussi très engagé dans la politique de l’État59. Attentif aux méthodes de l’urbaniste et de l’architecte, praticien et théoricien de l’espace, il publie la même année aux PUF, Technique de l’urbanisme, l’aménagement des agglomérations urbaines. La parole est laissée à Haussmann lui-même sur « Les eaux de Paris » et sur « Les transports publics parisiens60 ».

  • 61 R. Auzelle, « Haussmann et les cimetières », Haussmann, préfet de la Seine, 1853, op. cit., p. 290.

18L’évocation de l’œuvre se fait donc selon les cadres et les méthodes de l’urbanisme. Dans son article, Auzelle revient sur le projet du vaste cimetière de Méry-sur-Oise et sur l’unanimité suscitée contre cette « déportation des morts ». Quand il conclut : « Haussmann n’avait décidément pas compris la vie complexe d’une cité61 », il met en cause la vision massifiée et simplifiée de la ville par celui-ci :

  • 62 Ibidem, p. 287.

« Pour notre part, c’est plutôt à “l’haussmannisme” que nous aimerions nous attaquer, à ce démarquage du préfet et de sa manière de traiter les affaires, à cette attitude de facilité qui consiste à chercher des solutions dites rationnelles à des problèmes artificiellement simplifiés parce que présentés en dehors de leur contexte social, économique et politique62. »

19C’est justement la prise en compte de cette complexité qui est au cœur du projet intellectuel et pratique de l’urbanisme.

  • 63 Les Mémoires d’Haussmann constituent les principales références des notes en bas de page.

20Les différents aspects de la ville sont pris en compte selon les objectifs explicités dans les Mémoires63 ou contestés à l’époque d’Haussmann. Mais il s’agit moins d’évaluer les actes et les décisions en critique interne que d’apprécier les bienfaits de cette politique dans le devenir global de la cité. Ainsi des taudis sous la plume de Pierre Lavedan :

  • 64 Haussmann, préfet de la Seine (1853), op. cit., p. 236.

« L’autre tare du Paris de 1850 était la mauvaise habitation. Haussmann a eu le mérite de faire disparaître beaucoup de taudis et de quartiers insalubres. Mérite certain, car il nous est difficile de nous apitoyer sur la disparition des ruelles de la Cité, de la rue des Arcis ou de la rue Transnonain. S’il est bien de faire disparaître des taudis, c’est à la condition de n’en pas constituer d’autres. Or Haussmann n’a pris aucune précaution à cet égard. Il n’a pas vu que toute destruction d’îlot insalubre posait un problème de relogement64. »

21La ville haussmannienne est lue à travers trois critères relatifs à la « composition urbaine », notion elle-même en gestation dans le discours des urbanistes. Tout d’abord, l’art urbain qui oriente l’étude des villes vers l’esthétique et l’architecture mais aussi l’environnement des monuments. C’est à ce titre que Louis Réau regrette les aménagements de la Cité qui portent atteinte au caractère monumental de Notre-Dame. Ensuite, le plan de ville, objet familier des urbanistes, auquel Pierre Lavedan s’est attaché dans son Histoire de l’urbanisme. Cela lui permet de situer l’expérience dans la longue durée et de démontrer ainsi la surdétermination spatiale des réseaux. Haussmann n’a pas tant inventé ! Enfin l’espace public, extrêmement présent dans le Paris transformé, les « carrefours » (l’Étoile, la Madeleine, le Trocadéro), les perspectives, les jardins publics, etc.

  • 65 L. Réau, « Le Nouveau Paris », ibidem, p. 179.
  • 66 Cela correspond également à une marginalisation de l’enseignement de l’histoire à l’IUUP. Voir G. B (...)

22Si « comme toutes les œuvres humaines, l’œuvre d’Haussmann comporte une part d’erreurs et d’échecs » parmi lesquels Louis Réau situe le dégagement de Notre-Dame, elle a aussi le mérite de produire une ville qui a résisté au temps : « Concluons que s’il n’y avait pas eu sous le Second Empire un Haussmann pour accomplir cette besogne de géant et si cette opération indispensable avait été différée, la tâche des urbanistes contemporains serait infiniment plus rude et plus onéreuse65 ». Cette reconnaissance tardive – qui a à voir avec le développement contemporain de la circulation automobile – en la situant dans le long terme du changement urbain, retire toute valeur heuristique à l’œuvre haussmannienne pour les urbanistes confrontés à la Reconstruction66. Et l’hommage de 1953, en insistant sur la longue durée, conduit à une véritable banalisation de la ville haussmannienne. Celle-ci disparaît pour un temps du champ de l’urbanisme opérationnel.

