Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Deuxième partie. La ville déchirée : faire la guerre, gagner la paix

Villes dans la guerre, guerres dans la ville : Urbs et Civitas

Pierre Bergel

Texte intégral

  • 1 J. C. Barreau, Du bon gouvernement. Des vérités cachées de l’histoire et de l’actualité, Paris, Od (...)
  • 2 « C’est presque une règle générale que partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce ; et (...)

1Pourquoi et comment fait-on la guerre dans la ville ? Pourquoi et comment fait-on la guerre à la ville ? Comment les sociétés urbaines préparent-elles ou préviennent-elles la guerre ? Si cette dernière se déclare, comment s’en accommodent-elles ? Construite dès son origine comme figure socio-spatiale du « bon gouvernement1 », donc de la violence domestiquée, la ville est simultanément un enjeu guerrier depuis qu’elle organise les sociétés humaines. Vue de la guerre, la ville apparaît donc comme un lieu contradictoire. Historiquement, l’espace urbain, l’urbs, attire mécaniquement la violence par le simple fait qu’il concentre les populations, les richesses, les pouvoirs. L’espace urbain est donc historiquement un enjeu de conquête ou de défense et, corrélativement, le lieu de destructions plus ou moins systématiques : sièges, pillages, massacres, bombardements classiques ou nucléaires. Plus récemment, prises d’otages ou opérations terroristes. Mais la société urbaine, la civitas, détient simultanément la promesse d’une disparition de la guerre dans un horizon plus ou moins lointain : par le développement d’un « doux commerce2 » qui rendra peu à peu les conflits inutiles, par la construction de fédérations politiques de type hanséatique qui privilégieront le compromis plutôt que l’affrontement, par l’affirmation d’échanges intellectuels qui tendront à éloigner la condition humaine de son état de violence primitive. Alors, quels sont rapports entre guerre et civilité ? Plus précisément, quels sont les rapports entre trois termes : la guerre, l’urbs, la civitas ?

2En dépit de ces questions, qui invitent à la nuance, la balance semble toutefois pencher du côté de la violence depuis la fin du XXe siècle. L’ensemble de « nos » sociétés (c’est-à-dire les démocraties libérales à économies de marché globalisées) semble marqué par un spectaculaire retour du fait guerrier dans les lieux urbains, directement ou indirectement. Cette intuition est-elle confirmée par les faits ? Si oui, pourquoi un tel retour de la guerre urbaine dans l’horizon des sociétés développées, notamment des sociétés européennes ? Et pourquoi la ville comme lieu quasi-exclusif de ce retour ?

Le retour de la guerre dans l’horizon des sociétés urbaines développées : épouvantails et réalités

3La guerre est l’objet d’un étrange paradoxe : alors que les experts en stratégie et en relations internationales soulignent avec une forte unanimité la diminution régulière de la conflictualité et de ses effets depuis la fin du dernier siècle, l’imaginaire de la guerre semble gagner du terrain, principalement dans les sociétés des pays développés, majoritairement urbaines.

2010, année la plus pacifique de l’histoire ?3

  • 3 « L’année 2010 a probablement été la plus pacifique de l’histoire », in J. Goldstein, “Winning the (...)
  • 4 Voir par exemple Human Security Report Project, Human security report 2009/2010: The cause of peac (...)
  • 5 C. Ph. David, « Repenser la guerre et la paix au XXIe siècle ». Politique étrangère automne 2013, (...)

4Outre Joshua Goldstein, la communauté des spécialistes semble unanime : la quantification statistique de la guerre montre une forte décroissance depuis la fin des années 19904. Les guerres provoquant plus de 1 000 morts annuels parmi les combattants ont chuté de 13 à 4 entre 1991 et 2011 tandis que le nombre moyen de morts au combat entrainé par ce type de conflit est passé de 50 000 décès annuels dans les années 1950, à moins de 4 000 dans les années 2000. Si on y ajoute les conflits armés mineurs (plus de 25 décès annuels de combattants), le nombre total des conflits est passé de 51 à 30, soit une diminution de 40 % entre 1991 et 2011. Les guerres civiles ont diminué de 25 % dans la même période et les tentatives de coup d’état de 60 %. Portées sur le devant de la scène de façon récurrente, les attaques terroristes ont également diminué de 50 % selon les mêmes sources. Plus d’une centaine de conflits ont en outre été résolus dans cette période et, toutes guerres confondues, 20 000 individus sont morts au combat en 2010 alors que 600 000 décédaient en 1950. Même si on y ajoute les victimes de conflits non-étatiques (5 000 en 2010), la diminution des effets létaux de la guerre demeure spectaculaire sur un demi-siècle5. Reprenant les conclusions de la quasi-totalité des travaux qui s’attachent à quantifier les effets létaux de la violence guerrière, Charles-Philippe David peut donc conclure :

  • 6 C. Ph. David, op. cit., p. 28.

« Le ratio du nombre de morts au combat par rapport à la population a été durant toute la décennie 1990 le tiers du ratio des années 1970. En fait, pour ce qui est du nombre de morts au combat, la dernière décennie a été la moins meurtrière du siècle6. »

La guerre, une nouvelle réalité urbaine ?

  • 7 La guerre froide est qualifiée de « paix impossible » et de « guerre improbable » selon le célèbre (...)
  • 8 F. Guillot, Les asymétries frontalières. Essai de géographie sociale et politique sur les pratique (...)

