Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville en ébullition

 | 
Pierre Bergel
, 
Vincent Milliot

Première partie. Ébullitions insécuritaires : des mots et des faits

Introduction

Texte intégral

1Comment décrire et expliquer l’ébullition urbaine, les temps d’effervescence ou de tensions qui mettent à l’épreuve la cohésion sociale de la ville ou sa trame matérielle, soit en nourrissant de sourdes et corrosives inquiétudes, soit à travers des convulsions plus fortes ? Quels sont les mots pour dire l’insécurité citadine propre à alimenter ces effervescences ? Quels sont les faits qui les caractérisent ? Très différents dans leurs approches thématiques, leurs terrains d’investigation ou leurs appartenances disciplinaires, les quatre textes qui constituent cette première partie se confrontent à une difficulté commune : comment cerner la question de la sécurité urbaine ainsi que celle, corollaire de l’insécurité ? Le flou tient au fait qu’il est difficile de cerner l’insécurité de façon objective puisque le degré de tolérance aux aléas est largement fonction des époques, des contextes ou des groupes sociaux concernés.

2Le mot « sécurité » a, durant la période moderne, un sens très différent de celui qu’on connaît aujourd’hui. Se croire en sécurité, c’est ignorer le danger qui vous menace : « le sentiment de sécurité est alors un sentiment d’inconscience » (C. Denys). À la notion de sécurité, le XVIIIe siècle oppose celle de sûreté, qui concerne les conditions objectives de l’assurance des biens et des personnes. Au cours de ce même siècle, ce sont les forces de police qui vont progressivement construire la notion de sécurité telle que nous la connaissons aujourd’hui. En prise « par la base » avec un sentiment d’insécurité qui commence à émerger, les forces de l’ordre produisent un discours de sécurité et une pratique policière de la ville qui attribue aux espaces des dangerosités plus ou moins importantes.

3La France des quarante dernières années a connu un processus assez similaire de construction de la catégorie « d’insécurité » et de façonnage des attentes « sécuritaires » (P. Robert). Le sentiment d’insécurité y émerge à la fin des Trente Glorieuses alors que, jusqu’ici, l’essentiel de la dangerosité concernait l’activisme politique radical. La relation est étroite entre les stratégies de l’État et l’irruption, après 1981, des collectivités territoriales et des politiques de la ville dans les pratiques de police et de prévention de la délinquance mais, aussi, dans le référentiel discursif associé. Liées aux évolutions socio-économiques (montée du chômage et fin de la croissance du pouvoir d’achat pour les moins qualifiés), balisées par des émeutes urbaines récurrentes à partir de la fin des années 1970, ces transformations structurelles conditionnent à leur tour les orientations de la recherche, dont on peut retracer la périodisation. Ces relations complexes entre « demande sociale », politiques, discours, ressortent particulièrement bien du cas de la région Île-de-France qui, à bien des égards apparaît comme un laboratoire. À partir d’une géographie précise des groupes sociaux, on peut constater combien le sentiment d’insécurité diffère sensiblement selon les lieux et selon les catégories sociales.

4En effet, de telles constructions ont souvent pour corolaire la définition de « groupes à risques » comme le montre, entre le début du XIXe et la fin du XXe siècle, l’émergence de la catégorie des « jeunes » en tant que groupe d’âge et groupe socio-politique turbulent, frondeur, qui requiert une attention particulière de la part des autorités françaises (A.-M. Sohn). Devant supporter leurs excès, le monde des adultes est pourtant indulgent, y compris lorsque certains jeunes gens sont déférés devant les tribunaux. Ces débordements d’une jeunesse presque exclusivement masculine sont d’abord positivement considérés car ils apparaissent liés à une protestation politique qui la dépasse. Sous la Restauration et la Monarchie de Juillet, les jeunes étudiants ou lycéens sont ainsi à la tête de l’agitation républicaine. Sous la IIIe République ou l’occupation nazie, cette figure demeure dans des contextes différents, avec des modalités répressives plus lourdes au cours du conflit mondial. Mais le « jeune homme » reste celui qui est prompt à défendre la République et, au besoin, à mourir pour elle. Cette vision est battue en brèche à partir des années 1950 lorsqu’émerge la silhouette du rocker ou du « blouson noir » qui s’enracine davantage dans celle du mauvais garçon, voire dans l’imaginaire des « bas fonds » et du « milieu ». Cette seconde fraction de la jeunesse rebelle, beaucoup moins diplômée que la première, moins spontanément intégrable dans un imaginaire politique et potentiellement plus menaçante pour le compromis social, cristallise les inquiétudes au cœur des Trente Glorieuses. Mai-68 semble l’évincer au profit de la figure du « gauchiste », qui, durant les années 1970, reprend une partie de la geste des décennies antérieures. Pourtant, cette consécration peut apparaître comme un chant du cygne. Confirmant les réflexions plus générales sur la construction de l’insécurité en France, cet angle d’approche plus spécifique et catégoriel caractérise la fin des Trente Glorieuses comme une coupure majeure. La figure dominante du jeune rebelle politisé cède progressivement la place à celle de l’émeutier des quartiers populaires, généralement issu de l’immigration, aux colères « infra-politiques » et aux comportements prédateurs. Indulgentes jusque là, institutions policières et judiciaires deviennent beaucoup plus sévères, installant ces « jeunes de banlieue » dans le rôle d’une nouvelle classe dangereuse.

5La définition de ces « classes dangereuses » comporte, au-delà de ses caractéristiques sociales, une dimension assez fréquemment topographiques. Les quartiers dégradés, issus d’un urbanisme « spontané » où s’entassent les migrants qui nourrissent de longue date la croissance démographique citadine, les espaces urbains qu’on qualifie parfois hâtivement d’espaces « de relégation » où prolifèrent diverses activités délinquantes et des formes de marginalités sociales, constituent les cadres privilégiés des populations inquiétantes. Cette relégation urbaine semble parfois planifiée, par exemple dans les pays dit « émergents », dans la mesure où ces espaces et leurs leaders politiques, économiques ou mafieux participent également au gouvernement de l’ensemble de l’espace urbanisé, mais de façon grise, indirecte, enchevêtrée, un peu comme un revers indispensable de la médaille (Nicolas Bautès, Rafael Soares Gonçalves). Au lieu d’être radicalement opposés, les espaces formels et informels de la ville paraissent alors articulés, tant du point de vue économique, social, urbain, que du point de vue politique. Loin des simplifications, souvent intéressées, inhérentes aux discours sur les zones « de non droit », les pratiques sociales, administratives et policières révèlent alors la souplesse et les formes d’instrumentalisation dont les catégories de la « sécurité » et de « l’insécurité » peuvent faire l’objet.

6(P. B., V. M.).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540