Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La politique par les armes

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Alain Hugon
, 
et al.

Troisième partie. Occupations et politisation

Pillage ou droit de prise. La question de la qualification des écorcheurs pendant la guerre de Cent Ans

Valérie Toureille

Texte intégral

1Le contexte de la guerre de Cent Ans offre plusieurs illustrations, toutes éclairantes, du rapport entre État et conflit. Les caractères singuliers de cet affrontement, son ampleur (tant temporelle que géographique), mais aussi la diversité de ses protagonistes ont multiplié les cas de figure d’une relation presque consubstantielle. Cette période fut de celles où l’État a été le plus souvent mis en cause, où les géographies ont été les plus mouvantes. Pourtant, c’est aussi de ces difficultés que l’État est sorti renforcé, capable de porter l’élan des réformes et de la reconstruction. La question des hommes d’armes, et au-delà d’elle, celle du contrôle de leur violence, trouvent là un écho particulier.

2À ce titre, l’exemple des Écorcheurs au mitan du XVe siècle se présente comme un révélateur privilégié des rapports complexes qui unissent coutumes de guerre et criminalité, autant que du discours politique qui les distingue. Autrement dit, la guerre de Cent Ans, en révélant un certain nombre de dysfonctionnements dans l’appareil militaire a-t-elle favorisé l’affirmation de l’autorité royale en matière de contrôle de la force armée ?

Un mot, des hommes

  • 1 Celle-ci s’est effectuée en plusieurs temps et se prépare depuis le règne de Jean II au XIVe siècl (...)

3Pendant près d’une décennie entre l’année 1435 – marquée par la paix d’Arras entre Français et Bourguignons – et la période 1444-1445 qui correspond à la réforme de l’armée royale1, l’Écorcherie a connu de beaux jours. Mais d’abord comment la définir ?

  • 2 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, en deux livres avec pièces justificatives 1400-1444, éd. L (...)
  • 3 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, éd. Jules Quicherat, 2 vol., Paris, Renouard, 1856, t. 1, p (...)

4C’est le terme même d’« écorcheurs » que l’on voit apparaître sous la plume des chroniqueurs bourguignons dès cette époque. Enguerrand de Monstrelet souligne que le mot est emprunté au langage populaire : « On les nommoit en commun langaige les escorcheurs. » Il lui attribue d’ailleurs une étymologie fonctionnaliste : on les désigne ainsi écrit-il car ils dépouillaient les gens jusqu’à leur chemise2. On peut également ajouter à cette étymologie une parenté, presque naturelle ou plutôt une proximité imagée avec le monde de la boucherie : les écorcheurs sont ceux qui sont chargés littéralement d’écorcher, c’est-à-dire d’arracher la peau des bêtes sorties de l’abattoir. Une sale besogne, qui inspire à la fois la répulsion et la crainte de ces bouchers. Dans son Histoire de Charles VII, le chroniqueur de la désolation de la guerre que fut Thomas Basin dénonce à son tour les excoriatores, ceux qui écorchent, ou ceux qu’il nomme les laniones pour désigner les bourreaux3.

  • 4 On trouve en revanche quelques lettres de rémission où cette expression populaire se trouve repris (...)

5Au delà des sources littéraires, peu de documents évoquent les hommes de guerre du XVe siècle en ces termes. Il faut les traquer dans les archives judiciaires, où sitôt la guerre terminée, on les voit s’inquiéter du retour à la vie civile et des éventuelles poursuites dont ils pourraient faire l’objet. Les lettres de demande de grâce que ces anciens hommes de guerre adressent au roi ne font naturellement pas état de ce qualificatif dépréciatif4.

6Mais qui sont précisément ces routiers redoutables et redoutés ? L’origine des Écorcheurs renvoie à un problème structurel, que nous pourrions qualifier de militaire dans un premier temps, parce qu’il touche d’abord à l’intendance des armées pendant toute la durée de la guerre de Cent Ans. Ainsi dès le XIVe siècle, le royaume de France eut-il à souffrir de l’errance criminelle des routiers, ces groupes (ou ces routes) d’hommes de guerre acquis à la seule obéissance d’un capitaine, qui continuaient de vivre sur le pays après la signature des trêves ou de traités comme ici la paix de Brétigny de 1360. Les doléances des États face aux rapines, rançons et excès de toutes sortes obligèrent le roi à agir, en fait à déplacer simplement le problème, en engageant ces routiers dans d’autres conflits. Les méfaits des « Grandes Compagnies » avaient révélé un problème qui allait devenir récurrent, celui de l’entretien des hommes de guerre pendant les trêves. Au XVe siècle, le problème reste entier, avec quelques nuances, même si la dimension politique est sensiblement plus marquée dans l’action des Écorcheurs.

7En effet, dans le contexte de la guerre civile, et dans son prolongement larvé après la paix d’Arras, l’Écorcherie stigmatise avant tout les capitaines royaux. Mathieu d’Escouchy, un autre chroniqueur bourguignon, les évoque ainsi en 1436 :

  • 5 Nous sommes dans le cadre de la reconquête de la Normandie, Mathieu d’Escouchy, Chroniques, éd. Ge (...)