5En dépit de ces faits statistiques, force est de constater que, depuis le début des années 1990, la guerre a fait une réapparition spectaculaire dans l’univers mental des sociétés développées, notamment en Europe où elle semblait impensable depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et, à fortiori, depuis la fin de la guerre froide7. Après le coup de semonce de la première guerre du Golfe (1991) qui, pour l’opinion nord-américaine comme pour ses homologues européennes, marque un retour de la guerre classique, la guerre civile accompagnant la disparition de la Yougoslavie (1992-1994) signifie le retour des conflits armés sur le continent, « à deux heures de Paris » comme on disait alors. Avec le siège de Sarajevo, la guerre se rapproche en même temps qu’elle se « citadinise », prenant au piège un nombre accru de civils. Depuis, si on élargit le rayon à trois heures d’avion à partir des centres ouest-européens, la guerre du Liban de l’été 2006, accompagnée par des destructions urbaines à Beyrouth, Tyr, Baalbeck ; les conflits Tchétchènes (Grozny), des Kurdistan turcs ou irakiens ainsi que la guerre sans fin entre l’État d’Israël et le peuple palestinien se trouvent intégrés à ce cercle des guerres urbaines proches de l’Union européenne8. Vers le sud, et plus récemment, les conflits armés nés des « printemps arabes » confirment la tendance : batailles dans les villes libyennes entre le printemps et l’automne 2011 (Ajdabya, Misrata, Zaouïa, Tripoli), guerre civile syrienne en cours à Homs, Alep, Damas. Vingt années de bataille au sein de différents quartiers de Mogadiscio (Somalie), instabilité chronique de Kaboul ou de certaines capitales d’Afrique subsaharienne confirment le retour de la guerre urbaine, à l’échelle mondiale cette fois-ci.

  • 9 Depuis 1994, le Prix Bayeux Calvados des correspondants de guerre rend hommage au difficile métier (...)

6Depuis le 11 septembre 2001 et les différents épisodes terroristes qui y sont liés (Madrid 2004, Londres 2005, Boston 2013), les guerres d’Afghanistan et d’Irak installent d’une autre façon la question de la guerre au cœur des villes européennes ou nord-américaines. Cette inscription est directe, du fait de la participation de soldats à différents contingents de l’ONU, de l’OTAN ou dans des opérations extérieures décidées de manière unilatérale. Certaines villes marquées par l’activité militaire sont ainsi directement en prise avec la guerre, même si cette dernière est lointaine : départs des régiments, inquiétude des familles et, parfois, retour des corps de soldats tués en opération. Outre les soldats, d’autres corps professionnels sont également partie prenante de ces conflits : spécialistes de l’humanitaire travaillant pour des ONG, diplomates, agents de sécurité privée, etc. La guerre est aussi présente dans l’imaginaire par les démonstrations d’opposants ou par l’activité de journalistes travaillant sur des théâtres d’opérations armées. Il arrive d’ailleurs que ces derniers soient eux-mêmes victimes de ces conflits (décès, prises d’otages). Un nouveau type de conflictualité a ainsi débuté dans les années 1980 avec la détention de journalistes à Beyrouth durant la guerre civile libanaise. Depuis, prises d’otages, voire exécutions sommaires sont devenus des risques avec lequel les professionnels de la presse doivent désormais compter9.

7Perdant en intensité au fur et à mesure de la guerre froide, le paradigme de la guerre nucléaire semble quant à lui définitivement effacé depuis les décennies 1980 et 1990. Il refait toutefois surface depuis quelques années, certains « états-voyoux » (Iran, Corée du Nord) annonçant qu’ils se dotent de l’arme nucléaire en dépit des injonctions de la diplomatie et du multilatéralisme. Liée à une stratégie de l’effroi, l’arme nucléaire constitue une arme anti-cité par excellence, renouant d’une autre façon le rapport entre la ville et la guerre.

La guerre : entre passé douloureux et avenir barbare

La guerre en Europe, un retour du refoulé

  • 10 F. Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992.

8Sous des formes très variées, la guerre s’enracine donc à nouveau dans les discours et les visions du monde produites par les sociétés européennes ou nord-américaines, en même temps que ces dernières deviennent de plus en plus majoritairement urbaines. En Europe, un tel retour est d’autant plus traumatique que la construction européenne s’est justement fondée sur le consensus du « plus jamais ça ». Après des guerres coloniales meurtrières, notamment pour la France, la disparition du Rideau de Fer a pu un temps faire croire à une « fin de l’histoire10 », ainsi qu’à une réconciliation générale entre des nations autrefois séparées. La « réunification » de l’Europe, pensait-on alors, allait fermer la parenthèse conflictuelle ouverte avec la Première Guerre mondiale et les révolutions russes de 1917. Inaugurée au début du XXe siècle, cette séquence historique est considérée comme achevée en novembre 1989 avec la disparition du Mur de Berlin et, surtout, en 2004 et en 2007 avec les élargissements à 25 puis à 27 de l’Union européenne.

  • 11 G. Mink, L. Neumayer, L’Europe et ses passés douloureux, Paris, La Découverte, 2007, 268 p. Citati (...)
  • 12 Ibid, p. 12.
  • 13 P. Bergel, « Destructions et reconstructions caennaises. Histoire d’une étrange amnésie urbaine : (...)

