Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Deuxième partie. La ville déchirée : faire la guerre, gagner la paix

Du maintien de l’ordre à la guerre des rues : la gestion des foules entre 1830 et 1871

Édouard Ebel

Texte intégral

1Dans son acception wéberienne, le maintien de l’ordre est concomitant de la notion de police. Envisagé comme un type de violence exercée par l’État pour se préserver, son essence consiste à réguler les relations au sein d’une collectivité, en utilisant éventuellement la force physique. Au XIXe siècle en France, le maintien de l’ordre constitue un système censé défendre le régime politique en place et préserver la paix sociale. Cette combinaison des objectifs induit une radicalité des moyens utilisés pour prévenir les séditions et les bouleversements politiques. L’opposition des modèles théoriques du pouvoir – monarchie absolue ou constitutionnelle, république modérée ou rouge, partisans des différentes dynasties – entraîne un déchaînement des passions et des luttes. Ces confrontations se caractérisent par leur brutalité, comme le suggère Marat en 1792, dans l’Ami du peuple, pour qui l’établissement de la liberté nécessite l’usage préalable de la violence.

  • 1 Cet article s’inspire en partie d’une contribution parue dans la Revue historique des armées. E. E (...)

2En France, la contestation sociale et politique est contrôlée par un ensemble composite de forces policières et militaires. Depuis l’Ancien Régime, des formations spécialisées apparaissent successivement et finissent par s’empiler et s’additionner, si bien que cette multiplicité des forces de l’ordre fait plus penser à un assemblage empirique qu’à une véritable réflexion sur la manière d’envisager un système cohérent. Mais comment élaborer une doctrine quand les pensées visent à gérer des problématiques contemporaines, établies pour répondre aux nécessités du présent ? Cette question relève d’une aporie, puisque les pouvoirs en place souhaitent avant tout préserver le système politique qui les a constitués. Les préceptes sont cependant loin d’être figés et s’adaptent aux circonstances. L’emploi de l’armée notamment, sollicitée par les tenants du pouvoir lors des crises révolutionnaires ou sociales, amène la force publique à utiliser les techniques des opérations militaires et forge un paysage sécuritaire fondé sur la violence. Cependant, le XIXe siècle constitue une étape décisive dans l’élaboration d’un maintien de l’ordre républicain. Aux périodes d’affrontements succèdent des moments d’apaisement, d’autant que l’intervention de la force publique demeure un processus complexe. Face à une situation donnée, il n’est pas toujours aisé de comprendre si le maintien de l’ordre se conçoit comme une dissuasion, une opération de préservation de la paix publique ou encore une coercition. Entendu dans sa signification générale, il intéresse finalement un domaine très vaste, dont la portée et les sens révèlent une grande complexité1.

L’impossible quête du maintien de l’ordre

  • 2 Voir par exemple P. Bruneteaux, Maintenir l’ordre, Paris, Presses de Science Po, 1996. Société d’h (...)
  • 3 P. Brouillet, La maréchaussée dans la généralité de Paris au XVIIIe siècle (1718-1791), Étude inst (...)
  • 4 Les archives mentionnent souvent le « maintien du bon ordre », « l’ordre public » et plus rarement (...)
  • 5 A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2000, t. 2, p. 21 (...)
  • 6 L’exemple le plus connu est celui des grains de sable. À partir de quel moment forment-ils un tas. (...)
  • 7 Actuellement, la loi prévoit trois degrés d’intervention de la gendarmerie : le service d’ordre, l (...)

3Le maintien de l’ordre est une expression polysémique dont les définitions ont été fluctuantes. L’historiographie s’est peu interrogée sur l’emploi et la signification de ce terme et les nombreux travaux qui lui ont été consacrés évoquent peu ou prou son champ sémantique2. Au XVIIIe siècle, l’emploi de cette formule peut apparaître comme un anachronisme3, dans la mesure où l’on entend plutôt le maintien du bon ordre et la mission de police en général. L’expression demeure ambigüe au XIXe siècle puisqu’elle ne désigne pas forcément la mission de police administrative mais un ensemble plus large, aux multiples nuances et prolongements4. Elle ne prend sa signification contemporaine qu’à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle qui, pour être plus précise n’en est pas moins vaste. Au sein de la gendarmerie, le maintien de l’ordre est organisé par le système des réquisitions et s’applique à l’intervention de ce corps dans le cadre de la police administrative. Selon Alain Rey, l’étymologie en remonte au XIIIe siècle, procédant de l’emploi pronominal du verbe signifiant « fait d’être dans tel état », d’où « manière de se tenir, posture5 ». À partir du XIXe siècle, il se spécialise dans des emplois spécifiques, comme le maintien de l’ordre ou le maintien d’un soldat sous les drapeaux par exemple. Cependant, le mot peut toujours être employé dans différentes acceptions. Que signifie-t-il au bout du compte ? Ce terme qui appartient aux sphères du pouvoir impressionne, puisqu’il fait implicitement référence au respect de l’ordre social et politique et à une attitude dissuasive, voire coercitive. Évoquer le maintien de l’ordre pose également un certain nombre de problèmes discursifs. À partir de quel moment et de quelle situation doit-on parler de maintien de l’ordre ? On en revient au premier des paradoxes sorites, formulé par Eubulide et les logiciens grecs au IVe siècle avant J.-C., qui se fonde sur la difficulté inhérente au vocabulaire à trouver des définitions précises et complètes6. À partir de quand peut-on parler de maintien de l’ordre, peut-on déterminer un nombre de protagonistes nécessaires pour qualifier une situation de maintien de l’ordre ? Plus concrètement, doit-on parler de maintien de l’ordre lorsque deux gendarmes contrôlent des personnes ? Débute-t-il au moment où la vérification s’effectue, à l’instant où les personnes s’opposent aux représentants de la loi, ou bien réside-t-il dans une sorte d’état de physique quantique variable selon la réaction des forces de l’ordre et des manifestants7 ? Il est par définition impossible de répondre à de telles interrogations, d’autant que des critères qualitatifs ou relatifs à chaque situation sont à prendre en compte.

  • 8 P. Julien Alletz., Dictionnaire de police moderne pour toute la France, Paris, Librairie de jurisp (...)
  • 9 P.-C.-M. Cochet de Savigny (ancien chef d’escadron), Dictionnaire de la Gendarmerie, à l’usage des (...)

4Cette locution est également absente des dictionnaires de la police8 ou de la gendarmerie9. Le Dictionnaire de la gendarmerie établi par le chef d’escadron Cochet de Savigny en 1838 mentionne – à l’instar des autres dictionnaires de police – différents termes relatifs au maintien de l’ordre, permettant ainsi d’approcher la notion. Ce lexique, conçu sous la forme de questions-réponses et de commentaires répond dans un souci didactique aux interrogations des gendarmes sur la pratique du droit et l’attitude à adopter devant certaines situations. Mais, plus encore il révèle, comme le ferait un psychanalyste pour son patient, l’inconscient et d’une certaine manière les multiples facettes du maintien de l’ordre. Quels sont les termes autour desquels gravite l’action répressive de l’État ?

