Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Deuxième partie. La ville déchirée : faire la guerre, gagner la paix

Des représentations urbaines à la destruction des villes. Les bombardements stratégiques sur l’Allemagne (1940-1945)

Grégory Mougel

Texte intégral

1Si la destruction des cités n’est pas un phénomène nouveau, le XXe siècle marque une rupture profonde dans la relation entre la guerre et les villes. Après le premier conflit mondial, celles-ci deviennent, en tant que formes particulières d’organisation fonctionnelle et sociale des cibles privilégiées. Les attaques sur les villes constituent la guerre proprement dite :

  • 1 D. Voldman, « La destruction de Caen en 1944 », Vingtième Siècle, no 39, juillet-septembre 1993, p (...)

« Alors qu’en 1914 les agglomérations urbaines étaient encore visées pour leur emplacement, leur richesse ou leur importance politique, elles deviennent au cours des années 1920 des buts à atteindre en soi. Perçues selon une vision organiciste, elles forment un tout où le social, l’économique et le politique constituent un ensemble vivant, susceptible d’anéantissement et dont la mort ou la santé peuvent être décisives dans l’issue générale des combats1. »

  • 2 The united states strategic bombing survey (désormais ussbs), 1947, Volume 2A – Statistical Append (...)

2La destruction des villes allemandes par les bombes au cours de la Seconde Guerre mondiale est la conséquence directe et tragique de ce changement de paradigme. L’idée selon laquelle l’État ennemi dépend de manière vitale de ses propres villes est en effet au fondement de la politique de bombardements stratégiques menée par l’aviation anglo-américaine sur l’Allemagne. Elle seule permet d’expliquer l’ampleur des moyens investis dans la guerre aérienne et les ravages qu’elle a causés. Les chiffres sont éloquents : de 1940 à 1945, les bombardiers britanniques et américains ont été engagés plus de 1 440 000 fois dans des opérations en Europe, déversant 1 419 604 tonnes de bombes sur le territoire allemand2. Surtout, il convient de rappeler :

  • 3 W. G Sebald, De la destruction comme élément de l’histoire naturelle. Arles, Actes Sud, 2004, p. 1 (...)

« Que sur les cent trente et unes villes attaquées, une seule fois pour les unes, à de multiples reprises pour les autres, nombreuses sont celles qui ont été rayées de la carte ; que les bombardements ont fait en Allemagne près de six cent mille victimes ; que trois millions et demi de logements ont été détruits ; qu’à la fin de la guerre sept millions et demi de personnes étaient sans abri3… »

  • 4 P. Facon, Le bombardement stratégique, Monaco, Éditions du Rocher Collection « L’art de la guerre  (...)

3La destruction des villes allemandes résulte de l’application des préceptes du bombardement stratégique, formulés par un certain nombre de théoriciens militaires durant l’entre-deux-guerres, préceptes qui accordent à la ville une place centrale. Aujourd’hui, l’histoire du bombardement stratégique et de ses plus influents penseurs – l’Italien Douhet, les Britanniques Spaight et Trenchard, l’Américain Mitchell, le Français Vauthier – est bien connue des spécialistes de l’histoire militaire4. Nous ne reviendrons pas ici sur ces différentes théories et sur leurs singularités. Néanmoins, il convient d’évoquer la rupture induite par les préceptes du bombardement stratégique dans la relation entre guerre et villes – et pas uniquement conjoncturels – qui ont abouti à la mise en œuvre de la guerre aérienne et à la destruction des villes allemandes. Ce faisant, ce sont bien des facteurs structurels.

Aux fondements du bombardement stratégique : les villes pour cible

Une doctrine née dans les années 1920

  • 5 La notion de guerre totale commence à être employée en France dès la Première Guerre mondiale, mai (...)

4Pour comprendre pourquoi, dès la première moitié du XXe siècle, les villes sont devenues des cibles à atteindre en soi, il faut d’abord considérer les leçons que les stratèges militaires ont tiré de la Première Guerre mondiale. Dès la fin des hostilités, ils ont déduit de la boucherie perpétrée sur les fronts et de l’enlisement du conflit, la nécessité de trouver une stratégie plus conforme mobile et à la doctrine dominante de l’offensive. Les progrès technologiques réalisés dans les armements – en particulier les mitrailleuses – ont donné l’ascendant au défenseur et révélé les difficultés à rompre les lignes de front pour remporter des succès sur le champ de bataille. Aussi, les stratèges cherchent-ils à briser l’impasse de la guerre de position et à assurer une victoire à la fois rapide, décisive et peu coûteuse. De plus, il apparaît que les conflits futurs seront non seulement entièrement mécanisés mais que leur issue dépendra de la capacité des nations impliquées à mobiliser l’ensemble de leurs ressources économiques, industrielles, technologiques et même psychologiques : les guerres modernes sont ainsi envisagées comme des guerres totales5. Dans ce contexte, les stratèges sont rapidement convaincus que la victoire se jouera non plus sur le seul champ de bataille mais à l’arrière du front, par une neutralisation des centres stratégiques de l’ennemi et l’annihilation de la volonté de résistance de la population civile. La doctrine du bombardement stratégique naît de ce double constat, selon lequel la clef du succès repose sur la destruction des villes, acquise par la maîtrise d’une force aérienne de bombardement. De nombreux théoriciens pensent que la capacité à anéantir les centres urbains est directement liée aux avantages techniques offerts par l’aviation. Ainsi Guilio Douhet, considéré comme le père du bombardement stratégique, écrit-il dès les années 1920 :

  • 6 G. Douhet, The Command of the Air. Edited by J. P. Harahan et R. H. Kohn, University of Alabama Pr (...)

« Avoir la maîtrise de l’air signifie être dans la position d’exercer un pouvoir offensif si grand qu’il défie l’imagination humaine. Cela signifie être capable de couper une armée et une marine ennemies de leurs bases d’opération et de rendre nulles leurs chances de gagner la guerre. Cela signifie une protection complète de son propre pays… En bref, cela signifie être en position de gagner. Être vaincu dans les airs…, c’est finalement être vaincu et à la merci de l’ennemi6. »

  • 7 Cité par S. Lindqvist, Une histoire du bombardement, Paris, La Découverte, 2012, p. 82.

5Bien que cette idée ait été depuis démentie par les faits, le bombardement stratégique doit, selon ses théoriciens, garantir des victoires rapides et durables. Les frappes aériennes affecteront la population civile plus durement que par le passé, mais les guerres seront en définitive plus courtes et moins sanglantes. Il convient d’observer, en outre, que l’aviation de bombardement est considérée comme une arme si destructrice que sa seule possession aura un effet dissuasif. C’est ce qu’indique dès 1915 le célèbre ingénieur britannique F. W. Lanchester dans son œuvre Aircraft in Warfare : « La capacité d’anéantir les villes ennemies est nécessaire comme argument de dissuasion7. »

Des préceptes fondés sur des représentations urbaines

6Le développement des capacités techniques de l’aviation ne suffit cependant pas à expliquer que les villes soient devenues, des les premières décennies du XXe siècle, des objectifs préférentiels. Si la technologie offre la possibilité de détruire les centres urbains, elle ne la rend pas en soi inéluctable. L’idée de bombarder les villes repose également sur un certain nombre de représentations quant aux modalités de la vie sociale dans les espaces urbains et le rôle des villes dans la société industrielle. Ainsi que le rappelle Maier, si les civils sont pris pour cibles, c’est parce que la conduite de la guerre est de plus en plus dépendante de la société dans son ensemble, en particulier du rôle joué par la main-d’œuvre dans la production d’armements :

  • 8 C. S. Maier, « Les villes pour cible : débats et silences autour des bombardements aériens de la S (...)

« La guerre moderne dépendait à tel point de la production du matériel militaire dans des sites éloignés des lieux de combats que le concept d’une ligne de front tendait à paraître incongru. Assurément, une nation belligérante avait le droit de détruire la capacité industrielle de son adversaire, celle-ci semblant faire partie intégrante de l’effort militaire8. »

  • 9 Depuis le XVIIIe siècle, il est admis – du moins entre pays européens – que la guerre est une lutt (...)

7En même temps qu’il légitime les attaques aériennes sur les villes, ce raisonnement participe à remettre en question la distinction entre civils et combattants, à rebours des obligations morales traditionnellement admises et des règles établies dans le droit international9.

  • 10 Guilio Douhet, notamment, est favorable aux raids de terreur sur les populations civiles car il co (...)

8De manière schématique, on peut distinguer deux approches dans les théories du bombardement stratégique, qui reposent chacune sur une conception particulière de la ville. La première d’entre elles consiste à briser le moral de la population civile par des raids de terreur qui sont censés rompre la cohésion sociale et inciter les habitants à faire pression sur leur gouvernement pour qu’il cède aux exigences de l’ennemi. Cette stratégie, qui voit la ville comme une entité sociale, implique la technique dite du « tapis de bombes » ou – selon la terminologie du Bomber Command britannique – du « bombardement sur zone10 » (area bombing). La seconde approche vise quant à elle la destruction des centres névralgiques essentiels à la poursuite de la guerre, telles les industries d’armement ou les infrastructures de transport (ponts, voies ferrées, etc.). Fondée sur une ville vue comme entité économique, cette stratégie est connue sous le nom de « bombardement de précision ». Il convient d’observer que ces deux approches ne sont nullement exclusives l’une de l’autre. Dans l’esprit de nombreux théoriciens, les attaques contre les quartiers ouvriers peuvent également réduire le potentiel de production industrielle tandis que le bombardement des centres névralgiques de l’ennemi peut affecter le moral de la population civile.

9Les travaux de Konvitz ont montré comment chacune des deux approches a été nourrie d’un certain nombre de représentations concernant la nature de la vie sociale en milieu urbain et le rôle des villes dans la société industrielle. Cet historien a notamment souligné combien la stratégie consistant à briser le moral des civils répondait à certaines préoccupations contemporaines relatives au caractère socialement instable de la vie urbaine et au comportement des foules dans les grandes villes :

  • 11 Ces questions font partie des thèmes de recherche développés par les sociologues de L’école de Chi (...)
  • 12 J. Konvitz, « Représentations urbaines et bombardements stratégiques, 1914-1945 », Annales ESC, ju (...)