« Parmi ces chevaliers, écuyers et aventuriers, se trouvaient tout ce que l’armée de Charles VII renfermait de plus violent et de plus indiscipliné5. »

  • 6 Chronique de Jean Stavelot, éd. Adolphe Borgnet, Bruxelles, Hayez (Collection de chroniques belges (...)

8Ces capitaines donnent libre cours à leurs excès en terre de conquête, ou plutôt de reconquête comme ce fut le cas en Normandie, mais également en lisière du royaume, en terres ennemies, celles du duc de Bourgogne en particulier, et cela dès 1435, à la signature de la paix à Arras. Signe que si la guerre civile était formellement terminée, la division demeurait dans les esprits, comme dans les faits. Cette perception de l’adversité est encore vive aux frontières même des années plus tard. Elle est sous-jacente dans cet extrait emprunté à la Chronique de Jean Stavelot qui, évoquant la campagne militaire du Dauphin en 1444, mentionne « en cely temps, ly dauphin de Franche acompaignié de ses gens d’armes et compagnes [compagnies] des Escorcheurs ou Ermignacs6 ».

9Aussi, le terme d’« Armignalz », ou « Ermignacs » c’est-à-dire d’Armagnacs peut-il être pris comme synonyme d’écorcheurs. C’est donc plutôt dans les sources bourguignonnes (narratives, voire administratives) que l’on peut retrouver cette qualification péjorative des hommes de guerre français. Pour autant, la distinction n’est pas si simple. Certains capitaines d’Écorcherie comme Chabannes et Floquet ont également mis leurs armes au service des partisans des Bourguignons comme Antoine de Vaudémont en lutte avec René d’Anjou, duc de Lorraine en titre et beau-frère du roi, pour la succession du duché.

10Peut-on dire dès lors que la désignation comme écorcheur est le fruit d’une qualification politique ou criminelle, en plus d’être une réalité militaire ?

Conflit et violence : pillage ou droit de prise

11C’est aux frontières, là où les territoires sont mal contrôlés, que l’on saisit facilement ces hommes de guerre. Ce cadre territorial contesté s’accompagne souvent d’un contexte politique aux contours instables : celui des paix fourrées ou des trêves armées, que craignent tant les populations civiles et qui ont scandé la guerre de Cent Ans. Les abstinences de guerre signées entre les princes ne font souvent pas l’affaire des capitaines, qui voient s’évanouir tout espoir de solde, mais aussi de butins, ces émoluments complémentaires et coutumiers des hommes de guerre.

  • 7 La rançon étant cessible aux héritiers comme n’importe quelle autre dette. Sur la question des ran (...)

12Les pillages, comme les rançons sont les rétributions habituelles de tous ceux qui engagent leur vie et leur chevance [leurs biens] dans le métier des armes. Car la guerre apparaît plus que jamais comme un métier, une « entreprise », où il faut au mieux faire un bénéfice, au moins tendre vers un équilibre des pertes et des gains. Les faillites en la matière existent aussi, souvent après une rançon dont il a fallu s’acquitter parfois pendant des années, voire sur plus d’une génération7. L’aristocratie militaire pour laquelle la guerre est un élément consubstantiel de son identité ne fait pas exception. Les expéditions sont onéreuses pour qui les organise, et il faut les rentabiliser.

  • 8 Département de la Somme.

13Une lettre de rémission, parmi tant d’autres, révèle à côté des crimes reprochés ce que suppose l’engagement (financier) dans le métier des armes. Elle émane du sire d’Offignies, seigneur d’Eaucourt8, l’un de ces capitaines de guerre que l’on pourrait qualifier d’écorcheur :

  • 9 BNF, Dom Grenier, 91, fol. 50, citée dans Raphaële Jaminon-Boinet, Le comté de Ponthieu, XIIIe-déb (...)

« En ce faisant [c’est-à-dire lesdites expéditions militaires] mis et alliené icellui suppliant et lesdis gens de guerre estans avec lui, de grant finances, tant de chevauls qu’ils ont perdus, comme de habillemens de guerre, meismement plusieurs d’iceulx compaignons prins, rançonnés, battus, mutilés, navrés9. »

14L’engagement d’un capitaine doit donc prévoir, outre la solde pour les hommes placés sous sa responsabilité, un dédommagement pour les pertes subies pendant l’expédition, au sein duquel chevaux et harnois représentent des coûts importants. En dehors des pertes matérielles, il peut également avoir à s’acquitter des rançons de ses hommes.

15La solde initialement prévue est souvent insuffisante pour couvrir de tels risques, ce que le sire d’Offignies ne manque pas de faire valoir :

  • 10 Ibid.

« Sans pour ce avoir reçu de nous aucuns gaiges ne paiemens, au moins que trez peu ; en faisant lesqueles voiages, tant contre lesdis Anglois comme ailleurs, il a convenu audit suppliant faire plusieurs logis ad sesdis gens loger, pendant ledit temps qu’il les a tenus, en plusieurs villages et places, ou ils ont prins plusieurs vivres, fourraiges en iceulx, et aussi fait plusieurs courses et destrousses, rançonnemens10. »

16Aussi, le butin (mort ou vif) est-il toujours compris comme une compensation habituelle et indispensable, en particulier pour pallier les carences de l’intendance, et surtout de la solde. Pillage et rançons apparaissent à ce titre comme des coutumes de guerre, que l’on peut également prévoir dans les contrats d’engagement.