9Popularisée par les pères fondateurs de l’Europe dans la décennie 1950, installée dans les consciences au moyen d’un discours hégémonique dans les années 1980 et 1990, cette unité prétendument retrouvée n’a pourtant pas eu l’effet escompté. Loin d’apaiser le passé mémoriel de la guerre, elle a aussi eu pour effet de requalifier « des dossiers qui semblaient être définitivement classés11 », comme celui des expulsés allemands de Pologne ou de République tchèque. Comme le rappelle Georges Mink : « l’espace européen s’est enrichi de nouvelles tendances, il n’abrite pas uniquement l’axe de rotation mémoriel autour de l’Allemagne, même si celui-ci reste dominant12 ». À la lecture de l’ouvrage de Mink et Neumayer, il est frappant de constater combien cette résurgence de la mémoire est liée à des épisodes de guerres récents et, plus singulièrement encore, combien la guerre urbaine et les destructions des villes sont au cœur de ces « passés douloureux13 ».

  • 14 J. Littell, Les bienveillantes, Paris, éd. Gallimard, 2006.

10Un temps oublié, les fantômes réapparaissent, qui alimentent une réflexion inquiète ainsi qu’un intense production mémorielle et juridico-normative à la recherche de la Victime à célébrer ou à dédommager. Ils autorisent également la production d’œuvres littéraires majeures, où la barbarie passée est décrite sous un jour nouveau. Dans Les bienveillantes par exemple, Jonathan Littell dissèque de façon aussi lucide qu’insoutenable la campagne centre-européenne de l’armée nazie à partir de 1941. Dans ce récit dans lequel la question du passé exhumé tient une place centrale, le croisement entre ville et guerre est lui aussi récurrent14.

La question de la guerre : un matériau pour la réaction politique ?

11Sur le plan politico-intellectuel, une frange de l’intelligentsia développe par ailleurs des doutes sur la capacité des démocraties européennes à défendre leurs valeurs face à un agresseur éventuel. En France, Marcel Gauchet fait partie de ceux qui expriment leur scepticisme sur la capacité européenne d’oser la guerre, compte tenu des héritages liés aux cataclysmes successifs de 14-18 et de 39-45 :

  • 15 M. Gauchet, « Le christianisme et la cité moderne ». Discussion entre Marcel Gauchet et Pierre Man (...)

« On est en droit de se demander si, en l’état actuel de leur développement, les systèmes démocratiques ne génèrent pas une introversion telle qu’elle leur rend impensable la mobilisation devant un danger extérieur et l’horizon de la guerre15. »

  • 16 Rappelons toutefois que, sur la longue durée, l’implication des armées dans un conflit de forte in (...)
  • 17 En France, Alain Finkielkraut développe cet argumentaire depuis une trentaine d’années. Par exempl (...)

12Alimentée par le contexte et les peurs qu’il suscite, cette réflexion s’est également nourrie d’une comparaison avec la situation états-unienne des premières années de la décennie 2000. L’hyper-puissance impériale promue par le Président George Bush Junior après le 11-Septembre semblait alors trancher avec les incapacités européennes à se doter d’une politique de défense commune. Suscitant une opposition déclarée de ce côté-ci de l’Atlantique, notamment en France, le virage états-unien en matière d’intervention extérieure était souterrainement vu par certains avec admiration16. À leurs yeux, la démocratie américaine paraissait en mesure de réunir les citoyens autour d’un idéal patriotique, de construire un adversaire (Al-Quaïda) sans pour autant succomber à un nationalisme excessif ou à une chasse aux sorcières nuisible au pacte démocratique. En France, certaines sensibilités pro-israéliennes construisent un argumentaire similaire en vue de démontrer la légitimité de l’État israélien, contraint par « la force des choses » à une construction conjointe de la démocratie et de la défense permanente à l’égard d’un ennemi tant intérieur et extérieur17.

  • 18 M. Gauchet, La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard, 2002, in D. Linderberg, op. cit.
  • 19 B. Stiegler, Constituer l’Europe, 1. Dans un monde sans vergogne, Paris, Galilée, 2005 et, Constit (...)

13Selon ces auteurs, la comparaison avec le Vieux Continent montre les carences de la construction européenne. Marcel Gauchet insiste sur la dissolution des référents institutionnels et des repères identitaires qui démobilisent les populations et leur interdisent le courage de l’héroïsme18. « Sans vergogne », l’Europe ne parvient pas à constituer un idéal collectif qui permettrait une telle mobilisation19. La conclusion d’un constat si accablant paraît aisé à formuler : le temps d’un « rappel à l’ordre » semble venu. Aux yeux de certains, il paraît constituer le seul recours susceptible de rendre sa vigueur à une démocratie trop faible et trop indulgente envers ceux qui la menacent.

Fin de la guerre ou retour de la barbarie ?

  • 20 P. Hassner et R. Marchal (dir.), Guerre et société. États et violence après la guerre froide, Pari (...)
  • 21 F. Gros, États de violence. Essai sur la fin de la guerre, Paris, Gallimard, 2006, 309 p. Citation (...)

14Simultanément, c’est la notion même de guerre qui est mise en question par d’autres auteurs. Partant des travaux de Pierre Hassner20, Frédéric Gros considère que les violences guerrières inventées « plusieurs siècles avant Jésus-Christ entre le Tigre et l’Euphrate, au moment de la formation des premiers grands États » sont en passe de disparaître21. À leur place, se développent des situations inédites d’affrontements armés, qui remettent profondément en cause les rapports que les sociétés entretiennent avec la violence.