« Les sociologues qui cherchaient à expliquer l’instabilité de la société urbaine de masse, sa propension à former des foules et la tendance de celles-ci à adopter des comportements désordonnés ou séditieux, semblaient confirmer la vision négative des théoriciens de la force aérienne11. Ils avaient le sentiment que la vie sociale dans les villes était particulièrement précaire et instable12. »

  • 13 J. C. Fuller, The Reformation of War, London, Hutchinson and co, 1923, p. 150.

10Dans un tel contexte, les défenseurs du bombardement stratégique pensent que les raids aériens provoqueront des mouvements de panique incontrôlables et d’importants traumatismes psychologiques. Le théoricien militaire anglais J. C. Fuller imagine par exemple que 500 avions lancés sur Londres et chargés chacun de 500 bombes de 10 livres de gaz moutarde « pourraient causer 200 000 blessés et jeter toute la ville dans la panique en l’espace d’une demi-heure après leur arrivée13 ».

  • 14 Parmi les défenseurs du « bombardement de précision », on peut citer l’anglais J. M. Spaight, qui (...)
  • 15 J. Konvitz, op. cit.

11Comme l’approche du « bombardement sur zone », la stratégie du « bombardement de précision » repose elle aussi sur un certain nombre de représentations, centrées sur le rôle économique de la ville et de ses fonctions. Durant l’entre-deux-guerres, les tenants de cette doctrine postulent que les villes offrent des services indispensables, tels les transports collectifs, les réseaux d’électricité, de gaz, d’eau, de communications, dont la mise hors d’usage empêcherait les habitants de vivre et de travailler14. Ainsi, ils n’envisagent pas seulement le « bombardement de précision » comme la destruction de certaines industries clefs pour l’effort militaire – dépôts de carburants, usines métallurgiques ou d’armements – mais comme le moyen de paralyser l’ensemble de la base économique urbaine, dont dépendent largement les économies nationales. Ce faisant, la vie sociale doit être également perturbée15.

  • 16 L’auteur mentionne notamment le bombardement de la ville de Chechaouenne (Maroc) par l’aviation fr (...)

12Parmi l’ensemble des facteurs structurels permettant d’expliquer pourquoi, au cours du XXe siècle, les villes deviennent des cibles, il faut enfin considérer l’héritage des guerres coloniales. Dans la riche analyse qu’il consacre à l’histoire du bombardement, Lindqvist rappelle que les premiers raids aériens ont été menés par les puissances coloniales – la France, la Grande-Bretagne, l’Italie – à l’encontre de populations civiles considérées comme non-civilisées, et donc exclues de facto de tous droits et de toute considération morale16. Avec les conflits coloniaux, les militaires se sont habitués à envisager la guerre comme une expédition punitive contre des « barbares » ou des « sauvages », sans retenue vis-à-vis des moyens employés ni distinction entre combattants et civils. L’hypothèse est que le bombardement des villes d’Europe au cours du XXe siècle incarne l’expression d’un « raccourci colonial », c’est-à-dire l’importation sur le continent européen des méthodes brutales issues des guerres coloniales. Ainsi que le souligne Lindqvist :

  • 17 S. Lindqvist, op. cit., p. 46.

« N’est-ce pas cette manière de faire la guerre – que l’Europe s’est si longtemps autorisée contre les deux tiers de l’humanité – qui revient au XXe siècle nous frapper comme un boomerang17 ? »

La destruction des villes allemandes (1940-1945)

L’inefficacité des « bombardements de précision » (1940-1941)

  • 18 J. Friedrich, L’incendie. L’Allemagne sous les bombes 1940-1945, Paris, Éditions de Fallois 2004, (...)

13C’est au cours de l’été 1940, lors de la bataille d’Angleterre, que les Britanniques prennent la décision d’engager la guerre aérienne stratégique contre l’Allemagne. Après le rembarquement précipité de ses troupes depuis les ports de la Manche et la capitulation de la France le 22 juin, la Grande-Bretagne est isolée et privée de toute force terrestre en Europe. La seule arme offensive dont elle dispose encore pour ouvrir un nouveau front sur le continent est sa flotte aérienne. Dans ce contexte, les états-majors de la Royal Air Force concluent qu’il n’existe pas d’autre solution que de « miner le moral d’une grande partie de la population ennemie, ébranler sa foi dans le régime nazi » au moyen du bombardement stratégique, et « éliminer une bonne partie de l’industrie lourde et une partie de sa production pétrolière avec ces mêmes bombes18 ».

  • 19 Trenchard considère que le fait de bombarder une ville de manière indiscriminée, dans le seul but (...)
  • 20 Par exemple, Londres fut bombardée quotidiennement de jour par la Luftwaffe du 7 au 27 septembre 1 (...)

14Prise à un moment critique du conflit, la décision d’entreprendre la guerre aérienne contre l’Allemagne est défendue politiquement par Churchill, qui adhère aux idées du maréchal Trenchard, père de la Royal Air Force et théoricien du bombardement stratégique19. Peu après son entrée en fonction, le Premier Ministre prend la responsabilité d’engager la Grande-Bretagne dans une stratégie impliquant l’attaque des villes ennemies et de leurs populations civiles. Toutefois, l’Angleterre doit patienter trois ans avant que l’arme n’acquière une certaine efficacité. Certes, les Britanniques s’étaient depuis longtemps préparés à l’éventualité d’une guerre aérienne mais à l’été 1940, le Bomber Command n’était pas encore en mesure – et ce pour des raisons techniques – de mener des raids d’envergure sur les villes allemandes. Par ailleurs, il convient d’observer que malgré le manque d’informations officielles, les réserves de l’opinion britannique quant à la légitimité de telles attaques – plus exactement le fait de bombarder des civils – se dissipèrent progressivement en raison des raids dont les cités anglaises étaient elles-mêmes l’objet20.

  • 21 Cette attaque faisait suite à une réunion du cabinet de Churchill le 30 octobre 1940, lors de laqu (...)

15Jusqu’en 1942, l’approche britannique de la guerre aérienne stratégique est dominée par le « bombardement de précision ». Les missions du Bomber Command sont dirigées contre des cibles de valeur militaire, tels les chantiers navals, les raffineries de pétrole, les aciéries ou les transports. Fin 1940, celui-ci dispose de moins de 200 appareils qui effectuaient des missions de nuit afin d’éviter d’être repérés. Les premiers raids menés sur Mönchengladbach (12 mai) ou Hambourg (17 novembre) ne font que quelques victimes. Dès le 16 décembre, toutefois, a lieu le premier « bombardement sur zone » à Mannheim21. Cette ville est choisie en raison de son plan en damiers, ce qui la rend facile à repérer pour les équipages. Les 134 bombardiers du Bomber Command avaient pour mission de détruire le centre-ville, qui n’abritait aucune installation industrielle ou militaire importante, et dont la vocation était exclusivement résidentielle. En raison de problèmes de précision, les bombes ratèrent leur objectif et firent une vingtaine de morts dans les quartiers voisins du centre, qui fut totalement épargné.

  • 22 À la suite de ces attaques, les chantiers Germania de Kiel ne restèrent paralysés que durant quelq (...)
  • 23 L’opération « Barbarossa », destinée à envahir l’URSS, avait été déclenchée quelques semaines plus (...)
  • 24 J. Friedrich, op. cit.

16Au premier semestre de l’année 1941, le Bomber Command prit pour cibles l’approvisionnement en pétrole de l’Allemagne ainsi que ses constructions navales. Dans un premier temps, une liste de neuf villes où l’on liquéfiait de la lignite – parmi lesquelles Leuna, Magdeburg et Gelsenkirchen – fut établie. L’objectif consistait à détruire la production allemande de pétrole synthétique afin de paralyser la machine de guerre nazie. Cette offensive fut un échec : les bombardiers n’arrivèrent pas à trouver leurs objectifs avec précision et certaines villes éloignées, telles Magdeburg, se révélèrent inaccessibles. La campagne menée ensuite en mars-avril contre les chantiers navals – lieux de production des U-Boote – ne fut guère plus probante. De nouvelles villes, telles Brême, Hambourg et Kiel, furent bombardées. Les deux raids nocturnes des 8 et 9 avril 1941 sur Kiel furent les plus meurtriers réalisés jusqu’ici, avec 213 victimes et quelques 8 000 sans-abris. Mais ils n’eurent quasiment aucun impact sur la capacité productive de l’Allemagne dans le domaine des sous-marins22. En juillet de la même année, une troisième catégorie d’objectifs militaires, les transports, fut ajoutée à la liste du Bomber Command. Le but était d’isoler la région industrielle de la Ruhr, afin d’empêcher l’acheminement de matériel militaire sur le front de l’est23. Menée jusqu’en novembre, l’offensive ne fut pas non plus couronnée de succès notables24.

  • 25 Les missions étaient dangereuses pour les équipages, qui devaient faire face aux chasseurs alleman (...)
  • 26 C. Webster, N. Frankland, The Strategic Air Offensive against Germany 1939-1945. History of the Se (...)
  • 27 Ce plan faisait directement écho au rapport Butt (dont les conclusions furent jugées erronées par (...)
  • 28 H. Boog, « Strategischer Luftkrieg in Europa und Reichsverteidigung 1943-1944 », in Militärgeschic (...)

17Les maigres résultats des opérations effectuées en 1940-1941 et les pertes importantes en équipages et en appareils furent interprétés par une partie des militaires britanniques comme la preuve de l’inefficacité des « bombardements de précision25 ». En août 1941, le rapport d’enquête Butt mit en évidence que seul le tiers des avions engagés parvenait, par temps favorable, à atteindre leur cible, soit un cercle de huit kilomètres de diamètre. Par mauvais temps, ce pourcentage tombait à 15 %, voire 10 % dans le bassin de la Ruhr, principale zone d’opérations26. En conséquence, les militaires cherchèrent un moyen d’accroître l’efficacité de l’arme aérienne, ce qui devait impliquer un changement de stratégie. Dès septembre 1941, l’état-major de l’armée de l’air britannique – dirigé par Charles Portal – établit un plan prévoyant la destruction de 43 villes allemandes de plus de 100 000 habitants, affectant ainsi plus de 15 millions de civils27. On avait calculé que 60 000 tonnes de bombes larguées mensuellement par 4 000 appareils briseraient la volonté de résistance des Allemands et contraindraient l’ennemi à capituler en seulement six mois28. Dans les faits, ce plan ne fut pas mis en application car, outre son aspect incertain, le Bomber Command ne disposait fin 1941 que de 400 appareils, soit dix fois moins que nécessaire. Néanmoins, sa rédaction annonçait à la fois une redéfinition des objectifs de la guerre aérienne et une intensification des raids contre les villes allemandes.

