Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Première partie. Ébullitions insécuritaires : des mots et des faits

Guerre et paix à Rio de Janeiro. La « pacification » des favelas en questions1

Nicolas Bautès et Rafael Soares Gonçalves

Texte intégral

  • 1 Une partie des recherches empiriques sur lesquelles s’appuie ce texte a été collectée dans le cadre (...)
  • 2 Cela à la suite de nombreux auteurs parmi lesquels on peut citer, A. Peralva, « Perspectives sur la (...)
  • 3 La ville a accueilli successivement les Jeux Militaires en 2011, le Sommet de la Terre (Rio + 10) e (...)

1Au départ de ce travail, il s’agissait de réfléchir à la place de la violence dans le processus démocratique brésilien, en questionnant de manière plus spécifique les logiques sociales et politiques de la violence urbaine à partir de l’exemple de Rio de Janeiro2. En 2008-2009, les premières « expériences » en matière de sécurisation des quartiers pauvres laissaient envisager que les pouvoirs publics, face à la perspective de l’organisation de rassemblements politiques et sportifs d’envergure internationale, allaient prendre la question à bras le corps3. Près de six ans plus tard, en 2014, cette tendance n’a fait que s’affirmer, au point de faire de la sécurité publique une priorité politique.

  • 4 Le terme fobópole est, selon Lopes de Souza, le résultat de la combinaison entre le terme grec phob (...)
  • 5 Source : R7 Noticias [http://noticias.r7.com/rio-de-janeiro/noticias/gasto-com-upps-do-rio-no-ano-d (...)
  • 6 Extrait d’entretien effectué dans le cadre du 12e Congrès des Nations Unies sur la prévention au cr (...)

2Dans une ville que M. Lopes de Souza désigne de fobópole, laboratoire privilégié pour l’étude des phénomènes sociaux que constituent la peur, l’insécurité, la criminalité et la violence, leur pendant principal, la sécurité ou la sécurisation, est devenu, près de trois décennies après le retour à la démocratie, un axe majeur des politiques urbaines4. Les instances de l’État, sous l’égide de la municipalité (Prefeitura) et en collaboration avec le gouvernement de l’État de Rio de Janeiro, engageaient à la fin des années 2000 d’importants moyens humains et financiers – R$ 720 millions annuels – pour « sécuriser » quelques-uns des quartiers présentant alors les taux d’homicides les plus élevés, soient les favelas, espaces d’habitat précaire le plus souvent occupés illégalement5. Encadré par le Programme Fédéral de Sécurité et Citoyenneté (Pronasci) qui constitue, selon le Ministre de la Justice Luiz Paulo Barreto, « un nouveau paradigme dans la politique du pays », notamment par le fait, inédit dans le pays, qu’il tente de concilier la mise en œuvre d’objectifs sécuritaires et sociaux6.

  • 7 Selon le Secrétariat Municipal de Santé (Secretaria Municipal de Saúde), ce sont plus de 100 000 ti (...)

3Parmi les mesures prises en matière de sécurité et de prévention de la criminalité, figure à partir de 2009 l’implantation d’« Unités de Police Pacificatrice » (UPP), police de proximité constituée d’agents récemment sortis de l’Académie de police et, au moins au début de leur carrière, peu au fait des pratiques de corruption et de violence policière. Quelques mois après l’implantation de ces premières forces policières – souvent conduite de manière brutale –, une diminution drastique de l’utilisation des armes à feu pouvait être constatée dans les favelas concernées, ce qui a contribué à réduire considérablement le nombre de crimes mortels, augmentant par la même occasion le sentiment de sécurité chez les habitants de la ville dite « formelle », jusque-là souvent réticents à fréquenter sereinement l’espace de la rue7.

  • 8 Ceci ne signifie en aucun cas que les espaces d’habitat précaire, les favelas, ne sont pas concerné (...)
  • 9 E. D. Arias, « The Dynamics of Criminal Governance: Networks and Social Order in Rio de Janeiro » J (...)

4Plusieurs travaux réalisés récemment laissent néanmoins entrevoir des phénomènes jusqu’ici peu observés, tant à l’échelle des quartiers de Rio de Janeiro que plus généralement dans la ville. D’une part, le traitement de ces espaces par la sécurisation semble mettre à jour de nouveaux champs de tensions, particulièrement liées au renforcement de l’intégration d’espaces jusqu’ici relativement peu concernés par les transactions et jeux fonciers et immobiliers inhérents aux logiques spéculatives qui le caractérisent8. D’autre part, la logique « pacificatrice », outre le fait d’avoir freiné des pratiques criminelles très souvent ostentatoires, semble à ce jour dissimuler ce qu’E. D. Arias désigne comme une gouvernance criminelle et qui renvoie à l’étroite imbrication, dans le Brésil urbain et plus particulièrement à Rio de Janeiro, des réseaux criminels, policiers et politiques9.

  • 10 Le terme « pacification » est un euphémisme souvent employé dans les discours politiques et médiati (...)

5Positionnés en tant qu’observateurs et témoins des transformations urbaines conduites dans l’urgence par les pouvoirs publics pour respecter les exigences et les délais des organisations sportives internationales en matière d’infrastructure (FIFA et Comité International Olympique), nous souhaitons mettre à jour les effets sociaux et politiques des mesures sécuritaires mises en place dans plusieurs favelas cariocas. Cette analyse repose sur une série d’études empiriques conduites dans plusieurs quartiers de la ville concernés par les opérations de pacification10. Les enquêtes ont été menées au moyen d’observations répétées s’étendant sur une période de plusieurs années, d’entretiens compréhensifs et de la reconstruction de récits de vie avec des habitants dont les noms et les espaces de résidence ont été modifiés pour des raisons qui semblent évidentes. Cette démarche nous permet de poser un regard analytique sur les changements liés aux opérations policières de pacification, observés à la fois « dans leurs lieux » et par ce que les personnes concernées en disent. Sans prétendre rendre compte de la diversité selon lesquelles ces événements sont vécus, la parole des personnes concernées traduit une expression verbale qui, selon nous, permet de dépasser l’opposition entre situations de guerre et situations de paix dans les favelas « pacifiées » de Rio de Janeiro.

Au-delà des représentations dominantes de la guerre et de la paix : violence, marginalité et pauvreté urbaines à Rio de Janeiro

  • 11 M. de Abreu, « Penser la ville au Brésil : du XVIe au début du XXe siècle », in A. Joussemet (éd.),(...)

6L’association entre marginalité et espaces urbains illégaux a largement été étudiée dans le contexte urbain brésilien, certains auteurs s’attachant à étudier les raisons qui expliquent l’émergence et l’expansion d’espaces d’occupation précaire, progressivement désignés par le terme générique de favelas11. Éléments devenus centraux dans le paysage social urbain de Rio de Janeiro au cours du XXe siècle, les favelas sont avant tout envisagés comme une solution de logement pour des couches populaires urbaines en pleine expansion. L’absence de politique du logement a ainsi ouvert la voie à l’occupation – légale et illégale, tolérée ou pas selon les cas – d’espaces disponibles dans la ville.

  • 12 V. Telles, « Favela, favelas : interrogando mitos, dogmas e representações », Revista Brasileira de (...)

7En dépit d’une très grande diversité de situations vis-à-vis de leur histoire sociale, de leur statut foncier et des conditions socio-économiques dans lesquelles vivent leurs habitants, ces espaces demeurent aujourd’hui associés à des représentations sociales très largement négatives. L’activité du narcotrafic ne fait que renforcer des stigmates et une marginalisation déjà anciens à l’égard de ces espaces et de leurs habitants. Depuis les années 1980, cette activité n’a cessé de s’étendre, tant en termes quantitatifs que du point de vue spatial, au point de constituer à la fois une source importante de revenus pour certains et un milieu dans lequel prévalent des logiques criminelles. La concentration du trafic de stupéfiants dans les favelas s’explique par des raisons à la fois socio-économiques et géographiques. Le plus souvent largement déficitaires en équipements publics fondamentaux en matière de santé, d’éducation et d’emploi, elles concentrent effectivement une partie de la pauvreté urbaine12. Mais aussi leur configuration spatiale singulière, c’est-à-dire à la fois leur situation dans la ville, sur des points hauts – souvent des collines surplombant la ville dite formelle – ou en lointaine périphérie – et leur morphologie – riche en venelles et dédales de ruelles d’accès – font des favelas des lieux de repli et de protection favorisant l’expansion rapide du commerce de stupéfiants, passé en quelques décennies de la vente de drogues douces (psychotropes) au double trafic d’armes et de drogues dures (cocaïne). Bref, les favelas sont devenues des points névralgiques tenus par les narcotrafiquants pour la desserte de toute l’agglomération.

  • 13 La formation de l’organisation criminelle Comando Vermelho (Commando rouge) marque une phase majeur (...)
  • 14 Sur la question des segregations urbaines au Brésil et plus précisément sur celle des enclaves, voi (...)
  • 15 C. Goirand, « “Philantropes” en concurrence dans les favelas de Rio ». Critique Internationale, no (...)

8Le démantèlement de l’appareil répressif de l’État suite au retour à la démocratie et l’établissement du commerce lucratif de la cocaïne – plus rentable que celui de la marijuana – favorisent, à partir de la fin des années 1970, l’émergence du narcotrafic dans les favelas13. Les narcotrafiquants imposent peu à peu leur pouvoir, non seulement par la force des armes mais aussi en reproduisant un schéma clientéliste traditionnel. Comblant le vide politique et jouant à la fois le rôle d’arbitres, de policiers, de bienfaiteurs, ils bénéficient initialement du soutien de la population. Tirant parti non seulement d’une forte appartenance à leur quartier et des particularités de la morphologie physique, ces acteurs établissent leur domination suivant une logique d’appropriation territoriale, renforçant la représentation sociale des favelas en tant qu’enclaves urbaines14. La bienfaisance, associée à la peur, leur permet de s’assurer le contrôle d’une grande partie de ces espaces tout en se protégeant de possibles dénonciations15.

