Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Première partie. Ébullitions insécuritaires : des mots et des faits

Classes juvéniles, classes dangereuses (XIXe-XXIe siècle)

Anne-Marie Sohn

Texte intégral

1La jeunesse, qui représente l’avenir et l’espoir d’un pays, bénéficie de l’appui et de l’indulgence de la société. Toutefois, parce qu’elle rompt avec les façons de faire en vigueur, parce qu’elle s’exhibe dans l’espace urbain, elle inquiète également. Turbulente et rebelle, c’est la jeunesse masculine qui est au premier chef l’objet de toutes les attentions. Elle tient en effet, un siècle et demi durant, le haut du pavé urbain et elle suscite dans l’espace public, des désordres qui vont des micro-incidents quotidiens aux « rassemblements » mais surtout aux « troubles » et émeutes annonciatrices de révolutions. Sa détermination est fonction de la conjoncture politique et sociale, qui influe à son tour sur les réactions de la société face aux débordements. Le temps des émeutes et des révolutions, de 1815 à 1870, superpose ainsi tensions politiques et excès juvéniles. Le temps démocratique, des années 1860 à la seconde Guerre mondiale, conjugue à l’inverse domestication de la jeunesse et apaisement politique. à partir des années 1950, la « contestation » portée par les étudiants remplace l’émeute, les années 1968 constituant l’acmé d’un mouvement dont la ville a été le théâtre. Avec la fin des Trente Glorieuses et le déclin des mouvements gauchistes, la révolte juvénile investit un nouveau territoire urbain, celui des banlieues et des cités déshéritées.

Jeunesse turbulente et maîtrise de l’espace public au XIXe siècle

2L’espace et les lieux publics, tels les cafés et les théâtres, constituent le terrain privilégié de l’affirmation juvénile. C’est pour une large part dans la rue, en effet, que les jeunes hommes construisent leur identité masculine, générant des conflits de génération et d’usage.

Jeunes hommes et conquête des espaces publics

  • 1 Lettre du sous-préfet de Saint-Malo au Préfet d’Ille-et-Vilaine, 16 avril 1816, A. D., Ille-et-Vila (...)
  • 2 Affiche du 12 juillet 1819, Bulletin de la Préfecture du 6 novembre 1818, F7 7291.
  • 3 Procureur général de la Cour impériale de Paris au Garde des Sceaux, 10 décembre 1864, BB18 1704. D (...)
  • 4 Les « débuts » permettent aux spectateurs de siffler ou d’applaudir la pièce et les acteurs.
  • 5 A. Corbin, « L’agitation dans les théâtres sous la Restauration », Le temps, le désir, l’horreur, P (...)
  • 6 Rapport du Procureur général de la Cour royale de Montpellier au garde des Sceaux, 20 novembre 1832 (...)

3La construction de la masculinité passant, entre autres, par la maîtrise des lieux réservés aux adultes, les jeunes hommes arpentent la ville, de nuit comme de jour, non sans troubler la paix publique. Pour s’affirmer, ils s’amusent à contester à leurs aînés leur droit de préséance. En 1816, une bande de garçons âgés de quinze à vingt-cinq ans, se promène ainsi sur les remparts de Saint-Malo, en se tenant par le bras « barrant le passage à ceux qui venaient du côté opposé1 ». Pour prouver qu’ils sont des hommes, les jeunes gens mettent également un point d’honneur à parler haut et rire fort. Il est admis que les conscrits lors du tirage et du conseil de révision, défilent, battent du tambour et chantent à gorge déployée. Les dérapages, néanmoins, sont fréquents. Le Préfet de police de Paris fait ainsi apposer en 1819 une affiche enjoignant aux appelés « de ne pas circuler avec des Tambours et de ne point former de réunions tumultueuses dans les cabarets et autres lieux publics2 ». Les recrues perturbent jusqu’au Second Empire la vie nocturne, cognent aux portes pour réveiller les habitants, cassent les réverbères. Les chahuts universitaires sont également nombreux. Ainsi lors de la rentrée de l’Université de Paris en 1864, six cents élèves de l’école de droit, furieux de n’avoir pas trouvé de place à l’intérieur, protestent, une trentaine d’entre eux sifflant et huant un professeur pour lequel ils éprouvent un « sentiment d’hostilité3 ». Le théâtre, quant à lui, est le siège de tumultes quasi rituels, en particulier sous la Restauration et la Monarchie de Juillet4. La jeunesse masculine est la première à engager « la lutte pour le contrôle de la salle5. De plus, le théâtre permet d’exprimer sans danger des opinions politiques dissidentes. Les élèves de l’école de médecine de Montpellier demandent par exemple en 1832 que La Marseillaise, redevenue subversive, soit chantée sur scène puis, devant le refus du directeur, déclenchent une vraie bronca. Le Procureur général, toutefois, minimise le scandale politique et considère que c’était seulement « un prétexte à faire du bruit6 ». Refuser le passage et bousculer les passants, monopoliser la chaussée par des défilés, couvrir la voix du chanteur ou de l’acteur, saturer la sphère publique par ses cris, tels sont certains des moyens employés par les jeunes hommes pour dominer la rue. D’où des heurts avec les adultes et les autorités, promptes jusqu’à la IIIe République à déceler la subversion au moindre éclat. Cette « effervescence » juvénile, en effet, est souvent polysémique, entre affirmation du groupe et de l’individu, construction de la masculinité et engagement politique.

Jeunes hommes et geste politique (1815-1851)

  • 7 Rappelons que l’article 291 du Code Pénal interdit les réunions publiques de plus de 20 personnes, (...)
  • 8 Compte-rendu par le Président des Assises du Puy-de-Dôme, 2e trimestre 1849, BB20 148.

4Par-delà les fluctuations de la conjoncture, adolescents et jeunes hommes sont à la pointe du combat politique mais selon des modalités qui leur sont propres. Moins rodés que leurs aînés aux discours, ils prisent les démonstrations symboliques, un moyen par ailleurs de tourner l’interdiction des manifestations publiques7. Les cocardes et drapeaux rouges ou tricolores ainsi que les chants révolutionnaires se muent en manifeste dès la Restauration. La Marseillaise est alors de tous les attroupements juvéniles. Dans une société où le folklore est encore prégnant, les mascarades et les charivaris séduisent les jeunes gens, car ils permettent, sous couvert de licence festive, d’engager le combat contre des ennemis politiques. Lors du Carnaval de 1849 à Issoire, sept jeunes hommes, artisans pour l’essentiel, mettent par exemple en scène la lutte entre Rouges et Blancs. Deux d’entre eux, l’un costumé en paysan, le second en ouvrier, avancent masqués de rouge et écrasés par un joug sous la conduite d’un troisième protagoniste, masqué de blanc et vêtu d’une redingote bourgeoise. Dans le second tableau, le jeune homme au bonnet rouge, juché sur une voiture, plonge un bout de bois figurant un poignard dans le corps d’un mannequin au bonnet blanc8. Les jeunes peuvent même, par inexpérience ou forfanterie, affronter les institutions et les forces de l’ordre, transposant alors dans la sphère politique les attitudes de défi et de provocation mises en œuvre entre pairs. Ils savent, d’ailleurs, ruser avec la répression, plaider l’ignorance ou l’ébriété, exploiter le droit à la plaisanterie. Les autorités, tolérantes en général pour les amusements de la jeunesse, préfèrent souvent qualifier d’« espièglerie » ou d’« enfantillage », ces manifestations. En ces temps de répression politique, certes fluctuante mais toujours menaçante, afficher ses convictions et défier les représentants du pouvoir n’est pas sans danger, néanmoins, et exige un courage qui suscite l’admiration des pairs et conforte l’estime de soi.