  • 11 La région du Santerre en Picardie. Montdidier se situe dans le département de la Somme. Le problèm (...)
  • 12 Coulanges-la-Vineuse, département de l’Yonne. On paie alors le « vuidement » lorsque des hommes de (...)

17Alors quand la guerre s’éteint, ces hommes de guerre monnayent à prix d’or leur départ, et peu importe alors s’ils s’en vont piller plus loin les terres du voisin. Ainsi en 1435, Monstrelet rapporte un accord entre le duc de Bourgogne et La Hire (Étienne de Vignoles) pour libérer la frontière picarde. Il s’agit plus précisément d’« une treves par les gens du duc de Bourgongne sur les marches de Santers et de Montdidier avec la Hire et les siens [...] et pour ce faire en eust grand somme de monnoie11 ». Le duc dut d’ailleurs encore payer grassement un autre capitaine d’Écorcherie, Perrinet Gressard, qui occupait Coulanges-la-Vineuse dans l’Auxerrois12.

18C’est toujours le moment de la paix d’Arras, signée en septembre 1435, qui est désigné dans les sources comme l’origine des violences opérées par les troupes royales. En fait, dès le début des pourparlers, deux capitaines français réputés pour leur vaillance et leur engagement au côté de Jeanne d’Arc : La Hire et Xaintrailles, mènent de front une campagne de dévastation sur les terres du duc de Bourgogne, ce qui contribua naturellement à faire pression sur les négociations. Mais ces dévastations redoublent dès le lendemain de la signature du traité de paix. Monstrelet le souligne clairement dans sa Chronique : « brief ensuivant » [après la signature],

  • 13 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 199.

« les François se assemblerent avec plusieurs de leurs gens sur les marches de Santhers et d’Amiennois, et pillerent en plusieurs lieux les pays audit duc, et de ceulx qui avoient tenu son parti13 ».

  • 14 Département de la Haute-Saône.
  • 15 Cité par Alexandre Tuetey, Les Écorcheurs sous Charles VII. Épisodes de la vie militaire de la Fra (...)

19Un seul exemple pour appuyer les dires du chroniqueur bourguignon : un mois après la signature du traité, la garnison royale de Langres (tenue par le sire de la Suze) se rue sur la seigneurie de Scey-sur-Saône14 (qui appartient au Bourguignon Guillaume de Bauffremont), où elle incendie une cinquantaine de maisons, après avoir imposé un appatis de 400 saluts d’or à la population, dont une partie est emmenée en otage pour garantir le paiement des rançons15.

20Rien que pour la Bourgogne, les États se sont réunis quinze fois pendant cette période de troubles, c’est-à-dire pendant près d’une décennie (1436-1443) et ont accepté de verser au total 80 000 livres pour éloigner les Écorcheurs. Le duché de Bourgogne dispose d’ailleurs dès cette époque d’un réseau d’informateurs fort développé qui est censé alerter les baillis et les capitaines de ville de l’approche de troupes armées pour mettre le territoire en défense, afin de faire voter par les États les subsides en conséquence.

  • 16 Cité par Jean-Marie Cauchies, « Les Écorcheurs en Hainaut (1437-1445) », Revue belge d’histoire mi (...)

21Le déplacement de ces routes est toujours impressionnant : 2 000 à 4 000 hommes, toujours grossis du nombre de femmes et de gens de bas état qui suivent les armées dans leur sillage. En septembre 1439, le bailli du Hainaut qui s’enquiert du nombre d’« escorceulx » qui campent au nord de Reims, apprend qu’ils ne sont pas moins de 6 à 7 00016. On doit prendre ce chiffre avec beaucoup de réserve, mais l’emphase témoigne au moins de l’importance du phénomène dans les esprits, de l’effroi que ces hommes engendraient.

  • 17 Jean Chartier, Chroniques de Charles VII, éd. Vallet de Viriville, Paris, P. Janet, 1858, t. 1, p. (...)
  • 18 On les voit encore au siège de Dieppe en 1443.
  • 19 Voir annexe.

22Selon Jean Chartier, un chroniqueur du règne de Charles VII, leur noyau était constitué des garnisons du pays de Champagne « où ils endommagerent grandement le pais17 ». Licenciées par le connétable de Richemont après le traité d’Arras, les troupes s’étaient dirigées au cours des mois suivants vers la Normandie, où il y avait encore suffisamment d’Anglais à « bouter » hors du royaume. Elles sont un temps occupées par le siège de Montereau en 1437, avant de regagner à nouveau la Normandie, où on les retrouve au siège d’Harfleur (1438). Certains des capitaines qui guerroyaient contre les Anglais se retournent alors contre les Bourguignons : une partie se dirige vers la Bourgogne, l’autre vers le Hainaut. Ils se concentrent ensuite vers la Lorraine, où un conflit vient d’éclater entre deux compétiteurs pour le duché (René d’Anjou et Antoine de Vaudémont), qui est susceptible d’offrir des opportunités à leur soif de pillages18. Ces hommes sont d’une extrême mobilité, mus par l’appât du gain qu’offre toute campagne (on parle alors de « voiages »)19.

