Version classiqueVersion mobile

La politique par les armes

 | 
Laurent Bourquin
, 
Philippe Hamon
, 
Alain Hugon
, 
et al.

Première partie. Conflits et construction de l’État

Le patriciat vénitien et la guerre contre les Turcs : débat public, luttes politiques et rivalités institutionnelles à Venise au XVIe siècle

Géraud Poumarède

Texte intégral

  • 1 Giuseppe Maranini, La costituzione di Venezia, t. II, Florence, La Nuova Italia, 1931, p. 412-426.
  • 2 Ibid., p. 404.
  • 3 Ibid., p. 405-406. Sur l’étendue des compétences des Dix au XVIe siècle, voir Gaetano Cozzi, Repub (...)
  • 4 Giuseppe Maranini, La costituzione di Venezia..., t. II, op. cit., p. 408-409.
  • 5 Décret du Grand Conseil du 26 septembre 1529, cité par Giuseppe Gullino, « L’evoluzione costituzio (...)

1Les deux conflits vénéto-ottomans de 1537-1540 et de 1570-1573 s’achèvent par des paix négociées en grande partie dans le secret, qui provoquent une forte indignation en Chrétienté, mais aussi parmi les cercles dirigeants de la Sérénissime. Dans les deux cas, ce résultat est obtenu par une action diplomatique parallèle conduite par le Conseil des Dix, qui diverge ouvertement de la politique officielle suivie par le Sénat, fondée sur la poursuite de la guerre et le respect des engagements pris par la République à l’égard de ses alliés, essentiellement l’Espagne de Charles Quint, puis celle de Philippe II, dans le cadre des saintes ligues conclues à l’initiative de la papauté en 1538 et 1571. Cette implication des Dix sur le terrain des relations internationales et le triomphe final des positions qu’ils y soutiennent marquent incontestablement l’apogée de cette magistrature. Créée en 1310 pour servir provisoirement de tribunal d’exception dans la répression de la conjuration de Baiamonte Tiepolo et Marco Querini, elle avait été plusieurs fois prolongée, avant d’être instituée définitivement par un décret du Maggior Consiglio en 13351. Dès lors, tout en conservant ses attributions de haute police, elle s’était appuyée sur le rôle qu’elle jouait dans la défense de l’État pour étendre progressivement ses pouvoirs dans des domaines très divers, incluant les finances publiques ou la diplomatie2. Cet accroissement de ses prérogatives s’était accompagné d’un renforcement de sa structure. À ses dix membres initialement élus par le Maggior Consiglio et à la Signoria – le doge et ses six conseillers – qui en faisait partie de droit3, était venue s’ajouter une commission extraordinaire (zonta), désignée quand les circonstances l’exigeaient et dont l’ampleur pouvait varier4. En 1529, cette zonta est fixée à quinze membres et devient permanente5. À l’orée de la guerre de 1537-1540, le Conseil des Dix rassemble donc une trentaine de membres, concentrant des pouvoirs étendus consacrés par la pratique. Le caractère restreint de cette magistrature, le secret dont elle entoure son action et l’initiative très large dont elle dispose, la désignent tout particulièrement pour entamer des tractations dans l’ombre, à l’insu du plus grand nombre. Il reste à éclairer ses méthodes, à montrer comment elle double le Sénat, tout en réfléchissant sur la signification de cette dualité institutionnelle, puis à évaluer enfin les résultats concrets d’une telle politique.

Les négociations secrètes des Dix

  • 6 Voir à ce propos Paolo Preto, I servizi segreti di Venezia. Spionaggio e controspionaggio al tempo (...)
  • 7 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 82v°, délibération du 7 novembre 1 (...)
  • 8 Ibid., fol. 83 r°.
  • 9 BQuerini, ms. cl. IV, cod. 9 (408), « Memorie di Messer Antonio Longo raccolte da Messer Francesco (...)
  • 10 D’origine grecque, Yûnus beg avait été capturé à Modon à l’orée du XVIe siècle. Il avait ensuite f (...)
  • 11 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 102 v°-103 r°, Pietro Zen à Yûnus (...)
  • 12 Ibid., fol. 112 v°, Conseil des Dix à Lorenzo Gritti, 18 mars 1539 : « Ha etiam exposta il prefato (...)
  • 13 BQuerini, ms. cl. IV, cod. 9 (408), « Memorie di Messer Antonio Longo... », ms. cité, fol. 105 r°  (...)
  • 14 Voir les commissions données par le Sénat à Pietro Zen, dans ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, (...)
  • 15 Durant une bonne partie du règne d’Andrea Gritti (1523-1538), Alvise Gritti, qui s’était acquis à (...)
  • 16 BQuerini, ms. cl. IV, cod. 9 (408), « Memorie di Messer Antonio Longo... », ms. cité, fol. 104 v°  (...)
  • 17 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 106 r°-107 r°, 112 v°-113 r°, comm (...)

2Les initiatives du Conseil des Dix en faveur de la paix se distinguent d’abord par leur discrétion et par les voies détournées qu’elles empruntent souvent. Dès le déclenchement des hostilités avec les Turcs en 1537, les Dix, qui jouaient un rôle crucial dans le déploiement et la coordination des réseaux d’espionnage de la Sérénissime6, avaient insisté sur la nécessité de disposer d’informateurs dans l’Empire ottoman pour « entendre par tous les moyens possibles les occurrences du Turc, les préparatifs qu’il fait, quels orateurs se retrouvent à la Porte, tant de la France que des autres Chrétiens7 ». Ils avaient par conséquent décidé d’expédier eux-mêmes des espions à cette fin, tout en sollicitant les magistrats des territoires vénitiens de Corfou, Zante et Candie pour qu’ils mobilisent leurs propres réseaux8. C’est semble-t-il l’un de ces agents, un Pérote dont le nom ne s’est pas conservé, qui apporte au Conseil, en mars 1538, la confirmation de l’inclination de la Porte en faveur d’un accommodement9. Cet événement peut être considéré comme le point de départ de négociations qui se nouent d’abord à travers une série de contacts informels et prudents. En janvier 1539, par exemple, les Dix sollicitent l’assistance de Pietro Zen, ancien consul à Damas et ancien vice-bayle à Constantinople, en lui faisant signer une lettre adressée au grand drogman Yûnus beg10 qu’il a bien connu durant ses diverses missions, dans laquelle il recommande à ce dernier plusieurs patriciens retenus prisonniers dans l’Empire ottoman11. Cette missive est avant tout un prétexte. Le messager qui l’emporte, Antonio Mondoneo, est en effet chargé de sonder les milieux du pouvoir ottoman sans attirer l’attention et lors de son retour, deux mois plus tard, il peut témoigner de « la bonne disposition de ces sérénissime seigneur et sublime Porte à s’accommoder avec notre Seigneurie12 ». Il est aussi possible que l’autorité de Pietro Zen ait été utilisée pour inciter le drogman à s’impliquer dans ces négociations et il semble qu’une correspondance se soit alors engagée à ce propos entre les deux hommes13, prolongée, en mai 1539, par l’envoi de Zen à Constantinople en qualité d’ambassadeur14. De même, le Conseil n’hésite pas à tirer profit des liens particuliers entretenus avec les Turcs par la famille du doge défunt Andrea Gritti, et notamment par les fils « bâtards » qu’il avait eus à Constantinople d’une concubine grecque durant le long séjour qu’il y avait accompli en qualité de marchand15. Sous couvert d’« aller récupérer les capitaux de ses frères morts dans cette cité pendant les dernières années16 », l’un d’entre eux, Lorenzo Gritti, est envoyé à deux reprises vers le sultan, en janvier et en mars 1539, avec des instructions très précises en faveur de la paix17.

  • 18 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 108 r°, 164 r°-v°, délibérations d (...)
  • 19 Cf. par exemple ibid., fol. 123 v°-124 r°, fol. 138 r°, 20 janvier et 21 février 1571.
  • 20 Ibid., fol. 120 r°, Conseil des Dix aux magistrats de Corfou et Cattaro, 12 janvier 1571 : « Ci ha (...)
  • 21 Ibid., fol. 144 v°, commissions de Ragazzoni, 7 mars 1571 : on lui confie le « negozio della liber (...)
  • 22 Ibid. : « Havemo anco voluto aggiongerti [...] che possendo occorrere che il diletto nobil nostro (...)
  • 23 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 77, fol. 124 r°-125 r°, Sénat à l’ambassadeur de Venise (...)

