Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Première partie. Ébullitions insécuritaires : des mots et des faits

Insécurités ? Des insécurités vécues aux discours sécuritaires policiers dans les villes de l’Europe septentrionale au XVIIIe siècle1

Catherine Denys

Texte intégral

  • 1 Ce texte n’aurait pas vu le jour sans l’aide efficace de Vincent Milliot que je souhaite remercier (...)
  • 2 La difficulté ne concerne pas que les historiens et le passé. L’évaluation actuelle de l’insécurit (...)

1Parler de l’insécurité dans une perspective historique présente une double difficulté. Il y a tout d’abord un problème de vocabulaire : le mot insécurité lui-même est récent tandis que le mot sécurité a changé de sens. On bute ensuite sur une difficulté plus fondamentale. Comment toucher vraiment à l’insécurité en tant que « sentiment », comment accéder à ce qui est perçu comme insécurité, sinon par brèves mentions à partir desquelles il devient hasardeux de généraliser ? En revanche, on peut réfléchir à ce qui constitue des conditions objectives de sécurité ou d’insécurité, aux équilibres qui se créent et aux attentes sociales qui s’expriment autour des facteurs qui fragilisent l’existence humaine, passent pour menaçants, ou, au contraire, protègent et rassurent. Même s’il importe de rester prudent car on a tôt fait de « construire », à travers la mise en œuvre des sources, fussent-elles massives et quantifiables, une insécurité et une sécurité qui n’ont qu’un rapport lointain avec les insécurités éprouvées et les sécurités attendues2. Pour tout dire, le terme est piégé et requiert de s’interroger constamment sur les implicites que la notion recouvre. Il convient de garder à l’esprit le fait que notre appréhension de l’insécurité des temps passés est presque forcément tributaire de notre propre vision, contemporaine, de l’insécurité.

2Il n’en reste pas moins que sous l’Ancien Régime, les pouvoirs policiers produisent régulièrement des textes et des réflexions sur ces notions, et entendent leur donner sens et contenu, puisque la « sûreté » relève de leurs missions fondamentales. Faute de pouvoir accéder plus directement aux témoignages des « administrés » et de la population, force est de considérer en premier lieu ces discours policiers sur l’insécurité. En retour, on peut réfléchir aux éléments « vécus » ainsi qu’à ceux produits par les représentations, qui conditionnent l’élaboration et la diffusion de tels discours.

Insécurités ? Une question de vocabulaire

3Le détour par les dictionnaires de langue de l’Ancien Régime est sur cette question assez révélateur. Au XVIIIe siècle, le mot « insécurité » n’existe pas : ni le célèbre Dictionnaire universel de Furetière, ni les premières éditions du Dictionnaire de l’Académie française, ni le Dictionnaire de Trévoux ne comportent d’entrée à ce mot. D’après le Trésor de la Langue Française, la première apparition daterait de 1794 dans l’ouvrage de Pougens, Vocabulaire des nouveaux privatifs. Son entrée dans le Dictionnaire de l’Académie française, ne se fait ni en 1798 ni en 1835 mais bien plus tardivement, en 1878. Là, on peut lire la définition suivante : « Insécurité : manque de sécurité. Rien n’est plus triste que l’insécurité dans laquelle nous vivons. »

  • 3 J. Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’occident d’autrefois, Paris, Fa (...)

4Cela étant, il est parfaitement concevable d’avoir la chose... sans disposer du mot. Ce n’est pas parce que le mot « insécurité » n’existe pas au XVIIIe siècle que le sentiment d’insécurité, lui, n’existe pas. Après tout il suffit d’affirmer qu’on n’est pas en sécurité pour faire surgir la notion. Or, le mot « sécurité » est, lui, beaucoup plus ancien. Son histoire a été retracée par Jean Delumeau dans son ouvrage Rassurer et protéger3. Il y explique comment le mot latin securitas s’est dédoublé en « sécurité » et « sûreté ». Le premier mot, jusqu’au XIXe siècle, reste ambigu et avant la fin du XVIIIe siècle, nettement péjoratif. Être en sécurité est un sentiment trompeur : c’est se croire à l’abri du danger alors qu’un péril imminent menace. Le Dictionnaire de l’Académie française, dans l’édition de 1694, donne la définition suivante : « Confiance, tranquillité d’esprit bien ou mal fondée, dans un temps, dans une occasion où il pourroit y avoir sujet de craindre. » La même définition est reprise en 1762, en 1798 et même en 1878. On lit encore : « Confiance, tranquillité d’esprit qui résulte de l’opinion, bien ou mal fondée qu’on n’a pas à craindre de danger : Au milieu de tant de périls, vous ne craignez rien, votre sécurité m’étonne. Il dormait au milieu de ses ennemis avec une sécurité incroyable... Nos vaisseaux parcourent maintenant ces mers avec sécurité. » Jean Delumeau, historien du religieux donne l’exemple du mauvais chrétien, peu exigeant avec lui-même, trop confiant, qui croit son âme en sécurité alors qu’elle va droit en enfer ! Le sentiment de sécurité est alors un sentiment d’inconscience. Les exemples retenus par le Dictionnaire sont assez éloquents : « Il vit dans une grande sécurité. Sa sécurité étonne tout le monde. » Vue sous cet angle négatif, on comprend alors que l’antonyme de la « sécurité », « l’insécurité », puisse ne pas avoir grand sens. Puisque se sentir en sécurité est à la limite de l’inconscience, se sentir en insécurité reviendrait plutôt à se montrer vigilant, raisonnable face au danger !