  • 16 Arias, E. D. art. cit.

9La violence policière, dont les fondements s’appuient sur l’existence d’un réseau étroit entre la sphère de l’État, les représentants de la société civile (civic leaders) et les trafiquants de drogue, tend à identifier des pratiques parallèles qui dominent historiquement les jeux politiques à Rio. Ces fonctionnements de type clientéliste constituent un autre élément explicatif de l’accélération du trafic de stupéfiants dans la ville à partir de la fin des années 1980 et de sa criminalisation16. Si la présence des pouvoirs publics dans les favelas se manifestait par une activité policière exercée systématiquement de façon violente et arbitraire, se faisant souvent complice des activités illégales des narcotrafiquants, elle permettait aussi de tisser localement des accords assurant à certains policiers des revenus indirects liés au trafic de drogue. Dans ces conditions, dont de nombreux habitants de ces quartiers sont les témoins, la présence de l’État était évidemment très critiquée.

  • 17 M. Lopes de Souza, art. cit., 1996, p. 428-429.

10La structure du trafic de stupéfiants a elle aussi subi de profonds changements à partir des années 1990, suite à l’émergence de nouvelles associations criminelles. Comme l’explique Marcello Lopes de Souza, le crime « organisé » à Rio de Janeiro n’est pas aussi structuré que la presse semble le montrer. Les différentes factions qui se partagent les favelas s’apparentent à des « coopératives criminelles » qui entretiennent entre elles et avec les forces policières, des relations faites de conflit et de coopération17. Cette situation explique en partie la facilité d’occupation des favelas par la police, notamment lors de l’installation des unités de police pacificatrice débutées en 2008 qui ont conduit à la fuite ou au repli de nombreux criminels vers des lieux à l’écart du déploiement policier.

  • 18 La loi du silence est plus pernicieuse qu’on l’imagine. Elle bloque le contact des favelados avec l (...)

11Les rapports entre les nouvelles générations de narcotrafiquants et les résidents se structuraient jusque très récemment sur la loi de la peur et du silence. Les liens de bienfaisance et de protection historiquement établis se sont souvent progressivement étiolés, fût-ce partiellement. L’accessibilité aux favelas par les institutions publiques est en conséquence très restreinte et la mobilité inter-favelas extrêmement réduite, ce qui rend difficile toute tentative d’articulation et de mise en réseau des revendications sociales en direction des favelas de la ville, affaiblissant dans le même temps toute politique visant à améliorer les conditions de vie dans ces espaces18.

  • 19 L. Dowdney, Crianças do tráfico : um estudo de crianças em violência armada organizada no Rio de Ja (...)
  • 20 B. Lessing, « As facções cariocas em perspectiva comparativa », Novos estudos CEBRAP, no 80, 2008, (...)

12Les changements récents dans les activités du trafic de stupéfiants ont de profondes répercussions à l’intérieur des favelas. Outre le fait que, dans une grande partie des favelas et tout particulièrement dans celles qui sont les plus récentes et les plus éloignées du centre de la métropole, les narcotrafiquants ne respectent plus les habitants, hésitant de plus en plus à jouer le rôle de médiateur au sein de ce qui reste souvent désigné comme une « communauté », la drogue était jusque récemment vendue et consommée ouvertement. Avant l’installation de postes permanents des UPP, les narcotrafiquants portaient ostensiblement des armes lourdes, n’hésitant pas à en faire usage à la moindre menace d’intervention policière ou, dans le cadre de baile funks, à tirer en l’air19. De même, la compétition entre les différents réseaux et la militarisation excessive de leur activité ont réduit de façon considérable les marges bénéficiaires, conduisant les narcotrafiquants à obtenir des ressources par d’autres moyens, notamment en imposant des taxes sur certains secteurs commerciaux et fonciers localisés ou sur la protection des habitants. La domination territoriale se manifeste aussi par le contrôle des associations de résidents et, plus récemment, par la désignation de candidats locaux à des postes législatifs20.

  • 21 Bien que ces situations ne concernent pas de manière systématique toutes les favelas, dont la popul (...)

13Dans une grande partie des favelas, les narcotrafiquants ont imposé de telles contraintes aux habitants qu’il leur est souvent de plus en plus difficile d’accéder aux rares équipements publics locaux. L’expulsion de familles entières, la prise de possession de leur logement, les menaces exercées à l’encontre de fonctionnaires publics ou encore le blocage à l’accès de certains services, ne font ainsi qu’accentuer les inégalités déjà prégnantes entre ces espaces et les autres quartiers de la ville21.

14En imposant un ordre, voire une forme de justice locale, les narcotrafiquants ont ainsi été en mesure d’occuper une place qui aurait dû logiquement incomber à l’État. En effet, les sanctions appliquées par les chefs du trafic de stupéfiants au moyen de ce qu’ils désignent comme un tribunal, sont particulièrement violentes. Quoique présentant des éléments semblables dans les différentes favelas, il n’existe pas de code établi, ces règles pouvant largement varier selon les décisions du leader local du trafic.

  • 22 Instituto de Segurança Pública, Balanço das incidências criminais e administrativas no Estado do Ri (...)

15Bien que la majeure partie des favelas aient subi des changements considérables à partir des années 1990, notamment induites par la diffusion et la consolidation des politiques de réhabilitation et par l’interdiction de procéder à la destruction systématique de l’habitat illégal et d’expulsion de la population occupante, leurs habitants ne sont cependant pas parvenus à rompre la forte stigmatisation socio-spatiale dont ils sont l’objet. Une raison importante réside dans le fait qu’une partie de ces espaces est considérée, à partir des années 1990, comme un ensemble de zones à « haut risque », eu égard aux morts violentes liées aux affrontements armés entre forces de police et groupes de narcotrafiquants qui s’y déroulent régulièrement et qui, selon les statistiques, ont tué 5 793 personnes dans l’État de Rio de Janeiro en 200922.

  • 23 M. Lopes de Souza, Fobópole, op. cit., p. 51.

16Ce phénomène n’a fait qu’affirmer l’association entre pauvreté et insécurité qui caractérise aujourd’hui encore la majeure partie des favelas, renforçant une vision dualiste opposant ville formelle et favelas, lieux des oppositions violentes autour de la guerre du narcotrafic, ainsi devenues « enclaves territoriales illégales23 ». L’élévation dramatique du niveau de violence lié à l’expansion du trafic de stupéfiants n’est pas de nature à enrayer ces difficultés ni à stimuler, lorsqu’ils sont possibles, des investissements trop visibles de la part des habitants.

  • 24 M. Lopes de Souza, op. cit.
  • 25 I. Cano, Letalidade da ação policial no Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, ISER, 1997, p. 39.

17L’expression « zones à risque » demeure ainsi communément admise pour désigner les favelas de la ville24. Elle illustre la forte concentration de violence létale dans les zones d’habitat précaire, notamment le fait que ce sont les habitants des zones pauvres, disposant de services urbains précaires qui sont les plus exposés à une mort violente. Vice-versa, ce sont les classes sociales les plus privilégiées qui sont les plus protégées. De fait, la violence semble introduire une inégalité sociale et territoriale supplémentaire dans une ville qui en cumule déjà de nombreuses25.

  • 26 A. Peralva, art. cit., 2001, p. 148.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

18Analysant la question de la violence au Brésil, A. Peralva note par ailleurs que les Brésiliens tendent à coproduire « la violence dont ils sont victimes par une multitude de conduites adaptatives qui ont de tout temps constitué une logique générale d’ajustement de la vie sociale dans le pays26 ». Le traditionnel jeitinho brésilien (débrouillardise) traduit une série de mécanismes de tolérance à la violence qui a entraîné, selon l’auteur, « une privatisation de la sécurité au-delà de toutes les limites tolérables, ce qui affaiblit la capacité des Brésiliens à définir les frontières du crime27 ». Or, la faiblesse des rapports à la loi, la précarité, la corruption de l’appareil répressif et l’adaptation progressive des habitants à cette insécurité ont contribué à élever le niveau de risques collectivement acceptés à des seuils auparavant inconnus, ce qui a à son tour alimenté la spirale de la violence et, paradoxalement, son pendant : l’industrie de la sécurité28.

  • 29 Source : Relatorio 2010, Escritório de Gerenciamento de Projetos, Secretaria de Estado da Casa Civi (...)

19Ainsi, ces violences et leurs tenants génèrent leurs propres règles et régulations qui viennent se substituer ou se superposer à des règles constitutionnelles que les institutions publiques ont du mal à imposer. Cette situation persiste aujourd’hui dans la majeure partie des favelas de Rio de Janeiro. L’implantation – par la force – d’unités de police dont la vocation est de rassurer les habitants par de nouvelles règles de comportement policier ne concerne en 2013 que 22 favelas, les instances officielles en ayant recensé 1 071 en 201029. Aussi, en dépit de changements significatifs observés dans le quotidien de plusieurs de ces favelas, il convient de relativiser le phénomène qui, certes de manière très visible – très médiatisé – et progressive, est souvent présenté comme susceptible d’enrayer définitivement un phénomène majeur du fonctionnement de la société urbaine brésilienne contemporaine.