23Enguerrand de Monstrelet dresse le bilan d’une situation déplorable :

  • 20 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 269.

« Non obstant la paix d’Arras faite, les François et Bourguignons, vers les marches de Beauvoisis, Vermandois, Santhers, Laonnois, Champaigne et Rethelois, faisoient moult souvent de grandes entreprinses les ungs contre les aultres, et prenoient querelles non raisonnables l’un contre l’autre. Pour quoy il advenoit moult de fois que les pays dessusditz estoient courus, pilliés, et avoient autant et plus a souffrir comme par avant la dessudicte paix d’Arras20. »

24Un autre chroniqueur bourguignon, Olivier de la Marche, brosse avec une acuité particulière le tableau de cette désolation générale au lendemain d’Arras :

  • 21 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. Henri Beaune et Joseph d’Arbaumont pour la Société de l’Histoi (...)

« Tout le tournoyement du royaume de France estoit plein de places et de forteresses, dont les gardes vivoient de rapine et de proye : et par le milieu du royaume et des pais voisins s’assemblerent toutes manieres de gens de compagnies que l’on nommoient escorcheurs, et chevauchoient et aloyent de pais en pais, et de marche en marche, querans victuailles et aventure pour vivre et pour gaignier, sans regarder n’espargner les pais du roy de France, du duc de Bourgogne, ne d’autres princes du royaume. Mais leur estoit la proye et le butin tout un, et tout d’une querelle21. »

25Ce déchaînement de violence au lendemain de la paix, donne le sentiment d’une immense curée orchestrée par tous ces capitaines de guerre, dépités par la trêve, et qui tentent de rapporter d’ultimes butins pour honorer le paiement des gages promis à leurs hommes, avant de rentrer sur leurs terres. Il ne s’agit pas ici de la simple valetaille (la « coquinaille » comme la nomme Olivier de la Marche), pour qui la guerre n’est pas seulement devenue la seule activité, mais aussi souvent la seule famille et dont les chances de réinsertion – pour de multiples raisons – sont fort compromises. à ceux-là s’offre une vie d’errance, où vivre sur le pays devient une nécessité de survie, après avoir été une coutume de vie.

26Le regard de ces deux chroniqueurs est éclairant à plus d’un titre. D’abord, parce que le vocabulaire choisi emprunte plutôt au monde du crime et de la chasse (rapine, proie), qu’à celui de la guerre proprement dite. Ensuite, parce que ces descriptions révèlent la structure des groupes : ce sont des compagnies, c’est-à-dire qu’elles sont à la solde d’un capitaine et qu’il ne s’agit pas de groupe déstructurés, informels. Olivier de la Marche insiste aussi sur les modalités et les lieux d’action (mobilité et frontières). Enfin, tous deux mettent en exergue l’absence de justification politique, et donc d’une quelconque légitimité « militaire » dans les actes de pillages menés par ces hommes de guerre aussi bien Français que Bourguignons, motivés par le seul profit : « Leur estoit la proye et le butin tout un, et tout d’une querelle. » Point de choix politique donc, point de raison, parmi les cibles des hommes de guerre stigmatisés ?

  • 22 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 318. Voir par exemple, Robert de Floque (...)

27À chaque fois, la sauvegarde des habitants et des biens se négocie, par rançons, par pâtis : en vin, en chevaux, en denrées, bien sûr en argent, parfois en armes22. Le Bourgeois de Paris, plutôt bourguignon de cœur, témoigne à son tour des rançons ou pâtis imposés par les écorcheurs et dont les populations peinent à s’acquitter en ces temps difficiles. Il écrit ainsi en 1440 :

  • 23 Journal d’un bourgeois de Paris, 1405-1449, éd. Colette Beaune, Paris, Lettres gothiques, 1990, p. (...)

« En cette année furent les Écorcheurs en Bourgogne, et en une grande cour [partie] du pays prirent toutes les bestes a corne, comme vaches, bœufs qui labouraient aux champs, qu’ils purent trouver sans les bêtes à laine et pourceaux et autre bétail, et tous les firent mourir de faim, parce que [les bêtes] furent trop sans manger là-dedans ; et fut pour ce que les gens du pays ne purent payer si grande rançon qu’ils demandaient23. »

28Hommes et bêtes sont ainsi rançonnés, en plus de tout ce qui peut être directement arraché aux populations.

  • 24 à Mâcon en 1443, cité par Marcel Canat, Documents inédits pour servir à l’histoire de la Bourgogne (...)
  • 25 Journal d’un bourgeois de Paris, op. cit., p. 420.
  • 26 Voir annexe.

29Coupables « d’inhumanités et abhominacions [...] telles que les Sarrazins ne font pas aux Chrestiens » note-t-on parfois24, les Écorcheurs sont « tous membres d’Antéchrist » déclare le Bourgeois de Paris, « car tous étaient larrons et meurtriers, boutefeux, efforceurs de toutes femmes25 ». Une semblable résonance criminelle trouve un écho dans le récit des lettres de rémission. Celle de Jean d’Offignies, évoque ces « hommecides, larrecins, pilleries, roberies, crimes, exces, malefices et delitz26 ».

  • 27 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 269.