3Trente ans plus tard, la diplomatie parallèle que le Conseil des Dix mène durant la guerre de Chypre s’appuie toujours sur des intermédiaires discrets et emprunte encore des voies détournées. Afin de ne pas éveiller les soupçons, les Dix se servent parfois de marchands arméniens, qu’ils employaient à l’origine comme espions, pour acheminer vers la Porte les instructions nécessaires à la négociation de la paix18. Diligence et confidentialité caractérisent d’une façon générale la circulation de ces plis. Adressés au bayle Marcantonio Barbaro, retenu à Constantinople tout au long du conflit, ils portent la signature de son beau-frère Andrea Gradenigo, qui est par ailleurs membre de la zonta du Conseil, et sont censés évoquer des questions personnelles19. Les plus hautes affaires de l’État se dissimulent donc sous l’apparence d’une simple correspondance privée et des directives pressantes sont adressées aux magistrats du domaine de la Sérénissime pour qu’ils facilitent, dans le plus grand secret, le transport des dépêches entre Venise et Constantinople, à l’aller comme au retour. Les provéditeurs de Corfou et de Kotor sont ainsi chargés de recruter et de défrayer des porteurs exprès pour amener à Barbaro les lettres de Gradenigo et, précisent les Dix, « parce que les messagers qu’ils manderont pourront aussi servir à ramener les lettres que led. bayle » écrira au Conseil, ils doivent « ensevelir cet ordre sous un silence très profond, afin que les messagers puissent aller et revenir dans la plus grande sécurité20 ». La dissimulation entoure ainsi toute l’activité du Conseil. En mars 1571, l’expédition du secrétaire Giacomo Ragazzoni, destiné à seconder Barbaro dans sa recherche d’un accord avec les Ottomans, est justifiée officiellement par une mission ayant trait à la « libération des marchands et des marchandises qui sont retenus, à cause de la guerre, dans les États du sérénissime seigneur Turc » et dans ceux de la République21. L’intéressé lui-même est maintenu dans l’ignorance du véritable rôle qu’il devra jouer, les instructions que lui remettent les Dix avant son départ se contentant de lui recommander dans des termes volontairement vagues de s’appliquer avec zèle à tout ce qui lui sera commandé par Barbaro22. Quelques mois plus tard, le même prétexte des négociants prisonniers est encore avancé par les Vénitiens pour expliquer à leurs alliés l’arrivée sur les bords de la lagune du drogman Matecca Salvago, accompagné du maître d’hôtel du bayle, venus en réalité apporter les réponses de la Porte aux ouvertures de paix faites par la République23.

  • 24 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 92 r°-v°, Conseil des Dix au bayle (...)
  • 25 Seule une faible partie de cette correspondance a été conservée, cf. ASVe, Capi dei Dieci, Dispacc (...)
  • 26 Pour des précisions sur la situation de Marcatonio Barbaro et sur le déroulement des négociations (...)

4Naturellement, le recours à des agents officieux n’exclut pas l’utilisation par les Dix des représentants officiels de Venise à Constantinople, mais là encore la discrétion est de rigueur. Le bayle Canal en 1538, ainsi que les trois ambassadeurs successifs, Pietro Zen, Tommaso Contarini et Alvise Badoer, que le Sénat expédie vers Süleymân Ier entre 1539 et 1540, reçoivent tous des instructions secrètes du Conseil qui les chargent de travailler à un accommodement avec la Porte24. En retour, ces envoyés entretiennent avec ce dernier une correspondance particulière dans laquelle ils relatent les initiatives qu’ils prennent en ce domaine et l’accueil qui leur est réservé par les autorités ottomanes25. Entre 1570 et 1573 de même, l’essentiel des tractations de paix est conduit pour le compte des Dix par Marcantonio Barbaro26. On a vu la couverture utilisée pour camoufler leurs échanges de lettres. Le bayle se voit aussi imposer une extrême prudence dans toutes ses démarches. Les premières facultés de traiter qui lui sont adressées en mars 1571 sont ainsi accompagnées de strictes recommandations :

  • 27 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 144 r°, Conseil des Dix au bayle B (...)

« Parce que cet ordre que nous vous donnons est de cette haute importance que vous connaissez parfaitement, lui est-il précisé, vous le conserverez par devers vous dans un très profond secret, afin de vous en servir dans le moment et de la manière qui vous paraîtront opportuns pour toucher au but de la conclusion de la paix27. »

  • 28 Cf. ASVe, Senato, Dispacci, Ambasciatori, Costantinopoli, filze 5, 6 et 6A, passim.

5Comme c’était déjà le cas lors du précédent conflit, le bayle tient dès lors une double correspondance, une correspondance officielle avec le Sénat, dans laquelle il évoque ses difficultés quotidiennes, les préparatifs militaires des Turcs ou encore le sort des prisonniers vénitiens retenus à Constantinople, une correspondance officieuse avec le Conseil des Dix, dans laquelle il relate ses initiatives en vue d’un accommodement28.

  • 29 Sur cette politique, voir Victor-Louis Bourrilly, « Antonio Rincon et la politique orientale de Fr (...)
  • 30 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 115 v°, Conseil des Dix à l’ambass (...)
  • 31 Voir par exemple ibid., fol. 119 r°-v°, les Dix à Lorenzo Gritti, 18 avril 1539 ; ibid., fol. 120 (...)
  • 32 Sur le rôle joué par la France dans les négociations de paix vénéto-ottomanes, cf. Alberto Tenenti (...)
  • 33 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 110 v°, réponse du Sénat à Arnaud du Ferrier, (...)
  • 34 ASVe, Collegio, Lettere Principi, busta 26, fol. 78r°, Charles IX à la Seigneurie et au Sénat de V (...)
  • 35 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 77, fol. 126 r°-v°, Sénat à Alvise Contarini, ambassade (...)

6Durant la période 1537-1540, comme dans les années 1570-1573, les Dix s’appuient enfin sur la médiation proposée par les Français pour parvenir à l’objectif recherché de la paix. Les Dix accueillent en effet favorablement les offres de François Ier qui propose en 1539 l’intervention de son ambassadeur à la Porte, Antonio Rincon, pour y soutenir les affaires de la République : le roi, qui se fait fort de négocier une trêve générale entre le sultan et les coalisés de la Ligue, mène parallèlement une politique secrète qui vise à procurer un accommodement séparé de Venise avec les Ottomans, afin d’isoler les Habsbourg29. Ces vues rencontrent les desseins du Conseil, qui fait remercier le monarque en son nom propre30 et ne manque pas par la suite de recommander aux représentants vénitiens envoyés sur place de s’entendre avec ceux du Très chrétien31. La même situation se reproduit en 157032. Dès le début des combats, suivant en cela l’exemple de son aïeul, Charles IX offre d’intercéder pour la République auprès du sultan33. Malgré l’échec de cette première initiative qui se heurte au refus du Sénat, il revient à la charge un an plus tard, alors qu’il est sur le point d’envoyer François de Noailles à Constantinople, en qualité d’ambassadeur34. Si les Sénateurs accueillent à nouveau la proposition par des remerciements généraux, sans pour autant lui donner de véritable suite35, en revanche, le Conseil des Dix montre à partir de l’été 1572 un grand intérêt pour la médiation française :

  • 36 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 10, fol. 41 v°, Conseil des Dix à Barbaro, (...)

« Il est de notre plus grand service, écrit-il par exemple au bayle Barbaro, que Monseigneur [de Noailles] continue sa négociation au nom du roi très chrétien, auquel il est à croire que les Turcs accorderont toujours une plus grande considération qu’à nous seuls36. »

  • 37 Ibid., fol. 58 v°, Conseil des Dix à Barbaro, 11 septembre 1572 : « Se vederete che trattando voi s (...)
  • 38 Ibid., fol. 112 v°, Conseil des Dix à Barbaro, 23 mars 1573 : les Dix recommandent une fois encore (...)

7Et même si, peu après, les Dix autorisent Barbaro à traiter de son côté, dans le cas où cela serait possible37, ils n’en continuent pas moins, jusqu’à la conclusion définitive de la paix, de placer une partie de leurs espoirs dans l’action de l’ambassadeur du roi38.

Le bellicisme du Sénat

  • 39 Voir par exemple, pour la campagne de 1538, ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 58, fol. 14 (...)
  • 40 L’octroi de décimes sur le clergé et d’autres subsides est un thème récurrent des affaires traitée (...)
  • 41 ASV, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 125 r°, Sénat à Cappello et Mocenigo, 29 janvie (...)
  • 42 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 43 r°-45 r°, commissions du Sénat à Pietro Zen (...)
  • 43 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 118 v°-119 r°, commissions du Sénat à Alvise B (...)
  • 44 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 5, fol. 30 v°-31 r°, commissions complémen (...)

8Tous les moyens sont donc bons pour le Conseil des Dix afin de parvenir à un accord avec la Porte, qu’il utilise des intermédiaires discrets, qu’il emploie les représentants vénitiens à Constantinople ou qu’il cherche à tirer profit des initiatives françaises. Toujours aussi, il agit avec une dissimulation qui est une condition nécessaire à l’accomplissement de ses projets. Il faut bien comprendre en effet que ses entreprises souterraines se démarquent nettement de la politique officielle de la Sérénissime conduite au même moment par le Sénat. Entre 1537 et 1540, ce dernier embrasse le parti de la ligue avec la papauté et l’empereur Charles Quint, proposée par Paul III et conclue le 8 février 1538. Aussi, à chaque nouvelle campagne, les Sénateurs exhortent-ils leurs alliés à armer promptement leurs navires et à tenir prêtes leurs troupes, en protestant de leur côté de leur fidélité aux engagements pris39. Pendant toute la durée du conflit, ils réclament de même sans relâche à Rome des subsides pour soutenir leur effort de guerre40. Au début de 1540 encore, quelques mois avant la conclusion d’une paix séparée entre la Sérénissime et les Ottomans, les ambassadeurs Cappello et Mocenigo sont ainsi chargés de s’assurer que Charles Quint « ne manquera pas, avec toutes ses forces, au bénéfice de la Chrétienté et au particulier de la République41 ». Lorsque le Sénat s’engage finalement dans des pourparlers avec la Porte en avril 1539, il le fait encore sur des positions très en retrait par rapport à celles adoptées par les Dix au même moment : il agit en effet avec l’aval de l’empereur, dont le représentant à Constantinople est impliqué dans des tractations similaires, et se propose l’objectif restreint d’obtenir une trêve générale entre le sultan et les coalisés de la ligue42. Cette divergence entre les deux assemblées se manifeste encore en janvier 1540, quand les sénateurs expédient l’ambassadeur Badoer vers Süleymân, en lui donnant pour la première fois l’ordre de « s’efforcer de conclure la paix au plus grand avantage possible de la Seigneurie43 ». Cette position qui reste modérée contraste avec les instructions que le Conseil des Dix remet de son côté à Badoer. Elles l’autorisent en effet aux plus grands renoncements pour parvenir à l’accord recherché, qu’il s’agisse de l’abandon des places de Naples, de Romanie et de Malvoisie réclamées par le sultan, ou de la concession de dommages de guerre très élevés44.