  • 10 Ibid., p. 105-107.
  • 11 Ibid., p. 296-299.
  • 12 Article 304 de l’ordonnance du 29 octobre 1820.
  • 13 Cochet de Savigny, op. cit., p. 298-299.
  • 14 Ibid., p. 689-695.
  • 15 Ibid., p. 689.
  • 16 Les développements concernent notamment des individus « poussant des cris, se portant sur les gend (...)
  • 17 A.-D. Houte et A. Lignereux, « Pandore citadin ? Implantation et missions de la gendarmerie dans l (...)

5Le dictionnaire de Cochet de Savigny évoque dans la même rubrique « associations10 », les réunions de malfaiteurs autant que les rassemblements à caractère politique. Curieux parallèle assimilant la lutte contre la délinquance et l’expression de la parole politique. L’auteur rappelle que la réunion d’individus « qui s’assemblent pour contester, critiquer et blâmer les actes du gouvernement [sans autorisation], quelquefois même pour proposer des projets ou des plans et faire une opposition au maintien de l’ordre établi » constitue un délit puni par les articles 291 à 294 du Code pénal. Quant aux attentats contre la sûreté de l’État commis par des associations, ils représentent un degré supplémentaire de la désobéissance aux lois. De longs paragraphes sont également consacrés à « l’émeute11 ». Cette « réunion tumultueuse et publique d’hommes armés ou non, qui se proposent d’exécuter ou d’empêcher de force quelque chose » doit être réprimée par la gendarmerie. Le domaine d’action des gendarmes est cependant très règlementé. Ces derniers sont censés « dissoudre » les rassemblements aussitôt qu’ils sont formés mais il leur est défendu d’agir de leur propre mouvement. Lorsque l’émeute ne peut être dissipée, la gendarmerie intervient après que les autorités civiles eussent prononcées les sommations légales exigées par la loi12. Le droit protège alors les gendarmes faisant usage de la violence. La législation borne l’emploi des armes aux cas les plus graves. Les gendarmes agissent dans ce cadre lorsque des voies de fait sont exercées contre eux, lorsqu’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent ou les personnes qu’ils doivent protéger et enfin lorsque la résistance est telle qu’elle ne peut être terrassée que par la contrainte. Dans les autres cas, la force ne peut être déployée que sur réquisition des autorités civiles ou des ordres militaires13. Dans la nomenclature du maintien de l’ordre, le dictionnaire de Cochet de Savigny envisage la « révolte » dans des termes concomitants à la « rébellion ». Cette partie, largement développée14, entrevoit la gestion des attroupements par les forces de l’ordre. La rébellion est définie comme « une attaque, une résistance avec violence et voies de fait envers l’autorité, les fonctionnaires et les agents publics ; cette attaque ou cette résistance est qualifiée, suivant les circonstances, de crime ou de délit de rébellion15 ». Les codes prévoient des peines croissantes selon le nombre de personnes impliquées. La notion de réunion est centrale et le regroupement d’individus redouté par les autorités. Des agressions commises par des groupes de plus de vingt personnes sont passibles des travaux forcés à temps et de réclusion dans le cas où il n’y a pas eu de port d’armes alors que la loi prévoit des peines moins drastiques pour les attaques exécutées par de plus petits groupes. Dans le dictionnaire de Cochet de Savigny, les actes de rébellion s’appliquent au cadre rural et urbain16. Il rappelle par ce biais que la gendarmerie est présente sur tout le territoire, y compris en ville17.

6Le dictionnaire s’intéresse encore aux « mouvements insurrectionnels » en s’appuyant notamment sur la loi du 24 mai 1824. Rappelant que l’usage des armes est passible de la peine de mort, Cochet de Savigny développe largement cette thématique. Les porteurs d’armes ainsi que leurs fournisseurs sont susceptibles d’être punis et notamment :

  • 18 Cochet de Savigny, op. cit., p. 694.

« Ceux qui se seront emparés d’armes ou de munitions de toutes espèces, soit à l’aide de violence ou de menaces, soit par pillage des boutiques, postes, magasins, arsenaux… soit par le désarmement des agents de la force publique18. »

7Sont sanctionnées tout aussi sévèrement les personnes qui auront construit ou aidé à bâtir des barricades ou autres retranchements visant à entraver l’exercice des forces de l’ordre.

8Sémantiquement floue, la locution « maintien de l’ordre » est bien définie par les normes juridiques, qui envisagent des réponses pénales adaptées à chaque comportement politique ou social. Finalement, on peut considérer le maintien de l’ordre comme un agrégat de concepts juridiques établissant les règles et les comportements qui doivent réguler les relations sociales. Ses implications pratiques supposent des effets qui se traduisent au quotidien par une présence des forces de police mais aussi par une réactivité graduelle, s’échelonnant du maintien du bon ordre à la guerre des rues, forme ultime d’action face à la contestation. La gendarmerie, la police, l’armée, mais aussi d’autres institutions s’insèrent donc dans un dispositif complexe.

La mosaïque des forces du maintien de l’ordre

  • 19 G. Carrot, La garde nationale (1789-1871), Toulouse, Centre d’études et de recherches sur la polic (...)
  • 20 P. Chalmin, « Une institution de la IIe République : la garde nationale mobile ». Études d’histoir (...)

9En France, la police est plurielle et plusieurs institutions – civiles et militaires – agissent de concert pour maintenir l’ordre au XIXe siècle. La garde nationale, issue de la Révolution, symbolise la nation en armes19. À Paris, elle est composée de plusieurs milliers de citoyens. Ce corps non professionnel connaît son apothéose sous la Monarchie de Juillet et la IIe République. Il joue un rôle non négligeable au cours des révolutions de 1830 et de 1848. Une garde nationale mobile, instaurée en mars 1848, regroupe près de quinze mille Parisiens20. Cette unité éphémère et paramilitaire est supprimée en décembre 1849. Plus généralement, la garde nationale connaît une histoire mouvementée, notamment en raison de son rôle politique, qui tend à la transformer en un groupe versatile, souvent hostile au pouvoir en place, ce qui la conduit parfois à se ranger du côté des émeutiers. Elle est mise en sommeil à plusieurs reprises, avant de disparaître définitivement en 1871.

10Aux côtés de la garde nationale, les commissaires de police, fonctionnaires municipaux, disposent de nombreuses attributions dans le domaine du maintien de l’ordre. Au plan institutionnel, la police est une force divisée et principalement locale, les commissaires étant largement tributaires des communes qui leur versent leur traitement alors que les tentatives d’unification sous les Premier et Second Empire demeurent provisoires. Agissant sous la triple tutelle des préfets, des magistrats et des maires, ils dirigent la police municipale, renseignent le préfet sur les opinions politiques de la population et s’occupent plus prosaïquement de gérer l’ordre au sein de la ville. La mise en place de commissaires cantonaux après 1852 engendre, certes, une inflation du nombre de fonctionnaires mais ceux-ci se trouvent disséminés dans les campagnes et dépourvus de troupe. Ce système municipal, générant un coût de fonctionnement élevé, limite le nombre de policiers ; ceux-ci peuvent cependant appuyer leur action sur les maigres effectifs des sergents de ville ou des agents de police. Le maintien de l’ordre, en cas de besoin, est assuré par d’autres fonctionnaires comme les douaniers, les gardes champêtres, voire les pompiers qui interviennent dans les situations dégradées ou encore lorsque les effectifs policiers sont insuffisants. L’organisation du système policier fait une place particulière à la ville de Paris. La loi du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) consacre la spécificité de la capitale. Le préfet de police dirige d’importants effectifs et dispose, outre des renforts de la police municipale, d’une troupe composée de gendarmes – après l’affaire du général Malet en 1812 – spécialisée dans le rétablissement de l’ordre et susceptible d’intervenir à tout moment.