20À l’heure où nous relisons ce texte, une information vient confirmer les réticences de plusieurs journalistes et chercheurs auxquels plusieurs habitants de favelas dites pacifiées avaient confié les abus et les comportements violents de policiers issus des unités pacificatrices. Le 5 avril 2013, dans la favela Jacarezinho, située dans la Zone Nord de la ville, un agent assassinait un jeune homme suite à des échanges de tirs entre policiers et trafiquants. Le caractère récent de l’opération pacificatrice, débuté mi-janvier 2013, expliquerait les tensions qui marquent encore cet espace où, avant l’opération militaire précédant l’UPP, mourraient en moyenne 4 personnes par jour.

L’enjeu de la sécurité publique à Rio de Janeiro et l’entreprise pacificatrice : une perspective héritée du processus d’ouverture démocratique

  • 30 J.L.P. Bencheoga, LB. Guimaraes, ML. Gomes et S. D. De Abreu, A transição de uma polícia de control (...)

21La mise en œuvre d’une politique en matière de sécurité publique revêt un enjeu fondamental dans le contexte du Brésil post-dictature. Elle est discutée dès les premières années du retour à la démocratie, au cours desquelles l’administration du gouverneur de l’État de Rio de Janeiro, Leonel Brizola cherche sans succès à modifier les pratiques policières violentes ayant cours dans les quartiers populaires, principalement dans les favelas. Les autorités publiques nouvellement instituées prennent alors conscience de l’urgence – notamment signalée par la vigueur des revendications sociales et face à la l’escalade de la violence dans le pays – d’œuvrer en faveur d’un système politique mettant en avant les droits des citoyens les plus vulnérables. L’ordre public tendait en effet peu à peu à être défini dans le cadre d’une « action étatique médiatrice de conflits et d’intérêts diffus30 ». Les forces de police ne devaient plus défendre le seul intérêt du pouvoir en place pour prendre en compte la diversité des exigences sociales, notamment en matière de sécurité. L’enjeu était donc de taille pour les instances du gouvernement démocratique, soucieuses d’assurer le passage d’un système policier de contrôle à une police considérée comme « citoyenne ». En d’autres termes, pour réduire les violences et le crime alors en pleine expansion, il apparaissait incontournable de compter sur la collaboration de la société.

22Les premières mesures en faveur de l’établissement d’une police communautaire tournée vers la prévention sont ainsi mises en œuvre dès la fin des années 1980. Cette initiative s’inspire des éléments constitutifs de la citoyenneté tels que les définissent la Constitution de 1988, qui insiste sur

  • 31 Al Paixao, « A política da polícia ». Estudos Implementares FJP, Mimeo, 1993.

« la protection des droits et libertés individuelles face aux menaces que représentent le pouvoir des institutions d’État (l’abus de contrôle et de violence par la police) et la protection de la vie et de la propriété des citoyens menacés par la prédation criminelle (le contrôle social)31 ».

  • 32 F. Beato, C. Claudio, « Reinventando a policia. A implementação de um programa de policiamento comu (...)
  • 33 S. E. Barkan, Criminology. A sociological understanding. Prentice Hall, New Jersey, 1997.

23Dans l’influence des mesures prises par de nombreux pays, notamment par les États-Unis, où elles constituent « pratiquement la seule alternative disponible pour les administrateurs qui prétendent améliorer la relation avec le public », plusieurs États brésiliens s’engagent dans la voie de la pacification et de la proximité. Les premiers groupes de policiers communautaires sont ainsi établis dans les villes de Guaçui et d’Alegre dans l’État d’Espirito Santo en 1988, puis dans le quartier de Copacabana à Rio de Janeiro en 1994-9532. Cette conception de la sécurité s’est trouvée peu à peu renforcée à l’échelle de Rio de Janeiro, la police étant de plus en plus incitée à intervenir dans une certaine proximité avec les résidents au travers d’activités tournées vers la prévention au moyen d’actions d’accompagnement (loisir, éducation extrascolaire, sensibilisation à l’environnement, aide à l’insertion professionnelle)33. Ces orientations constituaient un véritable changement de pratique de l’exercice policier conduisant à substituer les patrouilles de voitures par des patrouilles à pied, ceci étant censé favoriser les relations entre policiers et habitants. Ces initiatives devaient également, selon leurs concepteurs, conduire les habitants à être moins réticents à contribuer à l’effort public de sécurité, communiquant des informations sur les crimes observés et participant à des projets communautaires. Bien que reconnues par les pouvoirs publics et la société civile comme des avancées certaines dans un système policier marqué par son inefficacité, son manque de ressources et les comportements violents de nombre de ses agents, leur mise en place n’est toutefois pas parvenue à enrayer la criminalité et, à l’intérieur des services de police, la corruption ou les comportements déviants.

24À cette période, les expériences de police communautaire dans les favelas de Rio de Janeiro se sont donc avérées largement inefficaces. Les unités policières disposaient de très peu de moyens humains et ne pouvaient s’attaquer directement à l’activité des narcotrafiquants. Cette perspective ressemblait plutôt à une punition pour les policiers concernés, contraints de mettre leur vie en danger sans disposer de moyens de défense suffisants. En outre, les investissements, si importants eussent-ils été à toutes les échelles territoriales, demeuraient largement insuffisants pour résoudre le délicat problème de la criminalité dans une société aussi inégalitaire et confrontée à la violence que celle du Brésil.

  • 34 Nous pouvons citer, par exemple, les cas d’assassinat (chacina) d’enfants de rue face à l’église de (...)

25Que ce soit à l’échelle de l’État ou de la ville, la politique d’affrontement et la conquête militaire de l’espace public, piliers centraux de la politique de sécurité publique pendant la dictature n’avaient pas totalement été remises en question. Outre l’expérience du gouvernement Brizola, et en dépit de plusieurs drames jugés par la Cour de Justice34 qui avaient incité les autorités publiques à repenser la question de la sécurité, les gouvernements successifs de l’État de Rio de Janeiro ont eu de nouveau recours à une politique centrée sur des opérations militaires violentes et arbitraires dans les quartiers populaires. L’élection du maire Eduardo Paes prolonge la politique de « tolérance zéro » mise en place par son prédécesseur Cesar Maia, particulièrement lors de son deuxième mandat (2001-2008). En nommant sa politique choque de ordem (choc d’ordre), l’objectif affiché de la municipalité est de combattre toutes les incivilités et les illégalités en luttant contre les occupations irrégulières de terrains, le commerce ambulant et le stationnement interdit. Vitrine de l’administration municipale, cette politique a été favorablement reçue par les couches moyennes et aisées de la ville qui ont vu dans la réaffirmation du contrôle public de l’espace urbain une possibilité d’améliorer leur qualité de vie. Dans ce contexte, le discours sur l’expulsion et le relogement partiel ou total des favelados, peu à peu amoindri au cours des années 2000, se trouve très largement revigoré à partir de la fin de la décennie.

26Si les municipalités sont constitutionnellement chargées de la gestion des politiques locales, c’est l’échelle des États fédérés qui a compétence en matière de sécurité publique. Depuis la fin de la dictature, les gouverneurs qui se sont succédés à la tête de l’État de Rio de Janeiro ont dû faire face à la violence urbaine, devenue l’un des problèmes majeurs de la ville. Le succès de ces opérations, très mitigé, n’a affaibli que de manière très superficielle le pouvoir des groupes criminels organisés, causant de lourdes pertes aux habitants des favelas, victimes le plus souvent innocentes de ces affrontements. Ceci a dans le même temps contribué à diffuser un sentiment d’insécurité partagé dans l’ensemble de la ville, renforçant les représentations négatives de Rio dans les médias nationaux et internationaux. Non seulement le phénomène de violence criminelle restait sans réponse, mais la corruption semblait toucher les personnes en charge des opérations visant à sécuriser l’espace urbain. Bref, la ville entrait dans une voie apparemment sans issue.

  • 35 Le Parti du Mouvement Démocratique Brésilien est l’un des plus important du pays. Il est issu du Mo (...)

27Bien que les démarches de la Municipalité et de l’État de Rio de Janeiro en matière d’intervention policière soient relativement éloignées des politiques du gouvernement Lula, le parti du maire et du gouverneur actuels (PMDB)35 est allié au Parti des Travailleurs à l’échelle nationale. Cette conjonction politique, inédite à Rio de Janeiro depuis plusieurs décennies, a permis d’établir un climat de confiance entre les différents niveaux du gouvernement, facilitant le transfert d’importantes ressources à la municipalité. L’organisation des Jeux Mondiaux Militaires en 2011, du Sommet de la Terre en 2012, de la Coupe des Confédérations en 2013, et la perspective de la Coupe du monde de football en 2014 puis des Jeux Olympiques en 2016, sont présentés par un grand éventail d’acteurs (des instances gouvernementales aux entreprises locales) comme une opportunité pour renforcer le tourisme ainsi que l’attractivité du marché économique et immobilier.

28Cette succession de projets au service d’ambitions économico-politiques a conduit, depuis 2008, le Gouvernement fédéral à engager une série d’interventions armées dans de nombreuses favelas, véritable entreprise militaire précédant la consolidation d’une police communautaire présente, insérée, médiatrice entre les forces « classiques » de la police (Police Fédérale et Police Militaire notamment) et la population des favelas.

29Entre les initiatives pionnières des dernières décennies et les opérations mises en place depuis quelques années, on note des différences majeures, dans l’investissement financier comme dans la médiatisation. Si ces deux éléments ne permettent pas d’observer une rupture dans les conceptions des institutions publiques en matière de sécurité, ils permettent néanmoins d’envisager de nouvelles manières d’aborder la question de la criminalité et de la violence à partir d’une approche avant tout sociale.