  • 45 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 2, fol. 102 v°, Sénat à son ambassadeur à Rome, (...)
  • 46 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 78 r°, 79 v°, 80 r°, 88 v°-89 r°, délibération (...)

9L’opposition des politiques conduites par le Conseil des Dix et le Sénat est encore plus marquée pendant la guerre de Chypre. Dès le début des hostilités, les sénateurs sollicitent l’assistance des autres souverains chrétiens. En mars 1570, par exemple, les ambassadeurs de la République auprès du pape45, de l’empereur, des rois de France et d’Espagne, ou encore du duc de Savoie, reçoivent l’ordre d’exposer à ces princes les périls qui menacent Venise et de leur réclamer leurs secours46. Une majorité se dégage aussi dans l’assemblée en faveur de la conclusion d’une ligue contre la Porte. Elle se négocie à Rome entre les représentants du pape, de Philippe II et de la République, et les commissions qui sont délivrées à Zuane Soranzo, lorsqu’il est désigné pour participer à ces tractations en septembre suivant, ne laissent aucun doute sur les intentions affichées par la Sérénissime :

  • 47 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 3, fol. 12 r°, commissions du Sénat à Giovanni S (...)

« Nous devons espérer et même tenir pour certain, peut-on y lire en effet, que le Seigneur Dieu voudra faire cette grâce à la Chrétienté que cette union des armées ait à produire quelque effet signalé pour la gloire de sa divine majesté et pour l’exaltation de sa très sainte foi47. »

  • 48 Voir ibid., fol. 26 r°, Sénat à Michiel Suriano et Giovanni Soranzo, ambassadeurs à Rome, 24 novem (...)
  • 49 Cf. ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 97 r°, 103 r°, 123 r°, 145 v°, Sénat à l’a (...)
  • 50 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 2, 101 v°, Sénat à Michiel Suriano, 4 mars 1570.
  • 51 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 3, fol. 135 r°, Sénat à ses ambassadeurs à Rome, (...)

10Dans les mois qui suivent, les Vénitiens multiplient d’ailleurs les démarches pour la signature d’un accord, tout en cherchant à lui donner le tour le plus offensif possible48. Ils pressent aussi la monarchie espagnole d’envoyer sa flotte en Méditerranée orientale49 et réclament au pape des subsides pour le financement de leur effort de guerre50. Après la conclusion solennelle de la ligue, survenue le 25 mai 1571, le Sénat ne change pas de cap. Il continue de réclamer des fonds à Grégoire XIII, qui a succédé à Pie V, en arguant du « grave poids d’une dépense qui excède la somme de trois cents mille écus par mois » et en soulignant que « l’aide apportée par l’Église ne suffit pas à [en couvrir] dix jours51 ».

  • 52 Voir pour 1571, ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 77, fol. 127 v°, Sénat à Antonio Tiepol (...)
  • 53 Cf. ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 78, fol. 65 r°, 106 r°, Sénat aux ambassadeurs en E (...)
  • 54 Ibid., fol. 160 v°, 168 r°, 174 r°, 184 v°, Sénat à Leonardo Donà, 8 et 22 novembre, 13 et 24 décem (...)

11Il renouvelle encore à chaque campagne les mêmes appels pressants pour que les galères espagnoles se joignent sans plus tarder aux siennes, dans l’espoir d’opérer quelque entreprise hardie et glorieuse contre les Turcs52. Après la victoire de Lépante, dès le début de l’hiver 1571 et tout au long du printemps suivant, les Vénitiens insistent pour que les Espagnols soient présents au plus tôt et avec le plus grand nombre de forces possible à l’ouverture de la campagne de 157253. Le même scénario se reproduit encore dans la perspective des combats à venir en 157354. Le 28 mars de cette année-là, l’ambassadeur vénitien à Rome est ainsi chargé de faire valoir au pape que :

  • 55 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 4, fol. 17 v°, Sénat à Paolo Tiepolo, ambassadeu (...)

« Notre besoin, ou plutôt le besoin de toute la Chrétienté, sera d’autant plus satisfait que sera sollicitée et accélérée la sortie de l’armée [coalisée], dont le retard nous procure véritablement une immense douleur55. »

  • 56 Hans Theunissen, Ottoman-venetian diplomatics: the’Ahd-names. The historical background and the de (...)
  • 57 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 4, fol. 18 r°-19 v°, Sénat à l’ambassadeur près (...)

12À cette date cependant, le bayle Marcantonio Barbaro est déjà parvenu à un accord avec la Porte depuis près de trois semaines56, si bien que dès le 3 avril suivant, après que l’annonce d’une paix prochaine a été divulguée à Venise, le Sénat se voit contraint de communiquer officiellement à ses alliés son retrait de la guerre57.

13La soudaineté de ce retournement peut laisser penser que les sénateurs n’étaient pas au courant des négociations menées par le Conseil des Dix, qu’ils étaient partisans dans leur majorité d’une politique contraire et qu’ils ont été mis devant le fait accompli. De fait, durant toute la durée du conflit, ils n’ont jamais cessé de rassurer leurs alliés sur leur détermination. En mai 1570, ils font ainsi savoir à leurs ambassadeurs en Espagne que :

  • 58 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 116 r°, Sénat aux ambassadeurs près Philippe I (...)

« Véritablement, quant à notre volonté de persévérer dans l’union pour le service commun, nous ne pensons pas qu’il soit nécessaire d’affirmer par des paroles, ce que nous avons prouvé par nos actes, en ayant accepté aussi promptement la guerre58. »

14De telles déclarations sont régulièrement renouvelées. Envoyé vers Philippe II en juillet 1572, Antonio Tiepolo est chargé de son côté d’assurer au souverain :

  • 59 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 78, fol. 130 v°, commissions du Sénat à Antonio Tiepolo (...)

« Qu’après l’heureuse victoire [de Lépante] que le Seigneur Dieu a daigné concéder à la Chrétienté, [les Vénitiens] ont toujours tenu leur flotte en mer, afin qu’elle soit plus prompte à l’union et au départ à la période fixée dans la capitulation, et qu’ils ont pour cela engagé de très grandes dépenses, veillant de plus à faire toujours de nouvelles expéditions de capitaines et de troupes, ainsi qu’à préparer des munitions, en faisant encore plus de provisions qu’ils ne le devaient pour pouvoir être en ordre au moment déterminé59. »

  • 60 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 3, fol. 185 v°, Sénat à l’ambassadeur à Rome, 10 (...)
  • 61 Ibid. : « Dobbiate dirle in nome nostro che ella e tutto’l mondo vede quanto siamo stati sempre pro (...)

15En janvier 1573, le Sénat promet encore au pape qu’« au moment prévu, il aura mis en ordre et fourni de tout le nécessaire les cent galères » qu’il lui incombe de donner à la flotte confédérée60. Il s’agit là de montrer à Grégoire XIII et « au monde entier, combien nous avons été toujours prompts à faire notre part61 ».

  • 62 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 120 r°-v°, Sénat à Giacomo Soranzo, ambassadeu (...)
  • 63 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 77, fol. 124 v°, Sénat à Leonardo Donà, 7 juin 1571 : « (...)
  • 64 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 142 r°-144 r°, 157 r°, les Dix au (...)
  • 65 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 3, fol. 174 r°, Sénat à son ambassadeur à Rome, (...)

16En plus de ces attestations de bonne volonté, les sénateurs s’efforcent de démentir les rumeurs récurrentes qui circulent dans les cours européennes à propos d’un accommodement entre la Sérénissime et la Porte. Aux bruits qui se diffusent à ce propos dans l’entourage de l’empereur en avril-mai 1570, l’ambassadeur vénitien en poste près de Maximilien II doit ainsi répliquer qu’il ne s’agit là que de « vaines paroles, lancées par les Turcs eux-mêmes pour affaiblir avec ce genre de suspicions le désir des princes chrétiens de participer à l’union tournée contre eux62 ». Au printemps de 1571, l’arrivée à Venise d’un drogman du bayle Barbaro réveille les craintes des alliés, alors même que les négociations de la ligue sont entrées dans leur phase finale, de sorte que le Sénat se trouve obligé de désavouer officiellement toute tractation secrète avec les Turcs et qu’il réaffirme avec force sa constance « à vouloir continuer dans la ligue63 ». On sait cependant par ailleurs que c’est justement la venue de ce drogman qui a encouragé le Conseil des Dix à nouer des contacts à Constantinople pour frayer un chemin à la paix64. Enfin, tandis que les confédérés s’alarment une nouvelle fois à la fin de 1572, à cause des démarches entreprises par l’ambassadeur de Charles IX auprès de Selîm II en faveur d’un accord vénétoottoman, les sénateurs assurent Grégoire XIII qu’ils ne savent rien de la mission du Français et qu’ils se montreront « à l’avenir prompts et disposés à faire de vigoureux préparatifs pour la guerre, pourvu qu’ils visent à battre l’ennemi rapidement et avec des forces puissantes65 ».

  • 66 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 10, fol. 74 v°-75 r°, les Dix à Barbaro, 2 (...)