  • 22 « armorum publicorum justa contentio est ». Définition donnée par Albérico Gentilis. A. Gentilis [ (...)

15Si on se réfère à une définition de la guerre comme « un conflit armé, public et juste22 », les violences armées ont radicalement changé de nature depuis trois ou quatre décennies.

  • 23 F. Gros, op. cit. Citation de la page 8.

« Trois dimensions se dégagent [...] qui spécifient la violence armée comme guerre : éthique, politique et juridique. La guerre, c’est un conflit armé entre groupes soutenu par une tension éthique, un objectif politique et un cadre juridique. Derrière ces trois catégories, ce qu’il faut penser, c’est : l’échange de mort comme expérience cruciale pour réfléchir l’éthique ; l’État (ou toute autre unité politique, la cité ou l’Empire) réfléchi comme ce dont la guerre doit assurer la consistance propre ; enfin la poursuite armée de la justice. La guerre, c’est l’échange de mort donnant consistance à une unité politique et donnant consistance à une revendication de droit23. »

  • 24 Pour l’exemple rwandais, on citera l’enquête de Jean Hatzfeld, devenue classique. J. Hatzfeld, Une (...)

16Selon Frédéric Gros, cette définition est de moins en moins opérante. Désormais, les violences militaires ne sont pas automatiquement légitimées par une éthique politique ou des règles de droit, ainsi que le montrent les guerres mafieuses pour l’accaparement de matières premières ou de produits stupéfiants (Caucase, Amérique Latine, Afghanistan, Afrique subsaharienne, etc.). Les guérillas, les sectes ou les groupes millénaristes (Sentier Lumineux, Talibans, différentes franchises d’Al Quaïda) ne réfèrent pas systématiquement à une force politique institutionnalisée censée exercer une violence réputée légitime. Enfin, l’absence de toute idée de justice et de tout droit de la guerre donne à ces nouvelles formes de violences un niveau de barbarie, d’arbitraire et d’incertitude qui devient difficilement soutenable (Rwanda, Mali, République Populaire du Congo, Syrie, etc.)24.

17Radicale, cette mise en cause de l’idée même de guerre est sans doute excessive. Sans forcément y adhérer en totalité, on peut toutefois suivre Frédéric Gros lorsqu’il énumère les changements récents qui marquent l’exercice de la violence guerrière. Préparé depuis trois ou quatre décennies, patent depuis le 11 Septembre, ce changement s’est opéré simultanément au retour de la guerre sur les théâtres urbains. C’est désormais dans les villes que la violence armée frappe le plus aveuglément et de la façon la plus barbare, là où les fortes densités des populations et des activités rendent plus aisées ces montées aux extrêmes, sans que la puissance de feu de l’agresseur soit nécessairement démesurée. Sans présumer du nouveau contenu à donner à la corrélation entre ville et guerre, un tel changement oblige néanmoins la philosophie et les sciences sociales à un réexamen complet de la question.

18En même temps qu’elle repeuple l’horizon des sociétés riches et pacifiées, la guerre devient donc insaisissable, incompréhensible et, donc, d’autant plus inacceptable. Nourrissant le rejet autant que la fascination, elle semble modifier en profondeur les fondements culturels et politiques mis en place par les puissances alliées en 1945. Prenant la ville pour objet et pour théâtre, elle questionne en outre les fondements même de la civilisation urbaine.

La ville, un lieu privilégié pour de nouvelles formes de guerre

La ville : une situation complexe vis à vis de la guerre

  • 25 X. Lafon, J. Y. Marc et M. Sartre, La ville antique, Histoire de l’Europe urbaine, 1 (sous la dire (...)

19À la ville est classiquement associée la notion d’urbanité, qui peut se définir comme l’imposition volontaire de règles destinées à rendre possible la vie en commun. L’urbanité propose dans un espace délimité (l’urbs), une police des mœurs sophistiquée (la civitas) qui s’oppose aux rustici (rustres) et autres pagani (païens) qui peuplent les campagnes. Dès l’Antiquité, la ville est donc doublement qualifiée. D’une part, un espace physique ordonné, notamment par ses lieux publics, là où se négocient les positions des individus et des groupes. D’autre part, un espace social partagé qui suppose la concorde civile, donc le contrôle de la violence par une instance politique surplombante et son cantonnement symbolique par d’autres moyens que l’usage de la force brute : joutes politiques ou chevaleresques, représentations dramaturgiques, jeux du stade ou du cirque, etc.25.

  • 26 O. Mongin, La condition urbaine, Paris, Le Seuil, 2005, particulièrement p. 77 sq.
  • 27 F. Chaslin, Une haine monumentale. Essai sur la destruction des villes en ex-Yougoslavie, Paris, D (...)

20Parce qu’elle est associée à des qualités civilisationnelles réputées supérieures, la ville suppose donc la paix civile. En retour, cette paix engendre sûretés collectives et individuelles, délibérations libres conduisant in fine à la démocratie26. De ce fait, la ville se construit en rupture radicale par rapport à la notion de guerre. Symétriquement, la guerre apparaît destructrice d’urbanité et semble de ce fait constituer l’acte anti-urbain par excellence27. Comme l’affirme Bénédicte Tratnjek :

  • 28 B. Tratnjek, « Géographie de la ville en guerre », in Le monde/La vie hors série, L’atlas des vill (...)