Entre « crise urbaine » et patrimonialisation de l’haussmannisation

  • 67 Les Halles quittent le centre de Paris en 1969, les derniers bâtiments sur place sont détruits en 1 (...)
  • 68 Le Plan d’urbanisme directeur n’est officiellement adopté qu’en 1967.
  • 69 Le numéro défend le nouveau POS, qui sera officiellement adopté en 1977. APUR, Paris-Projet, Introd (...)

23Quelques grands combats pour la préservation de bâtiments du XIXe siècle, au premier rang desquels figurent les Halles67, ramènent l’attention à la ville haussmannienne. Plus largement ce sont les opérations autorisées par le Plan d’urbanisme directeur rédigé en 1959 et appliqué dès 196168, qui rompt avec l’alignement sur rue et le gabarit homogène des bâtiments, qui sont dénoncées. à la suite d’une analyse particulièrement sévère du « règlement de 1967 » dans la revue Paris-projet69, l’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) commande à l’historien de l’art, François Loyer, en collaboration avec ses équipes, une vaste enquête sur « L’immeuble et l’espace urbain du XIXe siècle à Paris ». L’avant-propos du rapport résume l’objectif de la commande :

  • 70 J. L. Subileau, « Avant-Propos », APUR, Paris XIXe siècle, l’immeuble et l’espace urbain. Étude de (...)

« Les interrogations sur la ville, non le goût d’arrêter son histoire ou la volonté de codifier et de prescrire un modèle, sont à l’origine de l’entreprise menée par l’APUR… En donnant une “photographie” très complète des éléments du Paris du XIXe siècle qui demeurent et structurent l’espace de la capitale aujourd’hui, en invitant à une lecture dynamique des transformations et des développements de Paris au moment de sa plus formidable croissance, cette étude veut d’abord aider à mieux poser ces problèmes de la conservation du patrimoine architectural, de l’inscription des constructions nouvelles dans le tissu urbain, voire de l’aménagement de quartiers nouveaux qui ne soient pas en rupture avec la ville70. »

  • 71 L’enquête est également destinée à affiner les prescriptions du POS adopté en 1977.

24L’enquête est menée à la parcelle et elle conduit à la réalisation d’une cartographie du Paris construit entre 1790 et 1920. Plus « essentiel pour l’aménagement urbain » est la « tentative de dégager les relations entre l’immeuble et l’espace urbain » puisque « c’est leur étroite articulation qui forme la ville, leur dissociation qui la disloque ». La ville haussmannienne est alors au cœur de la recherche, en ce qu’elle constitue une « totalité urbaine » construite sur une « subtile gradation dans l’échelle des espaces urbains et dans le traitement de l’architecture qui les bordent ». En ce sens, l’étude confirme, qu’outre l’intérêt d’une politique dynamique de protection, quelques règles simples doivent être préservées : primauté de l’espace public sur le bâtiment soumis à l’alignement, gabarit conforme à l’échelle donnée à la rue ou la place, etc. La mise en valeur du patrimoine hérité du XIXe siècle doit permettre d’éviter la destructuration urbaine71. On est effectivement très loin de l’opération Italie 13 ou de celle du Front de Seine !

  • 72 Parmi de très nombreuses monographies impulsées dès 1776 par la Société royale de médecine, voir C.(...)
  • 73 Sur les vœux du conseil général de la Seine du 1er août 1939, voir Chabrol-Chaméane, Mémoire sur le (...)
  • 74 Sur les dysfonctionnements de la ville du XIXe siècle, voir F. Bourillon, « Changer la ville. La qu (...)

25L’intérêt pour la période haussmannienne renaît donc du rejet de ce qui s’est fait au cours des trois décennies antérieures et répond en partie à la demande sociale. Les problèmes des banlieues, les difficultés des grands ensembles, les insuffisances des transports etc. conduisent l’opinion et les pouvoirs publics à s’interroger sur la formation de la ville qui leur est contemporaine et l’origine des pratiques qu’elle engendre. Ce sont moins d’hypothétiques solutions qui sont recherchées que la comparaison établie avec la croissance démographique des villes au milieu du XIXe siècle – qui d’ailleurs ne concerne pas que la France. Or, la littérature de l’époque abonde en dénonciations des conditions de vie dues à « l’agglomération des hommes72 », aux risques encourus par les retours des épidémies, et en particulier celles du choléra après 1832, ou aux menaces du « déplacement de Paris73 ». Si l’expression de « crise urbaine » n’est pas utilisée par les hommes du XIXe siècle, l’inventaire des dysfonctionnements est largement mené74. Y compris par Haussmann, lorsqu’il décrit les opérations menées à Paris. La logique des « réseaux », les objectifs de « régularisation » sont mis en scène dans les Mémoires et le récit construit longtemps après les faits, présente une reconstitution rationnelle des opérations urbaines. Il fallait résoudre les conditions de dégradation et d’insalubrité de Paris pour en faire la capitale moderne de l’Empire :

  • 75 Haussmann, Mémoires, op. cit., t. III, 1893, p. 28.

