Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique par les armes

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Alain Hugon
, 
et al.

Quatrième partie. De nouveaux espaces publics

Pavie, 1525 : une année de politisation urbaine

Jean-Marie Le Gall

Texte intégral

  • 1 Michel Foucault, « Il faut défendre la société », Cours de 1976, éd. M. Bertrani, A. Fontana, Paris (...)

1Dans « Il faut défendre la société », Michel Foucault affirme que la politique étant le mode de la guerre, la bataille décisive est la fin de la politique et de l’histoire1. Celle-ci repose sur une confrontation des pouvoirs dont le ressort ontologique, comme chez Machiavel, est la guerre et non, comme chez Hobbes, la paix face à une société de loups. Dès lors que l’un l’emporte définitivement, au point de capturer le souverain de l’autre, qu’est-ce que le pouvoir ? Et quelle est la place de la politique ? Nous n’entrerons pas ici dans la question de savoir ce qu’est une bataille décisive. En revanche Foucault n’a peut-être pas tort de décrire la bataille finale comme celle qui met fin au conflit politique. Après tout, dans le cadre scolastique de la guerre juste, la paix est le but et la cause finale de la guerre. Survenue le jour anniversaire de l’empereur, la bataille de Pavie renouvela le projet de monarchie universelle de Charles Quint, qui rêva alors d’instituer l’avènement d’une paix durable à la faveur de l’évènement. La paix relevant en outre de la charité, le vainqueur est invité à la magnanimité envers le vaincu afin de l’obliger définitivement à son égard. L’histoire d’une rivalité qui va durer près d’un siècle et demi aurait donc pu ne pas être. Mais en même temps, au nom de la justice, pour établir cette paix sur le juste droit, l’empereur réclama la Bourgogne et l’on sait que le traité de Madrid ne fut qu’un leurre éphémère. La remarque de Foucault opposant la bataille à la politique n’est peut-être pas dénuée d’intérêt pour nos sociétés où la guerre fige le plus souvent la vie politique en suspendant élection, liberté de la presse et vie démocratique. Mais en allait-il ainsi jadis ?

2L’historiographie de Pavie semblerait donner raison au philosophe. Dans la collection des Trente journées qui ont fait la France, Giono a été chargé de traiter de Pavie. Son récit épique ne permet guère de voir en quoi cela fut une journée importante pour la France, sinon qu’à ses yeux, le pays a surmonté l’épreuve de la perte d’un roi, prouvant ainsi sa personnalité et sa transcendance à toute épreuve. Sans du reste que l’auteur éprouve le besoin de nous dire comment. Mais pour lui, les guerres d’Italie ne concernent que des courtisans, des nobles assoiffés de gloire et d’honneur. Ce n’est pas l’affaire du peuple, qui ne se mobilisera que durant les guerres de Religion, quand se poseront des questions religieuses qui touchent chacun et tous. À ses yeux la guerre est donc affaire de caste, bagatelle de nobles. La politisation ne passe que par la religion. N’est-ce pas elle, comme le dira Michel de l’Hospital qui fait l’unité des Français, avec la fidélité au roi ? Mais justement, de religion, il est beaucoup question en 1525, avec les procédures engagées contre le groupe de Meaux et l’évêque Guillaume Briçonnet. La capture du roi les prive de sa protection et la Sorbonne et le parlement en profitent.

  • 2 Voir la position d’Olivier Poncet qui affirme, sans expliciter, qu’à la différence de la captivité (...)
  • 3 Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l’histoire écon (...)
  • 4 C’est la thèse de Denis Crouzet, Charles de Bourbon..., op. cit., p. 529.

3Les historiens professionnels n’ont pas remis en cause cette vision de l’année de Pavie estimant que la déroute avait été surmontée sans difficulté et qu’il n’y a pas eu de crise de pouvoir2. La défaite militaire n’a pas été accompagnée d’une crise politique propice à une politisation. Elle ne s’accompagne pas de guerre civile, de constitution de partis ou de factions car il y a une régente établie en la personne de la mère du roi, les enfants de France sont très jeunes et le roi n’a pas de frère. Certains auraient bien vu le duc de Vendôme jouer un rôle. Mais la trahison du connétable est encore fraiche et invite à souder les rangs. Les Bourbon, Vendôme en tête entendent prouver leur loyauté. De sorte que cette crise n’a pas nécessité de convoquer des États généraux, de rédiger des cahiers de doléances comme en 1484. Elle n’a pas davantage entrainé d’augmentation d’impôts, ni de recours aux affaires extraordinaires : pas d’emprunt, pas d’émission de rentes de l’hôtel de ville, pas de ventes d’offices, pas d’aliénation du domaine constate Philippe Hamon dans son étude magistrale des finances de François Ier3. Mieux encore, la défaite aurait permis à la propagande royale de replacer le souverain vaincu dans un imaginaire christique propre à conjurer toute crise4. On serait tenté de clore le dossier... ou de le rouvrir.

  • 5 Georges-W. Bernard, War, Taxation and Rebellion in Early Modern England. Henri VIII, Wolsey and the (...)

4En effet, s’il n’y a pas d’augmentation d’impôts, peut-être est-ce aussi parce que la population y est résolument hostile et que la régente sait ne pas pouvoir les lever. Dès mars 1525, par exemple dans sa lettre à Rouen, la régente a dit qu’elle ne lèverait pas d’impôts sans le consentement libre et volontaire des sujets. Dans ses lettres de la fin de l’année 1525, lorsqu’il s’agit de dresser le brevet de taille pour 1526, assorti d’une augmentation et d’une anticipation de recettes, elle n’a de cesse de se vanter d’avoir payé officiers, soldats, et versé l’argent pour les Suisses et l’Angleterre sans avoir à recourir aux affaires extraordinaires. Vertu de sage dépensière est ici nécessité. Le pouvoir est contraint par le bon vouloir des peuples, comme en Angleterre où les levées fiscales (amicable grant) prévues par Henri VIII suscitent des troubles et conduisent le roi à renoncer à envahir la France comme le prévoyait l’accord avec Charles Quint5. Voilà qui nous conduit à nous interroger sur la sérénité du royaume des lys en cette année de captivité royale alors que le reste de l’Europe est marqué par une forte politisation des populations qu’avait bien pointée Jules Michelet :

  • 6 Jules Michelet, Histoire de France. Le XVIe siècle, II, Genève, Rencontre, 1966, p. 64.

« Tel était l’aspect redoutable de cette année 1525. Une révolution immense sembla éclater en Europe. Une ? Non : mais vingt de causes différentes, de caractères bien plus différents encore6. »

5Par quelle singulière exception les Français seraient-ils étrangers à la politisation, dans ces années où les peuples européens témoignent de leur politisation, à travers la révolte des comuneros en 1520, les germanias de Valence en 1521, la guerre des paysans ou plutôt des gens du commun en 1525 dans un Empire qui déborde jusqu’en Lorraine ? La privation de roi souderait-elle les Français dans un unanimisme national et une apolitisation ?

6À moins que les historiens, qui connaissent la fin de l’histoire, n’aient trop vite oublié le « futur passé », c’est-à-dire l’incertitude du lendemain dans laquelle vivent au présent les populations. Comme il est facile en effet pour les serviteurs de Clio de confondre le résultat connu et le processus complexe et incertain qui y a conduit. En 1525, l’histoire hésite entre plusieurs avenirs possibles car aucun n’est écrit. Pour retrouver la vie profonde du royaume dans cette année sans roi et pour retrouver l’horizon d’attente des contemporains, je me suis plongé dans les archives diplomatiques et dans les registres de délibérations des villes, des parlements ou des chapitres ; seules ces sources, et non les mémoires et récits rétrospectifs, permettent d’appréhender une histoire en cours de réalisation car les propos sont toujours datés. Et je voudrais ici montrer que l’absence du roi libère la parole, que l’année de Pavie est un temps de politisation, que le pouvoir aura ensuite à cœur de refouler.

La politisation par le pouvoir

  • 7 Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt (dir.) L’espace public au Moyen Âge, débat autour de Jürgen (...)

7Le pouvoir doit faire face à l’évènement auprès de l’opinion publique. On sait combien l’existence de celle-ci aux époques anciennes est objet de débats historiographiques7. Pour trancher la question de son existence en 1525, il suffit d’examiner les mesures prises par le pouvoir pour la contrôler, pour se justifier auprès d’elle en mobilisant les éléments de langage performatifs empruntés au jus commune, à la théologie morale et à la casuistique.

Informer progressivement et prudemment

  • 8 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 22.
  • 9 Idem, fol. 33.
  • 10 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse, Toulouse, 1701, t. 2, p. 54.
  • 11 Registre des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. 1, Paris, Imprimerie Nationale, 1883, (...)
  • 12 Ibid., p. 284.
  • 13 Ibid., p. 289.
  • 14 Michel Félibien, Histoire de la ville de Paris, Paris, 1725, p. 960.
  • 15 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le parlement de Pari (...)