Briser le moral de l’ennemi : « le bombardement sur zone » comme doctrine officielle (1942-1943)

  • 29 J. Friedrich, op. cit., p. 77.
  • 30 Le 30 mars 1942, Lord Cherwell, conseiller scientifique auprès du gouvernement britannique, envoya (...)
  • 31 J. Flemming, art. cit.

18Le véritable tournant dans la stratégie britannique fut officialisé le 14 février 1942, dans le cadre de la directive Area Bombing adressée par le ministère de l’Air au Bomber Command : « Il a été décidé que le principal objectif de votre opération serait désormais axé sur le moral de la population civile ennemie, notamment celui des ouvriers de l’industrie29. » Autrement dit, les attaques aériennes ne devaient plus être dirigées en priorité contre des cibles militaires – usines d’armement ou transports – mais contre les quartiers centraux des villes allemandes, selon une logique de « bombardement sur zone » et une méthode de destruction par le feu. Conformément aux théories élaborées durant l’entre-deux guerres, il était attendu que le bombardement des populations civiles brise leur volonté de résistance et contraigne l’Allemagne à la capitulation30. L’adoption du « bombardement sur zone » comme doctrine officielle coïncide également avec l’arrivée à la tête du Bomber Command d’Arthur Harris, partisan d’une application radicale et massive de cette stratégie, qu’il défendit jusqu’à la fin du conflit. Harris était convaincu qu’une flotte aérienne dotée des moyens nécessaires permettrait à elle seule de remporter la guerre, rendant superflu un débarquement terrestre sur les côtes françaises31. En 1943, il résumait les objectifs de la guerre aérienne en ces termes :

  • 32 Cité par S. Neitzel, « Der strategische Luftkrieg um Zweiten Weltkrieg », in B. Heidenreich, S. Ne (...)

« Il doit être mis en évidence que la destruction des habitations, des infrastructures publiques et de la vie humaine, la création d’un problème de réfugiés d’une ampleur jusqu’ici inconnue, et l’effondrement du moral dans la patrie et sur le front de par la peur de bombardements étendus et intensifs, sont les buts recherchés et voulus de la stratégie d’attaque32. »

  • 33 J. Friedrich, op. cit.

19La première ville où Harris mit en application la nouvelle doctrine fut Lübeck. La cité présentait un triple avantage : par sa localisation dans la baie du même nom, elle était facile à repérer pour les bombardiers. De plus, elle n’abritait pas d’industries de guerre importantes et était donc faiblement défendue. Surtout, le centre historique de la ville, hérité de la période médiévale, se composait de hautes maisons à colombages dépourvues de murs coupe-feu, enserrées de ruelles étroites et tortueuses – un site propice au déclenchement d’un incendie. Le 22 février 1942, 234 appareils larguèrent en deux heures et en deux vagues 400 tonnes de bombes sur la cité hanséatique, dont deux tiers de produits incendiaires. Environ 1 500 maisons du cœur historique partirent en fumée ou furent gravement endommagées et cent trente kilomètres de façades brûlèrent. Au total, 800 000 m2 de la vieille ville disparurent dans les flammes. On dénombra 320 victimes sur les 120 000 habitants33.

  • 34 Durant la guerre, Cologne subit 262 raids qui détruisirent la vieille ville à 95 %.

20Si le raid sur Lübeck fut considéré comme un succès, c’est l’opération Millenium, menée sur Cologne dans la nuit du 30 au 31 mai, qui assit définitivement la crédibilité du Bomber Command et de l’arme stratégique. En seulement quatre-vingt dix minutes, une flotte gigantesque de plus de mille bombardiers largua sur la vieille ville quelques 1 350 bombes explosives et 460 000 bombes incendiaires. L’attaque produisit des dommages d’une ampleur jusqu’ici inconnue : près de 500 morts, 5 000 blessés, 3 300 bâtiments et 13 000 logements entièrement détruits, ainsi que 45 000 sans-abris34.

  • 35 C. Webster et N. Frankland, op. cit.
  • 36 J.Friedrich, op. cit.
  • 37 U.Hohn, « Die Zerstörung deutscher Städte 1940 bis 1945 : Luftkrieg und Stadtplanung, Schadenserfa (...)

21Ainsi qu’en témoigne le bilan des opérations menées sur Lübeck et Cologne, l’arme stratégique acquit une efficacité croissante à partir de 1942, en raison des progrès réalisés dans les domaines de la radionavigation et de la science incendiaire. L’année fut en effet marquée par l’introduction d’un certain nombre d’innovations technologiques qui permirent au Bomber Command de gagner en efficacité : l’apparition des bombardiers quadrimoteurs Lancaster et l’ajout d’un groupe d’éclaireurs – la Pathfinder Force – dont les Mosquitos furent équipés des premiers systèmes radar (Oboe et H2S). Cette Pathfinder Force reçut pour mission de guider les escadrilles des bombardiers sur l’objectif mais aussi de marquer les cibles au moyen de bombes éclairantes. La combinaison de ces deux innovations – le système des éclaireurs et les bombardiers Lancaster – permit de concentrer les bombardements dans l’espace et dans le temps, accentuant ainsi leurs effets destructeurs35. Parallèlement, les Britanniques prirent conscience que le meilleur moyen de raser une ville était de la brûler. L’analyse des photos aériennes révéla que les produits incendiaires ravageaient des surfaces beaucoup plus vastes que les seules bombes explosives, que le Bomber Command considérait à l’origine comme plus efficaces. Des équipes d’ingénieurs travaillèrent alors au perfectionnement des bombes incendiaires et élaborèrent des stratégies pour maximiser leur action destructrice au sol. Ils établirent des techniques de mise à feu en fonction des caractéristiques physiques de l’habitat allemand (charpente, mobilier, plancher, etc.), étudièrent les cartes d’aménagement urbain pour y relever l’emplacement des espaces coupe-feu et localiser le point-cible le plus approprié. Ainsi, ils calculèrent pour chaque ville la meilleure combinaison bombes explosives-produits incendiaires à y larguer36. Afin de déterminer les zones urbaines à bombarder, les Britanniques eurent notamment recours aux travaux du géographe R. E. Dickinson, relatifs à la différenciation interne des villes allemandes. Dickinson divisa celles-ci en plusieurs zones : une zone centrale contenant le noyau ancien, une zone résidentielle adjacente avec une forte densité de population et des constructions plus récentes, les zones industrielles, enfin les espaces résidentiels de banlieue. Sur cette base, les services secrets du ministère de l’Air publièrent des cartes des villes allemandes où figurait chacune des zones précédemment définies. Il fut établi que, pour être destructeurs, les bombardements devaient viser les quartiers centraux, caractérisés par de fortes densités d’un bâti hautement inflammable et l’absence quasi totale de terrains non construits37.

  • 38 La partie essentielle de l’offensive combinée de bombardements (Combined Bomber Offensive) fut men (...)
  • 39 Cité par H. Dunkhase, « Würzburg, 16 März 1945, 21.25 Uhr – 21.42 Uhr – Hintergründe, Verlauf und (...)
  • 40 La doctrine de l’US Air Force se différenciait nettement de celle de la RAF, les Américains n’étan (...)

22Au début de l’année 1943, les États-Unis arrêtèrent une stratégie commune avec la Grande-Bretagne. Celle-ci consistait en une offensive combinée de bombardements (Combined Bomber Offensive) des deux principales flottes aériennes – le Bomber Command britannique et la 8e flotte américaine38. Approuvée par les chefs des états-majors alliés, la directive de Casablanca du 21 janvier donnait comme objectif « la destruction progressive et la dislocation du système militaire, industriel et économique allemand, et l’affaiblissement du moral du peuple allemand à un point où leur capacité de résistance armée est fatalement affaibli39 ». Lancés en juin 1943, ces bombardements combinés impliquaient une division des tâches. Schématiquement, les Britanniques devaient poursuivre leurs raids incendiaires nocturnes sur les villes allemandes alors que les Américains attaquaient de jour des cibles précises – telle la force aérienne ennemie40.

  • 41 Bien que n’étant pas située dans la région de la Ruhr proprement dite, Cologne fut, comme d’autres (...)
  • 42 Grâce au système radar Oboe dont étaient équipés les éclaireurs, une partie des 440 appareils de l (...)
  • 43 Une tempête de feu se déclenche lorsque fusionnent les différents foyers d’incendie issus des bomb (...)
  • 44 J. Friedrich, op. cit.

23En mars 1943, le Bomber Command déclencha une vaste offensive sur la Ruhr, « la forge des armes du Reich », qui se poursuivit durant cinq mois jusqu’au 31 juillet. La campagne visait à annihiler le potentiel industriel de la région, telles les aciéries, les usines de pétrole synthétique ou d’armement. Plus d’une vingtaine de grandes villes furent bombardées à plusieurs reprises, telles Dortmund, Duisburg, Bochum, Mülheim, Gelsenkirchen ou Cologne41. Dès le 5 mars, l’immense complexe militaro-industriel des usines Krupp à Essen fut attaqué par plus de 400 bombardiers mais c’est la ville elle-même qui fut la plus touchée, avec 20 km2 de surfaces ravagées42. Les raids menés sur Düsseldorf, Krefeld et Wuppertal firent plus de mille morts. Lors de la dernière attaque, dans la nuit du 30 au 31 juillet, 273 appareils larguèrent leurs produits incendiaires sur Remscheid et déclenchèrent une des premières tempêtes de feu43. La ville fut détruite à 83 %, 11 000 des 14 000 immeubles d’habitation réduits en ruines ou endommagés. Au total, « la bataille de la Ruhr » fit plus de 21 000 victimes parmi la population allemande. Quelques 5 000 pilotes et hommes d’équipage du Bomber Command perdirent également la vie lors de cette campagne44.

  • 45 H. Brunswig, Feuersturm über Hambourg. Die Luftangriffe auf Hamlurg im 2. Weltkrieg und Ihre Folge (...)