« Il est de mode chez certains archéologues, se posant en milieux des mieux informés, d’admirer de confiance ce vieux Paris, qu’ils n’ont certainement connu que dans des livres spéciaux […] de gémir sur la façon cavalière dont l’a “fourragé” le baron Haussmann qu’ils tiennent comme ses œuvres dans un dédain profond ! Que les étroites et tortueuses rues du centre fussent presque impénétrables à la circulation, sales, puantes, malsaines, ils n’en ont aucun souci.
Que nos percements […] aient doté les vieux et nouveaux quartiers d’espace, d’air et de lumière, de verdure et de fleurs, en un mot de ce qui dispense la salubrité tout en réjouissant les yeux, la belle affaire75 ! »

  • 76 E. Labrousse, « 1848, 1830, 1789. Comment naissent les révolutions », Actes du Congrès historique d (...)
  • 77 Voir à ce sujet nos deux contributions écrites à dix ans d’écart : F. Bourillon, « “L’haussmannisat (...)

26La relation de cause à effet, induite par le raisonnement ci-dessus, entraîne l’adhésion des historiens du XIXe siècle qui commencent à s’intéresser à l’histoire urbaine. Depuis la célèbre conférence d’Ernest Labrousse au congrès anniversaire du premier centenaire de la révolution de 1848, la notion de « crise du milieu du siècle » dans les aspects multiples qu’elle revêt, à la fois politiques, économiques et sociaux, leur est familière76. La transposition se fait d’autant plus facilement que la « crise urbaine » apparaît liée aux processus de croissance de la ville elle-même, et qu’il s’agit bien dans les deux cas, d’une expérience identique de changements d’échelles77.

  • 78 L. Benevolo, Aux sources de l’urbanisme moderne, Paris, Horizons de France, 1972, p. 140.
  • 79 J. Gaillard, Paris, la ville 1850-1870, [1977], Paris, L’Harmattan, 1997, édition préparée par F. B (...)
  • 80 J. Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Éditions du Seuil, 1971. Les éditions postérieures nuanceront (...)

27Pour autant, le contenu en est différent, en grande partie parce que dans un premier temps c’est une interprétation plus politique que sociale qui y est donnée. Leonardo Benevolo dans son ouvrage, Aux sources de l’urbanisme moderne, voit dans les événements de 1848 l’expression de l’incapacité des régimes libéraux à résoudre les problèmes urbains78. Les Parisiens de la rive gauche qui, en février 1848, détruisent les péages sur les ponts ou les bataillons de gardes nationaux de Charonne, venus soutenir les dernières barricades du Faubourg Saint-Antoine démontrent, selon Jeanne Gaillard, les insuffisances de la politique de la Monarchie de Juillet79. Ils réclament une citoyenneté à l’échelle de l’agglomération et refusent la vision décentralisée, « girondine », des quartiers défendue par le préfet Rambuteau. Tout comme selon Jacques Rougerie dans son célèbre ouvrage Paris libre 1871, les habitants de l’ancienne petite banlieue viendront reconquérir le centre de Paris dont ils ont été chassés80.

  • 81 Cette appréciation est indirectement alimentée par les historiens ruralistes du XIXe siècle, qui no (...)

28La reconstitution de l’épisode de sortie de crise est tout aussi efficace : l’incapacité du gouvernement de la Seconde république à répondre à ces problèmes et, plus encore, l’épisode de la suppression des Ateliers nationaux et des Journées de Juin 1848, expliquent pour Leonardo Benevolo, le divorce qui s’établit entre la gauche et les questions urbaines81. Le vide ainsi créé est, à l’échelle de l’Europe, immédiatement comblé par la droite autoritaire qui détient alors les moyens d’agir. S’ensuit le récit des solutions trouvées, dont les opérations haussmanniennes font partie, tout comme le Ring à Vienne, les projets de boulevards à Florence, etc.

  • 82 Voir l’introduction de D. Voldman (dir.), « Villes en crise », op. cit. Voir également le colloque (...)
  • 83 Soutenue en 1979, elle sera publiée, quelques années après sa disparition, par Adeline Daumard : G.(...)