5Arrivé à ce stade, on peut remarquer que les sentiments ne concernent pas la vie rationnelle et que la sécurité se construit d’abord dans la vie quotidienne, à partir de raisons objectives (ou subjectives) plus fiables et plus tangibles. L’essor du rationalisme au siècle des Lumières, le développement des appareils policiers et le perfectionnement progressif de leurs instruments, font du XVIIIe siècle, un bon observatoire pour essayer de saisir les transformations qui affectent les sentiments d’insécurité ou de sécurité. A priori, l’intérêt des discours produits par la police tient au fait que, des approvisionnements à la lutte contre la mendicité, de l’insalubrité urbaine au contrôle des mœurs et de la criminalité, ils renvoient bien aux conditions objectives de l’existence.

  • 4 V. Milliot (dir.), Les Mémoires policiers, 1750-1850, Écritures et pratiques policières du Siècle (...)

6Loin des dictionnaires, mais toujours dans le registre du vocabulaire, on tombe alors sur un paradoxe apparent. Le mot « sécurité » est quasi absent du discours policier, que ce soit dans les textes règlementaires, dans les réflexions sur la police – cet ensemble que certains des historiens travaillant sur la police ont désigné comme les « mémoires » policiers4 – ou dans les paroles des gens qui s’adressent à la police. Au XVIIIe siècle, on ne trouve jamais le mot « sécurité » dans aucune des archives urbaines qu’il m’a été donné d’explorer depuis plus de quinze ans. C’est toujours le mot « sûreté » qui est employé et c’est assez logique dans la mesure où la sûreté renvoie à des éléments objectifs de mise hors de danger des gens. À la fin du XVIIIe siècle, l’Encyclopédie méthodique de Panckoucke définit la sûreté comme « l’état d’une chose ou d’une personne mise par une garde ou une protection quelconque à l’abri des dangers qui pourraient la menacer », définition qui renvoie à la procédure juridique des « lettres de sûreté ». Même constat dans le Dictionnaire de jurisprudence de Guyot : la sûreté, « c’est l’éloignement du danger, les précautions prises pour faire régner la tranquillité parmi les citoyens ». J.-F. Féraud, dans son Dictionnaire critique de la langue française publié en 1787-1788, redonne la définition classique de la sécurité mais il s’efforce aussi de la distinguer de la « sûreté ». La sécurité, c’est une « tranquillité d’esprit, bien ou mal fondée, dans un tems où il peut y avoir quelque sujet de craindre ». Puis il précise : « Sécurité et sûreté ne sont pas la même chose ; le premier exprime un sentiment, et l’autre un état d’assurance. On a souvent de la sécurité, sans être en sûreté. » Le mot « sécurité » renvoie bien à un sentiment plutôt négatif, peu présent dans le discours policier ou para-policier qui préfère largement l’emploi du mot « sûreté », souvent associé à l’adjectif « publique », ou à la notion de « tranquillité publique ».

7En soi, ce distinguo entre « sécurité » et « sûreté » est intéressant, y compris si l’on entreprend de regarder notre monde contemporain en fonction de la période moderne. Mener une politique de sécurité n’aurait guère eu de sens au XVIIIe siècle. Les polices n’ont pas à s’occuper de la « sécurité » puisqu’il s’agit d’un sentiment, difficile à appréhender. Ce que l’on demande aux polices c’est de s’occuper avant tout de la sûreté des personnes et des biens, des conditions objectives de leur assurance. Sous cet angle, les choses semblent simples : les contemporains du XVIIIe siècle semblent plus cohérents que nos concitoyens actuels. Mais en fait, la confusion entre les deux notions de « sûreté » et de « sécurité » existe déjà à la fin de ce siècle, ce qui explique sans doute le souci de précision que manifeste Féraud. Le mot « sécurité » fait son apparition dans le vocabulaire policier (ou para-policier), à ce moment là, du moins dans les villes du Nord de la France et des anciens Pays-Bas, soit l’actuelle Belgique. Les mentions sont plus précoces dans les textes rédigés par les policiers parisiens, ainsi le célèbre De la Mare. Dans la préface du fameux Traité de la police (1705), il utilise fréquemment le mot « seureté » et mentionne une fois la « sécurité » dont jouit désormais Paris grâce aux victoires militaires de Louis XIV. C’est aussi ce que dit le commissaire Lemaire dans la description qu’il fait de la police parisienne en réponse au questionnaire de Marie-Thérèse en 1770 :

  • 5 La police de Paris en 1770. Mémoire inédit composé par ordre de G. de Sartine sur la demande de Mar (...)

« Si l’ordre et l’exactitude du service de la garde contribuent beaucoup à la sûreté et à la tranquillité des habitants de cette capitale, la grande sécurité dont ils jouissent n’est pas moins l’effet des recherches continuelles des inspecteurs de police5. »

  • 6 Archives générales du royaume (désormais AGR). Officiers comptables 879.

8Dans l’espace septentrional qui m’intéresse, l’une des plus anciennes mentions retrouvées concerne Bruxelles et elle date du 11 juin 17856. À l’occasion d’une discussion entre le Magistrat de Bruxelles et le gouvernement royal, motivée par les mesures de lutte contre les incendies, on peut lire :

« Afin qu’il y ait une sécurité entière par toute la ville en cas de feu, il est ordonné par le règlement émané sur le fait des gardes bourgeoises que tous les bourgeois devront se tenir en armes devant leurs maisons et pour écarter les désordres de l’endroit du feu... »

9On trouve encore le mot « sécurité » dans le projet de règlement, un texte fort de 47 pages, qui suit ce débat :

  • 7 Idem.