30L’argument de la guerre civile est-il devenu factice ? Toujours est-il qu’avec la question de la légitimité (« la querelle raisonnable », pour reprendre les mots d’Olivier de la Marche), les témoins insistent sur un véritable déchaînement de violences, qui dépasse celui de la période du conflit proprement dit : les populations ont « autant et plus a souffrir comme par avant la dessudicte paix d’Arras » précise Monstrelet27. Et Olivier de La Marche de dénoncer encore :

  • 28 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. 2, p. 290.

« Ses capitaines [ceux de Charles VII], serviteurs et gens d’armes pilloyent et couroyent les pais de Bourgogne et leur portoyent plus de dommages qu’ils ne firent du temps de la plus forte guerre qui oncques fut entre eux28. »

  • 29 Ibid., p. 242.

31Mais si les capitaines français et leurs hommes reçoivent le terme évocateur d’Écorcheurs, ceux qui sont censés les combattre, du côté bourguignon, sont dotés d’un substantif tout aussi peu flatteur, à l’image de leurs actions tout aussi violentes : celui de « re-tondeur ». Olivier de la Marche accuse aussi les hommes de guerre bourguignons de commettre les mêmes excès : le bâtard de Neufchatel et le bâtard de Vergy, « lesquels recueillirent ce qu’ils peurent prendre et avoir pour leur derniere main29 ». Cette expression imagée semble traduire une pratique, sans doute aussi une coutume : celle des derniers coups de force encore « tolérés » dans cet espace-temps incertain en terme de droit que constitue l’après-guerre, et qui accentue le sentiment ou la réalité d’un redoublement de violence. Sans doute le seuil de tolérance à l’égard de ces violences de guerre s’est-il également déplacé au seuil de la paix, mais l’on ne peut nier alors une inflation de la violence de la part de certains hommes de guerre.

  • 30 Exception faite de Perrinet Gressart, qui était un ancien artisan ; André Bossuat, Perrinet Gressa (...)

32Ces hommes, connus des chroniqueurs, dotés d’une indéniable valeur guerrière, sont pour la plupart issus de l’aristocratie30. Olivier de la Marche décline ainsi l’identité des plus célèbres :

  • 31 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. 2, p. 289.

« Et furent les capitaines principaux, le bastard de Bourbon, Brusac, Geoffroy de Saint-Belin, Lestrac, le batard d’Armignac, Rodrigues de Villandras [...] et combien que Poton de Saintreilles (Xaintrailles) et la Hire fussent deux des principaux et des plus renommés capitaines du parti des François, toutes fois ils furent de ce pillage et de celle escorcherie31. »

Un impossible remède ?

33Le débat de l’Écorcherie n’est-il qu’un problème de frontière politique ou juridique ? Ou une question criminelle ? La frontière n’est pas simple à tracer car les deux interprétations ne sont pas exclusives l’une de l’autre.

  • 32 Du côté français, mais aussi du côté bourguignon par le biais d’ordonnances ducales.

34En tout état de cause, les actes de prédation que dénoncent les contemporains peuvent être assimilés au traditionnel droit de prise sur l’ennemi, comme parfois à des actes de violence pure. Ces dévastations sont d’abord et avant tout un héritage, voire la poursuite de pratiques de guerre coutumières. Le droit de prise, par la razzia, la rançon, les pâtis, tout ce qui porte « degast » à l’ennemi appartient à ce que l’on pourrait nommer le droit de guerre : le jus in bello. En fait, ce sont les pratiques que le droit peut tolérer pendant le temps du conflit. Les actes de pillages sont inhérents à la guerre, même si l’on voit de plus en plus souvent les princes tenter de réguler le droit de réquisition en exigeant le paiement des denrées, et s’efforcer du même coup d’imposer un juste prix32.

35Pour autant, l’allongement des engagements militaires que ne peuvent couvrir les finances du roi ou des princes, entraîne inévitablement ce type d’arrangement « sur la bête ». Il est évident qu’au Moyen Âge déjà, l’argent est le nerf de la guerre. Aussi le roi (mais il n’est pas le seul) ferme-t-il les yeux sur de semblables agissements. Olivier de la Marche rappelle aussi à sa manière que cette contrainte s’est imposée à la royauté :

  • 33 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. 2, p. 290-291.

« Vray est que le roy et le royaume de France furent en icelluy temps fort chargés de grand nombre de gens d’armes de divers pais et contrés qui avoyent bien servi ; et leur faloit, pour le devoir faire entretenue, payement ou récompense. A quoy le roy ne pouvoit fournir, pour les affaires passées, portées et soustenues33. »

  • 34 En 1373-1374, sous l’impulsion de Robert de Juilly, prieur et grand maître des Hospitaliers en Fra (...)

36Privé de moyens constants et abondants, le roi avait-il les moyens d’imposer une réforme de l’armée avant la seconde moitié du XVe siècle ? Face aux Grandes Compagnies, Charles V avait déjà tenté au XIVe siècle une première réforme de l’armée royale34. En vain. Il fallut attendre près d’un siècle et les nouveaux excès causés par les Écorcheurs (mais ceux-là sont sans doute moins « criminalisables » que les premiers) pour que le roi légifère à nouveau sur la question de l’encadrement de ses troupes.