  • 21 J.-N. Luc et S. Pernègre, « Effectifs de la gendarmerie départementale », dans Jean-Noël Luc (dir. (...)
  • 22 C. Cartayradel, « La gestion du maintien de l’ordre au XIXe siècle : l’exemple de la gendarmerie d (...)

11Du côté militaire, la gendarmerie, réorganisée par la loi du 28 germinal an VI (17 avril 1798), est présente sur l’ensemble du territoire. Elle constitue au XIXe siècle la seule force de police à caractère national. Elle se distribue de manière uniforme, notamment après la loi du 25 juillet 1850 qui impose le principe d’une brigade par canton. Composée d’environ vingt mille hommes à la fin du Second Empire21, l’arme est présente – nous l’avons vu – tant dans les centres urbains qu’à la campagne. Privée de direction depuis la Seconde Restauration, cette institution décentralisée est organisée en brigades de cinq hommes. Cet aménagement lui permet de regrouper des unités pour agir en nombre. Enfin, l’armée est souvent employée lorsque les événements prennent une ampleur inattendue. On fait alors appel à la ligne, seul corps aux effectifs suffisamment nombreux pour intervenir en masse et faire cesser les troubles à l’ordre public. Cette immixtion n’est cependant pas automatique. À Lyon par exemple, le colonel commandant la place en 1839 rappelle que la force armée doit être réservée pour des circonstances graves, lorsque « le bon ordre et la tranquillité sont menacés ou quand les personnes arrêtées font de la rébellion, mais hors de là, le service devient dégradant pour l’uniforme22 ». Il faut remarquer que l’appel à la troupe procède d’une certaine manière de l’incapacité des polices à juguler les troubles sociaux.

  • 23 E. Ebel, Les préfets et le maintien de l’ordre public en France au XIXe siècle, Paris, IHESI-La Do (...)
  • 24 Archives départementales du Haut-Rhin, 1Z 513, Le préfet du Haut-Rhin au sous-préfet d’Altkirch, 2 (...)

12Comment ces représentants du pouvoir interviennent-ils pour gérer les situations de maintien de l’ordre ? Les commissaires de police et les gendarmes agissent d’abord de leur propre initiative en se rendant sur les lieux des séditions de leur zone de compétence. Souvent, leur seule présence suffit à rétablir le calme. Lors des conflits sociaux, policiers et gendarmes – forces de proximité présentes sur les lieux – s’interposent directement avant d’en rendre compte à la hiérarchie administrative. L’efficacité de leur intercession est réelle lorsque l’ampleur des séditions est réduite ou momentanée. Lors d’événements plus violents, l’intervention des préfets et des sous-préfets marque un degré supplémentaire d’engagement. Ces fonctionnaires jouent un rôle essentiel dans le système23. Les mesures concernant le maintien de l’ordre public et les réquisitions de la force armée sont du ressort du commandement territorial (article 9 du titre III de la loi du 10 juillet 1791). L’autorité militaire, saisie d’une réquisition, choisit les moyens qu’elle destine au maintien de l’ordre et les chefs militaires conduisent les opérations propres à faire cesser les troubles. Les réquisitions leur permettent de faire agir légalement les forces de police ou l’armée. Cette action se situe tout au long du continuum de la répression des conflits sociaux ou politiques. Dans le centre industriel de Mulhouse par exemple, suite à une grève risquant de se transformer en émeute, le préfet adopte une série de mesures visant à impressionner les ouvriers. Il réunit en douze heures, cinquante gendarmes des brigades voisines, la garde nationale, les douaniers et deux escadrons de dragons pour calmer la foule24.

13L’inconvénient majeur de ce système réside dans la difficulté de rassembler avec célérité la force publique pour régler un conflit. Or, la diligence et la promptitude de l’intervention sont souvent décisives pour limiter le développement des contestations. Des unités de gendarmes mobiles ont bien été instaurées au début de la Monarchie de Juillet, du Second Empire, et de la IIIe République mais leur utilisation se borne à des finalités politiques ; aussi, ce principe d’une force spéciale est-il abandonné. Une hiérarchisation dans l’intervention des forces s’effectue selon l’importance et la nature des conflits.

  • 25 Archives départementales du Haut-Rhin, 10M 9. Un industriel de Logelbach (Haussmann) au préfet, 13 (...)
  • 26 Archives départementales du Haut-Rhin, 1Z 513. Le lieutenant de gendarmerie à Altkirch au préfet, (...)
  • 27 Cochet de Savigny, op. cit., p. 297.
  • 28 Ibid., p. 298.

14Le recours à la confrontation ne constitue pas une règle : le travail de renseignement, l’intimidation25, l’arrestation préalable des meneurs26 ou les négociations constituent autant de moyens pondérés pour gérer les conflits. L’emploi de la violence est loin d’être systématique, et les rares manuels prônent le règlement pacifique des contestations. Le dictionnaire de Cochet de Savigny incite à la tempérance, qui doit présider à la gestion des conflits. Il rappelle que « l’emploi de la force des armes… est toujours regrettable27 ». Il souligne encore que celles-ci doivent être utilisées dans « les circonstances les plus graves… Lorsque les gendarmes sont réduits à sévir contre des rebelles, ils doivent encore tempérer, par leur patience, leur modération, et une sorte de longanimité, la rigueur du ministère qu’ils exercent28 ». Cette modération, au moins affichée, de la gendarmerie à l’égard des émeutiers semble en partie corroborée par la documentation d’archives.

15Un agrégat d’institutions diverses contribue ainsi au maintien de l’ordre quotidien. Cet ensemble ne possède pas les moyens d’intercéder dans des situations délicates et de lutter contre les révoltes ou les événements d’une certaine ampleur. Dans cette hypothèse, le seul recours du pouvoir réside dans l’appel à l’armée. Or, cette dernière n’est pas formée, pas plus d’ailleurs que les forces policières, pour apporter une réponse raisonnée à la sédition. Dans ce système hybride, l’armée joue un rôle d’arbitre du maintien de l’ordre et le pouvoir politique compte sur son appui pour dompter les révoltes. Cette absence de doctrine favorise finalement la violence, d’autant que la période 1789-1871 est marquée par l’importance des antagonismes idéologiques. Le scénario et le canevas commandant l’interposition des forces de l’ordre ne connaît guère de modifications durant le XIXe et le début du XXe siècle.

Les stratégies multiples du maintien de l’ordre

  • 29 L. Davésiés de Pontès, Paris tuera la France. Nécessité de déplacer le siège du gouvernement, Pari (...)
  • 30 Obriot (avocat, docteur en droit et ancien magistrat), Aux Parisiens Le gouvernement hors Paris. D (...)
  • 31 F. Cardoni, La garde républicaine, d’une République à l’autre. Un régiment de gendarmes à Paris, 1 (...)