29Si la « crise urbaine » a été largement remise en question depuis, à la fois comme élément descriptif et explicatif de la ville – et pas seulement celle du milieu du XIXe siècle82 – il est évident que son occurence a permis une convergence particulièrement séduisante pour des chercheurs venus de différents champs disciplinaires. L’occasion de rencontre entre historiens modernistes et contemporanéistes, géographes, architectes, urbanistes, historiens de l’art, résidait dans le séminaire animé à l’EHESS par Louis Bergeron et Marcel Roncayolo. L’histoire du Paris haussmannien y était représentée par Gérard Jacquemet, qui achevait alors sa thèse sur Belleville83. Elle a ainsi conduit les historiens du XIXe siècle, souvent venus de l’histoire politique ou sociale, à découvrir les acquis des autres sciences humaines plus impliquées dans l’observation de la ville contemporaine. En ce sens, l’efficacité fédératrice du concept a indirectement participé à la relecture de la ville haussmannienne, car c’est en le dépassant que les historiens se sont attachés à l’objet ville et aux hommes qui l’habitent.

  • 84 J. Gaillard, Paris la ville, op. cit., p. 5.
  • 85 Par exemple les acquis de l’histoire rurale dans la lecture des paysages urbains.
  • 86 Bien entendu, les travaux de Jean-Claude Perrot sur Caen : J.-C. Perrot, Caen, genèse d’une ville m (...)

30Ainsi, dans l’introduction de sa thèse Jeanne Gaillard se défend d’avoir commis une énième étude sur Haussmann et définit en ces termes son sujet : « C’est la ville, la Ville, corps social indissociable en dépit de ses disparités internes qui font partie de sa cohérence globale, communauté humaine dont la réalité s’impose à l’histoire84. » En ce sens, plaçant la ville au cœur de la réflexion, elle opère un déplacement épistémologique, concourant à renouveler les questionnements sur les échelles d’observation, l’articulation des différents champs de l’urbain et les temporalités de leurs combinaisons. Cette position a sans doute à voir avec l’évolution de l’histoire du XIXe siècle et les transferts des champs au sein de la discipline85 et entre les périodes86, mais également avec le désenclavement des sciences humaines.

Conclusion

  • 87 Voir F. Bourillon, « Des relectures d’Haussmann », Histoire Urbaine, no 5, juin 2002, p. 189-199.

31Au total, et on l’aura compris, les débats concernent moins le baron Haussmann que « la ville que nous jugeons haussmannienne ». Au cours de cette période d’un siècle, ce n’est donc pas le préfet lui-même, mais son œuvre qui est un objet de réflexions et l’on peut à certains égards s’étonner de voir réapparaître à intervalles presque réguliers, des thématiques identiques de dénonciation87. C’est sans doute parce que l’intérêt scientifique est venu tardivement. La ville s’est imposée tout d’abord par les questions qu’elle a suscitées : comment étendre Paris ? Que faire de l’espace dégagé par les fortifications ? Comment résoudre les relations de Paris à sa proche banlieue ? Comment éviter un déséquilibre entre le centre et la périphérie ?, etc. À cet égard, ce sont plutôt des arguments politiques concernant la gouvernance du Grand Paris qui sont évoqués et qui ont permis à André Morizet de rappeler les « leçons haussmanniennes », tout en conservant une distance évidente à leur égard. La démarche des urbanistes des années 1950, confrontés à la Reconstruction et au changement d’échelles du second XXe siècle est bien différente. En analysant la ville en fonction des critères contemporains de l’urbanisme, ils sont amenés à la fois à en comprendre les fonctionnements et à l’écarter comme « modèle ». En ce sens, ils en font un objet d’histoire d’autant plus original que la ville haussmannienne s’impose à eux et les contraint à faire avec ! Écartant la référence haussmannienne pour une « histoire-ressource », ils en saisissent l’intérêt pour comprendre la « complexité » de la vie urbaine, selon le vœu de Robert Auzelle. C’est à ce titre qu’ils la font entrer dans le champ d’une démarche scientifique. La confrontation à la réalité urbaine du second XXe siècle en modifie la signification mais non la démarche : la défense des caractéristiques du Paris haussmannien devient un argument pour sortir des difficultés engendrées par les choix urbanistiques des années 1960. Ainsi, les déconstructions des représentations de la « crise urbaine » conduisent à renouveler les approches de la ville par les sciences humaines, ce dont l’étude du Paris haussmannien va largement profiter.