37L’autorité publique fut pressée d’agir au nom de l’ordre public. D’abord, parce que le duc de Bourgogne envoyait des rapports sur les dommages commis par les capitaines royaux et exigeait au prix de vives négociations que le roi tienne ses engagements. Ensuite, parce que dans le contexte de la pacification et de la reprise en main des institutions, le roi devait régler la question de l’insécurité engendrée par les bandes armées, qui touchait également son domaine. À travers elle, c’est la question de la création d’une force armée mieux encadrée, plus disciplinée, en d’autres termes d’une armée royale permanente qui se posait.

  • 35 Voir annexe.

38Tenu longtemps par la nécessité de recruter d’efficaces hommes de guerre pour défendre ses intérêts, comme pour encadrer les nouvelles compagnies d’ordonnances créées en 1445, le roi fut du même coup contraint de par - donner ces excès pour services rendus. On voit ainsi fleurir, au lendemain du conflit, des lettres d’abolition émanant de la chancellerie royale censées purger de toute poursuite judiciaire les capitaines en question qui s’excusent de leurs crimes à la fois en raison des services rendus au roi et en vertu des coutumes de guerre. Celle de Jean d’Offignies, enregistrée en 1445 comme beaucoup d’autres, s’insère parfaitement dans ce contexte de pacification et de réforme de l’armée. Elle reflète également un même argumentaire stéréotypé utilisé par tous ces anciens hommes d’armes. Jean d’Offignies reconnaît ainsi qu’il a « eu prouffict et part desdictes pilleries, roberies et raeçonnemens, pour aider a soustenir luy et ses gens esdites frontieres35 ».

39La rémission est d’une certaine manière le témoignage d’une impuissance. C’est aussi la reconnaissance d’une dette contractée par le roi à l’égard de ses hommes de guerre, qu’ils soient capitaines ou simples mercenaires. Ces lettres de pardon se concluent invariablement par cette formule d’excuse : parce que ledit suppliant

« nous a servi ou faict de nos guerre et est prest de faire, en soi exposant sa personne de toute sa puissance, il nous plaise luy impartir nostre dicte grace et misericorde et aussi a sesdites gens »...

40C’est enfin une promesse, celle de mettre ses armes au service de la guerre du roi. Dans le même temps, les ordonnances royales renouvelaient les interdictions en matière de guerre privée. Pour autant, et malgré ces progrès, le monopole de la force armée était loin d’être acquis pour le roi, qui laisse prospérer l’armée des princes, à commencer par celle de Bourgogne.

***

  • 36 Jean-Marie Cauchies, « Les Écorcheurs en Hainaut (1437-1445 »), Revue belge d’histoire militaire, (...)
  • 37 C’est d’ailleurs ainsi qu’Alain Demurger les présentait déjà il y a une vingtaine d’années dans Te (...)

41À la question de savoir qui étaient ces écorcheurs, Jean-Marie Cauchies, dans une étude datée des années 1970 consacrée aux dégâts causés par les écorcheurs en Hainaut, répondait que ces hommes sans foi ni loi n’avaient « point d’amis, point ennemis, rien que des proies36 ». En fait, les écorcheurs, stigmatisés par des sources bourguignonnes, ne pouvaient apparaître comme les défenseurs de la cause française. Mais l’on ne peut pour autant oblitérer le redoublement de violence qui a accompagné certaines expéditions conduites par le dauphin en 1444. Malgré tout, ces capitaines français partagent une semblable condition qui est celle des hommes de guerre de la fin du Moyen Âge. De ce point de vue, les écorcheurs sont des hommes de guerre comme les autres. Beaucoup ont été loués pour leur vaillance, dans le camp français, lorsqu’ils entouraient Jeanne d’Arc dans ses expéditions. Alors, le problème se résume-t-il à une simple question de vocabulaire ? Xaintrailles ou La Hire étaient de remarquable hommes d’armes, parce qu’ils étaient de redoutables guerriers, dans tous les sens du terme : c’est cette violence qui les faisait craindre, mais c’est justement cette force qui était sollicitée. Qu’ils aient mis cette violence au service de leurs intérêts ne fait aucun doute. Mais les intérêts personnels des écorcheurs n’étaient au final pas très éloignés de ceux de l’autorité royale qui, tout en condamnant les excès de ses propres capitaines, les laissait dévaster les terres de son ennemi juré, indépendamment d’une paix signée. Les Écorcheurs demeuraient des patriotes à leur manière37.

  • 38 Il fait toutefois un exemple fort avec l’exécution du bâtard Alexandre de Bourbon noyé à Bar-sur-A (...)
  • 39 Il faut rappeler que les ordonnances royales condamnent les guerres privées depuis le XIIIe siècle (...)

42Lorsque le roi intervient, c’est certes sur l’injonction des ambassadeurs bourguignons, mais également parce qu’il entend reprendre la main sur ses forces armées qui lui échappaient en partie38. Jusque là, l’enjeu de la discipline militaire était resté suspendu pendant près d’un siècle à des questions financières. Surtout, avec elle, se posait le problème du monopole de la force armée. Toute guerre devait à terme devenir guerre du roi, et tous les rassemblements d’hommes d’armes être interdits sans la licence de l’autorité publique39. De cette manière l’on peut dire que la guerre et les dysfonctionnements de son intendance ont incité le roi à légiférer. Conflits et désordres ont donc contribué à renforcer la suprématie de la monarchie à la fin du Moyen Âge, en particulier en matière de force armée, à travers l’ébauche d’une armée permanente. Il faut souligner enfin que cette reprise en main de l’armée royale accompagne une œuvre législative plus étendue qui ambitionne de centraliser les institutions et de rétablir un ordre public dont le roi entend être le garant au seuil de la paix.