  • 9 Lettre du Préfet du Rhône au Ministre de la police, 8 mai 1822, F7 9770.
  • 10 Sur la chronologie de l’engagement estudiantin, voir J.-C. Caron, Générations romantiques. Les étud (...)
  • 11 L’ordonnance du 5 juillet 1820 réprime par des sanctions universitaires les fautes contre « l’ordre (...)
  • 12 L’affaire dérape ensuite et débouche sur le saccage d’une minoterie et un procès en Assises. Compte (...)

5De fait, la jeunesse est aux avant-postes de la lutte politique dans le premier XIXe siècle. à Paris, très attaché aux conquêtes de la Révolution et de l’Empire, les conscrits manifestent dès 1818 leur opposition au régime en épinglant à leurs chapeaux des « faveurs rouge, bleu, blanc », nouées en guise de cocardes. à Anse (Rhône), ils sortent du cabaret avec tambour et drapeaux en criant « Vive l’Empereur, Merde pour Louis XVIII... Merde pour le curé », récusant précocement l’alliance du trône et de l’autel9. Entre 1819 et 1822, les étudiants parisiens ont même constitué la principale force de l’opposition libérale aux Bourbons10. Les ordonnances du 5 juillet 1820 et du 2 février 1823 organisent, du reste, une répression spécifique pour les bâillonner11. L’enthousiasme que suscitent chez les adolescents les Trois Glorieuses constitue une preuve a posteriori de l’engagement public des plus audacieux. Rappelons que la jeunesse des écoles, et en particulier les étudiants en droit et les polytechniciens, ont joué un rôle important dans le déclenchement de la Révolution. Louis-Philippe les reçoit, d’ailleurs, en délégation le 10 août, le lendemain de son intronisation, pour louer leur dévouement à la cause révolutionnaire et leur héroïsme. La province et la jeunesse populaire sont au même diapason. Le 15 août 1830, quatre jeunes gens d’Albi, d’origine modeste et âgés de quatorze à vingt ans lancent ainsi, drapeau tricolore déployé, une expédition pour effacer « les emblèmes royaux du gouvernement renversé » et entraînent à leur suite une foule considérable12. Aussi, avec le triomphe de la Résistance, le régime se heurte-t-il rapidement à l’opposition d’une fraction de la jeunesse tant légitimiste que républicaine comme l’attestent, entre autres, les troubles de Toulouse en novembre 1832. Lors de l’ouverture des cours, une centaine d’étudiants sifflent et conspuent le lieutenant général et le Préfet. Puis ils parcourent les rues de la ville, tous les soirs, « en faisant retentir des chants et des cris provoquant au renversement de la monarchie et outrageants contre d’augustes personnages ». Le Procureur général minimise néanmoins le scandale, se référant à l’âge des protagonistes :

« Inexpérience et excès d’amour-propre, voilà ce qui les domine : ils pensent se donner de l’importance et du relief par des allures frondeuses et grossières. C’est à leurs yeux de l’indépendance et la plupart de ces petits républicains qui marchent fièrement dans la rue le chapeau sur l’oreille, le cigare à la bouche, semblent dire, nous allons renverser le gouvernement, n’affichent telle opinion politique que par suite de cette déplorable disposition d’esprit. »

  • 13 Lettre du Procureur général de Montpellier au Garde des Sceaux, 20 décembre 1832, BB18 1211.

6L’analyse est remarquablement clairvoyante sur les mécanismes de construction de l’identité masculine mais elle sous-estime la volonté d’exprimer publiquement une conviction politique13.

7À Dijon, la jeunesse ouvrière entre publiquement dans l’opposition. Elle subvertit la fête du Roi en chantant les paroles du Chant du départ joué par la Garde Nationale, à seule fin d’encenser la République mais en se jouant des ambiguïtés de la loi. Le Procureur général n’est pas dupe mais considère que, devant un tribunal les jeunes gens « n’auraient pas manqué de dire qu’au fond le chant du départ ne provoquait point à donner au gouvernement la forme républicaine mais qu’il avait pour but de faire appel aux sentiments patriotiques », bref « que le mot République n’y figure que comme le synonyme de Patrie ». Les jeunes Dijonnais affrontent surtout les militaires du 1er Régiment qui, après avoir écrasé l’insurrection parisienne des 5 et 6 juin 1832, s’en prennent aux Républicains de la ville et suscitent en 1833 d’innombrables incidents : insultes, menaces, agressions physiques.

  • 14 Lettre du Procureur général près de la cour royale de Dijon, 22 mars 1833, lettre du Procureur géné (...)

« Ces scènes ont exalté les têtes ardentes des jeunes gens. Comme c’est à leurs cravates rouges que les militaires prétendaient reconnaître les Républicains, beaucoup de ceux qui les avaient abandonnées les ont reprises et d’autres qui n’en avaient jamais eu en portent aujourd’hui14. »

  • 15 Sur leur mobilisation, voir J.-C. Caron, Générations romantiques, op. cit.
  • 16 Lettre du Recteur de Strasbourg au Ministre de l’Instruction Publique, 28 février 1848, F17 7289.
  • 17 Lettre du Recteur de Bourges, 27 février 1848 et lettre du Recteur de Corse, 6 mars 1848, op. cit.
  • 18 V. Robert, Les chemins de la manifestation. Lyon, PUL, 1996, p. 104-105.

8En 1848, les étudiants sont à nouveau sur les barricades, mais, fait nouveau, leur participation aux journées révolutionnaires leur vaut d’être traités en citoyens. À Paris, le gouvernement provisoire les réquisitionne pour assurer sa sécurité et faire appliquer ses arrêtés puis il les fait entrer dans l’état-major de la Garde nationale15. Il en est de même en province, à Aix comme à Strasbourg, où les étudiants ont « accueilli le triomphe de la cause nationale et de la République avec l’enthousiasme expansif qu’on doit attendre de l’ardeur et de la générosité de leur âge », autant dire en manifestant16. Les lycéens les imitent pour la première fois et se retrouvent, eux aussi, dans la rue. à Ajaccio, les élèves quittent même leurs classes pour se joindre à « une foule immense qui parcourait la ville aux cris de Vive la République, Vive Napoléon17 ». Les jeunes gens des milieux populaires vivent également la IIe République comme une propédeutique militante. à Lyon, ce sont des « gamins » qui manifestent les premiers contre le rétablissement des péages sur les ponts. Le 6 décembre 1848, ils sont deux à trois cents à défiler en lançant des pierres et « en portant un chiffon rouge en guise de drapeau ». Le lendemain, ils descendent, plus nombreux encore, de Croix Rousse vers la place des Terreaux, drapeau rouge en tête et aux cris de : « à bas Cavaignac ! Vive la Guillotine ! » Le 8 décembre, une cohorte de jeunes gens de quinze à vingt ans, promènent un mannequin du chef du gouvernement en chantant La Marseillaise puis ils le brûlent symboliquement. Ces « enfants » seraient poussés, selon les autorités, par les chefs de clubs politiques. C’est possible mais ces « gamins » ne sont pas peu fiers de tenir le pavé18.

Le Mai-68 de la jeunesse du XIXe siècle

  • 19 Liste des étudiants arrêtés le 24 février 1862, AJ16 6494.

9Le coup d’état du 2 décembre met fin aux démonstrations mais avec l’Empire libéral, la jeunesse resurgit sur la scène publique. Vierge de toute expérience politique mais sûre que « le sabre de décembre était rentré au fourreau » ainsi que l’écrivent des lycéens en 1870, elle se lance dans l’action avec enthousiasme. Jules Grévy et Georges Clémenceau sont ainsi arrêtés en février 1862 pour avoir commis des désordres sur la voie publique19.

  • 20 Voir BB18 1756, « Garde Mobile. Troubles ». Les plus importants se déroulent à Dijon, Grenoble, Mon (...)
  • 21 Lettre du Procureur général de la cour impériale de Toulouse au garde des Sceaux, 7 avril 1868, BB1 (...)