  • 36 La mise en œuvre de ce programme engageait un financement gouvernemental d’un montant d’environ 2,3 (...)

30Sous le gouvernement de l’ancien Président de la République Lula da Silva, l’administration fédérale s’était engagée dans un vaste projet fondé sur les principes de la police communautaire. Initié au travers du Ministère de la Justice en 2007, le Programme National de Sécurité Publique et de Citoyenneté (Pronasci) se présentait comme une initiative inédite en matière de lutte contre la criminalité au Brésil. Il travaillait à l’articulation entre politique de sécurité et action sociale, privilégiait la prévention en insistant sur l’identification des causes qui conduisent à la violence, sans cependant se détacher d’une stratégie d’organisation sociale et de sécurité publique. Appliqué par le pouvoir fédéral, ce programme compte sur la participation active des organismes fédéraux, en collaboration avec les États fédérés et les municipalités ainsi qu’avec celle des familles et de l’ensemble de la communauté au moyen de projets et d’interventions techniques ou financières. La mobilisation sociale est invoquée comme un élément central permettant d’améliorer la sécurité publique. Parmi les principaux axes du programme, figure la valorisation des professionnels de la sécurité publique (augmentation des salaire et formation en matière de droits de l’homme), la restructuration du système pénitentiaire, le combat contre la corruption policière et l’engagement des habitants dans la prévention de la violence36. Il concerne particulièrement les jeunes de 15 à 24 ans, tranche d’âge potentiellement la plus touchée par l’activité de trafic et dont une partie a été poursuivie en justice, emprisonnée ou non, ou occupe des fonctions importantes dans le crime organisé.

  • 37 Ces onze régions sont les suivantes : Belém, Belo Horizonte, Brasília (Entorno), Curitiba, Maceió, (...)
  • 38 Parmi les nombreuses actions figurant dans ce programme, citons le projet « Mães da Paz » (Mères de (...)
  • 39 Ministère de la Justice, Secrétariat de sécurité publique, source : Ministério da Justiça, Pronasci (...)

31En première instance, le programme engage onze régions métropolitaines recensées par les données du Ministère de la Justice et de la Santé comme les plus violentes, dont celle de Rio de Janeiro37. Ces régions doivent servir d’exemple en vue d’une généralisation ultérieure, pas seulement dans des espaces urbains, près de quatre-vingt dix actions devant être mises en place à terme38. Le Pronasci est coordonné par un secrétariat exécutif au niveau fédéral, relayé à l’échelle des États par une équipe assurant l’exécution en collaboration avec les Cabinets Municipaux de Gestion Intégrée (Gabinete de Gestão Integrada Municipal, GGIM). Ces derniers sont en charge « d’assurer l’articulation entre les représentants de la société civile et des différentes forces de sécurité – police civile et militaire, corps de pompiers, garde municipale39 ». Ce programme exige en outre une forte participation de la population dans la gestion et le contrôle des objectifs affichés localement au moyen de la création de Forum Populaire de Sécurité Publique. à ce jour, le programme a été élargi et mis en œuvre dans 150 villes et 22 États du pays.

32Malgré son discours préventif et communautaire, l’article 6e V de la loi fédérale no 11 530 du 24 octobre 2007 exige toutefois des partenaires locaux l’engagement « des forces policières pour pacifier les territoires ». Dans un contexte de préparation aux événements sportifs qui accentue l’objectif de la « tolérance zéro », l’implantation d’Unités de Police Pacificatrices (UPP) dans les favelas constitue le projet prioritaire du Pronasci à Rio de Janeiro. Outre le fait de se référer à des modèles de polices communautaires déjà éprouvés n’ayant pas produit les effets escomptés, cette orientation souhaite insister sur la force de partenariats jusqu’ici peu établis dans le domaine de la sécurité, entre institutions publiques et organisations issues de la société civile.

Pacification et sécurisation stratégique à Rio de Janeiro

La sécurité au service de la spéculation foncière et du marketing urbain

33Partiellement financée par les fonds fédéraux sous l’égide du Pronasci, l’implantation des premières UPP révèle la convergence inédite entre une politique locale de sécurité publique et les aspirations de la ville à tirer avantage de la médiatisation dans laquelle elle est propulsée, du fait des prochains événements sportifs internationaux. Les trois premières unités ont été installées entre la fin de l’année 2008 et le début 2009, en réponse à des conflits armés avec les narcotrafiquants sans critère spatial apparent mais dans une situation d’autant plus urgente que la perspective de l’organisation des Jeux Olympiques se faisait plus nette.

34L’urgence face à laquelle se trouvent les pouvoirs publics depuis lors explique certainement le fait que les premières opérations de police communautaire dans les favelas ne se substituent pas à des modes d’intervention plus classiques – et plus violents – mais qu’elles leur succèdent. La favela Santa Marta, située au cœur du quartier de Botafogo dans la Zone Sud, a ainsi été le lieu d’une vigoureuse invasion policière fortement médiatisée, suivie de la décision d’installer des caméras de surveillance dans les rues.

35Cette décision a suscité une forte mobilisation des habitants. Compte tenu de sa centralité et du caractère pionnier de l’initiative de sécurisation dont elle a fait l’objet, cette favela est devenue le laboratoire et la vitrine de la nouvelle politique de sécurité publique mise en pratique par la police militaire de Rio de Janeiro, traduite par l’installation permanente, à partir de décembre 2008, de forces de police pacificatrices.

36Dans un autre contexte, en périphérie ouest de la ville, le quartier Cidade de Deus (Cité de Dieu), composé de plusieurs favelas et d’importantes zones d’habitat collectif, a été le deuxième lieu d’installation d’une UPP (en 2009). La proximité de la Cité Olympique en cours de construction et la forte résonnance médiatique des lieux expliquent que ce quartier occupe une place prioritaire dans le dispositif de pacification. Cidade de Deus a en effet été rendue internationalement célèbre par la violence criminelle qu’elle abrite, très largement médiatisée depuis le tournage du film éponyme de Fernando Meirelles, sorti en 2002. Sa grande taille a néanmoins rendu le processus d’expulsion des narcotrafiquants armés plus long et plus violent que dans le cas de Santa Marta.

37La favela Batan, située elle-aussi dans la zone ouest de la ville, n’a été occupée qu’après l’incarcération – là encore largement relayée par les médias – d’un ancien policier surnommé « Batman », qui contrôlait les milices de la région. L’installation d’UPP constituait dans ce cas une réponse à l’opinion publique, montrant que la police combattait aussi bien les narcotrafiquants que les miliciens, ceux-ci étant en grande partie issus des forces policières.

  • 40 Depuis l’implantation des unités de police pacificatrice, il semble que les indices de criminalité (...)
  • 41 The Guardian, 12 avril 2010, « Rio de Janeiro police occupy slums as city fights back against drug (...)

38Ces premières implantations ont contribué à faire diminuer le nombre d’armes à feu dans les favelas, ce qui a réduit le nombre de crimes mortels40, augmentant par la même occasion, selon les institutions publiques, le sentiment de sécurité chez les favelados et chez les habitants des quartiers environnant. Ces résultats ont été interprétés comme une réussite du programme Pronasci, souligné par l’ancien président du pays, Fernando Enrique Cardoso : « L’usage de la drogue continue, mais la violence, le crime organisé, la peur, la terreur, tout cela, c’est fini41. »

  • 42 Voir le site [http://www.sidneyrezende.com].
  • 43 Il s’agit du projet phare de l’actuelle administration municipale.

39Le climat d’apaisement suite à l’installation des premières UPP s’est soldé par une rapide valorisation foncière et immobilière, aussi bien dans les favelas que dans les quartiers environnants. L’augmentation du tarif des logements situés dans le quartier Botafogo où se situe la colline de Santa Marta s’élevaient, deux ans après l’installation de l’UPP, à 148,89 %42. Le succès médiatique des UPP et l’explosion immobilière qu’elles ont entraînée ont contribué à la décision d’étendre le dispositif à d’autres favelas de la Zone Sud à partir de 2009 (Babilônia/Chapeu Mangueira, Pavão-Pavãozinho/Cantagalo, Tabajaras/Cabritos). Cherchant à assurer la sécurité autour des zones susceptibles de recevoir des investissements immobiliers, le gouvernement a installé une UPP en mars 2010 dans la favela Providência, qui domine la zone portuaire. L’occupation de cette favela est devenue une condition impérative pour le succès du gigantesque projet de Porto Maravilha43.

  • 44 Deux ans après l’installation des UPP, la valorisation des immeubles de ce quartier a atteint près (...)

40L’entreprise pacificatrice concerne aussi la zone Nord (Zona Norte) avec l’installation des premières UPP sur la ceinture de favelas situées autour du Stade Maracanã, où se dérouleront des matchs de la coupe du Monde de football ainsi que la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques. La pacification a atteint depuis avril 2010, les favelas situées dans le quartier de Tijuca (proche du Maracanã) et dans des quartiers proches du centre (Santa Teresa)44 : les favelas Andaraí, Borel, Formiga, Casa Branca, Cruz, Salgueiro, Turano, Macacos, São João, São Carlos, Prazeres, Foqueteiro et la favela Mangueira, l’une des plus concernées par le trafic de cocaïne. Après avoir concerné les favelas du Complexo do Alemão, la pacification se tourne depuis le début de l’année 2013 vers les favelas installées le long des grands axes routiers proches de l’aéroport international : Manguinhos, Jacarezinho, Caju et dans le complexe de favelas de Maré.