17Une telle assertion est bien éloignée de l’attitude des Dix, qui n’hésitent pas dans le même temps à recommander à Barbaro la médiation française66.

Opposition ou complémentarité ?

  • 67 Martin J. C. Lowry, « The reform of the Council of X, 1582-1583: an unsettled problem? », Studi ve (...)
  • 68 Voir les pages qui lui sont consacrées par Gaetano Cozzi, « Venezia nello scenario europeo (1517-1 (...)
  • 69 Voir l’introduction d’Eligio Vitale à La corrispondenza da Madrid di Leonardo Donà (1570-1573), éd (...)

18Des arguments divers ont été avancés par les historiens pour expliquer le fort contraste perceptible entre la ligne suivie par le Sénat et celle adoptée par le Conseil des Dix durant les conflits qui opposent Venise à la Porte en 1537-1540 et en 1570-1573. L’idée d’une rivalité entre les deux assemblées est communément invoquée. Les paix secrètement négociées avec les Turcs marqueraient dans cette perspective l’apogée du pouvoir des Dix, qui auraient réussi à étendre leurs prérogatives jusqu’à supplanter le Sénat dans la gestion de la politique étrangère de la Sérénissime, qui était pourtant l’un de ses domaines reconnus de compétence. Elles signaleraient par conséquent une dérive institutionnelle, contraire aux équilibres séculaires de la pratique républicaine, à laquelle les Vénitiens auraient d’ailleurs vigoureusement réagi quelques années plus tard en imposant une réforme du Conseil pour corriger ces déséquilibres67. À cette compétition se superposeraient des clivages de factions, entre les « vecchi » d’un côté, qui tiendraient les organes centraux du gouvernement et qui, conscients du déclin de la Sérénissime dans le jeu européen, se montreraient plus favorables à une attitude fondée sur les accommodements et les compromis, et de l’autre les « giovanni », plus dispersés, moins organisés, qui refuseraient l’idée de ce recul et resteraient attachés à une grandeur vénitienne bâtie sur la possession d’un empire d’Outre-mer, refusant par conséquent d’en abandonner des fragments toujours plus grands aux Ottomans. Ces oppositions recouperaient aussi des fractures sociales : à la Seigneurie, au Conseil des Dix, siégeraient les membres d’une étroite oligarchie constituée au sein du patriciat, qui se caractériserait par ses antiques traditions, par la profondeur de sa culture politique et par ses richesses acquises dans les trafics du Levant qu’elle souhaiterait préserver à tout prix. Telle est donc l’interprétation que retient encore aujourd’hui l’historiographie68. Dans un tel contexte, les divergences d’attitudes entre le Conseil des Dix et le Sénat face aux conflits vénéto-ottomans ont été expliquées comme le résultat de deux politiques parallèles, l’une résolument tournée vers la paix, l’autre plutôt favorable à la guerre69.

  • 70 Frederic Chaplin Lane, Venice: a maritime republic, Baltimore, John Hopkins University Press, 1973
  • 71 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 147 r°, délibération du 19 avril 1 (...)
  • 72 ASVe, Senato, Deliberazioni, Costantinopoli, reg. 4, fol. 38 r°, Sénat au bayle, 7 mai 1571. Cette (...)

19Une relecture attentive du dossier des négociations menées en 1537-1540 et en 1570-1573 permet toutefois de nuancer cette thèse dans une partie de ses conclusions. Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’existence de fractures politiques ou sociales au sein du patriciat vénitien, mais de montrer toute la souplesse et la complexité du fonctionnement des institutions de la République. Il n’y a pas au XVIe siècle de vraie rupture entre le Conseil des Dix et le Sénat. Bien qu’élus par le Grand Conseil, les Dix comptent parmi eux un nombre important de sénateurs et une décision de 1515 a stipulé que les membres de la zonta devaient être choisis au sein des Pregadi. Inversement, tous les membres des Dix font de droit partie du Sénat. Ils y siègent et peuvent participer à ses débats, qu’il s’agisse du doge et de ses conseillers qui président aux deux assemblées ou des Dix eux-mêmes. Frédéric Lane a bien souligné que le même noyau directeur a finalement l’initiative des décisions dans l’une et l’autre de ces deux institutions70. Il ne faut pas croire non plus que les partisans de la guerre au sein du Sénat aient été totalement laissés dans l’ignorance des démarches entreprises par les Dix en vue d’un accommodement avec la Porte. C’est particulièrement vrai durant la guerre de Chypre : en avril 1571, le Sénat est directement informé par ces derniers des tractations qui se sont engagées à Constantinople sous leur égide71 et en mai suivant, les sénateurs adoptent à une grande majorité le texte d’une lettre destinée au bayle Barbaro, dans laquelle il est fait explicitement référence aux ordres qu’il a reçus à propos de la paix de la part du doge « avec le Conseil des Dix et la zonta » (col consiglio nostro di X e zonta)72. Dans sa teneur principale, le document apporte d’ailleurs un infléchissement à ces directives, sous l’influence des espoirs nouveaux que suscite l’imminence d’une conclusion de la ligue des princes chrétiens, sans pour autant les remettre fondamentalement en cause :

  • 73 Ibid., fol. 38 r°-v° : « Nella trattatione che havete de lì non debbiate in alcun caso consentir di (...)

« Dans la tractation que vous avez de delà, peut-on y lire, vous ne devez en aucun cas consentir à céder Famagouste et vous ne viendrez encore à aucune conclusion de paix, ni de suspension d’armes, que vous n’ayez rendu compte auparavant de toutes ses particularités, afin que nous puissions ensuite vous donner l’ordre qui nous paraîtra au bénéfice de notre État, selon les événements qui surviendront73. »

20Cette manifestation d’une certaine porosité entre le Conseil des Dix et le Sénat peut conduire à réviser bien des jugements. Il n’est pas impossible que le premier regarde avec faveur, voire encourage la fermeté démontrée par le second, tout en s’occupant de son côté à traiter avec les Turcs. Une telle position n’est pas forcément contradictoire. Évoquant les débats qui précèdent en 1538 la ratification de la ligue par la République, Francesco Longo rapporte les paroles prononcées alors par Marco Foscarini, un savio del Consiglio. Si celui-ci se déclare ouvertement en faveur de l’union avec le pape et le roi d’Espagne, il n’en estime pas moins :

  • 74 Bquerini, ms. cl. IV, cod. 9 (408), « Memorie di Messer Antonio Longo... », ms. cité, fol. 21 v° : (...)

« Qu’il est bien de se gouverner avec les Turcs de telle manière qu’on n’en vienne pas à une rupture totale avec eux, afin de récupérer les capitaux si nombreux que les nôtres ont dans les pays du Levant et pouvoir recevoir en toute occasion les offres de paix74. »

  • 75 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 92 r°-v°, les Dix à Canal, 5 juill (...)

21Un tel programme n’est pas très éloigné de la conduite adoptée par le Conseil des Dix. En juillet 1538, le jour même où il écrit au bayle Giacomo da Canal pour l’engager à mots couverts à sonder les autorités ottomanes sur leur volonté de réconciliation avec Venise75, il fait savoir à l’ambassadeur de Charles Quint qu’« il n’a jamais eu et n’a aucune pratique [de paix] » avec la Porte et :

  • 76 Ibid., fol. 93 r° : « Al presente li affirmamo che non habiamo havuto, né habiamo in ciò practica a (...)

« Qu’il n’a jamais veillé à autre chose qu’à l’union des armées et à la défense des choses du Levant, ayant pour cela dépensé jusqu’alors une immense somme d’or76. »

22Un mois plus tard, les Dix écrivent encore secrètement au shah de Perse pour :

  • 77 Ibid., 95 v°, les Dix au shah de Perse, 17 août 1538 : « ExcitandoLa a preparar etiam a tempo novo (...)

« l’exciter à préparer et à lancer en avant, à l’occasion de la campagne nouvelle, sa très valeureuse armée, qui est crainte à juste titre par ce prince ottoman et sa nation77 ».

23Il ne faut pas voir dans cette dualité de discours un double jeu, mais plutôt les deux facettes d’une politique unique conduite par un petit groupe d’hommes au Conseil des Dix et au Sénat.

  • 78 P. Paruta, Historia vinetiana, t. II, Venise, 1605, p. 149-152.

24L’étude du conflit de Chypre semble confirmer cette hypothèse. Singulièrement, dans le récit qu’il fait de cette période, Paolo Paruta insère deux discours contradictoires du doge Alvise Mocenigo. Le premier, prononcé devant le Maggior Consiglio, est un vibrant plaidoyer en faveur de la ligue et de la poursuite des combats78.

  • 79 Ibid., p. 153 : « Queste parole del prencipe, con somma attentione udite da tutti, fecero grande i (...)

« Écoutées par tous avec une extrême attention, note l’historiographe en conclusion, ces paroles du prince firent grande impression sur ces nobles âmes et y allumèrent de vifs esprits en faveur d’une continuation hardie de la guerre79. »

  • 80 Ibid., p. 304: « Haveva sempre più alla pace inclinato che alla lega. »

25Quelques mois plus tard, le doge aurait exprimé des idées toutes contraires devant le Conseil des Dix et à cet occasion, Paruta soutient « qu’il avait été toujours plus enclin à la paix qu’à la ligue80 ». Dans ce second discours, qui prêche cette fois pour un accord avec les Ottomans, une phrase rapportée par l’auteur se présente un peu comme une clé d’interprétation des vues de Mocenigo.

  • 81 Ibid., fol. 305 r° : « Certa cosa è che la guerra è ordinata alla pace e il fine de’travagli e de’ (...)