10En mars et avril 1868, le recrutement de la garde mobile instaurée par la loi Niel conduit à de graves incidents dans plusieurs métropoles mais également dans des petites villes20. Les troubles de Toulouse, auxquels la Chancellerie consacre un dossier particulier, sont d’une ampleur inusitée et constituent un bon observatoire des comportements d’une jeunesse masculine, principalement ouvrière mais rapidement épaulée par les étudiants. Du 9 mars au 4 avril, les conscrits, ainsi que de très jeunes ouvriers parcourent la ville en brandissant le drapeau rouge en criant « Vive la République ! à bas l’Empereur ! » et en chantant La Marseillaise. Ils rebaptisent la place Louis-Napoléon du nom de Lafayette, profèrent des insultes contre l’évêché, attaquent un commissariat et dressent même la première barricade édifiée depuis décembre 1851. Les étudiants les rejoignent le 11 mars et se placent en tête du cortège. Une centaine d’entre eux envahissent en parallèle l’école de droit en criant « Vive la République » et en exigeant la libération d’un de leurs camarades, arrêté pour avoir protesté contre l’intervention des agents. à chaque fois, des heurts les opposent aux forces de l’ordre et des déprédations sont commises sur le mobilier urbain et les immeubles voisins. Les protestations sont motivées par le refus d’être enrôlés dans la garde mobile mais la conscription sert également de prétexte. Le Procureur le sait bien, qui met en cause « des aspirations républicaines qui n’ont jamais cessé d’exister dans la classe ouvrière ». Les manifestants, des « ouvriers laborieux et rangés » dont la moyenne d’âge oscille entre dix-huit et dix-neuf ans, parfois moins, bénéficient du soutien ouvert des adultes qui les applaudissent. Les jeunes hommes constituent donc le fer de lance de l’opposition et tablent sur la pusillanimité des autorités. à raison puisque, pour la première fois, les jeunes ouvriers bénéficient de la même indulgence que les étudiants. Le Procureur général considère ainsi contre l’évidence que « cette jeunesse inconsidérée fait du désordre par entraînement et par forfanterie, par amour du bruit et par turbulence naturelle plutôt que dans un but politique21 ».

  • 22 De janvier à mai 1870, on recense 21 mutineries sur un total de 114 pour la période 1848-1888. La s (...)
  • 23 Lettre du Proviseur de Nevers au Recteur, 26 février 1870 et Journal de la Nièvre politique et litt (...)

11La mort de Victor Noir, un journaliste de La Marseillaise, âgé de vingt-deux ans à peine, abattu le 10 janvier 1870 d’un coup de pistolet par le prince Pierre Bonaparte, suscite une émotion particulièrement vive chez les adolescents et en particulier dans les lycées qui connaissent en cette occasion la plus grande vague de mutineries du XIXe siècle. La mobilisation est déclenchée par les sanctions frappant les élèves qui ont souscrit en l’honneur de Victor Noir22. Le plus souvent, la révolte est circonscrite à l’établissement mais les cris, le tumulte et les chants ont aussi pour but d’informer toute la ville. à Nevers, les lycéens brandissent à une fenêtre « une loque rouge attachée à un manche à balai » et arborée « pour la population d’une rue voisine, la rue Mirandron, rue mal habitée dont ils attendaient le secours ». Ils chantent également La Marseillaise et crient « Vive la République ! à bas Badinguet ! Vive Rochefort ! Vive Raspail ! » En levant « l’Étendard de la révolte », ils veulent, expliquent-ils, « agir comme des hommes, faire preuve de courage, de virilité, d’énergie23 ». Entre espace éducatif et espace public, les lycéens ont réussi à attirer l’attention des adultes. De plus, c’est la première fois que des adolescents sont enrôlés tactiquement par un parti en raison du rôle amplificateur joué par la presse. Le Rappel de la Provence loue en ces termes les lycéens toulonnais pour leur contribution : « Cette obole de nos jeunes patriotes nous a fait un sensible plaisir : la jeunesse marche, les écoliers sont à l’avant-garde. » Seuls les étudiants avaient eu cet honneur en 1830 et en 1848. Cette innovation renforce d’autant l’ardeur des élèves.

  • 24 J. Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Seuil, 1971.

12La propédeutique des années 1860 explique l’écho que rencontre la Commune dans la jeunesse parisienne. 48 % des Communards arrêtés sont ainsi célibataires et 11,9 % sont âgés de moins de vingt ans. Si l’Empire finissant s’était fait indulgent, la IIIe République naissante est impitoyable pour la jeunesse populaire. Les mineurs représentent en effet 35,6 % des condamnés24. Le jeune ouvrier suscite, comme la Pétroleuse, la peur de la bourgeoisie conservatrice et incarne une menace future contre l’ordre établi.

Domestication et visibilité de la jeunesse (1880-1950)

De la jeunesse rebelle à la jeunesse scolaire en représentation

  • 25 Voir « Congrès des lycéens », F17 7294.
  • 26 « Les élèves de l’Université », Le Courrier de la Somme, 21 avril 1882.

13La domestication juvénile, amorcée dans les années 1830 et parachevée cinquante plus tard, a été une œuvre de longue haleine qui découle de l’adoucissement des mœurs, de l’œuvre civilisatrice de l’école et de l’inculcation des procédures démocratiques. Elle se traduit par le recul des rixes, des mutineries et des éclats d’une masculinité brutale et provocatrice. Rien n’atteste mieux ce tournant que le congrès des lycéens qui se réunit en août 1882 pour élaborer un programme novateur de réforme de l’enseignement secondaire25. La forme prise par la mobilisation surprend les adultes et suscite leurs sarcasmes. « Des crapauds de 12, 13, 14 et 15 ans vont se réunir », écrit Le Courrier de la Somme pour rédiger « les cahiers de ce 89 scolaire26 ». Le Temps a repéré, pour sa part, un tournant décisif :

  • 27 Le Temps, 9 avril 1882.

« Aujourd’hui nos jeunes collégiens ont progressé. Ils se mettent en harmonie avec le siècle. Ils répudient la vieille méthode des révoltes à coups de dictionnaires et ils inaugurent l’ère des congrès27. »

  • 28 Lettre du Vice-Recteur au Ministre de l’Instruction Publique, 20 juillet 1875 et circulaire ronéoty (...)
  • 29 On compte 5 000 étudiants en 1835, 19 821 en 1891, 39 590 en 1908. Quant aux élèves de l’enseigneme (...)
  • 30 Lettre du Vice-Recteur au Ministre de l’Instruction Publique, 13 mars 1883, « Troubles du lycée Lou (...)

14L’irruption des « monômes », un mot issu de l’argot des Polytechniciens, est également révélatrice des nouvelles modalités de l’appropriation de l’espace public par la jeunesse masculine. Le premier repéré à Paris date de juillet 1875. Les candidats à l’école Polytechnique des lycées Louis le Grand et Henri IV fêtent alors la fin des écrits du concours en faisant « la promenade annuelle en rang et en emboîtant le pas de manière à former ce qu’ils appellent le monôme ». Ce défilé est, selon le Vice-Recteur, « bien vue des Anciens », à qui il rappelle leur jeunesse. Le Proviseur d’Henri IV, toutefois, juge « déplorable que des jeunes gens bien élevés appellent sur la voie publique l’attention des passants28 ». Le monôme se répand ensuite en province et rythme la vie universitaire pour célébrer rituellement la rentrée de l’école de médecine, le succès à l’internat, voire comme à Lyon à la fin du XIXe siècle, le Carnaval. Il obéit toutefois à des règles de bienséance : si le tapage est toléré, les déprédations, elles, ne le sont pas. Un nouveau rite s’est donc instauré où la jeunesse étudiante s’exhibe, parade dans l’espace public et contrôle le paysage sonore. Désormais, il ne s’agit plus d’exprimer des convictions politiques mais d’affirmer son appartenance à ce nouvel acteur social que constitue une jeunesse des écoles toujours plus nombreuse29. Les lycéens imitent logiquement leurs aînés étudiants. Rien n’est plus significatif que la concomitance entre la dernière mutinerie de type ancien au lycée Louis le Grand en 1883 et le premier « grand monôme » lycéen organisé à Paris pour protester contre la suppression du congé de Quasimodo30. La révolte dans l’enceinte du lycée ou du collège, entre cour et dortoir, s’est muée en une marche publique d’autocélébration.