« Devoirs des militaires à l’annonce du feu : afin qu’il y ait une entière sécurité dans la ville, la garnison envoiera dans le moment du feu sous le commandement d’un chef une troupe de cavaliers qui s’assembleront et se tiendront au grand sablon et envoira également une troupe de cavaliers sous le commandement d’un chef qui se tiendra à la place de Saint Michel7. »

  • 8 AGR, Conseil de Gouvernement général, 579. Dans ce carton, les archives de Bruxelles ne conservent (...)

10Cet usage plus commun du mot « sécurité » ne fait pas disparaître le terme de « sûreté », toujours employé et bien plus fréquemment. À partir de 1787-1789, le mot sécurité ne devient pas banal, loin de là, mais les mentions se font plus fréquentes dans les archives belges. Ainsi, dans cet extrait du registre aux résolutions de Nivelles du 26 juin 17878, où le Magistrat accepte une proposition formulée par des volontaires soucieux de permettre à tous les honnêtes jeunes hommes de monter la garde et faire des patrouilles « pour le bien-être et la sécurité de ses habitants » sous les ordres du Mayeur et des officiers des serments, à l’heure où l’on parle d’une menace de brigands. Le 23 septembre 1787, dans un écrit aux États du Tournaisis pour rendre compte de ce qui se décide à Bruxelles, le comte d’Harscamp rapporte ces paroles du gouvernement à propos de la même mobilisation des volontaires :

  • 9 AGR, États Belgiques Unis, carton 1. François Pontian, comte d’Harscamp (1717-1794) était député p (...)

« Que le gouvernement n’aimoit pas que les volontaires se seroient mêlés de la police, faire des patrouilles, &c, qu’en conséquence il les remercioit de leurs bons et agréables services, de leur zèle, des soins et peines qu’ils s’étoient donnés pour la sécurité des citoyens et le maintien de l’ordre public9. »

  • 10 Archives de la Ville de Bruxelles (désormais AVB). Archives anciennes, 2895.

11Voici encore la copie d’une lettre imprimée, signée des syndics des Nations – c’est-à-dire les métiers de Bruxelles – envoyée à chaque volontaire le 1er octobre 1787 en remerciement des services rendus10. Le texte justifie la mobilisation populaire, à la fois par la sûreté publique et la sécurité des citoyens :

« Il était devenu impossible que les membres des cinq serments de cette ville puissent seuls y maintenir le calme et le bon ordre. Dans cette perplexité il fut résolu, afin de pourvoir plus efficacement à la sûreté publique, d’adjoindre à ces corps légaux et constitutionnels, un nombre d’agrégés assez considérable pour qu’un service trop fréquent ne leur fit point éprouver de surcharge et qu’ils puissent successivement suffire à la police journalière de la ville... L’amour de l’ordre et de la patrie furent les motifs nobles et puissants qui vous portèrent à sacrifier avec un désintéressement sans exemple, à la sécurité de vos concitoyens non seulement le tems que vous pouviez dérober à vos délassements et à votre repos, mais encore les instants précieux destinés à vos occupations privées les plus indispensables, vous avez procuré la tranquillité publique aux dépens de la vôtre, aux dépens de vos loisirs, de vos intérêts particuliers, de votre santé et même aux risques de vos jours. »

  • 11 « Une sorte de tolérance de la part des sergents de ville et des autres gardes établis à cet effet (...)

12La sécurité des citoyens est donc procurée par l’assurance de la prise en charge de la sûreté publique et de la tranquillité par les volontaires. Inversement, dans une ordonnance de police communale lilloise du 20 février 1788 contre la mendicité, on regrette la sécurité avec laquelle les mendiants demandent l’aumône en raison de la négligence des sergents de ville qui les laissent faire11.

13Dans les territoires belges encore, la veille du 14 juillet 1790, jour de la fête de Van der Noot, héros de la Révolution brabançonne, les volontaires malinois lui dédient un poème dans lequel la sécurité du peuple s’oppose à l’esclavage de l’oppression :

  • 12 AVB. Archives anciennes, 612B.

« Bien moins flatté de notre hommage
Qu’attentif au bonheur, à la sécurité
D’un peuple que votre courage
A su tirer de l’esclavage
Où l’abus de l’autorité
Le plongeoit toujours d’avantage12. »

14Toujours à l’été 1790, en pleine Révolution brabançonne, le serment du volontaire, autrefois destiné au bon accomplissement des devoirs dans la compagnie, se transforme au profit d’une vision plus civique :

  • 13 Idem.

« Je jure de maintenir la vraie liberté, la sécurité individuelle des habitants, les privilèges des cinq serments et l’honneur des corps des volontaires agrégés13. »

15Un peu plus tard, en mars 1793, alors que Bruxelles subit la première occupation par les troupes révolutionnaires françaises, les juges de la commune déclarent aux représentants provisoires du peuple :

  • 14 AVB. Archives anciennes, registre 1155, f° 195, 5 mars 1793.