8Ce n’est pas parce que la presse n’existe pas encore que la question de l’information ne se pose pas au pouvoir. Il lui faut communiquer aux sujets la défaite et la prise du roi. L’idée de taire, de cacher la nouvelle est étrangère à la régente qui écrit au gouverneur, aux parlements, aux évêques, aux édiles des villes, c’est-à-dire à la société politique des médiateurs et des administrateurs en charge du bien public. Mais si l’information est transmise, sa diffusion est en revanche localement plus contrôlée. À Lyon, la nouvelle, parvenue à la cour le 28 février, par l’entremise d’un courrier et d’un témoignage, est transmise au bureau puis aux conseillers de la ville le 1er et le 3 mars. Des mesures de sûreté sont alors prises. Lors de l’assemblée du 3, certains notables réclament une assemblée générale avec les maîtres des métiers8. Mais la ville ne décide de la convoquer que le 12 pour le 13 afin de « communiquer les affaires9 ». La diffusion par cercles concentriques a été lente et prudente. Le même scénario se retrouve à Toulouse, le parlement est informé le 7 mars et convoque les capitouls le 8. Des mesures de sûreté sont prises, des messes et des prières sont réclamées. Les capitouls se réunissent le 9 pour renforcer la sécurité et l’assemblée générale n’est convoquée que le 11 mars, quand tout semble sous contrôle10. À Paris, la lettre de la régente arrive le 7 mars et dès le 8 un conseil regroupant des membres du parlement et du bureau de la ville se réunit pour décider de mesures de sécurité11. Les conseillers de ville, soit 24 personnes, sont consultés le 9 afin de donner leurs avis et procéder à la désignation des représentants de la ville au conseil mis en place avec le parlement. Mais l’assemblée générale n’est réunie que le 14 mars devant un représentant de la régente, Guillaume de Montmorency. Cette assemblée générale composée des 24 conseillers, d’une vingtaine de quarteniers, chacun flanqué de deux notables, soit environ 80 personnes, décide d’ailleurs qu’elle ne souhaite pas être réunie trop souvent et « veut éviter de faire à chascun propos assemblée céans12 ». L’événement ne semble pas immédiatement déclencher une demande d’information, de participation et de délibération et on s’en remet au conseil établi pour gérer la crise. Ce conseil de la chambre verte se réunit tous les mardis, voire deux ou trois fois par semaine, compte une vingtaine de membres issus du clergé, de la chambre des comptes, du parlement et de la ville13. Le 22 avril, cette chambre verte, du nom de la pièce où elle se réunit, voit son fonctionnement précisé : nul ne peut s’y soustraire ou se faire remplacer et il ne faut pas divulguer les opinions qui s’y expriment ni les décisions adoptées. Même le greffier est tenu au secret14. Ce conseil se réunira 35 fois entre mars et juillet, mais l’assistance s’étiolera passant d’une vingtaine à une douzaine puis à cinq participants comme l’a montré Roger Doucet15. Ce souci de concentrer la gestion de l’événement dans les mains d’un petit nombre de personnes n’émane pas du pouvoir central mais de la confiance des citadins dans une procédure de délégation de la délibération. À Rouen dès le 10 mars 1525, quatre personnes pour chacun des quatre quartiers sont désignées pour aller aux assemblées afin de permettre aux autres de travailler. Ces seize personnes jointes au bureau se réunissent régulièrement pour adopter les mesures en concertation avec les gens du roi, les parlementaires. Mais en mai, le parlement ordonne une enquête car des propos tenus lors de ce comité ont été rapportés à l’extérieur contre le serment d’installation. La ville demande a ce qu’il n’y ait pas de suite. Ce rapide tour d’horizon de l’annonce de la défaite montre qu’elle a été progressive et que le plus grand nombre des notables n’a été informé et associé aux mesures de police qu’après que celles-ci ont été établies. Le souci de contrôler se partage avec la conscience que l’implication de tous est aussi pour chacun une contrainte et une charge, donc du temps volé sur le travail.

  • 16 Registre des délibérations..., op. cit., p. 292.
  • 17 Correspondance de Marguerite d’Autriche, éd. E.P.C. van den Bergh, Leide, S. et J. Luchtmans, 1845, (...)
  • 18 J. J.-M. Blondel, Mémoires du parlement, Paris, s. d., t. 1, p. 390.
  • 19 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 993.

9Dans ce processus de publication de la nouvelle, la régente entend aussi dédramatiser ce qui est advenu. Le roi est en vie, il n’a pas été vaincu ni pris dans son royaume, il n’y a pas de vacance de légitimité. Elle demande ainsi aux députés de la ville de Paris de se rendre à Blois auprès des enfants de François Ier. Ils y vont et dans leur rapport devant l’assemblée générale de la capitale déclarent : « C’est une chose merveilleuse de la bonne contenance qu’ils ont en la jeunesse où ils sont. » Les députés notent ainsi que le dauphin ressemble « à Louis XII », le bon père du peuple16. Belle promesse d’avenir. Pourtant, cette sérénité ne durera pas et au cours de l’année, la régente devra communiquer sur la santé du roi. Celui-ci fut en effet gravement malade en septembre 1525 et faillit mourir. Cette nouvelle inquiète en Espagne, où la frontière est fermée afin de tenter de ne pas laisser filtrer la nouvelle. Mais elle trouble aussi le royaume. Des rumeurs se propagent, facilement exploitables. Aussi le pouvoir informe de la convalescence royale par le biais des processions ou de Te deum comme à Rouen le 13 octobre. À Lyon, l’ambassadeur impérial relate que le 14 octobre la régente est allée en pèlerinage dans les environs pour rendre grâce à Dieu mais aussi « pour semer laddite nouvelle partout pour encourager le peuple17 ». Pourtant, il n’est pas certain que ces cérémonies de l’information aient toujours apaisé les inquiétudes. Ainsi, à Paris le 11 octobre, une procession du parlement est organisée vers la Sainte-Chapelle pour remercier Dieu d’avoir redonné la santé au roi18. Mais le 13, quatre hommes à cheval traversent la capitale à toute allure de la porte Saint-Michel jusqu’au Palais en criant que le roi est mort, que les sages le cachent, que les fous doivent révéler les vérités et ils répandent des choses déshonorantes sur la régente19. À leur suite, « beaucoup se donnèrent la liberté de parler avec peu de respect du roi et de la reine ». Mort ou pas, François Ier ne peut plus gouverner et on envisage de couper la tête à 50 notables de Paris. Le public parisien s’échauffe à l’automne.

Interpréter l’évènement

  • 20 Brantôme, Œuvres complètes, éd. E. Lalanne, t. 3, p. 140.
  • 21 S. Moreau de Villefranche, « La prinse et délivrance du roy », Archives curieuses de l’histoire de (...)
  • 22 J. J.-M. Blondel, Mémoires du parlement..., op. cit., t. 1, p. 286.

10Au-delà du sort de la personne royale, la communication politique comporte aussi une part d’interprétation de l’évènement en fonction des intérêts du pouvoir. Celui-ci ne s’emploie guère à publier le récit de la bataille, ce qui se fait en revanche chez le vainqueur, en Espagne et en Italie. Les relations imprimées en français le sont à Anvers dans les possessions de l’empereur. Le comportement héroïque du roi ne fait donc guère l’objet de publicité écrite, peut-être pour ne pas faire contraste avec la captivité, peut-être parce que cette guerre chevaleresque n’est pas du goût du plus grand nombre, surtout si elle expose le pays à la menace étrangère. Plus tard, Brantôme soulignera que ce sont surtout les vainqueurs qui ont fait la gloire du roi et des morts de Pavie20. Aux Pays-Bas la gouvernante réclame une messe pour eux. Rien de tel en France. Certes, dans la lettre de la régente lue le 28 mars à Rouen, elle explique que le roi s’est bien battu, que son cheval est mort sous lui et elle cite les gentilshommes trépassés. Mais avant que les nouvelles ne parviennent peu à peu de ce qui s’est passé, l’heure est à l’humilité, à la pénitence, non à l’exaltation d’une conduite héroïque qui, ayant conduit à la défaite, peut prêter le flanc à une critique contre l’orgueil royal. Le pouvoir ordonne donc aux évêques de faire des processions ou des prières. Les docteurs en théologie et prédicateurs sont invités à encourager le peuple à prier pour la libération du souverain21. À Paris la régente réclame des prières comme il avait été fait pour Jean le Bon, qui dit-elle avait été fait prisonnier dans son propre pays « ce qui est pire22 ». Le roi n’a pas été humilié chez lui, les forces étrangères ne sont pas dans le royaume. On sent le souci de dédramatiser ce qui est advenu.

  • 23 Ibid., p. 303-304. Voir aussi Roger Doucet, Étude sur le gouvernement..., op. cit., p. 34.
  • 24 Fernando Diaz Playa, Historia de la Espana en sus documentos siglo XVI, Madrid, Catedra, 1988, p. 1 (...)

11Cette invitation à la prière est aussi un moyen pour le pouvoir de donner une interprétation de l’évènement. Pour l’heure, le temps n’est guère venu de dénoncer des coupables, le rôle des favoris et la lâcheté des fuyards de Pavie. Certes, dans une lettre du 21 mars au parlement, Louise de Savoie laisse entendre que si Bonnivet avait tenu Milan, le roi n’y serait pas allé. Mais elle n’enfonce guère le clou23... La régente préfère invoquer l’infortune dans sa lettre du 21 mars aux habitants de Paris ou dans celle lue à Rouen le 28 mars. Ce thème est déjà retenu par les notables parisiens le 9 mars et il sera largement développé auprès du roi par les humanistes et les diplomates alors que Charles Quint insiste sur le caractère providentiel de la victoire et de la prise du roi. Aux regidores de Cuenca, le 12 mars, l’empereur ne manque pas de rappeler que le jour de son anniversaire, « il plut à Dieu notre Seigneur qui sait la justesse de notre cause de nous donner la victoire » : plugo a nuestro señor que sabe cuan justa es nuestra causa de darnos victoria24.

  • 25 Ordonnances de François Ier, Paris, Imprimerie Nationale, 1933, t. IV, p. 117-124, 124-125.
  • 26 Voir Guillaume Cretin, « L’apparition du maréchal sans reproche, feu messire Jacques de Chabannes » (...)