  • 31 Lettre du Procureur général de Montpellier au garde des Sceaux, 26 mars 1902, BB18 2221.

15La jeunesse studieuse défend son statut et ses privilèges comme le révèle crûment le monôme de Montpellier en 1902. Les étudiants, mécontents que les autorités universitaires ne leur aient pas réservé suffisamment de place pour le centenaire de Victor Hugo, perturbent les festivités en faisant « le plus de vacarme qu’ils purent ». Puis ils « se répandirent en monôme dans les rues de la ville » en conspuant le Recteur « pour avoir méconnu leurs droits ». Des débordements, dont l’invasion du lycée, conduisent à une intervention policière qui ranime l’indignation des étudiants. Ces derniers rédigent alors une déclaration comminatoire, exigeant la fin des « brutalités » policières et le « respect des droits que leur confère leur situation d’étudiants ». Ils menacent même la population : « Une ville universitaire comme Montpellier doit compter avec ses étudiants et vous, habitants, devait savoir que le jour ou l’exode générale sera décidée [sic], ce sera la ruine de la cité ! Habitants, le jour est proche si les autorités continuent à persécuter les étudiants. » Les Montpelliérains ne se méprennent pas sur les intentions des étudiants. Ils ne détectent dans leur comportement ni turbulence juvénile, ni rodomontades masculines. Ils y voient au contraire un affrontement de classe. Aussi, lorsqu’un nouveau monôme est organisé le 17 mars, les étudiants sont-ils hués par la foule et « contraints de se replier31 ».

  • 32 M. Perrot, « Dans la France de la Belle époque, les « Apaches », premières bandes de jeunes », Les (...)

16L’emprise croissante des disciplines scolaire et industrielle a limité progressivement l’espace des jeunes hommes « turbulents ». La construction médiatique et les débats que suscitent les Apaches est révélatrice de ces changements32. Par-delà la bande de Belleville et ses méfaits, le terme désigne à partir de 1907 une jeunesse principalement masculine, mobile, frondeuse et bagarreuse, porteuse de valeurs protestataires, rétive à l’usine normative et à la famille patriarcale. Venus de la périphérie, ces jeunes ouvriers investissent le centre de Paris et se donnent à voir en arborant une tenue codée – casquette, pantalon patte d’éléphant, veste cintrée. Mais ils inquiètent. à leur exhibition ostentatoire répond ainsi la peur d’une société vieillissante qui aspire à un espace urbain aseptisé.

Jeunes scolarisés et mobilisation partisane

  • 33 D. Tartakovsky, Les manifestations de rue en France, 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, (...)

17À partir des années 1920, la manifestation se banalise en France et devient une modalité consensuelle qui oblige la Nation à régler ses crises. Tout le monde manifeste donc, de l’extrême droite à l’extrême gauche33. Les partis qui encadrent la jeunesse, se plaisent à la mettre en scène dans la rue. La Droite, l’Église et les Royalistes vont jusqu’à enrôler les jeunes filles aux côtés des femmes. Le recul des monômes et des cortèges de conscrits, par ailleurs, fait de la manifestation un nouveau rite de passage masculin et une voie d’accès collective au politique. Les manifestations organisées entre le 6 février 1934 et 1939 ont ainsi façonné toute une génération. Les jeunes hommes sont particulièrement visibles, se plaçant souvent en tête de cortège et aimant prendre des risques. Dans les ligues, ils sont nombreux dans les organisations de parade et le service d’ordre. Ils prisent également les manifestations-surprises et les opérations commandos.

18Aussi, pendant la Guerre, les premières manifestations patriotiques contre l’occupant sont-elles organisées par les étudiants, y compris communistes : monômes au Quartier Latin puis rassemblement interdit du 8 novembre 1940, manifestation du 11 novembre, enfin. Ce jour là, 3 000 à 10 000 personnes, pour l’essentiel des étudiants et des lycéens, défilent en criant « Vive de Gaulle » et « Vive Churchill ». 129 d’entre eux sont arrêtés. Ils sont imités à Marseille et à Lyon, où étudiants en droit et élèves du lycée Ampère, défient en l’honneur de Pierre II de Yougoslavie. Ces jeunes se rassemblent sur des valeurs, en dehors des consignes partisanes, et osent exprimer dans la rue et à leurs risques et périls, le refus du statu quo. Ils signent ainsi l’entrée en résistance de la France.

Jeunesse scolarisée contestataire, jeunesse populaire dangereuse (1950-2000)

  • 34 « Salut les copains », Le Monde, 6 et 7-8 juillet, 1963.

19En 1963, le jeune sociologue Edgar Morin voit dans « la nuit de la Nation » l’irruption d’un nouvel acteur social : la jeunesse34. La « folle nuit » des cent cinquante mille « copains » ainsi que Le Monde désigne le concert gratuit que Daniel Filipacchi a organisé, place de la Nation, le 22 juin 1963 pour fêter le premier anniversaire de Salut les copains, fait découvrir à la France la capacité de mobilisation de la jeunesse du baby boom, qui se célèbre elle-même dans son amour pour la musique. En fin de soirée, quelques vitrines sont brisées, des voitures sont endommagées et des branches d’arbres sont cassés. Ces dégâts mineurs pourtant assimilés à une nouvelle guerre urbaine. L’Aurore y voit une « émeute » tandis que Pierre Charpy titre dans Paris-Presse, « Salut les voyous ». Maurice Papon, alors Préfet de police, a beau juger les déprédations « très exagérées » et infirmer les rumeurs de viol qui se sont répandues : rien n’y fait. La jeunesse qui se donne à voir tout au long des années 1960, a plusieurs visages, cependant : à celui de l’étudiant contestataire, qui remet politiquement en question la société, s’ajoute celui du jeune asocial, qui menace l’ordre et la paix publique.

Les figures menaçantes de la jeunesse

  • 35 Paris-Match, le 8 août 1959, et le Monde, le 29 juillet 1959, rappellent d’ailleurs ces affrontemen (...)
  • 36 Dans ce film de 1953 (The Wild One, Laszlo Benedek, 1953) le héros, Marlon Brandon, porte jean, blo (...)
  • 37 É. Copfermann, La génération des blousons noirs, Paris, 1962, Maspero.
  • 38 L’Aurore, 24 juin 1963 et « Le commissaire de police de Saint-Germain-des-Prés répond à dix questio (...)