Notes

1 F. Loyer, « Le regard des historiens sur la transformation de Paris au XIXe siècle. Préface », K. Bowie, La Modernité avant Haussmann, Paris, Éditions Recherches, 2000, p. 11-12.

2 Pour un bilan sur les évolutions récentes de l’histoire urbaine, voir F.-J. Ruggiu, « L’histoire urbaine en France dans les années 2000 », Citta e Storia, V, 2010, 1, p. 23-53 ainsi que V. Claude, D. Voldman (dir.), Espaces et Sociétés, « L’histoire dans la recherche urbaine », no 130, septembre 2007. Voir également pour l’époque contemporaine, A. Fourcaut, « L’histoire urbaine de la France contemporaine », Histoire Urbaine, no 8, 2003, p. 171-185 et pour une mise au point sur le second XXe siècle, A. Fourcaut, L. Vadelorge, « Où en est-on de l’histoire urbaine du contemporain ? », Histoire Urbaine, no 32, décembre 2011, p. 137-158. Pour le XIXe siècle, F. Bourillon, « L’histoire des villes au XIXe siècle », Bulletin d’information no 20, Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche, avril 2000, p. 15-26.

3 M. Roncayolo, Lectures de villes. Formes et temps, Marseille, Éditions Parenthèses, 2002, p. 10.

4 Voir également F. Bourillon, L. Coudroy de Lille, « La leçon haussmannienne », Penser la composition urbaine (XVIIIe-XXe siècle), Publication du 137e Congrès des sociétés historiques et scientifiques, Composition(s) urbaine(s), 2012, p. 65-79 [http://uths.fr/ed/edition.php?ed=6588.

5 P. Larousse, Grand Larousse universel du XIXe siècle, Paris, Larousse, 1866-1877, lettre H.

6 Ibidem.

7 Voir sur l’ampleur des travaux sous la IIIe République, P. Casselle, Paris républicain, 1871-1914, Paris, Nouvelle Histoire de Paris, diffusion Hachette, p. 238 sq.

8 En particulier en termes de logement et de transports. Voir parmi d’autres Y. Fijalkow, La construction des îlots insalubres, 1850-1945, Paris, L’Harmattan, 1998 ou les travaux plus récents d’Isabelle Backouche, « Rénover un quartier parisien sous Vichy. “Un Paris expérimental plus qu’une rêverie sur Paris” », Genèses, no 73, décembre 2008, p. 115-143.

9 Sur le conseil de Paris au début du XXe siècle, voir P. Casselle, Paris républicain, 1871-1914, op. cit., p. 32 sq.

10 Rapport général... sur le projet de budget supplémentaire de 1910 et le projet de budget de la ville de Paris pour 1911, Paris, Imprimerie municipale, 1910, p. 189-190, cité par P. Casselle, La commission d’extension de Paris et ses travaux, 1911-1913, in F. Bourillon, A. Fourcaut (dir.), Agrandir Paris, 1860-1970, Paris, Publications de la Sorbonne/Comité d’histoire de la Ville de Paris, 2012, p. 252.

11 Ibidem.

12 La liste des membres et de leurs qualités est analysée par P. Casselle, « La commission d’extension de Paris », op. cit., p. 253.

13 Louis Bonnier et Marcel Poëte se retrouvent avec Jules Siegfried et Charles Beauquier pour créer en 1916 l’institut d’histoire, de géographie et d’économie urbaines qui, dans le contexte de l’après-Première Guerre mondiale, deviendra l’École des hautes études urbaines en 1919 puis l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris en 1924. G. Busquet, Cl. Carriou, L. Coudroy de Lille, Un ancien institut…, Créteil, Printemps de l’IUP, 2005, p. 6. Voir également R. Baudouï, A. Picard, « Portrait d’une école. L’institut d’urbanisme de Paris, 1919-1989 : 70 ans d’enseignement de l’urbanisme », Urbanisme, no 228, 1988 ainsi que D. Calabi, Marcel Poëte et le Paris des années vingt : aux origines de « l’histoire des villes », Paris L’Harmattan, 1997.

14 Voir à ce sujet, M. Charvet, Les fortifications de Paris. De l’hygiénisme à l’urbanisme, 1880-1919, Rennes, PUR, 2005, p. 89 sq.

15 Pour le rôle de l’histoire et de « l’évolution des villes » dans la pensée de Marcel Poëte, voir D. Calabi, Marcel Poëte et le Paris des années vingt, op. cit., ainsi que G. Busquet, Cl. Carriou, « Entre art et science, l’histoire à l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris (1919-1971) », Espaces et sociétés, no 130, 2007, p. 58.

