Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Deuxième partie. La ville déchirée : faire la guerre, gagner la paix

Introduction

Texte intégral

1À force de tensions endogènes ou exogènes, la ville parfois se déchire dans son tissu social comme dans son espace physique. Des violences urbaines et des destructions de grande ampleur marquent les épisodes de conflits militaires, de bombardements, d’émeutes sanglantes ou de troubles civils majeurs débouchant parfois sur une véritable « guerre des rues ». Marquée par ces événements spasmodiques, les sociétés urbaines sont ensuite sommées de faire la paix, tant un tel niveau de violence est insoutenable sur la longue durée.

2Trois termes – la guerre, l’espace matériel de la ville (urbs), la société urbaine (civitas) – peuvent tout d’abord être interrogés (P. Bergel). Classiquement ambigus, les rapports entre ces trois termes se sont progressivement redéfinis. Alors que le niveau de violence militaire baisse régulièrement dans le monde depuis les années 1990, la présence de la guerre dans les espaces urbains des pays du Nord n’a jamais semblé aussi forte depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Marquées par l’idéal du « plus jamais ça », propre aux anciens belligérants, ces sociétés urbaines économiquement développées et politiquement pacifiées sont confrontées à des guerres à distance, menée par leurs contingents sur des théâtres éloignés. En même temps, elles constituent des objectifs potentiels pour les organisations terroristes. Outre leurs dangers concrets, ces menaces les conduisent à s’interroger sur les réponses démocratiques à opposer à la violence, dans les cas où cette dernière monte aux extrêmes. La guerre dans son acceptation classique, celle du champ de bataille, devient lointaine mais sa présence « virtuelle » et, parfois, son irruption soudaine, en fait une compagne omniprésente, à même de cristalliser les tensions.

3Pourtant, les liens entre ville et guerre sont intenses et anciens et ils ne peuvent être aisément congédiés. Centres de pouvoirs, d’activités économiques et commerciales, points d’appui militaire permettant de tenir le « plat pays » ou la frontière, les villes sont de longue date des objectifs et font l’objet de sièges, caractérisées par des résistances plus ou moins héroïques et des redditions négociées. La logique qui sous-tend ces choix, loin d’être conforme à des idéaux généralistes souvent proclamés par les grands récits de l’Histoire, repose d’abord sur le souci de préserver l’intégrité de la ville et de ses habitants. La paix « honteuse » vaut parfois mieux que l’obligation morale de « mourir pour des idées ». C’est ainsi, qu’en dépit de la flatteuse réputation qu’on leur fit longtemps, les citadins français ne furent pas, lors de la guerre de 1870, les héros que le récit commun a souvent glorifiés (G. Parisot). À travers les exemples de villes confrontées à l’avancée allemande entre l’automne 1870 et les premières semaines de 1871, on s’aperçoit que patriotisme et sentiment anti-prussien, censément partagés par l’ensemble des citadins français, se sont heurtés dans les faits à une pluralité d’arbitrages : faut-il risquer un bombardement meurtrier pour les populations civiles ? Pourquoi ne pas négocier avec l’ennemi plutôt que lui opposer une résistance vaine, la situation locale n’étant pas dissociable d’un effondrement plus général ?

4La guerre peut entrer dans la ville, certes à l’occasion d’une conquête violente, mais aussi dans les cas des guerres civiles. Ce qui frappe alors, c’est l’utilisation de moyens militaires, usuellement propres à résoudre les différends entre puissances souveraines pour résoudre les tensions socio-politiques internes. Les moyens employés semblent alors en discordance avec le théâtre des opérations. Confrontées aux épisodes révolutionnaires à répétition que connaît la France du XIXe siècle, les autorités choisissent de militariser le maintien de l’ordre, transformant l’espace urbain en un théâtre d’opérations militaires (E. Ebel). Longtemps vue comme peu prestigieuse, la guerre des rues acquiert alors ses lettres de noblesse et elle fait l’objet de manuels de contre-insurrection, rédigés dans les années 1830-1850. Les émeutiers potentiels ne sont pas en reste, notamment sous l’impulsion de Blanqui. Ils prônent eux aussi la militarisation de l’espace urbain, par exemple au moyen de la barricade. Amplifiée de façon bilatérale, cette militarisation culmine au moment de la Commune de Paris, provoquant des réactions de retrait de la part de certains officiers à partir des premières années de la IIIe République. Il faut cependant attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour que des forces spécifiques soient constituées en vue du maintien de l’ordre, déchargeant les troupes de ligne d’un contrôle social et politique qu’elles répugnent parfois à mettre en œuvre.

5Avec le bombardement stratégique, qui devient courant à partir de la guerre d’Espagne et pendant le second conflit mondial, l’objectif urbain change de nature. Classiquement perçu en fonction de sa position, de ses défenses, de sa garnison, la ville est désormais vue comme un objectif en soi, comme le montre la campagne de bombardements systématiques des villes allemandes par les Alliés à la fin du second conflit mondial (G. Mougel). Cette stratégie repose sur « l’idée selon laquelle l’État ennemi dépend de manière vitale de ses propres villes ». Née dans les années 1920, cette doctrine brouille définitivement la distinction entre théâtres d’opération et espaces à épargner, entre belligérants et populations civiles. Elle intègre aussi une dimension « morale » et « psychologique » puisque le sou-tien des civils devient un ingrédient toujours plus indispensable dans la légitimation du conflit, qui n’est plus simplement la « chose du Roi ». Avec la guerre aérienne, c’est l’ensemble d’une société nationale qui est lié par la guerre et ce sont ses villes qui en assurent le « ciment spatial ». L’homogénéisation de l’espace que permet la maîtrise des airs modifie en profondeur les rapports entre espaces citadins et opérations militaires, donnant une ampleur inédite à des pratiques employées ponctuellement dans les périodes plus anciennes et qui ne portaient pas atteinte au réseau urbain dans son ensemble.

6Les conflits coloniaux sont également propices à la militarisation du maintien de l’ordre, ainsi qu’à la mise en relation dans un même espace politique et militaire, des déchirures propres aux cités coloniales et aux cités métropolitaines (E. Blanchard). La « bataille de Paris » menée durant la guerre d’Algérie par la fédération de France du FLN offre ainsi une autre modalité de cette « guerre des rues ». Commencée à la fin de l’été 1958, elle culmine par le massacre des 17 et 18 octobre 1961. Centrée sur l’action clandestine et plus encore sur la collecte financière, la fédération de France du FLN répugne à manifester. Mais sa stratégie change à partir de 1960, quand il s’agit à la fois de disputer le monopole de la rue aux partisans de l’Algérie française et d’unifier l’espace du conflit de part et d’autre de la Méditerranée. Contrairement à une idée commune, la répression déclenchée le 17 octobre 1961 n’est pas exceptionnelle par son bilan, les forces de l’ordre étant accoutumées à une répression brutale lorsque sont mises en cause les frontières invisibles de la ville, entre espaces « métropolitains » et espaces « indigènes ». Plus que son bilan meurtrier, le caractère exceptionnel de l’événement réside dans le lieu où il s’inscrit : Paris, soit la capitale d’un empire colonial. En bravant le couvre-feu avec femmes et enfants, en ne restant pas cantonnés dans des lieux assignés, les Algériens et les Algériennes de la région parisienne, qui manifestent au péril de leur vie les 17 et 18 octobre 1961 affirment leur dignité, en même temps qu’ils revendiquent un droit à la ville. À bien y réfléchir, leur protestation porte aussi l’espoir d’abolir un jour les déchirures de la ville.

7(P. B., V. M.).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540