  • 45 Ce financement s’effectue tout particulièrement via la construction des bâtiments utilisés par les (...)
  • 46 Eike Batista est l’un des plus puissants hommes d’affaires du monde, à la tête d’une fortune évalué (...)

41La manière dont se profile cet axe de sécurisation témoigne de l’enjeu central que constitue la sécurisation des espaces pauvres situés à proximité des espaces-enjeux de la prochaine métropole olympique, et de l’opportunité que constitue, comme ailleurs, l’organisation d’événements internationaux pour résoudre l’un des problèmes majeurs de la société carioca. Une fois révélés les bénéfices économiques de la pacification (via l’augmentation des prix du foncier), les pouvoirs publics se sont engagés dans des efforts inédits en matière de lutte contre la criminalité, de plus en plus soutenus par les investissements du secteur privé. Cinq groupes privés d’envergure ont en effet été signataires d’accords de financement des Unités de Police Pacificatrice45 : le groupe EBX dirigé par l’homme d’affaire brésilien Eike Batista46 – dont la participation s’élève à 20 millions de Reais par an jusqu’en 2014 –, la banque d’assurance Bradesco Seguros, Coca-Cola, Souza Cruz, ainsi que la Confédération Brésilienne de Football (CBF).

Au-delà de la paix apparente

  • 47 Les auteurs ont récemment conduit plusieurs séries d’enquêtes dans les favelas de la ville. Cette d (...)

42La sensation de « monter dans une favela » occupée par une unité de police pacificatrice est surprenante pour un non-résident47. L’absence, aussi bien des narcotrafiquants armés que de tout signe de vente de stupéfiants, sont des éléments rapidement repérables. Le sentiment de sécurité de la population, conséquent au grand nombre de policiers circulant dans les ruelles, bien que peu exprimé, semble avéré par les déplacements et l’usage des espaces communs, généralement peu utilisés. Une habitante activiste d’une importante favela de la Zone Nord nous a confié que, malgré quelques critiques envers le projet, elle voyait de nouveau une certaine joie sur les visages des habitants, jusqu’alors effrayés par les conflits armés entre narcotrafiquants et policiers. Nous avons pu observer dans cette même favela que les personnes fréquentaient davantage les rues, circulant même entre des lieux auparavant occupés par des groupes de narcotrafiquants rivaux. Bien que la présence des armes ait été considérablement réduite, les narcotrafiquants exercent toujours une influence certaine dans ces lieux. Ils soumettent toujours les habitants à la nécessité d’informer ou de solliciter une autorisation auprès des responsables du narcotrafic pour l’organisation, de manifestations publiques ou privées (bals et fêtes d’anniversaires par exemple).

43Les déplacements dans les favelas pacifiées sont néanmoins largement plus libres, le gouvernement de l’État encourageant même l’organisation de circuits touristiques, formant des guides locaux dans cet objectif, libérant des crédits pour la rénovation des logements ou l’implantation d’établissements commerciaux. De nombreuses transactions immobilières ont également eu lieu dans plusieurs favelas pacifiées, principalement dans la zone littorale qui voient la multiplication d’hébergements touristiques (hostels, pousadas), nombre d’entre eux étant tenus par des étrangers. Le transport alternatif (par mototaxis et véhicules collectifs), jusque-là illégal, est dorénavant officiellement recensé en dépit de l’implantation, dans plusieurs favelas (Complexo do Alemão, Morro da Providência), de téléphériques censés se substituer à ces modes de transports alternatifs.

  • 48 Près de 9 millions d’euros en septembre 2010.

44Ce sentiment de sécurité semble partagé par les habitants des quartiers environnants, qui perçoivent le narcotrafic comme responsable de la violence urbaine. Il est facilement perceptible dans le quartier de Tijuca, qui a vu l’augmentation du nombre de clients fréquentant les bars et restaurants, et l’ouverture de nombreux commerces nocturnes. On observe également une valorisation exponentielle du prix de l’immobilier dans et en dehors des favelas. Selon le directeur exécutif du Syndicat des Industries de la Construction Civile de Rio de Janeiro, la présence des UPP ouvre de nouveaux espaces pour le marché immobilier, notamment dans des quartiers centraux jusque là peu valorisés. Par ailleurs, la montée des prix de l’immobilier dans l’ensemble de la ville est devenue l’un des principaux indices du succès du projet. De même, la chute des vols de voitures dans ces quartiers a récemment conduit les compagnies d’assurance à réduire leurs primes de 20 %. L’intérêt pour l’expansion des unités pacificatrices a stimulé plusieurs grands entrepreneurs à constituer un fond de plus de 20 millions de Reais48 par an pour parrainer l’achat d’équipements et la construction des sièges d’UPP dans les favelas. Le projet semble ainsi se consolider, au point d’établir une forme de consensus parmi les différents candidats au gouvernement de l’État de Rio lors des campagnes électorales d’octobre 2010. Selon le Secrétaire à la Sécurité Publique de l’État, l’objectif est d’installer 40 UPP, atteignant plus de 165 des plus de 1000 favelas de la ville à l’horizon 2014. En avril 2013, 32 favelas avaient vu l’implantation permanente d’Unités de Police Pacificatrice.

45Il est par ailleurs possible d’observer une plus forte présence de concessionnaires de services publics qui évitaient auparavant les favelas en raison de la présence des narcotrafiquants. On observe ainsi une articulation entre les instances des différents niveaux du pouvoir étatique (du local au fédéral), des ONG, des compagnies privées et, bien que moins clairement, des habitants et des associations de résidents. Cette conjonction attribue aux UPP un rôle déterminant dans le renforcement de l’action publique dans les favelas. La consolidation des UPP a conduit le Secrétariat d’Assistance Sociale, avec le soutien de la Fédération des Industries de l’État de Rio, à mettre en œuvre un programme d’action sociale dénommé UPP Social, actuellement sous la responsabilité de l’Institut d’urbanisme municipal Pereira Passos (IPP). L’initiative est présentée comme « responsable » car elle permet d’identifier les demandes sociales locales et qu’elle s’engage dans des projets sociaux, culturels, environnementaux ou de développement économique.

  • 49 Cet aspect est trop récent pour être analysé ici en détail. Il fera l’objet de publications ultérie (...)

46En dépit d’importants investissements enregistrés dans les favelas, il apparaît difficile d’envisager les opérations de sécurisation comme un changement de perspective en matière de politique sociale publique. En effet, la nature institutionnelle de ces interventions reste à ce jour fragile, en dépit de la définition d’une telle opération sur le site de la favela Morro da Providência, considéré comme pilote. Elle est par ailleurs politiquement instable, dépendante des financements privés et source d’oppositions au sein même des instances publiques de l’État et de la municipalité49.

47Les premiers résultats du dispositif sécuritaire, qui semblaient prometteurs, sont en effet l’objet de critiques croissantes et révèlent un certain nombre de biais. Notre présence lors d’une série de réunions entre des représentants de la police, des habitants et des leaders locaux, nous a permis d’observer un changement majeur dans l’organisation de la vie sociale. La police tend en effet à devenir le nouveau et seul médiateur entre l’État et les habitants, la figure de commandant local de l’UPP devenant l’autorité principale. Cette situation nouvelle tend à recomposer les jeux de pouvoirs, répartis jusqu’ici entre un ou plusieurs représentants d’associations de résidents, les tenants du narcotrafic et, le cas échéant, des travailleurs sociaux. Ceux-ci se trouvent marginalisés dans les jeux de pouvoir, certains d’entre eux étant rétrogradés à des rangs subalternes. Les rapports entre la police et les habitants sont quant à eux historiquement très conflictuels. Les nouvelles forces policières doivent donc s’engager dans un changement de posture à l’égard des habitants, en évitant de reproduire la violence et la méfiance jusqu’ici observées.

  • 50 R. Kant de Lima, “A administração dos conflitos no Brasil : a lógica da punição”, in G. Velho, M. A (...)

48À une gestion de la favela par la peur, largement impulsée par les commandos ou les milices, tend peu à peu à s’imposer – ou, ce qui semble être le cas dans plusieurs quartiers – à se surimposer une gestion policière des favelas concernées par l’intervention pacificatrice. Après l’intervention musclée des forces armées, l’État s’attache à soutenir, en collaboration avec les services municipaux, l’implantation de services publics. Il tente de résoudre les conflits familiaux ou de voisinage, interdit ou concède des permissions pour des manifestations culturelles, organise la collecte des déchets ménagers et, enfin, joue un rôle dans la surveillance du quartier. Son action dépasse ainsi largement ses compétences. Si ceci ne constitue pas en soi un problème dans d’autres contextes, où la police de proximité peut incarner le chaînon manquant des sociabilités et des services à la personne dans des quartiers en difficulté, il faut envisager les possibles travers que constitue, dans le cas brésilien, le renforcement du monopole de la police dans de tels contextes spatiaux. En effet, comme le souligne Kant de Lima, le danger est que « la police continue à opérer comme une agence autonome au service d’un État imaginaire, chargé de maintenir un ordre injuste dans une société d’inégalités50 ».

  • 51 S. Fainstein, « Spatial Justice and Planning », [« Justice spatiale et aménagement urbain », traduc (...)