20En 1959, les « Blousons noirs » font irruption sur la scène médiatique. L’expression, toujours employée avec des guillemets, naît de quelques incidents amplifiés par la presse. Le déclic s’opère lorsque, le 23 juillet 1959, vingt-cinq garçons de la « bande de Vanves », âgés de quatorze à vingt ans, agressent, en apparence sans raison, les clients d’un café rue des Volontaires à Paris. En fait, ils se sont mépris sur l’adversaire, croyant affronter la « bande du square Saint-Lambert ». L’événement aurait été rapidement oublié si l’émotion n’avait été redoublée par « l’affaire de Bandol » où, le 24 juillet, une cinquantaine d’adolescents s’en prend à des estivants. Le 19 novembre 1961, le concert organisé au Palais des Sports, avec en clou de la soirée Vince Taylor, parachève le mythe de ces nouveaux mauvais garçons. Le chanteur anglais attire 4 000 jeunes gens qui commencent à danser entre les travées avant d’arracher les sièges et de se livrer à une bagarre généralisée. Le bilan – 20 000 francs de dégâts, 150 policiers mobilisés et 12 arrestations – affole les journalistes et de là, l’opinion. Si le « Blouson noir » est une création journalistique, les bandes de jeunes et leurs batailles rangées ont bien existé. En juillet 1955, Paris voit ainsi s’affronter trois jours durant 350 adolescents, en lutte pour leurs « territoires », sans que les journalistes s’en émeuvent. Les débordements qui accompagnent en 1956 les concerts de Bill Halley passent également inaperçus35. La visibilité nouvelle de ces jeunes garçons, tient au rapprochement opéré par Georges Menant dans Paris-Match entre violences ordinaires et tenue subversive. Le jean qui détourne le vêtement de travail, le blouson de cuir noir qui renvoie à la révolte de L’équipée sauvage36 sans compter les chaînes à vélo et les bagues à pointes, signent l’appartenance aux Blousons noirs. Le cliché est dès lors fixé et popularisé par de multiples photos, parfois scénarisées, que diffuse la presse. En 1961, Paris-Match opère de plus la jonction entre « Blousons noirs » et « fans de rock », entre musique et jeunesse menaçante. Ces jeunes, très repérables dans l’espace public, inquiètent les citoyens ordinaires, d’autant qu’ils se plaisent à les provoquer par des moqueries, leur parler argotique, leur goût de la vitesse et des mobylettes pétaradantes. Ils sont pourtant peu nombreux, les bandes étant circonscrites à quelques villes comme Paris, Lille, Marseille ou Rouen. Dans le département de la Seine, on en compte quatre-vingt, regroupant au maximum 10 000 personnes37. Ces jeunes ouvriers, tels les Apaches, aiment aller à Paris faire « un tour dans “la fosse aux bourgeois”38 ». L’ennui, le besoin de tester leur virilité sont pour beaucoup, également, dans le désir de « baston » ou de « fritte ». Bref, les comportements ostentatoires et violents de ces garçons de dix-sept ou dix-huit ans, qui se rangeront passé le service militaire, relèvent en fait d’un rite initiatique. Mais, amplification journalistique aidant, le Blouson noir se mue en mythe de la dangerosité juvénile. La dramatisation des faits divers, désormais tous imputés aux Blousons noirs, opère une superposition durable entre bandes, troubles urbains et jeunes délinquants.

21En 1966, le blouson noir vit ses derniers beaux jours dans l’imaginaire social. Il a cristallisé pendant un bref laps de temps les peurs de la société face à une jeunesse dont les aspirations sont incomprises. Pour une fraction de l’opinion, conservatrice et souvent catholique, la dénonciation de cette jeunesse recouvre, en fait, le rejet du monde moderne et révèle la hantise, récurrente en France, de la décadence. Du « blouson noir » au « fan de rock », les figures dangereuses de la jeunesse sont toutes masculines.

Rébellion étudiante ou révolution juvénile ?

22Dès le début des années 1960, la jeunesse est en ébullition et elle se mobilise pour des causes diverses. Elle est ainsi au premier rang de la lutte contre la guerre d’Algérie, solidement épaulée par partis et syndicats. à partir de 1962, en revanche, elle se mobilise sur des enjeux étudiants qui lui sont propres, d’abord sur des questions matérielles tels des problèmes de locaux ou l’absence de restaurants universitaires puis, dès 1963, contre les réformes en cours. Ses manifestations, locales et éclatées, prennent un tour nouveau et s’approprient de façon originale l’espace public avec des sit-in à l’américaine, des pique-niques etc. La tolérance dont avait bénéficié la jeunesse pendant la guerre d’Algérie cesse, toutefois, avec l’arrivée de Christian Fouchet au Ministère de l’Éducation Nationale. La police est sommée de charger les étudiants, les interdictions de manifester se multiplient et en décembre 1963, les étudiants parisiens commencent à dépaver la chaussée pour ériger une barricade.

  • 39 En novembre 1966, est créé le Comité Vietnam National (CVN) cependant qu’en février 1967, l’UJC(ml) (...)

23Parallèlement, la jeunesse la plus politisée se mobilise en faveur du Vietnam. L’adhésion au Comité Vietnam National ou aux Comités Vietnam de Base fait entrer en militantisme la génération du baby boom et sert de propédeutique à mai 196839. Ce combat fait rejouer pour les plus âgés, la génération d’Alain Krivine et d’Henri Weber, le réflexe anticolonial de la guerre d’Algérie. Imprégné d’anti-impérialisme, il entre également en résonance avec le tiers-mondisme et le soutien aux luttes révolutionnaires latino-américaines. La mobilisation en faveur du Vietnam est également à l’origine du mouvement lycéen puisque le premier CAL (Comité d’action lycéen) voit le jour en décembre 1967 à l’initiative du Comité Vietnam du lycée Jacques Decour. à partir du printemps 1968, les manifestations de soutien au Vietnam se multiplient et se font plus violentes. L’attaque par des étudiants d’un symbole de l’impérialisme américain (le bureau de l’American Express) alimente l’instabilité qui caractérise le nouveau campus universitaire de Nanterre, duquel partiront les événements de Mai-68 et dans lesquels l’avant-garde radicale des étudiants politisés jouera un rôle majeur.

  • 40 UNEF : Union nationale des étudiants de France. SNESup : Syndicat national de l’enseignement supéri (...)

24Le « mouvement du 22 mars », investi après coup d’une valeur symbolique, donne le départ du « mai étudiant ». Le 22 mars 1968, 142 étudiants occupent le bâtiment administratif de l’université de Nanterre pour protester contre l’arrestation de deux de leurs camarades, impliqués dans l’attaque du bureau de l’American Express quelques jours plus tôt. En raison de son isolement en grande banlieue, cette université récente est caractérisée par un fort sentiment d’appartenance et elle est devenue un foyer d’agitation politique permanent dès 1967. Le 21 mars 1967, l’occupation du hall des filles met en avant le thème de la liberté sexuelle. En novembre 1967, une grève est lancée contre la réforme Fouchet et la « sélection ». À partir du 22 mars 1968, les incidents se multipliant sur le campus, huit étudiants sont convoqués devant la commission d’instruction de l’Université de Paris cependant que le conseil de faculté en appelle à la police et suspend les cours. Les étudiants se replient alors à la Sorbonne. Son « lock out », décidé par le Recteur après de premiers heurts avec la police, déplace dans les rues de Paris la contestation étudiante. En six jours, les « Six Glorieuses », la donne est bouleversée. Le 6 mai, l’UNEF appelle à un rassemblement pour soutenir les huit de Nanterre. Le 7, l’UNEF, le SNESup et le SGEN lancent un mot d’ordre de grève40. Le 10 mai, les lycéens rejoignent les étudiants à Denfert-Rochereau puis au Quartier Latin où commence « la nuit des barricades ». La répression policière débouche sur un appel à la grève générale et à une manifestation lancé par les syndicats. Le 13 mai, les étudiants et les ouvriers sont dans la rue côte à côte. Le mouvement prend alors une dimension nouvelle. Les grèves avec occupation d’usines se développent spontanément dans toute la France. À partir du 14 mai, le pays est paralysé. C’est le basculement de la nuit des barricades à la grève générale qui fait d’une fraction de la jeunesse un catalyseur politique.

  • 41 Voir E. Morin, Le Monde, 17 au 21 mai 1968, « La Commune étudiante » et Mai 68. La brèche, suivie d (...)