16 Préfecture de la Seine. Commission d’extension de Paris, Aperçu historique, Paris Chaix, 1913, p. 239.

17 A. Morizet, Du vieux Paris au Paris moderne, Paris, Hachette, 1932.

18 Devenue Boulogne-Billancourt en 1925.

19 Avec une interruption de 1922 à 1925. Sur André Morizet, voir P. Guillot, André Morizet, un maire constructeur du Grand Paris, Paris, Créaphis, 2010.

20 Dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, t. VII, Paris, PUF, p. 2, 523.

21 Voir A. Fourcaut, E. Bellanger, M. Flonneau, Paris/banlieues, conflits et solidarités, Paris, Créaphis, 2007, p. 171.

22 Ibidem.

23 A. Morizet, Du Vieux Paris au Paris moderne, Paris, Hachette, 1932, p. 342, 343.

24 Ibidem, p. 341.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 359.

27 Ibid., p. 345.

28 Ibid., p. 322.

29 F. Latour, G. Delavenne, « Note sur l’état actuel du programme d’extension de Paris ». Rapport no 53, 1924, cité dans A. Fourcaut, E. Bellanger, M. Flonneau, Paris/banlieues, op. cit., p. 173.

30 Ch. Merruau, Souvenirs de l’Hôtel de Ville, 1848-1852, Paris, Plon, 1875.

31 A. Morizet, Du Vieux Paris au Paris moderne, op. cit., p. 130.

32 Le fond de carte intègre déjà les percements de la rue de Rivoli, du boulevard de Strasbourg et de la rue des Écoles. L’interprétation d’André Morizet diverge de celle de Pierre Pinon, P. Pinon, B. Le Boudec, Les plans de Paris. Histoire d’une capitale, Paris, APUR/BnF/Le Passage/Paris Bibliothèque, 2004, p. 108. Voir également R. Tamborrino, « Le plan d’Haussmann en 1864 », Genèses, no 15, 1994, p. 130-141. Le plan en question a disparu dans les bombardements de 1945 à Berlin.

33 A. Morizet, Du Vieux Paris au Paris moderne, op. cit., p. 226.

34 Le débat a lieu au sein du Conseil d’État, chargé de rédiger les lois. Voir B. Gaudillère, « L’annexion de la banlieue parisienne devant les Chambres, 1841-1859 », Fl. Bourillon, A. Fourcaut (dir.), Agrandir Paris, 1860-1970, op. cit., p. 113-128.

35 A. Morizet, Du Vieux Paris au Paris moderne, op. cit., p. 318.

36 Ibidem, p. 391.

37 V. Berdoulay, P. Claval (dir.), Aux débuts de l’urbanisme français. Regards croisés de scientifiques et de professionnels, fin XIXe-début XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2001 ; V. Claude, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Marseille, Parenthèses, 2006.

38 Sur l’évolution interne de l’enseignement à l’IUUP, voir G. Busquet, Cl. Carriou, L. Coudroy de Lille, Un ancien institut…, op. cit., p. 24 et 25.

39 G. Busquet, Cl. Carriou, « Entre art et science », op. cit., p. 68.

40 I. Grudet, « L’historien Pierre Lavedan et les transformations de l’urbanisme en France (1919-1955) », Espaces et sociétés, no 130, 2007, p. 41-55. Voir également son travail de thèse : L’histoire de l’urbanisme de Pierre Lavedan de 1919 à 1955, entre savoir et action, doctorat de l’université de Paris-VIII-Vincennes-Saint-Denis, 2005.

41 Urbanisme et habitation, la Vie Urbaine, organe de l’Institut d’urbanisme de l’université de Paris, no spécial « Haussmann, préfet de la Seine (1853) », no 34, juillet-décembre 1953. La revue, centrale dans l’élaboration intellectuelle de l’urbanisme français, paraît de 1919 à 1977 avec deux interruptions de 1939 à 1950, puis de 1968 à 1971.

42 Il paraîtra comme ouvrage collectif aux PUF l’année suivante sous le titre : L’œuvre du Baron Haussmann.

43 Une pétition adressée au maréchal Pétain, à l’initiative de Marcel Raval, est signée par de nombreuses personnalités du monde des arts et des lettres, y compris Lucien Febvre. Voir I. Grudet, « L’historien Pierre Lavedan », op. cit., p. 49.

44 On se souvient de la liquidation des occupants de la zone autour de Paris (les « zoniers ») ainsi que de la réforme tentée – et non aboutie – des études d’architecture, prenant en compte l’urbanisme et la conservation patrimoniale, auxquelles Pierre Lavedan était associé.