49Bien que le dispositif de pacification prévoie des réunions d’information auprès de la population, la participation des habitants semble largement forcée. Les objectifs du projet n’ont ni été établis en concertation, ni même présentés publiquement. En dépit de ce fait, des réunions locales ont conduit à des changements dans les modes opératoires de la police, qui témoignent de la volonté des acteurs d’influer sur sa mise en œuvre, et des difficultés qu’ils rencontrent pour faire entendre leur voix. Il convient donc de ne pas surévaluer l’efficacité de cette forme de délibération – voulue participative –, notamment, comme le précise Susan Fainstein, parce qu’elle s’inscrit dans une « approche procédurale [...] certes démocratique mais (qui) échoue à prendre en compte la réalité structurelle de l’inégalité et des hiérarchies de pouvoir51 ». Les relations entre les habitants et la police sont en effet toujours problématiques, les cas d’interventions violentes et arbitraires demeurant fréquents, comme nous avons pu le constater lors d’une réunion entre les habitants et le commandant de l’UPP dans une favela de la zone Nord, plusieurs cas de bavures policières étant rapportés au commandant local. Certaines réactions émanant des habitants, situées hors des cadres attendus de la participation, ont néanmoins été écoutées par les institutions publiques, comme les critiques envers les interventions policières violentes, surtout auprès des habitants les plus jeunes et noirs ou encore la question de l’organisation de spectacles ou de baile funks (bals funk), événements systématiquement associés aux narcotrafiquants et généralement interdits dans les favelas occupées par la police.

50Si la menace de la violence liée au trafic semble temporairement éloignée, elle n’en est pas écartée. En effet, outre qu’elles reposent sur une longue histoire conflictuelle, les relations entre favelados et policiers demeurent largement contraintes, d’une part en raison des menaces exercées par les membres – désormais invisibles – du trafic, pesant sur des habitants qui ont peur d’être considérés comme des collaborateurs, d’autre part en raison des comportements arbitraires exercés par certains policiers.

  • 52 La compagnie d’eau et assainissement (CEDAE) a mis en place un tarif « social » de 15 Rs par foyer. (...)

51Il semble par ailleurs évident que les intérêts sous-jacents au dispositif de sécurité communautaire ne sont pas les mêmes que ceux des habitants des favelas, conduisant à constituer une potentielle menace d’ordre économique pour les habitants. En effet, la spéculation immobilière entraîne des situations difficiles pour certains habitants privés de logement ou d’accès à certains services urbains (eau, électricité, ramassage des ordures ménagères). L’une des grandes préoccupations, exprimée lors des réunions de présentation des UPP, fut la question du paiement des équipements publics. Du fait de leur qualité douteuse, il est connu qu’une grande partie des habitants ne les payait pas. L’expulsion des narcotrafiquants et l’arrivée de dizaines de milliers de clients nouveaux ont incité les concessionnaires de services publics à y installer définitivement leurs équipements52.

52Pression et spéculation immobilières dépassent largement les favelas pour concerner les quartiers alentour, où les habitants voient le prix des logements augmenter sans que leurs revenus n’aient été véritablement réévalués. À terme, il est possible de penser que cette dynamique modifiera la géographie des inégalités à l’échelle de la ville, aspect qu’il conviendrait d’analyser de manière précise lorsque les importants travaux de rénovation et de renouvellement urbains seront achevés. Le risque, observé à ce jour au travers des nombreuses expulsions d’habitants suite à la destruction de logements situés sur des zones d’implantation d’infrastructures ou d’équipements, est que la pacification ne les conduise plus loin encore en périphérie, hors de la vue des touristes et des futurs participants aux événements sportifs.

Conclusion et perspectives

  • 53 E. D. Arias, « Introduction: Thinking About Social Violence in Brazil », in Drugs And Democracy in (...)

53Après plus de cinq ans de sécurisation d’un nombre important de favelas, il est délicat de dresser un bilan de l’intervention des unités de police pacificatrice à Rio de Janeiro. Il convient d’éviter de porter un jugement définitif sur ce type d’intervention. En effet, l’attitude souvent adoptée, qui consiste à critiquer l’intervention policière, conduit à défendre les trafiquants de drogue, ainsi que le précise Marcelo Lopes de Souza qui dénonce l’attitude de nombreuses personnalités académiques et politiques qui, accusant les pratiques corruptives et brutales de la police, adoptent un point de vue ambigu vis-à-vis des pouvoirs criminels. Évoquer l’émergence et la vigueur nouvelle des polices pacificatrices ne doit néanmoins pas faire oublier que ce modèle est mis en œuvre sans remise en cause, à la fois des pratiques anciennes, particulièrement celles des forces d’interventions spéciales au premier rang desquelles figure le BOPE et du rapprochement, historique à Rio de Janeiro, entre pouvoirs criminels et pouvoir politique, ce qu’Arias désigne comme « la structure particulière que les interactions criminelles ont avec les autres acteurs de l’État et de la société53 ».

54Il convient ainsi d’adopter une vision distanciée vis-à-vis de ces formes nouvelles de gestion de la sécurité publique qui, rassemblant de nombreux espoirs et faisant l’objet d’un soutien total des institutions gouvernementales et des compagnies privées, n’en demeurent pas moins fragilisées par une omniprésence policière qui renvoie à une gestion exclusivement sécuritaire des quartiers concernés ainsi que de la vie de leurs habitants. Les débats restent vifs sur ces questions au sein de la sphère publique et politique. Ils mobilisent très largement, depuis les habitants des favelas jusqu’à ceux qui, vivant dans des lieux où opèrent les pouvoirs criminels des trafiquants ou des milices privées, demeurent en marge de la pacification en cours. Ces mobilisations se traduisent par l’ouverture d’espaces de revendication sous la forme de débats qui, tout en restant confinés à des réunions d’initiés, laissent entrevoir une reprise de mouvements sociaux qui ont connu un fort ralentissement dans les deux dernières décennies. Si cette résurgence est à ce jour limitée, elle n’en constitue pas moins une évolution à laquelle il convient d’être attentif. En dépit de cela, que ce soit dans des situations où les narcotrafiquants résistent ou s’adaptent à la présence policière, face à des cas avérés de corruption par des représentants de la police pacificatrice, ou en raison du contrôle historique de l’espace par des pouvoirs qui en contraignaient les usages, les habitants des favelas éprouvent encore de la peur et une grande réticence à se manifester pleinement dans l’espace public.

55Le programme de pacification, en dépit d’être prolongé par des programmes sociaux, éducationnels ou culturels qui semblent prometteurs, dissimule des situations familiales profondément inégales (Instituto de Estudos de Trabalho e Sociedade, 2013) et souvent marquées par une intériorisation de la domination, qu’elle soit celle de l’État lui-même, des policiers ou des narcotrafiquants. Celle-ci est d’autant plus visible que les pouvoirs publics continuent à intervenir dans les favelas selon une certaine ambivalence, qui conduit à observer dans celles qui ont été pacifiées, un retour des expulsions – initialement camouflé avant d’être totalement assumé à mesure que l’urgence des travaux olympiques se fait plus pressante – principalement dans les favelas situées aux abords des installations prévues pour les événements sportifs internationaux.

56Dans ce contexte, il s’agirait de discuter de la vocation de ce type d’action étatique, présentée comme participative et émancipatrice, la réalité faisant état d’une représentation habitante limitée, largement contrainte et de l’importance des arrangements informels entre policiers, représentants de l’État et trafiquants. Comme le soulignait un habitant du Morro da Providência :

  • 54 Seu João, entretien conduit par les auteurs en janvier 2013.

« Les travaux de rénovation et d’expulsion ont commencé en même temps que les policiers (UPP) s’installaient... Soudainement, on a vu les narcotrafiquants s’éloigner des préoccupations de la “communauté” (comunidade) tout en continuant tranquillement leurs affaires54... »

  • 55 N. Smith, « Towards a theory of gentrification; a back to the city movement by capital not people » (...)

57En toile de fond de la pacification figurent ainsi nombre de jeux de pouvoirs et d’opportunités, les uns tournés vers le contrôle de l’économie locale, celle de la drogue, d’autres plus directement axées sur une spéculation immobilière désormais vigoureuse autour des lieux « sécurisés » et qui semble esquisser un phénomène de rent gap, à la fois lié à la pacification et consécutif aux opérations conduites par les services municipaux d’urbanisme enclins à renouveler l’offre résidentielle55. L’arrivée de couches supérieures ou moyennes supérieures est ainsi envisagé, dans les discours de la municipalité, comme un élément de redynamisation urbaine dont les effets ne peuvent à ce jour être précisément analysés, en dépit d’une récente médiatisation dans la presse de l’installation d’étrangers dans plusieurs favelas pacifiées des quartiers littoraux de la ville (Copacabana et Ipanema principalement).

  • 56 Luis Antonio Machado da Silva, « Afinal, qual é a das UPPs ? », Boletim do Observatório das Metrópo (...)
  • 57 Le Pronasci a notamment été présenté comme une initiative pionnière et exemplaire pour les pays en (...)

58La politique sécuritaire ne peut pourtant pas se résumer à ces interventions. Une telle pacification, souhaitée par les instigateurs du programme fédéral Pronasci pourrait, comme le souligne Machado da Silva, concerner l’ensemble des favelas de la ville56. Néanmoins, elle n’a aucun caractère universel et ne peut pas faire l’objet d’une normalisation, comme de nombreux représentants gouvernementaux semblent le souhaiter au travers de la diffusion de cette méthode dans de nombreux congrès internationaux sur la sécurité57.

59Finalement, les travers de cette politique et des interventions qui les caractérisent sont nombreux, depuis le niveau local où l’efficacité dépend des policiers à l’œuvre, jusqu’aux niveaux métropolitain et fédéral où, en dépit d’intérêts économiques et électoralistes, ce type d’intervention n’est pas sans révéler un accès inégal aux services publics. Les favelas sécurisées au moyen des unités pacificatrices sont en passe d’être fournies en équipements et en services publics, les autres demeurant dans l’attente de toute attention et intervention publiques. Le risque est que le traitement inégal de la question de la sécurité à Rio de Janeiro relève de stratégies opportunistes nourrissant le marketing urbain et insistant sur des modalités injustes dans la façon d’envisager la violence et la pauvreté urbaine.