16Pour se prémunir, le pouvoir a établi une planification propre à anticiper les conflagrations sociales et les situations de stasis. Ces mesures préventives, visant à enrayer les effets délétères et le choc de la révolte, se situent en amont du maintien de l’ordre. Dans une brochure éditée dans les années 1850, Lucien Davésiés de Pontès propose de décentraliser le pouvoir politique hors de Paris29. Cette idée pouvant sembler farfelue repose sur un constat tangible : les révolutions ont démarré dans la capitale, malgré la concentration de troupes et de forces policières. L’analyse de cet auteur se fonde sur l’idée d’une corruption inhérente à la ville, d’une sorte d’affection propre à l’esprit citadin, qu’il faudrait purger de ses élites politiques. D’autres auteurs imaginent au contraire une nécessaire concentration des pouvoirs, appuyés par une troupe nombreuse. Les positions des forts à la périphérie parisienne doivent être tenues par une armée nombreuse, susceptible d’intervenir en cas de besoin30. D’autres suggestions, plus naïves, proposent au gouvernement d’empêcher l’édification de barricades par la mise en place d’une réglementation sévère ! Sur un plan plus pragmatique, Fabien Cardoni montre combien la construction des boulevards parisiens n’est pas exempte de préoccupations liées au maintien de l’ordre. Les travaux d’urbanisme du baron Haussmann stigmatisent d’une certaine manière le « territoire de l’émeute31 », la multiplication de grandes artères fragmentant et réduisant les quartiers de l’est parisien. Sur le plan symbolique, ces percées impriment sur le territoire la force de l’autorité et participent d’une logique de dissuasion. Concrètement, la largeur des voies empêche la construction de barricades et permet surtout à l’artillerie et à la cavalerie d’agir plus efficacement.

  • 32 Roguet (général de brigade), Insurrections et guerres des barricades dans les grandes villes, Pari (...)
  • 33 Le parallèle avec la notion coloniale et post-coloniale de guerre de contre-insurrection est frapp (...)
  • 34 É. De Maupas, Mémoires sur le Second Empire, Paris, Dentu, 1884-1885, t. 1, p. 309.
  • 35 Par exemple SHD/GR F1/22, Correspondance générale, mars et avril 1849. Voir les nombreux exemples (...)
  • 36 SHD/GR, F1/21, Le général commandant la 1re division militaire au général de la 6e brigade, 23 mar (...)

17Les mesures proposées par les militaires visent, en amont, à surveiller de manière plus active la population32. Le contrôle policier doit être renforcé pour éviter la formation d’une émeute33. L’arrestation préalable des chefs et des meneurs de la rébellion constitue un préliminaire à toute forme d’action. Ce procédé, utilisé par le préfet de police de Maupas à la veille du coup d’État du 2 décembre 1851, permet l’incarcération d’une grande partie des républicains susceptibles de diriger la résistance34. La correspondance militaire des années 1849-1850 traduit explicitement ce souci, omniprésent dans la hiérarchie35. Au sein du ministère de la Guerre, on tente également de préserver la troupe du contact avec les républicains extrêmes et des « funestes influences des anarchistes36 ». Les ministres disposent d’informations régulières sur l’ordre public, fournies par la police et la gendarmerie. Ces rapports, émanant des différentes régions militaires, permettent le repérage des soldats participant à des banquets ou ayant des sympathies socialistes.

  • 37 Bugeaud (maréchal), La guerre des rues et des maisons, manuscrit inédit présenté par M. Bouyssy, P (...)
  • 38 Roguet (général de brigade), Insurrections et guerres des barricade…, op. cit., p. 190.

18Certains militaires préconisent l’achat de demeures dans les quartiers de l’émeute et plus précisément « un choix de maisons qui commandent plusieurs rues, le passage des ponts et les grandes artères des faubourgs37 ». Selon ces préceptes, il faut fortifier ces endroits, y placer de l’artillerie et nombre de soldats, de manière à soutenir un siège. L’occupation d’une trentaine de ces lieux, mobilisant plus de quatre mille hommes, doit constituer une défense solide. Dans un même ordre d’idées, le général Roguet souhaite multiplier le nombre de militaires dans les villes pour éviter « un bain de sang38 ».

  • 39 SHD/GR, F1/1, Place de Paris. Dispositions générales pour les émeutes, janvier 1848.
  • 40 SHD/GR, F1/21, F1/22, F1/33, F1/34 par exemple.
  • 41 Voir par exemple, pour le court ministère Regnaud de Saint Jean d’Angély : SHD/GR, F1/41 bis, Empl (...)

19Cette vigilance s’associe à une planification, mise en place par les autorités militaires, visant à prévenir et à préparer une réponse aux soulèvements. Sous la Restauration, aucun plan général n’est élaboré. En revanche, dès les débuts de la Monarchie de Juillet, on établit un premier schéma contre l’insurrection après les journées des 5 et 6 juin 1832. Modifiée et transformée à plusieurs reprises, cette épure est revisitée en juillet 1839 par le maréchal Gérard, aux lendemains de l’émeute de la société des Saisons. Le système vise à répartir des unités dans différents points de Paris. Les places de la Concorde, du Carrousel, de la Bastille et de l’Hôtel de ville doivent se muer en centres d’opérations pour faciliter la circulation de la troupe sur les ponts, les quais et les boulevards. Le plan Gérard repose sur l’idée d’une collaboration totale entre la garde nationale, l’armée et toutes les forces disponibles. Ainsi, au début de l’année 1848, le maréchal de camp de la place de Paris dispose d’un programme établi en seize points39, rappelant la nécessité d’une reconnaissance préalable du terrain et l’importance d’effectuer les sorties avec des armes chargées. Ces plans se succèdent à un rythme impressionnant dans les années 1848-185140 pour s’adapter à des situations et à une actualité mouvante. La mobilité des troupes notamment fait l’objet de toute la vigilance des ministres de la Guerre41.

  • 42 A. Blanqui, Instruction pour une prise d’armes. L’éternité par les astres et autres textes, Éditio (...)
  • 43 Ibid., p. 91.
  • 44 Ibid., p. 89.
  • 45 Ibid., p. 53.

20Du côté des émeutiers, peut-on parler d’une concertation et d’une organisation similaire à celle des tenants de l’ordre ? Dans son Instruction pour une prise d’armes42, rédigée en 1868-1869, Blanqui conçoit une insurrection au caractère fougueux et impétueux, propre à renverser le pouvoir. Ayant lui-même organisé des émeutes, il juge avec une grande sévérité les barricades des révolutions de 1830, 1848 ou 1851, souvent érigées à l’improviste et sans pensée stratégique. Il décrit avec mépris l’érection de ces obstacles, constitués d’un « amas informe de pavés, entremêlés de voitures sur le flanc, de poutres et de planches43 ». La spontanéité des révoltes, mais surtout leur manque d’organisation, notamment en juin 1848, est également dénoncée par Caussidière – un ancien conspirateur devenu préfet de police – et par Cabet. Blanqui prône une rationalisation de l’émeute, dont les étapes doivent en quelque sorte être guidées par une approche cohérente, voire scientifique. À l’instar de la planification militaire, Blanqui préconise de désigner des emplacements et des lieux de rassemblements définis à l’avance. Un véritable commandant en chef doit être désigné pour favoriser la cohésion des insurgés44. Mais plus encore, il défend l’idée d’un embrigadement des émeutiers qu’il convient d’agencer en compagnies, bataillons et divisions, unités propres à apporter de la discipline et de l’efficacité45.