12L’invocation de l’infortune est en outre compatible avec une justification de l’attitude du roi. Bien qu’elle se fût montrée hostile à cette descente en Italie, la régente insiste sur le fait que son fils est allé dans la péninsule après avoir délivré la Provence, et afin de s’assurer que les Impériaux ne reviendraient pas. Le roi a conduit une juste guerre pour une paix juste et durable. Elle déploie la rhétorique de la scolastique. Elle dit même qu’en allant en Italie, le roi a voulu débarrasser la France de toutes ces troupes engagées et des fuorusciti qui l’entourent. Cet argumentaire est repris dans des lettres adressées en septembre 1525 aux états du Languedoc et aux élus du Périgord pour justifier une demande d’argent : le roi a chassé l’ennemi de Provence, puis s’est rendu en Italie pour sécuriser le royaume, éviter que l’ennemi ne revienne et obtenir la paix. Rien sur le Milanais, Naples, l’amour de la gloire et de l’aventure chevaleresque. Le roi d’autre part n’a pas assiégé Pavie à la légère mais a pris conseil. C’est une manière de rejeter la responsabilité de l’aventure sur les capitaines et favoris25. On sait par les écrits d’un chanoine parisien mort en novembre 1525, Guillaume Crétin, que la responsabilité des « jeunes fols qui tiennent résidence auprès du roi », mais aussi celle des fuyards de Pavie, fut pointée du doigt au cours de l’année alors que le roi est sensé s’être battu comme un preux chevalier26.

  • 27 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, p. 5.
  • 28 Voir le poids cet imaginaire christique de la royauté sacrificielle dans Yves-Marie Bercé. Le roi c (...)
  • 29 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, p. 55.
  • 30 Arch. municipales de Tours, ms. 18, fol. 43.
  • 31 Sur la culture de la défaite, un bilan historiographique dans « La défaite et l’histoire », journée (...)
  • 32 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 287.
  • 33 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 962.

13La justification du roi passe aussi par la culpabilisation des peuples. Dans une lettre portée en mars par un maître des requêtes à Toulouse, la régente affirme que le roi a été pris « à cause des péchés et maléfices que journellement se commettent au royaume de France par les sujets du roi27 ». Même argument dans la lettre lue le 28 mars à Rouen. Le roi est prisonnier « par vengeance des péchés des sujets ». L’annonce de la défaite en période de carême permet d’exploiter la figure du roi sacrifié28. Mais la régente en profite pour développer une politique somptuaire interdisant velours, soierie, couleurs, noces, banquets et jeux, et pour inviter les autorités de Rouen ou de Toulouse au châtiment des blasphémateurs29. À Tours, au début du mois de mai, l’assemblée de ville invite les prédicateurs à prêcher la sobriété vestimentaire et interdit aux joueurs d’instruments de musique et aux ménestriers de jouer dans les rues. Lors des mariages, les musiciens ne pourront faire leur métier qu’en chambre, c’est-à-dire en lieu clos30. Le silence festif, les processions publiques sont autant de signes d’une culpabilisation collective, où se lit une manière d’innocenter le roi, en en faisant une victime émissaire. Ce qui témoigne de l’existence d’une culture de la défaite, propice à projets de réforme ou de moralisation contre ces péchés qui font tant de mal31. À Paris, dès mars, certains veulent lutter contre « un tas d’excès et dérision es lieu qui dussent être de dévotion »32. Le 2 mai, sur l’injonction de la régente, le parlement de Paris prend des décisions somptuaires interdisant le port de la soie par les notables, invitant à la frugalité de bouche, limitant le nombre de chevaux à trois pour les conseillers, quatre pour les maîtres des requêtes, cinq pour les présidents33. Certes, le parlement estime que c’est pour éviter que l’argent ne quitte le royaume et il veut qu’on ferme les frontières. Mais la régente ne va pas jusque là. La politique somptuaire est une forme de pénitence jointe à l’idée qu’en ces temps d’incertitudes, il est bon aussi de rappeler les hiérarchies.

Contrôler l’espace public

14Si les processions ont été utilisées pour rendre grâce et informer de la fin de la maladie du souverain, il n’y a pas eu de processions d’intercession et d’expiation lors de sa capture. Comme si le pouvoir craignait les attroupements et cherchait à éteindre toute forme de sociabilité propice à une politisation.

  • 34 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 955.
  • 35 Henri Hauser, Le traité de Madrid et la cession de la Bourgogne à Charles Quint : étude sur le sent (...)
  • 36 Arch. municipales de Rennes, BB 465, fol. 199-201.

15À Toulouse, le parlement interdit toute « émotion publique monopole y assemblée illicite ». Danse et réjouissance sont interdites. À Paris, le parlement avec l’accord de l’évêque interdit les processions générales le 11 mars afin d’éviter tumulte et insolence34. À Dijon, le parlement informé le 6 décide d’interdire le déguisement de carnaval et de surveiller les cabarets35. À Rennes alors que malgré les problèmes financiers, la ville avait établi des processions et des feux de joie en novembre 1524 après la libération de Marseille, rien de tel n’est organisé lorsque parvient la nouvelle de la prise du roi le 10 mars36.

  • 37 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 282.
  • 38 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 957.

16Non seulement le pouvoir a essayé de limiter les manifestations collectives de demandes d’intercession, mais il a voulu aussi façonner l’opinion. À Paris, le 7 mars, les prieurs des collèges mendiants sont invités à veiller à ce que les étudiants « ne dyent, facent ou escripvent chose qui puisse tourner au préjudice du roi, à la chose publique de ce royaume ou de ceste ville »37. Le 10 mars alors que commence le carême, un des présidents du parlement convoque les prédicateurs et leur demande de prêcher discrètement, c’est-à-dire avec discernement, sans évoquer ceux qui ont la charge du royaume, mais en invitant les Français à l’union38. Cependant le 19, des libelles diffamatoires sont placardés sous les chaires dénonçant la régente, « madame ambition » et surtout son chancelier à cause de qui le roi est prisonnier et le royaume en danger.

La mobilisation par la peur

17La peur est un des ressorts de la politique. Cette peur n’est pas qu’une rumeur, ou un fantasme, l’historien découvrant rétrospectivement qu’il n’y avait pas matière à s’alarmer. Elle est découle surtout de l’incertitude et de l’insécurité.

Les peurs

  • 39 Arch. municipales de Rennes, BB 465, fol. 187 v°.
  • 40 Ibid., fol. 210.
  • 41 Lettre de Lannoy du 26 avril 1525, Correspondance de Marguerite d’Autriche, op. cit., t. 3, p. 601 (...)

18L’armée française en déroute, la crainte d’une invasion du royaume existe. À Toulouse, cette peur s’est déjà manifestée en 1522 et en 1523 au moment de la trahison de Bourbon. En Bretagne en 1523-1524, le roi a fait des levées d’argent auprès des États pour la « garde et tuicion » de la Bretagne contre les Anglais39. Dès le 13 mars, soit quatre jours après l’annonce de la défaite, le comte de Laval quitte Rennes pour mettre les côtes en défense40. Ce n’est qu’une alarme, mais elle n’est pas sans fondement. Dans le camp impérial, on débat de l’opportunité de lancer l’invasion prévue par l’alliance hispano-anglaise. Les correspondances diplomatiques témoignent du désir, de projets, sinon des moyens, des vainqueurs de faire la guerre41. Pour prévenir toute surprise, à Paris, les chaines sont tendues sur la Seine et dans les rues, des portes fermées tandis que d’autres voient leur temps d’ouverture limité. Le guet est organisé par quartier, les bateaux ne peuvent passer des gens sur le fleuve d’une rive à l’autre pendant la nuit. Ce qui n’est pas sans poser des problèmes dans la vie quotidienne de la cité et l’on débat en juin de l’opportunité de maintenir un dispositif aussi contraignant. Il n’est alors que légèrement relâché. Mais éviter l’invasion étrangère c’est aussi conjurer la guerre civile.

  • 42 T. Boutiot, Histoire de la ville de Troyes, Paris, Aubry, 1873, t. 3, p. 318.
  • 43 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, p. 54.
  • 44 Archives municipales de Rennes, BB 465, fol. 213 v°, 220 v°.
  • 45 Registre des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. 1, p. 281.
  • 46 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 954.

19En effet se manifeste une peur du traître et de l’étranger. 1525 ne crée pas le phénomène qui est latent. Un incendie survenu à Toulouse en 1522, celui de la ville de Troyes en 1524 sont présentés comme le fait d’incendiaires42. Certains ont été exécutés à Paris. Dès l’annonce de la défaite, les autorités demandent aux hôteliers de Toulouse de dresser la liste des étrangers, et font ouvrir les lettres et paquets43. À Rennes la surveillance des étrangers aux portes de la ville est établie et le dimanche des Rameaux, quatre personnes ayant cherché à quitter la cité de nuit sont arrêtées et emprisonnées44. L’étranger est probablement tout à la fois le non régnicole et le horsain. À Rouen, les personnes étrangères non alliées doivent être interpellées et leurs biens saisis. Les biens des étrangers naturalisés doivent être inventoriés. À Paris, il est demandé aux hôteliers d’enquêter sur leurs hôtes. Sont particulièrement surveillés des étudiants étrangers présents dans les studiis mendiants45. Tout courrier entrant dans la ville est ouvert devant le premier président46. Cette peur des étrangers se mêle de colère. À Paris, les étudiants suisses ont été malmenés par d’autres écoliers, mais le parlement demande qu’on n’insulte pas les étrangers. L’opinion les rend peut-être responsables de la défaite ? Mais le pouvoir a besoin des Suisses.