24Menée du 25 juillet au 3 août 1943, l’opération Gomorrah visait explicitement à détruire Hambourg – seconde ville d’Allemagne avec un million et demi d’habitants et premier port du pays – afin de réduire les capacités militaro-industrielles ennemies et porter un coup décisif au moral de la population. Défendue par Harris lui-même, l’opération fut prise en charge conjointement par les Britanniques et les Américains. Durant quatre nuits et trois jours d’attaques, quelques 9 000 tonnes de bombes furent larguées sur la ville. Le raid mené par le Bomber Command dans la nuit du 27 au 28 juillet fut de loin le plus meurtrier : combiné à une situation météorologique favorable, le mélange de produits incendiaires provoqua une tempête de feu qui se propagea sur plus de 20 km2 et fit plusieurs dizaines de milliers de victimes, pour la plupart intoxiquées par la pénétration des gaz mortels – tel le monoxyde de carbone – à l’intérieur des caves et des abris antiaériens. D’autres civils, soumis à une chaleur extrême et au manque d’oxygène, succombèrent également par hyperthermie. De nombreux quartiers, parmi lesquels Hammerbrook, Borgfeld et Hamm, furent entièrement rasés ou gravement endommagés. L’opération Gomorrah fut, avec le bombardement de Dresde, la campagne aérienne la plus sanglante menée par les forces aériennes anglo-américaines en Europe, d’où un retentissement énorme, tant en Angleterre qu’en Allemagne : 40 000 morts, des dizaines de milliers de blessés et 900 000 sans-abri. Détruits ou partiellement touchés, plus de 40 000 des 122 000 bâtiments résidentiels d’Hambourg n’étaient plus habitables après le bombardement45.

  • 46 U. Hohn, « Die Zerstörung deutscher Städte 1940 bis 1945 : Luftkrieg und Stadtplanung, Schadenserf (...)
  • 47 Ibid.

25Dans la nuit du 9 au 10 octobre 1943, 505 appareils du Bomber Command attaquèrent Hanovre, considérée comme la cinquième ville industrielle d’Allemagne, et réussirent à déclencher une nouvelle tempête de feu. Environ 10 km2 de surfaces bâties furent dévastées, 85 % de la vieille ville partit en fumée. On dénombra 1 200 morts et 250 000 sans abri46. Une dizaine de jours plus tard, au soir du 22 octobre, les Britanniques larguèrent 416 000 bombes incendiaires sur le centre-ville de Kassel, selon une proportion d’une à deux par mètre carré. L’incendie incontrôlable qui s’ensuivit ravagea une zone urbaine de près de 5 km2 et causa la mort de 10 000 personnes, soit 4,42 % de la population totale47. Avant la fin de la guerre, plusieurs villes devaient déplorer au moins une dizaine de milliers de morts à l’occasion d’un seul raid, telles Darmstadt (11 septembre 1944), Magdeburg (16 janvier 1945), Dresde (13/14 février 1945), Pforzheim (23 février 1945) ou encore Swinemünde (12 mars 1945).

  • 48 Quelques 2 700 aviateurs du Bomber Command perdirent en effet la vie lors de la « bataille de Berl (...)
  • 49 G. Mougel, Berlin (1990-2000). Processus et formes de division sociale d’un espace intra-métropoli (...)

26À l’automne, Harris entreprit de raser Berlin, objectif explicitement mentionné dans la directive de Casablanca. Cette campagne devait, selon lui, mettre l’Allemagne à genoux et décider de la guerre. De novembre 1943 à la fin mars 1944, le Bomber Command lança une vaste offensive contre la capitale du Reich mais ne parvint pas à causer de dommages aussi importants qu’à Hambourg, même si les bombardements massifs détruisirent 8 km2 de surfaces bâties – notamment dans les arrondissements de Tiergarten, Charlottenburg, Schöneberg et Spandau – et causèrent la mort de plus de 9 000 civils, auxquels s’ajoutèrent des centaines de milliers de sans-abris. Malgré des dégâts importants, la « bataille de Berlin » fut globalement un échec : ville jeune et largement défendue, la capitale allemande disposait de larges artères et d’espaces coupe-feu empêchant la propagation d’incendies dévastateurs48. Le centre historique ne présentait qu’un nombre restreint de quartiers datant de l’époque médiévale, composés de bois et de matériaux hautement inflammables49. En définitive, l’offensive contre Berlin ne provoqua pas l’effondrement du Reich, rendant indispensable le débarquement des forces alliées sur le continent européen.

« Die Festung Europa hat kein Dach50 » : la guerre aérienne à son paroxysme (1944-1945)

  • 50 Littéralement « la forteresse Europe n’a pas de toit ».
  • 51 Supreme Headquarter Allied Expeditionary Force (SHAEF).
  • 52 D. Voldman, op. cit.

27En avril 1944, le Bomber Command, de même que les 8e et 15e flottes américaines, furent placés sous le contrôle du « quartier général suprême des forces expéditionnaires alliées », dirigé par Dwight D. Eisenhower51. Les opérations de bombardement se concentrèrent sur les voies de communication ennemies – gares, chemins de fer, gares de triage, trains, routes, ponts, canaux – en France et en Belgique, afin de préparer et d’accompagner l’invasion terrestre. Bien souvent, ces objectifs se situaient dans des zones urbaines. Ainsi, les villes de Rouen, Lille et Louvain furent attaquées durant les mois d’avril et de mai. Après le débarquement, plusieurs cités françaises (Boulogne, Calais), notamment normandes (Saint-Lô, Coutances et Le Havre) devaient périr sous les bombes. Le 18 juillet, 2 000 appareils du Bomber Command larguèrent 7 000 tonnes de produits incendiaires sur la ville de Caen, faisant au moins 2 000 victimes parmi la population52. L’offensive contre les transports – ainsi que le pétrole – se poursuivit ensuite sur le Reich à partir de l’automne 1944.

28De manière générale, les neuf derniers mois du conflit marquèrent l’apogée de la guerre aérienne contre l’Allemagne. Au cours du premier semestre 1944, la flotte américaine avait concentré ses efforts sur l’industrie allemande d’aviation – production, installations aériennes et appareils – notamment lors de la Big Week du 20 au 25 février. À partir de l’automne, le Reich se retrouva quasiment sans défense. Les Alliés disposaient désormais d’une écrasante supériorité dans le ciel et les bombardiers pouvaient effectuer leurs missions sans véritable résistance. Dès lors, quasiment 24 heures sur 24, une pluie de bombes s’abattit sur l’Allemagne et l’action meurtrière de l’arme stratégique atteignit son point culminant.

  • 53 U. Hohn, op. cit.
  • 54 J. Friedrich, op. cit.

29Durant les trois derniers mois de 1944, il tomba plus de bombes sur les quartiers résidentiels des villes allemandes que durant toute l’année 194353. De la mi-août à la fin décembre, les Britanniques larguèrent 265 000 tonnes de produits explosifs et incendiaires, ne subissant qu’un pour cent de pertes. Au cours de la dernière année de la guerre, les Américains lâchèrent une tonne de bombes à la minute, et 165 000 tonnes de la mi-septembre à la fin décembre 194454.

30À partir de l’automne 1944, les bombardements ne furent plus uniquement concentrés sur les grandes villes mais aussi sur les petites et moyennes localités, plutôt épargnées depuis le début de la guerre. Dans le cadre de la campagne d’invasion du Reich, les Alliés menèrent en effet des raids destinés à soutenir les actions militaires au sol. Ainsi, le 16 novembre, au cours de l’opération Corona, 4 000 bombardiers de la 8e flotte américaine larguèrent plus de 10 000 tonnes de bombes sur les positions allemandes du Hürtgenwald, les villes et villages qui s’y trouvaient tels Eschweiler, Langerwehe ou Weisweiler. Les cités de Jülich, Heinsberg et Düren furent quasiment rayées de la carte : cette dernière perdit plus de 3 000 habitants et seuls treize de ses 9 322 bâtiments ne furent pas endommagés. Jülich fut rasée à 97 %.

  • 55 Il faut rappeler en effet que la campagne de bombardements stratégiques sur l’Allemagne fut une gu (...)
  • 56 J. Friedrich, op. cit.

31D’octobre à décembre 1944, une vaste offensive aérienne fut lancée contre la région industrielle de la Ruhr. La plupart des villes, telles Cologne, Bonn ou Düsseldorf, furent englouties sous un déluge de bombes lors de plusieurs attaques successives55. Déjà largement détruite en 1944, Essen subit deux raids majeurs les 23 et 25 octobre, qui causèrent la mort de plus de 1 800 personnes. Dans la nuit du 13 décembre, un nouveau bombardement fit 463 victimes supplémentaires. Le centre-ville de Dortmund, où était localisée la gare – objectif de l’attaque – fut dévasté dans la nuit du 7 octobre et plus de 1 100 personnes perdirent la vie. On dénombra près de mille victimes à Bochum après le bombardement du 5 octobre, ainsi qu’à Duisburg, après le raid nocturne du 15. Cologne subit vingt-huit attaques au cours du mois d’octobre. Les 4 et 5 novembre, deux raids menés par 170 appareils britanniques déclenchèrent une conflagration de 2,5 kilomètres carrés à Solingen et tuèrent 1 882 personnes. Au total, d’octobre à décembre, la « seconde bataille de la Ruhr » fit plus de 15 000 victimes56. Début 1945, les villes de la région devaient subir à nouveau plusieurs raids dévastateurs, en particulier au cours du mois de mars, dans le cadre de la campagne d’encerclement de la Ruhr. Ainsi, le 11 mars, 4 660 tonnes de bombes tombèrent sur Essen, tuant 897 personnes. Le lendemain, 1 108 appareils du Bomber Command larguèrent 4 158 tonnes de bombes à Dortmund et réduirent à néant une zone d’un kilomètre de large sur cinq de long dans le centre-ville. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, toutes les villes de l’immense région industrielle de la Ruhr n’étaient plus que de vastes champs de ruines.

  • 57 Ibid.
  • 58 U. Hohn, op. cit.

32Au cours des quatre derniers mois du conflit, de janvier à avril 1945, la guerre aérienne atteignit son paroxysme. Les bombardements tuèrent en moyenne 1 023 personnes par jour – contre 127 en 1944 – soit au total 130 000 victimes. Les deux flottes anglo-américaines larguèrent 370 000 tonnes de bombes sur l’Allemagne, quasiment sans subir de pertes. À lui seul, le Bomber Command fut engagé dans 72 880 raids, lesquels comprenaient les opérations de soutien de la campagne au sol, les attaques contre les voies de communication et le pétrole ou les actions de représailles57. Pourtant, au début de l’année 1945, près de neuf villes sur dix de plus de 100 000 habitants étaient déjà détruites ou gravement touchées. Dans la mesure où il n’existait plus grand-chose à brûler, on employa désormais des bombes explosives afin de porter le coup fatal à certaines infrastructures, tels les réseaux de canalisation ou d’électricité. Dans les villes jusqu’ici épargnées, les attaques devaient cependant être largement dominées par les produits incendiaires58. En raison de l’efficacité croissante de l’arme stratégique, un raid unique suffisait désormais pour dévaster une ville.