« Nous avons la douleur de devoir vous annoncer que toutes les peines que nous nous donnons pour mettre nos chers concitoyens les habitants de Bruxelles dans le cas de pouvoir reposer avec sécurité, sont infructueuses ; nous apprenons qu’il s’est commis la nuit dernière un vol assez considérable14. »

16Inutile de poursuivre, les exemples sont multiples. Ce qui saute aux yeux ici, c’est bien évidemment le contexte. L’année 1787 marque le début d’une série de révolutions à Bruxelles : « petite révolution » contre réformes de Joseph II, Révolution brabançonne de 1789-1790 puis invasion française de 1792 et mesures révolutionnaires de plus grande ampleur. La coïncidence est trop étroite pour n’être qu’une coïncidence : le vocabulaire enregistre les ébranlements du temps. L’autre constat, c’est que le mot « sécurité » revêt de plus en plus une acception positive, ou au moins neutre, en étant associé d’abord à l’ordre public, en complément de la sûreté publique puis, par un glissement notable et un renversement de la conception du désordre qui ne l’est pas moins, la sécurité renvoie à la liberté individuelle contre l’oppression. On aurait donc un sens ancien du mot, la sécurité passive des citoyens procurée par les mesures prises par les pouvoirs publics pour garantir la tranquillité et la sûreté publiques. Ce sens ancien évoluerait vers le sens plus moderne de sécurité active liée à la liberté et à la résistance civique. L’évolution n’est ni parfaite, ni définitive. L’exemple lillois de février 1788 reste empreint du sens négatif traditionnel mais les exemples belges montrent que des valeurs positives investissent le vocable.

17Enfin, il convient de noter que « sécurité » ne chasse pas le mot « sûreté », qui reste employé exactement dans le même sens et souvent concurremment. Avec peut-être une inflexion vers un sens politique, ce qu’illustre la « sûreté » individuelle dans la Déclaration des droits de l’homme, ou les mesures de « sûreté générale » aux temps forts de la crise révolutionnaire. Mais il est probable que ce soit la pratique de la police révolutionnaire qui produise l’inflexion sur le sens du mot.

18Il n’est pas aisé de fournir une explication assurée sur l’apparition du mot « sécurité » dans les discours policiers de la période révolutionnaire. Mais on peut émettre des hypothèses. Peut être a-t-on éprouvé le besoin de différencier la « sécurité » de la « sûreté » au moment où la sûreté prend un sens politique et perd son sens neutre de tranquillité générale et d’ordre public. Une autre hypothèse serait que les révolutions vont plus loin que les gouvernements d’Ancien Régime, dans le sens où leur but ultime étant de faire le bonheur des hommes, il leur devient possible d’assumer la responsabilité de la sécurité, donc d’un sentiment, là où les gouvernements antérieurs se contentaient d’assurer la sûreté publique. Une ultime hypothèse renverrait aux efforts de catégorisation juridique menés sous la Révolution, visant à mieux distinguer et hiérarchiser infractions, délits, peines ; à mieux séparer police judiciaire, police administrative, police politique, ce qui a pu avoir une incidence sur les « mots de la sûreté ».

19Si l’évolution des mots ne s’avère pas dénuée de significations probables, les raisons des inflexions constatées restent incertaines. Autant il est difficile d’aller au-delà du seuil d’hypothèses raisonnables pour comprendre les discours, autant il reste possible d’examiner les conditions objectives de la sécurité des gens au XVIIIe siècle.

Insécurités « ordinaires »

20Bien qu’elle soit difficile à appréhender et à mesurer, les historiens se sont efforcés d’approcher la « réalité vécue » de l’insécurité, de donner un contenu à ce qui pouvait être ressenti comme tel à différentes périodes.

  • 15 J. Delumeau et Y. Lequin (dir.), Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse, (...)
  • 16 Recueil des Ordonnances des Pays-Bas autrichiens, 3e série, t. 10, p. 65, 72, 79 pour les ordonnan (...)
  • 17 P. Bourdelais et J.-Y. Raulot, Une peur bleue : histoire du choléra en France, 1832-1854, Paris, P (...)

21Les historiens de la démographie d’Ancien Régime ont par exemple pointé la disparition ou l’atténuation au XVIIIe siècle des trois grands fléaux de l’Apocalypse : peste, guerre et famine. La peste ne touche plus l’Europe du Nord après 1670, la France parvient à se préserver de la mort noire après l’épisode marseillais de 1720 qui, quoique dramatique, reste cantonnée au quart sud-est du royaume15. Est-ce que l’insécurité (ou le sentiment d’insécurité) provoqués par les épidémies, disparaît avec ce recul de la peste ? Rien n’est moins évident, car nul ne pouvait affirmer avec certitude la fin du phénomène. En outre, les mentalités restaient impressionnées par ces souvenirs tragiques, les images du chaos et les discours, les cultes et les rituels qui s’y rapportaient. Les précautions prises lors de l’épidémie de peste qui frappe la Russie et la Pologne au début des années 1770 témoignent de la persistance de la peur à cet égard16. Cela d’autant plus que d’autres maladies contagieuses, certes moins mortifères, des « fièvres » et autres suettes, nourrissent toujours l’inquiétude. L’idée que le retour d’une grande épidémie restait possible s’est néanmoins longtemps imposée, comme le prouve encore le choléra au XIXe siècle17. Néanmoins, l’atténuation de la conscience du danger est probable, en lien avec les efforts réalisés sur le front médical et les dispositifs administratifs de prévention.

  • 18 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001. A. Corvisier et J. Jacquart ( (...)
  • 19 P. Camporesi, Le pain sauvage. L’imaginaire de la faim de la Renaissance au XVIIIe siècle, traduct (...)
  • 20 S. L. Kaplan, Le complot de famine. Histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, traduction française, (...)