45 G. Pillement, Destruction de Paris, Paris, Bernard Grasset, 1941, p. 9.

46 « Belges, Russes, Allemands, Américains, Suisses, Polonais, sans compter les Juifs, se construisent, çà et là, de petites patries où ils installent leurs journaux, leurs paroisses et leurs écoles », Raval M., Histoire de Paris, Paris, PUF, 1941, p. 103.

47 « La régénérescence du pays devrait en conséquence donner à la capitale une commotion salutaire », M. Raval, Histoire de Paris, op. cit., p. 125.

48 Collectif, Destinée de Paris, Paris, Éditions du Chêne, 1943.

49 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme. Renaissance et temps modernes, Paris, H. Laurens, 1941.

50 L’expression est d’Isabelle Grudet. Voir I. Grudet, « L’historien Pierre Lavedan », op. cit., p. 46.

51 G. Pillement, Destruction de Paris, p. 291. Les « Propositions pour l’aménagement du quartier du Marais, présentées par MM. Robert Auzelle, de Maisonseule, Marchant, Lyon, Henri J. Delcourt » sont intégrées à la fin de l’ouvrage de Georges Pillement, Destruction de Paris, p. 293-311.

52 I. Grudet, « L’historien Pierre Lavedan », op. cit., p. 52.

53 L’Époque contemporaine paraît en 1952. Voir P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme. Époque contemporaine, Paris, H. Laurens, 1952.

54 Haussmann, préfet de la Seine (1853), op. cit.

55 Ibidem, « L’arrivée au pouvoir », p. 180-186. « Paris à l’arrivée d’Haussmann », p. 187-196. « Amis et ennemis d’Haussmann. Emprunts et expropriation », p. 197-212. « L’œuvre. Le plan de Paris », p. 213-233. « Mérites et torts d’Haussmann urbaniste », p. 234-240 ainsi que la conclusion « L’influence de Haussmann : l’Haussmannisation », p. 302-317.

56 Le chapitre est dit « détaché » dans l’Avertissement, ce qui n’est pas tout à fait exact. Voir Louis Réau, Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français, Paris [Hachette, 1959], Robert Laffont, 1995, p. 728.

57 Sa thèse sur Henry Labrouste 1801-1875 a été soutenue en 1965.

58 La thèse a été préparée sous la direction de Jacques Gréber et publiée en 1965.

59 G. Busquet, Cl. Carriou, L. Coudroy de Lille, Un ancien institut..., op. cit., p. 25 http://archiwebture.citechaillot.fr/fonds/FRAPN02_AUZRO].

60 Extraits des Mémoires, « Haussmann, préfet de la Seine, 1853 », op. cit., p. 291-297 et p. 298-301.

61 R. Auzelle, « Haussmann et les cimetières », Haussmann, préfet de la Seine, 1853, op. cit., p. 290.

62 Ibidem, p. 287.

63 Les Mémoires d’Haussmann constituent les principales références des notes en bas de page.

64 Haussmann, préfet de la Seine (1853), op. cit., p. 236.

65 L. Réau, « Le Nouveau Paris », ibidem, p. 179.

66 Cela correspond également à une marginalisation de l’enseignement de l’histoire à l’IUUP. Voir G. Busquet, Cl. Carriou, L. Coudroy de Lille, Un ancien institut..., op. cit., p. 26-27, G. Busquet, Cl. Carriou, « Entre art et science », op. cit., p. 64. Les seules thèses à l’IUUP qui portent sur la ville haussmannienne datent des années antérieures [http://urbanisme.u-pec.fr/recherche/doctorat/theses-soutenues].

67 Les Halles quittent le centre de Paris en 1969, les derniers bâtiments sur place sont détruits en 1973.

68 Le Plan d’urbanisme directeur n’est officiellement adopté qu’en 1967.

69 Le numéro défend le nouveau POS, qui sera officiellement adopté en 1977. APUR, Paris-Projet, Introduction : « Le règlement du P.O.S. et le paysage de Paris », Paris Projet, aménagement, urbanisme, avenir, no 13-14, 1975, à noter que tous les articles sont anonymes.

70 J. L. Subileau, « Avant-Propos », APUR, Paris XIXe siècle, l’immeuble et l’espace urbain. Étude de François Loyer, Paris, APUR, circa 1983. Voir également F. Loyer, Paris XIXe siècle, l’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987.