25Cette révolte étudiante s’est-elle pour autant muée en révolution juvénile comme le pensent alors Edgar Morin ou Cornélius Castoriadis41 ? De fait, le ralliement des CAL constitue un premier élargissement de la base juvénile. Les jeunes ouvriers, par ailleurs, ont souvent constitué le fer de lance de la mobilisation dans les usines, comme à Nantes. Le slogan « Étudiants, Ouvriers même combat » pouvait réunir les deux jeunesses. Nourris de références marxistes, les militants étudiants ne conçoivent, en effet, de révolution que prolétarienne. La rencontre avec les jeunes ouvriers a pu avoir lieu ainsi à Caen, dès la grève à la Saviem en janvier. Mais elle a le plus souvent avorté en raison de l’hostilité de la CGT face aux « gauchistes ». En revanche, en contestant la « culture » savante, la pseudo neutralité de la science ainsi que la consommation de masse, les étudiants trouvent des alliés parmi les jeunes professeurs de l’enseignement secondaire ou les jeunes chercheurs ou assistants. S’il n’y a pas eu in fine de révolution juvénile, la contestation de l’ordre établi a bien été portée par la jeunesse éduquée.

  • 42 Avec l’allongement de la scolarité obligatoire jusqu’à seize ans, on passe d’un million d’élèves so (...)

26À cela rien d’étonnant, car l’explosion scolaire conjuguée au baby boom a fait de cette classe d’âge un acteur social de premier plan42. La France compte en 1968 plus de cinq millions de jeunes gens en cours d’études, soit 10 % de la population française. Par ailleurs, que le mouvement soit parti de la sphère culturelle est logique dans une société requérant des qualifications toujours plus poussée, où les intellectuels sont désormais plus nombreux que les métallurgistes. La jeunesse scolarisée a donc joué le rôle d’intelligentsia politique sous la houlette d’avant-gardes politisées mais peu nombreuses. Le Mouvement du 22 mars, les comités Vietnam, l’UEC ; des groupes gauchistes tels l’UJC(ml), la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) ou la Gauche Prolétarienne ne comptent que quelques milliers d’adhérents. Mais ces organisations, pour légères qu’elles soient, ont constitué de remarquables lieux d’apprentissage et de maturation politique. Si la révolution juvénile n’a pas eu lieu, la jeunesse a, par ses manifestations et son engagement public, ébranlé les certitudes. Dans les années 1970, elle a ensuite permis de poser en termes neufs la question féministe, de repenser la famille et la sexualité, d’inventer l’écologie. « La prise en compte de toutes les révoltes » par la LCR de 1968 à 1973 est emblématique de ce basculement théorique.

27Par ailleurs, la mobilisation des étudiants et des lycéens contre des dispositions les visant spécifiquement n’a jamais cessé. En 1971, la condamnation à six mois de prison de Gilles Guiot, un élève du Lycée Chaptal à Paris, jugé pour avoir pris part à une manifestation alors qu’il était simple spectateur, enflamme les élèves, y compris dans l’enseignement technique et dans les collèges. Des dizaines de milliers de jeunes sont dans la rue. Forts de la libération de Guiot, les lycéens récidivent en 1973 contre la loi Debré qui limite à 21 ans le sursis pour études au service national. Ils déclenchent une grève massive, rallient les étudiants et sont près d’un demi-million à manifester. Mais la loi n’est pas retirée. En 1986, les étudiants manifestent contre le projet de loi Devaquet de sélection à l’Université puis occupent la Sorbonne. Le 6 décembre, les heurts avec la police débouchent sur la mort d’un étudiant, Malek Oussékine. Le ministre démissionne et son projet est retiré. En 1994, la jeunesse se rassemble contre le Contrat d’insertion professionnelle proposé par Édouard Balladur, un CDD proposant un salaire inférieur au SMIC destiné aux jeunes demandeurs d’emploi. En 2006, une nouvelle génération entre dans la bataille et manifeste contre son avatar, le Contrat de Première Embauche. Dans les deux cas, le gouvernement plie devant les imposantes manifestations juvéniles et retire un projet qui aurait fait des moins de vingt-six ans des salariés de seconde zone. Les jeunes occupent l’espace urbain pour défendre leur statut mais, ce faisant, ils dénoncent le néo-libéralisme qui pèse également sur leurs aînés. De ce fait, ils recueillent par procuration, le soutien d’une large partie de l’opinion. Quant aux gouvernements, ils s’attachent depuis 1968 à contrôler avec un minimum de violence les manifestations étudiantes ou lycéennes, preuve de la tolérance dont bénéficie depuis le XIXe siècle la jeunesse éduquée. Il n’en est pas de même, en revanche, pour les jeunes prolétaires des banlieues.

Entre « incivilités » et « violences urbaines », la nouvelle classe juvénile dangereuse

28La médiatisation d’incidents longtemps passés inaperçus joue pour les « jeunes de banlieues » un rôle analogue aux heurts entre bandes de Blousons noirs vingt ans auparavant. C’est lors de l’été 1981 que la presse et la télévision mettent en scène les rodéos et les incendies de voitures des Minguettes à Vénissieux. Les premiers désordres survenus dans la banlieue lyonnaise datent pourtant de 1971. En 1979, des jeunes affrontent pour la première fois en batailles rangées les forces de l’ordre au quartier de la Grappinière à Vaulx-en-Velin. L’émotion suscitée dans l’opinion par les événements des Minguettes conduit toutefois le gouvernement à prôner une politique de fermeté en même temps qu’une action en faveur des jeunes, de la priorité à l’emploi aux mesures anti-été-chaud. Le « problème des banlieues » est né. L’expression recouvre en fait les comportements perturbateurs de jeunes, implicitement désignés comme immigrés, et spatialise un problème social, celui des quartiers aux marges de la ville et en cours de paupérisation. En 1983, la « marche pour l’égalité et contre le racisme », dite « marche des Beurs », lancée aux Minguettes par Toumi Djaïda, un jeune homme blessé par la police, et le père Christian Delorme, rend explicite ce qui était jusque là sous-entendu et donne à voir de ville en ville les revendications de la fraction la plus déshéritée de la jeunesse.

  • 43 Telle l’émeute de la ZUP de la Petite-Hollande à Montbélliard, étudiée par S. Beaud et M. Pialoux, (...)

29Avec les émeutes du Val-Fouré à Mantes-la-Jolie, s’ouvre un nouveau cycle, associant violences policières et émeutes urbaines. Le quartier s’enflamme après la mort d’un lycéen le 26 mai 1991, interpellé pour avoir caillassé un véhicule de police. Placé en garde-à-vue malgré ses dénégations, ce dernier meurt au Commissariat d’une crise d’asthme non soignée. à l’annonce du décès, les jeunes entrent en insurrection, brisent des vitrines, pillent les magasins et affrontent la police. Ces troubles durent deux semaines et se soldent par la mort d’une policière, heurtée par une voiture conduite par un jeune, et d’un jeune homme abattu par un policier lors d’un rodéo. Une statistique des « quartiers difficiles » voit alors le jour cependant que se multiplient les affrontements ou des désordres très localisés ignorés des médias43. L’émeute de Clichy-sous-Bois, au départ identique, prend une dimension nationale et relance le débat sur les « violences urbaines » et le malaise de la jeunesse. Elle est déclenchée de façon classique le 27 octobre 2005 par la mort de deux adolescents se croyant pourchassés par la police et électrocutés dans le transformateur où ils avaient trouvé refuge. Mais, fait inédit, le mouvement s’étend à toute la France. Des centaines de jeunes hommes, le plus souvent issus de l’immigration maghrébine ou africaine, affrontent la police avec des cocktails Molotov et pour la première fois, avec des armes à feu. Ils s’en prennent également aux symboles de la puissance publique : transports, écoles, zones franches... Le 8 novembre, l’état d’urgence est proclamé pour la première fois depuis la guerre d’Algérie. Le 17 novembre, la situation est revenue à la normale mais la France s’interroge sur la signification d’une révolte d’une ampleur inusitée depuis 1968. Pour les uns, un seuil est franchi avec le passage de rivalités de quartier à des bandes armées et animées par un racisme anti-blanc. Pour d’autres, il s’agit d’une « révolte primitive » ou d’une « forme de contestation juvénile démocratique ». Si on peut hésiter sur le caractère politique ou proto-politique du mouvement, nul ne peut nier qu’il révèle un malaise profond.