  • 59 Archibald Sinclair (1890-1970), secrétaire d’État à l’Air (Secretary of State for Air), joua, au m (...)
  • 60 Il s’agissait par ordre de priorité de Berlin, Dresde, Chemnitz, Leipzig, Halle, Plauen, Dessau, P (...)
  • 61 Kassel, Nuremberg, Hanovre, Zwickau, Hildesheim, Flensburg, Munich, Mannheim, Gera, Würzburg, Weim (...)
  • 62 H. Dunkhase, op. cit, p. 8.
  • 63 Onze villes issues de la liste du 23 janvier 1945 furent retenues dans celle du 8 février : il s’a (...)
  • 64 U. R. Moessner, « Neue Erkenntnisse zum Luftkrieg der Alliierten 1944/45 », Mainfränkisches Jahrb (...)

33Fin janvier 1945, peu avant la conférence de Yalta (4-11 février 1945), Churchill se renseigna auprès de Sinclair – alors secrétaire d’État à l’Air – sur l’opportunité de « bombardements sur zone » en Allemagne centrale et orientale59. Un soutien aérien apporté à la progression soviétique pouvait contribuer à mettre en lumière la bonne volonté des Alliés occidentaux, d’autant que Roosevelt et Churchill voulaient convaincre Staline d’entrer en guerre contre le Japon. Acceptées, les demandes du Premier Ministre britannique aboutirent à une reprise du programme d’attaques sur zone. Le 8 février, une instruction de l’Air Ministry comprenant une double liste d’objectifs établie par le Combined Strategic Target Committee fut adressée au Bomber Command et à l’United States Army Air Force (USAAF). La première liste – les objectifs prioritaires ou priority target systems – était constituée d’une série de dix villes choisies en fonction de leur importance au regard des mouvements d’évacuation de réfugiés vers l’ouest et des transports militaires allemands vers le front oriental60. La seconde consistait en une liste révisée de « cibles industrielles » (industrial area targets) faisant office de cibles de substitution au cas où les objectifs prioritaires ne pourraient être atteints61. Concernant le choix de ces dix-sept villes, on avait théoriquement recherché « un ordre de priorité approximatif sur la base de leur importance industrielle, en particulier au regard de leur association avec les objectifs prioritaires62 ». Dans les faits cependant, cette liste de seconde catégorie s’inspirait partiellement d’une précédente liste de vingt cibles potentielles pour des attaques sur zone établie le 23 janvier 1945 par le Bomber Command63. Les villes mentionnées avaient alors été choisies non pour leur importance industrielle et militaire, jugée insignifiante, mais parce qu’elles constituaient des objets appropriés pour des raids incendiaires : chacune d’entre elles devait notamment présenter 350 acres de surface bâtie et intacte. Elles furent ensuite insérées dans la liste du 8 février en tant qu’« industrial area targets », l’adjectif « industriel » ayant été employé pour masquer des bombardements de terreur sous forme d’attaques sur zone64. Durant les derniers mois de la guerre aérienne, ces villes devaient ainsi être englouties sous un déluge de feu alors qu’elles avaient été jusqu’ici largement épargnées.

  • 65 Le chiffre de 135 000 morts suggéré par l’écrivain négationniste David J. Irving (La destruction d (...)
  • 66 J. Friedrich, op. cit.
  • 67 M. Domarus, Der Untergang des Alten Würzburg im Luftkrieg gegen die deutschen großstädte. Würzbur (...)

34Conformément à l’instruction en date du 8 février 1945, les raids incendiaires se succédèrent en Allemagne du sud et du sud-ouest, ainsi qu’à l’est. Berlin fut bombardée quasi quotidiennement dès le 18. Deux nuits et deux jours suffirent pour anéantir totalement Dresde dans le cadre de l’opération Thunderclap, menée conjointement par les Britanniques et les Américains. Considérée comme l’une des plus belles villes allemandes du fait de ses richesses artistiques et architecturales, la « Florence de l’Elbe » ne possédait pas de défense antiaérienne, manquait d’abris souterrains et avait jusqu’ici été totalement épargnée par les bombardements. Outre ses 640 000 habitants, la cité accueillait également des dizaines, peut-être des centaines de milliers de réfugiés fuyant le front oriental. Dans la nuit du 13 au 14 février, deux vagues successives de Lancaster du Bomber Command larguèrent 650 000 bâtons incendiaires sur la vieille ville. La tempête de feu qui se déclencha peu après fit entre 25 000 et 40 000 morts65. Lors des opérations de sauvetage, les cadavres de milliers de victimes furent entassés sur des bûchers à ciel ouvert – notamment sur l’Altmarkt – et incinérés afin d’éviter la propagation de maladies. Dix jours plus tard, le 23 février, le Bomber Command largua 1 551 tonnes de bombes sur la petite ville de Pforzheim, déclenchant une nouvelle conflagration qui causa la mort de plus de 25 000 personnes sur les 65 000 habitants. Quelques 4,5 km2 de surfaces bâties furent dévastés et il fallut six jours pour que les décombres refroidissent66. Dans la soirée du 16 mars, en seulement dix-sept minutes, 225 Lancaster et 11 Mosquito britanniques déversèrent en trois vagues 256 bombes explosives et 307 650 bâtons incendiaires sur la cité franconienne de Würzburg. Environ 5 000 personnes succombèrent. Quelques 3000 corps furent rapidement inhumés dans des fosses communes devant le cimetière principal de la ville. Seuls 800 d’entre eux purent être identifiés67.

35Durant les derniers mois du conflit, des vagues de bombardiers déferlèrent sur un grand nombre de villes allemandes. Fribourg, Chemnitz, Nuremberg, Hildesheim, Halberstadt, Mayence, Worms, Trèves, Danzig, Swinemünde, Magdeburg, et d’autres encore, furent anéanties lors de raids incendiaires peu de temps avant la fin des hostilités. Quelques années plus tard, l’adepte principal de la doctrine du bombardement sur zone, le chef du Bomber Command Arthur Harris, précisait :

  • 68 Cité par U. Hohn, op. cit., p. 7.

« Il faut dire avec force que, en dehors d’Essen, nous n’avons jamais choisi un établissement industriel en tant qu’objectif. La destruction d’installations industrielles nous apparaissait toujours comme une sorte de prime spéciale. Notre unique objectif a toujours été le centre-ville68. »

Un bilan de la guerre aérienne

Une catastrophe sans précédent

  • 69 Ussbs, op. cit. et The united states strategic bombing survey, 1945, vol. 2, Over-all Report (Europ (...)
  • 70 Il est en effet très difficile d’estimer le nombre de victimes de la guerre aérienne, en raison no (...)
  • 71 O. Groehler, Bombenkrieg gegen Deutschland, Berlin, 1990 ; J. Friedrich, op. cit.
  • 72 H. Schnatz, « Die Zerstörung der deutschen Städte und die Opfer », in B. Heidenreich, S. Neitzel ((...)
  • 73 Ibid.

36En termes purement quantitatifs, le bilan de la guerre aérienne est effroyable. De 1940 à 1945, le Bomber Command a déversé 755 531 tonnes de bombes sur le territoire allemand, auxquels il faut ajouter les 664 073 tonnes larguées par les bombardiers américains en mois de trois ans, de 1943 à mai 1945. Au total, 1 419 604 tonnes de produits incendiaires et explosifs ont été lancées sur l’Allemagne durant le conflit69. En ce qui concerne les victimes, les chiffres varient selon les sources70 : Groehler estime qu’elles se comptent entre 370 000 et 390 000. Friedrich avançant quant à lui près de 600 000 morts71. Sur la base d’extrapolations menées à partir de données fiables, Schnatz considère comme réaliste un chiffre de 380 000 à 400 000 victimes72. Environ 75 % d’entre elles auraient péri lors de raids menés par les Britanniques et 25 % sous les bombes américaines. Conséquence des progrès réalisés dans le perfectionnement de l’arme stratégique, le nombre de personnes tuées a constamment augmenté année après année. Tout aussi difficile à quantifier avec précision, le nombre de blessés légers et lourds dépasse probablement le million d’individus. Au bilan humain de la guerre aérienne, il faut également ajouter les 8,9 millions de personnes évacuées de leur domicile de façon temporaire ou permanente, parmi lesquelles de très nombreux enfants73.

  • 74 Littéralement « femmes des ruines », cf. C. Bouillot, « Rôle des femmes et représentations sexuées (...)
  • 75 Littéralement « montagnes de gravats ».
  • 76 K. Hewitt, « Reign of Fire : the civilian experience and urban consequences of the destruction of (...)

37L’ampleur des destructions matérielles est également considérable. On estime que les villes allemandes ont produit plus de 400 millions de mètres cubes de décombres dont le déblaiement, au lendemain de la guerre, a été largement pris en charge par les femmes – les Trümmerfrauen74. Les montagnes de gravats ont parfois donné naissance à des collines artificielles – les Schuttberge75 – qui ont modifié le paysage : à Berlin notamment, le célèbre Teufelsberg domine désormais la capitale du haut de ses 114 mètres. Sur les dix-neuf millions de logements que comptait le pays en 1939, plus de quatre millions, soit 20 % de l’ensemble du stock, ont été détruits ou gravement endommagés. Conséquemment, 7,5 millions de personnes étaient sans-abri à l’issue du conflit. En outre, entre dix-huit et vingt millions d’habitants ont enduré de longues périodes de privations d’électricité, de gaz ou d’eau, et ont vu leur mobilité affectée suite aux dégâts causés par les bombardements aux réseaux de transports urbains76.

  • 77 En outre, les régions occidentales ont également été affectées par les violents combats qui ont ac (...)
  • 78 U. Hohn, art. cit.