  • 58 S. Fainstein, art. cit.
  • 59 L. Kowarik, Escritos urbanos. São Paulo, Editora 34, 2000, et T. Sales, « Raízes da desigualdade so (...)

60Si la perspective d’une sécurité plus juste qui, à Rio de Janeiro, s’avère incontournable à penser pour envisager une « ville (plus) juste », ne passe pas seulement par la participation des habitants des favelas à la définition de critères permettant d’influer sur le cours des projets de police communautaire, elle ne peut en aucun cas éviter de prendre acte des positions de la population concernée par l’omniprésence policier58 ». Dans une période de sous-représentation où l’inefficacité des institutions publiques dans les favelas succède à une période de contrôle sécuritaire permanent, cette présence policière, fût-elle pacifique, ne constitue-t-elle pas un obstacle en termes d’égalité entre les citoyens, susceptible d’assigner aux habitants des favelas le rôle de « sous-citoyens » ou de les restreindre à une « citoyenneté concédée59 » ?

61Si la police pacificatrice revêt un caractère inédit dans l’histoire récente des pratiques de sécurité à Rio de Janeiro, ces questionnements renvoient à un débat ancien autour du renforcement de la démocratie au Brésil. Celui-ci nécessiterait d’être aujourd’hui poursuivi à la lumière des nouveaux enjeux de justice que pose l’omniprésence policière, reflet de la domination historique des forces armées dans le pays.

Notes

1 Une partie des recherches empiriques sur lesquelles s’appuie ce texte a été collectée dans le cadre d’un séjour effectué par Nicolas Bautès en tant que chercheur invité financé par la Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado do Rio de Janeiro (FAPERJ) au sein de l’université fédérale de Rio de Janeiro, associé au laboratoire FACI (Favela e Cidadania) coordonné par Maria de Fatima Marques Cabral Gomes. Qu’elle soit ici remerciée pour son accueil et pour ses précieux conseils. Cette contribution prolonge et approfondit de premiers questionnements présentés à l’Université de Caen Basse-Normandie le 13 janvier 2009 dans le cadre des séminaires du Pôle Villes et sciences sociales de la MRSH. Le présent texte constitue, en outre, une version remaniée et actualisée d’une première publication intitulée « Sécuriser l’espace des pauvres. Sécurité publique et justice spatiale dans les favelas de Rio de Janeiro » – Improving Security in Poor Areas –, in Justice Spatiale/Spatial Justice, Pratiques de sécurité en ville, no 4, Dec. 2011.

2 Cela à la suite de nombreux auteurs parmi lesquels on peut citer, A. Peralva, « Perspectives sur la violence brésilienne », Tiers-Monde, vol. 42, no 167, Tensions Brésiliennes, 2001, p. 537-554. M. Lopes de Souza, Fobópole. O medo generalizado e a militarização da questão urbana, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 2008. L. A. Machado Da Silva, « Sociabilidade violenta : por uma interpretação da criminalidade contemporânea no Brasil urbano », in L. C. Ribeito, org., Metrópoles : entre a cooperação e o conflito, São Paulo, Perseu Abramo, FASE, 2004. Vida sob cerco. Violência e rotina nas favelas do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 2008. « Afinal, qual é a das UPPs ? », Boletim do Observatório das Metrópoles, Rio de Janeiro, 18/03, 2010. « Polícia e violência urbana em uma cidade brasileira », Etnográfica, vol. 15 (1), 2011, p. 67-82. L. A. Machado da Silva, L. Leite, M. P. Fridman, « Matar, morrer, civilizar : o problema da segurança pública », in MAPAS (Monitoramento Ativo da Participação da Sociedade), Rio de Janeiro, IBASE, Action Aid, Ford Foundation, 2005. M. Misse, « As ligações perigosas : mercado informal ilegal, narcotráfico e violência no Rio de Janeiro », Comtemporaneidade e Educação, 2 (1), 1997, p. 93-116 et « Mercados ilegais, redes de proteção e organização local do crime no Rio de Janeiro », Estudos Avançados, no 21, 2007, p. 139-157.

3 La ville a accueilli successivement les Jeux Militaires en 2011, le Sommet de la Terre (Rio + 10) en 2012, la Coupe des Confédérations de football et les Journées Mondiales de la Jeunesse Catholique en 2013. Elle accueillera la Coupe du monde de football en 2014 et les Jeux Olympiques d’été en 2016.

4 Le terme fobópole est, selon Lopes de Souza, le résultat de la combinaison entre le terme grec phobos, « peur », et polis, « ville », M. Lopes De Souza, Fobópole, op. cit., p. 9.

5 Source : R7 Noticias [http://noticias.r7.com/rio-de-janeiro/noticias/gasto-com-upps-do-rio-no-ano-da-copa-sera-de-r-720-milhoes-20111210.html].

6 Extrait d’entretien effectué dans le cadre du 12e Congrès des Nations Unies sur la prévention au crime et pour la justice criminelle, tenu à Salvador de Bahia en avril 2012. Publié sur le site [http://www.crimecongress2010.com.br].

7 Selon le Secrétariat Municipal de Santé (Secretaria Municipal de Saúde), ce sont plus de 100 000 tirs d’armes à feu qui ont été évités entre 2007 et 2012 dans quatre zones d’implantation des UPP (celle administrée par le 2e Bataillon de la Police Militaire : Botafogo, Humaita, Flamengo ; du 6e dans les quartiers de Tijuca, Andarai et Grajau ; du 16e, correspondant à la région d’Olaria, Complexo do Alemão, Penha et Ramos) et enfin celle du 19e, dans les quartiers de Copacabana, Leme et Ipanema, O Globo, 24 mars 2013.

8 Ceci ne signifie en aucun cas que les espaces d’habitat précaire, les favelas, ne sont pas concernés par des jeux spéculatifs, comme le montrent par exemple les travaux de Pedro Abramo, “Teoria Econômica da Favela. Quatro notas sobre a localização residencial dos pobres e o mercado imobiliário informal”, in P. Abramo, A cidade da informalidade. O desafio das cidades latino-americanas, Sete Letras, FAPERJ. Rio de Janeiro-RJ, 2003, ou ceux de R. Soares Gonçalves : Les favelas de Rio de Janeiro. Histoire et droit XIXe et XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2010.

9 E. D. Arias, « The Dynamics of Criminal Governance: Networks and Social Order in Rio de Janeiro » Journal of Latin American Studies, 38, p. 293-325, 2006.

10 Le terme « pacification » est un euphémisme souvent employé dans les discours politiques et médiatiques pour désigner l’occupation policière visant à rétablir la paix, succédant le plus souvent dans le cas du Brésil, à une intervention armée. Les interventions précédant l’installation d’unités de police pacificatrice dans plusieurs favelas de Rio de Janeiro s’inscrivent d’ailleurs dans le cadre d’une opération baptisée « Choc de Paix » par la Police Civile de l’État (Choque de Paz).

11 M. de Abreu, « Penser la ville au Brésil : du XVIe au début du XXe siècle », in A. Joussemet (éd.), Les Recherches sur la ville au Brésil : Actes des journées franco-brésiliennes du PIR, Paris, CNRS Éditions, 1994, p. 13-36 ; M. L. Silva Pereira, Favelas Cariocas 1930-1945, Rio de Janeiro, Contraponto, (1993), 2005 ; R. Soares Gonçalves, “O mercado imobiliário informal de aluguel e sua regularização em uma perspectiva histórica”, GEOgraphia, vol. 13, no 26, 2011, p. 114-135 ; L. Valladares, A invenção da favela : do mito de origem a favela. com, Rio de Janeiro, Editora FGV, 2005 ; A. Zaluar, « Democratização inacabada : fracasso da segurança pública », Estudos Avançados, no 21, 2007, p. 31-49.

12 V. Telles, « Favela, favelas : interrogando mitos, dogmas e representações », Revista Brasileira de Ciências Sociais, vol. 21, no 62, 2006, p. 141-143.

13 La formation de l’organisation criminelle Comando Vermelho (Commando rouge) marque une phase majeure dans le trafic de stupéfiants à Rio de Janeiro. Selon De Souza, cette activité est une réalité multiscalaire qui se manifeste aussi bien sous la forme d’un réseau international que d’une simple organisation criminelle à l’intérieur d’une favela : voir M. Lopes de Souza, 1994, p. 106, art. cit. Les points de vente de la drogue ne représentent que l’aspect le plus visible de l’activité.

14 Sur la question des segregations urbaines au Brésil et plus précisément sur celle des enclaves, voir notamment les travaux de Teresa Caldeira : T. Caldeira, « Enclaves fortificados : a nova segregação urbana », Novos Estudos CEBRAP, no 47, mars, 1997, p. 55-76, et City of walls : crime, segregation and citizenship in São Paulo, Berkeley, University of California Press, 1998.

15 C. Goirand, « “Philantropes” en concurrence dans les favelas de Rio ». Critique Internationale, no 4, Paris, Presses de Sciences Po, 1999, p. 160.

16 Arias, E. D. art. cit.

17 M. Lopes de Souza, art. cit., 1996, p. 428-429.

18 La loi du silence est plus pernicieuse qu’on l’imagine. Elle bloque le contact des favelados avec l’extérieur, et provoque une forme d’incommunicabilité à l’intérieur même des favelas, liée à la peur et à la méfiance mutuelle (Machado da Silva, 2004).