Annexes

Annexe. Extrait d’une lettre de rémission donnée par Charles VII, roi de France, à Jean d’Offignies, seigneur d’Eaucourt (1445)40

« [...] Depuis qu’il a esté agé et qu’il a eu le gouvernement du sien et, meismement, après la pais et reunion faicte a la convention d’Arras entre nous et nostre tres chier et tres amé frere et cousin le duc de Bourgongne [1435], icelluy suppliant fist ladite forteresse [d’Eaucourt-sur-Somme] reparer et fortifier au mieulx qu’il peüt pour la garde d’icelle et du pays ; laquelle est assise es frontieres contre les Anglois, qui tenoient, comme encore font, le chastel du Crotoy, dont elle est assise a V lieues près ou environ, et aussi de plusieurs places [et] villes, tant Neufchastel comme autres, tenant le parti et occupees par lesdis Anglois ; pour laquelle garde et deffense d’icelle forteresse, a convenu tenir audit suppliant avec luy plusieurs gens de guerre, lesquels, et lui avec eulx, se sont, par plusieurs et diverses fois, employéz et occupéz a nostre service, et fait plusieurs voiages contre lesdis Anglois, tant devant le siege de Harfleur [1438] et Dieppe [1443], comme en aultres lieux et pays de Picardie et de Normandie, tant de par nous comme de par nostre dit frere et cousin, pour faire guerre et garder nosdis païs et subjiez, et en ce faisant mis et alliené icellui suppliant et lesdis gens de guerre estans avec lui, de grant finances, tant de chevauls qu’ils ont perdus, comme de habillemens de guerre, meismement plusieurs d’iceulx compaignons prins, rançonnés, battus, mutilés, navrés et les autres afoléz par iceulx Anglois, et sans pour ce avoir reçu de nous aucuns gaiges ne paiemens, au moins que trez peu ; en faisant lesqueles voiages, tant contre lesdis Anglois comme ailleurs, il a convenu audit suppliant faire plusieurs logis ad sesdis gens loger, pendant ledit temps qu’il les a tenus, en plusieurs villages et places, ou ils ont prins plusieurs vivres, fourraiges en iceulx, et aussi fait plusieurs courses et destrousses, rançonnemens, tant de seigneurs, gens d’Église, marchans, laboureurs, comme autres habitans de villes, places et lieus estans en nostre obeissance, icelles places pillees, destroussees et raençonnees, dont ledit suppliant a eu sa part, lesquels gens de guerre et compaignons, a retrais et soustenus et eu prouffict et part desdictes pilleries, roberies et raeçonnemens, pour aider a soustenir luy et ses gens esdites frontieres ; et aussi ses dis gens de guerre, pendant ledit temps qu’il les a tenus, ont commis et perpetré plusieurs hommecides, larrecins, pilleries, roberies, crimes, exces, malefices et delitz a l’occasion desquels ledit suppliant doubte estre approuché au temps avenir, convenu et attainct par justice, et que on vouldroit contre luy et les siens proceder a rigueur et punition de justice, se nostre grace et misericorde ne luy estoient sur ce imparties, humblement requerant que, attendu que sadite place d’Yaucourt a esté demolie et abattue au contempt de nous et de nostre parti, et que icelle il n’eust peü garder sans avoir gens de guerre avec lui, et que pour entretenir iceulx compaignons et gens de guerre, pour la frontiere ou ils estoient et que il n’avoit de quoi les entierement entretenir, a convenu qu’il endurast et souffrist lesdites pilleries et autres crismes ; qu’il nous a servi ou faict de nos guerre et est prest de faire, en soi exposant sa personne de toute sa puissance, il nous plaise luy impartir nostre dicte grace et misericorde et aussi a sesdites gens... »

Notes

1 Celle-ci s’est effectuée en plusieurs temps et se prépare depuis le règne de Jean II au XIVe siècle.

2 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, en deux livres avec pièces justificatives 1400-1444, éd. Louis Douët d’Arcq, 6 vol., Paris, Renouard, 1858, t. 5, p. 318.

3 Thomas Basin, Histoire de Charles VII, éd. Jules Quicherat, 2 vol., Paris, Renouard, 1856, t. 1, p. 125 et 236.

4 On trouve en revanche quelques lettres de rémission où cette expression populaire se trouve reprise, voir par exemple Arch. nat. de France, JJ 176, no 85, décembre 1441, prévôté de Laon.

5 Nous sommes dans le cadre de la reconquête de la Normandie, Mathieu d’Escouchy, Chroniques, éd. Georges du Fresne de Beaucourt, 4 vol., Paris, Renouard, 1863-1864, t. 2, p. 341.

6 Chronique de Jean Stavelot, éd. Adolphe Borgnet, Bruxelles, Hayez (Collection de chroniques belges inédites) 1861, p. 543.