« C’est une chose certaine, aurait-il ainsi énoncé, que la guerre est ordonnée à la paix ; la fin des tourments et des périls doit être la quiétude et la sécurité81. »

  • 82 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 120 r°, les Dix à Marcantonio Barb (...)
  • 83 Ibid., fol. 129 v°, les Dix aux ambassadeurs près de Pie V, 3 février 1571.

26Seule une étude très minutieuse des scrutins du Sénat établirait avec certitude la part précise que jouent le doge, ses conseillers, les Dix eux-mêmes et la zonta, par ailleurs enclins à l’accommodement avec les Turcs, dans la poursuite d’une politique officielle tournée vers le combat, mais il n’est pas interdit de penser qu’elle ait été importante. Une telle dichotomie ne traduirait que le besoin d’obtenir, en maintenant la mobilisation vénitienne sur le terrain et en garantissant à la République le soutien de ses alliés, des avantages autorisant à traiter parallèlement dans une position qui ne soit pas trop défavorable. De ce point de vue, la majorité qui se dégage au Sénat en faveur de la poursuite des hostilités servirait plus les desseins du Conseil des Dix qu’elle ne s’y opposerait. Alors qu’en janvier 1571, ils attendent du bayle Barbaro qu’il fasse savoir au grand-vizir, comme de lui-même, qu’il « a toujours regardé mal volontiers cette guerre et que, par conséquent, il verrait avec beaucoup de contentement un retour à l’amitié » entre les deux puissances82, quelques semaines plus tard, les Dix ordonnent parallèlement aux ambassadeurs de la République en poste à Rome de bien attester auprès du Saint-Père la fermeté de leur résolution en faveur de la lutte contre les Turcs83.

  • 84 Ibid., fol. 157 r°-v°, les Dix à Marcantonio Barbaro, 14 avril 1571.

27Il ne s’agit donc pas exactement d’un double langage : l’examen attentif de leurs délibérations révèle leur souci constant, durant toute la durée des hostilités, de se prévaloir dans la négociation avec la Porte des occasions que les forces coalisées peuvent éventuellement se créer sur le théâtre des opérations. Dans une lettre du 14 avril 1571, ils communiquent par exemple au bayle Barbaro une série de notices rassurantes pour la Sérénissime : la place de Famagouste, dans l’île de Chypre, a pu être approvisionnée, tandis que ses assiégeants seraient en revanche aux prises avec le manque de vivres et la maladie ; des rumeurs courraient sur une possible attaque de la Hongrie par les Ottomans ; les Albanais se seraient soulevés contre le sultan ; la ligue avec le pape et le roi d’Espagne serait sur le point d’être conclue84.

  • 85 Ibid., fol. 157 v° : « Le quali tutte cose habbiamo voluto significarvi, accioché con la solita vo (...)

« Nous avons voulu vous communiquer toutes ces choses, affirment les Dix au terme de l’énumération, afin qu’avec votre prudence habituelle, vous puissiez traiter la paix avec le plus grand avantage et la plus grande dignité possibles pour notre Seigneurie85. »

  • 86 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 10, fol. 50 r°, les Dix au bayle de Consta (...)
  • 87 Ibid., fol. 60 v°-62 r°, les Dix à Barbaro, 19 septembre 1572 : « Perché andando le armate avanti (...)
  • 88 Ibid., fol. 69 r°-70 v°, les Dix à Barbaro, 13 novembre 1572.

28De même, au début du mois d’août 1572, les Dix s’empressent d’annoncer à Barbaro que la jonction des flottes des alliés s’est en partie réalisée, afin qu’il puisse « se prévaloir [de cette information] à notre bénéfice de la meilleure manière qu’il lui semblera86 ». Ces directives révèlent avec quelle attention le sort des combats est suivi par le Conseil des Dix et montrent à quel point ses initiatives de paix restent liées à la nécessité de poursuivre la lutte. à la mi-septembre 1572, on apprend à Venise que Don Juan d’Autriche en personne a rejoint les coalisés avec le reste des navires espagnols. L’armée qui a vaincu à Lépante est à nouveau réunie et cette conjonction ravive les espoirs du Conseil des Dix qui modifie aussitôt dans un sens plus ferme les instructions qu’il a données au bayle pour la tractation de la paix, « parce que, les flottes partant combattre l’armée ennemie, [...] le Seigneur Dieu pourrait concéder à la Chrétienté une seconde victoire87 ». Inversement, dès qu’il devient patent que les opérations n’ont pas débouché sur les succès escomptés, les Dix font volte-face et se déclarent une fois encore disposés à d’importantes concessions pour rejoindre l’objectif qu’ils se sont fixés88.

  • 89 Sur ces réactions, voir La corrispondenza da Madrid..., t. I, op. cit., p. XLIV-LIV.

29Il n’y a donc pas d’opposition absolue entre la politique de paix menée par le Conseil des Dix et la politique de guerre conduite par le Sénat, mais elles sont liées au contraire, aussi paradoxal que cela puisse paraître, par une vraie complémentarité. Hantées par la crainte d’un désastre total et soucieuse de rétablir au plus tôt avec l’Empire ottoman la concorde qui profite aux trafics et aux échanges, les instances dirigeantes de la Sérénissime sont prêtes à d’importants renoncements, aussi bien en 1537-1540, qu’en 1570-1573. Dans cette perspective, les soutiens que les Vénitiens retirent de leur alliance avec la papauté et l’Espagne sont loin d’être négligeables : ils permettent de maintenir une pression sur la Porte et d’endiguer quelque peu la progression de ses troupes ; ils fournissent à la République, qui échappe ainsi à l’isolement, une position plus confortable pour négocier. Avec une grande habileté, les Dix détournent finalement au service de fins qui leur sont propres les ardeurs belligérantes d’une partie du Sénat et ce faisant, ils font preuve d’un grand pragmatisme. Celui-ci leur est imposé par les circonstances et apparaît comme une nécessité dès lors qu’ils choisissent la voie de la paix. Il n’est pas sans prix. Outre la réprobation universelle qui entoure les défections vénitiennes de 1540 et 1573, ou les fractures que ces décisions provoquent au sein du patriciat, comme en témoignent les réactions de Leonardo Donà face à la politique secrète conduite durant la guerre de Chypre89, les conditions stipulées par ces accords sont elles-mêmes très lourdes et soulignent les limites de la ligne suivie par les Dix.

  • 90 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 112 r°-113 r°, commissions du Sénat à Alvise B (...)
  • 91 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 5, fol. 30 v°, commissions du Conseil des (...)
  • 92 Sur la paix de 1540, voir Wilhelm Lehmann, Der Friedensvertrag zwischen Venedig und der Türkei vom (...)

30En 1540, les tractations secrètes qu’ils ont engagées se soldent par un désastre. Alvise Badoer, qui avait été chargé de les mener à bien à Constantinople, avait reçu des instructions à tiroirs, qui l’autorisaient à faire des concessions toujours plus grandes s’il rencontrait quelque résistance chez ses interlocuteurs. Il devait ainsi proposer d’abord le paiement de dommages de guerre pour une somme de 100 000 ducats, qu’il pouvait étendre jusqu’à 300 000. On l’autorisait ensuite à rajouter le versement d’un tribut pouvant aller de 4 000 à 8 000 ducats pour les places de Naples de Romanie et de Malvoisie dans le Péloponnèse, qui étaient réclamées par le sultan90. Enfin, des ordres complémentaires le laissaient libre, après avoir épuisé tous les recours, d’abandonner ces deux forteresses, pourvu que les Turcs consentent à la paix91. Après son arrivée à la Porte, l’opiniâtreté des autorités ottomanes oblige Badoer à céder sur tout, si bien qu’il s’engage par le traité du 2 octobre 1540 à laisser aux Turcs les deux places contestées, ainsi que les diverses petites îles de l’Archipel que ceux-ci ont occupées à la faveur des combats, acceptant en outre le paiement des 300 000 ducats92.

  • 93 À propos de cette affaire qui fait grand bruit, altère la position de Pellicier à Venise et se sol (...)
  • 94 Un original ottoman du traité se trouve dans ASVe, Documenti turchi, busta 6, n ° 818. Voir à ce p (...)

31On apprend deux ans plus tard que l’ennemi connaissait exactement l’étendue des commissions du négociateur : les deux frères Costantino et Nicolò Cavazza, secrétaires du Sénat et du Conseil des Dix, avaient trahi la République en les transmettant à l’ambassadeur de France Guillaume Pellicier, qui les avait fait passer à son tour à Antonio Rincon, le représentant de François Ier à Constantinople. Soucieux d’accélérer la réconciliation entre Venise et Süleymân, afin de favoriser un redéploiement des forces du sultan contre le seul Charles Quint, les Français en avaient alors divulgué la teneur auprès des autorités ottomanes93. Les voies détournées utilisées par le Conseil des Dix pour négocier, et notamment la médiation française, s’étaient donc finalement retournées contre lui et avaient coûté très cher à la République. Sans qu’il soit cette fois-ci question de trahison, les clauses de la paix conclue le 7 mars 1573 apparaissent elles aussi particulièrement pesantes. Non seulement elles entérinent la conquête de l’île de Chypre par les Ottomans durant le conflit, mais elles prévoient encore la restitution de la place de Sopoto prise par les Vénitiens, le paiement par ceux-ci de 300 000 ducats et l’augmentation du tribut annuel payé sur l’île de Zante depuis 1503, qui passe de 500 à 1 500 ducats94.