  • 46 H. Robert, « Paris et la guerre au XIXe siècle », in La guerre en ville à travers les âges, CEHD, (...)
  • 47 G. Bourgin et G. Henriot, Procès-verbaux de la Commune de 1871, Paris, Ernest Leroux, 2 vol. , 192 (...)
  • 48 Procès-verbaux de la Commune, op. cit., t. 2, séance du 5 mai 1871, p. 189.
  • 49 Journal officiel de la Commune de Paris. Du 20 mars au 24 mai 1871, Paris, Ressouvenances, 1997, me (...)

21La seule véritable planification de type militaire s’organise au moment de la Commune de Paris. Un programme militaire est établi par des fédérés s’appuyant sur un système défensif et une série de barricades afin de protéger les arrondissements périphériques46. Une « commission des barricades » est instituée à la demande de Cluseret lors de la séance du 8 avril 187147. Le délégué à la guerre, Rossel, charge le citoyen Gaillard père, cordonnier de métier, de s’occuper de leur construction48. Son action permet de renforcer la défense du centre de la capitale. Des problèmes liés à la difficulté de trouver des ouvriers, ainsi que des gaspillages, perturbent l’avancée des travaux. Une certaine désorganisation préside à l’élaboration de la défense de la ville. Lors de la Commune pourtant, l’effort pour harmoniser et rationaliser le maintien de l’ordre est manifeste, même s’il se solde par un échec. Le 24 mai, les Versaillais s’emparent de l’Hôtel de Ville et du Panthéon. Le comité de Salut Public, dans un dernier sursaut rhétorique, demande alors aux Parisiens de se rebeller contre les troupes de Thiers : « Que Paris se hérisse de barricades… car Paris, avec ses barricades, est inexpugnable49. »

  • 50 F. Cardoni, La garde républicaine, op. cit., p. 422.

22Peut-on esquisser un bilan des stratégies élaborées avec soin par les militaires et, plus généralement, par les autorités ? Au regard des révolutions qui se sont succédé à Paris, on peut dire que les planifications ont été inefficaces. L’absence de doctrine, de concertation et de solution politique font alors place à l’affrontement. Le maintien de l’ordre ou son rétablissement glisse imperceptiblement vers la guerre des rues, où la brutalité et l’acharnement remplacent la concertation. La foule, « émue avant d’être mue par la contestation50 », pour reprendre la formule de Fabien Cardoni, affronte alors une armée organisée.

La guerre des rues et le combat, formes ultimes du maintien de l’ordre ?

  • 51 J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 1985 (...)
  • 52 SHD/GR 1M 2004, Conférence sur les combats de rues et de maisons. Rapporteur M. Granet, sous-lieut (...)

23La guerre des rues souffre chez les militaires du XIXe siècle d’une relative déconsidération. Cette « petite guerre » ou « guerre de la maréchaussée » est un domaine peu abordé par les théoriciens. On connaît les écrits d’un major de la garde de Paris, Jean-François Bar, qui publie en 1772 des Principes généraux sur le service des compagnies à pied et à cheval de la garde de Paris. Quelques années plus tard, Guibert estime inutile le maintien d’une troupe dans la capitale, puisque le guet de Paris est suffisant pour sauvegarder la paix publique51. Pour Granet, sous-lieutenant aux chasseurs de la garde impériale en 1870, le désintérêt pour la guerre des rues s’explique par la nature de ce type d’intervention, soumis à un petit nombre de règles fixées en dehors des principes de la guerre savante52.

  • 53 A. Blanqui, Instructions, op. cit., p. 87.

24Du côté des révolutionnaires, Blanqui surprend le lecteur de son Instruction pour une prise d’armes par le discernement dont il fait preuve, mais également par ses connaissances militaires. Pour lui, l’organisation des insurgés est essentielle. Il faut rapidement constituer des commissions pour veiller à l’approvisionnement en vivres, créer un service de renseignement pour déjouer les trames de la police et instaurer un comité chargé de veiller à la fourniture en armes et en munitions53. Des citoyens doivent également être désignés pour couper les fils télégraphiques et perturber ainsi les liens entre le gouvernement et la province.

25Les barricades, érigées le plus souvent en dépit du bon sens, doivent communiquer entre elles. Pour les relier, il est nécessaire de percer les murs des maisons situées sur le front de la défense. Pour Blanqui, la véritable parade se situe aux fenêtres. De là, les tirailleurs peuvent nourrir le feu sur les assaillants et les harceler. Il conseille de fortifier les bâtisses, notamment aux étages, pour prévenir l’arrivée des soldats. De la même manière, il préconise d’occuper les égouts pour éviter les galeries de sape. La technique de harcèlement lui apparaît la plus « performante », les insurgés devant tirer depuis les soupiraux, les balcons, les portes percées de meurtrières. Lorsqu’un bâtiment important pour la défense est menacé, Blanqui conseille de démolir l’escalier du rez-de-chaussée et de pratiquer des ouvertures dans les planchers du premier étage pour faciliter le tir sur les assaillants.

  • 54 Cet ouvrage, qui aurait dû être édité en 1849 n’est finalement pas publié, dans la mesure où il gê (...)

26Le manuscrit du général Bugeaud54 développe les aspects tactiques de la guerre des rues et laisse également percevoir une véritable géographie du danger ainsi qu’une sémiotique de la ville. Dans Choses vues, Victor Hugo mentionne cet ouvrage, composé de « conseils pratiques dans le genre des instructions contre le choléra ». Thomas Bugeaud s’intéresse aux aspects militaires et combattants en utilisant l’expérience acquise par sa participation au siège de Saragosse. Cet épisode particulièrement sanglant de la guerre d’Espagne, devient une sorte de référence pour la poliorcétique et la guerre des rues. Bugeaud participe également à la répression de l’émeute parisienne de la rue Transnonain le 13 avril 1834. Les excès de la troupe lui valent les surnoms de « boucher » et de « massacreur », même si sa responsabilité dans cet incident demeure incertaine.

  • 55 Voir notamment SDD/GR E5/25, correspondance générale (mars au 15 juin 1832). SHD/GR E5/84, corresp (...)

27Le manuel de contre-insurrection du général Roguet se situe quant à lui sur un plan plus large. Fort de son expérience dans la répression de la révolte des canuts en 1831, il étudie l’histoire du maintien de l’ordre en Europe en remontant au Moyen Âge. Le général Roguet rappelle les lourdes décisions que le chef militaire doit prendre en cas d’émeute. Quatre grandes options – tenant compte notamment de la situation morale de la troupe et de la garde nationale, de la population en province et de la position des pouvoirs légaux à l’égard de l’étranger – peuvent être retenues. Le premier parti consiste à réprimer l’émeute dans tous les quartiers de la ville et sans distinction. Cette résolution est adoptée en France (lors de la révolution de 1830, des émeutes de 1827, 1832, 1833, 1839, mais aussi en février 1848 et en juin 184955). Le second principe suggère de n’occuper qu’un seul quartier et d’attendre le ralliement de troupes supplémentaires, préalables à l’action. En troisième lieu, le généralissime doit se retirer de la cité insurgée pour concentrer les troupes dans une position extérieure et dominante, méthode que Roguet teste d’ailleurs à Lyon. Enfin, le stratège envisage en dernier lieu d’opérer une retraite momentanée, puis de rallier les forces nécessaires à la reconquête de la ville.