« Les idéologies anti-urbaines peuvent être l’objet même du conflit, comme dans le cas du siège de Sarajevo. Dans cette ville, la géographie de la guerre a été produite par une haine de la ville comme espace d’un vivre-ensemble rejeté par les différents belligérants qui voulaient, par la violence, produire à terme un vivre-séparé28. »

  • 29 A. Picon (dir.), La ville et la guerre, Paris, éd. de l’Imprimeur, 1996.

21Cependant, les relations entre ville et guerre sont contradictoires. Emblème de la paix, la ville est paradoxalement un enjeu de la guerre du fait qu’elle concentre richesses et pouvoirs. De Carthage jusqu’à Hiroshima, la destruction militaire des villes est un moyen privilégié par les chefs de guerre en vue de défaire l’ennemi. Parce qu’elle constitue un objectif militaire de premier ordre, il faut donc protéger la ville. Cette protection est directe lorsqu’elle s’inscrit matériellement dans l’espace urbain (remparts, garnisons, batteries). Elle est indirecte lorsqu’elle concerne des échelles et des volumes plus larges : glacis défensif aux frontières29, surveillance d’un espace national par des moyens aériens ou électroniques, dissuasion susceptible de convaincre tout agresseur potentiel qu’il aura plus à perdre qu’à gagner à la destruction d’une ville.

  • 30 Ministère de la défense, armée de terre, « L’action des forces terrestres dans les zones urbanisée (...)

22Enjeu de la guerre, la ville peut aussi devenir théâtre d’opération. Les guerres dans la ville produisent alors des situations militaires complexes auxquelles les états-majors se préparent avec le plus grand sérieux30. Enfin, la ville peut être ressource pour la guerre. Fabrication de matériels, d’armes ou de munitions, collecte de nourriture ou d’argent, esprit de défense des citadins constituent autant de carburants à des conflits qui peuvent se dérouler dans les villes elles-mêmes ou sur des théâtres d’opération plus lointains.

La guerre et la ville : évitements et retours successifs31

  • 31 Dossier « Villes et guerres ». Annales de la recherche urbaine, 2001, no 91.
  • 32 Parmi une bibliographie abondante, voir l’étude récente de P. Brioist, Léonard de Vinci, Homme de (...)
  • 33 A. Blanchard, Vauban, Paris, Fayard, 1996. M. Virol, Vauban : De la gloire du roi au service de l’ (...)

23Dans bien des doctrines militaires, il est pourtant recommandé que la destruction des armées ennemies se fasse en rase campagne. Sun Zi, stratège chinois du VIe siècle avant Jésus-Christ déconseille par exemple de s’en prendre aux villes, sauf à disposer d’une cinquième colonne à l’intérieur de ses murs. Dans l’Antiquité grecque ou romaine, assiéger les villes est jugé lâche et la doctrine lui préfère les combats sur mer ou au pied des remparts, entre unités ou entre combattants lancées dans des affrontements violents mais limités (L’Illiade). À partir du Moyen Âge, la guerre de siège devient plus fréquente et peut frapper indistinctement tous types de villes dans les ressorts placés sous la souveraineté des seigneurs, des princes ou des républiques urbaines impliqués dans un conflit. La chute des villes assiégées se traduit fréquemment par des pillages, des destructions matérielles et un haut degré de violence à l’encontre des populations civiles. La guerre de siège est aussi un domaine qui stimule l’inventivité des savants, des architectes, des ingénieurs et de ceux qui passent maîtres dans l’art de la poliorcétique puis de l’artillerie32. Mais au cours de la période moderne, la construction des États et la mise en place de dispositifs de protection aux frontières tend à faire évoluer cette géographie, d’abord diffuse, et à concentrer les effets de la guerre de siège sur des cités situées aux frontières, sur les littoraux (villes maritimes et portuaires, arsenaux) ou sur celles qui représentent une cible politico-militaire de première importance (siège de Paris en 1870-1871, par exemple)33. Toutefois, à l’époque contemporaine et, parfois, dès la fin de l’époque moderne, les villes sont dites « ouvertes », c’est-à-dire non directement défendues.

  • 34 Voir dans ce volume la contribution de G. Mougel.
  • 35 J. Friedrich, L’incendie. L’Allemagne sous les bombes 1940-1945, Paris, de Fallois, 2004. Traducti (...)

24Au cours des deux conflits mondiaux, les villes constituent plutôt des objectifs « indirects ». Il s’agit de faciliter la manœuvre logistique (bombardements de Saint-Lô en 1944 ou d’Anvers en 1914), de ruiner l’industrie de guerre de l’ennemi, d’affoler les populations ou de les démoraliser34. C’est la fonction des bombardements massifs sur les villes allemandes et japonaises par l’US Air Force et la Royal Air Force durant les années 1943 et 194435. Lorsque la guerre se déroule à l’intérieur de la ville, elle est le fruit d’une conjoncture tactique (Stalingrad) ou politique (Libération de Paris).

  • 36 Jusqu’aux années 1990, la doctrine française de défense considère par exemple que la menace princi (...)
  • 37 Forces armées révolutionnaires de Colombie.