***

32Par leurs piètres résultats, par les chemins secrets et sans gloire qui y conduisent, par le scandale qu’elles soulèvent, les paix de 1540 et 1573 restent dans l’histoire vénitienne comme des paix honteuses, qui viennent sanctionner une série de renoncements. Chacune d’entre elles consacre d’abord un nouveau recul territorial de la République. La première s’accompagne de l’abandon des derniers ancrages de la Sérénissime dans le Péloponnèse et de son retrait d’une grande partie de l’Archipel ; la seconde confirme la perte de Chypre. Par delà même ces amputations successives, il y a toutefois dans la rapidité avec laquelle Venise renonce à soutenir sa cause en Méditerranée orientale pour choisir la voie d’un accommodement, les signes d’abdications plus graves. Elle semble disposée à tourner le dos à la politique impériale et à ces territoires du Levant, sur lesquels elle fondait autrefois sa grandeur et sa puissance. Une autre voie, celle du combat acharné, était-elle possible en 1540 ou 1573 ? Oui, si l’on en croit Leonardo Donà. « Je n’ai jamais été de votre excellentissime Conseil, écrit-il aux chefs des Dix, et par conséquent je n’ai jamais vu, comme on dit, le fond de notre patrie. Et il se pourrait qu’en le voyant, je parle autrement ». Mais, ajoutet-il, en ce qui le concerne, il aurait mieux aimé

  • 95 La corrispondenza da Madrid..., t. I, op. cit., p. L et LI.

« rester peu à peu en chemise, plutôt que recevoir les conditions de quiconque, parce qu’enfin, être gentilhomme d’une République grande par elle-même et par sa postérité est un patrimoine plus important que n’importe quelle richesse de cette cité95 ».

33Soixante-dix ans après avoir opté pour la paix à tout prix et en avoir expérimenté les suites, Venise est entraînée à partir de 1645 dans une longue guerre, au cours de laquelle elle fait au contraire la preuve d’une résistance obstinée, refusant de lâcher l’île de Candie que lui disputent les Ottomans. Alors qu’elle est finalement obligée d’abandonner celle-ci en 1669, après vingt-cinq années d’une lutte éprouvante, il n’est pas certain que les fruits qu’elle recueille de cette obstination belliqueuse aient été meilleurs ou plus abondants que ceux qu’elle avait pu récolter au cours du siècle précédent en se montrant plus pacifique.

Notes

1 Giuseppe Maranini, La costituzione di Venezia, t. II, Florence, La Nuova Italia, 1931, p. 412-426.

2 Ibid., p. 404.

3 Ibid., p. 405-406. Sur l’étendue des compétences des Dix au XVIe siècle, voir Gaetano Cozzi, Repubblica di Venezia e Stati italiani. Politica e giustizia dal secolo XVI al secolo XVIII, Turin, Einaudi, 1982, p. 145-174.

4 Giuseppe Maranini, La costituzione di Venezia..., t. II, op. cit., p. 408-409.

5 Décret du Grand Conseil du 26 septembre 1529, cité par Giuseppe Gullino, « L’evoluzione costituzionale », dans Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, t. IV, Il Rinascimento. Politica e cultura, éd. par Alberto Tenenti et Ugo Tucci, Rome, Instituto della Enciclopedia italiana, 1996, p. 354.

6 Voir à ce propos Paolo Preto, I servizi segreti di Venezia. Spionaggio e controspionaggio al tempo della Serenissima : cifrari, intercettazioni, delazioni, tra mito e realtà, Milan, Il Saggiatore, nouv. éd., 1999, p. 51-54.

7 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 82v°, délibération du 7 novembre 1537 : « Essendo a proposito del stato nostro intender per ogni mezo possibile le occorrentie del Turco, li preparamenti che’l fa, qual orator si ritrova alla Porta, e di Franza e di altri cristiani. »

8 Ibid., fol. 83 r°.

9 BQuerini, ms. cl. IV, cod. 9 (408), « Memorie di Messer Antonio Longo raccolte da Messer Francesco, suo figliolo », fol. 59 r°-v°.

10 D’origine grecque, Yûnus beg avait été capturé à Modon à l’orée du XVIe siècle. Il avait ensuite fait carrière à Constantinople, d’où il avait été envoyé à plusieurs reprises à Venise pour y accomplir diverses missions, devenant en 1525 grand drogman de la Porte, cf. Jean-Louis Bacqué-Grammont, « À propos de Yûnus beg, baş tercümân de Soliman le Magnifique », dans Istanbul et les langues orientales, éd. par Frédéric Hitzel, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 23-39.

11 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 102 v°-103 r°, Pietro Zen à Yûnus beg, 14 janvier 1539.

12 Ibid., fol. 112 v°, Conseil des Dix à Lorenzo Gritti, 18 mars 1539 : « Ha etiam exposta il prefato Modoneo la bona dispositione de quel serenissimo signor et excelsa Porta di pacificarsi cum la signoria nostra. »

13 BQuerini, ms. cl. IV, cod. 9 (408), « Memorie di Messer Antonio Longo... », ms. cité, fol. 105 r° : « Similmente per ordine del Consiglio de Dieci, messer Piero Zen, sotto pretesto di racccomandare alcuni gentil’huomini prigioni a Gianusbei [Yûnus beg], col quale havea amicitia, havea trattato d’introdurre trattamento di pace et l’havea esortato ad’intramettersi in questo maneggio. Onde passorno tra di loro molte repliche sempre per espresso ordine e dettatura del detto Consiglio. »

14 Voir les commissions données par le Sénat à Pietro Zen, dans ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 43 r°-45 r°, 24 avril 1539.

15 Durant une bonne partie du règne d’Andrea Gritti (1523-1538), Alvise Gritti, qui s’était acquis à Constantinople une position de premier plan, avait ainsi été utilisé dans des missions officieuses auprès de la Porte ; voir Robert Finlay, « Al servizio del Sultano : Venezia, i Turchi e il mondo cristiano, 1523-1538 », dans Manfredo Tafuri (dir.), « Renovatio urbis. » Venezia nell’età di Andrea Gritti (1523-1538), Rome, Officina Eidzioni, 1984, p. 78-118 ; Adriano Papo et Gizella Nemeth, « Ludovico Gritti. Partner commerciale e informatore politico-militare della Repubblica di Venezia », Studi veneziani, n.s., 41 (2001), p. 217-245.

16 BQuerini, ms. cl. IV, cod. 9 (408), « Memorie di Messer Antonio Longo... », ms. cité, fol. 104 v° : « Con pretesto d’andare a ricuperare i capitali de suoi fratelli morti gl’anni passati in quella città. »

17 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 106 r°-107 r°, 112 v°-113 r°, commissions du Conseil des Dix à Lorenzo Gritti, 27 janvier et 18 mars 1539.

18 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 108 r°, 164 r°-v°, délibérations des 4 décembre 1570 et 16 juin 1571, sur le cas de « Sultan Sach » ; ibid., fol. 113 v°, 164 v°, délibérations du 22 décembre 1570 et 1er juillet 1571, sur les voyages de l’arménien « Simon de Jacomo. »

19 Cf. par exemple ibid., fol. 123 v°-124 r°, fol. 138 r°, 20 janvier et 21 février 1571.

20 Ibid., fol. 120 r°, Conseil des Dix aux magistrats de Corfou et Cattaro, 12 janvier 1571 : « Ci ha supplicato il diletto nobile nostro Andrea Gradenigo che occorrendoli scriver al baylo nostro in Costantinopoli delle cose loro particolare per consolatione di esso baylo, vogliamo esser contenti darvi ordine che quando esso vi scriverà che debbiate mandar le sue lettere per homo a posta a Costantinopoli, lo facciate, satisfacendo il messo come sarà conveniente [...] e perché questi messi che manderete potranno servir in portar anco a noi lettere del predetto baylo, vi advertimo che debbiate tener sotto profondissimo silentio questo ordine, accioché li messi con maggior sicurtà possano andar et tornar. »

21 Ibid., fol. 144 v°, commissions de Ragazzoni, 7 mars 1571 : on lui confie le « negozio della liberazione delli mercanti es mercantie che per causa della guerra sono tratenute nelli paesi del serenissimo signor Turco et nelli nostri. »

22 Ibid. : « Havemo anco voluto aggiongerti [...] che possendo occorrere che il diletto nobil nostro Marcantonio Barbaro, baylo in Costantinopoli, ti adoperasse oltra il predetto negotio de mercanti anco in altri nostri negotii, debbi però in tal caso operare quel tanto che da esso baylo nostro ti sarà per giornata commesso. »

23 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 77, fol. 124 r°-125 r°, Sénat à l’ambassadeur de Venise en Espagne, 7 juin 1571.

24 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 92 r°-v°, Conseil des Dix au bayle Canal, 5 juillet 1538 ; ibid., fol. 120 v°-121 r°, instructions à Pietro Zen, 2 mai 1539. ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 5, fol. 30 v°-31 r°, instructions à Alvise Badoer, 19 janvier 1540.

25 Seule une faible partie de cette correspondance a été conservée, cf. ASVe, Capi dei Dieci, Dispacci, Ambasciatori, Costantinopoli, busta 1, fol. 142 r°-v°, Tommaso Contarini au Conseil des Dix, Vignes de Péra, 1er octobre 1539 ; ibid., fol. 149 r°-v°, Alvise Badoer au Conseil des Dix, Constantinople, 21 avril 1540.