  • 56 É. De Maupas, Mémoires sur le Second Empire, Paris, Dentu, 1884-1885, t. 1, p. 446.

28Les généraux ne s’accordent pas sur la manière d’envisager l’émeute. Faut-il la laisser gonfler pour mieux la réprimer ensuite ou intervenir immédiatement ? Le premier parti, celui de Cavaignac en juin 1848, est également adopté par les généraux Magnan et Saint-Arnaud au moment du coup d’État du 2 décembre 1851. Souhaitant éviter les assauts stériles, ils privilégient le regroupement des forces. Cette décision contrarie d’ailleurs fortement le préfet de police, qui redoute les effets politiques sur le long terme d’une stratégie favorisant la violence et l’écrasement des rebelles56.

  • 57 SHD/GR F1/31, Changarnier à Neumayer, 4 février 1850.
  • 58 SHD/GR 1M 2004, Conférence sur les combats de rues et de maisons. Rapporteur M. Granet, sous-lieut (...)

29Sur un plan plus général les stratèges, à l’image de Changarnier en 1850, préconisent d’employer les troupes en formations organisées en les dotant d’une avant-garde et d’une arrière-garde, suffisamment nombreuses pour éviter l’infériorité numérique57. Dans ces circonstances, il faut redouter le contact avec les émeutiers en vue d’empêcher les fraternisations et proscrire les relations avec les autorités civiles – maires, commissaires, députés – qui risquent de circonvenir les militaires. Enfin, il faut privilégier les attaques nocturnes. L’obscurité favorise la prise des barricades dans la mesure où les défenseurs tirant au hasard, permettent aux militaires du génie de s’approcher et d’utiliser la sape58.

  • 59 Voir par exemple E. Martin, La dernière barricade (épisode du coup d’État de 1851), Paris, A. Prov (...)

30La combinaison de troupes nécessaire pour vaincre l’émeute fait l’unanimité des penseurs militaires. Le combat des barricades est celui des fantassins, notamment des tirailleurs et des hommes du génie. La cavalerie est jugée inefficace, sauf pour dégager des foules sur de larges allées, d’où l’intérêt de développer un urbanisme de type haussmannien. Quant à l’artillerie, son rôle est plus discuté. Elle est peu utilisée en 1830 et en février 1848. Mais en juin de la même année, Cavaignac l’emploie avec succès. Son usage est incommode dans les rues tortueuses. Cependant, Castellane critique en juin 1848 les généraux africains, habitués aux combats en rase campagne, qui n’utilisent pas les pièces d’artillerie nécessaires pour viser les maisons flanquant les barricades. Pour le général Roguet, huit à dix coups de canons sont suffisants pour renverser une barricade. Les effets psychologiques de l’emploi de l’artillerie ne sont pas à négliger, ce qui se perçoit d’ailleurs dans certaines allégories du combat de la barricade59.

  • 60 Le pétard était un objet métallique rempli d’environ quinze kilogrammes de poudre. On l’utilisait (...)
  • 61 SHD/GR 1M 1985. Voir aussi Bardin (général), Dictionnaire de l’armée de Terre, 4 vol., Paris, 1851 (...)
  • 62 Le Moniteur de l’armée, IXe année, no 36, 30 juin 1848.

31Le fusil est l’arme par excellence de la guerre des rues. Son utilisation est notamment prônée par Blanqui. Dans ce domaine, l’armée, qui dispose depuis 1866 du fusil Chassepot, possède un avantage certain. Les sapeurs, quant eux, utilisent un matériel spécifique pour investir les maisons : gros marteaux, haches, scies, pelles, pioches, échelles, pétards60 ou encore mortiers-grenadiers61. Derrière la barricade, les insurgés s’arment de tout ce qu’ils trouvent et leur équipement est hétéroclite : fusils, revolvers, sabres, pierres, pavés, eau bouillante à jeter des étages des maison bordières. Certains militaires accusent d’ailleurs les révolutionnaires d’utiliser des balles élaborées avec des lingots de fer percés, dans lesquels serait enfoncée une tige de cuivre saillante qui empêcherait l’extraction du projectile par les chirurgiens62.

  • 63 Blanqui, Instructions…, op. cit., p. 95.

32Le général Roguet et Auguste Blanqui sont les seuls à présenter des données quantitatives sur la guerre urbaine. Selon eux, trois cents à six cents individus sont suffisants pour fortifier un quartier en quelques heures mais cent cinquante hommes de troupe doivent être disponibles pour empêcher l’élévation des barricades sur un quartier de quinze à vingt hectares. Blanqui, de son côté, envisage de manière scientifique la construction des barricades, fabriquées avec les pavés parisiens de vingt-cinq centimètres de côté, composées d’un rempart maçonné, d’une contre-garde, d’un glacis et nécessitant cent quarante-quatre mètres cubes de matériel63.

  • 64 Bugeaud, La guerre des rues…, op. cit., p. 134-140.
  • 65 SHD/GR F1/34, instructions du général Changarnier en cas de combat, 4 mai 1850.
  • 66 SHD/GR Li 115, rapports sur les opérations du 1er Corps d’armée du 21 au 28 mai 1871. Voir dans ce (...)

33La technique la plus couramment conseillée pour investir une barricade consiste en une attaque de flanc ou par l’arrière. En pénétrant dans une habitation proche de la barricade, Bugeaud conseille d’en percer les murs de séparation, peu épais aux étages, et de progresser par les cloisons, de maison en maison. Pour cela, vingt-cinq à trente hommes sont suffisants64. Ces techniques sont largement utilisées, notamment par Cavaignac en juin 1848 ou par Changarnier en 185065. L’avancée par les toits permet aussi de profiter de ce promontoire pour tirer sur la rue. Les mouvements opérés par les jardins et les cours constituent un autre moyen de prendre les barricades à revers. Les historiques d’unités ayant participé à la répression de la Commune font apparaître de façon significative l’emploi de cette technique, largement pratiquée par les troupes versaillaises66.

Conclusion

  • 67 Guibert, dans un écrit paru sous la Révolution et intitulé De la force publique considérée sous to (...)

34Au XIXe siècle, le maintien de l’ordre est une notion qui balaye un très vaste spectre, allant du non-événement à la révolution. Lors des soulèvements, toutes les forces sont mobilisées mais c’est principalement sur le loyalisme de l’armée que comptent les gouvernants. Au cours du XIXe siècle, les événements de la capitale sont prépondérants et le régime qui parvient à dompter les séditions parisiennes conserve le pouvoir. Dans cette perspective, on peut noter que le système de maintien de l’ordre prouve son inefficacité. En effet, la puissante préfecture de police et l’armée se révèlent incapables d’enrayer la plupart des révolutions politiques initiées à Paris. La conception du maintien de l’ordre au XIXe siècle procède de l’histoire politique du pays et non d’une réflexion plus générale sur les moyens de favoriser la paix sociale. Un agrégat de forces diverses, qui se superposent, intervient selon une échelle liée à l’ampleur des séditions67.

  • 68 Sur cette question, on peut se reporter à A.-D. Houte, Le métier de gendarme au XIXe siècle, Renne (...)
  • 69 A. Lignereux, Force à la loi ? Rébellions à la gendarmerie et à l’autorité de l’État dans la Franc (...)
  • 70 F. Cardoni, La garde républicaine…, op. cit., p. 494-508.