22On pourrait raisonner de manière assez similaire à l’égard de la guerre, qui se professionnalise et ne conduit plus les troupes à vivre sur le pays, en Europe occidentale tout au moins18. Le cas de la famine est, lui, plus intéressant. Objectivement, il n’y a pas de grande famine en Europe du Nord au XVIIIe siècle, la croissance démographique générale et continue témoignant des améliorations durables obtenues sur le front des subsistances et de leur production. Mais il n’en demeure pas moins que des individus peuvent encore mourir de faim ou que, tellement affaiblis par la malnutrition, ils succombent à des maladies bénignes. Il ne s’agit donc plus ici d’une insécurité collective massive mais « l’imaginaire de la faim » s’est en quelque sorte replié à un niveau plus individuel19. Cette insécurité singulière forte demeure un puissant levier de mobilisation collective, comme le montrent parfaitement les journées révolutionnaires de l’été 1789 et l’importance des revendications touchant les subsistances dans le mouvement sans-culotte, par exemple20.

  • 21 N. Elias, La civilisation des mœurs, traduction française, Paris, Calmann-Lévy, 1991. L. Mucchiell (...)
  • 22 La théorie du passage de la violence au vol a été formulée par Pierre Chaunu à partir du travail d (...)
  • 23 M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975. M. Cicchini et M (...)
  • 24 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)
  • 25 M. Nassiet, La violence, une histoire sociale, France XVIe-XVIIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, (...)
  • 26 A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Seuil (...)
  • 27 C. Denys, « La mort accidentelle dans les villes du Nord de la France au XVIIIe siècle : mesure du (...)

23Sur le front des violences et de la criminalité, les historiens de la justice et de la sociabilité ont été confrontés à la théorie de la « civilisation des mœurs » qui postulait, du fait de l’action conjointe de l’État et des Églises, par intériorisation d’un certain nombre d’auto-contraintes, un recul de la violence de sang21. Certains auteurs ont pu faire état à travers leurs dépouillements de la baisse progressive de l’homicide, du mouvement d’une criminalité à l’encontre des personnes vers une criminalité contre les biens22. On a pu invoquer également les transformations du « droit de punir »,conduisant à l’affaiblissement de « l’éclat des supplices » au profit de la prison, théoriquement justifiée par l’humanisation des peines et l’idée de la réinsertion future du délinquant23. Mais, a contrario, la grande enquête conduite par Jean Nicolas sur la « rébellion française » a plutôt démontré le haut niveau de conflictualité et de violence qui subsiste dans le royaume de France tout au long du XVIIIe siècle24. Les travaux récents de Michel Nassiet constatent également le recul de la criminalité de sang mais ils l’imputent à la transformation des structures familiales, affectives et sociales, plus qu’à l’action pacificatrice de l’État25. Il n’en reste pas moins qu’il n’est pas aisé d’obtenir un point exact sur l’ampleur et l’évolution des violences privées et conjugales. Le titre choisi pour l’un des ouvrages d’Arlette Farge, « la vie fragile », renvoie à cette idée d’une vie marquée par diverses formes de précarité et de dangers qui tiennent à l’environnement, aux conditions matérielles de vie dans la rue, dans les maisons, les ateliers ou encore dans les espaces publics26. À Lille de 1713 à 1791, pour ne prendre que cet exemple, les échevins ont procédé à 1 015 écouages qui correspondent à autant de morts accidentelles ou subites, à l’exclusion des crimes27. Dans une proportion de 62 %, il s’agit de noyades dans les canaux et dans les puits des maisons. Les autres cas relèvent des accidents de travail (couvreurs et maçons qui tombent sur les chantiers), des accidents de circulation, des chutes, des brûlures, notamment d’enfants. Il faudrait ajouter les suicides, dont le pourcentage est impossible à calculer. Ce qui apparaît ici, c’est l’extrême dangerosité de l’environnement urbain. « L’insécurité sociale » demeure par ailleurs importante : chômage et misère, conjoncturelle ou structurelle, n’ont pas vraiment reculé au XVIIIe siècle, comme le montrent les lancinants problèmes du vagabondage et de la mendicité. Si la croissance économique semble générale dans la deuxième moitié du siècle, les historiens s’accordent pour dire que les écarts sociaux n’ont pas pour autant régressé : la société est constituée de riches toujours plus riches et de pauvres, toujours plus nombreux. Il est donc difficile de parler d’une amélioration générale des conditions de vie au siècle des Lumières. À cet égard, peut-on véritablement se considérer comme étant en « sécurité » lorsque l’on risque à tout moment de mourir, d’être gravement blessé, d’attraper une maladie terrible, si l’on peut craindre raisonnablement de ne pas avoir de pain ou de toit ? Ces doutes et ces appréhensions constituent l’horizon ordinaire de franges très importantes de la population au XVIIIe siècle, peut être le cinquième ou le quart.

Ce que dit et fait la police pour rassurer les gens : l’action contre l’insécurité ?

24Au XVIIIe siècle, on rencontre deux types de discours policier marqués par des préoccupations relevant de l’insécurité. Tout d’abord, le discours normatif des ordonnances et des règlements en tous genres ; ensuite, le discours des mémoires et des réflexions sur la police, plus éloigné de la pratique, mais qui réfléchit sur elle. Dans ces deux types de discours, on trouve les mêmes éléments.