38À l’échelle régionale, les territoires du nord, de l’ouest et du sud-ouest ont globalement subi les plus forts dommages, bien que l’Allemagne du sud et de l’est n’ait pas été épargnée. Il s’agit là d’une conséquence logique de la guerre aérienne : jusqu’en 1943, il était particulièrement risqué pour les flottes de bombardiers lancées depuis la Grande-Bretagne de s’engager loin à l’intérieur des frontières du Reich. À l’inverse, la région occidentale de la Ruhr, en tant que cœur économique et industriel de l’Allemagne, a toujours constitué un objectif prioritaire, de même que les cités portuaires du nord abritant les chantiers navals77. Selon Hohn, la distribution spatiale des moyennes et grandes villes bombardées permet de distinguer six régions où les destructions ont été particulièrement marquées78 :

  • une grande zone comprise autour des axes Rhin-Ruhr, Rhin-Main et Rhin-Neckar (avec notamment Cologne, Essen, Darmstadt, Würzburg, Francfort) ;
  • une zone qui s’étend le long de la frontière occidentale, depuis le sud de la Sarre et de la Rhénanie-Palatinat jusqu’au nord du Bade-Wurtemberg (avec Saarbrücken, Mannheim, Karlsruhe, Pforzheim, etc.) ;
  • une zone s’étendant le long de l’Oder (Prenzlau, Francfort/Oder, Cottbus, Eberswalde, etc.) ;
  • les villes portuaires du nord-ouest lourdement bombardées (Hambourg, Kiel, Wilhelmshaven, Emden, etc.) ;
  • la région Magdeburg-Dessau (avec Halberstadt, Zerbst, etc.) ;
  • enfin, une zone comprise le long de l’axe Plauen-Chemnitz-Dresde.
  • 79 Ici également, les données varient selon les sources, en raison notamment des méthodes de recensem (...)
  • 80 U. Hohn, « Deutsche Städte im Luftkrieg. Eine Schadensbilanz auf der Basis der Wohnungstotalzerstö (...)
  • 81 M. Domarus, op. cit.

39En d’autres termes, il ressort que les bombardements stratégiques qui ont affecté l’Allemagne ont été concentrés non seulement dans le temps, mais aussi dans l’espace. Valable à l’échelle régionale, cette observation l’est plus encore à l’échelle intra-urbaine : de fait, les dégâts les plus importants concernent de loin les zones centrales des villes, caractérisées par la présence d’un bâti ancien et de fortes densités de constructions. Ainsi, si Dresde a perdu au total entre 39 % et 60 % de son stock résidentiel, l’Innenstadt – la première ceinture urbaine – a quant à elle été rasée à 95 %79. De même, si le centre de Nuremberg a été anéanti à 95 %, les pertes en logements s’élèvent à 49 % sur l’ensemble de la ville. De manière générale, l’ampleur des destructions relevées dans les quartiers centraux est sans équivoque : l’Innenstadt a été engloutie à hauteur de 93,2 % à Hanovre, à 98,9 % à Hildesheim, à 90 % à Essen, à 88,7 % à Kassel, à 95 % à Chemnitz, à 93 % à Cologne80. À Würzburg, à l’intérieur du glacis délimitant la ville-centre, seuls 46 bâtiments ont survécu à la tempête de feu déclenchée par le raid du 16 mars 194581. Le cœur historique de Braunschweig, caractérisé par ses maisons à colombages, a été presque complètement réduit en cendres après le bombardement du 15 octobre 1944.

L’infirmation partielle des théories du bombardement stratégique

  • 82 À Würzburg notamment, un monument érigé à la mémoire des victimes du raid du 16 mars 1945 représen (...)
  • 83 K. Hewitt, « Place Annihilation : Area Bombing and the Fate of Urban Places », Annals of the Assoc (...)

40La concentration écrasante des dommages dans les quartiers centraux a entrainé la perte d’un patrimoine architectural et urbanistique parfois millénaire. Ces bombardements ont également déterminé un profil socio-démographnique particulier des victimes : en raison de la mobilisation des hommes, la majorité des personnes blessées, tuées ou ayant perdu leur logement étaient des femmes, des enfants, ainsi que des personnes âgées82. Mais ainsi que le souligne Hewitt, il s’agissait avant tout des populations urbaines les plus pauvres qui, en raison de leurs faibles ressources, étaient concentrées dans les quartiers centraux de bâti ancien et parfois dégradé83. Aussi, une part importante des victimes est constituée par les membres de familles ouvrières, conformément aux objectifs fixés dans le cadre de la directive Area Bombing de 1942, qui avait fait du moral des ouvriers de l’industrie un objectif prioritaire. Bien sûr, si les quartiers centraux furent les cibles privilégiées des raids incendiaires, c’était parce qu’ils constituaient la partie la plus combustible des villes. Mais il s’agit là d’une considération technique. Ce sont avant tout les représentations associées aux populations vivant dans les zones centrales qui ont défini les objectifs du bombardement stratégique.

  • 84 Ibid. p. 271).

« Des personnes dans les hautes sphères se sont sans doute rappelé que ces quartiers avaient été le noyau dur des zones de chômage durant la Dépression et avaient été envisagés comme des hauts lieux de désaffection et d’agitation sociale. Les personnes disposant du minimum de connaissances ou ayant le moins à dire concernant les différentes affaires de la nation étaient celles dont le moral était considéré comme le plus perturbateur. Leurs lieux de vie furent affectés sans restrictions84. »

41Il n’en demeure pas moins que, malgré l’ampleur des destructions et le nombre considérable des victimes, les théories du bombardement stratégique se sont révélées partiellement erronées. À aucun moment, même au plus fort de la guerre aérienne, la population des villes allemandes ne s’est révoltée. Certes, on ne peut négliger l’impact des raids incendiaires sur le moral des civils mais les traumatismes subis n’ont pas favorisé l’émergence de mouvements séditieux qui auraient mis en péril le régime nazi. Ainsi que le soulignent des études américaines, les raids ont en fait davantage favorisé l’abattement et la résignation des populations civiles.

  • 85 Ussbs, 1945, p. 95-96.

« Les bombardements ont sensiblement affecté la volonté de résister des Allemands. Leurs principaux effets psychologiques étaient le défaitisme, la peur, le désespoir, le fatalisme et l’apathie. Ils ont contribué à renforcer quelque peu la résistance à travers l’éveil d’émotions agressives de haine et de colère. La lassitude de la guerre, la volonté de se rendre, la perte d’espoir en une victoire allemande, la méfiance envers les dirigeants, les sentiments de désunion, et la peur démoralisante étaient toutes plus fréquentes chez les populations bombardées que chez les populations non bombardées85. »

42En définitive :

  • 86 Ibid, p. 97.

« Les bombardements ont donc réussi à faire baisser le moral psychologique, mais leurs effets sur le comportement ont été moins décisifs. Le contrôle allemand est resté relativement intact, et par conséquent la répression et la coercition ont écarté une population de plus en plus défaitiste d’actes manifestes d’opposition à la conduite de la guerre86. »

43De même, les effets des bombardements stratégiques sur la machine de guerre et l’économie nazies se sont révélés limités. Il s’agit là pour partie d’une conséquence de la politique de décentralisation industrielle menée par Albert Speer, qui a permis d’atténuer l’impact des attaques aériennes sur l’appareil productif. Certes, l’absentéisme s’est accru et la productivité a décliné dans les derniers stades de la guerre mais, ainsi que le relève ce rapport américain :

« Les bombardements alliés ont largement et sérieusement déprimé le moral des civils allemands, mais des travailleurs déprimés ne sont pas nécessairement des travailleurs improductifs… La production d’armements a continué à augmenter jusqu’à la mi-1944, en dépit de la baisse du moral des civils… »

44En définitive, et contrairement aux allégations des principaux théoriciens du bombardement stratégique, l’Allemagne n’a pas été vaincue par les airs, mais à la suite d’une campagne d’invasion terrestre menée sur les deux fronts.

Conclusion : du rapport entre guerre aérienne et reconstruction

  • 87 U. Hohn, « Die Zerstörung deutscher Städte 1940 bis 1945 : Luftkrieg und Stadtplanung, Schadenserf (...)
  • 88 Voir J. Göderitz (Hrsg), Die gegliederte und aufgelockerte Stadt. Tübingen, Wasmuth, 1957.
  • 89 J. Nipper, « Städte auf/aus Trümmern : Der Wiederaufbau deutscher Städte nach dem Zweiten Weltkrie (...)

45La destruction des villes allemandes au cours de la Seconde Guerre mondiale constitue un fait unique dans l’histoire. Si la guerre aérienne n’a pas à elle seule décidé de l’issue du conflit, les bombardements stratégiques ont été lourds de conséquences sur la structure fonctionnelle et sociale des agglomérations urbaines, ainsi que sur leur physionomie. Toutes les villes partiellement ou totalement détruites ont été confrontées après 1945 à la question de la reconstruction et, à ce titre, le souvenir des bombardements a joué un rôle non négligeable dans les orientations choisies. De fait, si la guerre aérienne a été nourrie d’un certain nombre de représentations concernant la nature de la vie urbaine et le rôle des villes dans l’économie, elle a elle-même influencé à son tour, par un effet de renversement, les conceptions des architectes et des urbanistes en matière de planification. Les travaux de Hohn, notamment, ont montré combien les expériences vécues lors des bombardements ont profondément marqué les esprits des urbanistes allemands et ainsi les projets d’aménagement élaborés après le conflit87. Plus encore, la géographe a souligné l’absence d’une véritable rupture entre période nazie et après-guerre. Avec les destructions croissantes consécutives aux raids aériens, une réflexion concernant la planification urbaine s’est en fait engagée dès 1940. La question de la différenciation interne des villes a alors reçu une attention particulière et le nouveau modèle de « la ville structurée et aérée » (gegliederte und aufgelockerte Stadt), chère aux tenants du fonctionnalisme des années 1950, s’est rapidement imposé88. Qu’il s’agisse de mesures préventives contre les bombardements ou de plans de reconstruction, les planificateurs ont, dès 1942-43, adopté les préceptes qui devaient dominer l’urbanisme durant la seconde partie du XXe siècle : aération et réduction des densités dans les centres-villes, construction ouverte de nouveaux lotissements, élargissement des rues, séparation fonctionnelle de l’espace, aménagement de ceintures vertes, etc. Parallèlement s’est développée l’idée d’une rationalisation et d’une standardisation de la construction, qui devait permettre plus tard l’industrialisation de la production de logements. En définitive, et ainsi que l’a également montré Nipper, il y a eu après-guerre, du moins en Allemagne de l’Ouest, bien plus de continuité dans les orientations de la planification urbaine et la reconstruction des villes, qu’une soi-disant table rase avec le passé – idée pourtant largement popularisée par la célèbre formule Stunde Null (heure zéro)89. Si, aujourd’hui, la plupart des citadins qui arpentent les trottoirs des villes allemandes n’ignorent pas que celles-ci ont été reconstruites, peu nombreux sont toutefois ceux qui ont conscience de l’héritage laissé par la guerre aérienne dans la structure urbaine contemporaine.