35Les pratiques du maintien de l’ordre sont cependant contrastées68. Les recherches d’Aurélien Lignereux69, qui s’est intéressé aux actes de rébellions à l’égard de la gendarmerie, semblent montrer une relative pacification des sociétés rurales entre 1800 et 1860. Fabien Cardoni constate d’ailleurs une semblable pondération, conduisant à une nouvelle gestion des maintiens de l’ordre, notamment au moment des grèves de la fin du Second Empire70. Doit-on en déduire une atténuation des confrontations dans les rapports sociaux et politiques ? Ce relatif apaisement ne concerne pas les périodes de houle et de révolution. Les années 1830, 1848, 1851 et 1871 constituent dans les villes, et notamment à Paris, des pics de violence où le principe de modération n’est pas appliqué. Les épisodes révolutionnaires doivent certainement être considérés comme des moments exceptionnels, où l’on parvient à un stade extrême d’engagement, qualifié de guerre des rues par les stratèges. Le combat, souvent acharné, prélude pour les uns à la conservation de la paix civile alors que pour les autres, l’insoumission permet de plonger aux racines d’un nouvel ordre social. Les frontières du droit, qui s’appliquent aux situations normales, deviennent moins nettes et un mouvement de bascule s’opère vers une violence extrême. L’acharnement est une des caractéristiques du maintien de l’ordre. Les discours des militaires mais également des insurgés, Blanqui notamment, contiennent en germe l’emploi de la force pour vaincre non des adversaires mais des ennemis. Il existe bel et bien un parallélisme des doctrines et des pratiques entre militaires et insurgés.

36Cette situation d’un maintien de l’ordre chaotique en temps de crise, dure avec l’instauration de la République. À partir de 1870, de nombreux auteurs militaires publient des travaux visant à désengager l’armée de sa tâche de régulation de la société. Des études, se fondant sur les premiers ouvrages de psychologie sociale relatifs à la foule, inspirent des militaires issus de la gendarmerie, qui proposent la mise en place de dispositifs et d’organisations évitant la coercition autant que le contact entre gendarmes et manifestants. Cependant, il faut attendre les lendemains de la Première Guerre mondiale pour voir apparaître une force spécialisée issue de la gendarmerie – respectueuse du droit des grévistes – destinée spécifiquement à maintenir l’ordre et affranchissant la ligne d’une charge de contrôle social qu’elle effectuait parfois à contrecœur.

Notes

1 Cet article s’inspire en partie d’une contribution parue dans la Revue historique des armées. E. Ebel, « Théories et pratiques de la guerre des rues à Paris au XIXe siècle », RHA, no 231, 2e trimestre 2003, p. 43-54.

2 Voir par exemple P. Bruneteaux, Maintenir l’ordre, Paris, Presses de Science Po, 1996. Société d’histoire de la révolution de 1848, Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle, Actes du colloque organisé par la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle à Paris et Nanterre les 8, 9 et 10 décembre 1983, préface d’Alain Faure, Paris, Créaphis, 1987. G. Carrot, Le maintien de l’ordre en France depuis la fin de l’Ancien Régime jusqu’à 1968, thèse de doctorat, Centre d’études et de recherche sur la police, université de Nice, Presses de l’IEP de Toulouse, 1984.

3 P. Brouillet, La maréchaussée dans la généralité de Paris au XVIIIe siècle (1718-1791), Étude institutionnelle et sociale, thèse, École pratique des hautes études, 2002, p. 659.

4 Les archives mentionnent souvent le « maintien du bon ordre », « l’ordre public » et plus rarement des opérations de « maintien de l’ordre ».

5 A. Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2000, t. 2, p. 2100.

6 L’exemple le plus connu est celui des grains de sable. À partir de quel moment forment-ils un tas. Si l’on retire un grain à cet amoncellement, peut-on toujours parler de tas ?

7 Actuellement, la loi prévoit trois degrés d’intervention de la gendarmerie : le service d’ordre, le maintien de l’ordre et le rétablissement de l’ordre.

8 P. Julien Alletz., Dictionnaire de police moderne pour toute la France, Paris, Librairie de jurisprudence et d’administration, 1820, 4 vol., et M. Block, Dictionnaire de l’administration française, Paris-Strasbourg, Berger-Levrault, 1862.

9 P.-C.-M. Cochet de Savigny (ancien chef d’escadron), Dictionnaire de la Gendarmerie, à l’usage des officiers, sous-officiers et gendarmes, Paris, Troussel éditeur, 2e édition, 1838.

10 Ibid., p. 105-107.

11 Ibid., p. 296-299.

12 Article 304 de l’ordonnance du 29 octobre 1820.

13 Cochet de Savigny, op. cit., p. 298-299.

14 Ibid., p. 689-695.

15 Ibid., p. 689.

16 Les développements concernent notamment des individus « poussant des cris, se portant sur les gendarmes armés de fourches et de faux en les tenant levées sur eux, même sans les frapper ». Les exposés relatifs au cadre urbain se fondent sur des exemples de séditions menées par des ouvriers ou des journaliers des manufactures.

17 A.-D. Houte et A. Lignereux, « Pandore citadin ? Implantation et missions de la gendarmerie dans les villes au XIXe siècle ». Force publique, revue de la société nationale histoire et patrimoine de la gendarmerie, Actes du colloque La gendarmerie, force urbaine, du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, SNHPG, no 3, mars 2007, p. 45-71. Si l’on prend pour unité de mesure la définition démographique de la ville, soit 2 000 habitants agglomérés, le taux des brigades urbaines est de 50 % en 1800, 56 % en 1853 et 58 % en 1896.

18 Cochet de Savigny, op. cit., p. 694.

19 G. Carrot, La garde nationale (1789-1871), Toulouse, Centre d’études et de recherches sur la police, s. d.

20 P. Chalmin, « Une institution de la IIe République : la garde nationale mobile ». Études d’histoire moderne et contemporaine, t. 2, 1948, p. 37-83.

21 J.-N. Luc et S. Pernègre, « Effectifs de la gendarmerie départementale », dans Jean-Noël Luc (dir.) Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie. Guide de recherche, Maisons-Alfort, SHGN, 2005, p. 209.

22 C. Cartayradel, « La gestion du maintien de l’ordre au XIXe siècle : l’exemple de la gendarmerie de l’agglomération lyonnaise (1791-1854) », in Cahiers d’Histoire, t. 45-1 et 45-2, 2000, p. 35-46 et 255-265.

23 E. Ebel, Les préfets et le maintien de l’ordre public en France au XIXe siècle, Paris, IHESI-La Documentation française, 1999.