71 L’enquête est également destinée à affiner les prescriptions du POS adopté en 1977.

72 Parmi de très nombreuses monographies impulsées dès 1776 par la Société royale de médecine, voir C. Lachaise, Topographie médicale de Paris, Paris, Ballière, 1928. Voir encore une carte figurant les degrés d’insalubrité des quartiers parisiens d’après le même auteur dans S. Barles, La ville délétère, médecins et ingénieurs dans l’espace urbain, Seyssel, Champ Vallon, 1999, p. 49.

73 Sur les vœux du conseil général de la Seine du 1er août 1939, voir Chabrol-Chaméane, Mémoire sur le déplacement de la population de Paris et sur les moyens d’y remédier... Paris, 1840. Voir également P. Lavedan, La question du déplacement de Paris..., Paris, Imprimerie municipale, 1969.

74 Sur les dysfonctionnements de la ville du XIXe siècle, voir F. Bourillon, « Changer la ville. La question urbaine au milieu du XIXe siècle », in D. Voldman (dir.), « Villes en crise », Vingtième siècle, revue d’histoire, no 64, octobre décembre 1999, p. 11-23.

75 Haussmann, Mémoires, op. cit., t. III, 1893, p. 28.

76 E. Labrousse, « 1848, 1830, 1789. Comment naissent les révolutions », Actes du Congrès historique du Centenaire de la révolution de 1848, Paris, PUF, 1949. Pour un bilan historiographique, voir F. Demier, « Comment naissent les révolutions. Cinquante ans après », « Cinquante ans de recherche sur 1848 », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 14, 1997, p. 31-49.

77 Voir à ce sujet nos deux contributions écrites à dix ans d’écart : F. Bourillon, « “L’haussmannisation”, une solution à la crise urbaine du milieu du XIXe siècle ? », Historiens et Géographes, no 338, 1992, p. 131-149 ainsi que « “L’haussmannisation”, une solution à la crise urbaine du milieu du XIXe siècle ? Dix ans après », Historiens et Géographes, no 379, 2002, p. 81-94.

78 L. Benevolo, Aux sources de l’urbanisme moderne, Paris, Horizons de France, 1972, p. 140.

79 J. Gaillard, Paris, la ville 1850-1870, [1977], Paris, L’Harmattan, 1997, édition préparée par F. Bourillon, J.-L. Pinol.

80 J. Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Éditions du Seuil, 1971. Les éditions postérieures nuanceront considérablement le propos, de même que dès 1977, l’article « Recherches sur le Paris du XIXe siècle. Espace populaire et espace révolutionnaire : Paris 1870-1871 », Bulletin de l’Institut d’Histoire économique et sociale de l’Université de Paris I Recherches et Travaux, no 5, janvier 1977.

81 Cette appréciation est indirectement alimentée par les historiens ruralistes du XIXe siècle, qui notent le repli des démoc-soc dans les campagnes. Voir Ph. Vigier, La vie quotidienne en province et à Paris pendant les journées de 1848, Paris, Hachette, 1982.

82 Voir l’introduction de D. Voldman (dir.), « Villes en crise », op. cit. Voir également le colloque franco-américain publié sous la direction de K. Bowie K. (dir.), La Modernité avant Haussmann, op. cit.

83 Soutenue en 1979, elle sera publiée, quelques années après sa disparition, par Adeline Daumard : G. Jacquemet, Belleville au XIXe siècle, du faubourg à la ville, Paris, Éditions des Hautes Études en Sciences sociales/Jean Touzot, 1984.

84 J. Gaillard, Paris la ville, op. cit., p. 5.

85 Par exemple les acquis de l’histoire rurale dans la lecture des paysages urbains.

86 Bien entendu, les travaux de Jean-Claude Perrot sur Caen : J.-C. Perrot, Caen, genèse d’une ville moderne, Paris, Mouton, 1975. Voir également I. Backouche, « à la recherche de l’histoire urbaine. Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne (1975) ». Ch. Topalov, B. Lepetit (dir.), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001, p. 110-122.

87 Voir F. Bourillon, « Des relectures d’Haussmann », Histoire Urbaine, no 5, juin 2002, p. 189-199.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Est Créteil (UPEC) et travaille sur les villes européennes et les sociétés urbaines aux XIXe et XXe siècles. Elle a récemment publié avec Annie Fourcaut aux Publications de la Sorbonne/Comité d’histoire de la Ville de Paris, Agrandir Paris, 1860-1970 ainsi que les travaux de la Commission Merruau-1862, Changer les noms des rues de Paris au PUR en 2012. Elle poursuit aujourd’hui des études sur le cadastre et la fiscalité urbaine, La Mesure cadastrale. Estimer la valeur du foncier, paru au PUR en 2012 (en co-direction avec Nadine Vivier).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540