25La police du XVIIIe siècle se sent investie de la responsabilité de la sûreté publique et de la tranquillité commune. Elle se voit et elle se définit comme une police préventive, qui doit s’efforcer autant que possible d’empêcher les occasions de danger. Sans longuement développer, on peut mentionner les quelques grands domaines d’action repérables. La police du marché, des « vivres » et des subsistances constitue une véritable obsession pour les pouvoirs de toutes sortes, des municipalités aux cours souveraines, du Conseil royal aux intendants des généralités. Cela explique la vivacité du débat qui se noue dans les années 1760 autour des réformes de libéralisation des marchés, préconisées par les tenants de l’économie politique libérale. Globalement, les gens en charge de la police sont favorables à l’encadrement préventif du marché, à la fixation des prix en cas de tensions, au contrôle des approvisionnements pour en assurer la régularité. La police du marché et des grains conduit à vouloir assurer à la population un ravitaillement constant et à prix raisonnable. C’est la première des sécurités que la police se doit d’assurer aux habitants (des villes plus que des campagnes).

  • 28 M.-C. Blanc-chaléard, C. Douki, N. Dyonet et V. Milliot (dir.), Police et migrants, France 1667-19 (...)
  • 29 A. Deroisy, « Les traques en Brabant dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Cahiers bruxellois (...)

26Les pouvoirs de police se préoccupent également beaucoup, de plus en plus peut-être, de contrôler les flux de population. La police tient un discours très hostile aux « étrangers » au XVIIIe siècle, qu’il s’agisse des pèlerins, des travailleurs migrants, des vagabonds sans attache ou des aventuriers28. Les dispositifs de contrôle et de repérage ne cessent de se multiplier et de se perfectionner. À Bruxelles au XVIIIe siècle, à plusieurs reprises, on procède à ce qu’on appelle des « traques » qui conduisent à la fermeture des portes de la ville, au quadrillage de toute la cité par la police qui arrête les gens suspects ou qui n’ont pas de passeports en règle29. Ce genre d’opérations, tout comme la promulgation d’une foule de lois, règlements et ordonnances consacrés à la police des étrangers, sont toujours motivés par la préservation de la tranquillité publique. C’est-à-dire que l’insécurité est automatiquement attribuée aux étrangers, bien plus qu’aux populations autochtones réputées paisibles et insérées.

  • 30 C. Denys, Police et sécurité au XVIIIe siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, (...)
  • 31 Thèse en cours de Sophie Reculin sur L’invention et la diffusion de l’éclairage public en France a (...)
  • 32 C. Denys, « Le bris de lanternes dans les villes du Nord au XVIIIe siècle : quelques réflexions su (...)

27La police accorde encore une importance accrue à la sécurisation du cadre urbain. L’éclairage public en est l’une des illustrations les plus essentielles et témoigne d’un vrai changement au XVIIIe siècle30. L’association est très étroite entre l’éclairage public et la sécurité : déjà à la fin du XVIIe siècle, l’argument sécuritaire accompagne les projets d’établissement des lanternes dans les villes. Mais c’est surtout à partir 1770, en lien avec le progrès technique que représente l’adoption du réverbère, qu’on assiste à la convergence entre une demande sociale en matière d’éclairage et les propositions policières en faveur de son adoption et de sa généralisation. La convergence se fait autour d’un même diagnostic : l’éclairage public favorise la diminution des vols, le recul des violences et des crimes nocturnes. En même temps, l’implantation des réverbères dans l’espace urbain privilégie les zones centrales et les plus aisées. La sécurité est d’abord celle des gens importants. Il faut aussi compter avec le caractère ostentatoire de ces politiques d’aménagement qui valorisent en priorité certains espaces31. Inversement, cette visibilité, cette transparence renforcée de l’espace urbain, a pu susciter des résistances qui prennent la forme de bris de lanternes. La signification de telles pratiques – vouloir conserver un contrôle « local » sur l’espace urbain – n’est pas aisée à établir en l’état actuel du dossier32.

  • 33 C. Denys, Police et sécurité, op. cit., p. 256-312.

28Dans un même ordre d’idées, on peut évoquer les progrès réalisés au XVIIIe siècle par les autorités de police en faveur d’une meilleure prévention des dangers de la ville. Il faut alors faire une place au développement de la lutte contre les incendies, caractérisé par la généralisation des pompes et la formation progressive de corps de pompiers. Il faut songer à l’amélioration générale des dispositifs destinés à porter secours, depuis les « secours aux noyés » dont l’essor conduit à multiplier les « boîtes de secours » dans les espaces publics, jusqu’à l’organisation administrative des circuits par lesquels transitent les secours après accidents et catastrophes. Ces préoccupations se traduisent aussi dans la gestion de l’espace et dans les circulations des hommes et des choses dans la ville : apparition des premiers trottoirs pour séparer les flux de piétons et de voitures, création de garde-fous sur les ponts, luxe de précautions lors de l’organisation des festivités publiques : rues à circulation interdite, sens de circulation obligatoire que font respecter des policiers répartis judicieusement... Toutes les occasions de rassemblement des foules, des représentations théâtrales aux cérémonies ponctuelles, donnent lieu à ces précautions qui semblent de plus en plus détaillées et dont certains visent des publics privilégiés, tels les enfants33.

  • 34 V. Milliot, « Catastrophe de la police et police de la catastrophe. Quelques réflexions sur les «c (...)