Notes

1 D. Voldman, « La destruction de Caen en 1944 », Vingtième Siècle, no 39, juillet-septembre 1993, p. 11.

2 The united states strategic bombing survey (désormais ussbs), 1947, Volume 2A – Statistical Appendix to Over-all Report (European War) [http://www.wwiiarchives.net/servlet/action/document/index/113/0].

3 W. G Sebald, De la destruction comme élément de l’histoire naturelle. Arles, Actes Sud, 2004, p. 15-16.

4 P. Facon, Le bombardement stratégique, Monaco, Éditions du Rocher Collection « L’art de la guerre », 1996.

5 La notion de guerre totale commence à être employée en France dès la Première Guerre mondiale, mais c’est la publication par le général allemand Erich Ludendorffdu livre Der Totale Krieg (1935) qui donne sa notoriété à la formule.

6 G. Douhet, The Command of the Air. Edited by J. P. Harahan et R. H. Kohn, University of Alabama Press edition (Édition originale : Il dominio dell’aria, 1921), 2009, p. 23.

7 Cité par S. Lindqvist, Une histoire du bombardement, Paris, La Découverte, 2012, p. 82.

8 C. S. Maier, « Les villes pour cible : débats et silences autour des bombardements aériens de la Seconde Guerre mondiale », Revue internationale de la Croix-Rouge, vol. 87, sélection française, 2005, p. 187.

9 Depuis le XVIIIe siècle, il est admis – du moins entre pays européens – que la guerre est une lutte entre États et non entre individus. Les opérations doivent donc être uniquement dirigées contre des objectifs militaires et les populations civiles épargnées de toute forme de violence, cf. S. Lindqvist, op. cit. L’article 25 de la quatrième Convention de La Haye de 1907 indique quant à lui : « Il est interdit de bombarder, par quelque moyen que ce soit, des villes, villages, habitations ou bâtiments qui ne sont pas défendus » [http://www.icrc.org/dih.nsf/full/195]. Il faut cependant préciser que ces dispositions ne concernent que la guerre terrestre et que la mention « qui ne sont pas défendus » laisse une large variété d’appréciations.

10 Guilio Douhet, notamment, est favorable aux raids de terreur sur les populations civiles car il considère que briser la volonté de la nation ennemie constitue la clef du succès militaire. La liste des objectifs n’exclut cependant pas des cibles précises, telles qu’on en trouve chez les partisans du « bombardement de précision ». Douhet mentionne ainsi l’industrie, les infrastructures de transport, les nœuds de communication, les bâtiments du gouvernement.

11 Ces questions font partie des thèmes de recherche développés par les sociologues de L’école de Chicago, notamment Robert Park. Cf. Y. Grafmeyer, I. Joseph, L’École de Chicago, naissance de l’écologie urbaine, Paris, Champ urbain, 1979.

12 J. Konvitz, « Représentations urbaines et bombardements stratégiques, 1914-1945 », Annales ESC, juillet-août 1989, no 4, p. 823-847.

13 J. C. Fuller, The Reformation of War, London, Hutchinson and co, 1923, p. 150.

14 Parmi les défenseurs du « bombardement de précision », on peut citer l’anglais J. M. Spaight, qui fut secrétaire d’État au ministère de l’aviation britannique au cours de la Seconde Guerre mondiale. Dans son ouvrage Air Power and the cities (1930), il rejetette « le bombardement sur zone » et préconise les attaques d’objectifs économiques. Du point de vue des théoriciens du « bombardement de précision », les villes ne constituent donc pas des cibles en soi, dans la mesure où l’objectif est la destruction des centres névralgiques de l’économie industrielle. Toutefois, ils n’ignorent pas que la plupart de ces centres sont justement localisés à l’intérieur des villes.

15 J. Konvitz, op. cit.

16 L’auteur mentionne notamment le bombardement de la ville de Chechaouenne (Maroc) par l’aviation française, en 1925.

17 S. Lindqvist, op. cit., p. 46.

18 J. Friedrich, L’incendie. L’Allemagne sous les bombes 1940-1945, Paris, Éditions de Fallois 2004, p. 69.

19 Trenchard considère que le fait de bombarder une ville de manière indiscriminée, dans le seul but de terroriser la population civile n’est pas un objectif légitime. Néanmoins, il affirme également que l’on peut terroriser les ouvriers fabriquant des munitions afin qu’ils cessent de se rendre au travail. C. S. Maier, op. cit.

20 Par exemple, Londres fut bombardée quotidiennement de jour par la Luftwaffe du 7 au 27 septembre 1940, puis de nuit jusqu’en novembre de la même année. Le 14 novembre 1940, plusieurs villes telles Plymouth, Portsmouth ou Southampton furent attaquées. C’est Coventry qui subit les plus forts dommages (568 morts). Au total, les raids menés par l’aviation allemande sur les villes du sud et du centre de l’Angleterre firent environ 43 000 victimes d’août 1940 à mai 1941. J. Flemming, Der Bombenkrieg im Meinungsbild der britischen Öffentlichkeit, in B. Heidenreich, S. Neitzel, (Hrsg), « Der Bombenkrieg und seine Opfer », Polis 39, Wiesbaden, Hessische Landeszentrale für politische Bildung, 2004, p. 18-30. Pour S. Neitzel (2004) ou Friedrich (2004), ces attaques meurtrières ne relèvent toutefois pas d’une campagne de bombardement stratégique à proprement parler. S. Neitzel, « Der strategische Luftkrieg um Zweiten Weltkrieg », in B. Heidenreich, S. Neitzel (Hrsg), op. cit., p. 5-17 et J. Freidrich, op. cit.

21 Cette attaque faisait suite à une réunion du cabinet de Churchill le 30 octobre 1940, lors de laquelle le Premier ministre avait indiqué que la population civile devait également être affectée par les bombardements, J. Flemming, art. cit.

22 À la suite de ces attaques, les chantiers Germania de Kiel ne restèrent paralysés que durant quelques jours.

23 L’opération « Barbarossa », destinée à envahir l’URSS, avait été déclenchée quelques semaines plus tôt, le 22 juin.

24 J. Friedrich, op. cit.

25 Les missions étaient dangereuses pour les équipages, qui devaient faire face aux chasseurs allemands et à la DCA. Sur l’ensemble de la guerre, le Bomber Command disposa d’un personnel naviguant de plus de 125 000 hommes et enregistra 55 000 tués (44 %). C’est en 1943 qu’il enregistra ses plus lourdes pertes avec 14 000 morts.

26 C. Webster, N. Frankland, The Strategic Air Offensive against Germany 1939-1945. History of the Second World War, London, United Kingdom Military Series, 4 vol., 1961.

27 Ce plan faisait directement écho au rapport Butt (dont les conclusions furent jugées erronées par certains militaires).

28 H. Boog, « Strategischer Luftkrieg in Europa und Reichsverteidigung 1943-1944 », in Militärgeschichtliches Forschungsamt (Hrsg), Das deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, Band 7. Das deutsche Reich in der Defensive. Strategischer Luftkrieg in Europa, Kreig im Westen und in Ostasien 1943-1944/45, Stuttgart u. a, Deutsche Verlags-Anstalt, 2001, S. 3-415.

29 J. Friedrich, op. cit., p. 77.

30 Le 30 mars 1942, Lord Cherwell, conseiller scientifique auprès du gouvernement britannique, envoya à Churchill un mémorandum connu sous le nom de Dehousing-Paper. Se fondant sur l’étude des villes anglaises bombardées, il estimait que 10 000 bombardiers lancés sur les quartiers densément peuplés des 58 villes allemandes de plus de 100 000 habitants pourraient, en seulement 15 mois, mettre à la rue un tiers de leurs habitants (sur un total de 22 millions). Selon Cherwell, les gens se préoccupaient davantage de perdre leur logement que de voir mourir leurs amis ou des membres de leur famille. Détruire les immeubles aurait donc, selon lui, un effet très important sur leur moral.

31 J. Flemming, art. cit.

32 Cité par S. Neitzel, « Der strategische Luftkrieg um Zweiten Weltkrieg », in B. Heidenreich, S. Neitzel (Hrsg), op. cit., 2004, p. 14.

33 J. Friedrich, op. cit.

34 Durant la guerre, Cologne subit 262 raids qui détruisirent la vieille ville à 95 %.

35 C. Webster et N. Frankland, op. cit.

36 J.Friedrich, op. cit.

37 U.Hohn, « Die Zerstörung deutscher Städte 1940 bis 1945 : Luftkrieg und Stadtplanung, Schadenserfassung und Schadensbilanz », in J. Nipper, M.Nutz (Hrsg), « Kriegszerstörung und Wiederaufbau deutscher Städte. Geographische Studien zur Schadenausmaß und Bevölkerung Schutz im Zweiten Weltkrieg, zur Wiederaufbauideen und Aufbaurealität », Kölner Geogrzaphische Arbeiten, Heft 57,1993, p. 3-25.

38 La partie essentielle de l’offensive combinée de bombardements (Combined Bomber Offensive) fut menée dans le cadre de l’Operation Pointblank (juin 1943-avril 1944), laquelle visait à paralyser ou à détruire la force aérienne allemande afin de s’assurer qu’elle ne constituerait plus un obstacle à l’invasion terrestre du continent européen. Dès le 21 janvier 1943, la directive de Casablanca en fixait les grandes lignes et établissait une série d’objectifs à détruire (chantiers de construction de sous-marins, industrie aéronautique, transports, installations pétrolières et autres cibles de l’industrie de guerre ennemie). En avril 1943, un plan d’opérations combinées de bombardements fut établi, qui mentionnait 76 cibles précises. Le 14 juin 1943, la directive Pointblank modifia quelque peu la directive de Casablanca en donnant la priorité absolue à la destruction de la chasse allemande (production, installations et appareils).