  • 47 Arch. municipales de Tours, ms. 18, fol. 28, 42 v°.
  • 48 T. Boutiot, Histoire de la ville de Troyes..., op. cit., t. 3, p. 332.
  • 49 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 966.

20Sans recourir à l’invasion étrangère ou à la trahison, se manifeste aussi une forme d’insécurité qui est de nature à sensibiliser politiquement les populations à l’évènement. À Tours, les « gens d’armes, pillards et mauvais garçons qui sont aux champs » obsèdent les délibérations municipales d’avril et mai 152547. À Troyes, où l’on craint les incursions des rustauds luthériens, le principal danger est cependant la menace des gens de guerre italiens en garnison dans les environs, qui rançonnent et dévastent au point de susciter la constitution d’une force troyenne pour rétablir l’ordre dans le plat pays48. Aux portes de Paris mais aussi de Rouen, jusqu’en juillet, est signalée la présence de gens de guerre, démobilisés, commettant des exactions. À ces bandes de soldats en déroute ou mal payés s’ajoutent des déplacements de troupes vers la Picardie. Les problèmes de vagabondage et de présence de la soldatesque sont cruciaux en mai et juin 1525. Au milieu de juin, la capitale connait une semaine d’échauffourées entre le guet et des bandes de brigands, dont certains crient le 14, « Vive Bourgogne, a sac, a sac »49. Dès lors la politique a aussi un rapport avec la police, qui n’est pas seulement une contrainte imposée par le haut, mais une sécurité organisée par les autorités locales et assumée collectivement par les habitants. La peur génère du politique.

Protestation de fidélité

  • 50 Henri Hauser, Le traité de Madrid..., op. cit. ; voir aussi BnF, ms. fr. 2200.
  • 51 Aimé Champollion-Figeac, Captivité de François Ier, Paris, Imprimerie royale, 1847, p. 164.
  • 52 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 39.
  • 53 Correspondance de Marguerite..., op. cit., t. 3, p. 599.
  • 54 Ibid., t. 3, p. 619.

21Cette peur précipite des protestations de fidélité. Certes, à Dijon quelques poésies écrites en 1525 témoignent d’un espoir de restitution de la Bourgogne à l’empereur50. Est-ce ce flottement qui explique l’absence de registre de délibération de la ville pour cette année-là dans une série par ailleurs bien conservée ? La ville qui a reçu la nouvelle le 6 mars a pourtant pris aussitôt des mesures de sécurité. Mais dans la plupart des cas, la crise produit unité et loyalisme. À Paris, dès l’annonce de la défaite, la ville décide d’envoyer un ambassadeur auprès de la régente. Le 10, recevant le duc de Vendôme, qui se rend à la cour, les parlementaires se disent prêts à racheter de leur vie la liberté du souverain51. Dans sa lettre à la régente, Lyon rappelle avoir toujours été loyale52. Adrien de Croy qui y passe rencontrer la régente, écrit le 10 avril en chiffre à la gouvernante des Pays-Bas que « les Français sont braves plus que jamais53 ». En octobre, l’ambassadeur impérial qui est à Lyon, Du Praet, écrit à Charles Quint que le peuple a une « merveilleuse affection pour le roi » et que cet amour s’est accru quand on a su comment il s’était vaillamment comporté avec honnêteté et honneur à sa prise54.

  • 55 Aimé Champollion-Figeac, Captivité de François Ier..., op. cit., p. 372.
  • 56 Ibid., p. 340-341.

22D’autres sources laissent entendre qu’en octobre le peuple est surtout soucieux de la défense de l’intégrité du royaume plus que de la libération du roi55. Cet attachement au pays peut conduire à la désobéissance. En octobre 1525, conformément à un accord diplomatique, les galères menant Bourbon en Espagne doivent s’approvisionner en Provence ; la trêve le permet. Mais une émeute excitée par un prêtre de Cavaillon entrave l’opération. Les Provençaux ne veulent aider celui qui les a peu avant envahis56. Ces protestations de fidélité expliquent que le pouvoir encourage sans réticence la population à s’armer.

La question des murs, des hommes et des armes

  • 57 Arch. municipales de Rennes, BB 565, fol. 189 v°.
  • 58 Idem, BB 465, fol. 223 v°.
  • 59 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, p. 54.

23La question des fortifications est encore lancinante dans les villes de l’époque. À Rennes, en mai 1524, le comte de Laval et les bourgeois examinent l’état des murailles57. Mais la défaite rend la chose plus urgente et les travaux se multiplient. On organise aussitôt le guet, les clés sont confiées aux notables, les heures d’ouverture et de fermeture des portes limitées et précisées. À partir de mars, les délibérations municipales et les enquêtes des gens de la ville portent sur l’état des portes et sur leur rénovation. Les boulevards sont dégagés de leurs cabarets ou étals de marchandises. L’abbaye Saint-Georges doit début mai fermer ses grilles sur la rivière. En juin, la ville réclame 800 écus au trésorier de Bretagne58. Il faut attendre la fin du mois de juin pour voir totalement disparaître cette préoccupation sécuritaire à Rennes. La crise de Pavie est passée. Ce calendrier se retrouve ailleurs. À Lyon, dès l’entrée des troupes impériales en Provence se pose la question des fortifications de la ville. À l’annonce de la capture du roi, les notables se portent au guet, les clés des portes sont remises au « plus apparens », on visite l’artillerie de la ville. Début avril, dans l’attente d’un siège imminent, les travaux s’intensifient jusqu’en mai. À Paris on enquête sur les murs et fossés dès le 7 mars. Des pauvres sont employés comme à Rouen pour dégager les fossés, réparer les points faibles des enceintes. À Toulouse la première assemblée générale vote une taxe pour les remparts. Lautrec, gouverneur de Guyenne, fait même détruire les maisons qui sont à deux lieues des remparts59. Le paysage urbain est donc modifié en cette année. Mais les murs doivent être gardés. La charge du guet et de la milice est amplifiée et alourdie.

  • 60 Ordonnances de François Ier..., op. cit., t. IV, p. 67.
  • 61 Arch. municipales de Rennes, BB 465, fol. 209.
  • 62 Idem, fol. 214.
  • 63 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 69 v°.
  • 64 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 289.
  • 65 Deux chroniques de Rouen, éd. A. Héron, Rouen, Lestringant, 1900, p. 128-130.

24Le 11 mars la régente demande que le ban et l’arrière-ban et les milices des villes se mobilisent pour mettre en pièce et tuer les bandes de pillards, vagabonds et autres soldats. Le prévôt de Paris est invité à ne pas tolérer les bandes de plus de huit personnes60. À Rennes dès l’annonce de la défaite, chacun est invité à stocker une année de vivre61. Après le 26 mars, chacun est requis de s’armer et de se doter de munitions. Les cinquanteniers dresseront les listes de ceux qui en ont et de ceux qui veulent en avoir62. Une des obsessions de la ville entre mars et juin est d’obtenir que les habitants s’arment d’arquebuses, à leurs frais ou à ceux de la ville. À Lyon, au début avril, les quarteniers sont chargés d’inventorier les armes et les vivres des marchands et particuliers63. À Paris cette enquête sur les armes des habitants rencontre en avril la résistance des populations. Les quarteniers se plaignent de n’être pas obéis et les peuples d’être si souvent visités, prélude à une réquisition. Aussi est-il décidé de faire accompagner les responsables de quartier par deux archers et un conseiller de ville64. À Rouen, il a été décidé le 14 et le 15 mars de demander à tous, y compris aux parlementaires, de prendre leur tour de guet, et les ecclésiastiques sont obligés, malgré leur exemption, de s’armer. Un inventaire des armes est prévu. Le 23 mars la ville décide de se procurer 1 000 arquebuses, 3 000 hallebardes, entre 8 000 et 10 000 piques, 12 fauconneaux, 12 couleuvrines, 4 canons auprès des armuriers y compris parisiens, si nécessaire. Les arquebuses seront vendues aux habitants à un prix modéré. Le 29 mars, des lieux d’entrainement sont fixés pour les manieurs d’arquebuses et d’arbalètes. La mobilisation de la milice des quatre quartiers conduit à une « monstre » devant le grand sénéchal le 7 mai qui regroupe entre 7 900 et 8 300 hommes que le sénéchal de Normandie va mobiliser hors les murs pour chasser les aventuriers français du Vexin en mai65.

  • 66 Arch. municipales de Lyon, BB 42, fol. 247.
  • 67 Idem, BB 43, fol. 24.
  • 68 Idem, BB 42, fol. 253-254, 259.
  • 69 Idem, BB 44, fol. 86.
  • 70 Idem, BB 43, fol. 8-9.
  • 71 Idem, BB 43, fol. 17.
  • 72 Idem, BB 43, fol. 24, 26.

25Tout cela a un coût et les villes sont touchées par les opérations militaires puis ensuite par les frais de la diplomatie. Prenons le cas de la riche ville de Lyon, où réside alors la cour. Pour l’approvisionnement de l’armée du roi à l’été et automne 1524, des réquisitions ont conduit la cité à se plaindre de manquer de vivres66. Il y a aussi les demandes d’argent. En juillet 1524, 10 000 lt67, en octobre, 20 000 écus. La ville dit qu’elle ne peut fournir que 12 000 lt68, délibère et se résout à emprunter 10 000 lt. En juin 1525 pour payer les Suisses, la régente soumet à un emprunt forcé les 80 plus gros notables de la ville pour récolter 40 000 écus69. Ces sollicitations provoquent des débats. En juin 1524, le procès-verbal de l’assemblée de ville montre que certains estiment les deniers mal employés, d’autres préconisent de recourir à l’argent des confréries, d’autres veulent que la taxation se répartisse à toise égale, mais c’est finalement l’idée que le fort porte le faible qui l’emporte70. Mais la décision de taxer les plus apparents ouvre un autre débat sur les « establies », c’est-à-dire les matrices fiscales71. L’impôt crée du débat politique. Mais il n’est pas seulement enfermé dans les murs de la cité. Lorsque la régente veut du crédit en juillet, Lyon envoie quelqu’un à la cour et mobilise les amis de la ville qui y sont72.