25Après la Seconde Guerre mondiale, primauté est donnée aux opérations combinées : aériennes et terrestres ou aériennes et maritimes. Pour déployer chars, avions et hélicoptères, les stratèges ont besoin de superficies et de volumes aériens importants. La guerre se déplace donc vers le ciel, sur les mers ou dans des espaces peu densément occupés36. Simultanément, les guerres anticoloniales ou révolutionnaires affirment le primat des espaces ruraux comme base de l’insurrection et lieu des ressources. La guerre populaire et paysanne de Mao-Tsé-Toung en Chine, les maquis de l’ALN en Algérie ou des barbudos à Cuba accréditent une telle idée. Plus récemment, la guérilla des FARC colombiennes37 ou l’insurrection du Chiapas mexicain menée par le Subcommandante Marcos reproduisent un tel schéma. Dans cette grille stratégique, la ville est moins un objectif militaire qu’un enjeu politique. Il ne s’agit pas de défaire directement l’adversaire en contexte urbain mais d’installer un climat destiné à ébranler l’opinion civile et à affaiblir la légitimité militaire. C’est par exemple la fonction de la campagne d’attentats terroristes aveugles lancée contre les Algérois par le FLN durant la guerre d’Algérie à partir de 1957. Ce fut également l’objectif de la réponse militaire française mise en œuvre par la 10e division parachutiste, connue sous le nom de « bataille d’Alger ». Il peut également s’agir d’aller cueillir en ville un pouvoir devenu vacant : La Havane 1959, Saïgon 1975, Pnom-Penh 1979 illustrent ce deuxième cas de figure. La ville peut enfin faire l’objet d’incursions éclairs afin de perpétrer des attentats, prendre des otages, dérober des armes ou de l’argent. Basés dans les zones tribales du nord-est du Pakistan, les terroristes salafistes ont parfois procédé ainsi, par exemple à Kaboul.

  • 38 F. Chaslin, op. cit.
  • 39 P. Virillio, Ville panique. Ailleurs commence ici, Paris, Galilée, 2004.

26Pourtant, depuis une quinzaine d’années, les villes redeviennent des théâtres pour des opérations militaires classiques : sièges de Sarajevo38 ou de Grozny, bombardements de Belgrade, Bagdad, Beyrouth. Depuis le début des années 2000, les villes servent en outre de cadre à des opérations d’un type nouveau où bombes humaines et avions fous constituent de nouvelles armes destinées à faire pression sur les populations et les opinions39. Après Beyrouth hier, Damas aujourd’hui, des villes divisées, contrôlées par des factions (Brazzaville, Mogadiscio) contribuent également au renouvellement des rapports entre guerres et villes.

  • 40 Cf. les travaux de Bénédicte Tratnjek, déjà citée. Par exemple : B. Tratnjek, « Vitre dans une vil (...)

27Ces nouvelles occurrences de la conflictualité urbaine obligent militaires et experts à repenser les conséquences des déploiements guerriers dans les espaces urbains ainsi que leurs impacts sur la vie sociale. Elles obligent aussi les chercheurs à évaluer de façon nouvelle les rapports qui se nouent entre les villes et les guerres. D’une façon inédite, les guerres les plus récentes mettent en cause la cohésion des sociétés urbaines lorsque celles-ci sont confrontées aux conflits, aux souffrances, aux pénuries, aux états de siège40. Lorsqu’ils sont intenses et prolongés, ces conflits peuvent en outre détruire toute forme d’organisation territoriale et de contrôle politique, bref toute civitas.

La ville, une nouvelle ambiance de guerre

  • 41 J. L. Dufour, La guerre, la ville et le soldat, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • 42 S. Graham, ed., Cities, war and terrorism. Towards an urban geopolitics, Oxford, Blackwell et S. G (...)

28La nouvelle conflictualité installée depuis le 11 Septembre se marque ainsi de façon complexe et multiple à l’intérieur des grandes métropoles, principalement en Europe et aux États-Unis. Situées dans des États formellement pacifiés depuis 1945 et juridiquement en conflit contre aucun belligérant identifié, ces dernières sont pourtant le théâtre de scènes de guerre plus ou moins dramatiques. Dans ces villes (Madrid, Londres, Istanbul et bien sûr New York) ou dans celles de l’étranger proche (Casablanca, Alger, Le Caire), les attentats sont rares mais récurrents tandis que les alertes fréquemment déclenchées par des pouvoirs étatiques ultra-vigilants donnent à la guerre une présence aussi obsédante qu’insaisissable41. Si les armes sortent rarement, hormis celles des soldats chargés de la protection des gares ou des aéroports, les injonctions à la méfiance, les alertes aux colis piégés, les portiques, les sas et les scanners témoignent désormais de cette présence généralisée du fait guerrier dans les villes du « premier monde42 ». Enfin, les manifestations contre les interventions militaires (première et deuxième guerre du Golfe par exemple) ou les campagnes d’opinion en faveur de tel ou tel otage ancrent le retour de la guerre, indirect cette fois, dans l’espace public urbain des démocraties libérales.

Conclusion

  • 43 F. Gros, op. Citation extraite de la page 8.