29On pourrait enfin rapprocher cette volonté générale d’amélioration de la police et de renforcement des dispositifs de sécurité, des projets et des politiques de réformes des appareils policiers au XVIIIe siècle, à l’échelle de toute l’Europe. Dans de nombreuses villes, on assiste au renforcement des guets nocturnes, à la professionnalisation des corps de policiers mais aussi au développement de polices de quartier et de « proximité », etc. Il convient néanmoins de ne pas être dupe des intentions qui guident de tels discours. Pour justifier une réforme projetée ou une transformation, il est courant de décrire sous un jour négatif la situation dont on part et dont on veut se séparer. Il est alors commun d’insister sur une situation de crise d’insécurité générale, qui n’est ni ressentie comme telle par les habitants, ni même parfaitement avérée34.

  • 35 L’ouvrage récent de D. Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013, apport (...)
  • 36 D’où les justifications a posteriori d’un Lenoir, par exemple. V. Milliot, Un policier des Lumière (...)

30Que conclure de cette rapide évocation ? Les historiens peuvent sembler démunis pour proposer une mesure du sentiment d’insécurité et évaluer les transformations de ce dernier. Mais peut-être, est-ce pour eux le type même du « faux » problème ou du problème mal posé. Ils sont parmi les premiers à devoir se méfier des grandes analyses téléologiques, sur la « montée » ou la « baisse » de l’une et de l’autre. Ils doivent s’interroger sur la construction des indices qui permettent d’interpréter la situation d’une certaine manière, comme sur la diversité et la variabilité des paramètres à prendre en compte. En revanche, les historiens peuvent montrer les circularités qui se créent entre les « mots » et les « choses ». On voit bien par exemple, comment les réformes policières du XVIIIe siècle se nourrissent d’un discours d’insécurité et qu’elles créent en réponse un discours de sécurité, l’un et l’autre se validant mutuellement. De la même façon, la représentation que les policiers peuvent avoir des groupes et des espaces « à risques » dans une ville, déterminent leurs pratiques et les lieux privilégiés de leurs interventions. Mais ces interventions, comme un certain nombre de pratiques associées (enregistrement, catégorisation des suspects, découpages spatiaux et cartographie) finissent par donner de la consistance, « de la réalité » aux foyers et vecteurs « d’insécurités35 ». Enfin, pour semer quelques ferments supplémentaires de complexité, on aurait pu évoquer l’émergence, à la fin du XVIIIe siècle et sous la Révolution, d’une revendication de sécurité politique individuelle et collective associée aux droits du citoyen : sûreté individuelle, liberté d’expression et de réunion traduisent ainsi l’aspiration à jouir sans risque des libertés politiques. Cette situation favorise la diffusion d’un discours policier « éclairé » qui repose sur la stigmatisation radicale des polices « despotiques » et « arbitraires » de l’Ancien Régime, alors qu’elles-mêmes défendaient sincèrement un objectif de sécurité publique36. En définitive, espérer qu’une historienne pourrait apporter des réponses simples à une réflexion sur l’insécurité urbaine contemporaine, voilà qui relève de l’utopie !

Notes

1 Ce texte n’aurait pas vu le jour sans l’aide efficace de Vincent Milliot que je souhaite remercier ici.

2 La difficulté ne concerne pas que les historiens et le passé. L’évaluation actuelle de l’insécurité – et ses incidences politiques ou économiques – pose également de nombreux problèmes et provoque de fortes controverses. Voir L. Mucchielli, Violences et insécurité. Fantasmes et réalité dans le débat français, nouvelle édition, Paris, La Découverte, 2002.

3 J. Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’occident d’autrefois, Paris, Fayard, 1989.

4 V. Milliot (dir.), Les Mémoires policiers, 1750-1850, Écritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, PUR, 2006.

5 La police de Paris en 1770. Mémoire inédit composé par ordre de G. de Sartine sur la demande de Marie-Thérèse. Notes et introduction par A. Gazier, Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris, t. V, Paris, Champion, 1879, p. 70. Sur les tenants et aboutissants de ce texte célèbre, voir S. L. Kaplan et V. Milliot, « La police de Paris, une « révolution permanente » ? Du commissaire Lemaire au lieutenant de police Lenoir, les tribulations du Mémoire sur l’administration de la police (1770-1792) », dans C. Denys, B. Marin et V. Milliot (dir.), Réformer la police. Les mémoires policiers en Europe au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009, p. 69-116.

6 Archives générales du royaume (désormais AGR). Officiers comptables 879.

7 Idem.

8 AGR, Conseil de Gouvernement général, 579. Dans ce carton, les archives de Bruxelles ne conservent pas l’original, mais une copie réalisée par le gouvernement, au moment où il s’efforce de contrôler les « volontaires », c’est-à-dire les troupes formées spontanément par les citoyens pendant la « petite révolution » de 1787. Les « serments » sont des compagnies de gardes bourgeoises spécialisées dans le maniement d’une arme. Comme ils pouvaient recruter des « volontaires » sans limite de nombre, c’est par le biais de ces « volontaires agrégés aux serments » que la mobilisation citoyenne a pu prendre forme en 1787 comme en 1789 pendant la Révolution brabançonne.

9 AGR, États Belgiques Unis, carton 1. François Pontian, comte d’Harscamp (1717-1794) était député par les États de Namur et de Tournai à Bruxelles.

10 Archives de la Ville de Bruxelles (désormais AVB). Archives anciennes, 2895.

11 « Une sorte de tolérance de la part des sergents de ville et des autres gardes établis à cet effet a pu leur inspirer la sécurité avec laquelle ils sollicitent la charité d’un chacun », Archives municipales de Lille (désormais AML). Registre aux ordonnances du Magistrat, 20 février 1788.