Associer, consulter, délibérer

  • 73 Henri Prentout, Les états provinciaux de Normandie, Caen, Lanier, 1925, p. 262-263.
  • 74 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement..., op. cit., p. 99.
  • 75 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 48 v°.
  • 76 Idem, BB 44, fol. 50.
  • 77 Idem, BB 44, fol. 52.
  • 78 Idem, BB 44, fol. 57, 68 v°.
  • 79 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982.

26Toutes ces mesures n’ont en effet pas été imposées par réquisition ni autoritarisme. Le pouvoir a obtenu la collaboration des autorités locales. La régente ne peut faire autrement que de s’appuyer sur les corps, les communautés, les institutions et les juridictions. Un espace de négociation et de politisation est donc ouvert. Dans les villes, l’information sur les mesures prises mais aussi la mise en débat de certaines décisions ont nécessité l’appel à des assemblée générales de ville qui témoignent d’une ouverture provisoire de la société politique au delà des acteurs chargés le plus souvent de conduire les affaires. Certains réclament des États généraux, d’autres veulent anticiper la réunion des États provinciaux comme à Rouen. La ville revient à la charge le 24 mai estimant que « chacun jour, les deniers du pays (Normandie) se transportent hors d’icelluy ». La régente vient de réclamer 5 000 lt que la ville avait reçues en mars pour ses fortifications. Le danger anglais passé, la régente les réclame mais ne réunit toujours pas les États de la province, même si sont parvenus en juillet des articles baillés par les vicomtés du Cotentin73. Finalement ils seront réunis à l’automne comme en Bretagne. La collaboration, on l’a vu, a aussi été organisée entre les notables et les autorités royales locales chargées de la justice et police, c’est-à-dire les parlements. Plus originale est la revendication locale d’associer les provinces à la prise de décision politique, sans recourir à la convocation des États généraux. Dès le 23 mars, le parlement de Paris a réclamé l’ouverture du conseil étroit de la régente à six notables parisiens et six notables d’autres villes de province74. Cet élargissement ne prend toutefois pas la forme d’une assemblée de notables. De fait, arrivent le 30 mars à Lyon des députés de la ville et du parlement de Paris75. Le même jour puis le 1er avril, le conseil étroit s’ouvre aux députés envoyés par les conseillers lyonnais76. Il y est question des fortification de la ville et « messieurs du conseil ne sont pas contens » des propositions lyonnaises77. Le conseil étroit demande alors la convocation d’une assemblée générale de la ville de Lyon et menace, si la cité ne fournit pas l’argent, d’y placer en garnison 500 lances et 11000 piétons. De fait, le 2 avril, une assemblée générale réunit 94 notables et 67 maîtres de métiers et adopte des propositions en faveur des réparations qui plaisent au conseil du roi78. Le pouvoir royal ne craint donc pas l’ouverture de la délibération et de la négociation en pesant en faveur de la réactivation de la bonne ville79.

27Partout on constate en effet que les structures délibératives intensifient leur fréquence et élargissent leur périmètre par rapport à la routine. À Paris durant le premier semestre 1525, trois ou quatre assemblées générales sont réunies pour élire les députés de la ville envoyés à la régente le 17 mars, pour écouter les lettres de la régente le 22 mars et enfin le 10 mai pour entendre la relation des ambassadeurs envoyés auprès de la régente. Elles sont plus étoffées que ne veut la coutume puisque, lors de l’élection des députés de ville, le nombre de notables convoqués par quartier est de quatre et non de deux. À Lyon aussi, la défaite stimule les structures délibératives.

Tableau I. – Les assemblées de ville à Lyon en 1525.

28Ce calendrier des assemblées de la ville de Lyon et des assemblées générales reflète les moments cruciaux de l’année 1525. Il faut y ajouter le constat de la participation. En mars, les assemblées élargies lyonnaises passent de 17 à 63 membres. Mais seuls les notables y assistent, les métiers n’étant pas encore convoqués. Le 2 avril, on compte 161 personnes et le 21 octobre, 193 personnes, dont 126 notables et 67 maîtres de métier.

  • 80 Arch. municipales de Rennes, BB 465, fol. 213 v°.
  • 81 Idem, BB 465, fol. 216.

29Enfin, outre la revitalisation des assemblées de ville, la crise conduit à réactiver des fonctions parfois assoupies. À Rennes, la première assemblée générale qui réunit les cinquanteniers et les dizeniers a lieu le 26 mars ; elle délibère sur l’achat par chacun d’armes, sur le contrôle des étrangers aux portes de la ville. L’inscription des propositions de chacun permet de voir que certains réclament que ceux qui ne font provision de vivre ni de bâton, c’est-à-dire d’armes, devront quitter la cité80. Les cinquanteniers sont chargés de procéder aux enquêtes. Pour cela, ils ont besoin de l’appui des dizeniers. Or nombre d’entre eux étant morts sans que l’on se soit préoccupé de les remplacer, la situation exige que l’on procède à la fin mars à leur désignation par élection81.

30La défaite conduit à une mobilisation des populations pour garantir la sécurité et nécessite le recours aux structures délibératives au niveau local comme au niveau royal. La peur et le désir de sécurité ouvrent un espace de négociation propice à la discussion politique.

La politisation : entre intérêt local et résistance collective

31L’arrivée à Lyon des députés et la remontée des lettres de fidélité sont accompagnées de doléances et de revendications locales. Il y a un espace ouvert pour négocier et défendre. La politisation emprunte le chemin des conflits de juridiction.

Intérêt du royaume, privilège local

32Toutefois l’expression des doléances se fait dans le cadre des corps et communautés et chaque institution se place dans son périmètre de compétence et de juridiction et n’entend guère être débordée ou concurrencée par d’autres. La politisation n’est pas un phénomène général mais semble canalisée par les communautés.

  • 82 J. J.-M. Blondel, Mémoires du parlement..., op. cit., t. 1, p. 315 sq.
  • 83 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 291.
  • 84 Ordonnances du règne de François Ier, t. 4, p. 72.

33Prenons par exemple le parlement de Paris, bien connu grâce aux travaux exemplaires de Roger Doucet. Dès le 25 avril, le parlement a fait parvenir des remontrances à la régente mais a exigé que les conseillers jurent de ne pas les rendre publiques. L’institution entend profiter de la situation pour employer son pouvoir politique et pas seulement judiciaire, mais sans ouverture de l’espace politique. Ces doléances constituent un vrai procès de la politique conduite depuis 1515. La défaite a sanctionné la politique royale. En même temps qu’il prend des mesures de police pour rassurer et protéger, le parlement dessine donc une autre pratique de gouvernement82 : il réclame une réforme de l’Église, la lutte contre l’hérésie qui ne doit pas trouver un asile à la cour du roi, le rétablissement de la pragmatique sanction et l’abolition du concordat de Bologne, la lutte contre le blasphème, l’évocation devant le parlement et non devant le grand conseil, des affaires concernant le possessoire des abbayes, la fin de la vénalité des offices et la diminution du nombre des officiers, la limitation du cumul des offices, la fin des commissions extraordinaires, le rétablissement efficace du ban et de l’arrière-ban, la réforme de l’armée, enfin une enquête sur les financiers. Par comparaison, les doléances de la ville de Paris qui concernent la politique royale sont à la fois plus limitées mais aussi différentes. Elle souhaite aussi la lutte contre l’hérésie. Mais elle demande également l’abandon du gouvernement par quelques favoris pour lui préférer « bon conseil et bon nombre et non par ung, deux ou troys car on a veu les inconvénients advenus83 ». Habilement, la régente ne répond que sur la doléance la plus commune, la lutte contre l’hérésie en demandant au pape la désignation de commissaires qu’elle obtient le 17 mai, même si l’ordonnance d’enregistrement de cette bulle semble laisser penser qu’elle répond plus à une demande de Rome que de catholiques français84.

  • 85 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 117.
  • 86 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 39 v°.

34Mais une grande part des doléances exprimées porte sur les intérêts locaux. Lyon réclame en mars à la régente le pouvoir sur le plat pays afin de le faire servir aux réparations et réquisitions. Lorsque des procureurs du pays du Lyonnais se plaignent en août du poids des tailles et des octrois, la ville refuse de transmettre ces protestations à la régente85. La cité réclame aussi de pouvoir faire venir des vivres de Bourgogne et du Dauphiné. Elle ne veut pas que la régente établisse des troupes dans la ville mais lui demande de se préparer à envoyer des soldats et surtout de l’artillerie en cas de nécessité86. Lyon réclame en outre des ressources supplémentaires pour faire face aux dépenses, notamment de son hôpital. Au motif que celui-ci accueille beaucoup de soldats, elle entend qu’y soient affectés les revenus des autres hôpitaux et que soit interdit aux quêteurs d’autres diocèses de venir y vendre leurs indulgences. La ville s’y entend donc pour nationaliser ses intérêts locaux qui sont parfois internationaux. Elle souhaite ainsi le respect des marchands étrangers bénéficiant des privilèges lyonnais.