29Sans suivre Pierre Hassner et Frédéric Gros dans l’ensemble de leurs développements, il semble néanmoins crucial de prendre la mesure des transformations à l’œuvre dans le rapport entre guerre et ville, guerre, urbs et civitas. En même temps qu’elle change de nature, la guerre se rapproche des villes, de manière directe ou indirecte, de façon matérielle ou symbolique. Les conflits armés prenant la ville pour théâtre ou pour objectif sont plus fréquents et plus dramatiques, tandis que les sociétés urbaines des démocraties européennes et nord-américaines sont de plus en plus concernées par la menace armée. Ces renouvellements obligent les chercheurs à revisiter la notion même de guerre. Ils obligent ainsi à « reconvoquer, comme pour un baroud d’honneur, la “philosophie de la guerre”, pour cerner l’identité de ce qui lentement disparaît43 ».

Notes

1 J. C. Barreau, Du bon gouvernement. Des vérités cachées de l’histoire et de l’actualité, Paris, Odile Jacob, 1988. L’expression fait également référence à l’ensemble de fresques peint par Ambrogio Lorenzetti vers 1338 dans la salle du conseil du Palazzo Pubblico de Sienne. Les effets du bon et du mauvais gouvernement y sont respectivement détaillés dans deux lieux différents : la ville et la campagne.

2 « C’est presque une règle générale que partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce ; et que partout où il y a du commerce, il y a des mœurs douces », Montesquieu (Charles-Louis de Secondat de la Brède), [1748], De l’Esprit des lois, livre XX, chap. 2, Paris, 1980, éd. Garnier-Flammarion, présentation de Victor Goldschmidt.

3 « L’année 2010 a probablement été la plus pacifique de l’histoire », in J. Goldstein, “Winning the war on war: the decline of armed conflict worlwide”, New York, Plume éditions, 2011. Citation de la page 247.

4 Voir par exemple Human Security Report Project, Human security report 2009/2010: The cause of peace and the shrinking costs of war, New York, NY Oxford University Press, 2011 ou K. Eck et L. Hultman, “One-sided violence against civilians in war: insight from the new fatality data”, Journal of peace research, vol. 44, no 2, 2007, p. 233-246.

5 C. Ph. David, « Repenser la guerre et la paix au XXIe siècle ». Politique étrangère automne 2013, 2013/3, p. 27-38. Les chiffres utilisés ci-dessus sont mentionnés à la page 28.

6 C. Ph. David, op. cit., p. 28.

7 La guerre froide est qualifiée de « paix impossible » et de « guerre improbable » selon le célèbre aphorisme attribué à Raymond Aron.

8 F. Guillot, Les asymétries frontalières. Essai de géographie sociale et politique sur les pratiques sociales et les rapports sociaux. Les cas États-Unis/Mexique, Espagne/Maroc, Israël/Liban/Palestine, thèse de doctorat sous la direction de Robert Hérin, Professeur des universités, université de Caen Basse-Normandie, 2009. F. Guillot, « Villes détruites, villes construites. Réflexion sur les stratégies politiques et militaires à partir de l’exemple des conflits israélo-arabes (Liban, Israël, Palestine) ». Politique et sociétés, 2008, vol. 27, no 1, p. 55-79.

9 Depuis 1994, le Prix Bayeux Calvados des correspondants de guerre rend hommage au difficile métier de journaliste de guerre en donnant la parole aux professionnels de la presse française ou étrangère. Ces derniers peuvent ainsi témoigner des difficultés croissantes qu’ils rencontrent lorsqu’il s’agit de « couvrir » des conflits armés.

10 F. Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992.

11 G. Mink, L. Neumayer, L’Europe et ses passés douloureux, Paris, La Découverte, 2007, 268 p. Citation p. 13.

12 Ibid, p. 12.

13 P. Bergel, « Destructions et reconstructions caennaises. Histoire d’une étrange amnésie urbaine : 1944-2011 », in C. Bouillot, dir, Histoire, mémoires et patrimoines de deux régions européennes : Basse-Saxe (Allemagne) et Haute-Normandie (France), Rouen, Publication des universités de Rouen et du Havre, 2012, p. 301-318.

14 J. Littell, Les bienveillantes, Paris, éd. Gallimard, 2006.

15 M. Gauchet, « Le christianisme et la cité moderne ». Discussion entre Marcel Gauchet et Pierre Manent, Esprit, août-septembre 1996, p. 100, in D. Lindenberg, Le rappel à l’ordre. Enquête sur les nouveaux réactionnaires, Paris, Le Seuil, 2002.

16 Rappelons toutefois que, sur la longue durée, l’implication des armées dans un conflit de forte intensité est contraire à la tradition diplomatique états-unienne. Celle-ci privilégie la non-intervention, à l’exception d’un « pré carré » constitué du continent sud-américain et de la Mer des Caraïbes. Les engagements au Vietnam puis en Afghanistan et en Irak constituent de ce fait des exceptions récentes, motivées par des circonstances exceptionnelles (containment de la guerre froide, lutte contre le terrorisme djihadiste).

17 En France, Alain Finkielkraut développe cet argumentaire depuis une trentaine d’années. Par exemple A. Finkielkraut, La réprobation d’Israël, Paris, Denoël, coll. Bibliothèque Médiations, 1983.

18 M. Gauchet, La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard, 2002, in D. Linderberg, op. cit.

19 B. Stiegler, Constituer l’Europe, 1. Dans un monde sans vergogne, Paris, Galilée, 2005 et, Constituer l’Europe, 2. Le motif européen. Même éditeur.