30Vingt ans durant, pourtant, les médias, les responsables politiques et la police ont forgé des analyses qui ont brouillé la compréhension du phénomène. Ils ont également proposé des solutions qui, par effet boomerang, ont aggravé plus que résolu un problème aux racines profondes. Dès 1981, le gouvernement lie durablement HLM, délinquance et jeunesse immigrée. La politique de la ville, lancée en 1984, instaure des dispositifs spécifiques pour la jeunesse scolarisée ou en recherche d’emploi dans les banlieues : ZEP, missions locales, etc. Au colloque de Villepinte en 1997, la gauche prend un tournant sécuritaire et se fixe, aux côtés de l’emploi, une nouvelle priorité : la lutte contre la petite délinquance. Dès lors, les hommes politiques et la police se focalisent sur la façon dont les jeunes occupent l’espace public.

  • 44 M. Boucher, « Les travailleurs sociaux face aux « bandes ». Stigmatisation de la jeunesse populaire (...)
  • 45 J. Sedel, Les médias et la banlieue, Paris, INA/Le Bord de l’eau, 2009.

31Sont alors progressivement stigmatisés puis criminalisés des incidents mineurs : tags, grossièretés ou bousculades rangées sous le vocable flou d’incivilités. En 2001, la loi sur la « Sécurité quotidienne » portée par Daniel Vaillant transmue en délit une pratique de sociabilité : les rassemblements de jeunes dans les halls d’immeubles. Les élus, désireux d’assurer la pacification de l’espace urbain, s’engagent parallèlement dans des politiques de médiation-sécurité s’appuyant sur une collaboration étroite avec la police et sur de nouveaux intercesseurs. Ces agents municipaux, à bas niveau scolaire, recrutés localement et sur des bases « ethnicisées » afin d’être proches des jeunes, règlent les petits conflits et problèmes administratifs mais assurent également des tâches de surveillance et de maintien de l’ordre. Aussi, les jeunes s’en méfient-ils, les percevant comme des espions de la mairie et des relais policiers. Cette action sociale municipalisée et hétérogène met à mal l’égalité des territoires et place en porte-à-faux les travailleurs sociaux qui respectent le secret professionnel depuis l’arrêté de 1972. Ces derniers considèrent par ailleurs, que leur « travail de rue » n’a pas pour objet de réguler la façon dont doit être occupé l’espace public. La loi sur la prévention de la délinquance leur impose toutefois de signaler au maire les difficultés éducatives et sociales des jeunes et des enfants. La loi Perben de 2004 permet même à la police judiciaire d’avoir accès aux dossiers sociaux sans commission rogatoire44. Avec le retour de la Droite au pouvoir, en effet, l’heure est au tour de vis judiciaire. En 2002, la refonte de l’ordonnance de 1945 sur la justice des enfants qui multiplie les comparutions immédiates et abaisse à dix ans la responsabilité pénale des mineurs, vise au premier chef l’adolescent indocile des « quartiers ». La politique de contrôle, de surveillance et de contention s’avère toutefois improductive. Elle dégrade les relations entre les jeunes et la police. Chaque intervention est vue comme une intrusion, chaque contrôle comme un affront exigeant une réponse pour « sauver la face ». D’où des confrontations haineuses, qui dégénèrent rapidement. Les représentations médiatiques ont aussi contribué au creusement des incompréhensions. L’accent mis sur la délinquance ainsi que la thématique des « zones de non droit » et des « territoires perdus de la République » révèlent le poids de la police dans la définition des jeunes des quartiers mais nourrissent également l’anxiété de l’opinion. L’approche raciale et culturelle qui va crescendo à partir des années 1995 fait enfin du « garçon arabe » et « musulman » le symbole de la menace, toute masculine, que font peser sur la ville les jeunes « immigrés », fussent-ils français depuis trois générations45.

  • 46 S. Beaud, 80 % au bac... et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découvert (...)
  • 47 S. Beaud et M. Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Mon (...)

32La lecture sécuritaire et « culturaliste » des « violences » urbaines a pour effet d’en masquer les ressorts économiques et sociaux. Les classes populaires subissent en effet depuis trente ans chômage de masse, précarité structurelle et paupérisation croissante alors même que leurs moyens de défense et leurs porte-parole publics s’affaiblissent sous les coups de la guerre sociale larvée, engagée après 1968. Les enfants de l’immigration ont payé un lourd tribut à la restructuration néo-libérale du travail. Premières victimes du chômage avec des taux avoisinant le double, voire le triple du niveau national, ils sont également abonnés aux CDD, aux stages et à l’intérim et souffrent particulièrement des normes durcies d’employabilité. L’acceptation par la société du chômage des jeunes, le mythe de la fin des ouvriers qui rend leurs souffrances invisibles ont conduit à laisser ces jeunes abandonnés à eux-mêmes. Les espoirs mis dans l’école et les 80 % au bac ont débouché sur d’amères désillusions et des emplois aussi précaires que déqualifiés46. L’intégration par le travail, l’usine et le syndicat, qui avait fonctionné pour les immigrations antérieures, est en panne pour une jeunesse qui constitue pourtant une fraction de plus en plus importante des classes populaires. Elle la laisse sans identité, l’origine ouvrière paternelle n’étant pas plus assumée que l’héritage colonial. Leur ressentiment et leur désespoir croissants sont « au principe des soulèvements autodestructeurs des jeunes des cités » et génèrent en retour la pénalisation, à l’américaine, de la misère et du « sauvageon47 ».

Conclusion

33Les jeunes hommes ont longtemps construit leur identité masculine en investissant l’espace public, soit pour s’amuser, soit pour tester les réactions des adultes, soit pour manifester leur indignation ou leur engagement politique. Toutefois, le fil est ténu entre excès acceptables, puisqu’il faut que jeunesse se passe, et débordements inacceptables, violences, démonstrations scandaleusement ostentatoires. L’opinion oscille ainsi entre tolérance amusée, indignation et appel à la répression. Lorsque les mutations économiques et sociales sont brutales, l’incompréhension l’emporte néanmoins, que ce soit face aux défenseurs de Victor Noir, aux Apaches, aux Blousons noirs, aux gauchistes ou aux jeunes des cités. La jeunesse rebelle se mue alors en classe dangereuse et elle devient symbole des angoisses de son temps. Pour les adultes, ce sont les garçons qui menacent la société et non les jeunes filles, bien que celles-ci manifestent aux côtés des jeunes hommes dès les années 1960 et investissent également l’espace public.

Notes

1 Lettre du sous-préfet de Saint-Malo au Préfet d’Ille-et-Vilaine, 16 avril 1816, A. D., Ille-et-Vilaine, 4 M 101.

2 Affiche du 12 juillet 1819, Bulletin de la Préfecture du 6 novembre 1818, F7 7291.

3 Procureur général de la Cour impériale de Paris au Garde des Sceaux, 10 décembre 1864, BB18 1704. De 1819 à 1869, on recense 27 chahuts de ce type pour la seule Université de Paris.

4 Les « débuts » permettent aux spectateurs de siffler ou d’applaudir la pièce et les acteurs.

5 A. Corbin, « L’agitation dans les théâtres sous la Restauration », Le temps, le désir, l’horreur, Paris, Aubier, 1991.

6 Rapport du Procureur général de la Cour royale de Montpellier au garde des Sceaux, 20 novembre 1832, BB18 1211.

7 Rappelons que l’article 291 du Code Pénal interdit les réunions publiques de plus de 20 personnes, qu’il faut attendre 1901 pour que la liberté d’association soit pleine et entière, que la liberté de la presse est toujours encadrée et qu’elle peut être réduite à la portion congrue jusqu’en 1884, dès lors qu’à la faveur des événements, le pouvoir durcit la répression.