  • 87 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 969.

35Le privilège que les villes, Dijon comme Paris, semblent avoir le plus mis en avant est le refus de loger des garnisons. À Rouen, les édiles se plaignent même que le grand sénéchal ait conduit la milice dans le Vexin, hors les murs et ce sans demander l’avis de la ville. À Paris, malgré l’insécurité, la capitale entend que la défense de la cité n’incombe qu’au guet et à la milice, quitte à faire conseiller les quarteniers par des experts de la guerre. Mais l’on veille à ne pas voir les troupes entrer dans la capitale. Même leur établissement dans les villes périphériques de la prévôté inquiète87.

36Est-ce à dire alors que le royaume n’est qu’un agrégat de monades désunies, repliées sur elles-mêmes ? Que la politique locale est incapable de s’élever à l’intérêt général ?

Les réseaux de ville

  • 88 Arch. municipales de Lyon, BB 43, fol. 18.
  • 89 Arch. municipales de Dijon, BB 170, fol. 175.
  • 90 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 19.
  • 91 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., p. 54.
  • 92 Registres des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 283.
  • 93 Aimé Champollion-Figeac, Captivité de François Ier..., op. cit., p. 137-141.
  • 94 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 288-289.
  • 95 Arch. municipales de Tours, ms. 18, fol. 32-33.

37Ce serait instruire un faux procès, pour ne laisser croire que seul l’échelon monarchique a une vision générale des intérêts du royaume. Les villes établissent des contacts pour échanger des informations, des solutions ou réclamer des aides. Elles ne sont pas isolées car leurs habitants circulent. Ainsi en juin 1524, un habitant de Lyon rappelle en assemblée de ville qu’il a vu qu’à Arras, Tournai et dans les villes de Picardie, en cas de menace, toutes les constructions civiles et religieuses étaient interrompues pour mobiliser les maçons sur les fortifications88. Il préconise de faire pareil. Les villes cherchent aussi à s’informer. En juin 1524, celle de Dijon a écrit à celle de Troyes pour savoir comment le feu avait pris et comment s’en prémunir89. Dès l’annonce de la prise du roi, Lyon envoie des « espions » sur les marches de Bourgogne, témoignant du souci de s’informer par ellemême90. À Toulouse, deux jours après avoir appris la nouvelle de la capture royale, la ville disperse le 9 mars des informateurs à la frontière91. Dès le 8 mars, Paris écrit aux grands seigneurs qui ont en charge les frontières, Brézé en Normandie, Vendôme qui est avec l’armée de Picardie, le comte de Guise pour la Champagne92. Le 15 mars, Rouen adresse un homme à Amiens pour savoir comment la ville s’est mise en défense et une lettre informe les édiles rouennais que ceux d’Amiens ont fait provision de 300 muids de grains. Quelques jours auparavant, le 11 mars, la capitale normande avait déjà envoyé deux députés à Paris pour voir « comment on se gouvernoit ». Ils arrivent le 17 dans la capitale et les deux parlements de Paris et Rouen décident de s’informer mutuellement93. Le 23 mars, des députés d’Abbeville viennent réclamer à Rouen de la poudre et des canons, mais ils ne les obtiennent pas. Aussi le 3 avril des représentants d’Abbeville viennent-ils au bureau de la ville de Paris expliquer qu’ils craignent l’invasion de la Picardie et réclament poudre et artillerie à la capitale. Le lendemain, des députés de Montreuil arrivent et sollicitent blé, artillerie, ouvriers. Paris donne à Montreuil des céréales, des soldats, mais ni ouvrier, ni artillerie, ni poudre mais accorde quelques pièces et de la poudre à Abbeville94. À Tours, lorsque la menace des mauvais garçons apparaît début avril, les édiles délibèrent afin de convoquer les nobles, les officiers et les « principaux » des villes ; toute la question est de déterminer si on va les prendre dans le bailliage ou dans le périmètre du duché de Touraine95.

38Ces liens interurbains sont activés lorsque le pouvoir, sur requête de l’Angleterre, demande aux principales bonnes villes de ratifier le traité de paix franco-anglais signé au cours de l’été 1525, et par lequel la régente est parvenue à défaire l’alliance d’Henri VIII et de Charles Quint.

La question du traité de Moore

  • 96 Voir Roger Doucet, Étude sur le gouvernement..., op. cit.
  • 97 Jules Michelet, Histoire de France..., op. cit., p. 79.

39Le traité de Moore est devenu dans certaines villes un facteur de politisation et de crispation, sinon d’opposition à la régente. Moins connu que le bras de fer entre celle-ci et le parlement de Paris96, cette question a détérioré la situation politique intérieure à l’automne 1525. Michelet avait raison de pressentir des dissensions vers la fin de l’année 1525, mais il avait tort de n’y voir que le fait d’un Paris hostile opposée à une « France émue97 ».

  • 98 Ordonnances de François Ier..., op. cit., t. 4, p. 104.
  • 99 Henri Prentout, Les états provinciaux..., op. cit., p. 264.

40Le traité du 30 août prévoit que les principales cités de Paris, Lyon, Orléans, Toulouse, Amiens, Rouen, Bordeaux, Tours et Reims s’engageront dans les trois mois à ratifier les clauses de la paix avec l’Angleterre et s’obligeront sur leurs propres biens à les faire respecter. Sont aussi requis des grands, les états de Normandie et de Languedoc, enfin les parlements de Paris, Toulouse, Rouen, Bordeaux98. Solliciter les villes n’est pas une première. Douze d’entre elles ont ainsi été associées au traité de Noyon de 1516. Cette ratification multipolaire a semble-t-il été suggérée par les négociateurs français auprès des Anglais afin de ne pas réunir des États généraux en France pour conduire cette opération99. Le pouvoir s’en méfie. Ils pourraient être une tribune.

  • 100 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 120.
  • 101 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 126 v°.
  • 102 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, preuves, p. 5.
  • 103 Jean Jacquart, François Ier, Paris, Fayard, 1988, p. 194. Voir aussi Henri Prentout, Les états prov (...)
  • 104 Arch. municipales de Tours, ms. 18, fol. 66 v°.
  • 105 Idem, fol. 76 v°.
  • 106 Idem, fol. 85-86, 88.

41Le 14 septembre 1525, la régente demande à Lyon de ratifier le traité conformément au texte en latin adressé à la ville de Paris. « Il est requis que les autres villes feront toute pareille et sans aucune mutacion et changement foro l’intitulacion100. » Une procession est organisée pour célébrer la paix. Mais le 20 octobre, le consulat après avoir examiné la proposition de Louise de Savoie, fait part de sa perplexité. Les articles de la paix n’ont pas été communiqués et il est question d’argent. La ville ne peut ratifier sans savoir ce dont il s’agit et à quoi elle s’engage. Le consulat décide alors de convoquer une assemblée générale101. Lors de celle-ci, le 21 octobre, les opinions oscillent entre « réunir une assemblée plus large », « faire comme veut madame », « faire comme Toulouse », « faire comme Paris ». Cette dernière proposition l’emporte. À Toulouse aussi, les habitats font semblant de ratifier la proposition de la régente le 3 octobre, mais rajoutent qu’ils le feront comme ceux de la capitale102. À Rouen, des délibérations ont lieu mais les états de Normandie convoqués en octobre, puis de nouveau en novembre, refusent de ratifier le texte et en appellent aux États généraux. La régente n’insiste pas103. À Tours, dès le 26 septembre, il est décidé de discuter de la ratification devant une assemblée qui s’élargirait aux procureurs des fabriques accompagnés des six principaux des paroisses. Ceux-ci se verront transmettre les copies des lettres adressées par la régente à la ville. Celles-ci seront en outre retranscrites dans les registres des délibérations104. D’autres préconisent d’en appeler aux barons du bailliage105. Finalement ce sont 27 personnes qui s’assemblent le 9 octobre. Après avoir délibéré s’il fallait publier la paix, faute d’en connaître le contenu, après que certains ont demandé comment Rouen ou Orléans avaient ratifié, l’assemblée décide de publier la paix mais décide d’attendre ce que fera Paris ou Lyon pour voir comment souscrire à l’obligation106. Les bonnes villes semblent donc avoir transmis à la première d’entre elles le soin de prendre une décision.

  • 107 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 293.
  • 108 J. J.-M. Blondel, Mémoires du parlement..., op. cit., t. 1, p. 390.
  • 109 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 298.
  • 110 Idem, p. 299.
  • 111 Idem, p. 301.
  • 112 Idem, p. 302.
  • 113 Idem, p. 304.
  • 114 Idem, p. 305.
  • 115 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 974.
  • 116 Robert Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, Fayard, 1998, p. 26 (...)