12 AVB. Archives anciennes, 612B.

13 Idem.

14 AVB. Archives anciennes, registre 1155, f° 195, 5 mars 1793.

15 J. Delumeau et Y. Lequin (dir.), Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse, 1987. Jean N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, Paris, Mouton, 1976, 2 vol. , F. Hildesheimer (dir.), Fléaux et société, de la Grande Peste au choléra, XIVe -XIXe siècle, Paris, Hachette, 1993.

16 Recueil des Ordonnances des Pays-Bas autrichiens, 3e série, t. 10, p. 65, 72, 79 pour les ordonnances impériales. AML, Affaires générales, carton 1272, document 12 pour l’ordonnance de l’intendant Caumartin à Lille.

17 P. Bourdelais et J.-Y. Raulot, Une peur bleue : histoire du choléra en France, 1832-1854, Paris, Payot, 1987. M. Durey, The return of the Plague: British society and the cholera: 1831-2, Dublin, Gill and Macmillan, 1979.

18 J. Chagniot, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, PUF, 2001. A. Corvisier et J. Jacquart (dir.), De la guerre à l’ancienne à la guerre réglée. Des malheurs de la guerre, Paris, Éditions du CTHS, 1996.

19 P. Camporesi, Le pain sauvage. L’imaginaire de la faim de la Renaissance au XVIIIe siècle, traduction française, Paris, Le chemin vert, 1981.

20 S. L. Kaplan, Le complot de famine. Histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, traduction française, Paris, Colin, 1982.

21 N. Elias, La civilisation des mœurs, traduction française, Paris, Calmann-Lévy, 1991. L. Mucchielli et Pieter Spierenburg (dir.), Histoire de l’homicide en Europe, de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, La Découverte, 2009. R. Muchembled, Une histoire de la violence, de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2008.

22 La théorie du passage de la violence au vol a été formulée par Pierre Chaunu à partir du travail de ses étudiants sur les archives judiciaires, notamment Bernadette Boutelet, « Étude par sondage de la criminalité dans le bailliage de Pont-de-L’Arche (XVIIe-XVIIIe siècles). De la violence au vol : en marche vers l’escroquerie », Annales de Normandie, 1962, p. 235-262.

23 M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975. M. Cicchini et M. Porret (éd.), Les sphères du pénal avec Michel Foucault. Histoire et sociologie du droit de punir, Lausanne, Antipodes, 2007.

24 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002.

25 M. Nassiet, La violence, une histoire sociale, France XVIe-XVIIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

26 A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 2007.

27 C. Denys, « La mort accidentelle dans les villes du Nord de la France au XVIIIe siècle : mesure du risque et apparition d’une politique de prévention », Histoire urbaine, no 2, décembre 2000, p. 95-112. Le mot écouage désigne la levée du cadavre et l’ensemble de la procédure de constatation d’un décès non criminel.

28 M.-C. Blanc-chaléard, C. Douki, N. Dyonet et V. Milliot (dir.), Police et migrants, France 1667-1939, Rennes, PUR, 2001.

29 A. Deroisy, « Les traques en Brabant dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Cahiers bruxellois, 1957, t. II, fascicule III, juillet-septembre 1957, p. 213-229.

30 C. Denys, Police et sécurité au XVIIIe siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 273-286.

31 Thèse en cours de Sophie Reculin sur L’invention et la diffusion de l’éclairage public en France aux XVIIeet XVIIIe siècle.

32 C. Denys, « Le bris de lanternes dans les villes du Nord au XVIIIe siècle : quelques réflexions sur la signification d’un délit ordinaire », dans B. Garnot éd., La petite délinquance du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Colloque de Dijon, 9-10 octobre 1997, Dijon, 1998, p. 309-319.

33 C. Denys, Police et sécurité, op. cit., p. 256-312.

34 V. Milliot, « Catastrophe de la police et police de la catastrophe. Quelques réflexions sur les «crises” policières au XVIIIe siècle », Orages, no 10, mars 2011, p. 37-55. Le constat est déjà établi pour le Paris du XVIe siècle, par Diane Roussel, Violences et passions dans le Paris de la Renaissance, Seyssel, Champ Vallon, 2012.

35 L’ouvrage récent de D. Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013, apporte un preuve supplémentaire à ce dossier.

36 D’où les justifications a posteriori d’un Lenoir, par exemple. V. Milliot, Un policier des Lumières, suivi de Mémoires de J. C. P. Lenoir ancien lieutenant général de police de Paris écrits en pays étrangers dans les années 1790 et suivantes, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université de Lille 3 et membre de l’Institut de Recherche Historique du Septentrion (UMR 8529). Ses travaux de recherche portent sur l’histoire de la police, de la sécurité urbaine et de l’armée au XVIIIe siècle, en France et en Belgique. Elle a coordonné le programme ANR CIRSAP (Construction et circulation des savoirs policiers, 1650-1850) et publié récemment La police de Bruxelles entre réformes et révolutions (1748-1814) : police urbaine et modernité, Brepols, 2013 ; Polices d’Empires, XVIIIe-XIXe siècles, PUR, 2012 (en collaboration avec Vincent Denis) ; Circulation spolicières, 1750-1914, Presses du Septentrion, 2012. Elle participe au programme « Systèmes policiers européens, XVIIIe-XIXe siècles » (SYSPOE-ANR-12-BSH3-0004)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540