8 Compte-rendu par le Président des Assises du Puy-de-Dôme, 2e trimestre 1849, BB20 148.

9 Lettre du Préfet du Rhône au Ministre de la police, 8 mai 1822, F7 9770.

10 Sur la chronologie de l’engagement estudiantin, voir J.-C. Caron, Générations romantiques. Les étudiants à Paris et le quartier latin, 1814-1851, Paris, A. Colin, 1991, p. 281. La jeunesse des écoles se mobilise principalement contre la révision de la loi Lainé de 1817 qui avait fait le choix du scrutin direct et de la liste départementale. Les ultras votent, en effet, le 30 juin 1820 la loi dite du « double vote » qui permet au quart des électeurs les plus imposés de voter deux fois.

11 L’ordonnance du 5 juillet 1820 réprime par des sanctions universitaires les fautes contre « l’ordre et la discipline dans l’intérieur des écoles et au dehors », en particulier lorsque les étudiants prennent part à des rassemblements illégaux ou excitent aux troubles (article 18). L’ordonnance de 1823 enjoint aux professeurs de dénoncer les fauteurs de troubles et sanctionne les actes outrageants pour la religion, les mœurs et le gouvernement.

12 L’affaire dérape ensuite et débouche sur le saccage d’une minoterie et un procès en Assises. Compterendu du Président des Assises du Tarn, 3e trimestre, 1830, BB20 53.

13 Lettre du Procureur général de Montpellier au Garde des Sceaux, 20 décembre 1832, BB18 1211.

14 Lettre du Procureur général près de la cour royale de Dijon, 22 mars 1833, lettre du Procureur général de la Cour royale de Dijon au Ministre de la Guerre, 4 mai 1833, et lettre du Procureur général de Dijon au Garde des Sceaux, 27 mars 1833, BB18 1214.

15 Sur leur mobilisation, voir J.-C. Caron, Générations romantiques, op. cit.

16 Lettre du Recteur de Strasbourg au Ministre de l’Instruction Publique, 28 février 1848, F17 7289.

17 Lettre du Recteur de Bourges, 27 février 1848 et lettre du Recteur de Corse, 6 mars 1848, op. cit.

18 V. Robert, Les chemins de la manifestation. Lyon, PUL, 1996, p. 104-105.

19 Liste des étudiants arrêtés le 24 février 1862, AJ16 6494.

20 Voir BB18 1756, « Garde Mobile. Troubles ». Les plus importants se déroulent à Dijon, Grenoble, Montauban et Toulouse.

21 Lettre du Procureur général de la cour impériale de Toulouse au garde des Sceaux, 7 avril 1868, BB18 1756.

22 De janvier à mai 1870, on recense 21 mutineries sur un total de 114 pour la période 1848-1888. La souscription est lancée pour édifier un monument en l’honneur de ce martyr républicain que devient Victor Noir, monument inauguré au Père Lachaise en 1891.

23 Lettre du Proviseur de Nevers au Recteur, 26 février 1870 et Journal de la Nièvre politique et littéraire du 1er mars 1870, F17 7290.

24 J. Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Seuil, 1971.

25 Voir « Congrès des lycéens », F17 7294.

26 « Les élèves de l’Université », Le Courrier de la Somme, 21 avril 1882.

27 Le Temps, 9 avril 1882.

28 Lettre du Vice-Recteur au Ministre de l’Instruction Publique, 20 juillet 1875 et circulaire ronéotypée du Proviseur du lycée Henri IV, 20 juillet 1875, F17 7291.

29 On compte 5 000 étudiants en 1835, 19 821 en 1891, 39 590 en 1908. Quant aux élèves de l’enseignement secondaire, tant public que privé, leur nombre passe de 64 000 en 1840 à 150 000 en 1870 et 170 000 en 1913.

30 Lettre du Vice-Recteur au Ministre de l’Instruction Publique, 13 mars 1883, « Troubles du lycée Louis le Grand », F17 7294.

31 Lettre du Procureur général de Montpellier au garde des Sceaux, 26 mars 1902, BB18 2221.

32 M. Perrot, « Dans la France de la Belle époque, les « Apaches », premières bandes de jeunes », Les marginaux et les exclus de l’histoire dans l’histoire. Cahiers Jussieu, no 5, Université de Paris VII, 1979, article repris in Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001. J.-C. Farcy, « Essai de mesure de la délinquance juvénile dans le Paris du XIXe siècle », in J.-C. Caron, A. Stora-Lamarre, J.-J. Yvore (dir.), Les âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 33-48.

33 D. Tartakovsky, Les manifestations de rue en France, 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

34 « Salut les copains », Le Monde, 6 et 7-8 juillet, 1963.

35 Paris-Match, le 8 août 1959, et le Monde, le 29 juillet 1959, rappellent d’ailleurs ces affrontements à l’occasion de l’affaire de la rue des Volontaires.

36 Dans ce film de 1953 (The Wild One, Laszlo Benedek, 1953) le héros, Marlon Brandon, porte jean, blouson à l’effigie de la bande et casquette. James Dean revêt le même uniforme dans La fureur de vivre (A Rebel Without a Cause, Nicholas Ray, 1955).

37 É. Copfermann, La génération des blousons noirs, Paris, 1962, Maspero.

38 L’Aurore, 24 juin 1963 et « Le commissaire de police de Saint-Germain-des-Prés répond à dix questions sur les Blousons noirs », 14 février 1962.

39 En novembre 1966, est créé le Comité Vietnam National (CVN) cependant qu’en février 1967, l’UJC(ml) fonde les premiers Comités Vietnam de Base (CVB). L’Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes, pro-chinoise, est issue d’une scission avec l’UEC (Union des Étudiants communistes, organisation qui dépend du Parti Communiste Français).

40 UNEF : Union nationale des étudiants de France. SNESup : Syndicat national de l’enseignement supérieur. SGEN : Syndicat général de l’éducation nationale, affilié à la CFDT.

41 Voir E. Morin, Le Monde, 17 au 21 mai 1968, « La Commune étudiante » et Mai 68. La brèche, suivie de Vingt ans après, C. Castoriadis, C. Lefort et E. Morin, Bruxelles, Complexe, 1988.

42 Avec l’allongement de la scolarité obligatoire jusqu’à seize ans, on passe d’un million d’élèves solarisés dans l’enseignement secondaire en 1950 à 4 654 000 en 1970 et de 150 000 étudiants à la rentrée 1954 à 500 000 en 1968.

43 Telle l’émeute de la ZUP de la Petite-Hollande à Montbélliard, étudiée par S. Beaud et M. Pialoux, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Fayard, 2003.

44 M. Boucher, « Les travailleurs sociaux face aux « bandes ». Stigmatisation de la jeunesse populaire et instrumentalisation des acteurs sociaux », M. Mohammed et L. Mucchieli, Les bandes de jeunes. Des « blousons noirs à nos jours, Paris, La Découverte, 2007.

45 J. Sedel, Les médias et la banlieue, Paris, INA/Le Bord de l’eau, 2009.

46 S. Beaud, 80 % au bac... et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte, 2003.

47 S. Beaud et M. Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard, 1999, p. 388, rééd. La Découverte Poche, 2012.

Auteur

Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’École Normale Supérieure de Lyon. Spécialiste de l’histoire des femmes et du genre ainsi que de la vie privée et des jeunes, elle a notamment publié, Du premier baiser à l’alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850-1950), Aubier, 1996, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Hachette Littérature, 2001, et « Sois un homme ». La construction de la masculinité au XIXe siècle, Seuil, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540