26 Pour des précisions sur la situation de Marcatonio Barbaro et sur le déroulement des négociations qu’il conduit à Constantinople, voir Michel Lesure, « Notes et documents sur les relations vénétoottomanes (1570-1573) », Turcica, 4 (1972), p. 134-164 ; ibid., 8 (1976), p. 117-156. Dans ces tractations, le médecin juif Salomon Ashkenazi, très lié au grand-vizir, mais aussi très proche des représentants étrangers à la Porte, joue un rôle crucial d’intermédiaire qui a été mis en évidence par Benjamin Arbel, « Venezia, gli Ebrei e l’attività di Salomone Ashkenazi nella guerra di Cipro », dans Gaetano Cozzi (dir.), Gli Ebrei e Venezia, Milan, Comunità Edizioni, 1987, p. 163-197 ; id., Trading nations. Jews and Venetians in the early modern eastern Mediterranean, Leiden, Brill, 1995, p. 77-86.

27 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 144 r°, Conseil des Dix au bayle Barbaro, 5 mars 1571 : « E perché questo ordine che vi damo è di quella somma importanza che benissimo conoscete, però lo tenirete presso di voi solo, sotto profondissima secretezza, valendovene poi quando e come vi parera essere opportuno per venire al fine della conclusione della pace. »

28 Cf. ASVe, Senato, Dispacci, Ambasciatori, Costantinopoli, filze 5, 6 et 6A, passim.

29 Sur cette politique, voir Victor-Louis Bourrilly, « Antonio Rincon et la politique orientale de François Ier (1522-1541) », Revue historique, 113 (1913), p. 64-83, 268-308.

30 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 115 v°, Conseil des Dix à l’ambassadeur de Venise en France, 21 mars 1539.

31 Voir par exemple ibid., fol. 119 r°-v°, les Dix à Lorenzo Gritti, 18 avril 1539 ; ibid., fol. 120 v°, les Dix à Pietro Zen, 2 mai 1539.

32 Sur le rôle joué par la France dans les négociations de paix vénéto-ottomanes, cf. Alberto Tenenti, « La Francia, Venezia e la Sacra Lega », dans G. Benzoni (dir.), Il Mediterraneo nella seconda metà del’500 alla luce di Lepanto, Florence, Olschki, 1972, p. 393-408.

33 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 110 v°, réponse du Sénat à Arnaud du Ferrier, ambassadeur de Charles IX, 2 mai 1570 : le Sénat rejette l’offre de médiation du roi, soulignant qu’il n’est plus temps de négocier.

34 ASVe, Collegio, Lettere Principi, busta 26, fol. 78r°, Charles IX à la Seigneurie et au Sénat de Venise, Gaillon, 23 mai 1571.

35 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 77, fol. 126 r°-v°, Sénat à Alvise Contarini, ambassadeur en France, 21 juin 1571. C’est avec une réserve toute semblable que les Sénateurs accueillent François de Noailles au mois de septembre suivant, alors qu’il s’est arrêté sur les bords de la lagune pour exposer la mission dont l’a chargé son maître, cf. ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 78, fol. 26 r°-27 r°, réponse du Sénat à François de Noailles, 13 septembre 1571. La ligue a été conclue au printemps précédent avec la papauté et l’Espagne, les armées des coalisés se sont rejointes et manifestement, aux yeux des sénateurs, l’heure n’est pas à la paix, mais au combat contre les Turcs.

36 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 10, fol. 41 v°, Conseil des Dix à Barbaro, 15 juillet 1572 : « Torna a maggior servitio nostro che Monsignore continui il negotio in nome del re christianissimo, al quale è da creder che Turchi haveranno sempre maggior rispetto che a noi soli. »

37 Ibid., fol. 58 v°, Conseil des Dix à Barbaro, 11 septembre 1572 : « Se vederete che trattando voi se possa venir a qualche bona conclusione, vi damo libertà col ditto conseglio di Dieci et zonta di trattar. »

38 Ibid., fol. 112 v°, Conseil des Dix à Barbaro, 23 mars 1573 : les Dix recommandent une fois encore au bayle de se prévaloir de l’assistance de Noailles dans les tractations.

39 Voir par exemple, pour la campagne de 1538, ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 58, fol. 141 r°-v°, Sénat à ses ambassadeurs auprès du pape et de l’empereur, 19 février 1538 ; ibid., reg. 59, fol. 25 v°-27 r°, le même aux mêmes, 4 mars 1538. Durant l’hiver 1538, puis au printemps 1539, les Vénitiens exhortent à nouveau leurs confédérés à hâter leurs préparatifs de guerre, cf. ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 59, fol. 123 v°, 138 r°-v°, Sénat à l’ambassadeur près Paul III, 14 novembre 1538 et 3 février 1539 ; ibid., reg. 60, fol. 25 v°, 54 v°, 70 r°, 75 r°-v°, délibérations des 15 mars, 7 juin, 17 juillet et 23 août 1539. Ces demandes se répètent encore dans la perspective de la campagne de 1540, cf. ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 95 v°, Sénat à son ambassadeur à Rome, 17 octobre 1539.

40 L’octroi de décimes sur le clergé et d’autres subsides est un thème récurrent des affaires traitées entre Venise et Rome durant cette période, la République réclamant chaque année de nouvelles concessions financières destinées à soutenir son effort de guerre, cf. ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 59, fol. 22 v°, 32 r°, 38 r°, 51 r°, 138 v°, 145 v°, Sénat à son ambassadeur près le Saint Père, 1er, 16 et 28 mars, 22 et 30 avril 1538, 3 et 26 février 1539 ; ibid., reg. 60, fol. 24 v°, 49 v°, 75 r°, le même au même, 11 mars, 26 mai et 23 août 1539.

41 ASV, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 125 r°, Sénat à Cappello et Mocenigo, 29 janvier 1540 : « La maestà soa non mancherà cum tutte le forze soe al beneficio della Christianità e al particolare della Republica nostra. »

42 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 43 r°-45 r°, commissions du Sénat à Pietro Zen, 24 avril 1539.

43 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 118 v°-119 r°, commissions du Sénat à Alvise Badoer, 7 janvier 1540 : « Ti sforcerai de concluder la pace cum quel maior avantazzo della Signoria nostra che potrai. »

44 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 5, fol. 30 v°-31 r°, commissions complémentaires des Dix à Alvise Badoer, 19 janvier 1540.

45 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 2, fol. 102 v°, Sénat à son ambassadeur à Rome, 10 mars 1570.

46 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 78 r°, 79 v°, 80 r°, 88 v°-89 r°, délibérations des 10, 11 et 27 mars 1570.

47 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 3, fol. 12 r°, commissions du Sénat à Giovanni Soranzo, 9 septembre 1570 : « Dovemo sperar, anzi tener per certo che il Signor Dio vorrà far questa gratia alla Christianità tutta che da questa unione delle armate habbi a succeder qualche segnalato effetto a gloria di sua divina maestà e ad esaltatione della sua santisisma fede. »

48 Voir ibid., fol. 26 r°, Sénat à Michiel Suriano et Giovanni Soranzo, ambassadeurs à Rome, 24 novembre 1570.

49 Cf. ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 97 r°, 103 r°, 123 r°, 145 v°, Sénat à l’ambassadeur auprès de Philippe II, 13 et 22 avril, 10 juin, 6 juillet 1570. Alors que la ligue n’est toujours pas officiellement conclue, Venise réitère ses appels à la jonction de ses forces avec celles des Espagnols, durant l’hiver 1570-1571, cf. ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 77, fol. 45 r°, 88 v°, Sénat à l’ambassadeur en Espagne, 6 novembre 1570 et 15 février 1571.

50 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 2, 101 v°, Sénat à Michiel Suriano, 4 mars 1570.

51 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 3, fol. 135 r°, Sénat à ses ambassadeurs à Rome, 14 juin 1572 : « È impossibile che noi possiamo sostener così grave peso d’una spesa che eccede la summa di scudi trecentomille al mese, non bastando, senon per diece giorni l’aiuto che ci vien dato dalla chiesa. »

52 Voir pour 1571, ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 77, fol. 127 v°, Sénat à Antonio Tiepolo et Leonardo Donà, ambassadeurs extraordinaire et ordinaire en Espagne, 23 juin 1571.

53 Cf. ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 78, fol. 65 r°, 106 r°, Sénat aux ambassadeurs en Espagne, 8 décembre 1571 et 7 mai 1572.

54 Ibid., fol. 160 v°, 168 r°, 174 r°, 184 v°, Sénat à Leonardo Donà, 8 et 22 novembre, 13 et 24 décembre 1572.

55 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 4, fol. 17 v°, Sénat à Paolo Tiepolo, ambassadeur à Rome, 28 mars 1573 : « Il bisogno nostro, anzi il bisogno della Christianità tutta, tanto più si viene a sodisfargli con il solicitar e accelerar l’uscità dell’armata, la tardità della quale ci apporta veramente sommo cordoglio. »

56 Hans Theunissen, Ottoman-venetian diplomatics: the’Ahd-names. The historical background and the development of a category of political-commercial instruments together with an annotated edition of a corpus of relevant documents, Utrecht, PhD, 1998, p. 174.

57 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 4, fol. 18 r°-19 v°, Sénat à l’ambassadeur près Grégoire XIII, 3 avril 1573 ; ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 79, fol. 35 r°-36 r°, Sénat aux ambassadeurs en Espagne, 4 avril 1573.