24 Archives départementales du Haut-Rhin, 1Z 513, Le préfet du Haut-Rhin au sous-préfet d’Altkirch, 25 décembre 1831.

25 Archives départementales du Haut-Rhin, 10M 9. Un industriel de Logelbach (Haussmann) au préfet, 13 février 1850. Le manufacturier sollicite l’intervention du préfet à la suite d’un mouvement de grève latent : « Nous pensons qu’il serait convenable de faire apparaître à Logelbach quelques gendarmes à une heure afin d’intimider les ouvriers les plus exaltés. »

26 Archives départementales du Haut-Rhin, 1Z 513. Le lieutenant de gendarmerie à Altkirch au préfet, 16 août 1848 : « Les ouvriers fileurs de Mulhouse qui étaient en grève, avant les arrestations opérées le 11 août dernier ont tous repris le travail ; une certaine terreur existe parmi eux, ne sachant le jour où leur tour arrivera pour être arrêtés. »

27 Cochet de Savigny, op. cit., p. 297.

28 Ibid., p. 298.

29 L. Davésiés de Pontès, Paris tuera la France. Nécessité de déplacer le siège du gouvernement, Paris, Dentu, 1850.

30 Obriot (avocat, docteur en droit et ancien magistrat), Aux Parisiens Le gouvernement hors Paris. Décentralisation ou réforme administrative et judiciaire proposée aux conseils municipaux, cantonaux et généraux des départements, Paris, 1850, p. 1.

31 F. Cardoni, La garde républicaine, d’une République à l’autre. Un régiment de gendarmes à Paris, 1848-1871, thèse de doctorat, Paris IV-Sorbonne, 2005, p. 446-448.

32 Roguet (général de brigade), Insurrections et guerres des barricades dans les grandes villes, Paris, Cosse et Dumaine, 1850, p. 146.

33 Le parallèle avec la notion coloniale et post-coloniale de guerre de contre-insurrection est frappant. Les théoriciens militaires prônent une surveillance policière de la population pour éviter les émeutes et opérer des arrestations dans des milieux hostiles.

34 É. De Maupas, Mémoires sur le Second Empire, Paris, Dentu, 1884-1885, t. 1, p. 309.

35 Par exemple SHD/GR F1/22, Correspondance générale, mars et avril 1849. Voir les nombreux exemples de surveillance politique, pour les militaires stationnant à Paris notamment.

36 SHD/GR, F1/21, Le général commandant la 1re division militaire au général de la 6e brigade, 23 mars 1849.

37 Bugeaud (maréchal), La guerre des rues et des maisons, manuscrit inédit présenté par M. Bouyssy, Paris, Jean-Paul Rocher éditeur, 1997.

38 Roguet (général de brigade), Insurrections et guerres des barricade…, op. cit., p. 190.

39 SHD/GR, F1/1, Place de Paris. Dispositions générales pour les émeutes, janvier 1848.

40 SHD/GR, F1/21, F1/22, F1/33, F1/34 par exemple.

41 Voir par exemple, pour le court ministère Regnaud de Saint Jean d’Angély : SHD/GR, F1/41 bis, Emplacement des troupes en cas de combat, 12 et 19 janvier 1851.

42 A. Blanqui, Instruction pour une prise d’armes. L’éternité par les astres et autres textes, Éditions Sens et Tonka, 2000.

43 Ibid., p. 91.

44 Ibid., p. 89.

45 Ibid., p. 53.

46 H. Robert, « Paris et la guerre au XIXe siècle », in La guerre en ville à travers les âges, CEHD, 1997-1998, p. 171-204.

47 G. Bourgin et G. Henriot, Procès-verbaux de la Commune de 1871, Paris, Ernest Leroux, 2 vol. , 1924, t. 1, séance du 8 avril, p. 146.

48 Procès-verbaux de la Commune, op. cit., t. 2, séance du 5 mai 1871, p. 189.

49 Journal officiel de la Commune de Paris. Du 20 mars au 24 mai 1871, Paris, Ressouvenances, 1997, mercredi 24 mai 1871, p. 649.

50 F. Cardoni, La garde républicaine, op. cit., p. 422.

51 J. Chagniot, Paris et l’armée au XVIIIe siècle. Étude politique et sociale, Paris, Économica, 1985, p. 50.

52 SHD/GR 1M 2004, Conférence sur les combats de rues et de maisons. Rapporteur M. Granet, sous-lieutenant aux chasseurs de la Garde, Paris, 26 février 1870.

53 A. Blanqui, Instructions, op. cit., p. 87.

54 Cet ouvrage, qui aurait dû être édité en 1849 n’est finalement pas publié, dans la mesure où il gêne Thiers et Molé. Une copie retrouvée du manuscrit a été finalement éditée en 1997.

55 Voir notamment SDD/GR E5/25, correspondance générale (mars au 15 juin 1832). SHD/GR E5/84, correspondance générale (mai et juin 1839). Pour ce qui concerne l’émeute de juin 1832, on peut consulter T. Bouchet, Le roi et les barricades. Une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, Seli Arslan, 2000.

56 É. De Maupas, Mémoires sur le Second Empire, Paris, Dentu, 1884-1885, t. 1, p. 446.

57 SHD/GR F1/31, Changarnier à Neumayer, 4 février 1850.

58 SHD/GR 1M 2004, Conférence sur les combats de rues et de maisons. Rapporteur M. Granet, sous-lieutenant aux chasseurs de la Garde, Paris, 26 février 1870, 24 p.

59 Voir par exemple E. Martin, La dernière barricade (épisode du coup d’État de 1851), Paris, A. Provost et Sciers, 1881 ou V. Robert, Le martyr des barricades. Épisode des journées de juin 1848, poème, Paris, 1854.

60 Le pétard était un objet métallique rempli d’environ quinze kilogrammes de poudre. On l’utilisait pour faire sauter les portes.

61 SHD/GR 1M 1985. Voir aussi Bardin (général), Dictionnaire de l’armée de Terre, 4 vol., Paris, 1851, t. 3, p. 3723-3725.

62 Le Moniteur de l’armée, IXe année, no 36, 30 juin 1848.

63 Blanqui, Instructions…, op. cit., p. 95.

64 Bugeaud, La guerre des rues…, op. cit., p. 134-140.

65 SHD/GR F1/34, instructions du général Changarnier en cas de combat, 4 mai 1850.

66 SHD/GR Li 115, rapports sur les opérations du 1er Corps d’armée du 21 au 28 mai 1871. Voir dans cette même série, l’historique du 2e bataillon de chasseurs à pied pendant l’insurrection de Paris ainsi que le rapport sur les opérations auxquelles a pris part le génie du 1er Corps, du 22 au 28 mai 1871.

67 Guibert, dans un écrit paru sous la Révolution et intitulé De la force publique considérée sous tous ses rapports imagine le concours de plusieurs degrés d’intervention de la force publique pour assurer le maintien de l’ordre. En dehors de ce texte, un nombre restreint d’auteurs s’intéresse à ces questions.

68 Sur cette question, on peut se reporter à A.-D. Houte, Le métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010, p. 90-96.

69 A. Lignereux, Force à la loi ? Rébellions à la gendarmerie et à l’autorité de l’État dans la France du premier XIXe siècle (1800-1859), thèse sous la dir. de J.-N. Luc et de N. Vivier, université du Maine, 2006, 2 vol. 

70 F. Cardoni, La garde républicaine…, op. cit., p. 494-508.

Auteur

Docteur en Histoire, chef du Bureau de la Divion Études et enseignement du Services historique de la Défense (SHD). Il a publié plusieurs ouvrages et articles relatifs à l’histoire de la gendarmerie parmi lesquels des contributions importantes à J.-N. Luc (dir.), Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie. Guide de recherche, Maisons Alfort, Service historique de la Gendarmerie nationale, 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540