20 P. Hassner et R. Marchal (dir.), Guerre et société. États et violence après la guerre froide, Paris, Karthala, 2003.

21 F. Gros, États de violence. Essai sur la fin de la guerre, Paris, Gallimard, 2006, 309 p. Citation de la page 7.

22 « armorum publicorum justa contentio est ». Définition donnée par Albérico Gentilis. A. Gentilis [1597], Belli Definitio, livre I, chap. II. Citée par Frédéric Gros, op. cit., page 8.

23 F. Gros, op. cit. Citation de la page 8.

24 Pour l’exemple rwandais, on citera l’enquête de Jean Hatzfeld, devenue classique. J. Hatzfeld, Une saison de machettes, Paris, Le Seuil, 2003.

25 X. Lafon, J. Y. Marc et M. Sartre, La ville antique, Histoire de l’Europe urbaine, 1 (sous la direction de J. L. Pinol), Paris, Le Seuil éd. Point-Histoire, 2011 (rééd.).

26 O. Mongin, La condition urbaine, Paris, Le Seuil, 2005, particulièrement p. 77 sq.

27 F. Chaslin, Une haine monumentale. Essai sur la destruction des villes en ex-Yougoslavie, Paris, Descartes et Cie, 1997.

28 B. Tratnjek, « Géographie de la ville en guerre », in Le monde/La vie hors série, L’atlas des villes, Paris, co-éd. Le Monde/La Vie, 2013, p. 116-119.

29 A. Picon (dir.), La ville et la guerre, Paris, éd. de l’Imprimeur, 1996.

30 Ministère de la défense, armée de terre, « L’action des forces terrestres dans les zones urbanisées ». Doctrine. Revue d’études générales no 3, juin 2004.

31 Dossier « Villes et guerres ». Annales de la recherche urbaine, 2001, no 91.

32 Parmi une bibliographie abondante, voir l’étude récente de P. Brioist, Léonard de Vinci, Homme de Guerre, Paris, Alma éditeur, 2013. H. Verin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du XVIe au XVIIIe siècle. Albin Michel, Paris, 1993. Pour un exemple localisé consacré à l’édition de sources : P. Bragard, Vauban et Namur, le temps d’un siège (mai-juin 1692), Journal de ce qui s’est passé de plus considérable à la prise de Namur, assiégée par le roi en personne, le 25 mai, et rendu à l’obéissance de Sa Majesté le 29 juin 1692. Par Sébastien Le Prestre de Vauban, Namur, Les Amis de la citadelle de Namur, 2008.

33 A. Blanchard, Vauban, Paris, Fayard, 1996. M. Virol, Vauban : De la gloire du roi au service de l’État, Seyssel, Champ-Vallon, 2003 (réimpr. 2007). F. Roth, La Guerre de 70, Paris, Fayard, 1990. J.-H. Paradis, Journal du siège de Paris, septembre 1870-janvier 1871 [1re édition 1872]. Rééd. Paris, Tallandier, collection « Texto », 2008.

34 Voir dans ce volume la contribution de G. Mougel.

35 J. Friedrich, L’incendie. L’Allemagne sous les bombes 1940-1945, Paris, de Fallois, 2004. Traduction de l’ouvrage paru en langue allemande la même année, Der Brand. Deutschland im BombenKrieg 1940-1945. List Tb Verlag. Également W. G. Sebald, De la destruction comme élément de l’histoire naturelle, Arles, Actes Sud, 2004.

36 Jusqu’aux années 1990, la doctrine française de défense considère par exemple que la menace principale à laquelle il faut se préparer implique une attaque éclair des armées du Pacte de Varsovie. Le scénario le plus courant est donc celui d’une bataille de chars dans la plaine d’Alsace.

37 Forces armées révolutionnaires de Colombie.

38 F. Chaslin, op. cit.

39 P. Virillio, Ville panique. Ailleurs commence ici, Paris, Galilée, 2004.

40 Cf. les travaux de Bénédicte Tratnjek, déjà citée. Par exemple : B. Tratnjek, « Vitre dans une ville en guerre. Les territoires du quotidien : entre espaces de combat et espaces de l’enfermement », Les Champs de Mars no 21, 2011, p. 75-100.

41 J. L. Dufour, La guerre, la ville et le soldat, Paris, Odile Jacob, 2002.

42 S. Graham, ed., Cities, war and terrorism. Towards an urban geopolitics, Oxford, Blackwell et S. Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, 2012.

43 F. Gros, op. Citation extraite de la page 8.

Auteur

Professeur de géographie sociale et urbaine à l’université de Caen-Basse Normandie, chercheur à l’unité mixte de recherche CNRS Espaces et sociétés (UMR CNRS ESO 6590). Ses travaux portent sur les ségrégations socio-spatiales dans les villes françaises, particulièrement en Île-de-France et dans le département de la Seine-Saint-Denis. Il s’intéresse aux politiques publiques mises en œuvre dans les grands ensembles de logements sociaux (politique de la ville, rénovation urbaine). Sur des terrains algériens, Pierre Bergel travaille sur les transformations urbaines liées à l’émergence d’un commerce mondialisé entre négociants algériens et fournisseurs asiatiques. Il développe enfin une activité de recherche interdisciplinaire sur le thème des destructions/reconstructions de villes à l’issue d’épisodes de guerres, ce qui l’a amené à s’intéresser aux reconstructions de Caen (France) ou de Würzbourg (Allemagne).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540