58 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 116 r°, Sénat aux ambassadeurs près Philippe II, 11 mai 1570 : « Quanto veramente alla nostra voluntà nell’unione per servitio commune, non pensamo che occorra affirmar con parole quello che già havemo comprobato con effetti, havendo così prontamente accettata la guerra. »

59 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 78, fol. 130 v°, commissions du Sénat à Antonio Tiepolo, 7 juillet 1572 : « Havendo noi, dopo la felice vittoria che’l Signor Dio si degnò di concedere alla Cristianità, tenuto sempre l’armata fuori, acciò fusse più pronta all’unione e alla partita nel tempo concluso nella capitolatione, e perciò fatte grandissime spese, attendendo anco sempre a far nuove espeditioni di capitani et di fanti, e a preparar munitioni, facendo anco molto maggior provisioni dell’obbligo nostro per poter esser all’ordine nel tempo determinato. »

60 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 3, fol. 185 v°, Sénat à l’ambassadeur à Rome, 10 janvier 1573 : « Direte a Sua Santità che di esse a tempo debito haveremo all’ordine et fornite di tutto punto le cento galee spettanti a noi. »

61 Ibid. : « Dobbiate dirle in nome nostro che ella e tutto’l mondo vede quanto siamo stati sempre pronti a far la parte nostra. »

62 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 76, fol. 120 r°-v°, Sénat à Giacomo Soranzo, ambassadeur près Maximilien II, 30 mai 1570 : « Dobbiate dirle che quantumque noi vogliamo esser certi ch’ella, prudentissima et sapientissima, non sia per dar alcuna credenza a voci così vane, levate dalli medesimi Turchi per intiepidir con questi sospetti l’animo delli principi christiani a concorrer all’unione contra di loro. » Les mêmes dispositions sont prises à l’égard de la cour d’Espagne, cf. ibid., fol. 121 v°-122 v°, Sénat à l’ambassadeur en Espagne, 3 juin 1570.

63 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 77, fol. 124 v°, Sénat à Leonardo Donà, 7 juin 1571 : « Siamo constantissimi in voler continuar nella lega. »

64 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 142 r°-144 r°, 157 r°, les Dix au bayle Barbaro, 5 mars 1571.

65 ASVe, Senato, Deliberazioni, Roma ordinaria, reg. 3, fol. 174 r°, Sénat à son ambassadeur à Rome, 6 décembre 1572 : « Saremo per l’avvenire disposti e pronti a far ogni gagliarda preparatione per la guerra, purche s’attenda con potenti mezzi e con celerità a batter l’inimico. »

66 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 10, fol. 74 v°-75 r°, les Dix à Barbaro, 28 novembre 1572.

67 Martin J. C. Lowry, « The reform of the Council of X, 1582-1583: an unsettled problem? », Studi veneziani, 13 (1971), p. 275-310.

68 Voir les pages qui lui sont consacrées par Gaetano Cozzi, « Venezia nello scenario europeo (1517-1699) », dans Gaetano Cozzi et al. (dir.), La Repubblica di Venezia nell’età moderna. Dal 1517 alla fine della Repubblica, Turin, Utet, 2e éd., 1995, p. 43-44, 56-59, 61-63 ; id., « Venezia dal Rinascimento all’Età barocca », dans Gaetano Cozzi et Paolo Prodi (dir.), Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, t. VI, Dal Rinascimento al Barocco, Rome, Instituto per la Collaborazione culturale, 1994, p. 34-36, 52-54, 58.

69 Voir l’introduction d’Eligio Vitale à La corrispondenza da Madrid di Leonardo Donà (1570-1573), éd. par Mario Brunetti et Eligio Vitale, t. I, Rome-Venise, 1963, p. XXXIX. Les conclusions de cet auteur ont été retenues comme valables par Gaetano Cozzi, « Venezia dal Rinascimento... », art. cité, p. 52.

70 Frederic Chaplin Lane, Venice: a maritime republic, Baltimore, John Hopkins University Press, 1973.

71 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 147 r°, délibération du 19 avril 1571.

72 ASVe, Senato, Deliberazioni, Costantinopoli, reg. 4, fol. 38 r°, Sénat au bayle, 7 mai 1571. Cette délibération a été adoptée par 151 voix contre 16 et 35 abstentions.

73 Ibid., fol. 38 r°-v° : « Nella trattatione che havete de lì non debbiate in alcun caso consentir di ceder Famagosta, né anco venirete ad alcuna conclusione di pace né di suspension d’armi, se prima non ne darete aviso di ogni particolar, acciòche possiamo poi darvi quell’ordine che secondo li accidenti che occorreranno ne parerà esser di beneficio del stato nostro. »

74 Bquerini, ms. cl. IV, cod. 9 (408), « Memorie di Messer Antonio Longo... », ms. cité, fol. 21 v° : « Quanto al bailo è stato consultato di scriverli in tal modo che si tenirà vivo il negotio, parendo anco a noi che sia bene governarsi co’Turchi talmente che non si venga in rotta totale con loro per ricuperare i tanti capitali de nostri che sono nei paesi di Levante e poter pigliar in ogni occasione le offerte della pace. »

75 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 4, fol. 92 r°-v°, les Dix à Canal, 5 juillet 1538.

76 Ibid., fol. 93 r° : « Al presente li affirmamo che non habiamo havuto, né habiamo in ciò practica alcuna, né ad altro per noi si attende che alla unione de le armate e alla defensione de le cose nostre nel Levante, nel che habiamo fin qui speso una immensa summa d’oro. »

77 Ibid., 95 v°, les Dix au shah de Perse, 17 août 1538 : « ExcitandoLa a preparar etiam a tempo novo e spinger inanci il suo valorosissimo exercito meritamente temuto da esso principe e natione ottomana. »

78 P. Paruta, Historia vinetiana, t. II, Venise, 1605, p. 149-152.

79 Ibid., p. 153 : « Queste parole del prencipe, con somma attentione udite da tutti, fecero grande impressione negli animi nobili e gli accesero vivissimi spiriti per dover continuare arditamente nella guerra. »

80 Ibid., p. 304: « Haveva sempre più alla pace inclinato che alla lega. »

81 Ibid., fol. 305 r° : « Certa cosa è che la guerra è ordinata alla pace e il fine de’travagli e de’pericoli deve essere la quiete e la sicurtà. »

82 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 9, fol. 120 r°, les Dix à Marcantonio Barbaro, 12 janvier 1571 : « Se li dice che trovata occasione di ragionar con alcuno delli sopradetti o de farli dir a bon proposito che lui ha sempre veduto malvolentieri questa guerra e che per consequentia vederia con molto contento che si ritornasse in amicitia. »

83 Ibid., fol. 129 v°, les Dix aux ambassadeurs près de Pie V, 3 février 1571.

84 Ibid., fol. 157 r°-v°, les Dix à Marcantonio Barbaro, 14 avril 1571.

85 Ibid., fol. 157 v° : « Le quali tutte cose habbiamo voluto significarvi, accioché con la solita vostra prudentia possiate trattar la pace con quel maggior avantaggio e dignità della Signoria nostra che vi sarà possibile. »

86 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 10, fol. 50 r°, les Dix au bayle de Constantinople, 8 août 1572 : « Havemo voluto darvi avviso de tutto questo, accioché ben instrutto delle cose, possiate valervene a servitio nostro in quei modi migliori che vi parerà. »

87 Ibid., fol. 60 v°-62 r°, les Dix à Barbaro, 19 septembre 1572 : « Perché andando le armate avanti per combater l’armata nemica [...], potria il Signor Dio conceder alla Christianità una seconda vittoria. »

88 Ibid., fol. 69 r°-70 v°, les Dix à Barbaro, 13 novembre 1572.

89 Sur ces réactions, voir La corrispondenza da Madrid..., t. I, op. cit., p. XLIV-LIV.

90 ASVe, Senato, Deliberazioni, Secreta, reg. 60, fol. 112 r°-113 r°, commissions du Sénat à Alvise Badoer, 20 décembre 1539.

91 ASVe, Consiglio dei Dieci, Deliberazioni, Secreta, reg. 5, fol. 30 v°, commissions du Conseil des Dix à Badoer, 19 janvier 1540.

92 Sur la paix de 1540, voir Wilhelm Lehmann, Der Friedensvertrag zwischen Venedig und der Türkei vom 2. Oktober 1540, Stuttgart, Bönner Orientalistische Studien, 1936, ainsi que les articles de Luigi Bonnelli, « Il trattato turco-veneto del 1540 », dans Centenario della nascita di Michele Amari, t. II, Palerme, 1910, p. 332-363 ; Alessio Bombaci, « Ancora sul tratto turco-veneto del 2 ottobre 1540 », Rivista degli studi orientali, 20 (1942), p. 373-381. Une synthèse récente sur la question dans Hans Theunissen, Ottoman-venetian diplomatics..., op. cit., p. 165-168. Pour une édition de ce document, voir ibid., p. 437-447.

93 À propos de cette affaire qui fait grand bruit, altère la position de Pellicier à Venise et se solde par de lourdes peines infligées aux traîtres, on se reportera à P. Preto, I servizi segreti di Venezia..., op. cit., p. 75-76. Voir aussi Jean Zeller, La diplomatie française vers le milieu du XVIe siècle d’après la correspondance de Guillaume Pellicier, évêque de Montpellier, ambassadeur de François Ier à Venise (1539-1542), Paris, Hachette, 1881, p. 353-387.

94 Un original ottoman du traité se trouve dans ASVe, Documenti turchi, busta 6, n ° 818. Voir à ce propos Maria-Pia Pedani, I « Documenti turchi » dell’Archivio di Stato di Venezia, Rome, 1994, p. 207. Pour une édition de celui-ci, cf. Hans Theunissen, Ottoman-venetian diplomatics..., op. cit., p. 471-476.

95 La corrispondenza da Madrid..., t. I, op. cit., p. L et LI.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search