42La régente a écrit le 14 septembre à la capitale en lui fournissant le texte de la ratification en latin. Il est prévu que tous les habitants engagent librement leurs biens meubles et immeubles où qu’ils soient situés, ubicumque locorum fuerint reperta, pour faire respecter les obligations de la France envers l’Angleterre107. Les engagements de la monarchie sont garantis sur les biens des particuliers. Le bureau de la ville qui n’a pas convoqué d’assemblée générale depuis le 10 mai estime qu’il faut appeler le maximum de gens car cela « tousche chacun ». Le 4 octobre, entre 300 et 400 personnes se rassemblent pour écouter le discours du représentant de la régente Pierre Filleul, archevêque d’Aix, qui vante une bonne paix établie par un natif de Paris, Jean Brinon, président du parlement de Rouen. Après quoi l’orateur se retire pour la délibération. L’assemblée veut voir les articles de la paix, et estime qu’il n’y a pas assez de monde, puisque manquent les parlementaires et les gens d’église pour trancher. De fait, le parlement est accusé le 14 octobre par la régente de faire trainer l’examen du texte qui est en fait étudié par les magistrats entre le 10 et 17 et publié le 20 octobre108. La régente écrit alors au bureau de ville le 28 octobre pour faire part de son mécontentement. « Toutes choses que les roys et les princes » font n’ont pas à « être monstrées et communiquées ». Le prévôt rétorque que « quand on s’oblige, on veut savoir à quoy ». Le pouvoir cède et Filleul fait transmettre les articles de la paix au bureau de ville109. Une nouvelle assemblée générale est convoquée le 30 octobre et le prévôt des marchands informe du contenu du traité, et de ce que « plusieurs villes nous ont escript auxquelles n’avons voulu faire responce et ad ce que entendons, se veullent descharger sur nous110 ». La capitale est investie d’une mission nationale. La régente a voulu la donner comme modèle. Les villes l’ont prise au mot. Et Paris résiste. Les Parisiens refusent d’être garants sur leur patrimoine d’un éventuel défaut de paiement de la couronne à l’Angleterre. Refusant une nouvelle fois de trancher, la ville convoque une autre assemblée et fait communiquer à chaque quartenier le double des traités de Moore pour qu’ils en débattent avec les notables de leur quartier « pour adviser et digérer entre eux ce qu’il faut faire111 ». On débat même pour savoir s’il faut engager des réunions dans la maison des quarteniers ou dans le quartier. L’assemblée se termine dans une totale confusion d’opinions. Le 7 novembre, la régente rassure les Parisiens et leur garantit l’immunité de leurs biens. On décide d’une autre convocation générale mais les quarteniers refusent de convoquer les dizaines : ce serait « chose périlleuse » car ils risquent de n’être pas obéis. Les gens refusent de trop s’engager. Cela prend du temps. Mais chaque quartier désignera 30 à 40 notables pour aller à l’assemblée générale112. À raison de 16 quartiers, cela ferait un effectif d’environ 700 personnes (16 quarteniers + 640 députés des quartiers + 24 conseillers de ville + 12 parlementaires qui ont accepté de venir + des gens d’Église). Chacun donne alors son opinion et les délibérations commencent le 20 novembre jusqu’au soir, reprennent le lendemain à 13 heures. Le prévôt invite au silence pour auditionner les avis et demande à ce qu’il n’y ait ni noise ni murmure113. À mesure que le débat se prolonge, les 22 et 23, l’assistance de disperse un peu. Le prévôt demande alors s’il faut contraindre les mandés à venir ou se passer de leur opinion. L’assemblée veut les entendre mais pour dissuader l’absentéisme, il est décidé que chaque quartier sera convoqué à tour de rôle. Le 26 janvier, l’obligation n’est toujours pas ratifiée et le prévôt confesse que malgré ses efforts, les dernières séances ont été marquées par « gros injures » et « grans troubles »114. La régente a adressé une nouvelle obligation qui n’engage que le bureau mais on en débat encore le 10 février. La ville n’a pas cédé avant la libération du roi. Paris a rechigné en dilatant l’espace de discussion, non pour répondre à une demande de la base, mais pour donner une assise à la résistance des notables. Cet état d’esprit inquiète le parlement qui convoque le 29 décembre les principaux des collèges pour leur signifier que les farces des écoliers pour le jour des rois sont interdites afin d’éviter « que la malignité n’abuse de la liberté de ces jeux pour semer mauvais discours ». Les responsables des collèges déclarent qu’ils ne peuvent rien sur les martinets, c’est-à-dire les étudiants logés en ville, ni sur les garçons imprimeurs115. Mécontent de Paris, le roi libéré boudera la capitale jusqu’en 1527 et fera arrêter les édiles116.

***

  • 117 Éric Voegelin, Les religions politiques, Paris, Le Cerf, 1994, p. 78. Jules Michelet est aussi encl (...)
  • 118 Il est en effet aujourd’hui avéré que la noblesse, contrairement à ce qu’affirmait Michelet, ne ten (...)
  • 119 C’est un des constats établis dans Laurent Bourquin et Philippe Hamon (dir.), La politisation. Conf (...)

43La métaphore organiciste fort commune à l’époque pour désigner le royaume comme un corps mystique suppose que la perte de celui qui incarne la tête, le roi, est une défaite nationale. Mais la défaite ne défait pas la France car la souveraineté ne se résume pas, dans la monarchie tempérée, à la seule personne du prince. Il est peut-être anachronique alors d’appliquer à Pavie la signification que Voegelin attribue à la défaite en général lorsqu’il affirme que dans les systèmes où le roi est porteur de la personnalité d’une gens, sa perte signifie la fin de l’existence historique de l’être national117. Ici au contraire la permanence du royaume transcende la captivité du roi. Il n’y a pas de vacance d’autorité, il n’y a pas d’invasion. Mais la crise, plus que le vide, suppose un élargissement de la négociation, et provoque une politisation, qui ne conduit pas à la division car le roi revient. D’autant que la peur de la récente trahison de Bourbon a conjuré un déchirement118. L’absence royale a permis l’expression d’une politisation que le pouvoir s’efforcera par la suite de refouler. La politisation est en effet un phénomène qui n’a rien de constant, ni de croissant dans le temps mais fluctue en fonction des circonstances119.

44Cette politisation croissante dans les principales villes, qui prend la forme d’une résistance à la ratification du traité de Moore, le bras de fer avec le parlement, l’insistance croissante de certains à vouloir des États généraux, au moment où les états provinciaux sont appelés à voter l’impôt des pays d’état, expliquent le changement d’esprit de la fin d’année. Après l’euphorie de l’été où l’on a cru proche la libération du roi, l’échec de celle-ci, comme de la mission de Marguerite de Navarre, installe l’inquiétude. La diplomatie impériale (Du Praet) ou les transfuges comme Champion exagèrent alors peut-être à l’excès les difficultés de la régente. Mais cette évolution permet néanmoins de comprendre pourquoi Charles Quint envisage de laisser le roi en prison afin qu’il cède, ou qu’il meure dans l’espoir de provoquer une crise en France. Cette politisation, jointe au risque de voir le roi disparaitre alors qu’il n’a que de jeunes enfants, expliquerait à mon sens le revirement de François Ier. Après avoir envisagé de finir ses jours en prison, après avoir envisagé d’abdiquer, plutôt que de céder la Bourgogne, il décide soudain de signer un traité qu’il sait qu’il ne respectera pas, afin de retourner en France pour régler une situation caractérisée par la politisation du royaume, qui risque d’amoindrir l’autorité de la régente et donc la sienne. Le roi renonce à sa posture de roi chevalier, écorne sa figure de roi sacrificiel pour conjurer une politisation qui risque d’engendrer une crise interne et internationale. Sans l’acceptation apparente du traité de Madrid, c’est-à-dire sans un accord avant janvier 1526, la trêve prendra fin et la guerre pourra reprendre alors qu’en France l’alliance avec l’Angleterre n’est pas ratifiée par les villes, qu’il va falloir dans ce contexte lever des impôts, et que d’autre part Bourbon est arrivé auprès de l’empereur quand Marguerite quittait l’Espagne sur un constat d’échec, encourageant la guerre avec des Italiens que l’empereur peut légitimement tenir pour félons depuis la conjuration de Morone.

  • 120 Jules Michelet note que le roi, « cet homme étourdi en bataille fut en captivité plus fin qu’on aur (...)
  • 121 C’est l’hypothèse séduisante formulée par Jules Michelet, Histoire de France..., op. cit., p. 80.

45Toutefois, cette politisation voulue et acceptée initialement par le pouvoir avant d’être subie, peut aussi servir la diplomatie française, qui n’a pas de mal à faire comprendre à Charles Quint – qui vient de subir les comuneros et qui a compris le poids des états dans une monarchie composite – que l’aliénation de la Bourgogne ne peut se faire sans le consentement des peuples. François Ier justifie sans cesse auprès de Charles sa libération par la nécessité de convaincre les états de Bourgogne. Il lui faut rentrer en France pour les persuader d’accepter le traité de Madrid, qu’il ne veut pas, dans son for intérieur, voir réaliser. Duplicité d’un roi plus politique que ne le laisse penser Giono obnubilé par l’image du roi chevalier, qui s’éclipse non à Pavie mais au traité de Madrid120. Sa non-application fut peut être la vraie victoire morale et le vrai calcul d’un Charles Quint désireux, lui qui n’avait pas encore paru sur un champ de bataille, de déshonorer le paladin, d’avilir le vainqueur de Marignan et le glorieux vaincu de Pavie121.

Notes

1 Michel Foucault, « Il faut défendre la société », Cours de 1976, éd. M. Bertrani, A. Fontana, Paris, Gallimard, 1997.

2 Voir la position d’Olivier Poncet qui affirme, sans expliciter, qu’à la différence de la captivité de Jean II, la capture royale n’a pas provoqué de collapsus dans la prise de décision. Olivier Poncet, La prise de décision en France 1525-1559. Recherches sur la réalité du pouvoir royal ou princier à la Renaissance, Paris, Vrin, 2008, p. 7. Même point de vue dans Denis Crouzet, Charles de Bourbon, connétable de France, Paris, Fayard, 2003, p. 528-529.

3 Philippe Hamon, L’argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1994.

4 C’est la thèse de Denis Crouzet, Charles de Bourbon..., op. cit., p. 529.

5 Georges-W. Bernard, War, Taxation and Rebellion in Early Modern England. Henri VIII, Wolsey and the Amicable Grant of 1525, New York, Harvester, 1986.