39 Cité par H. Dunkhase, « Würzburg, 16 März 1945, 21.25 Uhr – 21.42 Uhr – Hintergründe, Verlauf und Folgen des Luftangriffs der No 5 Bomber Group », Mainfränkisches Jahrbuch für Geschichte und Kunst, 32 : 1-32, 1980, p. 2.

40 La doctrine de l’US Air Force se différenciait nettement de celle de la RAF, les Américains n’étant pas favorables à des bombardements sur zone. Toutefois, ils participèrent effectivement à ce type d’attaques, notamment sur Dresde dans la journée du 14 février 1945. En outre, en raison de diverses contraintes – couverture nuageuse, présence d’une défense antiaérienne ou de chasseurs, défaillances des radars – leurs bombes tombaient souvent sur les quartiers situés à proximité des objectifs (gares, usines, etc.) tuant ainsi de très nombreux civils. S. Neitzel, « Der strategische Luftkrieg um Zweiten Weltkrieg », in B. Heidenreich, S. Neitzel (Hrsg), « Der Bombenkrieg und seine Opfer », op. cit.

41 Bien que n’étant pas située dans la région de la Ruhr proprement dite, Cologne fut, comme d’autres villes, attaquée dans le cadre de cette offensive.

42 Grâce au système radar Oboe dont étaient équipés les éclaireurs, une partie des 440 appareils de la flotte réussit en effet à larguer ses bombes dans un rayon de 3 miles (5 km) autour de la cible : les usines Krupp. 

43 Une tempête de feu se déclenche lorsque fusionnent les différents foyers d’incendie issus des bombardements. L’atmosphère surchauffée est alors aspirée vers le haut et l’appel d’air au sol attise les surfaces incendiées. Lors d’une tempête de feu, la température peut atteindre plus de 800 degrés et la vitesse du vent 15 mètres par seconde dans un rayon de quatre kilomètres autour des colonnes d’air chaud qui peuvent s’élever à 4 000 ou 6 000 mètres d’altitude.

44 J. Friedrich, op. cit.

45 H. Brunswig, Feuersturm über Hambourg. Die Luftangriffe auf Hamlurg im 2. Weltkrieg und Ihre Folgen, Stuttgart, Motorbuch Verlag, 2003.

46 U. Hohn, « Die Zerstörung deutscher Städte 1940 bis 1945 : Luftkrieg und Stadtplanung, Schadenserfassung und Schadensbilanz »…, op. cit. Au cours de la guerre, Hanovre subit 125 raids aériens qui firent 6 782 victimes et 300 000 sans abris, J. Friedrich, op. cit.

47 Ibid.

48 Quelques 2 700 aviateurs du Bomber Command perdirent en effet la vie lors de la « bataille de Berlin ».

49 G. Mougel, Berlin (1990-2000). Processus et formes de division sociale d’un espace intra-métropolitain réunifié, thèse de doctorat en géographie, université de Caen, 2006, ex. multigr.

50 Littéralement « la forteresse Europe n’a pas de toit ».

51 Supreme Headquarter Allied Expeditionary Force (SHAEF).

52 D. Voldman, op. cit.

53 U. Hohn, op. cit.

54 J. Friedrich, op. cit.

55 Il faut rappeler en effet que la campagne de bombardements stratégiques sur l’Allemagne fut une guerre d’usure : des villes comme Essen, Düsseldorf ou Duisburg subirent entre 200 et 300 raids aériens.

56 J. Friedrich, op. cit.

57 Ibid.

58 U. Hohn, op. cit.

59 Archibald Sinclair (1890-1970), secrétaire d’État à l’Air (Secretary of State for Air), joua, au même titre que James Portal (1893-1971), chef d’État-major de la RAF (Chief of the Air Staff) un rôle prépondérant dans la planification des bombardements stratégiques sur l’Allemagne.

60 Il s’agissait par ordre de priorité de Berlin, Dresde, Chemnitz, Leipzig, Halle, Plauen, Dessau, Potsdam, Erfurt, Magdeburg.

61 Kassel, Nuremberg, Hanovre, Zwickau, Hildesheim, Flensburg, Munich, Mannheim, Gera, Würzburg, Weimar, Jena, Hanau, Bielefeld, Pforzheim, Worms, Ludwigshafen.

62 H. Dunkhase, op. cit, p. 8.

63 Onze villes issues de la liste du 23 janvier 1945 furent retenues dans celle du 8 février : il s’agissait de Kassel, Zwickau, Hildesheim, Flensburg, Mannheim, Gera, Würzburg, Weimar, Jena et Pforzheim.

64 U. R. Moessner, « Neue Erkenntnisse zum Luftkrieg der Alliierten 1944/45 », Mainfränkisches Jahrbuch für Geschichte und Kunst, 46, 1994, 192-208.

65 Le chiffre de 135 000 morts suggéré par l’écrivain négationniste David J. Irving (La destruction des villes allemandes, 1965), souvent cité, semble en effet surestimé. Une commission d’historiens mandatée par la ville de Dresde a récemment évalué le nombre de victimes à plus de 25 000. L’historien Jörg Friedrich, L’incendie.., op. cit. (2002), avance quant à lui un nombre de 35 000 à 40 000 personnes tuées.

66 J. Friedrich, op. cit.

67 M. Domarus, Der Untergang des Alten Würzburg im Luftkrieg gegen die deutschen großstädte. Würzburg, fünfte und erweiterte Auflage (erste Auflage 1955), 1982.

68 Cité par U. Hohn, op. cit., p. 7.

69 Ussbs, op. cit. et The united states strategic bombing survey, 1945, vol. 2, Over-all Report (European War) [http://www.wwiiarchives.net/servlet/action/document/index/112/0].

70 Il est en effet très difficile d’estimer le nombre de victimes de la guerre aérienne, en raison notamment de problèmes de recensement. Ainsi, à partir de janvier 1945, les statistiques établies par le Statistisches Reichsamt sur la base des rapports de police se révèlent incomplètes, en raison du chaos dans lequel était plongée l’Allemagne durant les derniers mois du conflit. Or, c’est justement à cette époque que les bombardements ont été les plus meurtriers.

71 O. Groehler, Bombenkrieg gegen Deutschland, Berlin, 1990 ; J. Friedrich, op. cit.

72 H. Schnatz, « Die Zerstörung der deutschen Städte und die Opfer », in B. Heidenreich, S. Neitzel (Hrsg), « Der Bombenkrieg und seine Opfer », Polis 39, Wiesbaden, Hessische Landeszentrale für politische Bildung, 2004, p. 30-46.

73 Ibid.

74 Littéralement « femmes des ruines », cf. C. Bouillot, « Rôle des femmes et représentations sexuées dans la reconstruction matérielle et politique de la Basse-Saxe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale », in C. Bouillot (dir.), La reconstruction en Normandie et en Basse-Saxe après la Seconde Guerre mondiale. Histoire, mémoire et patrimoine de deux régions européennes, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013, p. 231-250.

75 Littéralement « montagnes de gravats ».

76 K. Hewitt, « Reign of Fire : the civilian experience and urban consequences of the destruction of German cities, 1942-1945 », in J. Nipper, M. Nutz (Hrsg), « Kriegszerstörung und Wiederaufbau deutscher Städte. Geographische Studien zur Schadenausmaß und Bevölkerung Schutz im Zweiten Weltkrieg, zur Wiederaufbauideen und Aufbaurealität », Kölner Geogrzaphische Arbeiten, Heft 57, 1993, p. 25-46.

77 En outre, les régions occidentales ont également été affectées par les violents combats qui ont accompagné la campagne d’invasion alliée en 1944-1945.

78 U. Hohn, art. cit.

79 Ici également, les données varient selon les sources, en raison notamment des méthodes de recensement employées.

80 U. Hohn, « Deutsche Städte im Luftkrieg. Eine Schadensbilanz auf der Basis der Wohnungstotalzerstörungen », Erdkunde 44, 1990, H. 4, p. 268-281.

81 M. Domarus, op. cit.

82 À Würzburg notamment, un monument érigé à la mémoire des victimes du raid du 16 mars 1945 représente un groupe couché de quatre personnes mortes : une femme, deux enfants et un vieil homme.

83 K. Hewitt, « Place Annihilation : Area Bombing and the Fate of Urban Places », Annals of the Association of American Geographers, vol. 73, 1983, no 2 (June), p. 257-284.

84 Ibid. p. 271).

85 Ussbs, 1945, p. 95-96.

86 Ibid, p. 97.

87 U. Hohn, « Die Zerstörung deutscher Städte 1940 bis 1945 : Luftkrieg und Stadtplanung, Schadenserfassung und Schadensbilanz », art. cit., in J. Nipper, op. cit.

88 Voir J. Göderitz (Hrsg), Die gegliederte und aufgelockerte Stadt. Tübingen, Wasmuth, 1957.

89 J. Nipper, « Städte auf/aus Trümmern : Der Wiederaufbau deutscher Städte nach dem Zweiten Weltkrieg. Ein Neuanfang ? » in J. Nipper, M. Nutz, « Kriegszerstörung und Wiederaufbau deutscher Städte. Geographische Studien zur Schadenausmaß und Bevölkerung Schutz im Zweiten Weltkrieg, zur Wiederaufbauideen und Aufbaurealität ». Kölner Geogrzaphische Arbeiten, 1993, Heft 57, p. 73-88.

Auteur

Docteur en géographie, est membre associé à l’Unité mixte de recherche CNRS Espaces et Sociétés (UMR CNRS 6590). Ses thèmes de recherche portent sur les dynamiques de polarisation de l’espace intra-urbain, les processus de gentrification, les liens entre statut hiérarchique des villes et l’articulation fonctionnelle et sociale de l’espace urbain, les politiques du logement et les questions de ségrégation sociale et ethnique. Il est aujourd’hui enseignant dans le second degré. Il a récemment publié « La gentrification comme articulation entre forme urbaine et globalisation : approche comparative Londres/Berlin », Espaces et Sociétés (coordinateurs J. Y. Authier et C. Bidou), no 132-133, Paris, Éditions Éres, 2008, p. 57-74 (en collaboration avec A. Lebreton) et « Les reconstructions du Berlin de 1945 : deux idéologies en perspective », in R. Herin (dir.), De la ville perdue à la ville retrouvée, la ville en devenir, Caen, Presses universitaires de Caen, 2008, p. 365-384.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540