19 L. Dowdney, Crianças do tráfico : um estudo de crianças em violência armada organizada no Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Sete letras, 2004, p. 36-40.

20 B. Lessing, « As facções cariocas em perspectiva comparativa », Novos estudos CEBRAP, no 80, 2008, p. 54.

21 Bien que ces situations ne concernent pas de manière systématique toutes les favelas, dont la population est de près d’1,4 millions d’habitants (IBGE, 2010), il convient néanmoins d’en accepter la récurrence dans de très nombreux cas.

22 Instituto de Segurança Pública, Balanço das incidências criminais e administrativas no Estado do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro : ISP, 2009.

23 M. Lopes de Souza, Fobópole, op. cit., p. 51.

24 M. Lopes de Souza, op. cit.

25 I. Cano, Letalidade da ação policial no Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, ISER, 1997, p. 39.

26 A. Peralva, art. cit., 2001, p. 148.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Source : Relatorio 2010, Escritório de Gerenciamento de Projetos, Secretaria de Estado da Casa Civil do Estado do Rio de Janeiro, 2010.

30 J.L.P. Bencheoga, LB. Guimaraes, ML. Gomes et S. D. De Abreu, A transição de uma polícia de controle para uma polícia cidadã, São Paulo Perspec. [online], vol. 18, no 1, 119-131, 2004, p. 120.

31 Al Paixao, « A política da polícia ». Estudos Implementares FJP, Mimeo, 1993.

32 F. Beato, C. Claudio, « Reinventando a policia. A implementação de um programa de policiamento comunitário », Centro de Estudos de Criminalidade e Segurança Pública – CRISP, 2004, p. 5 [http://www.crisp.ufmg.br/artigos_publicacoes/artigos].

33 S. E. Barkan, Criminology. A sociological understanding. Prentice Hall, New Jersey, 1997.

34 Nous pouvons citer, par exemple, les cas d’assassinat (chacina) d’enfants de rue face à l’église de Candelária dans le Centre de Rio de Janeiro le 23 juillet 1993 ou encore, le 29 août de la même année, le massacre de plusieurs habitants de la favela Vigário Geral, tous deux orchestrés par les forces policières.

35 Le Parti du Mouvement Démocratique Brésilien est l’un des plus important du pays. Il est issu du Mouvement Démocratie Brésilien (MDB), opposition consentie par le régime militaire pendant la dictature. Il participe au gouvernement depuis le processus de démocratisation et rassemble des représentants issus de courants idéologiques variés.

36 La mise en œuvre de ce programme engageait un financement gouvernemental d’un montant d’environ 2,35 milliards de Reais pour 2013.

37 Ces onze régions sont les suivantes : Belém, Belo Horizonte, Brasília (Entorno), Curitiba, Maceió, Porto Alegre, Recife, Rio de Janeiro, Salvador, São Paulo et Vitória.

38 Parmi les nombreuses actions figurant dans ce programme, citons le projet « Mães da Paz » (Mères de la paix), bourse d’étude destinée aux femmes souhaitant s’investir dans des actions commune avec les forces de police. Elles seront formées pour être des défenseures des droits de l’homme.

39 Ministère de la Justice, Secrétariat de sécurité publique, source : Ministério da Justiça, Pronasci 2010 [http://portal.mj.gov.br/data/Pages/MJF4F53AB1PTBRNN.htm].

40 Depuis l’implantation des unités de police pacificatrice, il semble que les indices de criminalité aient connu une baisse considérable, traduite par une diminution du nombre d’homicides de près de 80 %. Entre les mois de novembre 2007 et 2008, la Police Civile avait enregistré 34 assassinats à Cidade de Deus. Sur la même période, entre 2008 et 2009, seulement 6 cas ont été relevés. Le nombre de vols est passé, sur la même période, de 68 à 11. Les agressions (assaltos) connaissaient dans le même temps une baisse de 70,9 %, passant de 141 à 41 (Instituto de Segurança Pública, 2009).

41 The Guardian, 12 avril 2010, « Rio de Janeiro police occupy slums as city fights back against drug gangs », 12/04/2010 [http://www.guardian.co.uk/world/2010/apr/12/rio-de-janeiro-police-occupy-slums].

42 Voir le site [http://www.sidneyrezende.com].

43 Il s’agit du projet phare de l’actuelle administration municipale.

44 Deux ans après l’installation des UPP, la valorisation des immeubles de ce quartier a atteint près de 80 % au cours de l’année 2010. En 2012, le journal O Globo du 4 janvier notait une augmentation de près de 35 % pour les ventes d’immeubles dans sept des onze régions qui composent l’aire métropolitaine. O Globo, « Custo médio do aluguel residencial no Rio sobe 21 % em 2011 [http://oglobo.globo.com/imoveis/custo-medio-do-aluguel-residencial-no-rio-sobe-21-em-2011-3563656#ixzz2fnW5glWl].

45 Ce financement s’effectue tout particulièrement via la construction des bâtiments utilisés par les forces de police pacificatrice dans les favelas dans lesquelles elles sont implantées.

46 Eike Batista est l’un des plus puissants hommes d’affaires du monde, à la tête d’une fortune évaluée, en 2013, à près de 30 milliards de dollars.

47 Les auteurs ont récemment conduit plusieurs séries d’enquêtes dans les favelas de la ville. Cette démarche de terrain, qui engage une présence régulière, nécessite une attention accrue eu égard à la présence permanente d’armes et aux conflits violents qui s’y déroulent. Une grande partie des favelas étant situées sur des collines, l’usage courant conduit à utiliser le verbe « monter » pour désigner toute visite.

48 Près de 9 millions d’euros en septembre 2010.

49 Cet aspect est trop récent pour être analysé ici en détail. Il fera l’objet de publications ultérieures.

50 R. Kant de Lima, “A administração dos conflitos no Brasil : a lógica da punição”, in G. Velho, M. Alvito (orgs), Cidadania e Violência, Rio de Janeiro, Editora FGV, 2000, p. 175.

51 S. Fainstein, « Spatial Justice and Planning », [« Justice spatiale et aménagement urbain », traduction : Philippe Gervais-Lambony]. Justice Spatiale | Spatial Justice, no 1, septembre 2009 [http://www.jssj.org].

52 La compagnie d’eau et assainissement (CEDAE) a mis en place un tarif « social » de 15 Rs par foyer. Par contre, le tarif social de la compagnie locale d’électricité ne touche pas tous les habitants, seulement ceux qui bénéficient du programme d’allocations sociales du gouvernement fédéral.

53 E. D. Arias, « Introduction: Thinking About Social Violence in Brazil », in Drugs And Democracy in Rio de Janeiro: Trafficking, Social Networks, And Public Security, Chapel Hill, North Carolina. The University of North Carolina Press, p. 1-17.

54 Seu João, entretien conduit par les auteurs en janvier 2013.

55 N. Smith, « Towards a theory of gentrification; a back to the city movement by capital not people », Journal of the American Planning Association, 45, 1979, p. 538-548.

56 Luis Antonio Machado da Silva, « Afinal, qual é a das UPPs ? », Boletim do Observatório das Metrópoles, Rio de Janeiro, 18/03/2010.

57 Le Pronasci a notamment été présenté comme une initiative pionnière et exemplaire pour les pays en développement lors du 1er Séminaire sur la Prévention de la Violence (décembre 2009), lors de la Conférence Mondiale de la Jeunesse organisée par l’Unesco au Mexique (août 2010) et lors du 12e Congrès des Nations Unies sur la prévention du crime et pour la justice criminelle (Salvador de Bahia, 2010).

58 S. Fainstein, art. cit.

59 L. Kowarik, Escritos urbanos. São Paulo, Editora 34, 2000, et T. Sales, « Raízes da desigualdade social na cultura política brasileira », in RBCS, São Paulo, ANPOCS, no 25-9, juin 1994, p. 26-37.

Auteurs

Maître de conférences en géographie à l’université de Caen Basse-Normandie. Il est rattaché à l’UMR Espaces et Sociétés (CNRS 6590 ESO), et associé au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS). Ses travaux intéressent les mouvements sociaux urbains, les processus informels en ville et, plus largement, la construction politique des espaces urbains en Inde et au Brésil. Il a récemment écrit plusieurs articles sur ces thèmes, parmi lesquels : (avec V. Dupont) “Acting from the urban margin spaces” et (avec F. Landy), “Local systems of actors in Brazil and India’s slums”, in Saglio-Yatzimirsky & Landy, eds. Mega-city Slums. Social Exclusion, Space and Urban Policies in Brazil and India. Éd. World Scientific Publishing Co. coll. Urban Challenges, vol. 1. Ses travaux s’inscrivent actuellement dans le programme de recherches Inverses, « Informalités, Pouvoirs. L’envers des espaces urbains », coord. J. Tadié.
Juriste et historien, docteur de l’université Paris Diderot. Il est maître de Conférences à l’université Catholique de Rio de Janeiro (PUC-Rio), responsable du laboratoire LEUS (Laboratoire d’Études Urbaines et Socio-environnementale). Ses travaux de recherches concernent la construction juridique des favelas, l’histoire des politiques urbaines dans les favelas et les questions sécuritaires à Rio de Janeiro. Il est l’auteur de l’ouvrage Les favelas de Rio de Janeiro. Histoire et droit XIXe et XXe siècles, Éd. L’Harmattan. Coll. « Recherches et documents Amérique latine », 2010. En France, il est associé au laboratoire LAVUE, UMR 7218.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540