6 Jules Michelet, Histoire de France. Le XVIe siècle, II, Genève, Rencontre, 1966, p. 64.

7 Patrick Boucheron et Nicolas Offenstadt (dir.) L’espace public au Moyen Âge, débat autour de Jürgen Habermas, Paris, PUF, 2011.

8 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 22.

9 Idem, fol. 33.

10 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse, Toulouse, 1701, t. 2, p. 54.

11 Registre des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. 1, Paris, Imprimerie Nationale, 1883, p. 281-282.

12 Ibid., p. 284.

13 Ibid., p. 289.

14 Michel Félibien, Histoire de la ville de Paris, Paris, 1725, p. 960.

15 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement de François Ier dans ses rapports avec le parlement de Paris, 1525-1527, Alger-Paris, Champion, 1926.

16 Registre des délibérations..., op. cit., p. 292.

17 Correspondance de Marguerite d’Autriche, éd. E.P.C. van den Bergh, Leide, S. et J. Luchtmans, 1845, t. 3, p. 613.

18 J. J.-M. Blondel, Mémoires du parlement, Paris, s. d., t. 1, p. 390.

19 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 993.

20 Brantôme, Œuvres complètes, éd. E. Lalanne, t. 3, p. 140.

21 S. Moreau de Villefranche, « La prinse et délivrance du roy », Archives curieuses de l’histoire de France, série 1, t. 2, Paris, Beauvais et Delloye, 1835, p. 289.

22 J. J.-M. Blondel, Mémoires du parlement..., op. cit., t. 1, p. 286.

23 Ibid., p. 303-304. Voir aussi Roger Doucet, Étude sur le gouvernement..., op. cit., p. 34.

24 Fernando Diaz Playa, Historia de la Espana en sus documentos siglo XVI, Madrid, Catedra, 1988, p. 186.

25 Ordonnances de François Ier, Paris, Imprimerie Nationale, 1933, t. IV, p. 117-124, 124-125.

26 Voir Guillaume Cretin, « L’apparition du maréchal sans reproche, feu messire Jacques de Chabannes », Œuvres poétiques de Guillaume Crétin, éd. Kathleen Chesney, Paris, Firmin-Didot, 1932, p. 153-180.

27 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, p. 5.

28 Voir le poids cet imaginaire christique de la royauté sacrificielle dans Yves-Marie Bercé. Le roi caché. Sauveurs et imposteurs. Mythes politiques populaires dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1990 et dans Denis Crouzet, « Désir de mort et puissance absolue de Charles VIII à Henri IV », Revue de synthèse, 1991, vol. 112, no 3-4, p. 423-441.

29 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, p. 55.

30 Arch. municipales de Tours, ms. 18, fol. 43.

31 Sur la culture de la défaite, un bilan historiographique dans « La défaite et l’histoire », journée de l’école doctorale de Paris I, organisée par Jean-Marie Le Gall, Hypothèses, 2007, p. 286-348.

32 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 287.

33 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 962.

34 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 955.

35 Henri Hauser, Le traité de Madrid et la cession de la Bourgogne à Charles Quint : étude sur le sentiment national bourguignon en 1525-1526, Paris, Champion, 1912.

36 Arch. municipales de Rennes, BB 465, fol. 199-201.

37 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 282.

38 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 957.

39 Arch. municipales de Rennes, BB 465, fol. 187 v°.

40 Ibid., fol. 210.

41 Lettre de Lannoy du 26 avril 1525, Correspondance de Marguerite d’Autriche, op. cit., t. 3, p. 601 ou du 17 juin, p. 606.

42 T. Boutiot, Histoire de la ville de Troyes, Paris, Aubry, 1873, t. 3, p. 318.

43 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, p. 54.

44 Archives municipales de Rennes, BB 465, fol. 213 v°, 220 v°.

45 Registre des délibérations du bureau de la ville de Paris, t. 1, p. 281.

46 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 954.

47 Arch. municipales de Tours, ms. 18, fol. 28, 42 v°.

48 T. Boutiot, Histoire de la ville de Troyes..., op. cit., t. 3, p. 332.

49 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 966.

50 Henri Hauser, Le traité de Madrid..., op. cit. ; voir aussi BnF, ms. fr. 2200.

51 Aimé Champollion-Figeac, Captivité de François Ier, Paris, Imprimerie royale, 1847, p. 164.

52 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 39.

53 Correspondance de Marguerite..., op. cit., t. 3, p. 599.

54 Ibid., t. 3, p. 619.

55 Aimé Champollion-Figeac, Captivité de François Ier..., op. cit., p. 372.

56 Ibid., p. 340-341.

57 Arch. municipales de Rennes, BB 565, fol. 189 v°.

58 Idem, BB 465, fol. 223 v°.

59 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, p. 54.

60 Ordonnances de François Ier..., op. cit., t. IV, p. 67.

61 Arch. municipales de Rennes, BB 465, fol. 209.

62 Idem, fol. 214.

63 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 69 v°.

64 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 289.

65 Deux chroniques de Rouen, éd. A. Héron, Rouen, Lestringant, 1900, p. 128-130.

66 Arch. municipales de Lyon, BB 42, fol. 247.

67 Idem, BB 43, fol. 24.

68 Idem, BB 42, fol. 253-254, 259.

69 Idem, BB 44, fol. 86.

70 Idem, BB 43, fol. 8-9.

71 Idem, BB 43, fol. 17.

72 Idem, BB 43, fol. 24, 26.

73 Henri Prentout, Les états provinciaux de Normandie, Caen, Lanier, 1925, p. 262-263.

74 Roger Doucet, Étude sur le gouvernement..., op. cit., p. 99.

75 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 48 v°.

76 Idem, BB 44, fol. 50.

77 Idem, BB 44, fol. 52.

78 Idem, BB 44, fol. 57, 68 v°.

79 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982.

80 Arch. municipales de Rennes, BB 465, fol. 213 v°.

81 Idem, BB 465, fol. 216.

82 J. J.-M. Blondel, Mémoires du parlement..., op. cit., t. 1, p. 315 sq.

83 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 291.

84 Ordonnances du règne de François Ier, t. 4, p. 72.

85 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 117.

86 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 39 v°.

87 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 969.

88 Arch. municipales de Lyon, BB 43, fol. 18.

89 Arch. municipales de Dijon, BB 170, fol. 175.

90 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 19.

91 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., p. 54.

92 Registres des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 283.

93 Aimé Champollion-Figeac, Captivité de François Ier..., op. cit., p. 137-141.

94 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 288-289.

95 Arch. municipales de Tours, ms. 18, fol. 32-33.

96 Voir Roger Doucet, Étude sur le gouvernement..., op. cit.

97 Jules Michelet, Histoire de France..., op. cit., p. 79.

98 Ordonnances de François Ier..., op. cit., t. 4, p. 104.

99 Henri Prentout, Les états provinciaux..., op. cit., p. 264.

100 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 120.

101 Arch. municipales de Lyon, BB 44, fol. 126 v°.

102 Germain de La Faille, Annales de la ville de Toulouse..., op. cit., t. 2, preuves, p. 5.

103 Jean Jacquart, François Ier, Paris, Fayard, 1988, p. 194. Voir aussi Henri Prentout, Les états provinciaux..., op. cit., p. 268-270. Les doléances sont publiées par Gilbert Jacqueton, La politique extérieure de Louise de Savoie, Paris, E. Bouillon, 1892, doc. no 35.

104 Arch. municipales de Tours, ms. 18, fol. 66 v°.

105 Idem, fol. 76 v°.

106 Idem, fol. 85-86, 88.

107 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 293.

108 J. J.-M. Blondel, Mémoires du parlement..., op. cit., t. 1, p. 390.

109 Registre des délibérations..., op. cit., t. 1, p. 298.

110 Idem, p. 299.

111 Idem, p. 301.

112 Idem, p. 302.

113 Idem, p. 304.

114 Idem, p. 305.

115 Michel Felibien, Histoire de la ville de Paris..., op. cit., p. 974.

116 Robert Knecht, Un prince de la Renaissance. François Ier et son royaume, Paris, Fayard, 1998, p. 262-263.

117 Éric Voegelin, Les religions politiques, Paris, Le Cerf, 1994, p. 78. Jules Michelet est aussi enclin à faire du roi l’incarnation de la France. Il estime qu’il aurait dû se suicider, qu’il a eu raison d’abdiquer car sa « captivité devint celle d’un peuple », la « patrie est sous les verrous ». « Malheur à la mémoire du prisonnier qui s’obstina à vivre et qui montra la France sous le bâton de l’étranger ». Jules Michelet, Histoire de France..., op. cit., p. 59.

118 Il est en effet aujourd’hui avéré que la noblesse, contrairement à ce qu’affirmait Michelet, ne tenait pas pour le connétable : voir Denis Crouzet, Charles de Bourbon..., op. cit.

119 C’est un des constats établis dans Laurent Bourquin et Philippe Hamon (dir.), La politisation. Conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge, Rennes, PUR, 2010.

120 Jules Michelet note que le roi, « cet homme étourdi en bataille fut en captivité plus fin qu’on aurait cru ». Jules Michelet, Histoire de France..., op. cit., p. 58.

121 C’est l’hypothèse séduisante formulée par Jules Michelet, Histoire de France..., op. cit., p. 80.

Table des illustrations

Légende Tableau I. – Les assemblées de ville à Lyon en 1525.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50192/img-1.jpg
Fichier image/, 49k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540