7 La rançon étant cessible aux héritiers comme n’importe quelle autre dette. Sur la question des rançons et des appatis voir Philippe Contamine, « Lever l’impôt en temps de guerre : rançons, appatis, souffrances de guerre dans la France des XIVe et XVe siècles », in L’impôt au Moyen Âge. L’impôt public et le prélèvement seigneurial, fin XIIe-début XVIe, vol. 1, Le droit d’imposer, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002, p. 11-39 ; Rémy Ambühl, Prisoners of War in the Hundred Years War. The Golden Age of the Private Ransoms, 2009, thèse dactyl., Cambridge University.

8 Département de la Somme.

9 BNF, Dom Grenier, 91, fol. 50, citée dans Raphaële Jaminon-Boinet, Le comté de Ponthieu, XIIIe-début du XVIe siècle. Une principauté territoriale entre France, Flandre et Angleterre, thèse de doctorat, université de Picardie, 2008, p. 114.

10 Ibid.

11 La région du Santerre en Picardie. Montdidier se situe dans le département de la Somme. Le problème se déplace en Boulonnais pourtant aussi sous obédience bourguignonne ; La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 127.

12 Coulanges-la-Vineuse, département de l’Yonne. On paie alors le « vuidement » lorsque des hommes de guerre libérent une place forte ou une ville ; voir Philippe Contamine, « Lever l’impôt en temps de guerre », op. cit.

13 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 199.

14 Département de la Haute-Saône.

15 Cité par Alexandre Tuetey, Les Écorcheurs sous Charles VII. Épisodes de la vie militaire de la France au XVe siècle d’après des documents inédits, 2 vol., Montbéliard, H. Barbier, 1874, t. 1, p. 17.

16 Cité par Jean-Marie Cauchies, « Les Écorcheurs en Hainaut (1437-1445) », Revue belge d’histoire militaire, XX, 1974, p. 317-339 ; Arch. dép. du Nord, B 10404, fol. 52 v° et 67 v°. Le 21 mai 1445, Philippe le Bon mande encore à son bailli du Hainaut (Jean de Croy) de surveiller les agissements de certains brigands du royaume : Arch. dép. du Nord, B 1988, fol. 102.

17 Jean Chartier, Chroniques de Charles VII, éd. Vallet de Viriville, Paris, P. Janet, 1858, t. 1, p. 215-216.

18 On les voit encore au siège de Dieppe en 1443.

19 Voir annexe.

20 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 269.

21 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. Henri Beaune et Joseph d’Arbaumont pour la Société de l’Histoire de France, 3 vol., Paris, SHF, 1883, t. 2, p. 289-290.

22 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 318. Voir par exemple, Robert de Floques, qui, devant la ville de Sens, obtient de se faire remettre deux couleuvrines.

23 Journal d’un bourgeois de Paris, 1405-1449, éd. Colette Beaune, Paris, Lettres gothiques, 1990, p. 392.

24 à Mâcon en 1443, cité par Marcel Canat, Documents inédits pour servir à l’histoire de la Bourgogne, Dijon, SHAC, 1863, p. 431.

25 Journal d’un bourgeois de Paris, op. cit., p. 420.

26 Voir annexe.

27 La Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, op. cit., t. 5, p. 269.

28 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. 2, p. 290.

29 Ibid., p. 242.

30 Exception faite de Perrinet Gressart, qui était un ancien artisan ; André Bossuat, Perrinet Gressart et François de Surienne, agents de l’Angleterre, Paris, Droz, 1937.

31 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. 2, p. 289.

32 Du côté français, mais aussi du côté bourguignon par le biais d’ordonnances ducales.

33 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. 2, p. 290-291.

34 En 1373-1374, sous l’impulsion de Robert de Juilly, prieur et grand maître des Hospitaliers en France, qui fut l’un des organisateurs de la réforme.

35 Voir annexe.

36 Jean-Marie Cauchies, « Les Écorcheurs en Hainaut (1437-1445 »), Revue belge d’histoire militaire, XX, 1974, p. 317-339 et « Une « grande peur » en Hainaut au XVe siècle : l’Écorcherie », Annales du XLIIIe congrès de la Fédération des cercles d’histoire et d’archéologie et folklore de Belgique, 1975, p. 405-409.

37 C’est d’ailleurs ainsi qu’Alain Demurger les présentait déjà il y a une vingtaine d’années dans Temps de crises et temps d’espoir, Nouvelle histoire de la France médiévale, t. 5, Paris, Le Seuil, 1990, p. 175.

38 Il fait toutefois un exemple fort avec l’exécution du bâtard Alexandre de Bourbon noyé à Bar-sur-Aube en 1441.

39 Il faut rappeler que les ordonnances royales condamnent les guerres privées depuis le XIIIe siècle : Raymond Cazellles, « La réglementation royale de la guerre privée de Saint Louis à Charles V et la précarité des ordonnances », Revue d’histoire de droit français et étranger, 38, 1960, p. 530-548.

40 BnF, Dom Grenier, 91, fol. 50, citée dans R. Jaminon-Boinet, Le comté de Ponthieu, XIIIe-début du XVIe siècle. Une principauté territoriale entre France, Flandre et Angleterre, thèse de doctorat, université de Picardie, 2008, p. 114.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540